• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’arnaque de la misère

L’arnaque de la misère

L'exclusion telle qu’elle est généralement décrite par des observateurs alarmés est un phénomène extra marginal. Elle ne concerne qu'une infime partie de la population. On voudrait nous faire croire que cette forme extrême d’exclusion sociale est une généralité, c'est faux !

 

En France, pays de sécurité alimentaire, médicale, technologique et d'extrême opulence, la "misère" est un abus de langage.

 
Les "miséreux", selon la définition générique, ne sont que des insatisfaits capricieux s’estimant mal lotis tandis qu’ils croulent sous les richesses. Ou bien des malades mentaux qui font la manche alors que rien financièrement ne les y oblige puisqu’ils sont pensionnés. Beaucoup de tricheurs aussi parmi les mendigots (j’en débusque parfois directement dans la rue en les interrogeant sur leurs revenus sociaux parallèles).
 
Cela dit je reconnais qu'il y a un réel problème quant au logement, au prix des loyers pour la plupart des faibles revenus. Il est vrai que certains loyers absorbent une grande partie des faibles revenus. Mais il existe des solutions, parmi lesquelles une que j'applique moi-même(non pas surtout par souci d'économie mais par simple habitude et confort, mon bien-être hivernal étant de vivre en harmonie avec la saison) et qui consiste à s'adapter aux températures naturelles en ne chauffant pas l'hiver. Un mode de vie sain (sport, locomotion musculaire, esprit positif) permet de se passer avantageusement de chauffage.
 
Le simple fait de l'existence des “Restaurants du Coeur” et autres entreprises bénévoles ou étatiques du même genre est la preuve de l'opulence de notre pays et de l’efficacité de son organisation d’entraide.
 
Certes on a remplacé la pénurie de travail par de la générosité. Mais je ne vois pas en quoi cette solution n’en serait pas une à long terme puisque le but de la mécanisation industrielle de toute société moderne est de libérer du travail un maximum de citoyens. Le progrès industriel, n’est-ce pas précisément de faire bénéficier de l’abondance et de la qualité aux multitudes à moindre coût ?
 
Ce fonctionnement est d’ailleurs parfaitement viable.
 
Le problème, c’est la mentalité des bénéficiaires qui veulent tous travailler alors que dans cette société industrialisée le travail fait fatalement défaut, ce qui est exactement le but désiré selon la logique de cet ordre économique : rendre le travail rare, l’alléger, le faciliter, l’humaniser si on peut dire, en le confiant à des machines, en le structurant de manière idéologique au service de l’Humanité de la même manière, pour prendre un exemple emblématique, que les photos de Mars, de Jupiter ou de la Lune ainsi que les découvertes fondamentales qui en sont issues sont livrées gratuitement au monde entier par la NASA.
 
Tel est le paradoxe de notre civilisation industrielle : on fait tout pour libérer les gens du travail en les remplaçant par des machines, par des fonctions autonomes de plus en plus plus efficaces, et pourtant les bénéficiaires de ce modèle réclament quand même du travail, c’est à dire de l’esclavage.
 
Les “Restaurants du Coeurs” sont l’illustration parfaite de l’aboutissement de ce principe : la société offrant ici ses excès de productions aux gens au chômage, c’est à dire aux citoyens libérés des chaînes du travail. La formule idéale. Sauf que personne n’est content de l’image de ce système considérée comme dévalorisante.
 
 
Voilà le grand paradoxe de notre société qui souffre non pas de misère mais d’abondance mal assumée.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xuz2lq_l-arnaque-de-la-misere-raphael-zacharie-de-izarra_news
 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (77 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 28 décembre 2012 12:02
    ARTICLE MEPRISANT ET PUANT 

    Tout le monde n’est pas oisif comme vous semblez vous y complaire 

    Sortez un peu et essayer de travailler votre humanisme à défaut d’autres formes de travail.

    Philippe



    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 18:02

      Philippe,

      Défendre des vérités et valeurs spirituelles intemporelles est toujours un exercice héroïque en ce siècle de mollesse morale, d’hérésies médiatiques et de matérialisme outrancier.

      Je suis un héros au sens noble du terme.

      Raphaël Zacharie de IZARRA


    • TSS 28 décembre 2012 23:47

      Raphaël Zacharie de IZARRA

      c’est un alcool fort ,arretez d’en boire !!

      personnellement je chauffe chez moi je n’ai pas vocation à me mouvoir habillé en inuit

      ou à sauter sur place comme les manchots... !!


    • cogno4 29 décembre 2012 22:54

      Je suis un héros au sens noble du terme.

      Mouarf, pour dire un truc pareil après le torchon puant que t’as pondu, soyons honnête, t’es juste un pauvre bouffon.
      Car le propre du bouffon est d’amuser, et pour le coup, tu m’as bien fait rire... non seulement je ris de tes propos, mais aussi de toi.


    • vieux grincheux 30 décembre 2012 20:54

      @ l’ auteur


      Non tout juste un z’ ayrault, !!!!!

      Nous les Pauvres, nous sommes tous des Aventuriers, galomphant sur les Chemins de la Solidarité !


      Aussi ! Ne soyez pas Prisonniers des Exploiteurs !


      Ouvrez les yeux sur l’ Empathie !


      Saisissez chaque Opportunité d’ aider les Autres !


      Soyez fiers ! si par vos Actes, des plus secrets au plus inouïs, vous avez cassé les Codes.


      KONSELEDIIIIIIIIIIISEU !!!!


      VG


    • Shawford42 30 décembre 2012 21:33

      L’enrôlement, c’est toujours pour dans un peu plus de 26 heures (bon personne sera obligé(e) de trinquer aux deux coups devant titine, non plus hein) smiley


    • Shawford42 30 décembre 2012 21:36

      Oups : douze coups de minuit !


    • voxagora voxagora 28 décembre 2012 12:14

      .. France, pays de sécurité alimentaire, médicale, technologique et d’extrême opulence ..


      J’espère que vous êtes jeune, ça vous laisse du temps pour apprendre.
      .

      • paoum 28 décembre 2012 12:26

        il faudrait sortir un peu, l’auteur...autant je suis d’accord avec le fait que le progrès devrait faire en sorte que nous travaillions tous moins.
        mais vous ne pouvez pas affirmer ainsi que la misère n’existe pas dans ce pays, c’est honteux et ça montre que vous ne connaissez pas votre pays.
        allez faire la queue aux restos du coeur avant de l’ouvrir comme ça.
        on sent bien que vous n’avez AUCUNE IDEE de ce que ça signifie d’avoir FAIM !
        votre point de vue est celui d’un petit bourgeois gâté, « ils n’ont pas de pain ? qu’ils mangent de la brioche », l’essence est trop chère ? qu’ils marchent ou fassent du vélo, hein ?


        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 17:57
          paoum,
           
          Très précisément ! Pour prendre un exemple réaliste, les gens en Hollande ont cette culture du vélo bien ancrée en eux.
           
          Le vélo est excellent pour la santé physique et un bon anti-dépresseur.
           
          Moi même j’utilise plus souvent mon vélo que ma voiture. Economique, sain, et en ville de plus en plus rapide que l’automobile aux heures de pointe, le vélo est l’avenir de la cité.
           
          Vous êtes en retard de 25 ans.
           
          Au passage je vis réellement avec fort peu de moyens et je trouve que c’est déjà énorme. Je me contente de ce que j’ai et ne me plains pas, au contraire je ne cesse de rendre grâce au sort pour tous les bienfaits matériels et spirituels dont il me gratifie.
           
          Soeur Emmanuelle elle-même ne cessait de répéter qu’en France les gens se plaignent sans se rendre compte de l’abondance dont ils jouissent. Elle avait raison, aujourd’hui plus encore qu’hier.
           
          Raphaël Zacharie de IZARRA

        • Alpo47 Alpo47 28 décembre 2012 12:56

          « La misère est un abus de langage... ». Tout est dit.

          Il y a longtemps que je n’avais pas lu sur AgoraVox un texte aussi décalé, éloigné de la réalité de notre société. L’auteur que je qualifierais de « narcissique avec un zeste d’autisme » exprime mépris et condescendance pour ceux qui souffrent.

          Oserais je vous suggérer, cher auteur, d’aller dans le monde réel, de dialoguer, échanger... avec les gens rencontrés, prendre connaissance de leurs difficultés ... pour évoluer vous même et vous reconnecter à la réalité du quotidien. Peut être (je ne suis pas un rêveur, il est difficile de sortir de son système de croyances) deviendrez vous plus attentif au monde qui vous entoure ?

          Et, en attendant, merci de nous priver de ce genre « d’analyse » insultante pour autrui , et qui n’est que le reflet de vous fantasmes intérieurs.


          • Nanar M Nanar M 28 décembre 2012 13:34

            Un décadent à particule dans toute sa laideur, oiseau unique ?
            Si seulement c’était vrai.


            • ZEN ZEN 28 décembre 2012 13:54

              Le ci-devant Raphaël de Machin Chouette est un gentil provocateur qui s’émoustille à lire les réactions des lecteurs tombant dans son piège grossier ;.. smiley


              • Didier 67 Didier 67 28 décembre 2012 13:54

                Bonjour Raphaël,


                Toujours aussi décapants vos articles ; j’avais bien aimé Pauvreté, qui stimulait encore plus la remise en question de nos cadres de décryptage. 
                Oui, il y aura des gens heureux avec 800 € de revenu mensuel. La preuve : vous l’êtes. 
                Mais il ne faut pas espérer que ceux qui sont encore malheureux avec 3000 € s’en rendront compte ! 

                Personnellement, je suis tellement imprégné de la « culture » dominante que cette situation me serait source de « souffrance » et je n’ai aucun doute que la majorité de ceux qui vivent cette privation en « souffre ».

                Relativiser, ré-évaluer, s’aventurer par la pensée hors du bonheur consumériste obligatoire, c’est réellement important. Un grand merci à vous.


                • Sat is Fay 28 décembre 2012 14:11

                  Le mec il interroge les mendiants et les clochards sur leurs revenus...Pauv’ gars, t’as qu’ ça à foutre !? tu dois travailler dans une maison de recouvrement toi !


                  • Ramdane ISSAAD Ramdane ISSAAD 28 décembre 2012 14:11

                    La seule peine que je souhaiterais infliger à cet impudent serait de vivre un hiver avec 550€/mois, assis sur des cartons dans une petite bourgade frisquette de Hollandie. Il aura la possibilité d’échanger cette peine avec six mois de vie de travailleur pauvre chargé de nourrir deux enfants de plus de 6 ans avec 1000€/mois dans un HLM du 77 ou du 93, à 50km de son emploi précaire... La misère, a-t-on envie de rappeler au morveux, c’est quand la dernière semaine du mois, on se bat pour que l’EDF ne soit pas coupée, quitte à ne manger qu’aux Resto du Coeur, sans jamais acheter que de la fripe ou du discount chinois, sans autre espérance que celle de survivre chichement jusqu’au lendemain. En Afrique, aux USA, en Europe, en Chine, il y a des gens qui meurent discrètement de faim et de froid, tout en ayant des voisins qui ont 25 chaines sur la télé écran plat et un téléphone portable par personne. Ces voisins privilégiés, « insiders » précaires, sont eux-aussi menacés à tout moment de dévaler le toboggan de la misère moderne qui fait que certains Sdf se baladent aujourd’hui avec une allure de bon bourgeois un peu défraichi ou de jeune branché hip hop, vêtus par le caritatif qui comme toujours fait tout pour que cette misère ne soit pas trop scandaleuse pour le regard pusillanime des possédants et des citoyens qui s’en croient à l’abri ! ARTICLE INJURIEUX !


                    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 18:20

                      Ramdane ,

                      Je ne parle pas de la Chine ou de l’Afrique dans mon article mais de la France, pays d’opulence.

                      Je vis avec des revenus inférieurs au seul de pauvreté, ne chauffe plus depuis 6 ans et m’en porte très bien.

                      Comment expliquez-vous que je sois heureux dans ces conditions ? C’est simple, je me contente de ce que j’ai (et en tant que « pauvre », j’ai accés à beaucoup de biens que j’estime superflus ! ) et ne cultve aucune vanité sociale basée sur le matérialisme inutile Juste un exemple : je roule dans une vieille bagnole dégueulasse pas du tout à la mode (une C15), jamais lavée, et me moque totalement du regard social sur mon tacot. Je fias les poubelles sans me cacher le moins du monde et même avec une réelle fierté d’esthète arrogant que je suis.

                      Je me fais un devoir de montre l’exemple. Faire eles poubelles est un geste écologique et citoyen de premier ordre.

                      Raphaël Zacharie de IZARRA


                    • La mouche du coche La mouche du coche 28 décembre 2012 20:21

                      Ramdane « on se bat pour que l’EDF ne soit pas coupée »

                      N’importe quoi. Avant qu’Edf coupe son électricité, elle s’excuse vingt fois, envoie des tonnes de recommandés et souvent ne le fait pas. C’est trop dangereux. Commentaire délirant.


                    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 20:51

                      La mouche du coche(,

                      Encore une preuve de la grande justice sociale dont bénéficient les prétendues victimes du système... J’ai remarqué que beaucoup de gens bénéficiant de la solidarité générale, voire de largesses de part et d’autres, sont ingrats envers leurs bienfaiteurs.

                      Raphaël Zacharie de IZARRA

                       


                    • leguminator 28 décembre 2012 14:13

                      @l’auteur

                      Viens, mon petit, passer un hiver en Lorraine sans mettre de chauffage !!
                      Si tu survis au premier hiver par miracle, les suivants ne te laisseront pas le loisirs d’écrire d’autres articles aussi médiocres bien longtemps  :->


                      • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 20:57

                        leguminator,

                        Je vis de manière spartiate quant au confort. Et en plus j’aime ça ! Trop de confort ramollit le caractère.

                        Raphaël Zacharie de IZARRA


                      • Agoranymous666 28 décembre 2012 21:02

                        Hey Capricornia >>>>>>


                        Shot through the heart
                        Tiré dans le coeur
                        And you’re to blame
                        Et tu es à blâmer
                        You give love a bad name
                        Tu donnes à l’amour un mauvais renom
                        I play my part and you play your game
                        Je joue mon rôle et tu joues ton jeu
                        You give love a bad name

                        Tu donnes à l’amour un mauvais renom
                        You give love a bad name
                        Tu donnes à l’amour un mauvais renom

                        Je vais donc te calmer ton égo toi aussi Buddy smiley :->


                      • leguminator 29 décembre 2012 11:08

                        Euh, passer trois semaines avec des températures avoisinant les -20°C ça ne relève pas du confort mais de la survie...
                        Pas de chauffage = la mort

                        Mais apparemment tu vis dans un endroit douillet si tu n’as pas besoin de te soucier du chauffage et que cela n’affecte que ton « confort »  smiley


                      • focalix focalix 28 décembre 2012 14:27

                        J’aime pas les pauvres. D’abord ils ne pensent qu’à manger.
                        J.-Christophe Averty.

                        Et en plus ils veulent nous piquer notre travail.
                        Les salauds.


                        • Christian Labrune Christian Labrune 28 décembre 2012 15:19

                          La plupart des gens qui font la manche, à Paris, sont richissimes, tout le monde sait cela. La plupart demandent à leur chauffeur d’arrêter la Rolls Royce dans une petite rue très proche d’une station et ils passent deux ou trois heures par jour à se remplir les poches en faisant leur petit numéro dans les voitures du métro : ils sont malades, au chômage, ont une femme et des enfants, veulent « rester propres », et demandent quelques petites pièces jaunes ou un ticket restaurant. Il est très rare qu’un voyageur se dérobe à ces sortes de requêtes. J’ai calculé qu’entre Nation et Dauphine, aux heures de pointes, en faisant la manche, on pouvait gagner en quarante minutes à peu près quatre mille euros si la plupart des voyageurs donnaient un euro, mais ils donnent souvent beaucoup plus. Des sommes tout à fait invisibles pour le fisc. En trois ou quatre heures, un « travailleur » du métro doit bien amasser en moyenne une douzaine de milliers d’euros - les plus mauvais jours ! Certains ne quittent jamais leur hôtel particulier du Marais, envoient mendier à leur place le chauffeur de la Rolls Royce, mais la plupart sont des pervers et prennent plaisir, comme le Job de la Bible, à exhiber leurs ulcères, à cultiver une petite mythomanie qui les enchante. Tout cela est très immoral et vous avez bien raison de dénoncer une pareille calamité. 


                          • volt volt 28 décembre 2012 16:35

                            intéressant - surtout que vous auriez pu intituler « la misère de l’arnaque ».


                            votre littérature pourrait passer pour révoltante aux yeux de certains, moi je la trouve très informative.
                            il faut rester bien éveillé qu’à déployer cette logique, vous contez bien une « totalité de l’exclusion », à commencer par la vôtre.
                            qui serait plus exclu, à relire owen, que le détenteur du meilleur sale air ?

                            vous y touchez presque dans votre bel example nasa :

                            « pour prendre un exemple emblématique : les photos de Mars, de Jupiter ou de la Lune, livrées gratuitement au monde entier par la NASA » - bonheur intense, immense de votre plume...
                            Car nous sommes bien désormais très exactement à cette distance de la Terre.
                            Tous.

                            mais heureusement y’a la télé et ses « apparences actuelles », 
                            ce Rien.

                            les poètes, qui faisaient pas la manche, le disaient déjà :

                            « Quant au monde, quand tu sortiras, que sera-t-il devenu ?

                            En tout cas, rien des apparences actuelles. »

                            Il a bien dit « en tout cas », Rien -
                            c’est terrible.

                            • sleeping-zombie 28 décembre 2012 17:07
                              (...)
                               le but de la mécanisation industrielle de toute société moderne est de libérer du travail un maximum de citoyens. Le progrès industriel, n’est-ce pas précisément de faire bénéficier de l’abondance et de la qualité aux multitudes à moindre coût ?
                               
                              Ce fonctionnement est d’ailleurs parfaitement viable.
                              (...)

                              Au vu de tes précédents textes, je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour, mais me voilà d’accord avec un bout de ta prose. Hourrah \o/
                              (...)
                              Le problème, c’est la mentalité des bénéficiaires qui veulent tous travailler alors que dans cette société industrialisée le travail fait fatalement défaut
                              (...)

                              Ouf, chasse le naturel, et il revient au galop. J’ai failli espérer que tu écrives « le problème, c’est la mentalité de certains bénéficiaires (de rentes) qui veulent cent fois plus que d’autres bénéficiaires (d’allocations), alors que fonctionnellement, ils sont au même endroit. ».
                              L’honneur de l’extrême droite est sauf ! On mélange pas les héritiers et les immigrés, non mais sans dec...

                              • julius 1ER 28 décembre 2012 17:14

                                @oisif surmené

                                ce texte est une provocation dans la lignée des politiques de Sarkosy /Guéant ou l’on offre à la vindicte des pauvres de plus pauvres qu’eux, je pense que l’auteur s’en amuse mais il faut être d’un cynisme hors norme pour oser danser sur un volcan !
                                la fin du travail segmenté, destructuré comme l’aboutissement d’un processus de libération pour l’homme oui bien sûr mais à condition que la plus-value capitaliste revienne au peuple, tel était l’objectif des mouvements ouvriers dans l’intérêt d’une grande majorité de gens mais pas au service d’une minorité capitaliste qui s’enrichit outre mesure du fait qu’elle accumule et ne partage rien .........
                                mais bon, la liberté d’expression étant ce qu’elle est veillez à ne pas tomber dans la précarité à votre tour car certains se feront un plaisir de vous rappeler vos écrits, un soir de décembre alors que l’on annonce prés de 9 millions chômeurs et de précaires !!!!!!!!!!!!!!

                                • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 18:30

                                  Julius,

                                   

                                  La provocation gratuite ne m’intéresse pas.

                                   

                                  Je suis bien au-dessus de ces puérilités.

                                   

                                  Seule la vérité m’intéresse.

                                   

                                  Raphaël Zacharie de IZARRA


                                • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 17:43
                                  LA MISÈRE EN FRANCE SELON NOS HUMANISTES
                                   
                                  A propos de la journée du refus de la misère, la déresponsabilisation et l’infantilisation de l’individu et du citoyen progressent à travers de nouvelles vues sur la question de la prétendue misère, vues toujours plus aberrantes, faussement humanistes, réellement embourgeoisées.
                                  Ainsi des âmes charitables à la pointe de la “modernité humanitaire” se scandalisent-elles de constater que l’espérance de vie en France des ouvriers est en moyenne de six années de moins que celle du notable.

                                  Abyssale stupidité !

                                  Considérer les choses avec cet état d’esprit revient à vouloir se révolter contre la Création entière, se dresser contre les lois naturelles, combattre les “injustices” naturelles (qui en réalité forment la justice de l’Univers, ce qui fait le charme de la vie), se syndiquer contre Dieu lui même... Voir la société sous cet angle ce n’est pas un refus de la “misère” mais un refus de la condition humaine.

                                  C’est le refus de naître, le refus de vivre, le refus de mourir.

                                  Les ouvriers vivent donc en moyenne six ans de moins que les patrons. Oui et alors ?

                                  C’est l’inverse qui serait anormal.

                                  A ce niveau d’imbécillité les âmes généreuses éprises de justice et d’égalités en tous genres ont encore de quoi se scandaliser sur des sujets de révolte sur-mesure face aux infinies petites contrariétés de la vie quotidienne dont sont “victimes” leurs contemporains...

                                  A quand les grandes manifestations humanitaires anti-vieillesse, anti-handicapés, anti-décès ?

                                  Au rythme où s’accélère la bêtise ambiante de cette société de veaux, allons-nous bientôt entendre parler de débats sur la remise en question de la mécanique stellaire qui perturbe nos émissions télévisées avec ses agitations magnétiques autour de la planète ? Faire des procès au Soleil qui ne brille pas assez en mars et trop en juillet ?

                                  En effet les prolétaires en France vivent en moyenne six années de moins que leurs dirigeants. Celui qui y voit de l’injustice n’est pas un humaniste, non.

                                  C’est juste un tyran obsédé d’égalité ayant perdu tout sens des réalités.

                                  Mais surtout, une âme pervertie par le culte de la justice standard nivelée à la hauteur dupontesque.

                                   
                                  Raphaël Zacharie de IZARRA

                                  • vieux grincheux 30 décembre 2012 21:29

                                    Mais tu vas sans aucun doute infirmer les 12 preuves de l’ Inexistence de dieu :


                                    Car tes mots te lisent, CITOYEN !!!!

                                    « Création entière, 
                                    syndiquer contre dieu,
                                    âme pervertie, 
                                    âme appauvrie.... »

                                    Tout le fatras du formaté binaire en version bêta-test. Manque plus que la providence, la charité et les dames patronesses...C ’est étonnant comment certains sont incapables de concevoir que l’ Univers n’ a jamais commencé et ne prendra jamais fin

                                    mais au détour de l’ outrecuidance, et malgré le ton résolument provocateur, il reste une peur qui appert aux yeux des plus empathes d’ entre nous. La peur de ne pas exister qui peut aller jusqu’ à proposer une simili transgression qui est infirmée par le vocabulaire, les éléments de langage d’ un corpus qui n’ a de cesse de vouloir affirmer la primauté des racines crétine.....oups !!! chrétiennes de notre continent.

                                    Fourier voulait la RICHESSE POUR TOUS ça a quand même un peu plus de gueule et recueillera plus de suffrages que la Misère universelle des Franciscains et des soeurs Et Manuels et Modes d’ emploi

                                    rassure-toi, ton nom restera largement ignoré des tesauri et personne ne s’ en plaindra....

                                    Allez un effort !!! 
                                    « Ce n’ est pas n’ importe qui qui peut ETRE quiconque »......(aphorisme de Pierre Dac) car la problématique comme le disait en son temps un certain William S se situe dans l’ ETRE et non dans l’ AVOIR.

                                    T’ as déjà fini d’ infirmer les analyses du camarade Sebastien Faure ?



                                  • udine 28 décembre 2012 17:50

                                    Quelle horreur, cet article ! Ou bien, c’est de l’humour, il faut comprendre tout le contraire de ce que vous écrivez. On ne raconte pas n’importe quoi sur la misère, il y a à l’heure actuelle tant de gens, de familles qui souffrent, ils ne doivent pas connaitre l’opulence des fêtes de fin d’année comme vous. Ne parlez pas de sujets que vous ne connaissez pas. Vous auriez dû être censuré.


                                    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 18:28
                                      Udine,
                                       
                                      Je me fous des festivités de fin d’année. Pour moi et pour les autres. En France c’est Noël tous les jours pour quasiment tout le monde. Je ne nie pas qu’il existe de la pauvreté en France mais elle reste très marginale.
                                       
                                      Si vous plaignez les gens qui ne peuvent pas se payer de quoi banqueter à Noel c’est bien la preuve que vous êtes totalement polluée par ce système d’abondance que je dénonce.
                                       
                                      Changez votre mentalité avant de vouloir juger les courageux défenseurs de la vérité comme moi !
                                       
                                      Par votre réaction, très révélatrice de votre mentalité de repue, vous me faites songer à ceux qui se plaignent de ne pas avoir une belle apparence superficielle (ne pas avoir de vêtements à la mode, de voiture neuve, de belle maison) et qui appellent cela de la misère.
                                       
                                      Honteux.
                                       
                                      Raphaël Zacharie de IZARRA

                                    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 28 décembre 2012 20:54

                                      Votre réponse ironique n’est pas si fausse que vous voudriez le faire croire... Certains SDF se font, aux alentours des Champs-Elysées, de véritables petites fortunes en faisant la manche quelques heures par jour, cinq jours par semaine.

                                       

                                      Authentique !

                                       

                                      Raphaël Zacharie de IZARRA


                                      • TSS 29 décembre 2012 00:02

                                        Je ne autoriserais pas à fouiller dans mes poubelles ! ce sont mes detritus... !!


                                      • TSS 29 décembre 2012 00:04

                                        Je ne pensais pas que les rillettes pouvaient être nocives à ce point... !!


                                      • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 28 décembre 2012 21:24

                                        La « misère » est largement exagérée en France.

                                        Et plusieurs associations en profitent bien, elles n’ont pas du tout intérêt que la pauvreté diminue, bien au contraire.

                                        Le problème, ce sont les parasites.
                                        Parasites qui font gonfler les chiffres.

                                        J’ai gardé quelques contacts au sein des plus grandes associations connues, assos dites caritatives, assos prétendant lutter contre la précarité, l’exclusion, etc...
                                        Contacts sérieux et n’ayant aucun intérêt à raconter n’importe quoi.
                                        Eh bien, les parasites grouillent dans ces assos, à tous les niveaux.

                                        Un membre de ma famille est parti du [auto-censure], écoeurée des pratiques pas jolies-jolies de l’antenne locale ; il s’en est d’ailleurs ému auprès du directeur qui lui a rétorqué que ce n’était pas « ses oignons » (sic).
                                        Et cette asso ne cesse de réclamer « donnez, donnez, aidez-nous »...

                                        Ma tante nous a fait part des dérives de la [auto-censure] ; là, ce sont les bénévoles (des personnes absolument pas en détresse, bien au contraire) qui se servaient sans vergogne dans les stocks alimentaires réservés aux plus démunis ; une dame avait pris l’habitude d’embarquer gratos des packs de lait chaque semaine pour sa consommation personnelle ; les écarts de comportement ont été tels qu’une réunion d’urgence a eu lieu il y a quelques semaines afin de mettre les choses au point : la directrice a exposé les faits et a exigé : « bon, si vous avez besoin de quelque chose, si vous avez des difficultés, dites-le, mais arrêtez de piocher dans les stocks comme ça ! »

                                        Et je ne parle pas des scandales répétés dans les [auto-censure] dont dont entend parfois quelques discrets échos dans la Presse.

                                        Il faudrait un grand nettoyage des associations.
                                        A quand quelques caméras cachées ou des articles de journalistes couillus ?

                                        Et il faudrait que les Français arrêtent d’inonder ces assos de leurs dons uniquement pour se donner bonne conscience ; c’est trop facile, hein ; plus facile que de fréquenter leurs voisins pour savoir s’ils sont, eux, dans la détresse.


                                        • Vipère Vipère 29 décembre 2012 15:02

                                          A Benvoyons

                                          J’ai fait le même constat que vous, les assoc qui se gavent d’argent public ne remplissent plus leurs missions !

                                          Que faire, sinon les dénoncer, une part une ???


                                        • Vipère Vipère 29 décembre 2012 15:03

                                          Les dénoncer, une par une ! bien sûr


                                        • Roger le Suisse 28 décembre 2012 21:32

                                          « Voilà le grand paradoxe de notre société qui souffre non pas de misère mais d’abondance mal assumée. »


                                          C’est exact. Nous vivons dans une société de clochards millionnaires qui préfèrent battre le pavé plutôt que de jouir de leur statut de riches mal assumés. Dingue, ça... Et ils sont des millions dans ce cas, mal dans leur peau, trop gavés de pognon qu’ils sont. Du coup, pudiques comme pas deux, ils ont résisté aux sirènes de l’opulence... 

                                          • Roger le Suisse 28 décembre 2012 21:35

                                            « Certains SDF se font, aux alentours des Champs-Elysées, de véritables petites fortunes en faisant la manche quelques heures par jour, cinq jours par semaine. »


                                            Certains sont même assujettis à l’ISF...

                                            • Christian Labrune Christian Labrune 29 décembre 2012 01:32

                                              « Certains sont même assujettis à l’ISF... »

                                              Roger le Suisse,

                                              Vous vous trompez : ils ne déclarent pas les sommes fabuleuses qu’ils amassent chaque jour. Qui pourrait vérifier ? La plupart, avant de quitter leur hôtel particulier du Marais dont ils ne sont évidemment pas le propriétaire officiel, passent entre les mains d’une maquilleuse qui a pour fonction de donner l’impression qu’ils ont mauvaise mine. Ils revêtent de très vieux vêtements qu’ils ont demandé à leurs domestiques d’user et de salir et ils se lancent à la conquête de la charité publique. On parle toujours des traders, mais entre les bénéfices qu’on peut réaliser dans la finance où le cours des actions est soumis à toute sorte d’aléas et les fortunes considérables qu’amassent en quelques mois et sans risque la plupart des mendiants parisiens, il n’y a vraiment aucune proportion. J’avais déjà expliqué cela plus haut mais je vois que notre auteur le confirme en parlant des très riches clochards des Champs Elysées. C’est donc bien la triste vérité, et je plains les propriétaires des très grandes entreprises qui se donnent tant de mal pour empêcher l’effondrement de leur fortune en période de crise : les vrais riches, les vrais exploiteurs, ce sont les pauvres. Il faudrait sans doute une bonne révolution qui permette enfin de les exterminer. 


                                            • Roger le Suisse 29 décembre 2012 19:04

                                              Je l’avoue, je rebondissais naïvement sur le post des SDF des Champs-Elysées. Je pensais qu’avec les millions amassés en contrepartie d’une semaine de 4 heures (et encore, certains sous-traitent la mendicité), ces simulateurs payaient leur tribut. Mais que nenni m’apprenez-vous. Scandaleux. Ils ont recours aux services d’avocats fiscalistes. Certains songent même à s’exiler en Belgique, fortune faite (i.e. 5 ou 6 mois)... smiley


                                            • udine 28 décembre 2012 21:48

                                              « En France c’est Noël, tous les jours pour quasiment tout le monde » Vous rigolez ou quoi ? Nous devons faire des économies sur l’année pour les étrennes des enfants. J’achète des jouets aux vides-greniers. Je suis pour le recyclage, le troc. Je suis pour le bio direct producteur, je fais le tri des déchets alimentaires, je fais très attention à ce que j’achète, je ne roule pas en 4x4, ma voiture familiale a 10 ans, 193.000km au compteur. Je vous propose de voyager en France et de regarder autour de vous. Evitez les beaux quartiers de Paris, Paris qui n’est pas la France.Vous êtes quelqu’un d’envieux, de prétentieux, vous ne détenez pas la vérité. Vous avez encore beaucoup à apprendre.Bon courage et bonne année qui s’annonce très très dure pour ceux qui travaillent.


                                              • Roger le Suisse 28 décembre 2012 22:13

                                                « Bon courage et bonne année qui s’annonce très très dure pour ceux qui travaillent. »


                                                Et plus encore pour ceux qui restent sur la touche dans le grand match de l’emploi smiley
                                                Pour passer le temps, les plus démunis pourraient imiter leurs voisins espagnols, italiens, grecs, etc. et se suicider ou tenter de battre des records comme : 

                                                - combien de temps puis-je survivre dans l’enfer de la rue ?
                                                - combien de temps puis-je tenir sans manger ?
                                                - combien de temps puis-je vivre sans me soigner ?

                                                C’est ludique et on peut y jouer en famille, ça ne coûte rien...

                                                D’autres seraient également bien inspirés de s’adonner aux lectures révélatrices de la loi de l’attraction. Ils comprendront que tous leurs malheurs sont créé par eux. Et d’expliquer à leur progéniture que papa et maman sont des nantis qui ont fait voeu de pauvreté...

                                              • Hervé Hum Hervé Hum 28 décembre 2012 22:06

                                                Hum, je me demande juste ce qui te pousse à défendre de la sorte les riches. Là, y a comme un hic. Quelque chose qui coince.

                                                La seule explication qui me vient à l’esprit est que tu sois un fils à papa qui attends après la mort du vieux pour toucher l’héritage et en attendant se la joue sans le sou.

                                                Car il ne s’agit pas vraiment pour moi de contester l’opulence de la France, mais celle consistant à dire qu’il faille accepter, comme des veaux justement, qu’il y ait une élite dominant les autres suivant quelque chose qui relèverait d’une réalité immuable du même ordre que le soleil. Quelque chose qui est au delà de l’humain, qui relève de la mécanique céleste. En d’autres termes, soit t’es un vrai veaux, soit t’es un vrai imposteur.

                                                Bref, ton discours n’est pas tant pour critiquer des gens qui se plaignent le ventre plein avec la bourse vide, mais pour défendre ceux qui ont le ventre et la bourse pleine.

                                                Tu ne m’en voudra pas si je n’accepte ni l’un, ni l’autre...


                                                • foufouille foufouille 29 décembre 2012 12:43

                                                  "La seule explication qui me vient à l’esprit est que tu sois un fils à papa qui attends après la mort du vieux pour toucher l’héritage et en attendant se la joue sans le sou."

                                                  rien que son nom ............


                                                • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 13:14

                                                  foufouille,


                                                  Vous me prêtez des intention fausses et surtout sans noblesse, révélatrices de votre propre mentalité.

                                                  Quant à mon nom, il est surtout le signe de la noblesse de mon extraction, donc de la qualité de mon âme étant donné l’éducation saine que j’ai conséquemment reçue, plus que la valeur de mon compte en banque.

                                                  Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                • foufouille foufouille 29 décembre 2012 14:35

                                                  donc, tu es bien noble ?
                                                  tu refuseras ton heritage ?


                                                • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 21:25

                                                  Foufouille,

                                                  Mon père est mort en 2008, j’ai hérité de quelques milliers d’euros que je toucherai au décès de ma mère. Vous croyez vraiment que j’attends après cela pour vivre ? Quand bien même j’aurais hérité d’un million d’euros, vous pensez que j’attendrais de les toucher avec impatience ?

                                                  Je mange à ma faim tous les jours, ne ne manque de rien, pourquoi attendrais-je de toucher cet héritage au risque de passer à côté de ma vie  ?

                                                  Je n’ai pas cette mentalité sordide d’opportuniste avide d’argent.

                                                  Je vis avec simplicité et dignité. Et si je vous dis qu’en réalité je me moque de cet héritage futur, me croiriez-vous ?

                                                  Vous semblez assez corrompu par les éclats vulgaire de l’argent et je crois que vous ne pourrez jamais envisager ces choses avec cette même innocence et fraicheur que moi.

                                                  Je considère bien des aspects de la vie non sous le prisme mesquin des biens matériels, des potentielles acquisitions tangibles mais avec des vues de plus hautes envergure.

                                                   
                                                  Raphaël Zacharie de IZARRA
                                                   
                                                  =======

                                                  FOUFOUILLE DISAIT :

                                                  « La seule explication qui me vient à l’esprit est que tu sois un fils à papa qui attends après la mort du vieux pour toucher l’héritage et en attendant se la joue sans le sou. »

                                                  rien que son nom ............


                                                • Pyrathome Pyrathome 28 décembre 2012 23:08

                                                  Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes

                                                  Joliment plumé, mais aussi puissamment culotté.....
                                                  Un peu de provoc pour rigoler un peu ? mmmmh ?

                                                  Ceci dit, si la forme est largement discutable, le fond est intéressant..

                                                  Voilà le grand paradoxe de notre société qui souffre non pas de misère mais d’abondance mal assumée. ( mal répartie plutôt....)

                                                  On appelle ça l’égoïsme si je ne me trompe....
                                                  C’est le poison d’une société totalement matérialiste et son bourreau...


                                                  • philoxera philoxera 29 décembre 2012 00:13

                                                    Cet article est un troll, je ne vois pas d’autre explication


                                                    • LucasTrady LucasTrady 29 décembre 2012 01:36

                                                      Article puant et provocateur .

                                                      De plus si l’auteur de cet article insultant se réfère aux montants officiels volontairement faussés déterminant le seuil de pauvreté , il peut y ajouter au moins 200€ /mois et il obtiendra un montant qui sera encore un revenu de misère .

                                                      Espérons qu’il fasse un jour la triste expérience de vivre cette situation de misère .

                                                       


                                                      • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 21:03

                                                        LucasTrady,


                                                        Jamais il ne me viendrait à l’idée de m’endetter pour des sottises comme par exemple des canapés, une véranda, une voiture neuve rutilante, etc.

                                                        Je ne me paye que ce qui est financièrement à ma portée. 

                                                        Celui qui a les moyens d’accumuler sans cesse des bien superflus, c’est tant mieux pour lui si ça l’amuse et d’ailleurs ça le regarde. Chacun est libre de s’acheter des bateaux, des vérandas, des chaussures de luxe, des mobylettes en or massif, et que sais-je encore, à condition d’en avoir les moyens.

                                                        Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                      • Yann Patin de Saulcourt 29 décembre 2012 02:17

                                                        - La misère c’est de se retrouver à lire un pareil tissus d’ineptie, un tel torchon d’insanité, venant d’un auteur auto-suffisant qui place la compétition (pensant peut-être que ça va résoudre quelque chose ?), sous prétexte que selon « saint lui », « tout le monde devrait pouvoir se satisfaire du »confort spartiate« qui lui suffit à lui et a son ego ainsi hypertrophié.
                                                        Ceci, alors qu’il projette son propre pathos misérabiliste et consternant, c’est à dire sa misère et sa pauvreté intérieure, dénuée du moindre cœur et du moindre esprit qui soit, sur les plus pauvres...
                                                        - La misère, c’est ce genre d’autosuffisance, ce manque d’empathie cruel et dramatique, chez ceux qui ne voient ce qu’ils imaginent être »la réalité des autres« (en s’illusionnant donc monstrueusement et fatalement) qu’à l’aune de leur nombril misérabiliste, crasseux et non moins méprisant de la situation de ceux qui souffrent très concrètement, dans des conditions sociale et financière très difficiles. Ce, lorsque les maladies ne s’en mêlent pas, (généralement et plus durement chez les classes sociales défavorisées, d’ailleurs).
                                                        - La misère, ce sont ces sombres ignares qui s’amusent ainsi à culpabiliser la condition défavorisée des autre, »à la fois leur cible à abattre et leur poubelle à déjection mentale« , en ajoutant donc la honte à la honte, l’humiliation à l’humiliation, croyant même que leur mépris incommensurable de la dignité des gens en difficultés constitue une »hauteur de vue« ...
                                                        - La misère, c’est encore ce déni effroyable, servant à se faire valoir sur le dos de ceux qui servent donc de bouc émissaires, à une pensée aussi étroite, laide, basse, pestilentielle et stupide qu’elle ne crée aucune forme de valeur humaniste. Bien au contraire, elle démontre magistralement un état esprit aussi étroit et inhumain qu’il est dramatiquement malsain et névrotique, sans avoir besoin d’être psy pour s’en rendre compte, d’ailleur...
                                                        - La misère c’est que de tels auteurs puissent imaginer que ce qu’ils écrivent est »intelligent, construit, censé, faisant peut-être preuve « d’humanité », de bon sens« , alors que ce qu’il publient est tout bonnement excrémentiel.
                                                        - La misère, c’est enfin ce que cet auteur va éventuellement trouver à redire de mon propos, sachant d’avance que ça ne sera que le même aveuglement sur lui-même qui le conduira à le dire. Ceci, vue les œillères avec lesquelles il regarde la souffrance de ceux qui sont pauvres et qui en souffrent, sans même que ça puisse venir à l’esprit, tant il est convaincu que son étroitesse de coeur constitue »une vision juste, acceptable, admissible et même discutable« .
                                                        Je lui souhaite vivement de perdre tout son petit confort nombriliste, même prétendument »spartiate", de se retrouver très malade (avec plusieurs pathologie en même temps de préférence, voire même des handicaps très difficile à surmonter, voire impossible), avec le RSA ou l’AAH pendant dix ans, et sans pouvoir travailler.
                                                        Ensuite on reparlera de sa manière de parler de la misère sur ce média.... Et on verra alors si son expérience de la misère le rendra apte à parler d’un sujet qu’il ne connaît de toute évidence aucunement, actuellement, en l’état déplorable et inique de sa manière d’ouvrir son petit clapet de roquet prétentieux, tordu et vicelard sur la question qui lui échappe totalement...


                                                        • Romain Desbois 29 décembre 2012 08:01

                                                          Ca sent le vécu ca Yann

                                                          Perso ce dont j’ai le plus souffert quand j’étais miséreux (heureusement ca a duré deux ans et j’étais jeune) ou très pauvre, c’est la honte qui vous fait ne plus rencontrer l’autre.
                                                          La honte de ne pas pouvoir payer un coup aux copains, de toujours essayer de trouver une excuse pour ne pas aller au ciné ou au restau avec les autres, pire , c’est de ne pas draguer une personne qui vous plait parceque vous savez que vos chaussettes sont trouées et vos sous vêtements datent de votre grand-père. C’est con mais être pauvre c’est ça aussi, avoir peur d’avoir honte dans une situation délicate. Honte qui vous marquera toute votre vie.

                                                          je crois qu’avec le temps , c’est ce que je garde de ces années, pas la faim ni le manque de confort (pourtant qu’est ce que j’ai pu avoir froid devant ma bassine d’eau chauffée sur le gaz).
                                                          Ouais, c’est pas la faim le pire, enfin en france bien sur.


                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 10:28

                                                          Yann Patin de Saulcourt,

                                                          Mon article courageux aura eu au moins l’avantage de révéler la vraie nature de quelques prétendus humanistes de votre espèce...

                                                          Merci pour vos voeux à mon endroit, ils sont très charitables.

                                                          Juste un détail : je n’ai jamais travaillé de ma vie et suis bénéficiaire de l’Allocation Adulte Handicapé.

                                                          Je suis parfaitement conscient que ce n’est pas tant mon porpos en lui-même qui heurte certaines personnes se pensant victimes de l’injustice sociale mais le fait que je sois heureux avec très peu de confort matériel et des revenus minimum.

                                                          C’est cela qui choque tant mes détracteurs qui eux, semble-t-il, ne parviennent jamais à se satisfaire de leurs superflus : ils en veulent toujours plus au point qu’ils n’arrivent jamais à atteindre le nirvana matérialiste promis par leurs catalogues emplilés sous leurs saints canapés en cuir achetés à crédit.

                                                          J’incarne l’échec de leurs aspirations horizontales, je leur fais honte par ma condition de « pauvre » satisfait de son sort. Par ma seule existence je dénonce leur misère morale de repus éternellement insatisfaits.

                                                          C’est cela véritablement qui les choque. Ce n’est pas le mensonge qui est dérangeant, mais la vérité.

                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                        • Yann Patin de Saulcourt 29 décembre 2012 16:27

                                                          Raphaël Zacharie de Izarra

                                                          En plus vous êtes malhonnête intellectuellement !
                                                          Si vous aviez fait votre article sur votre condition et sur ce que vous appelez « votre bonheur » spartiate que vous aimez tant (pourquoi pas), sans vous autoriser la moindre comparaison avec la manière donc les autres peuvent subir et souffrir de leur condition, alors on pourrait accorder à votre propos un peut de crédit. Mais vu votre réaction, (prévue dans mon propos) on voit que ce n’est pas gagné, pour que vous ayez à leur égard un minimum de respect...

                                                          Hors votre propos est de descendre les gens qui ne vive pas votre « félicité spartiate » dans la même condition que vous.. Relisez vous donc...
                                                          Je n’ai personnellement pas envie de mettre en avant ma condition pour vous prouver quoi que ce soit ou pour justifier d’un vécu expérimenté, en matière de difficulté, en effet. Il n’y a rien à prouver, à des gens qui vous crache dessus.
                                                          Ce que je constate désormais chez vous, c’est que vous êtes en train de pleurnicher sur le fait que « mes souhaits » ne serraient pas « charitables » envers vous (qui dégainez désormais votre AAH pour vous faire passer pour la victime de ce que suscitent vos propre propos) alors que si vous vous relisez tout votre article hurle et pue littéralement le manque de charité envers les gens que vous insultez et méprisez, du fait de leur condition et sous prétexte que dans « la même condition qu’eux » (théorique) vous vivez une « béatitude »..
                                                          Aucune situation précaire n’est comparable, vous ne savez pas ce qu’est manifestement de faire vivre un famille entière dans des conditions que l’AAH ne donne pas à une seule personne... On comprend que vous vous satisfaisez de ce que vous avez, vous n’êtes pas le seul.. Ceci ne veut pas dire que l’on ne souffre pas de manque, considérable parfois, tout en étant pragmatique et réaliste, dans sa situation, tout autant que dans la grande difficulté à en sortir...
                                                          Ce que vous croyez être « mon » manque de charité, parce que je vous souhaite une condition qui vous permettrais de savoir de quoi vous parlez, n’est en réalité que le retour en miroir de votre discours abscons.
                                                          Si vous voulez que l’on soit charitable avec vous, commencez donc par l’être vous même avec les autres et regardez surtout et au fond de vous même vos contradictions et vos ambivalences, dans ce miroir que je vous ai mis devant les yeux, sciemment, parce que c’est toute la charité que vous méritez. Pourquoi venir cracher sur la condition des autres si vous êtes aussi heureux que vous le prétendez dans la votre ?
                                                          Vous n’êtes absolument pas charitable, en rien , vue que c’est à l’aune de votre seul nombril que vous vous permettez de mépriser la condition des autres, en vous comparant, en vous faisant passez pour le héros qui supporte vaillamment la vie spartiate... Des millions de gens ne font pas étalage au quotidien de la manière dont ils gèrent un quotidien douloureux, pénible et parfois très triste, au titre du bénéfice de la solidarité à minima. Ceux là ne se plaigne pas, indirectement, comme vous, mais respecte les différences et la manière différente de supporter et combattre sa propre condition...
                                                          Un retour bien senti, pour vous mettre face à votre absence de discernement, c’est toute la charité que vous méritez. Vous devriez en être reconnaissant, si vous étiez cohérent d’un bout à l’autre, surtout avec vous-même..
                                                          Bonne année 2013, dans cet inénarrable bonheur qui est le votre !


                                                        • Yann Patin de Saulcourt 29 décembre 2012 16:56

                                                          Oui, Romain, ça sent le vécu. smiley
                                                          L’échange devient aussi plus humain face à l’expérience individuelle, écoutée et respectée pour ce qu’elle est.. Merci de la votre smiley
                                                          Il est humainement impossible de tenir un discours généraliste sur ce qu’est la manière de vivre la pauvreté, la misère (que l’on peut toujours relativiser en la comparant avec plus pauvre et plus miséreux que soit) mais surtout avec son cortège funeste de frustration, de manque, de sentiments d’impuissance, d’incapacité à se redresser, à se relier en soi à un potentiel créatif, à ce qui nous relie au autres avec bonheur, dès lors que l’on souffre en effet d’une mésestime de soi.

                                                          Le propos de Zacharie aurait été constructif, intéressant et compréhensible s’il n’avait parlé que de lui, de sa manière de transcender une situation précaire, avec les minimas... Ce qui est louable, respectable.
                                                          Mais son propos n’est absolument pas là, il ne se sert de sa situation personnelle que pour agresser la conditions des autres, sans même savoir qui ils sont, sans chercher le contact, la relation, mais au contraire, en érigeant des barrières, des murs, celui de l’incompréhension et de la volonté de ne surtout pas comprendre qu’il n’y a pas que sa vision nombriliste qui existe..
                                                          Son propos est aussi paternaliste qu’il est écrasant. Il ne peut aider quiconque à se relever dans une condition précaire dès lors qu’il n’a pour but que de l’écraser, pour faire valoir un discours qui n’a rien à envier à ce que disait le politicien Laurent Wauquiez, en parlant de « l’assistanat » comme « cancer de la France »...
                                                          Zacharie ne fait rien de différent que ce fils à papa, né dans la soie, qui insultait ainsi des millions de gens dans leur dignité, sans réaliserà quel point ça peut être blessant (et s’en foutant royalement d’ailleurs, de blesser les autres)...
                                                          C’est le problème de tous les gens qui voient et traitent les autres comme des abstractions, à la masse, planqués derrière leurs écrans ou dans leurs bureaux de ministres...
                                                          Le propos est déshumanisé dès lors qu’il ne tiens pas compte des individualités..
                                                          En fait Zacharie n’a qu’un but, que l’on s’occupe de lui et de lui seul, qu’on le reconnaisse dans sa différence, voire dans sa marginalité.. Il se fou complètement des gens dont il parle, en les mettant tous dans le même sac, comme s’il y mettait des cailloux, c’est à dire des choses insensible.
                                                          Son insensibilité est ici terrible... Seul compte son discours..
                                                          Qu’en dites vous Zacharie ?


                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 18:27
                                                          Yann Patin de Saulcourt,
                                                           
                                                          Où avez-vous vu que je me plaignais de mon sort ? Au contraire, JE SUIS HEUREUX de ma situation, que beaucoup estiment pourtant trop modeste selon leurs critères pour l’envier...
                                                           
                                                          Je me dresse juste contre ces geignards ingrats, repus, obèses de l’esprit qui parlent de crise, qui pleurent sur leur sort et ne voient même pas qu’ils ont TOUT ou presque et qui crient à l’injustice sociale sous prétexte qu’ils ne peuvent partir en vacances l’été ni aller au restaurant ! Serait-ce les mêmes au restaurant qui laissent leur assiettes à moitié vide tout en se lamentant sur la prétendue « crise » ? Possible. Ces « pauvres » n’en sont pas à un comble près.
                                                           
                                                          Expliquez-moi pourquoi, si la France est un pays de misère et d’injustice sociale, elle attire tant d’immigrés venus d’Afrique qui risquent leur vie en traversant la mer sur des coques de noix au péril de leur vie ?
                                                           
                                                          La vérité c’est que la misère en France a été éradiquée depuis longtemps, nous en sommes au stade de l’embourgeoisement généralisé des citoyens. Il y a une culture de la plainte, des pleurnicheries en France depuis l’avènement de l’opulence. Je vis au Mans, je sors, interroge des SDF, des mendiants, ils touchent tous des allocations sociales, les mendiants ont un toit, certains SDF ou mendiants ont des téléphones portables, arborent des piercings, s’adonnent à la boisson, au tabagisme, voire à la drogue... Je ne les juge pas, je constate simplement leur mode de vie.
                                                           
                                                          Je n’ai jamais rencontré de crève-la-faim. Certes je vois des gens humbles, peu éduqués, simples, parfois primaires et qui visiblement ne peuvent pas se payer du luxe, je ne nie pas la chose. Mais des miséreux, non. A moins que vous appeliez MISERE le fait de ne pas pouvoir se payer de téléphone portable... Mais en ce cas, c’est toute la mentalité du peuple français qu’il faut revoir.
                                                           
                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 18:47
                                                          Yann Patin de Saulcourt,

                                                          Détrompez-vous : c’est depuis que j’interroge les mendiants sur leur situation réelle que j’ai cessé de leur faire l’aumône. Moi aussi jadis je croyais à leur pauvreté. Je suis tombé de haut depuis que je commence à enquêter, à vraiment ouvrir les yeux sur les situations réelles en France de ces prétendus pauvres.

                                                          Leur pauvreté consiste en des plaintes, mais derrière ces plaintes il n’y a que du vent et de l’ingratitude car en réalité ces gens ne manquent pas d’essentiel, ils ne manquent que de superflu.

                                                          Certains sont gênés de m’entendre leur dire ces vérités, ils ne nient pas la chose, ils l’esquivent maladroitement, après m’avoir avoué toucher des allocations sociales. J’estime que lorsqu’on touche des allocations sociales calculées pour financer des biens de première nécessité, voire un peu plus, faire la manche est un abus, une tricherie.

                                                          On ne cesse de parler de misère, d’injustice sociale et pourtant je ne vois qu’opulence et solidarité autour de moi.

                                                          Aucun homme politique n’aura le courage de tenir un discours aussi franc que le mien, tous sont d’accord pour parler de misère en France : c’est très populaire de s’apitoyer publiquement sur cette chimère au lieu de la dénoncer.

                                                           
                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                        • Yann Patin de Saulcourt 29 décembre 2012 19:15

                                                          La seule chimère à dénoncer ici, c’est vous...

                                                          Votre propos est théorique, relatif à votre seul jugement négativiste sur ce que sont chez nous, en France, misère et pauvreté...

                                                          A partir du moment ou vous avez décidé, postulé qu’elle n’existe pas, tout votre argumentaire s’emploie à persister et signer, sans prendre en compte de ce que peuvent en penser les autres..

                                                          L’intégralité de votre propos se résume à ceci : « J’ai raison, les autres ont donc tort ». C’est totalement infantile et dégradant pour les autres..
                                                          Vous ne faite qu’un monstrueux amalgame qui n’a absolument rien de courageux. il ne suffit donc pas d’écrire « je suis courageux et le seul à le faire envers et contre tous », pour prouver un quelconque courage.. C’est vous qui tentez de vous rattrapper à la branche sur laquelle vous êtes assis et que vous avez scié, alors que tous les commentaires ici vous démontre que vous vous cassez la figure avec..
                                                          Faites donc...
                                                          je voudrais vous voir en face de pas mal de gens qui traversent des difficultés considérables, pour voir si vous auriez autant de courage à nier et renier comme vous le faites les réalités qui sont les leurs, mais que vous ne connaissez nullement.
                                                          Vos n’avez aucune compétences à juger de leur situation, avec de tels a priori, non plus..
                                                          Étant ancien travailleur social, je peux l’affirmer d’un point de vue professionnel.
                                                          Il n’y a aucune forme de courage à vomir des insanités pareilles sur l’internet., au titre de la « vérité absolutiste » qui s’avère ainsi totalitaire, chez vous. Vous êtes piégé par votre propre discours, dès lors que même si on vous démontre qu’il est très largement abusif, votre orgueil ne le supporte pas..
                                                          Vous ne vous appuyez pour tenir votre baratin que sur votre seule et unique subjectivité, ce que vous prétendez avoir vu chez les autres.. Leurs avis, celui de ceux qui ont l’expérience de la relation d’aide dans le social, les sociologues, les travailleurs sociaux, les gens concernés, comme je l’ai dit, tout ça vous passe au dessus..
                                                          Vous êtes malade mon garçon... faites vous soigner...


                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 19:58
                                                          Yann Patin de Saulcourt,
                                                           
                                                          Le jour où j’aurai en face de moi un vrai pauvre, représentatif de millions de gens, je suis prêt à reconsidérer mes vues.
                                                           
                                                          Je le répète, je n’ai rien à vendre, ce qui fait ma force c’est ma sincérité.
                                                           
                                                          Je parle avec des mendiants, je vous l’ai dit. C’est même en commençant à discuter de leurs « problèmes » que j’ai décidé de ne plus rien leur donner.
                                                           
                                                          Jusqu’à aujourd’hui je n’ai constaté que des abus de langage, pas de la misère.
                                                           
                                                          Je n’ai rencontré aucun crève-la-faim en France. Présentez-moi un, pas un cas social isolé mais un qui soit réellement représentatif de millions de gens et là, je reconnaîtrai la fausseté de mes vues.
                                                           
                                                          Mon honneur, ma fierté, je les mets dans la défense de la vérité, non dans ma persistance dans l’erreur. Je le redis, seule la vérité m’intéresse. Quelle qu’elle soit, même si elle me dessert.
                                                           
                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 20:08
                                                          Yann Patin de Saulcourt,
                                                           
                                                          Attention, ce texte que je vous propose de lire n’est pas le reflet de ma vie, c’est juste une illustration poétique de mon discours, à prendre avec une nécessaire distance certes, mais une illustration révélatrice de ma mentalité, ce qui vous éclairera avantageusement sur mes vues actuelles :
                                                          CONFORT DE CHIEN PLUTÔT QUE BONHEUR DE VEAU
                                                           
                                                          Ma demeure, une grosse cabane informelle perdue au coeur de la forêt-avec une cheminée pour tout chauffage- n’a pas d’eau courante, nulle électricité et encore moins de décoration.

                                                          Je ne consomme aucune viande, bois de l’eau claire, ne vais jamais au cinéma, ignore la télévision, suis totalement déconnecté des agitations du monde. Non par contrainte, exclusion sociale ou pauvreté matérielle mais par choix.

                                                          Je vis comme un moine.

                                                          Ou pour être plus exact, pareil à un authentique bourgeois sous le règne du grand roi Louis XIV. Même les pharaons ne vivaient guère mieux que moi, d’ailleurs certains mourraient jeunes.

                                                          Je suis sobre disais-je.

                                                          Grâce à ce régime économique ma santé est excellente : je suis robuste, toujours en pleine forme, sain, rieur.

                                                          J’ai très peu d’argent. Enfin juste assez pour me nourrir et parer à mes besoins vitaux. Indifférent à la mode, isolé dans les bois je n’ai pas le souci de plaire à mes voisins, à un patron, à des clients, bref à une société superficielle. Les rares humains que je fréquente sont tous gens supérieurement intelligents qui se moquent de la qualité ou de la couleur des vêtements que je porte. Je suis propre sur moi mais libre de me vêtir sans aucune pression sociale. J’ai juste assez pour vivre, j’estime donc être riche. D’autant que je suis très satisfait de mon sort de ce point de vue.

                                                          L’hiver pendant que mes frères humains gavés toute l’année de confort, de futilités et de surconsommation en tous genres se lamentent du froid, tremblent pour leurs canalisations ou crient au scandale parce que les axes routiers menant aux ”sports d’hiver” ne sont pas déneigés assez vite, moi je me réjouis de la beauté du givre qui fait craquer mon toit et blanchit la forêt.

                                                          Et tandis que certains citoyens désenchantés de ce beau pays de France (que le froid rend encore plus ingrats envers le sort) portent plainte contre le maire de leur commune pour “négligence” parce qu’ils ont glissé avec douleur sur le verglas de la voie publique, je glisse moi aussi au fond d’un fossé dans une gerbe de flocons virevoltant autour de moi. Et cela m’amuse.

                                                          Eux ont prévu cet “inconvénient” dans leur contrat d’assurance tous risques... Moi je n’ai rien prévu, je vis sans assurance et je ne me fais point mal. Mais il est vrai qu’en hiver je ne pars pas en “vacances d’hiver” faire du ski à 500 kilomètres de ma forêt enneigée... Par conséquent je réduis considérablement les risques de me faire... décerveler.

                                                          Au printemps mes semblables calfeutrés dans leurs maisons chauffées entourées de moquette craignent les pollens. Ils remplacent leurs anticorps perdus en ingurgitant de la “parapharmacie.” Moi je respire les odeurs de la saison, me fait piquer par des abeilles, me lave à l’eau de pluie, insensible aux effets “nuisibles” des éléments que redoutent tant les citadins, et cela fortifie ma santé au lieu de l’affaiblir.

                                                          Avec mon existence frugale, mes moeurs viriles, mon mode de vie rustique, mes moyens de subsistance modestes je passe pour un miséreux au fond de la forêt, dans ma maison de rondins.

                                                          Dans ce monde de mollesse, de frilosité, de geignards, de convoitises superflues, les gens vraiment heureux sont ceux qui possèdent le moins de choses matérielles et vivent dans l’âpre confort naturel.

                                                          Les autres s’ennuient au point d‘aller courir après la neige en hiver ailleurs que chez eux et, l’été, après le soleil beaucoup plus bas au sud... Le plus drôle, le plus absurde, c’est qu’ils se plaignent de la poudreuse en janvier et de la chaleur en juillet lorsqu’elles tombent sur leurs toits et en même temps ils vont les chercher à grands frais et avec avidité à des centaines de lieues de chez eux...

                                                          Au fond de ma cabane sans eau courante, sans électricité, sans téléphone, sans radiateur, sans moquette, sans télévision, j’ai l’hiver en hiver, le printemps au printemps, l’été en été, l’automne en automne.

                                                          Mais surtout j’ai, en surplus gratuitement toute l’année, le vrai bonheur.

                                                          VOIR LA VIDEO :

                                                          http://www.dailymotion.com/video/xnsiz5_confort-de-chien-plutot-que-bonheur-de-veau-raphael-zacharie-de-izarra_news

                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                        • Yann Patin de Saulcourt 29 décembre 2012 21:17

                                                          Et bla bla bla.. qui lirait encore vos monologues justificatif de vos aberrations ?


                                                        • Bedibabavoël Bedibabavoël 29 décembre 2012 04:40

                                                          Amalgame bizarre et réducteur, idées totalement dépouillé de bon sens.
                                                          J’ai l’impression, que les sdf et les sans papiers, sont les mêmes que les allocataires de la caf, ce qui n’est quand même pas la même chose.
                                                          L’auteur confond la misère noire, d’avec la solidarité, et une conclusion poussive, sur la faute de la robotisation de l’industrie, et l’esclavagisme monétaire, comme si plus personne ne travaillait par goût, envie, ou opportunité professionnel. Partant de là, c’est sûr : les pauvres n’ont que ce qu’ils méritent, youpi, merci les aides sociales. Parce que sinon, il est mieux de mettre tout le monde à la rue ? Si vous voulez une guerre civile à la bonne heure.

                                                          Vraiment je ne comprend rien à l’article.
                                                          Il est où le lien entre l’industrie robotisé et la misère ? Les villes ne pourvois plus autant de travail qu’avant, et retourner vivre comme il y a deux génération à la campagne comme un paysan, et faire machine arrière n’est pas chose aisé. A quoi bon vouloir faire pousser des poireaux, quand l’industrie y pourvois aisément tout en créant des emplois...
                                                          Quitte à parler de la misère, vous n’avez pas un échantillon ?

                                                          Pourquoi tordre le coup à ses associations ? Vengeance personnel ? Le aides alimentaires c’est pas la part du prince, et quand on y vas, il n’y à vraiment pas de quoi se venter. De quelle opulence parlez vous ? S’octroyer gratuitement des produits limite périmés, et manger des conserves, vous appelez cela de l’opulence ? Y trouver des vêtements usé par le mauvais goût. De la à demander de l’argent à un pauvre il n’y a qu’un pas. D’autant que la vérité, c’est qu’il y a moins de dons, et plus de pauvres.

                                                          En passant, je préfère remercier tous les bénévoles, qui sans leurs actions concrètes au quotidiens, noircirais le tableau de la misère française dans le monde plus que de nécessaire. Heureusement qu’ils sont là eux, plus encore que vous. Ce n’est pas idéal, mais c’est toujours mieux que rien.


                                                          • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 11:29
                                                            Bedibabavoël,
                                                             
                                                            Je parlais de la mentalité des travailleurs (ou des chômeurs) plus que du système économique.
                                                             
                                                            Pour faire bref je laissais entendre que ces sempiternels insatisfaits adoptent une mentalité de chômeurs quand ils travaillent et une mentalité de travailleurs quand ils sont au chômage. Dans les deux cas, à les entendre, ce sont des victimes. Selon moi dans les deux cas ce sont des privilégiés qui s’ignorent. Nous avons la chance de vivre dans un pays riche, socialement et politiquement généreux, humaniste.
                                                             
                                                            Mais qui s’en rend vraiment compte parmi ces éternels geignards ?
                                                             
                                                            Ces derniers sont tellement repus de biens vitaux et secondaires qu’ils se définissent comme des victimes, comme le feraient des enfants gâtés... En réalité ils sont tellement « à plaindre » que les vrais pauvres du monde entier les envient. Si la France était un pays de miséreux et de victimes comme le prétendent tous ces indécents habitants pleins d’ingratitude, attirerait-elle tant d’immigrés en quête de vie meilleure ?
                                                             
                                                            Personnellement je n’ai jamais eu la moindre ambition matérialiste. C’est ainsi, c’est dans ma nature. Je ne force personne à m’imiter mais j’estime que lorsqu’on n’a pas les moyens de s’offrir une belle voiture, on se contente de faire du vélo, je ne vois pas en quoi cela est insultant de faire du vélo, j’en fais depuis mon enfance et continue à en tous les jours de ma vie bien que je possède un véhicule à moteur par ailleurs. Ma voiture fonctionne parfaitement sur le plan mécanique et répond rigoureusement aux normes de sécurité actuels et pourtant peu de gens parmi ces prétendus pauvres accepteraient de rouler dans ce véhicule car, voyez-vous, ma vieille C15 toute cabossée est remarquable par son apparence « pas branchée » du tout et même carrément plouc...
                                                             
                                                            Ce que je tente d’expliquer, de démontrer, c’est que la plupart des gens s’endettent non pas pour des causes essentielles mais pour financer des futilités. Quand ils achètent une voiture ce n’est pas l’objet utilitaire qu’ils achètent surtout mais l’apparence, l’image, la frime, l’éclat de la carrosserie.
                                                             
                                                            A travers la voiture c’est une image sociale qu’ils achètent avant tout, et cette image ils la payent très cher.
                                                             
                                                            Pour leurs déplacements ils pourraient se satisfaire d’une voiture sobre, humble, de modeste apparence quoique techniquement fiables, mais ils préfèrent rouler dans un carrosse comme d’autres préfèrent se présenter dans de la soie rehaussée d’un grand chapeau plutôt que dans la vérité de leur face nue.
                                                             
                                                            Il en est de même avec la plupart des choses qu’ils estiment essentielles. En réalité tous ces pauvres imaginaires aimeraient briller de manière superficielle. A leur yeux la reconnaissance sociale consiste en une incessante parade consumériste. N’y parvenant pas, ils se sentent exclus.
                                                             
                                                            Selon eux leur dignité publique passe obligatoirement par l’éclat, la forme, le prix de la carrosserie de leur bagnole. Ou par le clinquant de leur maison, la destination de leurs vacances, la qualité de leurs vêtements, peu importe. Quand on met sa dignité dans les apparences, qu’on adopte sans retenue ni distance ce système consumériste, on en arrive à ces aberrations comportementales.
                                                             
                                                            C’est ainsi que la France opulente a fabriqué des hordes de faux pauvres.
                                                             
                                                            Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                          • foufouille foufouille 29 décembre 2012 12:33

                                                            ayant un probleme au cerveau, tu peut pas comprendre
                                                            car des pauvres, tres pauvres, tu en as pas mal


                                                          • Yann Patin de Saulcourt 29 décembre 2012 18:29

                                                            Et comment pouvez vous vous permettre de penser que des millions de gens que vous ne connaissez ni d’Ève ni d*’Adam serait à ce point « plein d’ingratitude » relativement au fait qu’il bénéficie d’une aide sociale, en tenant donc votre discours n’évitant aucun amalgame sordide sur leur compte ?
                                                            Ce qui est dramatique, c’est que vous prenez votre ignorance pour une « vérité » que vous érigez en absolutisme, sans donc réaliser que vos « certitudes » ne sont qu’illusion infantile...


                                                          • Jean Yanne Jean Yanne 29 décembre 2012 07:56

                                                            D’abord , je souhaite te remercier d’avoir écrit ce papier , il correspond bien à ce que je pense depuis longtemps .


                                                            Après avoir vécu hors de France assez longtemps , je suis frappé par le discours misérabilisme alors que je vois de l’opulence partout !
                                                            Pour s’en convaincre , faites la tournée des centres de vie que sont les super marchés et vous ne verrez aucun misérable .

                                                            Par contre , effectivement , nous vivons dans le rêve misérabiliste récurrent et décrit voire fantasmé par les médias .

                                                            Le problème de la France est ailleurs 

                                                            Il vient d’ailleurs d’être décrit , 10 millions de chômeurs , auxquels il faut ajouter les inactifs dont je suis , mais qui , au black , travaillent toujours !

                                                            Cette situation, à mon sens , vient de l’incurie des politiques d’apréhender la vraie problématique .
                                                            En un mot
                                                            Le secteur d’activité primaire , agriculture , est en perte de vitesse
                                                            le secondaire , est transporté en Chine,
                                                            Le tertiaire arrive a saturation 
                                                            reste « le quaternaire » à inventer 

                                                            quel serait il ?
                                                            A mon sens , il s’agit de la formation et de la connaissance qu’il faudrait quantifier et qualifier comme on quantifie et qualifie un produit industriel . 
                                                            Ne plus considérer l’acquisition de connaissances comme un don que ferait la société aux individus , mais bien comme une production de richesse, l’étudiant serait considéré comme un producteur de richesse collective et acquérant certaines connaissances quantifiées et rémunéré donc comme producteur comme s’il s’agissait d’objets manufacturés .
                                                            Le travail des politiques consiste à organiser ceci de telle sorte que chaque individu ait de fait un rôle productif dans la société .

                                                            Ceci est une autre approche que je développe depuis trente ans mais qui choque tellement que j’ai maintenant renoncé à la faire valoir .... sauf peut être un jour sur agoravox ! 

                                                            • Jean Yanne Jean Yanne 29 décembre 2012 08:10

                                                              Je lis , après ma réaction , quelques réactions ...

                                                              Je constate qu’il est dangereux de dénoncer les idées toutes faites , on est immédiatement voué aux gémonies .

                                                              Je te félicite donc doublement d’avoir exprimé ce point de vue qui est exactement le mien !

                                                              A ce propos 
                                                              Ma table est toujours ouverte , et j’héberge qui passe et frappe à ma porte , et ce depuis 40 ans !
                                                              Mon fils est né dans ma maison dans laquelle 17 personnes de passage et la plupart inconnues de moi se trouvaient et dormaient ... un peu n’importe où d’ailleurs ;

                                                              Je n’ai vu en fait de misérables que ceux qui se la jouaient « misérables » , par contre , la vraie misère , je l’ai vue , à Madagascar , dans le nord est du Brésil que j’ai traversé en stop , mais jamais en France si ce n’est pas ces comédiens importés d’Afrique ou d’Europe de l’est pour satisfaire nos fantasmes misérabilistes !

                                                              • patdu49 patdu49 29 décembre 2012 08:48

                                                                Ha la la, je me doutais que l’article allait déclencher ce qu’il déclenche lol

                                                                Mais c’est voulu, hein, .. pour être lu et publié et avoir des réactions, ...

                                                                La misère, on peut mettre tout et son contraire, sous ce terme ... c’est comme « classe moyenne » ...

                                                                En tout cas la misère existe bien, dans tout les sens, la misère intellectuelle et humaniste et philosophique de certains « riches », tout comme la misère pécuniaire et matérielle bien réelle de certains « pauvres ».

                                                                De mon point de vue perso, en tout les cas, la pauvreté en France est bien grandissante, et les minima sociaux etc sont quand même archi trop bas ... et les inégalités bien trop fortes.

                                                                Dans un pays qui dégueule à ce point de fric, c’est assez insupportable, il faudrait un revenu minimum garanti décent.
                                                                Ce qui n’empêcherait en rien, à ceux qui veulent péter + haut que leur cul, de continuer à le faire ... bref pour terminer, tout le monde s’en porterait plutôt mieux, globalement.

                                                                Moi aussi j’arrive à survivre avec mes minima sociaux, mais je suis un « cas » ... « privilégié ».
                                                                Privilégié, car j’ai eu la « chance » à une époque, de pouvoir trouver ma ruine ou je survie, ... j’aurais un loyer HLM du double de mon remboursement, je serais bien dans la merde.

                                                                Et j’ai la « chance », psychologiquement, de prendre du recule sur le sens de la vie, de pouvoir m’exprimer à peu près convenablement pour me défendre de ceci ou cela etc ...

                                                                Enfin bref, il manque quand même quelques centaines d’euros, par mois, pour sortir de la « misère » ... « misère » dans le sens ou l’on est dans un pays dit « riche » avec pleins de normes et de lois, je suis obligé d’être hors la loi pour survivre.

                                                                exemple pas les moyens de rouler en règle ... et le vélo, ça me couperait trop et socialement, (proches trop éloignés ) et pour faire courses, etc ... ça le ferait pas non plus.

                                                                de + dans mon village, plus de poste, plus de pharmacie, et là dernièrement plus de médecin non plus, plus de banque ... etc ... pas de dentiste ..


                                                                • subliminette subliminette 29 décembre 2012 10:55

                                                                  Ah oui Pat, nous sommes nombreux à réinventer la misère et tous les prétextes sont bons pour que ça ne se voie pas.
                                                                  Par exemple devenir végétarien convaincu. Et militant anti-alcool, anti-chauffage, anti-portables, anti maquillage, anti coiffeurs, anti bijoux, anti médicaments (remarque tu es moins malade de toute façon), pro-tisanes, pro fibres polaires etc... Bref tu réinventes une vie naturelle
                                                                  Au bout d’un moment tu sais qui sont tes amis et c’est pas plus mal.

                                                                  Mais je suis comme toi : pas encore résolu le problème du transport (à la campagne comme toi) et la seule solution est de jouer au chat et à la souris avec les Zautorités. Faire les courses entre 12H30 et 13h00 et prendre les petites routes, c’est tout ce que j’ai trouvé... J’aurais jamais cru qu’un jour j’aurais plus peur des gendarmes que des voleurs !


                                                                • Jean-Louis CHARPAL 29 décembre 2012 09:44

                                                                  Dans un pays où il y a 8 millions de pauvres qui ne mangent pas 3 fois par jour, y compris de nombreux enfants, et qui ne peuvent se loger et se soigner correctement, un tel artcile est une ignoble provocation.

                                                                  Proférer de telles inepties du même niveau réactionnaire que le fameux « qu’ils mangent de la brioche » me donne des envies de refaire la Révolution.

                                                                  Je suis scandalisé qu’ Agoravox laisse publier ces propos indignes au nom de la liberté d’expression.

                                                                   PERSONNE N’ EST LIBRE D’ ETRE ABJECT !


                                                                  • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 11:45

                                                                    Jean-Louis CHARPAL,

                                                                    Peut-être parce que chez AGORAVOX on estime que ce que je dis n’est finalement pas si sot que ça...

                                                                    Pour défendre certaines vérités impopulaires il faut un vrai courage savez-vous.

                                                                    Et ce que je dis a d’autant plus de valeur que j’appartiens à la catégorie des gens « pauvres ». C’est cela qui rend ces vérités encore plus insupportables à entendre pour certaines oreilles engraissées de valeurs futiles...

                                                                    Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                  • Vipère Vipère 29 décembre 2012 11:52

                                                                    Dites Raphael, vous nous faites tourner en bourrique (rapport à l’âne de SAMPIERO), et ce n’est que du second degré , un plaidoyer dénonçant l avec force clou de la pauvreté  ??? smiley


                                                                  • Vipère Vipère 29 décembre 2012 11:53

                                                                    dénonçant avec force, bien sûr (coquille)  !


                                                                  • Ecométa Ecométa 29 décembre 2012 10:09

                                                                    @Raphaë Zacharie de Izarra

                                                                    Une seule réaction : sombre crétin...


                                                                    • thierry3468 29 décembre 2012 10:51

                                                                      Si j’ai bien compris ,les chômeurs seraient des privilégiés car ils n’ont pas besoin de travailler .....ils sont libérés de cette obligation grâce aux progrès techniques .J’en connais des millions qui seraient enchantés de tels propos .
                                                                      Les miséreux mériteraient leur sort car ils sont négatifs et bon nombre d’entre eux ne seraient que des malades mentaux.....
                                                                      L’ange est assez déplumé et son coeur n’a rien d’un diamant .


                                                                      • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 11:57

                                                                        thierry3468,

                                                                         

                                                                        Précisément vous n’avez rien compris. Je n’ai jamais dit cela en ce qui concerne votre seconde réflexion.

                                                                        Pour les chômeurs bénéficiant de ressources sociales solidaires, effectivement ce sont des privilégiés. J’en fais partie puisque je touche l’AAH.

                                                                        Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                      • patdu49 patdu49 30 décembre 2012 10:34

                                                                        ok ça explique un peu mieux déjà, ..

                                                                        car l’AAH, même si largement trop faible, surtout pour les personnes en fauteuil roulant ..
                                                                        c’est quand même bien + que l’ASS ou le RSA.

                                                                        AAH 776,59 si sous 80% invalidité, sinon rajout de l’allocation autonomie (+ 104,77)
                                                                        ASS 468,90 (pour 30 jours 15,63/jour)
                                                                        RSA 417,94

                                                                        même si ça dépasse plafond pour bénéficier de la CMU.

                                                                        358,65 de + qu’au RSA soit par an : 4303.80€ de +
                                                                        c’est pas rien comme différence.

                                                                        pas la prime de noël de 152,45€ soit équivalent 12,70€ / mois, refusée en AAH qui change grand chose.
                                                                        pas + le tarif social énergie 50€ économie par an env pour un célibataire soit 4,16€/mois, non plus ...


                                                                      • subliminette subliminette 29 décembre 2012 11:10

                                                                        Raphaël,

                                                                        Je suis partagée sur votre article. Je crois avoir compris votre état d’esprit.

                                                                        Mais je suis certaine que vous n’avez pas compris un truc : ce n’est pas du travail que ceux que vous qualifiez d’esclaves réclament. Mais du fric. Juste de quoi vivre, même modestement. Ce que ne permettent pas les minima sociaux.

                                                                        Depuis quand travail = dignité ? C’est ce que les bien-pensants essaient de nous faire croire ( « Frait bon voir que ces feignasses aient bonne conscience en plus ! »). Mais aucun de ces bien-pensants ne songerait à culpabiliser un rentier. Tavail = dignité c’est un argument nazi pour faire rentrer les brebis dans le troupeau. « Je ne fais pourtant de tort à personne en suivant mon ch’min de petit bonhomme, mais les braves gens n’aiment pas »


                                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 12:30

                                                                          subliminette,

                                                                          Depuis toujours je vis avec moins que le minimum social.

                                                                          Je n’ai jamais travaillé de toute ma vie (deux mois en tout et pour tout pour être honnête) et je n’ai jamais eu faim. Jamais. Mais il est vrai que je n’ai jamais eu de désir supeflu, sauf lorsque j’en ai eu les moyens.

                                                                          Je n’ai pas de téléphone portable (objet futile) mais un fantastique ordinateur qui, connecté à INTERNET, me permet de voyager, de m’instruire, de communiquer, déélargir mes cercles amicaux, de faire de nouvelles connaissances et mille autre choses merveilleuses et révolutionnaires, et tout ça pour un euro par jour.

                                                                          Sincèrement, j’ai beau essayer de me mettre à la place de ces prétendus pauvres, je ne parviens pas à les comprendre. Je n’ai aucun diplôme, aucune formation, juste le niveau troisième et pourtant je n’ai jamais eu le sentiment de manquer de quoi que ce soit dans ma vie. Sans avoir jamais travaillé et en demeurant honnête.

                                                                          Que se passe-t-il . C’ets simple, je vis e France, pays de justice sociale et d’opulence. Ler problème ; c’est que ceux qui se considèrent cmme des pauvres ont des désirs plus vastes que leurs finances. Résultats, ils se retrouvent endettés, insatisfaits, avec ce sentiment d’être exclus persécutés. Leur sort n’est que le fruit de leur état d’esprit et de leur comportement.

                                                                          Un seul exemple, celui du tabagisme. Aujoud’hui fumer est devenu un luxe, ce qui n’était pas le cas il y a 30 ans. La plupart de ces « pauvres » ont encore les moyens de financer leur vice. Le reste n’est que fausses exuses de leur part. A partir de là, j’adopte un discour viril, anti-populiste. Se prétendre « pauvre » quand on claque 160 euros mensuels dans des cigarettes, il ne faut pas se moquer du monde ! Il y a des limites à l’indécence.

                                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 12:34
                                                                          ERREUR - MESSAGE CORRIGÉ
                                                                           
                                                                           
                                                                          Depuis toujours je vis avec moins que le minimum social.
                                                                           
                                                                          Je n’ai jamais travaillé de toute ma vie (deux mois en tout et pour tout pour être honnête) et je n’ai jamais eu faim. Jamais. Je n’ai jamais manqué de choses essentielles. Mais il est vrai que je n’ai jamais eu de désir superflu, sauf lorsque j’en ai eu les moyens de temps à autre. Et même aujourd’hui j’estime avoir les moyens de financer du superflu alors que tant d’autres à ma place se plaindraient de n’avoir pas assez (proportionnellement à leur situation familiale bien entendu) !
                                                                           
                                                                          Je n’ai pas de téléphone portable (objet futile) mais un fantastique ordinateur qui, connecté à INTERNET, me permet de voyager, de m’instruire, de communiquer, d’élargir mes cercles amicaux, de faire de nouvelles connaissances et mille autre choses merveilleuses et révolutionnaires, et tout ça pour un euro par jour.
                                                                           
                                                                          Sincèrement, j’ai beau essayer de me mettre à la place de ces prétendus pauvres, je ne parviens pas à les comprendre. Je n’ai aucun diplôme, aucune formation professionnelle, juste le niveau troisième et pourtant je n’ai jamais eu le sentiment de manquer de quoi que ce soit dans ma vie. Sans avoir jamais travaillé et en demeurant honnête. J’ai même voyagé gratuitement en auto-stop dans 10 pays d’Europe, jadis. Edifiante expérience de vie ! Je n’ai jamais eu de sentiment d’être un malheureux, un défavorisé, ni même un exclus. Je crois que l’exclusion, on se la fait soi-même. Il paraît que j’ai été un pauvre toute ma vie, c’est fort possible mais je ne m’en suis nullement rendu compte. Moi j’ai toujours misé non dans l’apparence de mes vêtement ou la puissance de ma voiture mais dans la qualité de mon esprit.
                                                                           
                                                                          Bref, je n’ai jamais travaillé de ma vie et pourtant je n’ai jamais connu, du moins subjectivement, la pauvreté. Ou ce qu’on appelle la pauvreté. Que se passe-t-il donc ? C’est simple, je vis en France, pays de justice sociale et d’opulence. Le problème, c’est que ceux qui se considèrent comme des pauvres ont des désirs plus vastes que leurs finances. Résultats, ils se retrouvent endettés, insatisfaits, avec ce sentiment d’être exclus persécutés. Leur sort n’est que le fruit de leur état d’esprit et de leur comportement.
                                                                           
                                                                          Un seul exemple, celui du tabagisme. Aujourd’hui fumer est devenu un luxe, ce qui n’était pas le cas il y a 30 ans. La plupart de ces « pauvres » ont encore les moyens de financer leur vice. Le reste n’est que fausses excuses de leur part. A partir de là, j’adopte un discours viril, anti-populiste. Se prétendre « pauvre » quand on claque 160 euros mensuels dans des cigarettes, il ne faut pas se moquer du monde !
                                                                           
                                                                          Il y a des limites à l’indécence de ces citoyens gavés.
                                                                           
                                                                          Ma propre compagne (qui comme moi est bénéficiaire d’allocations sociales pour cause de santé) se plaint régulièrement de “ne pas avoir assez de moyens financiers” alors qu’elle nourrit 5 chats (qu’elle emmène de temps à autre chez le vétérinaire) et qu’elle est fumeuse. Je lui rappelle à chaque fois l’indécence de sa réflexion quant à son sort. Peu à peu elle commence à prendre conscience de la réalité de la chose... A l’aune de cette modeste expérience à mon échelle privée, je comprends qu’il soit difficile de faire admettre cette vérité à la société entière...
                                                                           
                                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                                        • Sat is Fay 29 décembre 2012 14:34

                                                                          Wouah elle a 5 chats ! quelle indécence ! faut les noyer !! non t’as vu ton degré d’ connerie ??? faut qu’ tout l’monde vive comme toi sinon c’est pas décent !?


                                                                        • patdu49 patdu49 30 décembre 2012 10:40

                                                                          Tu devrais dire a ta compagne ou ex compagne, de tester la clope électronique, une vraie hein, bien se renseigner avant sur le net, ... elle économisera santé et porte monnaie, et parole de pat, c’est le top du top avec bonne clope électro et bon liquide nicotiné correctement.


                                                                        • Vipère Vipère 29 décembre 2012 12:06

                                                                          « On a remplacé la pénurie du travail par de la générosité »

                                                                          Faux, archi faux !!!

                                                                          L’union européenne et en tête de file la Chancelière Allemande, veut supprimer l’aide financière de l’Europe à la banque alimentaire, 1/3 du budget des resto des coeurs !

                                                                          Ce qui diminuera d’autant, les bénéficiaires de cette alimentaire.

                                                                          Du reste, l’aide alimentaire, n’est que ponctuelle et hivernale. « Une générosité » située dans la brieveté n’est pas une réponse pérenne à la lutte contre la pauvreté !

                                                                          Idem pour les expulsions, lesquelles reprennent aussitôt après la trêve hivernale, pas davantage une réponse adaptée au logement pour tous !!!


                                                                          • Vipère Vipère 29 décembre 2012 12:07

                                                                            Ce qui diminuera d’autant, les bénéficiaires de cette aide alimentaire !


                                                                            • Vipère Vipère 29 décembre 2012 12:24

                                                                              En raison de la pénurie de travail pour tous, la Société crée une tranche d’assistés, des quémandeurs stigmatisés par l’ensemble de la population  !

                                                                              Après la fin d’indemnisation du chômage, plus de revenu lié au travail, c’est la trappe à l’assistanat étatique ou de la charité des associations caritatives.

                                                                              Une situation mal vécue et par les assistés eux-mêmes et par les travailleurs lesquels sont conditionnés à voir,« les sans » à travers le prisme des politiciens qui désigne cette catégorie de sans emploi, comme des feignants qu’ils faut absolument remettre au travail. Alors que du boulot, il n’y en a pas pour tous.

                                                                              Donc, les assistés sont assignés par Pôle Emploi, à rechercher un travail qu’ils n’ont aucune chance de trouver, tant la concurrence est rude.


                                                                              • Vipère Vipère 29 décembre 2012 12:28

                                                                                Des sans-emploi, des RSAistes, malmenés par un système pervers et hypocrite qui ne peut que s’amplifiant dans la dégradation du sort de ces derniers.


                                                                                • Vipère Vipère 29 décembre 2012 12:34

                                                                                  Raphael

                                                                                  Ne ramenez pas tout à votre petite personne ! smiley

                                                                                  Vous n’êtes pas le porte-parole dans pauvres !

                                                                                  Vous vous débrouillez avec peu, vous avez un toit sur votre tête, tant mieux pour vous !


                                                                                  • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 12:47

                                                                                    Vipère,

                                                                                    Justement, j’essaie de donner corps à mon propos en donnant un exemple concret et réaliste En me prenant comme modèle je prouve que je reste les pieds sur terre en faisant ma démonstration. Si je ne prenais pas pour exemple mon cas personnel on m’accusera d’être sèchement théorique, déconnecté du réel.

                                                                                    Je ne m’enivre pas de mots creux, de théories fumeuses : tout ce que je dis ici c’est du vécu personnel.

                                                                                    Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                                  • foufouille foufouille 29 décembre 2012 12:40

                                                                                    pour rappel, il est malade de la tete
                                                                                    je le vois bien dans certains ESAT ou certains emmaus, endroit ou la maladie est interdite et donc a bosser jusqu’a la mort


                                                                                    • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 12:51

                                                                                      foufouille,

                                                                                      Bien des lecteurs me prennent pour un nanti, un « petit bourgeois » comme ils disent. Il est vrai que je suis fils de médecin mais cela ne signifie rien. En réalité j’ai toujours vécu modestement. J’ai été élevé avec l’idée que les vraies richesses sont celles de l’esprit, non celles entreposées dans les banques.

                                                                                      Chez nous on n’avait pas le culte de l’apparence vestimentaire.

                                                                                      Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                                    • foufouille foufouille 29 décembre 2012 14:39

                                                                                      fils de medecin ?

                                                                                      pas trop difficile de toucher une AAH, dans ce cas


                                                                                    • Ecométa Ecométa 31 décembre 2012 08:33

                                                                                      Effectivement , il existe bien lune richesse de l’esprit...mais Il n’y a que misère et pauvreté dans le votre !


                                                                                    • Vipère Vipère 29 décembre 2012 13:52

                                                                                      « La mère misère » a plusieurs visages, vous n’en voyez que le moins laid !

                                                                                      D’autres, verront le plus laid ! l


                                                                                      • Vipère Vipère 29 décembre 2012 14:00

                                                                                        Un conte à raconter aux grands et aux petits !

                                                                                        Le poirier de Misère (une pauvre vieille qui vivait seule dans sa cabane au fond des bois)

                                                                                        05 - Le Poirier de Misère (taper cette phrase dans la barre google pour lire le conte)


                                                                                        • Sat is Fay 29 décembre 2012 14:30

                                                                                          C’est vrai j’ me l’ dis tous les jours, quelle chance j’ai de manger des nouilles à chaque repas !
                                                                                          Mais t’as jamais envie de rencontrer des gens, bois un coup dans un bar, pour ça il faut un p’tit peu d’argent hein ? le RSA c’est pas l’ chômage, et l’ chômage c’est pas éternel, alors de faire nous la jouer militaire qui vit à la dure et qui adore ça, c’est pas parce que t’es un ermite que les autres veulent faire de même, je crois que t’as un peu tendance à prendre ton cas pour une généralité ! je crois qu’ tes endorphines ton anesthésié. T’as oublié quelques cas comme les familles recomposées, et les marmots ça coute cher !
                                                                                          "Regardez moi j’ touche mes 800 balles, j’ fais du sport, j’ vais sur internet, j’ travaille pas, j’ suis heureux, youhou, je ne consomme pas ! nenni ! même à -20 j’allume pas le chauffage"
                                                                                          Blabla, t’es qu’une caricature, et tu viens nous dire qu’on est des bourges repus ! mais pour moi t’es qu’un bourgeois travestit en pauvre, et un d’ ces 4 tu pourrais avoir une bonne saignée qui risquerait de bien t’ calmer tes ardeurs ! arrête de prendre les gens cons mytho.


                                                                                          • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 20:44

                                                                                            Sat is Fay,


                                                                                            Manger à sa faim, se vêtir décemment, avoir un toit, se soigner, voilà l’essentiel.

                                                                                            Tour le reste est secondaire et d’ailleurs nul besoin de dépenser de l’argent pour se faire des amis. Ne pas pouvoir se payer un coup à boire, aller au cinéma ou partir en vacances, ce n’est pas de la pauvreté, c’est juste un manque de luxe.

                                                                                            Je n’ai rien contre les voyages, le luxe et la bagatelle, au contraire, je suis pour l’épanouissement des gens à travers les diverses activités ludiques et culturelles. Mais alors que chacun assume l’accès financier à ces divertissements qui ne sont pas des choses vitales. Le système n’a pas à subvenir aux besoins secondaires des citoyens mais à leurs besoins vitaux. 

                                                                                            Ne confondez pas justice sociale avec l’assistance consumériste... 

                                                                                            Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                                                          • Yoann Yoann 31 décembre 2012 19:26

                                                                                            Tour le reste est secondaire et d’ailleurs nul besoin de dépenser de l’argent pour se faire des amis. Ne pas pouvoir se payer un coup à boire, aller au cinéma ou partir en vacances, ce n’est pas de la pauvreté, c’est juste un manque de luxe.

                                                                                            Si boire un coup, aller au cinéma sont un luxe, forcement votre vision de notre société est fortement perturbée, les loisirs et vacances sont donc exclusivement réservé aux riches ...
                                                                                            On a qu’à rétablir un système de castes comme en Inde, là au moins, vous serez sûr de ne plus avoir de pauvres au cinéma.
                                                                                            Vous pensez comme cela car vous êtes encore dans la bonne tranche moyenne (comme moi d’ailleurs). Le nombre de smicard explose, le nombre de chômeur explose, le nombre de bénéficiaires du RSA explose, etc etc etc ....
                                                                                            Mais ne vous inquiétez pas, au rythme où ça avance, dans moins de 10 ans, vous n’aurez plus d’aides et moi plus de boulot, vous changerez sûrement d’avis quand vous irez quémander votre repas aux resto du coeur ...
                                                                                            Vous avez par contre raison de souligner le fait que les pauvres français ont moult structures pour les accueillir (resto du coeur par ex), mais l’état ne les subventionne pas par humanité, mais uniquement pour éviter de les voir monter à Paris avec les fourches ...

                                                                                            Les dépenses de l’état sont stables depuis 20 ans, seul le remboursement de la dette explose, c’est du racket légal qui fait exploser la misère ... La richesse est captée par un secteur parasite : La finance qui ne créée absolument aucune richesse ...

                                                                                            Et quand je lis Irina qui ose comparer le pauvre de Bombay avec le SDF français, c’est tout simplement incomparable ...
                                                                                            Ma mère habite en Inde depuis plus de 20ans, la société n’est pas la même, il fait tout le temps entre 19 et 40°C en Inde, les loyers sont de 15€/mois en périphérie pour un salaire mensuel à 150€ soit 10% du salaire (smic français à 1250€, loyer à 125€ ?), ma mère mange très bien pour 10€/mois, est-ce qu’on mange pour 80€/mois en France ? Bref c’est incomparable avec la France ...
                                                                                            Et je passe aussi sur le fait que la France et les pays occidentaux en général arrivent à maintenir leur « train de vie » grâce à l’exploitation des matières premières dans les pays pauvres ou en voie de développement, ce qui fait que nous contribuons à la pauvreté de ces pays en exploitant leur richesse pour pas grand chose ...
                                                                                            L’exemple récent le plus flagrant, c’est le prix de l’essence qui a chuté de 20cts depuis la guerre en libye, idem pour l’Italie et l’Angleterre qui étaient impliqués militairement avec la France. Il y a aussi la cote d’ivoire et tant d’autres exemples qu’il faudrait être aveugle pour ne pas voir les raisons réelles qui nous poussent vers ces conflits ...

                                                                                          • Sat is Fay 29 décembre 2012 14:39

                                                                                            Cela dit tu as raison sur certains points, la consommation stupide et boulimique, et la dictature du paraître.


                                                                                            • foufouille foufouille 29 décembre 2012 14:41

                                                                                              « Pour se réchauffer, les pauvres n’ont qu’à sautiller sur place ! »
                                                                                              il habites dans le sud, pas en alsace


                                                                                              • foufouille foufouille 29 décembre 2012 18:39

                                                                                                mais il habites dans le sud, il peut se permettre de ne pas avoir de chauffage


                                                                                              • Le péripate Le péripate 29 décembre 2012 14:43

                                                                                                Bonjour Raphael. On dirait que vous en avez énervés quelques uns. Il faut dire que l’usage de la misère est un gagne pain pour nombre de politicards et de leurs affidés.




                                                                                                • Le péripate Le péripate 29 décembre 2012 16:13

                                                                                                  Et naturellement il faut le « soigner », c’est ça ?


                                                                                                  Ou est donc votre talent pour l’empathie, la vraie chaleur, qui est celle des hommes ?

                                                                                                  Tttttt......

                                                                                                • Vipère Vipère 29 décembre 2012 14:59

                                                                                                  Parlons juste, parlons vrai !

                                                                                                  Le montant de la pension invalidité dite AAH est d’un montant de 776,59 E, auquel peut s’ajouter 104,77 E, ce qui nettement au-desus du RSA qui serait aux alentours de 400 Euros 5je ne sais pas au juste ???


                                                                                                  • Vipère Vipère 29 décembre 2012 15:06

                                                                                                    Ce n’est le Pérou, l’AAH mais au-dessus du RSA ???


                                                                                                  • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 15:35

                                                                                                    Vipère,

                                                                                                    Quel intérêt aurais-je à mentir, fabuler, traverstir les faits ? Ce qui fait ma force, c’est ma grande sincérité.

                                                                                                    Cliquez donc sur le lien, je n’ai rien à dissimuler :

                                                                                                    http://2.bp.blogspot.com/-Lg0AFGTwAms/UN7_G64tqDI/AAAAAAAACd8/P_XfyqX5pjM/s1600/CAF.jpg

                                                                                                     

                                                                                                    Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                                                  • Irina leroyer Irina leroyer 29 décembre 2012 19:37

                                                                                                    raphael,


                                                                                                    félicitation pour ton article. C’est très courageux de ta part dans la mesure ou je me suis rendu compte que sur ce site viennent une bonne majorité des « faux pauvres » dont tu parles. 

                                                                                                    bien sur ces gens là n’ont jamais voyagé. ils n’ont jamais traversé le bidonville de Bombay, ni mis les pieds dans les faubourgs de manille ou traversé Dakar quand le soleil se couche où des milliers de personnes vivent et dorment dans la rue dans le dénuement le plus absolu.

                                                                                                     parmi eux il y a des nostalgiques du communisme pur et dur stalinien ou des ignorants, voire des analphabètes. Il y a aussi les plus graves : les bobos gauchouillard, éternels insatisfaits de leur sort, d’une jalousie morbide, leur étroitesse d’esprit ne peut les sortir de l’endoctrinement dans le quel ils baignent depuis leur jeunesse. Pour ces gens là, la solution est simpliste : les coupables de tous les maux sont ceux qu’ils dénomment ultralibéraux ou néolibéraux voire même libéraux tous court. ils ne savent pas vraiment ce que c’est et ne comprennent pas grand chose au monde complexe qui nous entoure. mais ils ont résolu leur problème d’ignorance en désignant des coupables tout trouvés. Jamais ils ne se remettront en question en supposant un instant que ce qu’ils récoltent aujourd’hui c’est ce qu’ils ont semé hier.

                                                                                                    leur manque de courage et leur tendance naturelle a une paresse non assumée les empêche de prendre toute initiative constructive. ils sont les enfants gâtés et dégénérés de notre société. 

                                                                                                    Ils ne savent se satisfaire de ce qu’ils ont et leurs revendications sont sans limites, ils tirent sur la ficelle pour avoir toujours plus. ils n’ont aucune conscience qu« ils vivent en France, c’est à dire un univers surprotégé véritablement paradisiaque comparé au reste du monde. A force de vouloir »toujours plus" ils ont déséquilibré le système de protection social social dont ils sont les premiers bénéficiaires, sciant ainsi la branche sur laquelle ils sont assis. 
                                                                                                    ils votent toujours contre quelqu’un. hier ils ont voté Flamby, non par conviction, mais seulement par dépit. Demain ils voteront donc contre Flamby, c’est à dire pour Marine Ou Meluche, mais toujours par dépit....

                                                                                                    le problème est qu’ils sont nombreux.

                                                                                                    Irina

                                                                                                  • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 20:24
                                                                                                    Irina,
                                                                                                     
                                                                                                    En effet, je l’ai croisée moi aussi la vraie misère dans un de ces pays d’Afrique, elle est terrible, honteuse, révoltante. Un pays touristique qui plus est : l’Egypte. A mon retour de ce pays en 1998 j’ai commencé à sérieusement relativiser la “pauvreté” en France. Je n’ose imaginer la misère des pays encore plus défavorisés...
                                                                                                     
                                                                                                    En comparaison nos SFD assistés et même « téléphonisés » vivent comme des pachas. Attention, je ne reproche pas aux SDF de France d’être mieux lotis que les vrais miséreux de ces pays pauvres, au contraire je suis content qu’ils puissent jouir de tous ces bienfaits, cela prouve que la France est un pays riche et généreux envers ses citoyens, je reproche juste certains abus de langage à ceux qui désignent ces SDF sous le terme de « miséreux ».
                                                                                                     
                                                                                                    Et je ne parle même pas des SDF et autres marginaux des pays scandinaves...
                                                                                                     
                                                                                                    Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                                                                  • foufouille foufouille 30 décembre 2012 18:41

                                                                                                    "

                                                                                                    Et je ne parle même pas des SDF et autres marginaux des pays scandinaves..."

                                                                                                    fais pas 20° comme en afrique en hiver
                                                                                                    un SDF est mort par -20

                                                                                                     

                                                                                                  • Vipère Vipère 29 décembre 2012 15:10

                                                                                                    De plus, si vous cumulez avec votre compagne X 2 pension invalidité ???

                                                                                                    Total 1552 E ???


                                                                                                    • foufouille foufouille 29 décembre 2012 16:22

                                                                                                      si ils vivent pas ensemble
                                                                                                      il a pas le taux plein : 80%
                                                                                                      il est tres rare de toucher quoi que ce soit, sauf pere medecin et frere grand patron


                                                                                                    • Irina leroyer Irina leroyer 30 décembre 2012 18:22

                                                                                                      vipère,


                                                                                                      qu’est ce que ça peut te faire ? serait tu jaloux de ses revenus ?

                                                                                                      Raphael n’est pas matérialiste pour deux sous ! L’essentiel est qu’il soit heureux, et l’entendre le dire me réjouis.

                                                                                                      Irina

                                                                                                    • foufouille foufouille 30 décembre 2012 18:33

                                                                                                      c’est sur que pour poupee gonfalabe, c’est rejouissant
                                                                                                      un pauvre qui aimes etre pauvre, la joie liberale


                                                                                                    • Irina leroyer Irina leroyer 31 décembre 2012 06:56

                                                                                                      foufouille,


                                                                                                      quelqu’un qui se satisfait de ce qu’il a et qui ne quémande pas comme toi ça te dépasse hein ?

                                                                                                      irina

                                                                                                    • nemo 29 décembre 2012 16:08

                                                                                                      Normalement on ne devrait pas perdre de temps à répondre. Mais puisque l’article est en ligne, et que certains sont « plus ou moins d’accord » on peut réagir.

                                                                                                      Deux axes dans ce discours, le premier « pourquoi les pauvres se plaignent », ensuite « de toute façon ils ne sont pas vraiment pauvres ».
                                                                                                      Le problème des smicards ou chômeurs n’est pas l’insatisfaction, c’est le risque de tout perdre, de se retrouver à la rue, d’avoir honte devant ses enfants. Comment profiter de la vie quand on flippe du lendemain ? L’auteur lui ne risque rien, n’a jamais eu d’inquiétude, sécurité totale, 800 euros garantit à vie. D’ailleurs un handicapé qui fait du vélo tous les jours, sports à gogo, et passe l’hiver sans chauffer, c’est curieux. Ou alors comme dit foufouille handicap cérébral qui explique la teneur de l’article.

                                                                                                       Ensuite les gens au RSA, situation obligée pour beaucoup, mais pour certains c’est un choix de vie. Tout aussi acceptable que le capitalisme sauvage. Le temps c’est de l’argent, on peut choisir le temps plutôt que l’argent, la liberté du temps plutôt que le confort et la consommation, quitte à galérer en fin de mois. Et cela fait des jaloux, bien compréhensible quand c’est un(e) smicard qui doit payer son essence pour aller bosser, et se retrouver à la dèche même avec un boulot. La fracture sociale est aussi là. Car le smicard se retourne vers le RSArd avec une sensation de colère, sans comprendre que si lui n’est pas payé à hauteur de son travail, le problème ne vient pas du RSA mais d’une situation où on le met en concurrence avec la Chine, l’Indonésie ou la Slovénie.

                                                                                                      Inutile d’expliquer à ce monsieur la bouffe absolument dégeulasse que certains doivent ingurgiter pour se caler l’estomac, les jolis cités HLM où il fait bon vivre, l’insomnie de celui qui ne peut plus payer son loyer. Comme pour lui ça va bien, c’est que tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes.


                                                                                                      • foufouille foufouille 29 décembre 2012 16:24

                                                                                                        « handicap cérébral qui explique la teneur de l’article. »

                                                                                                        non, c’est sa version
                                                                                                        regardes le en video, ca se voit


                                                                                                      • Sat is Fay 29 décembre 2012 17:06

                                                                                                        Le mec il vit en couple il vient nous parler d’ misère, mdr., comment il veut nous enfumer le gars ! Quotient familial 900 euros, tu vas encore nous prendre longtemps pour des cons le « pauvre » ?
                                                                                                        Des faux documents j’en ai déjà fais, c’est fini de croire aux images ! tu veux pas nous donner ton numéro d’ carte bleue aussi ? Avec 650 balles de RSA tu vas tout payer et arriver à bouffer ? même avec une vie d’ascète tu peux pas.
                                                                                                        Exemple : Loyer 350, manger 150, internet 30, assurances,15 et 30, Edf 30, carburant 30, habillement 50 (faut bien s’acheter une paire de pompes de temps en temps),loisirs 0 !!! et encore j’ai visé bas, sans parler de ceux qui reçoivent leur gosses le weekend et qui ne touchent pas d’allocs !
                                                                                                        Avec ça on a pas envie de bosser !! fé fur !
                                                                                                        bref, salauds d’ pauvres.


                                                                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 18:58
                                                                                                          sampiero,
                                                                                                           
                                                                                                          Vous avez compris tout de travers. Oui je suis pauvre, mais selon les critères sociaux actuels, et certainement pas selon mon opinion personnelle.
                                                                                                           
                                                                                                          Je suis pauvre selon ces gens, dans la même situation que moi, qui se définissent eux-mêmes comme pauvres.
                                                                                                           
                                                                                                          Or je dénonce cette imposture. Je suis dans la même condition sociale, voire pire encore, que ces gens ne cessant de se plaindre de prétendue pauvreté.
                                                                                                           
                                                                                                          Moi j’estime être aisé, avoir une excellente vie sur le plan matériel, ne manquer de rien, être un privilégié.
                                                                                                           
                                                                                                          Ce sont les autres qui prétendent que je suis pauvre.
                                                                                                           
                                                                                                          Je le répète ici, je n’ai aucune formation professionnelle, je n’ai travaillé que deux mois dans toute ma vie, j’ai 47 ans et jamais je n’ai été malheureux sur le plan alimentaire, matériel.
                                                                                                           
                                                                                                          Si à présent vous mettez en doute mes affirmations et mes preuves, alors je peux estimer que vous faites preuve d’une indécente mauvaise foi.
                                                                                                           
                                                                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                                                                        • Sat is Fay 29 décembre 2012 21:17


                                                                                                          Ouais si on s’ réfère à certains pays, on a beaucoup de chance ici, et je suis le premier à le dire, j’ vais pas non plus cracher dans la soupe mais cela doit rester un passage, les gens qui éructent contre ça m’exaspère mais au vu du manque de travail on ne va pas laisser les gens crever non plus. Mais j’en conviens, moi qui suis un peu musicien je n’ai besoin que de très peu d’ chose pour être heureux mais tout l’ monde n’a pas une activité artistique ou sportive alors ramener tout à son cas personnel n’est pas raisonnable, se serait pousser les gens à la résignation, or pour tout on doit se battre. Sinon niveau alimentaire moi perso je bouffe que de la daube pleine de mauvaise graisse et j’ crois pas que j’ai le choix pour le moment, et des millions sont comme moi, cela n’a rien à voir avec la misère intellectuelle mais avec la santé de plus. C’est bien tu es optimiste et ne voit le verre qu’à moitié plein mais pour autant cela doit il avoir valeur d’exemple universel ? sinon, désolé pour ma virulence j’suis un peu soupe au lait des fois smiley mais y a aucune haine, pour moi les forums c’est un peu comme dans 1984, la semaine de la haine.


                                                                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 21:33

                                                                                                           Sat is Fay,

                                                                                                          Je rappelle à ce sujet la raison pour laquelle je prends en exemple mon cas personnel :

                                                                                                          J’essaie de donner corps à mon propos en donnant un exemple concret et réaliste En me prenant comme modèle je prouve que je reste les pieds sur terre en faisant ma démonstration. Si je ne prenais pas pour exemple mon cas personnel on m’accusera d’être sèchement théorique, déconnecté du réel.

                                                                                                          Je ne m’enivre pas de mots creux, de théories fumeuses : tout ce que je dis ici c’est du vécu personnel.
                                                                                                           
                                                                                                          Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                                                                        • Sat is Fay 30 décembre 2012 04:26

                                                                                                          T’es fou mec, ce faisant tu donnes raison à tous ces enfoirés qui veulent nous spolier et nous laisser des miettes, et ça c’est la différence entre être humble et être un pigeon.L’argent abonde comme tu l’dis et si on laisse faire les esclaves du monde en crèveront, cela sonne comme du renoncement.


                                                                                                        • Irina leroyer Irina leroyer 30 décembre 2012 18:27

                                                                                                          Sampiero, 


                                                                                                          à aucun moment Raphael n’a adulé ceux que vous appelez « les riches » ! Il est très loin de votre petitesse et de votre matérialisme.

                                                                                                          Irina

                                                                                                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 décembre 2012 20:28

                                                                                                          Larbin est un mot inventé pour la gargarisation des bobos donne moi ta 

                                                                                                          montre j’ te dirai l’ heure .

                                                                                                          • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 21:38
                                                                                                            Je suis un pacha parmi de faux pauvres
                                                                                                            Je me considère comme un privilégié et j’estime, avec mes « maigres » revenus, vivre encore dans le luxe et l’opulence et je remercie le sort de ne pas avoir fait de moi un éternel geignard blasé et insatisfait ! J’ai su garder ma lucidité et ma capacité d’émerveillement. Onze ans après l’avènement d’INTERNET en France je suis émerveillé comme au premier jour des possibilités offertes par ce merveilleux joujou d’autant que tout progresse en ce domaine. Bientôt je passerai à la fibre optique pour le même prix que mon présent abonnement !

                                                                                                            Je suis heureux de vivre en France avec tous les avantages que ce pays moderne, civilisé et opulent m’offre, heureux de pouvoir de temps à autre aller à la pêche aux trésors dans les poubelles de ce pays de Cocagne.

                                                                                                            Pour un prolétaire ou un employé du secteur secondaire et tertiaire ma situation serait considérée comme misérable, pas enviable du tout. D’ailleurs je suis officiellement considéré selon les critères de cette société comme un authentique pauvre avec moins de 800 euros mensuels de revenus... Nous vivons dans une société de fous ! En réalité je vis comme un pacha et mes concitoyens aveuglés par leurs critères de repus me plaignent ! Les gens des pays pauvres sont moins bêtes, ou plutôt pas encore aussi pourris, gavés, blasés que nous : eux donneraient beaucoup pour être à ma place : protection sociale, soins médicaux et dentaires, INTERNET haut débit, alimentation saine, variée, abondante, 485 euros mensuels sans travailler versés par un système de nantis basé sur la solidarité, vélo, voiture, sorties, liberté, restaurants, matériel informatique, luxe, luxe et encore luxe !

                                                                                                            Il faudrait que je sois d’une profonde ingratitude pour oser me plaindre de cette belle vie qui m’offre infiniment plus que le simple nécessaire vital ! J’aurais honte d’aller manifester pour la retraite ou une augmentation de mes revenus !

                                                                                                            Comment peut-on désirer toujours plus sur le plan matériel, crier à l’injustice du système, accuser les patrons, condamner la société, la dénoncer comme inégalitaire, manifester et même tout casser, pleurer sur son sort, voire se suicider de désespoir quand on a, comme moi, non seulement un toit, à manger tous les jours, une voiture, INTERNET, l’accès aux soins, à la culture, mais encore bien d’autres choses superflues en abondance !

                                                                                                            Quelle indécence ! Quelle incroyable corruption de mentalités !

                                                                                                            Je n’ai jamais dit que j’étais un pauvre, j’ai dit que la société me considérait comme un pauvre.

                                                                                                            Moi j’ai toujours estimé être un privilégié, non par rapport à mes revenus mais simplement parce que je vis en France, un pays d’abondance. Mais si en plus de cet « avantage de naissance » j’ai des revenus sans travailler, alors je suis comblé... Matériellement parlant j’entends.

                                                                                                            Le fait que je suis psychologiquement inapte à travailler prouve mon excellente santé mentale : il faut être nécessairement dégradé mentalement pour accepter de travailler à l’usine afin de financer une voiture à l’aspect flatteur, l’acquisition d’une affreuse maison Phénix sur 15 ou 20 ans ou même plus modestement -et plus lamentablement-pour pouvoir partir en vacances avec sa caravane chaque été...

                                                                                                            Quant à mes explorations de poubelles, je mets ma fierté d’authentique aristocrate avant tout dans la morale : la vraie indécence c’est de laisser perdre de bons aliments et d’aller se plaindre ensuite de ne pas avoir de quoi les acheter !

                                                                                                            En outre, et c’est le plus important, par le simple avantage inné que j’ai hérité de la particule, je n’ai rien à prouver, rien à devoir, rien à regretter par rapport au fait de plonger la main dans les poubelles. Un ouvrier aurait honte d’en faire autant, ce qui prouve bien que sa fierté, il la met dans son statut d’ouvrier avec la part d’indécence, d’aveuglement, de misère morale que cela comporte. Ce sont ceux qui seraient en droit de se scandaliser le plus du gaspillage et de se servir les premiers dans les poubelles qui font la fine bouche... Les moins nantis (je n’ai pas dit les plus pauvres, j’ai dis les moins nantis) manquent décidément de morale et de cohérence... Et après ils se plaignent que la vie est chère !

                                                                                                            Pouvoir faire les poubelle sans s’en cacher est un vrai privilège. Ceux qui ont encore des choses à prouver, notamment par rapport à leurs chères apparences, ne peuvent pas se le permettre. Seules les grandes âmes comme moi peuvent faire les poubelles au grand jour. Et je le fais sans avoir besoin d’y mettre volontairement du panache : le panache chez moi est naturel. Nul besoin de me forcer.

                                                                                                            Une âme choquée par mes moeurs de prince me faisait remarquer que des chiens errants risquaient de plonger leur museau dans « mes » poubelles... Aucun risque ! Pour eux il existe des refuges où ils sont choyés par de bonnes âmes recevant des dons soit des individus, soit de l’Etat (associations). Pour l’anecdote, sachez qu’au Mans même les chiens des SDF boudent ces fameuses poubelles en face de la boulangerie qui font ma joie ! En effet, ils sont nourris avec de bons aliments pour chiens que leurs maîtres leur achètent au magasin du centre ville avec l’argent de la manche.

                                                                                                            Je suis un pacha sur bien des plans. Les SDF aussi sont des pachas, sur le plan alimentaire. Du moins ceux qui vivent à proximité des poubelles, qui n’ont de poubelles que le nom d’ailleurs : en réalité ce sont des puits intarissables d’aliments sains, frais et excellents ! De véritables cornes d’abondance. La plupart des aliments sont non seulement encore dans leur emballage d’origine, mais en plus ils sont bien gardés dans des sacs-poubelles hygiéniques et hermétiquement clos. Autant dire un garde-manger, carrément un frigo l’hiver ! Il n’y a plus qu’à se servir, ce que je fais sans honte ni complexe et même avec une certaine ostentation provocatrice. Quand je suis en costume, revenant d’un enterrement ou d’un mariage (mais plus souvent d’un enterrement, le noir accentuant les contrastes entre le costume et la poubelle), je m’adonne encore plus volontiers à cet exercice « socialement incorrect », ce qui fait encore plus honte à ma compagne ! Tenez, au prochain enterrement je me retape une benne et me fais prendre en photos !

                                                                                                            Et encore, ce n’est même pas véritablement pour m’alimenter que je fouille les « ordures » mais pour m’amuser car j’ai déjà tout ce qu’il me faut par ailleurs.

                                                                                                            Ma quête de « déchets » ce n’est même pas pour mettre du beurre dans les épinards mais pour mesurer l’indécence de mes concitoyens, autrement dit mesurer l’écart entre l’excellente santé économique de la société et sa misérable santé morale.

                                                                                                            • foufouille foufouille 29 décembre 2012 21:47

                                                                                                              « Le fait que je suis psychologiquement inapte à travailler prouve mon excellente santé mentale »

                                                                                                              tu es juste un malade mental
                                                                                                              si ton pere etait pauvre, tu aurais finit en tant qu’esclave
                                                                                                              arbeit macht frei


                                                                                                            • Irina leroyer Irina leroyer 30 décembre 2012 18:02

                                                                                                              foufouille, 


                                                                                                              laisses tomber , ça te dépasse et de loin !

                                                                                                              Irina

                                                                                                            • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 22:17

                                                                                                              UN AGRÉABLE INTERMÈDE


                                                                                                              Un peu de douceur et de rêve dans ce débat houleux :


                                                                                                              Raphaël Zacharie de IZARRA

                                                                                                              • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 29 décembre 2012 22:26
                                                                                                                <iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="http://www.dailymotion.com/video/xs780w_le-bel-oiseau-que-je-suis-raphael-zacharie-de-izarra_news » target=" bel="bel" oiseau="oiseau" que="que" je="je" suis="suis" -="-" zacharie="zacharie">a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/etoileizarra » target=">a></i>cccc



                                                                                                                • Roger le Suisse 29 décembre 2012 22:49

                                                                                                                  Raphaël,


                                                                                                                  Enlevez-moi un doute.

                                                                                                                  J’ai pris le temps de consulter votre fiche de présentation. Je ne m’attarderai pas sur les envolées lyriques toutes à votre gloire et à votre hauteur de vue... Peut-être êtes-vous une divinité de passage sur cette bonne vieille terre peuplée de falots mécréants. Ou peut-être votre faconde devrait-t-elle suggérer l’aristocrate mystificateur qui sommeille en vous ? Car c’est là que réside mon doute. Tout laisse à penser que vous incarnez, selon vous, une aristocratie intellectuelle, un club élitiste si sélect que vous en seriez le seul membre adoubé. En cela, votre fiche colle parfaitement aux propos de cet article. Jusque là, tout est raccord. Mais que penser d’un aristocrate qui, bien que nimbé de tous les bienfaits de la création (intelligence unique, aimant à femmes, etc.), échoue à tirer sa subsistance de la puissance, hors normes bien entendu, de son fabuleux intellect ? Pire, quel crédit accorder à un aristocrate qui s’enlise dans le paradoxe qu’il a lui-même créé ? J’entends que, d’un côté, vous crachez à la face des misérables mais que, d’un autre côté, vous daignez les regarder de biais pour qu’ils vous accordent votre pitance mensuelle. Il y a là comme une contradiction. Je vois en vous un aristocrâneur.

                                                                                                                  • cogno4 29 décembre 2012 22:56

                                                                                                                    En fait pour ce machin qu’est l’auteur, dès que tu dépasses le niveau de vie des années 1900, t’es plus dans la misère.

                                                                                                                    En même temps, ça situe bien l’auteur, cet espèce de « héros » en carton.


                                                                                                                    • Roger le Suisse 29 décembre 2012 23:05

                                                                                                                      Au contraire, je pense que Raphaël est ancré dans des moeurs d’une autre époque, à en juger par cette magnifique vidéo, entièrement dédiée à sa glorieuse gloire glorifiante :



                                                                                                                      Tout est dit... smiley

                                                                                                                    • patdu49 patdu49 30 décembre 2012 10:56

                                                                                                                      Facile de parler de choses « futiles », lorsqu’on a eu l’occasion d’y gouter dans sa vie, au moins une fois.

                                                                                                                      Restau, voyage, ciné, confort etc .. vacances etc ...
                                                                                                                      Essai de te mettre quand même dans la peau, d’une personne + jeune, issue de milieu moins favorisé ... pas possible d’avoir le même « état d’esprit » et la même distance, sur le coté « futile » des choses ...
                                                                                                                      C’est humain, et pas trop dur à comprendre ...

                                                                                                                      Le futile, perso j’ai aimé y gouter hein ... dés le + jeune age, ne serait ce qu’en faisant des tours de manège à la fête foraine ... même à l’époque c’était pas donné.

                                                                                                                      Me payer le camping municipal, pouvoir changer d’air, me payer un sandwich à la cabane à frites sur la plage, ça aussi, j’ai aimé le faire, un plaisir different de faire les sandwichs soit même.

                                                                                                                      J’ai fait du ski aussi, une fois, même si station bas de gamme, et que la neige c’etait + des plaques de glace ... je ne regrette pas, pleins de souvenirs et de bosses de rires ..

                                                                                                                      J’ai aimé me bourrer la gueule et aller en discothèque, même avant l’age légale .. futile aussi si on veut aller par là ..

                                                                                                                      J’ai aimé mettre un pneu cross, sur ma mobylette et m’’éclater dans les terrains vagues.
                                                                                                                      J’ai aimé tester karting
                                                                                                                      J’ai aimé faire pleins de cadeaux de noël au pied du sapin, même si ma paye d’apprenti y passait ..
                                                                                                                      J’ai aimé passé mon permis de conduire, et adoré conduire ..

                                                                                                                      Bref vivre en dehors du futile, quand il est partout autour de toi, sans avoir envie d’y gouter, franchement, ... utopique ..


                                                                                                                      • patdu49 patdu49 30 décembre 2012 11:09

                                                                                                                        si t’as 485€ d’AAH

                                                                                                                        c’est que tu ne vis pas que de ces seuls revenus.
                                                                                                                        ça voudrait dire que t’es en couple, et donc il faut regarder le plafond revenus du foyer.

                                                                                                                        ou alors tu ne nous dis pas tout, bref c’est incohérent.

                                                                                                                        toi qui dis « décortiquer » les soit disant revenus adjacents des bénéficiaires des minima sociaux .. j’aimerai bien savoir lesquels .. d’ailleurs... car à part l’APL qui très souvent est loin de couvrir le loyer d’un logement décent... je ne vois pas bien.


                                                                                                                        • foufouille foufouille 30 décembre 2012 18:36

                                                                                                                          @ pat
                                                                                                                          il est en dessous de 80% et touches donc moins
                                                                                                                          son pere est medecin, son frere PDG, ca aides
                                                                                                                          sinon tu touches rien


                                                                                                                        • Joachim 30 décembre 2012 19:35

                                                                                                                          Ah bon ? Je connais deux cas autour de moi qui sont dans la tranche des 50 à 79% d’invalidité et qui la touchent. Et ils ne sont pas fils de médecins. 


                                                                                                                        • foufouille foufouille 30 décembre 2012 20:21

                                                                                                                          mon gars, en dessous de 80%, tu reste au RSA
                                                                                                                          sauf departement cool
                                                                                                                          on te donnes 79% juste par vacherie, en plus
                                                                                                                          au tribunal contentieux, tu passes sans probleme a 80%
                                                                                                                          il y a un vrai medecin


                                                                                                                        • Joachim 30 décembre 2012 21:23

                                                                                                                          Et bien faut croire que la loi n’est pas la même partout, ou qu’encore une fois, vous voyez tout à la manière de vos penchants misérabilistes systématiques. De toute manière, je ne vais pas discuter avec vous, ayant vu en tant que spectateur ce que ça donnait avec d’autres ; un résultat décourageant par votre état d’esprit négatif dont il est impossible de sortir. 


                                                                                                                        • patdu49 patdu49 31 décembre 2012 08:38

                                                                                                                          foufouille ..

                                                                                                                           si on est reconnu AAH, même montants, plafonds etc pour tout le monde, pour ça invalidité minimum de 50% reconnue, sinon donc on est pas en AAH et donc pas concerné par le sujet de conversation.

                                                                                                                          que au dessus de 80% de taux de handicap, qu’on peut avoir un peu +, avec autre petite alloc qui se rajoute donc, au montant commun.


                                                                                                                        • foufouille foufouille 31 décembre 2012 11:26

                                                                                                                          entre 50 et 79%, tu restes au RSA, on te donnes rien sauf piston ou coup de bol

                                                                                                                          « La personne qui ne dispose d’aucune ressource peut percevoir le montant maximum de l’AAH.   »
                                                                                                                          donc, sur certains forums, tu en as qui touches moins
                                                                                                                          avec d’autres revenus, c’est encore plus complique, la CAF comptes le brut ou le mois le plus eleve


                                                                                                                        • Joachim 31 décembre 2012 13:45

                                                                                                                          Tes MDPH et CAF pleines de sadiques, ça existe surtout dans ton imagination. Et tu n’as qu’à lire les textes de loi http://www.mdph.oise.fr/droits-et-prestations/adultes/


                                                                                                                          Or c’est curieux, lors de mes contacts avec la CAF pour des questions de cumul allocations/revenus d’activité, je n’ai jamais rencontré de mauvaise volonté, d’obstruction, de coup tordu, or on dirait pour toi que c’est la seule chose qui existe. Avoir instauré les AAH et RSA rien que pour le plaisir sadique d’en priver les bénéficiaires potentiels, brrrr. smiley

                                                                                                                          Conditions d’attribution

                                                                                                                          De nouvelles règles d’éligibilité ont été fixées par le décret du 16 août 2011.

                                                                                                                          Conditions de résidence et de nationalité :
                                                                                                                          • Résider en France de façon permanente ;
                                                                                                                          • Etre de nationalité française ou posséder un titre de séjour régulier.
                                                                                                                          Conditions d’âge :
                                                                                                                          • Avoir de 20 à 60 ans ;
                                                                                                                          • Les personnes âgées de 16 à 20 ans peuvent bénéficier de l’AAH si elles ne sont plus considérées comme étant à charge pour le bénéfice des prestations familiales ;
                                                                                                                          • Pour les personnes dont le taux est reconnu entre 50 et 79%, le versement de l’AAH prend fin à l’âge minimum légal de départ à la retraite, le bénéficiaire bascule alors dans le régime de retraite pour inaptitude ; 
                                                                                                                          • Pour les personnes dont le taux d‘incapacité est reconnu égal ou supérieur à 80%, le versement de l’AAH peut continuer au-delà de l’âge minimum légal de départ à la retraite en complément d’une retraite inférieure au minimum vieillesse de manière à atteindre ce montant.
                                                                                                                          Taux d’incapacité :
                                                                                                                          • Soit avoir un taux d’incapacité reconnu égal ou supérieur à 80 % ;
                                                                                                                          • Soit avoir un taux d’incapacité reconnu entre 50 et 79% et une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi.

                                                                                                                          Ce taux est déterminé selon le guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées.

                                                                                                                          Barême qui a été appliqué pour des personnes que je connais entre 50 et 79%, avec la restriction d’accès à l’emploi reconnue. Mais bon, pour des types comme toi qui passent leur temps à geindre et à pleurnicher par mode de pensée, c’est peine perdue.

                                                                                                                          Ca t’arrive jamais de penser que la société t’entretient de bon coeur et que matériellement, tu ne peux rien lui apporter ? Tu aurais vécu dans des sociétés à la limite extrême de la survie, comme les inuits, tu aurais fait ce que la morale sociale impose aux impotents, aux trop vieux, un jour, ils partent et ils vont mourir de froid à l’écart. T’aurais vécu dans l’Angleterre de Victoria, on t’aurait laissé crever dans le quartier de Jack l’Eventreur, l’est-end, alors aie au moins un peu de reconnaissance.

                                                                                                                          Pense à l’auteur, lui comprend très bien que matériellement, il est à vie tiré d’affaire et une vie devant lui. Il peut se cultiver, manger à sa faim, se laver, changer de vêtements une fois par jour, utiliser de l’eau chaude. Il a très bien vu ce que lui permettait l’AAH, la possibilité d’avoir un ou des projets personnels et de les mettre en oeuvre, hors du boulot certes, mais avec justement des avantages.

                                                                                                                          Quant à toi Pat, tu attends quand même pas qu’on te paie la consommation de clopes, la bagnole, le restaurant et le cinéma trois fois par semaine ? Tu te crois où ? En URSS ? Euh, la bas, oui, tu aurais déserté ces villes de cons qui travaillent, oui, on t’aurait envoyé au goulag dans la Kolyma (cherche sur Google earth). Tu n’as pas de quoi t’occuper sans argent ? Paie toi un abonnement à une bibliothèque, ça te coutera au max 5 paquets de clope, et évidemment, je ne doute pas un instant de ta capacité à dégainer tous tes justificatifs de réductions. Et si t’aimes pas lire, ne prends pas les gens pour des cons, tu vis bien mieux qu’un homme du peuple avant 1850, or eux savaient très bien comment s’occuper, s’amuser. 

                                                                                                                        • Joachim 31 décembre 2012 14:09

                                                                                                                          Mais mon cher foufouille, ces gens que je connais et qui sont dans la tranche 50-79, ils peuvent travailler, ce sont des cas un peu entre deux eaux, parce qu’ils sont amoindris d’une manière ou d’une autre, alors oui on examine leur dossier et il faut prendre en compte plusieurs choses pour savoir s’il faut en plus verser l’AAH. Et puis tu crois que les 50-79 que je connais passeraient leur temps à geindre ? Oh non, un des deux a un boulot d’appoint, qui ne lui suffirait pas sans allocation mais le socialise, l’autre a des projets. Et oui, ils touchent l’AAH sans être pistonnés ni à 80%, ni surtout en passant leur temps à faire des calculs minables ou à se dire persécutés par la CAF, ils ont d’autres choses à foutre. Et celui qui travaille à temps partiel, donc fait des cumuls partiels allocation/activité, il te dirait que tu racontes n’importe quoi, jamais la CAF n’a essayé de l’escroquer pour les calculs de retenue sur l’AAH et les systèmes d’abattements. 


                                                                                                                          Et pour te dire, je connais un type au RSA, je vais pas dire comment il en est arrivé là, c’était quelqu’un dont la société est entièrement responsable de son non-emploi. Et pourtant, jamais je l’ai vu comme Pat à faire des calculs sordides sur le fait de pouvoir gratter quatre euros par le dispositif XZ86 couplé à l’allocation VB34, la première conditionnant la seconde. Quant à étaler ça sur la place publique et sur les forums... Tu sais, c’est pas parce qu’on fait certaines choses chez soi légalement, comme la masturbation ou l’utilisation des WC, que c’est pour autant digne de le montrer dans l’espace public.

                                                                                                                          Une chose est sûre, d’ici à quelques décennies le chômage sera massif en Occident, à cause de la robotisation du secondaire et du tertiaire (y a plus qu’à mettre en oeuvre les prototypes qui existent). Je me dis en voyant certains états d’esprit que l’affranchissement du travail ne va pas avoir que des effets positifs.

                                                                                                                          L’auteur, lui, a bien compris qu’il pouvait mener une vie personnelle qu’il ne tenait qu’à lui de remplir. Faites le passer pour fou si ça arrange votre confort moral. 

                                                                                                                          PS : chaque mois, pat, tu remets en ligne les mêmes erreurs, volontaires ou non, on peut très bien toucher une AAH et être à Pole Emploi, on peut être invalide pensionné et chômeur, d’ailleurs, c’est une différence avec certains pays où invalidité et non emploi = sortie obligatoire des statistiques du chômage.

                                                                                                                        • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 30 décembre 2012 14:28
                                                                                                                           Considérations misanthropiques sur Noël
                                                                                                                          Certains n’aiment pas les rats, les araignées ou les asticots.

                                                                                                                          Moi je n’aime pas les chiens (leurs odeur et moeurs me dégoûtent, je ne supporte pas leurs aboiements et crains leurs crocs), les enfants(pas tous mais en général car peu d’entre eux sont des surdoués) et les vieilles gens séniles (les vieux retombant en enfance incarnent la déchéance de la fin de vie).

                                                                                                                          En bref je suis allergique à la vue des êtres faibles, sots, handicapés, diminués.

                                                                                                                          Je préfère voir les humains en pleine santé, intelligents, cultivés, habiles, talentueux, heureux, épanouis, radieux, glorieux.

                                                                                                                          Est-ce donc interdit d’avoir de telles préférences ?

                                                                                                                          J’aime voir les enfants heureux... de ne rien recevoir à Noël. Ces IZARRA en modèles réduits sont malheureusement assez rares.

                                                                                                                          Je préfère voir des enfants heureux à l’idée de faire ceinture à Noël, donc des enfants intelligents. Si les parents étaient assez pédagogues et courageux envers leur progéniture ils leur expliqueraient que les vrais cadeaux ne sont pas toutes ces sottises matérielles dont on les gave à Noël et même chaque jour de l’année mais l’intelligence, cette richesse de l’esprit. Un enfant assez intelligent pour comprendre qu’il doit être heureux de ne rien recevoir à Noël est infiniment plus plaisant à mes yeux qu’un de ces petits crétins ignares pourris de cadeaux qu’il ira revendre le lendemain sur EBAY ! (Parce qu’en plus ils ont l’ordinateur dans leur chambre avec l’accès à INTERNET, ce qui en soi est un cadeau quotidien qui vaut tous les Noël de leur vie !)

                                                                                                                          C’est Noël tous les jours dans notre société d’abondance mais combien s’en rendent vraiment compte ? Les enfants devraient s’émerveiller chaque jour de l’année non seulement de toutes les belles choses dont ils jouissent, mais aussi du ciel, de la nature et des étoiles au lieu d’attendre le jour de Noël pour commencer à écarquiller les yeux sur les inepties qu’on leur offre !

                                                                                                                          Les gamins de nos jours sont aussi abrutis que les parents : gavés de game-boy, de jeux en réseaux débiles, de téléphones portables et de programmes de décervelés débités par les bouquets de chaînes, ce sont des cancres analphabètes qui ne savent même plus apprécier les joies essentielles de l’existence. Surcouvés, « yaourtisés » à outrance, ce sont de futurs adultes souffreteux (ils n’ont plus d’anticorps à force de vivre sous des toits surchauffés) qui vont réclamer leur retraite dupontesque avant cinquante ans !

                                                                                                                          Nombreux parmi eux ne savent même pas ce qu’est une vache, une giboulée de mars ou une grenouille, emmitouflés qu’ils sont dans leurs cages à lapins anti-éducatives ! Ils s’imaginent que les poissons sont carrés et que les piercings sont des accessoires indispensables qui leurs son dus.

                                                                                                                          Génération « limacière » d’ignares blasés par les écrans, les fast-foods et les Noëls quotidiens car Noël avec eux c’est tous les jours de l’année mais tout comme leurs abrutis de parents ils ne s’en rendent même pas compte.

                                                                                                                          Aujourd’hui les enfants élevés à l’Iphone, rebelles et frondeurs, alcoolisés à 11 ans, dépucelés à 13 ans, ne savent plus s’émerveiller devant les choses simples de la nature et pourtant infiniment plus denses que leurs technologies de petits imbéciles incultes.

                                                                                                                          Cela dit je ne déteste pas vraiment les enfants : je n’apprécie que les enfants silencieux, intellectuellement surdoués, bien éduqués et socialement avantagés. S’ils ont hérité de la particule c’est encore mieux.

                                                                                                                          Quant à la progéniture des Dupont, elle m’incommode singulièrement.

                                                                                                                          Je suis réellement allergique à la bêtise infantile et parentale, ce n’est pas de la provocation de ma part de dire cela mais la simple et banale vérité.

                                                                                                                          Voir la beauté du monde permet d’avoir la volonté de lutter contre sa laideur.

                                                                                                                          C’est précisément ce que je fais ici, je ne me focalise pas sur la laideur du monde, bien au contraire : c’est sa beauté qui m’intéresse, d’où ma préférence pour les être aboutis, expérimentés, sages, intelligents. Le simple fait de savoir poser un regard émerveillé sur la beauté des choses et non de s’attarder sur leur laideur suffit à embellir le monde, même si par ailleurs on ne fait pas nécessairement la démarche active de redresser la laideur.

                                                                                                                          Je n’ai pas le culte imbécile et politiquement correct de l’enfance si cher à notre société démagogue, même si j’estime être un authentique Peter Pan par ailleurs, ce qui n’a rien de paradoxal. L’enfance est un paradis quand on y est mais dès qu’on est un adulte l’enfance -du moins celle des autres- est considérée comme un handicap, un état de dépendance, de faiblesse et d’ignorance. J’ai fait un stage dans une maison de retraite pour grabataires en 1991 : je pense la même chose en ce qui concerne la vieillesse sénile. J’avais pitié de ces vieux finissant leur existence dans la misère mentale et physique et certains m’insupportaient dans leur gâtisme, souillant leur literie d’excréments.

                                                                                                                          Je ne vois rien de glorieux à torcher des vieillards. Je trouve dégradant et déplacé de s’enorgueillir de cet acte faussement charitable puisque la prétendue élévation d’âme de la personne soignante est au prix de la misère de ces vieux. La vraie charité ne serait-elle pas de faire le sacrifice de sa propre humilité afin de servir une cause heureuse ?

                                                                                                                          Voir mon texte biographique N°781 à ce sujet « L’étable des morts-vivants »  :


                                                                                                                          Contrairement à la mère Térésa qui semblait se complaire dans les odeurs rances de la vieillesse miséreuse de Calcutta, je préfère les parfums nobles de la vieillesse radieuse. Certes elle soulageait la misère et c’est très louable, mais elle n’avait pas tellement de mérite puisque c’était précisément sa vocation. Elle ne pouvait chrétiennement rien faire d’autre dans sa vie.

                                                                                                                          Ce qui n’est pas mon rôle à moi : IZARRA n’est pas mère Térésa.

                                                                                                                          Chacun doit être à sa place et y faire son travail et la mienne n’est pas à Calcutta mais ici dans la démythification des cadeaux de Noël que je nomme « imbécillités pour petits crétins déjà gavés toute l’année ».

                                                                                                                          Je déteste le Père Noël, scorie publicitaire typiquement yankee pour le Coca-Cola !

                                                                                                                          Rappelons que le Père Noël est une invention marketing des années 1940 pour vendre du Coca-Cola. C’est pour moi l’image de la décadence mise sur le trône mensonger d’une tradition qui n’est ni la nôtre ni même légitime pour ses créateurs (les publicistes américains)qui ont dévoyé le message de Noël pour en faire un coup marketing de longue durée.

                                                                                                                          Rien à voir avec le véritable Noël !

                                                                                                                          Les pères Noël qui traînent dans les zones commerciales où ils sont payés à l’heure ne me font pas rêver.

                                                                                                                          Ce sont même des tue-rêve par excellence.

                                                                                                                          Tout n’est que récupération commerciale, les enfants sont décidément bien trop bêtes pour ne pas le voir ! Pendant qu’ils rêvent, les adultes manipulateurs, cyniques, se frottent les mains et les parents, abrutis au dernier degré, ouvrent leur porte-monnaie sans compter.

                                                                                                                          Enfants rois = parents esclaves.

                                                                                                                          Quand j’étais petit naïvement je pensais que les forains étaient heureux de me faire monter sur leurs manèges. Adultes, j’ai compris qu’ils n’en ont rien à faire de la joie des enfants. Seul leur importe l’argent que leur rapportera leurs sourires hypocrites (quand ils l’affichent car la plupart du temps les forains ont une mine crapuleuse et montrent à longueur de temps leur mauvaise humeur).

                                                                                                                          Quel sens peut avoir Noël quand c’est Noël tous les jours ?

                                                                                                                          Pour moi un vrai Noël qui me fait réellement rêver c’est un Noël dépouillé dans le froid hivernal, un Noël pieux en contact avec les âpres éléments, un Noël monacal où seul l’essentiel comble les âmes lassées de l’abondance matérielle qui étouffe l’esprit.

                                                                                                                          Lisez mes contes de Noël, révélateurs de ma pensée : ils traitent tous du renoncement aux artifices pour un retour à l’essentiel.

                                                                                                                          Les imbécillités relatives au Noël païen, depuis la bûche aux édulcorants jusqu’aux cadeaux obscènes (jeux vidéos martiaux et Iphones) ou mièvres au bas du sapin clignotant (qui parfois, comble de l’horreur, est en plastique) m’ennuient mortellement, ne me font pas rêver du tout. Je trouve tout cela fort trivial, vulgaire, pesant, indigeste et finalement vide.

                                                                                                                          Je préfère me promener seul la nuit sous la neige loin des écrans, du bruit parasite et de tous les artifices de la vie moderne, chose que je fais d’ailleurs à chaque fois qu’il neige.

                                                                                                                          Pour être honnête je dois préciser que j’apprécie les veilles et nuits de Noël pour la raison que l’espace public se dépeuple agréablement de toute roture, trop occupée qu’elle est à festoyer devant la télévision. Il est délicieux de me promener en campagne dans le froid de la nuit pendant que le reste du monde me laisse en paix. Cela dit je trouve quand même dommage que ces gens se privent de cette joie pure et virile consistant à renoncer à leurs imbécillités de Noël. Pour aucun Noël profane au monde je n’échangerais mes belles promenades nocturnes contre une soirée de télévision dans une pièce surchauffée dégoulinante de guirlandes et de cadeaux clinquants.

                                                                                                                          Enfin, remuer un chiffon rouge devant un taureau ou bien le flatter avec des gerbes de foin sont les meilleurs moyens de canaliser son énergie à notre profit. On applique la même méthode aux humains sauf que les mots agissent tantôt comme des aiguillons, tantôt comme des caresses. Les hommes politiques savent user à la perfection de cette ruse vieille comme le monde.

                                                                                                                          Les buts sont assez divers mais ici il consiste à éprouver les caractères, mesurer les intelligences.

                                                                                                                          Le surenchérissement izarrien est un excellent test pour mes interlocuteurs.

                                                                                                                          Il y en a qui répondent par l’humour à mes chiffons rouges, d’autres par la rhétorique, d’autres encore par l’injure.

                                                                                                                          Il est toujours très intéressant d’observer toutes ces réactions.
                                                                                                                           

                                                                                                                          • Shawford42 30 décembre 2012 14:32

                                                                                                                            En bref je suis allergique à la vue des êtres faibles, sots, handicapés, diminués.


                                                                                                                            Moi aussi, le seul petit problème c’est que c’est ce que je pense quand je te lis, car c’est la parfaite image que tu renvoies, dès lors qu’on a très bien compris que dans ton Logos, tu es l’exact contraire de tout ça. 

                                                                                                                            Il te reste un peu de temps pour faire amende honorable. 

                                                                                                                          • foufouille foufouille 30 décembre 2012 18:38

                                                                                                                            « En bref je suis allergique à la vue des êtres faibles, sots, handicapés, diminués. »

                                                                                                                            donc tu ne t"aimes pas ?


                                                                                                                          • Raphaël Zacharie de Izarra Raphaël Zacharie de Izarra 30 décembre 2012 20:34

                                                                                                                            Foufouille,

                                                                                                                            En effet, en tant qu’esprit sain et positif je préfère voir des gens heureux, épanouis, fortunés plutôt que drd êtres tristes, perdants, malades et malheureux...

                                                                                                                            Peut-être vous repaissez-vous de la ruine et de la misère de vos semblables, en ce qui vous concerne ?

                                                                                                                            Raphaël Zacharie de IZARRA


                                                                                                                          • foufouille foufouille 30 décembre 2012 21:14

                                                                                                                            tu es pas sain d’esprit et tu l’as reconnu
                                                                                                                            ca se voit dans tes videos
                                                                                                                            tu es devenu handicape physique ou mytho ?


                                                                                                                          • Irina leroyer Irina leroyer 31 décembre 2012 06:51

                                                                                                                            foufouille,


                                                                                                                            je te l’ai déjà dit : ça te dépasse !

                                                                                                                            regarde toi dans un miroir et fait ton « autocritique », après ça ira mieux !

                                                                                                                            Irina

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès