• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron croit-il vraiment que la France est un pays socialiste (...)

Macron croit-il vraiment que la France est un pays socialiste ?

Sur son blog, Malik Lounès a relevé avec pertinence que, dans l’allocution qu’il a prononcée cette année pour présenter ses vœux du Nouvel An aux électeurs qui avaient voté pour lui, le (P)résident de la République s’était livré à une révélation étonnante :

« Vous le voyez, nous sommes en train de vivre plusieurs bouleversements inédits : le capitalisme ultralibéral et financier trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin ; notre malaise dans la civilisation occidentale et la crise de notre rêve européen sont là. »

Cette déclaration dans la bouche de l’ancien fondé de pouvoir de Rothschild adoubé par Bilderberg est un véritable coup de tonnerre dans le ciel serein des paradis fiscaux ! Bien sûr, les téléspectateurs médusés devant leurs écrans LCD ultra plats en sont restés comme deux ronds de flan. Ils ont pensé que l’ange Gabriel venait d’annoncer au bienheureux élu la date de l’apocalypse à laquelle seuls les fidèles pourraient échapper, à condition de suivre le chemin tracé par leur bon pasteur.

Or, leur espoir était vain. S’ils avaient écouté la suite du sermon, ils auraient compris que leur guide suprême n’avait pas été informé des tenants et des aboutissants des coutumes fiscales en vigueur dans son propre fief. Et ils n’auraient pas pensé que les lacunes étaient le fait du nègre qui avait rédigé ce morceau de bravoure empreint de dignité et de générosité. Car de deux choses l’une : ou bien l’orateur n’est qu’un récitant et le message divin vient de plus haut, ou bien le texte reflète la véritable pensée de celui qui le profère à haute et intelligible voix, et seuls des complotistes pourraient croire à une manipulation.

De quoi s’agit-il ?

La technique utilisée est une technique de vente bien connue sous le nom de « sandwich ». Vous alternez avantages et objections entre deux fines tranches de pain, cornichons aigre-doux et jambon. En l'occurence, la tranche de jambon se formulait ainsi :

« Nous vivons dans l’une des plus grandes économies du monde, nos infrastructures sont parmi les meilleures au monde, on ne paye pas ou presque la scolarité de nos enfants, on se soigne à un coût parmi les plus faibles des pays développés pour avoir accès à des médecins d’excellence. »

 

Comment ce « produit » privilégié d’un système éducatif élitiste qui lui a permis personnellement de recevoir dans des établissements privés (mais subventionnés et « gratuits ») le bagage qui allait le propulser dans une carrière d'inspecteur à l'Inspection Générale des Finances et chez la branche française (dite « de Paris) d’une dynastie bancaire mondiale, comment peut-il croire que les Français ne paient ni pour l'éducation de leurs enfants ni pour leurs soins de santé ?

Un de ses conseillers aurait dû l’informer du fait que le mouvement des gilets jaunes auquel il reproche « ses excès et débordements » a été déclenché par une taxe sur les carburants jugée en effet « excessive ». Car les Français paient des taxes sur les produits qu’ils achètent, des impôts indirects qui alimentent les budgets de l’état qui fait fonctionner les services publics comme l’école, mais aussi des cotisations pour financer la sécurité sociale, pour des montants bien supérieurs aux prélèvements sur les sociétés, et infiniment supérieurs à ce que rapporte l’ISF disparu. Et les millions de Français en colère ne sont pas seulement les salariés des grandes, moyennes ou petites entreprises, ce sont aussi les micro-entrepreneurs, artisans, spécialistes et exploitants agricoles qui ressentent une certaine injustice à voir de moins en moins les retombées de ce qu’ils financent, et ces derniers secteurs sont justement le support électoral du jeune homme. Mais qu’à cela ne tienne : même si sa popularité est tombée au plus bas niveau enregistré depuis que ce genre de sondage existe (24%), Manu (pas le père Adam des hindouistes, l’autre) éprouve le besoin de réprimander ses sujets pour leur "déni flagrant de la réalité", et il en remet une louche, toujours en utilisant la technique « sandwich », mais cette fois-ci avec les cornichons aigre-doux :

« On ne peut pas travailler moins, gagner plus, baisser nos impôts et accroître nos dépenses »

En fait, en prétendant que le contribuable ne supporte pas les coûts de l'éducation et de la santé, Macron expose sa vision d'un avenir dans lequel tout est marchandise, tout est commercialisé, à vendre ou à acheter.

 

Pour la classe sociale dont il représente les intérêts alors que lui-même ne sort pas de la cuisse de Jupiter (ce qui explique sans doute sa fascination pour le dieu des dieux romains), les services publics ne sont déjà plus les éléments d'un système universel. Dans leurs esprits et dans l’inconscient présidentiel que révèle le lapsus (ou acte manqué freudien), ils doivent devenir des suppléments facultatifs « marchandisés », comme les mutuelles complémentaires, sur le modèle dystopique britannique où un NHS de plus en plus commercialisé et fragmenté supporte les coûts inutiles engendrés par les mécanismes du marché et l’exigence de marges de profit et où l’accès aux « parcours d’excellence » est réservé aux enfants dont les parents ont déjà fréquenté le même établissement privé auquel leurs moyens économiques leur permettent de prétendre.

Il existe une alternative à cette pulsion mortifère, et c’est peut-être ce dont rêvent ceux qui remettent en cause « l’ordre international bâti en 1945 …/… et malmené par certains de nos alliés ». Inutile de formuler ou de théoriser : si le rapport de forces qui se développe n’est pas une bulle de savon, cette alternative deviendra bientôt une évidence.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 09:49

    Bonjour,

    bon c’est quand qu’on aura droit à la Profession de foi en bonne et due forme pour les Pres de 2022 just made for AV ?

    Parce qu’il est quand même hors de question qu’en ce qui concerne la Marseillaise, on la troque d’une quelconque façon pour ça !

    ----------------------

    Bien évidemment tous les compteurs sont remis à zero pour d’autres candidatures à mes yeux, notamment de la part de Persévère Pépère, mon éternel Dos fin !


    • Spartacus Spartacus 7 janvier 09:52

      Curieusement les profs, même les plus socialistes ne vont pas travailler s’ils ne sont pas payés. 

      Bien entendu nous sommes dans un pays socialiste...

      Même le pire du monde occidental.

      La moitié des revenus de chacun absorbé par l’état.

      57% de la richesse produite est absorbée par l’état. 

      L’auteur expose l’éducation nationale, ce paradis du socialisme.

      Cas unique au monde d’une armée mexicaine en surnombre.

      900 000 profs et actifs aux horaires les plus faibles du monde, devant des élèves alors qu’ailleurs c’est moitié moins, comme 500 000 en Allemagne.

      250 000 personnes qui ne sont pas en face d’élèves....

      250 000 personnes, c’est l’équivalent de la SNCF (150 000 personnes) et le groupe Total réuni (100 000 personnes).

      Bien entendu nous sommes dans un pays socialiste, les professions les plus proches de l’état se servent en premier par des avantages catégoriels et corporatifs, tels des régimes spéciaux, des cotisations inférieures des emplois à vie.

      Le socialisme consiste a faire croire le bien commun, pour le profit égoïste de castes d’état pour plus d’avantages sur les autres.

      Le socialisme c’est ce texte, qui prétend que l’éducation n’aurait pas un coût supporté par d’autres. 


      • JL JL 7 janvier 10:32

        @Spartacus
         
         ’’57% de la richesse produite est absorbée par l’état. ’’
         
         Quelle bêtise !
         
         Absorbé par l’État ! Il est vrai que quand on adore la création d’argent ex-nihilo, on peut aussi croire à sa volatilisation !!!! envolés les gros sous ! Pfff
         
        Mais comment en vouloir au perroquets à la botte, quand le grand-manie-tout himself profère de telles inepties.
         
         
        Un : les PO (Prélèvements obligatoires) ce n’est pas 57% mais 45%, et en comptant la PS (protection sociale).
         
         Deux : la PS est indispensable à notre système économique : on ne peut pas faire autrement  ;
         
         Trois : le fonctionnement de l’État qui ne représente qu’une petite fraction de ce qu’il reste (PO moins PS) ; c’est le salaire des fonctionnaires, le coût des services rendus, et qu’il faut bien rémunérer d’une façon ou d’une autre : c’est rédhibitoire.
         
        Quatre : le reste c’est du pâté d’alouette : un demi cheval de fric donné aux riches le CICE c’est de la gnognote à coté des partenariats publics privés : le top en matière de détournement d’argent public ! Et une demie alouette d’aide aux plus démunis : un pognon de dingue, comme dit Macron !


      • franc tireur 7 janvier 17:50

        @JL
        qu ’est ce que c ’est que ce charabia .

        La vérité des chiffres parlera toujours plus que vos calembours et autres slogans pirouette

        La dépense publique représente 57% du PIB
        les prelevements obligatoires sont a 46%
        1/4 des dépenses sociales mondiales sont francaises, je vous laisse deviner combien la population francaise représente en % mondial , ainsi que son PIB .
        6 millions de fonctionnaires , avec une EN probable plus grande entreprise mondiale malgré un classement PISA en constante baisse.
        Un millefeuille territorial unique au mondial avec des couches sans cesse rajoutées ( communauté de commune, metropole, departements,regions..) pour goinfrer de nouveaux electeurs et justifier l’emploi de gratte papiers.
        Des code fiscaux, civils et cie tellement vastes et complexes qu’il faut engager un juriste pour comprendre a quoi on a droit .
        On parlera pas des régimes spéciaux, des compte pénibilité et autres usines a gaz .

        Est on mieux soigné en Allemagne ou Italie ? non 
        A t on de plus belles routes en Allemagne ou Italie ? non
        Pour etre juste le pognon part aussi dans le nucléaire et l’armée ( sous marins, portes avions etc ) .

        Cela dit on ne peut pas qualifier la France de socialiste , c est du social mercantilisme , on les trappes fiscales accordées aux (grands) marchands répondent a un Etat omnipotent (sinon l’économie s’écroule).

        la France a hérité d’une économie très administrée , qu’elle a été obligée de progressivement aménager pour s’adapter a l’économie moderne de marché .Mais les structures restent, labyrintiques et décourgeant nombre d’entreprenants.

        Macron promettait de mettre le nez dans tout ca mais evidemment il n’a rien fait, cad qu’il n a pas touché au nerf de la guerre : le mamouth public . BAISSER LA DEPENSE POUBLIQUE, le défi impossible pour tout responsable francais depuis 20 ans , politiquement et financièrement ( car impliquant une nette et provisoire baisse de croissance )


      • Spartacus Spartacus 7 janvier 18:21

        @JL
        Encore une preuve que la France est socialiste.
        Il suffit de regarder à Calais.

        Des gens en sont a risquer leur vie pour quitter le pays pour aller rejoindre l’Angleterre.

        Les migrants vont toujours des pays socialistes vers les pays capitalistes.


      • ninportequoi 7 janvier 18:38

        @Spartacus
        Ces gens qui cherchent à aller en Angleterre viennent de pays comme le Soudan, l’Erytrée, ou autre, ayant moins de 20 % de prélèvements par l’Etat (c’est le bonheur selon vos critères) et vont vers un pays qui en prélève le double (donc vers l’enfer communiste selon vos propres critères).
        Vous n’en avez jamais assez de dire n’importe quoi ? 


      • JL JL 7 janvier 18:39

        @franc tireur
         
        Nul calembour, pas de slogans pirouette ou non me demande d’où vous sortez ça.
         
        Ce charabia comme vous dites ne vous est pas destiné, il s’adresse à des gens qui savent lire et faire l’effort de comprendre.
         
         Ps. si vous voulez tuer la Sécu, je ne suis pas sûr que les médecins et les pharmaciens apprécieront. Et que dire des labos qui facturent des dizaines de milliers d’€ mensuels certains traitements ?
         
         
        @spartacus : vous n’êtes pas candidat migrant ? Vous devriez, vu que vous n’aimez pas la France.


      • Yaurrick Yaurrick 7 janvier 18:42

        @ninportequoi
        Ils ne cherchent pas à quitter un pays à moins de 20% de prélèvements, ils cherchent à aller vers un pays où il y a un état de droit et où les libertés sont respectées.


      • JL JL 7 janvier 19:33

        @Yaurrick
         
         Vous voulez un État de droit qui fonctionne gratuitement ?
         
         Comme tous les libéraux, vous voulez le beurre et l’argent du beurre, vous ne pensez pas.
         
        « il y a deux impensés dans l’idéologie libérale. (non pensée) : Premièrement, ce sont les travailleurs du secteur capitaliste — et non pas les consommateurs — qui créent la valeur monétaire dont une partie sera accaparée par les capitalistes, et ce sont les travailleurs du secteur non marchand — et non pas les contribuables — qui créent la valeur monétaire des services non marchands…l’économie capitaliste est un circuit dont les deux actes fondateurs sont la décision privée d’investir pour produire des biens et des services marchands et la décision publique d’investir pour offrir des services non marchands. Autrement dit, les « prélèvements obligatoires » sont effectués sur un produit intérieur brut (PIB) déjà augmenté du fruit de l’activité non marchande. »


      • Yaurrick Yaurrick 7 janvier 20:04

        @JL
        A aucun moment je n’ai qu’un état de droit était gratuit, cependant les fonctions régaliennes élémentaires ce n’est pas 57% du PIB.

        Et malheureusement la France n’est pas un exemple en la matière d’état de droits, les libertés ne font qu’être malmenées.


      • JL JL 7 janvier 20:06

        @Yaurrick
         
         vous n’avez pas lu mon dernier com ? ça ne vous intéresse pas ?


      • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:08

        @JL

        Ta gueule Lucky ! -> Yann KARAMOH N°71


      • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:10

        @Lucky JL PAULIAC

        Et tu l’aurais ouvert à bon escient, à une pioche prêt t’avais Jaro PLASIL... dommage !


      • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:18

        @symbiote LUCKY

        Mais penses-y bien, 71 jusqu’ici c’était un millésime très sous-coté. Désormais tu vas faire un pognon de dingue là-dessus désormais !


      • Eric F Eric F 7 janvier 22:07

        @Spartacus
        le taux de prélèvements obligatoires est 46%, mais une grande part constitue de l’assurance sociale, restituée sous forme de prestation santé, chômage ou retraite (s’il s’était agit de mutuelles privées, la somme aurait été au moins équivalente).
        Une part sert aux services de l’état (défense, sécurité, enseignement, infrastructures ...).
        Et effectivement une part significative est reversée sous formes d’allocations ou primes dans le cadre de la redistribution, qui est supérieure en France à la plupart des autres pays. Le problème n’est pas lié au principe de cette redistribution, mais à son financement, dès lors que le capital et ses revenus sont de moins en moins taxés, ce sont donc les revenus des classes intermédiaires qui le financent, une redistribution (de gauche) dont la « pointe » de la pyramide des revenus est désormais largement exempté (mesure de droite).


      • Yaurrick Yaurrick 8 janvier 12:13

        @JL
        Je l’ai lu, mais ce qui me gêne dans ce raisonnement, c’est que le secteur non marchand impose de force ses services sans que les citoyens n’aient leur mot à dire sur leur pertinence , leurs couts (particulièrement quand il s’agit de près de la moitié du salaire).
        Il y a largement matière à débattre là-dessus, et les GJ s’en sont assez fait l’écho ces derniers temps.


      • mmbbb 13 janvier 15:35

        @Spartacus ca c est du n importe quoi deux exemple le cout du sejour de la famille Leonarda 416 000 € paye par le contribubale . Le cout de l aide medicale des personnes en siutuation irregumiere en France 970 millions d euros en 2018.
        Tu devrais lire le rapport du senat sur les immigres illegaux en France. Par ailleurs il n est jamais fait etat des etudes serrieuse sur le cout indirect de cette immigration en France ecole sante logement et delinquance une blinde Quand le Monde titrait « l immigration met a mal le systeme social en Suede » certes mais le Monde ne fait pas la même analyse en France c est etrange Le Monde est pro immigration et ton pote Gattaz du Medef aussi , une aubaine pour les patrons . Quant a l education nationale, ceux qui ont du fric s exempte de cette mixite sociale notamment l ecole ou les profs en prennent plein la troche mais je ne les plains pas au contraire Ja dore lorsqu ils prennent des beignes ces profs J ai le fils d un collegue de travail qui est parti en Nouvellle Zelande , ce pays n est pas un pays soss coco , il a du avoir un visa et etre en conformite Par ailleurs une des cause du Brexit est cette immigration une des causes de la montee des extremes est cette immigration . Affines ton analyse avant de balancer n impote quoi , Je suis sur que nous en sortirions mieux si cette immigration etait maitrisee ; Elle fera éclate l europe a terme C ’est en train de se passer 


      • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:52

        @

        Et c’est pareil pour tous les stickers PANINI que j’ai déjà attribué ici !


      • JL JL 7 janvier 10:41

        Ouais !
         
        La tranche de jambon n’en est peut-être que ce que l’on veut bien en dire.
         
        Moi je verrais bien dans cette affaire la cause du départ de Sylvain Fort


        • Arthur S François Pignon 7 janvier 11:40

          @JL

          Depuis que Malraux* et De Gaulle* ont disparu, les discours présidentiels sont devenus des spots publicitaires faisant la publicité (attirer le client) et la promotion (pousser le produit vers le client) d’un produit qui n’est pas seulement le siège de l’orateur, mais toute la salade et la garniture accompagnant le plat.
          Les rédacteurs de ces discours sont baptisés responsables ou conseillers de « communication » alors qu’ils sont des techniciens de la « vente » dont ils utilisent les méthodes de manipulation avec plus ou moins de brio.
          Fort est un camelot médiocre qui, comme les baratineurs de braderies, confond argumentaire (listes des arguments possibles pour construire une démonstration) et argumentation (utilisation des arguments dans une raisonnement amenant à une conclusion logique).
          Dans le baratin servi au réveillon du nouvel an, la vieille ficelle du « sandwich » évoqué dans l’article était un peu trop grosse pour passer inaperçue. On peut couillonner les gens une fois, mais il est rare qu’ils se fassent prendre plusieurs fois à la même arnaque.
          Autrefois, sur les marchés, on voyait des charlatans qui utilisaient une aiguille truquée pour faire croire aux ménagères que les bas nylon qu’ils vendaient ne filaient pas : ils donnaient l’illusion de rentrer l’aiguille dans le bas(alors que la main dissimulait la boucle qui passait autour du bas) et faisaient semblant de le déchirer avant de montrer qu’il était resté intact, ce qui ébahissait les badaudes qui se faisaient avoir une seule fois. Le bonimenteur avait la sagesse de changer de marché chaque semaine.
          Fort ressemble à ces arnaqueurs. Mais d’autres conseillers de Macron qui, lui est avant tout un comédien, ont estimé que leur idole valait mieux qu’une telle gaudriole. Les prochaines discours devraient être plus construits, ce qui ne signifie pas plus honnêtes.
          ______________________________________________________________

          * la qualité de leurs discours n’empêchait pas qu’ils véhiculaient une idéologie qui n’est pas la mienne, mais ça avait de la gueule


        • François Vesin François Vesin 7 janvier 15:42

          @François Pignon
          « Les prochaines discours devraient être plus construits,
          ce qui ne signifie pas plus honnêtes.
           »

          Inutile de le construire
          il n’aura qu’à récupérer celui de Giscard Festin
          «  Au revoir »...

          Sarkozy 5 ans battu
          Hollande 5 ans cocu
          Macron 2 ans pas plus


        • bob de lyon 9 janvier 10:24

          @François Pignon

          Aujourd’hui la question est : pourquoi aller voter ?

          Nos hommes politiques, seraient-ils compétents que nous n’en s’aurions rien ; tout ce que je lis ou entends m’énoncent qu’ils ne peuvent plus agir ; ils ont leur part à cette inefficacité (et nous aussi !)  : les ordres viennent d’ailleurs. C’est un postulat. 

          L’exemple saignant est le comportement de Monsieur Le Maire face à Ford ; quelques envolées de moulin à vent et retour à la niche ; comme la Ministre du Transport qui demande poliment un geste à Vinci. 

          Leur amoralité est de nous faire croire qu’ils peuvent agir. Leur champ d’influence n’est plus que sociétal et pseudo philosophique (et encore…) : le mariage pour tous, la laïcité, … ce que nous pourrions caricaturer par bla-bla-bla.

          Je sais que ces questions sont importantes pour de nombreuses personnes et qu’elles doivent être débattues mais enfin, face au tourbillon de problèmes qui arrivent, il serait pertinent d’ouvrir le débat de la reprise en main de notre destinée…


        • leypanou 7 janvier 11:47

          Macron expose sa vision d’un avenir dans lequel tout est marchandise, tout est commercialisé, à vendre ou à acheter  

           : pas seulement, mais aussi que le salarié doit être précarisé au maximum, pour qu’il ne se hasarde pas à remettre en cause l’ordre économico-social ambiant.

          Si vous rajoutez que pour lui, tout doit être privé, vous avez le tableau complet.

          PS pour ceux qui croient en la vertu de la concurrence, quelle concurrence peut-il y avoir quand vous prenez l’autoroute ? Spartacus pourra me répondre.


          • Yaurrick Yaurrick 7 janvier 18:40

            @leypanou
            Vous avez quand même le choix de prendre ou ne pas prendre l’autoroute pour faire aller d’un point A vers un point B.


          • Pere Plexe Pere Plexe 7 janvier 19:12

            @Yaurrick
            Sauf que grâce aux lobbys soutenu par les société d’autoroute le réseau secondaire est quasi impraticable.
            Ralentisseurs, zone 30, panneau directionnels, vélo à contre sens ....tout les moyens sont bons pour vous pousser sur les autoroutes.


          • Eric F Eric F 7 janvier 22:18

            @Pere Plexe
            ...et limitation à 80.
            en effet, tout est fait pour dissuader de circuler sur le réseau routier public (je ne dis pas seulement « secondaire » car cela englobe les ex-routes nationales, hormis quelques rares 4 voies). Chaque bled traversé multiplie les obstacles accidentogènes, ralentisseurs hors normes (trop raides et trop hauts), chicanes sans visibilité, « écluses » où les cyclistes risquent leur vie (je parle d’expérience), et état général qui se dégrade d’année en année (car rendons justice aux précédents édiles que nous avions il y a 10 ans une réseau routier de qualité) ;
            Ne parlons pas des grandes villes, où les avenues sont désormais amputées de la moitié des voies de circulation, et on s’étonne que plus personne ne vienne y faire ses achats (depuis vingt ans, je prend le tram pour aller en centre ville, mais je n’y ai jamais acheté autre chose qu’un stylo).


          • Yaurrick Yaurrick 8 janvier 13:40

            @Pere Plexe

            @Eric F
            Ne serait ce pas plutôt l’idéologie anti-voiture de nos politiques bien-pensants qui tend à criminaliser les automobilistes ?


          • Pere Plexe Pere Plexe 8 janvier 17:48

            @Yaurrick
            Cette idéologie n’est pas le fruit de hasard.
            Et est encouragée et instrumentalisé par les lobbys qui y ont de gros intérêts !


          • Fergus Fergus 7 janvier 11:51

            Bonjour, François Pignon

            Article très intéressant.

            Un seul (petit) reproche : la longueur de la 2e phrase de l’avant-dernier paragraphe qui nécessite soit une grande attention soit une relecture. 


            • Arthur S François Pignon 7 janvier 11:54

              @Fergus

              Bonjour Fergus.
              Merci pour votre appréciation et pour votre remarque pertinente.
              Ce défaut d’écriture est une tendance lourde qui caractérise mes rédactions depuis la classe de sixième et que j’ai du mal à corriger.
              En primaire, j’étais plus sobre.


            • Arthur S François Pignon 7 janvier 12:00

              @Fergus

              Correction :

              « Dans leurs esprits et dans l’inconscient présidentiel que révèle le lapsus (ou acte manqué freudien), ils doivent devenir des suppléments facultatifs « marchandisés », comme les mutuelles complémentaires, sur le modèle dystopique britannique ? En effet au Royaume-Uni, le NHS de plus en plus commercialisé et fragmenté supporte les coûts inutiles engendrés par les mécanismes du marché et l’exigence de marges de profit. C’est sans doute ce modèle qui est visé également dans l’éducation puisque les Britanniques réservent les « parcours d’excellence » aux enfants dont les parents ont non seulement déjà fréquenté le même établissement privé, mais ont par ailleurs les moyens économiques leurs permettant de conserver leur « rang ».


            • Fergus Fergus 7 janvier 12:49

              @ François Pignon

               smiley


            • Le Panda Le Panda 7 janvier 13:26

              @François Pignon

              Bonjour

              Dans le texte l’important demeure dans cet article la valeur de ce que chacun essaye de comprendre. Le sens du fond de l’article est de super qualité et à partir de là, chacun de nous s’améliore en tout instant. En ce qui est exprimer.

              Merci

              Le Panda


              • Arthur S François Pignon 7 janvier 13:51

                @Le Panda

                merci à vous


              • Arthur S François Pignon 7 janvier 16:54

                @Alice

                Vous passerez bien le bonjour à Monsieur votre époux qui fait partie de ces joyeux drilles que les GO du Club Med de Chamonix avaient surnommés les blaireaux, à cause des marques blafardes laissées autour de leurs yeux par les lunettes alors que leurs visages avaient bruni sous les ultra-violets.
                Il ne faudra pas lui dire que ce surnom est devenu synonyme de cocus par le simple rapprochement avec l’autre activités des GO qu s’occupaient à trousser leurs femmes pendant que les maris s’éclataient à slalomer sur les pistes...


              • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 16:55

                @Alice

                Lassana DIARRA Nº362

                smiley ? smiley ? smiley ? smiley ? smiley ?

                Je relève les copines dans 45 minutes tapantes !


              • Le Panda Le Panda 7 janvier 18:11

                @Alice
                On ne saurait mieux dire ! Et pourtant je n’ai pas l’habitude de lire des phrases aussi … compliquées, je vous l’avoue.
                En me concerne vous faites partie de quelle équipe ? Génial(e) avec un Q.I de 170 au moins pour au bout de 15 commentaires de ce jour, que je ne puisse comprendre ce qu’Alice au pays des merveilles veuille me dire je dois être en-dessous de l’entente. Mais comment faire pour que vous compreniez avec votre « acolyte » juste en dessous, attention à ne pas prendre trop de choupettes.


              • Le Panda Le Panda 7 janvier 18:13

                @Shawford
                Vous ne changerez jamais c’est dommage  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley


              • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 18:20

                @Le Panda

                Ben si, pas plus tard qu’à mon prochain commentaire, et accroche toi bien pour arriver à suivre ma trace, pouce de Baldi ( smiley ah ma couille, t’as le bjr de Pad ! smiley ) ! smiley

                Amuse toi bien avec tous tes zami.e.s veul.e.s et couard.e.s en #U-Panda(de 0 à l’infini sauf l’#U42, œuf corse !

                Tschuss, houba houba !


              • michalac michalac 7 janvier 20:24

                @Le Panda

                Vous évoquez le sens du fond. J’aimerais quant à moi évoquer le fond du sens.
                En effet, à quoi bon le sens s’il est sans fond ?
                Convenez de ce que d’aucuns oublient de s’interroger sur l’intérêt d’un sens sans fond, bien plus crucial à la portée de l’argumentaire que ne le serait tout autre considération.


              • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:28

                @Xenozoid

                Exactement, et j’ai rdv avec elle le 18 au Davoli ! smiley


              • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:35

                @Xeno toujours à mes Basques

                Mais elle va pas me reconnaître quand le bouzin va enfin reloader ! smiley smiley smiley


              • michalac michalac 7 janvier 20:52

                @Le Panda

                Je vous avais déjà vu décourager la consommation d’eau de javel frelatée à un commentateur qui n’avait pas eu l’heur de vous plaire. Voilà que vous déconseiller les choupettes en pareilles circonstances.
                Si je n’ai aucune difficulté à concevoir le danger inhérent à l’eau de javel frelatée, j’en ai davantage à me figurer celui des choupettes.
                Et à moi, que me déconseillez-vous ?


              • Shaw-Shaw Shawford 7 janvier 20:54

                @michalac

                De parler à yanleroc, d’ici demain il n’existera plus !


              • zygzornifle zygzornifle 7 janvier 13:52

                Macron ne croit qu’au « pognon de dingue » , le reste il s’en fiche comme un œil de manifestant crevé par un tir de flashball a bout portant .....


                • zygzornifle zygzornifle 7 janvier 14:03

                  Macron n’a pas de tendance politique il ne se réclame de personne , il a été fabriqué tel le golem par les puissants , façonné par les banques , l’UE et ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre et il restera en place tant qu’ils le soutiendront , ils ont énormément investis sur ce pur-sans anti-social , par contre le jour ou il le laisseront tomber ça sera le plongeon pour lui et LReM , ils trouveront un autre larbin pour arriver a leur fins et si ça chie grave ils sont patient comme un chat devant un trou de souris et ils attendrons le moment idéal pour recommencer , ils faut les ruiner pour s’en débarrasser ce qui risque d’amener le chaos car ils n’abandonneront rien sans un combat féroce ....


                  • michalac michalac 7 janvier 20:06

                    Je ne doute pas que l’auteur ait trouvé un intérêt à la question posée. Ce dont je doute, en revanche, c’est qu’il ait su susciter le nôtre.

                    A quoi s’intéresse-t-on ici, au juste ?

                    Y aurait-il un quelconque intérêt à lever le mystère sur la possible conception socialiste qu’aurait le Président Macron de la France ?

                    Quant à y répondre, outre l’inévitable rappel d’un passé rothschildien et le lien, non moins inévitable, de ces gens-là aux paradis fiscaux, on n’obtient, en guise de démonstration passablement amphigourique, que, dans un premier temps, la mise en avant de ce qui ne se révèle pas pour autant être un lapsus et, dans un second temps, l’inutile inventaire de ces français qui cotisent suivi de celui des risques connus d’un recul de l’Etat-providence.

                    Je crois que je me suis ennuyé...

                    Autant que le bloggeur à l’origine de ce papier devant un discours de Macron...


                    • Arthur S François Pignon 8 janvier 08:49

                      @michalac

                      Merci de vous être ennuyé avec autant d’attention.
                      Si jamais vous décidiez de lire mon prochain papier (ce qui reste facultatif et gratuit), vous y trouverez peut-être le sel qui vous a manqué dans celui-ci.
                      En tous cas, je m’efforcerai de vous distraire, car « s’il est sans divertissement, et qu’on le laisse considérer et faire réflexion sur ce qu’il est (le roi), cette félicité languissante ne le soutiendra point, il tombera par nécessité dans les vues qui le menacent, des révoltes qui peuvent arriver, et enfin de la mort et des maladies qui sont inévitables ; de sorte que, s’il est sans ce qu’on appelle divertissement, le voila malheureux, et plus malheureux que le moindre de ses sujets, qui joue et qui se divertit. » (Pascal)


                    • tibidi 7 janvier 21:48

                      la photo qui réunit Macron et Pompidou est parlante : non seulement, ils viennent tous deux de la banque Rothschild, mais ils semblent tous deux paralysés par des secrets inavouables, connus des seules élites.

                      Pompidou a été élu malgré l’affaire Markovic, un proche d’Alain Delon qui aurait tenté de faire chanter l’épouse de Pompidou ; elle aurait participé à des orgies sexuelles et des preuves matérielles auraient existé. Pompidou a obéi à Rothschild, le franc a été désolidarisé de l’étalon-or, et les dettes de l’état français ont été négociées auprès du secteur privé.

                      Macron a montré son vrai visage lors de la fête de la musique à l’Elysée en juin 2018. En juillet, les infos sur Benalla ont enterré le président. Mais il continue à obéir à la finance ; il ne promet aux pauvres ... que l’argent des pauvres ! Tant qu’il ne touchera ni à L’ISF ni au CICE, il ne lui arrivera rien.

                      MACRON IS THE NEW POMPIDOU ... vive les gilets jaunes, vive le RIC !


                      • Eric F Eric F 8 janvier 10:43

                        @tibidi
                        Sauf que la loi de 73 n’interdisait pas les avances de la BDF à l’état mais les encadrait, elles ont été utilisées jusqu’au début des années 80, et cela a été interrompu alors à cause des attaques contre le franc qui avait du dévaluer plusieurs fois sous Mitterrand.
                        Avant 1973, l’état empruntait surtout auprès du public, dont le célèbre emprunt Pinay, l’usage de la planche à billets était très limité, et les budgets étaient à l’équilibre. Giscard a du reste lui aussi lancé son emprunt auprès du public, indexé funestement sur l’or.

                        Ce n’est pas la loi de 73 mais le traité de Maastricht qui a vraiment interdit les emprunts auprès de la banque centrale.


                      • Eric F Eric F 8 janvier 10:35

                        Il y a un hiatus entre le fait que notre pays est effectivement l’un des plus « redistributif » du monde sous forme de prélèvements -> allocations, mais que le partage de revenus à la source est aussi inégalitaire qu’ailleurs, et même davantage tout en haut de l’échelle puisque nous avons le record d’Europe de distribution de dividendes et de nombre de millionnaires.

                        Il y a donc une demande de justice « à la source » dans le partage entre les revenus du capital et du travail, et également concernant la redistribution dans la contribution du capital et de ses revenus à la solidarité nationale, non tant l’ISF que la « flat tax » sur les revenus financiers, moins taxés que le travail ou la retraite. Or sur ce point, le gouvernement cherche des dérivatifs, en envisageant de taxer le logement de l’ingénieur ou du commerçant, pour épargner le capital souvent spéculatif -il suffit de voir le total de capitalisation boursière, dont l’« économie vraie » ne reçoit que 5% (augmentations de capital)


                        • zygzornifle zygzornifle 8 janvier 12:59

                          De toute façon Macron et sa bande de sérial-taxeur sont complètement discrédités et devenus tellement impopulaires qu’il ne leur reste plus que la violence et la répression pour continuer a gouverner ....


                          • Taverne Taverne 9 janvier 16:00

                            Entre banquiers et ultrariches, ils se souhaitent une bonne et EUROse année !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès