• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte à la suffisance du genre

Lettre ouverte à la suffisance du genre

Le terrorisme intellectuel basé sur le recours aux lois d'opinion parvient à détricoter de plus en plus rapidement les fondements ancestraux de notre vie sociale. La folie d'un relativisme sans plus aucun repère sous-tend ce terrorisme inepte qui s'auto-alimente en assaillant sans cesse la loi. Mais nous ne pouvons laisser sacrifier nos enfants aux caprices de ces insensés.

Vous croyez fermement faire partie de la première génération vraiment intelligente. Vous estimez, en corollaire, que toutes les valeurs de vos ancêtres n'étaient que stupides préjugés sans fondement, et que vous avez enfin atteint la vraie connaissance, qui vous permet de poser sur toute chose un jugement infaillible.
 
Forts de cette certitude, vous observez avec amusement et, disons-le, un certain mépris, ceux qui osent encore croire à ces valeurs que vous avez rejetées dans un grand sentiment de satisfaction, car vous éprouviez dans ce rejet la sensation d'une authentique libération : Vous vous êtes libérés de tous les préjugés ! Vous voilà sis au firmament de l'univers pensant !
 
De fait, le rejet de tous ces "préjugés", que vos ancêtres appelaient foi, morale, honneur, dignité, loyauté, équité, charité, raison, vous a été d'autant plus facile que les maîtres de votre enfance avaient déjà entamé cette libération, pour n'avoir eux-mêmes reçu que très partiellement le corpus intellectuel et moral qui fondait ces valeurs aujourd'hui surannées : Par suite, ils n'ont éprouvé nul cruel dilemme en choisissant de ne pas vous transmettre les tables incomplètes qu'ils avaient eux-mêmes reçues, car ce dépôt très parcellaire ne leur semblait pas, et à juste titre, très cohérent : L'affaire, on le voit, a été menée avec un soin progressif.
 
Ne sachant finalement presque rien de la véritable pensée de vos prédécesseurs, vous êtes donc persuadés d'être les premiers hommes : Avant vous, il n'y avait que ténèbres et préjugés. Vous êtes libres ! Vous êtes souverains, aptes à juger de toute chose, aptes à émettre doctement votre opinion sur tout sujet, même et surtout si vous ne lui avez consacré aucune heure d'étude : Vous êtes l'immanence, la fulgurance, la puissance intellectuelle spontanée, dans toute sa rayonnante splendeur !
 
Et comme vous voulez vous le prouver à vous-mêmes, vous considérez ce monde et y voyez une série de défis : Toutes ces valeurs méprisables qui courent encore ! Il faut les abattre, les combattre, leur faire rendre gorge. Pour mettre quoi à la place ? Qu'importe ! La chanson bien apprise tourne en boucle dans votre cerveau : "Du passé, faisons table rase !"
 
Pour vous, la mesure de la bêtise, c'est l'ancienneté et la popularité d'une idée : Plus elle est ancienne, mais surtout, plus elle est ancrée dans les moeurs, plus vous êtes désireux de porter sur elle toute votre vindicte. Et vos attaques sont imparables, car on ne saurait vous appeler à la raison, puisque la raison, précisément, vous en avez fait table rase ! 
 
C'est pourquoi, avec vous, il n'y a pas de débat possible : Votre seule rhétorique, c'est l'invective et l'imprécation ! Votre arme préférée consiste à considérer comme absolues des propriétés relatives : Comme cela n'a pas de sens en soi, vous pouvez donc y mettre le sens que vous voulez ! C'est très pratique ! Ainsi, vous clamez "liberté" et "égalité" sans voir que ces mots n'ont pas de sens en soi : Il n'existe pas d'homme égal en soi, ni même d'homme libre en soi, car la liberté elle-même sous-entend une altérité, sans quoi elle ne s'appellerait pas "liberté", mais "solitude".
 
Pourtant, vous propagez l'absurde égalité en soi, et comme vous n'avez plus de sens, mais que vous croyez toutefois détenir l'intelligence suprême, on ne peut même pas vous ramener à la raison : Ceux qui pensent encore comme vos grands-parents, vous leur réglez facilement leur compte, en vociférant quelques anathèmes effrayant les oreilles du bon peuple qui, partant, n'osera plus les écouter : "Réactionnaires ! Fascistes ! Extrême-droite ! Intégristes ! Néo-Nazis... " etc... Toute une panoplie bien pratique qui vous dispense de répondre à un argument par un autre argument : Vous avez le droit pour vous, car votre inspirateur vous a même concocté des lois qui vous dispensent de toute démonstration : 
 
Brandir ces lois suffit désormais à vous donner la victoire, même quand vous savez que vous n'avez rien à répondre à certaines vérités si évidentes qu'elles sont incontestables : Peu importe, il vous suffit d'accuser la parole de votre adversaire comme porteuse de "haine", de "discrimination", de "racisme", d'"antisémitisme", d'"homophobie" (et vous avez bien l'intention d'allonger la liste des nouveaux tabous, qui grandit de décennie en décennie) : Vous n'avez pas besoin de démontrer "l'incitation à la haine" : Il vous suffit de la vouloir et le juge, en ami bienveillant, vous croit sur parole et condamne votre adversaire : Le "fasciste", bien entendu, c'est lui, c'est à dire celui que vous avez fait condamner pour une simple opinion !
 
Tout cela marche très bien, et vous accélérez le pas : L'année dernière le mariage sodomite, et cette année la théorie du genre à l'école maternelle... Car selon vous, des théoriciens avisés ont "démontré de façon irréfutable" que ce que l'on tenait depuis la nuit des temps pour l'homme et la femme n'étaient en fait que des préjugés honteux qu'il faut combattre avec la plus extrême vigueur, et pourquoi pas bientôt faire voter une loi condamnant la "genderophobie" ! Hein, pourquoi pas, tant qu'on y est ? Voilà qui fera encore faire à la liberté un nouveau pas de géant !
 
Ainsi, après avoir obtenu l'égalité en droits de l'homme et de la femme, vous avez stupidement glissé d'une égalité en droits, légitime, à une "égalité" de nature, qui n'a aucun sens : Les différences physiques et psychiques incontestables existant entre l'homme et la femme survivront, sachez-le bien, à vos rodomontades négationnistes : 
 
Je suis ici contraint de m'arrêter sur l'apparent paradoxe de la généralité : Bien qu'à la proposition "les hommes sont plus grands que les femmes" vous puissiez opposer des millions de contre-exemples, il n'en reste pas moins vrai cependant que la taille moyenne de l'homme est plus élevée que la taille moyenne de la femme. Il en ira de même de toute généralité, qui peut être à la fois globalement vraie et fourmillante de contre-exemples.
 
De votre côté, vous affirmez la généralité suivante : "L'homme et la femme sont des genres si subjectifs que chaque être humain peut choisir son genre". Nous répondons : mensonge criminel en cela qu'il tente de rendre imbécile celui à qui il s'adresse, car celui qui parviendrait à croire pareille énormité serait un authentique aliéné. Pourtant, vous y tenez, à ce monstrueux mensonge, et vous voudriez nous le fourrer de force dans le gosier : On sent bien que l'idée de faire voter une loi voulant contraindre tout un chacun à s'incliner devant cette thèse démentielle vous démange fortement.
 
Notez bien, cependant, qu'il n'est en rien honteux que l'homme et la femme, tout en étant fortement semblables, soient différents, tant au plan physique qu'au plan psychique : ce ne sont pas des "fascistes" ou des "réactionnaires" qui en ont décidé ainsi, c'est la nature elle-même, et l'on voit mal en quoi ces différences naturelles seraient une source de honte. Bien au contraire : réprouver la nature, voilà ce qui est monstrueux et mériterait de tomber sous le coup de la loi...
 
Et maintenant, à moi de vous effrayer - si, du moins, comme je l'espère, il vous reste une lueur de conscience. La chose n'est pas garantie, mais j'en prends le pari ! 
 
Donc, imaginez un instant que vos ancêtres fussent intelligents, et même que, connaissance pratique des technologies modernes mises à part, bien entendu, ces ancêtres aient disposé d'une bien meilleure connaissance que vous en matière de symboles, d'histoire, de spiritualité, de philosophie, de morale, d'esthétique, de rhétorique, car vos connaissances dans ces domaines se limitent souvent à quelques slogans hérités des barricades de mai 68 : Si l'on vous pousse un peu dans la théorie, on s'aperçoit bien vite que vos idées proviennent le plus souvent d'ouvrages qui, malheureusement pour vous, contenaient des théories ineptes car reposant sur des prémisses insensées : Ces "penseurs" que vous vénérez comme vos chefs de file n'ont souvent d'autre science que celle des ombres de la caverne de Platon.
 
Imaginez donc un instant, juste un instant, qu'un homme soit un homme depuis toujours, et que l'humanité n'ait pas eu à vous attendre pour savoir ce qu'est un homme et ce qu'est une femme. Imaginez un instant que l'homme qui se dit femme soit simplement un individu psychiquement malade, et non une "femme dans un corps d'homme" que seuls des ignorants persisteraient à considérer comme un homme...
 
Imaginez que votre "théorie du genre" ne soit qu'une des ces foutaises de cuistres comme le vingtième siècle a su en produire avec tant d'ardeur et de profusion, grâce à la terrible collusion qui a été opérée dans la morale, la religion et la philosophie (puis, au 20e siècle, dans les arts) depuis l'âge des "Lumières" (la novlangue date de Voltaire, en fait !), par laquelle des pervers proclament des mensonges auxquels ils font semblant de croire, pour inciter ensuite des ignorants à développer ces mensonges jusqu'aux plus hautes absurdités, sous les encouragements et les félicitations des premiers, qui savent combien ces inepties sapent efficacement une société pour laquelle ils nourissent sournoisement une haine aussi secrète que profonde : "Ecr'L'inf", voilà toute la pensée de l'hypocrite Voltaire. La "dictature du prolétariat" de Marx, soit dit en passant, relevait exactement du même cynisme.
 
Bref, après trois siècles de sanglante récréation, où le génie des sciences n'a servi qu'à masquer la folie croissante des moeurs et à distribuer la mort par hécatombes de plus en plus larges, il est temps que nous vous arrêtions. Mais rassurez-vous, nous ne vous voulons aucun mal, nous n'en voulons nullement à votre vie, vous pouvez, si vous le souhaitez, cultiver entre vous votre petite folie politique et morale.
 
Mais nous voudrions juste que vous cessiez de nuire. Et d'abord que vous cessiez immédiatement de nuire à nos enfants.
 
Michel Brasparts.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • paulau 1er février 2014 07:31

    Ceci est une rumeur :

    Théorie du genre : « Il est essentiel d’enseigner aux enfants le respect des différentes formes d’identité sexuelle, afin de bâtir une société du respect »


    • Robert GIL ROBERT GIL 1er février 2014 08:29

      Depuis la mi-janvier, des parents reçoivent des SMS les enjoignant à retirer leurs enfants de l’école un jour par mois, pour lutter contre la supposée « théorie du genre » qui leur serait enseigné. Des appels semblables sont lancés sur Facebook, avec effets réels dans les salles de classe. D’où part cette rumeur ? Pourquoi se répand-elle si bien ?

      Pour le savoir : THEORIE DU GENRE …ELLE COURT, ELLE COURT LA RUMEUR !


      • Le421... Résistant Le421 1er février 2014 17:46

        Et le midi à la télé, on parle des problèmes d’éjaculation précoce...

        C’est dire.

        Tout le monde s’en « branle » !!  smiley

        N’empêche les cathos, vous avez trouvé du grain à moudre. C’est « cool », non ??


      • oncle archibald 1er février 2014 10:05

        Démosthène croyant bien faire se prend les pieds dans le tapis et démontre exactement l’inverse de ce qu’il prétend affirmer.

        « Vous n’êtes représentatif que d’une infime partie de la population. Vous ne représentez que l’ensemble des idiots du village, que la législation protège tout de même de son mieux. »

        Manif pour tous à Paris entre le 26 Mai 2013 entre 340 000 et 800 000 personnes.
        Manifestation « antifasciste » le 23 Juin 2013 à Paris environ 6 000 personnes.



      • oncle archibald 1er février 2014 12:01

        Demosthène qui a la science infuse n’a même pas besoin de regarder autour de lui pour voir ce qu’il s’y passe. Demosthène est un génie par l’axiome fondamental : je pense à gauche donc je suis l’incarnation de la vérité, du bien et du progrès réunis. Demosthène sait, Demosthène croit. Il a la foi et pense que seuls ceux qui croient comme lui sont autorisés à exprimer ce qu’ils pensent. Demosthène vient d’apporter la démonstration que cet article était absolument nécessaire pour montrer ce qu’il est interdit de montrer. Merci Demosthène.


      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 1er février 2014 12:46

        Tout d’abord, je remercie l’auteur de cet article.


        Quant à Démosthène, on va essayer de sortir de l’invective...

        Le monde change, l’éducation avance et les gens défient ce qui vient d’en haut. Hier les curés aujourd’hui les intellectuels et le pouvoir régalien.

        En 2014 ne peut imposer au individus sa vision. Chacun a le droit de penser ce qu’il veut des théories du « genre » à indifférencier l’homme et la femme sur la base d’un faux problème s’appuyant sur des critères quantitatifs (par ex il n’y a pas 50% de pilotes d’avion femme).

        Cela se gâte lorsque le pouvoir s’en mêle... beaucoup de parents n’adhèrent pas à cette idéologie, la contestent. Il est donc normal qu’ils souhaitent protéger leurs enfants. Dans cette affaire l’état s’est fourvoyé et s’est discrédité.

        C’est un problème de liberté du choix.

      • Birdy groumf 1er février 2014 20:20

        Bon Démosthène, je vous avais écris un message de soutiens, pensant que vous deviez vous sentir bien seul sur ce fil, malheureusement ma petite fille de 1 an m’a fait faire une fausse manip et à tout effacé.
        Il faut dire qu’elle a du voir juste dans mon jeu : je venais de lui acheter une petite voiture en jouet, non pas parce qu’elle avait l’air de trouver cela amusant, mais seulement dans le but dans faire plus tard une lesbienne dépravée. Elle a dut se dire que la sagesse des ancêtres... la dictature d’un papa qui veut nier l’existence de son vagin... enfin bref, j’aurais du lui acheter une poupée !


      • Pie 3,14 1er février 2014 10:52

        C’était l’article réactionnaire du samedi.


        • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 1er février 2014 12:48

          Ce qui est réactionnaire c’est d’imposer une idéologie.


        • Julien30 Julien30 1er février 2014 18:56

          C’est marrant comme dans l’esprit des gens bien formatés de l’époque, ce qui est réactionnaire est automatiquement mauvais, quel que soit le « progrès » qu’on leur vend c’est bien puisqu’on leur répète sanss cesse que c’est le progrès.
          Peu importe que l’on enseigne la masturbation à des enfants de 4 ans ou que l’on impose à votre petit garçon de jouer à la poupée, ils sont pour.
          Et attention quand on les conteste, de l’invective et de l’insulte, qui suffisent comme seules réponses puisqu’ils sont convaincus d’être dans le bon camp et donc d’avoir des idiots frileux et étroits d’esprit en face d’eux. C’est tellement plus confortable de suivre le troupeau, même quand il est conduit à l’abattoire, celui de la civilisation occidentale en l’occurence. L’homme nouveau doit naitre !


        • Birdy groumf 1er février 2014 20:48

          C’est marrant comme dans l’esprit des réacs, on est persuadé que les valeurs d’antant c’est de la sagesse millénaire. Puisqu’on leur répète sans cesse que le progrès c’est le libre marché, le libéralisme à outrance, le vilain capitalisme, ils sont incapable d’imaginer que parfois le progrès, c’est juste la disparition de préjugés pourris (cela dit, je vous l’accorde, c’est pas souvent).
          Et attention, quand on les conteste, leur explique simplement que leurs critiques ne sont pas justifiées, ils sont tellement persuadés de lutter contre le grand satan, qu’ils inventent à leurs adversaires des arguments et des propos qui n’ont jamais été les leurs. 
          Non mais genre... on va imposer au petit garçon de jouer à la poupée... on va apprendre à des gamins la masturbation... l’homme nouveau naitra de la lobotomie de nos enfants... vous croyez vraiment à ce que vous racontez ? Et vous croyez vraiment que votre discours complètement réversible sur le « bon camp », les « moutons », c’est autre chose que que de « l’insulte qui suffisent comme seules réponses » ? Pfff, si c’est pas de l’étroitesse d’esprit, c’est quoi au juste votre discours ?


        • LucDolmont 2 février 2014 05:26

          @ Pie 3,14

          Eh bien, votre sainteté approximative (bel humour, votre pseudo, soit dit en passant), vous distribuez les étiquettes avec circonspection...Car en effet, cela semble bien réactionnaire !


          Toutefois, il arrive qu’une réaction soit salutaire : Les résistants, en 1942, par exemple, étaient eux aussi des réactionnaires qui refusaient la belle marche en avant proposée par l’oncle Adolf !


        • Julien30 Julien30 2 février 2014 09:38

          Et racontez n’importe quoi en inversant mes propos ne montre pas que mon discours est reversible, juste que vous êtes capable d’écrire des conneries en toute mauvaise foi sans la moindre capacité d’argumentation.



        • Birdy groumf 2 février 2014 12:01

          @Patriote vous êtes un brave vous...

          Il ne s’agit pas de dire qu’un garçon qui joue au foot c’est mal, mais totalement l’inverse : que si un garçon veux faire de la dance, il n’y a rien de honteux ou de risible (ce que visiblement vous avez du mal à comprendre, vu la caricature que vous faites sur le garçon en tutu). Ensuite arrêtez de me prendre pour un con, bildeberg, otan et autre think tank libéral, je suis tout aussi au courant que vous... seulement moi je ne verse pas dans la caricature débile, et j’ai bien compris que ce que vous voyez comme une espèce de vaste complot judéo-gouvernemantalo-maçonique, c’est juste votre cerveau malade qui ne supporte que la simplification...
          La preuve en est, votre besoin de tout réduire à une espèce de nazisme hitlérien ou stalinien, enfin n’importe quoi qui puisse faire mal absolu, super méchant, grand Satan ou autre. Et sinon, moi aussi j’ai lu Orwell, pas la peine de me prêter les propos du partis, juste pour me discréditer... c’est complètement con. D’ailleurs si vous aviez un tant soit peu de rationalisme, vous sauriez que comparaison n’est pas raison.

          @Julien... oui oui c’est ça, mon discours c’est de la merde, le votre il ne pose pas de problème... sur ce fameux rapport, citez moi donc ce qui vous pose problème plutôt que de me prendre aussi pour un con. Ouvrez moi les yeux, moi qui suis aveugle. Parce que c’est bête, mais la charge de la preuve est à celui qui accuse, que jusqu’à présent je n’ai jamais rien entendu d’autre que des fantasmes de la part de votre camp et que j’ai autre chose à foutre que de lire 150 pages de rapport. D’ailleurs c’est marrant, mais en le lisant en diagonale, je suis tombé sur ça : 
          « L’éducation sexuelle tient compte du genre

          pour garantir que les besoins et les 
          préoccupations liés aux différents genres 
          soient pris en compte de manière adéquate. 
          Les différences de genres en matière 
          d’apprentissage ou dans la manière de 
          composer avec les différents aspects de la 
          sexualité seront dès lors prises en compte 
          dans le choix des méthodes. »

          ou même ça :
          « L’éducation sexuelle doit être donnée en 

          étroite collaboration avec les parents et la 
          communauté afin de créer un environnement 
          consensuel et stimulant. Les parents sont 
          impliqués dans l’éducation sexuelle à l’école ; 
          ils sont informés au préalable et peuvent 
          exprimer leurs souhaits comme leurs 
          réserves. »

          C’est quand même vachement loin des fantasmes que vous véhiculez... mais l’avez vous lu au moins ce rapport ?

        • Xenozoid 2 février 2014 12:18

          grouumf,la morale divine est ce qui donne leur donne des ailes,rien a discuté,car ils sont tous dans la réaction,tous,il n’y a pas d’initiative populaire car il n’y a pas de peuple,il est diviser,et le pouvoir le montre tous les jours.....car dans tous ca le pouvoir ce fout de la morale comme de vos premieres rêgles ou votre premeier rêve humide,il veut vôtre âme,le reste,des aller retour entre le bac a sable et le coup de sifflet,on avance pas on ne recule, pas on stagne et on s’enfonce avec l’absurde


        • Birdy groumf 2 février 2014 13:09

          @Xenozoid : leur ? ils ? tous ? le pouvoir ? il ? Votre commentaire est une illustration de « on s’enfonce avec l’absurde » ? Sérieux j’arrive même pas à comprendre si vous m’approuvez ou non... Il y a encore des gens en ce bas monde qui sont capable d’argumenter avec raison ?


        • Xenozoid 2 février 2014 13:18

          @Xenozoid : leur ? ils ? tous ? le pouvoir ? il ? Votre commentaire est une illustration de « on s’enfonce avec l’absurde » ? Sérieux j’arrive même pas à comprendre si vous m’approuvez ou non... Il y a encore des gens en ce bas monde qui sont capable d’argumenter avec raison ?

          Dire que tout est fait pour ne pas être,que le pouvoir se fout de toute morales, et de ce fait utilise l’absurde, pour enfoncer des porte qui lui sont offerte,sans que quelqu’onque initiative ne soi prise, le pouvoir aime la réaction,et utilise les tabous, il aime l’esclave,et l’esclave le lui rend bien


        • Julien30 Julien30 2 février 2014 16:13

          Grmouf, comme vous êtes apparemment un grand paresseux pas foutu d’ouvrir un lien (et pas besoin de me parler de charge de la preuve, c’est assez ridicule), voilà les meilleures feuilles, comme ça vous arrêterez (peut être) d’écrire des conneries sur le sujet :

          Première colonne, ligne 3 sexualité

          Informer l’enfant (0-4 ans) sur :

          le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps,
          la masturbation enfantine précoce
          la découverte de son propre corps et de ses parties génitales
          le fait que le plaisir lié au contact physique est un aspect normal de la vie de chacun
          la tendresse et le contact physique comme une expression de l’amour et de l’affection

          Encore une fois cela est tiré de documents émis par l’OMS, vérifiez, c’est ce qui est en cours que vous le vouliez ou non, le nier ou le dédramatiser n’est pas responsable :

          "Première colonne, ligne 3 sexualité

          Informer l’enfant (0-4 ans) sur :le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps,
          la masturbation enfantine précoce
          la découverte de son propre corps et de ses parties génitales
          le fait que le plaisir lié au contact physique est un aspect normal de la vie de chacun
          la tendresse et le contact physique comme une expression de l’amour et de l’affection

          Colonne 2, ligne 3

          Permettre à l’enfant de :devenir conscient de son identité sexuelle
          parler des sensations (dés)agréables dans son propre corps
          exprimer ses propres besoins, désirs et limites, par exemple en « jouant au docteur »


        • Julien30 Julien30 2 février 2014 16:16

          Bon j’ai copié à la va-vite et il y a deux fois le même passage mais en tout cas le message est clair, non ?


        • Julien30 Julien30 2 février 2014 16:21

          Et donc oui tout votre message sur la possible inversion de mon discours s’effondre tout seul, oui vous êtes bien des gens qui sont prêts à suivre tout et n’importe quoi du moment que s’est étiqueté « progrès » par les gens qui nous le vendent et qui crie au parano réac dès qu’on les remet en causecomme des gens bien dressés à faire « ouaf ouaf » quand on leur demande.


        • Xenozoid 2 février 2014 16:42

          si vous croyez que tout ces projets sont faits pour de bonnes causes, vous vous cachez tout simplement les yeux face à l’horreur de notre oligarchie.

          Alors mr patriote,c’est quoi l’oligarchie ?
          elle t’oblige a etre Pedophile ?Homo ?Faible ?casimir m’a jamais fait bander
          j’aime pas le gloubiboulga,


        • Xenozoid 2 février 2014 17:54

          patriote, tu es un con,depuis quand as tu réalisé que le pouvoir te tue ?depuis ?depuis ?


        • Birdy groumf 3 février 2014 14:19

          @Julien


          Décidément vous avez décidé d’être agressif vous !
          Faut arrêter de vouloir me ranger dans des petits cases. Le « progrès », je suis surement tout aussi dubitatif que vous quand à l’utilisation de ce mot à tord et à travers : http://www.youtube.com/watch?v=OFjxMLMafeA

          Seulement voila, je vous demande où on nous parle d’apprendre la masturbation à des enfants et tout ce que vous êtes capable de me montrer, c’est un discours qui n’a vraiment rien de choquant du tout, voir tout le contraire.


          Je suis papa d’une petite fille, qui a bientôt 1 an et demi, et même si ça peut vous paraître choquant, ben oui à cet âge les enfants se tripotent. Cela n’a rien avoir avec le sexe adulte, mais il existe déjà chez les tout petits une sorte de proto-libido. 

          Tout ce que je vois dans votre citation, c’est donc juste l’expression d’une réalité que les réacs qui veulent voir dans nos chérubins de parfait petit anges nient avec force et vigueur (sans doute que vous considérez que le plaisir et le sexe sont malsains par nature mais je ne suis pas dans votre tête). Le discours que vous citez n’est donc certainement pas : apprenons à nos enfant le porno, mais juste arrêtons de les culpabiliser pour ce qui n’est qu’un geste naturel. Le but n’est certainement pas de leur apprendre à se « masturber ». Juste leur dire que oui il n’y a rien de honteux à faire touche pipi, oui c’est normal de ressentir un peu de plaisir...(parce que les parents qui crient sur leur gamins « pas bien », a chaque fois que ça arrive, faut qu’ils arrêtent)
          Et le deuxième passage, d’apprendre aux enfants les limites à ne pas franchir : c’est ton corps, il faut faire attention, ne pas imposer aux autres (ou se faire imposer) des choses que vous n’aimez pas. En gros apprendre aux gamins à se méfier des discours des pédophiles et à savoir dire quand les choses ne vont pas.

          Oh et je vous voie venir avec vos grand sabots : non je suis pas un dépravé qui s’excite à la vue d’une sexualité infantile... seulement moi je ne vais pas faire tout un plat de choses qui me paraissent naturelles (pas plus que je ne les encouragerais non plus).


          Bon et sinon vous avez rien d’autre ? Parce que j’en ai un peu marre de perdre mon temps à casser vos arguments bidons.

        • Julien30 Julien30 5 février 2014 09:26

          Ok là je ne peux plus rien faire pour vous, vous êtes définitivement un inconscient.


        • Julien30 Julien30 5 février 2014 09:46

          Joli le moinssage 10 minutes après d’un commentaire écrit plusieurs jours après la rédaction de l’article, c’est ce qui s’appelle être au taquet.


        • Birdy groumf 5 février 2014 13:37

          Le moinssage n’est pas de moi...


        • Julien30 Julien30 5 février 2014 16:23

          Groumff, laissez, calmement vous poser quelques questions. Comme il existe une proto-libido chez les enfants, vous pensez qu’il est juste et sain de la stimuler ? Chez des enfants de 0 à 4 ans ? Ne trouvez-vous pas qu’un « éveil » effectué trop tôt ne risque pas d’en faire des masturbateurs compulsifs relativement tôt vu la quantité d’images sexuelles auxquelles ils sont soumis et/ou des gamins qui auront une sexualité dès leur 12/13 ans, voir même avant leur puberté ? N’est-ce donc pas dangereux de leur apprendre et de les encourager à se livrer ainsi à leur instincts ? Ne pensez-vous pas qu’il faille dans les premières années jusqu’au début de l’adolescence fixer des limites et des interdits qui se libéreront d’eux-même à l’âge approprié (ce qui a été le cas pour moi et sans doute pour vous) ? Est-ce le rôle de l’éducation nationale d’enseigner la sexualité à nos enfants ?Vous n’avez pas peur par ailleurs des gens qui vont s’occuper de ce genre de travail « éducatif » ?

          Je sais par ailleurs que ce genre d’idéologie éducative et d’arguments sont mis avant par les divers organisations pour la légalisation de la pédophilie (si si, je vous assure que cela existe, vérifiez).

          Je ne parle pas de les fouetter ni de les terrifier quand deux gosses jouent à touche-pipi, une activité que je n’ai par ailleurs jamais pratiqué avec d’autres (et relativement peu seul) et cela ne m’a pas empêché d’avoir une sexualité saine. Je parle encore une fois de leur fixer des limites claires qu’ils dépasseront avec un peu de chance, à un âge approprié.

          J’ai appris à comprendre et accepter que les grands « progrès » que l’on nous vend ne le sont jamais pour nous grandir et nous renforcer mais pour nous détruire et nous asservir, c’est la conséquence logique de vivre dans une société capitaliste et matérialiste où le profit et le contrôle sont donc les seuls horizons à atteindre pour nos « élites ». A ce titre laissez-moi vous demander de méditer ces propos de Soljentisyne : « on asservit les peuples plus facilemennt avec la pornographie qu’avec des miradors. » Puisque le lien entre pornographie et masturbation ne vous aura a priori pas échapper.
          Bref, au nom de tout ça, il me semble que vous ne réalisez pas bien ce que vous approuvez.


        • Julien30 Julien30 5 février 2014 16:29

          Soljenitsyne plutôt :).


        • Julien30 Julien30 5 février 2014 16:51

          Et bien sûr, autre conséquence logique, qu’auront à terme ces évolutions sera, entre autre, la légalisation de l’accès à la pornographie pour les mineurs, l’interdiction n’ayant plus lieu d’être.


        • Julien30 Julien30 5 février 2014 17:03

          « Informer l’enfant (0-4 ans) sur :le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps,
          la masturbation enfantine précoce
          la découverte de son propre corps et de ses parties génitales
          le fait que le plaisir lié au contact physique est un aspect normal de la vie de chacun »

          Pardon mais si le but de ce texte n’est pas selon vous de leur apprendre et de les encourager à se masturber, je ne sais pas ce qu’il vous faut.


        • Dany romantique 1er février 2014 11:39

          Visiblement ça va mal sur le forum...Cette idée mal définie du gender made in USA. a mit le feu, ce qui était d’ailleurs prévisible. On voit les esprits s’échauffer avec des diatribes affligeantes. La question c’est pourquoi tant de haine ? Au départ il y a cette inflexion éducative lancée par une ministre Najat Vallaud Belkacem, mal dans sa peau, comme Caroline Fourest, et qui veut faire exister à tout crin son ministère « tête de gondole » de super marché des femmes battues ; les femmes en France seraient encore martyrisées, au mieux elles seraient au stade de « sujet », soumises à la dévotion du mâle dominant. Bien entendu cette idée est une caricature, la femme à tous les droits liés au code civil et c’est bien normal. Les tribunaux sont là pour corriger les abus. 

          A vouloir lutter par obsession contre « toutes les discriminations » on diabolise. Le résultat ne se fait pas attendre : toucher aux valeurs philosophiques, aux religions, à la morale de chacun, devient rapidement explosif car on touche à l’intime, à l’estime de soi, aux représentations du vivre ensemble.
          Cette idée du gender est inappropriée, non judicieuse car mal perçue, mal définie, et, surtout, trop sensible dans l’affect.
          Déjà la promotion et le passage en force du mariage homosexuel avait déjà divisé les français et il va en rester une cicatrice indélébile. La preuve par cette escalade de la « religion du progrès ». 
          Toucher à l’éducation (en partie symboliquement sexuelle ) des enfants n’est pas une mission qui peut revenir à l’éducation nationale de monsieur Peillon, ni à aucun ministre, ni au Parlement.
          Comme concernant les moeurs sexuelles, l’éducation familiale reste à la sphère privée. Légiférer la dessus est prétentieux. L’injonction des dogmes et des croyances relèvent des écoles privées ;d’officines.
          Du coup on se relance le sectarisme chacun son tour. Quel progrès !
          Maintenant, que des réactionnaires, des vrais, des ultras, en profitent au passage pour régler leurs comptes avec Voltaire, Rousseau, Montesquieu, et Marx, on tombe dans le simplisme du raisonnement, on généralise, on mélange tout, on déraille sévère.
          Se battre pour des idées oui ; rejeter l’autre par l’anathème d’abord, puis par la haine ensuite n’apportera rien de bon et va diviser les affects en clans communautaristes.
          Ce sont des prémisses que l’on voit se mettre en place dans les processus de guerre civiles et des guerres de religions, toutes religions confondues, alors qu’au départ ces dernières sont « sensées » délivrer -comme le fait le pape François semble t-il- un message du vivre ensemble dans la tolérance et la justice sociale qui en est la pierre angulaire. 
          Alors un peu de mesure dans le jeu, sans invectives, sans diabolisation, serait bénéfique. 
          Me semble t-il !  

          • alinea Alinea 1er février 2014 12:57

            Je suis en tout point d’accord avec vous ; ce n’est pas tant de mesure dont nous avons besoin, qu’un retour en soi avec l’humilité nécessaire : ne pas imposer au monde, parce que l’on s’est bien placé, ses propres turpitudes ; je suis d’accord avec l’auteur en ce qui concerne l’égalité, et aussi avec la démesure de certains égos qui ne se sentent plus pisser ! Aux gens de bonne volonté de réfléchir et ne pas foncer dans un dogme, une croyance ou une autre.
            Et puis redéfinir de manière claire, l’énorme différence entre « égalité » et « uniformité » !
            Après chacun élève ses enfants comme il peut et si l’école aide à ouvrir les esprits, c’est tant mieux ; il semble que nous en soyons très très loin !


          • César Castique César Castique 1er février 2014 13:00

            « C’est pourquoi, avec vous, il n’y a pas de débat possible : Votre seule rhétorique, c’est l’invective et l’imprécation ! »


            C’est normal, la théorie du genre devait s’installer une tranche après l’autre (technique dite « du salami »), jusqu’au grand final, « Y’a plus d’hommes, y’a plus de femmes, mais des genres fluctuant au gré des circonstances. Vous vous changez, changez de genre et de Kelton ! »

            Et voilà que la mécanique s’emballe, côté musulmans semble-t-il. Ils avaient laissé passer le mariage pour tous, considérant que ce n’était pas pour eux, puisque Allah ne plaisante pas avec l’inversion : les consignes qu’il a transmises à Muhammad, son prophète, sont d’un homophobe pur et dur.

            Alors que s’est-il passé ? Qui a attaché le grelot ? On dit Farida Belghoul qui, depuis quelques années, acquiert des connaissances nouvelles avec une rapidité juvéniles, mais on ne peut exclure le couple Peillon-Belkacem, mettant en pratique la technique cyniquement - pourquoi se gêner ? - décrite par l’européiste Jean-Claude Juncker, il y a une quinzaine d’années :

            « D’abord, nous décidons quelque chose. Ensuite, nous le rendons public, et nous attendons quelque temps pour voir ce qui se passe. Si cela ne fait pas scandale et ne provoque pas d’émeutes, parce que la plupart des gens ne se sont même pas rendus compte de ce qui a été décidé, nous continuons pas à pas, jusqu’à ce qu’aucun retour ne soit plus possible... » Interview dans « Der Spiegel », N° 52/1999.

            Pour cette fois, ce serait donc rater, mais ce ne serait aussi que partie remise...

            • bernard29 bernard29 1er février 2014 13:56

              oui on a vraiment l’impression que cette technique dans l’« art de gouverner » (très bonne citation de Junker) se développe vitesse grand V actuellement. Mais je crois même qu’on n’hésite pas à utiliser tous les moyens de coercition lorsque l’on peut identifier et isoler un individu récalcitrant, pour faire passer de nouvelles limites aux libertés publiques ; Cas dieudonnesque .. 


            • Pere Plexe Pere Plexe 1er février 2014 13:37

              Ce qui me taraude c’est l’illogisme des opposants au projet de Vincent Peillon.

              Qu’ils assimilent l’ABCD de l’égalité (égalité : sans doute le mot qui déclenche la colère des extrémistes) à une hypothétique théorie du genre est déjà un tour de force qui demande pas mal de circonvolutions et d’approximations.
              Mais admettons.
              Donc ces valeureux marcheurs du Dimanche imagine « le genre » de chacun gravée de manière inaltérable au plus profond de son ADN.
              Pourquoi pas ?
              Mais alors qu’on t ils à craindre pour nos enfants ? Un enseignement certes faux à leurs yeux mais incapable d’influencer leurs futurs comportement mériterai t il une fronde aussi
              forte ? 

              • Michel Brasparts 1er février 2014 14:16

                l’ « ABCD de l’égalité » est une absurdité, car brandir l’égalité en soi n’a pas de sens : Je le répète encore et inlassablement, il n’y a d’égalité que sous un rapport donné : L’égalité en-soi sous-entend qu’il serait « discriminant » (avec tout le poids péjoratif qu’a pris ce mot depuis quelques années) de distinguer garçons et filles, qu’il serait coupable de donner une poupée à une fille et un camion de pompiers à un garçon, en sous-entendant que le « genre » ne serait qu’une « construction sociale » et qu’il serait temps de mettre fin aux « préjugés » qui poussent à « reproduire les stéréotypes passés ».


                 Voilà ce que veut dire monsieur Peillon. Alors, pardonnez-moi de vous sortir de votre perplexité, mais si vous ne voyez pas que tout cela n’est qu’une première marche vers le triomphe de la théorie du genre, c’est que vous n’êtes pas très psychologue. Peut-être est-ce d’ailleurs pour cette raison que vous pensez par ailleurs qu’un enseignement faux ne peut avoir d’influence sur le comportement des enfants : Comme contre-vérité, je crois bien qu’il s’agit là d’un sommet !


              • César Castique César Castique 1er février 2014 14:44

                « Mais alors qu’on t ils à craindre pour nos enfants ? »


                Le trouble que cela peut jeter dans leurs esprits, tout simplement !

              • oncle archibald 1er février 2014 14:48

                « Mais alors qu’on t ils à craindre pour nos enfants ? Un enseignement certes faux à leurs yeux mais incapable d’influencer leurs futurs comportement  ».

                C’est le pompon ! L’éducation ne sert à rien ! Tout est pré-déterminé ! Démonstration par l’absurde qui va totalement à contre sens de la démarche ministérielle qu’elle prétend défendre ! 

              • Pie 3,14 1er février 2014 15:00

                Brandir l’égalité en soi n’a pas de sens dites vous. Parlez en à toutes ces femmes qui pour un poste équivalent ont un salaire inférieur à celui des hommes...

                Pour le reste, vous délirez. Il ne s’agit pas d’interdire aux garçons de jouer au camion et aux filles à la poupée mais d’être assez conscient des stéréotypes pour ne pas interdire l’inverse si le coeur leur en dit.

                L’arrivée des femmes sur le marché de l’emploi est somme toute récente. Elles sont encore majoritairement cantonnées dans une gamme d’emplois restreinte. les causes sont multiples mais les stéréotypes accolés à la féminité ont leur place parmi elles.
                Je ne vois pas en quoi expliquer aux enfants qu’ils peuvent prétendre à toutes les fonctions dans la société serait un scandale.


              • Francis, agnotologue JL 1er février 2014 15:33


                L’égalita@ Michel raspard,

                vous dites : ’’l’égalité en soi n’a pas de sens : il n’y a d’égalité que sous un rapport donné’’

                Cette phrase devrait être inscrite dans tous les esprits qui connaissent notre devise nationale : l’égalité est un principe, mais appliqué au pied de la lettre ce n’est que de l’égalitarisme

                Et l’égalitarisme est à l’égalité ce que le moralisme est à la morale : une perversion.


              • Francis, agnotologue JL 1er février 2014 15:37

                l’égalitarisme libéral diffère de l’égalité républicaine, entre autres en ce qu’il revendique, non pas plus d’égalité des individus entre eux, mais l’égalité des groupes entre eux. Nuance donc, et de taille !

                Le mariage pour tous par exemple n’est que la revendication du couple homosexuel d’avoir les mêmes droits que le couple hétérosexuel. L’égalité des groupes entre eux (et un couple est un groupe) est une notion qui n’existe pas dans notre Droit et ne saurait exister dans aucun Droit.

                Nier cela est non seulement une faute contre le Droit et contre nos repères sociétaux et nos valeurs, mais une faute contre l’intelligence.


              • Pere Plexe Pere Plexe 1er février 2014 20:28

                Reconnaitre que l« éducation est capable d’influencer le comportement intime d’un individu est précisément la théorie du »gender" que vous tenez pour fausse !


              • Francis, agnotologue JL 2 février 2014 09:20

                @ Pere Plexe,

                Vous dites : ’’Un enseignement certes faux à leurs yeux mais incapable d’influencer leurs futurs comportement mériterai t il une fronde aussi forte ? ’’

                Accepteriez vous que les enseignants soie,t payés pour enseigner à vos enfants qui serait, au mieux, faux, au pire, pervers ? Non, n’est-ce pas ? C’est pourtant bien ce que votre argument sous-entend implicitement.

                Apprenez à penser au lieu de vous réfugier dans vos sophismes qui relèvent de la méthode Coué, et autre chose encore mais je n’en dirai pas plus car la coupe est pleine..


              • Francis, agnotologue JL 2 février 2014 09:25

                Le message étant parti trop vite, je me ferai un plaisir de le répéter en mieux :

                @ Pere Plexe,

                Accepteriez vous que les enseignants soient payés pour dispenser à vos enfants Un enseignement certes faux à vos yeux mais incapable d’influencer leur futur comportement ? Des choses qui seraient, au mieux erronées, au pire perverses ?

                Non, n’est-ce pas ? C’est pourtant bien ce que votre argument sous-entend implicitement.


              • Pere Plexe Pere Plexe 2 février 2014 10:06

                @JL.Il est pourtant inévitable que quelque soit la qualité de l’enseignement une partie non négligeable soit erroné.La connaissance n’est pas quelque chose de figer.

                Les sciences avances, l’histoire est constamment « corrigée » par de nouvelle découvertes...ou par la preuve de falsification plus ou moins ancienne.La préhistoire,la gaule ou l’évolution de l’homme ne sont pas enseignés comme ils l’étaient il y a 20 ou 30 ans. Dans ses conditions une des missions importante de l’école de la république est de former des citoyens à l’analyse critique.Mission aussi importante que de transmettre des savoirs.

                Par ailleurs sans une certaine tolérance à des enseignements plus que douteux (scientifiquement parlant) il faudrait sans doute interdire la plupart des enseignements religieux...



              • Francis, agnotologue JL 2 février 2014 10:21

                Pere Plexe,

                je n’ai pas mieux à vous répondre qu’un copié-collé de ce commentaire que je viens de poster sous un autre fil et que j’intitulerai : Les sophistes croient que rien n’est vrai.


              • HELIOS HELIOS 1er février 2014 15:11

                Il est fort probable, et cet article le demontre, que l’evolution de l’ecole a travers ce que Peillon demande, ne soit qu’une attaque de plus contre l’ecole de la république.

                En realité, tout, mais vraiment tout concours a une destructuation de notre societé.

                Theorie du genre ou pas, en attaquant frontalement le contenu de la classe et en portant celui-ci sur des themes de conscience et de tranmissions de valeurs, quelles que soient ces valeurs, est une devalorisation supplementaire de l’organe premier d’une nation : la transmission du savoir et de la culture.

                Depuis notre adhesion a une Europe des peuples, la classe politique et les « elites » economiques font tout pour marchandiser notre societé dans le but evident de la transformer
                L’UE d’aujourd’hui, c’est leur Europe, plus la notre, elle vient a grand pas lorsque le traité TAFTA sera signé, ne laissera plus de place a l’intelligence et la societe humaine que nous avons mis plus de 2000 ans a construire avec sang, douleur et joie.

                Vincent Peillon, est personnellement responsable de ce qui se passe au niveau de l’ecole, mais il n’est pas le seul et notre president ne devrait pas accepter ce type d’evolution, il devrait etre le garant de la nation, il en est le destructeur. Sa devise qui devrait etre « la destruction culturelle de la France ne passera pas par moi »... s’est tranformé en une affirmation insupportable « Je garantie que la France se soumettra aux lois des marchands »...

                Je ne parle pas là de commerce, je parle d’une evolution majeure de notre société ou bientôt, faute d’adhesion et de confiance, la majorité des français devront mettre leurs enfants dans des ecoles privées, confessionnelles ou pas, au plus grand bonheur des marchands du temple.

                Un pan de plus de la France, apres la majeure partie de la santé, bientôt de la vieillesse fera que l’ecole sombrera elle aussi. Les « services publics » n’existent quasiment plus faisant le bonheur de financier londoniens, new-yorkais ou singapouriens... faut il peur etre y voir la raison de l’approbation par Cameron de la politique de Hollande.

                ... et les commentateurs de cet article, tel Demosthene, qui pense defendre une sorte d’universalité d’où aurait disparu les limitations de l’esprit, de la culture, de l’histoire et ... de la nature, se trompent et font le jeu des futurs maitres qui ne leur laisseront même plus le minimum de spiritiualité qui leur permetrait d’assumer leur propre libre arbitre, leurs souffrances et leur integrité culturelle. 

                Pour eux, aujourd’hui il faut faire table rase, et ce dont ils ne se rendent pas compte, c’est que ce sont eux qui feront partie, demain, des miettes a eliminer de la table.
                Même s’ils ne sont pas d’accord avec l’auteur, ils devraient en defendre l’approche, ne serait ce que pour eux, et pour qu’il puissent exercer une liberté provisoire qui ne va pas tarder a disparaitre.

                enfin, que dire de plus, le respect, ça se perd n’est-ce pas... au nom de ce respect que ne ferait on pas d’irrespectueux !


                • bernard29 bernard29 1er février 2014 16:49

                  Il n’y a pas si longtemps, tout le monde se gargarisait de Hessel et de son appel citoyen à l’indignation. 

                  mais dès que des citoyens s’indignent et marchent dans la rue pour exprimer qui son indignation, qui sa colère, tous « les clowns » n’ont de mots assez durs et violents pour les fustiger et les traiter de fachos. Les pouvoirs en remettent une couche en accentuant les clivages virtuels, et en criant à la défense de l’ordre public. Ainsi va le débat public ...

                  à l’auteur, j’ai bien aimé votre article et votre conclusion ;

                  « Mais nous voudrions juste que vous cessiez de nuire, Et d’abord que vous cessiez immédiatement de nuire à nos enfants. »


                  • Le421... Résistant Le421 1er février 2014 17:39

                    Et moi qui pense depuis toujours que Marie a utilisé la PMA pour engendrer Jésus, j’en suis tout retourné !!
                    Ben oui quoi !! Les miracles, j’y crois pas.
                    Tant que le distributeur du coin de la rue refusera de me donner 15.000€ quand je mets ma carte pour en retire 40, j’y croirais toujours pas.

                    Et puis, j’ai mis trois ans pour faire ma maison en bossant tous les jours.
                    Quand je vois qu’il y a un « type » qui a mis sept jours pour faire le monde...
                    Je dois être feignant !!  smiley



                      • Pere Plexe Pere Plexe 2 février 2014 10:12

                        C’est vrai !
                        Je l’ai lu sur le net...
                        Si ça c’est pas une preuve !


                      • Polity 2 février 2014 10:17

                        Une lettre ouverte, qui témoigne de la prétention de décrédibiliser les nouvelles générations, qui espérons-le malgré leurs « lacunes morales », sauront diriger notre nation autrement que dans la « croyance » de ce « bien commun moral » qui n’existe pas ..

                        Si je dois admettre le ressenti nostalgique d’une époque révolue ou les dogmes paternalistes moraux issus de la religion Catholique étaient les références incontournables du citoyen Français infantilisé, je ne peux pas le cautionner, et accessoirement m’oppose à la déresponsabilisation de ces « valeurs » portées à l’encontre des nouvelles générations qui en sont les premières victimes.

                        La très critiquée reforme sociale de 68 qui revient souvent sur le tapis ( n’en déplaise aux conservateurs de tous poils), était une avancée inexorable pour notre pays confiné dans un autoritarisme omniprésent, toute la jeunesse de France ne pouvait plus supporter cette austérité avilissante, qu’il fallait abolir absolument pour que notre pays puisse évoluer librement.

                        Cette évolution ne peut pas s’exercer dans une société aux concepts moraux issus majoritairement de l’église Catholique, alors que notre nation est laïque, et de surcroît, l’inventeur de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen que la planète entière reconnait encore aujourd’hui. 

                        Ainsi, les générations actuelles, sont très bien au fait des dérives liberticides et de la dégradation des droits fondamentaux du peuple Français dans les réformes à caractère morales, et savent qu’elles sont souvent fondées sur des causes communautaires totalement absurdes et inacceptables en l’état.

                        Vous évoquez le respect de nos ancêtres ? Pensez-vous que nos ancêtres seraient d’accord de soutenir une politique qui génère des trafics et provoque une guerre ouverte ou des jeunes sont assassinés chaque année dans des règlement de comptes sanglants, simplement pour « croire » empêcher des millions d’individus de savourer les sensations euphoriques de Marie Jeanne (Cannabis) en faisant payer cette utopie hygiéniste aux citoyens ?
                        Je doute fort que des Baudelaire ou autres pères fondateurs de la république, puissent cautionner ce genre de politique communautariste fondée sur un diktat faussement moral (que l’on sait raciste à l’origine) de vouloir interdire à son prochain de disposer de la nature et de sa personne, comme il est clairement défini dans notre constitution.

                        La France évolue, et le peuple est majoritairement défenseur de cette évolution ou les lois de la république doivent coller à cette évolution, ce qui n’est pas le cas, puisque nombre d’entre-elles sont issues de principes conservateurs scélérats, ou de sophismes désuets que les dernières générations refusent farouchement et détournent sans scrupules, pour en avoir subi les cuisantes conséquences de ces 30 dernières années.

                        Pour conclure, il n’y point d’honneur à plébisciter un conservatisme qui met un frein à la nécessaire ouverture de notre société, et cette évolution des meurs est inévitable.
                        Alors vouloir revenir à ces références morales hors du contexte social actuel, n’aura pour conséquence que la division du pays.. Ceux qui se soumettent au dogme moral, et ceux qui même s’il le considèrent, restons toujours libres de leur initiatives et de leur modes de vie.

                        Le jour ou les gouvernements seront plus confiants envers leur population, la déresponsabilisation de l’individu disparaitra au bénéfice de son épanouissement.

                        Je suis conseillé politique en sécurité (localement) dans ma circonscription, et la plupart de nos problèmes sont principalement issus des conséquences de politiques publiques qui ont fait abstraction de l’avis des citoyens (en dehors de sondages manipulés), en imposant une vison morale qui a précipité la France vers le fléau de l’insécurité et de la corruption. Résultat, la liberté coute moins cher en vies humaines, que l’autoritarisme achrané et incongru. Et ceci, juste pour les résultat accablants que l’on peut constater au fil du temps et qui ans initiatives courageuses, promettent un pire avenir aux générations futures....


                        • LucDolmont 2 février 2014 11:47

                          Vous êtes donc un de ces hommes « libres » qui crachent fièrement sur le passé de leur peuple, qui, avant eux, vivait à l’état « infantile ».


                          Votre infantilité à vous, sans vouloir condamner toute votre personnalité, consiste, dans certains domaines en tout cas, à vous satisfaire d’une relative ignorance qui vous pousse à vous contenter de quelques clichés pour prétendre connaître un sujet donné : 

                          les « Droits de l’homme » dont vous vous imaginez que le monde entier nous les envie, ne sont pas français, mais anglo-maçonniques : la déclaration française de 1789 ne fait que reprendre la déclaration américaine de 1776 : Pour le reste du monde, le pays des droits de l’homme, ce n’est pas la France, mais les Etats-Unis.

                          Vous méprisez ce qu’apportait la religion catholique au peuple « infantile ». C’est un point de vue : Vous pensez donc que la doctrine socialiste, en renversant le christianisme, vous a apporté la liberté, c’est bien çà ? 

                          En retour, je vais vous dire par quoi elle l’a remplacé : dégradation délibérée de l’instruction, avec pour vecteurs principaux le rejet de l’histoire (généralement, pour vous, l’histoire commence vers 1930 : avant, cela vous semble très flou) et du français (l’orthographe est effondrée : vous-même, vous parlez des « meurs » et vous vous dites « conseillé politique », cela veut tout dire !)

                           Et la culture religieuse propageant - difficilement, certes, mais significativement tout de même - des valeurs de profonde fraternité dont vous ignorez jusqu’à l’existence, a été habilement remplacée par la pornographie, le cannabis, les musiques avilissantes et le cynisme économique.

                          Les effets de ce changement ? 

                          Vous ignorez sans doute que les classes populaires, jusqu’en 1970 environ, n’avaient pas de compte en banque : Tout se passait en espèces, les salaires étant délivrés par les comptables le dernier jour de chaque mois. Vous imaginez, dans votre joli monde pluriel de 2014, « adulte » et « libéré » du christianisme, ce qui se passerait à la sortie des usines et des bureaux le 30 de chaque mois si on enlevait les banques et les caméras de surveillance (qui n’existaient pas non plus avant 1968) ? 

                          Les viols, avant 1970, existaient, bien sûr, mais se comptaient en centaines par an, tout au plus. Aujourd’hui, il se comptent en centaines de milliers ! Ils se multiplient de façon démentielle, ce qui n’est pas très étonnant étant donné l’hallucinante clémence des verdicts, le plus souvent motivés par un racisme que la presse « bien-pensante » interdit de désigner, et qui fait que bien souvent c’est la vie des familles de victimes qui se trouve emprisonnée par la peur de représailles que la tribu des coupables entend exercer sur elles, et qui les pousse à déménager sans cesse pour leur échapper.

                          Tout cela était impensable dans la « méprisable » France d’avant 1968 : Cessez donc de croire au mythe du progrès. Il a agi sur vous comme une drogue, dont vous croyez, lors des premières prises, qu’elle conduit au paradis, puis, une fois que vous ne pouvez plus vous en détacher, vous vous rendez compte qu’elle vous mène droit vers l’enfer : Dans ce cas, mieux vaut encore se voir affubler du désobligeant qualificatif de « réactionnaire » plutôt que de contribuer à une marche en avant dont l’issue est forcément dramatique.

                          Le voilà, votre progrès : « Fourrez-vous en jusque-là si vous pouvez : Nous, on ne peut pas » (Léo Ferré, « Il n’y a plus rien »).


                        • eric 2 février 2014 10:28

                          Enfin, la Faculté commence a sortir de son silence et a nous donner des éléments d’évaluation scientifique de cette « théorie qui n’en est pas une mais quand même » et qu’on veut imposer a nos gosses.

                          Citation extraite d’un entretien de Boris Cyrulnik, neurospychiatre et éthologue :

                          "Les partisans de la théorie du genre considèrent qu’on éduque distinctement les filles des garçons pour perpétuer la domination masculine. Les croyez-vous ?

                          Je ne crois pas du tout à la suprématie des garçons, bien au contraire. Vers 17 mois, les filles disposent de cinquante mots, de règles de grammaire et d’un début de double ré-articulation, par exemple être capable de dire « ré-embarquons », au lieu de « on va encore une fois dans cette barque ». Avec quatre phonèmes, les filles expriment un discours. Les garçons obtiennent cette performance six mois plus tard ! 75 % des garçons commettent de petites transgressions (chiper un biscuit, pincer un bras, etc.), contre 25 % des filles. Alors ces filles, plus dociles, parlant aisément, sont bien mieux entourées. Il est plus aisé d’élever une fille qu’un garçon. D’ailleurs, en consultation de pédopsychiatrie, il n’y a que des petits garçons, dont le développement est bien plus difficile. Certains scientifiques expliquent ce décalage par la biologie. La combinaison de chromosomes XX serait plus stable, parce qu’une altération sur un X pourra être compensée par l’autre X. La combinaison XY serait, elle, en difficulté évolutive. Ajoutons à cela le rôle majeur de la testostérone, l’hormone de la hardiesse et du mouvement, et non de l’agressivité, comme on le croit souvent. À l’école, les garçons ont envie de grimper aux murs, ils bougent, ils souffrent d’être immobilisés. Or notre société ne valorise plus la force et le courage physique, mais l’excellence des résultats scolaires. Elle valorise la docilité des filles.

                          Pourquoi n’avoir rien dit dans cette querelle autour de la théorie du genre ?

                          Je pense que le « genre » est une idéologie. Cette haine de la différence est celle des pervers, qui ne la supportent pas. Freud disait que le pervers est celui qu’indisposait l’absence de pénis chez sa mère. On y est."

                          On voit qu’il y a urgence a ce que les service sociaux enquêtent sur le sort des enfants des sectateurs de ce truc pour évaluer les dégâts éducatifs possibles. La Miviludes devrait aussi être alertée. Des enfants sont en danger.

                          http://www.derives-sectes.gouv.fr/q...

                          Embrigadement des enfants, discours hostiles a la société telle qu’elle est, infiltration des pouvoirs etc...


                          • Francis, agnotologue JL 2 février 2014 13:10

                            « Si les savants ne peuvent pas faire des expériences sur le corps des hommes individuels, ils ne demanderont pas mieux que d’en faire sur le corps social, et voilà ce qu’il faut absolument empêcher » (Bakounine)

                            Voilà ce qu’il faut absolument éviter.

                            Et c’est ce qui anime tous ceux qui, traités d’ignares obscurantistes par le Pouvoir, s’opposent à ces projets délirants portés cette fois par Najat Vallaud Belkacem la trop jolie porte-parole du PS, et Vincent Peillon le trop charismatique ministre de l’Education nationale.


                            • Samchant Samchant 2 février 2014 17:24

                              Enfin ... merci pour cet article ... je me demandais si j’étais la seule à me croire dans un monde de fous : plus de morale, de culture, de respect, de foi ... Juste de la modernité, de l’évolution c’est à dire enseigner à nos enfants qu’être dégénéré c’est bien ... que se marier avec le sexe opposé c’est presque devenu ringard ... que le respect et la foi en Dieu (quel que soit le rite) est une aberration voire une ignominie de petit bourgeois ! Le mariage sodomite oui mais la prière ... quelle horreur ! A quand la reconnaissance des amours pédérastes ?

                              Notre société est foutue surtout si nos enfants doivent être endoctrinés par toutes ces bandes de décérébrés amoraux !

                              Je ne doute pas des réponses que je vais recevoir ... VIVEMENT SARKO le retour ...


                              • Xenozoid 2 février 2014 19:50

                                c’est tellement facile de se mettre a la place des autres


                                • Francis, agnotologue JL 2 février 2014 19:57

                                  Je le crois pas !

                                  Ce soir sur Arte, la spiquerine présentant un reportage sur la manif pour tous de ce jour à Paris a dit, je cite de mémoire : ’’... vous savez, ces manifestants qui descendent dans la rue, non pas pour réclamer des droits mais pour en enlever aux autres’’ (sic) !!!

                                  Je ne sais pas ce qui me choque le plus de l’expression ’’Vous savez’’ ou le reste de la phrase. A qui s’adressait-elle ? Aux bons élèves ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès