• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le capitalisme pandémique

Le capitalisme pandémique

smaug or

"La gloutonnerie a tué plus de gens que la famine"

-Talmud

 

"La tendance est votre amie"

Cette citation sur la finance est très en vogue parmi les analystes techniques. Les marchés suivent des tendances, et aller à contre-sens de celles-ci peut faire mal à votre portefeuille. Ce type de conseils, que l'on retrouve sur bon nombre de sites de trading actuellement, semble être taillé sur mesure pour la période que nous vivons.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les actionnaires des labos et autres Big Pharma n'ont pas le temps de s'ennuyer, tellement la valse des chiffres ne leur laisse aucun répit pour se poser et observer leur portefeuille...

Pensez donc : le cours de l'action BioNtech par exemple, oscille entre +4 et +5% quotidiens, et le chiffre d'affaires annuel de ce conglomérat d'origine Allemande a pris un petit + 7294% (! !) en mars 2021 par rapport à mars 2020. Si vous avez un peu de grisbi de côté, je vous conseille fortement d'aller faire la culbute en bourse en achetant des actions BioNtech, pas du Pfizer...en effet, même si ce dernier progresse également en bourse, les niveaux sont sans commune mesure

La faute au fait que la technologie de l'Arn messager est exploitée par BioNtech, Pfizer n'étant que le labo qui la met en forme (oui oui, je sais, je fais très simple pour les besoins du film).

Toujours est-il que cette envolée, que dis-je cette propulsion stratosphérique en bourse est dûe à un fait très simple : nous avons changé d'ère capitalistique, et pour parler comme tous ces connards "les nouveaux marchés sont définis et sécurisés pour les décennies à venir".

A cause de qui, à cause de quoi ?

C'est ce que nous allons tenter de comprendre ici.

 

Faire feu de tout bois

Ainsi, on peut déjà remarquer un fait très intéressant : les nouveaux marchés qui sont générés par la pandémie de covid 19 -et celles à venir bien sûr- sont rendus possibles grâce à quelque chose de très simple. Une sorte de roue du destin : le dérèglement induit par le mode de production capitaliste est en train de bouleverser les écosystèmes...mais, au lieu que ce fait soit une contrainte, voire un danger, l'extrême adaptabilité du capitalisme fait que cette contrainte, ce danger sont transformés en opportunité(s).

Les chauve-souris et autres pangolins sont dérangés parce qu'on rase leurs habitats et qu'on les sert au petit-déjeuner sur les marchés ? Puis ils nous refilent un virus avec lequel ils cohabitaient depuis des millénaires sans encombre ? Pas grave : on va en faire quelque chose, tiens ! Y aura bien moyen d'exploiter un peu tout ça, non ?

Et même, admettons pour les plus suspicieux -dont je suis-, si cette narrative officielle sur l'origine du virus ne vous convient pas, faites le même raisonnement avec le labo P4 de Wuhan : miracle, ça marche aussi...on peut très bien transformer un "malheureux incident, une fuite de virus" en source de profit faramineuse, mais où serait donc le problème ?

Cette extraordinaire adaptabilité du capitalisme avait déjà été remarquée par les chercheurs. Citons ici Romain Felli, qui a pointé assez tôt que "les stratégies d’adaptation aux changements climatiques sont promues depuis les années 1970, notamment par des chercheurs américains et des entreprises multinationales. Il démontre comment des économistes ont construit une rationalité néolibérale sur la question climatique, en promouvant le marché comme solution flexible, face à un environnement de plus en imprévisible". Nous ne sommes finalement pas si loin de "la main invisible du marché" d'Adam Smith, qui présupposait que "la force qui fait l'intérêt de l'un, fait l'intérêt des autres".

Mais est-ce seulement exact ?

On assiste aujourd'hui à une tendance que le bon, l'innocent, le philantrope Adam Smith n'avait pas le moins du monde anticipée : la ruée vers l'or que représente la course aux vaccins, et les profits absolument inédits qu'ils génèrent (et vont continuer de générer), font perdre la boule à une finance qui était déjà complètement marteau.

La tendance ? Elle ne fait que s'accentuer avec cette fièvre de l'or du 21ème siècle, que l'on pourrait nommer "l'or en seringue". Aujourd'hui, il s'agit d'aller toujours plus vite, toujours plus loin, et pour ce faire, de s'affranchir de toutes les règles -règles qui étaient déjà fort aminicies depuis des décennies de dérégulations diverses et variées, cela va sans dire.

 

L'or en seringue

Et de fait, là où le chercheur d'or dans l'Ouest Américain du 19ème siècle sécurisait sa concession en brandissant sa pétoire face au moindre intrus ("this is my property" dixit le vieil édenté crasseux, avant de balancer une bonne volée de plomb au jugé, à la face de la canaille), aujourd'hui les labos et autres conglomérats ont pris des mesures judicaires, via la signature de contrats, leur permettant de sécuriser leur mine d'or en seringue, en un peu moins direct, mais avec tout autant d'efficacité.

En effet, dès Août 2020 le  magazine Capital, grand journal bolchévique s'il en est, dénonçait presque le fait que les membres de la Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques (EFPIA, des lobbyistes de Big Pharma donc) discutaient avec les autorités et les gouvernements européens pour définir un système complet d’indemnisation, en cas d'un trop grand nombre de procès suite à la mise en oeuvre de futurs vaccins "en un temps record". Et les chiffres étaient bien là, indiscutables, je les cite :"un traitement pourrait être disponible dès le premier trimestre 2021, ce qui serait un record. Le développement d’un vaccin prendrait alors douze à dix-huit mois, contre dix ans habituellement, notait Le Figaro."

Ce fait est aujourd'hui occulté, comme toute une série d'autres preuves, face aux millions de manifestants qui battent le pavé tous les jours depuis des semaines, et dont une grande partie n'est pas forcément "antivax", mais je dirais plutôt "antimensonges".

Nous avons donc Big Pharma qui avait déjà tout prévu, et qui savait que la précipitation nécessaire pour développer les vaccins, devait se doubler d'une sécurisation maximum des futurs profits, car cela causerait forcément des problèmes.

Mais, je vous le demande, quel était le but de tout cela ?

Soigner une pandémie qui ravage le monde ?

Etre les bienfaiteurs de l'Humanité ?

Sauver des vies ?

Non, non et re non : le but était double, mais il n'était rien de tout cela.

Il s'agissait avant tout de continuer à faire tourner une économie mondiale à l'arrêt à cause du virus, et en même temps d'exploiter les formidables opportunités de marchés que cet évènement de portée mondiale représente.

Coup double pour Big Pharma et leurs séides, j'ai nommé les gouvernements libéraux occidentaux, et même coup triple : en filigrane, il s'agissait aussi de conquérir des bastions considérés comme quasi imprenables, telle la Sécurité Sociale Française. Sécurité Sociale qui prive toujours les marchés des centaines de milliards d'euros que représente la protection sociale complète d'un pays développé, via le système de cotisations mis en place au sortir de la guerre par le ministre communiste du travail, Ambroise Croizat.

 

Privatiser les profits, socialiser les pertes

Les labos ont, de fait, bien mis au point des vaccins dont l'efficacité est encore sujet à controverse, c'est le moins que l'on puisse dire, mais posons nous un instant la seule question qui importe : est-ce l'essentiel ?

En effet, du point de vue de l'actionnaire, ou des fonds de pension qui possèdent Pfizer par exemple (au hasard, Blackrock et sont grand concurrent The Vanguard Group), est-ce vraiment le plus important, du moment que les profits sont sécurisés comme nous venons de le voir ?

Non, le plus important est que la machine tourne, et pour cela il y a le deuxième effet kiss cool : les procédures de test, et de mise sur le marché ont été simplifiées à l'extrême. C'est bien ce qui fâche actuellement en France avec ceux que les pressetituées aux ordres de la macronie traitent continuellement d'antivax et autres complotistes. Les gens sont tout sauf des imbéciles : ils ne sont majoritairement pas hostiles aux vaccins, et reconnaissent même leur efficacité contre des maladies qui faisaient encore des millions de morts et d'infirmes au milieu du XXème siècle. Mais mais mais mais, je parle ici bien sûr des vaccins développés dans les règles de l'art. Pas dans la précipitation comme nous y assistons ici-même.

Encore une fois, c'est ce point même qui rend les gens fous avec le "pass sanitaire" aujourd'hui : le fait que l'on fasse juste semblant d'ignorer que ces vaccins covid ont été développés en seulement 10 mois, avec une technologie qu'on nous présente comme "assez ancienne", mais qui n'a jamais été utilisée à cette échelle, alors qu'auparavant le moindre candidat vaccin devait passer par une phase de tests dite "Phase III" qui durait entre 3 et 10 ans. N'importe quel étudiant en immunologie vous le dira, il n'y a apparemment que notre "grand épidémiologiste" en chef, l'innénarrable poudré giflé macron Ier, qui semble l'ignorer...

Sans parler du discours de certains parlementaires, assimilant allègrement des pandémies au taux de létalité 100 fois plus élevé, comme la variole ou la rougeole, au COVID19, de façon à tenter de décrédibiliser totalement ceux qui doutent, de manière totalement mensongère et manipulatrice.

Dès lors, que penser de ce genre de saloperie, relayée par tous les médias les plus serviles ?

Je cite l'article : ""Les vaccins sont encore en phase d’expérimentation, je n’ai pas envie d’être un cobaye". Cet argument est régulièrement utilisé par des anti-vaccins pour expliquer leur opposition à la vaccination contre le Covid-19. Cependant, si les vaccins actuellement déployés en Europe sont effectivement toujours en "phase 3", la phase de validation le plus importante a déjà été réalisée et les conditions strictes de mise sur le marché ont été respectées. Les vaccins ont été testés sur des animaux avant d’être testés lors de trois phases d’études cliniques sur les humains. Ils ont donc passé avec succès chaque phase de validation prévue. Les vaccinés ne sont donc pas des cobayes."

Quand on fait à ce point l'autruche, on souhaite juste que les effets secondaires inattendus n'arrivent pas d'ici 5, voire 10 ans, et n'impactent encore plus massivement le monde que cette épidémie à létalité de plus en plus réduite -le lien en description renvoie sur le site de l'OMS. Je l'avais déjà abordé, mais pour ceux au fond près du radiateur, qui n'auraient rien écouté, je le redis le dernier rapport de l'OMS disponible sur ce lien à gauche, confirme que le taux de létalité du Delta est entre 0.01 et 0.5%.....les copains, la variole c'est 35 % de base !

Il nous faut aussi évoquer le fait (encore une fois très largement passé sous silence par les "journalistes") que les procédures de test qui ont été sucrées, l'ont été selon une méthode que l'on retrouve aujourd'hui dans d'autres industries, comme l'industrie logicielle ou le jeu vidéo par exemple. Il s'agit de la méthode "Agile", en opposition à la méthode de tests traditionnelle dite "tests en V" ou "en recette".

Pour faire simple, quand on veut sortir un nouveau jeu vidéo par exemple, le coût du développement est très dépendant des tests de remontée d'erreurs. Si on veut un jeu de bonne qualité, si on veut bien le vendre, il faut sortir un produit fini (en théorie). On va donc le déboguer, c'est à dire traquer les erreurs selon une procédure bien définie. Le cycle de construction d'un jeu vidéo se décompose ainsi comme suit :

-réunion des développeurs et programmeurs, définition des objectifs, découpage en séquences

-conception, programmation d'une ou plusieurs séquences ou "morceaux" du futur jeu

-test des parties programmées, retour de tests, retours d'expérience, débogage

-on repart pour un cycle...

Avec la méthode "Agile", développée aux USA et dans les startups notamment, cette phase de tests est perçue comme trop consommatrice de ressources et demandeuse de capital. On a donc réfléchi à comment la supprimer, ou la faire supporter par d'autres...au hasard, les consommateurs ?

Et c'est aujourd'hui ce qui se passe : si vous êtes joueur de jeu vidéos, ou programmeur, ou même simple néophyte qui lit parfois "la presse", vous avez sans doute déjà entendu passer ce genre d'infos : "nouveau scandale, des millions de joueurs ayant acheté tel ou tel jeu vidéo, se plaignent en masse, voire portent plainte et en demandent le remboursement..."

Les exemples sont légion, le dernier en date est éloquent : le fameux "Cyberpunk 2077", attendu comme le messie par des millions de joueurs, a vu s'effondrer la côte de popularité du studio qui l'avait conçu, et que l'on avait connu plus sérieux dans ses développements précédents (citons les excellents Witcher). Jeu criblé de bugs à sa sortie, quasi injouable, il a rendu furieux les joueurs qui ont eu le sentiment de se faire flouer et ont demandé le remboursement, parfois même en portant des plaintes collectives à l'encontre des studios...

Notons également que cette philosophie du "faire supporter le coût par les consommateurs" a aussi déjà été mise en oeuvre dans les privatisations de Services Publics, notamment la Poste ou l'Assurance Maladie. Car que sont les nombreuses "bornes multi services" et autres guichets automatisés que l'on voit fleurir partour, si ce n'est vouloir faire faire via une borne ou un service internet, les démarches par l'assuré, ou le médecin, alors qu'auparavant elles relevaientt d'un agent de Service Public ? Il s'agit de la même philosophie : réduire les coûts, encore et toujours, au détriment de la qualité finale...sans parler d'un autre parralèle que l'on pourrait faire, la promotion : pour être sûrs d'en vendre quand même des quantités suffisantes, histoire de bien faire la culbute en bourse le jour de la sortie, il suffit d'en faire suffisamment bien la promotion. On se retrouve dès lors avec un budget pub pardon "communication", très souvent aujourd'hui beaucoup plus élevé que la fabrication...

Situation que l'on pourrait croire ubuesque, mais qui en dit long sur le tournant qu'a pris cette industrie qui, rappelons-le, a supplanté le cinéma d'avant-covid en chiffres d'affaires...

 

Mais quel rapport avec les phases de test raccourcies à l'extrême, voire manquantes, d'un vaccin contre la Covid19 me rétorquerez vous ?

Eh bien, jugez plutôt, si on résume la méthode Agile (il en existe plusieurs, mais la philosophie est très souvent la même) :

- définition du projet, conception de modules ou "morceaux de codes"

-programmation par petits groupes

-compte-rendu de programmation, et tests éventuels

-retour d'expérience

-on repart pour un tour...

-présentation du produit programmé à la fin, une fois tous les morceaux assemblés, et sortie au grand public...

-retours du public via les formulaires d'erreur et de tests

-conception de patchs pour correction 

-sortie de patches corrigeant les bugs...

On le constate, la méthode dite "Agile" permet de faire supporter le coût des phases de test et de remontées d'erreur sur le consommateur, pas sur le producteur ni sur le concepteur. Là où la méthode en V demande une somme considérable d'eforts, de compétences, des matrices de test et d'autres outils très longs à développer et à mettre en oeuvre, ce qui va forcément se ressentir sur la sortie du produit fini. D'où un gain de temps (donc d'argent) absolument considérable, qui permet de sortir le produit très rapidement...car oui, dans les phases que j'ai soulignées ci-dessus, bien que mises en avant par les promoteurs de ces méthodes, sont systématiquement sucrées dans toutes les boîtes, équipes, industries du jeu vidéo ou plus largement qui font de la programmation. Et c'est un chef de projet informatique occasionnel qui vous le dit... les phases de test réelles sont toujours réduites au strict minimum, puisque désormais c'est le client qui sera le testeur.

Donc, on réduit, voire on sucre les phases les plus coûteuses en moyens...les phases de tests...

 

Cela ne vous rappelle rien ?

Oui oui, ils ont osé, ils l'ont fait : ils ont adapté des méthodes auparavant utilisées sur des objets, pour les vaccins destinés au grand public. Que ça soit en terme de "communication", en vendant le produit en avance, histoire d'appater le chaland et de le retenir captif, mais aussi par les contrats que nous détaillerons un peu plus bas. 

Et donc, la phase de remontée d'erreurs, de correction de "bugs", pour les vaccins, ici, c'est bien nous qui la supportons. En ce moment même.

L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament, l'autorité qui en France délivre et retire les Autorisations de Mise sur le Marché des produits de santé, a ainsi crée une cellule de remontée et d'études d'effets secondaires.

Extrait du site de l'ANSM :

"Dans le cadre de la surveillance renforcée des vaccins utilisés contre la Covid-19, nous avons mobilisé les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) pour mener une enquête de pharmacovigilance. Cette enquête permet de surveiller en temps réel le profil de sécurité des vaccins à partir des déclarations réalisées par les professionnels de santé ou par les personnes vaccinées.
Un dispositif exceptionnel a été mis en place pour réaliser l’enquête de pharmacovigilance. Six CRPV rapporteur ont ainsi été nommés et chaque vaccin autorisé fait l’objet d’un rapport piloté par un binôme de CRPV.
Par ailleurs, dans le cadre de notre surveillance renforcée des vaccins contre la COVID-19, nous avons créé le 21 avril 2021, un comité scientifique temporaire (CST) « Vaccins COVID-19 et thromboses rares atypiques » chargé d’analyser les événements thrombotiques rares et inhabituels observés chez des personnes vaccinées."

Et, si le doute vous saisissait quand même, que dire de ce formulaire mis en ligne par le gouvernement, qui permet à toute personne vaccinée de "déclarer des effets indésirables et des symptômes inhabituels liés à la vaccination" ?

Il s'agit juste de la phase de tests, rien d'autre !

 

L'UE en mode sourd, muet, aveugle et vide-poches

Et maintenant le troisième effet super cool : une situation de monopole absolu, rendue possible par le fait que les accords commerciaux conclus entre l'UE, les USA et tous les pays développés et Big Pharma Vaccin sont quasi exclusifs. Souvenons-nous que Thierry Breton, commissaire européen nommé par son ami Macrona balayé d'un revers de main le vaccin Sputnik pour des raisons purement idéologiques et politiques, c'est le Figaro qui le relate dans un article édifiant. Un peu comme si les molécules du vaccin allaient tous nous transformer en hackers russes, ou en cinquième colonne aux ordres du grand méchant Vladimir. On croit rêver...

Les seuls vaccins disponibles en Europe sont donc le Pfizer, le Moderna, le Johnson et l'Astrazeneca. je ne vous referai pas tout l'historique, mais avec l'Astrazeneca, le nombre de cobayes pardon de "morts sans lien de causalité évidente ou presque" étant devenu un peu trop voyant, il a juste été : 

-1) rebaptisé (Vaxzevria ça sonne mieux)

-2) refilé aux gueux de Tunisie, qui de toutes façons ont d'autres problèmes que la vaccination en ce moment (entre autres, un coup détat en cours et des morts par dizaines de milliers pour cause d'absence de structure de santé digne de ce nom)

Nous avons donc un marché défini et sécurisé pour les décennies à venir, avec des acteurs représentant exclusivement des intérêts occidentaux.

Du coup, pourquoi se priver ?

C'est ainsi qu'hier, on apprenait par le Financial Times, véritable Pravda du Monde Libre, que le prix des vaccins Pfizer et Moderna, les deux plus distribués en Europe, allait augmenter. La raison ? "Les deux sociétés ont tiré avantage de la renégociation de leurs contrats avec la Commission européenne pour augmenter le prix de leurs vaccins contre le Covid".

Bien sûr, nous n'en saurons pas plus : secret défense, pardon, secret commercial et confidentialité oblige, le contenu des accords n'est pas accessible. Circulez, avant que je ne vous crève un oeil, il n'y a rien à voir.

Pour finir, la cerise sur le cake, le quatrième effet kiss kiss super méga hypra giga cool : "les inquiétudes sur le variant Delta augmentent", et Pfizer vient opportunément -ben ça alors !!- de lancer une étude visant à confirmer l'efficacité d'une 3ème dose de sa poule aux oeufs d'or de son vaccin contre ce nouveau variant. Car une autre étude anglaise, d'origine publique celle-là, a déjà confirmé son efficacité, à deux doses, sur le nouveau variant de la mort qui tue -mais seulement entre 0.01 et 0.5% de la totalité des contaminés, ne l'oubliez pas.

Un marché qui n'est pas prêt d'arrêter de se développer donc, puisque ce matin même un membre du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale du gouvernement, le "monsieur vaccin" de Macron, vient de confirmer que la 3ème dose est déjà actée "pour les personnes à risque, dès cet automne", et pour elles seules...pour l'instant...

 

Pourquoi Macron nous prend pour des jambons

Alors l'autre jour, Jupiter le poudré giflé s'est vexé : Biden, par la voix de son porte parole, a exorté Big Pharma à "lever les brevets" sur les vaccins. "«  Il s’agit d’une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie de Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires  ».

Bien sûr, les lobbies pharmaceutiques ont immédiatement hurlé à la trahison suprême et la bourse de New York a bien fait comprendre au grand socialiste Biden grâce à qui il devait sa place...mais le mal était fait.

L'UE apparaissait alors une fois de plus pour ce qu'elle est réellement : une entité à la solde de la finance, de Big Pharma, d'intérêts supranationaux et finalement une entité en bout de course, à la remorque de l'Histoire, véritable péripapéticienne des labos, tout en prétendant le contraire. 

Alors, Macron fait le mariole de cour de récré une fois de plus.

"je suis ouvert sur ces questions de levée des brevets, je l’ai déjà dit, mais nous, les Européens, nous nous battons pour que le vaccin soit un bien public mondial depuis maintenant un an. Et je suis heureux que l’on nous suive." réplique-t-il en marge d'un sommet au Portugal, quelques heures plus tard.

Avant bien sûr, d'enchaîner pour essayer de nous faire passer l'exact inverse : "Ensuite, quel est le sujet actuellement  ? Ce n’est pas vraiment la propriété intellectuelle. Vous pouvez donner la propriété intellectuelle à des laboratoires qui ne savent pas produire, ils ne le produiront pas demain." Sans bien sûr oser avouer que c'est lui qui avait été en pointe sur le blocage de cette levée de brevets qui avait été demandée par les pays pauvres à l'OMC  !

Une telle duplicité ne nous étonne plus, nous, citoyens français, quand on sait que ce grotesque personnage ment systématiquement et tout le temps, affirme tout et son contraire en permanence, et a fini par ériger le mensonge, la tromperie, le jeu sur les mots et la post vérité en méthode de gouvernance.

Mais il faut reconnaitre qu'ailleurs, un peu partout dans le monde, ça a fait un peu tâche...

Ainsi, en arguant que "de toutes façons, nous n'avons plus d'industrie capable de produire ces vaccins, quand bien même la levée sur la propriété intellectuelle serait effective", Jupiter la langue fourchue ment une fois de plus par omission : il est celui qui a contribué à détruire la recherche publique par ses différentes mesures (Crédit Impôt Recherche...), et qui désormais ne trouve d'autre solutions que d'arroser Big Pharma d'argent public, pour qu'elle produise elle-même des vaccins qu'elle commercialisera selon son bon vouloir, dans les conditions et au prix qu'elle définira, en tous temps et en tous lieux. Pour info selon les dernières estimations, et ceci sera un des derniers clous du cercueil des macronolâtres qui pullulent un peu partout, le coût d'une dose de vaccin Pfizer est estimé entre 60 centimes et 2$ à la production. Il est aujourd'hui revendu, après majoration récente, à 20 euros. C'est plus une culbute, c'est le grand looping !

Egalement, lors de mes recherches pour écrire cet article, je suis tombé sur un nouveau scandale : Astrazeneca Pfizer et les autres, ont ainsi été financés à plus de 97% sur la recherche de leurs vaccins grâce à ...des fonds publics (! !), les actionnaires et l'entreprise n'ayant mis au pot commun que 3% de leur capital pour financer ce candidat vaccin en un temps record.

Nous avons littéralement financé un vaccin qu'ils refuseront toujours de nous céder, et que nous payons à prix d'or, et que nous paierons longtemps, encore...

 

La solution ? Elle nous crève les yeux

Et ainsi Macron et tous ses petits copains enterrèrent en grande pompe, et sans publicité, la seule chose qui eut permis de nous sortir de ce puits sans fond : un pôle public du médicament, qui aurait pu amorcer la recherche d'un vaccin selon le mode habituel, classique, à virus inactivé. Un vaccin 100% Français, qui profiterait à tous, qui serait accepté par (presque) tous car issue d'une technologie éprouvée. Voire, rêvons un peu, d'un traitement plutôt que d'un vaccin : pourquoi ne pas étudier sereinement, dans le cadre de la recherche publique, donc désintéressée, des molécules "controversées" comme l'Ivermectine, ou l'hydroxycholoroquine ? Des chercheurs de talent, il y en a plein en France. Des chercheurs à la pointe sur les Coronavirus notamment...qui travaillent aujourd'hui dans des institutions jugées "non rentables" par macron et ses sbires, des institutions qui firent autrefois la renommée de la recherche et du génie Français, et qui tournent depuis des années avec des budgets miséreux, sabrés, au motif que "pas rentables"... Il est toujours savoureux de regarder les "débats" de l'Assemblée Nationale : rempli de playmobils LREM, l'hémicycle voit ainsi défiler plusieurs propositions de création d'un pôle public de ce type, qui permettrait d'éviter à la France de s'endetter sur des générations, tout en finançant une recherche 100% publique, éloignée des intérêts privés et mercantiles. Et, bien sûr, les playmobils votent CONTRE à chaque fois, puis vont brailler un peu partout que c'est "l'opposition de gauche qui est contre tout le temps, et qui n'a jamais rien à proposer"...inversion accusatoire.

Alors qu'en fait, du fait de ces financements publics massifs d'une recherche privée, l'argument habituel du "pas d'argent magique" tombe automatiquement au fond des chiottes d'où il n'aurait jamais dû sortir, tout comme celui du "mais on n'a pas d'usines !" quand on voit que Sanofi a été gavé d'argent public (grâce au...Crédit Impôt Recherche, bien sûr !) de la même manière, pour finalement licencier à tour de bras et délocaliser ses profits à l'étranger, sans que cela ne gène le moins du monde Macron et sa clique d'hypocrites ! Car voyez vous, rien n'empêche une multinationale qui a été gavée d'argent public via ce Crédit Impot Recherche, de licencier où et quand elle le veut. En effet , comme l'avoue Bercy, à moitié gêné  :"l'État ne peut donc pas demander de contrepartie en matière d'emploi." 

A ce niveau, peut-on encore parler d'incompétence, ou devons-nous plutôt parier sur la malhonnêteté, voire le machiavélisme ?

 

Résumé

Nous avons donc :

-un vaccin développé en un temps record, financé à plus de 95% par de l'argent public..

-des procédures de mise sur le marché et de test simplifiées à l'extrême, avec une sécurisation juridique idoine

-un monopole absolu sur la fabrication, la commercialisation et les prix = un "marché captif" comme ils disent

-des besoins en constante augmentation, donc un marché "porteur", et au besoin on sortira des études pour le confirmer, sans parler de l'obligation vaccinale et/ou des pass sanitaires qui se mettent en place un peu partout, pour être sûrs d'écouler les stocks

-bien sûr, la seule chose qui gêne cette belle histoire, le taux de létalité qui tend à diminuer drastiquement, il suffira de la cacher grâce à nos larbins les "journalistes"

-des mensonges à tous les étages, partout, tout le temps, pour camoufler l'allégeance politique, économique et idéologique de nos politichiens aux vrais maîtres de la France et de l'UE que sont les lobbies, la finance, BIg Pharma et tous leurs séides...

-pour couronner le tout, un rejet des solutions pertinentes qui permettraient au pays de retrouver sa souveraineté industrielle, et de renforcer sa souveraineté sanitaire, dans un contexte de menaces pandémiques grandissantes. Il suffira, là aussi, de faire appel à ce qui se fait de mieux en la matière : la propagande mainstream de la pressetituée aux ordres. 

-Et, last but not least, la conséquence ultime de tout cela : des vaccins que nous paierons donc deux fois, une premiere fois avec le financement, une deuxième fois avec le remboursement...la dette...les réformes à venir...

 

Conclusion : les bienfaiteurs de l'humanité sont parmi nous, ingrats que nous sommes

Nous allons donc financer ces vaccins sur des générations.. au-delà du débat, bien légitime je le redis, de leur efficacité, c'est sans doute là le vrai problème : les coûts rien que pour la france vont être terribles...Et ce uniquement pour les deux premieres doses bien sûr.. Sachant que l'UE a déjà commandé les 3emes injections, pour 1,8 milliards de dollars et 200 millions de doses supplémentaires !

Donc, combien ça va nous coûter, tout ça, le fameux "quoi qu'il en coûte" me demanderez-vous ? Accouche ! Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il s'agira d'un sacré paquet...

Mais il ne faut pas raisonner uniquement en termes d'argent : plutôt que "combien", il faudrait demander "quels bijoux de famille va-t-on devoir vendre" ?

Macron, dans son esprit malade, a déjà la réponse à cette question : pendant que la majorité de l'opposition se concentre sur le pass de la honte, il a dans ses cartons, tout prêts pour la rentrée, le saccage des retraites, de l'assurance chômage, et, à terme, de l'assurance maladie. Stratégie du choc, bien sûr !

Le vrai prix sera là : la destruction de notre modèle social, qui est unique en ce qu'il permet de se soigner, selon la célèbre formule de ceux qui le mirent en place au lendemain de la guerre, à chacun selon ses moyens, pour recevoir selon ses besoins, dans un pays ruiné, dépeuplé, et malgré les cris d'orfraie des grands patrons collaborationnistes, qui disaient que "le pays ne s'en remettrait pas", ce système fut mis en place, et a permis à notre pays de se relever de la guerre, et mettre en oeuvre, quoiqu'on en dise, un idéal de justice sociale non pas basé sur les revenus, comme aux Usa et dans tous les autres pays "phares" du monde libre, mais sur une certaine idée de la Solidarité.

La destruction de tout ça donc, non pas pour le plaisir de détruire, mais pour le vendre à la découpe.

C'est ce qui nous attend : une assurance maladie privée, à l'américaine, où le moindre jour d'hospitalisation, le moindre accident de la route, voire de la vie, vous fera perdre votre emploi, avant de vous obliger à vendre tout ce que vous avez, pour finir sous un pont, si vous avez de la chance...Et ne croyez pas que vous serez bien mieux soignés grâce à cela, car les chiffres sont éloquents : les américains mettent des sommes folles dans leur système de santé, pour un résultat extrêmement mauvais.

Voici ce qui nous attend -entre autres.

Alors, s'il était besoin de s'en convaincre, tous les propass et autres vaccinolâtres qui pullulent sur les plateaux TV et dans les médias aux ordres, occultent encore une fois le fait que les "bienfaiteurs de l'Humanité" que sont les labos tels que Pfizer par exemple, ne sont mûs que par une seule chose.

Le taux de profit.

Forcément, comme il a une tendance continuelle à baisser (je ne rentre pas dans les détails, pour ça vous avez les ouvrages de Karl, entre autres..), il faut ouvrir de nouveaux marchés, et gratter là où on le peut, partout et tout le temps. Ils ont dans leur viseur le "marché français de la santé", qui est estimé au minimum entre 500 milliards et au maximum 1600 milliards d'euros, toutes sommes confondues. Le reste n'est que littérature.

Pfizer a d'ailleurs un nombre incalculable de casseroles peu reluisantes au derrière, qui démontrent cette course effrénée pour le maintien du taux de profit, comme le prouve par exemple l'affaire des tests clandestins de médicaments expérimentaux qu'ils mirent en oeuvre sur de jeunes Nigérians dans les années 2000, au mépris de toute déontologie. Sur 200 cobayes (car oui, c'est ce qu'ils furent), 11 en moururent. L'état Nigérian déposa plainte via une association de victimes. La justice américaine fit comme à son habitude : après avoir juré sur la sacrosainte bible, le juge se torcha le fondement avec la plainte. Il faut dire qu'il avait des amendes extraterritoriales à coller à des concurrents d'entreprises américaines, histoire de les couler, et ça, ça passe bien avant tout le reste...et puis arrêtez de m'emmerder avec ces histoires qui ne concernent que des africains, on s'en fout, de toutes façons il y en a trop !

On devrait les remercier, ces bienfaiteurs de l'Humanité !

 

Bienvenue dans une nouvelle ère : le capitalisme pandémique

Nous entrons ainsi de plein dans une nouvelle mutation du capitalisme : le capitalisme pandémique.

Une ère caractérisée par une gestion allant vers toujours plus de restrictions de libertés, associée à un motif de "santé publique" qui, de fait, est plus un motif de crainte du public qu'autre chose. Le but étant toujours le même (contrer la baisse tendancielle du taux de profit, en augmentant continuellement celui-ci je le rappelle), il faut donc trouver de nouveaux marchés, et les étendre au maximum de leurs capacités.

La pandémie est ce nouvel eldorado, la terre promise, the new place to be, pour continuer le business as usual et ce même si c'est de plus en plus au corps défendant, littéralement, des consommateurs. C'est une formidable opportunité, une mer que dis-je, un océan de profits qui se profile, tout en permettant au passage de museler les récalcitrants, et de détruire les derniers vestiges d'un état qui se voulait autre chose qu'un simple appareil sécuritaire, ce qu'il est en train de devenir, fatalement.

Le consommateur sera obligé de consommer un produit qu'il ne choisit pas forcément, qu'il ne veut pas forcément, qu'il ne désire pas forcément. Mais il devra aussi le payer, et ce régulièrement. Le vaccin, le traitement, s'affranchira des normes environnementales, législatives et de santé publique. Plus d'entraves.

Il faudra aller vite, toujours plus vite : simplifier les procédures, réduire les phases de tests, si besoin verrouiller les législations. Plus de chaînes.

Ceux qui lutteront contre, tout comme ceux qui proposent des alternatives, seront ostracisés, ridiculisés, noyés sous la propagande que les profits gigantesques permettront d'acheter sans discontinuer. Plus d'opposition.

En dernier ressort, nous serons tous tracés, sommés de donner notre identité pour un geste aussi anodin qu'entrer dans un cinéma ou un restaurant...Plus de libertés.

Endettés à vie, et dans nos vies suivantes, sur des générations, nous alimenterons à notre corps défendant la machine qui nous asservira de plus en plus. Plus d'horizon.

Nous nous appauvrirons de plus en plus, nous descendrons dans les abysses, celui qui fait du paradis des riches, l'enfer des pauvres. Plus d'espoir.

Car c'est ce que nous allons devenir : la nature a horreur du vide. Les vases communiquent parfaitement, celui qui s'enrichit laisse fatalement derrière lui des monceaux de cadavres.

 

Mais c'est, et ce sera toujours, bien sûr, "pour notre bien".

 

Bienvenue en enfer


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 2 août 18:17

    Ce cher vieux Smaug...

    Sa désolation ferait bien piètre figure à côté de celle de nos grands prédateurs...

    Je suis en train de lire « Le miel » de Slobodan Despot, je vous en mets un extrait dédié à Lechypre s’il passe par là....

    "Elle m’indiqua du doigt un chien errant qui fouillait dans les poubelles de la rue, « C’est un habitué. On lui voit les côtes, mais il a le poil encore luisant signe qu’il s’alimente convenablement. Je le montre souvent aux patients que je traite pour obésité. Je leur dis : « Vous devriez prendre modèle sur ce chien. Il n’appartient à personne qu’à lui-même. Il ne mange pas toujours à sa faim, mais ce n’est pas le but. Manger à sa faim, c’est le début de l’esclavage, et il le sait. Avec toute la nourriture qu’on jette ici, il pourrait être gras comme un pacha. Il s’en garde bien. Il est moins bête que vous. »"




    • Jeekes Jeekes 2 août 18:32

      ’’un petit + 7294% (! !) en mars 2021 par rapport à mars 2020. Si vous avez un peu de grisbi de côté, je vous conseille fortement d’aller faire la culbute en bourse en achetant des actions BioNtech’’

       

      Y’en a qui ne doivent pas être passés à coté.

       

      Genre la Team de SàM qui trolle la vaxx à tous prix.

      Ceci découlant de cela, parce que leur trouille ne suffit pas à expliquer leur acharnement depuis tout ce temps.

      Qui ça, voyons donc ?

       

      pénible,

      nonosse la brouette,

      drouet,

      zx truc,

      le lapin albinos,

      fergugusse,

      son alter ego grounichou,

      — le $ionard champignon pourri aka massada 

      eric F (comme fergus),

      rat-ko-to-lèche-fion,

      Mmmm ?

       

      J’en oublie, forcément. Qu’ils ne se sentent pas vexés, je n’en pense pas moins de leur ignoble comportement de collabos !

       


      • Emohtaryp Emohtaryp 3 août 13:47

        @Jeekes

        Collabos, trolls multicomptes, crétins et covidiots...un vrai festival de vomissures.....


      • I.A. 2 août 19:12

        Rien à redire. C’est fouillé et documenté, c’est surtout une très vieille « recette » qui n’a plus ses preuves à faire... Bravo.


        • MagicBuster 3 août 09:50

          http://www.syti.net/Topics2.html

          LA FIN PROGRAMMEE DE LA DEMOCRATIE

          1 - Le pouvoir a déjà changé de mains
          2 - L’illusion démocratique
          3 - La disparition de l’information
          4 - Stratégies et objectifs pour le contrôle du monde
          5 - Les attributs du pouvoir
          6 - La vraie réalité de l’argent
          7 - Le point de non-retour écologique
          8 - La destruction de la nature

          9 - Les alternatives de la dernière chance

          10 - 2000 ans d’Histoire

          Un site déjà ancien qui résume tout ça ^^

          Bonne journée.


          • sylvain sylvain 3 août 13:27

            c’est bien résumé : le capitalisme industriel se développe sur les crises qu’il crée et qu’il semble être le seul a pouvoir et engendrer puis « résoudre » en créant systématiquement une nouvelle crise derrière . C’est la notion même de progrès dans sa réalité de terrain


            • sylvain sylvain 3 août 13:29

              @sylvain
              par exemple, la société industrielle créé les engrais et pesticides, qui détruisent les abeilles, puis crée des microdrones pollinisateur, qui vont a coup sur engendrer des problèmes...


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 3 août 14:20

              Dimanche j’ai regardé le documentaire sur ARTE qui rappelait l’anniversaire du crash du Concorde « La fin tragique du supersonnique » le 25 juillet 2000 et sa fin réelle en 2003.

              Aujourd’hui on préconise le train. Cela demande plus de temps, mais quand c’est en plus un Orient Express qui roule à petite vitesse, c’est encore mieux pour voir les paysages.
              Nous sommes à l’ère de la vitesse. .« Time is money » n’a jamais été aussi vrai 

              Evidemment, tout comme le luxe coute cher Prendre le temps de vivre en 8 jours et c’est 34.000 euros par personne de Venise à Simplon.

              Aujourd’hui, ce n’est plus voyage qui est important, mais le fait d’arriver à destination le plus rapidement possible. 

              • aglagla 3 août 14:33

                Un Vaccin pour les gouverner tous

                Un Pass pour les trouver

                Un Virus pour les amener tous,

                Et dans les ténèbres les lier


                • sylvain sylvain 3 août 20:09

                  @aglagla
                  mais ou donc est le mont du destin ??


                • karibo karibo 3 août 15:59

                  Alors bonjour ?

                  2 mots :bravo & merci !


                  • Luniterre 3 août 16:56

                    @l’auteur

                    Bonjour,

                    Cet article est intéressant par les abus qu’il dénonce, mais problématique par l’analyse qu’il en fait, à commencer par le titre…

                    Le capitalisme, c’est l’élargissement d’un capital investi dans un processus productif.

                    Or, si l’on parle de « capitalisme pandémique », on parle donc bien du système économique actuel, à l’échelle mondiale, tout comme la « pandémie » précisément…

                    A l’échelle mondiale, avec la crise « pandémique », c’est surtout la dette mondiale, qui venait déjà de battre son record, en 2019, qui l’a encore battu, et à plate couture, en 2020 !

                    Et cela malgré les niveaux également records atteints par les principales bourses mondiales.

                    Si l’on analyse donc en termes de capital total, à l’échelle mondiale, non seulement les profits ne permettent donc pas de rembourser la dette, mais ils ne l’empêchent même pas de s’accroitre.

                    Il n’est donc plus approprié de parler de capitalisme, en ce qui concerne l’économie mondialisée.

                    Les profits encore réalisés par les monopoles, Big Pharma ou autres, ne dépendent plus d’un quelconque « taux de profit » de telle ou telle entreprise, calculable sur la valeur réellement produite, mais de la fraction de la dette que les uns ou les autres parviennent à s’accaparer, par un biais ou par un autre.

                    Ici, comme vous le décrivez assez bien, par le biais des financements publics.

                    Que ce soit la recherche, selon vos utiles références, ou la « consommation », en réalité forcée, et dont l’argent provient …des caisses de l’Etat, c’est-à-dire, en grande partie de la dette, de manière directe, et indirectement, pour le reste, vu que le secteur privé monopoliste ne doit sa survie qu’aux marchés financiers eux-mêmes soutenus par la politique monétaire des Banques Centrales, et donc, par la dette…

                    Il serait donc plus juste de présenter tout ce cycle « vaccinal » de Big Pharma comme une vaste opération de « blanchiment de dette » permettant à un petit nombre de « profiteurs privés » de s’en approprier « légalement » une partie au titre de « bénéfices » de leurs entreprises, mais qui n’ont aucune base réelle en termes de valeur crée répondant à un besoin réel, en ce qui concerne les vaccins actuellement utilisés en Occident.

                    Cela n’a donc rien à voir avec une quelconque « course pour sauver le taux de profit », course qui a déjà été « perdue » depuis 2008, au moins, et remplacée par le cycle de la dette banco-centralisée, cycle encore renforcé, depuis Mars 2020 et la nouvelle intervention massive des Banques Centrales, les véritables nouveaux maîtres du monde, selon Philippe Béchade, en 2014, déjà :

                    A propos du N.O.M. comme forme évoluée « moderne » du totalitarisme, …et de son « Innommable » succursale en France !

                    http://interfrsituation.eklablog.com/a-propos-du-n-o-m-comme-forme-evoluee-moderne-du-totalitarisme-et-de-s-a209538864

                     Voir aussi :

                    « PREMONITOIRE » ??? Mars 2015, la BCE met en œuvre son premier « Quantitative Easing »… Sur RTL François Lenglet « crache le morceau » sur la réalité du banco-centralisme… !

                    http://interfrsituation.eklablog.com/premonitoire-mars-2015-la-bce-met-en-oeuvre-son-premier-quantitative-e-a209230140

                    Et aujourd’hui sur AV :

                    Du « blob » comme antithèse du « blabla » autour du covid 19… !

                    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/du-blob-comme-antithese-du-blabla-234849

                    Luniterre


                    • perlseb 3 août 17:32

                      Si le « capitalisme » retombe en apparence toujours sur ses pattes, il y a quand même des limites.

                      D’ailleurs, vous oubliez une possibilité pour l’origine du virus. Fornication d’un pangolin avec une chauve-souris, fuite de laboratoire mais, pourquoi pas, dans une enquête il faut toujours chercher à qui le crime profite et ce n’est clairement pas au couple pangolin-chauve-souris ni aux laboratoires de recherches douteuses. Vu qu’il n’y a pas de petits profits, pourquoi ne pas imaginer que ce soit Big Pharma qui ait volontairement disséminer ce virus ?

                      Complotiste peut-être mais on a déjà vu des banquiers donner de l’argent aux 2 camps qui s’affrontent dans l’histoire (voir la guerre civile américaine).

                      Et même si cette hypothèse est fausse (vaccin volontairement disséminé), il est clair que la mortalité du vaccin est plus forte que celle liée au virus pour les moins de 50 ans (donc pour la majorité de la population). Donc si cela fait les affaires de Big Pharma, il y aura quand même une baisse de consommation induite dans les pays qui ont les moyens de se payer le vaccin. Et c’est là la limite du capitalisme.

                      Quand la seule manière de faire des profits est de détruire la terre (obsolescence programmée, par exemple avec la durée de vie des lave-linge qui diminue) ou carrément d’éliminer une partie de la population (vaccin mal testé), alors tout finit pas se casser la gueule et ceux qui ont patiemment amassé l’argent avec des règles immorales devront bien rester cachés si ils ne veulent pas être pendus...


                      • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 3 août 20:48

                        C’est rigolo cette compréhension a l’envers des choses.


                        Si le « môôôôôôdèle social » est un concept de monopole des payeurs comme les sécus, qui référencent ou rejettent une innovation, ne pas comprendre que le fabricant n’a pas d’autre choix que de faire du lobbying pour faire marcher ses usines est hallucinant.



                        Le « modèle social », c’est de la branlette solipsiste. une réalité qui se limite à ce qui est perçu par des bobos qui veulent y croire, en ignorant systématiquement ce qui ne se voit pas au profit de ce qui est vu.


                        • https://t.me/trottasilvano/4234

                          Affiche imprimé en 2020 utilisé en 2021

                          L’histoire vient de loin , la misère d’un complot c’est le temps . Plus le mensonge s’éternise plus il est difficile de le tenir secret.


                          • https://t.me/trottasilvano/4241

                            Essais cliniques et vaxxins expérimentaux .

                            La bande d’escrocs du gouvernement.fr


                            • tashrin 4 août 11:12

                              Excellent article, merci


                              • Pierre 5 août 12:08

                                Et alors ? Vive le capitalisme s’il est capable de fournir un vaccin efficace. Allez demander au rappouilleur marseillais si pour lui c’est toujours un danger pour l’humanité. Quant aux profits boursiers, vous découvrez l’amérique : pendant la bulle internet c’était bien pire...


                                • chantecler chantecler 5 août 12:11

                                  @Pierre
                                  Ah mais tu vas voir quand la bulle virus va éclater !
                                  Hiroshima c’était rien à coté !


                                • Pierre 5 août 13:07

                                  @chantecler
                                  En attendant de voir si tu es capable d’écrire des horoscopes ou du rapp, Hiroshima c’est un tube dans le gosier..


                                • chantecler chantecler 5 août 13:34

                                  @Pierre
                                  Keketa le p’tit pierre ?
                                  Une mauvaise digestion ?
                                  Un rôt coincé ?


                                • Pierre 5 août 13:42

                                  @chantecler
                                  Quand on n’a rien d’intéressant à dire...


                                • chantecler chantecler 5 août 13:45

                                  @Pierre
                                  Vous vous êtes un gentil et passionnant garçon !


                                • Pierre 5 août 13:59

                                  @chantecler
                                  Même veine...


                                • chantecler chantecler 5 août 14:14

                                  @Pierre
                                  Ah non, moi c’est l’artère .


                                • Pierre 5 août 14:26

                                  @chantecler
                                  ...partiellement bouchée comme le reste en raison de ton âge.


                                • BA 5 août 12:33

                                  Les vaccins sont inefficaces contre le variant Delta.


                                  Israël est le pays le plus vacciné au monde. 62 % des Israéliens ont reçu deux injections du vaccin … et pourtant le nombre de nouveaux cas de contamination explose en Israël !


                                  Israël, en dépit des 85 % d’adultes vaccinés, renforce ses mesures sanitaires face au variant Delta.


                                  Israël avait été l’un des premiers pays à lancer, à la mi-décembre, une vaste campagne de vaccination à la faveur d’un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer, qui a fourni rapidement des millions de doses au pays en échange de données sur les effets de son vaccin développé avec la société BioNTech. Cette campagne a permis d’administrer deux doses du vaccin à plus de 62 % de la population du pays, et à environ 85 % des adultes, ce qui a favorisé la réouverture des cafés, des bars et des commerces et une réduction du nombre de cas à moins de 100 par jour contre 10 000 au plus fort de l’épidémie.


                                  Au cours des dernières semaines, les contaminations sont toutefois reparties à la hausse sur fond de propagation du variant Delta, poussant les autorités à réimposer certaines mesures comme le port du masque dans les lieux publics fermés.


                                  Israël a lancé le 30 juillet une campagne en faveur d’une troisième dose de vaccin pour les plus de 60 ans. Plus de 110 000 personnes âgées ont reçu une troisième dose, selon les données du ministère de la Santé.


                                  Au cours des 24 dernières heures, Israël a recensé 3 818 nouveaux cas de Covid, un record depuis mars, et le pays compte 422 personnes hospitalisées, dont 221 dans un état grave.


                                  Le Premier ministre, Naftali Bennett, qui a accompagné le 3 août sa mère qui recevait une troisième dose de vaccin, a appelé les citoyens israéliens à se faire vacciner : « Je vous demande à tous, enfants, petits-enfants, pères et mères d’aller vous vacciner. »

                                  https://francais.rt.com/international/89276-israel-depit-85-pourcent-adultes-vaccines-renforce-mesures-sanitaires-face-variant-delta-covid-19/amp


                                  • Attilax Attilax 8 août 12:01

                                    Très bon papier, je partage !


                                    • https://t.me/Laveritecensure/3933

                                      🛑 Cette maman interdit d’aller au chevet de ça fille en fin de vie car elle refuse de ce faire vacciné.

                                      📢 Elle à besoin d’aide elle demande que les médias soient alertés.

                                      #mamanendetresse #antipasssanitaire #soignants

                                      Rejoignez Vérité Censurée https://t.me/Laveritecensure

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité