• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jérusalem - l’histoire selon Wikipédia

Jérusalem - l’histoire selon Wikipédia

Suite à la déclaration de Donald Trump qui reconnait Jérusalem comme capitale de l'état d'Israel et histoire de remettre un peu les choses dans leur contexte, j’attire l'attention sur le genre de procédé sournois via lequel, bien souvent, les médias nous rapportent l’histoire, faussant par un agencement subtil la perception de sa chronologie paléographique chez le pékin moyen…

Dans l’histoire d’Israel, et plus particulièrement dans le paragraphe « Chronologie des évènements de politique intérieure, du conflit palestinien et de diplomatie internationale » sur wikipedia, ne sont listés que quatre résolutions parmi toutes celles votées par l’ONU ; à savoir :

  1. La résolution 181 du 29 novembre 1947 instituant le partage de la Palestine en trois parties :
    . un État juif de 14 000 km2 avec 558 000 juifs et 405 000 arabes,
    . un État arabe de 11 500 km2 avec 804 000 arabes et 10 000 juifs,
    avec entre eux une union économique, monétaire et douanière,
    . enfin, une zone sous régime international particulier comprenant les Lieux saints, Jérusalem et Bethléem avec 106 000 arabes et 100 000 juifs.
  2. La résolution 242 du 22 novembre 1967 (après la guerre israélo-arabe)
    Cette résolution du Conseil de sécurité décrète « l’inadmissibilité de l’acquisition de territoire par la guerre » et « exige l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen-Orient », qui passe par « le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés pendant le récent conflit » et le « respect de la souveraineté de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque Etat de la région, et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, à l’abri de menaces et d’actes de force. »Cette résolution – selon laquelle la base de la paix au Proche-Orient réside dans l’évacuation par Israël des « territoires occupés » – sera reprise en vain dans toutes les négociations ultérieures de l’ONU.
  3. La résolution 338 du 22 octobre 1973 (après la guerre israélo-arabe)Cette résolution du Conseil de sécurité réaffirme la validité de la résolution 242 et appelle au cessez-le-feu et à des négociations en vue « d’instaurer une paix juste et durable au Moyen-Orient ».
  4. – 1975 : la résolution 3379 de l’Assemblée générale condamne le sionisme comme « une forme de racisme et de discrimination sociale », mais les Israéliens et leurs protecteurs américains parviennent, à la Conférence de Madrid – à la suite de l’effondrement du bloc soviétique qui modifie la répartition des votes aux Nations Unies – à faire annuler la condamnation précédente, par la résolution 4686 du 16 décembre 1991

A première vue ces résolutions peuvent paraître pénalisantes pour l’état d’Israël mais paradoxalement elles présentent toutes un avantage certain dans la paléographie de son histoire.

La résolution 181 est un premier pas, sinon le plus grand pas, dans l’instauration « légale » de l’état d’Israël puisque elle partage la Palestine en trois territoires en faisant fi de la Charte du 26 juin 1945 établissant : « l’égalité du droit des peuples et leur droit à disposer d’eux-mêmes » (article 1.2). Ceci impliquait que les droits dits « historiques » basés sur les multiples éléments du passé – éléments religieux, dynastiques, raciaux, guerriers… générant contestations, violences et affrontements interminables – devaient laisser place à l’expression démocratique de la communauté humaine qui en était la résultante de fait…

En ne respectant pas ces principes établis par elles-mêmes, les Nations Unies qui, par ailleurs, n’avaient pas les moyens d’assurer le partage et ne faisaient in fine qu’autoriser les deux parties à « exister » c’est-à-dire à se battre, trahirent là l’un de leurs principes les plus sacrés, fondement même du droit international : l’autodétermination des peuples.

Erreur donc ou manipulation au sein de l’ONU à coups de pression d’un activisme sioniste virulent ?

Toujours est-il que le mal est fait. Ainsi, par un vote à l’arraché – après une bataille fertile en manœuvres, chantages, menaces et coups de bluff – s’est décidé le sort de la Palestine et des populations qui l’habitaient. Les Nations Unies, en ne retenant du mouvement sioniste que la louable intention d’assurer la sécurité des juifs, en méconnaissant le potentiel raciste anti-« non-Juifs » de ce mouvement, en négligeant la très importante littérature juive d’opposition à l’idéologie sioniste, en faisant peu cas des populations non-juives de Palestine, se laissèrent dominer par un puissant lobby tout à sa tâche de forcer par tous les moyens les portes de la Palestine.

Rappelons pour les besoins de l’histoire comment s’est déroulé ce vote :

En septembre 1947 : l’ONU émet un premier vote pour décider de l’avenir de la Palestine. Le résultat est le suivant :
– 25 voix pour le partage,
– 13 voix contre,
– 19 abstentions.
Mais la résolution, pour être validée, doit obtenir les 2/3 des voix, ce qui n’est pas le cas.

Face au résultat de ce vote qui ne satisfait pas les Etats-Unis, des pressions caractérisées sont exercées sur les représentants des Nations à la fois par le Congrès américain, l’Administration, le Parti démocrate, le président Truman lui-même (inquiet pour sa réélection). Parallèlement, tous les organes du mouvement sioniste présent dans de nombreux pays sont mobilisés dans la même perspective. De tout leur poids ils vont peser pour gagner à leur cause les États les plus faibles.

Ces pressions sont efficaces : les représentants de certains de ces États tels la Grèce, le Libéria… récalcitrants jusque-là deviennent favorables au partage, d’autres tels les Philippines, Haïti… se voient accordés des prêts pour leur développement, tandis que, à l’instigation de l’Administration démocrate, la compagnie de caoutchouc Firestone prévient le Liberia qu’elle annulerait ses projets d’extension dans le pays s’il ne renversait pas son vote en faveur du partage ! (précision apportée par D. Pearson dans le Chicago-Daily du 9 février 1948).

Le 25 novembre : l’ONU (où l’Afrique et une partie de l’Asie n’ont pas encore de voix) émet un second vote pour décider de l’avenir de la Palestine

En dépit de l’opposition farouche des États arabes et du Royaume-Uni tout à fait convaincu que la création d’un État juif entraînerait une situation continue de violence et de guerre, le projet soviéto-américain de deux États séparés passe en commission.

Le vote est le suivant :

– 25 voix pour,
– 13 voix contre,
– 17 abstentions,
– 2 absents.
Mais il manque encore une voix pour atteindre la majorité requise des 2/3.

Truman jette alors de nouveau son prestige de Président des États-Unis dans la balance et mobilise tous les moyens dont il dispose, moyens diplomatiques et autres : l’administration des États-Unis menace la France, qui s’est abstenue lors du vote, de lui couper les vivres, tandis que plusieurs chefs de délégations se voient offrir des « enveloppes » ou des cadeaux pour leur épouse. De son côté, le cardinal Spelmann de New-York, sur la suggestion d’un sioniste américain, parcourt en hâte l’Amérique du Sud pour convaincre les dirigeants des différents pays catholiques de voter en faveur de la création d’un État juif en Palestine.

À propos de ces événements, nous dit D. Vidal, le sous-secrétaire d’État des Etats-Unis, Summer Welles, a pu écrire : « Par ordre direct de la Maison-Blanche les fonctionnaires américains devaient user de pressions directes ou indirectes… afin d’assurer la majorité nécessaire au vote final ». Le ministre de la Défense James Forrestal dans ses Mémoires confirme de son côté que « les méthodes utilisées pour faire pression, et contraindre les autres nations au sein des Nations Unies, ont frôlé le scandale ».

Le 29 novembre 1947 : l’ONU vote le partage de la Palestine en trois parties :
. un État juif de 14 000 km2 avec 558 000 Juifs et 405 000 Arabes ;
. un État arabe de 11500 km2 avec 804 000 Arabes et 10 000 Juifs formé de trois parties séparées : Gaza, la Cisjordanie et la partie nord voisine du Liban ;

– enfin, une zone sous régime international particulier comprenant les Lieux saints, Jérusalem et Bethléem avec 106 000 Arabes et 100 000 Juifs.

À noter que l’ONU accorde aux sionistes 50 % de plus que le plan Peel de 1937 soit 60 % du territoire alors qu’ils n’avaient jusqu’alors que 7 % de la propriété foncière ; de plus ce territoire comporte 80 % des terres céréalières de la Palestine et 40 % de son industrie

La résolution 181 est acquise suivant le vote suivant :
– 33 voix pour la création (dont celles des E.U., de l’URSS et de la France) ;
– 13 voix contre ;
– 10 abstentions (dont celle de la Grande-Bretagne qui, se déchargeant de toute responsabilité quant aux conséquences dramatiques qu’elle prévoit, fixe au 15 mai 1948 son retrait civil et militaire de Palestine).
L’ONU prévoit aussi dans sa résolution :
– qu’une union économique, monétaire et douanière (vue comme « une nécessité absolue ») soit réalisée entre les États ;
– que les droits des minorités (bénéficiant d’office de tous les droits civils et politiques) et les principes démocratiques soient respectés ;
– que les futurs textes constitutionnels des deux États suivent les normes de l’ONU.

La résolution 242 quant à elle, si elle condamne l’acquisition par « la force » de nouveaux territoires par les israéliens ne revient pas pour autant sur la légitimité du partage. En fait elle vient le renforcer par une deuxième résolution qui implante définitivement l’état d’Israël dans la région (Cette résolution du Conseil de sécurité décrète « l’inadmissibilité de l’acquisition de territoire par la guerre » et « exige l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen-Orient », qui passe par « le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés pendant le récent conflit » et le « respect de la souveraineté de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque Etat de la région, et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, à l’abri de menaces et d’actes de force. » )

La résolution 338 ne fait que renforcer la résolution 242 insistant plus sur un cessez le feu que sur le retrait des territoires nouvellement occupés

La résolution 3379 est elle citée dans wikipédia beaucoup plus pour souligner le fait qu’elle a été annulée par la résolution 4686 qui vient laver le sionisme de son intention « raciste ».

Rappelons maintenant les résolutions importantes n’ayant pas eu droit de cité dans l’histoire wikipédiste d’Israël :

La résolution 194 du 11 décembre 1948 (après la guerre de 1947-48)

Cette résolution de l’Assemblée générale, face au départ forcé de centaines de milliers de Palestiniens, stipule : « qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements ou autorités responsables. »

La résolution 465 du 1er mars 1980 condamnant la politique de colonisation d’Israël et demandant le retrait immédiat des territoires occupés

La résolution 478 du 20 août 1980
Cette résolution est la réponse de l’ONU au décret israélien du 30 juillet 1980 instituant Jérusalem comme « capitale éternelle de l’État d’Israël ». Elle dénonce « une violation du droit international » et déclare cet acte de force de « la puissance occupante » comme « nul et non avenu ».

Ajoutons à tout cela le fait que :

– l’Assemblée générale des Nations unies réitère chaque année depuis 1948 « le droit au retour » pour les réfugiés palestiniens ou, pour ceux qui renonceraient, le droit à des compensations financières,

– le Conseil de Sécurité appelle Israël depuis 1948 à ne pas étendre ses colonies et notamment à abandonner son projet de Grand Jérusalem. La déclaration du 13 juillet 1998, par exemple, prie Israël de : « ne prendre aucune autre mesure qui compromettrait l’issue des négociations sur le statut définitif de la ville » et de « se conformer scrupuleusement à ses obligations découlant de la 4ème convention de Genève ».
Toutes ces déclarations restent sans suite, de même que les multiples condamnations formulées à l’encontre d’Israël. Parmi ces dernières, citons quelques exemples :

– 1975 : la résolution 3379 de l’Assemblée générale condamne le sionisme comme « une forme de racisme et de discrimination sociale », mais les Israéliens et leurs protecteurs américains parviennent, à la Conférence de Madrid – à la suite de l’effondrement du bloc soviétique qui modifie la répartition des votes aux Nations Unies – à faire annuler la condamnation précédente, par la résolution 4686 du 16 décembre 1991
(À noter qu’à la suite de ce vote, les dirigeants israéliens et le représentant des Etats-Unis, poussant l’aplomb à un rare niveau, demandent à l’Assemblée générale de l’ONU de condamner l’antisionisme. Cette demande est néanmoins rejetée).

– 1990 : à la suite de la tuerie dite « des mosquées » par l’armée israélienne, tuerie qui fait 18 morts et 150 blessés, l’ONU nomme une commission d’enquête. Israël refuse de la recevoir, l’ONU ne réagit pas…

– 1992 : Israël expulse vers le Sud-Liban 415 Palestiniens à la suite de l’assassinat d’un garde-frontière par le Hamas… L’ONU condamne Israël qui ne tient pas compte de cette condamnation. L’ONU ne réagit pas…

– 1996 : à l’occasion de l’opération « Raisins de la colère » menée au Sud-Liban, l’armée israélienne bombarde notamment le camp de l’ONU abritant des réfugiés libanais : 98 civils sont tués. L’ONU ne réagit pas…

– 1998 : le Conseil de sécurité des Nations Unies demande à Israël le 13 juillet de renoncer au Grand Jérusalem. Israël poursuit son projet : l’ONU ne réagit pas… Depuis la colonisation de Jérusalem-Est s’est poursuivie à un rythme toujours croissant, y compris pendant les pourparlers entre les Israéliens et l’OLP sous l’égide des États-Unis.

– mai 2000 : à la suite de tirs de mortiers du Hezbollah sur le nord d’Israël, Israël bombarde les centrales électriques du Liban. Plusieurs centaines de milliers de Libanais sont privés d’électricité, de nombreux morts sont à déplorer (notamment par l’arrêt de certains appareils de nécessité vitale dans les établissements hospitaliers). L’ONU se contente d’appeler le Hezbollah et Israël à « plus de retenue ».

– avril 2002, le camp de réfugiés de Jénine est soumis à des destructions massives de la part de l’armée israélienne. Le secrétaire général de l’ONU au Proche-Orient, le scandinave Terje Roed-Larsen déclare alors : « Ce que j’ai vu est absolument inacceptable, d’une horreur qui dépasse l’entendement. Les experts qui sont avec nous et qui ont l’habitude des guerres et des tremblements de terre disent qu’ils n’ont rien vu de tel. Il est inacceptable que le gouvernement israélien n’ait pas autorisé, onze jours durant, les équipes de sauvetage à entrer dans ce camp. C’est moralement répugnant. »

Richard Kook, directeur en Cisjordanie de l’agence des Nations Unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRVA) parle, quant à lui, de « dommages énormes » et Javier Zuniga d’Amnesty International affirme : « C’est l’une des pires scènes de dévastation que j’aie jamais vues. »

Pour le secrétaire d’État adjoint américain chargé du Proche-Orient, William Burns, il s’agit d’une tragédie humaine pour des milliers de Palestiniens innocents » tandis qu’un diplomate européen parle d’ « un déchaînement de violence aveugle sans commune mesure avec la résistance rencontrée ».

À la suite de ce drame, l’ONU désigne une commission d’enquête de 28 membres, mais quelques jours plus tard elle dissout cette commission sous le prétexte que le gouvernement israélien, ne veut pas la recevoir.

– juillet 2004 : l’Assemblée générale des Nations Unies, à la suite de la Cour internationale de justice de La Haye, condamne Israël pour avoir établi un mur de séparation en Cisjordanie. Le résultat du vote est le suivant : 150 voix pour (notamment celles des Européens unanimes en la circonstance), 6 contre et 10 abstentions. L’ONU demande le démantèlement et l’indemnisation les Palestiniens. Israël fait fi de la décision.

Intervention de la Cour Pénale Internationale du 20 juillet 1998
La Cour émet la motion suivant laquelle « la colonisation de territoires par une puissance occupante doit être assimilée à un crime de guerre »
Les pays sont appelés à exprimer leur position. Le résultat est le suivant :
121 pays votent la motion, 21 s’abstiennent, Israël vote contre.
Il s’ensuit que les pays signataires, notamment ceux de l’Europe, se sont implicitement engagés (dès ratification par leur Parlement) à procéder aux arrestations des responsables israéliens criminels de guerre pénétrant sur leur territoire. Jusqu’ici aucune arrestation n’a eu lieu…

À noter qu’en cette même année 1998, alors que les États-Unis demandent à Israël d’arrêter la colonisation, Netanyahu, Premier ministre d’Israël, déclare : « Israël traverse une période qui nécessite une activité énergique pour renforcer la mainmise juive sur la terre » tandis que son ministre des Affaires étrangères, Ariel Sharon, invite les colons « à passer à l’assaut » en leur proclamant : « tout ce que vous prendrez restera entre nos mains ».

C’est dire qu’Israël et ses dirigeants ont toujours fait fi des résolutions et des vœux de l’ONU. Suivant la phrase célèbre de Ben Gourion : « peu importe ce que disent les Gentils, l’important c’est ce que font les Juifs ». Ammon Kapeliouk, journaliste à Jérusalem, fait remarquer que cette phrase est connue de tous les écoliers israéliens.

Si Israël s’est toujours moqué de l’ONU, il lui arrive aussi de se comporter de même avec ses amis américains. En 1992, le Secrétaire américain, James Baker, avait lié l’octroi de garanties bancaires pour un prêt de 10 milliards de dollars à Israël à l’arrêt de la colonisation juive en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Quelque mois plus tard Israël devait recevoir la garantie pour son prêt tout en poursuivant sa colonisation

Ainsi l’ONU a accepté d’Israël, membre à part entière depuis 1949 :

– la violation permanente des frontières ;

– l’application ininterrompue d’une politique d’élimination, d’annexion, d’expansion et de colonisation, alors que la Cour internationale de justice assimile la colonisation à un « crime de guerre » ;

– la prétention d’Israël à résoudre seul – hors de toute intervention de l’ONU – les conflits qu’il a lui-même provoqués

– la violation permanente des droits de la personne tels qu’ils sont définis par la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (en ce qui concerne notamment la torture et à la prise d’otages) ;

– le non-respect les Conventions de Genève dans les territoires occupés ;

– le refus de tout contrôle de l’Agence Internationale de l’Énergie atomique ;

– la production d’armes chimiques et biologiques.

Si l’ONU avait, dans sa dramatique erreur de 1947, quelques circonstances atténuantes (son intention de protéger les Juifs et le fait que le racisme inhérent à l’idéologie sioniste était alors méconnu), comment ne pas voir que cette excuse n’existe plus depuis longtemps ? Errare humanum est… perseverare diabolicum !

Comment ne pas voir que seules les sanctions diplomatiques, économiques, voire militaires, émanant de l’ONU sont susceptibles de faire céder Israël et le ramener dans le droit international ?

Comment ne pas voir que l’État sioniste ne permettra jamais à un quelconque État libre et indépendant, autre que lui, de voir le jour sur le territoire de la Palestine historique ?

par sa déclaration, Donal Trump ne fait que confirmer cela d'un grand pied de nez à tous ceux qui qualifient désormais les états unis d' "hors course"en tant que médiateurs dans ce conflit, puisque non crédibles alors qu'ils ne l'ont jamais été autant que par cette déclaration puisqu'ils viennent de chosir définitivement leur camp avec tous les dommages collatéraux que cela laisse entrevoir 

 

© K.Benslimane (kb)

References :

Shahak Israël, Le racisme de l’État d’Israël, Authier, 1975.

Taguieff P. A., Le racisme, Flammarion, 1997.

Van Creveld Martin, Tsahal, histoire critique de la force israélienne de défense, Ed.du Rocher, 1998.

Vidal Dominique et Algazy Joseph, Le péché originel d’Israël, Editions de l’Atelier,1998.

Weinstock Nathan, Le sionisme contre Israël, Maspero, 1969.

Halter Marek, Le judaïsme raconté à mes filleuls, Robert Laffont, 1999.

Courrier International

Le Figaro

Libération

Monde diplomatique

 » Dossiers et documents » du Monde

Nouvel Observateur

Publications d’Amnesty international – « Israël et territoires occupés »

Revue d’Études Palestiniennes

Revue « Une terre deux peuples » de l’Association pour l’Union des Peuples Juif et Palestinien


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • Garibaldi2 14 décembre 2017 18:52

    UN ÉDIFIANT MICRO TROTTOIR À JERUSALEM :

    https://www.dailymotion.com/video/x6bk6u1


    • antiireac 14 décembre 2017 20:38

      @Garibaldi2
      Bref cette vidéo démontre bien que les nazis islamiques se comportent partout de la même façon et recueillent partout le même accueil de la population locale.


    • pipiou 14 décembre 2017 21:26

      @antiireac

      Et les nazis talmudiques vous en dites quoi ?


    • antiireac 14 décembre 2017 22:46

      @pipiou
      Ça n’existe pas ,c’est le fruit de votre imagination fertile.


    • Bernie 2 Bernie 2 14 décembre 2017 23:10

      @antiireac

      Cachez ce sein que je ne saurai voir.

      Ridicule vous êtes, ridicule vous resterez.


    • Attilax Attilax 15 décembre 2017 11:01

      @antiireac

      Bien sûr que si : ce sont les nantis sémites.


    • pipiou 15 décembre 2017 11:17

      @antiireac

      Ben voyons, et la Shoah c’est aussi de l’imagination fertile ?

      Vous êtes un révisionniste : la Nakba, les actions de nettoyage ethnique comme Deir Yassin ça n’a jamais existé ?


    • babelouest babelouest 15 décembre 2017 14:39

      @Attilax
      Rectification : les « nantis sémites » ne sont le plus souvent pas sémites, mais simplement idéologiquement prêts à s’affirmer « les seuls propriétaires des territoires entre Méditerranée et Jourdain », alors qu’ils n’ont rien, non rien, à voir avec cette région du monde. En revanche, nantis, oui ils le sont, ils possèdent les 995 millièmes des finances circulant sur ce monde, même s’il s’agit de monnaie de singe.


    • lejules lejules 15 décembre 2017 15:01

      @Garibaldi2
      bonjour
      merci de ce micro trottoir. une réaction d un passant qui dit « le droit légitime a la haine des palestiniens »
      le droit légitime a la haine ! nous sommes dans la folie !!! dans la perversité mentale ! le sens commun n a plus cours. de la a ce que les sionistes soit près de faire une soha contre les palestiniens il n’y a qu’un pas ! aux fous ! vive les juifs antisionistes !


    • Allexandre 15 décembre 2017 20:10

      @antiireac

      Jusqu’à preuve du contraire, l’accueil des populations locales a surtout été violent avec les juifs. Depuis 3000 ans, partout où ils sont allés, ils ont semé la haine. Peut-être faudrait-il qu’un jour, ils se posent des questions et fassent une introspection au lieu de se courber cent fois par minutes devant la torah ; ce serait plus intelligent et plus productif. Au lieu de cela, c’est la pleurniche, l’accusation des autres qui sont toujours les méchants, alors qu’eux sont les gentils victimes de l’intolérance et de la haine. En 70 ans, ils se sont bien rattrapé, contre ceux qui ne leur avait rien fait. Cherchez l’erreur ! Le courage des faibles certainement !!!

    • Homphilo 16 décembre 2017 15:00

      les juifs ont un comportement identique qux nazis.ils sont racistes et assasins.l etat d israel est une fiction basee sur la bible qui est un tissus religieux de mythes.j apporte mon soutien aux musulmans


    • Homphilo 16 décembre 2017 15:38

      @antiireac l imagination fertile concerne ceux qui attribue cette terre a un peuple qui est un mythe.le peuple juif n existe que dans la bible qui est un conte de noel...il faut s eduquer avabt de parler


    • Homphilo 16 décembre 2017 17:34

      @pipiou on parle d antisemitisme.a lire l histoire des « juifs » que ces juifs ce sont en fait eux mêmes les antisemites.le peuple dit« juif » ( aucun peuple n est juif ou chretien ou musulman) qui o plus est ce sont des juifs qui ont financés la naissance du chancelier HITLER.donc responsable de l extermination... raison ??? un gros bizness financier a la clé qui dure encore ce jour.voir a ce jour le livre FABRIQUE DE L HOLAUCUSTE.( ecrit par un juif en plus.mais non integriste)


    • Homphilo 16 décembre 2017 19:54

      @pipiou l histoire.la shoa a été voulu par des juifs et crée par des juifs..pourquoi ?? pognon pognon.fouinez dans l histoire et non avec les medias vous decouvrirez


    • pipiou 16 décembre 2017 19:56

      @Homphilo

      Je ne pense pas que ce genre de complotisme débile apporte autre chose que vous décrédibiliser.

      Vous avez demandé le Protocole des Sages de Sion pour Noël ?


    • Homphilo 16 décembre 2017 23:16

      @pipiou les opposants aux verites emploient des mots haineux par manque de savoir.eduquez vous.reconnaissez les faits historiques et non bibliques


    • pipiou 17 décembre 2017 01:54

      @Homphilo

      Vos « faits historiques » sont encore moins crédibles que la Bible, alors ne me parlez pas de vérité.

      Vous avez besoin de vous défouler sur les juifs et moi je ne suis pas là pour ça.
      Bref, je trouve votre discours malsain.


    • Homphilo 17 décembre 2017 11:19

      @pipiou je ne me defoule sur personne mais je suis realiste sur les ecrits religieux.toute les religions.de la superstition pour la faiblesse psychologique.jee suis rationaliste et darwinien.non adepte de la création.prenez de la hauteur et lisez l histoire si vous pouvez.cherchez une trace de moise ou jesus objectivement si vous le pouvez , mais sans lunettes ideologiques


    • Homphilo 17 décembre 2017 13:25

      @pipiou vous declarez mon avis malsain.c est la methode normale lorsque l on a pas d arguments a opposer.vous pratiquez de l ideologie relugieuse, alors que je parle d histoire des religions. donnez moi des traces historiques concernant Moïse.concernant la sortie d Egypte. du passage de la mer.de l exode dans le desert pendant 40 annees. aucune trace historique aucune trace archeologique.la relugion juive est foesndee sur le mythe de Moïse dont on aucune trace, même mort ??bien sur il faut se defendre bec et ongle pour les croyants pour attester son existence.on a le même phénomène avec Jesus..c est de l histoire cher Monsieur.penchez vous sur les ecrits et tentez de les rapproche a l histoire !! bien sur cela demande une certaine intelligence objective


    • sirocco sirocco 14 décembre 2017 20:58

      @ l’auteur

      Merci pour cette nécessaire piqûre de rappel sur les conditions de la création d’Israël, ainsi que sur le renoncement crasse de l’ONU à faire respecter plusieurs résolutions votées en son sein censées s’appliquer à l’Etat juif. Les commentateurs ne manqueront pas de faire référence à votre travail au besoin.


      • Jonas Jonas 15 décembre 2017 00:12

        @sirocco "Merci pour cette nécessaire piqûre de rappel sur les conditions de la création d’Israël, ainsi que sur le renoncement crasse de l’ONU à faire respecter plusieurs résolutions votées en son sein censées s’appliquer à l’Etat juif."

        Rappelons quand même que la résolution 181 de l’ONU qui partage la Palestine en un État juif et un état pour les Arabes a été REFUSÉE par les pays arabes voisins qui ont attaqué de concert Israël dès la proclamation de son indépendance en mai 1948.
        Ce sont les Arabes qui ont violé la résolution de l’ONU, pas Israël.


      • Wendigo Wendigo 15 décembre 2017 08:35

        @Jonas
        les Arabes a été REFUSÉE par les pays arabes voisins qui ont attaqué de concert Israël dès la proclamation de son indépendance en mai 1948.
        Ce sont les Arabes qui ont violé la résolution de l’ONU, pas Israël.
        ***
         Si les arabes ont voté contre, alors ils n’ont rien « violé » en attaquant ; ils sont resté au contraire, très linéaire avec leurs idées.


      • eric 15 décembre 2017 09:56

        @Wendigo

        Comprenez-vous ce que vous écrivez ?


      • Jonas Jonas 15 décembre 2017 12:07

        @Wendigo "Si les arabes ont voté contre, alors ils n’ont rien « violé » en attaquant ; ils sont resté au contraire, très linéaire avec leurs idées.« 

        Donc quand Israël viole les résolutions de l’ONU, contraints et forcés puisqu’ils ont été attaqué par plusieurs pays arabes, c’est un état sioniste criminel.
        Quand les pays Arabes refusent l’application des résolutions de l’ONU,  »ils n’ont rien violé, et sont resté au contraire, très linéaire avec leurs idées."

        Vous n’avez pas de parti pris, quoi.


      • Garibaldi2 16 décembre 2017 08:59

        @Jonas

        L’article 55 de la charte des Nations Unies précise :


        ’’En vue de créer les conditions de stabilité et de bien-être
        nécessaires pour assurer entre les nations des relations pacifiques et amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité des droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, les Nations Unies favoriseront ....’’

        Or il n’y a eu aucune consultation et aucun vote des populations établies sur le territoire de la Palestine mandataire. La création de 2 états par le seul vote des membres des Nations Unies a donc été faite en violation de cette règle fondamentale de la charte.


      • Homphilo 16 décembre 2017 19:57

        @Jonas les arabes refusent ce partage parce que c est une terre que on leur a volé.


      • Homphilo 16 décembre 2017 23:23

        @Jonas vous devez etre autiste ou ne pas savoir lire.premier tort de israel avoir crée un etat sans frontieres.deuxieme fait cet etat voyou bafoue toutes les resolutions de l onu. vous me semblez ideologue.et devant l ideologie on perd son intelligence... peuple elu..du fantasme moise du fantasme. la penetration en canaan apres l exode du fantasme.. eduquez vous un peu sans devenir haineux


      • William 14 décembre 2017 21:20

        L’ONU est cohérente sur ses décisions : les deux états sont institués, l’un ne peut annexer le territoire de l’autre.

        Les deux parties adverses sont incohérentes l’une et l’autre :
        Ceux qui ont refusé la résolution 181 sont mal placés pour défendre l’application des résolutions suivantes.
        Ceux qui ont accepté la résolution 181 sont mal placés pour refuser l’application des résolutions suivantes.


        • QAmonBra QAmonBra 14 décembre 2017 22:21

          Merci @ kb pour le partage.



          Les $ionistes locaux et occidentaux ont fait de la Palestine et de cette région, une monstrueuse poudrière n’attendant plus que l’allumette de l’idiot de service, Al Qods (la Sainte) est probablement la flamme et les simplets, comme les pyromanes, ont eu le temps de pulluler depuis plus de 70 ans de sang et de larmes. . .

          • antiireac 14 décembre 2017 22:50

            @QAmonBra
            Si t’as envie de pleurer sur les fachos palestiniens je te passe un mouchoir.


          • QAmonBra QAmonBra 14 décembre 2017 23:10

            @antiireac


            Shalom le réactionnaire !

            Le kleenex a remplacé le PQ !?

            Gardez le plutôt pour vos $ionistes en Palestine quand ils devront faire leurs valises, comme leurs cousins colonialistes de l’OAS en Algérie. . .

          • Homphilo 16 décembre 2017 15:03

            @antiireaccourage et j espere que l union arabe reussira un jour a chasser les juifs.fachos qui ne respectent rien


          • Jonas Jonas 15 décembre 2017 00:21

            "1990 : à la suite de la tuerie dite « des mosquées » par l’armée israélienne, tuerie qui fait 18 morts et 150 blessés, l’ONU nomme une commission d’enquête. Israël refuse de la recevoir, l’ONU ne réagit pas…« 

            Votre vision du conflit est un trop unilatérale, seul Israël semble être le mal incarné, contre les gentils Arabes palestiniens, rendus au statut de martyrs. il faut rester objectif, et décompter aussi les attaques dans l’autre camp.

            1994 :

            - 6 avril : un Palestinien lance une voiture piégée contre un autobus à Afula (nord), tuant huit Israéliens et en blessant 44 autres. Cet attentat est revendiqué par le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) pour venger le massacre de 29 Palestiniens par un colon juif en février de la même année à Hébron (Cisjordanie).

            - 13 avril : le Hamas frappe pour la seconde fois en une semaine en Israël, tuant cinq Israéliens et en blessant 30 autres dans un attentat à l’explosif à Hadera (45 km au nord de Tel Aviv).

            - 19 octobre : un militant du Hamas fait exploser une bombe à bord d’un autobus à Tel-Aviv, tuant 21 personnes, dont une Néerlandaise, et en blessant 47 autres.

            - 11 novembre : un militant du Jihad islamique en Palestine fait exploser une bombe près d’une position militaire à Netzarim, une colonie juive dans la bande de Gaza, tuant trois soldats.

            1995 :

            - 22 janvier : deux kamikazes du Jihad islamique se tuent l’un après l’autre en déclenchant des explosifs à un arrêt de bus à Beit Lid, au nord de Tel-Aviv, faisant 22 morts, dont 21 soldats, et 64 blessés.

            - 9 avril : un membre du Jihad fait exploser une bombe au milieu d’un convoi militaire israélien près de la colonie de Kfar Darom, dans la bande de Gaza, tuant sept soldats et un touriste américain.

            - 24 juillet : un kamikaze du Hamas tue six Israéliens en faisant exploser une bombe dans un bus à Ramat Gan, près de Tel Aviv.

            - 21 août : un autre kamikaze membre d’Ezzedine al-Kassam, la branche armée du Hamas, fait exploser une bombe dans un autobus à Jérusalem, tuant cinq passagers, dont un Américain, et en blessant 89 autres.

            1996 :

            - 25 février : deux membres d’Ezzedine al-Kassam se tuent à en déclenchant des explosifs, l’un à Jérusalem dans un autobus et l’autre à Ashkelon (sud), faisant au total 26 victimes. 25 personnes (22 Israéliens, dont 8 soldats, deux Américains et un Palestinien) périssent à Jérusalem et un soldat à Ashkelon. Ces deux attentats marquent le début de l’offensive la plus meurtrière de l’extrémisme palestinien depuis la création de l’Etat d’Israël.

            - 4 mars : un kamikaze d’Ezzeddine al-Kassam fait exploser une bombe dans un autobus à Jérusalem, provoquant la mort de 19 personnes.

            - 4 mars : un attentat suicide perpétré par un militant du Jihad islamique, dans le centre de Tel-Aviv, fait 13 morts.

            1997 :

            - 21 mars : attentat suicide à la terrasse d’un café à Tel-Aviv. Bilan : trois Israéliennes tuées, ainsi que le kamikaze palestinien, et 46 blessés.

            - 30 juillet : 18 morts (16 Israéliens, plus les deux kamikazes) dans un double attentat dans le grand marché juif de Jérusalem-ouest.

            - 4 septembre : Triple attentat suicide à Jérusalem-ouest, revendiqué par le Hamas : huit morts, dont les trois kamikazes, et plus de 170 blessés.

            1998 :

            - 6 novembre : un double attentat à l’explosif tue ses deux auteurs —deux Palestiniens membres du Jihad islamique— et blesse 24 Israéliens à Jérusalem.

            1999 :

            - 5 septembre : deux voitures piégées explosent presque simultanément à Haïfa et Tibériade, dans le nord d’Israël, tuant leurs trois occupants, des Arabes israéliens soupçonnés d’être liés au Hamas.

            2000 :

            - 26 octobre : un kamikaze membre du Jihad islamique est tué par l’explosion de la bombe qu’il portait en percutant à bicyclette une position militaire israélienne dans la bande de Gaza. Un soldat israélien est blessé.

            - 2 novembre : une voiture piégée explose faisant deux morts et une dizaine de blessés légers à Jérusalem-Ouest

            (à partir de là, les kamikazes nos sont pas comptés parmi les victimes)

            2001 :
            -1er juin : devant la discothèque »Delphinarium" à Tel Aviv, 21 morts
            - 9 août : devant la pizzeria Sbarro à Jérusalem, 15 morts
            - 1er décembre : sur le marché de la rue Ben Yehuda à Jérusalem, 11 morts
            - 2 décembre : dans un bus à Haïfa, 15 morts

            2002 :
            - 2 mars : dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem, 11 morts
            - 9 mars : dans le Moment Cafe à Jérusalem, 11 morts
            - 20 mars : dans un bus près de Kfar Mousmous, 7 morts
            - 27 mars : dans la salle de restaurant d’un hôtel à Netanya, 29 morts
            - 31 mars : dans un restaurant de Haïfa, 15 morts
            - 10 avril : dans un bus à Haïfa, huit morts
            - 7 mai : dans une salle de billard à Rishon Letzion, près de Tel Aviv, 15 morts
            - 5 juin : dans un bus près du passage de Megiddo (nord), 17 morts
            - 18 juin : au passage de Patt (sud de Jérusalem), 19 morts
            - 19 juin : carrefour de French Hill à Jérusalem, sept morts
            - 4 août : dans un bus au passage de Meron (nord), huit morts
            - 21 octobre : dans un bus au passage de Karkour (nord), 14 morts
            - 21 novembre : dans un bus à Jérusalem, 11 morts

            2003 :
            - 5 janvier : dans le centre commercial Neve Shaanan à Tel Aviv, 23 morts
            - 5 mars : dans un bus à Haïfa, 17 morts
            - 18 mai : dans un bus dans le quartier de French Hill à Jérusalem, sept morts
            - 11 juin : dans un bus sur la rue Jaffa à Jérusalem, 17 morts
            - 19 août : dans un bus à Jérusalem, 23 morts
            - 9 septembre : à un arrêt de bus près d’une base militaire à la sortie de Tel Aviv, huit soldats tués
            - 9 septembre : devant le Cafe Hillel à Jérusalem, sept morts
            - 4 octobre : dans le restaurant Maxim à Haïfa, 19 morts

            2004 :
            - 29 janvier : dans un bus de Jérusalem, 11 morts
            - 14 mars : au port d’Ashod, 10 morts
            - 31 août : dans des bus à Beersheba, 16 morts

            2005 :
            - 25 février : devant une discothèque de Tel Aviv, quatre morts
            - 12 juillet : près d’un centre commercial de Nétanya, cinq morts
            - 26 octobre : devant un stand de falafels à Hadera, cinq morts
            - 5 décembre : à l’entrée d’un centre commercial de Nétanya, cinq morts

            2006 :
            - 17 avril : devant un restaurant d’un quartier de Tel Aviv, 11 morts

            2007 :
            - 29 janvier : dans une boulangerie de la station balnéraire d’Eilat, trois morts

            .......

            Comment a réagit l’ONU contre ça ? Avez-vous entendu une condamnation ?

            http://lostinjerusalem.blogspot.com/2007/01/les-attentats-en-isral-depuis-la.html


            • kb kb 15 décembre 2017 00:46

              @Jonas Bonsoir Jonas Un tantinet sophiste votre argumentaire. Aux résolutions Onusiennes découlant du droit international vous opposez des actions de résistances désespérées en éludant le fond du problème . Si on veut jouer au décompte des morts on s’aperçevrait de manière bien évidente en défaveur de qui penche la balance. Une mort, quel que soit le camp, est toujours déplorable. Il n’est pas question ici de méchants ou de gentils mais de droit que l’on refuse à l’un et de non droit que l’on accorde à l’autre


            • Jonas Jonas 15 décembre 2017 01:30

              @kb " Aux résolutions Onusiennes découlant du droit international vous opposez des actions de résistances désespérées en éludant le fond du problème.« 

              Ce sont les États arabes qui ont violé la résolution de l’ONU 181 en ne reconnaissant pas le droit d’Israël à exister en 1948, et en proclamant qu’il fallait  »jeter les Juifs à la mer« .

              -------------------
               ». Il n’est pas question ici de méchants ou de gentils mais de droit que l’on refuse à l’un et de non droit que l’on accorde à l’autre« 

              Et pourquoi Israël n’aurait pas le droit d’exister ? C’est bien une résolution de l’ONU, non ?

              Avouez quand même que votre article est orienté.
              Rien sur les discours des dirigeants du Hamas, qui appellent publiquement à l’extermination des Juifs.
              Rien sur la charte du Hamas, un plagiat condensé de »Mein Kampf" de Hitler contre les Juifs.

              Rien sur les centaines de civils israéliens, hommes, femmes, enfants vieillards décimés par les attentats terroristes islamiques dans les écoles, universités, bus, restaurants...


            • Jonas Jonas 15 décembre 2017 01:32

              @Jonas
              et j’oubliais, bonsoir kb, excusez mon impolitesse ! smiley


            • Jonas Jonas 15 décembre 2017 01:41

              @Jonas et j’oubliais, bonsoir @kb, excusez mon impolitesse !


            • babelouest babelouest 15 décembre 2017 02:58

              @Jonas
              le plus simple est de revenir à la situation de...1946 par exemple. Et que TOUS ceux qui sont arrivés dans les territoires situés entre Méditerranée et Jourdain, et leurs descendants, en repartent. Ce n’est pas comme si ces territoires avaient été vides avant 1947 : il y avait même des populations de religion juive, mais il y avait surtout des descendants de personnes qui étaient là depuis très longtemps, et dont les ancêtres pour certains avaient changé de religion : des chrétiens de différentes obédiences, des druzes, des musulmans, des bouddhistes....

              On peut même donner enfin un nom au gouvernement qui couvrirait ces régions : la République Palestinienne. Après tout, le malheur vient des horribles politiciens britanniques depuis des dizaines, voire des centaines d’années !


            • babelouest babelouest 15 décembre 2017 08:44

              @jonas
              j’oubliais de préciser : ceux qui sont arrivés après 1946 repartent, en revanche ceux dont les familles ont été chassées de fait après 1946, sont invités à revenir. Cela paraît judicieux, d’autant que la plupart de ceux-ci possèdent toujours leurs anciens titres de propriété, et même... la clef de leur maison !


            • eric 15 décembre 2017 10:06

              @babelouest

              Ouai ! Virer les migrants économiques, réfugiés politiques, ou simplement touristes incrustés, légaux ou non, et leurs descendants. Privilégier les droits de ceux qui peuvent revendiquer des arrières grand parents « souchiens », des « origines ethniques » « raciales » ? Votre programme n’est pas dépourvu d’intérêt. Il n’est pas entièrement nouveau non plus. Sans moi


            • Jonas Jonas 15 décembre 2017 10:23

              @babelouest « le plus simple est de revenir à la situation de...1946 par exemple. »

              Sous mandat britannique ?
              Pas sûr que les Arabes et les Juifs soient vraiment d’accord.

              --------------------------
              « On peut même donner enfin un nom au gouvernement qui couvrirait ces régions : la République Palestinienne. »

              Avec quel gouvernement ?


            • babelouest babelouest 15 décembre 2017 10:43

              @Jonas
              Un mandat est une forme de colonisation : il est bien évident que les britalli_ques doivent être refoulés dans leur île, et n’en point sortir surtout sous forme de banquiers.

              Quel gouvernement ? Un parlement issu d’élections démocratiques, et un cabinet chargé d’appliquer les décisions de ce parlement, sous l’égide d’un président-simple arbitre. C’est le moindre mal, mais actuellement un système délibérément faussé dans beaucoup de pays en raison de l’ingérence anglo-saxonne et des banques qui en sont le pilier.


            • Eric F Eric F 15 décembre 2017 11:12

              @babelouest
              si on virait de tous les pays du monde ceux qui y sont arrivés postérieurement à 1946 et leurs descendants, cela serait un beau remue-ménage !
              En réalité, il y a eu en 1947 une résolution de PARTAGE en fonction des populations en place à cette date, et de la continuité historique et culturelle. Il n’y a aucune raison de remettre en cause le principe, mais au contraire il y a toutes les raisons de le mettre en application.
              Ceux qui veulent supprimer l’existence d’Israël en tant qu’état alimentent de ce fait les bellicistes et annexionnistes israéliens, qui affirment mener une lutte existentielle. C’est en renonçant à cette suppression que l’OLP avait entamé une démarche de paix négociée avec Israël, qui a failli aboutir, mais torpillée par les « exclusivistes » des deux camps.


            • Homphilo 16 décembre 2017 15:59

              @Eric F il n y a eu aucun partage selon les populations en place.les juifs se sont inventé un peuple au nom d une religion.( parle t on du peuple chretien ou arabe ou hindou ??) l a volonte de creer un etat date de 1970 volonte annoncé par HERTZEL de creer le sionisme et lui donner une terre..


            • Homphilo 16 décembre 2017 16:12

              @Jonas l etat d israel est une intention politique datant de 1870.apres l affaire DREYFUS. il fallait en premier céer le sionisme pour lui attribuer une terre.le peuple juif est une fiction des ecrits religieux.


            • Homphilo 16 décembre 2017 19:59

              @Jonas cette terre leur a été volé .donc ils ont raison de ne pas participer a cette fanfaronnade


            • Homphilo 16 décembre 2017 23:31

              @Jonas hitler a ete mis en place par le financement de les forges.famille de wendell.par le financement de la banque rotchild. les USA au travers de EXON MOBIL on alimenté l armée allemande en fuel ( hé oui l allemagne n a pas de pétrole.) alors fouillez dans l histoire au lieu de plagier les medias.le probleme juif a été développé en victimisation pour faire du fric a chaque evenement


            • Gatling Gatling 17 décembre 2017 15:14

              @eric
              Bon ben on fera avec : sans vous donc *


            • En marchant En marchant 15 décembre 2017 00:25

              Excellent 


              • chantecler chantecler 15 décembre 2017 09:24

                L’ONU .... !
                Rappelons que ses missions d’intervention concernent des dissensions entre deux états .
                A partir du moment où il n’y a pas d’Etat Palestinien , refusé par Israël, l’ONU n’a pas mandat a intervenir .
                Toute l’hypocrisie est là .


                • oncle archibald 15 décembre 2017 17:44

                  @chantecler : « A partir du moment où il n’y a pas d’Etat Palestinien , refusé par Israël » .....

                  Heu ???? Refusé par les Arabes eux même qui n’ont jamais accepté le partage du territoire sous mandat britannique et refusent toujours l’existence d’un état Juif créé sur proposition de l’ONU entre autres raisons pour mettre un terme aux interminables querelles entre juifs et arabes en Palestine.

                  Bien avant 1948 les Anglais envisageaient déjà une partition de la Palestine sous mandat comme seule solution pour arriver à faire cohabiter en paix Juifs et Arabes, mais chaque tentative s’est soldée par un échec.

                  En 1948 les Juifs ont accepté le partage proposé tandis que jusqu’à ce jour les Arabes l’ont refusé. Les différents conflits armés depuis 1948 n’ont pas permis aux Arabes de rejeter à la mer les Juifs comme ils le souhaitaient et les Juifs, vainqueurs des différentes guerres jusqu’à ce jour, ont colonisé une partie des terres qui avaient été promises aux Arabes en 1948.

                  A mon avis l’erreur majeure de l’ONU est de ne pas avoir attendu une reconnaissance simultanée des deux communautés sur le plan de partage proposé, qui était très discutable et pour ainsi dire invivable. Mais les Arabes ne l’ont même pas envisagé puisqu’à cette date ils ne souhaitaient pas du tout un partage territorial. A l’inverse les Juifs l’ont accepté immédiatement.

                  Beaucoup considéraient que l’essentiel du territoire réservé aux Arabes de Palestine était l’actuelle Jordanie qui faisait elle aussi partie du territoire sous mandat Britannique.

                  https://www.dreuz.info/2010/10/03/il-y-a-deja-un-etat-palestinien-la-jordanie-par-guy-milliere/


                • pipiou 15 décembre 2017 18:03

                  @oncle archibald

                  Si les Israéliens avaient accepté le plan de partage ils ne seraient pas en train de le fouler au pied !

                  Les Israeliens ont dit oui en 1948 histoire d’avoir un pied dans la place, tout en sachant qu’ils s’arrangeraient par la suite pour grignoter tout ce qu’ils peuvent en dehors de ce qui leur avait été attribué.
                  C’est bien joué tactiquement mais ça ne vous oblige pas à avaler des couleuvres.

                  Une des erreurs de l’ONU est aussi d’avoir laissé impuni l’assassinat de son médiateur par des terroristes Israeliens.
                  « Folke Bernadotte est mort assassiné le 17 septembre 1948 à Jérusalem, par des membres du groupe terroriste juif sioniste Lehi ».

                  mais pour vous les Israeliens sont les éternelles victimes je suppose.


                • oncle archibald 15 décembre 2017 18:35

                  @pipiou : les Israéliens ne sont pas les « éternelles victimes » car ils ont une excellente armée pour se défendre et la hargne que donne de savoir que c’est leur survie qui se joue chaque fois qu’ils ont été attaqués par une coalition d’états arabes théoriquement bien plus forts en hommes et en armement. Ça ce ne sont pas des élucubrations mais des faits.


                • pipiou 15 décembre 2017 19:53

                  @oncle archibald

                  Alors s’ils ont une si bonne armée, pourquoi passent-il leur temps à se dire en péril ?

                  C’est excellent que vous soulignez le fait qu’aujourd’hui Israël n’a plus rien à craindre : ça c’est un fait.
                  C’est beaucoup plus gênant que vous soyez dans le déni total de leur victimisation systématique.
                  Quand ils pulvérisent des enfants par centaines, c’est parce qu’ils sont victimes de quelques roquettes ; quand ils s’arment jusqu’à la gueule et plus, c’est parce qu’ils prétendent avoir « peur d’être anéantis ».

                  Et quand ils ont besoin d’un soutien international ils nous refont le coup de l’antisémitisme.

                  Vous êtes passé à côté de ça, sérieusement ?

                  Le robot Oncle Archibald a-t-il bugué façon Massada ?

                  Au fait vous qui êtes un supporter sans faille d’isarel vous connaissez le « complexe de Massada » : les gens qui sont persuadés d’être assiégés jusqu’à la fin des temps ?


                • oncle archibald 15 décembre 2017 23:09

                  @pipioû ils ont gagné chaque fois mais chaque fois plus difficilement, et leurs voisins disposent aujourd’hui d’armes et de matériel de plus en plus performant, et deviendront très vulnérables le jour ou l’Iran disposera d’armes atomiques. Assiégés jusqu’à la fin des temps me paraît en effet une image assez exacte. S’ils ne restent pas très vigilants et très performants ils sont cuits.


                • Homphilo 16 décembre 2017 17:39

                  @oncle archibald parlons d un etat sioniste .le peuple juif est un fantasme.un detournement de l histoire.qui plus est la majorite des juifs( voulant dire pratiquant le judaisme) se trouvent en europe centrale à l origine l ex état du khazars


                • Homphilo 16 décembre 2017 18:26

                  @oncle archibald pourquoi parlent ils du danger de l arme nuceaire iranien.ils ont eux meme 150 tetes nucleaires..NE FAIS PAS A AUTRUI.....


                • pipiou 16 décembre 2017 19:11

                  @oncle archibald

                  Superbe rétro-pédalage !!  smiley
                  Faudrait peut-être arrêter de tortiller du cul : ils ont une excellente armée ou pas ? Ils ont gagné à chaque fois ou pas ?

                  Et maintenant vous me dites que « S’ils ne restent pas très vigilants et très performants ils sont cuits. »

                  Si vous vouliez encourager Israel a rester hyper-militarisé, hyper-agressif et totalement méprisant de l’opinion internationale vous ne feriez pas différemment.

                  Israel a-t-il la 4eme armée du monde ou pas ?
                  Isarel est-il soutenu à fond par l’hyperpuissance américaine ou pas ?
                  Les ennemis d’Israel comme l’Iran sont-ils hyper surveillés (et diabolisés) ou pas ?
                  Isarel détient-il l’arme nucléaire en refusant de l’admettre ou pas ? etc, etc ...

                  Vous êtes également atteint du syndrôme de Massada ou bien êtes-vous prêt à n’importe quel arrangement avec la vérité, par islamophobie ou proximité très forte avec Tsahal ?

                  Hitler a inventé un complot juif international pour s’en prendre aux juifs ; d’autres inventent un complot anti-israel pour mieux dézinguer ceux qu’Israel n’aime pas ( au phosphore, par terrorisme interposé, par des jeux à 3 bandes entre acteurs du proche-orient ....).


                • oncle archibald 16 décembre 2017 19:43

                  @Homphilo : parmi les nations qui possèdent l’arme nucléaire certaines sont plus disposées que d’autres à détruire leurs voisins. Je pense que l’armement nucléaire de la France ou d’Israël est à usage « dissuasif », j’ai des doutes sur ce que l’Iran souhaitera faire de l’arme nucléaire le jour ou il en disposera, si ça n’est déjà fait.

                  En tout cas avec ou sans bombe atomique il continue à rêver de détruire l’état d’Israel et ne s’en cache pas.

                  http://www.geopolitis.net/STRATEGIES/L%27IRAN%20DES%20MOLLAH.pdf

                  https://www.youtube.com/watch?v=rkSSWRddHPg


                • Homphilo 16 décembre 2017 20:08

                  @oncle archibald comment ne pas rever cet etat sioniste qui n apporte que malheur dans la region et qui a semé la mort en europe par dizaines de millions.israel est une terre volee .une terre qui ne leur appartient pas.ils se comportent en plus comme des mercenaires. et pour infos en ce qui concerne l arme nucleaire dissuasive ??? le seul pays au monde a avoir utilisé l arme nucleaire sur des civils ??* Les USA leur allié.alors svp ne pretez pas d intentions de ce type a d autres. un proverbe.. l homme a tendance a attribuer a autrui ses propres defauts


                • simazou 17 décembre 2017 11:40

                  @chantecler
                  Vous êtes franchement la mauvaise foi en personne, malhonnête et anti-juif par excellence. Quel charabia pour un vieux de votre âge, vous n’avez pas encore digéré la défaite de Pétain !!!



                • chantecler chantecler 17 décembre 2017 11:56

                  @simazou
                  Je n’attendais que vous pour ce dîner ...
                  Ah que !
                  Vous avez appris à lire avec la méthode globale ?
                  Joyeuses Pâques !


                • babelouest babelouest 15 décembre 2017 09:27

                  On notera que dès qu’il y a une polémique, Wikipedia (France, ailleurs je ne sais pas) n’en sort pas grandie. Cela viendrait-il de ceux qu’on appelle les sayanim ?


                  • Massada Massada 15 décembre 2017 09:54

                    @kb

                     
                    Vous est palestinien ? 
                    oui, alors retournez à la table des négociations.
                     
                    non, alors sachez ceci  :
                     
                    Les chrétiens ont été les maîtres de Jérusalem avant sa conquête par les musulmans. C’est toujours un lieu saint pour les chrétiens. Mais les chrétiens ne contestent pas la propriété de la ville. Ils jouissent du droit religieux de visiter la ville sainte, et les juifs ne les en empêchent pas. Les musulmans doivent également jouir des mêmes droits religieux, et ont en réalité ces droits ; les juifs ne les en privent pas. Les musulmans à travers le monde, par conséquent, n’ont aucun fondement religieux pour gouverner Jérusalem. La plupart des musulmans n’ont jamais souhaité même visiter Jérusalem. 
                     
                    Quant à la revendication politique, seuls les Palestiniens peuvent l’invoquer et seuls eux doivent négocier. Cela ne peut pas constituer une revendication musulmane collective. 
                    Les centres actifs de la foi musulmane ne sont autres que les Villes saintes de La Mecque et de Médine. 


                    • Massada Massada 15 décembre 2017 09:56

                      @Massada
                       

                      Vous êtes (et non vous est)


                    • kb kb 15 décembre 2017 11:07

                      @Massada

                      Du calme Massada du calme...

                      Je ne suis pas palestinien et je ne revendique rien du tout. J’attire juste l’attention sur une certaine façon de traiter l’information qui de mon humble avis relève plus de la désinformation

                      La crise actuelle au proche orient ouvre la porte à bien des amalgames où l’opacité de l’histoire ajoute un flou artistique à l’irrésolution des états à appliquer le « droit » dans son entendement intrinsèque.

                      Vous avez cependant raison sur un point. Il serait sans doute urgent, pour l’avenir du monde, que les états se positionnent d’abord et avant tout « humainement » par rapport à ce conflit, au-delà de toute considération ethnique, raciale ou religieuse. Aussi lorsque vous dites « Quant à la revendication politique, seuls les Palestiniens peuvent l’invoquer et seuls eux doivent négocier. Cela ne peut pas constituer une revendication musulmane collective », je veux bien, mais expliquez-moi selon quel principe le CRIF, association française, intime au président français de s’aligner sur la décision de Trump, et selon quel alchimie un député « français », Habib Meyer pour ne citer que lui, payé par le contribuable français et sensé défendre les intérêts de son électorat, profite à chacune de ses interventions au parlement pour mener toute une campagne de revendication pour le compte d’Israel ? si ça n’est pas de la revendication collective ça serait quoi d’autre ? 

                      Alors que l’on reproche à outrance l’extrémisme religieux musulman, soit disant source de tous les problèmes, paradoxalement, le silence fait consensus sur le fait qu’Israël, en tant que nation, se positionne quant à elle, ouvertement, « racialement » par le fondement de sa raison d’être sur un élitisme ethnocentrique par la pratique du sionisme en tant qu’idéologie extrémiste nationaliste la poussant inexorablement à commettre l’irréparable.

                      Par cette attitude du « deux poids deux mesures », l’histoire de l’humanité, et à travers elle l’histoire du droit, semble faire les frais d’un révisionnisme perpétuel amenant la valeur intrinsèque de l’humanisme à subir une régression dans le collectif mental. Invoquer des critères « sympathiques » pour octroyer le droit aux armes me semble tout aussi insensé que cette attitude à contenir coûte que coûte dans le « droit » l’action d’une des deux parties en présence dans le conflit et tolérer toutes les exactions, aussi meurtrières soient-elle, de l’autre partie.

                      Toute la légitimité de la raison d’être de chaque nation repose sur sa chronologie paléographique. Or il se trouve que cette paléographie, malgré vos assertions qui ne relèvent point de l’argumentaire, n’est pas à l’avantage d’Israël qui invoque la raison sécuritaire au détriment de l’histoire pour donner libre cours à son expansionnisme barbare. Israël mène une guerre sur tous les fronts dont le « médiatique » n’est pas le moindre. Un médiatique qui se place hors contexte historique puisant sa force dans le révisionnisme pour ne pas dire simplement dans l’absence d’histoire ainsi que dans l’attitude aberrante de l’instance internationale à « exiger » partialement le respect d’un droit qui a perdu toute sa consistance fondamentale à l’une des parties seulement. Ce que vient de réitérer Trump avec tous les risques d’embrasement corollaires

                      Aussi quand vous dites « s’asseoir à la table des négociations » je me demande bien de quelles négociations vous parlez ? Rappelons qu’Israël n’a jamais eu besoin du moindre prétexte pour refuser la paix.

                      Et dans la lignée de cette attitude aberrante, comment peut-on se permettre de demander au Hamas s’il va reconnaître Israël alors qu’Israël refuse, en revanche, de se reconnaître, c’est à dire de fixer les frontières de son pays ?

                      Pourquoi ne demande-t-on pas au Hamas : « Seriez-vous prêts à accepter une force de paix internationale sur la ligne verte ? ». (On ne leur demande pas parce que la réponse d’Israël à cette question est NON ! Israël qui ne jure que par sa sécurité, refuse obstinément les propositions européennes et américaines d’envoi d’une force internationale sur les frontières reconnues par le droit international. On demande au Hamas, qui a cessé toute opération militaire pendant un an, respectant une trêve qu’Israël n’a cessé de violer durant la même période)

                      « Etes-vous d’accord pour renoncer aux armes  ? ». Qui a posé cette question à n’importe lequel des dirigeants israéliens ? Ainsi on voudrait qu’Israël puisse continuer à utiliser les tanks, les bombes, les missiles et toute l’artillerie lourde, pour maintenir son occupation, mais que le Hamas, renonce lui à la résistance armée contre l’occupant, qui est parfaitement légitime.

                      Sur quel critère donc prétendre que les palestiniens n’ont pas besoin du Hamas en faisant, inconsciemment peut-être, une classification de meurtriers sur le seul critère de sympathie ???

                      Que l’on désarme le Hamas, soit ! Mais qu’en parallèle l’on désarme Israël et qu’on l’oblige à respecter toutes les résolutions votées à son encontre depuis 1947 !


                    • Attilax Attilax 15 décembre 2017 11:15

                      @Massada

                      Vous ne pouvez à la fois dire sur ce post que les palestiniens doivent retourner à la table des négociations et sur un autre expliquer qu’ils n’ont aucun droit car cette terre appartiendrait aux hébreux selon la Bible. C’est soit l’un soit l’autre. Je suis toujours surpris par vos commentaires : c’est un mélange de grande sincérité et d’hypocrisie, d’aveuglement et de lucidité, de vérités et de mensonges. Mais il y a une chose que j’apprécie chez vous, c’est que vous n’avancez pas masqué et que vous n’êtes pas fermé à la discussion... J’estime avoir le droit d’avoir un avis en tant que ’gentil’, même si je ne suis ni juif ni palestinien, ça ne m’empêche pas de penser. Merci de nous laisser au moins ça...


                    • QAmonBra QAmonBra 15 décembre 2017 11:18

                      @Massada



                      Ce n’est pourtant pas faute de vous avoir prévenu qu’une idéologie, quelle qu’elle soit, peut être plus addictive et nocive pour les méninges que n’importe quel stupéfiant !

                      Toutes ces horreurs, ce sang, ces larmes et cette haine cumulée depuis près de 70 ans en raison de mythes religieux ! 

                      Alors qu’à ce jour aucune preuve scientifique démontre que la Jérusalem biblique, la fastueuse capitale du royaume de David et Salomon, se trouvait en ex terre de Canaan, mêmes vos plus éminents archéologues ont laissé tomber ! 
                      J’aimerai pas être à votre place lorsque ladite cité et son royaume, si ils ont réellement existé, seront découvert ailleurs, probablement par hasard, vous mesurerez alors à quel point votre idéologie vous aura aveuglé et qu’elle n’a rien à envier à celle des wahhabites, dont vos dirigeants ont fait des alliés.

                      Al Qods ou la sainte, qualificatif que n’ont pas La Mecque ou Médine, à été la première orientation de la prière pour la Oumma musulmane originelle, en s’arrogeant le « droit » de la posséder sans partage comme l’entière Palestine, les $ionistes occidentaux et locaux viennent de déplacer le conflit sur le terrain strictement religieux, erreur stratégique gravissime y compris pour les alliés de $ion. . .

                    • microf 15 décembre 2017 14:24

                      @Massada

                      Bonjour mon cher @Massada.

                      Suite á l´ annonce de la nouvelle des Usa de reconnaitre Jérusalem comme capitale d´Israel, j´ai beaucoup pensé á vous, peut être que nous sommes au début du commencement de l´accomplissement de la prophétie, et je prie pour cela, afin que dans cette nouvelle Jérusalem oú tous serons réunis autour du Christ, qu´il n´y ait plus ni de Juif, ni d´Africain, ni d´Asiatique, ni d´Européen, ni d´Américain, mais, tous ne formant qu´un seul peuple autour du Christ.


                    • OMAR 15 décembre 2017 19:09

                      Omar9

                      @Massacrada, encore une fois, je te defie d’inf’irmer ou de démentir l’historique de Jérusalem présenté ci-dessus :
                      .
                      1200 av JC : Les enfants d’Israël persécutés par Le Pharaon et sauvés par Moïse refusent de rentrer dans la ville et doivent errer dans le désert pendant 40 ans Et c’est vers 1000 av JC : que le Prophète David et son fils Salomon mettent en place un royaume Monothéiste.
                      En 587 av JC  : Les Babyloniens prennent la ville, Nabuchodonosor détruit le temple. Les enfants d’Israël sont envoyés à Babylone où ils sont réduits en esclavage et Jérusalem est détruite.
                      En -335 Alexandre conquiert la ville qui devient helléniste.
                      Ce n’est qu’en - 140 av JC : après la longue révolte des Maccabés, que les israélites se dotent d’un état sous la dynastie des Hasmonéens.
                      Puis ce fut la colonisation romaine avec la destruction du Temple, et la reconversion des romains au Christianisme.
                      En638, le Calife Omar prend la ville sans combat, Jérusalem devint El Qods et la première mosquée de la ville y est construite.

                      En 1099, les Croisés prennent la ville 
                      En 1187, Saladin, après 13 ans de lutte acharnée à unir les musulmans, reprend la ville.
                      En 1917, après trois ans de campagnes militaires successives coalisant la France, le Royaume-Uni, leurs empire coloniaux, Allenby rentre dans Jérusalem le 18 décembre.
                      En 1948 que l’Angleterre offre une partie de la Palestine aux juifs et Jérusalem est divisée en 2.
                      En 1967, agression sauvage des israéliens et occupations totale de Jérusalem.
                      En 2017, Un demi siècle après l’occupation illégale de la partie Est de la ville, les Arabes musulmans sont encore présents dans la ville, malgré toutes les abjectes tentatives des sionistes de les chasser ou tuer.
                      .
                      Alors, où étaient les sionistes en ces temps là ?
                      Surement en Europe centrale, puis un peu au Maghreb et en Andalousie..

                    • Massada Massada 15 décembre 2017 20:56

                      @OMAR
                       

                      Jérusalem n’a jamais été sacrée pour les musulmans, quand bien même ils l’ont conquise et occupée. 
                      Dans les années 1870, Jérusalem était une ville de province oubliée au sein de l’empire ottoman. 
                       
                      Elle a toujours été fondamentalement une ville juive : les Juifs ne l’ont jamais quittée sauf sous le coup de massacres et de persécutions. Le monde musulman veut faire de Jérusalem un symbole, une sorte de trophée qu’il faudrait retirer aux Juifs, car il y a dans l’inconscient collectif musulman l’idée que si Jérusalem est retirée aux Juifs, le judaïsme tombera, et Israël tombera aussi.
                       
                      Mais vous n’arriverai jamais à nous anéantir.

                    • Shaw-Shaw Shawford 15 décembre 2017 20:59

                      @Massada


                      Tiens le GÉNIE !

                      T’as suivi les aventures de Rosemar hier soir, ou pas ?

                    • pipiou 15 décembre 2017 21:35

                      @Massada

                      Il est où l’Oncle Archibald qui disait que les Israéliens ne passent pas leur temps à jouer les victimes ?

                      Personne ne veut t’anéantir mon pauvre Massada c’est toi qui veut anéantir ceux qui ne te plaisent pas.
                      Combien d’Arabes tués par des Juifs depuis 1948, et combien de Juifs tués par des Arabes ?

                      Les paranos assiégés de Massada se sont suicidés, as-tu oublié ?

                      Un petit suicide à la bombe atomique histoire de suicider ses voisins par la même occasion, ça c’est très Massadique.

                      "Flavius Josèphe décrit les Sicaires comme des fanatiques violents et ne fait pas un portrait flatteur de ces hommes. Il reconstruit le discours du chef, Elazar ben Ya’Ir (dont un sur l’immortalité de l’âme) expliquant les motivations de ce suicide collectif, mais, en tant que Juif, il reste perplexe devant un tel acte.
                      La religion juive interdisant catégoriquement le suicide mais autorisant le meurtre dans des conditions très strictes, les Sicaires se sont vraisemblablement entretués " ....


                    • OMAR 15 décembre 2017 21:39

                      Omar9

                      @Massacrada : «  les Juifs ne l’ont jamais quittée sauf sous le coup de massacres et de persécutions. ».
                      .
                      Je ne te parle pas de sacrement de Jérusalem par les musulmans, mais de la judéité de cette ville qui n’a jamais existé et que tu éludes perfidement.
                      Cependant, en 661, Muʿawiya se fait proclamer calife à Jérusalem, devenant ainsi le premier calife omeyyade :cequi fait de cette ville une ville symbolique de l’Islam.
                      Autre chose, cite moi une seule fois où se sont les musulmans qui ont massacrés ou persécuté des juifs à Jérusalem.
                      .
                      Par contre, ce n’est que sous la présence des musulmans qu’est construite la première synagogue dans Jérusalem, près de l’emplacement de l’ancien Temple..
                      .
                      Enfin, personne et surtout pas moi, ne veut ou pense à vous anéantir...
                      Mais le fait de t’autoproclamer « massada », explique ton raisonnement propagandiste ...
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Massada
                      .
                      Alors, va chanter ta hasbara à la knessett, va....


                    • Massada Massada 16 décembre 2017 07:58

                      @pipiou
                       

                      Lors de notre prestation de serment d’officier nous disons « Massada ne doit pas tomber à nouveau ».
                      Massada est le symbole de la détermination du peuple juif, être a l’abri dans son propre pays.
                      Ce n’est pas mon problème, si vous musulman etes incapables de comprendre correctement ce symbolisme.

                    • Nolats Nolats 16 décembre 2017 10:34

                      @Massada
                      En 1844 (avant le début des alyas), il y avait 15000 habitants à Jérusalem : 7000 Juifs, 5000 musulmans et 3000 chrétiens. Petite ville en effet, cependant chef lieu de juridiction, et pluraliste en terme de religions depuis des siècles (du reste, au milieu du 19è siècle, les églises chrétiennes rétablissent des patriarches résidents)


                    • pipiou 16 décembre 2017 13:43

                      @Massada

                      Massada est surtout le symbole d’une totale folie.
                      Le peuple juif est à l’abri dans son propre pays, il n’y a que toi à te sentir menacé comme n’importe quelle brute Sicaire qui sera prête à massacrer sa propre famille, et donc le reste du monde entier, pour avoir raison.

                      Je ne suis pas musulman pauvre cloche, si tu n’avais pas un dépôt de munitions à la place du cerveau tu t’en serais peut-être rendu compte.

                      Je suis juste humain, contrairement à toi, et tu apprendras peut-être un jour que le contraire de toi n’est pas forcément musulman.

                      Mais maintenant que tu m’as relaté ton serment d’officier je comprends mieux à quel point tu es psychologiquement atteint.
                      Si j’étais religieux je dirais que les Israéliens modernes sont les chevaliers de l’Apocalypse.


                    • Homphilo 16 décembre 2017 15:12

                      @OMAR au lieu de raconter des sornettes faisons un peu d histoire !!!( pour les gens censés bien sur) Moise est un mythe.il n y a aucune trace historique de cet individu ni aucune trace de l exode au travers du desert.pour cloturer le tout Dieu( SUPERSTITION) a enterré ce fameux MOISE dans un lieu inconnu.iln y a eu aucune bataille entre des juifs fictifs( historiquement) et des cananéens.( malgré les fables de la bible . il est bon de se cultiver avant de raconter ces messes bibliques


                    • Homphilo 16 décembre 2017 15:40

                      @Massada les chretiens n ont été les maitres de rien du tout, tout comme les juifs.la bible et les evangiles sont des fables


                    • Homphilo 16 décembre 2017 16:17

                      @microf il faut cesser de rever religion..prophétie etccc ce sont des mots creux.les religions sont génératrices de haine..il suffit de lire la Bible.les Evangiles et ke Coran


                    • Homphilo 16 décembre 2017 17:48

                      @OMAR tout cela est de la religion.ce ne sont aucunement des ecrits historiques.qui plus est l etat d israel fut crée et donné par les anglais d origine juive( les khasars) ces khasars represente 95 pour cent de la population mondiale judaique..en premier la famille rotchild.( nom adopté de l enseigne khasars.. rot.. rouge child enseigne...voila un peu d histoire véritable


                    • Homphilo 16 décembre 2017 17:50

                      @Massada faux les juifs sont inexsistants.sauf pour la bible qui historiquement est une fiction pure


                    • Homphilo 16 décembre 2017 18:33

                      @Massada la terre d israel appartient aux palestiniens.le peuple juif( pour employer le terme impropre de peuple) n est aucunement sémite.donc aucun droit sur cette terre qu ils ont volé


                    • Homphilo 16 décembre 2017 20:11

                      @OMAR MOISE EST un mythe.il n a jamais existé historiquement.aucune persexution en egypte de quelque enfant. aucune sortie d egypte..faites donc de l histoire et non de la theologie


                    • Homphilo 17 décembre 2017 11:24

                      @pipiou c est quoi un peuple juif, tout comme un peuple chetien ou musulman.les juifs representent ils une theocratie ??


                    • Gatling Gatling 17 décembre 2017 15:19

                      @Massada

                      Sur la photo : cette vieille houri oserait-elle s’en prendre à un de nos braves gars... ?
                      Si les palestiniens utilisent les postillons comme arme bactériologique .... sans compter l’haleine fétide qui peut vous détruire un organe olfactif comme qui rigole !


                    • Spartacus Lequidam Spartacus 15 décembre 2017 10:24

                      Mon article sur Jerusalem n’a pas passé la censure des gauchistes réunis semble t-il...

                      Tristes sires incapables d’affronter la contradiction...

                      Et ça se dit « ouvert à toutes les opinions »....
                      Dramatique petites personnes....





                      • eric 15 décembre 2017 10:34

                        @Spartacus

                        J’y ai été, c’est pas finit. ó8 signalee le aux gens que vous connaissez. Il en faut quoi, 3 ou 4 ? Perso. Les rares fois où je « modére »,je m’efforce de mettre + à ce qui est un peu nouveau informatif, même pas d’accord. J’imagine ne pas être le seul.


                      • eric 15 décembre 2017 10:43

                        @eric

                        + 8 contre -8


                      • samuel 15 décembre 2017 11:00

                        @Spartacus

                        J’ai lu le torchon que vous appelez « article sur le Quidam ».

                        Pas étonnant qu’il n’ait pas passé la modération. C’est un ramassis de déclarations péremptoires, inconséquentes et essentialistes.

                        Sans parler de l’indigeste grammaires.

                        Aucun recul historique, aucune analyse. un torchon quoi

                      • Spartacus Lequidam Spartacus 15 décembre 2017 13:36

                        @samuel...


                        700 commentaires dont 698 en stigmatisation d’une seule personne, contre moi....

                        Faut il vous faire lire la charte : 
                        • « L’acharnement flagrant contre un auteur ou un commentateur, même en absence d’insulte, est interdit. »

                        Censure et acharnement contre ceux qui s’expriment...Voici l’exemple des l’incapacité des sectaires à accepter les divergences d’opinion...

                        Dramatique petites personnes....


                      • samuel 15 décembre 2017 13:50

                        @Spartacus


                        Commencez par prouver qu’il s’agit de stigmatisation... Les reacs sont très bons pour faire appelle à l’Etat ou au règlement du moment qu’il va dans leur sens...

                        Et sinon à propos de mes allégations ? Des contres arguments ? Un début d’ersatz de connexion entre 2 neurones ?

                        Non, vous aboyez comme à votre habitude. Très extrême droite comme attitude soit dit en passant. Victimisation...

                      • pipiou 15 décembre 2017 18:05

                        @Spartacus

                        Vous aussi vous êtes une victime ? smiley
                        Comme les pauvres Israeliens ....


                      • OMAR 15 décembre 2017 20:45

                        Omar9
                        .
                        @Spartacus
                        .
                        Il parait que dans votre article, c’est David qui a fondé le quartier du Marais à Paris, Brooklyn à New York, et que les palestiniens possèdent l’arme nucléaire...
                        .
                        Un conseil, attendez la Noël ou le réveillon, pour écrire pareilles « vérités hasbariques »...
                        Là, avec l’alcool, la fatigue, et l’insouciance, peut-être ça passera...


                      • Spartacus Lequidam Spartacus 15 décembre 2017 22:39

                        @OMAR


                        « Il parait que »
                        Voyez a quel point la censure des cons vous transforme en ignare juste bon a commenter vos propres fantasmes....

                        Triste minables


                      • OMAR 16 décembre 2017 10:24

                        Omar9

                        @Sparadrap-cul
                        .
                        Eh ben voila, voilà pourquoi, vous êtes censuré.
                        Vous êtes trop porté sur les compliments et flatteries.... .


                      • oncle archibald 18 décembre 2017 14:04

                        @Syracuse

                         Ah ! Nous y voilà ! Ceux qui veulent contredire les gogochons dominants, les islamos admirants, et autres bestioles « agréés » sur AV sont priés de ne pas insister !

                      • CzarRol 15 décembre 2017 10:50

                        JERUSALEM = ISTANBUL


                        Alors toutes cs histoires....

                        Anatoly Fomenko l’a magnifiquement démontré dans ses textes

                        pour la vidéo ci-dessous, passez les 2 premières minutes qui pourraient semer le doute quand on n’a pas lu ses bouquins et après c’est pur bonheur





                          • QAmonBra QAmonBra 15 décembre 2017 13:03

                            @chantecler


                            Merci pour l’info, très intéressant et pertinent article de R. Labeviere sur les-crises.fr que je ne consulte pas assez souvent.

                          • Homphilo 16 décembre 2017 15:16

                            @chantecler l etat juif facho assassin et raciste soutenu par le psychopate TRUMP. quellle belle cuisine de malades


                          • Jean Keim Jean Keim 15 décembre 2017 17:56

                            Tant que chaque belligérant considérera que le bien est de son côté et que l’autre « en face » est le mal, alors rien ne changera ; les arguments de chaque camp sont partisans, les enfants sont élevés dans cette façon de penser, Dieu, le même dieu, le dieu des sémites, celui de la Torah, du Coran, également de la Bible (ancien testament) est de la même origine, et il se trouve dans chaque camp adversaire, c’est insensé.

                            Il n’y a pas de gens sains d’esprit dans cette affaire, que des malades mentaux.

                            Il est pour le moment impossible de montrer aux protagonistes obtus que les arguments religieux, historiques ou politiques sont vides de sens, qu’ils ne peuvent en aucun cas être mis en avant comme pièces à conviction ; le seul progrès significatif et urgent serait de déclarer Jérusalem ville a-nationale avec un statut de ville internationale et une autorité qui dépendrait directement de l’ONU, mais est-ce encore possible ? 

                            • Jean Keim Jean Keim 15 décembre 2017 18:00

                              Quand percevrons-nous l’absurdité de toutes les idéologies.


                            • Eric F Eric F 15 décembre 2017 18:51

                              @Jean Keim
                              En effet, les partisans de chaque camp ont une position en tout ou rien pour la cause qu’ils défendent, or les arguments religieux ne sont « recevables » que par ceux de leur propre religion, et en aucun cas « opposables » vis à vis du droit et de la justice.

                              La sagesse théorique avait prévalue dans la résolution 181 en prévoyant un statut international pour Jérusalem, mais cela n’a pas été mis en application. On peut cependant comprendre l’attachement de chaque peuple pour ses monuments et symboles, en ce cas, il est nécessaire de partager la souveraineté : quartiers juifs pour Israël, quartiers arabes pour la Palestine.
                              Le fait qu’ait existé jadis un monument complètement disparu depuis vingt siècles sur un emplacement ne peut pas prévaloir par rapport à des monuments qui existent depuis dix ou quinze siècles et sont toujours présents.


                            • Jean Keim Jean Keim 16 décembre 2017 15:31

                              @Eric F
                              Un jour qq. part sur la planète, un homme et sa famille, des gens d’un autre temps, s’arrêtent, déballent leurs pauvres trésors, travaillent la terre, domestiquent des animaux, et récoltent le fruit de leur travail, se sentent-ils propriétaires du sol, au départ du mouvement sûrement pas, peut-être même que l’idée de posséder quoi que se soit n’avait même pas germée dans la conscience de cette préhistorique humanité, mais ensuite le besoin de sécurité et les aléas de cette époque ont modifié les mentalités, dans la conscience il a fallu faire une place à l’idée de possession et à son désir qui l’accompagne, et travailler est dur et prend tout le temps disponible, une solidarité aurait pu s’instaurer, ce fut sûrement le cas au début, mais ensuite l’idée de faire travailler les autres a été inventée, l’exploitation de l’homme par l’homme est née, des règles sont mises en place et la civilisation avec. 

                              Ensuite des limites de territoires sont tracées, des puissants pour les garantir, en jouir, acquérir de nouvelles possessions, et ce fut le commencement d’un gros foutoir, ils ne manquent plus que les dieux et leurs servants pour justifier le monde, ce qui ne mettra pas longtemps à se raconter, et voilà tout est en place pour l’épanouissement de la civilisation.

                            • Pierre 15 décembre 2017 21:04

                              Le Hamas est l’allié d’Israël et les palestiniens ne le savent pas , Qardawi c’est un des membres fondateur du Hamas .... " ; il a aidé les Israëliens a sé fabriquer un ennemi...cet ennemi bien utile lorsqu’il faut _ de temps a autres _ justifier les incursions et les massacres  de PALESTINIENS...

                              UNE PETITE ROQUETTE BIDON ET HOP 2000 MORTS TOUT BÉNEF POUR ISRAEL

                              ISRAEL. veut sauver le Hamas - Le Point http://www.lepoint.fr/monde/israel-veut-sauver-le-hamas-22-06-2015-1938908_24.php

                              Regardez « Quand le Hamas devient l’allié d’Israël » sur YouTube https://youtu.be/MrAPGDd_XxU

                              Regardez « Le hamas ou l’iranisation à marche forcée de la palestine » sur YouTube https://youtu.be/Isyo8SDIp5I


                              • Homphilo 16 décembre 2017 15:46

                                @Pierre a creuser mais j avoue que c est bien vu...un peu comme la destruction des tours jumelles a NEW YORK permettant l intervention des americains au proche orient avec le bini des nations occidentales


                              • Pierre 16 décembre 2017 17:48

                                @Homphilo

                                Bien sûr !


                              • Pierre 15 décembre 2017 21:08

                                Le Hamas comme le Hezbollah sont des alliés d’Israel ,tous 2 iraniens chiites financés par l’Iran et le Qatar des alliés d’Israël

                                C’est pour cette raison que les palestiniens s’enfoncent car ils dépendent de traîtres


                                • Nolats Nolats 16 décembre 2017 10:09

                                  @Pierre
                                  le Hamas est sunnite et a été une branche dérivée des Frères Musulmans.


                                • Pierre 16 décembre 2017 11:11

                                  @Nolat

                                  C’est qu’on dit aux palestiniens pour qu’ils se fassent tranquillement tués .

                                  Le Hamas est lié à l’Iran point

                                  Qardawi c’est un des membres fondateur du Hamas , QARDAWI a officié sur la chaîne Al Djazeera qui appartient à 2 frères juifs , Bush a des actions boursières de cette chaine


                                • Pierre 16 décembre 2017 11:40

                                  @Les frères musulmans sont nés en 1928 et ces frères là n’ont rien à voir avec ceux d’aujourd’hui. Ils n’ont plus les mêmes objectifs que ceux créés par le grand père de Tariq Ramadan, qui voulaient se libérer du joug des britanniques. A présent, cette organisation n’existe plus à mon avis...Si tant est qu’elle existe encore, elle doit rester financée par le Qatar, les USA et Israël essentiellement qui s’en servent quand ils en ont besoin pour faire des prêches virulents quand ça les arrange. Comme Qaradawi par exemple. Même Tariq Ramadan est un imposteur et agent des services israéliens....Il est favorable à l’homosexualité, le transgenre et compagnie. Il est adepte d’un islam qui n’en est pas un vu que d’après beaucoup de musulmans, l’homosexualité est bannie dans l’islam. Il faut juste savoir écouter son discours, il est très ambivalent.


                                • William 16 décembre 2017 14:56

                                  @Pierre
                                  le Qatar aussi est sunnite, il a même pendant un moment été soupçonné de financer EI
                                  https://www.latribune.fr/economie/international/qatar-l-hypocrisie-de-l-arabie-saoudite-sur-le-financement-du-terrorisme-732216.html


                                • Pierre 16 décembre 2017 17:49

                                  @Arnaud Montebourg et financement qataris : Qui est derrière le Qatar ?

                                  Si le Qatar accroît sa présence et son influence en France, et que son émir s’offre certaines de nos entreprises et certaines des plus belles demeures de notre patrimoine, chacun se doit de regarder au-delà des apparences. Les inquiets doivent savoir également que ses investissements se font à l’échelle mondiale, comme ceux de la Finance, que ce soit dans la banque, l’hôtellerie (Palaces), le luxe, le tourisme, l’immobilier et tout le reste, et ce, aussi bien en Suisse, qu’en Angleterre, qu’aux USA et qu’en Asie. Ce qui est déjà louche. Il est classé aujourd’hui parmi les dix pays les plus riches du monde. La première question pertinente est donc : Comment un tout petit pays arabe (grand comme la Corse, de 200 000 citoyens qataris, (le million restant est de la main-d’oeuvre étrangère) peut-il étendre à ce point ses pouvoirs et son influence dans le monde ? Mais surtout à la barbe et au nez de la Finance ou de la judéo-maçonnerie sioniste qui fait tomber régulièrement dans son antre et bombarder tous les pays arabo-musulmans qui tentent de lui résister ou de rivaliser. 279344702_695a6403da.jpgLe rachat du PSG par le Qatar a pourtant été pour les islamophobes la preuve que notre pays était bien en danger et que l‘islam et les islamistes allaient envahir la France. Si cette réflexion est certes hâtive, et dénuée de sens, elle devrait pourtant amener à savoir ensuite ce qu’est le Qatar, qui est derrière lui et pour qui travaille le Cheikh wahhabite Hamad ben Khalifa Al Thani, diplômé de l’Académie royale militaire Britannique.

                                  Depuis 1945 et le Pacte US de Quincy ( Pétrole contre protection) il est aisé de comprendre qui a fini par faire la loi en Arabie et dans ces petits royaumes. Le Nationalisme arabe et l’Islam ont ainsi été remplacés au fil du temps par une allégeance au prophète Sam. Mais quand Ariel Sharon (ancien premier ministre israélien) disait le 3 octobre 2001 : « Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique. Et les Américains le savent. », nous savons qui les contrôle.

                                  Il est dit aussi, de manière officielle, qu’Al Thani se serait emparé du pouvoir en virant son père du trône. Quel sale gosse de riche ! Un coup d’état musclé puisque son père séjournait alors en Suisse pour compter ses tablettes de chocolat. Mais qui sait ce qui s’est réellement passé et qui sait qui contrôle le pays depuis. C’est vrai qu’il n’y a aucune nouvelle du roi déchu, nada. Sauf qu’après son passage en France, avec son fils cheikh Abdel Aziz, ancien ministre des Finances, viré lui aussi, il se serait exilé en Suisse ; certainement pour se shooter au Toblerone de désespoir, et peut-être a-t-il fait après une sérieuse crise de foi et une violente crise de foie depuis. 2659073312_7c83b5bfbe.jpgLe Qatar est un jeune pays crée en 1971, riche en pétrole et surtout en gaz liquéfié (le 3eme) qui se situe face à l’Iran et qui sert de tremplin et de base à la trinité maléfique anglo-israélo-américaine. Cette trinité réunie donne le Sionisme. Le Qatar sert donc de couverture pour effectuer des opérations militaires, de camp d’entrainement et très certainement de prête-nom pour effectuer des opérations financières dans le monde en toute discrétion, via des sociétés-écrans, quasiment impossible à remonter pour savoir qui se cache derrière.

                                  Pour ceux qui auraient des doutes sur cette pétro-monarchie, lors de la guerre contre l’Irak, le pays a servi de base à l’état-major américain. Wikipédia : * Le 11 décembre 2002, est signé, avec les États-Unis, un accord de coopération militaire relatif à l’utilisation de la base aérienne d’Al-Eideïd par les forces américaines. * Le Qatar a envoyé en 2011 ses avions Mirage combattre les forces libyennes du colonel Kadhafi aux côtés des troupes occidentales. Le Qatar reste de ce fait un allié inconditionnel des États-Unis au Moyen-Orient. En décodé, il est une de ses bases miltaires et son instrument dans de nombreux domaines.

                                  Ces indices supplémentaires devraient aussi éveiller les esprits : le Qatar a refusé d’intégrer les pays de l’EAU (Emirats arabes unis), ou l’Etat fédéral des émirats arabes unis, se faisant une sorte de pays neutre et indépendant. Son émir est aussi le promoteur de la chaîne - Al jazeera - reconnue pour diffuser de faux reportages et identifiée comme étant totalement pro-sioniste. De nombreux enquêteurs et journalistes affirment également que de nombreuses scènes libyennes et syriennes ont été et sont tournées dans des studios à Doha, permettant ainsi de diffuser de la propagande anti Kadhafi et anti Assad ( lien en fin d’article). Ce qui désigne le Qatar comme étant une des pièces maîtresses de l’empire pour jouer un rôle actif et déterminant dans les révolutions arabes, le renversement des gouvernements et des chefs d’état. En France son rôle consisterait, sans doute, à détourner l’attention du problème grandissant judéo-maçonnique sioniste pour cristalliser encore plus fortement celle de l’opinion sur l’Islam. A tel point que ce problème, devenu mondial, doit être détourné et qu’un nouveau truc vient de sortir en boucle, via JF Copé( liste juive sioniste). On vient nous parler d’un racisme anti-blanc, et ce, sous prétexte que dans une rixe trois rasés auraient été traités, eux les grands hommes Blanc, de sales français par un autre français au teint foncé, ou un sans-papiers, ou que deux ados boutonneux auraient été traités de la même façon en CP. Mais c’est quoi ce truc ? Qu’il existe un ressentiment post-colonial chez une petite minorité d’algériens, certainement, mais arriver à parler de racisme, le terme est totalement inadapté, politique et uniquement pervers pour manipuler l’opinion. 4475992645_7f757bff91.jpgAprès ce petit récapitulatif ceux qui aboient de peur devraient regarder qui est caché dans la caravane car la politique du Qatar est semble-t-il 100% pro-occidentale ou pro-sioniste et non panarabe. Mais quand le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg applique les ordres et explique qu’il va signer la création d’un fonds d’au moins 100 millions d’euros, à capitaux qataris, afin d’aider les banlieues, effectivement, là, il y a de quoi s’inquiéter quand nous savons ici ce que ce pays est capable de faire. Tout cela en échange de 3 jeunes banlieusards( juifs maghrébins) qui feront leurs classes entre les universités de l’oncle Sam et celles de Doha( les mêmes puisque les USA ont leurs universités au Qatar) pour devenir de brillants chefs d‘entreprises français ou de bons et serviles politiques.

                                  La France tombera certainement comme les autres pays, mais sous un autre faux prétexte, celui de l’islamisation, et l’esprit révolutionnaire sera détruit dans l’œuf si les imbéciles continue de regarder le doigt au lieu de regarder l’astre que la sage désigne. Et quand Benjamin Netanyahu dit ce qu’il pense des chrétiens sionistes : « De la racaille. Mais ne leur dite pas, nous avons besoin de tous les idiots utiles en ce moment », les idiots félons des gouvernements et des médias devraient réfléchir.

                                  Si nous savons à ce jour, et de manière très documentée par des historiens et des spécialistes, que l’Histoire concernant les deux dernières guerres mondiales est totalement fausse, et que celles-ci ont été crées par les sionistes à l’aide de leurs instruments communistes et fascistes, en soutenant financièrement les alliés et les dits ennemis, ce même scénario se répète aujourd’hui avec d’autres mensonges sur le monde musulman pour soi-disant défendre la démocratie et la liberté des peuples. Quant à l’Europe, elle a été touchée depuis sa création et coule maintenant de plus en plus rapidement.

                                  La troisième guerre mondiale a débuté à l’insu des peuples le 11/9/2001, mais cette fois le faux ennemi officiel est l’Islam, et surtout l’ensemble des Peuples du monde.

                                  Daily Express du 24/3/1933 - le Congrès juif mondial déclare la guerre économique à l’Allemagne. Le 7/8/1933 Samuel Untermayer, président de la “World Jewish Economic Federation” dit dans le New-York Times : « la guerre que nous avons décidé de mener contre l’Allemagne est pour nous une guerre sainte.  » AMEN !


                                • Pierre 16 décembre 2017 17:55

                                  @Traditionnellement, le terrorisme est le recours à des actes d’une extrême violence et cruauté en vue d’asseoir un pouvoir politique, imposer une situation ou un projet politique. Cette notion a acquis cette signification depuis le régime de la Terreur, exercé en France durant la Révolution.

                                  Deux éléments caractérisent le terrorisme : matériel et psychologique. C’est ce dernier qui lui permet d’arriver au résultat escompté. C’est la raison pour laquelle nous avons assisté à une évolution du terrorisme qui peut s’exercer désormais principalement voire uniquement par des moyens de pression psychologique sur la masse[1] afin de l’amadouer et de la maîtriser, en vue de réussir à bouleverser des situations. Par ailleurs, les opérations terroristes sont devenues de plus en plus violentes et spectaculaires, cherchant à bouleverser l’opinion publique par l’intermédiaire des médias. Ceux sont ces derniers qui contribuent à cet objectif en irritant, en faisant réagir et en orientant l’opinion par des images mais aussi en relayant à répétition et en mettant en valeur les actes matériels terroristes.

                                  Nous assistons donc à une évolution permanente du terrorisme qui s’adapte à celle des médias, vecteur principal d l’exercice du pouvoir politique. A ce sujet, il convient d’ailleurs de distinguer les actes purement terroristes (la plupart du temps individuels, spontanés et peu, voire mal préparés) des opérations terroristes de grande ampleur, nécessitant une préparation logistique minutieuse et une planification médiatique, scrupuleusement étudiée pour atteindre l’objectif psychologique escompté. Ces opérations, faussement qualifiées d’« actes », secouent et façonnent l’opinion. Elles peuvent, de ce fait et à long terme, provoquer une situation où des actes spontanés, effectués par des individus incontrôlés, victimes de la manipulation encouragée notamment par la machine médiatique, se multiplient. Cela aboutit à une psychose et à une situation de chaotique de guerre.

                                  Les opérations terroristes sont organisées et effectuées par des services secrets qui, comme leur nom l’indique, ont recours à des méthodes feutrées et secrètes. Cela implique la mise en place de divers réseaux qui, par leur complexité, collaborent ensemble sans nécessairement le savoir. Ces opérations ont pour objectif d’exécuter et de faire réussir des projets politiques non seulement édictés par les pouvoirs politiques ou les gouvernements, mais aussi par des multinationales politico-financières, des organisations voire des sociétés secrètes qui établissent ces projets dans le cadre de cercles de réflexion, rassemblant spécialistes et personnalités d’influence.

                                  Les services secrets contribuent ainsi à l’exécution de cette ingénierie politique qui nécessite de fonds importants pour sa réalisation et sa réussite.

                                  Nous nous tiendrons à ces aspects, autrement dit aux modes de financement des services secrets qui participent d’une manière confidentielle voire occulte à l’exécution de projets politiques.


                                • Pierre 16 décembre 2017 17:58

                                  SUITE SUR LE TERRORISME Nous nous limiterons, dans ce sujet, au cas des services secrets américains dont le nombre s’élève à 16 agences, y compris la CIA est considérée comme étant la plus importante agence de renseignement au monde avec un budget annuel de 14,7 milliards de dollars[8].

                                  A l’instar du KGB de l’ex-Union soviétique, la CIA a néanmoins besoin d’un budget beaucoup plus important que celui qui lui est officiellement accordé pour mener des opérations internationales de grande ampleur : déstabilisation de régimes et d’Etats[9] par l’intermédiaire d’une multitude de réseaux, des subventions et une rémunération d’agents directs et indirects, des campagnes de propagande menées d’une manière discrète et insidieuse, dans le cadre du « soft power » avec le concours d’organisations parallèles sans lien direct avec les services pour écarter tout soupçon…

                                  Il arrive aussi aux services d’avoir recours à des méthodes détournées pour obtenir officiellement un budget plus important que celui qui leur est prévu par le Parlement ou le Gouvernement.

                                  Ainsi, dans les années 90 et en vue de déstabiliser l’Irak et la Syrie, la CIA faisait voter un budget plus important au Congrès[10] en se faisant prévaloir de la nécessité de ces fonds pour alimenter des organisations chargées de ces opérations de déstabilisation. Mais, en réalité, ce n’était qu’une maigre partie de ces fonds qui était destinée à ces institutions. La majeure partie était transférée sur des comptes bancaires de sociétés-écrans appartenant à la CIA et dont la plupart a fixé leur siège social au Delaware. Ces fonds étaient destinés à mener, d’une manière beaucoup plus discrète, des opérations aussi bien dans ces pays (la Syrie et l’Irak) que dans d’autres.

                                  Parallèlement à ces modes officiels de financement, les services secrets, y compris la CIA, ont recours à d’autres procédés pour se procurer des fonds et pour fructifier leurs actifs. Certaines méthodes sont illégales mais elles bénéficient d’une couverture pour occulter cet aspect, comme le trafic de drogue ou l’argent en provenance de ce trafic.

                                  En effet, la plupart des services secrets du monde[11] ont recours à ce marché pour obtenir des fonds, d’une manière discrète, en dehors du regard des organes officiels des Etats. Durant la guerre du Vietnam, la CIA avait développé des réseaux pour expédier et distribuer d’énormes quantités d’héroïne fabriquées à partir de l’opium, en provenance du « Triangle d’Or », en Asie du Sud, vers les Etats-Unis et l’Europe. Il s’agit de la méthode du « syndicat Lansky », du nom de son instigateur, Meyer Lansky : une structure permettant à la CIA de diriger er de contrôler la récolte et la transformation de l’opium en héroïne[12], de l’acheminer[13] et la distribuer en Europe et aux Etats-Unis[14].

                                  Par ailleurs, sans être impliqué directement dans la direction et la gestion du trafic, la CIA bénéficiait d’un financement en provenance de la drogue, en aidant et facilitant l’activité des réseaux de ce trafic, contre une rémunération au pourcentage[15]. Ce processus s’est en particulier développé durant la guerre des Contras en Amérique latine[16]. Par l’intermédiaire de structures compliquées et enchevêtrées de sociétés – écrans, la CIA fournissait notamment des avions-cargos aux trafiquants de drogue mais aussi leur permettait de blanchir l’argent en provenance de ce trafic. En 1998, le rapport Frédérick Hitz accabla l’agence de renseignement américaine. Il révéla notamment l’existence de liens entre les services américains, y compris la CIA, avec des trafiquants de drogue d’Amérique du Sud. Ceux sont les comptes bancaires révélés à l’occasion du scandale « Iran Gate » (ou « Iran-Contras ») sur lesquels était versé le prix de vente d’armes à l’Iran (qui était sous embargo américain à l’époque) qui ont permis de dévoiler ces opérations. Par ailleurs, l’Afghanistan avait également permis aux services américains d’obtenir des sommes exorbitantes nécessaires à leurs opérations.

                                  En effet, la guerre d’Afghanistan[17] aurait coûté, officiellement, plus de six milliards de dollars[18], supportés à moitié par les Etats – Unis et l’Arabie saoudite[19]. Néanmoins, parallèlement à ce budget officiel, des sources occultes contribuèrent au financement aussi bien de cette guerre qu’à la mise en place des Talibans et, plus tard, d’Al Qaïda. Il s’agit du commerce de la drogue qui a resurgi dans cette région appelée « le croissant fertile » qui rapporte entre 100 et 200 milliards de dollars par an[20]. En effet, la région de l’Asie centrale constitue, parallèlement à ses réserves de pétrole, une plate-forme stratégique pour le commerce de la drogue, notamment de l’opium.

                                  La production de l’héroïne qui était réduite en Afghanistan avant la guerre a repris, dans les années 90. Les territoires près de la frontière pakistano-afghane devinrent le principal fournisseur de l’héroïne sur le marché mondial[21]. Sous l’impulsion de la CIA, les Moujahidines donnèrent l’ordre aux paysans de cultiver de l’opium sur les parcelles qu’ils contrôlaient. Des laboratoires de fabrication de l’héroïne à partir de l’opium furent mis en place grâce à l’entremise d’hommes d’affaires et de dirigeants afghans avec la collaboration des services secrets, au Pakistan.

                                  En 1995, le directeur des opération de la CIA en Afghanistan, Charles Cogan admit que « la CIA en Afghanistan avait sacrifié la guerre contre la drogue pour se consacrer à la guerre froide. (…) Notre mission principale était d’infliger le plus de dommages possible aux Soviétiques. Nous n’avions pas vraiment les ressources et le temps requis pour enquêter sur le commerce de la drogue ».

                                  Ainsi donc, la production de l’opium avait augmenté de 15 fois, depuis le début de la guerre d’Afghanistan en 1979. Elle n’a cessé de s’accroître, bénéficiant de l’aide aussi bien des Talibans (avant qu’ils interdisent sa plantation en 2000, un an avant les attaques aux Etats-Unis[22]) que celle des combattants d’Oussama Ben Laden, dans une zone chaotique de non-droit.

                                  Une fois traitée dans les laboratoires, l’héroïne était ensuite acheminée, par des réseaux, en Europe mais aussi aux Etats – Unis[23], bénéficiant d’une protection assurée par une coopération entre certaines branches des services secrets. Arrivée sur le marché, la drogue était distribuée et écoulée d’une manière très discrète, ne permettant pas de déterminer la tête des réseaux (système du syndicat Lansky[24] ou système dit des « arts clandestins »[25]).

                                  Les bénéfices des ventes étaient[26] ensuite blanchis dans des comptes bancaires secrets. Certaines liquidités étaient déposées dans des coffres. D’autres étaient placées à la bourse de New York avec la complicité de certaines institutions financières. Une cascade de sociétés – écrans appartenant à la CIA, dont le siège social était situé notamment à Delaware, bénéficiaient de ces placements à la fois pour blanchir l’argent et gagner encore plus de dividendes d’une manière totalement légale et transparente. Les sommes provenant de ces montages servaient à alimenter les « budgets noirs » des services, en dehors des circuits légaux institutionnels[27] et échapper ainsi aux regards des parlementaires et des politiques, en assurant à leurs opérations le secret et la plus stricte discrétion, bien qu’ils aient parfois bénéficié de la complicité de certains politiques et de personnalités haut placées pour faciliter le transport, la distribution et la collecte des bénéfices provenant de la vente ou du commerce de la drogue. Ces opérations ont été révélées à l’occasion d’enquêtes judiciaires à l’instar du rapport d’inspection générale de la CIA[28] précité, établi en 1998. Ce dernier révéla des connexions entre la CIA et certaines institutions de l’appareil d’Etat américain[29], facilitant ces opérations ; notamment les liens avec des fabricants de la drogue en Amérique du sud, associant également des organisations humanitaires pour camoufler ce trafic[30].

                                  Ces méthodes déjà connues car dévoilées à l’occasion d’enquêtes judiciaires ont été utilisées en Afghanistan où les services américains ont fourni non seulement une aide logistique mais également financière en Afghanistan, pour contrer certes les Soviétiques mais, au – delà de cet objectif, pour expérimenter davantage l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques aussi bien de ce pays qu’en Europe de l’est[31] et dans d’autres pays de la planète. Ainsi, le commerce de la drogue en Asie centrale servit à financer également l’armée musulmane bosniaque, depuis 1990, ainsi que l’armée de libération du Kossovo (UCK).

                                  Nerf secret de la guerre, ce commerce a été associé à d’autres sources de financement officiels mais également occultes, contribuant aussi bien à des opérations militaires qu’à une entreprise de propagande, mais aussi à la mise en place de groupes ou « mouvements » tels que « Al Qaïda ».


                                • Pierre 15 décembre 2017 21:12

                                  Les Palestiniens s’enfoncent toujours plus à cause du H amas et du Fatha. Quand le Hamas tire une roquette sur un champ, Israël riposte en faisant 2000 morts. La colonisation s’étend toujours plus, les plus grandes villes israéliennes sont aussi modernes et dynamiques (on a même une pub pour Tel-Aviv et Jérusalem à la télé en ce moment) dans lesquelles on vit comme à Nice ou à Cannes.

                                  Le Hamas dépend de l’Iran, du Qatar et d’Israël. S’il n’existait pas, Israël l’aurait inventé... et c’est ce qu’ils ont fait.


                                  • OMAR 15 décembre 2017 21:47

                                    Omar9

                                    @Pierre
                                    .
                                    Vous ne pouvez pas savoir combien vous avez raison....
                                    .
                                    Mais juste cette question : Est-ce que Israël attend un tir d’une roquette pour étendre sa colonisation ou jeter une vieille palestinienne à la rue ou encore assassiner un leader palestinien ?
                                    https://www.youtube.com/watch?v=mlESfGlP-Rs


                                  • Pierre 16 décembre 2017 11:44

                                    @OMAR

                                    Le Hezbollah est iranien financé aussi par le Qatar

                                    Ce qui explique le soutien de l’agent du Mossad Soral sur ER Tel Aviv car le Hezbollah massacre principalement musulmans sunnites

                                    .Justement le Hamas prépare la prochaine guerre qui va être sanglante. Ils vont faire comme d’habitude : envoyer une petite roquette sur un champ en « Israel » (qui ne fera aucun dégat, comme d’habitude). Israel répondra par un génocide des populations locales palestiniennes (milliers de morts arrosés au phosphore blanc). Le Hezbollah prépare lui sa guerre au Liban pour massacrer des musulmans sunnites...tout bénéf’ pour Israel qui a placé tous ses pions, en Afrique du Nord ou Moyen Orient. Ce sont des juifs arabes ou des chiites dans ces pays, ainsi que des pions en Afrique Noire. Par exemple, Bachar Al Assad, un chiite allié d’Israel...comme lui, tous ces pions vont se retourner contre leurs peuples respectifs pour massacrer les sunnites. Nous aussi nous avons nos imposteurs...Soral, Dieudonné, Selim Laibi, Panamza, autant d’agents qui travaillent pour Israel et se font passer pour des anti-système. L’agent du Mossad Soral a même son actualité qui est corrélée aux dates d’attentat.


                                  • Haltausquetch 16 décembre 2017 01:07

                                    Israel est une abberation eugéniste et racialiste qui doit disparaitre pour le bien de l’humanité, la plupart des rabbins sont contre Israel et donc antisionistes.


                                    • Haltausquetch 16 décembre 2017 01:46

                                      Ils nous la font à l’envers depuis des lustres et ne continuent que parce qu’ils ne font la guerre qu’autour d’eux sans menacer le reste du monde pour l’instant.


                                      • Pierre 16 décembre 2017 11:38

                                        @Haltausquetch

                                        Le but de le reconnaissance de Jérusalem est de détruire la mosquée d’Al Qods afin de faire construire leur temple de Salomon

                                        Le compagnonnage et la franc-maçonnerie intègrent dans leurs rituels de nombreuses références au Temple de Salomon : le temple maçonnique en est parfois vu comme une reproduction symbolique.


                                      • simazou 17 décembre 2017 12:04

                                        @Pierre
                                        Vous êtes vraiment un super malade et un manipulateur pour débiles et constipés, vos fantasmes n’ont d’égal, que le niveau votre haine anti-juive....

                                        N’oubliez pas de prendre 3 somnifères cette nuit, pour que vous puissiez dormir au moins 3 heures, c’est vrai que les nuits sont longues, quand on est en phase terminale !!!!!
                                        Vous savez aussi, qu’il y a une belle promotion pour de la vodka russe 12 + 12 gratuites, chez Carrefour de votre vie...mdr... 

                                      • Pierre 17 décembre 2017 17:43

                                        @simazo

                                        C’est malheureusement la vérité que ça te plaise ou non , Il suffit juste de regarder la prospérité des villes israéliennes , le camp de concentration de Gaza , le marasme des quartiers musulmans sunnites au Liban et tirer une conclusion que le Hamas et le Hezbollah son bel et bien une création israélienne pour mener à bien leurs desseins



                                        • Homphilo 16 décembre 2017 15:19

                                          @Mohammed MADJOUR le monde occidental n a crée que des problemes au proche orient et cela continue


                                        • Homphilo 16 décembre 2017 16:21

                                          @Mohammed MADJOUR bien sur que l histoire occidentale est fausse.il faur combattre cela par les idees et non par les crachats.cette methode de crachat renforce ceux qui faisifient l histoire


                                        • Pierre 16 décembre 2017 12:04

                                          Si subir une guerre d’extermination qui fait 2000 morts palestiniens tous les 3 ou 4 ans et qu’il y en a une qui va commencer bientot, si avoir une colonisation qui s’étend tous les jours, vivre dans une prison à ciel ouvert, avec des dizaines de morts presque tous les jours alors que les villes israéliennes sont toujours plus florissantes et que les plages de Tel-Aviv sont bondées de touristes, si tout cela, c’est etre aidé, alors on n’a pas la meme conception de l’aide !

                                          Tous ces gens et ces groupes sont alliés d’Israël et des occidentaux et mènent avec eux l’extermination des musulmans sunnites. Les Palestiniens ont fait rentrer le loup dans la bergerie comme Poutine en Syrie D’ailleurs, regardeà bien le Liban : les zones chrétiennes vivent en paix et sont florissantes (on dirait meme Paris) alors que les zones sunnites sont ravagées par la guerre. Explique-moi alors à quoi servent le Hezbollah et le Hamas, si ce n’est à détruire les musulmans sunnites et à les plonger dans le marasme ! Quand on voit que l’agent du Mossad qu’est Soral soutient le Hezbollah sur son site crypto-sioniste, on en conclut que le Hezbollah est allié avec Israel. Arretez d’etre naifs ! C’est à cause de cette naiveté que les pays arabes sont en train de sombrer !


                                          • simazou 16 décembre 2017 13:28

                                            ONU : organisation parasitaire et corrompue, n’a jamais réglé aucun problème, pire même elle a aggravé certains de façon dramatique.

                                            90% des résolutions sont contre Israël, heureusement que le ridicule ne tue pas !!!! Avec 57 pays musulmans + les pays non alignés + les pays de l’est à l’époque et même aujourd’hui et le compte y est 70% des votants, et très, très souvent la France vote contre Israël…..

                                            La création de l’Etat d’Israël a été approuvé par l’assemblée de l’ONU, afin de rassembler les juifs du monde entier pour finalement mieux les exterminer, car personne n’a donné la moindre chance de survie, entouré de plusieurs pays arabes hostiles (300 millions) contre quelques centaines de milliers de juifs, mais contre toute attente nous avons résisté et même gagné. La raison d’être d’Israël est de donner à tous les Juifs du monde l’Etat nation dont ils avaient été dépossédés depuis deux millénaires. Le Talmud dit que le désespoir n’existe pas. Le peuple juif a fondé un État sur la base d’un consensus et de traités internationaux, ce dont ne peuvent se prévaloir que très peu d’États.

                                            A la création d’Israël, le monde entier était persuadé qu’il allait disparaître, et qu’il fallait se préparer à recueillir les survivants s’il en restait !


                                            Une irrationnelle folie mondiale court sur tous les hémisphères. Irrationnelle car aucune des accusations contre Israël n’est fondée. Il suffit d’un œil objectif et d’une connaissance des faits et de l’histoire pour comprendre que rien de ce qui est reproché à Israël n’est fondé.

                                             

                                            La solution finale de la question juive, la destruction d’Israël est devenu le nouvel objectif. La réalisation de cet objectif constitue la « solution » de la nouvelle « question juive », résultat de l’islamisation du discours antisioniste. La haine totale d’Israël fait désormais partie du paysage idéologique mondial. Elle constitue un puissant mode de délégitimation de l’Etat juif et prépare les esprits à accepter sa destruction par tous les moyens.

                                             

                                            L’antisémitisme n’est pas une opinion mais la volonté d’exterminer les Juifs. Avant-hier le bûcher, hier la chambre à gaz et le crématoire de masse, aujourd’hui l’étouffement d’Israël par le boycott et le soutien à toute forme d’antisionisme et la persécution soft des Juifs en diaspora. Soft qui progresse vers le dur ! L’objectif n’a pas varié.

                                            Le Judaïsme n’est pas une religion, n’est pas une confession individuelle ; il ne se réduit pas non plus à une nationalité. Il est une vision de l’homme et de l’histoire qui transcende la dimension politique, nécessaire et insuffisante et la dimension religieuse qui n’est souvent qu’une fuite et un refuge contre l’angoissante responsabilité de l’homme devant l’histoire. Le Juif n’a jamais cessé de chercher l’étincelle de l’espérance, même dans les conjonctures dans lesquelles les autres ne discernaient que du désespoir, il laisse un grand vide en refermant la porte de sa vie.

                                             

                                            Parce qu’un individu en bonne santé, voyant que moins de huit millions d’individus, extraits en lambeaux de la plus extraordinaire tentative d’avilissement de l’être humain, jamais tentée, aient pu en soixante ans se hisser dans le peloton de tête des nations les mieux placées, et qui ne se pose pas de questions, mais continue d’alimenter sa haine anti juive est d’abord un imbécile.

                                            Israël est un pays qui, en six décennies est passé de l’aridité du désert à l’émergence de champs fertiles, des villes modernes, d’entreprises innovantes, et Israël a fait cela par la simple créativité humaine. Israël était un pays socialiste : c’est maintenant un pays capitaliste cité en exemple dans les écoles de gestion des affaires les plus performantes. Israël est une démocratie, un État de droit, un pays de liberté de parole et de liberté de culte.

                                             

                                            Aux pathologies récurrentes du monde arabe, s’ajoutent d’autres facteurs. Alors que le monde arabe et une bonne part du reste du monde musulman croupissent dans le sous-développement économique, politique et culturel, l’existence d’Israël apparaît comme une insupportable humiliation et est la démonstration de ce qu’est le sous-développement du monde arabe et d’une partie du monde musulman victimes de leur pathologies internes. L’Islam se proclamant la meilleure religion de la terre, la culture arabe reposant sur les notions d’honneur et d’humiliation, il en résulte une rage irrépressible.

                                            Il y a des gens qui préfèrent croupir dans la dictature, avec en eux, l’espoir de tuer leurs voisins, plutôt que vivre libres et en paix, dès lors que leur voisin incarne des accomplissements qui le feront apparaître en avance sur eux. Il n’est pas étonnant que toutes les dictatures de la planète, tous les régimes imprégnés de fange soient hostiles à Israël. Il n’est pas étonnant non plus que communistes, gauchistes, altermondialistes et verts montrent leur soutien au djihadisme, à l’islamisme et à la cause palestinienne.

                                            Le peuple juif incarne la quintessence des valeurs que les monstres totalitaires ne peuvent supporter, les valeurs qui ont donné à l’Occident l’essentiel de ses règles éthiques, du respect de l’être humain et du rapport à la transcendance qui peut exister en lui.

                                             

                                            Charles Maurras (1868-1952) antisémite de l’Académie française écrivait : "Tout paraît impossible, ou affreusement difficile, sans cette providence de l’antisémitisme. Par elle, tout s’arrange, s’aplanit et se simplifie. Si l’on n’était antisémite par volonté patriotique, on le deviendrait par simple sentiment de l’opportunité." Comme disait ma mère tout se vend et s’achète, même son âme !!!

                                            Haïssez, détestez-le Juif tant qu’il est seul. Mais prenez garde (et vous le savez bien !) quand il se rassemble, il retrouve son histoire, ses promesses et son destin ! Et le monde n’est plus comme avant. Il a un phare, en état de marche.

                                             

                                            Vous allez, vous calmer ou vous énerver avec ces liens sur la Palestine et Jérusalem :

                                             

                                            Immigration musulmane en Palestine

                                            http://www.terrepromise.fr/2015/09/27/immigration-musulmane-en-palestine/

                                             

                                            Population de Jérusalem de 1844 à 1948

                                            http://www.terrepromise.fr/2017/12/13/population-de-jerusalem-de-1844-a-1948

                                             

                                            1948 : L’expulsion des Juifs de Jérusalem par les armées arabes

                                            http://www.terrepromise.fr/2017/12/14/1948-lexpulsion-des-juifs-de-jerusalem-par-les-armees-arabes/

                                             


                                            • kb kb 16 décembre 2017 17:39

                                              @simazou

                                              Une contre-version de cette apologie du peuple élu que vous nous présentez là avec beaucoup d’enthousiasme

                                              https://youtu.be/_Fvpy4EF5oA


                                            • simazou 16 décembre 2017 18:04

                                              @kb
                                              Michel Collon est un pamphlétaire, négationniste, antisémite et schizophrène, qui déverse sa haine et sa morve nuit et jour, avec sa compagne Aurore Van Opstael, deux malades avec diplômes....

                                              D’autres part il a perdu une fille schizophrène qui s’est suicidé il y a quelques années, quand je vous dis que c’est des pourris, il faut me croire sur parole.
                                              Il n’y a pas un mot de vrai qui sort sa bouche d’égout......
                                              En tous les cas, je suis fier d’appartenir à ce petit peuple !!!

                                            • Pierre 16 décembre 2017 15:17

                                              C’est évident que le Hamas est une création israélienne via l’Iran et le Qatar

                                              Israël veut sauver le Hamas

                                              L’État hébreu s’active en secret pour éviter que le mouvement islamiste palestinien ne sombre économiquement et politiquement dans la bande de Gaza http://www.lepoint.fr/monde/israel-veut-sauver-le-hamas-22-06-2015-1938908_24.php


                                              • Homphilo 16 décembre 2017 15:31

                                                on discute sur rien a ce sujet.les résolutions de l ONU ne sont que des pansements sur une jambe de bois. le probleme majeur est que l on a volé la terre aux palestiniens en 1947, et que cela continue avec la colonisation on a volé cette terre aux palestiniens au nom d un livre religieux sans aucune base historique.si les juifs sont le fameux peuple élu( élu par dieu. donc mythologie) pourquoi n etait il pas établi sur cette terre avant que l occident( les anglais) leur attribue.le peuple juif est un mythe.il resulte de fusion des apirous et des cananéens pour une nouvelle religion( mythe) qui se nomme le judaisme.parles t on du peuple chrétien ou du peuple musulman ??? donc un peu de retour aux sources historiques ( et non relugieuses) et on pourra parler sur des bases saines.


                                                • Pierre 16 décembre 2017 15:32

                                                  Historique Proche-Orient Voici quelques grandes lignes sur l’histoire de la région.

                                                  Il s’agit d’une approche subjective présentant uniquement quelques éléments de trois grandes périodes, sous trois éclairages différents :

                                                  1. L’histoire des Hébreux en Palestine/Israël (-1.850 à 70/135), vue sous l’angle du peuple hébreu.

                                                  2. La Palestine pendant la période d’exil des juifs (70/135 à fin du 19 ème siècle)

                                                  3. Naissance du sionisme, le retour des juifs en Palestine, et le conflit israélo-palestinien (milieu 19 ème siècle à nos jours).

                                                  Plus l’historique remonte dans le temps, plus les données sont issues de sources telles que la bible, les dates pouvant varier d’une source à l’autre ; plus le temps avance plus les sources historiques sont pertinentes. Donc….il était une fois……

                                                  ===================================================================================================

                                                  1. Bref historique du peuple hébreu en Palestine/Israël

                                                  Les nouveaux historiens israéliens remettent en question l’histoire de la Bible et pensent que les hébreux ont toujours vécu en Palestine... Voici la version de la bible :

                                                  - 1850 : Abraham, berger, patriarche commun aux trois grandes religions monothéistes (Judaïsme, Christianisme, Islam), originaire de Mésopotamie (l’actuel Irak), vient s’installer en Canaan, à Hébron (Palestine actuelle) sur l’ordre de Dieu. Après la mort d’Abraham, son clan finit par s’installer en Egypte (notamment suite à de nombreuses famines) où leurs descendants sont réduits en esclavage.

                                                  ==============

                                                  - 1250 : Moïse, un juif ayant reçu une éducation égyptienne, conduit les Hébreux hors d’Egypte.

                                                  - 1200 : Conquête du pays de Canaan.

                                                  - 1100 : En cas de guerre, les différentes tribus du peuple hébreu s’unissent sous le commandement d’un chef commun (désigné sous le nom de Juge) dont le pouvoir est provisoire.

                                                  ==============

                                                  - 1030 : Une union durable sous la conduite d’un chef définitif devient nécessaire. Instauration de la royauté. Premier roi d’Israël : Saul.

                                                  - 1010 : David est sacré roi. Brillant chef de guerre, il chasse définitivement les Philistins, élargit les frontières du pays et fait de Jérusalem la capitale du royaume d’Israël. Son règne est considéré comme celui d’un âge d’or.

                                                  - 970 : Règne de Salomon. Il donne à l’état une véritable structure et entreprend la construction d’un Temple dédié à Yaveh. C’est le premier Temple, lieu hautement important pour le peuple juif qui aujourd’hui encore pleure sa destruction (en -586)

                                                  ==============

                                                  - 930 : Division du royaume d’Israël en deux royaumes : Le royaume d’Israël (capitale : Samarie) Le royaume de Juda (capitale : Jérusalem)

                                                  - 721 : Fin du royaume d’Israël, conquis par les Assyriens.

                                                  - 586 : Le royaume de Juda disparaît, conquis par les Babyloniens. Nabuchodonosor détruit Jérusalem et le premier Temple, les juifs (l’élite) partent en captivité, d’autres trouvent refuge dans les pays limitrophes. C’est le premier exil du peuple hébreu.

                                                  ==============

                                                  - 538 : Domination perse. Les juifs sont autorisés à revenir à Jérusalem, mais tous ne reviennent pas : début de la diaspora juive. Période de cohabitation bonne avec une certaine autonomie religieuse, politique et financière des hébreux.

                                                  - 520 : Construction du second Temple (dont le mur des lamentations est une partie)

                                                  ==============

                                                  - 333 : Domination grecque (Jérusalem est appelée Antioche). Cohabitation d’abord heureuse, puis difficile, révolte des Maccabées, puis les droits juifs sont à nouveau reconnus.

                                                  ==============

                                                  - 63 : Domination romaine. Pompée entre à Jérusalem. Hérode, un arabe judaïsé est nommé roi de Judée, il restaure et consolide le second Temple. A sa mort la Palestine est divisée en quatre provinces romaines.

                                                  0 : Naissance de Jésus.

                                                  30 ou 33 : Mort de Jésus.

                                                  66 : Révolte juive contre le pouvoir romain. Les Romains gagnent.

                                                  70 : Le second temple est détruit par Titus. Jérusalem est interdite aux juifs.

                                                  132 : Nouvelle révolte juive.

                                                  ==============

                                                  135 : La Judée est rebaptisée Palestine par les Romains. Les juifs sont définitivement chassés par les Romains. Second exil, à partir de cette date, les juifs vivront en diaspora jusqu’à la fin du 19ème siècle (plus 1800 ans d’exil jusqu’à la création officielle en 1948 de l’Etat d’Israël).

                                                  ==============

                                                  2. La Palestine pendant la diaspora des juifs.

                                                  Les nouveaux historiens israéliens remettent en question la diaspora juive. Ils pensent que la majorité des juifs sont restés en Palestine, et que beaucoup de monde hors Palestine se serait convertis au judaïsme. La diaspora juive serait issue de ces conversions.

                                                  333 : Avec la conversion de l’empereur Constantin, le christianisme devient la religion de l’empire romain. Les premiers et nombreux pèlerins chrétiens affluent vers Jérusalem. La Palestine devient chrétienne.

                                                  ==============

                                                  614 : Les Perses envahissent la Palestine.

                                                  ==============

                                                  636 : Les arabes musulmans conquièrent la région. Conversion progressive à l’Islam (mais liberté de culte), arabisation linguistique.

                                                  710 : Les musulmans érigent le Dôme du rocher à la place de l’ancien Temple.

                                                  ==============

                                                  1070 : Les Turcs Seldjoukides prennent Jérusalem.

                                                  ==============

                                                  1099 : Les croisés prennent Jérusalem (avec eux : massacres, viols, cannibalisme, destructions, pas de liberté de cultes, etc.). Nombreuses guerres de conquête (croisés) et de reconquête (arabes).

                                                  1187 : Saladin, kurde musulman, reprend Jérusalem et en partie la Palestine.

                                                  1229 : Les croisés reprennent Jérusalem

                                                  1244 : Les arabes reprennent Jérusalem

                                                  1291 : Fin des croisades et chute définitive « du royaume latin de Jérusalem ». La Palestine est à nouveau arabe musulmane (Mamelouks) Invasions mongoles


                                                  • Pierre 16 décembre 2017 15:42

                                                     : La Palestine est sous domination ottomane (Turcs).

                                                    1700 : D’abord incluse dans la province de Damas (Empire ottoman), la Palestine devient une province distincte de l’Empire ottoman au début du 18 ème siècle, elle-même divisée en trois sous régions ( Acre, Naplouse et Jérusalem). Déclin des campagnes et des villes. Les puissances européennes apportent leur soutient à l’Empire ottoman au prix d’une ingérence de plus en plus grande dans les affaires intérieures. Aux côtés d’une paysannerie autarcique, les ports de Jaffa et Haïfa, la ville de Jérusalem connaissent un intense développement économique liés à l’exportation, aux pèlerinages et à l’installation de congrégations religieuses européennes.

                                                    ==============

                                                    3. Naissance du sionisme, retour des juifs et conflit israélo-palestinien.

                                                    Le sionisme (« un Etat pour les juifs ») apparaît au 19 ème siècle principalement parmi les populations juives d’Europe de l’Est. Il s’agit à la base d’un mouvement essentiellement laïc, plutôt marxiste, voire franchement anti-religieux, favorable à un partage des terres avec les arabes (du moins selon l’idée des premiers sionistes…). Des évènements tels que les émeutes, pillages, meurtres contre les communautés juives (pogroms) qui ont lieu en Russie, Roumanie, etc. entre 1881 et 1921, l’affaire Dreyfus (un officier juif français condamné à tort pour espionnage), etc., renforceront l’idée d’un pays où les juifs ne seront plus rejetés, un pays à eux, et inciteront un nombre croissant de juifs à s’installer en Palestine. C’est d’abord dans un pays d’Amérique Latine puis d’Afrique que la communauté juive pensait s’installer avant de choisir la Palestine.

                                                    Voici quelques dates-clés de cette période fort dense et compliquée. Les dates et évènement les plus importants sont en gras. Afin de rester le plus objectifs possible, nous parlerons peu des nombreux évènements tragiques liés à la guerre et à l’occupation. Seuls les évènements de ce type les plus marquants et influençant l’histoire seront signalés.

                                                    Vers 1915 la population de Palestine était composée de 700.000 arabes et de 60.000 juifs. A ce jour ; Israël compte plus de 7 millions d’habitants (dont 20% d’anciens palestiniens), la Palestine (Cisjordanie et Gaza) compte plus de 4 millions d’habitants + plus de 400.000 colons israéliens. Il faut compter aussi plus de 3.000.000 de réfugiés palestiniens dans le monde.

                                                    1880 : des juifs russes créent le mouvement des « amants de Sion » qui prône le retour du peuple juif sur sa terre ancestrale

                                                    1896 : suite à l’affaire Dreyfus, le journaliste et dramaturge laïc Theodor Herzl écrit un manifeste « l’état juif » dans lequel il explique aux juifs comment s’y prendre pour créer un état et une banque nationale chargée d’acquérir des terres. Il réunit des fonds pour le rachat de la Palestine, négocie avec le sultan turc, mais sans succès.

                                                    1909 : premier kibboutz en Palestine. Création d’un bourg qui deviendra Tel Aviv.

                                                    1916 : Promesse des Anglais aux arabes du Moyen Orient de créer un grand Etat arabe dont la Palestine fera partie.

                                                    1917 : Déclaration Balfour (ministre britannique des affaires étrangères) Promesse de l’établissement d’un foyer national juif (retour des juifs en Palestine). L’achat des terres par les juifs s’amplifie. Les Britanniques s’emparent de Jérusalem et forcent l’Empire ottoman à la capitulation.

                                                    1920 : Partage de l’empire Ottoman Les Français et les Anglais se partagent l’Empire ottoman : La Palestine revient aux Anglais (elle comprenait à cette époque Israël, la Palestine et la Jordanie).

                                                    1922 : La Transjordanie (partie orientale du territoire mandataire britannique) devient un émirat autonome. Elle est soustraite à l’immigration juive.

                                                    1929 : Emeutes qui, suite à la rumeur d’un complot juif dont le but serait de s’emparer de l’Esplanade des mosquées, prennent des allures de pogrom anti-juif ; massacres à Hébron puis à Safed. Devant la montée du nazisme, de nombreux juifs d’Europe centrale continuent d’arriver en Palestine, apportant des capitaux et achetant de plus en plus de terres arabes.

                                                    Années 30 : les juifs de droite les plus extrémistes constituent les groupes Irgoun, Stern, etc : lutte armée d’abord contre les Anglais, puis contre les palestiniens.

                                                    1936 : Révolte des palestiniens. La société des nations envisage de partager la Palestine occidentale en deux : un état juif- un état arabe. Choqués par cette déclaration qui va à l’encontre de la promesse de 1916, les palestiniens commencent à développer une conscience nationale. La révolte durera jusqu’en 1939 et sera durement réprimée par l’armée britannique.

                                                    1939 : « livre blanc ». Limitation de l’immigration juive sur le territoire palestinien, suite à la révolte de 1936-39 et aux tensions internationales grandissantes, de peur que les palestiniens ne s’allient aux Turcs (alliés des Allemands).

                                                    1939- 44 : Le grand mufti de Jérusalem reste fidèle aux Turcs qui soutiennent les Allemands.

                                                    1945-1947 : les terroristes juifs de l’Irgoun, sous les ordres des futurs premiers ministres Israéliens Begin et Shamir, multiplient les attentats en Palestine. Une bombe explose à l’hôtel « King David », faisant plus d’une centaine de victimes. Répression des extrémistes sionistes par les Britanniques et interdiction de toute nouvelle immigration juive en Palestine.

                                                    1946 : La Transjordanie acquiert son indépendance et devient le Royaume de Jordanie.

                                                    1947 : Plan de partage Le monde qui a découvert l’horreur des camps de concentration s’indigne de ce que les Britanniques refusent l’accès à la Palestine aux survivant de l’Holocauste. Episode de l’Exodus : un navire de plusieurs milliers de survivants juifs est refoulé à Haifa vers l’Europe par les Britanniques. L’impact de cet évènement est immense dans l’opinion mondiale et les Anglais finissent par accepter un plan de partage de la Palestine en deux états. Ce plan est refusé par les Etats arabes, les arabes palestiniens et la droite sioniste.

                                                    1948 : Etat d’Israël et guerre israélo-arabe Amplification des affrontements entre les communautés. Le 14 mai à minuit, 8 heures avant l’expiration du mandat britannique, David Ben Gourion proclame l’indépendance de l’Etat d’Israël. Actions des terroristes israéliens de l’Irgoun (massacre de 254 habitants civils du village arabe de Deir-Yassin, etc.). Guerre israélo-arabe. Ces tueries et la guerre israélo-arabe déclenche un vent de panique chez les populations arabes qui fuient leurs villages. Plus de 700.000 arabes se réfugient dans la bande de Gaza, la Cisjordanie, au Liban, en Syrie et en Jordanie.

                                                    1949 : Fin de la première guerre israélo-arabe.

                                                    Israël a conquit 78% de la Palestine. Jérusalem est proclamée capitale (non reconnue comme capitale par les Etats étrangers qui reconnaissent uniquement Tel Aviv).

                                                    La Cisjordanie passe sous domination jordanienne. La bande de Gaza est sous domination égyptienne.

                                                    1948-1952 : Immigration en masse de juifs des pays arabes (Egypte, Yémen, Liban, Irak, Maroc et Tunisie) et d’Europe. Près de 700.000 nouveaux immigrés.

                                                    1950 : Les années 50 voient d’une part la consolidation de l’Etat d’Israël : de nombreuses villes juives sont créées, mise en valeur des kibboutz,etc., d’autre part l’amélioration des liens avec la communauté internationale, en particulier avec la France et Les Etats-Unis. Les expulsions de Palestiniens continuent.


                                                    • Pierre 16 décembre 2017 15:52

                                                      Erratum : En 1517 la Palestine est sous domination Ottomane ( Turks)


                                                      • Pierre 16 décembre 2017 16:07

                                                        1880 : des juifs russes créent le mouvement des « amants de Sion » qui prône le retour du peuple juif sur sa terre ancestrale

                                                        1896 : suite à l’affaire Dreyfus, le journaliste et dramaturge laïc Theodor Herz écrit un manifeste « l’état juif » dans lequel il explique aux juifs comment s’y prendre pour créer un état et une banque nationale chargée d’acquérir des terres. Il réunit des fonds pour le rachat de la Palestine, négocie avec le sultan turc, mais sans succès.

                                                        1909 : premier kibboutz en Palestine. Création d’un bourg qui deviendra Tel Aviv.

                                                        1916 : Promesse des Anglais aux arabes du Moyen Orient de créer un grand Etat arabe dont la Palestine fera partie.

                                                        1917 : Déclaration Balfour (ministre britannique des affaires étrangères) Promesse de l’établissement d’un foyer national juif (retour des juifs en Palestine). L’achat des terres par les juifs s’amplifie. Les Britanniques s’emparent de Jérusal


                                                        • Pierre 16 décembre 2017 16:13

                                                          1922 : La Transjordanie (partie orientale du territoire mandataire britannique) devient un émirat autonome. Elle est Devant la montée du nazisme, de nombreux juifs d’Europe centrale continuent d’arriver en Palestine, apportant des capitaux et achetant de plus en plus de terres arabes.

                                                          Années 30 : les juifs de droite les plus extrémistes constituent les groupes Irgoun, Stern, etc : lutte armée d’abord contre les Anglais, puis contre les palestiniens.

                                                          1936 : Révolte des palestiniens. La société des nations envisage de partager la Palestine occidentale en deux : un état juif- un état arabe. Choqués par cette déclaration qui va à l’encontre de la promesse de 1916, les palestiniens commencent à développer une conscience nationale. La révolte durera jusqu’en 1939 et sera durement réprimée par l’armée britannique.

                                                          1939 : « livre blanc ». Limitation de l’immigration juive sur le territoire palestinien, suite à la révolte de 1936-39 et aux tensions internationales grandissantes, de peur que les palestiniens ne s’allient aux Turcs (alliés des Allemands).

                                                          1939- 44 : Le grand mufti de Jérusalem reste fidèle aux Turcs qui soutiennent les Allemands.

                                                          1945-1947 : les terroristes juifs de l’Irgoun, sous les ordres des futurs premiers ministres Israéliens Begin et Shamir, multiplient les attentats en Palestine. Une bombe explose à l’hôtel « King David », faisant plus d’une centaine de victimes. Répression des extrémistes sionistes par les Britanniques et interdiction de toute nouvelle immigration juive en Palestine.

                                                          1946 : La Transjordanie acquiert son indépendance et devient le Royaume de Jordanie.


                                                          • Pierre 16 décembre 2017 16:16

                                                            1947 plan de partage :les Anglais finissent par accepter un plan de partage de la Palestine en deux états. Ce plan est refusé par les Etats arabes, les arabes palestiniens et la droite sioniste.


                                                            • demissionaire bonalors 17 décembre 2017 14:43

                                                              Oui d ’ailleurs on ne peut faire confiance a l’humain c’est pour cela que ont leurs a donnes les moyens de s’anéantir eux-mêmes et définitivement, car il ne faut jamais oublier la dimension morale d’un conflit, ou plutôt déflagration dans ce cas.


                                                              • demissionaire bonalors 17 décembre 2017 14:51

                                                                Par principe bien sur, de précaution ...


                                                              • demissionaire bonalors 17 décembre 2017 18:31

                                                                Amusant je reçois toujours des évaluations négative, mais sans commentaire ?
                                                                Par analogie le Hamas est absolument nécessaire aux Israéliens pour justifier leur occupation et extermination, l’ONU n’étant la que pour entériner les conquêtes et clouer les cercueils, l’auteur a 100% raison.
                                                                Le concept même de guerre préventive devrait alors s’étendre a la race humaine, car potentiellement et extrêmement nuisible, ça me parait judicieux, et cela procède juste d’une extrapolation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité