• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le libéralisme mis en cause de tous côtés, mais de quoi parle-t-on (...)

Le libéralisme mis en cause de tous côtés, mais de quoi parle-t-on ?

On entend souvent les hommes politiques en France critiquer le libéralisme ou s'en démarquer sans dire précisément de quoi il s’agit, ceci particulièrement depuis qu’Alain Madelin, ancien ministre centriste dans plusieurs gouvernements, n'a rassemblé que 3,91% des suffrages à l’élection présidentielle de 2002 en s’affichant clairement comme le seul défenseur du libéralisme parmi les candidats.

Récemment, le politologue Guillaume Bernard, auteur de « La Guerre des droites aura bien lieu » publié par Desclée de Brouwer et théoricien du mouvement « dextrogyre » du monde politique français et européen, déclarait dans une interview au quotidien La Croix du 18 juin que « Le conservatisme et le libéralisme sont des idéologies incompatibles » prônant pour la droite une rupture claire avec la ligne d’Emmanuel Macron supposé incarner le libéralisme.

En affirmant cette incompatibilité entre conservatisme et libéralisme, Bernard, comme de nombreux hommes politiques, fait une confusion grossière entre le libéralisme économique, une vision du monde qui a entre autres Montesquieu, Tocqueville ou Raymond Aron comme grands penseurs et qui n'est en rien opposée au conservatisme ou dans le cas de Tocqueville aux valeurs chrétiennes et d'autre part le libéralisme au sens anglo-saxon de libéralisme des mœurs.

D’une façon générale, le conservatisme, dans les pays anglo-saxons, famille politique marquée à droite en Angleterre comme aux Etats Unis, plaide pour une limitation des pouvoirs de l’Etat en matière économique et sociale, regardant l’Etat avec méfiance surtout quand il devient envahissant et bureaucratique tout en étant prudent en matière de mœurs et cherchant à défendre les traditions nationales. Ainsi nous voyons que le libéralisme économique n'est en rien incompatible avec le conservatisme.

Les "liberals" aux Etats-Unis, par opposition aux conservateurs sont les hommes politiques qui d'une façon générale, pensent que le gouvernement doit agir pour promouvoir les changements sociaux et politiques comme par exemple les Kennedy. Le "wealthy political liberal" ou le "limousine liberal", politicien ou homme d'affaires influent et supposé circuler en limousine avec un chauffeur est un équivalent américain d'un membre de "la gauche caviar" en France. Les réformes sociétales comme le mariage pour tous correspondent bien à l'approche libérale américaine par opposition à la défense du mariage homme-femme monogame par les conservateurs. Cela n'empêche pas le "liberal" américain de pouvoir être un fervent défenseur du capitalisme, de Wall Street et de l'entreprenariat.

Dans un pays comme la France qui a plus de 45% de son PIB en 2017 qui passe en prélèvements obligatoires (taux parmi les plus élevés au monde) et un Etat envahissant, nombreux sont ceux qui pensent que l'on a plus que jamais besoin de réformes libérales pour permettre de relancer l’économie, ce qui ne les empêche pas, bien au contraire, de défendre un certain patriotisme et des valeurs conservatrices comme l'opposition au mariage pour tous de la Manif pour tous, le refus d’une immigration incontrôlée et la défense de la culture européenne et chrétienne. On est ainsi à la fois liberal sur le plan économique et conservateur sur le plan sociétal.

On peut à contrario être libéral sur le plan des moeurs et interventionniste sur le plan économique, ce qui a été le cas d'une bonne partie la gauche en France depuis les années Mitterrand. Ainsi le président Holllande pouvait à la fois faire voter le mariage pour tous, aller voir sa maîtresse en scooter et déclarer lors de son premier meeting de campagne en 2012 que "mon adversaire, c'est le monde de la finance".

Confondre ces deux usages du mot libéralisme en français comme le font un grand nombre de responsables politiques et de politologues ou journalistes n'ajoute pas à la clarté du débat politique.

Un phénomène clair en Europe, surtout depuis les élections en Italie, c’est l’importance grandissante des mouvements dits populistes et ce malgré toutes les campagnes lancées contre eux depuis des décennies par les médias politiquement corrects comme en France les chaînes de télévision publique avec Arte en exemple caricatural et des journaux comme Le Monde, Libération ou l’Obs ainsi que les avertissements teintés de menaces de la Commission Européenne.

Ces mouvements avant d’être « populistes » sont avant tout démocratiques, exigeant que les politiques prennent en compte la volonté du peuple en matière d’immigration comme en d’autres domaines. Ils ont un caractère conservateur qui s’exprime par leur refus d’une immigration de masse qui mettrait en danger les traditions ou identités nationales, une volonté que entre autres l’Italie ou la Pologne préservent leurs cultures tout en s’accommodant très bien sur le plan économique, particulièrement pour les pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie) de vues libérales comme une défense de l’entreprenariat, du marché libre et d’une réduction des interventions étatiques au niveau national et encore plus à celui de l’Union Européenne.

Ainsi, il est clair que l’on peut être conservateur en matière d’identité nationale sans défendre comme a essayé de le faire Marine Le Pen une politique économique et sociale de gauche à la Mélenchon, ce qui a abouti à son échec retentissant lors du débat télévisé de la présidentielle face à Emmanuel Macron.


Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 12:49

    J’ai oublié le chapeau de l’article : 

    « Mon intention dans cet article comme le précédent sur le capitalisme, est de clarifier certaines notions économiques couramment utilisées dans le langage politique, dans les médias ou des tracts de partis sans que leur signification ait été clairement délimitée. Du coup, ces notions déclenchent des réflexes pavloviens : on ne veut pas être étiqueté de libéral ou de défenseur du capitaliste sans réfléchir qu’il s’agit d’un débat faussé, la définition des termes n’étant pas claire. Dans un autre domaine, on pourrait en dire autant sur le mouvement antiraciste qui utilise à tout propos et hors de propos l’accusation de racisme pour discréditer ses opposants. »

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 13:01

      j’avoue m’être souvent demandée ce que signifiait réellement le libéralisme, ayant été élevée par des libéraux et chrétiens. Petite, ils représentaient ceux qui nous avaient libéré du nazisme. Jeune fille, plus érudite, je comprends que les communistes avaient grandement participé à la libération du joug hitlérien. Passant à gauche en pleine crise d’adolescence, je commence à assimiler les libéraux au joug capitaliste. Ne perdant malgré tout pas de vue que les libéraux défendent aussi le droit à la vie privée et de parole,...Cela devient un peu compliqué,..Je vais jouer ma MAFALDA : http://radio-londres.fr/2012/07/chronique-de-mafalda/. Ni de gauche ni de droite : décroissante. 


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 13:03

        décroissante, ???? Vous voulez dire : castatrice ??? Pas tout à fait : juste contrôleuse de la mégalo-manie.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 13:07

          Politique sans éthique n’est que ruine et désolation,...


          • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 14:08

            @Mélusine ou la Robe de Saphir. C’est vrai, ceci dit l’éthique ne doit pas être mise à toutes les sauces. Personnellement, j’aime bien l’équilibre entre politique et éthique que l’on voit chez A. de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique ou d’autres écrits. Il reconnaît l’importance et l’influence du Christianisme sur par exemple la société américaine sans sous-estimer les facteurs économiques et en dénonçant l’esclavagisme à la fois sur le plan moral comme un terrible péché et économique comme une organisation inefficace de l’économie comme le prouve la supériorité du nord des Etats-Unis sur le sud.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 14:14

            @Bernard Mitjavile


            Bonjour, lisez Kabaleb et l’Arbre Séphirotique, vous y verrez plus clair. 

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 13:10

            je suis opposée au « mariage pour tous » et ne m’en cache pas. Mais rien à voir avec « Sens commun ».....


            • rogal 22 juin 2018 13:12

              Hors de l’économie, le libéralisme ne concerne pas les mœurs avant tout mais la politique. Une politique libérale s’oppose à une politique autoritaire, voire dictatoriale. Le Second Empire, par exemple, est dit avoir eu eu une phase libérale après 1860.


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 14:13

                @rogal Selon R. Aron s’opposant à Mitterrand sur le programme commun, le libéralisme en évitant la concentration des pouvoirs politiques et économiques dans les mains de l’Etat, garantit une certaine liberté par opposition au communisme. Ceci dit, je n’idéalise pas le libéralisme comme tout autre système, il peut être rongé par la corruption et des formes d’oligarchie. 


              • rogal 23 juin 2018 09:03

                @Bernard Mitjavile
                Votre définition du libéralisme, hors du champs économique, est impropre en ce qu’elle n’est pas conforme à l’usage français du mot. La notion n’a pas attendu le XXe siècle pour être centrale dans nos débats. Votre article en est faussé.


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 23 juin 2018 17:07

                @rogal Je n’ai pas donné de définition du libéralisme hors du champ économique. Cette notion peut être défini de différentes manières, de la définition des encycliques catholiques qui y voient la source de bien des maux à celles des pays anglo-saxons. J’ai souligné le fait que ce concept vague posait bien des problèmes et qu’il ne fallait pas l’associer au libéralisme économique et social, en gros soutien au libre marché, à la libre entreprise, opposition à un Etat trop interventionniste en économie et aux politiques Keynésiennes (voir Milton Friedman et Hayek). Avant de me dire que ma définition est impropre, peut-être pourriez-vous me dire en quoi elle consiste ?


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 13:20

                Prométhée représentent bien le libéralisme. On oublie souvent comment la légende se termine,...(le foie ou surcharge alimentaire) dévoré par un aigle). Autre mot pour : HUBRIS. Que vous le vouliez ou non, le libéralisme est bien concerné par l’éthique (que certains appellent moeurs). Quand il y a excès : la dictature et le pas de l’OIE se charge de rétablir l’ordre (en nettoyant les écuries d’Augias.


                • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 14:14

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir. Assez d’accord.


                • kalachnikov kalachnikov 22 juin 2018 22:22
                  @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Je rapplique et je tombe sur vous, difficile de faire autrement, et évidemment vous enfilez encore vos perles.

                  Prométhée est condamné à être rivé à un rocher et à avoir le foie dévoré par un aigle chaque nuit, foie qui repousse chaque jour. II sera délivré de ce tourment lorsque Zeus sera déchu, ce qui est inéluctable.

                  Pas compliqué de deviner qui est Zeus et ce qui l’attend. Les Grecs, comme maintes cultures, plaçaient le siège de l’intelligence dans l’abdomen. Pas n’importe quelle intelligence (cf. lire l’à venir dans les entrailles).

                  Plutôt que nous fourguer votre judéochristianisme défroqué en mode blague belge, ’panpan cucul, l’homme est une pourriture sur pied, culpabilité, au pied pas bouger !’, lisez au moins Eschyle. C’est le minimum. Les Grecs étaient autrement plus subtils et intelligents, éveillés que vos bullshits judaïsantes et pauvres, p***, pauvres, 5 000 ans qu’on fait étouffer l’esprit dans ce cachot mental exigu, borné, le bien, le mal, ping et pong.

                  ’PROMETHEE
                  Le terme fixé par la Parque n’est pas
                  Arrivé, c’est après avoir plié sous le poids
                  De douleurs, de chagrins innommables que je serais délivré de ces liens ;
                  L’Art ne peut résister à la Nécessité, il s’en faut de beaucoup.

                  LE CORYPHEE
                  Qu’est-ce donc qui conduit la Nécessité ?

                  PROMETHEE
                  Les trois Parques et les Erinyes qui n’oublient rien.

                  LE CORYPHEE
                  Zeus est-il moins puissant qu’elles ?

                  PROMETHEE
                  Il ne peut échapper à son destin.

                  LE CORYPHEE
                  Quel est celui de Zeus à part régner toujours ?

                  PROMETHEE
                  Ne me le demande plus, n’insiste pas.

                  LE CORYPHEE
                  Est-ce donc si grave, pour que tu ne laisses rien échapper ?

                  PROMETHEE
                  Change de sujet, le moment n’est pas venu
                  De le publier, ce secret doit rester
                  Absolu ; c’est en le préservant que je me libèrerai
                  De ces chaînes infâmes et de ce calvaire.’

                  Et tant que j’y suis, bravo pour votre propos infect sur le sida, selon vous un châtiment.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 juin 2018 10:12

                  Kalach, pas un châtiment venant d’une entité supérieure qui surveille les faits et gestes de l’individu. NON, cela ne marche pas comme cela, autrement de nombreux nazis n’auraient pas survécu aussi longtemps. Mais une dynamique inconsciente et mortifère qui entraîne l’individu sur le chemin au combien fascinant de thanatos. J’ai lu la psychanalyse (très particulière et "hors cadre de Nouréev. Cette mort, il l’attendait,....

                  https://www.babelio.com/livres/Grimbert-Rudik-lautre-Noureev/677669. Mais vous échappe encore que l’éros se mêle toujours à Thanatos (Don-Juan et la statue du commandeur ou SURMOI). Contrairement aux nazis qui ne sont pas dans l’éros mais murés dans leur forteresse apathique.

                • kalachnikov kalachnikov 23 juin 2018 23:52
                  @ Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Vos salades ésotéreuses freudisantes blavatskaïennes, je m’en cogne. Simplement, votre façon pour donner corps à votre barnum tout en stridences me heurte ; vol, recyclage, rapetissage, défiguration, etc. Pas vous personnellement mais votre mouvance, les psychoastrologodingos. Créez au lieu de gribouiller et obscurcir. Ca devrait être facile quand on a la Connaissance*.

                  *c’est aux fruits qu’on reconnait l’arbre.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 13:22

                  Prométhée représente bien le libéralisme. On oublie souvent comment la légende se termine,...(le foie ou surcharge alimentaire dévoré par un aigle). Autre mot pour : HUBRIS. Que vous le vouliez ou non, le libéralisme est bien concerné par l’éthique (que certains appellent moeurs). Quand il y a excès : la dictature et le pas de l’OIE se charge de rétablir l’ordre (en nettoyant les écuries d’Augias. Marine a perdu face à Macron, mais le populisme et le nationalisme montent partout.


                  • Ciriaco Ciriaco 22 juin 2018 13:27
                    Le libéralisme politique est un libéralisme économique, qui entend réformer les États pour se tenir en béquille de cette cause. C’est ce qu’on appelle un ordo-libéralisme, depuis que les théoriciens libéraux se sont rendus compte qu’il y avait un besoin organisationnel et moral à gérer auprès des populations.

                    Quant à être libéral, c’est plus difficile à définir, dans le sens où il s’agit en réalité d’une structure anthropologique constitutive du sujet, sans a priori mythologique - ce en quoi le conservatisme s’oppose, convaincu qu’il faut à la gouvernance les traits verticaux d’un passé moins tumultueux.

                    Le libéralisme anthropologique deviant une réalité sociale dans la mesure où les sources de formation, d’expression et d’histoires sont multipliées. Si le conservatisme est à la base des mouvements réactionnaires, le libéralisme lui engendre à la vitesse vertigineuse de la société de l’information une tribalisation.

                    Alternative ? Le holisme, dont on entend beaucoup moins parler parce que la nature d’homme qu’il engendre tend tout simplement à disparaître, et qui est le propre des sociétés soudées.

                    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 14:26

                      @Ciriaco C’est un peu la thèse de Tocqueville qui voyait dans la société américaine la possibilité d’une évolution vers à un individualisme extrême, rendant les gens de plus en plus passifs et isolés face à l’Etat et qui regrettait les sociétés d’ordres de l’Ancien Régime avec le sentiment d’appartenance à une communauté bien qu’acceptant la Révolution Française comme une évolution historique inévitable (voir l’Ancien Régime et la Révolution).


                    • Ciriaco Ciriaco 22 juin 2018 17:07

                      @Bernard Mitjavile

                      Je n’allais pas si loin (on peut cependant - personnellement je prends Tocqueville avec des beaucoup de pincettes), et m’en tenait à quelques remarques.

                    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 18:12

                      @Ciriaco Je trouve que Tocqueville écrit avec beaucoup de clarté, ceci dit, il vivait dans une époque bien différente de la nôtre et l’on ne peut se contenter de répéter ce qu’il a dit avec talent.


                    • Ciriaco Ciriaco 22 juin 2018 19:09

                      @Bernard Mitjavile

                      Il est accessible, en effet. J’ai eu l’impression inverse de la votre cependant ; les sociétés dont il parle ont des structures communes, de telle sorte que les constats sont compréhensibles (la nouveauté sociologique me paraît bien plus être le fait des 20 dernières années). Le point délicat est qu’il y a une tentation de ré-institution de l’estrade et de la société des élites dans cette pensée emprunt d’une certaine nostalgie aristocratique.

                      On peut réfléchir sur ce problème de fond, cela n’est pas interdit et n’est pas dénué de questions difficiles, non triviales, hors préjugées. C’est intéressant et formateur. Je crains cependant (j’en suis pour être franc tout à fait convaincu) que ses commentateurs s’approprient un peu facilement l’argumentaire au sein d’une position et d’une scission confortable des choses.



                    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 20:21

                      @Ciriaco
                      Une chose de sûre, il s’exprime de façon tellement claire et précise par rapport au jargon de nos sociologues modernes.


                    • Ciriaco Ciriaco 23 juin 2018 00:43

                      @Bernard Mitjavile

                      Les sciences sont devenues tellement pointues qu’il existe désormais un fossé considérable et parfois entièrement antagoniste entre la pensée ordinaire et les connaissances actuelles.

                      Alors, sujets que nous sommes à cela... ne pas trop se tromper, voilà qui me paraît être une chose importante. A mes yeux, la promesse du « jargon », c’est le potentiel de la découverte du sens. Trouver la bonne porte, saisir une clé et c’est tout un petit monde plus lumineux qui s’ouvre.

                      Les fruits de la connaissance sont des béquilles, le monde et la vie sont animales.

                    • eddofr eddofr 22 juin 2018 15:42

                      Une liste des antonymes (parmi d’autres) de libéralisme :


                      Un mot qui a autant d’antonyme aussi peu synonymes entre eux ne veut plus rien dire.

                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 15:50

                        @eddofr


                        rajoutez tous les maux en « isme » dont capitalisme,...

                      • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 16:26

                        @eddofr Le libéralisme économique veut simplement dire que l’on encourage les libertés économiques, le marché libre, la libre entreprise et que l’on se méfie des interventions trop lourdes de l’Etat dans l’économie (nationalisations, grandes entreprises d’Etat mal dirigées etc..). 

                        Cela vient à la base de l’idée que les besoins humains sont si complexes et qu’il vaut mieux laisser les producteurs et consommateurs décider à travers des millions de choix quels produits et services doivent être développés pour les satisfaire plutôt que ce soit des fonctionnaires de l’Etat se croyant plus intelligents que les autres et croyant connaître les produits du futur qui le décident comme avec le Gosplan en Union-Soviétique. En France, du temps où France télécom était une entreprise d’Etat, on nous expliquait que le Minitel plaçait la France à la pointe de l’informatique et des télécommunications, aujourd’hui, plus personne n’oserait s’en servir. Pendant ce temps, des entreprises privées comprenant les besoins des utilisateurs comme Apple faisaient réellement avancer l’informatique. 

                        Le libéralisme au sens de libéralisme des mœurs ou idolâtrie de la liberté a été condamné par l’Eglise catholique arguant que la liberté devait être soumise à la Vérité divine ou la loi naturelle mais là, on entre dans un débat qui n’a pas grand chose à voir avec le libéralisme économique.
                        Cela a causé des confusions, particulièrement dans un pays de tradition catholique comme la France et il est bon de lutter contre cette confusion et de préciser de quoi on parle quand on défend le libéralisme économique.


                      • MagicBuster 22 juin 2018 16:56

                        @Bernard Mitjavile

                        Vos propos concernant le minitel sont excessifs.
                        La télématique a été le commencement d’internet.

                        C’est comme si on comparait les voitures d’aujourd’hui avec la première voiture de Louis Renault.
                        Pour vous , c’est sans doute nullissime - en réalité c’était une révolution qui en a permis d’autres.

                        Bref, le libéralisme s’accorde toutes les victoires pour pas cher .... Escroc.


                      • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 18:03

                        Le minitel était simplement un terminal basique avec un clavier très peu ergonomique, même à l’époque. Il ne mérite pas des propos excessifs ni dans un sens ni dans l’autre mais il était vendu par France Telecom comme quelque chose de révolutionnaire à une époque où son Pdg, Michel Bon accumulait des pertes faramineuses, bien sûr à la charge du contribuable, à la suite d’opérations risquées à l’étranger. Renault était un entrepreneur privé avant d’avoir été nationalisé dans des conditions douteuses après la guerre. On peut être d’accord ou pas mais pas la peine d’en venir aux insultes, je peux ne pas être d’accord avec vous sans vous traiter d’escroc. Ne vous connaissant pas, je ne vois pas ce qui m’autoriserais à le faire.


                      • CORH CORH 23 juin 2018 11:54
                        @Bernard Mitjavile
                        Le minitel a été logiquement ringardisé rapidement par l’émergence de la micro informatique et l’arrivée d’internet, , mais il a connu en peu de temps un fort développement dans le secteur public mais surtout dans le secteur privé et la France était réellement pionnière..Dire le contraire relève d’une méconnaissance certaine. 

                      • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 23 juin 2018 16:50

                        @CORH Vu qu’il était distribué gratuitement avec il est vrai des coûts à la minute très élevés, c’est normal qu’il se soit développé mais dès que les gens ont compris qu’il y avait des alternatives, ils l’ont laissé tomber. Le minitel ne représentait certainement pas un progrès dans la micro-informatique, c’est pour cela qu’aucun autre pays que la France ne l’a adopté, ni dans les télécommunications. La France était tellement « pionnière » que personne ne l’a suivie.Bon, pour la pornographie à domicile, cela a permis à France Telecom et des grands médias comme le Monde ou le Nouvel Obs de se faire pas mal d’argent avec le minitel rose. De toutes les façons, je ne vais pas me battre pour ou contre le minitel, cela n’intéresse personne à part certains nostalgiques de France Telecom. J’accepte que vous me dites que j’ai une méconnaissance certaine de cette grande découverte. 

                        Tout ce que je veux dire, c’est que l’on a tendance dans le secteur public à gonfler l’importance de ce genre de développement. On nous a raconté que l’on avait le meilleur système éducatif au monde (un des pires rapports qualité/prix selon les enquêtes Pisa), le meilleur système de sécurité sociale (sûrement le plus coûteux pour des résultats loin d’être satisfaisants en ce qui concerne le chômage), les meilleurs trains au monde (le plus grand nombre de jours de grève..) etc.. On est toujours les meilleurs quand on est en situation de monopole. Personnellement, pour revenir au minitel, en tant que journaliste, je trouvais bien préférable de communiquer avec mon petit ordinateur et un modem pour envoyer des articles à l’étranger. 

                      • Lonzine 23 juin 2018 19:12

                        @Bernard Mitjavile
                        sauf que non, les gens ont vite compris que par le minitel ils ne pouvaient être tracés, et ce serait encore un moyen genre « dark-net », mais very dark.....


                      • CORH CORH 23 juin 2018 20:18
                        @Bernard Mitjavile
                        quelle alternative ? il n’y avait pas d’alternative, vous avez l’habitude de vous arrangez avec l’histoire et avec le temps ?
                        .Quand un sujet ne vous intéresse pas il vaut mieux ne rien en dire.


                      • pallas 22 juin 2018 17:26
                        Bernard Mitjavile
                        Bonjour,

                        Le libéralisme n’est qu’un mot, un de plus, un faire valoir pour cacher la réalité et la médiocrité du peuple français.


                        La France est terminée, ont s’inventent une soit disant compétition ou puissance commercial, voir militaire, donc viens l’idée du « libéralisme », qui n’est rien d’autre qu’une fuite de la réalité, ce mentir n’y plus et n’y moins.

                        La France est une demoiselle se racontant des histoires s’inventant plein d’amis, puissante, intelligente et forte, ça n’est que de la mythomanie de type « le syndrome de l’Errante ».

                        Alors que la réalité, notre demoiselle est moche, lâche, inculte, d’une médiocrité intellectuel, se droguant.

                        La nous sommes à l’acte du suicide.

                         smiley

                        Salut

                        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 18:08

                          @pallas C’est vrai que l’on joue beaucoup avec les mots sans tenir compte des réalités. C’est vrai aussi que E Macron nous a expliqué qu’il avait beaucoup d’influence et allait changer les vues D Trump sur le dossier iranien et d’autres et que les réalités se sont montrées moins brillantes. On peut l’approuver ou pas mais Trump a une certaine logique et fait ce qu’il avait annoncé.


                        • pallas 22 juin 2018 18:21

                          @Bernard Mitjavile


                          Bonsoir,

                          Malheureusement notre demoiselle est une truie, écartant les jambes à tout va et demandant en même temps de l’amour, quel culot !!!!!!.

                          Elle à oubliée ses enfants lui vouant une haine total, car délaissés  smiley .

                          Alors mourra seule, abandonnée de tous tel une prostitué des bas fonds de Paris.


                          Cette folle aliéné n’aura été que lâcheté et stupidité de son histoire, traitresse en plus de ça.

                          Je m’amuse bien.

                           smiley

                          Salut

                        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 22 juin 2018 18:31

                          @pallas Quel style ! On a l’impression que vous parlez de la grande prostituée de l’apocalypse de Jean. :) Bon, gardons espoir, heureusement tous les Français ne sont pas à l’image du microcosme politico-médiatique parisien.


                        • pallas 22 juin 2018 19:08

                          @Bernard Mitjavile


                          Bonsoir,

                          Ho ne croyez pas l’apocalypse de Saint Jean, c’est d’un ridicule et tellement gentillet.

                          Sa sera bien pire, digne du Tartare.

                          Inédit et écrit nul part, pas dans un seul livre des religions diverses, une vrai mise en scene.

                          Une bonne tragédie, une pièce de théâtre dramatique parfaite.


                           smiley

                          Salut





                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 19:14

                          @pallas

                          Cette apocalypse était déjà FANTASmée à l’an 1000. Bon ! nous sommes toujours là. Le 2 devant les trois 000 changera-t-il la donne ? Chiffre 2 en numérologie c’est une peu comme l’amoureux au tarot : conflic« tue »elle.

                        • CORH CORH 23 juin 2018 12:16

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                          l’an 1000 devait être la fin du monde mais a contrario quelques décades avant l’an 2000 celui ci devait être l’année zéro d’une sorte de paradis sur terre, l’histoire nous montre aussi le ridicule de nos illusions.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 19:17

                          Perso je suis déjà sortie de Sodome. 


                          • À rebours 22 juin 2018 19:43

                            D’accord avec votre distinguo. Cela dit :
                            Pas plus de libéralisme que de beurre en broche en France. Du moins dans le monde d’en haut. Ca constitue des monopoles privés avec passion, des ententes. Ca ne prend aucun risque. Qui paiera l’entretien des rails après l’ouverture à la concurrence du monde ferroviaire ? Comment vit la presse ? Qui renfloue les banques ? Etc... etc... Ca touche à tous les coups. C’est le communisme primaire dans le monde d’en haut.

                            En bas en revanche, concurrence libre et non faussée des travailleurs, lutte darwiniste. Le libéralisme c’est toujours bon. Pour les autres. Les grandes institutions financières et les grands groupes se sont depuis longtemps affranchis du libéralisme économique.

                            Macron n’est pas un libéral libertaire. Il est libertaire.


                            Pour le reste c’est un représentant de la finance et ,par essence, celle-ci constitue des monopoles et cherche des intégrations verticales. Il n’est pas libéral.

                            https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/je-ne-crois-pas-a-la-theorie-du-ruissellement-declare-macron-macronbfmtv-1060035.html

                            • jmdest62 jmdest62 22 juin 2018 20:35
                              les pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie) de vues libérales comme une défense de l’entreprenariat, du marché libre et d’une réduction des interventions étatiques au niveau national et encore plus à celui de l’Union Européenne.
                              °
                              C’est c’la Ouais ouais.ouais. !!!!!
                              Ces pays resteront libéraux tant que le solde net de leur contribution au budget de l’UE leur restera favorable ...après ????
                              @+

                              • pallas 22 juin 2018 21:03

                                Bonsoir,

                                Vous n’avez jamais rencontrée un homme comme moi.

                                Ce monde devient les tenebres, d’une noirceur absolu.

                                Votre espoir et autres fadaises, ne sont rien.

                                Ma haine augmente encore, à tel une limite ?, je me pose la question véritablement.

                                Etes une mythomane Errante, une sournoise ?.

                                Nul n’échappe à mon regard.

                                Salut



                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 21:06

                                  @pallas


                                  Pallas, malgré vous, vous avez un côté comique,....Comme le disait (ironie) la téléphoniste : on doit bien mourir un jour,...

                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 21:15

                                  @pallas
                                  Noir, presque toutes les planètes sont dans le signe du capricorme. Saturne dont la couleur est le Noir. https://www.nouvelordremondial.cc/2011/10/22/le-cube-noir-de-saturne-et-la-meteorite-noire/


                                • pallas 22 juin 2018 21:23

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                                  Je m’amuse rien de plus,

                                  Vous n’existez pas pour moi.

                                  Faut me comprendre, ça m’ennuie d’écrire et vous etes tellement insignifiant.

                                  C’est dingue que les dechets ne comprennent pas cet simple chose.

                                  Vous ne pouvez pas faire acte de suicide collectif ou un truc de ce genre ?.

                                  Salut



                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 21:24

                                  @pallas

                                  Vous faite partie des suicidés ?

                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 juin 2018 21:27

                                  j’avais un ami qui me disait : je ne me suiciderai jamais : trop curieux de voir la suite,.... A SUIVRE. Brel au suivant https://www.youtube.com/watch?v=zXBPeQiYxeI


                                  •  C BARRATIER C BARRATIER 22 juin 2018 21:35

                                    ’c’est interessant

                                    Mais peut on évoquer le libéralisme sans l’école de Chicago et Milton Friedman ?


                                    En table alphabétique des news : Libéralisme : Friedman, pensée unique http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=99

                                    • pallas 22 juin 2018 21:44

                                      Sérieusement, vraiment, je suis sincère.

                                      Je ne peut pas me suicider, car simplement je ne veux pas mourir.

                                      Quoi que ce mot « mort » n’est pas dans mon existence.

                                      Puis je mourir ?, êtes vous capable de le faire ?.

                                      Question idiote de votre part et accusation facile.

                                      Vous devenez ennuyeuse, digne d’une petite fille.


                                      Salut

                                      • pallas 22 juin 2018 22:36

                                        Bonsoir toi,

                                        Il me manquait mon petit rat,

                                        C’est toujours plaisirs de faire acte de présence.

                                        Vous êtes sous mon observation permanent.

                                        Votre amour des Mâles de type Zêta, les détritus, digne de mes chiottes.

                                        La semaine fut bonne pour vous ’objet’ ?.

                                        Je vous adores.

                                        Bisous.

                                        Salut

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès