• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La double arnaque du « revenu universel »

La double arnaque du « revenu universel »

De nos jours, les jeunes l’ont bien compris : leur avenir sera plus difficile que celui de leurs parents. Crise, robotisation, IA, de plus en plus de gens réalisent qu’ils seront à terme des chômeurs. On sent que la faillite du système s’approche.

De nos jours, les jeunes l’ont bien compris : leur avenir sera plus difficile que celui de leurs parents. Crise, robotisation, IA, de plus en plus de gens réalisent qu’ils seront à terme des chômeurs.

On sent que la faillite du système s’approche.

Cela pose un grave problèmes aux « élites » qui nous dirigent. Une population trop inquiète commence à réfléchir. Il faut rassurer les gens à tout prix.

Alors elles imposent des idées : « les robots vont créer plus d’emplois qu’ils vont en détruire » ! Ce genre de conneries peut passer pour les gens pas très informés. Ou encore pour ceux qui vivent tellement bien dans notre le présent qu’ils n’ont surtout pas envie de regarder l’avenir en face.

Mais les jeunes voient la réalité du marché du travail. Ils voient à quelle vitesse leurs diplômes deviennent obsolètes. L’optimisme officiel prend moins.

Nos « élites » ont donc compris qu’il fallait inventer un nouveau concept : le « revenu universel ».

Pour mieux comprendre l’arnaque, il faut imaginer un désert.

Lorsqu’un homme traverse un désert, il lui arrive d’avoir d’avoir des hallucinations. Au loin, il voit une oasis. Alors plein d’espoir, il continue d’avancer. Mais quand il arrive à l’oasis, il n’y a rien !

Cette petite histoire, c’est aussi celle du « revenu universel ».

C’est ce qu’on essaie de vendre aux jeunes. On leur fait croire que les « élites » pensent à eux. On leur fait croire que de toute façon l’état leur donnera un petit billet de 500 si jamais un robot prend leur travail. On leur fait croire en fait, que l’état pense à eux, qu’il veut s’occuper d’eux, qu’il pense à leur futur. Comme c’est altruiste…

La réalité est qu’il n’y aura pas de « revenu universel », ni de « salaire à vie » ni d’autre solution pour sauver le capitalisme de la faillite. La réalité, c’est que nos « élites » n’en ont rien à faire du peuple et qu’elles le laisseront dans la misère. Les robots vont prendre tous les emplois, mais personne ne s’occupera des chômeurs. Et je vais le démontrer rapidement.

Pour financer ce genre de système, il y a trois possibilités :

1- Taxer les revenus du travail. Ici le problème est tellement évident qu’il ne vaudrait normalement même pas la peine d’en parler : plus les robots vont remplacer les travailleurs, moins il y aura de travailleurs pour payer cette taxe, qui devra en plus servir à payer toujours plus de chômeurs.

2- Taxer les revenus du capital. Le seul effet que ça aura sera d’inciter les capitalistes à investir ailleurs qu’en France.

3- La solution magique : la planche à billet. L’idée est que la banque centrale crée de l’argent et le donne directement aux chômeurs. C’est l’idée de « l’hélicoptère monétaire ». Déjà, toutes les expériences de planches à billet ont mené à la ruine (les assignats pendant la révolution française, l’Allemagne des années 1920, la Yougoslavie, le Vénézuela, etc.). Le problème serait pire dans les pays occidentaux. De nos jours, on importe beaucoup de biens de l’étranger. Donc si on imprime beaucoup de billets à partir de rien, notre monnaie perdra toute crédibilité. Les prix des biens importés augmenteraient de façon exponentielle jusqu’à ce que les pénuries et la famine mettent fin à ce projet.

Le « revenu universel » est donc une idée qu’on vend aux gens pour les endormir., pour qu’ils soient rassurés. Mais en réalité, il n’y aura pas de revenu universel.

La seule solution réaliste, ce serait de fusionner les allocations actuelles et de renommer ça « revenu universel ». Or de nos jours il y a beaucoup de gens qui cumulent les allocations. Donc tout fusionner ferait diminuer cette allocation unique. Une arnaque à l’intérieur de l’arnaque.

N’oublions pas aussi une chose. Les pays occidentaux vivent largement sur une économie parasitaire (on ne produit plus grand-chose par rapport à l’Asie). Donc avant de répartir ce que les robots produisent, il faudrait déjà qu’on produise quelque chose.

N’oublions pas aussi que les systèmes d’allocations actuels comme le RSA n’ont qu’une seule utilité : acheter la paix sociale. Elles sont prêtes à corrompre massivement le peuple pour éviter une révolte. Enfin, tant que l’état ne fait pas faillite...

Il faut que la population comprenne qu’il n’y a aucun plan pour la sauver du désastre du chômage de masse. Les robots et les IA posent un problème que le capitalisme ne peut pas résoudre.

Le « revenu universel », c’est du vent, c’est une belle histoire qu’on raconte aux gens pour qu’ils s’endorment.

Il existe bien une alternative et une solution au problème dans lequel le capitalisme arrive. Dans un précédent article, j’avais parlé du futur du communisme. Mais certains lecteurs m’ont dit être restés sur leur faim, ils voulaient en savoir plus sur ce que j’entendais par là. Dans un prochain article, j’expliquerai donc ce qui est pour moi la seule véritable alternative au système actuel.

Source : http://proletaire.altervista.org/marxisme/textes/revenu-universel.php

Autres articles : http://proletaire.altervista.org

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Arogavox 25 septembre 12:22

    Pas la peine d’imiter le gouverne-ment pour dénaturer le concept de revenu universel.

     Ce concept est suffisamment ancien et a déjà été assez largement débattu depuis des lustres pour que les gens honnêtes aient déjà trouvé depuis longtemps toute l’information le concernant qui évite de tourner en rond. 

     En tous cas dès que qu’un revenu est conditionné à un esclavage (acceptation obligatoire d’un contrat de subordination) une approche triviale montre qu’il ne peut être baptisé « universel ».

    Par contre, le ’détail suivant’ mériterait, lui, d’être approfondi :
     « Ils [les jeunes] voient à quelle vitesse leurs diplômes deviennent obsolètes. »

     Car, en parallèle avec cette obsolescence (programmée ?) des diplômes, il faut voir, « en même temps » la durée fatalement toujours plus longue d’acquisition des compétences pointues qui seules peuvent ’faire la différence’ dans un ’marché’ des contrats-de-subordination.
      La seule notion d’accroissement de l’entropie, allant de pair avec une complexité croissante des arts et techniques, laisse entendre que la masse des savoirs à emmagasiner pour avoir des ’chances’ de maîtriser l’état de l’art ne peut qu’augmenter de jour en jour.
      Dès lors que l’on imagine qu’il suffirait de traverser une rue pour trouver un contrat de subordination (sous-entendu : en évitant de faire la fine bouche, et en « sachant s’adapter ») on devrait alors, en même temps, imaginer que le nouveau diplôme nécessaire pour s’adapter au nouvel emploi devrait être acquis durant le temps réduit de cette traversée ! 
     Quel peut bien être le degré de confiance qui pourrait être accordé à ceux qui ne voient aucune incohérence dans cette vision ?

    • zzz'z zzz’z 25 septembre 12:32

      @Arogavox
      « La seule notion d’accroissement de l’entropie, allant de pair avec une complexité croissante des arts et techniques, laisse entendre que la masse des savoirs à emmagasiner pour avoir des ’chances’ de maîtriser l’état de l’art ne peut qu’augmenter de jour en jour. »


      J’avoue que pour les imposteurs, cela ne doit pas devenir simple.



    • zzz'z zzz’z 25 septembre 12:44

      Je n’ai pas vu le concept de Bernard Friot, c’est le revenu de base son dada, dans les solutions proposées.


      Ce revenu de base est fait pour dissoudre la surproduction et pallier la baisse tendancielle du taux de profit, virus mortel du capital.

      • zzz'z zzz’z 25 septembre 12:49

        @zzz’z
        « Ce revenu de base est fait pour dissoudre la surproduction et pallier la baisse tendancielle du taux de profit, virus mortel du capital. »


        Bite, je me suis pris les pieds dans le tapis, c’est bien le revenu universel dans ce cas.

      • V_Parlier V_Parlier 26 septembre 10:41

        @zzz’z
        A court terme, ça dissout la surproduction, mais à court terme... En effet, j’allais objecter quant à l’article qui insistait uniquement sur la robotisation comme cause de la répartition incorrecte du travail, mais j’y ai toutefois trouvé cette remarque que j’approuve pleinement : "N’oublions pas aussi une chose. Les pays occidentaux vivent largement sur une économie parasitaire (on ne produit plus grand-chose par rapport à l’Asie). Donc avant de répartir ce que les robots produisent, il faudrait déjà qu’on produise quelque chose".


      • foufouille foufouille 25 septembre 13:41
        pour ton communisme, il faudra avoir des goulags pour les capitalistes.
        évidement, personne ne se goinfreras avec des datchas à un million, les ploutocrates et leurs larbins au goulag aussi = 50% de la population dans des goulags.


        • Zaza Zaza 25 septembre 15:50

          RU = soigner les effets pas les causes, assurance statu quo
          RU <> attaque des abus du Marché
          RU = conflit capital/travail est résolu
          RU = subvention au patronat (baisse tendancielle du tx de profit)
          RU <> lutte des classes, passer à un autre « modèle »
          RU + Uber , RU + tps partiel , RU + moins d’état, RU + totale libéralisation
          RU => sécu « sociale » est un échec
          RU = moins de fonctionnaire, moins d’état
          RU = choix individuel pas collectif : acheter la play-sation plutôt que rembourser les dents
          RU = Stoléru + Giscard = néolibéralisme
          RU = alibi pour baisse sécu, services publiques
          RU = désocialisation, société à 2 vitesses.
           
          Le RU ne permet pas d’avoir plus de travail... ni mieux payé. Le RU entre dans la lutte contre la baisse tendancielle du tx de profit, comme la virtualisation, l’immigration, et faire disparaître le coût du travail humain du modèle de production,restant que comme consommateur. Mais
          « Le travail disparaît » : faux, emploi des femmes + immigration + délocalisation, le tx d’emploi augmente en réalité.


          • Zaza Zaza 25 septembre 16:00

            Conférence et bouquin contre l’arnaque du RU
             
            http://www.librairie-tropiques.fr/2017/02/l-allocation-universelle-de-christine-boutin-a-benoit-hamon.html
             
            Laurent, Hamon, 2 crétins gauchistes : « l’essence de l’homme c’est le pognon » ...
             
            (pour une fois le NPA est moins con ! il voit l’arnaque subvention au capital)


          • Claudec Claudec 25 septembre 17:09

            « La seule solution réaliste, ce serait de fusionner les allocations actuelles et de renommer ça “revenu universel”. C’est exactement ça le RU ! Avec un minimum garantissant des conditions d’existence décentes aux plus démunis.

            Et pour tous ceux qui ne touchent rien ou pas assez, ce sera pas un mal.

            Lire ici-même : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pyramide-sociale-et-revenu-206010


            • V_Parlier V_Parlier 26 septembre 10:44

              @Claudec
              Quand je pense qu’on n’arrête pas de nous bassiner avec l’âge de la retraite qu’il faudrait encore augmenter parce-que ce ne serait pas « viable », pour ensuite nous parler du RU... on marche sur la tête, direction injustice-land ou chez les Shadocks.


            • Claudec Claudec 26 septembre 18:00

              @V_Parlier

              Sauf que prendre sa retraite c’est arrêter de travailler. Et pour cela il faut avoir un emploi. Si l’emploi se raréfie, la problématique change.

            • V_Parlier V_Parlier 27 septembre 10:16

              @Claudec
              C’est le but de la retraite : Arrêter de travailler, surtout si le travail se « raréfie », comme on dit. Donc on a plus besoin d’avoir un emploi. Vous souhaiteriez donc que seule une catégorie de personnes soit en quasi-retraite toute sa vie pendant que l’autre travaille encore ? Le RU c’est ça, sinon c’est un RSA pour travailleurs sous-payés.


            • L'enfoiré L’enfoiré 25 septembre 19:59
              @l’auteur,
               Si vous ne le savez pas la Finlande a essayé le RU, elle le supprime en fin d’année.
               C’est une arnaque de plus parce que cela crée des exclus définitif du système.
               Plus besoin de pousser à trouver un emploi, plus besoin d’étudier, de trouver d’autres alternatives.
               Au Japon, les pensions de retraite sont payées par les robots.
               Ce sont les startup avec des gens bien formés et avec des idées neuves, qui resteront les moteurs de l’économie.
               Leurs outils de réflexion : les robots.

              • V_Parlier V_Parlier 26 septembre 10:45

                @L’enfoiré
                La remarque sur la Finlande méritait en effet d’être ajoutée.


              • Claudec Claudec 26 septembre 19:58

                @L’enfoiré


                Pourriez-vous préciser en quoi cela crée des exclus définitifs du système ?
                Et tant que vous y êtes, préciser les raisons pour lesquelles la Finlande remet en cause sa démarche ?
                Merci.

              • V_Parlier V_Parlier 27 septembre 10:29

                @Claudec

                Vous avez déjà tenté d’aller à un entretien d’embauche avec un CV sur lequel apparaissent trois ans d’expérience en « revenu universel » ? Ca doit faire un super effet devant un RH qui cherche déjà à éliminer 95% des candidats sur des critères insignifiants en les mettant systématiquement en difficulté, ça doit être très comique.

                Vous allez me dire : Mais grâce au « RU » il y aura moins de candidats ! Et bien voilà, vous avez la démonstration : « grâce » ceux qui resteront en dehors du marché du travail.

              • V_Parlier V_Parlier 27 septembre 10:33

                @V_Parlier
                (Je rappelle qu’on se situe dans un contexte réel, d’aujourd’hui, même si on le trouve mauvais. Le même que le contexte finlandais quant à la façon d’embaucher les gens, à quelques détails insignifiants près).


              • Claudec Claudec 27 septembre 18:19

                @V_Parlier

                Nous allons vers un marché du travail où le RU dispensera le plus grand nombre de se préoccuper de son CV.

              • Zolko Zolko 30 septembre 12:56
                @Claudec : vous voulez dire que nous allons vers une société où (presque) plus personne ne travaille ? Et que (presque) tous sont payés à ne rien faire ?
                 
                Je pense que vous allez avoir un réveil pénible.

              • banban 25 septembre 20:14

                Les premiers à avoir inventé le RU, c’est les romains et vers leur fin.... du pain et des jeux, 1 millions de oisifs entassé dans d’antique bar D’HLM à Rome. Tout un empire pour leur fournir de la bouffe gratuite et des spectacle quotidien.

                Il semblerait que le bilan globale soi plutôt négatif.

                • Claudec Claudec 25 septembre 22:42

                  D’une part, le BIT (Bureau International du travail) et la BM (Banque Mondiale) prévoient la création d’environ 40 millions d’emplois par an dans le monde pour les 10 années à venir. D’autre part, il déferle chaque jour 250 à 280 000 terriens supplémentaires, soit près de 100 millions par an.

                  Cherchez l’erreur.

                  Que ferez-vous de ces 60 millions de sans emplois pour chaque année à venir, qui s’ajouteront à ceux qui existent déjà ? Il faudra ou les empêcher de naître, ou leur trouver du boulot (?) ou subvenir à leurs besoins par des moyens à inventer.

                  Sans parler de biens d’autres problèmes.

                  • velosolex velosolex 26 septembre 21:41

                    @Claudec
                    La ressource travail effectivement diminue d’une façon drastique. Robotisation, gains de temps, rien n’est rapporté à la diminution du travail qui devait y être apporté...C’est un véritable divorce par rapport aux avancées techniques qui pendant un siècle s’accompagnait d’une diminution du temps de travail........Le même bien demande de moins en moins de temps de production, et le développement d’activités annexes, dans le tertiaire, comme on nous l’avait promis, est marginal. Pire, dans les métiers de service à la personne, et la santé, au nom de l’économie libérale, on ferme les lits, on diminue l’offre....La mondialisation a exporté la plupart des industries au bout du monde, afin de mettre un terme au seul levier que le travailleur disposait ; Se mettre en grève, pour garder un salaire correct. Le libéralisme a donc balayé ces quelques barrières et fusibles utiles, pour exercer sa prédation, presque sans contrôle, échappant aux normes environnementales, et à la législation du travail. 

                    Le chômage n’est donc pas un accident, mais un résultat planifié, indispensable à l’économie de marché, tout comme le trou de la sécu est tout autant indispensable pour diminuer l’offre de soins, fermer des services, et justifier de nouvelles ponctions. 
                    Le revenu universel est une possibilité d’ouvrir une valve de contention. Tout comme le partage du travail. C’est pour cela que le système ne peut les tolérer. 
                    Il se pourrait bien que ces mœurs prédateurs se retournent contre le libéralisme, et même simplement sur notre espoir de vie. La métaphore de l’histoire de scorpion piquant la grenouille, alors que celle l’aide à traverser la rivière est à le mesure de ce qui nous arrive. « POurquoi m’a tu piqué, demande la grenouille ? Nous allons mourir tous les deux.... »Je regrette...Mai je n’ai pas pu m’en empêcher...C’est ma nature..."

                  • sls0 sls0 25 septembre 22:45

                    Cocorico, c’est une IA française qui diagnostique mieux le cancer du sein que n’importe quel docteur.

                    C’est une IA conne, elle ne sait pas préparé le thé, mais pour le diagnostic c’est le top.
                    C’est logiciel, on y rajoute des capteurs et des actionneurs et c’est un robot à intelligence artificiel. La google car en est un bon exemple, plus sécurisante à terme, ne râle pas, tourne 24h/24h s’il faut.
                    Dans une à deux décennies les USA auront environ 8 millions de chauffeurs à recycler.
                    Ça tombe bien, dans le monde il manquera 85 millions de data concepteurs.
                    Tout va bien dans le meilleur des mondes ? Ben non, data concepteur c’est à minima un QI de 115, 13% de la population française. Le mieux c’est un QI de 125, 3,5% de la population.
                    Une denrée rare le data concepteur, ce n’est pas pour rien que google leur donne des millions de dollars en primes pour garder les meilleurs. ( qu’est-ce que ça représente une prime de 100 millions si le mec rapporte des milliards avec son intelligence conceptuelle, le pouvoir de l’argent).
                    Pour ceux qui ne sont pas gâtés coté intelligence conceptuelle (87% de la population) que va t’il rester comme boulot ?
                    Il y aura un apartheid de fait, le revenu universel sera une obligation.
                    On trouvera bien les ressources pour payer. Les gens sont vite contents, une télé pour la téléréalité qui fait rêver et un smartphone pour facebook. Pas bonne cette solution ? A choisir entre un robot et une personne le choix est vite fait, en dessous d’un QI de concepteur, c’est du robot. Entre le revenu universel et rien le choix est vite fait pour les exclus du monde merveilleux de l’IA.
                    Ca c’est un monde avec des IA connes qui seront infoutues de faire un thé correct si ce n’est pas sa spécialité.

                    Il y a une IA a qui on a donné du texte en français, elle a appris à lire, à déduire la sémantique des mots. Ensuite la même chose avec du texte en anglais. Elle traduit les langues sans qu’on lui ait appris. Elle a facilement nos travers, un objet sémantique est un vecteur.
                    Si au vecteur roi on retire le vecteur homme et on rajoute le vecteur femme ça donne le vecteur reine.
                    La même manip en partant de docteur ça donne infirmière, elle à hérité du machisme avec ses lectures.

                    Qui a un boulot qui ne peut pas être fait par IA conne ?
                    J’attends des exemples.



                    • V_Parlier V_Parlier 26 septembre 10:52

                      @sls0
                      Pour les concepteurs / développeurs n’imaginez pas qu’on les prendra chez nous. De ce côté c’est déjà le cas dans les multinationales, mêmes et surtout américaines : 80% (voire plus) des effectifs R&D en Asie et en Inde, qu’il y ait ou non des robots. Tant de gens pensent que la délocalisation (et accessoirement la robotisation) ne touche que les peu qualifiés ! Non non, l’optimisation de coût n’est pas réservée aux usines de production. Les startups emploient certes quelques rares élus triés sur le volet mais alors là il faudrait qu’ils soient payés des milliards par mois pour pouvoir contribuer au RU, vu leur nombre. En plus une startup a vocation à devenir une grosse boîte qui fera ensuite comme les grosses boîtes.


                    • Claudec Claudec 26 septembre 17:52

                      @sls0


                      Je plussois, les étoiles ne signifiant rien.

                      Pour les ressources en intelligence humaine, voir “Pyramidologie sociale”.
                      L’intelligence étant une richesse, elle se répartit entre les être humains comme toute autre : 3,7% de riches, 26,3% de moyens et 70% de pauvres, à quelque chose près. Pas loin de Pareto.

                    • velosolex velosolex 25 septembre 23:55

                      Derrière ce projet, qui est une mauvaise réponse à de vrais problèmes, la conscience de l’impossibilité de continuer à vivre avec les paradigmes actuels. La solution idéale passerait par le partage de beaucoup d’activités professionnelles, mais aussi de tout notre bric à brac individuel. Du coup cela résoudrait le gaspillage, l’entropie, le consumérisme mortifère. Peu d’écarts de salaire entre les hommes, mais la sécurité, et le retour d’une loi morale ! Chiche ?...La condition de vivre, à très court terme maintenant est en effet dépendante de notre rapport à la terre, et de notre jeu futur.

                       Quelle carte allons nous sortir ?...
                      Au niveau possibilité technique, c’est tout à fait réalisable. Evidemment cela suppose un homme éduqué, n’ayant pas à voir avec certains barbares. Je ne parle pas évidemment que ceux des cités, mais de beaucoup de prédateurs faisant partie des 1 pour cent. Car pour beaucoup, la notion de bonheur est basée sur celle de posséder outrancièrement, pathologiquement, et s’accomplit donc dans la domination, et le clivage. Qu’on soit pour ou contre le revenu individuel, on s’aperçoit en tout cas que certains détracteurs sont instinctivement contre, au delà de toute autre analyse, pour une raison ancienne, qui est apparue dés les premières caisses d’entraide et de charité : On ne paye pas quelqu’un à ne rien faire....Ce beau principe judéo chrétien à donc la vie dure, et ne pousse pas ses cris d’orfraie devant l’inégalité de naissance, ni quand les maîtres de la guerre et de l’industrie font fonctionner la planche à billets, et le barillet qui nous enverra tous en enfer. Car il est bien tard à l’horloge. 

                      • nono le simplet nono le simplet 26 septembre 04:59

                        @velosolex
                        je ne dirai qu’une chose : superbe !


                      • Arogavox 26 septembre 12:46

                        @velosolex
                         Ce « beau principe judeo-chétien » ? Ne relève-t-il pas bien largement autant d’une idéologie ’de Gauche’ ou athée que d’une incohérence « de Droite » ou « du Centre » ; 

                        idéologie « en marche » chez celles et ceux qui ont amalgamé tous les travers des clivages qu’ils prétendent dépasser !

                          Pourtant un célèbre logicien avait jadis fort bien démontré, dans un ouvrage concis et accessible à tous, les incohérences et la stupidité de cette idéologie néfaste. 

                        En voici un extrait :
                        « ... L’idée selon laquelle les activités désirables seraient celles qui apportent un bénéfice a tout mis sens dessus dessous.
                        Le boucher qui vous fournit la viande et le boulanger qui vous fournit le pain sont dignes d’éloges, parce qu’ils font de l’argent ; mais quand vous aimez la nourriture qu’ils ont fournie, vous êtes simplement frivoles, à moins que vous ne mangiez seulement pour obtenir la force d’accomplir votre travail.
                        Généralement parlant, il est tenu pour acquis que l’obtention de l’argent est bonne et la dépense d’argent est mauvaise.
                        En voyant que ce sont deux côtés d’une même transaction, c’est absurde ; 
                        on pourrait aussi affirmer que les clés sont bonnes, mais les trous de serrure sont mauvais.

                        Tout mérite qu’il peut y avoir à produire des marchandises doit être entièrement dérivé de l’avantage qui peut être obtenu en les consommant. ... »


                      • Arogavox 26 septembre 13:00

                        (autre passage) :

                        « Quand je suggère que les heures de travail doivent être réduites à quatre, je ne sous-entends pas que tout le temps restant doive nécessairement être passé dans la frivolité pure.
                         Je veux dire qu’un travail de quatre heures par jour devrait assurer à un homme le nécessaire et les conforts élémentaires de vie, et que le reste de son temps devrait être utilisé à sa guise.

                        C’est en grande partie un tel système social que l’enseignement devrait développer plus loin qu’on ne le fait à présent, et il devrait viser, en partie, à développer des goûts qui permettraient à un homme d’utiliser le loisir intelligemment. »
                        [...]
                        « Les plaisirs des populations urbaines sont devenus principalement passifs  : 
                        aller au cinéma, voir des matchs de football, écouter la radio, etc .
                        Cela résulte du fait que leurs énergies actives sont entièrement prises par le travail ;
                        s’ils avaient plus de loisir, ils aimeraient à nouveau des plaisirs dans lesquels ils ont pris une part active. »

                      • Arogavox 26 septembre 14:00

                        (et encore :) 

                        « Sans la classe de loisir, l’humanité n’aurait jamais émergé de la barbarie
                        [...] 
                         Aucun des membres de cette classe ne devait apprendre à être travailleur, et la classe n’était dans l’ensemble pas exceptionnellement intelligente. [...] 
                         -----
                         ...Les institutions universitaires, donc, aussi utiles soient elles, ne sont pas des tuteurs adéquats pour les intérêts de la civilisation 
                         [...] 
                         ... Au moins un pour cent consacrera probablement le temps non dévolu au travail professionnel à des activités de quelque importance publique et, puisqu’ils ne dépendront pas de ces activités pour leur gagne-pain, leur originalité sera libérée et il n’y aura aucun besoin de se conformer aux normes imposées par des experts âgés. » 


                         >>> Remarque à rapprocher de celle qui été faite, dans ce fil de discussions, à propos du pourcentage très réduit de gens capables de concevoir les outils informatiques. 
                         L’humain n’étant pas seulement informaticien, qui oserait prétendre canaliser les émergences qui se révèleront bienvenues pour l’humanité sans être l’apanage d’individus ni de castes isolées ? 

                      • velosolex velosolex 26 septembre 21:22

                        @Arogavox
                        Le travail, s’il est digne, fournit une place importante dans l’éducation, la civilité des gens. Si ce sont des taches répétitives, aliénantes, dangereuses, le travail qui retrouve alors étymologiquement sa fonction de torture devrait être reconnu comme tel et se voir offrir des compensations. A l’inverse de la situation actuelle. La disparition du travail en tout cas est maintenant actée par beaucoup de jeunes, et de gens éclairés, altruistes qui tentent de trouver d’autres voies nouvelles, basées sur l’’échange, la communauté, des raisons d’entraide. Ressourceries, jardins ateliers collectif, existent un peu partout. Le bonheur est en effet la résultante de liens, de rapports harmonieux, car obligés entres les gens. La misère vient de la certitude au contraire qu’on peut se passer des autres. Nous sommes là loin des théories politiques rêvant d’un monde meilleur, et d’un individu dont à éclairé la conscience de l’écrit de quelques maîtres. Mais plutot dans le retour à des liens collectifs forts, après le désenchantement de la modernité, qui ne produit que des exclus, des frustrés, et des tueurs. Il me semble que nous n’avons plus guère le choix si nous voulons survivre, au delà des postures de déni 


                      • Jean Keim Jean Keim 26 septembre 09:13

                        Le monde est conforme à ce que nous en pensons.


                        Jadis des hommes ont pensé l’argent et depuis nous pensons qu’un monde sans lui est impossible.

                        Jadis pour manger il fallait de quoi se nourrir, maintenant il faut de l’argent, mais si le fric venait à disparaître les patates du jardinier seront tjrs là, et si nous avons affaire à un jardinier futé, il se dira qu’il ne pourra pas survivre uniquement avec son gros tas de patates, parce que sans les autres ses chances de survie sont bien mince.
                        Il peut essayer d’embaucher des gros bras pour le protéger, mais il devra les nourrir, alors il va s’associer avec d’autres jardiniers pour devenir plus fort, mais des patates, des carottes, des salades, etc., ça ne fait pas le tout, il lui faudra des outils, des planches, des vêtements, des médicaments, etc., alors la suite vous la connaissez, c’est notre monde actuel qui gravite depuis qq. temps déjà non plus autour de ce qui est essentiel, mais autour de l’argent devenu immatériel.

                        Il y a tjrs des patates dans les jardins, seulement il manque des jardiniers sains d’esprit qui pensent que s’il est impossible de vivre sans les autres, les autres aussi tout autant ont le droit de vivre, alors pourquoi ce simple constat qui est le fait peut-être d’un esprit bon mais surtout rationnel, ne prime-t-il pas sur tout le reste ?

                        Imaginons un monde où en tout lieu chacun se préoccupe de son voisin qui bien entendu en fait tout autant, comment serait un tel monde ?

                        Imaginer un monde avec un revenu universel, c’est encore penser un monde avec la primauté de l’argent, l’argent-fric dans sa conception actuelle est un cancer, ne pas oublier non plus que dans un monde en bon équilibre chacun a des droits et des devoirs.

                        • Arogavox 26 septembre 13:10

                          @Jean Keim

                          « Une rose est une rose est une rose ... »

                            
                          « Imaginer un monde avec un revenu universel, c’est encore penser un monde avec la primauté de l’argent » ... est un manque d’imagination !

                           Pour qui pense pouvoir se passer de « l’argent » pourquoi ne pas savoir imaginer alors un revenu sous une autre forme que « de l’argent » ?!

                           L’esprit du concept de revenu universel ne va-t-il pas dans le sens de s’opposer à des idéologies intello qui noient le poison pour éviter de laisser (en toute complicité, voire préméditation, d’idéologues en réunion) mourir des gens (à petit feu, certes, mais que veut dire ’espérance de vie réduite ?’) ?!!!


                        • Jean Keim Jean Keim 26 septembre 18:27

                          @Arogavox
                          Les hommes ont pensé les roses et les prisons, il y a des prisons avec des roses.


                        • Arogavox 27 septembre 08:56

                          @Jean Keim
                           effectivement, et je ne dis pas autre chose !


                        • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 09:17

                          Et si Macron le met en service ça sera une triple arnaque .....


                          • shayologo 26 septembre 09:32

                            Et quelle solution apportez vous au Probleme ?


                            Le revenue universel est de mon point de vue une bonne solution, si on l’applique correctement avec un changement de mentalité

                            • V_Parlier V_Parlier 27 septembre 10:22

                              @shayologo
                              Je n’ai toujours pas été convaincu par une seule « bonne » façon de l’appliquer. Rien qui tienne la route, que du rêve qui ne tient pas compte du contexte (système économique, commercial, social) et ne définit souvent même pas les conditions nécessaires à la dite « bonne » application.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès