• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Exigences de Khamenei et la Fin du Régime des Mollahs

Les Exigences de Khamenei et la Fin du Régime des Mollahs

JPEG

En réponse aux 12 conditions récemment annoncées par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le dirigeant iranien Ali Khamenei a formulé sept exigences pour maintenir l'accord nucléaire. Les États-Unis se sont récemment retirés de l'accord.

Les exigences les plus importantes de Khamenei sont :

  • Les banques européennes devraient protéger le commerce avec l'Iran.
  • Les puissances européennes devraient protéger les ventes pétrolières iraniennes des sanctions américaines et continuer à acheter du brut iranien.
  • Les puissances européennes devraient s'engager à ne pas rechercher de nouvelles négociations sur le programme iranien de missiles balistiques et ses activités au Moyen-Orient.

Étonnamment, Khamenei a appelé l'Europe à condamner le retrait américain de l'accord nucléaire.

Ces exigences n'ont aucune base politique et ne sont pas un motif de négociation rationnelle. Khamenei a précisé que l'Iran ne fait pas confiance aux trois pays européens (France, Allemagne et Grande-Bretagne). Il a également déclaré que l'Europe devrait « pleinement garantir » les ventes de pétrole de l'Iran. « Au cas où les Américains pourraient nuire à nos ventes de pétrole ... les Européens devraient compenser cela et acheter du pétrole iranien », a-t-il ajouté.

Khamenei aurait dû se poser des questions évidentes avant d’émettre ces exigences : pourquoi l'Europe ferait-elle ces concessions fondamentales à l'Iran ? Et que recevrait l'Europe en retour ?

Au lieu de penser à des solutions rationnelles pour sortir de cette impasse, le régime des mollahs approfondit sa crise en engageant un conflit avec l'UE. L'UE a tellement perdu en raison de son soutien à l'accord nucléaire et de son profond désaccord avec l'administration Trump.

Les mollahs sont conscients du différend entre les Etats-Unis et l'Europe sur l'accord nucléaire. L'Iran ne motive pas l'UE à maintenir sa position et à se distancer des États-Unis. Le régime des mollahs essaie d'imposer des exigences illogiques à l'Europe.

Khamenei promeut l'idée de vaincre les Etats-Unis et il semble sûr de cela. Il propage l'idée pour chatouiller les sentiments des intrannsigeants de son régime. Les partisans du régime des mollahs lancent souvent des menaces indiscriminées contre les États-Unis.

Il semble que l'Iran suit les pas de la Corée du Nord, copiant entièrement les déclarations du président Kim Jong-un. Téhéran considère le lancement de menaces comme le meilleur moyen d'obtenir des concessions des États-Unis. L'Iran a oublié que Pyongyang était incapable de résister aux récentes pressions internationales. La Corée du Nord a dû se tourner vers la Corée du Sud à la recherche d'une bouée de sauvetage pour sauver son régime de l'effondrement.

Khamenei n'a pas donné à ses politiciens l'opportunité d'avoir un dialogue avec l'Europe. Il est intervenu radicalement pour poser des exigences. Le Guide suprême est conscient que l'Europe ne remplira pas ses conditions. Qu'est-ce que l'Europe obtiendra en retour si elle assure la poursuite des flux financiers résultant des ventes pétrolières iraniennes ? Khamenei n'a pas demandé à la Chine de prendre ces engagements, comme c'est le principal acheteur des exportations pétrolières iraniennes.

Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, a déclaré que l'UE doit soutenir l'accord nucléaire non seulement pour son engagement à travailler avec l'Iran, mais aussi pour prouver sa capacité à contrer l'influence américaine. Les alliés de l'OTAN ne pensent pas ainsi et l'Europe ne cherche pas à contrer l'influence américaine. Le secrétaire d'Etat américain a déclaré qu'ils trouveront un moyen de coopérer avec les partenaires européens concernant l'Iran.

Pompeo a déclaré qu'il y a un chevauchement presque total de nos valeurs et de nos intérêts à cet égard. Il n'y a pas de désaccord sur le programme de missiles iranien, sur son comportement malveillant et sur ses assassinats, a-t-il ajouté. Il a également souligné que tout le monde convient qu'il existe un problème et qu'il est nécessaire de trouver un moyen de le résoudre.

 

Le Financial Times a rapporté que l'effondrement des ventes de pétrole iranien augmentera la pression sur les mollahs et les fera accepter les conditions américaines. Khomeini avait déjà bu la coupe de poison. Il a accepté à contrecœur les conditions pour mettre fin à la guerre Iran-Irak et sauver son régime. Il est très probable que Khamenei pourrait boire une nouvelle coupe de poison en suivant les traces de son mentor. Il est susceptible d'accepter les conditions des Etats-Unis afin de sauver le régime des mollahs de l'effondrement.


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • papat 31 mai 08:56

    Quand on veut faire la guerre à tout prix, il faut désigner l’ennemi et le combattre. Et quand on est un Occidental, on le fait à la manière des hoplites grecs, dans la plaine, frontalement et violemment, ainsi que l’explique Victor Davis Hanson dans son essai Le modèle occidental de la guerre. De plus, de nos jours, après les deux guerres mondiales du XXe siècle, on ne peut plus partir en guerre comme cela, sur un coup de tête, par simple envie de conquête. Il faut un habillage, des prétextes, de façon à avoir un minimum d’assentiment du peuple, ou a minima son désintérêt. Nous, Occidentaux, faisons des guerres au nom des droits de l’Homme, afin d’instaurer des démocraties un peu partout (surtout là où il y a du pétrole et du gaz) ; qu’on se le dise. Ainsi drapés des oripeaux du bien, nous pouvons partir sans état d’âmes combattre les forces du mal. Les médias dominants (comprendre les propagandistes) se chargent de la publicité pour vendre le produit au grand public.

    Quand on est un empire de surcroît, que l’on a des vassaux et que l’on voudrait vassaliser d’autres pays, alors on impose impérialement à quiconque de choisir son camp. Si vous n’êtes pas avec nous, c’est que vous êtes contre nous, du côté du mal. Il n’y a pas d’autre choix, pas moyen d’ergoter, de discuter ; c’est oui ou non, 1 ou 0. La démarche est binaire, tout comme le résultat attendu.

    En résumé la logique de guerre est manichéenne et sans ambiguïté. Elle désigne un vainqueur et un vaincu. Le processus doit être rapide. Les dividendes vont au crédit du seul vainqueur.


    • Hecetuye howahkan 31 mai 11:26

      @papat



      Salut oui bien vu de mon avis..

      cela dit, nous arrivons à un moment de basculement, prévisible des le début

      la guerre n’est rien d’autre que ce que nous sommes devenus..

      la guerre est ce que l’humain est devenu...

      le problème c’est l’humain et dans l’humain le problème est la dictature de la pensée sur le cerveau qui a pour effet secondaire d’empêcher nos autres capacités de fonctionner..

      le pire va continuer jusqu’a notre disparition aidée par l’Univers , L’Origine qui est déjà là potentiellement sous la forme d’un compte a rebours inclus dans le processus de la souffrance ou alors jusqu’à ce que nous commencions a voir que le problème ...c’est nous , que nous en sommes le créateur et changions radicalement par effets secondaire , toujours par le biais de ce processus de la souffrance..

      bien sur ceci implique une sorte de : aide toi et le « ciel » t’aidera....

      de messie pour la masse il n’y aura jamais, il y a eu confusion entre message et messager..nous sommes chacun notre propre messie , par le biais du processus de la souffrance mentale..connue des très anciennes civilisations qui furent elles épanouies..

      bon OK c’est trop court mais merci de ton mot

      je te salue



    • Spartacus Spartacus 31 mai 09:39

      Trump va faire tomber le mur Iranien comme il va faire tomber le mur Coréen.


      Les banques ?
      Evidemment entre l’Iran et ses 0.4% de PIB et le dollar et ses 60% de transactions mondiales. Le choix est assez simple.

      Acheter du brut Iranien ?
      Pourquoi s’acheter des problèmes y’en a ailleurs.

      Puissance européennes ne pas imposer à l’iran ?
      Les USA ont sauvé l’Europe et libéré du communisme. Les Iraniens ont posé des bombes dans des avions.
      La encore le choix est simple...

      • Christian Labrune Christian Labrune 31 mai 10:21

        Il est susceptible d’accepter les conditions des Etats-Unis afin de sauver le régime des mollahs de l’effondrement.

        ==================================

        La situation internationale a beaucoup changé ces derniers jours. Les exigences de Pompeo étaient tout à fait drastiques. Celles de Khamenei vis-à-vis des Européens ne le sont pas moins. La différence, c’est que les Américains ont les moyens de leur politique, et que le régime iranien est en bout de course ; tout ce qu’il entreprend sur cette pente descendante se retourne immédiatement contre lui.

        L’Europe ne peut évidemment pas accepter le diktat du Führer iranien. Ceux qui décident de sa politique étrangère ont beau s’être signalés ces derniers mois, particulièrement Moghérini et Macron, par un très haut niveau de cécité, ils commencent doucement à comprendre.

        Tout le monde s’est étonné hier, particulièrement en Israël, de la condamnation unanime des instances internationales après les expéditions de roquettes du Hamas, alors que moins de quinze jours plus tôt c’était Israël qu’on rendait responsable des sacrifices humains organisés par la même organisation terroriste à la barrière de sécurité. Il devenait bien difficile de qualifier de « pacifiques » des projectiles visant des agglomérations et tombant même dans une cour d’école !

        La journée d’avant-hier ridiculisait les déclarations officielles du 15 mai, rendait odieuses a posteriori les déclarations d’un Macron par exemple, et la diplomatie européenne aura essayé, in extremis, de corriger le tir en visant, cette fois, le véritable ennemi.

        On sait par ailleurs que c’est le Jihad islamique à la botte de l’Iran qui aura imposé à un Hamas moribond cette spectaculaire démonstration... d’impuissance. .L’échec d’une précédente intervention de Soleimani à partir des bases Syriennes devait être effacé par une réussite des terroristes télécommandés au sud d’Israël. Pour l’Iran, c’est une catastrophe sur le plan militaire, mais plus encore sur le plan politique..

        Cette intervention intervenait aussi le lendemain d’une déclaration de Lavrov rappelant, après une autre de Poutine, qu’aucune armée étrangère ne devait plus désormais avoir de base en Syrie. Lavrov était plus précis, parlant de « milices » et visant évidemment le Hezbollah. En cela, les Russes faisaient clairement voir qu’ils étaient prêts à lâcher leur « allié » iranien s’il ne rentrait pas dans le rang immédiatement. La ligne politique de Netanyahou, approuvée sans réserve par l’Amérique et commençant à l’être aussi par la Russie, comment les Européens, à moins d’être complètement demeurés, pourraient-ils désormais, sans se déshonorer et se ridiculiser, demeurer les seuls soutiens d’un régime terroriste islamo-nazi qui persécute sa propre population depuis quarante ans et sème partout au Moyen-Orient le désordre et la désolation ?

        L’isolement du régime iranien va progressivement s’accentuer. Le régime des mollahs à genoux à force de sanctions pourra bien faire semblant d’accepter les conditions américaines, cela ne servira pas à grand chose : l’administration Trump et les Israéliens, qui ont eu mille fois raison de prendre le taureau par les cornes, ne risqueront pas de se laisser berner encore une fois par des promesses comme au temps d’Obama et des accords de Vienne, lesquels furent un nouveau Münich.


        • Christian Labrune Christian Labrune 31 mai 10:52

          Je signale, à propos des événements du 14 mai consécutifs à la manifestation « pacifique » près de la barrière de sécurité ce lien vers une vidéo assez éclairante qui m’a été communiqué sur une autre page :


          http://www.terrepromise.fr/2018/05/27/le-reportage-sur-les-coulisses-de-gaza-censure-par-youtube/


          Le résumé très ironique que j’avais fait de cette video le 27 mai à 22:28 aura été cause que l’auteur de l’article m’empêche désormais de commenter ses pages de propagande : « En raison de signalements pour non respect de la charte, vous ne pouvez plus réagir sur cet article. »

          J’invite le lecteur à examiner où peut bien se trouver le non-respect de ladite charte. C’est là :


          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-gaza-la-bourgeoisie-se-planque-204679#forum5223282


          Robert Bibeau rejoint ainsi la liste déjà longue des rédacteurs d’inspiration totalitaire qui prétendent avoir raison en éliminant toute contestation de leurs élucubrations fumeuses. La liste est déjà longue : Chems Eddine Chitour, Mohammed Takadoun, Verdi, Christophe Croshouplon et maintenant Bibeau. Je dois en oublier deux ou trois autres.


          On ne s’étonnera donc pas si je laisse passer sans réagir des textes violemment antisémites ou qui font l’apologie d’organisations terroristes telles que le Hamas ou le Hezbollah.La charte d’AgoraVox spécifie :« Les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, négationnistes, sexistes ou en général contraires à la loi ne sont pas acceptés »,


          En réalité, ces sortes de textes sont désormais sanctuarisés sur un site qui n’est pas un lieu de discussion démocratique, mais ne sert plus qu’à illustrer une ligne éditoriale d’inspiration islamo-gaucho-fasciste attachée à la défense de tout ce qui peut contribuer à détruire la civilisation occidentale. Les apologies des pires dictatures y passent comme lettre à la poste.


          Il serait temps que l’ensemble des lecteurs de ce site, et surtout les rédacteurs sérieux et honnêtes (il y en a) commencent à en prendre conscience.


          • Ben Schott 1er juin 14:56

            @Zinzin

             
            As-tu remarqué que tout le monde se fout de tes élucubrations fumeuses à toi ?
             
            Va faire un tour aux Buttes-Chaumont, ça te calmera.
             


          • mazig 31 mai 11:57

            L’auteur de cet article qui dégage une odeur de soumission absolue et empeste la torsion de l’esprit arabe et sa médiocrité même dans ses tentatives de relayer l’idéologie de leurs maitres occidentaux .

            Les iraniens ont de la dignité et méritent le respect , car ils ne baissent pas leur culotte , ce qui n’est absolument pas le cas des arabes , dont la seule raison d’exister consiste à se massacrer entre eux et à mettre en garde le reste de l’humanité quant à un devenir des plus humiliants en cas de soumission mode arabe.

            • Mylène 31 mai 17:07
              @mazig

              En une de ce jour « voyage discret de six parlementaires français au Yémen ».
              La France va t elle jouer sur deux tableaux ?
              L’auteur ne peut donc que se placer du coté de la coalition puisque les Émirats en font partie, militairement parlant.. Les iraniens, quand bien même auraient des « tords », ne sont ni pan-arabo islamistes, ni stupides ... Ce sont bien les iraniens qui sont parvenus à trouver une solution politique en Irak après les divisions subies depuis la première guerre du golfe. . Les dernières élections prouvent que les iraniens privilégient des solutions diplomatiques. Les autres pays du golfe sont bien trop orgueilleux et belliqueux. Leur seule arme, c’est l’idéologie religieuse smiley !

            • papat 31 mai 12:35

              Résistance contre Israël

              C’est donc dans cette tension internationale que s’est tenue à Mashhad, deuxième ville d’Iran, la 6ème Conférence Internationale sur la Palestine organisée par l’ONG New Horizon et IRIB du 12 au 18 mai 2018, qui rassemblait de nombreux chercheurs et responsables iraniens et une soixantaine d’experts d’une vingtaine de pays étrangers, d’Europe, des Amériques, de Russie, d’Afrique et d’Asie.

              Car l’Iran est le pôle de la Résistance à l’occupation des territoires palestiniens par Israël, ce qui démontre que cette lutte n’est pas seulement une question de religion mais un combat pour la justice qui concerne l’ensemble du monde.

              Les débats ont été très riches et l’on a vu et entendu ces experts exposer leurs vues, souvent en désaccord avec leurs propres gouvernements et proposer des solutions équitables à ce conflit. La plupart ont marqué la différence entre le sionisme qui sous-tend la politique brutale des gouvernements israéliens et les juifs de la diaspora qui s’opposent à ces outrances criminelles. Le Rabbin David Weiss était là pour affirmer que les vrais religieux ne voulaient pas d’un état et que le sionisme qui a poussé à sa création en 1948 était à l’origine une idée politique et athée. D’anciens hauts responsables américains de la Défense, des Affaires étrangères, de la CIA ont donné un éclairage sur la façon dont la politique américaine est en fait dirigée par les groupes de pression sionistes aux Etats-Unis qui disposent de moyens financiers énormes pour acheter les dirigeants. Avant de servir les intérêts américains, et même souvent contre eux, la politique extérieure a d’abord pour but de soutenir la politique dominatrice et expansionniste d’Israël.


              • papat 31 mai 12:44

                pour vous rassurer sur le sort des mollahs ! 


                Les menaces de guerre contre l’Iran, instillées par Israël et ses alliés américains et du Golfe se font de plus en plus précises, mais les stratèges de Washington et de Tel Aviv savent que l’Iran est désormais trop puissant militairement et a des alliés forts comme la Russie et la Chine. Même sans la bombe atomique, il dissuade ses ennemis par les représailles insupportables qu’il provoquerait s’il était attaqué.

                D’ailleurs, pour avoir visité d’autres régions d’Iran, notamment lors de conférences dans la province de Gilan sur les bords de la mer Caspienne, j’ai pu vérifier que le pays est en ordre de marche, que tous les services administratifs, économiques, sociaux et sécuritaires fonctionnent parfaitement dans toutes les municipalités qui m’ont reçue généreusement avec deux amis américains, que l’économie de subsistance est active malgré les sanctions trentenaires et que le projet de Donald Trump qui veut en réalité par ces sanctions provoquer un renversement de régime est mort-né, l’ensemble des Iraniens renforçant, dans l’adversité, son soutien à ses dirigeants.

                alain corvez


                • Oceane 31 mai 21:43

                  Les régimes tombent, mais les peuples demeurent. Si le « régime des Mollahs » venait à tomber, rien n’indique qu’un Poutine iranien n’arriverait pas au pouvoir. Donc, attention !

                  La chute des Saoud est pourtant dans le programme du démantèlement des pays arabes ! Qu’est-ce qui ne va donc pas chez toi ?

                  L’auteur est l’un de ces zzzzzzarrrabes qui font honte aux Arabes. Toujours prêts à baisser leur froc.


                  • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 31 mai 22:07

                    Et bennnn, quel article naze, c’est affligeant.

                    On dirait un tract de MBS, le roi mort vivant d’arabie saoudite (au fait dc Salem, il va comment ton idole, on ne voit plus beaucoup son museau depuis fin avril...) et Trump le bouffon girouette de l’empire qui n’en finit pas de decader.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès