• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mais que sont-ils venus faire dans cette galère ? Réponse à la mise en (...)

Mais que sont-ils venus faire dans cette galère ? Réponse à la mise en cause par 6 académies, d’une décision de justice

Sur le site gouvernemental « Vie publique » il est rappelé que « la liberté d’opinion a été affirmée solennellement dès la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Elle signifie que toute personne est libre de penser comme elle l’entend, d’affirmer des opinions contraires à celle de la majorité, de les exprimerLa liberté d’expression : permet à chacun d’exprimer librement ses idées par tous les moyens qu’il juge appropriés. Elle implique donc la liberté de la presse, la liberté de la communication audiovisuelle et la liberté d’expression sur le réseau internet. Cependant, cette liberté implique également le respect d’autrui. Ainsi, les propos diffamatoires, racistes, incitant à la haine raciale ou au meurtre sont punis par la loi. »

 

JPEG Mais que sont-ils venus faire dans cette galère ? Réponse à la mise en cause par 6 académies, d’une décision de justice en faveur du PR Joyeux. Le Droit devient très flou ![1]

 

 Par G Delépine chirurgien, statisticien.

 

 « Que chacun raisonne en son âme et conscience, qu'il se fasse une idée fondée sur ses propres lectures et non d'après les racontars des autres. » Einstein

 

 

Une relaxe pour la liberté d’expression qui dérange

Le Journal « Le monde » du 29 6 2018 a offert une tribune à six académies (l’Académie des sciences, l’Académie d’agriculture de France, l’Académie vétérinaire de France, l’Académie nationale de chirurgie dentaire, de médecine, et de pharmacie) pour critiquer la décision de justice relaxant le Professeur Joyeux pour ses propos concernant l’obligation des vaccins.

 

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/06/29/vaccins-six-academies-scientifiques-denoncent-les-propos-du-professeur-henri-joyeux_5323125_1650684.html

 

La chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins avait annulé la radiation du professeur Henri Joyeux, prononcée en 2016. Le Conseil de l’ordre lui reprochait deux pétitions sur Internet en 2014 et 2015 contre une préconisation et une décision du gouvernement conduisant à étendre la vaccination OBLIGATOIRE. La seconde dénonçait la présence d’aluminium comme adjuvant dans le vaccin « hexavalent » danger potentiel [2]. La procédure va devant le Conseil d’Etat, l’Ordre des médecins se pourvoyant en cassation, mettant donc en cause un jugement de sa propre chambre disciplinaire. Tout cela n’est pas très clair.

 

 

 Les académies se prononcent et critiquent la justice, au moins indirectement

 

« Ces positions sont d’autant plus scandaleuses que les couvertures vaccinales restent insuffisantes en France. (…) L’actualité rappelle que la rougeole peut tuer », selon les académies.

 

En dehors de l’académie de médecine dont les positions étaient connues [3], et celle de l’académie des sciences qui partage avec elle certains membres, on peut s’étonner des positions aussi définitives sur la couverture vaccinale en France des académies de l’agriculture ou de chirurgie dentaire ou de pharmacie. Nous attendons avec intérêt la liste de leurs publications scientifiques internationales sur le bénéfice risque du vaccin hépatite B par exemple chez le nouveau-né humain, y compris prématuré ou encore celui de la coqueluche ou de la polio ?

 

 

 Fake News sur la rougeole et la couverture maximale

 

 De surcroit, il est fort regrettable que les Académies, et donc les médias officiels de la pensée unique, continuent de faire croire qu’une couverture maximale de la population ferait disparaitre la rougeole alors que la Chine suffisamment totalitaire pour avoir atteint plus de 98 % de vaccinés continue à voir courir la rougeole transmise par les porteurs sains. Les médias qui prétendent sur avis du ministère que l’adulte immunodéprimé récemment décédé, officiellement de la rougeole, aurait été contaminé par un sujet non vacciné n’en savent rigoureusement rien et semblent ignorer le passage silencieux du virus chez les vaccinés (porteurs sains) pourtant bien établi. Fake news officielle ou ignorance ?

 

 Ils pourraient lire notre réponse sur agoravox rapportant les faits établis : « Eléments de réponse au plaidoyer pro obligation vaccinale de l’interview d’AC Siegrist dans la Tribune de Genève du 3 janvier 2018, réponse d’ailleurs nullement contestée :

 « Inefficacité de la couverture maximale vécue en Chine et aux USA

 En Chine l’intérêt prétendu de la société prime sur celui des individus, et l’efficacité du système totalitaire permet d’obtenir une couverture vaccinale de plus de 98%. En Amérique, grâce à une propagande forcenée, le taux de couverture vaccinale dépasse les 95%. Mais dans ces deux pays, le virus sauvage circule toujours, véhiculé par des adultes vaccinés et porteurs sains, ne permettant donc pas de protéger les personnes à risques. Ces exemples montrent que l’éradication de la rougeole n’est pas pour demain. Même si les experts de l’OMS ont proclamé en 2000, puis en 2016 avoir éradiqué la maladie en Amérique du Nord[14], cette déclaration fut démentie par la réapparition épisodique de la maladie qui confirme que le virus circule toujours malgré la couverture vaccinale prétendument optimale.

L’ancien directeur général de la santé en France, William Dab, a précisé lors d’une interview « Une stratégie d’intervention fondée sur l’obligation doit se discuter non dans ses principes, mais dans ses résultats, et ceux-ci ne sont pas si favorables... » [4]

 

 Délégation de taches, perte de spécificité. Conséquences de la loi de santé 2016

 Il est aussi très surprenant que l’académie vétérinaire, par exemple, se mêle de vaccination humaine. Certes le lobby des vaccinations est très fort chez les vétos aussi, mais tout de même entre un cheval, une vache ou un nouveau-né humain, il y a peut-être quelques différences ! A l’heure où les chiropracteurs peuvent remplacer de fait - sur décret de la ministre- les kinésithérapeutes, où les pharmaciens vaccinent sans examen clinique préalable sur délégation de taches, il ne faut pas s’étonner de grand-chose, ni en particulier que l’académie des pharmaciens s’en mêle. Mais il est sûr que les médecins qui veulent travailler selon les données acquises de la science (à 25 € pour les généralistes de ville) sont les plus mal lotis … Persécutés par l’Ordre pour leur pensée exprimée, par la CPAM pour leurs arrêts de travail, etc.… il ne faut plus s’étonner que les déserts médicaux s’accroissent, y compris dans les grandes villes dont Paris. Comme disait ce médecin salarié d’une agence régionale de santé : « je vais m’installer comme thérapeute, comme cela pas de problème avec l’ordre ou la sécu, et tarif libre » …50 € en moyenne et le comble est qu’elle pourra bénéficier des services des maisons de santé désespérément vides de médecins.
 

 Réaction vive du collectif « libre consentement éclairé »

 Le collectif « libre consentement éclairé » [5] opposé à l’obligation vaccinale[6] a rapidement réagi pour mettre en cause le détournement du droit qui serait conféré à ces académies, ainsi qu’à l’animateur d’émission médicale Michel Cymiès (qui a également critiqué au moins indirectement le jugement de la cour). On peut d’ailleurs être surpris que l’Ordre autorise des confrères (même académiciens) à critiquer publiquement un confrère médecin, alors que les éminents professeurs P. Even (ancien doyen de la célèbre faculté Necker enfants malades) et Debré (professeur d’urologie et député, ancien ministre) ont été condamnés pour avoir critiqué des allergologues dans leur livre et considérés comme anti déontologiques. La déontologie serait-elle à géométrie variable ?

Selon Pierre Lefevre et coll du collectif : « Après Michel Cymes, le médecin préféré des laboratoires pharmaceutiques, les six « académies » s'en mêlent pour remettre en cause une décision de justice et participer à la chasse aux opposants de la vaccination obligatoire.

Ces retraités des études et du savoir scientifique, semblent s'être alliés pour jeter indirectement le « discrédit sur une décision de justice », infraction passible de six ans de prison et de 7 500 euros d'amende, et ainsi porter « outrage à magistrat » (les magistrats qui ont rendu la décision de réhabilitation du professeur Joyeux), infraction passible de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

Contredisant les motifs de l'arrêt, ces êtres « supérieurs », entretenus grâce aux impôts de leurs concitoyens, estiment que « la liberté d'expression a des limites et qu'elle n'excuse en rien les allégations irresponsables de certains professionnels de santé ».

Il faudrait rappeler à ces messieurs dames que nous ne sommes pas les jouets de leurs lubies et encore moins des corps dont ils pourraient disposer à volonté en fonctions des intérêts qui les lient à l'industrie pharmaceutique.

Ces « académies », entretenues à prix d'or, sont des anomalies dans le champ du savoir scientifique, il serait temps de les dissoudre et de renvoyer ces chers académiciens à leurs retraites. 

Rappelons-leurs le deuxième procès de Nuremberg. » [7]

 

 

 SCIENCE ET ANATHEME, LE PARADIGME DU 21 IEME SIECLE QUI N’EST PLUS CELUI DES LUMIERES

Jusqu’à une période encore récente, nous persistions à croire que le rôle des académies scientifiques était de susciter le « doute fertile », celui qui admet qu’il n’y a pas de vérité révélée en science, mais seulement des hypothèses que tout scientifique soucieux du progrès des connaissances doit constamment vérifier et remettre en cause. Le doute n’est -il pas le commencement de la sagesse selon Aristote ?

 

 C’était jusqu’ici le paradigme gagnant en science. Nos académiciens ne seraient-ils plus capables de doute ? Ni d’argumentation scientifique apparemment, car leur dénonciation ne comportait aucune considération scientifique, alors pourtant que leur rôle aurait été d’en apporter. Leur « foi » dans les vaccins et dans les décisions politiques entachées de conflit d’intérêt au plus haut niveau [8] aurait-elle obscurci toute démarche scientifique, pour qu’elles se contentent de jeter l’anathème sur les non croyants ? Cette attitude inaugure mal du discernement scientifique qui les anime et fait craindre que d’autres raisons les motivent.

 

Les liens d’intérêt de plusieurs académiciens, parmi les plus souvent cités dans la presse, devraient également être systématiquement signalés, lorsqu’ils s’expriment et que les médias s’appuient sur leurs dires comme sur les tables de la loi.[9] L’argument d’autorité habituellement utilisé ne devrait suffire à personne et surtout pas aux journalistes qui les citent avec soumission, principal vice de notre époque.

 

 

 LA LIBERTE D’EXPRESSION ENCORE DANS LA LOI ?

Sur le site gouvernemental « Vie publique » il est rappelé que « la liberté d’opinion a été affirmée solennellement dès la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Elle signifie que toute personne est libre de penser comme elle l’entend, d’affirmer des opinions contraires à celle de la majorité, de les exprimerLa liberté d’expression : permet à chacun d’exprimer librement ses idées par tous les moyens qu’il juge appropriés. Elle implique donc la liberté de la presse, la liberté de la communication audiovisuelle et la liberté d’expression sur le réseau internet. Cependant, cette liberté implique également le respect d’autrui. Ainsi, les propos diffamatoires, racistes, incitant à la haine raciale ou au meurtre sont punis par la loi. »

 

Ce site déplore les atteintes à cette liberté faites durant la Restauration ou le régime de Vichy. Faudra-t-il bientôt ajouter le Conseil de l’Ordre (justement inventé par Vichy) qui a porté plainte contre ce médecin pour l’expression de ses opinions, et les académies ?

 Ils osent écrire que « la liberté d’expression a ses limites ». Mais qui en jugera ?

 

En France, comme soulignée par le Collectif à propos des académiciens, mais valable de façon générale, la loi prévoit une peine pouvant aller jusqu’à six ans de prison et de 7500 euros d'amende pour toute personne portant « discrédit sur une décision de justice »,

Et jusqu’à deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende à quiconque fait « outrage à magistrat ».

 

Ces académiciens sont-ils au-dessus des lois qui s’appliquent au citoyen ordinaire ? Les juges vont-ils au moins leur faire un « rappel à la loi » et les condamner à un stage citoyen pour qu’ils réapprennent les fondamentaux démocratiques ? En publiant cette tribune dans le journal Le monde ne s’est-il pas fait, au moins indirectement complice des délits précités ?

 

La séparation des pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire et de la presse constitue la base indispensable des régimes démocratiques. Nos juges sont-ils encore indépendants ? Ils le montreraient en poursuivant ces infractions.

 

L’affaire Joyeux sera-t-elle l’affaire Calas du gouvernement Macron ? Nous attendons un nouveau Voltaire ![10]

 

[1] Lire « le flou du droit » essai de 1986 de Mireille Delmas-Marty : « le flou du droit (fuzzy law) qui renvoie à la validité formelle et à la rationalité des systèmes de droit, n'est pas la traduction de la soft law qui renvoie à la validité empirique d'un droit non obligatoire ou peu sanctionné. " Le réalisme est peut-être de faire le pari que le flou, le doux et le mou pourraient être les garde-fous de cette complexité qui nous protège du risque d'unification bureaucratique ou hégémonique. « Https ://www.amazon.fr/Flou-droit-pénal-droits-lhomme/dp/213039602X

[2] Pétition en cours sur ce sujet http://petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/index.php atteint à ce jour plus de 1146890 signatures … Le président élu n’avait -il pas promis de prendre en compte les pétitions de plus de 250 000 signatures ?

[3]

[5] Pierre Lefevre – « action soutenue par médecine & pharmacopée chinoises Fance qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif -

M&PCF, C/O Maître Serge Lewisch, 132, bd du Montparnasse, 75014 Paris – FR »

[6] Plainte pénale déposée par Maitre Lewisch de plus de 1000 plaignants, classée sans suite …. Devrait faire appel.

[7] docteur.nicoledelepine.fr/vaccins-obligatoires-et-ethique-medicale-quest-devenue-la-reference-au-code-de-nuremberg-dans-la-loi-soumise-au-parlement-en-novembre-2017/

 

[8] http://docteur.nicoledelepine.fr/conflits-dinteret-inserm-ministere-de-la-sante-obligation-vaccinale-nouvelles-drogues/  : « Le « Lancet » relance la polémique sur la présidence de l’INSERM « la réputation du milieu scientifique français a été endommagée par cet épisode, tant sur la scène nationale qu’internationale » et qu’il incombe au président français « de restaurer la confiance dans un système terni par cette opacité ».

 

[9] docteur.nicoledelepine.fr/conflits-dinteret-inserm-ministere-de-la-sante-obligation-vaccinale-nouvelles-drogues/

http://www.dur-a-avaler.com/depistage-du-cancer-de-la-prostate-entre-mensonges-et-propagande/ « Après avoir obtenu la très contestée obligation vaccinale la plus large d’Europe, les « lobbys des soins discutables » et souvent inutiles, s’agitent de nouveau pour réclamer « une politique de diagnostic précoce du cancer de la prostate », dont la nocivité doublée d’inefficacité, est pourtant bien établie depuis plus de 10 ans par toutes les agences du monde chargées du dépistage.

Une fois de plus et les articles qui influencent les décisions médicales s’affichent dans la grande presse, sans droit de réponse ni controverse, pour tromper les citoyens dont la formation médicale est en générale restreinte aux émissions tv qui relèvent de la même volonté de propagande pour des soins trop souvent contestables.

« Guy Vallancien, membre de l’Académie de médecine, croit à l’utilité du dépistage du cancer de la prostate et c’est son droit. Mais il ne s’agit pas de foi, mais de science et au moins de démonstration solide. Son devoir d’académicien, mis en référence comme argument d’autorité, aurait dû l’inciter à présenter le dépistage objectivement, avec ses avantages et ses inconvénients, selon l’état actuel de la science et en précisant les multiples sources, et pas seulement une étude qui va dans son sens si on ne la décortique pas »

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 2 juillet 2018 16:55
    cuba impose aussi 11 vaccins aux enfants cubains.
    c’est de la faute de big pharma cuba.


    • njama njama 2 juillet 2018 17:53

      @foufouille

      Aucune vaccination n’est obligatoire pour se rendre à Cuba.
      Ce qui rend caduque les histoires de couvertures vaccinales, puisque la soi-disant protection que conférerait un taux élevé n’est en fait qu’une passoire, et Cuba comme bien d’autres pays (fort heureusement) un moulin ouvert au quatre vents

    • foufouille foufouille 2 juillet 2018 18:03

      @njama

      les enfants cubains reçoivent 11ans vaccins obligatoire et gratuit. toi comprendre ?


    • njama njama 3 juillet 2018 07:41

      @foufouille

      et toi comprendre l’article de G. Delepine ?
      En quoi les pratiques de Cuba (à vérifier), celle de la Chine, ou d’autres pays pourraient valider scientifiquement une obligation vaccinale qui pour l’heure n’est devenue obligatoire avec ce nombre élevé de valences que en France et en Italie pour ce qui est du continent €uropéen.
      « primum non nocere »...

    • foufouille foufouille 3 juillet 2018 11:07

      @njama

      c’est justement ça la science. on prend un groupe qui valide la théorie. tant que tout le monde ne sera pas vacciné, la maladie existera toujours.
      il suffit donc d’un africain contaminé arrivant en europe.


    • njama njama 3 juillet 2018 12:38
      @foufouille
      il suffit donc d’un africain contaminé arrivant en europe.

      Un migrant ? vous faites dans le commerce de la peur !
      On peut aussi bien prendre d’autres groupes en références pour évaluer les limites de la théorie, de l’expérience en fait ! car tous les vaccins sont expérimentaux, et tous les vaccinés des cobayes

      La Chine est citée en exemple dans l’article, ou le Japon qui a banni le ROR, ou
      Le Parlement suédois a jugé la vaccination obligatoire inconstitutionnelle


    • foufouille foufouille 3 juillet 2018 13:07

      @njama

      c’est pareil pour une ville africaine et un habitant venu d’un village contaminé si les gens ne sont pas vaccinés. c’est pire dans le cas d’une mutation mortelle comme au gabon, 200 morts d’une variante de la polio.


    • njama njama 4 juillet 2018 14:57

      @foufouille


      11 vaccins obligatoires « L’objectif de 95% de couverture vaccinale n’a aucune base scientifique » affirme le Professeur Didier Raoult

      Le professeur Didier Raoult est le scientifique européen dont les publications comptent le plus de citations dans le domaine des maladies infectieuses. Il a reçu Prévention santé à l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection qu’il dirige à Marseille. Il vient de publier un livre intitulé « La vérité sur les vaccins » aux éditions Michel Lafon. Lors de cet entretien de 55 minutes*, le Professeur Raoult nous apporte son éclairage sans langue de bois sur la politique vaccinale du gouvernement. Une interview iconoclaste et exhaustive, du meilleur connaisseur des maladies infectieuses en France que nous vous faisons découvrir en exclusivité sur notre média.

      [.................]


      Interview

      01:10 Pourquoi ce livre, pourquoi la vérité sur les vaccins, pensez-vous qu’elle n’a pas été dite ?
      03:02 Que pensez-vous de la voie choisie par le gouvernement à savoir, celle de l’obligation vaccinale ?
      06:26 Le gouvernement dit répondre aux demandes de l’OMS qui demande 95% de couverture vaccinale
      10:34 Donc le gouvernement choisit l’anti-science selon vous ?
      15:09 Voulez-vous que l’on prenne les 11 vaccins un à un, nous dire si la maladie est grave, si le vaccin est utile et s’il y a d’autres moyens de la soigner ?
      15:20 La diphtérie ?
      15:59 Le tétanos ?
      17:08 La polio ?
      21:13 Le vaccin contre la polio pour des nourrissons français à l’heure actuelle, qu’en pensez-vous ?
      23:17 Coqueluche ?
      24:11 Hépatite B ?
      26:02 Y a-t-il une nécessité de santé publique à ce que les nourrissons soient vaccinés contre l’hépatite B ?
      28:04 La pneumonie ?
      31:05 Le méningite C ?
      33:44 Fallait-il le rendre obligatoire pour les nourrissons de 2 mois ?
      34:22 La rougeole ?
      38:15 Les oreillons ?
      38:38 La rubéole ?
      38:56 Le ministère de la santé affirme que les vaccins sont sûrs et n’ont pas d’effets secondaires, qu’en pensez-vous ?
      41:26 Les effets secondaires ne sont pas répertoriés en France au sein d’un registre comme aux Etats-Unis.
      43:14 L’avenir de la vaccination, est-ce une vaccination personnalisée ?
      43:55 Le vaccin contre la dengue
      46:54 Un vrai problème : le clostridium difficile
      49:02 L’obligation vaccinale va-t-elle contre le mouvement de fond de la société ?



    • njama njama 4 juillet 2018 15:09
      @foufouille

      Au total sur les onze vaccins obligatoires, seuls 5 sont justifiés selon le professeur, les 6 autres ne le sont pas et l’obligation de se défend pour aucun d’entre eux. C’est le médecin qui doit conseiller et non pas contraindre.

       smiley


    • foufouille foufouille 4 juillet 2018 15:47

      @njama

      il faut le dire à cuba ............


    • njama njama 4 juillet 2018 16:16

      @foufouille
      @njama .... il faut le dire à cuba ............

      non, à Washington ! c’est là que l’agenda pour un programme mondial de vaccinations se définit

      www.gouvernement.fr 6 May 2016
      Global Health Security Agenda
      Implementation of international health regulations, with robust, transparent global governance, is a priority for France. It particularly supports the creation of a health crisis response platform, and has taken the initiative of mobilising the G7 on the issue of the cost of innovative medicines.

      Content published under the Government Valls III from 2016 11th February to 2016 06th December
      https://www.gouvernement.fr/en/global-health-security-agenda


    • foufouille foufouille 4 juillet 2018 16:20

      @njama
      donc cuba obéit aux USA ?


    • njama njama 4 juillet 2018 17:09
      @foufouille
      L’article du November 4, 2016 dit « GHSA [Global Health Security Agenda] now has firm commitments from 55 nations and has been joined by international and nongovernmental organizations as well as private sector stakeholders. »

      je n’ai pas pour l’instant la liste des pays adhérents et ne peut savoir si Cuba adhère à cet Agenda ou non. En tout cas la France oui, elle y adhère très officiellement depuis le 6 mai 2016.
      Avec ces vaccinations obligatoires, nous nageons donc dans une idéologie politique manifeste, très éloignée de critères scientifiques, dans une utopie médicale déconnectée du terrain et du contexte humain et épidémiologique.
      Aucun complotisme là-dedans, aucune « fake news », rien de secret, tout s’affiche et a pignon sur Web >> https://www.ghsagenda.org/
      Bienvenue dans le scientisme au service du NWO... la médecine au service du Grand Kapital, et du suprématisme de « l’occident ».
      Rien de nouveau sous le soleil comme disait Qohélet (« celui qui s’adresse à la foule » - L’Ecclésiaste 1:9), la religion, comme la médecine, ont eu leur utilité coloniale, étaient précurseurs des ONG ... et pourquoi se priver de tels chevaux de Troyes...

    • foufouille foufouille 4 juillet 2018 17:18

      @njama

      cuba n’est pas dans la liste, pourtant 11 vaccins sont bien imposés aux enfants cubains ........

    • njama njama 4 juillet 2018 21:17

      @foufouille

      C’est comme pour toute religion ... une histoire de foi...
      nous cherchons désespérément la science, en la matière elle n’est pas au rendez-vous...

      Qu’est-ce qui au final pose problème au Conseil de l’Ordre des médecins ...
      La réponse est simple, la contestation du Professeur Joyeux de remettre en cause l’innocuité des adjuvants aluminiques que cette « autorité corporative » (soit- dit en passant justice d’exception) avait jusqu’à présent (implicitement) validé ...

    • njama njama 5 juillet 2018 12:19
      @foufouille

      Qu’on le dise à Cuba où non, la polémique tourne autour de la vaccination obligatoire ici en France et des déclarations du Professeur Joyeux abusivement radié par le Conseil de l’Ordre des médecins.
      Et, si vous avez suivi mon lien et écouter la vidéo, cet autre Professeur, Didier Raoult, grand connaisseur des maladies infectieuses déclare :

      Sont donc inutiles pour le nourrisson français en 2018 car les maladies ont disparu :
      1-le vaccin contre la diphtérie

      2-le vaccin contre le tétanos

      3-Le vaccin contre la polio : « actuellement le vaccin anti-poliomyélitique n’a pas d’intérêt.(22 :10)

      Soit pour faire simple le DTP qui rassemble les trois et qui était le seul obligatoire avant l’extension décidée par Emmanuel Macron pour 2018.

      « A partir du moment où il n’y a plus de risque, il ne peut pas y avoir de bénéfice. C’est évident. »(19 :28)




    • njama njama 5 juillet 2018 12:24
      @foufouille
      Il ajoute : - ce qui devrait faire réfléchir ces 6 académies smiley -

      qu’il ne sert à rien de vacciner massivement les nourrissons français contre des maladies qui ne sont pas graves (qui font peu de morts) ou qui ne touchent que des groupes à risque.
      Il ne faut pas se tromper de cibles.

      Sont donc inutiles pour le nourrisson français en 2018 :

      4- Le vaccin contre l’hépatite B, car la maladie transmissible par le sexe ou les seringues souillées ne concerne pas les nourrissons français. Le professeur préconise plutôt la vaccination des pré-ados.(24 :14)

      5- Le vaccin contre la méningite C qui ne concerne que des cas sporadiques. « c’est pas négligeable mais c’est un mort par an. »(11 :18) » C’est 30% des méningites à méningocoques  » (31 :46) Le reste 70% concerne la méningite B.

      6- Le vaccin contre La rougeole « il y a un mort par rougeole par an » (11 :11) alors que les maladies bactériennes dans les hôpitaux font 24 000 morts par an. Ce sont les personnels de soins qui doivent être ciblés. (07 :23


    • sahb 8 juillet 2018 18:38

      @njama

      c’est parfait de défendre Cuba contre tous ces menteurs rémunérés ! mais pourquoi cracher sur la Chine qui n’a AUCUN vaccin obligatoire !
      Délépine souvent mieux inspirée balance comme une évidence que la Chine est « totalitaire » ! (voici la poissarde arendt de retour !!) si elle l’est la France l’est 11 fois plus ! là comme sur de très nombreux autres aspects !!!
      vous voulez critiquer la France ? très bien ! comparez-la aux autres dictatures (dites « démocraties ») occidentales !! la Chine n’a rien de commun avec tout ce merdier !!

    • njama njama 9 juillet 2018 12:14

      @sahb

      Je ne comprends pas bien votre commentaire ! où aurais-je craché sur la Chine ?
      non, c’est l’article qui en parle, mais ce fait très connu* invalide simplement cette théorie qu’il faudrait un taux de couverture vaccinale extrêmement importante pour éradiquer une maladie. Notre gouvernement n’en tient pas compte, et comme l’indique le Dr Didier Raoult l’obligation vaccinale est une décision purement politique, (j’ajoute) totalitaire car assez éloignée de la science comme du bon sens, et par conséquent clairement contestable politiquement.

      Ceci dit la Chine est dans la liste https://www.ghsagenda.org/members


      25 faits sur l’industrie pharmaceutique, les vaccins et les « antivaccins »

      1- La Chine a des épidémies de rougeole, mais 99 % des Chinois sont vaccinés

      Une étude récente publiée dans la revue PLoS intitulée «  Difficultés dans l’élimination de la rougeole et le contrôle de la rubéole et des oreillons : étude transversale d’une première vaccination contre la rougeole et la rubéole et d’une seconde vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole », a mis en lumière l’inefficacité flagrante de deux vaccins contre la rougeole (rougeole-rubéole (RR) ou rougeole-rubéole-oreillons (RRO)). Contrairement à ce qu’ils promettaient, ceux-ci n’ont pas prévenu d’épidémies dans les populations se conformant à la vaccination. (Sayer Ji,  Why Is China Having Measles Outbreaks When 99% Are Vaccinated ?, GreenMedInfo, 20 septembre 2014)




    • njama njama 2 juillet 2018 17:12
      Le cas du vaccin contre l’hépatite B est sans conteste de la vente forcée.

      Vacciner des nourrissons avec un vaccin censé protéger des adultes contre des MST, cela est-il scientifique ?

      Déclaration de Jean Stéphenne qui a dirigé la branche vaccins chez GSK pendant 23 ans, en juin 2012 devant un parterre de chefs d’entreprise :

      « Nous avons acheté tous les brevets sur l’hépatite B, c’était la première fois qu’un vaccin était protégé par brevets. Nous avons tous les brevets, et maintenant, vous les concurrents, si vous voulez venir sur le marché, eh bien vous allez devoir négocier avec nous. Je pense que c’est comme ça que la société s’est créée et est devenue successful, et après on a développé des vaccins combinés, c’est à dire on a mis l’hépatite B avec tout autres produits qui n’étaient pas protégés par brevets, et en faisant ça, on rendait évidemment les produits combinés protégés.
      Et donc la stratégie, c’est pas plus compliqué que ça... » 

      Le laboratoire a donc cherché à créer un monopole, et il a commercialisé des vaccins multiples parce qu’il les trouvait plus rentables.

      source :  VIDEO. Envoyé spécial. Vaccins pour enfants : les labos font-ils de la vente forcée ?

      Une vidéo compromettante
      Pour deux cadres du laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) qui commercialise ce vaccin hexavalent, il s’agit d’abord de considérations de santé publique – lutter contre l’hépatite B –, et en aucun cas de raisons commerciales ou de rentabilité.

      Pourtant, Sophie Bonnet s’est procuré une vidéo datant de juin 2012, où l’on voit Jean Stéphenne, ancien directeur de la branche vaccin de GSK, se vanter de sa réussite. Il explique que GSK détient tous les brevets sur le vaccin contre l’hépatite B. En le combinant avec des vaccins non protégés par un brevet, le laboratoire étend son monopole sur l’hépatite B aux cinq autres vaccins  : « C’est comme ça que la société s’est créée et est devenue successful […] donc la stratégie, c’est pas plus compliqué que ça. » Le labo a donc commercialisé ces vaccins multiples parce qu’il les trouvait beaucoup plus rentables.

      Extrait d’« Envoyé spécial. Se soigner à quel prix ? » du 11 février 2016.

      https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/video-envoye-special-vaccins-pour-enfants-les-labos-font-ils-de-la-vente-forcee_1311677.html




      • troletbuse troletbuse 2 juillet 2018 19:41

        @njama
        Comme de nombreux politicards sont pédophiles, c’est normal qu’ils vaccinent leurs futures victimes  smiley


      • eddofr eddofr 2 juillet 2018 18:07

        Franchement, ça m’emmerderait qu’on ne puisse plus critiquer une décision de justice ... parce que c’est comme-ça qu’on mobilise l’opinion et que, parfois, on obtient la révision du procès d’un innocent.


        Quand aux Académies, elles ont bien le droit d’avoir une opinion, puisque moi qui ne suit ni médecin, ni pharmacien, ni vétérinaire, ni biologiste, j’ai le droit d’en avoir une. Et elles ont bien évidemment le droit de l’exprimer.

        ... ce qui ne m’oblige en rien à les croire.

        • HELIOS HELIOS 3 juillet 2018 10:13

          @eddofr
          ... personne ne parle de « critiquer » une décision de justice, ce qui est toujours possible !

          On parle de « discrédit », ce qui n’est pas pareil.

          ==== dire que la justice est corrompue, par exemple, c’est puni par la loi car cela porte le discrédit sur cette institution.

          ==== dire que la justice s’est trompée ou a fait une erreur, c’est autorisé, c’est une critique argumentée

          Les mots ont un sens....

        • njama njama 2 juillet 2018 18:18
          Et donc en admettant par hypothèse que le vaccin contre l’hépatite B conférerait une protection immunitaire d’une durée aléatoire et indéfinie de « quelques » années au mieux contre cette maladie éponyme qui ne se transmet à discrétion que par le sang et les contacts sexuels, par quelle(s) vertu(s) académique(s) le ministère de madame Buzyn pourrait-t-il justifier devant une Cour de Justice que l’on perturbe impunément le système immunitaire des nourrissons en voie de formation jusqu’à leur deux ans au moins avec cette hépatite B, et en quoi les remarques du Professeur Joyeux auraient-elles pu être un blasphème et à la science, et à la médecine, et au bon sens le plus élémentaire !

          Le seul crime du Professeur Joyeux serait donc peut-être de ne pas être avec ses titres et ses brillants états de services un vaccinolâtre convaincu  ?
           



          • njama njama 3 juillet 2018 08:04

            @Blek

            Pour ce qui est de la génération de mon père, et des suivantes d’ailleurs, la formation sur les vaccins dans les facultés de médecine se limitait à deux ou trois feuillets, pas davantage. N’importe qui pourrait le confirmer.

            Ceci dit, en tant que spécialiste il n’avait pas à vacciner, mais toutefois je sais qu’il entretenait beaucoup de suspicions et de méfiance sur le sujet. Avait-il eu connaissance d’effets délétères provoqués par les vaccins polio, BCG, variole ou autres, qui ont transformé des poignées de personnes en légumes ou les ont conduit vers des décès prématurés ? possible ...

            Dans le milieu médical, concernant les erreurs médicales, c’est l’omerta, et si l’armée est appelé la grande muette, l’hôpital c’est la tombe comme le rappelait une cadre hospitalier de nos connaissances.

          • njama njama 3 juillet 2018 08:34
            @Blek
            Faut pas déconner non plus.

            Vous avez raison, un peu de sérieux, revenons au sujet ! 
            Résumons : le professeur Joyeux, très loin d’être un anti-vaccins, réclamait au ministère la remise à disposition sur le marché du vaccin DTP sans aluminium, tel qu’il était fabriqué à une certaine époque et de ne pas se dérober à l’injonction du Conseil d’État de rétablir le vaccin DTP.

            Et donc si vous avez pris la peine de me lire, par la stratégie commerciale du Laboratoire GSK qui a combiné le monopole qu’il détient sur tous les brevets liés au vaccin hépatite B aux autres vaccins, il n’est plus possible dans les ressources actuelles du marché d’obtenir ce vaccin trivalent DTP sans aluminium. Bref aujourd’hui, pas d’autres choix que l’INFANRIX ! La science vs la loi du marché ?

            Et voici donc nos 800.000 nourrissons français par an pris en otages, colonisés par le mercantilisme.


          • Eric F Eric F 3 juillet 2018 10:19

            @njama
            vos exemples sont effectivement la preuve de la prédominance mercantile sur ce sujet


          • colibri 2 juillet 2018 19:29
            Merci pour cet article qui remet les choses en place , 
            malheureusement il y a une dictature médicale en France qui exclue tout débat ,et controverse, 
            il faut penser médicalement correct sous peine d’être exclu du système .

            • njama njama 2 juillet 2018 19:45
              Si ’l’on comprend bien, en se pourvoyant en cassation, le Conseil national de l’ordre des médecins voudrait sonner l’hallali* contre l’hérétique le Professeur Joyeux

              ce n’est plus de la justice, mais c’est un tribunal de l’inquisition que cet ordre convoque !



              * le dernier temps de la chasse à courre, celui où la bête pourchassée est mise à mort


              • Ruut Ruut 2 juillet 2018 22:16

                Bienvenu en Dictature France.


                • fleming fleming 3 juillet 2018 00:58
                  Alexie sélective ! Je ne vois que ce diagnostic pour expliquer l’exploit du rédacteur : trouver l’article 434-25 du Code Pénal et en lire correctement le premier alinéa qui interdit de critiquer une décision de justice.
                  MAIS ne pas réussir à lire ensuite le 2ème alinéa du même article qui dit ceci : "Les dispositions de l’alinéa précédent ne s’appliquent pas aux commentaires techniques ni aux actes, paroles, écrits ou images de toute nature tendant à la réformation, la cassation ou la révision d’une décision."
                  -> Comme le dit EDDOFR ci-dessus, heureusement que dans certains cas on peut critiquer une décision de justice. Sans cet alinéa même les parties en cause ne pourraient critiquer la décision et dire qu’ils comptent faire appel.

                  Au fait, le Conseil de l’Ordre vient d’annoncer officiellement se pouvoir en cassation => vous êtes un médecin, un soignant, une biologiste, une personne travaillant avec les enfants ou toute personne (physique ou morale) ayant un lien de près ou de loin avec la vaccination et en particulière celle des enfants ? Félicitation ! Toute critique de votre part de la décision concernant le Pr Joyeux est assimilé à un soutien à cette décision du CNOM et l’alinéa 2 vous protège.

                  • fleming fleming 3 juillet 2018 01:07

                    @fleming

                    Mais nous pouvons sans doute expliquer cette alexie sélective par les grandes compétences en Droit de l’auteur. En effet, comment ose-t-on prétendre que la liberté d’expression à des limites ? Toute le monde comprend bien quel horrible pays liberticide serait le notre si on ne pouvait pas :
                    - dire que son voisin est un violeur sans aucune preuve (diffamation)
                    - exprimer publiquement son mépris de toute une religion ou une ethnie (incitation à la haine raciale)
                    - exprimer ses doutes sur le meurtre systématique de juifs par les nazis ( négation de crime contre l’humanité)
                    -se réjouir publiquement du meurtre de policiers par un terroriste (apologie du terrorisme)

                    Ah attendez ! On me dit dans l’oreillette qu’en fait toutes ces chose sont interdites en France et que la majorité des gens ne s’en plait pas voire même en est plutôt contente.
                    On me dit également que l’interdiction de critiquer une décision de justice sus-mentionnée serait également une limitation de la liberté d’expression. Et donc que l’auteur se contredit lui-même.  :->

                  • zygzornifle zygzornifle 3 juillet 2018 08:31

                    La liberté d’expression : permet à chacun d’exprimer librement ses idées par tous les moyens qu’il juge appropriés....


                    Belle théorie bafouée tous les jours par les gouvernements successifs , a ranger au grenier avec la démocratie et autres libertés contraires a la pensée unique ....

                    • njama njama 3 juillet 2018 08:47
                      Les revendications du Professeur Joyeux étaient-elles si sottes et crétines qu’il mériterait de perdre honneur et titres ? Le Conseil de l’ordre va avoir fort à faire pour le démonter devant les magistrats de la Cour de cassation !

                      Le professeur Romain Gherardi... répond aux questions de « L’Obs ».

                      Serait-il possible d’utiliser d’autres adjuvants ? Comment faisait-on avant l‘aluminium ?

                      En France, jusque dans les années 80, l’institut Pasteur a refusé l’aluminium, il utilisait du phosphate de calcium. On en a dans les os, l’organisme est « équipé » pour le tolérer. Mais quand les laboratoires Mérieux ont racheté l’institut Pasteur dans les années 80, les vaccins Pasteur sont passés à l’aluminium. Alors même que leurs vaccins au phosphate étaient d’excellente qualité.

                      Pourquoi ce choix du tout-aluminium ?

                      J’ai rencontré le comptable de l’institut Pasteur de l’époque. Il m’a expliqué qu’une dose de vaccin avec du phosphate de calcium coûtait à l’époque 30 centimes de francs de plus qu’une dose avec l’aluminium. De plus, pour obtenir l’immunisation, avec le phosphate, on n’avait besoin que de deux injections alors qu’il en fallait 3 avec l’aluminium. Mérieux a dit : « On préfère vendre 3 vaccins plutôt que 2 ». Il faut comprendre que la politique vaccinale est très déterminée par des intérêts financiers...

                      source : Vaccins : « Nous ne savons pas grand-chose sur les effets de l’aluminium »
                       L’Obs > Santé 24 sept. 2017




                      • baldis30 3 juillet 2018 10:57

                        @njama

                        bonjour,

                         là il s’agit d’une appréciation économique, et pas médicale … et ne met pas en cause la vaccination en tant que principe … par contre se poser des questions sur la préparation est bien autre chose !


                      • njama njama 3 juillet 2018 12:21
                        @baldis30

                        Le Professeur Joyeux ne remet pas du tout la vaccination en tant que principe

                        Question : pourquoi donc l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), le CTV (Comité technique des vaccinations), le ministère de la santé valident les vaccins contenant des adjuvants aluminiques à l’efficacité moindre, à la toxicité supérieure, et donc plus coûteux ? plutôt que de contraindre l’industriel à les fournir avec l’adjuvant phosphate de calcium.

                        Avis scientifiques ou corruption ? subordination juridique de l’État aux lois des Brevets ? perte de souveraineté ou / vs intérêts souverains ? mafia internationale suprémaciste dans le domaine de la santé  ?

                        Les bébés français en tête de gondole ?



                      • foufouille foufouille 3 juillet 2018 12:35

                        @njama

                        il faut demander à cuba, chine ou russie, leurs vaccins sont les mêmes.


                      • njama njama 3 juillet 2018 08:50

                        4. Le changement d’adjuvant s’est déjà produit : l’exemple des vaccins IPAD
                        Comme nous l’indiquions supra, l’Institut Pasteur avait mis au point, au début des années 1970, des vaccins adsorbés sur phosphate de calcium (vaccins dénommés IPAD = Institut Pasteur ADsorbés sur phosphate de calcium), face aux risques présentés par les sels d’aluminium.
                        En 1985, la branche vaccins de l’Institut Pasteur, Pasteur Production, fut rachetée par l’Institut Mérieux, donnant naissance à Pasteur Vaccins.
                        [...]

                        Marc Girard (directeur scientifique en 1985 de Pasteur Vaccins - fruit de la fusion Pasteur / Mérieux) précisait que les critères économiques avaient prévalu dans cette volonté d’imposer l’aluminium comme seul adjuvant (30) : «  Avec l’arrivée de Mérieux, si vous voulez, les choses sont devenues beaucoup plus professionnelles. (...) c’était des industriels, c’est là où, dans un souci de rationalisation, l’Institut Mérieux a dit «  écoutez, on laisse tomber le phosphate de calcium, tout le monde fait de l’hydroxyde d’aluminium. » (...) Dans une industrie, c’est toujours plus compliqué d’avoir différents produits qu’il faut mélanger, pas mélanger, éviter de mélanger, etc. C’est plus simple d’avoir une ligne unique. »

                        source  : pages 10-11 Le Dossier Intégral Phosphate de calcium : une alternative aux sels d’aluminium septembre 2015

                        https://www.vaccinssansaluminium.org/wp-content/uploads/2015/09/Le-phosphate-de-calcium-Une-alternative-aux-sels-daluminium.pdf


                        • njama njama 3 juillet 2018 08:53

                          adjuvants vaccins, le changement est-il possible ? OUI !
                          hydroxyde d’aluminium vs phosphate de calcium

                          extrait page 10 :

                          3. Le changement d’adjuvant est une modification mineure


                          La Commission Européenne énonce dans sa directive de 2005 sur les adjuvants dans les vaccins à usage humain que, pour procéder au changement d’adjuvant dans un vaccin déjà autorisé, il n’est pas nécessaire de refaire l’ensemble des études cliniques.


                          • baldis30 3 juillet 2018 11:03

                            @njama
                            bonjour,

                            Ah la Cocococo… mission européenne … ! Combien de médecins ou de scientifiques en son sein ?

                            COMBIEN ?

                             Ne sait-elle pas qu’en matière d’expérimentation la variation sur UN seul critère peut changer le résultat ?

                            n’y a-t-il pas un mathématicien pour leur parler du changement d’un seul postulat pour passer de la géométrie euclidienne à la géométrie riemannienne et des résultats différents … ! C’est un exemple !

                            Cocococo … mission européenne … type même de structure stalinienne !


                          • njama njama 4 juillet 2018 10:52

                            @baldis30

                            Ah la Cocococo… mission européenne... type même de structure stalinienne !

                            On n’en est plus très loin, pour preuve récente, cette info encore chaude ! Une police de la pensée unique se met en place, la chasse aux « fake news » (et aux anti-vaxx) est désormais ouverte !
                            bigre, il va falloir tailler sa plume et soigner sa rédaction pour discuter sur les vaccins ...

                            19. souligne que la perte de confiance de l’opinion publique vis-à-vis des vaccins, enregistrée à l’échelle mondiale, constitue une source de préoccupation et un enjeu majeur pour les spécialistes de la santé publique ;...
                            23. condamne la propagation d’informations non fiables, fallacieuses ou sans caractère scientifique sur la vaccination, aggravée par les controverses dans les médias, le sensationnalisme des médias et le journalisme de piètre qualité ; invite les États membres et la Commission à prendre des mesures efficaces pour lutter contre la propagation de telles informations trompeuses et à renforcer les campagnes de sensibilisation et d’information visant à rétablir la confiance dans les vaccins, notamment en direction des parents, y compris au moyen de la création d’une plate-forme européenne destinée à élargir la couverture vaccinale et à lutter contre la désinformation ;

                            24. insiste sur la nécessité de fournir des informations scientifiquement établies, factuelles et exhaustives aux citoyens ; invite la Commission et les États membres à faciliter le dialogue avec les parties prenantes issues de la société civile, des mouvements citoyens, du monde universitaire, des médias et des autorités sanitaires nationales afin de neutraliser les informations non fiables, fallacieuses ou sans caractère scientifique au sujet de la vaccination ;

                            33. invite la Commission à faciliter l’harmonisation et l’alignement des calendriers vaccinaux au sein de l’Union, à favoriser le partage des bonnes pratiques, à explorer avec les États membres les possibilités d’établir une plateforme pour le suivi de la sécurité et de l’efficacité des vaccins, à assurer une couverture vaccinale uniforme dans l’ensemble de l’Europe...






                          • njama njama 3 juillet 2018 08:56

                            extrait page 11 :

                            Les choix raisonnables de l’Institut Pasteur n’ont ainsi pas résisté au « réalisme économique ».

                            « Nous avons regretté que lors de la fusion Institut Pasteur-Institut Mérieux, le vaccin de ce dernier, sur aluminium adsorbé, ait été préféré aux vaccins Ipad sur phosphate de calcium pour des raisons politiques, même si les vaccins Ipad faisaient 40 % du marché aussi bien en France qu’à l’export  », déplore ainsi le Dr Jean-Paul DAMAS, lauréat de l’Académie nationale de médecine et ancien interne de l’hôpital de l’Institut Pasteur. Une analyse partagée par le Dr Louis LERY, de l’Institut Pasteur, dans une lettre adressée à la Sous-Direction des Affaires scientifiques du ministère des Affaires sociales le 29 septembre 1987 (31) :
                            « (...)les publications portant sur les effets toxiques ou les effets indésirables de l’aluminium et de l’hydroxyde d’alumine sont de plus en plus nombreuses, d’année en année. Cet élément pousse ainsi à préférer des produits adjuvantés avec un autre sel minéral comme le calcium, composant habituel de notre économie générale. Récemment, en juillet dernier, l’administration américaine a pris des positions nettes concernant les allergènes retard contenant de l’hydroxyde d’alumine. »

                            Malheureusement, ces alertes des chercheurs de l’Institut Pasteur ne furent pas entendues.


                            • njama njama 3 juillet 2018 10:09
                              @ G. Delepine
                              Il est aussi très surprenant que l’académie vétérinaire, par exemple, se mêle de vaccination humaine.

                              Faut-il en être vraiment surpris puisque les nouvelles obligations vaccinales, faisant fi de la déontologie, de lois nationales et conventions internationales bien humaines de recueillir au préalable le consentement du patient, transforment de ce fait le geste médical en une pratique vétérinaire à laquelle il sera très difficile d’y échapper.
                              N’oublions pas que Roselyne Bachelot était prête à « réquisitionner » les vétérinaires pour distribuer le vaccin H1N1

                              oui obligation vaccinale = pratique vétérinaire !

                              et on se lamentera encore que la médecine se déshumanise davantage ... à croire qu’en arrière-plan, suivant les techniques de management (customer relationship management) il faut distancier la relation des patients à leurs médecins pour mieux la contrôler...



                              • Eric F Eric F 3 juillet 2018 10:26

                                la frénésie vaccinatoire de l’actuel gouvernement me semble avoir l’effet inverse de celui qu’il souhaitait : de plus en plus de gens se posent des questions sur l’efficacité et l’innocuité de la vaccination. Du reste, je fais partie de ceux qui sont devenus depuis récemment très circonspects suite aux débats qui se sont instaurés, notamment sur le rôle des lobbies pharmaceutiques et le « suivisme » conformiste de la majorité du milieu scientifique [dont les académies en question], relayé par les grands média de plus en plus courroie de transmission de la communication gouvernementale.

                                La question des vaccins multiples seuls disponibles dès l’époque où ils n’étaient pas encore obligatoire montre une « préméditation » dans cette affaire. Ce qu’explique njama concernant les adjuvants est significatif.



                                • Wildbill 3 juillet 2018 14:29

                                  Les médecins généralistes sont pour la plupart des dealers de came officiels (anxiolityques et antidépresseurs),ignares des évolutions de la médecine parce qu’ils sont informés par les labos pharmaceutiques,quand ils ne sont pas carrément corrompus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

delepine

delepine
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès