• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Louis XVII, l’enfant du temple ; son portrait authentique mais (...)

Louis XVII, l’enfant du temple ; son portrait authentique mais oublié. Le crime de la République

Enfermé dans la prison du Temple, le jeune Louis Capet a vu son père et sa mère partir pour l'échafaud. Il s'est retrouvé seul, abandonné au cordonnier Simon. Manquant d'hygiène, atteint de tuberculose, il est mort à dix ans, enfant innocent, et la Révolution n'a pu que l'enterrer à la sauvette. 
Retrouver les portraits authentiques du petit roi relèverait, si l’on en croit tout ce qui a été dit, écrit et publié, de l’enquête policière. Et pourtant, c’est bien le peintre Greuze de Tournus qui est la piste la plus intéressante. En 1791, avant l’incarcération de la famille royale, il a fait un premier portrait de l'enfant alors qu'il n'avait que six ans (en dessous, à gauche). Il n’est pas besoin d’être un grand spécialiste pour constater une ressemblance probable avec le portrait oublié que j'ai replacé au milieu, compte tenu, bien entendu, qu’en quatre ans, un visage d’enfant s’allonge mais que certains détails ne changent pas (la bouche avec sa lèvre inférieure déjà bourbonienne, la chevelure, le nez, les yeux). L'enfant a pourtant bien changé. Les épaules sont tombantes, la poitrine étroite et rentrée, le visage émacié. Les joues se sont creusées, la bouche ne sourit pas et le regard n'est plus le même.

Ce tableau oublié tout à fait inconnu s'est vendu dans une salle des ventes parisienne, le 11 octobre 1981. La description était la suivante : "Portrait présumé du dauphin Louis XVII, attribué à Greuze" L'inscription collée au dos donnait les précisions suivantes : "Portrait du dauphin Louis XVII à l'âge de dix ans. Huile sur toile attribuée à Greuze, non signée, portant en haut et à droite les armes de la famille royale de France. Provenance : vente Sotheby au château de Mentmore (Buckinghamshire) en 1977 de la collection de Lord Rosberry et précédemment du baron Mayer de Rothschild (catalogue portant le titre de “Chrysanthemum)". Toujours au dos du tableau figure une étiquette “1945”, une autre “Tennant Heirlooms 1907” et une autre “Sotheby Parke Bernet et Co, registered Office : 34-35 New Bond street London W1A 2AA.

Le tableau est merveilleusement peint. Les cheveux blonds sont d'une grande finesse. L'expression du visage est d'une étrange délicatesse mais révèle un état maladif. Madame Vigée-Lebrun, amie de Marie-Antoinette qui fit plusieurs portraits de la famille royale ayant émigré dès 1789, ne peut en être l’auteur. En revanche, plusieurs artistes ont pu peindre l'héritier de la couronne. Tout d'abord Ducreux qui a dessiné Louis XVI au Temple, Prieur qui peignit Marie-Antoinette à la Conciergerie, et tous ceux qui firent les portraits des héros de la Révolution… mais c’est bien le tournusien Greuze qui est la piste la plus crédible. Il était alors à Paris. C'est d’ailleurs l’hypothèse retenue dans le catalogue “Chrysanthemum” qui fait par ailleurs remonter l'origine du tableau jusqu'au baron Mayer de Rothschild.

Mayer de Rothschild, fondateur de la célèbre dynastie, vivait à cette époque en Allemagne, à Francfort. Commerçant avisé, agent de change, banquier du prince et de la principauté, il est probable que ses affaires ont prospéré lorsque les émigrés arrivèrent dans la région avec leurs problèmes, leur argent et leurs objets précieux. Peut-être leur racheta-t-il des tableaux venus par des voies plus ou moins détournées ?

Malheureux émigrés qui rejoignaient l'armée de Condé du Rhin avec leurs trésors les plus précieux ! Heureux, Guillaume Ier de Hesse-Cassel, amateur de médailles, de monnaies et autres objets d'art ! Très occupé, Mayer de Rothschild, changeur, agent à la cour, qui faisait les transactions pour le prince ! Heureux, les généraux d'armée de la Révolution qui vinrent faire des raids jusque-là pour récupérer sur le prince électeur une partie des trésors nationaux ! Malheureux Guillaume qui devait leur restituer les biens litigieux ! Très occupé, Mayer de Rothschild qui servait d'intermédiaire !
 
Tout cela pour dire qu'on peut remonter l'histoire de ce tableau jusqu'à son origine, ou peu s'en faut. C'est un gage qui plaide en faveur de son authenticité. Dans ces conditions, il y a une certitude absolue pour que le blason aux trois fleurs de lis peint en haut et à droite soit bien d'origine. Ce blason est aux armes de la famille royale régnante et lui est réservé. Les branches latérales n'ont droit qu'à un blason modifié. Quant au futur Louis XVIII, il n'a pas eu de descendance et les enfants du futur Charles X auraient certainement été peints dans une tenue plus riche et plus conforme à la tradition royale.

Il s'agit donc bien de Louis XVII dans sa triste authenticité et non dans une posture académique d'enfant royal.

Curieux, ce Mayer de Rothschild qui conserva dans sa collection le regard d'un enfant français ! Lui-même avait perdu ses parents à l'âge de douze ans. Curieux, ce soutien apporté par ses descendants à Louis XVIII ! Curieux, cette générosité dont ceux-là firent preuve maintes fois à l'égard de notre pays !

Remarque. A l’époque de cette vente, existait un doute sur l’identité de l’enfant mort au Temple (thèse Naundorff). C'est probablement pour cette raison que le tableau n'était qu'attribué. Mais aujourd'hui, il est prouvé qu'il n'y a pas eu substitution d'enfant et que c'est bien Louis XVII qui est mort dans la prison du Temple. Son coeur momifié ayant été par miracle conservé grâce au médecin légiste Philippe-Jean Pelletan qui l'avait examiné, des experts ont pu l'authentifier en comparant son ADN (acide désoxyribonucléique) à celui de la reine Marie-Antoinette. Les conclusions de leurs recherches ont été présentées à la presse le 19 avril 2000 et exposées dans un livre de l'historien Philippe Delorme, Louis XVII, la vérité.

Extraits Wikipedia : Le cordonnier Simon, qui s'est occupé de l'enfant, est jugé par les historiens comme étant un personnage grossier…Par la suite, Louis-Charles fut enfermé au secret dans une chambre obscure, sans hygiène ni secours, pendant six mois, jusqu'à la mort de Robespierre, en juillet 1794. Son état de santé se dégrade, il est rongé par la gale et vit accroupi. Sa nourriture lui est servie à travers un guichet et personne ne lui parle ni ne lui rend visite. Ces conditions de vie entraînent une rapide dégradation de son état de santé. Après la mort de Robespierre, son sort s'améliore relativement, même s'il demeure prisonnier dans la tour du Temple. Fin de citation. 
Il est probable que c'est à ce moment-là que Greuze l'a peint. Sa tenue vestimentaire semble assez proche de celle qu'il porte dans une lithographie anonyme du musée des Estampes et dans l'eau forte - extrait ci-dessous - de la Bibliothèque nationale où il est représenté sur les genoux de son père alors qu'il n'a que huit ans, Louis XVI ayant été guillotiné en 1793. A cette date, on ne lui avait pas encore coupé les cheveux. On dirait qu'il porte toujours la même veste et la même chemise.

Louis XVII meurt dans sa prison, probablement d'une péritonite tuberculeuse, le 8 juin 1795. Il avait un peu plus de dix ans. Son coeur repose dans l'ancienne nécropole royale de Saint-Denis.

Emile Mourey, château de Taisey, le 10 mars 2020. Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur.


Moyenne des avis sur cet article :  1.97/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • La royauté remplit les bibliothèques, la démocratie les vide. A ROBERT MERLE.


    • adeline 12 mars 11:48

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      une jolie formule mais idiote, la royauté était pure censure ( et encore dans certains pays)


    • laertes laertes 13 mars 12:44

      @Mélusine ou la Robe de Saphir. Commentaire idiot de l’écrivain médiocre merle. Si la royauté remplit des bibliothèques c’est parce que elle a duré plus de 1300 ans. C’est de l’arithmétique élémentaire.


    • @laertes Maintenant tout le monde à accès aux bibliothèques mais les jeunes ne lisent plus. IDIOCRATIE.


    • Olivier 11 mars 10:53

      Et oui c’était la révolution : on veut la liberté mais on établit la tyrannie ; on veut la fraternité  mais on a la terreur ; on veut les droits de l’homme  mais on a la guillotine et le génocide vendéen ; on veut la fraternité  mais on a la loi des suspects. Tout est mensonge sanglant, dissimulé sous unr propagande délirante et pompeuse. 


      • Gollum Gollum 11 mars 11:00

        @Olivier

        Eh oui mon brave monsieur l’homme est l’homme que voulez-vous...

        Il y en a un qui avait dit : La vérité vous rendra libre, on a eu la mise à l’index des ouvrages non conformes...

        Le même avait dit : Aimez vous les uns les autres on alluma des bûchers pour les récalcitrants qui n’avaient pas bien compris le message....

        Tout fut mensonge sanglant, dissimulé sous une propagande délirante et pompeuse., à base d’amour sirupeux jamais vraiment mis en pratique..

        Cela vous étonne ? smiley


      • Julien30 Julien30 11 mars 11:23

        @Gollum
        A part l’Eglise et les catholiques, vous avez d’autres obsessions ? 


      • Gollum Gollum 11 mars 12:30

        @Julien30

        Oui plein.. Le judaïsme, l’islam, l’AT, la persécution des païens par les chrétiens, la société marchande, la crétinerie collective, mon potager, l’art, la musique, la peinture, la géopolitique, les sciences, l’histoire, et plein d’autres trucs...

        Et vous ? A part me moinsser en guise d’argument, et votre amertume bien visible ?

         smiley


      • velosolex velosolex 11 mars 12:37

        @Olivier
        On pleurera toujours sur le sort d’un enfant, qui aurait pu vivre, quel que soit son origine.

        Pour le sauver, il aurait fallu que l’aristocratie soit moins aveugle, et stupide, figée dans la soie. La haine est un mot faible pour parler du rejet qu’ils inspiraient au peuple. 

        Masi les représentants de la noblesse acceptèrent, après beaucoup d’hésitations de participer aux état généraux. C’est qu’eux avaient eux aussi des motifs de plaintes et de récriminations, auprès du roi, pas si fât que ça.
        Louis était un progressif, timoré il est vrai, mais il aurait fallut qu’il ait l’esprit et l’Energie de napoléon pour impose neker et Turgot, qui voulaient avec lui réformer les privilèges. 

        Les privilèges ! Quelques uns avaient été supprimés. Bien peu, mais les nobles par exemple avaient perdu leurs frais de perruques. Ils entendaient bien ainsi profiter de l’occasion pour les récupérer. 

        Non seulement ils ne retrouvèrent pas leurs frais de perruques, mais perdirent la tête qui était dessous. 


      • McGurk McGurk 11 mars 13:17

        @velosolex

        C’est plus que pleurer la mort d’un gamin.

        Celui-ci a été torturé psychologiquement (arraché de sa maison, balancé dans une prison, son père et sa mère massacrés, son frère décédé, etc.) et physiquement (incarcéré comme un vulgaire criminel).

        Les projets des révolutionnaires à son sujet ont été contradictoires car on lui a appris, en premier lieu, à être « un citoyen » (ce qui a semblé fonctionner d’ailleurs) mais ils ont visiblement changé d’avis en le plaçant en prison où on l’a laissé crever.

        C’est bien beau de déclarer des principes universels, c’est encore mieux de les appliquer. Et ce quel que soit le ressentiment qu’on ait pour une personne. Je ne crois pas, non plus, que soit inscrite la torture dans la DDHC.

        LXVI ne souhaitait pas la démocratie, certainement plus une « royauté éclairée » parce qu’il avait déjà compris à l’époque ce que nous avons fini par comprendre aujourd’hui : les « représentants du peuple » ne représentent qu’eux-mêmes.

        Pour autant, il a entrepris de nombreuses réformes entre autres celle concernant la liberté de choisir son métier qui n’ont jamais été lues par les Français (les Parisiens) trop remontés et cherchant, avant tout, du sang et un coupable à faire payer.

        Qui plus est, les pseudo-révolutionnaires ont entrepris de guillotiner les seules personnes qui auraient eu l’éducation nécessaire pour faire fonctionner ce foutu pays.


      • velosolex velosolex 11 mars 13:53

        @McGurk
        La révolution a besoin d’un baril de poudre, et d’une allumette. Le baril de poudre c’était l’état de la France à l’époque. Une fois partie, elle n’est plus maitrisable par des bonnes paroles, et ses excès sont consensuelles. La mort des Roumanoff en Russie est du même ordre. Elles obéissent à une volonté de couper toute possibilité de retour possible.
        Quand les idées du temps prennent trop d’avance sur les dirigeants, et l’ordre bourgeois qu’ils génèrent, arrive souvent ce mouvement physique de révolution, qui n’est qu’un rattrapage d’une histoire sclérosée. Ainsi l’histoire avance souvent bien plus par « marches », qu’en suivant une pente douce. 
        « les « représentants du peuple » ne représentent qu’eux-mêmes » L’ironie est facile, en remplaçant  « représentants du peuple » par aristocratie. Inutile de polémiquer sur une histoire ancienne, qui fait sens pour tous, ou presque. La révolution française, au delà de ces excès, est un événement de notre histoire qui marquera l’histoire du monde. 
        Sur Louis Capet, je suis d’accord avec vous. C’était un honnête homme, alors que le numéro 14 était une fripouille. Il était là au mauvais moment, pas destiné à être un roi, et se complaisait dans l’étude, les sciences nouvelles, la serrurerie. Bien loin de l’image stupide d’un roi falot et ignorant 
        Il faudrait se remettre dans la psychologique de l’époque. Se souvenir que les forces impériales européennes, avaient menacé de passer tout le peuple de Paris au fil de l’épée, si on touchait un cheveu du roi. Ce qui a été pris pour une provocation par les français. L’erreur des princes, a été de ne pas repérer qu’ils devaient évoluer pour s’en sortir, c’est à dire perdre leurs privilèges. D’autres maintenant sont revenus, mais pendant longtemps l’élan de la révolution a été un phare républicain, un espoir que n’avaient pas nos ancêtres, écrasés par leur destinée misérable. 
        Ces époques de sidération, où le temps s’accélère à toute allure, confondent à la fois par leur lumière, et leur obscurité. Ils nous laissent dans la sidération de leurs audaces, et de leurs errements parfois. Comme un tableau, on ne le juge qu’en prenant beaucoup de recul pour visualiser l’ensemble, en se s’attardant pas sur les détails, et en voyant l’influence que ce maitre a pu avoir sur ceux qui suivirent. 


      • Julien30 Julien30 11 mars 13:57

        @Gollum
        « Oui plein..  »
        Je vous parle d’obsession, pas de centre d’intérêt.

        « Et vous ? A part me moinsser en guise d’argument, et votre amertume bien visible ?  »
        Je ne moinsse ni ne plusse jamais personne, pas mon truc, cherchez ailleurs pour trouver qui vous a fait cette offense. Sinon aucune amertume, ne transférez pas sur les autres comme ça, par ailleurs votre précédent commentaire appelait-il vraiment une argumentation ?


      • Gollum Gollum 11 mars 14:06

        @Julien30

        par ailleurs votre précédent commentaire appelait-il vraiment une argumentation ?

        Non puisqu’il s’agissait de faits historiques.


      • Yann Esteveny 11 mars 14:10

        Message à Olivier,

        « Liberté, Egalité, Fraternité » est un slogan publicitaire vendu au peuple. La production réelle de la République Française, c’est libéralisme, nivellement par le bas et clubs de réseaux élitistes.
        La Liberté, l’Egalité et la Fraternité sont de très belles choses. Mais la République Française pervertit ces mots pour en faire de l’idéologie de spectacle. Ainsi ces mots dénaturés sont devenus des revendications infantiles sociétales.

        Respectueusement


      • Jonas Jonas 11 mars 23:59

        @velosolex "Quand les idées du temps prennent trop d’avance sur les dirigeants, et l’ordre bourgeois qu’ils génèrent, arrive souvent ce mouvement physique de révolution, qui n’est qu’un rattrapage d’une histoire sclérosée. « 

         »Notre patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé devant nous. Notre patrie, c’est notre foi, notre terre, notre roi... Mais leur patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition.
        Alors, qu’est-ce que cette patrie, sans fidélité, sans amour ? Cette patrie de billebaude et d’irréligion ? Beau discours, n’est-ce pas ?
        Pour eux, la patrie semble n’être qu’une idée ; pour nous, elle est une terre. Ils l’ont dans le cerveau ; nous, nous l’avons sous les pieds, c’est plus solide ! Et il est vieux comme le Diable leur monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu... Vieux comme le Diable... on nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions... Faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, sommes une jeunesse, Messieurs ! Sommes la jeunesse de Dieu. La jeunesse de fidélité ! Et cette jeunesse veut préserver, pour elle et pour ses fils, la créance humaine, la liberté de l’homme intérieur."

        François Athanase Charette de La Contrie - général royaliste des guerres de Vendée


      • Jonas Jonas 12 mars 01:16

        @Yann Esteveny "La Liberté, l’Egalité et la Fraternité sont de très belles choses. Mais la République Française pervertit ces mots pour en faire de l’idéologie de spectacle.« 

        Liberté, Égalité, Fraternité, c’est une devise maçonnique. La création de l’homme nouveau, libre de toute identité, tradition, religion et héritage.
        Il faut alors balayer et détruire l’Ancien Monde.

         »Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort.
        Tous les brigands qui seront trouvés les armes à la main, ou convaincus de les avoir prises, seront passés au fil de la baïonnette. On agira de même avec femmes, filles et enfants...Les personnes suspectes ne seront pas plus épargnées. Tous les villages, bourgs, genêts et tout ce qui peut être brûlé sera livré aux flammes."
        Instructions du général Turreau à ses lieutenants - 17 février 1794


      • JL JL 12 mars 01:22

        @Yann Esteveny

         @Yann Esteveny

         
         Macron et son équipe ne sont pas la République.
         
         Honte à vous.
         



      • McGurk McGurk 12 mars 01:31

        @velosolex

        Une fois partie, elle n’est plus maitrisable par des bonnes paroles, et ses excès sont consensuelles.

        Je ne suis pas d’accord.

        Ce processus que vous décrivez a été enclenché non pas par les révolutionnaires mais par une frange minoritaire et extrémiste qui cherchait la vengeance et pensait, à tort, que désigner un coupable idéal serait la solution à tous leurs problèmes.

        On ne serait certainement pas passé par la Terreur si ce groupe avait été évincé ce qui, dans les faits, aurait sauvé pas mal de vies et peut-être permis que notre pays s’en sorte mieux.

        Nous avons le même exemple aujourd’hui avec EM. Un groupe très minoritaire qui utilise de la « dynamite » pour exploser ce qui reste du système social français et de l’Etat providence.

        A la place d’un Etat pourri, on a maintenant un Etat de la Terreur et de la collaboration (UE, USA, Allemagne, etc.).

        La famille de LXVI a failli échapper à la peine de mort à quelques voix près (comme quoi certains avaient encore une conscience). Tout comme il était inutile de tuer le Tzar et sa famille surtout pour en recréer un dans le monde politique (en ce moment Poutine).

        Quand les idées du temps prennent trop d’avance sur les dirigeants, et l’ordre bourgeois qu’ils génèrent, arrive souvent ce mouvement physique de révolution

        L’idée d’égalité et d’évolution de la société est aussi vieille que la République française. Les dirigeants de notre pays ont, par intérêt, choisi à la fois de tuer ce modèle mais en plus de revenir au temps des privilèges et de l’unilatéralité.

        Parce qu’il est plus facile d’ordonner que de concilier les points de vue, d’humilier que rassembler, de détruire que de construire quelque chose d’utile. On ne construit pas d’avenir en détruisant une base conceptuelle saine (pas exempte de défauts c’est certain).


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 mars 11:29

         « Une autre version ajoute que le Prince sortit, en même temps que Simon, de la prison du Temple ; que le 19 janvier 1794 fut le jour de son évasion. Ce jour était celui du déménagement de Simon du Temple. Le Dauphin fut caché ou enfoui, pour ainsi dire, dans un paquet de linge destiné à la blanchisseuse ; la femme de Simon se chargea de ce paquet, et, sur l’invitation des geôliers inférieurs, qui insistaient pour visiter le paquet, elle se mit en colère, cria à l’affront qu’on faisait gratuitement à une bonne citoyenne, et fut assez heureuse pour franchir, avec son précieux paquet, le seuil de la prison. Le Prince fut, dès le soir même, remis entre les mains de messieurs de Frotté et de O’jardias, émissaires du Prince de Condé, qui partirent avec lui, le lendemain, pour l’Allemagne. »

        https://www.facebook.com/notes/la-france-pittoresque/le-savetier-antoine-simon-ou-le-bourreau-du-petit-louis-xvii/197410443619514/

         

        Le 8 juin 1795, on apprend au Temple, la mort de Louis XVII.

        Marie-Jeanne, est admise à l’hospice des Incurables, en 1796, pour y finir le reste de ses jours. Là, elle affirme souvent, que le dauphin n’est pas mort au Temple. " On a saisi, raconte-t-elle, l’occasion de leur déménagement, pour opérer l’enlèvement. Un autre enfant a été apporté dans un cheval de carton et substitué au jeune prince, dans la prison, pendant que celui-ci quittait le temple enveloppé dans un paquet d’habits ". Elle répète cette histoire, autant de fois qu’on lui demande. Elle décède en 1819.

        http://www.jschweitzer.fr/r%C3%A9volution/le-m%C3%A9nage-simon/

         


        Quelques uns croient que le Grand Monarque qui doit venir en France est un descendant de Louis XVII. Plusieurs prophéties le confirment.
        https://la-nouvelle-france.fr/un-roi-en-france-aujourdhui-partie-2-sur-3/

         

        Au IXè siècle, Raban Maur, Archevêque de Mayence, a rendu public le passage suivant qui aurait été prononcé également par saint Remy à la fin de son allocution :

        « vers la fin des temps, un descendant des rois de france régnera sur tout l’antique empire romain.

        il sera le plus grand des rois de france et le dernier de sa race.

        après un règne des plus glorieux, il ira a jérusalem, sur le mont des oliviers, déposer sa couronne et son sceptre, et c’est ainsi que finira le saint empire romain et chrétien ».



        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 mars 13:14

          Ce n’est pas parce que le comte de Provence s’est fait appeler Louis XVIII qu’il faut donner un numéro  à un enfant qui n’a jamais régné.

          Ce n’est pas parce que les Vendéens insurgés contre la République naissante avaient appelé le dauphin « Louis XVII » pour donner un nom à leur drapeau en criant “Vive Louis XVII !” qu’il faut entretenir cette imposture, à moins d’être royaliste militant et souhaiter une restauration et imaginer une descendance aux Capet.

          La « République » a bien d’autres crimes à se reprocher, comme les fusillés du mur des fédérés au cimetière du Père Lachaise sans qu’il soit nécessaire de s’apitoyer sur ce misérable épisode de la chute d’une royauté détestée par la population.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 mars 13:39

            @Séraphin Lampion
            Quand on disait : « Le roi est mort, vive le roi. » On le disait à l’intention du nouveau roi, et il n’avait pas encore régné mais seulement existé en tant que successeur.
            Conclusion : On a bien de droit d’appeler Le dauphin Louis XVII même sans avoir régner car il ne fait aucun doute que c’était bien lui le successeur vivant légitime.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 mars 13:51

            @Daniel PIGNARD

            comme Napoléon II


          • nono le simplet nono le simplet 11 mars 13:55

            @Séraphin Lampion
            et ce pauvre « Napoléon IV » tué par les zoulous sous l’uniforme anglais


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 mars 14:06

            @nono le simplet

            on est peu de chose tout de même


          • Et hop ! Et hop ! 11 mars 20:54

            @Séraphin Lampion

            il y a un adage farçais qui dit « la mort saisit le vif », ce qui veut dire que l’héritier est réputé hérite au moment même du décès, et pas au moment où il entre en possession des biens ou des droits hérités, ce qui peut avoir lieu vingt ans après.

            Donc le dauphin est devenu héritier de la couronne de France à l’instant de la mort de son père.

            Les numéros des rois sont des facilités d’historiens, ils n’étaient pas du tout en usage chez les intéressés, ni dans les ordonnances, ni à la cour, ni dans la société.

            «  la chute d’une royauté détestée par la population »

            C’était mieux que «  la République qui haissait la population »

            Louis XVI a donné l’ordre à ses gardes de ne pas tirer sur la population lorsqu’elle a investit le pamais de Versailles, puis les Tuilleries, ce qui lui a coûté sa couronne et et à ses gardes la vie.

            La République a pris le pouvoir par la violence, et forcément elle s’est maintenu par la violence : Fusillade du Champs de Mars en 1789 (des femmes qui manifestaient),... Siège de Lyon,... Ravage de la Vendée,.. fusillade des charpentiers en grève pour rétablir les tarifs abolis par la loi Le Chapelier,... fusillade des mineurs du Nord,... fusilades des viticulteurs du Midi,... massacre de plus de 60% des garçons de 18 à 28 ans en 1914-18,... fusillade des manifestants contre la corruption en 1934 sur la Place de la Concorde,... abandon des populations en 1940 pendant l’exode,.. épuration en 1945 (plus de 100 000 tués),.. fusilade des manifestants en Algérie,... gilets jaunes,...

            Le roi défendant les petits contre l’oppression des grands et des puissants, il était par conséquent aimé des populations auxquelles il apportait sa justice et qui disaient : « Ah si le roi savait ». 

            Vous êtes intoxiqué par l’histoire républicaine qui a diabolisé la royauté pour légitimer sa prise de pouvoir par la force. La France était en 1789 la première puissance du monde par sa prospérité, c’est-à-dire le niveau de vie du peuple : 64 % de propriétaires, son innovation scientifique et technique, ses oeuvres sanitaires et sociales, le pourcentage de scolarisation, la douceur du pouvoir, la faiblesse de la criminalité, et le XIXe siècle avec son régime capitaliste manufacturier a été le pire de toute l’histoire de France, avec les petites filles en haillon envoyées pousser les wagonnets au fond des mines.

            Lisez Voyages en France en 1788 et 1789 d’Arthur Young, agonome anglais qui décrit la vie et le niveau de vie des populations dans toutes les provinces de France. Le régime était celui de l’exploitation familiale, il n’y avait pas de grands domaines en faire-valoir direct comme en angleterre et en Espagne.

            Lisez le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier, immense fresque sociologique de tous les milieux populaires parisiens en 1785.

            La Révolution a été faite par la bourgeoisie d’affaire et de finance, au nom du peuple, pour implanter en France le régime manufacturier anglais, la République française a pour modèle celles de Cromwell à Londres, et de Calvin à Genève. Tous les députés, tous les hommes politiques de la Révolution étaient des bourgeois, il n’y avait aucun membre du peuple.

             


          • velosolex velosolex 11 mars 23:44

            @nono le simplet
            Lire « L’homme qui voulut être roi » de Kipling. 
            Deux compères, anciens soldats se trouvant par hasard pris pour des élus dans un pays imaginaire, situé aux confins du tibet et de l’Afghanistan
            Tout est là : Opportunité, vanité, fuite, condamnation, folie du survivant, trainant dans son sac la tête toujours couronnée de son vieil ami. 


          • Le problème de la royauté, c’est la consanguinité. Devrait être sacré roi celui qui le mérite (Henry IV). C’est ce qui se passe en Russie avec Poutine.


            • velosolex velosolex 11 mars 14:02

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Le pouvoir génère la plupart du temps les mêmes tares.
              Les révolutionnaires et les réformateurs deviennent des ploutocrates. L’histoire de Bonaparte en est un condensé. Vouloir transmettre par le sang, est révélateur non d’une vision longue, mais rétrécie à ses intérêts.
              L’avare garde sa cassette, ne veut pas renoncer à son pouvoir.
              « Le roi Lear » de Shakespeare, rejoint « le père Ubu » d’Alfred Jarry, tout autant que le vieux paysan de Zola, dans « la terre » roman magnifique sur l’esprit de lucre, et l’atavisme. 
              Trop de gueux couronnés. Les seigneurs sont d’un autre ordre. Le problème c’est que les grands hommes ne sont pas intéressés par le pouvoir, un hochet lié à la prime enfance, et au stade anal


            • @velosolex Philippe de Belgique, un autiste. Je connais toute l’histoire de la famille ayant un proche dont la mère fut amie de Baudoin et Fabiola ;


            • @velosolex  « un hochet lié à la prime enfance, et au stade anal ». Il n’est pas donné à tout le monde d’être Oedipe Roi. Macron me semble un raté. L’étymologie de Macron (j’ai vérifié) vient de Macquart. Ce qui nous ramène à Zola et les Rougons Macquart (affairistes). Par contre, Hugo était partagé : entre démocratie et royauté... Freud lui était royaliste.


            • @Xenozoid Normal pour un sujet sur les trônes de France ;


            • Et hop ! Et hop ! 11 mars 21:09

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Les élections démoctaique servent à faire croire que les dirigeants sont les représentants des peuples, alors qu’ils sont les représentants de la classe dominante qui les choisit et leur donne les moyens de se faire élire.

              Poutine et De Gaulle, c’est l’exception qui confirme la règle.

              Les rois n’avaient pas besoin d’être des arrivistes, ni d’être démagogues, ils ne devaient rien à personne, ils n’avaient pas bsoin de se compromettre ni de mentir.

              Les rois ont fait de la France en 1788, la première puissance industrielle, agricole, scientifique, culturelle, sociale, artistique du monde, très loin devant les autres pays, avec le meilleur niveau de vie des populations, le plus d’oeuvres sociales, le plus fort taux d’alphabétisation, la meilleure démographie, la plus faible criminalité. 


            • Jonas Jonas 12 mars 00:24

              @Et hop ! "Les rois ont fait de la France en 1788, la première puissance industrielle, agricole, scientifique, culturelle, sociale, artistique du monde, très loin devant les autres pays,« 

              Exact. Nos rivaux Anglais se sont d’ailleurs frottés les mains en assistant au spectacle.
              La France, est, avant la révolution, florissante et en plein essor, elle domine par sa culture, elle est une des premières puissances économiques au monde. Elle va tout perdre avec les révolutionnaires.

               »Les Français (de la révolution) se sont montrés les plus habiles artisans de ruine qui aient jamais existé au monde. Ils ont entièrement renversé leur commerce et leurs manufactures. Ils ont fait nos affaires, à nous leurs rivaux, mieux que vingt batailles n’auraient pu le faire.« 
              Edmund Burke - »Réflexions sur la révolution de France" (1790) philosophe et député au parlement anglais



            • laertes laertes 15 mars 16:08

              @Jonas les intellectuels anglais nont rien compris à la révolution française au contraire des intellectuels allemands. Je rappelle qu’avant la révolution la France avait perdu la guerre de sept Ans contre l’Angleterre qui avait récupéré presque toutes ses colonies. Alors cette histoire de la France s’est affaiblie après la révolution est une grosse connerie.


            • Raymond75 11 mars 15:34

              Je vous sais sincère, mais vous êtes dans l’exagération :

              D’abord, Louis XVII n’est pas oublié : lorsque l’on évoque la révolution, la prison du Temple, l’exécution du roi et de la reine, on parle bien de leur enfant, et de sa fin prématurée.

              D’autre part, cet enfant n’a pas été tué par la République, il est mort de la tuberculose. Certes il n’a pas été traité comme un enfant roi, mais tout simplement comme tous les enfants du peuple ! Pensez vous que les enfants de cette époque, nés dans un milieu pauvre et populaire, étaient heureux et privilégiés ? Qu’ils bénéficiaient de soins médicaux ? Que la tuberculose était soignée ?

              C’était en effet une révolution, et non une évolution. Le refus de la noblesse et de l’église catholique de remettre en cause les privilèges et les classes sociales ne permettait aucune réforme ; et nous avons la chance de bénéficier d’un autre régime, même s’il n’est pas parfait, comme toute construction humaine.

              Des excès de la Révolution est née la ’Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen’ ... la fin de l’esclavage (rétabli par le dictateur Napoléon).

              C’était mieux avant ???


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 mars 15:50

                En comparant le portrait de Greuze à 6 et 10 ans, les enfants n’ont pas les même yeux ni le même nez alors que le portrait de Greuze à 6 ans et celui de Kurchasky à 7 ans ont les mêmes yeux qui mangent tout le visage et le même nez remontant légèrement tandis que les yeux du portrait à 10 ans ne mangent pas tout le visage et le nez s’abaisse légèrement. Il semble donc que ce ne soit pas le même enfant vu à 10 ans. Ce sera aussi le témoignage d’un médecin qui avait vu l’enfant à Versailles et qui l’a vu ensuite à 10 ans après le départ de Simon ; Il ne l’a pas reconnu.


                • assouline assouline 11 mars 15:57

                  On recommandera evidemment en cette occasion le livre magnifique de Françoise Chandernagor, « la chambre »...


                  • Laulau Laulau 11 mars 17:16

                    Oui un enfant qui meurt, c’est triste. Un crime de la république ? Sans doute mais au moins on en connait l’histoire. Combien d’enfants ont été tués par les rois et leurs serviteurs, leurs maitresses ? Combien de morts de faim sous Louis le quatorzième ? Combien d’enfants sacrifiés pendant les messes noires de la Montespan ?

                    Mais ceux là sont anonymes, alors on se pâme sur Versailles et le roi soleil en oubliant les victimes de ses crimes.


                    • kéké02360 11 mars 18:27

                      @Laulau
                      Heureusement nous n’aurons pas à pleurer Macron xvII , on s’en tire bien si je puis dire !!!

                      douce monarchie ben voyons !!!! http://lemurjaune.fr/


                    • Traroth Traroth 11 mars 18:12

                      Et si on parlait deux secondes de la responsabilité de ses parents dans sa mort ?

                      Ces tyrans ont opprimé le peuple jusqu’à ce qu’une telle vague de fureur se lève qu’elle a tout emporté sur son passage, y compris l’enfant innocent desdits tyrans. Quelles excuses ont Louis XVI et Marie-Antoinette pour s’absoudre de la mort de leur fils ? Qu’ils pensaient que les Français accepteraient éternellement la tyrannie ?


                      • Jonas Jonas 11 mars 23:40

                        @Traroth "Quelles excuses ont Louis XVI et Marie-Antoinette pour s’absoudre de la mort de leur fils ? Qu’ils pensaient que les Français accepteraient éternellement la tyrannie ?« 

                        Ces Rois que vous abhorrez ont construits la France et l’Europe pendant des siècles. Sans eux, pas de France. Les paysans ne méprisaient pas le Roi, mais la politique économique désastreuse mise en place par Turgot puis Necker.
                        La destitution du Roi a entraîné une véritable guerre civile contre la Révolution, preuve que le peuple tenait à son Roi.
                        La civilisation européenne s’est construite sur le Sacré, l’Humilité, le sens du Sacrifice, l’Incarnation du souverain en son Peuple, elle est le fondement même de notre nation et civilisation. Elle a été lentement et progressivement détruite par la secte maçonnique qui ne voit que des »citoyens« et »des droits de l’homme« .
                        Le président Macron méprise la France et les Français, en expliquant dans ses meetings  »qu’il n’y a pas de culture française« ,  »l’art français, je ne l’ai jamais vu".
                        Pour lui et pour toute une bande de profiteurs, de banquiers et d’industriels, ce pays n’est qu’une gigantesque entreprise qui ne sert qu’à faire de l’argent (économie, croissance, bénéfices, etc...), destinée à devenir à terme une succursale de l’oligarchie mondialiste prônant une immigration de masse pour satisfaire les besoins du capitalisme.


                      • Jonas Jonas 11 mars 23:48

                        @Traroth « Ces tyrans ont opprimé le peuple »

                        "Je prie tous ceux que je pourrois avoir offensés par inadvertance, (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense a personne) ou ceux a qui j’aurois put avoir donné de mauvais exemples ou des scandales de me pardonner le mal qu’ils croyent que je peux leur avoir fait.

                        Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes peschés.

                        Je pardonne de tout mon cœur, a ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donne aucun sujet et je prie Dieu de leur pardonner, de mesme que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu m’ont faits beaucoup de mal.

                        Je recommande a Dieu, ma femme, mes enfants, ma Sœur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont attachés par les Liens du Sang ou par quelqu’autre manière que ce puisse estre. je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde, sur ma femme mes enfants et ma Sœur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s’ils viennent a me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable.

                        Je recommande a mon fils s’il avoit le malheur de devenir Roy, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses Concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve. qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Loix, mais en mesme temps qu’un Roy ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile. "

                        Extrait du Testament de louis XVI avant son exécution


                      • Traroth Traroth 12 mars 08:39

                        @Jonas
                        C’est ce peuple que vous abhorrez qui a construit la France, et certainement pas ces nobles et ces rois qui n’étaient que des parasites, vivant des vies d’oisiveté et de richesse. Quant au testament de Louis XVI, il n’exprime pas le plus grand regret de toutes les ordures : celui d’avoir été pris. Exprimer des regrets ensuite est une stratégie recommandée par tout avocat un peu compétent...


                      • Jonas Jonas 12 mars 23:58

                        @Traroth "C’est ce peuple que vous abhorrez qui a construit la France, et certainement pas ces nobles et ces rois qui n’étaient que des parasites"

                        Dans les faits, pendant des siècles, les peuples qui ont construit la France sont guidés par des Rois, dans une structure, hiérarchique et patriarcale.
                        C’est le propre et le fondement de la France et de la civilisation européenne.


                      • laertes laertes 15 mars 16:16

                        @Jonas votre commentaire est absurde. Avant les rois il y avait l’empire romain qui était beaucoup plus civilisateur que le règne des rois. Marie-Antoinette et Louis XVI étaient des criminels passible de haute trahison en transmettant les plans de guerre français à leurs ennemis. Le gouvernement révolutionnaire a été très rusé et à dupé les émigrés en leur enlevant toute connaissance de l’existence ou non de ce marmot. C’est pour cette raison qu’on se pose encore des questions sur lui ce qui indique que la ruse a fonctionné parfaitement. Résigné vous ! Il n’y aura plus jamais de royauté en France. Que les Louis vingt douze où Charles 108 se réclame du trône ! Ils nous font bien rire ainsi que les attardés mentaux royaliste et je dois dire quand ces temps moroses c’est déjà ça de gagné.


                      • Cadoudal Cadoudal 15 mars 16:26

                        @laertes
                        Il n’y aura plus jamais de royauté en France.

                        La France ne sera pas éternellement une dictature...

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_royaliste_du_13_vend%C3%A9miaire_an_IV


                      • Traroth Traroth 16 mars 15:27

                        @Jonas
                        Je suis d’accord avec la première partie de votre commentaire : ce sont bien les rois qui ont imposé leur volonté (ce que vous appelez « guider »), c’est bien ce qu’est la tyrannie. C’est cette tyrannie qui a fait qu’on construisait des cathédrales dans des sociétés de pénurie que sont les sociétés médiévales. Les gens mourraient de faim, mais on construisait des monuments, magnifiques témoignages artistiques de leur époque, mais totalement inutiles et n’améliorant en rien la vie des gens. Et ne parlons même pas des guerres incessantes. Ces rois en peau de lapin jouaient à la guerre entre cousins avec la vie des gueux ! Sans jamais se mettre eux-même en péril, bien entendu...


                      • Traroth Traroth 16 mars 15:29

                        @Jonas
                        Quant à la seconde partie de votre commentaire, qui voudrait que cette tyrannie soit le fondement de la France et de la civilisation européenne : je me demande vraiment ce qui vous permet d’affirmer une chose pareille, tant le rejet de ces modes de gouvernement a été constant et répété. Le mépris du peuple, c’est toujours et encore la marque des gens comme vous !


                      • Toutafé @ Laulau

                         « Faut-il maudire l’histoire en lui sacrifiant l’oubli sur l’autel de la mémoire ? »*

                        Fichtre : là est bien la question  smiley

                         *(il se peut néanmoins que cela soit hors sujet )


                        • soi même 11 mars 18:30

                          Le premier crime a été de coupé la tête à Louis XIV et Marie Antoinette car contrairement à ses prédécesseurs Louis XV et XIV, c’était un Roi progressiste et réformateur quand Louis XVII c’est une énigme historique qui resurgit au moment de la restauration avec de nombreux faux dauphins, suffisamment crédibles pour réunir autour d’eux une cour d’adeptes, vont hanter la France, dont les plus célèbres sont certainement Naundorff, Richemont, Hervagault et un métis du nom d’Eleazar Williams. Comme c’est étrange la même avec le fils du Star d’Ivan IV le terrible et l’apparition de faux Démetrius qui a empoisonnée le début de la dynastie des Romanofs . comme vous êtes dans les énigmes de l’histoire d’après qui est le masque de Fer ?


                          • @soi même J’ai lu quelques articles qui disent que Poutine descendrait de la lignée des Romanov.


                          • soi même 11 mars 18:44

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. Pour caviardé ce mon , les autorités soviétiques ont rebaptisé beaucoup de soviétique avec ce mon.


                          • @soi même A propos du masque de fer, revoir l’excellente série : Nicolas Le Floch.


                          • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                             si « le masque de fer était bien contemporain à Louis XIV ,
                             Nicolas » ar Floc’h en breton (l’ écuyer en français ) était de l’époque L.XV à L.XVI .
                             Personnage fictif qui plus est .


                          • velosolex velosolex 11 mars 23:55

                            @soi même
                            Il est bien difficile de faire la part des choses à propos de l’état psychiatrique alarmant des têtes couronnées, et des soi disant princes de sang, ou dits « de sang bleu » pas fâchés de recevoir une perfusion d’un manant, s’ils sont blessés.

                            Cet état vient il du pouvoir débilisant en lui même, favorisant la paranoïa et les thèmes délirants, ou est elle plus prosaïquement lié à leur patrimoine génétique incestueux ?

                            Pour les animaux, en tout cas, c’est délétère . Les croisements intergénérationnels d’une même portée ne produisent rien de bon. il en est de même chez les habitants de villages reculés, amenant des tares physiques évidentes.

                            La crétinerie des alpes n’ayant rien à voir, car lié au manque d’iode. Mais de parfaits crétins sont, ou se disent en marche. Et ceci, même quand ils se couchent. 


                          • laertes laertes 13 mars 12:40

                            @soi même Louis XIV, vous vouliez dire Louis XVI mais pas le premier roi avoir été assassiné. Ce n’était ni un roi progressiste ni renovateur. S’il avait été il aurait accepté la monarchie constitutionnelle. C’était un roi faible incapable de lutter contre des siècles d’inégalités scandaleuse et de privilège à tuer tout le monde. De plus c’est un criminel qui avec sa femme on communiquer les plans de l’armée française aux étrangers. Quand on sort de Louis XVII c’est une manœuvre du gouvernement révolutionnaire pour entraîner une confusion chez les les emmigrés , confusion qui a magistralement réussi puisque encore de nos jours la confusion demeure. Quant à Marie-Antoinette, la criminelle dépensière est traitresse n’est plus devenu la plus grande reine de France comme le disent les attardés royaliste depuis qu’elle a été guillotinée. 25 cm en moins peut-être plus vu qu’elle avait la grosse tête. Quant au crime les royalistes ont commis 3 ou 4 fois plus de mort s lors de la deuxième restauration que la terreur révolutionnaire.


                          • laertes laertes 15 mars 16:20

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. Depuis Elizabeth II de Russie la dernière des Romanov, les Tsars n’ avaient presque plus d’hérédité russe. C’était en général des Allemands de diverses Principautés qui se mariaient entre eux. 2 + Paul Ier, le fils de l’Allemande Catherine II etait un bâtard.



                            • Et hop ! Et hop ! 11 mars 21:14

                              Il y a aussi des portraits sculptés, comme celui sculpteur Houdon. 

                              Ca ne lui ressemble pas, à mon avis c’est le portrait de Naundorff, ce qui expliquerait pourquoi Rotschild l’avait.

                              C’est pour ça qu’ils ont mis les armes de France dans un angle, ce qui ne se faisait jamais pour un prince.



                                • eddofr eddofr 12 mars 11:09

                                  Le marin doit-il regretter Charybde parce qu’il tombe sur Scylla ?

                                  La royauté est morte en 1789, et c’est très bien comme ça.


                                  • @eddofr oligarchie est une autre forme de monarchie. 


                                  • Emile Mourey Emile Mourey 12 mars 15:29

                                    Je ne comprends pas la polémique que suscite mon article. Je trouve ce tableau absolument merveilleux, et cela, d’autant plus qu’il illustre un moment important de notre histoire nationale, un moment qui est, à la fois, une révolution des idées et un drame humain, mais que ceux qui nous ont précédés ont surmontés en continuant le chemin... un chemin sur lequel, aujourd’hui, nous sommes. 


                                    • laertes laertes 15 mars 16:26

                                      @Emile Mourey ce qui illustre un moment décisif de l’histoire française c’est la révolution et non le portrait d’un marmot que le gouvernement révolutionnaire avec astuce à escamoté pour nuire aux émigrés. La révolution française est le plus grand événement de l’histoire de France. Il marque une rupture sans retour et complète.Si ce marmot est connu c’est uniquement grâce à la révolution, comme Salieri est connu grâce à Mozart.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès