• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La guerre congénitale

La guerre congénitale

Je n’étais jusqu’ici pas convaincu, à tort, je l’avoue. Parce que les personnes qui me présentaient les choses n’étaient pas à mes yeux dignes de confiance. Engagées dans un combat idéologique qui ne peut être le mien, ou parfois dans une sorte de mauvaise foi évidente, elle s’efforçaient de me convaincre et de convaincre tout le monde que les photos horribles qu’elles montraient étaient la norme : une propagande ; en quelque sorte, m’étais-je dit. Suspicieux de nature, et assez révulsé par les clichés, je n’avais jamais abondé dans ce sens. Aujourd’hui, après ce qui est donc bien du temps perdu, je suis obligé d’admettre que les doutes émis étaient étayés. Une enquête précise publiée dans le très sérieux International Journal of Environmental Research and Public Health révélée par le Guardian (qui n’aura eu de cesse de secouer le cocotier en la matière) révèle qu’effectivement, en Irak, en plus des dégâts directs de guerre, ces événements ont bien eu lieu, continuent à se produire, et s’ajoutent aux conséquences désastreuses du comportement des militaires américains en Irak comme en Afghanistan. Une enquête qui pointe le doigt sur un secteur clé en Irak : Fallujah, haut lieu des crimes de guerres US ; l’endroit où ont été relevés aujourd’hui ces taux anormalement élevés de monstruosités de naissances. Une enquête qui démontre en effet le « nombre inquiétant de fausses couches et de naissances de bébés difformes » dans le secteur. On n’avait pas encore touché le fond de l’horreur, cette fois on y est. En cause, très certainement, l’usage intensif des munitions à uranium appauvri qui ont profondément contaminé tout le secteur. Sinon tout un pays ! Et sinon deux, si on compte l’Afghanistan !

L'enquête parle plutôt avec retenue "d'épidémie d'anormalités"  : c'est un peu un euphémisme déjà, hélas. Ces enquêteurs indépendants le confirment  : "selon eux, ces malformations sont 11 fois plus nombreuses ici que dans le reste du monde. En mai, 15% des 547 enfants nés à l'hôpital présentaient une anomalie et plus d'un sur dix naissait avant la fin du 7e mois de grossesse, relève un pédiatre irakien travaillant dans l'hôpital de la ville. Les chercheurs sont d'autant plus inquiets qu'ils estiment ces chiffres largement sous-estimés dans la mesure où une grande partie des habitants privilégient encore l'accouchement à domicile". Je vous passe la séquence sur les photos ou les vidéos, je n'ai jamais réussi à la visionner en entier. Les difformations de fœtus sont évidentes, comme celles des enfants monstrueux nés à terme ou avec des tumeurs dès la naissance. L'étude est fiable, car reposant sur des analyses implacables : "(...) certaines coïncidences relevées dans l'étude systématique de 55 familles semblent très improbables. L'étude pointe notamment le cas d'une mère et d'une fille ayant toutes deux donné naissance à des enfants malformés après 2004. Dans le même temps la deuxième femme d'un des deux pères accouchait elle aussi d'un bébé difforme. "Il faut bien avoir à l'esprit qu'en temps normal, la probabilité d'une telle coïncidence est virtuellement nulle", explique au quotidien britannique le toxicologue Mozghan Savabiasfahani, un des auteurs du rapport".

La raison de de désastre est bien sûr l'usage immodéré de munitions à uranium appauvri, dont le déversement à haute dose a contaminé tout le secteur. L'uranium appauvri, on le trouve en effet dans une multitude d'engins de morts qui ont été utilisés pour réprimer les deux révoltes successsives de Fallujah, où le phosphore blanc et même le napalm ont également été utlilisés : on s'est archarné sur ce quartier qui avait osé autant défier l'armée la plus forte du monde... avec des armes de poing. Un paradoxe complet. L'uranium appauvri est utilisé au départ pour percer les blindages. Il était donc en prime inutile à Fallujah, où les insurgés n'ont jamais disposé de chars de combat mais d'armes légères ou à la rigueur de bazookas type RPG. Mais dans la conduite de la guerre, l'armée américaine a toujours utilisé des moyens disproportionnés : là ou un soldat français ou européen va utiliser un demi-chargeur pour se défendre, le soldat US déversera jusqu'à 100 balles, par chargeurs étendus de 20 balles (5 chargeurs). Car il sait que sa logistique lui permet et qu'aucune munition n'est comptée. En France, en septembre 2008, la polémique inverse était apparue. Et selon les militaires US, depuis la découverte de l'uranium comme tête d'obus ou de balle performants, ils en ont mis partout. 

Le fait de déverser en masse est une "tradition" chez les militaires US. En 1944, déjà, Eisenhower avait dû faire une note rappelant qu'avec le millier de tonnes de bombes largué en une seule semaine en Normandie, l'offensive serait bientôt interrompue faute de munitions. Le 7 juillet 44, une vague de bombardiers (anglais !) va déverser 2 300 tonnes de bombes au dessus de Caen. Le 8 août, rebelote : 1020 bombardiers déversent 3 462 tonnes en un seul raid sur les troupes allemandes, toujours au sud de Caen. Au Viet-Nam, lors des opérations Linebaker I et II, les B-52 déverseront des milliers de tonnes sur un ennemi terré à parfois 40 mètres de profondeur, sans même être caché dans des abris de béton. Les stocks étaient là, il fallait les épuiser. En bombardant les digues, notamment, comme LeMay avait pu le faire pour la Corée. Seymour Hersch avait montré qu'on avait détruit là 2000 ans de domestication du fleuve : un désastre écologique, et un désastre économique aussi pour les populations. Des bombardements la plupart du temps inefficaces militairement : "compte tenu des 20 000 tonnes de bombes larguées sur les citoyens d'Hanoï et d'Haïphong, il y eut relativement peu de victimes. Seules 1 318 personnes ont été tuées à Hanoi et 306 à Haiphong. Par comparaison, pendant neuf jours de bombardements sur Hambourg, en Allemagne, en 1944, moins de 10 000 tonnes ont été larguées mais 30 000 personnes ont péri" note un site spécialisé : Curtis le May (mort en 1990) avait tenté d'imposer ses vues, qui consistent à tuer des civils en masse pour affaiblir le moral de l'adversaire, le point culminant de sa stratégie étant... Hiroshima, après les terribles bombardement au napalm et à la bombe incendiaire de Tokyo. Habitués aux méthodes LeMay, les américains continuaient donc à déverser des amoncellements de bombes, que cela fasse des victimes ou pas : la machine guerrière était déjà devenue folle. Ou plutôt n'agissait plus dans un but guerrier mais dans un but purement économique : celui d'engraisser les fabricants de bombes ! Au Viet-Nam, les américains déverseront la bagatelle de 15 millions de tonnes de bombes de 1965 à 1975, dont certains modèles pesaient 7 tonnes (une "daisy cutter" larguée de C-130) ! 15 millions de tonnes ! On en a pour plus de cent ans pour retrouver toutes les non explosées, un danger qui reste potentiel.

En Irak, la technique n'a pas vraiment évolué, même si les bombes se sont fait remplacer par des super-canons. Le camion volant pour balancer les obus à l'uranium appauvri est connu. C'est le Thunderbolt II (Warhog), dont la caisse à munitions derrière le dos du pilote fait la taille d'une Wolkswagen. Voici ce qu'en dit un spécialiste, le Major Doug Rokke. "La munition à l'uranium qui est tirée par les avions A-10 Warhog (Phacochère) pèse environ 3/4 d'une livre chaque obus, et l'A-10 peu en tirer jusqu'à 4 000 par minute. C'est une tonne 1/2 uranium solide tiré sur une cible par minute. L'uranium à été également été contenu dans un lot de bombes anti-bunker et également dans des sous-munitions, ou dans les mines terrestres tels que l'Atoum et la Pedum. Nous avons aussi des balles de 25 mm tirées par le véhicule de combat Bradley, également fabriquées par le laboratoire de l'US Marine Corps. En plus de cela, nous avons aussi la balle de 20 mm qui est tiré par la Marine et par le système Phalanx (mis autour des bases US comme protection automatique contre attaques aériennes, il tire 3 000 à 4 500 obus par minute, c'est le même système que celui du Warhog, en 20 mm cette fois, et il est devenu le C-RAM "Centurion", un Phalanx monté sur semi-remorque). Parce que les munitions à uranium sont absolument efficaces en combat, car ce sont des tueuses absolues destructrices, les militaires ont en mis dans presque toutes les munitions qu'ils pouvaient trouver ou imaginer. Ç'est extrêmement efficace. Cela tue et détruit tout ce qu'elles touchent".

D'autres engins de mort ont été utilisés, parfois même en duo avec les A-10, notamment les avions Spectre Gunship, emportant des canons rotatifs et même un obusier de 105 mm. Et là encore ils ont été utilisés sur des objectifs disproportionnés. Tout le monde a en tête en effet cette effroyable attaque en 2002 d'un village composé de murs en pisé par une vague d'A-10 soutenu par un Spectre, celui de Deh Rawod en Afghanistan , et celle du village d'Hazar Qadam, dont il ne restait rien debout après le passage des avions. Idem pour celui d'Azizabad du 22 août 2008. Une des pires bavures de la guerre : là encore, des obus anti-chars ayant comme cible des maisons en briques de terre séchée. Et ayant fabriqué comme résultat des tombes de civils pleines. Et non la capture de présumés talibans comme annoncé. Cette fois, des villageois excédés et révoltés avaient même osé montrer leur mécontentement en manifestant, du jamais vu... Hamid Karzaï, excédé lui aussi avait manifesté son mécontentement auprès des dirigeants US, et le New-York Times avait fait part le 7 septembre 2008 du malaise provoqué ; dans le but davantage de calmer le jeu que d'avertir vraiment la population, semble-t-il, quoique sa description des faits avait eu un grand retentissement. 

"La scène de bataille est parsemé de cratères dans les cours et d'éclats d'obus qui ont creusé des trous dans les murs. Des chambres faites de les briques de boue se sont effondrées et des vêtements déchirés ont été posés sur des monticules inégaux où les corps ont été enterrés. A deux endroits ; des tâches de sang sont répandues sur un plafond et un mur. Une vieille femme pousse en avant une marmite pleine de fragments de bombes en métal, et un des jeunes du village nous présente une vidéo de téléphone portable filmée le jour de l'attentat, mais sans l'horodatage. L'odeur des corps s'est déjà répandu à cet endroit, obligeant les villageois à commencer à creuser avec des pelles pour trouver d'autres corps ensevelis. Ils ont retrouvé le corps d'un bébé, durci par la poussière, dans le coin d'une pièce bombardée. Les images de téléphone vues par la présente journaliste, montrait deux lignes d'environ 20 corps allongés dans la mosquée, avec les bruits de sanglots et les les cris des villageois en arrière-plan. Un médecin afghan qui dirige une clinique dans un village voisin a dit qu'il comptait 50 à 60 corps de civils, en majorité des femmes et des enfants et parmi eux des patients à lui, étendus dans la mosquée du village le jour de l'attaque ". Il n'y avait pas qu'en Irak que les sinistres obus bleus ont donc sévi. 

On peut y a jouter aujourd'hui dans ces villages meurtris les tonnes d'obus qui ont été laissés sur place, et cette fois encore demander que l'ONU déclenche une enquête sanitaire sur ce qu'on doit y trouver aujourd'hui comme problèmes médicaux. A Azizabad, à Hazar Qadam et à Deh Rawod , là même où en mai 2010 le capitaine Christophe Barek-Deligny, âgé de 38 ans qui faisait partie d'une équipe de déminage (Explosive Ordnance Disposal ou EOD), est mort avec l'explosion d'une IED... l'armée française va-t-elle s'inquiéter un jour de l'endroit où elle envoie ses soldats en patrouille ? Les munit-elle d'un détecteur de radiation ? Rien n'est moins sûr : ni le précédent ministre ni le nouveau ne semblent avoir été alarmés sur la question. Au polygone de tir de Bourges, pourtant, on portait combinaison semble-t-il... entre 1991 et 2000 ; dates où l'on a testé pareils engins de mort... les militaires français envoyés en Afghanistan ont-ils reçu une information à ce propos ? Ceux qui ne seront pas tués sur place reviendront-ils en France pour y développer des cancers ? On attendra que Mr Juppé nous en parle et nous rassure, je suppose.

En février 2003, les USA avaient reconnu avoir stocké 90 000 mines antipersonnelles à Bahrain, au Kuwait, à Oman, au Qatar, en en Arabie Saoudite. On les a bel et bien enterrées en Irak, ou une bonne partie en tout cas : "la majorité de la contamination par les mines en Irak se trouve tout au long de nord de l'Irak et le long de la frontière avec l'Iran. Une étude d'impact des mines terrestres dans les trois gouvernorats kurdes du nord de l'Irak, menée par l'ONU par le Bureau des projets (UNOPS) en 2002, a indiqué que près de 20 pour cent de la population vit dans les communautés touchées. Il y a 3 444 champs de mines qui affectent les1 022 communautés sur un total de 4424 collectivités. La plus grande concentration de champs de mines situés le long de la frontière avec l'Iran dans les districts de Penjwin, Sharbazher, et Qaladiza". Or ces mines aussi, elles étaient à l"uranium appauvri ! L'autre endroit du monde où ses munitions posent problèmes est ... le Kosovo, décidément pas très verni ces derniers temps.

Mais à Fallujah on a davantage utlisé le char Abrams que le Warhog. Et lui aussi utilisait des obus à l'uranium, continue notre intarissable. "Quand un Abrams tire, vous avez 10 livres d'uranium solide, d'accord. Lors des impacts, environ 40%, soit environ 4 livres, se transforme en ce que nous appelons l'oxyde d'uranium et des éclats. Ce truc est en feu, se déplaçant à très grande vitesse à travers la limite l'espace et tue par causes secondaires, soit en raison d'une commotion cérébrale ou dueà l'inflammation, à la combustion. Vous avez aussi tout un tas d'oxydants de contamination à l'intérieur et autour du véhicule. Mes mesures réelles sont à 400 mètres autour d'un seul véhicule pour un seul tir. Ce que nous avons trouvé et ce que l'armée a également reconnu c'est que dans un rayon de 25-50 mètres du tir, la contamination est si vaste que les soldats américains doivent porter un appareil respiratoire et protéger leur peau dans cette partie contaminée. Donc, c'est vraiment simple. Vous vous retrouvez au final à chaque tir avec une contamination qui est massive". Maintenant nous aurions presque su pourquoi lors des vidéos des tirs au canon d'Abrams dans les faubourgs de Bagdad les conducteurs de chars n'étaient jamais visibles : ils devaient être en tenue de combat protectrice contre les radiations, pensait-on : même pas ! Dans beaucoup de clichés, ils ne portent aucun vêtement de protection particulier. 

Combien de conducteurs ou de tireurs de chars en sont morts depuis, voilà une autre étude que l'on pourrait souhaiter. Des témoignages affluent, pourtant. Selon Rokke, intarissable sur le sujet, l'armée US s'est elle-même condamnée en utilisant ce genre d'armes ! Et les DVD de propagande destinés aux militaires n'y feront rien. Rien n'a été fait pour retirer cette contamination insidieuse et persistante : les exemples donnés ont été filmés aux Etats-Unis dans l'Utah, mais pas en Irak ni en Afghanistan. Les masques de protection ont été rarement vus sur place. Et le texte du département d'état US du 7 octobre 2002 déclarant que l'uranium appauvri ne présente aucun danger demeure à ce jour une belle honte ! Ce texte énonçait sans hésiter que "l'uranium appauvri ne provoque pas de naissances défectueuses"... Quelqu'un aujourd'hui le ressortira-t-il pour traîner devant les tribunaux ses signataires ??? Aujourd'hui que l'on sait que Fallujah contient aussi le plus haut taux de cancers de tout le pays ? 38 fois le taux de leucémie moyen ! L'armée US, toujours aussi cynique, est aujourd'hui plus intéressée à faire voler ses Warhog au bio carburant qu'à protéger ses pilotes ou ses mécaniciens des radiations émises par ces étranges chargements... 

Parmi les militaires américains, l'inquiétude gagne logiquement, elle aussi. L'exemple que racontait déjà Msnbc dès milieu 2006 était très édifiante, déjà ; celle d'un militaire malade, Herbert Reed, 52 ans à l'époque, une fois rentré d'Irak, des environs de Samarah. Il a développé depuis une tumeur à la thyroïde. "Au Walter Reed Army Medical Center de Washington, DC, il a rencontré un copain de son unité. Et un autre, et un autre, et dans l'ennui de la vie de l'hôpital, entre les visites chez le médecin, et la distribution de médicaments, ils se sont mit à parler. "Nous avons tous eu des migraines. Nous nous sommes tous sentis malades" dit Reed. "Les médecins disaient : c'est dans ta tête". Ensuite, le médecin de leur unité s'est aussi présenté. Lui aussi, il était atteint. Cela faisait en fait huit soldats malades de la 442ème de la police militaire, un groupe issue Unité de la Garde nationale, constitué principalement de policiers et d'agents de la région de New York. Mais le médecin savait que quelque chose les autres ne savaient pas. Les Marines néerlandais avait repris le dépôt de trains abandonné surnommé Camp Smitty, qui était entouré de squelettes de réservoir, de munitions non explosées et de douilles. Ils y avaient apporté des dispositifs de détection des radiations. Les appareils avaient détecté un tel taux de radiations que les Hollandais avaient établi leur camp au milieu du désert plutôt que de de vivre dans les ruines de la station. "Nous avons cherché sur l'Internet, a dit Reed, "et nous avons commencé des recherches sur l'uranium appauvri. " En 2006 toujours, le journaliste Chrisopther Bollyn racontait à ses lecteurs la terrible histoire du jeune Marines Dustin Brim, mort au même hôpital Walter Reed de Washington, D.C. le 24 septembre 2004, après avoir tenté de combattre 6 mois un cancer du système lymphatique. Entré dans l'armée à 22 ans, et mort à 24 seulement... après avoir servi au 541st Maintenance Battalion de Fort Riley, Kansas, déployé en Iraq en août 2003. Son travail là-bas ? "Décommissioner" les vieux chars ; les démonter et récupérer les morceaux. Une photo exceptionnelle le montre en train de faire : il manipule une grue chargé d'un bloc moteur, mais sans porter de protection particulière, ce qu'il ne mettait pas non plus pour le démontage de chars Abrams, perclus d'éléments en uranium appauvris, notamment pour ses blindages.

Chez les irakiens, le lien de cause à effets entre l'envoi d'obus de ce type et les dégâts génétiques constatés sur la population mâle de Fallujah est évident, et que c'est bien à cet endroit qu'à eu lieu la contamination. "Les données montrent que chaque résident était résident stable, dans différents endroits de la ville jusqu'en 2009-2010, qu'aucun des parents n'a été blessé ou directement sous les décombres des attaques, et que, parmi ceux qui ont pu l'être, seul le parent de sexe masculin de famille directe a signalé des symptômes aigus immédiatement après. Il n'y a pas de relation évidente entre des bombardements de proximité immédiate / ou due à la combustion de maisons ou à l'activité de nettoyage / récupération des blessés ou des personnes décédées ou aux personnes ayant présenté des symptômes aigus, et le fait d'avoir un enfant avec un défaut de naissance dans les années suivantes. Ceci suggère donc que les naissances à problèmes dans ces familles pourraient ne pas être dues directement à une exposition aiguë, mais pourraient plutôt être associée à leur exposition à long terme de leur corps à une accumulation de substances toxiques qui sont persistantes dans l'environnement". Pas de relation directe entre un tir à proximité donc, mais plutôt une lente exposition aux éclats d'obus ou à leurs pointes radioactives restées sur place. Car bien entendu, une fois tirés, aucun personnel de l'armée US ne s'est lancé dans le ramassage des têtes d'obus irradiantes. Le soldat Bollyn ramassait les morceaux de chars mais pas les obus tirés. L'armée US assure rarement le service après-vente de ses propres dégâts ! La région de Fallujah en est truffée, de ces douilles, des ces obus, de ces morceaux de munitions. Les eaux avoisinantes sont nécessairement elles aussi contaminées. Et les Etats-Unis aussi, au final ; comme ici dans la zone de stockage de Portsmouth. De quoi largement faire l'objet d'un épisode supplémentaire d'Atom Heart Fucker, visiblement !

 

PS : l'uranium appauvri se distingue des autres munitions lorsqu'il se présente en obus-flèches, (avec un parement bleu) ou lorsqu'il est intégré en sous-munitions : or elles ont été vues sur d'autres scènes de bombardement.  Par d'autres pays.

Documents joints à cet article

La guerre congénitale La guerre congénitale La guerre congénitale La guerre congénitale La guerre congénitale

Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 3 janvier 2011 10:26

    Salut Momo et meilleurs voeux ,

    le Pentagone a t il pleinement conscience de la dangerosité des munitions qu’il s’oriente vers les drones et les robots pour tirer ces pralines d’un nouveau genre ?


    • LeGus LeGus 3 janvier 2011 14:49

      Oui !
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Uranium#Toxicit.C3.A9
      L’uranium est tératogène.
      Noir sur blanc.


    • jako jako 3 janvier 2011 10:57

      Bonjour morice et bonne année.
      J’ai pu voir cet engin de très près après la 1ere « guerre » d’Irak au Bourget.
      Et un autre s’est écrasé peu après dans les vosges vers Ramberviller , blocage immédiat de toute la région, fouille de toutes les maisons, des centaines d’obus étaient tombés dans les greniers.
      Ce qui a été impressionant c’est la rapidité du blocage de toute la zone


      • morice morice 3 janvier 2011 17:46

        exact, et c’est bien répertorié ! 


        27 juin - France - Crash d’un avion militaire américain : un mort

        Un chasseur de type A-10 de l’US Air Force appartenant à la 52ème Escadre basé à Spangdahlem (Allemagne) s’est écrasé près de Domptail ( Vosges) non loin de Rambervillers. Le pilote qui n’a pu s’éjecter a été tué. 


        Un avion militaire Américain s’est écrasé entre Domptail et Saint Pierremont vers 15h30.

        Un avion militaire monoplace américain s’écrase dans les Vosges 

        Le 27 Juin 2002 à 18:06 - EPINAL (AFP)

        Un avion militaire monoplace américain de type A-10, armé avec des munitions d’exercice, s’est écrasé jeudi après-midi dans une forêt près de Domptail, dans le canton de Rambervillers (Vosges), entraînant la mort du pilote.
        Les restes du pilote ont été découverts sur les lieux de l’accident, a indiqué le préfet des Vosges, Michel Guillot, qui s’est rendu sur place.
        La préfecture des Vosges avait d’abord annoncé que deux personnes avaient trouvé la mort dans l’accident.
        L’avion militaire, appartenant à la 52ème escadre de combat de la base aérienne de Spangdahlem (Allemagne), effectuait une mission d’entraînement tactique, a précisé un communiqué de la base aérienne, reçu par l’intermédiaire du consulat américain de Strasbourg.
        L’appareil participait à un exercice intitulé programme de commandement tactique (tactical leadership program), dirigé depuis la base de l’OTAN de Florennes, en Belgique, et qui vise à entraîner les chefs de dispositifs aériens à conduire des opérations aériennes dans un environnement de guerre électronique, a précisé le Sirpa-Air.
        L’avion s’est écrasé vers 14H45 et un plan de secours a été immédiatement mis en place par la préfecture, avec l’aide d’une cinquantaine de sapeurs pompiers de Meurthe-et-Moselle et des Vosges qui ont rapidement maîtrisé l’incendie provoqué par la chute de l’appareil. Près de 150 gendarmes, des hélicoptères et un commando de l’armée de l’air ont également participé aux secours, a précisé le capitaine Thibault Dupuis, responsable de communication des pompiers du département des Vosges.
        Les cellules mobiles d’intervention chimique et d’intervention radiologique des sapeurs-pompiers se sont également rendues sur place et ont constaté qu’aucun risque radiologique ou chimique n’était possible.
        L’avion contenait des obus inertes et d’autres leurres électromagnétiques ne présentant a priori aucun danger, a déclaré jeudi à Bordeaux la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie.
        Il n’y avait pas de munitions de guerres réelles ni de munitions d’uranium appauvri à bord, a assuré de son côté la base aérienne de Spangdahlem.
        Une équipe d’officiers va mener l’enquête sur l’accident, a ajouté le communiqué de la base aérienne.
        L’A-10 est un avion monoplace, dont la fonction première est le soutien rapproché au sol de troupes terrestres. Ce bimoteur peut être utilisé contre tout type de cibles terrestres, notamment des chars et véhicules blindés.




      • juluch 3 janvier 2011 11:39

        salut Morice, bonne année 2011...


        Je peut parler pour nos troupes et la réaction face à l’uranium appauvri.......

        A savoir, que depuis la guerre en Yougoslavie, les soldats Français ne doivent plus approcher un véhicules si on ne sait pas par quoi il a été détruit !
        Les consignes sont : rendre compte et si possible faire un périmètre de sécurité.

        Faut savoir que les muns de ce type (très efficace contre les chars) se vaporisent à l’impact et porte l’intérieur du tank ennemi à 2000° !
        L’uranium se vaporise à l’intérieur et aussi à l’extérieur, sur le chars et ses environs immédiats !
        De ce fait il est interdit de toucher quoique se soit avec la peau...

        Ses obus flèche en uranium appauvri est utilisé chez nous aussi......

        Il est vrai aussi Morice, que les Américains ont des tendances à la saturation du terrain !!  Se qui est inversé chez nous !

        • morice morice 3 janvier 2011 18:10

          racontez nous donc davantage ce que vous avez fait en Bosnie. « Je peut parler pour nos troupes  »..


          c’est pas tout de poster...

        • juluch 3 janvier 2011 21:26

          @morice


          J’ai jamais dis que j’étais allé en Bosnie....

          « Nos troupes » étant donné que je peu en parler...

          C’est tout.

        • cmoy patou 3 janvier 2011 11:52

          Et faire les expériences sur ses propres troupes c’est pas mieux côté Français et celà ne date pas d’hier, pas beaucoup d’articles , le silence des merdias est assourdissant.


          Sante des cobayes de la republique
          Article - 18/09/10 - Sante des cobayes de la republique - Comme le disait une victime de Reggane aujourd’hui retraitée : "j’étais à Reggane en 62 à la section tranport pour les transmissions. Par…
          Reggane les cobayes de la république
          Article - 19/06/10 - REGGANE les cobayes de la république - Liste des maladies radio-induites …

          • Razzara Razzara 3 janvier 2011 12:18

            Bonjour Morice,

            Cette histoire des armes à l’uranium appauvri est une belle saloperie ! Remarque, c’est vrai que comme forme de retraitement des matières radioactives c’est du pain béni : on balance ça par tonnes dans la nature en faisant des trous partout, et hop, le tour est joué !

            Mais si il n’y avait que ça ...

            Parce que en Irak il semblerait bien qu’il ce soit passé pas mal de choses très dégueulasses, comme ces témoignages relatifs à la prise de l’aéroport et à la suspicions d’usage d’armes à énergie dirigée :

            http://www.dailymotion.com/video/x3vkrs_star-wars-en-irak-part1_news
            http://www.dailymotion.com/video/x3vkwi_star-wars-en-irak-part2_news

            A vomir, tout ça est à vomir ! Mais c’est parfait pour débuter l’année 2011, cela nous évite au moins de perdre le sens de la réalité .... Ah, ah, ah, rions, dansons, chantons, c’est la fête au village hein !

            Tous mes voeux à vous morice, ainsi qu’à tous ici.

            Razzara


            • LeGus LeGus 3 janvier 2011 15:14

              « si les ricains n’étaient pas là »

              L’armée rouge aurait continué sur sa lancée et soustrait l’entièreté de l’Europe continentale de la sphère d’influence américaine.


            • morice morice 3 janvier 2011 17:52

              vous avez écrit ailleurs « faire partie du PS,qui lui est le parti de la honte... » avec deux phrases vous voilà admirateur de Sardou partisan de la peine de mort au point de chanter une chanson qui a mené à en couper deux en quatre morceaux dont un qui n’avait tué de sa vie.... 


            • non666 non666 3 janvier 2011 13:35

              Bonne année , momo, malgrès tout.

              Sur les munitions a uranium :

              Ce n’est pas la première fois qu’elles ont été utilisées en Irak puisque pendant la PREMIERE guerre du golfe sur la ’autoroute partant de Koweit city vers l’Irak, la totalité de la garde présidentielle presente pendant cette deroute a été mitraillé par les A10.
              Cette affaire avait deja revelé le role des munitions a uranium du fait que certains veterans etaient revenu avec ce que la presse aux ordres appelaient a l’epoque le « sundrome du golfe ».
              Perte de cheveux, vomissement : tous ceux qui ont une formation militaire ou medicale connaissent : expositions aux radiations.
              Il etait interessant de noter que les français etaient peu touché a une exeption pres : ceux qui avaient été officier de liaison ou qui avaient du bosser au contact des yankees.
              Pour les soldats US, c’etait encore plus drole : ces gros cons s’etaient fait photographier sur les chars et vehicules irakiens detruits sans se douter que les projections d’uranium avaient contaminé tout le site...
              Le tableau de chasse et les souvenirs photos leur avaient couter cher...

              L’utilisation de penetrateur tungstene en France et en Allemagne etait d’ailleurs du au fait que des deux cotés du rhin, on savait qu’une guerre avec l’Urss se passerait « a domicile » et que personne ne souhaite contaminer sa propre mère patrie.
              Pour les yankees c’est diffrents, ils jouent toujours a l’exterieur et donc les effets collateraux les touchent peu...
              Aujourd’hui, l’evolution des blindages pousse de toute façon tous le monde a mettre en place des penetrateurs uranium.


              Ce qui est interessant dans cette « nouvelle » utilisation de ces armes , c’est que desormais, cela s’est fait en connaissance de cause....
              Le besoin de souiller l’Irak est donc bel et bien reel puisque vu les moyens des etats unis, ils auraient pu choisir d’utiliser d’autres types de penetrateurs.
              Les chars Irakiens n’ayant pas evolué depuis 20 ans , l’argument d’une course aux armements ne tient pas.

              Comme la sodomie des prisonniers a Abouh grahib , tout etait planifié et voulu...
              Si les theories d’hugtington sont fausses(choc des civilisations), on peut toujours faire en sorte qu’elles deviennent vrai en y mettant le paquet.

              Destruction de TOUTES les infrastructures (pour un pays qu’on vient liberer de son dictateur...)
              Contamination anticipée (glacis defensif du coté de l’Iran)
              Humiliation des males arabes
              Confiscations des avoirs, des richesses archeologiques (Une fois Babylone pillée, les juifs peuvent pretendre etre les premiers monotheistes...)
              Confiscation au ministere du pétrole de TOUTES les cartes du sous sol ce qui rend l’irak desormais tributaire du savoir US pour remettre des puits en place...

              Quels beaux mobiles, pour le 11 septembre, n’est ce pas ?
              Et ça, ce n’est que la partie irakienne



              • Razzara Razzara 3 janvier 2011 13:58

                ’Si les theories d’hugtington sont fausses(choc des civilisations), on peut toujours faire en sorte qu’elles deviennent vrai en y mettant le paquet.’

                Ah, ah, ah, excellentissime !

                Mon cher non666, cette année 2011 devrait être une grande année pour vous, et pour nous par la même occasion ... Vivement septembre donc, et d’ici là, tous mes voeux de résistance à vous smiley

                Razzara


              • non666 non666 3 janvier 2011 14:46

                Gloire aux Justes, d’ou qu’ils viennent Razzara.
                Bonne année.

                pas de quartier.


              • morice morice 3 janvier 2011 18:08

                « pas de quartier. »


                propos guerrier à bannir.


                revoyez Soldat Bleu de Ralph Nelson (1971). Il ’a beaucoup marqué.


                Sand Creek a des airs de Fallujah. Comme quoi ça ne les a pas empêchés de recommencer ailleurs...

              • furio furio 3 janvier 2011 14:40

                On serait donc bien loin des statistiques officielles et plutôt vers un bilan de l’ordre de PLUSIEURS CENTAINES DE MILLIERS DE MORTS. J’en démords pas ! excusez.

                Bonne Année à vous Morice. A+

                • Pyrathome pyralene 3 janvier 2011 16:01

                  Ça commence sur les chapeaux de roue.....et 2 articles le même jour !!

                  Les assassins devront payer lourdement leurs crimes.... Ces gens ne sont pas humain, ils ne méritent même pas le titre de bête, ce sont des monstres, il n’y a pas d’autres mots.....
                  Lisez ça, pour compléter votre article édifiant, ça me donne la nausée comme tout ceux qui osent encore défendre ces ordures infâmes....



                    • morice morice 3 janvier 2011 18:03

                      Ça commence sur les chapeaux de roue.....et 2 articles le même jour !!


                      et encore y’a du rab... j’ai promis une belle année pré-électorale, ça en sera une....

                      voir aussi ce qu’à fait le génial John Stewart à ce sujet... là il s’engage encore plus...



                      très bien votre avatar, gardez-donc celui-là : si on s’organise un peu, on finira l’année avec le Muppet Show au complet ; je pense à LeGus, par exemple... qui pourrait faire batteur fou.. ou le cuisinier suédois...

                      pour jouer en fin d’année ça :

                      on serait même d’accord pour faire de Gül miss Piggy.. je pense, et elle aussi.

                      • Serpico Serpico 4 janvier 2011 10:24

                        Et il y en a qui trouvent que Hitler avait atteint le maximum de la folie.

                        Même l’horreur doit paraître sexy aux militaires US.

                        Bande de tarés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès