• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’histoire racontée par le football

L’histoire racontée par le football

Je viens de terminer la lecture d’un livre particulier, agréable à lire, ludique et instructif. Il s’agit du livre d’Olivier Corbobesse, L’histoire racontée par le football, paru à la mi-septembre de cette année, aux Éditions Marie B.

Olivier Corbobesse transforme le football en culture et en histoire ; Histoire avec un grand H, car le sujet de son quatrième ouvrage relatif au football est une étude historique originale, qui fait référence.

En effet, Olivier Corbobesse revisite l’histoire mondiale de 6 000 ans à travers le football.

Souvent on regarde les noms et les écussons des clubs de foot sans chercher à aller plus loin. Cependant, ces slogans et ces images racontent toujours des faits historiques ou imaginés, réels ou fabriqués par la mythologie d’un groupe, d’une région ou d’un État…

Olivier Corbobesse prend le foot comme prétexte pour raconter toute cette histoire. Cependant, il ne s’agit pas que d’une clé pour ouvrir au lecteur la connaissance ; l’auteur est un vrai amateur de football et un vrai amateur d’histoire ; la combinaison des deux dans ce livre est heureuse et constructive.

J’ai eu énormément de plaisir à lire son livre Culture générale, football club, paru chez le même éditeur en 2018. Et comme je disais il y a deux ans, bien qu’ayant abandonné le monde du football depuis quelques années, à cause de son extrême financiarisation et à cause du foot-spectacle et de l’instrumentalisation qui en est faite, j’ai été intrigué par l’approche de Corbobesse de ce monde si particulier. Son nouvel ouvrage, plus complet et riche est encore plus intéressant et utile à la compréhension de notre société, de notre histoire, bref, de notre monde.

L’auteur nous fait voyager à travers l’histoire mondiale, en nous l’expliquant sous le prisme du football, l’économie, la science, la géographie, la politique, la géopolitique, la religion, la littérature, les arts... Il s’agit d’un travail extraordinaire de fourmi, qui a donné un résultat agréable à lire et instructif, bref, une vision alternative de ce sport devenu religion. 

Les références historiques, la politique et les grands conflits qui émaillent notre réalité sont foison dans les noms, les symboles et la mythologie autour des clubs de football. Olivier Corbobesse excelle dans l’art de raconter cette histoire.

Ce nouveau livre traite de l’histoire de la Mésopotamie, de l’Égypte ancienne, de Rome, de la Grèce antique, de Byzance, de l’Empire ottoman. Les conflits actuels et les querelles diplomatiques qui en résultent, tiennent aussi une place importante. Le conflit entre Chypre et la Turquie, le conflit israélo-palestinien, la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, la chute de l’Empire ottoman, la chute de l’ancienne Yougoslavie, la chute de l’Union soviétique et du Pacte de Varsovie, la décolonisation, les deux guerres mondiales, etc. Olivier Corbobesse aborde et analyse tous les sujets, sans partie pris, et de manière parfaitement claire, ludique et compréhensible. In fine, un regard lucide sur l’histoire et sur le monde qui nous entoure, à travers le football.

Enfin, les grands événements et périodes de l’Histoire sont expliqués à travers le nom des clubs, leur stade, leur écusson, leurs maillots, les grandes compétitions. L’auteur évoque également l’implication de personnalités célèbres, qui ont eu une répercussion sur le football, les groupes de supporteurs, les footballeurs engagés (politique, résistance)…

Ce livre intéressera autant les amateurs de foot que les férus d’histoire. Il se termine sur 365 devinettes – une par jour – portant sur les faits marquants de l’histoire et du football.

Référence : Olivier Corbobesse, L’histoire racontée par le football, Éditions Marie B, Paris, 2020.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Alfred E. Newman Carabosse 20 septembre 08:57

    Panem et circenses.


    • Occitan Occitan 20 septembre 09:36

      Les fouteux ? juste de mauvais comédiens sur un morceau de pelouse , trop bien payés , frimeurs , égocentriques...


      • Fergus Fergus 21 septembre 09:21

        Bonjour, Occitan

        Vous avez oublié un mot important : professionnel.

        On ne peut en effet pas mettre dans le même sac le microcosme élitiste qui, de plus en plus, n’a pour but que servir les intérêts géopolitiques d’états peu recommandables ou les intérêts affairistes d’oligarques plus ou moins douteux avec la masse des footballeurs amateurs dont l’écrasante majorité n’a pas à souffrir des excès des stars et des dirigeants corrompus.

        Sans oublier les jeunes qui, souvent, trouvent dans le football grâce aux éducateurs —, des repères en termes de respect et de solidarité qu’ils n’ont pas forcément dans leurs cités ! 


      • Fergus Fergus 21 septembre 09:12

        Bonjour, Petinos

        Un rapprochement quelque peu surprenant à première vue, mais le fait est que, par le biais du sport  le football en l’occurrence, mais c’est vrai pour d’autres sports et de l’histoire des clubs, on peut aller plonger dans des racines très anciennes, certaines anecdotiques, d’autres relation avec la grande histoire, l’évolution de la civilisation, et même la mythologie.


        « ayant abandonné le monde du football depuis quelques années, à cause de son extrême financiarisation et à cause du foot-spectacle et de l’instrumentalisation qui en est faite » 

        Personnellement, c’est il y a des années que j’ai suivi la même voie. J’ai synthétisé les causes de ma démarche dans cet article qui devrait vous parler :

        Je hais le football ! (Plus que jamais)


        • Aristide Aristide 21 septembre 11:02

          @Fergus

          Assez bizarre paradoxe : d’un coté vous expliquez à juste titre la différence entre le sport spectacle qu’est le foot professionnel et l’éducation sportive, et de l’autre vous justifier votre abandon de la participation à l’éducation sportive par le foot en amalgamant les deux !

          Etonnant, mais bon, inexplicable à mon sens d’abandonner ce que vous dites être un engagement pour ce sport que vous prétendez aimer, en refusant de différencier cette activité qui n’existe que grâce aux bénévoles.

          Jamais dans ma vie de dirigeant, je n’ai eu à répondre à cette problématique, financer, organiser, gérer, éduquer, ... enfin toutes les activités des bénévoles n’ont strictement rien à voir avec les sociétés de spectacles sportifs organisées autour de la LFP que sont devenus les Clubs de Foot professionnel. 


        • Fergus Fergus 21 septembre 11:16

          Bonjour, Aristide

          Je n’ai jamais dit nulle part que j’arrêtais mon activité d’encadrement des jeunes du fait des dérives du football professionnel  je l’ai fait pour d’autres raisons —, mais que je cessais d’aller voir des matches pro au stade et de regarder les prestations des clubs professionnels et des équipes nationales à la télévision !
          J’ai continué de voir des matches amateurs et des matches de jeunes.


        • Aristide Aristide 21 septembre 11:28

          @Fergus

          Je n’ai jamais dit nulle part que j’arrêtais mon activité d’encadrement des jeunes du fait des dérives du football professionnel  je l’ai fait pour d’autres raisons 

          Et vous écriviez juste au dessus en rappelant les propos de l’auteur : 

          « ayant abandonné le monde du football depuis quelques années, à cause de son extrême financiarisation et à cause du foot-spectacle et de l’instrumentalisation qui en est faite » 

          Personnellement, c’est il y a des années que j’ai suivi la même voie.


          CQFD.




        • Fergus Fergus 21 septembre 11:39

          @ Aristide

          Vous avez raison, j’aurais dû être plus explicite, mais on est en général plus concis dans un commentaire que dans un article. 

          Cela dit, et pour être plus précis, c’est en 1998 que j’ai tourné le dos au milieu professionnel tout en continuant à jouer moi-même au football, à voir des matches amateurs, et à m’occuper de jeunes footballeurs.


        • Aristide Aristide 21 septembre 12:04

          @Fergus

          Je ne vous blâme pas, à quel titre d’ailleurs, mais admettez tout de même que ce jugement assez courant sur les dérives du football a quelque chose d’assez injuste.

          Il me semble que la musique, le théâtre et le cinéma, la peinture ... enfin tous les arts et activités ludiques vivent dans ce même monde économique où tout a une valeur. De la Fontaine de Duchamp estimé à 3M€, oeuvre non unique d’ailleurs en passant par les tubes de Mickael Jackson qui ont rapportés des dizaines de millions de $, les films dont certains ont rapportés plus de 1MD de $, ... comprenez que que l’on puisse s’étonner de cette désignation incessante des footeux, comme les nomment ceux qui détestent ce sport.

          Quelle différence donc ? Le marché ? Il existe en art et atteint des chiffres aussi élevés, Le cinéma et les spectacles sont une industrie, ....Je n’ose penser que ce serait simplement du à la popularité de ce sport. Personne ne fustige les sommes astronomiques payés aux golfeurs, tennisman, pilotes de F1 et autres sport, pas plus qu’aux peintres, artistes, chanteurs, comédiens, ...et oui c’est moins populo. Cela fait moins peuple. 

          Mais ... à y réfléchir, je crois que cette vision assez typé ressemble à la vision écolo-bobo de notre société, on désigne l’arbre de Noel, le tour de France dopé, la pollution du Tour, la patrouille de France, ... comme insupportable. 

          PS : J’ai parcouru votre article, là ou vous faites fort c’est avec la manifestation de 8000 personnes pour je ne sais quoi et la mise en perspective des milliers de supporters heureux de fêter la victoire en 1998. 
          Chaque jour, des millions de français se distraient, font la féte, vont dans les musées, au spectacle, au foot même... que ne mettez vous pas en perspective tous ces « égoistes » qui ne savent pas ce qui le « bien ».


        • Fergus Fergus 21 septembre 15:53

          @ Aristide

          Les dérives du marche de l’Art sont une évidence, et je ne suis pas le dernier à les condamner. Mais les artistes  exception faite de ceux dont l’oeuvre est spécifiquement destinée à un jeune public  n’ont pas vocation à être exemplaires aux yeux des gamins. Les footballeurs pro, si, du fait de l’énorme influence qu’ils exercent sur les jeunes.

          A cet égard, en tennis, il est heureux que le règlement ait été appliqué à l’encontre de Djokovic à New York où le Serbe, dans un mouvement d’humeur, a expédié assez violemment (mais de manière involontaire) une balle dans la tête d’une juge de ligne ; Djokovic a été exclus de la compétition et a perdu tous les gains et les points ATP accumulés durant les premiers tours ! C’est comme cela que je vois le sport pro, pas de la manière dont il est pratiqué et géré dans le milieu du foot !

          Si vous ne voyez pas ce qu’il y a de choquant dans le fait que seules 8000 personnes se mobilisent en faveur des démunis et contre l’exclusion alors que 1 million de personnes  y compris des gens en grande difficulté socioéconomique  s’agglutinent pour fêter la réussite dans un tournoi de foot, je ne peux rien pour vous !!! 


        • Aristide Aristide 22 septembre 12:04

          @Fergus

          C’est comme cela que je vois le sport pro, pas de la manière dont il est pratiqué et géré dans le milieu du foot !

          Le sport pro est un spectacle, et comme dans tous les milieux du spectacles vous trouverez des histoires de fesses, de drogue, de comportements, .... inadéquats et qui ne me plaisent pas plus qu’à vous. Sauf que je ne désigne pas seulement ces excès et que je ne choisis pas mes cibles ...

          je ne peux rien pour vous !!! 

          Effectivement, quand on met en exergue deux manifestations aussi différentes et que l’on condamne du haut de sa certitude d’être dans le camp du bien ces jeunes et moins jeunes qui fêtaient un événement sportif ...

          Moins non plus je ne peux rien pour vous ...


        • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 12:08

          Histoire pour certains a des millions d’€ par mois ....l


          • PETINOS PETINOS 21 septembre 16:58

            Juste une petite précision : Lors de la rédaction de cette recension, une erreur s’est glissée dans mon texte. L’éditeur du livre d’Olivier Corbobesse - paru en 2018 et intitulé Culture générale, football club -  n’est pas Marie B, mais, Chistera.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité