• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron-Benalla : bel et bien une affaire d’État

Macron-Benalla : bel et bien une affaire d’État

"Lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez judicieusement cette réalité, nous agirons de nouveau, créant ainsi de nouvelles réalités, que vous étudierez également. Et les choses se mettront en ordre de cette manière. Nous sommes les acteurs de l'histoire et vous, vous tous, ne resterez qu'avec l'étude de ce que nous faisons".

Karl Rove, conseiller du président George W. Bush

 

C'est à l'aune de cette déclaration sans ambage qu'il faut analyser ce qui est en train de se passer dans l'affaire Benalla. Nous pourrions tout aussi bien l'appeler l'affaire Macron, car c'est bien du mode d'exercice du pouvoir de ce dernier dont il est question.

Nous vivons dorénavant dans une ère de pure communication, le mot lui-même étant une dérive sémantique novlanguienne du mot antérieurement utilisé de propagande. Joseph Goebbels lui-même ne pourrait vraisemblablement pas imaginer le degré infini de mensonge dans lequel nous évoluons tous chaque jour à présent, et l'affaire qui nous occupe en est un exemple parfait. L'inversion est désormais totale, bienvenue dans la Caverne de Platon.

Le Diable est dans les détails. Et le Diable, comme le dit Guénon, "ne peut s'empêcher de laisser échapper toujours quelque sottise, qui est comme sa signature..."

Nous voici donc avec le sieur Benalla au journal de 20 heures de TF1. Il est rasé de près, et comme lors de son interview donnée au Monde auparavant, il est entouré de la crème des "communicants", visant à lisser son discours et à tordre les faits. (Au passage, qui paie pour la prestation vraisemblablement exorbitante de ces spécialistes ? Encore nos impôts ? Mais je digresse...) Tout dans son attitude ainsi que dans son language et sa gestuelle, jusque dans ses lunettes d'intellectuel, indique une volonté de gommer l'image de crapule que l'on peut sans peine distinguer dans les diverses vidéos et autres témoignages le concernant. Les questions gênantes s'accumulent pourtant. Par exemple, comment se fait-il qu'un tel personnage dispose d'une si parfaite tribune télévisuelle ? Et comment se fait-il que la présidente de la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale soit si incroyablement subjective dans sa manière de mener les débats ? La démission fracassante de Guillaume Larrivé, vice-président de la commission d’enquête, tente d'y répondre : "Je pose la question : est-ce que l'Elysée souhaite torpiller les travaux de notre commission ? Je le crois, je le crains. Instruction a été donnée aux députés du groupe En Marche de bâcler la préparation d'un vrai-faux rapport". Ça se passe de commentaire. Que faisait-il régulièrement avec l'insigne des agents de sécurité rapprochée du président ? Comment s'est-il procuré l'équipement, la radio et le brassard de police qu'il arborait lors de la manifestation ? Quant à l'acte de violence lui-même, son exercice de contrition tombe à l'eau au regard de la seconde vidéo du Jardin des Plantes, de nouveau avec son comparse Crase, qui lui était équipé d'une arme de poing sans aucune autorisation. D'ailleurs comme se fait-il que Benalla lui-même ait eu un permis de port d'arme, ainsi qu'une accréditation Secret-Défense, s'il n'avait, comme lui, son suzerain et ses sbires le clament à tout vent, aucune fonction liée à la sécurité ? Et pourquoi diable avait-il accès à l'Assemblée Nationale ? Ne me citez pas son excuse de la salle de sport, on nage en plein délire.

Les faits tendent à infirmer beaucoup des déclarations de l'ex "chargé de mission". Le rapport de l'IGPN démontre que c'est bien à sa demande qu'il était présent sur la manifestation du 1er mai. M. Gibelin, directeur de l'ordre public de la préfecture de Paris, dément lui avoir fourni les équipements qu'il arborait ce jour-là. Les témoignages affluent sur son habitude de passer en force par dessus les autorités policières, voire de leur donner des ordres directs. Il est compréhensible de ce point de vue que le personnage ait généré de fortes inimitiés. Son arrogance était apparemment sans bornes, et contrairement au mauvais numéro d'acteur auquel nous avons assisté au journal de 20 heures, il est évident qu'il avait beaucoup de mal à passer les portes...

La stratégie viserait-elle non pas à simplement atténuer ses agissements afin de désamorcer la crise, mais à tout bonnement le réhabiliter ? Ce scandale serait donc uniquement la faute de la presse, de l'opposition, et "des gens qui ne supportent pas la chaleur et la fatigue" ? 

Encore une fois, le mépris total du peuple français et des institutions est sans bornes. Ce discours hallucinogène de Don Macron devant ses troupes exhortant les "autres" à venir le chercher alors qu'il se sait en toute impunité ajoute l'insulte à la parodie. Après avoir enduré avec honte les mandats de Sarkozy et Hollande, je ne sais si nous sommes dorénavant rendus au niveau maternelle ou à l'aile des forcenés de l'asile psychiatrique. Le danger autocratique est en tout cas bien présent.

L'importance évidente de cet énergumène dans le dispositif Jupiterien serait-elle derrière la tentative avortée de récupérer à tout prix hier sa voiture de fonction à la fourrière ? Une grosse casserole dans la boîte à gants, peut-être ?

Décidément beaucoup, beaucoup trop de questions.

 

Comme le dit la maxime du Watergate :

"Ça n'est pas le crime qui fait une affaire d'État, c'est sa dissimulation".

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Sasha Sasha 29 juillet 2018 14:09

    Et bien évidemment l’interview, si on peut appeler ça comme ça, était enregistrée et savamment éditée...


    • Ouallonsnous ? 29 juillet 2018 16:25
      @Sasha

      Il n’est que voir les pathétiques gesticulations des chiens de garde du système sur les « merdias » télé tels BFMWC et papioer comme le Parisien pour s’apercevoir que l’affaire Gnafron Benalla est camouflée sous une autre opération de désinformation, à savoir le « sabotage » du réseau ferré (Montparnasse et St Lazare) et le discrédit jeté sur la SNCF et le service public à l’occasion du « chassé croisé » vacancier de la fin juillet début aout.

      Français, il est plus que temps de se débarrasser de cette « maffia » siono-UEuropéiste/Otan qui a pris les commandes de la République et de notre pays, qu’attendons nous ?

    • Sasha Sasha 29 juillet 2018 16:34

      @Ouallonsnous ?

      En ce qui concerne l’OTAN, la Haute Trahison sarkozyenne nous a littéralement achevé. Trump, on pense ce qu’on veut du personnage, fait, volontairement ou non, un très beau boulot de déstructuration. Dans le futur, on pourrait avoir de très bonnes nouvelles sur ce front.



      • Clocel Clocel 29 juillet 2018 14:37
        @Sasha

        J’adore la photo de Collomb !

        Le lapin Duracell sans les piles !

        Il ne pouvait pas voir Benalla ! Il était débranché ! smiley

        Oh putain ! On a dû faire des conneries épouvantables dans une autre vie pour mériter ça...




      • Sasha Sasha 29 juillet 2018 14:44

        @Clocel

        On le sent pas très frais sur la photo c’est vrai ^^
        Nous n’avons rien mérité du tout. Ça n’est qu’un petit épisode local dans le grand échiquier de la mondalisation par le bas. Très malsain tout ça.



          • amiaplacidus amiaplacidus 29 juillet 2018 15:20

            @Clark Kent
            En même temps, Slate ....


          • Arthur S Clark Kent 29 juillet 2018 16:17

            @amiaplacidus

            Ben justement, puisque la version française de Slate a été créé en 2009, pae Jean-Marie Colombani, Éric Leser et Johan Hufnagel (Dupont, Dupond et Dupon), « assistés » de Jacques Attali, avec pour principaux actionnaires Benjamin de Rothschild (via sa société Lampsane Investissement SA) et la Financière Viveris.


            Pourquoi aller chercher Le Monde, Libé ou un aure journale chiende garde quand on peut avoir directement la version du maïtre ?

          • Jean Roque Jean Roque 29 juillet 2018 14:37

             
            Citation de Karl Rove très bonne, enregistrée.
             
            Benalla c’est l’effet « bande » des putes du système, enfin arrivées... des mytho qui se croient de grands politiques, alors qu’ils sont juste des mimes, qui sont juste des marionnettes de Soros, Goldman, Bayer & Co... la politique étant de tte façon morte avec la nation.
             
            ça m’a rappelé le début du « Capitalisme de la séduction » de Clouscard (qui est plus ds la bande transgressive, genre Cohn le shiteux maosiste qui finit cacique capitalo-mondialiste de l’UE)
             
            j’imagine des « traditionalistes » de l’état, gendarmes, militaires, gign, qui ont fait leurs preuves, parfois au feu, voir arriver le colon mattuvu qui a trafiqué son diplôme, poussé par le bichon pelliculaire boobalandais...
             
             
            « le vrai est un moment du faux » Debord
             
            « le medium est le message » Mac Luhan
             


            • Arthur S Clark Kent 29 juillet 2018 14:41

              @Jean Roque

              c’est pas mal du tout quand vous écrivez en Français !

            • Clocel Clocel 29 juillet 2018 14:59
              @Jean Roque

              Sous les pavés, Le Pen ! smiley

            • Cadoudal Cadoudal 29 juillet 2018 15:18
              @Clocel
              Abu Bakr Azaitar est né comme ses frères en Allemagne où ses parents ont émigré du Maroc. Tous les trois ont la nationalité allemande,
              “d’agresser brutalement un homme d’affaires, menaçant de le tuer en l’aspergeant d’essence »


              Dommage, ils auraient été bien en équipe de France...

            • Jean Roque Jean Roque 29 juillet 2018 17:31

              @Clocel
               
              Car « la fesses qui fait signe » , c’est pas de la grande politique... donc dans le gogochon il y a les ferments de la contradiction (voir art Méchant Réac)
               
              son meilleur bouquin est Traité de l’Amour fou, super introduction au marxisme par un ex de « phénoménologie », l’Être et le Code après (1ere partie). Le capitalisme de la séduction les prolégomènes. très marrant, ironique.
               
               
              Clouscard, Le capitalisme de la séduction, Prélude :

               

              

              Poster, flipper, juke-box ? Teen-agers. Une classe d’âge fait ses classes. École de la vie. Disciplines d’éveil. Exercices de pionniers. On les prend en main, par la main. Ce n’est pas bien difficile : il suffit de glisser la pièce. Et d’appuyer sur le bouton.

              Premiers émois. La quotidienneté se balise de repères familiers, complices, chaleureux. On se retrouve. On se reconnaît. Autour du flipper et du juke-box. Les messages s’envolent. Remettra-t-elle le groupe qu’il aime ?

              Ah ! les mots jolis qui font tilt : poster, flipper, jukebox... Le phonème fait déjà la chanson, l’accent tonique la musique. Les mots qui font les choses, celles du rêve. Tout près. Et prêt-à-porter.

              Première dynamique de groupe. Elle va nous mener loin, très loin. Spontanée, informelle, innocente. Le free et le flipp.

              Ces petits usages et objets anodins, d’une insignifiance telle qu’ils sont au-dessus de tout soupçon, sont au commencement du rituel initiatique à la civilisation capitaliste.

              Et magie, totem, potlatch, échange symbolique. Ethnologie... du plan Marshall.

              Des énoncés aussi gros et simplistes vont faire frémir tout honnête homme. Mais ce n’est pas tout. Nous allons en rajouter : nous voulons en venir à une anthropologie de la modernité. Et celle-ci sera un traité de la frivolité.

              Nous suivrons la vieille entremetteuse. La mode, si vous préférez. Le prêt-à-porter du désir. Comment la fesse fait signe ? Et comment le signe fait le désir` ?

              Nous entreprendrons un petit tour du monde, celui de la mondanité. Nous nous glisserons chez Castel et Régine. Plus rien de la jet-society ne nous sera étranger. Nous irons au Club. Au Club Méditerranée et à Ibiza. Au bal du samedi soir, aussi. Où sont les midinettes d’antan ? Psychédélique, sono, whisky-coca.

              Quelle est la tenue de rigueur du rigorisme libéral et permissif ? Que faut-il dire et faire à sa première fumette ? Sur quel ton faut-il disserter du bon usage de la drogue ?

              Nous étudierons la savante drague de l’antiphallocrate : ne jamais oublier qu’une femme libre a été une jeune fille rangée.

              De même que « la comtesse a toujours trente ans pour le bourgeois », le révolutionnaire de la bourgeoise aura toujours les cheveux longs. Et comme le snobisme est joli lorsqu’il transgresse et qu’il casse ! Et le rock, le disco. le reggae... Vous aimez`.’

              Nous suivrons la bande, de sa première surboum à sa dernière magouille. Comment l’animation machinale devient-elle le destin des animaux-machines ?

              Nous proposons une somme de la frivolité enfin prise au sérieux. Nous prétendons que son concept est devenu nécessaire à l’explication de la nouvelle lutte des classes. Et la récente utilisation idéologique du mot doit nous inciter à une fondamentale mise au point.

              C’est le frivole qui permet d’accéder à la totale compréhension du sérieux. La dialectique du frivole et du sérieux rendra compte des rapports du procès de production et du procès de consommation. Il faut proposer le lien dialectique, le pont entre deux univers qui s’ignorent. Lien que tout le savoir de la modernité a mission idéologique d’occulter. Nous devons dire l’inconscient de l’inconscient de la psychanalyse : ce que celle-ci doit oublier, cacher pour fabriquer ou justifier les idéologies tendanciellement dominantes.

              Nous devons établir comment l’innocence des premiers émois a pu en venir à l’actuelle social-démocratie libertaire. Autrement dit, comment le désir et l’imaginaire ont accédé au pouvoir culturel, pouvoir devenu ministériel.


            • Jean Roque Jean Roque 29 juillet 2018 17:55

              @Clocel
               
              Sous les pavés Le Pen illustre les « ferments de la contradiction » historique :
               
              « C’est justement une particularité de la bourgeoisie par rapport à toute les autres classes dirigeantes antérieures : il y a dans son évolution un tournant à partir duquel tout accroissement ultérieur de ses instruments de pouvoir, et donc avant tout de ses capitaux, contribue qu’à la rendre de plus en plus inapte à la politique. » Engels, Marx
               
              « Mais quel que soit le caractère non héroïque de la société bourgeoise, il a pourtant fallu l’héroïsme, le sacrifice, la terreur, la guerre civile, et les batailles des nations pour la mettre au monde. » Marx, le 18 brumaire
               
              qui se termine dans la gogochonnerie 68arde (la dépolitisation fin des idéologie consumérisme etc.), c’est la petite contradiction actuelle, l’UE sortie de l’Histoire etc.
               
              Celle que décrit Clouscard ne serait vraiment d’actualité que ds une vrai crise :
               
              « Le néo-fascisme sera l’ultime expression du libéralisme social libertaire, de l’ensemble qui commence en Mai 68. Sa spécificité tient dans cette formule : « Tout est permis, mais rien n’est possible. » [ Puis ], à la permissivité de l’abondance, de la croissance, des nouveaux modèles de consommation, succède l’interdit de la crise, de la pénurie, de la paupérisation absolue. Ces deux composantes historiques fusionnent dans les têtes, dans les esprits, créant ainsi les conditions subjectives du néo-fascisme. De Cohn-Bendit à Le Pen, la boucle est bouclée : voici venu le temps des frustrés revanchards. » Clouscard, Les 30 honteuses,
               
              Baudrillard la voit mieux :
               
              « Cette émergence des besoins, fut elle formelle et asservie [marketing, tout le monde n’y a pas accès, Clouscard], n’est jamais sans danger pour l’ordre social — comme l’est la libération de n’importe quelle force productive, comme le fut et l’est l’émergence de la force de travail : dimension de l’exploitation [captation de la plus-value] elle est aussi l’origine des contradictions sociales les plus violentes, d’une lutte de classes.
              Qui peut dire quelles contradictions historiques nous réserve l’émergence et l’exploitation de cette nouvelle force productive que sont les besoins [illimités par la science, dans une désublimation narcissique dirigée par le Capital, qui détruit la tempérance traditionnelle]. »

               
              ’Pour une critique de l’économie politique du signe’ Baudrillard, 1972
               
              Le gogochon libidineux ne se sacrifie plus pour la communauté, par là il ne compte plus politiquement, mais ds le même tps il s’absolutise, l’absolu c’est la Nature, c’est pas bobo. Il suffit de penser à ce que serait la mort de La Mort pour l’illustrer.


            • Arthur S Clark Kent 29 juillet 2018 14:51

              Finalement, Trump est moins con que Macron : il n’aurait jamais embauché un agent grillé de la CIA pour opérer la fusion entre le FBI et le Pentagone ! L’état profond n’existe pas qu’aux Etats-Unis. Si on veut rester sur scène, la moindre des choses est de ménager les intérêts des administrateurs du théâtre et des chefs des services techniques. Si la tête d’affiche veut le virer, il a quelques soucis.



              • Cadoudal Cadoudal 29 juillet 2018 14:58

                @Clark Kent

                Nouveau constat de la faiblesse des responsables démocrates nationaux aux US : aucun ne s’exprime sur la croissance US, ni le président du parti @TomPerez, ni son adjoint @keithellison, + de 2h après la conf de Trump louant ses bons résultats. Or les législatives approchent


              • Sasha Sasha 29 juillet 2018 15:02

                @Clark Kent
                 L’état profond est transnational par définition.


                « L’illusion de la liberté continuera tant qu’il sera profitable de la maintenir. Quand l’illusion deviendra trop onéreuse à entretenir, ils vont simplement retirer le décor, écarter les rideaux, enlever les tables et les chaises et vous verrez le mur de briques au fond du théâtre. »

                Frank Zappa

              • Clocel Clocel 29 juillet 2018 15:13
                @Sasha

                Là on est carrément dans Matrix !

              • Sasha Sasha 29 juillet 2018 15:26

                @Clocel

                Symboliquement, de manière générale, on en est pas si loin.

              • Sasha Sasha 29 juillet 2018 15:47

                Après 40 ans d’abêtisation généralisée de la population et de baisse drastique du niveau de vie, on en est rendu à un tel niveau qu’on peut leur pratiquement leur balancer n’importe quel pipeau. Plus c’est gros, plus ça passe (Goebbels, de nouveau). Les masques tombent car ils n’ont plus besoin d’être portés. La Bête avance à visage découvert. Nous avons un « président » pédant, inculte et ridicule (au sens du film de Patrice Leconte), qui est marié à une femme que l’on pourrait qualifier de pédophile (il avait 14 ans et elle 39, je le rappelle), et qui, pour la deuxième fois fois de son mandat, nie avoir un amant. C’est pour le moins inquiétant. Toute sa campagne sans programme n’a été qu’un coup de com’ permanent. Au milieu de ce scandale, celui-ci est en train d’essayer de concentrer encore plus de pouvoirs vers sa fonction, dans un régime déjà très présidentiel. Les cons ça ne doute de rien, et celui-ci est extrêmement dangereux. Bien plus encore qu’un Sarkozy. Qui l’eût cru ? 


                • alinea alinea 29 juillet 2018 19:17

                  @Sasha
                  Moi !! Je l’ai su juste à le voir puisque je n’ai pas pu l’écouter plus de vingt secondes !!


                • Sasha Sasha Nikitovic 29 juillet 2018 19:21

                  @alinea

                  Il ne faut effectivement pas longtemps pour réaliser qu’il est fracassé du bulbe... On le sait tous depuis un moment déjà. Personnellement depuis la rave partie LBGT à l’Elysée il me fait vraiment flipper.


                • volt volt 29 juillet 2018 22:33

                  funny how trumpism reveals itself where it was not expected .. 

                   smiley
                  de là toutes ces caresses avec son blondinet sur les champs
                  sous-entendu : « on est du même sang ... »
                  oui... ! exactement

                • Sasha Sasha 29 juillet 2018 22:43

                  @volt

                  Je crois que le petit Manu aurait fait son cirque avec n’importe quel président américain. Le but était surtout de tenter de se donner une épaisseur internationale. Evidemment, avec Trump, ça a pris des proportions grotesques. Il a été tout aussi ridicule en russie, mais forcément, avec le père Poutine, on se la raconte beaucoup moins.

                • alinea alinea 29 juillet 2018 22:57

                  @Sasha Nikitovic

                  Dès la campagne électorale... c’est fou ce que les gens ne voient pas, notre regard est trop souvent influencé ; quand il ne l’est plus, on voit !
                  C’est assez facile de se débarrasser des influences de la propagande du régime libéral ; c’est plus dur et plus long de se débarrasser de celles, plus personnelles, de notre histoire, de nos attachements ; mais on y arrive quand même !

                • volt volt 29 juillet 2018 23:45

                  épaisseur oui, c’est le mot Sasha.

                  là en ce moment par exemple il a l’épaisseur d’une feuille blanche
                  on soufflerait dessus qu’il tomberait .. c’est une benalité !
                  mais où est passé le vent ?

                • Sasha Sasha 29 juillet 2018 23:51

                  @volt
                   C’est un ersatz, un avatar. Un président virtuel. Une expérience partie en jus de boudin. Jusqu’où faut-il aller trop loin.


                • Abou Antoun Abou Antoun 30 juillet 2018 07:53

                  @Sasha

                  C’est exactement ça !


                • Passante Animal 30 juillet 2018 09:24

                  @Abou Antoun


                  mais il va avoir le temps de se cacher ; 
                  précisément behind trump -

                  because of this :


                  mais il passera pas l’hiver je crois...

                • Pierre-Yves Martin 29 juillet 2018 17:23
                  Il y a un point qu’on passe souvent sous silence et qui me semble plus important que ceux qui sont cités habituellement (et rappelés dans cet article) : M. Benalla aurait, semble-t-il, été nommé lieutenant-colonel de gendarmerie (il est vrai dans la réserve et « à titre provisoire »). Du jamais vu à cet âge et avec des qualifications manifestement très limitées.
                  Évidemment, cela s’inscrit dans l’exercice par la président de la république de ses prérogatives constitutionnelles de chef des armées.
                  Mais cela n’en pose pas moins un sacrè problème de démocratie, d’éthique... et de simple crédibilité.

                  • Sasha Sasha 29 juillet 2018 17:31

                    @Pierre-Yves Martin

                    J’en ai parlé dans mon précédent billet. C’est de toute évidence la république de copains... et la république des enfants capricieux. Je veux être lieutenant- colonel ! Tiens, mon poteau. Je veux un pétard et un brassard police ! Sers-toi, pas de souci. Je veux une grosse bagnole avec des gyrophares comme dans les films américains ! Rappelons que le gars a failli être nommé sous-préfet... ça laisse rêveur. Je pense qu’en continuant de tirer sur le fil de ces révélations on va en apprendre des vertes et des pas mûres. Ce « président » est en dessous de tout, et les implications de ses agissements sont tout bonnement colossales. L’éthique est de manière évidente la moindre de ses considérations...

                  • alinea alinea 29 juillet 2018 19:14
                    C’est drôle à vous lire soudain je pense que la seule solution pour qu’ils s’en sortent tranquillement, c’est de laisser tomber ; pour que Benalla aille en justice il faut des plaintes ; je ne sais pas où ça en est mais je pense que quelques pressions pour l’empêcher feront l’affaire.
                    Et puis nous parlerons d’autres choses, on ne mettra plus Benalla devant les caméra ( c’est du boulot, tout repenser son rôle !), et puis voilà.
                    Bonnes vacances chers concitoyens, à la rentrée c’est la constitution qui aura changé, alors, même plus besoin pour Jupiter de venir causer devant ses copains : fuck you d’un geste et ce sera bon.

                    • Ciriaco Ciriaco 29 juillet 2018 21:24
                      Perso je commence à trouver cette danse Benalla très pénible. On vous abuse et vous dansez.

                      D’une part il ne faudrait par croire que l’opposition sorte glorieuse de ce genre de joute, qui agite qui veut bien confondre opportunisme et légitimité morale. L’opposition, elle est en PLS depuis le début du quinquennat. Une vidéo qui sort quelques jours après le mondial et deux mois et demi après avoir été filmée, ça pue juste le coup monté à plein nez. Et croyez qu’après le piège tendu à la droite par le biais d’un Fillon pas plus malhonnête que les autres, ça fait pas mal d’énervés.

                      D’autre part, s’égosiller sur le cas Benalla, c’est oublier que la corruption est un fait quotidien. Où sont nos medias, si prompts à vous faire danser, quand dans vos villes les enveloppes du social et du culturel se jouent au kir royal ? Quand la collusion entre privé et public se cache à l’ombre, quand les marchés publics sont pipés, quand les affaires se négocient à coup de pots de vin ?

                      Quiconque connaît l’arrière-court du pouvoir au niveau national sait que tout cela n’est qu’une vaste hypocrisie. Une petite frappe de la milice privée d’un président se fait piéger, et l’on doit s’offusquer, comme si un courant de vertu était désormais passé sur le monde politique depuis Pasqua et tant d’autres !

                      Ne serait-ce pas l’occasion bien plutôt d’ouvrir le débat, et plutôt que de se center sur Macron, qui n’a manifesté que sa vexation comme un enfant boude, se détacher des chaînes qui ne montrent qu’à quel point l’opposition se lie à lui comme un chien à son maître, et prendre fait et cause pour la question de la vertu en politique ?

                      Bien plus épineux et bien plus embêtant pour les chevaliers blancs du PAF et de la presse écrite !

                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 juillet 2018 21:43

                        @Ciriaco Une trentaine de nartics sur avox en dix jours...avec leurs vérités si moyennes ...ça me gave aussi . Sinon j’ai vu un gamin jouer Satie excellemment...le neveu d’un pote très bon pianiste ...ça c’est bon.


                      • Sasha Sasha 29 juillet 2018 21:57

                        @Ciriaco


                        Personne ne dit que cette histoire redore le blason de l’opposition. « Majorité » ou « opposition », « droite » ou de « gauche », de mon point de vue il y a longtemps que ça ne veut plus dire grand chose. Une fois élus, ils appliquent tous la même politique destructrice dictée par Bruxelles. Sous l’égide de l’Europe, ce sont tous des présidents de pacotille.

                        Cette histoire est peut-être effectivement une vengeance. Par qui et pourquoi, vous et moi n’avons jusque là aucun moyen de le savoir. Et si pour une fois il n’y avait pas de complotisme et qu’il avait simplement fallu deux mois et demi aux journalistes pour correctement ficeler tous les tenants et les aboutissants d’une enquête touchant de près un président ? C’est possible aussi et le bénéfice du doute doit s’appliquer. 
                        Le social, le culturel, la corruption, etc... il est évidemment très bon d’en parler, surtout étant donné que ce sont des sujets dont on ne peut que déplorer le pourrissement (voire la disparition totale en ce qui concerne la culturel, remplacée par le divertissement et « l’art » contemporain), mais à moins de faire des conférences de 12 heures étalées sur 3 semaines ça fait beaucoup à couvrir pour un simple petit billet. 
                        L’hypocrisie en politique n’est pas nouvelle, elle a toujours fait partie intégrante du jeu, et les barbouzeries également, surtout sous la 5ème. Il y a longtemps que la vertu est portée disparue, si elle a jamais été réellement présente. Et oui, personnellement, si vous insistez, je préfère largement un Pasqua à un Benalla. 
                        Se centrer sur Macron... il est un tout petit peu le président de la France de maintenant. Et il fait des conneries suffisamment graves pour que l’on en parle un peu. Si le sujet vous ennuie vous êtes parfaitement libre de ne pas participer.


                      • Ciriaco Ciriaco 29 juillet 2018 22:17
                        @Aita Pea Pea
                        C’est clair ! Voilà qui subitement engendre de douces évidences dans le réel, peut-être parce qu’il est parfois ainsi fait. Ce n’est pas grand chose pourtant - étrange cette nature du bon.

                      • Ciriaco Ciriaco 29 juillet 2018 22:42

                        @Sasha
                        Pasqua tenait la laisse mieux qu’elle ne peut être tenue de nos jours, ceci expliquant cela ; car un Benalla, c’est un facteur 6 ou 7 vis-à-vis de la rentabilité des nouveaux « Business Models » des medias. Naïveté bankable.

                        La philosophie politique s’interroge aussi autour de la question de la vertu. C’est un domaine qui, s’il n’apparaît pas au coeur de la souveraineté populaire et de la politique qui la prend pour principe, est un chèque en blanc adressé à tout pouvoir. Peut-on longuement déplorer ce qu’on cautionne sourdement ? Ne peut-on aller collectivement au-delà de l’affaire Benalla ?

                        Je le déplore. Quant à Macron, je le trouve président de bien des émotions et de bien des oppositions.


                      • Sasha Sasha 29 juillet 2018 22:52

                        @Ciriaco


                        « Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien ».

                        Charles Pasqua

                        Je l’aime bien celle-là. Avec l’accent c’est encore mieux.



                      • alinea alinea 29 juillet 2018 23:08

                        @Ciriaco

                        j’ai pas bien compris !!
                        Euh l’amoralité est si habituelle qu’il ne faut pas la souligner de peur de jouer le jeu de cons que l’on veut nous faire jouer en pareil cas ; presque un test quoi.
                        Oui, gagné, le peuple est toujours aussi con, il bondit rugit s’agite à la moindre dérive pourtant si normale, mais il ne peut rien le pauvre, « on » majorité peut lui couper l’herbe sous les pieds.
                        Vous vous figurez ciriaco que personne n’apprend dans ce genre de situation ?
                        Le problème, c’est que l’opposition est minoritaire, la majorité parfaitement débilitée ; tout passe comme une lettre à la poste à l’AN, et là ? Union des oppositions, de LR à FI en passant par FN... et vous, vous crachez dans la soupe comme si on soignait deux mille ans d’enfer en un coup de cuiller à pot.

                      • Ciriaco Ciriaco 30 juillet 2018 10:50
                        @alinea
                        Je dis que la question reste en surface (nous parlons d’un fait divers) et que l’emballement est le fait de divers opportunismes ; que l’opportunisme politique n’a rien à voir avec la vertu ; que les leçons des uns et des autres sont déplacées et malsaines ; que la corruption est à ce point généralisée que je veuille bien faire silence face à l’hypocrisie de la société de l’information à la condition qu’elle connaisse certaines limites à la facilité qu’elle a à se porter en chevalier blanc, en embarquant ce faisant systématiquement les débats sous le trait de la vérité, rentabilité à la clé.

                        Je ne suis pas un pion et je refuse d’être le boeuf utile. L’indépendance d’esprit dont nous devons faire preuve en la matière n’est pas celle de l’indifférence ou de l’abandon ; elle est majeure tant elle fonde la possibilité d’une résistance réelle, sur laquelle peut s’appuyer une politique (et vous savez que je crois en la dialectique et en la politique, celle de la FI, qui peut la porter).

                        C’est la condition d’un grand peuple, et une nécessité pour faire trembler les salopards.

                      • Le421 Le421 30 juillet 2018 13:22

                        @Ciriaco

                        L’opposition, elle est en PLS depuis le début du quinquennat.

                        L’opposition ?
                        Laquelle.
                        A droite ? Se dire « d’opposition » quand on est du même bord politique, c’est gonflé.
                        Quand libéralisme et privatisation règlent le pas du pays alors que c’est tout ce qu’on a souhaité, Que dire ?
                        Les socialistes, ou ce qu’il en reste ? La moitié des membres de sont macronisés sana aucun problème, un quart a foutu le camp à LFI et reste quelques pilles qui cherchent à exister avec un passif à la Hollande dur à digérer.
                        Alors.
                        C’est quoi l’opposition ?
                        LFI, point, barre.
                        Et mon petit doigt me dit que l’on n’est pas au bout du compte...
                        A refaire, vous pensez que Mélenchon serait quatrième ?

                      • Ciriaco Ciriaco 30 juillet 2018 18:19

                        @Le421

                        Je ne pense pas qu’on puisse confondre En Marche et la droite traditionnelle, mais c’est un autre sujet.

                        Le mouvement de la FI possède deux grandes caractéristiques uniques : c’est le seul mouvement à faire de la souveraineté du peuple un fondement politique, et le seul également à prendre pour modèle économique le keynésianisme.

                        On voit qu’une des conditions de sa réussite est l’existence d’un peuple politiquement constitué. Sociologiquement, c’est non seulement une possibilité que notre époque autorise mais c’est aussi pertinent : c’est en effet ce qui peut rassembler de manière transversale les nombreux groupes sociaux de notre époque. Le lien plutôt que les grands systèmes technocratiques mondiaux et leurs individus désolidarisés, l’enjeu est de taille... historique.

                        Je ne sais pas si la FI serait quatrième aujourd’hui, mais je crois que les partisans de la FI doivent se méfier des mouvements réactionnaires qui traversent la société, car c’est le danger qui guette et le chemin sera long. Ce mouvement doit continuer à s’emparer des questions de fond (perso c’est aussi pour ça qu’il me donne de l’espoir).

                        Alors oui, en ce sens, il est un mouvement d’opposition radicale, mais aussi de construction et de perspective (ce à quoi il faut tenir).

                      • alinea alinea 31 juillet 2018 01:27

                        @Ciriaco

                        Que feriez vous si vous étiez député ?
                        Je pense qu’il y a la politique du long terme, qui exige la pureté, et puis les occasions d’agir, de se manifester. Je crois en l’évènement qui déclenchera le processus de libération des peuples, je ne crois pas en une décision.
                        Donc, chaque évènement, aussi petit soit-il, est le lieu de réflexion, de rencontres, d’échanges, et de prises de conscience, de confiance, de courage.
                        Je me réjouis de ce qui se passe en ce moment, sans m’illusionner sur l’ampleur du résultat, mais en en espérant un résultat.
                        C’est la vie ainsi, on n’est pas propres et sages à chaque occasion !! mais chaque occasion est bonne

                      • Ciriaco Ciriaco 31 juillet 2018 10:07

                        @alinea

                        Je ne suis pas député, mais j’aime bien leur compagnie, ils ont toujours des choses intéressantes à dire. Mais la fonction et la professionnalisation ne sont pas tout. Ma place a toujours été minuscule et le domaine du mensonge est vaste. Et alors ? Je suis du peuple, de cette frange qui n’entend pas rentrer docilement dans l’ordre cynique des choses pour autant.

                        Je crois profondément à ça. Parce qu’il n’a pas de fonction, le peuple n’est pas corruptible (je parle bien sûr d’un peuple constitué, et pas d’une bande quelconque de consommateurs excessifs, qui auront déjà vendu mille fois leur âme) ; sa logique est ancrée dans la vie, qu’il s’amuse du football ou qu’il peste sur la baisse des APL.

                        Le peuple, c’est le seul garant. Et c’est aussi le recours face à des décisions que le pouvoir n’a pas la capacité de prendre sans abandonner humanité, morale et sens commun. C’est intrinsèque au pouvoir, ils le savent toutes et tous. En fait, nous avons le rôle le plus important à tenir. Tenons-le !

                      • Sasha Sasha 29 juillet 2018 21:54

                        Personne ne dit que cette histoire redore le blason de l’opposition. « Majorité » ou « opposition », « droite » ou de « gauche », de mon point de vue il y a longtemps que ça ne veut plus dire grand chose. Une fois élus, ils appliquent tous la même politique destructrice dictée par Bruxelles. Sous l’égide de l’Europe, ce sont tous des présidents de pacotille.

                        Cette histoire est peut-être effectivement une vengeance. Par qui et pourquoi, vous et moi n’avons jusque là aucun moyen de le savoir. Et si pour une fois il n’y avait pas de complotisme et qu’il avait simplement fallu deux mois et demi aux journalistes pour correctement ficeler tous les tenants et les aboutissants d’une enquête touchant de près un président ? C’est possible aussi et le bénéfice du doute doit s’appliquer. 
                        Le social, le culturel, la corruption, etc... il est évidemment très bon d’en parler, surtout étant donné que ce sont des sujets dont on ne peut que déplorer le pourrissement (voire la disparition totale en ce qui concerne la culturel, remplacée par le divertissement et « l’art » contemporain), mais à moins de faire des conférences de 12 heures étalées sur 3 semaines ça fait beaucoup à couvrir pour un simple petit billet. 
                        L’hypocrisie en politique n’est pas nouvelle, elle a toujours fait partie intégrante du jeu, et les barbouzeries également, surtout sous la 5ème. Il y a longtemps que la vertu est portée disparue, si elle a jamais été réellement présente. Et oui, personnellement, si vous insistez, je préfère largement un Pasqua à un Benalla. 
                        Se centrer sur Macron... il est un tout petit peu le président de la France de maintenant. Et il fait des conneries suffisamment graves pour que l’on en parle un peu. Si le sujet vous ennuie vous êtes parfaitement libre de ne pas participer.




                              • Sasha Sasha 29 juillet 2018 23:31

                                Et un tweet en réaction de Bruno Gaccio qui dit :


                                « Le Monde/TF1/JDD tryptique de la loose... relookage express de base, pimp my barbouze.
                                 Tu peux emballer du crottin dans du paier de soie tant que tu veux, ça en deviendra pas des truffes. »

                                 smiley smiley smiley


                              • Jelena Jelena 30 juillet 2018 07:31

                                Juste une remarque : Le « Qu’ils viennent me chercher », c’est un message qui s’adresse aux gueux ou à ceux qui sont derrière l’affaire Benalla ?


                                • Sasha Sasha Nikitovic 30 juillet 2018 07:55

                                  @Jelena

                                  A mon sens, il s’adresse aux gens qui voudraient sa peau politiquement. Il parle devant ses troupes, en faux off, mettant de côté le fait qu’un président ne peux être chef de parti. Il suggère que cette affaire aurait été montée simplement pour lui nuire. Au fond, il s’adresse probablement à tout ce qui n’est pas LUI. C’est stratégiquement grossier et digne de égocentrisme stratosphérique.


                                • Jelena Jelena 30 juillet 2018 11:06

                                  @Sasha Nikitovic >> A mon sens, il s’adresse aux gens qui voudraient sa peau politiquement.
                                   
                                  C’est exact... Mais je reste sur l’impression qu’il s’adresse avant tout à « ceux qui sont derrière le complot », plutôt qu’à « ceux qui ne sont rien ».
                                   
                                  Toujours est-il que je ne me sens pas concernée par cette déclaration « provocatrice », car sachant que c’est « le monde » qui a lancé cette « affaire Benalla »... J’aurais tendance à soutenir Macron.


                                • sweach 30 juillet 2018 10:46

                                  *Macron-Benalla : bel et bien une affaire d’État*

                                  NUL !!! ZERO !!! BIDON !!! 
                                  Mais on s’en fou de Benalla !!! 
                                  Qu’est-ce qu’on s’en branle qu’un sbire casse du manifestant, c’est tout juste un fait divers
                                  Il n’y a pas mort d’homme, on ne remet pas en question l’avenir de millier de personne, pas de guerre, pas de famine, pas de vol, pas de sex, ...

                                  Non la seul information, c’est l’importance et surtout la place que cela prend dans les médias pour rien.

                                  Pourquoi occuper notre temps de cerveau avec ce truc ? Si le but est de nous faire haïre Macron, inutile on le déteste déjà et pour d’autres raisons qui ont bien plus d’impact sur nos vies.

                                  Mais pourquoi diable cet acharnement médiatique pour ce fait divers ? 
                                  Pourquoi une telle débauche en communication ?

                                  Mais arrêtez d’en parler, l’ignorance devrait être notre seul réaction, vous ne voyez pas que ça pue la manipulation. C’est sur toute les chaines, tout les médias, Benalla ennemie public numéro 1 qui fait trembler le président oulala ...

                                  Réalisez que l’évasion de Redoine Faïd est mille fois moins importante dans nos médias qu’un petit sbire du président qui a donné deux coups de matraque filmé au smartphone.

                                  • Le421 Le421 30 juillet 2018 13:24

                                    @sweach
                                    Vous êtes bien payé, au moins, parce que sinon...


                                  • hervepasgrave hervepasgrave 30 juillet 2018 10:56

                                    Bonjour,
                                    Ton article bien qu’intéressant ne poses peut-être pas les bonnes questions.Je vais te montrer comment peut-être voir les choses.Si l’on considère tous les acteurs de la politique en France que constatons nous ?? Hein !, je vous le demande !
                                    Un petit nouveau qui agit sur le net Mister Asselineau ( la roue de secours des conservateurs et royalistes,bref des maitres,nos maitres) et qui très bien entouré d’anciens militaires et autres sommités de notre société.Qui sont-ils ces braves républicains.rien que des anciens employés de l’état sous toutes les formes que nous connaissons,ils ont travaillé et assisté des personnages comme Pasqua/Sarkozy/Mittérand /Juppé/Barre etc etc pour les plus dangereux personnages proches d’aujourd’hui.Et là ils arriveraient en nouvelles figures et représentants d’une démocratie .Ils seraient des héros ??cherche l’erreur. de l’autre le personnage qui m’aurait normalement le plus convenu moi qui ne suis qu’un ouvrier désireux d’un monde égalitaire.Un Mélenchon ,très belle personne au demeurant ,mais lui aussi est du milieu ! Alors qu’avons nous comme personnages pour sauver les choses ,des personnages toujours du même milieu.Je trouve que c’est de la collusion,du banditisme ,de l’escroquerie,du droit d’initié.Bref un crime que je ne sais pas exprimer,car n’étant qu’un trou du cul.Le problème de l’affaire c’était de trouver un moyen pour nous imposer la force,mais de manière la plus invisible possible.Comment en réhabilitant nos politiques qui ne sont que de tristes personnages ne travaillant que pour eux et leurs bandes d’amis,familles etc..Alors quoi de tel de mettre une marionnette comme notre président et puis comme il n’ont pas réussit a faire que nous faisions notre révolution de par nous même et que les révolutions colorés sont trop visiblement fabriqués.Alors comment prendre le pouvoir par la force ,tout en gardant une raison supérieure ou il y aurait quand même une bonne partie de la population qui accepterait ,comprendrais et assisterai cette forme de dictature déguise en grande cause .Foutre un bordel sans nom ! Et comme tous nos élites ou auto-programmé élite.Pour info ;cela commence pas le petit artisan,commerçant,agriculteur,médecins,professeurs etc « eh ! il faut pas chercher bien loin ! » seront toujours prompt a réagir ,pour être aux premières loges « des fois qu’il y ait une bonne part de gâteau !,je me marre de mes propos,eh ! que c’est triste V(d)enise »,Cestpâsgrave ! la fiction comme je me plais a le dire est bien souvent en dessous de la réalité.


                                    • sweach 30 juillet 2018 12:04

                                      @hervepasgrave
                                      *mais lui aussi est du milieu ! Alors qu’avons nous comme personnages pour sauver les choses ,des personnages toujours du même milieu*

                                      Nous n’avons malheureusement pas le choix, ce monde est ainsi fait, et quelques part il faut qu’ils agissent en vautour, s’ils ne veulent pas se faire manger.

                                      Dans l’absolue que ce soit des escrocs, des bandits, des délinquants, qu’ils aient les mains sales, ça ne me dérange pas plus que ça, ce que je juge c’est ce qu’ils font pour moi et l’avenir. 
                                      D’autant plus qu’il y a de plus en plus des différences entre ce qui est légal et ce qui est morale.

                                      Si on prend l’exemple de Mr George Frêche, on ne peut pas vraiment dire que c’était quelqu’un « d’honnête » par contre quand on regarde le bilan de son oeuvre, on ne peut que constater que c’est mieux après que avant, puis il a tracé l’avenir.

                                      Perso je ne demande pas aux dirigeants d’être vertueux, je leur demande d’exercer le pouvoir que je leur confit afin d’améliorer les choses pour la majorité d’entre nous.

                                    • hervepasgrave hervepasgrave 30 juillet 2018 13:19

                                      @sweach
                                      Bonjour, perso je ne demande qu’une chose c’est que la population prenne son courage a deux mains,se bouge le cul ,qu’elle ne soit pas un ramassis de faux jetons aux grandes gueules quand il y a du monde derrière pour se donner du courage.Sinon ,il y aura toujours des maitres,des servants et des esclaves.Il faudrait peut-être et nécessairement devenir des hommes.Je le reconnais cela fait mal ,ce n’est pas confortable, c’est prendre le risque d’être seul fasse a une foule de furieux faux-jetons prêt a te lapider,mais sinon comment se prétendre ou avoir la prétention de donner un avis ?? Ce n’est qu’être un être insignifiant défendant l’indéfendable par confort.Pour moi cela me fait baliser ,car si demain les horreurs du passé redevenait une chose banale ,trahir les siens ,vendre père et mère et sacrifier ses enfants pour sauver sa peau ou tout simplement par confort me fait gerber et me pousserais a massacrer ses êtres qui n’ont aucune valeur humaine si tenté que cela est unj sens encore de nos jours ou il faut être pour réussir le roi des enc..en douce et sans secousse,par derrière......
                                      Ne le prend pas systématiquement pour toi cela concerne malheureusement tellement de monde aujourd’hui et il ne faut jamais hésiter a le rappeler et le jeter a la gueule de tout ce beau monde qui croit par copinerie/fratrie avoir choisi la bonne option.A méditer ,ou alors se la jouer invisible et tout petit.


                                    • MagicBuster 30 juillet 2018 11:51

                                      Bon ?! Ben alors - On fait quoi maintenant  ?

                                      On propose un gouvernement BESTOFF ?

                                      On rappelle Fillon  ? Cahuzac ? Taubira ? Hollande ? Sarko ?

                                      Vivement que je me casse de ce pays ...


                                      • Macondo Macondo 30 juillet 2018 13:09

                                        « Quand Benalla, la Terre se réchauffe ! » Proposition rejetée à la majorité qualifiée de forfaitures historiques éminemment variées, relaxe générale constitutionnalisée prononcée. Tous à la buvette de l’Assemblée. Le Peuple ? T’arrive juste sur la tienne. Le biotope ? Tiens, remets-la-mienne ...


                                        • Sasha Sasha 30 juillet 2018 14:04

                                          Intéressant point de vue de l’avocat Régis de Castelnau


                                          • Jelena Jelena 30 juillet 2018 15:28

                                            @Sasha : Je vais vous donner une autre version des faits... A longueur d’année, on a des journalistes qui soutiennent à 200% les CRS, ferment les yeux sur les flics déguisés en casseurs et qualifient les manifestants de « terroristes ».
                                             
                                            Et aujourd’hui, ces mêmes journalistes sont sous le choc parce qu’un mec de la FI s’est fait secouer comme un prunier... Surprenant ce brusque revirement, n’est ce pas ?


                                          • Sasha Sasha 30 juillet 2018 15:38

                                            @Jelena


                                            Beaucoup de choses étonnantes dans cette affaire en général. 
                                            Le but étant si possible de démêler l’écheveau pour tenter d’y voir plus clair...

                                          • Sasha Sasha 30 juillet 2018 14:55

                                            Etant donné que le président l’a lui-même publiquement mentionné, et que ça n’était pas une première après l’affaire Mathieu Gallet, encore une question qui vaut d’être posée.






                                                  • Laurent 47 31 juillet 2018 13:08
                                                    Où est-il possible de voir une vidéo montrant nettement Alexandre Benalla portant des coups à ces deux jeunes manifestants ?
                                                    Parce que, jusqu’à présent, rien n’est probant, hormis les déclarations péremptoires de la presse-people ! Pourquoi toutes les vidéos de la descente de l’équipe de France de foot sur les Champs-Elysées sont remarquablement nettes, mais pas celles des deux interventions de Benalla ?
                                                    Si c’est ça la vidéo-surveillance, on a du souci à se faire !

                                                    • McGurk McGurk 31 juillet 2018 13:15

                                                      @Laurent 47


                                                      J’en ai vu une récemment (je ne retrouve plus le lien hélas) où ils rencontrent manifestement un gars et une fille dans un parc (probablement celui dont vous parlez) et lorsque ces derniers leur disent « bah c’est pas possible on nous a dit de passer par l’autre sortie » les deux jeunes semblent être violemment plaqués (ça s’entend aux cris de panique) et on entend aussi les faux CRS (vous savez de qui je parle) les agresser verbalement.


                                                      • Sasha Sasha 31 juillet 2018 19:45

                                                        Et l’on apprend aujourd’hui que barbouzeman a utilisé deux fois son badge pour accéder à l’Assemblée pendant sa période de suspension. Pourtant son avocat nous assurait qu’il était en Bretagne... Vu son bide c’était pas pour la salle de sport...



                                                        • Arogavox 31 juillet 2018 20:13

                                                           Depuis le rejet de 2 motions de censure l’affaire d’Etat concerne maintenant d’abord la Justice.
                                                           
                                                          Si la Justice ne permet pas bientôt au Parlement d’être réuni en Haute Cour pour prononcer la destitution du Président,
                                                           l’Histoire retiendra alors le nom de affaire Macron-Justice-Benalla


                                                          • Sasha Sasha 31 juillet 2018 20:21

                                                            Le couple royal invite ce mercredi tous les membres du gouvernement et leurs conjoints à un dîner sans aucun doute fort dispendieux, pour « oublier l’affaire Benalla ». Une bonne occasion de se faire péter la panse dans les 50.000€ de vaisselle neuve. Et pendant ce temps, les shadocks pompent...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sasha

Sasha
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès