• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron décrète le NUCLÉAIRE IN VITAM ÆTERNAM…

Macron décrète le NUCLÉAIRE IN VITAM ÆTERNAM…

Boum ! Boum ! Ça pète grave chez les nucléocrates ! Qu’est-ce qui pète ? Pas les centrales j’espère ? Non, seulement les bouteilles de champagne ! Parce qu’ils ont encore gagné. Contre les populations, contre le bon sens, contre la sécurité nationale et européenne. Ils sabrent – discrètement ! – le champagne parce que Macron, dans un discours fumeux, vient d’annoncer non pas la transition énergétique mais la stagnation dans l’impasse nucléaire.

Eh ! Oh ! Victor, t’as les portugaises ensablées ou quoi ? Il a annoncé la fermeture de 14 réacteurs d’ici à 2035 !

Ben voyons. Ça mange pas de pain… Où il sera en 2035 ? Ces fermetures sont toutes programmées après son quinquennat. À part Fessenheim mais même cette ruine dangereuse n’est pas près de fermer…

Mais il y a pire. Nous en avons d’ailleurs fait état dans un article du 22 octobre « Transition énergétique ou retour du nucléaire ». C’est sa petite phrase sibylline concernant la décision – reportée pour la galerie à 2021 mais d’ores et déjà promise aux nucléoaddictés décisionnaires d’EDF SA – de continuer les recherches sur le « nouveau nucléaire ».

Quésaco le « nouveau nucléaire ? Ben, ce sont six EPR « moins chers », c’est-à-dire où sera sacrifiée la sûreté des installations. Ça, c’est pour satisfaire aux exigences d’EDF SA, dont un des objectifs majeurs est d’augmenter fortement ses exportations et ses ventes de réacteurs à l’étranger. N’ayons pas la cruauté de rappeler la catastrophe tant technique que financière de l’EPR de Flamanville.

Ce « nouveau nucléaire », c’est encore très probablement la relance de la filière surrégénérateur à travers le projet Astrid, l’horreur intégrale.

Ce choix résolument pro nucléaire sonne le glas de toute véritable transition énergétique. Parce que la France n’a pas les moyens de développer à la fois les énergies renouvelables, maintenir en fonctionnement des centrales à bout de souffle et se lancer dans un « nouveau nucléaire », dont il est illusoire de croire qu’il sera peu coûteux.

Le maintien en fonctionnement de 20 réacteurs poussifs et dangereux jusqu’à 50 ans et plus si affinité implique des travaux gigantesques. Parce que certain composants, en non des moindres, sont conçus pour fonctionner au maximum 40 ans. Les anomalies sur ces éléments essentiels pour la sûreté se comptent par milliers ! C’est ce que les nucléocrates appellent poétiquement le Grand Carénage, un programme qui implique la rénovation, le remplacement de matériels, l’intégration des mesures post-Fukushima, et l’amélioration du niveau de sûreté des centrales nucléaires. Le tarif est gratiné : 55 milliards. Mais l’expérience de l’EPR, dont le prix a été multiplié par trois et demi, laisse dubitatif… Tout ce « pognon de dingue » uniquement pour des soins palliatifs visant à prolonger la vie de ces installations à bout de souffle et maintenir une filière dépassée. Et si on ne fait pas ce « grand carénage » ? Alors ces réacteurs continueront à fonctionner aux dépens de la sûreté et donc le risque de quelque Fukushima-sur-Rhône ou Tchernobyl-sur-Loire. Mais ça, les nucléoaddicts s’en foutent.

Quant à l’apport de la France à la lutte contre le changement climatique grâce à la filière nucléaire, dont se gargarise Macron, il est non seulement illusoire mais mensonger. Entre l’extraction de l’uranium, la fabrication du combustible et le retraitement des déchets, la filière nucléaire émet bel et bien des gaz à effet de serre.

Et que dire du coût du démantèlement et du stockage de déchets ?

EDF est incapable de mener à bout le démantèlement de la vieille centrale de Brenilis ou le cadavre de Superphénix…

Quant aux déchets, les simples piscines dans lesquels ils sont stockés – avec les risques effarants que cela implique – arrivent à saturation. Certains restent stockés dans de simples fûts de 200 litres, d’autres sont vitrifiés en attendant leur éventuel « stockage en profondeur » dans le cimetière nucléaire de Bure…

Bon. Va falloir leur envoyer les gilets jaunes ! Jaune comme le logo antinucléaire…

 

logo anti nucléaire avec tête de mort.jpg

 Illustrations X - Droits réservés

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

160 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 29 novembre 09:24

    Avec toutes les futures poubelles électrique que le gouvernement impose sans réfléchir ce n’est pas avec 4 panneaux solaires sur le toit ni 4 éoliennes que les gens vont pouvoir recharger leur escroquerie pour aller bosser le matin ...


    • baldis30 29 novembre 10:05

      @zygzornifle

      bonjour,
       un jour de bonne brise, donc pas trop fort pour ne pas tout casser, mettez toutes les éoliennes de France en rotation et seulement elles ... vous n’allumerez pas une seule lampe électrique !


    • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 novembre 10:06

      @zygzornifle
      Exact. La campagne en faveur des voitures électriques ne peut se comprendre que pour imposer le nucléaire. Et puis, qui peut penser que l’État va renoncer aux 35 milliards que rapportent les taxes sur les carburants. Ils reviendront fatalement d"une manière ou d’une autre sur l’électricité consommé par les bagnoles !


    • baldis30 29 novembre 19:38

      @VICTOR Ayoli

       commencez par faire un peu d’électrotechnique avant d’envoyer n’importe quoi !


    • zygzornifle zygzornifle 29 novembre 19:46

      @VICTOR Ayoli

       Le compteur linky est équipé d’un détecteur de charge qui n’est pas encore activé pour l’instant mais quand il le sera il reconnaitra une charge de véhicule et sa durée et l’enverra grâce a son émetteur incorporé ce qui permettra au fournisseur de courant d’appliquer une tarification spécifique et ainsi le gouvernement vous pèlera comme pour le carburant .... 


    • velosolex velosolex 30 novembre 15:02

      @VICTOR Ayoli
      Bravo Victor pour votre article. Bien sûr on vous dira comme moi que vous n’étes pas ingénieur et que vous n’y connaissez rien. Comme s’l y avait besoin de s’appeler Oppenheimer ou Einstein pour avoir le droit de critiquer la bombe atomique. 
      Comme pour les pesticides, de plus, le lobby nucléaire se concentra sur un point détail de l’affaire, par exemple l’effet carbone, en effet nul, mais en oubliant les aberrations et les risques démentiels non assumés par cette technique. Le risque terrorisme en étant sans doute pas actuellement le plus faible, les tests crash ayant été fait à tenant compte uniquement de l’écrasement d’un avion de tourisme. Pas un cerf volant tout de même, mais l’impact d’un mega jet évidemment n’est pas comparable. Ne parlons pas du reste que je vous ferais la grâce, mais que tout le monde connait, instruit par les catastrophes, soi disant impossibles
      La France est le pays d’Europe ayant investi le moins dans l’alternatif. L’éolien par exemple ; alors que ce pays maritime représente une capacité extraordinaire. Les pays les plus centralisateurs ont ceux qui ont le plus investi dans le nucléaire, pour la bonne raison qu’ils voient d’un mauvais œil cette capacité de couper le courant ou de le donner, leur échapper, au profit de structures plus légères, moins technocratiques, liées aux régions et même aux communes. Nous sommes là encore dans l’aménagement du territoire, la décentralisation, et pas seulement dans des choix industriels. 


    • Self con troll Self con troll 30 novembre 15:46

      @velosolex
      Tout cela est très pertinent.
      Cependant, une approche qui me convaincrait davantage serait de partir du fait que l’autonomie énergétique de l’individu étant quasi faisable aujourd’hui, il serait intelligent de la part de nos énergéticiens de proposer des techniques entre l’hypercentralisation et l’individualisme absolu.


    • Julien S 30 novembre 19:41

      @velosolex
      ---------------------
      Bravo Victor pour votre article.....................et pas seulement dans des choix industriels
      ---------------------
      Voilà une belle tirade moins rationnelle qu’affective. Permettez-moi de l’imiter. Il n’y a pas besoin de s’appeler Einstein pour avoir le droit de critiquer la bombe atomique, mais il est mieux de ne pas se restreindre aux publications écologiques, auxquelles je suis assidu, pour parler du nucléaire civil. La bombe à propos de l’électricité, ça ne mange pas de pain et c’est toujours bon. Sans doute quelques uns prétendent que la bombe empêche le pays qui en a d’être attaqué, ce qui se confirme jusque là par trois quarts de siècle inédits de calme en Europe. On peut aussi faire sa chanson et la chanter soi-même en reprochant au nucléaire de se focaliser sur la non-production de CO², alors que si le nucléaire produisait autant de CO² que les combustibles carbonés, il faudrait envisager sa fin même sans autre argument. Si vous redoutez les avions assez massif pour détruire une centrale nucléaire, interdisez plutôt les avions ou alors liquidez aussi une part des barrages et de l’industrie chimique. En pensant que la France dispose d’un potentiel éolien « extraordinaire », vous aimerez peu cet ouvrage traitant de la question pour les îles britanniques, dont le potentiel n’est pas moindre. 
      https://www.amides.fr/sewtha.html


    • nono le simplet nono le simplet 1er décembre 04:21

      @Julien S
      ton lien vers le livre de David J. C. MacKay

      est intéressant mais comporte un grave défaut ... il date de 2008 ... presque la préhistoire en matière de technologie ... entre autres, pour l’éolien off shore il n’envisage ni la puissance multipliée par presque 10 ni les éoliennes flottantes ... normal, en 2008 ...


    • Julien S 1er décembre 11:59

      @nono le simplet
      -----------------
      la puissance multipliée par presque 10
      -----------------
      C’est très possible puisque j’ai vu hier une réclame de photopiles « de nouvelle génération aux performances décuplées ».
      En mettant la Terre en orbite autour de Sirius, ça doit être possible. 
      MacKay faisant une analyse de potentiel, c’est le potentiel, qu’il faut décupler, et non le nombre d’éoliennes déjà en place. 
      En multipliant par dix la hauteur des éoliennes, c’est peut-être faisable. Ne l’a-t-on pas déjà multipliée par quinze depuis les petites éoliennes agricoles de notre enfance ? 
      .
      Faites-nous un topo sur les éoliennes flottantes. 


    • nono le simplet nono le simplet 1er décembre 12:21

      @Julien S
      MacKay faisant une analyse de potentiel, c’est le potentiel, qu’il faut décupler, et non le nombre d’éoliennes déjà en place. 

      oui j’ai lu ... le potentiel pour des fonds marins de moins de 50 m ... avec les éoliennes flottantes la profondeur devient indifférente ... et du coup le potentiel est multiplié par 10, par 100 ...
      et pour ce qui est de la puissance, les éoliennes prés de chez moi font 1.5 MW et étaient à la pointe en 2007 ... la dernière née offshore fait 11 MW et 13 MW dans peu de temps ... avec des FdC de 50-60 % au lieu des 15 % il y a 10 ans en terrestre ... une seule éolienne produit 30 fois plus d’électricité par an, entre 2007 et 2018, quel progrès ... non ?


    • Julien S 1er décembre 13:05

      @nono le simplet
      .
      Attention : « on ne juge pas la vitalité d’une industrie à ses »projets« mais à ses réalisations ».
      .
      Si tout va bien les antinucléaires n’auront plus besoin d’empiler les mensonges en physique. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 1er décembre 13:19

      @nono le simplet. D’autant que
      Quand un p’tit pote (bis)
      Monte en ballon, (bis)

      Ils l’appellent tous (bis)

      Le pote en ciel ! (bis)

      Ah les pt’its potes (bis)
      ...


    • nono le simplet nono le simplet 1er décembre 13:34

      @JC_Lavau
      JC ! repasse le oinche à jarnicoton smiley


    • Julien S 29 novembre 10:09

      Un long cri de désespoir... 

      Victor sait que le nucléaire lui survivra... 

      Il y a quelques raccourcis dans le texte. Victor oublie l’ASN qui ne laisse fonctionner aucune « ruine dangereuse », vu les motifs que d’autres diraient parfois rigoureux à l’extrême pour lesquels elle arrête temporairement des réacteurs. Voir la récente affaire de la digue tricastine. 

      Sur les futurs EPR la sûreté de fonctionnement ne sera pas sacrifiée davantage puisque selon les critères victoriens la sûreté est sacrifiée dès qu’on met un réacteur quelconque en route. Ils seront moins chers, certes, parce que pour les prochains on surveillera un peu mieux la fabrication de la cuve. 

      Astrid est l’horreur intégrale parce que c’est un surgénérateur, oui, oui, d’accord. A vous de vous battre pour qu’il fonctionne selon l’option de refroidissement à l’azote puisque vous redoutez l’enfer du sodium. 

      .

      Les écologistes se frottent les mains depuis qu’ils ont découvert la possibilité d’imputer de la production de CO² au nucléaire. C’est très bien dès lors que le péquin moyen a compris qu’il s’agit des externalités comme l’extraction de l’uranium et son transport, et non de la fission elle-même, et que le l’extraction et le transport des combustibles fossiles ont des chances de produire eux aussi du CO² avant que les centrales thermiques qui les brûlent donnent le moindre kWh. 

      .

      Voilà pourquoi l’ambition générale est de s’acheminer vers une économie décarbonée. Dans une économie décarbonée il n’y a plus d’outillages ni de transports dégageant du CO², et la nucléaire ne dégagera plus ce CO² indirect. 

      .

      En attendant ce jour heureux, l’Allemagne se résigne à fabriquer dans ses centrales des kilomètres cubes de CO², c’est-à-dire quelques dizaines de fois plus de CO² au kWh que le nucléaire, mais là aussi c’est temporaire tant que l’économie n’est pas encore décarbonnée, elle nous le jure, croix de bois, croix... ! 

      .

      Vous notez cependant avec raison que les fûts de déchets sont préoccupants, et Alren la semaine dernière a expliqué la raison de leur explosion, à savoir la pression du radon qui monte à l’intérieur. Il doit être en Nouvelle-Calédonie ; impossible en ce moment de prendre un coup de soleil dans l’hémisphère nord. 


      • Matlemat Matlemat 29 novembre 10:45

        @Julien S

        Le nucléaire ca ne pollue pas peut-être ? Et dites nous donc s’il y a assez d’uranium pour decarboner l’économie mondiale ?


      • papat 29 novembre 12:11

        @Julien S
        c’est vrai , c’est pas dangereux le nucléaire d’ailleurs le nuage de Tchernobyl s’arrête à la frontière de ma thyroïde et mon copain de Fukushima habite chez moi depuis la non catastrophe... enfoiré...


      • Julien S 29 novembre 12:39

        @Matlemat
        .
        Bonjour,

        -----------------
        le nucléaire ça ne pollue pas peut-être ? 
        -----------------
        En fonctionnement normal, non, sauf, selon l’un des plus amusants auteurs atomistes agoravoxiens, dans le cas de descente d’urgence des barres de commande qui s’accompagnerait d’après lui d’une sorte d’éternuement du réacteur entraînant le recouvrement de tous les jardins d’enfants avoisinants d’un, je cite, « tapis d’iode ». Je vous invite à la prudence avec tout ceci. 

        ----------------
        et dites-nous s’il y a assez d’uranium pour décarboner l’économie mondiale ?
        ----------------
        Voudriez-vous que le nucléaire fît tout le travail à lui seul, lorsque même les décoratives éoliennes n’ont pas tant d’ambition ?
        Avec le seul uranium terrestre, on n’irait pas loin. Avec la surgénération et le thorium, si. Il faut également considérer que les photopiles et la récupération des flatulences bovines ne sont pas les seules techniques à progresser. Vous trouverez sans mal de la littérature sur l’état présent de l’extraction de l’uranium marin, celui-là inépuisable à notre échelle. Anecdote savoureuse : ayant entendu dire que le Rhône charriait de l’uranium, un Agoravoxien pensait qu’avec les millions d’années un plaque épaisse d’uranium en avait recouvert le fond du delta. C’est dire à quelles imaginations se laisse entraîner l’esprit populaire ! Il n’est pas facile de connaître le coût actuel de l’uranium marin, mais j’ai trouvé un chiffre voisin de 500 dollars le kilo, à comparer aux quelques 80 de l’uranium terrestre. Ce n’est même pas exorbitant au vu du nombre de kWh contenus dans un kg d’uranium naturel, car vous ne devez pas espérer un kWh électrique à 15 centimes jusqu’à la fin de vos jours ! 


      • Julien S 29 novembre 13:25

        @papat
        .
        Sachez que l’injure n’est pas de mise sur ce site, et que Victor Ayoli serait en droit de vous infliger une sanction.

         


      • Matlemat Matlemat 29 novembre 15:19

        @Julien S

        « En fonctionnement normal, non » renseignez vous donc un peu sur l’extraction de l’uranium, les centrales nucléaires ne sont pas hermétiques et rejettent tout un tas de produits chimiques, et malheureusement un fonctionnement « normal » ce n’est pas ce qui se passe en France avec le nombre d’incidents. De plus il n’y a pas de solutions pour les déchets, faut il vous le rappeler ? « Avec l’a surgénération et le thorium » Dans ce cas pourquoi s’acharner avec la fission de l’uranium ? Et s’il y a dès solutions pour avoir une énergie propre pourquoi pas , encore faut il prouver que c’est possible.


      • Julien S 29 novembre 19:27

        @Matlemat
        .
        C’est pratique, avec vous. On contredit vos outrances, et vous répondez à la contradiction des outrances par une pluie d’outrance plus outrancières que les précédentes. Il suffit de vous pousser pour que vous ridiculisiez votre cause. 
        .
        Il est vrai que les centrales nucléaires rejettent tout un tas de produit chimiques. L’un de ceux dont on parle le moins mais qui est fort abondant est le dihydrure de monoxygène. 
        .
        Pourquoi s’acharner avec la fission de l’uranium ? 
        Parce que c’est facile à faire et que la filière au thorium plus complexe et onéreuse viendra après. Ainsi vont les affaires humaines, le simple d’abord et le complexe quand le simple ne suffit pas. 


      • Matlemat Matlemat 30 novembre 10:38

        @Julien S

        Mes outrances ? Oui pour la quantité d’uranium disponible vous avez raison bien que le coût de l’extraction de l’uranium marin que vous avancez est très contestable, mais admettons, par contre vous éludez carrément mes arguments, l’extraction des gisements terrestres d’uranium cela pollue, les incidents cela pollue, dernièrement nous avons eu un fût de déchets radioactifs qui a explosé, et encore une fois, aucun pays dans le monde n’a trouvé de solution pour des déchets dangereux des milliers d’années. C’est de l’égoïsme total de reporter les problèmes sur les générations futures et cela ne s’appelle pas un comportement responsable. Répondez à mes arguments plutôt que de répondre à côté.


      • baldis30 30 novembre 10:57

        @Julien S
        bonjour,
         l’extraction de l’uranium de l’eau de mer par résines échangeuses d’ions est en route vers une expérience industrielle même su dans l’instant elle n’est envisagée que par un seul pays à ma connaissance ! Ensuite même à terre le coût financier et énergétique de l’exploitation des gisements pauvres n’est en aucun cas rédhibitoire de la filière nucléaire !


      • Julien S 30 novembre 11:06

        @Matlemat
        .
        On ne peut répondre que sur les côtés techniques. Le reste est subjectif. Vous avez décidé que l’extraction de l’uranium pollue d’une façon plus spéciale que les autres pollutions et qu’il n’y a d’autre solution que ne pas en extraire. Vous avez décidé que l’enfouissement des produits de fission était impossible. Vous n’avez qu’à le redire et le redire encore, tandis que d’autres rediront le contraire. 


      • Matlemat Matlemat 30 novembre 12:20

        @Julien S

        Non, vous prouvez par vous même votre méconnaissance du sujet, vous êtes dans l’illusion d’une énergie propre, pourtant on vous le dit, le nucléaire pollue du début à la fin du cycle, il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.


      • Julien S 30 novembre 12:21

        @baldis30

        Merci, et j’en profite pour vous demander un renseignement technique connexe, c’est-à-dire lié à la disponibilité du métal fissile en ne considérant que le seul uranium, sans même penser au MOx ni à la surgénération. 
        Dans le temps qu’un barreau d’uranium passe dans un réacteur, une part du plutonium qui se fabrique à partir d’U 238 vient participer à la fission, et en retraitant le barreau on n’y trouve donc pas tout le Pu qui s’y est produit.
        Cette part de Pu ayant participé à la production d’énergie dépend évidemment du réacteur et du temps de séjour des barreaux d’uranium, mais avez-vous quelques exemples : pour 100 grammes d’U235 dans le barreau neuf, exempt de plutonium, quel est le bilan une fois le barreau retiré du réacteur : combien de plutonium synthétisé a été fissionné en même temps ?
        Bref quelles ont été les participations de U et de Pu dans l’énergie fournie à partir de l’uranium seul ? 


      • Julien S 30 novembre 13:13

        @Matlemat
        .
        Oui, le nucléaire pollue du début à la fin du cycle. Bonne nuit. 


      • Matlemat Matlemat 30 novembre 14:51

        @Julien S

        Le nier c’est être soit un ignorant soit un menteur.


      • Julien S 30 novembre 19:04

        @Matlemat
        .
        Il est certain qu’il faut être ignorant ou menteur pour vous contredire. 


      • Matlemat Matlemat 29 novembre 10:39

        Quand on se demande pourquoi on rafistole de vieux réacteurs ou que lorsqu’on en construit de nouveaux comme l’EPR de Flamaville sur des sites déjà nucléarisés la réponse est simple, c’est que la population s’oppose à la construction de nouveaux réacteurs près de chez eux. L’excuse de la diminution du CO2 c’est une hypocrisie totale comme pour la hausse des taxes sur le carburant. Il faut noter que Macron n’a pas annoncé pour le moment les 6 nouveaux EPR réclamés par le lobby, c’est sans doute pas le bon moment, ca sera certainement fait au mois de juillet comme d’habitude quand les gens partiront en vacances.


        • Julien S 29 novembre 12:42

          @Matlemat
          .
          Non non, vous employez là un langage plus que militant : polémique et tendancieux. On ne « rafistole » pas les réacteurs ; une telle façon de s’exprimer est injurieuse pour l’ASN. Demeurez dans les limites de ce qui convient au débat.


        • Matlemat Matlemat 29 novembre 15:21

          @Julien S

          On « caréne » les réacteurs, cela vous va ainsi ? Caréner en marine c’est gratter la coque pour arracher les moules et coquillages...


        • Matlemat Matlemat 29 novembre 15:22

          @Julien S

          On « caréne » les réacteurs, cela vous va ainsi ? Caréner en marine c’est gratter la coque pour arracher les moules et coquillages...


        • baldis30 30 novembre 11:02

          @Julien S
          « Demeurez dans les limites de ce qui convient au débat. »
           Ils n’hésitent absolument pas dans le dérisoire en voulant ignorer que leur prose utilise 80% d’électrons sales produits par le nucléaire et des alternateurs synchrones chargés de maintenir la fréquence et de fournir le champ tournant pour les éoliennes, hydroliennes et autres joyeusetés asynchrones pas chères mais à la condition que par ailleurs la société fournisse les moyens économiques de faire du profit .. !

           


        • pemile pemile 30 novembre 11:13

          @baldis30 "des alternateurs synchrones chargés de maintenir la fréquence et de fournir le champ tournant pour les éoliennes, hydroliennes et autres joyeusetés asynchrones"

          La mise en jeu de vos diplomes attend toujours la confirmation de l’académie des sciences, non  ?


        • nono le simplet nono le simplet 30 novembre 12:13

          @pemile
          La mise en jeu de vos diplomes attend toujours la confirmation de l’académie des sciences, non ?

          moi j’attends toujours la convocation au tribunal de « l’ingénieur des barrages et de la lune » smiley


        • pemile pemile 30 novembre 12:15

          @nono le simplet « moi j’attends toujours la convocation au tribunal de l’ingénieur des barrages et de la lune »

          A défaut de ralentir la rotation de la terre, les barrages de gilets jaunes commencent à ralentir l’économie smiley


        • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 11:05

          salut Victor,

          comme je l’écrivais dans un autre article, les boursiers qui sont tout sauf des rêveurs, après quelques heures de crainte avec une baisse de 8 % du cours d’EDF juste après le discours de Macron sur le PPE, ont repris leurs esprits et la côte d’EDF se porte bien ce matin ...

          bon, de là à dire que l’avenir est radieux ... Flamanville, Hinkley Point, Olikiluoto, les 3 chantiers qui causent encore des soucis smiley

          et même Taîshan qui n’est pas encore mis en service commercial même si quelques rares fuites annoncent qu’il a atteint sa pleine puissance le 30 octobre, info non confirmée par EDF ou Orano ...


          • Julien S 29 novembre 12:12

            @nono le simplet

            Je respecte votre libéralisme, qui vous conduit à juger la valeur d’une filière industrielle d’après les exigences du boursicotage à court terme. Ce n’est pas mon point de vue, mais nous sommes en démocratie.
            La vérité sur l’EPR chinois est qu’il n’a jamais existé ; c’est un « hologramme » comme les apparitions de Mélenchon sur plusieurs scènes de meeting à la fois. Mélenchon est en réalité un programme informatique.


          • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 15:29

            @Julien S
            qui vous conduit à juger la valeur d’une filière industrielle d’après les exigences du boursicotage à court terme.

            c’est vrai qu’à long terme c’est mieux ... l’action EDF a perdu 83 % de sa valeur depuis 2008 et s’est fait virer du CAC 40 smiley

            La vérité sur l’EPR chinois est qu’il n’a jamais existé

            poupougne ! smiley
            tu nous avais refilé une info de première bourre fin juillet par le copain d’un copain qui connaissait un chinois qui disait l’EPR avait atteint sa pleine puissance ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès