• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La vulnérabilité de la doxa

La vulnérabilité de la doxa

Très à la mode actuellement, la question environnementale, notamment le réchauffement climatique, domine le discours médiatique et politique, et, en vue de diverses élections, nationales et régionales à venir, la boîte à idées est pleine à craquer. 

JPEG

Ainsi, la responsable du Ministère fédéral allemand de l’environnement, la socialiste Svenja Schulze, propage l’interdiction des sachets plastiques pour les remplacer avec des sacs à base de déchets marins. La nouvelle Ministre fédérale de la défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, dont le parti CDU prône la privatisation des services publics, propose une réduction de prix du billet de train. Le Ministre-président de Bavière, Markus Söder, chef de l’Union chrétienne sociale CSU, exige, quelle inspiration divine, la sortie immédiate du charbon, une matière dont l’extraction et le traitement dépendent surtout les anciens Länder de la RDA, Sachsen et Brandenbourg, en tout cas pas son propre fief, la Bavière. 

Quoi qu’il en soit, l’abandon de la production énergétique à base de charbon, dont la toxicité pour les voies respiratoires des travailleurs et des habitants, n’ont jusqu’à présent pas donné lieu à trop d’inquiétudes de la part des autorités sanitaires, y représente en effet un défi économique majeur.

La perte, sans alternative, des seuls emplois relativement bien rémunérés, dans une région, ravagée par le chômage, ne reste pas sans conséquences. Les effets désastreux que produit l’exode massif, notamment de la jeune génération, vers les centres urbains de l’ouest, sur la vie économique et sociale, apportent de l’eau au moulin de la formation politique d’extrême droite AFD (Alternative für Deutschland), qui représente actuellement la troisième force au Bundestag, derrière l’establishment de la CDU et la SPD.

La source principale de production d’électricité d’Allemagne reste néanmoins le charbon, avec une part de 44% du mix, suivie par les énergies renouvelables, 30% (dont 3% d’énergie hydraulique), et l’énergie nucléaire, 14%. En comparaison avec la France, où le charbon ne pose pas problème, car seulement 2,2% du mix, les énergies renouvelables représentent de modestes 16% (dont 10% d’énergie hydraulique). Le problème environnemental majeur de la France n’est donc pas le charbon, mais la production d’énergie nucléaire, 77 % du mix. (Banque Mondiale)

Pour l’anecdote, la Suisse, où la part des sources d’énergies renouvelables s’élève à 64%, dont les 60% d’énergie hydraulique attirent la convoitise du lobby énergétique, elle pèche, à l’instar de la France, par une dépendance à l’énergie nucléaire, à hauteur de 35%.

L’enjeu climatique est, en effet, à mettre en perspective avec la bombe à retardement des 12'000 tonnes de déchets hautement radioactives générés chaque année par la production d’énergie par fission nucléaire.

Dû à la lente décroissance de leur radiotoxicité, le législateur allemand, par exemple, exige des lieux de stockage définitifs, pour les déchets hautement radioactifs, conçus pour 1 million d’années, or le seul dépôt « sûr » du genre, actuellement en fonction, le site d’Olkiluoto, une ile finlandaise, dispose d’une capacité de stockage de 6'500 tonnes de déchets, moyennement et hautement radioactifs, conçu pour une durée de 100'000 ans. Pour son mode d’extinction l’humanité a donc l’embarras du choix.

La « complexité » du « perpetuum mobile » de la production énergétique, l’atome, à l’instar de « l’unique système politique et économique valable, celui qui repose sur la propriété privée des moyens de production et le libre échange sur les marchés, grâce à la libre concurrence », le capitalisme, interdit au commun des mortels de poser des questions non autorisées, voire d’émettre des critiques. Le politique préfère donc la boîte à idées.

Mettre en question le capitalisme relève de l’hérésie, à l’instar de la mise en cause du commerce des indulgences, pratiqué par l’église catholique au 16ème siècle, dans le but de renflouer les caisses du clergé, ou les poches des actionnaires de nos jours.

A l’instar des nombreux politiques contemporains, autoproclamés serviteurs à la cause du peuple, le réformateur Martin Luther s’attaquait bien à la doctrine omnipotente de l’église catholique, un des piliers du système féodal, sans jamais toucher toutefois à la structure du pouvoir économique, le mécanisme de la redistribution des richesses, contrairement à son adversaire et ancien disciple, le pasteur révolutionnaire, Thomas Müntzer, instigateur et meneur de la révolte des paysans entre 1524 et 1526 contre la cupidité de l’aristocratie, activité qui lui avait coûté la vie, ou la tête, selon les pratiques de l’époque. 

C’est une triste réalité historique. Les révolutions émanant du peuple, qui par ailleurs se comptent sur les doigts d’une main, n’ont jamais excédé la durée de quelques mois, si on prend comme exemples les guerres des paysans en Angleterre, en Suisse et en Russie, la commune de Paris, ainsi que l’expérience anarchiste éphémère pendant la guerre d’Espagne.

On retrouvait l’effigie de Thomas Müntzer sur le billet de 5 Mark de l’ancienne RDA tandis que la mémoire du réformateur Martin Luther, figure encombrante de l’anticléricalisme communiste, subissait une existence misérable jusqu’à la chute du mur. Voilà où nous en sommes, match nul. Point de fin de l’histoire, mais, peut-être, une occasion de mettre les choses à plat.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 septembre 18:41

    "C’est une triste réalité historique. Les révolutions émanant du peuple, qui par ailleurs se comptent sur les doigts d’une main, n’ont jamais excédé la durée de quelques mois, si on prend comme exemples les guerres des paysans en Angleterre, en Suisse et en Russie, la commune de Paris, ainsi que l’expérience anarchiste éphémère pendant la guerre d’Espagne."

    Si on considère l’expérience dans les sociétés de masse, c’est exact, mais lorsque il s’agit de plus petites communautés, où c’est l’auto-gestion qui prévaut, alors les durées sont plus longues (variables).


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 septembre 19:53

      « Point de fin de l’histoire »

      Rappelons P. Clastres :

      « L’apparition de l’État a opéré le grand partage typologique entre “sauvages” et “civilisés”, elle a inscrit l’ineffaçable coupure dans l’au-delà de laquelle tout est changé, car le Temps devient Histoire. »


    • Spartacus Spartacus 16 septembre 20:20

      C’est pas le capitalisme qui fait payer plus cher les sacs plastiques....  smiley

      C’est la bureaucratie collectiviste européenne 

      C’est juste une fumisterie élaborée en 2018 pour compenser la perte du budget Anglais en cas de départ Brexit par une une taxe européenne sous la forme d’une taxe de 80 centimes par kilo de déchets plastiques.

      Il faut donc imposer une généralisation de la collecte dans les pays sur les déchets sous motifs écolos-bidonnés et une bien grosse diabolisation que les intellos gauchistes se chargeront d’amplifier pour centraliser une taxe généralisée pour remplir la gamelle du budget européen.


      J’ai lu cet article en juin 2018..

      https://capx.co/the-eus-brexit-tax-power-grab/

      Ça se concrétise doucement vers le but ultime... La taxe « intéressée » de la nomenklatura européenne..

      Et les idiots utiles qui font de la pub contre les horribles et méchants sacs plastique ne comprennent pas que c’est juste de la pub pour des impots.

      Recycler des sacs plastiques consomme plus d’énergie, crée plus de nuisances indirectes et pollue plus in-finé que les brûler....

      Mais va dire ça aux bobos qui rêvent de régulation et de directivisme et de haine anti capitaliste.


      • Kapimo Kapimo 16 septembre 22:28

        @Spartacus

        Les sacs plastiques, c’est dégueulasse, parce qu’on les retrouve partout (champs, rivières, mers) et qu’on finit par les retrouver dans la chaîne alimentaire..
        https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/06/l-homme-ingere-des-particules-de-plastique-par-millier-et-en-produit-toujours-plus_5472266_3244.html

        L’homme est par nature irresponsable, donc il faut lui laisser le moins possible la possibilité de polluer.
        Il faut supprimer les sacs et emballages plastiques, avec ou sans taxe.


      • Spartacus Spartacus 17 septembre 08:44

        @Kapimo
        Quand on vous dit que les écolos gauchistes détestent les gens !  smiley

        « L’homme est par nature irresponsable ».
        « il faut lui laisser le moins possible la possibilité de polluer »

        C’est toute le rapport au autres de la pensée gauchiste collectiviste résumée.  smiley
        La détestation de l’homme (les autres) et l’envie de priver des libertés (les autres) sur la base de clichés idéologiques sans analyse réfléchie et idées simplistes autoritaristes... 

        L’homme est responsable !
        C’est les conditions d’éducation et les ressources sanitaires qui sont responsables.
        10 fleuves sont responsables de quasi toute la pollution des mers.
        https://www.breizh-info.com/2017/10/24/80119/95-plastique-polluant-oceans-provient-10-fleuves

        Et remplacer le plastique par quoi ?
        Le coton serai moins polluant, le papier moins polluant ?
        Ils sont plus énergivores ou foncierivore que le plastique.
        Quel produit est plus saint que le film plastique alimentaire ?

        Fausses solutions toujours coercitives, juste pour placer l’idéologie ecolo avant l’homme...
        L’écologie est un totalitarisme.


      • Gollum Gollum 17 septembre 09:29

        @Spartacus

        C’est les conditions d’éducation et les ressources sanitaires qui sont responsables.

        C’est assez drôle d’écrire cela... Car c’est typiquement de la « pensée » gauchiste...

        Pour les collectivistes (au fond vous en êtes un quelque part ?) l’homme n’est jamais personnellement responsable. C’est le Parti qui est responsable, le collectif.. d’où l’absence d’appel à la responsabilité individuelle dans toute société marxiste-léniniste de bon aloi.

        Et vous reprenez exactement les mêmes excuses bidon. C’est la faute aux structures.. Toute la pensée de mai 68 ressort de cette volonté de déresponsabilisation qui a suivi notamment dans l’EN, milieu particulièrement gauchisant et qui a vu l’autorité s’évaporer jusqu’à la situation calamiteuse d’aujourd’hui..

        Comme quoi les extrêmes se rejoignent. Vous qui êtes un capital-libéral raisonnez comme un gaucho.. CQFD. 


      • Gollum Gollum 17 septembre 09:35

        @Spartacus

        Et remplacer le plastique par quoi ?

        ça existe déjà. Des emballages à base végétale, biodégradables... smiley

        D’un autre côté si l’on ne fait pas les efforts de recherche nécessaires, sous prétexte que la nature c’est maaal.., que l’écologie est un fascisme et qu’il faut laisser faire les gens  surtout les libéraux  faire ce qu’ils veulent, on ne risque pas d’y arriver. smiley

        Enfin dire le plastique on le remplace par quoi tout en mettant en avant la marche irrépréssible du progrès et de la science a quelque chose d’assez surréaliste..
        Pour le plastique donc la science n’y arriverait pas quoi ? Là le progrès ne fonctionnerait plus et il faudrait bouffer du plastique jusqu’à ce que mort s’ensuive..


      • Spartacus Spartacus 17 septembre 10:47

        @Gollum
        Le titre écolo ne fait pas une vérité....

        « Des emballages à base végétale, biodégradables.. »
        S’ils sont de qualité, économique, ça se mettra en place tout seul. Mais ce n’est pas réel, un fantasme...

        La base « végétale » quelle nuisance énergétique nécessaire pour la sortir ? Les couts écolo et financier ont ils étés évalués ? quelle nuisance foncière necessaire ? Biodégradable jusque quel point ? Subventionné ?
        Une fausse bonne idée comme les éoliennes, la fin du nucléaire en Allemagne, le refus de la science de chercher des solutions OGM ou la destruction du riz doré ?

        Le problème c’est que l’écologie ne peut pas être laissée a des écologistes.
        Derrière les écologistes c’est une vision de la société sous forme collectiviste et dirigiste similaire au communisme pour un appauvrissement généralisé.

        Un société pourrie d’enfants gâtes du capitalisme, qui ont oublié la source de leur richesse et recherchent un appauvrissement par la destruction de la consommation et de leur source de bien être dont ils ne savent pas profiter. 

        Il y a trop de mise en avant de choix simplistes face a des problèmes plus complexes que les apparences et qui sont l’inverse du progrès.
        Trop de réflexion sur des clichés et des solutions clichés.


      • samuel 17 septembre 10:53

        @Spartacus

        « La base « végétale » quelle nuisance énergétique nécessaire pour la sortir ?  »

        Le dernier 4*4 à la mode ! Quelle nuisance énergétiques pour le faire rouler ?

        « appauvrissement généralisé »

        Si on accepte le constat que la richesse actuelle de nos société est l’enfant des énergies fossiles, l’appauvrissement viendra avec la fin de ces énergies fossiles.


      • Spartacus Spartacus 17 septembre 11:41

        @samuel
        Idées simplistes aux problèmes complexes et diabolisation des autres pour imposer son idéologie. Une forme de pensée unique...  smiley

        Un 4x4 dure 20 ans contrairement à des véhicules classiques qui durent une dizaines d’années.
        Sa nuisance énergétique pour la produire est donc potentiellement de moitié de celle d’une berline.

        La sécurité en cas de choc dans un 4x4 est plus forte que dans un véhicule traditionnel. Sa nuisance sur les coûts hospitaliers accidentels est moindre.

        Un 4x4 est majoritairement utilisé par professionnels et des usages spécifiques, pompiers artisans, habitants en montagne et répond a une nécessité de 4 roues motrices...

        La nuisance se mesure en parallèle son utilité.
        Maintenant si tu préfère que les pompiers ailles combattre le feu en Fiat 500 et s’embourbent à chaque détour dans les sentiers...
         
        La richesse actuelle a commencé après le féodalisme avec les comptoirs de Venise et Gènes par le commerce libre et l’économie de marché et la compétition commerciale entre les pays européens. Ce n’est pas l’énergie. Le constat est faux.

        L’appauvrissement vient de la spoliation du capital.
        Les écolos appauvrissent les gens.
        En diabolisant la voiture ou le cyclomoteur, ils appauvrissent la valeur du capital du 1er achat de celui qui a peu de moyen.
        En taxant les énergies, du carburant, ils agrègent le pouvoir d’achat général des gens.
        En taxant et contraignant des investissements énormes pour les logements ils appauvrissent les gens.


      • samuel 17 septembre 12:25

        @Spartacus

        J’ai envie de répondre, que vos considérations et vos calculs sont simplistes pour coller à votre idéologie.

        « Sa nuisance énergétique pour la produire est donc potentiellement de moitié de celle d’une berline. » Faites le calcul et prouvez-le. ça ne change pas le fait que durant sa durée de vie, l’usage sera plus couteux en carburant. La production d’un 4*4 doit surement être plus couteux que n’importe qu’elle citadine essence (qui dont maintenant facilement leurs 200/300 000 Km). 

        « La sécurité en cas de choc dans un 4x4 est plus forte que dans un véhicule traditionnel. Sa nuisance sur les coûts hospitaliers accidentels est moindre. »

        Sauf pour celui qui se trouve dans le véhicule d’en face !

        "Un 4x4 est majoritairement utilisé par professionnels et des usages spécifiques, pompiers artisans, habitants en montagne et répond a une nécessité de 4 roues motrices...Maintenant si tu préfère que les pompiers ailles combattre le feu en Fiat 500 et s’embourbent à chaque détour dans les sentiers... 

        « 

        Paris doit-être remplie de pompier et d’agent de l’ONF alors !

        Vous voyez, le monde est encore plus complexe que vous ne l’imaginiez !

         »La richesse actuelle a commencé après le féodalisme avec les comptoirs de Venise et Gènes par le commerce libre et l’économie de marché et la compétition commerciale entre les pays européens. Ce n’est pas l’énergie. Le constat est faux."

        Toutes les maisons étaient chauffées l’hiver (20°C constant pour 30m²/habitant) ?Tous les citoyens avaient la liberté de faire 1000Km sur un week end pour le loisir ? Ils pouvaient tous disposer d’un véhicule personnel ?
        Ils avaient déjà des sacs plastiques ?
        Ils avaient accès à des ananas en allant chez l’épicier du coin, en permanence et pour TOUS ?

        Libre marché ou pas, un tractopelle fourni en 1h le travail d’un homme d’une semaine. Elle est là, la richesse. Pas ailleurs !

        Je te garantie que tu peux instaurer le libre marché sur l’ISS, si il n’y a pas de ravitaillement régulier grâce aux phénoménales quantité d’énergie pour envoyer une fusée, t’ira pas très loin en terme de richesses produites !!!!


      • samuel 17 septembre 12:38

        @Spartacus

        J’hésite à caricaturer vos propos comme vous le faites avec les miens. Utiliser ce genre de procéder rhétorique (sophisme de l’homme de paille) est assez malsain. Mais on peut rire un peu de son interlocuteur lorsqu’il est de mauvaise foi manifeste. Donc si je devais caricaturer votre propos, ça donnerai ça.

        Si on reprend l’exemple du 4*4, je pense que vous avez raison. Les passages de 4*4 lors d’un accident sont moins sujet à des blessures lorsque cet incident survient lors d’une collision avec un autre véhicule plus léger.

        Et comme ce sont les personnes aidées qui peuvent se payer un 4*4, on en conclut que ce sont des pauvres qui se trouvaient dans le véhicule léger. Vu la force de l’impact, ils sont surement tous morts. Le 4*4 règle donc plusieurs problèmes.

        Il évité des frais d’hospitalisation. Il relance l’économie des pompes funèbres et il règle également le problème du chômage (les chomeur roulent rarement sur l’or).

        Ah la la. La complexité du monde !


      • Armelle Armelle 17 septembre 12:41

        @Spartacus
        L’ecologie.... Un sujet similaire aux problématiques d’alimentation, lesquelles ne sont des problématiques que dans les pays occidentaux, ( et si par hasard d’autres pays en ont, ce sont avec NOS merdes) et portés par ces mêmes bobos, ces ahuris, ravis d’avoir sous la main un sujet croustillant, alimentant leur lutte contre le capitalisme dont ils profitent bien allègrement chaque jour, et dont la confiscation du moindre de ses fruits les rends fous de rage au point de descendre battre le pavé dans les rues !!! ...La magnifique et récurrente honnêteté intellectuelle de bonne gauche Française...
        Personne ne peut revendiquer la vertu nécessaire pour se prétendre écolo. Ce mot est oublié systématiquement dès que le « moi je » s’impose, et le « moi je » est permanent. Il suffit d’observer nos rues depuis qqes années, et qui ne portent que des manifs ou grèves corporatistes. L’écologie est d’abord une histoire individuelle, qui doit devenir collective. Cela ne peut être une problématique politique, qui par définition passera encore par des dispositions directives, sources de privations, interdictions et autres ordres dont la légitimité n’est assurément pas admise, il suffit de voir dans quel pétrin nous sommes...
        Le collectivisme associé à la démocratie représentative aura été et restera la pire des situations pour l’être humain... Mais bon, c’est tellement rassurant pour les adeptes de la médiocrité.
        Et puis le jour où, plus généralement encore, quand les problèmes seront vu dans LEUR GLOBALITÉ, et en plus exempt de tout clientélisme, nous pourrons peut être percevoir une amélioration...


      • alinea alinea 17 septembre 13:51

        @Gollum
        Combien de millénaires l’espèce humaine a-t-elle vécu sans plastique, qui plus est à usage unique ? C’est à se demander quels mutants nous entourent !


      • alinea alinea 17 septembre 13:56

        @Armelle
        Les privations sont incontournables, et comme les gens sont aveugles et égoïstes, cela passera forcément par des interdictions.
        Si chacun ouvre les yeux, sans les refermer aussitôt d’effroi, pas besoin d’interdictions, mais restent les privations, or, se priver du nuisible, du mauvais et, au mieux, du superflu, c’est quand même pas une épreuve insurmontable quand on en voit bien le pourquoi, si ?


      • Gollum Gollum 17 septembre 16:03

        @alinea

        Oui, notre Spartacus est dingue.

        Je reprends juste une de ses phrases.. : S’ils sont de qualité, économique, ça se mettra en place tout seul.

        Voilà le critère ultime : il faut que cela soit économique. Oui mais pour qui ? Pour les entreprises. Pour la nature c’est pas économique, c’est polluant mais notre libéral à courte vue n’en a cure.

        Et après il a le culot, plus loin, d’évoquer la pensée complexe, alors que ce qui caractérise le capitalisme c’est l’absence de pensée complexe (Voir Edgar Morin entre autres). La pensée complexe implique de prendre en compte les coûts cachés environnementaux, entre autres...

        M’enfin bon... smiley


      • Spartacus Spartacus 18 septembre 09:00

        @Gollum
        Economique pour les gens !

        Un plastique n’est pas plus polluant qu’un vélo de bobo, ou un sac en papier ou coton qui polluent plus à la conception. C’est les écolos-gauchistes comme toi qui polluent les libertés et imposent le totalitarisme au nom de la fabrication d’un mirage d’une nature injustement traitée.

        Ce sont des problèmes de gestion de déchets, les cocos bobos en font un totalitarisme fantasmé.

        Quand on vous dit que les écolos-gauhistes n’aiment pas les gens et préfèrent leurs idéologie et leurs clichés quitte a pénaliser tous les gens..

        L’écologisme est un nouveau communisme...


      • Spartacus Spartacus 18 septembre 09:04

        @alinea
        Toute la mentalité gauchiste qui se répète de gauchiste en gauchiste....

        On peut refaire le même commentaire que quelques post précédents....

        Quand on vous dit que les écolos gauchistes détestent les gens ! 

        Les privations sont incontournables« 

         »et comme les gens sont aveugles et égoïstes, cela passera forcément par des interdictions."

        C’est toute le rapport au autres de la pensée gauchiste collectiviste résumée. 
        La détestation de l’homme (les autres) et l’envie de priver des libertés (les autres) sur la base de clichés idéologiques sans analyse réfléchie et idées simplistes autoritaristes... 


      • Spartacus Spartacus 18 septembre 09:09

        @alinea
        « Les privations sont incontournables, et comme les gens sont aveugles et égoïstes, cela passera forcément par des interdictions. »

        Vous êtes tous pareils. Vous vous prenez pour des lumières et avez tous un dédain sur l’ensemble des autres.
        Vous n’aimez pas les gens, les diabolisez, les ringardiser et ne souhaitez pour les autres que des contraintes et la dictature......

        La vérité est que les écolo-gauchistes n’aiment pas les gens et accordent plus de valeur à l’idéologie qu’aux autres.....
        C’est la constante criminogène du socialisme.


      • samuel 18 septembre 10:24

        @Spartacus

        « Un plastique n’est pas plus polluant qu’un (...) sac en papier ou coton »
        « C’est la constante criminogène du socialisme. »

        Rendez vous compte ! On demande à la population de ne plus utiliser de sacs plastiques mais des sacs biodégradables ou alors des sacs réutilisables. Pire, des paniers en osiers !

        C’est le retour au 19ème siècle des bobobs arrièristes. smiley
        Les goulags sont aux portes de Paris smiley


      • Armelle Armelle 18 septembre 13:58

        @alinea bonjour,
        Non désolée, les privations ne sont pas incontournables, ça c’est juste une acceptation de la médiocrité, une volonté « facile » de soigner les causes plutôt que les conséquences. En fait dans votre monde collectiviste, le joli terme « ensemble » qui d’ailleurs n’a pour moi de vérité et de réalité qu’en famille, a la fâcheuse tendance à pénaliser les plus vertueux !!! ...Un comble !!!! Ce sont tjrs les « bons » qui payent pour les « mauvais », d’autant que ce système tend à produire du « mauvais », puisque celui-ci est « porté » par la collectivité. 
        Avec de tels systèmes, vous ne construirez jamais une société harmonieuse et sécurisée. Plus vous porterez la médiocrité, plus elle se développera, c’est comme ça, c’est une loi de la nature. Et c’est pour cette raison par exemple que le nombre de prisons sera toujours en hausse. C’est d’ailleurs un exemple qui DEMONTRE INDISCUTABLEMENT que votre système ne fonctionne pas, 
        « cela passera forcément par des interdictions » ; ce propos image bien cet état d’esprit que j’estime égoïste dans la mesure où les dispositions qui y sont associées indique que le genre humain n’est pas disposé à de quelconques sacrifices, des sacrifices générationnels pour espérer voir naître de nouvelles générations plus vertueuses. Chaque individu ramène ces questions à son échelle, à son infime passage sur terre, donc le « moi je », et le problème économique (et écologique) actuel le démontre formidablement bien. Nous dépensons depuis 40 ans, l’argent de nos descendants sans se poser la moindre question sur ce que subiront nos enfants. Nous leur laissons un désastre économique et écologique et partout l’on constate une grande partie de ce « nous » se permettre de donner des leçons et prétendre qu’il est, par les privations et les interdictions que la solution se nicherait ???????? C’est un non sens !!!
        Chez les rats, quand une nouvelle denrée alimentaire est trouvée, la communauté envoi le plus vieux pour « goûter » !!! Bah nous sommes bien loin de cela !!!  Chez nous c’est l’inverse, on sacrifie les derniers arrivés et votre principe d’interdiction ne saurait en constituer la solution puisque l’état lamentable de la société le démontre encore une fois aujourd’hui, à moins que vous ne puissiez me prouver le contraire Alinéa !!! C’est un peu à l’image de la médecine occidentale, où nous soignons les conséquences plutôt que les causes.
        Je n’en veux pas de votre monde. Il est sans espoir de liberté, laquelle est le propre de la vie !!! Il faut juste en accepter les conséquences....quitte à en « sacrifier » qqes uns...même si je fais partie des « qqes uns » !!! 


      • samuel 18 septembre 14:09

        @Armelle
        Des écologistes conséquents, il en existe. Souvent catalogué à « l’Ultra gauche », ces personnes occupent des ZAD et font défection de la société de consommation au maximum de leur possibilité.
        Malheureusement, le prix à payer est la vindicte populaire et surtout les grenades de la gendarmerie possible. 
        Il n’y a aucune incohérence intrinsèque à « profiter » d’un système (le Capitalisme si celà a un sens mais admettons) et à le critiquer. L’homme est un animal de l’habitus. Nous sommes tous comme ça à l’exception de personne hors du commun. Encore que les histoires personnelles justifient souvent des positions radicales.

        Et c’est justement parce que l’homme est un animal de l’habitus que la coercition est la seule méthode pour imposer des politiques. Une amende ne fait jamais plaisir mais a toujours une justification (parfois discutable).


      • Armelle Armelle 18 septembre 14:32

        @Armelle
        D’ailleurs cette question nous ramène tjrs au même problème ; LE RISQUE.
        Il est certain que dans une société constituée principalement de salariés et de fonctionnaires, des gens portés toute leur vie par le « risque » des autres (une poignée) et non le leur, je comprends que cette notion du « tout m’est dû » ait pu prendre une telle ampleur au point que chaque individu se retranche vers la réglementation, la loi, en perd alors tte responsabilité individuelle, voir la raison (inutile puisqu’il y a la loi) et le risque par conséquence. Une vie dont la courbe pourrait être à l’image d’un encéphalogramme plat !!! Ha bah oui mais sécurisant Ginette !!!!! Pourquoi s’emmerder, il y a les flics et les prisons pour les délinquants ça marche pas mais tant pis, au moins y a la façade), les assédics pour les chômeurs, la caf pour les uns, les allocs pour les autres... Enfin tout un merdier avec tout une panoplie de produits ; des anabolisants économiques distribués par ce bel état providence et des hypnotiques que fabrique le système lui-même !!!
        Un société de mollusques assistés et revendicateurs d’une légitimité totalement artificielle, et revenue en qqes décennie à l’état « digestif ». 
        Enfin en tous cas si la sélection ne se fait pas par l’homme lui-même, croyez-moi la nature s’en chargera...
        DONC OUI Alinéa nous sommes bien dans une société d’égoïstes mais votre solution de thérapie punitive n’est décidément pas la bonne, c’est ce qui est fait depuis des lustres et pourtant nous nous enfonçons chaque jour davantage !!! La société romaine devrait être pour nous un exemple pourtant formateur...


      • alinea alinea 18 septembre 14:35

        @Spartacus
        C’est tout à fait vrai : la capitalisme adore les gens...couchés, serviles et soumis.
        Moi, c’est le contraire, alors, c’est vrai, je ne les aime pas couchés, serviles ni soumis.


      • Armelle Armelle 18 septembre 14:46

        @samuel
        « Et c’est justement parce que l’homme est un animal de l’habitus que la coercition est la seule méthode pour imposer des politiques. Une amende ne fait jamais plaisir mais a toujours une justification (parfois discutable) »

        Cela pourrait s’entendre dans un résultat constaté d’amélioration mais c’est loin d’être le cas dites-moi, dans l’exemple que vous donnez des contraventions, celles-ci sont en augmentation (en nombre) chaque année !!!!!!!!!
        A ; Einstein disait ;
        « La bêtise, c’est faire toujours la même chose et en attendre des résultats différents »
        Ce propos est difficilement discutable...
        C’est là toute la différence entre « entêtement » et « persévérance ». On dit souvent « têtu » comme un âne, non ?


      • Armelle Armelle 18 septembre 15:16

        @alinea
        « C’est tout à fait vrai : la capitalisme adore les gens...couchés, serviles et soumis.
        Moi, c’est le contraire, alors, c’est vrai, je ne les aime pas couchés, serviles ni soumis
         »
        Alors déjà, seul le capitalisme a pu sortir de la misère l’ensemble du peuple !!! Je ne connais aucun autre système capable de cela !!! ...On jette le bébé avec l’eau du bain Alinéa ? Voyons !!!
        Le communisme, c’est le contraire d’ailleurs...
        Et puis pour les gens « couchés, serviles et soumis », on notera bien évidemment qu’il s’agit d’une grossière et maladroite caricature. L’individu ne prend pas le risque mais s’abrite sous celui de « l’autre » et vient se plaindre qu’il est alors servile ? Mais !!!, !, !,, quand on travaille pour les autres on est forcément servile !!!! d’ailleurs rien n’ empêche de prendre sa liberté, au même titre que l’origine est un contrat pour lequel il a eu le choix de signer ou pas !!!
        Le problème dans votre discours est que vous rapportez constamment votre analyse vers le modèle salariat du cac !!! Il y a 1.200.000 entreprises en France, dans lesquelles la plupart des gens s’y sentent bien et sont contents de leur activité et satisfaits de leur salaire (parce que cohérent avec ce qu’ils apportent à l’entreprise).
        C’est dommage votre discours manque d’objectivité, c’est juste une caricature...Certes ce que vous décrivez est juste mais ne reste pas général. 
        Dans notre société aujourd’hui, être soumis (professionnellement je parle) est un choix, et le salaire est souvent en cohérence avec la valeur ajoutée engendrée. 
        Désolée de vous le répéter mais en général si x gagne 50.000 euros par moi, c’est sans doute parce que ce peu de monde sait faire ce qu’il sait faire. C’est comme ça c’est une autre loi de la nature. Ce qui est rare devient cher, c’est comme ça, et d’ailleurs nos sociétés d’état font la même chose, les billets de train pdt les périodes de vacances, là où tout le monde en veut, prennent d’un seul coup 10,20 voire 30% ; et même sous des gouvernements de gauche, c’est comme ça !!! Vous avez une autre solution de sélection ? 
         


      • samuel 18 septembre 15:26

        @Armelle

        Cela pourrait s’entendre dans un résultat constaté d’amélioration mais c’est loin d’être le cas dites-moi, dans l’exemple que vous donnez des contraventions, celles-ci sont en augmentation (en nombre) chaque année !!!!!!!!!

        Ne serait-ce pas plutôt lié à la mise en place de contrôle plus nombreux, à l’automatisation de l’amende (les agents avaient la latitude d’être gentil pour 5-10Km/h) ? Bref, votre contre exemple ne me convaint pas.


        Votre point aveugle est de traiter l’homme comme un être parfaitement rationnel dont toutes les décisions sont prises sur la base de calculs.

        Comme si j’allais poser des équations d’analyste financier pour aller acheter des poireaux chez le marchand. En temps habituel l’homme n’utilise que très peu la partie rationnelle de son cerveau.

         https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_1_/_Syst%C3%A8me_2_:_Les_deux_vitesses_de_la_pens%C3%A9e

        En n’utilsant mon intuition seule, je subodorre que l’habitus de l’homme est très fortement liée à son foncitonnement cérébral paresseux. En aparté c’est ce qui a permi à l’homme de survivre jusqu’à maintenant.

        A ; Einstein disait ;


        « La bêtise, c’est faire toujours la même chose et en attendre des résultats différents »
        Ce propos est difficilement discutable...

        C’est là toute la différence entre « entêtement » et « persévérance ». On dit souvent « têtu » comme un âne, non ?

        Je ne vois absolument pas ce que vous voulez démontrer ici à part faire appelle à une autorité (en physique ...)

      • Armelle Armelle 18 septembre 16:59

        @samuel
        Comment ça vous ne voyez pas !!! je m’exprime mal à ce point ?
        C’est pourtant clair, et limpide. 
        Nous avons choisi la répression au détriment de l’éducation et de la prévention et le résultat montre que les résultats ne changent pas, voire sont pires. C’est un peu à l’image de nos prisons dont les places sont manquantes de façon croissante, signe que ce système ne fonctionne pas et pourtant nous nous entêtons à le préserver !!! Cela s’appelle l’entêtement !!! 
        Alors désolée je trouve imbécile et crétin de faire toujours la même chose et attendre que les résultats soient différents ? Pourquoi d’ailleurs le seraient-ils puisqu’on ne change rien ?
        Moi je pense que c’est surtout parce que l’humain, dans son infinie prétention s’est dit construire une société idéale avec rejet catégorique du « défaut » pour protéger les gens, sauf que le zéro défaut ça n’existe pas et vous pourrez mettre en place le système le plus élaboré qui soit, les défauts seront tjrs présents. Il faut juste les intégrer et vivre avec. J’aime bien cet état d’esprit des pays bas où j’ai travaillé qqes temps ; C’est leur situation géographique et le risque majeur qui est lié qui leur a façonné cette façon de penser. Celle-ci est basée sur le fait de ne pas rejeter un problème puisqu’il sera tjrs là, mais plutôt l’accepter, vivre avec et l’accompagner, l’encadrer, même si les conséquences font des dégâts, car ces derniers seront tjrs moins importants... C’est l’acceptation du risque, l’acceptation des conséquences, car un monde zéro défaut ne se voit que dans les contes pour petites filles en robe rose...Mais bon « faire l’autruche » est une caractéristiques bien Française, la façade est le plus important !!! Une magnifique façade en toc...
        Cela me fait penser au Ricains qui avant que Manhattan se construise ont utilisé cette îlot pour y coller tous les « défauts » (les fous, les sdf, les détraqués sexuels, les homosexuels et les autres (ceux qui ne sont pas dans le moule) et donnant mauvaise image à New York, pour faire « style » d’une ville propre et saine... 
        La seule, unique et vraie solution à un problème est celle qui supprime le problème et non celle qui le cache, ou pire celle qui le nourrit comme nous le faisons nous !!!
        Ce sont les rêveurs qui pensent qu’une société pourrait devenir vertueuses sous l’effet d’une politique quelconque, décrétée et contrôlée par des individus lambda élus mais indiscutablement pas plus « sachants » que les autres, on en a malheureusement la preuve aujourd’hui...


      • alinea alinea 18 septembre 19:30

        @Armelle
        Je répondais à Spartacus qui disait que les socialistes, les vrais, les anarcho-socialistes quoi, n’aimait pas les gens ! À caricature caricature et demi !
        Sinon, je n’aime que ce que je connais, et j’attends qu’on vienne me démontrer que le contraire est possible !


      • Armelle Armelle 19 septembre 01:12

        @alinea
        J’entends bien Alinéa, je me suis juste appuyée sur votre remarque pour poser la mienne, concernant un sujet qui me passionne. Pas plus...moi vous savez, les cons, ou ceux qui n’aiment pas les gens sont partout, à gauche, à droite et au milieu
        Sinon heu... démontrer que le contraire est possible ne se lit ni ne s’explique !!! ça se vit !!! Par conséquent il faut l’essayer pour voir...
        Ce qu’Il y a pire que l’échec, c’est de ne pas essayer !!!
        Je suis profondément affectée par ce qu’on laisse à nos enfants mais qqe part heureuse de n’avoir aucune chance de le vivre dans 30 ans...(Un peu d’égoïsme dans ma pensée, n’aggravera pas la situation) smiley

         


      • samuel 19 septembre 10:51

        @Armelle

        « Nous avons choisi la répression au détriment de l’éducation et de la prévention et le résultat montre que les résultats ne changent pas, voire sont pires. »

        Nous => qui ?
        choisi la répression à la prévention => dans quel domaine  ? L’écologie (pour rappel c’est le sujet de discussion) ? La distribution de poubelles de tri « gratuitement » est de la répression ?


        Ce sont les rêveurs qui pensent qu’une société pourrait devenir vertueuses sous l’effet d’une politique quelconque, décrétée et contrôlée par des individus lambda élus mais indiscutablement pas plus « sachants » que les autres, on en a malheureusement la preuve aujourd’hui...

        Vous nagez en plein individualisme. C’est la société qui détermine ce que vous êtes et pas votre volonté propre. Pour plusieurs raisons.

        C’est la société qui détermine vos conditions d’existence. C’est la société qui détermine les limites du pensable et de l’impensée. Vous le dites vous même par ailleurs. Vous êtes allé aux Pays-Bas et vous y avez ressenti une manière de penser différente. Ce n’est pas l’individu qui impose une manière. La manière diffuse dans la société. C’est une institution informelle, qui peut être destituée/remplacée par une autre mais qui détermine les individus.

        Je prend la société au terme le plus large possible. La société, ce n’est pas que l’Etat. L’Etat en est la réalisation politique la plus large qu’il nous soit donné d’appréhender par des mécanismes imparfait et discutable (vote, représentativité, etc ...). La société ce sont aussi les associations, les ONG, les thinks tank, les lobbies, etc ...

        Donc, la façon la plus rapide de changer les manières d’une société, c’est d’affecter ses agents (par la prévention, la répression, l’incitation, ...) pour qu’ils changent leurs manières.


      • Armelle Armelle 19 septembre 15:12

        @samuel
        Vous me faites là le profil parfait du citoyen lambda, et n’avez aucune réflexion personnel. Non je suis désolée, ce n’est pas la société qui détermine les conditions ni les limites du pensable, sinon nous serions tous députés, vous racontez n’importe quoi !!! d’ailleurs vous dites le contraire plus bas !!!
        Ce sont les politiques et les individus qui les portent qui détermine ces conditions. la société alors s’y adapte et évolue en fonction des limites que cette entité fixe et des dispositions qu’elle IMPOSE !!! et qui je le répète n’induisent que la « PUNITION » si celles-ci ne sont pas respectées. Un système basic et d’une bêtise affligeante quand on sait qu’il ne règle en rien les défaut d’une société et dont les instances déléguées n’interviennent que quand le mal est fait, ne donnant effectivement plus que la solution punitive. Un système rétrograde et pervers digne d’une société non évoluée et incapable d’admettre par bêtise que le zéro défaut n’existe pas pour enfin réfléchir à des visions matures et réfléchies, et penser AUTREMENT.
        Je plains vos enfants...
         smiley


      • alinea alinea 19 septembre 15:35

        @Armelle
        On peut être curieux, désirer ce que l’on ne connait pas et que l’on rencontre inopinément ; mais l’amour se construisant chemin faisant, aimer ou pas les gens ne veut rien dire.
        Moi j’aime bien les gens(!), on me le reproche sans cesse, mais c’est dans la vie,( je les écoute, les aide, leur donne) ; la pensée est plus froide donc mes théories sont plus carrées !!
        Je ne supporte pas qu’on ait tout détruit pour des conneries ( pas pour satisfaire des besoins, pas pour survivre) mais on n’y peut rien ! Ce n’est pas faute d’y avoir été sensible et consciente depuis ma prime jeunesse !!
        J’aimerais bien quitter cette terre en sachant que l’on repart dans le bon sens, qu’on a tordu le cou à tous ces cinglés et à toutes les idées qu’ils ont diffusées, instillées au cours de ce dernier siècle ; mais j’ai bien peur de mourir déçue !! smiley


      • Armelle Armelle 19 septembre 15:39

        @Samuel
        Et quand vous évoquez mon exemple sur l’état d’esprit de certains de nos voisins, je vois encore une fois que votre compréhension est toute limitée, ou alors orientée pour servir ce qui vous arrange. 
        En l’occurrence, cet état d’esprit s’est installé dans cette forme parce que les politiques choisies et menées les induisent. Tout simplement. Ce n’est pas « la société » qui a fait ces choix. La société n’a fait elle que le choix de ses représentants qui eux ont eu une vision pertinente, enfin...juste des représentants responsables, adultes et non hypocrites. 
        La délinquance narcotique a disparu au pays bas... C’en est un exemple. Chez nous c’est toujours la répression suivi d’un constat récurrent et navrant qui est celui que la consommation ne baisse pas et le traffic et délinquance liée prennent chaque année de l’ampleur, malgré les arrestation, les jugements et autres dispositions qui coûtent une fortune aux contribuables... Va falloir qu’un jour nous nous décidions à se montrer responsableset surtout moins con. Ce qui d’ailleurs me fait vous rappeler la citation d’A.E qui manifestement vous a fait réagir ; La bêtise c’est.....
        Sinon, heu....je ne vois pas bien où vous voulez en venir sinon chercher à me contredire avec des arguments sans intérêts, tout cela parce que vous n’avez rien à faire cet après midi, ou parce que cette citation vous défrise, vous sentant visé peut être ?!!!
        Jsais pas !!!


      • Armelle Armelle 19 septembre 16:06

        @alinea
        A vous lire je suis peinée car j’ai bien peur que vous ayez raison quant à votre dernier propos. Et pour ma part cela m’affecte aussi bougrement.
        Maintenant je pense que nous oublions tous un élément essentiel. Un élément qui a toujours fait partie de l’histoire, périodiquement mais sûrement. C’est cette chose que l’on appelle « guerre ». Nous avons choisi la paix, mais n’acceptons pas le paquet de linge sale qui va avec !!! Les guerres totales comme la dernière ont de fabuleux avantages, elles relancent l’emploi, l’économie, régulent la démographie et reconstruit l’empathie...Aujourd’hui ayant choisi la paix durable, nous devons prendre en retour les conséquences des systèmes (quels qu’ils soient) poussés au bout du bout...Il y a de forte chances pour que le système de société que l’on a construit n’est pas conçu ni organisé pour perdurer et je trouve dommage que les esprits ne s’ouvrent pas vers des modèles se calquant plus sur le schéma de fonctionnement de la nature, certes plus cruel mais de toute façon nous sommes toujours contraints aux sacrifices à un moment ou un autre, ce n’est qu’une question de temps. ...Et comme chacun ramène toujours tout à « sa petite vie » son « moi je », l’histoire devient stérile
        Nous n’avons fait que cela ( à travers la politique d’ailleurs) ; vouloir contre carrer les lois de la nature pour agencer et concevoir un modèle qui puisse coller avec le plus grand nombre. Moi je pense juste que c’est une erreur. C’est tout. On peut me prendre pour une tarée, une démoniaque mais j’essaie de ne jamais analyser en ramenant tout à ma personne (qui ne fera qu’un minuscule passage sur terre), je pense aux générations qui nous suivront et à la manière de les préserver. Pour moi, penser différemment est de l’égoïsme pur. 


      • samuel 19 septembre 16:38

        @Armelle

        « La délinquance narcotique a disparu au pays bas... »

        Evidemment, puisqu’il n’y a pas de loi pénalisant la consommation. 

        « En l’occurrence, cet état d’esprit s’est installé dans cette forme parce que les politiques choisies et menées les induisent »

        Et donc pour l’écologie, je trouve que les incitations gouvernementales sont allées dans le bon sens (isolation des batiments etc ...). 

        Je vous taquine parce que je décèle dans votre discours un « French Bashing » bas du front qui m’horripile.


      • Cadoudal Cadoudal 19 septembre 16:55

        @samuel

        « La délinquance narcotique a disparu au pays bas... »

        Évidemment, puisqu’il n’y a pas de loi pénalisant la consommation. 

        Moi j’aime bien les gauchistes, j’en croise jamais dans le monde réel, parce que c’est pas là qu’ils habitent, mais bizarrement ils sont très nombreux sur Gogovox, du coup je sais pas d’où ils sortent, qu’elle est la base secrète des gauchistes, un EPHAD clandestin sous le Mont Ventoux, un Nautilus vingt mille lieux sous mémère, ou alors les Japonais les ont miniaturisés et ils logent tous dans le cul d’un cheval chez Alinéa...lol....

        « C’est la confirmation que nous vivons dans un narco-Etat. C’est une attaque violente (...) contre l’état de droit », a déclaré Jan Struijs, le patron du plus important syndicat de police NPB. « Un avocat liquidé aux Pays-Bas, c’est du jamais vu », s’est alarmé Remco Andringa, journaliste à la télévision publique NOS.

        http://www.lefigaro.fr/flash-actu/pays-bas-meurtre-d-un-avocat-certains-s-alarment-d-un-narco-etat-20190918


      • Armelle Armelle 19 septembre 17:17

        @samuel
        Oui c’est toujours bien de « taquiner », ça pousse à l’argumentation, d’ailleurs je ne vous en veux pas le moins du monde, d’abord je ne vous connais pas, je réponds à un pseudo...
        Non je peux vous laisser dire que les incitations gouvernementales vont dans le bon sens !!! D’ailleurs votre liste promises ne contient qu’une disposition !!! ensuite vous vous contenté d’un « etc ». Dites plutôt les « quelques » incitations..... Des incitations et dispositions TOTALEMENT disproportionnées à l’égard des efforts que nous devrions faire !!! Des incitations basées sur des réductions d’impôts ne changent pas les esprit, c’est juste l’intérêt économique qui d’ailleurs ne se transforme pas en intérêt écologique. Comme quoi, l’écologie n’est pas une affaire de politique, mais bien d’individu. Quand je ne verrai plus le dimanche matin une myriade de bagnoles agglutinées devant la boulangerie jusqu’à ce que les vélos ne puissent d’ailleurs plus circuler, (tout ça pour une malheureuse baguette) ou autre connerie de ce genre, je pourrai admettre que les politiques, même drastiques et massives puissent avoir un quelconque effet sur la population et leur façon de faire, pour l’heure, nous serions bien dans le mode « ha c’est pas moi c’est lui » « ha c’est pas moi ce sont eux », par conséquent aucune chance de voir les choses s’améliorer, même si l’on punit les non vertueux...
        ....Le colibris...ou bien...Soyez D’ABORD le changement que vous voulez voir dans le monde...
        Sinon, non franchement je ne fais pas du French Bashing", je suis juste agacée par cette fâcheuse prétention qui colle à cette France et à ces Français, persuadés d’être toujours les meilleurs. Comme si nous étions encore dans cette période des 30 glorieuses !!! ça m’en fait rire, il suffit de voir notre situation en terme de sécurité, d’enseignement surtout et d’économie surtout encore, pour constater que nous nous enfonçons chaque jours davantage. Dans mes statistiques pro, aujourd’hui, c’est 36% de jeunes créateurs qui préfèrent l’étranger, et pas les moins pertinents, et à chaque fois pour la même raison ; celle de ne pas vouloir investir et construire dans un vieux pays rétrograde et répressif. il faut se poser des questions, NON ?


      • foufouille foufouille 19 septembre 17:31

        @Armelle

        « Dans mes statistiques pro, aujourd’hui, c’est 36% de jeunes créateurs qui préfèrent l’étranger » effectivement, ça fait plus de personnes au Belize .........


      • alinea alinea 20 septembre 21:01

        @Armelle
        Nous avons perdu des choses, que nos aïeux et ancêtres, malgré leur vie abominable à nos yeux avaient, des choses essentielles à notre vie d’humains sociables : le sens du commun, l’organisation élaborée dans le sens du commun.
        Non pas que chacun tel qu’il est soit parfaitement égoïste, mais l’attention aux autres et à l’ensemble est interdit de nos jours ; interdit n’est pas trop fort non.
        Dans le monde du travail, dans l’organisation des villes envers les démunis, dans l’école...dans la générosité... tout est calculée, déclarable et si on aide un immigré on est délinquant.
        Les gilets jaunes retrouvent cela, mais l’âge moyen des gilets jaunes n’est pas vingt ans : ils sont pour la plupart des gens qui ont connu l’entraide et une politique de services publiques-dont on sait qu’ils sont la richesse et le confort du pauvre.
        J’apprends des abominations tous les jours ; des enfants handicapés qui n’ont rien alentour pour être pris en charge, ne serait-ce qu’un peu.
        L’aigreur, la peur, la maladie, la misère gagnent toutes les couches de la société !
        Je sais bien qu’il reste des douceurs, sinon nous serions déjà morts, mais la politique menée tambour battant accélère la dégringolade.
        Et je vous rassure, cela fait déjà un petit moment que rien n’est pensé ni appliqué comme un modèle qui voudrait coller avec le plus grand nombre !


      • Armelle Armelle 21 septembre 01:35

        @alinea
        Bonsoir Alinéa
        Moi je pense que si, notre modèle est bel et bien organisé et géré de façon à permettre à tout le monde de vivre, tout simplement vivre certes , sans y rajouter le moindre adjectif, et c’est là où le bas blesse car la réaction légitime est de constater que pour certains ce verbe est suivi de « bien » et pour d’autres précédé du préfixe « sur ». Ce n’est seulement l’existence de cette frange fortunée et dédaigneuse la plupart du temps qui fait penser ce que vous dites, et je le comprends mais ce sont eux qui ont le pouvoir, pas les politiques !!! Ne me dites pas que vous n’avez pas compris cela. Le pouvoir suprême c’est l’argent, pas la politique et encore moins le président qui a été placé là par ces mêmes détenteurs de fortunes !!! la boucle est bouclée.
        Et que d’interpeller les politiques pour espérer un changement, du mieux vivre est totalement absurde, ces gens n’ont AUCUN, mais AUCUN pouvoir !!! Il vont chercher les ordres régulièrement et suivent les grandes lignes qu’on leur impose. Leur richesse à eux est une forme de pouvoir constitutionnel leur offrant une position confortable et sécurisante dans le haut du panier, jamais plus...
        Alors c’est pour cette raison que je ne crois pas en toute cette « pseudo » fraternité, ce soi disant monopole du coeur, portées par ces politiques de gauche, qui ne donnent lieu qu’ à la bonté à travers la fiscalité, une bonté forcée qui ne vient donc pas du coeur et n’est donc pas spontanée DU TOUT. Et ces politiques imposent la nécessité d’une myriade de freins, par la loi, la réglementation, les directives, sclérosant une grande partie des démarches ou volontés potentielles capables de créer des richesses à partager... En revanche, seuls les mêmes fortunés sont exempts du respect de ces devoirs, le peuple lui se les mange à toutes les sauces avec punitions par dessus le marché si par hasard il ne s’y plierait pas !!!
        L’esclavage contemporain révèle pour moi deux chose ; d’abord l’incroyable ignorance de se qui passe réellement derrière les rideaux et l’incommensurable niveau de soumission d’un peuple qui est en passe de perdre sa cervelle...
        Je pense que le plus efficace pour espérer vivre le mieux est de ne compter QUE SUR SOI. C’est ce que j’ai fait et je n’ai plus le besoin d’implorer les locataires du château qui ne sont là que pour exécuter les ordres de ceux qui ont le porte monnaie tout en veillant calme social à l’aide de petites mesurettes pour éviter le pire et les débordements qui pourraient gêner la tranquillité des premiers... 
        C’est ça notre monde, et imaginer qu’il est plus joli que cela ou autrement que cela s’appelle du rêve, de la naïveté ou de la bêtise.

         


      • alinea alinea 21 septembre 13:17

        @Armelle
        Quand je sors de chez moi Armelle, c’est à tous les coups que quelque chose m’étreint ; peu de chose aux yeux de certains, mais seulement des actes, des ordres donnés qui sont politiques ou découlent directement de la politique.
        Certes ce sont des êtres humains qui exécutent les ordres et même souvent les devancent : bétonnage et goudronnage comme quasi unique pourvoyeur de PIB !!
        Saccage du vivant c’est politique, il peut y avoir éducation et interdits laideurs à tous les coins de rue c’est politique, éducation et obligations sont possibles-.
        La pêche, la chasse, la gestion de l’eau, la gabegie électrique, la vie au village, tout est politique.
        Les usines qui délocalisent, les cargos qui sillonnent les océans et les jeunes qui se font gentiment gazer sur un pont pour le climat ! C’est politique aussi.
        Ouvrez les yeux sur votre environnement et vous vous apercevrez que votre quant à soi ne vous protège en rien.
        Que malgré tout ce bordel on puisse déconner avec des potes, festoyer, balader, aimer se réjouir, oui, heureusement ; mais cela devient rare et ne concerne pas tout le monde.
        L’air est pollué, l’eau n’est plus potable sauf pour évacuer quelques gouttes de pipi, ici c’est la sécheresse, la chacun pour soi fait que le détenteur de forage arrose sa pelouse, remplit sa piscine et inonde ses lauriers roses ; pendant ce temps, plus bas les arbres et arbustes sauvages crèvent.
        L’organisation, l’entretien, la sauvegarde du commun, c’est éminemment politique !
        L’espace sillonné d’ondes, les plantes arrosées de poison, les espèces qui disparaissent à vue d’œil ( chauve-souris, hérissons, pies,etc.) c’est politique.
        Voilà ! c’est bien pourquoi il nous faut nous la réapproprier,parce que là où je vous rejoins, c’est que la situation faisant le larron, l’homme au pouvoir se corrompt aussi vite qu’un bon vin traînant dans un verre.
        Et je ne parle que de ce que je vois ! pas des élevages concentrationnaires, des grandes surfaces en matériaux stériles et immuables, fliquées au possible, remplis de milliards d’objets en plastiques qui seront pas plus tard que demain des poubelles inaltérables... et ça, c’est politique.


      • exol 21 septembre 13:23

        @alinea
        Dis donc chéri , tu nous ferais pas une petite dépression des fois , tu vois tout en noir.


      • alinea alinea 21 septembre 15:47

        @exol
        Tu veux que je t’explique la différence entre dépression, pessimisme et lucidité ?
        Mais merci de ton attention sincère,pour une fois ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès