• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La salle des cons...

La salle des cons...

Les conseils de classe du troisième trimestre approchent... les professeurs viennent de recevoir le tableau de convocation pour ces conseils qui auront lieu dans quelques jours : les horaires, les salles sont affichés.
 
On peut voir que certaines de ces réunions sont prévues dans la salle des cons...
Bien sûr, le mot utilisé n'est qu'une abréviation du nom "conseil"... Nous avons tous souri de cette abréviation, mais n'est ce pas, là, aussi, une réalité que vivent les professeurs ? 
 
Les enseignants ne sont-ils pas, depuis longtemps, les "dindons de la farce" ? Ne sont-ils pas jugés responsables de tous les maux de la société, alors que nombre de parents démissionnent ?
Les enseignants ne sont-ils pas les cons de service, taillables et corvéables à merci ? 
Les enseignants sont-ils même soutenus par leur hiérarchie, quand un problème se pose ?
 
Le harcèlement moral peut s'installer au sein de l’Éducation nationale : il n’est pas rare qu’un chef se comporte mal, qu'il remette en cause le travail d'un enseignant. Cela a pu m'arriver en début d'année : certains élèves voulaient renoncer à l'option "grec " ou "latin" et le proviseur adjoint m'en rendait responsable alors que les horaires de ces enseignements placés en fin de journée peuvent décourager certains adolescents.
 
On peut rappeler que les profs sont moralement et psychologiquement très exposés aux fragilités de la vie. Se retrouver devant des adolescents ou des enfants, dans des classes de plus en plus chargées, ce n’est pas un métier de tout repos.
 
Souvent, le professeur est confronté aux problèmes du monde : chômage, familles désunies, misères, précarité, drogue. L’enseignant est, pourtant, tout seul, devant toutes ces difficultés : à lui de surmonter tous les obstacles qu'il rencontre...
 
Les charges de travail ne cessent d'augmenter, alors que les salaires ont baissé depuis plusieurs années. 
 
Les professeurs, de plus en plus, deviennent les cibles des élèves, des parents, de l'administration qui ne les soutient pas.
 
Le mépris, le manque de considération, les insultes montrent que les enseignants sont jugés responsables de toutes sortes de difficultés : les parents, les élèves, eux, sont souvent dédouanés de toute responsabilité.
 
Les enseignants sont-ils des cons ? Ils sont souvent traités comme tels, en tout cas !
 
Triste constatation mais bien réelle !
 
Le professeur est trop souvent méprisé par l'ensemble de la société : n'est-il pas le bouc-émissaire idéal, dans une situation de crise ?
 
Il serait temps de redonner à ce métier tout le respect qu'il mérite, il serait temps de remettre le professorat au centre de nos sociétés : assez de démagogie et de laxisme ! Assez de mépris pour une profession si utile dans un monde destructuré !
Assez de dédain de la part de la hiérarchie, des parents, de la société en général !

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-la-salle-des-cons-122736997.html

 

Documents joints à cet article

La salle des cons...

Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Plus robert que Redford 30 mai 20:00

    Que les profs soient méprisés, dédaignés par le corps social, c’est un phénomène plutôt répandu à l’heure actuelle. Il n’est pas propre aux enseignants. Regardez quelle dégradation de considération est affichée envers les médecins, par exemple (merci Docteur Google qui devient le praticien le plus consulté de l’hexagone !) Demandez aux services des urgences comment ils encaissent parfois des bordées d’injures, voire des agressions physiques, alors que leur souci premier est de porter secours aux personnes qui viennent les voir... Quid des avocats, des magistrats, des pompiers même, quand ils se font caillasser dans les « Zones Sensibles »

    Bref, toutes ces professions qui jadis étaient « respectées » retombent dans le marais de ce que F. Mitterrand nommait « Le Vulgaire ! »

    Faudra bien faire avec, ma bonne dame, parce qu’avec les difficultés grandissantes affectant toutes les couches de la population, la situation n’est pas près de s’inverser !

    Par contre, ce qui me révolte le plus dans votre témoignage, corroboré par nombre de témoignages d’enseignants de ma connaissance (j’en ai plein ma famille) c’est l’absence de soutien de la hiérarchie.

    Faut-il donc que les proviseurs soient des fiottes pour laisser tomber des enseignants agressés, malmenés, voire simplement déstabilisés, sans compter les histoires de profs « tordus », ou carrément psychopathes, qu’ils n’osent pas sanctionner pour « pas faire de vagues ».

    Quand un élément est attaqué, c’est la maison en entier qui doit faire bloc ! faut défendre la boutique bec et ongles, surtout pas laisser un de ses membres seul face à la meute hurlante !

    Tiens, en parlant de fiotte, que croyez vous qu’il soit advenu au célèbre juge Burgaud ?

    après une « Réprimande avec inscription au dossier » (Ouh là là ! j’ai peur, pasqu’avec 10 réprimandes, on a un blâme !) il a été gentiment recasé à la cour de Cassation !!

    Solidarité chez les magistrats, hein !

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/2013/02/28/outreau-le-juge-burgaud-sort-du-silence-12-ans-apres-207951.html


    • rosemar rosemar 30 mai 21:11

      @Plus robert que Redford

      Il faut éviter de faire des vagues, c’est sûr, mais quand un enseignant a des problèmes de comportement, il peut être mis à pied, et j’ai connu des collègues à qui c’est arrivé.
      Non, les enseignants ne peuvent pas faire n’importe quoi.
      Pour ce qui est des médecins, ils deviennent de plus en plus des techniciens et en oublient parfois de communiquer avec les patients : c’est un problème.
      Si la situation des enseignants ne s’améliore pas, les faits sont là : le ministère aura de plus en plus de difficultés à recruter...
      Déjà, certains jeunes enseignants démissionnent : c’est préoccupant, tout de même.

    • lloreen 31 mai 00:06

      @Plus robert que Redford
      « avec les difficultés grandissantes affectant toutes les couches de la population, la situation n’est pas près de s’inverser ! »

      Il me semble qu’au contraire, il y a urgence à l’inverser.
      Quelques français ont pris la situation à bras le corps et ils proposent les solutions concrètes à ces problèmes qui, comme vous le constatez fort justement, concernent avant tout la masse laborieuse dont les conditions de vie deviennent de plus en plus déplorables.
      Cette solution a été la création d’un conseil national de transition, un outil juridique reconnu en droit international qui représente pour l’heure le seul organe légitime de la nation française.
      https://www.conseilnational.fr/

      Le coup d’état du 5 décembre 2016 et le trucage des élections présidentielles républicaines du 7 mai dernier ont prouvé à quel point une caste d’escrocs et d’assassins méprise la population Cette situation n’est pas propre à la France.Elle concerne tous les territoires européens.
      Si les populations ne réagissent et n’agissent pas pour créer une alternative viable à ce racket organisé, il y a fort à parier que la France devienne un territoire sinistré où les intérêts privés viendront dépecer les reliques de ce qui fut un des systèmes sociaux les plus enviés dans le monde.
      https://www.youtube.com/watch?v=WIZJRcyYMx4


    • HELIOS HELIOS 31 mai 10:03

      @Plus robert que Redford


      ... les enseignants sont contestés, rejetés... non pas pour eux-mêmes, même s’il en existe des plus que cons, comme partout, mais pour le message qu’il transmettent : la culture, la civilisation !

      c’est exactement la même chose pour l’administration, la police etc... qui eux representent l’ordre qu’exigent les structures mêmes d’un pays en ordre de marche.

      Vous pourrez contester tout ce que vous voulez, approuver ou désapprouver tout comportement, lorsque le systeme devient destructeur, il faut renoncer a ses propres valeurs pour survivre, comme le font les enseignants, les proviseurs, les forces de l’ordre et au final ceux qui prennent en charge la direction du pays, a tous les niveaux...
      Helas, certains se sentent legitimes dans leur destruction, pensant qu’il faut etre plus royaliste que le roi (il fut un temps ou on les appelait « collabo ») et participe a l’Oeuvre de démolition en devenant encore plus actifs, pensant sans doute qu’ils en deviennent remarquables alors qu’ils n’en sont que la pourriture des bords et des zones humides.

      et a propos de zone humide, ce petit sourire que m’envoie mon grand soutien lui aussi ayant renoncé a la vie, ce cher San-Antonio qui aurait volontier et définitivement choisi, de resider dans ces zones humides... et tiedes !

    • Alren Alren 31 mai 13:36

      @Plus robert que Redford

      Les professeurs des lycées étaient respectés quand les lycéens formaient une caste de privilégiés conscients que leurs privilèges de classe seraient justifiés aux yeux du vulgum pecus par des diplômes. Même le premier grade universitaire, le baccalauréat était prestigieux.

      Il n’en était pas même pour le maître d’école des fonds de campagne qui était au centre bien malgré lui d’une lutte idéologique entre progressistes et réactionnaires, lesquels se regroupaient auprès de Monsieur le Curé.

      Ces derniers, des notables à la petite semaine entraînaient dans leur idéologie une foule de nigauds et nigaudes du peuple qui parlaient avec le plus profond respect de « Monsieur le Curé » et avec distance, voir mépris de « l’instituteur ».

      L’irruption massive et disons-le démagogique, d’élèves dans le secondaire classique et les échecs qui s’en sont suivis, alors que ces élèves auraient brillamment réussi des études dans les lycées techniques avec un fort encadrement et beaucoup de matériel tel qu’utilisé réellement dans les entreprises, a entraîné des amertumes qui se traduisent toujours par des hostilités, relayées par les parents déçus, envers les professeurs.

      Sont victimes en particulier ceux qui enseignent des matières abstraites coupées de la vie quotidienne comme les mathématiques (beaucoup trop tournées vers les abstractions universitaires !!!) ou de matières où l’origine sociale joue un rôle essentiel dans les compétences, comme le français.

      Les professeurs d’anglais, langue prestigieuse aujourd’hui, supérieure au français puisque celle des USA, ce pays si parfait, si beau, rencontrent moins de difficultés dans leur enseignement.


    • La mouche du coche La mouche du coche 31 mai 14:05

      Les profs enseignent la modernité ultralibérale qui veut que nous soyons des singes consommant des conner.es industrielles, qu’ils ne s’étonnent pas qu’on les traite comme ils traitent leurs élèves.


    • Alren Alren 2 juin 12:36

      @La mouche du coche

      Les professeurs enseignent les programmes officiels !


    • La mouche du coche La mouche du coche 2 juin 18:16

      @Alren
      ben oui. Mais ils peuvent faire de la résistance en enseignant les bienfaits de la religion de l’Homme contre celle de Satan. Ils en ont le pouvoir.


    • Sergio Sergio 30 mai 23:37

      Bonsoir Rosemar,


      Idem pour les infirmières
      Idem pour les policiers
      Idem pour les travailleurs sociaux
      Idem .........

      Mais on s’en fout car la refonte de la ’Loi du Travail’ aidant = Turn over !

      Hélas, bien sur !

      • Sergio Sergio 30 mai 23:41

        @Sergio


        J’oubliais, avec les partages de moyens du secteur privé vers le secteur publique, c’est plié ! Que voulez-vous Mme Rosemar, tout cela est hélas ’En marche’ !

      • Armelle Armelle 31 mai 10:17

        ...La niaiserie hebdomadaire...

        Encore une belle démonstration de ce qu’est l’esprit des enseignants chez nous. Une belle définition de ce qu’est l’égoïsme. Aucun mot concernant toutes ces autres corporations, lesquelles n’ont plus aucune considération et sont littéralement laissées sur le bord de la route !!!

        Le sujet aurait pu être pertinent s’il ne s’était pas limité aux prérogatives personnelles et corporatistes de Madame Rosemar.
        La tour d’ivoire présenterait-elle quelques fragilités au niveau de ses fondations ? Mais bon en même temps si l’on admet que la considération puisse se mesurer à la qualité des résultats, on comprendra alors aisément les constats de notre porte parole de l’EN.
        Il n’y a pas de fumée sans feu... Mais c’’est peut-être pourtant ce qu’ils cherchent à faire pendant leur 16 semaines de congés payés...

        ...Ces pauvres... Allo quoi... ;
        http://www.europe1.fr/societe/revalorisation-du-salaire-des-profs-concretement-ca-donne-quoi-2759542

        Vos plaintes incessantes frisent l’indécence Madame Rosemar


        • rosemar rosemar 31 mai 10:45

          @Armelle

          Les lieux communs qui reviennent : les vacances, le corporatisme, voire les privilèges !!
          Quand de jeunes enseignants démissionnent, c’est bien qu’il existe un problème : il faut le voir en face, même si c’est dérangeant...

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 10:49

          @Armelle

          Salut,

          Par définition, un discours corporatiste ne concerne pas...les autres corporations.

          Euh, je n’ai pas souvenir que les sage-femme aient déjà manifesté pour l’amélioration des conditions de travail des routiers, et vice-versa.

          Ce n’est pas forcément blâmable en soi...sauf si ce discours personnel est vendu sur l’air de « la plus grande injustice de la société, c’est que notre salaire n’augmente pas, etc etc... ». Un grand classique chez ceux qui n’assument pas.

          Finalement, c’est votre propre égoïsme que vous relevez là.

          C’est bien, vous êtes sur la bonne voie

           smiley


        • Armelle Armelle 31 mai 11:32

          @Olivier Perriet

          Fidèle à vous même cher Monsieur !
          Si certains ont l’art de trouver des subterfuges subtiles pour retourner le propos critique à son auteur, en ce qui vous concerne il n’y pas grand chose à en dire, sinon souligner votre habituelle médiocrité !
          Mais rassurez-vous, je m’y suis habituée


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 11:41

          @Armelle

          Comme le dit « la sagesse populaire », « c’est celui qui en parle le plus qui en a le moins », « la confiture, moins on en a, et plus on l’étale », ou enfin, sagesse de cour de récréation, « c’est sui qui l’dit qu’y est ».

          Bonne journée quand même smiley


        • Armelle Armelle 31 mai 11:42

          @rosemar

          Mais Rosemar ! Oseriez-vous prétendre que vous, enseignants, n’êtes pour rien dans tout cela ?
          Vous auriez ce culot ?
          Car vous savez, le gens ne sont pas non plus totalement idiots, la grille de lecture que vous nous faites constamment est admise principalement par vos semblables. Elle n’est pas DU TOUT celle qu’on entend tous les jours...


        • Armelle Armelle 31 mai 11:46

          @Olivier Perriet
          Vous aimez la persévérance manifestement !!!

          Bonne journée à vous aussi,


        • Zolko Zolko 31 mai 16:27

          @Armelle : « Oseriez-vous prétendre que vous, enseignants, n’êtes pour rien dans tout cela ? »
           
          vous rappelez-vous du cas de cet enseignant qui a giflé un élève qui l’avait insulté en classe, et dont le père était gendarme, a porté plainte contre l’enseignant, qui a du présenter ses excuses à cet élève ? Si mes enfants avaient fait ça, ils en auraient pris une deuxième, et auraient été obligés (par moi) de présenter leurs excuses au professeur.
           
          Ou encore l’histoire de ce maire d’un village qui a été condamné par la « justice » car une enfant était tombé d’un truc à escalader dans une aire de jeux pour enfants ?
           
          Alors non, les enseignants n’y sont pour pas grand-chose dans cette tournure de la société.
           
          « Car vous savez, le gens ne sont pas non plus totalement idiots »
           
          les gens, je ne sais pas, mais vous j’ai un doute.


        • Alcyon 31 mai 19:09

          @Armelle :


          Argument fallacieux numéro 1 : il y a des gens avec une « moins bonne » (à définir) situation donc tu n’as pas le droit de te plaindre.

          Raisonnement logique : mis à part la personne la pire situation aurait le droit de se plaindre.

          Argument fallacieux numéro 2 : les avantages.

          Raisonnement logique : si les avantages contrebalançaient ceux du privé, la demande dépasserait l’offre. Ce n’est pas le cas. Et le transfert prof->privé arrive plus souvent que l’inverse, comme quoi plus de gens préfèrent jeter 16 semaines de congés à la poubelle contre les « contraintes » du privé que l’inverse.

          Argument fallacieux numéro 3 : si tu ne penses pas à moi, tu es égoïsme.

          Par définition de cet argument, son auteur est égoïste car il ne pense pas à son interlocuteur.

          Argument fallacieux numéro 4 : les résultats sont mauvais (à définir), donc vous n’avez pas à vous plaindre.

          Donc si un manque de moyens impacte les résultats, il ne faut pas accorder plus de moyens pour les améliorer. Wow, on atteint des sommets.


          Ces arguments montrent que tu n’as pas eu un bon prof pour apprendre à argumenter. Ou, fatigué, il t’a laissé passer. Car écrire un torchon pareil, c’est une honte pour le Bac (si tu l’as obtenu).

        • philippe baron-abrioux 1er juin 08:32

           @Rosemar,

           @Armelle ,
           
           Vos plaintes incessantes frisent l’indécence Madame Rosemar

           et si l’indécence résidait parfois dans les caricatures faites des métiers de l’enseignement car ils sont nombreux et impliquent des compétences qui ne se cantonnent ni à un référentiel de connaissances acquises à faire partager au plus grand nombre , ni dans une évaluation ne prenant en compte que les résultats obtenus aux différents examens ou sélections , ni dans le niveau d’intégration ,( « la considération puisse se mesurer à la qualité des résultats »),à la vie professionnelle des anciens élèves !

           j’espère que vous avez les mêmes exigences vis à vis de toutes les activités humaines et que votre sagacité s’exerce avec le même niveau de cohérence dans votre vie professionnelle .

           vous semblez attacher aux résultats une importance liée à la prééminence de la performance ( qui serait le nec plus ultra ) sur tout le reste du parcours et des acquisitions accumulées tout au long d’une vie scolaire qui ne seront peut être jamais objets d’une quelconque mise en oeuvre effective mais seront un capital d’acquis disponibles dans l’ensemble de la vie de la personne , hors cadre strictement professionnel .

           par exemple une capacité à la coopération , à la solidarité , à l’attention .

           vous évoquez les « prérogatives personnelles et corporatistes » de Rosemar : rien de bien original en écrivant cela , vieille remarque relayée depuis si longtemps et si fort qu’elle en devient grotesque à tout le moins , surtout depuis que les emplois sont devenus rares , avec des exigences de qualification validée par diplôme ou concours telles que cela entraine simultanément une dévalorisation de ces mêmes diplômes et souvent des offres d’emploi non pourvues (recherche du mouton à cinq pattes ) que l’on retrouve comme marqueurs importants dans les statistiques de Pôlemploi, de l’INSEE( ou du BIT), aboutissant souvent de plus à des déserts professionnels de spécialistes dans certaines zones géographiques de notre pays .

           le corporatisme est devenu un mot valise utilisé le plus souvent dans un sens péjoratif : en fait il s’agit bien souvent de faire valoir après des pouvoirs publics des exigences exprimées par des professionnels d’un secteur pour pouvoir exercer dans les meilleurs conditions possibles leur activité pour le plus grand nombre de ceux qui en seraient bénéficiaires .

          faire corps avec ceux auprès de qui on exerce son activité , ici les élèves entre autres , et de ceux avec qui on partage les mêmes constats d’améliorations à apporter me parait au contraire s’inscrire dans une démarche constructive .

           si vous n’en voyez pas l’utilité et parfois l’absolue nécessité mais n’utilisez ce mot que dans le sens le plus restrictif qui soit c’est assez dommage à moins d’être capable de faire par vous même tout ce qui est indispensable dans votre vie .

           mais vous avez sans doute quelques bonnes idées , quelques propositions qui feraient sortir de tout ce marasme que vous dénoncez dans votre commentaire comme un égoïsme qui donc ne mériterait aucune considération .

          pourquoi si tel est le cas ne pas les transmettre au nouveau ministre qui ,j’en suis presque certain , vous assurera de sa très haute considération et éventuellement vous remerciera avec palmes académiques pour votre contribution désintéressée ?

           un nouveau ministre vient d’être nommé et donc probablement une X ième réforme va voir le jour . espérons qu’elle rencontrera un accueil exempt de caricatures faciles sur un sujet aussi important que celui là qui est le fondement de tout ou presque ce qui peut encore déterminer l’avenir de nos enfants , en excluant peut être les seuls avantages liés à la naissance .

           bonne fin de journée !

           P.B.A

            

           

           

           

           


        • Alren Alren 2 juin 12:34

          @Armelle

          « Encore une belle démonstration de ce qu’est l’esprit des enseignants chez nous.

          Une belle définition de ce qu’est l’égoïsme. Aucun mot concernant toutes ces autres corporations, lesquelles n’ont plus aucune considération et sont littéralement laissées sur le bord de la route !!! »

          « chez nous », précision nécessaire évidemment, parce que dans les pays étrangers, les enseignants perdent des journées de salaire à faire grève et usent leurs semelles dans des manifestations pour, je ne sais pas quelles « corporations », les routiers, les policiers, les peintres en bâtiment ?

          Ce « chez nous » qui ne doit pas concerner bien entendu les enseignants catholiques, est bien caractéristique de la hargne venimeuse que ressentent les réactionnaires qui ne se sont pas encore résignés à l’existence d’une école publique laïque hors de contrôle du clergé et des notables.

          C’est pendant l’Occupation que Pétain a essayé de revenir aux corporations médiévales hiérarchisées, excluant toute notion de défense syndicale ! Regrettez-vous cette époque à travers ce mot caractéristique ?

          En réalité, il n’y a que deux catégories professionnelles capables de lutter pour autre chose que "les intérêts matériels et moraux" ( expression officielle pour le but reconnu des syndicats) de leurs mandants : les enseignants pour leurs élèves et les infirmier-e-s pour leurs malades !

          « Mais c’est peut-être pourtant ce qu’ils cherchent à faire pendant leur 16 semaines de congés payés... »

          Les vacances scolaires sont d’abord et avant tout une nécessité pour les élèves ... et l’industrie du tourisme (pas corporatiste pour un sou) !!!

          Elles ne sont pas rémunérées contrairement à ce que croient les je-sais-tout, au-delà de la durée légale de congés payés. Simplement, le salaire dû pour les jours d’activité est réparti également sur douze mois : en effet, il n’y a pas de treizième mois dans la « corporation », ni de prime de Noël !


        • microf 31 mai 11:05

          Il est vraiment revolu ce temps oú le Prêtre,
          le Médécin,
          et l´Enseignant, étaient respectés.
          Aujourd´hui, ce sont les plus méprisés, d´abord le Prêtre, le Médécin et l´Enseignant.
          On comprend pourquoi la société va très mal.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 11:42

            @microf

            Vous oubliez qu’historiquement, en France, le Prêtre a conchié l’Enseignant, et vis versa.

            On peut le regretter, mais cette vieille histoire n’est toujours pas complètement refroidie.


          • Armelle Armelle 31 mai 11:51

            @Olivier Perriet

            ...Entre merdeux, le verbe est en effet bien choisi...


          • lloreen 31 mai 11:08

            Les problèmes rencontrés par les masses laborieuses - pas uniquement en France- sont directement dus à une escroquerie planétaire. Si vous souhaitez en connaître les tenants et les aboutissants, je vous invite à lire ce lien qui les résume assez clairement à en diffuser le contenu en salle des professeurs.
            http://lenouvelexode.over-blog.com/2015/03/le-sommet-de-la-pyramide-les-rothschild-la-couronne-britannique-le-vatican.html

            Dans la mesure où les professeurs représentent l’élite supposée enseigner aux futurs adultes, il me semble utile de connaître les causes pour comprendre les effets.


            • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 31 mai 11:15

              Car tout fout le camp de l’autorité au respect en passant par le devoir, certaines professions devraient être protégées par la loi. Au sens que mettre une baffe à un prof au cours de son exercice ou balancer un caillou sur un pompier couterait plus cher que de le faire sur son voisin, etc .
              Il faut remettre de la distance car certains rôles sont plus importants que d’autres même si cela en embêterait certains d’y voir une inégalité.
              Ensuite, la nature des condamnations et leurs exécutions est un autre problème, à gérer également.


              • microf 31 mai 13:05

                @Frédéric Van der Beken

                Entièrement d´accord avec vous.
                Toutefois il faudra étendre ces condamnations et éxécutions sur tous ceux qui donnent des ordres d´aller bombarder et détruire des pays qui ne les ont rien fait par exemple, qu´en dites vous ?.


              • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 31 mai 16:12

                @microf
                Je dis que vous mélangez les débats. Quel est le lien entre le respect et la protection dû à certaines professions et la politique internationale avec des présidents, chefs de guerre, lobbys économiques, alliance d’intérêts, etc .
                Pas certain que l’article de Rosemar soit l’endroit du débat à refaire le monde.


              • Orageux / Maxim Orageux 31 mai 11:38

                Mais pourquoi est-ce que l’on a fermé les yeux pendant longtemps sur ces pertes de valeurs par lâcheté de la part de certains gouvernements au nom de la paix civile ?

                Comme cela a été dit ici, tout ce qui représentait une certaine autorité : enseignant, médecin, policier, gendarme, pompier,infirmière etc....est tombé aux oubliettes avec une certaine complicité il faut dire d’élus de la Gauche qui idéologiquement sont contre toute forme d’ordre établi !!

                Il n’y a qu’à voir toutes des zones de non droit dans les banlieues des grandes villes, livrées à des bandes incontrôlables , le phénomène s’amplifiant....

                Songez un peu, on organise des marches de solidarité pour des crapules abattues par les forces de l’ordre avec le soutien des Humanistes et autres organisations d’idiots utiles !!! y compris les élus des municipalités concernées !!!


                • lloreen 31 mai 14:09

                  @Orageux
                  "Mais pourquoi est-ce que l’on a fermé les yeux pendant longtemps sur ces pertes de valeurs par lâcheté de la part de certains gouvernements au nom de la paix civile ?".

                  A mon humble avis pour préparer le terrain à une des pires sociétés qui soit : la société de consommation.
                  Je fais le lien entre le titre choisi par madame Rosemar-un raccourci saisissant...- et la société de cons...-et j’insiste sur le fait que mon propos n’ est pas méprisant.
                  Je fais simplement un constat , assez préoccupant si l’on en croit les commentaires des uns et des autres. Mais incriminer les victimes ne me semble pas être la meilleure façon de solutionner les problèmes.


                • Zolko Zolko 31 mai 16:31

                  @Orageux : « on organise des marches de solidarité pour des crapules abattues par les forces de l’ordre »
                   
                  pire, on organise des marches pour des crétins qui s’électrocutent en fuyant devant la police car ils conduisaient à 2 sans casque sur une moto de cross non homologuée.


                • Aristide Aristide 31 mai 11:56

                  Le problème de tels articles est la méthode consistant à tirer des conclusions générales et définitives à partir d’éléments marginaux ou tout du moins secondaires.


                  Personne ne peux nier qu’il existe un relâchement dans les normes de comportement des enfants, je nomme enfants tous ceux qui ont encore à apprendre de leurs parents. De là à peindre ce tableau catastrophique d’un laisser aller généralisé, il y a tout de même une distance.

                  Le pire est cette représentation d’une réalité fantasmée. Que faire ? Essayer de ramener dans ce débat une juste analyse des problèmes qui existent ? C’est peine perdue. Il faut taper fort pour être entendu, la nuance a fait place dans tous les domaines à la caricature, les profs sont des victimes sous payées d’enfants sans aucune éducation, les parents sont des irresponsables incapables de la moindre vigilance, la hiérarchie se planque pour éviter les vagues, ... Une telle description ne permet aucune proposition sérieuse. Le pire c’est que toute analyse est faussée par ce grossissement.

                  Un exemple récent, il existe une inégalité sociale qui fait que les devoirs effectués à la maison sont plus significatifs de l’intérêt des parents pour leurs enfants que du vrai niveau de l’élève. On va donc éliminer ces devoirs immondes qui révèlent un état de fait. Que ferait-on en pure logique si on voulait e en tirer profit ? Il me semble que cet outil est assez bon pour mesurer l’implication des parents, professeur, je saurais assez facilement quels sont les élèves qui sont suivis, ceux qui le sont moins et ceux qui sont abandonnés à eux même, une simple mesure de l’écart de résultat avec ceux que le professeur constate en classe. Peut être cette connaissance est utile pour adapter sa pédagogie, passer du temps sur ces élèves laissés seuls, adapter des travaux de groupes ou l’on essaie de tenir de ce niveau d’aide, ...

                  Enfin, si je suis sur d’une chose, c’est que l’on ne peut réellement « discuter » qu’à partir d’un constat partagé et là, il y a du boulot, avant de proposer des solutions. 


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 31 mai 14:29

                    @Aristide
                    Une telle description ne permet aucune proposition sérieuse etc...

                    Certes vous avez bien raison, mais on ne peut pas publier une analyse sérieuse par jour sur agoravox, même les plus grands en sont incapables.


                  • rosemar rosemar 31 mai 22:24

                    @Aristide

                    Des éléments de moins en moins marginaux, hélas... beaucoup de profs n’osent pas évoquer leurs difficultés....

                  • monde indien 31 mai 18:15

                    J ’ ai été instit. pendant 25 ans - Je suis venu à ce métier presque par hasard et par nécessité certainement - en tous cas en toute inconscience de ce qui m ’ attendait -
                    L ’ éducation Nationale est un désastre en-soi . Pas de quoi en être étonnés : n ’ est-elle pas là au service des pouvoirs en place pour promouvoir la compétition et l ’ élitisme - La qualité et l ’ humanité sont les cadets de ses soucis - L ’ institution épaulée par le buizness de l’ édition pédagogique presse le citron - Le signal de l ’ abandon à l ’ ultra-libéralisme a été donné il y a un peu + de 15 ans lorsque fut organisée la « consultation » auprès des parents , sans qu ’ aucune consultation préalable n ’ ait eu lieu auprès des acteurs du métier , les enseignants - Aucun syndicat ne broncha - Depuis tous les abus furent possibles , tous les excès des pouvoirs éducatifs , tous les désirs des parents -
                    Pas de quoi s ’ étonner qu ’ on en soit là - ... Votez Macron  ! Votez Hollande ! 


                    • rosemar rosemar 31 mai 22:17

                      @monde indien

                      Merci pour ce témoignage : l’institution tient essentiellement grâce aux profs qui pour la plupart essaient de bien faire leur travail, dans des conditions difficiles, souvent...

                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 31 mai 19:10
                      Bonjour rosemar


                      «  »Bien sûr, le mot utilisé n’est qu’une abréviation du nom « conseil »... Nous avons tous souri de cette abréviation, mais n’est ce pas, là, aussi, une réalité que vivent les professeurs ? «  »

                      Jamais dans ce domaine vous n’atteindrez le degré d’indignation qu’affiche notre auteur C’est Nabum . Le problème est qu’il n y a personne d’autre pour s’indigner ! Alors généralisons..scientifiquement parlant : 
                      NOUS SOMMES DANS UN MONDE DE CONS !

                      • rosemar rosemar 31 mai 22:22

                        @Mohammed MADJOUR

                        Un monde qui marche sur la tête, en effet : des cours d’aide personnalisée avec 36 élèves, par exemple, des inspecteurs qui ne respectent pas les enseignants, des parents qui contestent, une administration qui fait la sourde oreille, etc.

                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 1er juin 14:56

                        @rosemar


                        Vous voyez bien, dès que vous murmurez un peu de vérité, vous êtes automatiquement mal notée par les internautes...

                      • microf 1er juin 10:12

                        @Frédéric Van der Beken 31 mai 16:12

                        Merci pour votre réponse á mon commentaire d´hier oú vous écrivez ceci :

                        @microf
                        "Je dis que vous mélangez les débats. Quel est le lien entre le respect et la protection dû à certaines professions et la politique internationale avec des présidents, chefs de guerre, lobbys économiques, alliance d’intérêts, etc .
                        Pas certain que l’article de Rosemar soit l’endroit du débat à refaire le monde« .

                        Non je ne mélange rien, je voudrais vous poser de savoir s´il y aurait une hiérarchisation du RESPECT.
                        Corrigez moi si je fais une faute, un proverbe dit ceci » qui vole un oeuf, volera un boeuf".

                        Le manque du RESPECT c´est quoi ?, c´est un manque d´unité en soi, c´est une personne qui est divisée en elle, alors, cette personne va manquer du RESPECT á l´autre en le traitant comme on traite les policiers, les pompiers que vous citez par exemple.

                        Lorsqu´on ne respecte pas le Prêtre, le Médécin, l´Enseignant, le policier, le pompier, on ne peut pas aussi respecter un pays, car ce sont toujours les Prêtres, les Médécins, les Enseignants, policiers et pompiers qui vivent dans ces pays qu´on va bombarder et détruire.

                        L´être humain doit lutter de toutes ses forces contre tout ce qui le pousse á la division, que cette division soit au dedans ou qu´elle l´agresse de l´extérieur, sinon, cette personne est ménacée d´éclatement, et alors, on assiste á ce qu´on voit aujourd´hui, dans un plus petit niveau, le manque de RESPECT du Prêtre, du Médécin, de l´Enseignant, du policier, du pompier, et dans une plus grand niveau, la destruction d´un pays oú se trouve des Prêtres, des Médécins, des policiers et des pompiers.

                        Vous avez certainement vu la video qui montre la mort de Kadhafi, sodomisé á la baionnette, c´est un manque de RESPECT á un être humain, même s´il faut le tuer, mais pas de cette manière barbare.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires