• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > OBLIGER les hommes à apprendre

OBLIGER les hommes à apprendre

Il y a très longtemps en 1969 l'éducation permanente faisait son apparition dans la nouvelle société de Jacques Delors et Chaban Delmas.

Malheureusement, personne n'en voulait ni les employeurs ni les salariés. Ces élus avaient retiré de 68 la nécessité d'émanciper le monde du travail.

Ils rejoignaient en cela Fernand Pelloutier qui créa les bourses du travail pour que les travailleurs aillent s'émanciper en lisant.

L'éducation permanente est devenu formation professionnelle. La peur d'avoir des gens émancipés nous a entraîné lentement mais surement à la fracture intellectuelle que nous connaissons aujourd'hui.

Rien n'arrive jamais spontanément.

C'est ainsi que toutes les sociétés se sont développées sur l'usage de leurs savoirs. Sa diffusion a marqué l'évolution des sociétés. La nôtre a pris son essor avec l'imprimerie et l'école en diffusant et apprenant ce que les autres avaient rendu accessible et tenaient comme "vérité".

Nous sommes passés d'un savoir entre initiés à un savoir de masse et à une application des découvertes du 19 et 20 siècle dont la divulgation s'est traduite par une utilisation exponentielle après guerre comme sans précédent dans l'humanité, due essentiellement à l’accélération de la circulation des savoirs, des biens et des personnes par les moyens de communications.

La quantité de connaissances dont il faut disposer pour saisir et comprendre la complexité du monde n'est plus accessible à la majorité des hommes, du fait d'une organisation de la scolarité et des savoirs qui n'est plus adaptée à l'évolution et la quantité de ceux-ci.

La maitrise du génome et l'intelligence artificielle ne pouront pas demeurer sans risques entre les mains de Capitalistes, dont le souci n'est pas l'homme en tant qu'humain, mais en tant que marchandise.

Si une spécialisation s'est faite jour par des filières universitaires cela représente un retour vers "l'instruction des initiés entre-eux" dont il nous faut sortir.

Pour l'instant c'est le Net qui rend les savoirs disponibles au masse avec toutes les distorsions propre à la communication.

Il devient donc de plus en plus urgent de réorganiser l’accès aux savoirs qui ne peuvent plus être contenus dans la scolarité existante et l'aspiration seulement économique qu'il en est attendu.


Fort de mon expérience militante en 1999 j'ai rédigé un essai intitulé "RÉMUNÉRER LES HOMMES POUR APPRENDRE" Car d'expérience aucun d'eux ne veut apprendre si l'on ne l'y oblige pas, c'est dans notre nature humaine, et il n'est plus temps d'attendre que ceux-ci y accèdent suivant leur propre volonté. Nous ne travaillons pas suivant notre propre volonté, il faut dont regarder l’enseignement des savoirs, comme une activité qui puisse être rémunérée.

Si nous ne faisons pas cette effort nous préparons une société d'"handicapés intellectuel" qui a déjà commencé.

Sa représentation actuelle en France en est les Gilets Jaunes, dans d'autres pays ce sont des révoltes émancipatrices aveugles et une fâcheuse tendance au développement du FASCISME.


L'on ne peut dans une démocratie détruire les structures qui la portent, les partis ou opinions politiques, les syndicats ou contre poids aux opinions politiques gérantes du pays, les associations lieux de représentation du monde "civil", les débats d'intellectuels et de philosophes, les élites entrepreneuriales, scientifiques, politiques sans forcément en arriver à une dictature.

TOUT CELA PARCE QUE NOUS N'AVONS PAS SU ADAPTER LES STRUCTURES D'ENSEIGNEMENT AU PLUS GRAND NOMBRE, POUR SEULEMENT UNE GESTION COMPTABLE DE L'EXISTENCE.


Dans cet essai je présentais déjà ce qui se développe, il n'y a rien de génial en cela, il suffisait d'être un acteur social actif pour s'en rendre compte sans suivre justement les comptes financiers.


L'essai peut être lu à ce lien, 400 pages dans lesquelles l'on peut ne pas tout lire.

http://ddacoudre.over-blog.com/55c7d999-e91f.html
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 novembre 16:18

    « L’éducation permanente est devenu formation professionnelle. »

    Vous devez confondre

    • la vraie formation professionnelle qualifiante datant de 1946 et Inscrite dans le préambule de la Constitution, qui fait l’objet d’un ensemble de dispositions, passant d’une conception individuelle de la formation (loi Debré de 1959 sur la promotion sociale) à une approche étatique par laquelle c’est à l’Etat et à lui seul, d’intervenir dans le domaine de la formation (loi du 30 décembre 1966).

    et

    • la formation continue bidon instaurée depuis la loi du 16 juillet 1971. (validation des acquis qui n’a jamais fonctionné).

    • alexis42 alexis42 7 novembre 17:10

      @Séraphin Lampion
      Vous oubliez l’éducation sentimentale, alors qu’elle a fait l’objet d’un célèbre manuel !


    • ddacoudre ddacoudre 7 novembre 22:23

      @Séraphin Lampion
      bonjour

      non je ne confonds pas. La formation professionelle a toujours était un objectif présent dans les sociétés pour se transmettre des savoirs professionnels.
      j’aurais dù écrire est retourné dans le giron de la FP modifié par la loi Delors de 1971 sur la formation professionelle continue.

      cordialement.


    • exol 7 novembre 16:48

      Article risible , on est plus sous George Marchais , t’es resté dans la glace depuis tout ce temps. Avec le net tu as accès à toutes les sources d’informations que tu veux en 1 seconde , faut juste savoir lire et écrire .


      • ddacoudre ddacoudre 7 novembre 22:28

        @exol
        Alors explique moi pourquoi l’on vie toujours dans le capitalisme si l’on est si intruit que cela et pourquoi ceux qui se révoltent reconstruisent toujours le capitalisme.
        je ne pense pas que tu trouveras la réponse sur le net, même si tu veux en faire un nouveau Dieu encore faut-il comprendre ce que l’on lit sans le distordre ce que permet et offre un enseignement didactique.

        cordialement.


      • CLOJAC CLOJAC 8 novembre 00:47

        @exol
        Article plus attristant que risible.
        Les Français comportent 80% d’assistés, de passifs, de cancres, de suivistes... Ceux-là on ne les délogera pas des packs de bière et des matchs de foot à la télé.
        Essayer de les éduquer ? A-t-on jamais fait boire un chameau qui n’a pas soif ?

        Et puis il y a les 20% autres.
        Ceux qui prennent leur vie en main, qui décident, innovent, improvisent, risquent... Ceux pour qui le sport, c’est une bonne suée sur un terrain.

        Ceux-là, ils sont curieux de tout, ils s’intéressent aux arts comme aux sciences, au passé comme au futur, et ils n’ont pas honte à poser des questions quand ils ne savent pas.
        Leur plasticité intellectuelle leur permet d’assimiler de nouveaux concepts et de maîtriser des technologies nouvelles tout au long de leur vie, et leur intelligence sociale favorise les contacts avec des pointures. Une synergie enrichissante.

        Ceux-là, les 20%, on ne devrait même pas penser à les éduquer, car leur mental les a poussés à sortir du moule pensé pour le vulgum pecus, à supposer qu’on ait jamais pu les y faire entrer un jour.

        Ceux-là, les idéologues, les pychorigides, les donneurs de leçons, les dictateurs de poche et les kapos les haïssent car ils ne pourront jamais les manipuler à leur guise.
        Pour ces philanthropes « éduquer » signifie « rééduquer » après lavage de cerveau.
        Au sens du goulag ou du laogaï et de leurs variantes viets et khmères.


      • Dr Frank-N-Furter Dr Frank-N-Furter 8 novembre 09:47

        @exol
        « Avec le net tu as accès à toutes les sources d’informations que tu veux en 1 seconde , faut juste savoir lire et écrire »

        … et réfléchir. Mais à quoi bon réfléchir si on peut avoir toutes les réponses. De fait il est bien plus facile de s’émanciper des questions que des réponses.

        La formation nous affranchit des questions, l’éducation nous émancipe des réponses (au moins des réponses-en-une-seconde).


      • Dr Frank-N-Furter Dr Frank-N-Furter 8 novembre 10:08

        @CLOJAC
        « A-t-on jamais fait boire un chameau qui n’a pas soif ? »

        Jamais un « chameau » n’acceptera de boire dans la main d’un vieux machin arrogant, il préfèrera mourir de soif.


      • CLOJAC CLOJAC 8 novembre 10:13

        @Dr Frank-N-Furter

        Oui et dans les mondes virtuels, réfléchir c’est commencer par trier, comparer, critiquer et saisir les buts cachés de l’informateur (la neutralité n’existe pas !)
        Ensuite, une fois qu’on a un socle de données, réfléchir c’est comme disait Bergson « jeter des ponts sur des abimes »
        En pratique : établir des corrélations, chercher des correspondances, entrecroiser des éléments disparates pour construire un ensemble cohérent. Tout en gardant un œil critique et autocritique qui protège des conclusions faciles et des certitudes superficielles.
        Mais pour réussir cela, il faut savoir pratiquer la lecture rapide, avoir l’esprit de synthèse pour aller à l’essentiel, et pouvoir digérer en temps réel les nouveaux acquis en les croisant les uns avec les autres.
        En fait, la méthodologie était la même au temps de la galaxie Gutenberg, on perdait juste un peu plus de temps à faire des recherches.
        Sinon on peut toujours essayer ça :
        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-pilule-qui-rend-plus-217791


      • CLOJAC CLOJAC 8 novembre 10:17

        @Dr Frank-N-Furter

        « Jamais un « chameau » n’acceptera de boire dans la main d’un vieux machin arrogant, il préfèrera mourir de soif. »

        J’en suis désolé pour ton camélidé de compagnie. 
        Est-ce lui qui t’a appris à (dé)blatérer ?


      • Dr Frank-N-Furter Dr Frank-N-Furter 8 novembre 14:30

        @CLOJAC

        « ...réfléchir c’est commencer par etc ..etc... »

        Est-ce que les habitants de votre île sont conscients que vous êtes en éruption là ?


      • Albert123 8 novembre 16:26

        @CLOJAC

        « Et puis il y a les 20% autres. Ceux qui prennent leur vie en main, qui décident, innovent, improvisent, risquent... »

        descendez à 5-6 % et vous serez plus proche de la réalité, c’est d’ailleurs sur 65 millions d’individus le pourcentage d’entrepreneurs en France.

        « Ceux-là, les 20%, on ne devrait même pas penser à les éduquer, car leur mental les a poussés à sortir du moule pensé pour le vulgum pecus, à supposer qu’on ait jamais pu les y faire entrer un jour.  »

        là c’est même autour des 2 % qui ne sont pas forcément issus des 5-6 % précédents


      • CLOJAC CLOJAC 8 novembre 17:59

        @Albert123
        Je ne pensais pas seulement aux créateurs d’entreprises. Dans mes 20%, on peut compter les professions libérales, les free lance de nombreux métiers, les artistes et professions para artistiques, mais aussi certains quasi-salariés dont les compétences recherchées leur donnent une réelle liberté d’action.
        En France, on ignore généralement le statut hybride de consultant-cadre intégré dans une boîte, négociant ses prestations et payé au résultat, mais le pragmatisme anglosaxon s’en accommode fort bien.
        Il n’est pas rare que des Français pointus dans leur domaine et possédant le goût du risque s’expatrient afin de bénéficier de ces opportunités.


      • Buzzcocks 7 novembre 17:14

        La formation professionnelle coute 30 milliards par an, fonds collectés par des organismes dépendant des syndicats patronaux et salariés, qui en collectant l’argent en garde un peu (beaucoup...) pour financer la cause.

        Ensuite, c’est souvent les plus débrouillards et non, ceux qui en ont réellement besoin qui bénéficient des plans de formation.Là encore, les budgets alloués sont souvent captés par quelques cadres de la boite, quand la base peut se brosser les dents.

        Enfin, ça donne quantité de boites de formation qui sont tenues par des amis (femmes, frères, soeurs) des syndicats, et qui facturent vraiment cher, du contenu pas toujours de grandes qualités.

        Bref, former les gens, ok, mais pas avec le système actuel qui est totalement vérolé de partout.

         


        • ddacoudre ddacoudre 7 novembre 22:35

          @Buzzcocks
          bonjour

          il y a bien longtemps que les marchands de soupes ont étaient viré du processus.
          Mais la FP reste toujours un moyen de recette de fonds.
          ceci dit je ne parle pas et ne vis pas la formation professionnelle mais l’enseignement universitaire pour adultes tout au long de la vie active, pour que cela ne reste pas la propriété des élites ou des initiés, comme le sont les sciences sociales ou politiques.
          cordialement.


        • jef88 jef88 7 novembre 21:36

          boooofff ! ! ! !

          en 1963 j’étais ouvrier avec un BEPC !

          en 1994 j’étais consultant, d’une part et maître de conférence associé de l’autre....

          jusqu’à ce jour, je n’ai jamais cessé d’apprendre ! ! !

          et je continue à 75 ans...............


          • ddacoudre ddacoudre 7 novembre 23:01

            @jef88
            bonjour

            combien sont comme nous, crois-tu que l’on s’emmerderait avec des histoires religieuses si l’on avaient étudié l’apport des religions dans le développement de l’humanité.
            j’en ai 2 de moins et je continue aussi.
            cordialement


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 8 novembre 07:41

            @ l’auteur

            Il est certain que le capitalisme ne veut que "des structures d’enseignement adaptées seulement à une gestion comptable de l’existence", pas adaptées à un enseignement large "pour le plus grand nombre".

            Mais il me semble que vous voyez très mal la destruction, en France ces dernières décennies, de l’éducation nationale.

            Elle a été obligatoire et rémunérée jusqu’à l’âge de 14 ans, puis 16 ans. Mais une fausse Gauche a progressivement considéré la contrainte de l’apprentissage large comme une atteinte à la liberté individuelle et, en 68, a réussi à casser cette contrainte dans une très large mesure.

            Le capitalisme a très bien réussi, lui, à remplacer l’éducation égale pour tous par la mise à disposition hors l’école publique de nouveaux moyens « de communication » qui sont devenus l’outil essentiel de développement du consumérisme, alors qu’ils auraient pu et dû être un outil supplémentaire de l’éducation nationale contraignante pour tous.

            Il n’est pas exagéré de voir là une nouvelle avancée du capitalisme avec la complicité d’une fausse Gauche, aujourd’hui toujours à l’oeuvre dans le remplacement de l’éducation pour tous par un jeu égoïste et stupide de privilégiés se faisant passer pour des militants au service du peuple.


            • ddacoudre ddacoudre 8 novembre 21:53

              @Pierre Régnier
              bonjour

              certes ce que tu écris se vérifie.
              mais ce dont je parle comme enseignement ne peut pas se contenir dans la scolarité actuelle ni dans une vie d’hommes pour disposer de la connaissance de 10 disciplines scientifique il faudrait étudier pendant 70 ans tant il y a de savoirs.
              alors ceux qui croient en disposer parce qu’ils vont sur le net ne sont pas au bout de leurs peines.
              comprendre le monde et la vie demande des connaissances transdiciplinaires dans les sciences humaines et politiques.
              70 % des citoyens ne savent pas ce qu’est être Socialiste.

              cordialement


            • Ecureuil66 8 novembre 13:35

              bonjour , juste pour vous dire que je n’aime pas le titre de votre article ..« .OBLIGER » .....comment ? avec les mêmes moyens que ceux que vous semblez combattre....la ,liberté ça vous dit quelque chose ? vous semblez faire partie de cette intelligentsia AUTOPROCLAMÉE dont font partie nos dirigeants avec les résultats que l’on connait...Pour moi la seule chose à apprendre et qui fait cruellement défaut à l’heure actuelle c’ est AVOIR DU BON SENS, le reste n’est que du superflu......c’est vrai j’exagère un peu mais pas tant que ça !


              • ddacoudre ddacoudre 8 novembre 22:12

                @Ecureuil66
                bonjour

                cela fait des siécles que les hommes ont du bon sens.
                mais voilà l’on ne nait pas avec, il s’acquait avec les savoirs dont l’on dispose et que l’on a appris, et plus l’on en saucoulait sous le bon sensela ra plus l’on aura des chance d’établir le juste rapport des choses.
                Adam Smith disait que l’interet individuel était supérieur à l’interêt collectif. uf qu’il a fallu 5 siécles pour démontrer qu’il sait trompé.
                Par l’intérêt individuelle afin de gagner de l’argent nous avons pourri la planète, d’abord par ignorance ensuite en connaissance de cause.
                et à mon sens leurs bon sens n’a pas suffit.
                la liberté n’est qu’un attracteur qui permet en son nom de dire ce à quoi l’on ne veut pas se soumettre. si tes parents ne ’t’avais pas obligé d’aller à l’école tu serais anaphalbête et mort depuis longtemps. l’on ne devient vieux que grace aux savoirs de la médecine, et si cet empaffé de Macron et autres théoricien de l’allongement du temps de travail en concéquence, si on enlevé les lunettes aux plus de 50 ans plus personne ne pourraient bosser au delà de cet âge un peu de bon sens ne fait pas de mal.

                cordialement


              • Rhodant 8 novembre 15:07

                L’accumulation de la connaissance comme une solution à la bêtise et à la survie est déjà une bêtise en soit.
                On peut apprendre, cumulez du savoir et être bête, et si vous ajoutez à cela la méchanceté, alors là ca donne à peu près votre opinions sur les gilets jaunes.

                Donc rémunérer l’apprentissage ne fera qu’augmenter le curseur moyen de l’intelligence des gens, le marché s’ajustera en fonction, et il y aura au final toujours des plus bêtes et des moins bêtes, et les premiers se feront toujours insultés par des gens dits « intelligents » et se battront toujours pour vivre décemment.

                Donc non si vous ne cumulez pas le savoir avec de la bonté, ca ne servira à rien.


                • ddacoudre ddacoudre 8 novembre 22:24

                  @Rhodant
                  bonjour

                  l’accés aux savoirs n’est pas une solution à la bétise.
                  je ne propose pas de rémunérer l’apprentissage, mais de faire de l’enseignement tout au long de la vie une activité rémunérer, comme l’on va au travail.
                  Il n’y a bien sur pas d’égalité dans l’acquisition des savoirs.
                  ce n’est pas ce qu’il y a à rechercher. il faut seulement remplir nos cerveau de connaissances pour qu’ils inventent demain, car dans un cerveau vide il n’en sort rien puisqu’on n’y a rien mis, Si reste les bras pour servir d’esclave à ceux qui auront appris, comme aujourd’hui avec les gilets jaunes ne t’en déplaise.
                  s’il avaient eu un temps soit peut de connaissance historique ils auraient su qu’une jaquerie ne même nulle part, c’est pour cela qu’enfin ils envisage de se solidariser avec des groupements organisés.
                  cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès