• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’homéostasie

L’homéostasie

L’homéostasie désigne la capacité de tout système vivant quel qu’il soit à conserver son milieu intérieur en équilibre et à y revenir naturellement en cas de perturbation. C’est le processus biologique qui définit le vivant. Cela implique que lorsque cessent les causes qui perturbent l’équilibre du milieu intérieur, alors naturellement la régénération se met en route. On peut tous le constater lors d’une coupure accidentelle par exemple, sitôt l’accident terminé la réparation commence.

Une fois la ou les causes pathogènes identifiées et volontairement rejetées, à travers la magie de cette première loi naturelle de l’homéostasie, tout système vivant laissé à lui-même revient spontanément à l’état d’équilibre à travers un certain nombre de processus régulateurs. C’est là un formidable enseignement qui, quelque soit le passé, le vécu, les traumatismes, laisse à tous la part belle au processus de régénération.

Notre corps humain est composé d’environs 1000 milliards de cellules, chacune douée d’homéostasie. Toutes ces cellules baignent véritablement dans un liquide interstitiel qui est le vecteur et le support des quatre fonctions vitales à savoir respirer, se nourrir, se reposer et éliminer. En dehors de la spécificité propre à chaque cellule du corps, elle même liée à sa participation à tel ou tel organe, glande, muscles, cerveau… en dehors de cette spécificité fonctionnelle donc, les cellules ont en commun cette mer intérieure dont la qualité, la pureté, les informations véhiculées sont déterminantes pour la santé cellulaire. Nul ne peut vivre sainement dans un environnement empoisonné !

Ce liquide interstitiel est principalement constitué d’eau, mais contient aussi des nutriments, des déchets issus des différentes réactions de l’organisme et des protéines. Sa composition est déterminante pour les activités vitales des cellules. Ce liquide est en permanence filtré par nos émonctoires, à savoir le foie, les reins, les poumons, la peau, les intestins. Ils assurent la fonction vitale d’élimination des déchets. Plus l’alimentation sera toxique et/ou plus l’air sera vicié plus grande sera la fatigue des émonctoires. Leur saturation toxique quotidienne provoquera inéluctablement la maladie. Une fois les possibilités d’élimination des émonctoires épuisés, le liquide interstitiel reste corrompu et les cellules qui sont la force créatrice et régénératrice de nos corps réagissent en déclenchant un processus d’inflammation. Si rien n’est fait pour changer cette intoxication chronique le processus d’inflammation évolue en processus de dégénérescence à savoir les cancers et les maladies dites « auto-immunes ».

La médecine actuelle qui ne s’occupe que du traitement des symptômes va avoir un effet pervers sur le déclenchement des maladies. Une fois le liquide interstitiel empoisonné et la phase inflammatoire amorcée (fièvres, douleurs articulaires…) les traitements contemporains à base d’anti-inflammatoires ou d’antibiotiques ne visent qu’à masquer cette réaction salutaire. Le système immunitaire est contraint par force au silence. Les cellules refoulent leurs toxines en elles ou tentent pour rétablir l’équilibre de les encapsuler dans des amas graisseux étanches. La phase de dégénérescence commence alors dans un environnement de plus en plus acide pour aboutir à la folie cellulaire qu’est le cancer et aux autres formes de dégénérescence.

La pureté du liquide interstitiel et sa neutralité sont les conditions nécessaires et suffisantes au maintient des processus homéostatiques, à une bonne santé cellulaire et donc à celle de tout l’organisme. Pour lutter contre l’acidose qui caractérise le milieu interstitiel de la quasi-totalité des humains de nos jours, l’alimentation doit comporter un maximum de fruits frais et de jus de fruits frais et de jus de légumes crus. Toutes les feuilles verte crues (salades variées, pousse d’épinards…) sont également de remarquables adjuvants à la stimulation de l’élimination des déchets et contribuent avec leur richesse en minéraux à réduire l’acidose dégénérative. Les êtres humains ont un tube digestif très proche de celui des grands singes avec des intestins très longs et des petits reins. Ils sont en cela très différents des carnivores aux intestins courts et aux reins puissants pour filtrer l’acide urique que produit la digestion de produits animaux. Le fait que les gorilles fassent 200 kilos de muscles en ne mangeant que des fruits, des pousse d’herbes et quelques noix devrait nous interroger sur la soit disant nécessité vitale que prêche l’académie de consommer des protéines animales pour notre « survie » !

La cuisson des aliments et leur ingestion provoque dans l’organisme qui les reçoit un processus appelé leucocytose digestive. L’altération de la structure des aliments par les hautes températures de cuisson les dénature au point que le système immunitaire les perçoit comme des toxines. Cet empoisonnement quotidien appel un afflux massif de leucocytes. Ce n’est pas une réaction naturelle envers des aliments sensés nous nourrir. L’énergie requise pour digérer au quotidien ces aliments dénaturés épuise l’organisme. La sieste s’impose après de tel repas ou alors la consommation d’excitant (café, thé, cigarette…) pour tenter artificiellement de compenser la fatigue qui s’en suit.

La santé, la légèreté et la joie découle naturellement d’un équilibre intérieur sain et nul ne devrait se priver sur terre de cette promesse d’accomplissement de soi.

Je vous recommande deux précieuses vidéo à découvrir sur le net :

Intégrale conférence « alerte à la santé »28 février 2014 et Irène Grosjean ou la vie en abondance

Erik Gruchet, Saint Pierre le dimanche 6 avril 2014

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 7 avril 2014 10:59

    Merci Erick ! 

    J’ai découvert ça. Je le pratique. C’est merveilleux !
    Comme les choses simples sont les moins évidentes !
    La video d’Irène est un grand moment de paix.
    Faire confiance à son corps et l’abîmer le moins possible , tel est le chemin le plus sûr.
    Je suis crudivore depuis un bon mois. C’est un plaisir infini car chaque bouchée ou gorgée est vraiment nourrissante. Impossible de revenir en arrière.


    • joletaxi 7 avril 2014 14:18

      Tiens Mme Walter

      nous constatons avec satisfaction,que votre crise de merluchonite est passée ?
      votre régime alimentaire vous prédisposait peut-être à cette pathologie ?

      je vous invite à lire cet article,même si un passage furtif sur un site turbomachinchose est défendu par votre religion

      http://www.contrepoints.org/2014/04/04/161599-etre-vegetarien-mauvais-pour-la-sante

      la plupart des végétariens sont souvent des écologistes radicaux et des alarmistes du climat obsédés et hystériques lorsque le sujet en vient au réchauffement de la planète.
      L’article déclare également qu’ils sont plus souvent atteints de troubles d’ordre psychologique.

      une corrélation ne permet pas d’affirmer une relation, mais voilà une piste intéressante.
      faut dire qu’ils n’avaient pas envisagé la merluchonite...une faiblesse évidente de cette étude.

      Je me délecte déjà de lire votre commentaire tout en nuances comme d’habitude


    • joletaxi 7 avril 2014 14:18

      Tiens Mme Walter

      nous constatons avec satisfaction,que votre crise de merluchonite est passée ?
      votre régime alimentaire vous prédisposait peut-être à cette pathologie ?

      je vous invite à lire cet article,même si un passage furtif sur un site turbomachinchose est défendu par votre religion

      http://www.contrepoints.org/2014/04/04/161599-etre-vegetarien-mauvais-pour-la-sante

      la plupart des végétariens sont souvent des écologistes radicaux et des alarmistes du climat obsédés et hystériques lorsque le sujet en vient au réchauffement de la planète.
      L’article déclare également qu’ils sont plus souvent atteints de troubles d’ordre psychologique.

      une corrélation ne permet pas d’affirmer une relation, mais voilà une piste intéressante.
      faut dire qu’ils n’avaient pas envisagé la merluchonite...une faiblesse évidente de cette étude.

      Je me délecte déjà de lire votre commentaire tout en nuances comme d’habitude


    • foufouille foufouille 7 avril 2014 15:12

      lien intéressant


    • foufouille foufouille 7 avril 2014 15:33

      l’étude australienne ne dit pas que c’est du au régime alimentaire. il est plus probable que leurs problèmes de santé existaient déjà avant leur végétarisme et que la médécine ne puisse les soigner


    • Skim 30 avril 2014 21:35

      Que de méchanceté....


    • foufouille foufouille 7 avril 2014 12:11

      « Les êtres humains ont un tube digestif très proche de celui des grands singes avec des intestins très longs et des petits reins. »

      c’est une description très limitée


      • foufouille foufouille 7 avril 2014 12:24
        Éléments du tube digestif[modifier | modifier le code] Glandes annexes[modifier | modifier le code]

        • MdeP MdeP 7 avril 2014 13:17

          Les acides aminés essentiels (AAE)

          La structure chimique des protéines comprend des acides aminés dont huit sont appelés essentiels car notre organisme ne sachant pas les fabriquer, ils doivent être obligatoirement fournis par l’alimentation. Il s’agit de l’isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la thréonine, le tryptophane et la valine. Dans l’alimentation, le déficit de l’un de ces acides aminés essentiels empêche l’organisme d’utiliser les sept autres.
          Pour fournir la ration quotidienne de protides, il est nécessaire de varier ces sources de façon à disposer des acides aminés essentiels. Les aliments ne contenant pas tous ces acides aminés, leur diversité permet de compenser les manques.

          Les différentes sources des protides

          Il faut apporter à un adulte sédentaire 1,5 gramme de proteines par kg de poids et par jour.

          Notre organisme se fournit en acides aminés à la fois par notre alimentation et en recyclant certains acides aminés déjà utilisées.
          L’origine des protéines est animale et végétale.
          - les protéines végétales : les céréales ( blé, froment), les féculents (pâtes, riz, lentilles, haricots), légumes secs, soja.
          - les protéines animales : les produits lactés, les viandes, les poissons et fruits de mer, l’oeuf.
          Les protéines d’origine animale ont une meilleure valeur biologique que les protéines d’origine végétale souvent carencées d’un ou plusieurs de ces acides aminés fondamentaux. Il est donc souhaitable d’associer aux protéines végétales des protéines animales.

          http://www.caducee.net/Fiches-techniques/protides.asp


          • foufouille foufouille 7 avril 2014 13:27

            ils te diront que c’est faux car ils ont la science infuse


          • Ariane Walter Ariane Walter 7 avril 2014 14:08

            Et les gens qui sont crudivores depuis 50 ans et en pleine forme ?

            Je pense que l’alimentation humaine est trop riche, trop complexe et qu’elle donne des dégénérés.

          • foufouille foufouille 7 avril 2014 14:23

            « Et les gens qui sont crudivores depuis 50 ans et en pleine forme ? »

            c’est juste valable pour eux, si c’est vrai ........... et en respirant des vapeurs de diesel


          • foufouille foufouille 7 avril 2014 13:54

            tu as pas un régime qui fait repousser les organes ?
             smiley


            • Ariane Walter Ariane Walter 7 avril 2014 14:09

              Le corps passe sa vie à faire repousser des organes !!! 


            • foufouille foufouille 7 avril 2014 14:21

              rien ne repousse à part le foie
              flop


            • Le printemps arrive Le printemps arrive 7 avril 2014 20:00

              @foufouille
              « tu as pas un régime qui fait repousser les organes ? »

              Pourquoi ? tu veux faire repousser ton cerveau ?


            • Le printemps arrive Le printemps arrive 7 avril 2014 20:07

              @foufouille
              « rien ne repousse à part le foie
              flop
               »

              même les cheveux de foufouille ne repoussent pas : il est chauve !
              et quand il se coupe il saigne sans arrêt : il est hémophile !
              quand il se casse une jambe : les os ne se ressoudent pas !

              Oui, vraiment... foufouille est un expert smiley et il nous le montre à chaque article sur l’alimentation.


            • foufouille foufouille 7 avril 2014 21:00

              si on t’arrache un cheveu avec la racine, il ne repoussera pas crétin
              pareil pour une jambe



            • foufouille foufouille 7 avril 2014 21:19

              précision : coupe toi une jambe


            • Le printemps arrive Le printemps arrive 7 avril 2014 21:56

              C’est la même chose pour le foie, il ne se régénère que s’il lui reste une partie.
              Nous sommes d’accord !

              Continue ton régime, il te convient à merveille, tu es toujours aussi mesuré, calme et poli.


            • foufouille foufouille 8 avril 2014 11:04

              non crétin, si tu avait cherché 10 secondes, tu saurais que seul le foie repousse. tes cheveux et tes ongles, ce n’est pas la même chose. oublie pas de prendre tes B12, tu auras moins d’halu


            • ralph 7 avril 2014 14:17

              Merci pour cet article.
              Depuis quelques mois je m’intéresse à tout ce qui touche à l’alimentation saine (un ami
              ayant attrapé un cancer au cerveau...il devait bien y avoir une cause, j’ai commencé des recherches et j’ai decouvert beaucoup de choses intéressantes sur l’importance
              d’une alimentation saine pour éviter les maladies).
              C’est un sujet très important dont on n’est pas conscient.
              J’expère qu’il y en ait de + en + sur Avox : ça permettrait à beaucoup de gens
              de rester en bonne santé.


              • foufouille foufouille 7 avril 2014 14:43

                c’est sûr que du e450d ou un autre exxx, tu en as pas dans ta cuisine. ni du dioxyde de titane ou des sels d’aluminium


              • ablikan 8 avril 2014 02:06

                Renseignez-vous sur les ketones, le cerveau en raffole, les cellules cancereuses beaucoup moins... c’est gratuit en plus, suffit de changer de diete.

                (je suis pas medecin, si vous tentez quelquechose au pire faites vous suivre, au mieux faites carrement valider un protocole par des medecins interessés par votre santé plutot que par votre portefeuille)


              • foufouille foufouille 7 avril 2014 14:30

                L’alimentation crue permet d’apporter à l’organisme un plus grand nombre de vitamines et minéraux que l’alimentation cuite. Voici un échantillon des apports possibles :

                • La vitamine A est très présente dans la luzerne et les lentilles germées.
                • Les vitamines B se trouvent toutes facilement dans le règne végétal. Les légumes, céréales, légumineuses et noix en renferment en bonnes quantités.
                • La vitamine C se trouve en abondance dans les fruits et légumes.
                • La vitamine D n’est pas vraiment présente dans les végétaux, mais le trèfle germé est composé de vitamine D.
                • Les huiles végétales et le germe blé sont d’excellentes sources de vitamine E.
                • Les légumes verts contiennent de la vitamine K en grande quantité.

                Cela nécessite une assiduité aux graines germées comme pour un omnivore qui consommerait une portion de viande par jour.

                cela a l’air très compliqué


                • Deneb Deneb 7 avril 2014 19:37

                  La secte des naturopathes. Bon, agoravox a toujours eu un faible pour les charlatans new-age. Entre les anthroposophes et autres adeptes de la mémoire d’eau voir de dessein intelligent, on ne sait plus où donner de la tête.


                  • Erik Gruchet 8 avril 2014 06:27

                    Je ne fais parti d’aucune secte et prône dans tous les domaines (et dans tout mes articles...) l’indépendance, l’autonomie créatrice, le développement de la conscience de soi et de son rapport monde. Si faire part de son expérience personnel, combien même serait elle alternative et très particulière, c’est « faire partie d’une secte » cela laisse peut de place à l’expression et à la communication ce qui est l’essence même de ce média. Il n’est pas censé à travers ses rédacteurs indépendants répéter en boucle toutes les erreurs, tous les poncifs et la bouillie prémâchée vomie au quotidien par les médias « main stream ». Au lieu de rejeter comme vous le faite des informations qui pourraient vous être personnellement salutaires, vous feriez peut être bien , tout en gardant votre sens critique dont je sens bien qu’il est aussi acide que votre milieu intérieur, faire preuve d’ouverture d’esprit et envisager que la vie ne soit pas faite que de rencontre de compétiteurs acharnés ou de charlatan qui en voudrait à vos maigres revenus.

                     


                  • foufouille foufouille 8 avril 2014 11:07

                    bizarre que les sites qui vendent ces régimes ressemblent tous à des charlatans


                  • ralph 8 avril 2014 00:27

                    En 1931 le Dr Otto Warburg eut le Prix Nobel pour avoir découvert les causes
                    du cancer : l’acidification de l’organisme.


                    • MdeP MdeP 9 avril 2014 13:14

                      MdeP @ ralph

                      Le diabète est une maladie auto-immune. Ce sont les lymphocytes T du système immunitaire du malade qui attaquent les cellules bêta du pancréas qu’ils ne reconnaissent par comme faisant partie du « soi » et les détruisent. Elles ne peuvent donc plus sécréter l’insuline qui limite le sucre dans le sang ; La voie ouverte actuellement serait de reprogrammer les cellules alpha (qui elles sécrètent le glucagon) pour les faire travailler comme des cellules bêta. 
                      Ceci pour dire que le régime alimentaire et les injections d’insuline par un diabétique de type 1 (ou DT1 ou insulinodépendant), c’est très bien en attendant autre chose. Bien sûr. 
                      Vous comprenez bien que ce qu’une personne consomme n’a rien à voir avec la maladie du diabète elle-même... surtout lorsque l’on sait que le diabète touche aussi les enfants... !
                      Idem pour le cancer. Ou plutôt les cancers. Maladies auto-immunes certainement aussi. 
                      Rien à voir avec ce que l’on mange. 
                      Enfin, en règle générale, pour un régime alimentaire quel qu’il soit : consulter son médecin. Pour ce qui nous concerne ici, les régimes alimentaires dépourvus de protéines animales, ce sont des carences sévères assurées. 

                    • Erik Gruchet 10 avril 2014 10:59

                      Entre 2000 et 2009, le taux de prévalence du diabète en France n’a cessé d’augmenter. Il a même progressé plus vite que prévu. En 2009, on estime à plus de 3,5 millions le nombre de personnes atteintes, des chiffres attendus normalement pour 2016. Ils témoignent d’une véritable croissance de l’épidémie. En ligne de mire, comme causes principales du diabète : surpoids, obésité, mauvaise alimentation, sédentarité et faible activité physique.

                      Les taux de prévalence les plus élevés en France sont toujours en outre-mer. Chez moi sur l’île de la Réunion il est de  8,8% .Fait marquant, à l’inverse de la métropole, les femmes sont plus touchées par le diabète entre outre-mer que les hommes. Ici lles canons de beauté restent des femmes aux très fortes poitrines et aux très fortes hanches. L’alimentation est passée en 40 ans d’une alimentation riz, fruits, légumes sec, verdure et viande une ou deux fois par semaine à une alimentation carnée cuite en sauce grasse 3 fois par jours de même qu’une consommation effrénée de soda riche en sucre raffiné.

                      Cette disparité géographique n’est pas sans traduire des différences sociales. Plus on est pauvre, plus on est touché par le diabète. Sur un périmètre limité, les chiffres sont sans appel : en Seine-Saint Denis, le taux de prévalence en 2009 est de 5.8%, alors qu’à Paris, il est de 3,2%. L’étude de l’INVS préconise une maîtrise de l’offre alimentaire, le maintien d’un niveau d’activité physique raisonnable et des politiques ciblées, notamment pour les plus de 60 ans et dans les zones géographiques les plus touchées. « Les solutions à cette épidémie passent par une stabilisation du surpoids et de l’obésité », conclut-elle.

                       Sources : Institut de Veille Sanitaire, Bulletin épidémiologique hebdomadaire (9 novembre 2010/n°42-43)


                    • Erik Gruchet 10 avril 2014 11:12

                      L’Inde est le pays du monde qui compte le plus de végétariens, environ 450 millions de personnes, soit près de 40% de sa population. Dans la région du Gujarat, lieu de naissance de Gandhi, 80% des habitants sont végétariens, ce qui en fait l’état le plus végétarien au monde.  

                      En dépit des affirmations péremptoires gratuites et sans fondement de MdeP ils ne sont pas tous carencés et dégénérés !


                    • philippe913 12 avril 2014 06:54

                      Pas du tout, vous faites un énorme amalgame.
                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_Heinrich_Warburg

                      "Ayant démontré que les cellules cancéreuses changent leur métabolisme pour passer à un métabolisme anaérobie, il a formulé l’hypothèse non confirmée que le cancer n’a pas besoin d’un milieu riche en oxygène pour se développer.« 
                      et
                       »Selon Warburg, l’induction d’un état d’acidification dans l’organisme est incompatible avec le métabolisme des cellules cancéreuses"


                    • MdeP MdeP 10 avril 2014 16:36

                      MdeP @ Eric Gruchet

                      Le diabète dont vous parlez est le diabète de type II ou DT2 ou diabète non insulinodépendant (DNID) ou diabète insulinorésistant.
                      Il met une vingtaine d’années (entre 10 et 20 mais plutôt 20) pour s’installer chez une personne. Le lien ici
                      Il est le résultat d’une alimentation trop abondante et mal faite, donc avec des apports trop importants en glucides lors des prises de nourriture.
                      En règle générale, pour une alimentation rationnelle et raisonnable, il faut fractionner les repas (obligatoirement 4 : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner) et ne pas « grignoter » entre. Il faut exclure toutes les boissons sucrées (donner de l’eau aux enfants) et préférer le pain au goûter. Limiter les sucreries en tout genre pour les gourmands. L’exercice physique est recommandé aux personnes qui ne bougent pas trop (ce qui exclut les mamans qui n’ont pas le temps de « se poser » 5 minutes dans la journée) : 1/2 heure de marche par jour ou autre (mais la marche, c’est non violent). Et bien sûr, équilibrer les repas entre protides, glucides, lipides. C’est en fait le régime idéal pour chacun d’entre nous et pas que pour les diabétiques.
                      Si la consommation de viande rouge doit être diminuée pour les diabétiques de type I et de type II, il ne faut pas l’exclure car consommer de la viande rouge est indispensable pour les raisons que j’ai données plus haut mais aussi parce que cela empêche la fonte musculaire.
                      Par contre, ce qui n’est pas dit, c’est que le DT2 est réversible. Le terme « épidémie » m’a toujours écorché les oreilles.
                      Enfin, puisque vous voulez nous donner un modèle, l’espérance de vie en Inde, dans ce pays végétarien, n’atteint même pas 65 ans. 
                      Non seulement, ils sont mal nourris mais, en plus, quand la production agricole n’est pas au rendez-vous, ils crèvent de faim. Voulez-vous parler de la famine qui y a sévi en 2010 ? C’est un autre débat ? Pas vraiment !


                      • Erik Gruchet 11 avril 2014 05:39

                        Une étude inédite par son ampleur et la diversité des personnes suivies tend à confirmer l’effet bénéfique d’un régime végétarien. De 2002 à 2007, des médecins ont suivi environ 73 300 membres de la communauté religieuse de « l’Église adventiste du septième jour » où le végétarisme est prôné. Comme tous ses membres ne respectent pas rigoureusement ce mode d’alimentation, il a été possible de différencier l’incidence des différents types de régime alimentaire sur la mortalité. Résultat : « les végétariens ayant participé à l’étude ont subi 12% de mortalité en moins sur la période de l’étude par rapport aux personnes mangeant de la viande. La probabilité de mourir d’une maladie cardiaque a été également inférieure de 19 % dans ce groupe. En revanche, le risque de cancer fut le même », précisent les chercheurs. Au total, 2570 personnes sont mortes pendant le suivi qui a duré 5,79 ans exactement. Le ratio ajusté de risque de mortalité, toutes causes confondues, entre tous les types de végétariens et les non végétariens est 0,88. C’est-à-dire que pour une personne morte qui n’était pas végétarienne, il y a 0,88 « mort » végétarien. Ces rapports différent légèrement en fonction du régime suivi : 0,85 pour les végétaliens (uniquement fruits et légumes, aucun produit alimentaire issu du monde animal) 0,91 pour les lacto-ovo-lacto-végétariens (les végétariens qui acceptent le lait et les œufs dans leur alimentation) 0,81 pour les pesco-végétariens (les végétariens qui acceptent le poisson et les fruits de mer dans leur alimentation) 0,92 chez les semi-végétariens (les végétariens qui mangent de la viande au moins une fois par mois mais moins d’une fois par semaine) De plus, « les morts liées au diabète et aux insuffisances rénales dans le groupe étudié ont été aussi moins importantes ». Cette étude, tend à montrer, une nouvelle fois, qu’un régime alimentaire majoritairement basé sur les fruits et les légumes a un effet protecteur pour la santé. Et ceci, notamment chez les hommes, plus que chez les femmes où la différence n’est pas aussi significative. Notons que l’apport énergétique ne semble pas avoir influencé ce bilan puisque les différents groupes de personnes (végétariens ou non) consommaient généralement autour de la même quantité de calories par jour.

                        Source : Vegetarian Dietary Patterns and Mortality in Adventist Health Study 2 ; Michael J. Orlich, MD ; Pramil N Singh, DrPH ; Joan Sabaté, MD, DrPH ; Karen Jaceldo-Siegl, DrPH ; Jing Fan, MS ; Synnove Knutsen, MD, PhD ; W. Lawrence Beeson, DrPH ; Gary E. Fraser, MBchB, PhD - JAMA Intern Med. 2013 ;():1-8. doi:10.1001/jamainternmed.2013.6473.


                        • Erik Gruchet 11 avril 2014 05:42

                          P.S : Je suis moi même végétarien depuis 1990 sans aucune exception est je me porte très bien pour mes 50 ans, merci.


                          • MdeP MdeP 11 avril 2014 18:46

                            MdeP @ Erik Gruchet

                            Changez de chapelle. Et épargnez-vous vos « études » inexistantes.
                            Avec votre régime dangereux (carencé en acides aminés essentiels) et irresponsable, vous vous aventurez vers une insulinorésistance. Parce que la vie active stressante ne nous autorise pas de régimes aussi pauvres et que, même sans aller jusqu’à l’hypoglycémie, les « coups de barre » journaliers c’est pas ce qu’il y a de mieux pour la santé. Vous devriez vérifier votre glycémie.
                            Autre chose, outre que vous mangez cru et que c’est indigeste, les fruits et légumes contiennent tous des pesticides, bio comme les autres. 
                            Se mettre à table doit être un plaisir pas une torture et pour se nourrir correctement, tout passe par l’éducation. 
                            Et je doute que l’éducation alimentaire fasse partie du programme de l’église adventiste du septième jour.
                             

                            • Erik Gruchet 12 avril 2014 06:23

                               

                              Toutes mes constantes biologiques sont vérifiées très régulièrement et, ne vous en déplaise, elles sont parfaites malgré 24 ans de régime carencé !

                              Mes études « inexistantes » valent bien votre bien votre fatuité de science infuse et justifiée par aucune référence.

                              Détrompez vous mais un repas frugal, des jus de fruits et de légumes centrifugés ( je vous recommande tout particulièrement carotte, pomme, gingembre frais), la consommations de noix, noisette, graines germées, choux et autres verdures variées permettent la composition de nombreuses recettes délicieuses et parfaitement digestes. Aucun coup de barre ne suit ce genre de repas contrairement à celui que vous devez obligatoirement rencontrer après l’ingestion d’une côte de bœuf et de frite, coup de barre compensé par un ou deux café pour tenir éveiller dans ce monde stressé que vous vivez.

                              Quand à vos réflexions tout aussi arbitraire sur l’église de je ne sais quoi je vous invite à lire mes articles, tous disponibles sur mon blog germedeconscience.unblog.fr , et en particulier celui intitulé « l’indigence programmée de la foi » pour vous rendre compte que vous faites complètement fausse route sur les motivations de l’individu que vous répond.


                              • MdeP MdeP 12 avril 2014 13:07

                                MdeP @ Erick Gruchet

                                C’est ça : même pas mal ? Vous me prenez pour une bille ? Je suis tout à fait certaine que le régime que vous prônez est réservé à « vos adeptes » et que la côte de boeuf journalière ne vous fait pas peur. L’Eglise adventiste du septième jour n’est ni plus ni moins qu’une communauté religieuse fondamentaliste, au mieux. Mais à partir du moment où une violence s’exerce sur une personne, notamment par la privation de nourriture, on peut étiqueter : secte. Et après les avoir soumis par l’acceptation de cette privation, vous leur extorquez quoi ? 
                                Votre article touche à l’exercice illégal de la médecine mais, pire, au bout de ce « régime » si spécial, c’est un diabète de type II assuré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Erik Gruchet


Voir ses articles







Palmarès