• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Eléments de réponse au plaidoyer pro obligation vaccinale de (...)

Eléments de réponse au plaidoyer pro obligation vaccinale de l’interview d’AC Siegrist dans la Tribune de Genève du 3 janvier 2018 [1]

 " la démocratie en santé n'est pas la reine de l'échiquier ; elle en est le fou. Et avec elle, tous ceux qui y croient ; ces bénévoles, usagers, professionnels de santé, élus, partenaires sociaux, qui donnent de leur temps et de leur énergie dans des instances nationales (CNS, CNCPH, CNRPA), territoriales (CRSA, Conférences de territoire) ou liées à un établissement de santé (CRUQPC, CVS) ; ceux-là même qui croient que la réflexion issue du terrain fera évoluer notre système de santé, alors qu'elle ne servira que de faire-valoir. " thomas Dietrich in "les illusions perdues " rapport sur la concertation vaccinale de 2016 (référence 15)

La bataille pour ou contre l’obligation vaccinale ressemble trop souvent à une guerre de religion où les dogmes s’affrontent. Pour permettre un débat démocratique et éclairé, il est indispensable de revenir aux faits, rien qu’aux faits chiffrés et prouvés. Plus de catéchisme pro ou anti vaccinal ! Des faits !

La tribune de Genève vient de présenter une interview d’AC Siegrist, directrice du Centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève, pour tenter de justifier l’obligation vaccinale française. Nous souhaitons présenter quelques commentaires sur cette interview, précisant que nous ne sommes pas anti vaccin, mais seulement partisans d’une politique vaccinale raisonnée et libre pour chacun, s’appuyant sur la balance avantages/risques de chaque vaccin, pesée pour chaque individu en fonction de ses risques particuliers et des données acquises de la science (information à fournir à tout patient). C’est le principe même d’une obligation, en l’absence de risque sanitaire réel, et son caractère aveugle (la même pour tous) que nous critiquons ici et que nous redoutons pour les enfants, d’autant plus qu’ils sont plus jeunes.

 

Vaccination raisonnée et non obligatoire : hépatite B pour les soignants exposés au CHU de Genève

Le premier exemple qu’elle donne pour justifier l’obligation est celui des soignants de son hôpital, qui correspond à celui d’une vaccination raisonnée. Les soignants sont exposés professionnellement au virus de l’hépatite par le sang parfois contaminé de malades. Pour eux, la balance avantages/risques de la vaccination est possiblement positive [2] et une recommandation vaccinale spécifique pourrait se discuter. L’hôpital n’embauche plus de non vaccinés, c’est son droit et aussi celui d’un soignant de choisir de ne pas postuler dans cette structure ! Ceci n’a rien à voir avec une obligation générale pour 850 000 nourrissons par an, exposant les parents réfractaires aux poursuites judiciaires pour défaut de soins risquant 2 ans de prison et 30 000 € d’amendes. Ce qui a été supprimé par la ministre sont les peines spécifiques, mais les tribunaux sont à même de condamner, comme le sont actuellement des parents ayant refusé le simple DT Polio. Ne déformons pas la triste réalité. De plus le refus de scolariser ces enfants non vaccinés est discriminatoire et ne ressemble en rien au cas du soignant de l’hôpital cité !

 Quant à ce même vaccin contre l’hépatite B, il est caricatural de l’obligation injustifiée et dangereuse : les nourrissons français non exposés à ce virus (qui ne se transmet que par le sang ou les relations sexuelles) et dont l’immunité vaccinale aura disparu au début de la période à risques (adolescence)[3] [4] sont une cible illogique. Cette vaccination, complètement inutile à cet âge, expose à des complications potentiellement graves[5] et sa balance avantages risques est indiscutablement défavorable : cette obligation vaccinale précoce n’a pas de justification médicale. Qui peut raisonnablement la défendre ? La phrase de A.C S dans la tribune sonne curieusement : « les vaccins sont une sonde de l'état d'une société, de la place de l'individu et de sa relation aux autres et à l'autorité ». Dans une démocratie, y-a-t-il lieu de tester notre soumission à l’autorité ? Est -ce le rôle d’un médecin ou d’une ministre ? Quel aveu !

 Négation de la toxicité du vaccin antihépatite B reconnue et indemnisée y compris par les tribunaux français

Son affirmation « la vaccination contre l'hépatite B, accusée de causer la sclérose en plaques  » laisse pantois. Ignorerait-elle que le vaccin n’est pas seulement accusé, mais déclaré coupable, que le lien de causalité entre vaccination anti hépatite et sclérose en plaques est définitivement admis par la justice administrative[6] [7].Celle-ci reconnait la responsabilité de l’Etat et indemnise ses salariés victimes de ce vaccin qu’il leur avait imposé[8], lorsque l’expert n’exclut pas un lien de causalité entre la vaccination et la pathologie. « Le lien direct entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques doit alors être regardé comme établi eu égard d’une part, au bref délai ayant séparé l’apparition des premiers symptômes d’une sclérose en plaques, éprouvés par l’intéressé et validés par les constatations de l’expertise médicale, à la bonne santé de la personne concernée et à l’absence, chez elle, de tout antécédent à cette pathologie antérieurement à sa vaccination ». Cette interprétation a été confirmée en juin 2017 par la cour de justice européenne.[9]

De même sa remarque « Ces événements n'ont pas été accompagnés par des campagnes d'information objectives  » est une litote car les campagnes prétendument « d’informations sur les vaccins » organisées par le ministère et les laboratoires fabricants les vaccins ont été mensongères sur de très nombreux points[10]. Ce sont ces mensonges publicitaires récurrents, le déni systématique des complications et le refus d’entendre les plaintes des victimes qui sont responsables de la défiance de la population et non pas de « groupes peu nombreux et très actifs ». D’ailleurs cette défiance n’a pas attendue internet pour exister et on peut retrouver des publications datant de plusieurs décennies sur cette même défiance.

Poliomyélite quasiment disparue dans nos contrées depuis trente ans

La poliomyélite (comme la typhoïde et le choléra) est une maladie à transmission féco orale (le virus se transmet par les excréments d’un malade infecté à la bouche du futur infecté par la nourriture ou la boisson contaminée). La transmission de la maladie est donc impossible si on respecte les règles d’hygiène minimales (lavage des mains et des fruits et légumes) et qu’on utilise une eau potable. Ce n’est pas le vaccin qui a vaincu la poliomyélite en Occident, mais bien l’hygiène et les compagnies d’assainissement des eaux. D’ailleurs les rares cas de poliomyélite observées dans ces vingt dernières années en Europe sont dus au virus du vaccin lui-même qui a retrouvé sa virulence.

Rougeole et coqueluche. Quels arguments ?

Son affirmation «  chacun connaissait quelqu'un ayant eu une coqueluche[11] ou une rougeole grave » est incroyable ! Certes, en France la population proche d’enfants connaissait la coqueluche et la rougeole, mais aussi leur bénignité ; les formes graves étaient rarissimes. En France, pour plus de 65 millions d’habitants, la ministre de la santé n’a pu recenser que dix rougeoles mortelles en dix ans[12] soit, si on estime que la mort d’un enfant est connu de 100 personnes, la probabilité d’en connaître un cas ne dépasse pas un sur six cent mille par an !

 

La diabolisation de la rougeole

« La rougeole provoque en France des milliers d'hospitalisations et parfois des décès »[13] réitère la propagande vaccinale trompeuse précédemment utilisée pour affoler la population et la convaincre de se faire vacciner en outre contre l’hépatite, la grippe H1N1, la grippe saisonnière ou les papillomavirus et qui est à l’origine de la défiance en la parole des experts. Espérons que les propos de la pédiatre ont été déformés par le journal, confondant la mortalité de la rougeole dans certains pays pauvres et la France.

 Ces chiffres sont contredits par l’expérience quotidienne des médecins français, la nôtre sur une cinquantaine d’années, et par les relevés de l’institut de veille sanitaire. Notons que cette peur, exacerbée par les campagnes de presse, les déclarations de gouvernants et les émissions pluriquotidiennes sur la santé alimente le flux des urgences hospitalières ou en ville pour des symptômes banals craints par les parents qui vont jusqu’à pleurer si on détecte une grippe (banale le plus souvent) ou qu’on refuse des antibiotiques (inutiles).

A.C. S affirme voir vu mourir un « petit qui avait attrapé la rougeole », parce qu’il n’avait pas été vacciné. Il est très dommage qu’elle n’ait, semble-t-il, ni déclaré ni publié ce cas car l’Office Fédéral de la Santé Publique suisse ne dénombre dans les dix dernières années que deux enfants morts de rougeole en Suisse, dont le dernier en 2017 était un jeune leucémique qui avait été vacciné contre la rougeole et la précédente (en 2009) une étrangère dont les conditions de vie et de santé restent à préciser. De plus, une scientifique ne peut baser ses décisions sur une observation émotionnelle (pas plus que ne l’auraient dû les députés qui ont voté la loi !) Ou bien à quoi servent les études statistiques, les essais etc…

 

A.C. S prétend aussi que « la rougeole offre une immunité à peine meilleure (100%) que le vaccin (98%), pour autant que l'on y survive sans séquelles. » Pourtant, avant la vaccination, en France, la quasi-totalité des enfants faisaient leur rougeole et les autres éruptions bénignes de l’enfance, et survivaient sans séquelles. De plus la persistance à vie de l’immunité conférée aux femmes par le virus de la rougeole leur permettait de transmettre leurs anticorps à leurs nouveaux nés et ainsi de les protéger de la maladie dans leurs premiers mois. L’inconstance et la moindre persistance de l’immunité obtenue par la vaccination explique la fréquence croissante des formes de rougeole chez les tout petits justifiant, pour les pro obligation une vaccination plus (trop !) précoce sur un système immunitaire non mature.

 

 Inefficacité de la couverture maximale vécue en Chine et aux USA

 Dans ce pays, l’intérêt de la société prime sur celui des individus, et l’efficacité du système totalitaire permet d’obtenir une couverture vaccinale de plus de 98%. En Amérique, grâce à une propagande forcenée, le taux de couverture vaccinale dépasse les 95%. Mais dans ces deux pays, le virus sauvage circule toujours, véhiculé par des adultes vaccinés et porteurs sains, ne permettant donc pas de protéger les personnes à risques. Ces exemples montrent que l’éradication de la rougeole n’est pas pour demain. Même si les experts de l’OMS ont proclamé en 2000, puis en 2016 avoir éradiqué la maladie en Amérique du Nord[14], cette déclaration fut démentie par la réapparition épisodique de la maladie qui confirme que le virus circule toujours malgré la couverture vaccinale prétendument optimale.

L’ancien directeur général de la santé en France, William Dab, a précisé lors d’une interview « Une stratégie d’intervention fondée sur l’obligation doit se discuter non dans ses principes, mais dans ses résultats, et ceux-ci ne sont pas si favorables.. »

 

 Commentaires sur la concertation citoyenne de 2016 en France.

Concernant la concertation citoyenne organisée par le ministère de la santé, on peut se demander si A.C. S a lu les conclusions publiées par les deux jurys. Contrairement à ce qu’elle prétend, ce processus n’a pas été démocratique et les conclusions officielles ne reflètent absolument pas, ni les débats, ni les conclusions des jurys, mais seulement ce que le ministère avait décidé de claironner.

Citons son organisateur T Dietrich[15] qui démissionna de dépit et d’écœurement de son poste de secrétaire général de cette concertation :

 

(..) « Il fut exigé que je fasse relire les avis ou contributions de la Conférence Nationale de Santé par le cabinet de la Ministre, préalablement à leur publication. Ainsi, le cabinet pourra expurger tous les passages qui lui sembleraient trop contestataires. »(..)

 

« Un débat public piloté par une agence sous tutelle de l’Etat et qui mène dans le même temps des campagnes de communication pro-vaccination, un comité d’organisation de ce débat aux ordres de la Ministre, un comité d’orientation dirigé par un proche de Marisol Touraine et qui n’aura de fait aucune indépendance En fait de débat public, c’est une véritable opération de propagande qui est menée pour inciter les français à se vacciner, en occultant totalement toute réflexion sur la question de la balance bénéfices/risques. Machiavel en sortira sans doute grandi, mais non la démocratie en santé. L’état de santé des français, non plus. Car il est évident que de plus en plus de parents renonceront à vacciner leurs enfants, faute de pouvoir disposer d’une information qui ne soit pas entachée du soupçon de la partialité et du conflit d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques. Une information qu’auraient pu leur apporter les conclusions de ce débat public, s’il n’avait été honteusement biaisé. »

 

Lorsque A.C.S prétend que « ces jurys ont proposé d'étendre l'obligation afin que tous les vaccins aient le même statut  », soit elle a été trompée, soit elle ment.

Revenons aux faits avec leurs références. Le jury de citoyens a été incapable de dégager un consensus sur le caractère obligatoire ou seulement recommandé des vaccins[16]. Le jury professionnel a, lui clairement tranché contre l’obligation[17] :

« Sortir de l’obligation vaccinale permettrait une plus grande responsabilisation des parents, des citoyens, mais aussi des adolescents et des jeunes adultes. Comprendre pourquoi tel ou tel vaccin est indispensable est différent que d’imposer l’obligation de certains vaccins. La surveillance de données épidémiologiques permettra d’évaluer la pertinence de cette nouvelle stratégie ».

Mais, le comité d’organisation, présidé par Alain Fischer[18] n’a absolument pas pris en compte l’avis des professionnels de santé, ni celui des citoyens, et imposé sa décision d’élargir l’obligation conformément à la volonté de la ministre. Ce qu’a constaté tristement Dietrich :

 «  la démocratie en santé n'est qu'une vaste mascarade montée par les hommes et les femmes politiques pour faire croire à une certaine horizontalité de la décision publique en santé - alors qu'elle n'a jamais été aussi verticale. Et tout ceci au détriment des citoyens, dont on utilise les deniers… »[19]

Quant à l’espoir que l’obligation serait transitoire, c’est une promesse qui n’engage que ceux qui y croient. L’obligation sera imposée jusqu’à ce qu’un mouvement citoyen suffisamment puissant impose sa suppression.

 Violation du code de Nuremberg, de la convention d’Helsinki et d’Oviedo.

Lorsqu’A.C. S accuse d’égoïsme ceux qui refusent certains vaccins pour leurs enfants, elle renie les principes éthiques de la médecine : « tu n’administreras un traitement qu’avec le consentement éclairé de ton patient »[20] et les droits du citoyen à disposer de son corps « toute intervention médicale préventive ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, et fondé sur des informations suffisantes… le seul intérêt de la science ou de la société ne doit pas prévaloir. » [21].

Méfions-nous de ceux qui veulent faire passer ce qu’ils prétendent être l’intérêt de la société avant ceux de l’individu : ce sont là les germes de la tyrannie qu’on laisse prospérer dont les intentions ne sont guère altruistes. La relation médecin-patient doit être d’abord et avant tout basée sur la confiance, alors que la coercition la mine. Les médecins servent alors l’état et par extension la société, avant l’intérêt de leurs patients. C’est la rupture du serment d’Hippocrate, même si la nouvelle loi essaie de le justifier : selon la modification du code de santé publique de décembre 2017, le médecin doit d’abord obéir à l’état et à la loi : c’est la mort de la médecine et le développement des désertions et donc des déserts. Pas de médecine sans liberté.

 Attention aux dérives qui subrepticement détruisent notre monde.

 Nous nous trouvons ici sur une pente glissante où la médecine civilisée a trop souvent déraillé dans le passé. ». Le Dr Leo Alexander, chef médical consultant américain au procès de Nuremberg[22], a averti en 1947 que « c’est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d’une société entière peuvent être renversées ». Il a souligné que, bien avant l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, un changement dans la culture médicale s’était déjà produit «  ouvrant la voie à l’adoption d’un point de vue hégélien utilitariste  » avec une littérature traitant de l’euthanasie et de l’extermination des personnes handicapées dès 1931 « dans l’intérêt de la société et de la nation. »

 Danger d’une extension facile de l’obligation après le vote de la loi applicable en 2018, en particulier pour le Gardasil chez les prépubères

A.C. S prône la vaccination contre le cancer du col de l’utérus et se félicite qu’elle atteigne déjà 70% des femmes en Suisse. Pourtant, il n’existe toujours aucune preuve scientifique que ce vaccin ait la moindre efficacité contre ce cancer dont l’apparition après des décennies ne permet absolument pas aujourd’hui d’en affirmer l’efficacité. La seule justification est une corrélation entre présence du virus HPV et sa disparition avec le vaccin. Mais la responsabilité directe du virus dans l’apparition du cancer reste à démontrer. De plus, en rassurant les femmes, le vaccin risque de faire régresser le dépistage par frottis qui représente le seul dépistage de cancer ayant fait la preuve de son utilité à ce jour. Enfin, plusieurs centaines de morts suspectes et de troubles neurologiques lui sont attribués avec de nombreuses plaintes pénales dans le monde. Là aussi le bénéfice très incertain et les risques avérés aboutissent à une balance avantages/risques défavorable.[23]

 

 Plaidoyer du professeur Siegrist justifiant les liens d’intérêt des professeurs prônant la vaccination et les laboratoires pharmaceutiques !

Dans son dernier chapitre A.C. S fait curieusement le plaidoyer de ses liens d’intérêts, en prétendant que côtoyer les firmes productrices de vaccins n’altère pas son jugement. Elle nous tend la perche pour en parler ! Malheureusement ce n’est pas de liens d’intérêts qu’il s’agit, mais bien de conflits d’intérêts reconnus et jugés de niveau 3 par l’agence européenne du médicament, risque le plus élevé[24]. Loin de mettre en doute sa bonne foi ( voire sa foi, au sens propre de religion), nous constatons seulement les oublis et erreurs relevés dans son interview, qui vont toutes dans le sens du crédo vaccinal. Ces « anomalies » confirment les conclusions de nombreuses études américaines qui montrent l’influence des liens d’intérêts sur les opinions exprimées[25] et que même un repas offert peut altérer le jugement[26] sans que le médecin honoré en ait forcément conscience.

 

Dans le cas de ce professeur interviewée, ce n’est pas un repas que l’industrie lui a offert mais toute une vie professionnelle, sa chaire de professeur créée et financée par l’industrie,[27] une notoriété mondiale et une introduction dans beaucoup d’agences (EMA, OMS, agence anglaise). En France, la loi impose aux médias de préciser les liens d’intérêt des professionnels interviewés[28]. Ces précisions ne constituent pas une critique malveillante de C.A.Siegrist dont la bonne foi[29] n’est pas mise en cause ici, mais seulement le rappel de faits vérifiables susceptibles d’altérer son indépendance et l’objectivité de ses opinions.

 

« Un conflit d’intérêts naît d’une situation dans laquelle les liens d’intérêts d’un expert sont susceptibles, par leur nature ou leur intensité, de mettre en cause son impartialité ou son indépendance  »

 « L’identification d’un conflit d’intérêts au regard d’une expertise donnée conduit en principe l’organisme à exclure la participation de cet expert. » [30]

 

« La prévention des conflits d’intérêts répond avant tout à une exigence sociale, politique et philosophique fondamentale de renforcement de la confiance des citoyens dans leurs gouvernants et dans tous ceux qui concourent à l’exercice de l’action publique. »[31]

 

 En conclusion, danger d’une volonté mondiale d’extension vaccinale obligatoire, sans justification scientifique, ni démonstration de bénéfices supérieurs aux risques.

 

La publication et les termes de cette interview d’une personne théoriquement non impliquée dans la politique sanitaire française confirme d’ailleurs que l’industrie du vaccin mobilise tous ses relais d’opinion, employés et obligés pour promouvoir une extension mondiale des vaccins, en occultant la seule donnée utile pour les citoyens et les médecins fidèles au serment d’Hippocrate, celle de la balance avantages/risques individuels de la personne. Le drame récent de Dengvaxia appliqué en vaccination de masse aux Philippines et retiré en décembre 2017[32] met en lumière l’insuffisance d’expérimentations des vaccins avant leur mise sur le marché de masse aux frais des pays, les citoyens servant de fait de cobayes pour la phase 3 à grande échelle…

 La comparaison des cartes des pays européens imposant une obligation vaccinale et de l’indice de corruption montre, de plus, qu’obligation vaccinale se superpose habituellement avec corruption. Les pays européens, mieux notés que la France dans la lutte contre la corruption (pays nordiques, Angleterre, Allemagne, Pays bas, Belgique) n ’ont pas d’obligation vaccinale aussi large, et même aucune pour la plupart. La Suède a même déclaré anticonstitutionnelle l’obligation de vaccination conformément aux conventions internationales sur les droits des personnes et l’éthique. Le seul pays d’Europe qui vient d’élargir son obligation est l’Italie qui est également celui ou règne la mafia et dont un précédent ministre de la santé a été condamné à 10 ans de prison pour avoir imposé l’obligation vaccinale contre l’hépatite contre 600 000 000 de lires. Triste symbole ! Les nombreuses manifestations des italiens, en particulier ceux de la Vénétie contrastent avec l’affirmation de A.C S « L'Italie a connu la même situation : tout le monde a râlé puis, comme tout s'est bien passé, c'est devenu la routine ». Et pourtant combien de procès en cours ?

 

 

[1] Par G Delepine Chirurgien oncologue et statisticien, et N Delépine oncologue pédiatre, indépendants de toute firme commercialisant des produits de santé.

[2] Jusqu’ici aucune étude randomisée n’a démontré l’utilité de cette obligation. Si C. A. S se félicite de cette obligation particulière, elle n’apporte aucun fait chiffré qui puisse montrer qu’elle a été utile (nombre de contaminations prouvées avant et après obligation, conséquences évitées, complications observées). C’est d’autant plus étonnant que cette chercheuse, apôtre de la vaccination a toutes les données sous la main et qu’elle ne les a pas publiées…

[3] Pinto M et coll. : Will infant hepatitis B vaccination protect into adulthood ? Extended Canadian experience after a 2-, 4- and 6-month immunization schedule. Pediatr Infect Dis J., 2017 ; 36 : 609-615

[4] Those vaccinated against hepatitis B as neonates frequently require re-vaccination as young adults | WCHLD World Congress on Hepatitis and Liver Diseases Congress Dubai, UAEn October 10-12, 2016

[5] Hernán MA, Jick SS, Olek MJ, Jick H. Recombinant hepatitis B vaccine and the risk of multiple sclerosis. A prospective study. Neurology, 2004,63 : 838-42.

[6] Conseil d’état et cour de cassation Cass. civ., 1, 12 novembre 2015, n˚ 14-17.146, FS-D.

[7] Panorama de droit des accidents médicaux janvier 2016 publié dans Lexbase Hebdo édition privée n˚642 du 4 février 2016

[8] 524.847 € d’indemnisation dans le Cas Michel Gauvin contre état (2006)

[9] Voir aussi l’analyse détaillée des conséquences du vaccin contre l’hépatite B par le Dr M Girard expert auprès des tribunaux www.rolandsimion.org

[10] Par exemple le laboratoire Pasteur-Mérieux MSD a édité une plaquette affirmant : "La salive est un important vecteur de la contamination", alors qu’on n’a jamais rapporté un seul cas de contamination transmise par la salive.

[11] Quelques cas graves chez de tous petits nourrissons qui auraient dû être isolés des personnes toussant et ne pas être promenés dans les grands magasins ou métro comme on le voit trop souvent aujourd’hui. Guéris après surveillance et traitement attentif en néonatologie. Ces cas précoces non prévenus par la vaccination mais bien par les anticorps des mères ayant contracté la maladie dans l’enfance.

[12] Qui sont survenues presque uniquement (7/10) chez des patients gravement immuno- déprimés (4 leucémiques graves, 2 sida) qui seraient sans rougeole, certainement morts d’une autre infection opportuniste

[13] Confondant volontairement ou non la gravité potentielle d’une maladie dans certains pays d’Afrique où règne la malnutrition et l’absence d’équipements médicaux suffisants. En Europe, la rougeole n’est à risques que chez les immunodéprimés néanmoins protégés par les immunoglobulines si on connait un contage réel.

[14] AFP 27 septembre 2016, le continent américain a été déclaré exempt de rougeole par le Comité international d'experts sur cette maladie, lors du 55e Conseil directeur de l'OPS/OMS

[15] Démocratie en santé : les illusions perdues par Thomas Dietrich, responsable du secrétariat général de la Conférence nationale de santé (CNS) de mars 2015 à février 2016 :/democratie_en_sante_Thomas_Dietrich.pdf

[16] Concertation citoyenne sur la vaccination AVIS DU JURY CITOYEN version finalisée, 05 octobre 2016

[17] Concertation citoyenne sur la vaccination AVIS DU JURY DE PROFESSIONNELS version finale – 5 octobre 2016

[18] Alain Fischer a partagé en 2004 un prix de 100 000 € de la Fondation Robert Kock (financée essentiellement par GSK, Bayer, Novartis, Pfizer, Roche, Sanofi Aventis) et en 2013 un prix de 100000€ de Sanofi et Institut Pasteur

[19] Ibid Thomas Dietrich Démocratie en santé : les illusions perdues

[20] Version actuelle du serment d’Hippocrate que jure tout médecin

[21] Déclaration Universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme de l’Unesco adopté en 2005 par 193 pays dont la France

[22] Jugement des médecins nazis en 1947

[23] Plusieurs pays dans le monde ont renoncé à la vaccination de masse par gardasil* ou cervarix* comme le Japon. En France, au moins une plainte au pénal est en cours.

[24] Sa déclaration d’intérêts n’a pas été mise à jour sur les sites depuis 2011

[25] Just how tainted has medicine become ? Editorial du LANCET 2002, Volume 359, Number 9313T3

[26] C de Jong et coll pharmaceutical sponsored meals and physician prescribing patterns for medicare beneficiaries JAMA Intern Med. doi:10.1001/jamainternmed 2016 2765 Published on line June 20, 2016.

[27] créée et co-financée par la Fondation Mérieux, (organisme écran, crée par GSK, Merck, Sanofi Aventis, Wyeth-Léderlé et Vaccines Manufaturers[27]), ni qu’à l’Agence européenne du médicament

[28] Certes loi le plus souvent bafouée, mais que les auditeurs ou téléspectateurs peuvent faire remarquer au CSA …

[29] C’est son droit de croire à l’obligation vaccinale mais il eut été préférable qu’elle se comporte en scientifique animée du doute fécond qui constitue la base de toutes les découvertes fertiles

[30] rapport d’information N° 1281 sur la mise en œuvre de la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé

[31] Rapport de la Commission de réflexion pour la prévention des conflits d’intérêts dans la vie publique, remis au Président de la République française le 26 janvier 2011

[32] Cf tribune agoravox de N et G Delépine décembre 2017 sur dengvaxia https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/securite-vaccinale-un-leurre-200212?pn=1000#forum5098128

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • njama njama 11 janvier 15:16

    Santé publique ou intérêts privés ?
     par Marc Girard 7 juillet 2009,  conseil en pharmacovigilance et pharmacoépidémiologie, Expert européen (AEXEA)...)
    Quand les experts de l’administration s’expriment publiquement au mépris d’une loi faite dans l’intérêt des patients qui leur fait obligation de déclarer préalablement leurs liens d’intérêt.
    [...]
    Semblablement, il est un peu abusif d’entendre vanter le CTV [Comité technique des vaccinations] comme instance d’information crédible sur les vaccins : sur les millions de clients qui vont, chaque année, chercher leur dose de vaccin contre la grippe chez les lecteurs du journal le Moniteur, combien sont dûment informés qu’au terme de nos évaluations les plus prisées – en l’espèce, les revues Cochraneles preuves d’efficacité pour ces vaccins sont, au mieux, « très minces »[2] – alors que l’hypothèque de leur toxicité court toujours…
    Enfin, la superbe de l’interviewé concernant une complication du vaccin contre l’hépatite B « qui n’existe pas » serait plus convaincante si le CTV, en principe instance d’expertise, avait daigné relever que pour une maladie réputée stable dans le temps, le nombre des scléroses en plaques en France était passé de moins de 25 000 avant la campagne de vaccination[3] à un chiffre que chacun – à commencer par la DGS – s’accorde aujourd’hui à fixer aux alentours de 80 000 ; plus convaincante aussi si le CTV s’était démarqué des pitoyables efforts de son administration de tutelle pour d’abord nier le fait, puis en dissimuler l’effarante portée…



    • njama njama 11 janvier 15:28

      La balance bénéfices-risques serait passée à la trappe ? ou elle ne concernerait désormais que quelques experts (et marchands) qui pensent pour nous ?
      Ici en France c’est magique, si, si ... (ne riez pas) les accidents post-vaccinaux n’existent pas. C’est comme avec le nuage de Tchernobyl, ils ne passent pas le Rhin, ni les Alpes. Pourtant ce sont les « mêmes » vaccins ! comprenne qui peut ... car un minimum de raisonnement ou le simple bon sens voudrait que les mêmes causes produisent les mêmes effets. La science n’a jamais dit le contraire il me semble.

      Statistiques des séquelles vaccinales en Allemagne (anciens et nouveaux Länder) pour l’année 1993. Date de repère : 30/12/1993.
      plaintes déposées : 2021
      plaintes rejetées : 334 (17%)
      cas reconnus : 263 (13%)
      cas en suspens : 2039
      cas réglés : 423
      source : VACCINATIONS le marché de l’angoisse Dr Gerhard Buchwald (2003) p. 292


      • njama njama 11 janvier 15:29

        Nombre total de plaintes pour séquelles vaccinales déposées depuis 1972 auprès du Service Fédéral des Pensions pour l’Allemagne. Date repère : 30/12/1993

        Population totale : 79.753.000
        plaintes déposées : 14361
        séquelles par habitant : 5.500

        Nombre de plaintes pour lesquelles le Serviec des Pensions a refusé de reconnaître une « séquelle vaccinale justifiant une indemnisation » depuis 1972. Date de repère : 30/12/1993

        6.545 soit 45,5 %

        Nombre de plaintes reconnues depuis 1972 par le Service des Pensions allemand pour lesquelles l’obligation de dédommagement a été acceptée. Date de repère : 30/12/1993

        3400, soit séquelle par habitant : 23.400

        source : VACCINATIONS le marché de l’angoisse Dr Gerhard Buchwald (2003) p. 293 à 295



        • njama njama 11 janvier 15:38

          Ces quelques chiffres qui nous viennent d’Allemagne ne représentent que la partie émergée de l’iceberg des séquelles post-vaccinales, les conséquences les plus notoires, les complications, handicaps, les plus lourds, et des décès.

          A l’échelle de l’Union €uropéenne population actuelle 511 millions d’hab, à proportion égale cela ferait pour la même période plus de 92.000 plaintes déposées pour séquelles post-vaccinales ...

          et ça ne questionne pas, ça n’intéresserait pas la science, ça n’inciterait pas au principe de précaution ...


          • doctorix doctorix 11 janvier 17:03

            Madame Delepine se retient de dire que Fischer est un corrompu, tout comme Siegrist et Buzyn, tout comme Veran. Trois médecins, dont un professeur, qui trahissent leur serment d’Hippocrate de ne pas nuire, de ne pas administrer de poisons.

            Je pense que les lecteurs n’auront pas ces scrupules prudents. J’ai écrit moi aussi (entre autres) deux articles très imprudents (relativement aux sanctions encourues), qui comparent les enfants vaccinés aux non vaccinés, et qui sont impitoyables pour les vaccins :
            Cette comparaison est effrayante, et à juste titre cette fois. Ni Mme Delepine ni moi-même n’avons rien à vendre. Mais beaucoup à dire.
            Le temps n’est plus à la prudence.
            Il est à l’indignation et à la fureur.
            Celles que nous voulons faire partager au plus grand nombre.
            Il s’agit ni plus ni moins que d’un crime organisé par un gouvernement tyrannique de type mafieux sur la base de conflits d’intérêts majeurs.

            • Monika Mars Monika Mars 12 janvier 00:41

              @doctorix Merci pour votre vertueuse prose engagée et responsable, que je partage avec enthousiasme sur fb ;)


            • doctorix doctorix 12 janvier 01:00

              @Monika Mars
              Merci à vous. 

              Je suis dans une rogne pas possible, et cette propagande omniprésente et mensongère me révulse. Nous entrons dans une période digne de l’inquisition (avec la chasse aux fake-news qui n’est que l’avant-garde de la censure totale), et les lanceurs d’alerte sont en grand danger, au moins d’être réduits au silence, alors je profite du peu de temps qui nous reste avant les bûchers : ce qui est dit est dit, et restera gravé dans les esprits, je l’espère.

              Mais c’est quoi, fb ?

            • doctorix doctorix 12 janvier 08:58

              @FreeDemocracy
              Qu’importe le flacon pourvu ..que ça passe.


              Selon France Inter ce matin, et un « sondage » (où ce qu’on ose encore appeler ainsi) les Français sont contents. Surtout les p’tits jeunes de moins de 24 ans. Il parait qu’il n’y a que ceux du FN qui ne sont pas contents (? ???). 
              En Allemagne aussi, à partir de 1933, tout le monde était content, et allait en foule applaudir le Fuhrer...
              Ce gouvernement adopte la méthode Coué (tout va très bien Madame la marquise), avec à sa tête un hypnotiseur de première bourre qui parvient à endormir et subjuguer les foules. Comme lors de son élection, en manipulant les sondages par les media qu’il contrôle. Pas par un discours violent, comme Hitler, mais par un discours mielleux et rassurant : les méthodes ont évolué.
              Goering faisait ça très bien aussi. Il disait « un mensonge mille fois répété devient une vérité ». Il disait aussi « Plus le mensonge est gros, plus il passe ».
              A force de répéter que tout va bien, les Français finiraient par y croire ?
              Allons, allons...

            • Yanleroc Yanleroc 12 janvier 09:31

              @doctorix


              « les lanceurs d’alerte sont en grand danger, au moins d’être réduits au silence, alors je profite du peu de temps qui nous reste avant les bûchers »

              Après la mort de médecins holistiques aux US,


              Efficacité du vaccin contre le virus de la grippe : environ 10%Aux États-Unis, le Centre de contrôle des maladies d’Atlanta (CDC) signale 493 décès liés à l’influenza depuis le début de la saison 2017-2018. L’an dernier, pour la même période, 230 personnes avaient été emportés par la grippe. C’est une augmentation de 114%, soit plus du double que la saison précédente.
              Partout, les autorités de la santé reconnaissent que l’efficacité du vaccin est très limitée cette année. Environ 10%, selon les études sur le sujet. En cause, une mutation du virus de l’influenza A de souche H3N2... 

            • doctorix doctorix 12 janvier 10:06

              Non seulement les Français sont contents de leur dictature En Marche, mais ils réclament des mesures pour qu’elle ait plus le champs libre, par exemple des lois contre les fake-newx, telles par exemple que celles que le Dr Delepine et moi-même diffusons autant que nous le pouvons :

              J’espère que ce sondage est un tripotage de plus, mais je commence à douter : De Gaulle ne disait-il pas que les Français sont des veaux ?

            • doctorix doctorix 12 janvier 10:19

              @Yanleroc
              Efficacité 10%.

              Encore faudrait-il prouver que si quelqu’un n’attrape pas la grippe, c’est parce qu’il est vacciné : ce qui est indémontrable.
              Le seul chiffre qu’on puise produire, c’est celui des vaccinés qui attrapent la grippe. Et ce chiffre n’est pas brillant, ni flatteur pour le vaccin.

            • doctorix doctorix 12 janvier 10:37

              @doctorix
              Le professeur Fischer pris en flagrant délit de mensonge en pleine assemblée nationale :

              « Il n’y a pas de problème avec l’aluminium : la myofascite à macrophage est une maladie franco-française qui s’arrête à notre frontière »
              Gherardi rectifie le mensonge :
              De même, Buzyn ment avec effronterie : à la question :
              « Un jugement vient de décider l’indemnisation d’une secrétaire médicale ayant présenté des symptômes suite à une vaccination obligatoire contre l’hépatite B : ne craignez-vous pas que la cohérence de la politique vaccinale soit mise à mal par ce type de décision  ? »
              Elle répond :
              « La décision de justice ne fait pas le lien entre vaccin et troubles physiques. Le problème est que la myofasciite à macrophages (dont se plaint la patiente indemnisée, N.D.L.R.) est une maladie qui n’existe pas pour l’OMS, elle n’existe qu’en France, pour une seule équipe. Ce jugement est une façon de régler un problème mais il ne s’agit pas d’un argument scientifique certifiant un lien causal. »
              Or : voici le jugement :
              – La Cour d’Appel de Nantes a admis le lien entre le vaccin aluminique reçu par la patiente, la lésion de myofasciite à macrophages et les symptômes associés le 21 février 2013 (jugement n° 11NT02844) : Considérant qu’il résulte de l’instruction (…) que Mme D… présente, outre des lésions musculaires de myofasciite à macrophages à l’emplacement des injections vaccinales, l’ensemble des symptômes associés à l’affection du même nom décrits ci-dessus, (…) le lien de causalité entre la vaccination contre l’hépatite B subie par Mme D… dans le cadre de l’obligation vaccinale liée à son activité professionnelle et la myofasciite à macrophages dont elle souffre doit être regardé comme établi et de nature à ouvrir droit à réparation au profit de Mme D… au titre de la solidarité nationale ;
              – La Cour d’Appel de Nantes a fixé, dans son arrêt du 22 décembre 2017 (n° 16NT01541) la somme mise à la charge de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales : 190 751,19 €.
              Cette décision de justice est conforme à d’autres décisions prises par les Cours d’Appel de Nantes et Versailles. Elle confirme une jurisprudence solidement établie par le Conseil d’Etat (8 arrêts depuis fin 2012). Elle intervient après 10 ans de procédure. La victime a perdu son travail, a vu sa vie sociale et personnelle détruite par l’épuisement et les douleurs. Un peu d’humanité et de respect seraient bienvenus.

              Et surtout, un peu moins de mensonges !

            • Julyo 12 janvier 15:23

              @doctorix

              Au-delà des deux flagrants énormes mensonges, vous avez vu les arguments fallacieux qu’ils utilisent avec aplomb pour les faire passer !

              Personne ne peut être dupe et est en capacité de juger immédiatement.

              Ces deux malhonnêtes ont-ils été repris pour être recadrés ?

              Et tout ceci reste impuni !

              Ca ne vous rappelle pas les trolls qui hantent non seulement cette file de forum mais tout l’agora.


            • Dr Mengele 11 janvier 18:04

              « précisant que nous ne sommes pas anti vaccin »

              Comment ne pas être antivaccin quand le rapport bénéfice /risque est catastrophiquement négatif
              A quoi bon tous ces longs discours fastidieux ?

              • Lugtata Lugtata 11 janvier 19:34

                @Dr Mengele

                Surtout un gros mensonge vu la partialité absolue de l’article.

              • doctorix doctorix 11 janvier 20:00

                @Lugtata
                Partialité par rapport à quoi ?

                Si c’est pas ce que vous savez des vaccins, alors oui, cet article est partial.
                Mais si c’est par rapport à ce que vous devriez en savoir, alors il est parfaitement impartial, et même assez discret.

                J’en profite pour souhaiter la bienvenue à Nicole Delepine au club des rédacteurs, puisqu’elle vient de publier son cinquième article.
                Elle pourra ainsi oeuvrer utilement pour la publication de nouveaux articles intéressants, minimisant ainsi (un peu) l’action prédatrice des chiens de garde qui ont infiltré ce site.

              • jeanpiètre jeanpiètre 11 janvier 22:13

                @Lugtata

                Effectivement, mais pas forcement dans le sens que vous insinuez La carte de corruption est à pourrir de rire, elle vient certainement d une officine anglo saxonne, qui considère le lobbying comme profession respectable, alors que ce n est que de la corruption institutionnalisée, on aurait donc la France bien plus sombre , car ici on joue sur les 2 tableaux, la Belgique, l Angleterre et l Allemagne rejoindrait l Espagne etc....


              • Lugsama Lugsama 12 janvier 00:15

                @jeanpiètre

                C’est même pire que ça, la carte est partiel, la carte complète il faut dire montre que les pays les plus corrompu du monde sont ceux qui ont le plus de mortalité par manque de vaccination, et encore c’est sans parler du rapport étrange entre la corruption (estimé) d’ordre general et la vaccination obligatoire. C’est dire l’absurdité et la malhonnêteté de la demonstration.

                De toutes façon que peut-on attendre d’un article qui confond décision de Justice et preuve scientifique ou, plus grave et absurde, voudrait nous faire croire que la disparition de maladies n’est qu’une coïncidence de l’apparition des vaccins..

                Je veux bien que l’on s’interroge sur les problèmes de liberté individuel et collective (faudrait pas oublier que le vaccins n’ont pas que des incidences sur sa petites personne, ce qui permet au personnes non vaccinés d’etre protégé s’il elles sont suffisement peu nombreuses), les effets secondaire de vaccins ou d’adjuvants, individuellement ou par accumulation etc.. Mais que l’on vienne nous dire que les vaccins ne servent à rien c’est comme dire que la terre est plate, on trouve quelques personnes pour y croire mais scientifiquement c’est absurde.


              • doctorix doctorix 12 janvier 00:16

                @FreeDemocracy
                quel chien de garde ? des noms ?

                Bien sur que je n’ai pas de noms.
                J’ai a chaque fois des notifications élogieuses, et pourtant deux articles sur 3 me sont refusés ; sinon 3 sur 4.
                Et chaque fois qu’il s’agit d’un sujet tabou. C’est miracle que mes articles sur les vaccins aient pu passer. Ils rentrent chaque fois qu’ils passent dans le top10 sur trois jours et sont souvent en tête. Alors, si les auteurs les plus lus sont censurés, c’est qu’il y a des chiens de garde, avec des articles qui restent à +4, chiffre fatidique.
                Et je ne suis pas le seul auteur dans ce cas : j’en vois beaucoup d’excellents avec des +20 et -16, mais toujours +4 au final.
                Ce n’est pas vraisemblable.
                En revanche, on voit fleurir des articles médiocres avec 300 lecteurs et 10 commentaires.
                Moi, c’est plutôt 5 ou 6000 lecteurs et 400 commentaires. Quand ça passe. Alors ?

              • doctorix doctorix 12 janvier 00:39

                @Lugsama
                Vous ne dites que des aneries.

                On ne protège personne en se vaccinant. Même pas soi-même.
                D’ailleurs si le vaccin fonctionnait, vous n’auriez pas besoin d’être vacciné contre les maladies transmises par les non vaccinés : c’est absurde.
                Non seulement les vaccins ne protègent pas, mais ils répandent les maladies : il n’y a plus de polio à virus sauvage, mais il y en a des kyrielles avec virus vaccinal en Inde. D’où vient-il, ce virus, sinon des vaccinés ? Sans compter les 50,000 cas de PFA, qui ont décuplé après la campagne vaccinale outrancière qu’a subie ce pays.
                D’où sont venues les 700 épidémies de rougeole en Chine quand 99% de la population était vaccinée ?
                     « il faut dire montre que les pays les plus corrompu du monde sont ceux qui ont le plus de mortalité par manque de vaccination »
                Ca c’est le comble de la bêtise. Les USA sont le pays qui a le plus de vaccins obligatoires, et c’est celui qui a le plus de mortalité infantile avant 1 an (6/1000). Nous c’est 3, les pays nordiques 2. Et plus on vaccine et plus il y a d’enfants morts.
                Maintenant, si vous me dites que c’est le pays le plus corrompu, je veux bien vous croire.
                Vous y ajouterez, l’Italie, temple de la Mafia et de la corruption, qui est le seul en Europe à exiger 12 vaccins obligatoires, après un scandale extraordinaire qui a touché un Ministre de la Santé (10 ans de prison pour avoir imposé l’obligation vaccinale contre l’hépatite contre 600 000 000 de lires).
                Nous arrivons donc juste après, tant par le nombre de vaccins obligatoires que par le degré de corruption, avec en France au moins 80 professeurs qui touchent chaque année 500,000 euros des labos pour mentir dans les media.

              • foufouille foufouille 12 janvier 10:42

                @doctorix
                "Non seulement les vaccins ne protègent pas, mais ils répandent les maladies : il n’y a plus de polio à virus sauvage, mais il y en a des kyrielles avec virus vaccinal en Inde. D’où vient-il, ce virus, sinon des vaccinés ? Sans compter les 50,000 cas de PFA, qui ont décuplé après la campagne vaccinale outrancière qu’a subie ce pays."

                quel ramassis de conneries, il existe des tas de souches sauvages dont certaines très rares.
                ce que un vrai scientifique sait depuis l’analyse du code génétique.
                la polio se reproduit dans les intestins des non vaccinés pour ensuite contaminer d’autres personnes.


              • Lugsama Lugsama 12 janvier 20:57

                @doctorix

                Les USA ont plus de mortalité infantile que l’Europe uniquement chez les populations pauvres, et même si les statistiques ne sont pas précisent sur les causes, il est suggérés le manque d’accès aux soins et la mauvaise alimentation, puisque la mortalité infantile y suis egalement les courbes de poids et les revenus des parents, certainement pas le « trop de vaccins ». Et une fois de plus les pays qui ont la plus haute mortalité infantile sont loin devant les USA, et oh comme c’est étonnant ce sont toujours ces pays a la fois les plus corrompu et ceux qui n’ont pas accès aux vaccins par manque de moyens.. balot.

                Après si vous ne comprenez pas comment un vaccins protège les autres c’est que vous êtes pas très malin, mais si en même temps vous pensez que les vaccins ne servent à rien c’est que le sujet vous passe très au dessus de la tête, ce n’est même pas une question c’est une vérité scientifique qui s’observe facilement dans tous les pays développés..


              • jeanpiètre jeanpiètre 12 janvier 21:03

                @Lugsama
                Mouais les vaccins , c est comme l agroalimentaire ou internet, au début c est un progrès qui profite à tous, puis ca fini par empoisonner tout le monde, monopole et corruption sont les mamelles du monde marché


              • Lugsama Lugsama 13 janvier 09:47

                @FreeDemocracy

                En même temps, executer des innoncents ou des coupables, était son petit plaisir quotidien, son pêché mignon. On parle quand même d’un psychpathe qui le faisait devant femme et enfants apres un jugement au faciès..


              • Lancelot 14 janvier 04:20

                @Lugsama
                Pauvre idiot c’est a cause du manque d’hygiène si les pays sous développé sont plus malade que chez nous et aussi les carences alimentaires jouent beaucoup !Vérité scientifique de mes couilles quand ont voit la corruption au sein de l’inserm au sein de l’oms et tout ce putain de lobbying !


              • doctorix doctorix 10 février 23:48

                @Lugsama
                Un peu tard pour que vous le lisiez, mais l’élite américaine ne vaccine pas ses enfants, et se sert des exemptions philosophiques et religieuses.

                En tout premier, Bill Gates...
                C’est assez savoureux quand on sait qu’il vaccine toute l’Afrique et ’Inde.

              • njama njama 11 janvier 18:45

                avec cette loi de nouvelles obligations vaccinales il y en a plus d’un qui va se sentir trahi...

                « L’arrêt de la vaccination obligatoire est inéluctable »
                 20/03/2015
                Mais, « la fin de la vaccination obligatoire est inéluctable », juge Daniel Floret*, président du Comité technique des vaccinations (CTV). D’ailleurs, pour lui, la vaccination imposée contre le DTP a peu d’intérêt, notamment parce que « les pays qui laissent le choix aux parents ont un taux de couverture vaccinale à peu près similaire au nôtre ».

                « Cela fait plusieurs années que l’on se pose la question du maintien de l’obligation, souligne pour sa part François Vié Le Sage, pédiatre* expert d’Infovac. »Imposer certains vaccins et en recommander d’autres établit une hiérarchie qui n’a pas lieu d’être. Aujourd’hui, les vaccins contre la coqueluche, le pneumocoque ou la rougeole, sont seulement recommandés alors que ces maladies posent plus de problèmes de santé que la polio, la diphtérie et le tétanos !"

                * Les Dr Floret et Vié Le Sage sont également membres de la Société française de pédiatrie. Le Dr VIé Le Sage est aussi responsable du groupe vaccinologie à l’Afpa (Association française de pédiatrie ambulatoire)
                http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-fin-de-la-vaccination-obligatoire-est-ineluctable_1662969.html


                • doctorix doctorix 12 janvier 00:50

                   Plaquette Sanofi : « La salive est un important vecteur de la contamination », alors qu’on n’a jamais rapporté un seul cas de contamination transmise par la salive.


                  Quand j’ai dénoncé ce mensonge sur Le Généraliste, il s’est trouvé un médecin pour me parler du danger de l’échange des brosses à dents chez les enfants, et du risque d’être mordu au sang par un enfant atteint d’hépatite...
                  Non, vous ne rêvez pas : c’est ce que pense un médecin réputé instruit et intelligent...
                  Il y a du boulot.

                  • foufouille foufouille 12 janvier 10:44

                    @doctorix
                    c’est connu que personne ne mord .............


                  • njama njama 12 janvier 18:56

                    @foufouille

                    HEPATITE B une histoire sulfureuse
                    par VERCOUTERE |vendredi 30 novembre 2012

                    Le rôle de la salive a été beaucoup discuté et les campagnes d’incitation à la vaccination contre l’hépatite B ont fortement mis l’accent sur ce risque de contamination. Il est vrai que la saIive contient des virus, mais à un taux si faible que la transmission lors du baiser amoureux ne deviendrait possible qu’en cas de lésions sanguinolentes de la muqueuse buccale chez les deux partenaires.

                    Cet argument de contamination par la salive, utilisé pour frapper les esprits des jeunes, a longtemps figuré dans les dépliants publicitaires ainsi que le ministère alors que ce mode de transmission n’ait pas été scientifiquement établi. le rapport de l’INSERM de 1997 indique que si le virus est effectivement présent dans la salive, il l’est à une concentration mille fois moins élevée que dans le sang. Il est désormais admis que la salive seule, sans excoriations cutanées ou muqueuses, ne peut pas transmettre la maladie.

                    Pourtant en 1993,
le Comité Français d’Éducation pour la Santé et le Ministère de la Santé n’hésitent pas à prétendre que « l’hépatite B se transmet par le sang, les sécrétions sexuelles, la salive. En fait le virus est présent dans tous les liquides organiques d’une personne contaminée ». 

                    En 1994 et 1995, un tract diffusé par le Conseil Général des Hauts-de-Seine pour la campagne de vaccination dans les collèges en décembre 1994 prétend que « on peut contracter l’hépatite B par la salive ». Ce discours est relayé sur les ondes par Fun Radio et le Comité Français pour l’adolescence s’en fait l’ardent promoteur.

                    Les dépliants publicitaires des laboratoires PASTEUR MÉRIEUX et SMITH KLINE BEECHAM, mettent en avant la salive comme facteur de contamination de l’hépatite B : « la salive est un vecteur majeur de transmission du virus ».

                    SKB n’hésite pas à affirmer dans une publicité destinée aux médecins que l’hépatite B se transmet par les larmes, la sueur, la salive et le lait maternel. Le Docteur HAMELIN, Directeur Médical de SKB fait de même dans une lettre adressée aux praticiens le 8 avril 1998 en indiquant que le mode de contamination par la salive n’est pas exclu.

                     Mensonges répétés, tromperie aggravée

                    https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/hepatite-b-une-histoire-sulfureuse-126434



                  • Blé 12 janvier 07:47

                    Témoignage

                    Je ne connais rien en ce qui concerne les vaccins mais je sais une chose pour l’avoir vécu, la seule fois où j’ai été vacciné contre la grippe, je suis tombé malade et gravement à cause de ce vaccin.

                    Il faut dire que j’ai traversé plusieurs épidémies de grippe (en région parisienne) sans jamais être contaminé. Je pense qu’il y a des organismes qui sont moins réceptifs que d’autres face aux maladies. Petite, j’ai reçu le B C G, vaccin qui n’a jamais pris, ma cuti bien que je sois à la retraite n’a toujours pas « virée » comme ma mère d’ailleurs.

                    Je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas, y a t-il des études sur les organismes où le vaccin ne prend pas ? 

                     




                    • njama njama 12 janvier 10:35

                      @Julyo
                      ça commence mal, seul est « présumé le caractère défectueux des doses administrées », les vaccins eux-mêmes contre l’hépatite B, Hevac B et Genhevac B ne sont pas mis en cause, et ça se termine mal, aucune analyse sur le fond, bien que l’universalité des vaccins n’ayant jamais été démontrée e que rien ne garantit qu’ils sont compatibles avec chaque personne, alors que tous les accidents vaccinaux la contredisent et manifestent clairement les risques inhérents liés à cette médecine préventive.

                       Attendu que Mme X... fait grief à l’arrêt de rejeter l’ensemble de ses demandes, alors, selon le moyen :

                      1°/ que des présomptions graves, précises et concordantes de l’imputabilité de la sclérose en plaques aux injections d’un vaccin font présumer le caractère défectueux des doses administrées à la victime ;
                      [..........]
                       Qu’en déduisant de ces constatations et appréciations souveraines qu’il n’est pas établi que les vaccins administrés à Mme X... étaient affectés d’un défaut, la cour d’appel, qui ne s’est pas exclusivement fondée sur des circonstances générales tirées du consensus médical existant à la date des injections, qui a procédé à la recherche visée par la deuxième branche et n’était pas tenue de faire les recherches visées par les quatrième, cinquième et sixième branches, que ses constatations rendaient inopérantes, a légalement justifié sa décision, abstraction faite des motifs surabondants critiqués par la septième branche ;

                      PAR CES MOTIFS :

                      REJETTE le pourvoi ;


                    • foufouille foufouille 12 janvier 10:46

                      @Blé
                      j’ai chopé la grippe de nombreuses années sans vaccin.


                    • njama njama 12 janvier 10:47

                      @Julyo

                      Le cas de figure pose question sur la stratégie vaccinale qui s’apparente ici un véritable harcèlement vaccinal !
                      3 injections en 1986 + 10 jusqu’en 1993, alors que fin 1992 se manifestent déjà des épisodes de paresthésie.
                      Avec les 10 injections que devront recevoir les nourrissons nés après le 1er janvier 2018, le cas de figure risque de devenir rapidement un cas d’école

                      Sur le moyen unique  :

                      Attendu, selon l’arrêt attaqué (Paris, 17 avril 2015), rendu sur renvoi après cassation (1er Civ., 10 juillet 2013, pourvoi n° 12-21.314), que Mme X... a reçu, en 1986, trois injections de vaccins contre l’hépatite B, Hevac B et Genhevac B, puis, jusqu’en 1993, dix nouvelles injections en raison du fait qu’elle ne développait pas d’anticorps ; qu’à la fin de l’année 1992, elle se serait plainte d’épisodes de paresthésie des mains, puis, en 1995, d’un état de fatigue et de troubles sensitifs ; qu’elle a dû cesser de travailler en juillet 1998 ; que le diagnostic de sclérose en plaques a été établi en décembre 1998 ;


                    • njama njama 12 janvier 12:46

                      @foufouille
                      et sans vaccin de mémoire je ne me souviens pas avoir eu un jour une grippe
                      comme quoi, tout est affaire de complexion, « de terrain » disait Béchamps, la votre est fragile on le sait
                      Une petite cure de chlorure de magnésium vous ferait du bien, elle renforcerait vos défenses immunitaires ...


                    • foufouille foufouille 12 janvier 14:03

                      @njama
                      c’est le mec débile de 1750 avant le microscope ?
                      nous vivions sans chauffage quand j’étais gamin.
                      de plus, je n’ai pas eu la moindre grippe depuis 99.



                    • Julyo 12 janvier 15:03

                      @njama


                      C’est ça qu’il faut souligner :

                      [..........]
                       Qu’en déduisant de ces constatations et appréciations souveraines qu’il n’est pas établi que les vaccins administrés à Mme X... étaient affectés d’un défaut, la cour d’appel, qui ne s’est pas exclusivement fondée sur des circonstances générales tirées du consensus médical existant à la date des injections, qui a procédé à la recherche visée par la deuxième branche et n’était pas tenue de faire les recherches visées par les quatrième, cinquième et sixième branches, que ses constatations rendaient inopérantes, a légalement justifié sa décision, abstraction faite des motifs surabondants critiqués par la septième branche ;

                      PAR CES MOTIFS :

                      REJETTE le pourvoi ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

delepine

delepine
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès