• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > On change les règles !

On change les règles !

JPEG

Nos sociétés sont, sans arrêt, en train de modifier les règles dans le domaine du travail, notamment... Quand je suis entrée dans l'enseignement, je savais que j'allais devoir effectuer 37,5 annuités, que j'aurais droit à une CPA à partir de 55 ans, que je devrais aussi subir des mutations contraintes et forcées, notamment en début de carrière... je savais aussi que je ne gagnerais pas un salaire mirobolant...

En connaissant tous ces paramètres, j'ai choisi l'enseignement avec ses avantages et ses inconvénients. J'ai donc vécu une mutation, en début de carrière, dans le nord de la France, alors que je suis née en Provence...

Mais, au fil des années, toutes les règles avantageuses ont été modifiées : la CPA, qui permettait au delà de 55 ans d'effectuer un demi-service payé à hauteur de 80 % du salaire, a été supprimée. Le nombre d'annuités a été augmenté de manière conséquente : de 37,5 à 41,5...

Aurais-je choisi la voie de l'enseignement si j'avais su ce qui m'attendait, si j'avais su que de nombreux avantages allaient être supprimés ? Peut-être pas...

Quelle est donc la raison de tous ces changements ? On nous dit que les gens vivent plus longtemps et qu'il est normal d'allonger la durée des cotisations.

 

Mais si les gens vivent plus longtemps, d'après les statistiques, il n'est pas garanti qu'ils vivent en bonne santé : que de pathologies sont liées à l'âge ! Que de gens sont malades après la soixantaine ou même avant !

 

On a l'impression d'une vaste tromperie et et d'une manipulation qui visent à nous faire accepter toutes sortes de régressions...

Il est même question, dans l'enseignement, de réduire les vacances d'été.... encore une nouvelle évolution du métier ?

En changeant, sans arrêt, les règles, nos sociétés instaurent une inquiétude, une instabilité qui perturbe et désoriente.

Est-on assuré que d'autres règles ne vont pas être modifiées ? Pas du tout et si les avantages liés à l'enseignement disparaissent, qui voudra désormais se vouer et se consacrer à ce métier ?

Quand on fait un choix de carrière, on pèse les avantages, les inconvénients et on se détermine, aussi, en fonction de ces critères.

Quand on choisit un métier, on ne sait plus maintenant ce qu'il va devenir...

On peut également constater qu'il n'est pas facile de changer d'activité quand on est entré dans la carrière d'enseignant, notamment dans les disciplines littéraires.

 

En fait, toutes ces évolutions concernent de nombreux métiers et, dès lors, les choix à faire, pour les jeunes, se révèlent difficiles et complexes.

Dans tous les cas, les règles sont modifiées pour des gens qui travaillent et gagnent modestement leur vie, mais on peut observer que les privilèges des élus, des députés, des grands patrons restent, eux, inchangés...

 

Cherchez l'erreur...

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-on-change-les-regles-120339697.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Giordano Bruno 12 février 10:04

    On ne peut pas, hui, garantir un avenir à une échéance de plusieurs décennies. A cette échelle, ceux qui promettent sont des menteurs ; ceux qui y croient des naïfs. Ceux qui prennent les engagements ne sont pas ceux qui devront les tenir... ou revenir dessus.

    Pour tenter de deviner l’avenir, mieux vaut essayer de comprendre le sens de l’Histoire que d’écouter les promesses. Constatant le pouvoir de plus en plus grand d’une minorité d’individus, sans contre-pouvoir pour les freiner, je dis autour de moi, depuis plus de 20 ans, que les avantages des fonctionnaires seront remis en cause un à un jusqu’à disparaître totalement ou presque. Je crains que ce que vous constatez ne soit que le début d’une suite de déconvenues.

    Mieux vaut aujourd’hui ne pas adopter une attitude rigide face à la vie, projeter d’avoir un comportement stable pendant des dizaines d’années, mais cultiver la souplesse, la capacité d’adaptation dans un monde mouvant. Ceci est vrai au niveau professionnel, mais aussi au niveau politique, environnemental, affectif...


    • V_Parlier V_Parlier 12 février 14:17

      @Giordano Bruno
      Il y en a même qui se sont ruinés en « investissant » dans des bâtiments ou des champs de panneaux solaires qui devaient leur rapporter pendant toute leur vie, alors que ces cadeaux totalement irréalistes de l’Etat (tellement il eut été ruineux pour ce dernier) ont été supprimés au bout de quelques années ! Et pourtant ce sont des gens assez éduqués qui ont été aussi naïfs ! C’est là qu’on voit à quel point les gens sont incroyablement naïfs en croyant à une « parole » ou à une pérennité des engagements et pouvoirs de l’Etat ou même de toute autre grande institution bien établie, fut-elle privée (les assurances vie).


    • rosemar rosemar 12 février 17:25

      @Giordano Bruno

      Oui « cultiver la capacité d’adaptation », certes, mais c’est épuisant de devoir sans cesse s’adapter...

    • Xenozoid Xenozoid 12 février 17:29

      @rosemar

      maintenant vous savez pourquoi les pigeons n’aime pas les échecs


    • izarn izarn 13 février 01:47

      @V_Parlier
      Gagner du fric en écoutant l’Etat !
      Mon pauvre ami !
       smiley
      Non...Si tu installes des panneaux solaires, c’est pour d’autres motivations, pas pour gagner du fric, pauvre andouille !
      Y a que ça dans la vie comme motivation ?
      Quelle tristesse !


    • V_Parlier V_Parlier 13 février 09:34

      @izarn
      « Gagner du fric en écoutant l’Etat ! Mon pauvre ami ! »
      -> Tu n’as qu’à dire cela à ceux qui l’ont fait (et dont je fais remarquer le degré de naïveté)

      « Si tu installes des panneaux solaires, c’est pour d’autres motivations, pas pour gagner du fric, pauvre andouille ! »
      -> Le « tu » est en trop, pauvre andouillette. Je ne suis pas concerné. Et pour 95% des particuliers qui ont installé des champs de panneaux solaires (c.à.d. ailleurs que sur leur toit pour usage personnel, et encore...) la seule motivation c’était ça. Sors de tes rêves !


    • Giordano Bruno 12 février 10:07

      Vous écrivez en conclusion :
      « mais on peut observer que les privilèges des élus, des députés, des grands patrons restent, eux, inchangés... »

      Que nenni ! Les règles sont régulièrement modifiées pour eux aussi. A leur avantage !


      • rosemar rosemar 12 février 17:26

        @Giordano Bruno

        En effet, souvent à leur avantage...

      • velosolex velosolex 12 février 23:54

        @rosemar

        En saignement ? ...Ministère de l’an saignement ?...Ses enseignants, cuits, rouges, à point, saignants... Et cette complainte qui raisonne en cinq-deux, qui est la mesure cadence du maître ballet militaire, et du gavage d’oie des élèves, ingurgitation-digestion-repos 
        Comment voulez vous vous en sortir avec des signifiants pareils. ?..
        C’est un malheur institutionnel institutionnalisé !.« Le pisa allé... »
         Pas besoin d’avoir lu Barthes et Lacan pour piger qu’avec ce nom évoquant la torture et la salle d’op, c’est comme une écharpe autour du cou...Et que vous resserrâtes le nœud coulant, chaque fois que vous prononçâtes ce nom maudit !

        Première réforme : Changez le logo infamant ! 
        Proposez, quelque chose de neuf, de pétillant comme le vin nouveau, qui sente pas « la blouse, les larmes et la craie », des éléments de langage à cheval sur Churchill et les hussards de la troisième république. 

        Évitons le terme d’éducation., trop proche de la castration, et des promesses impossibles à réaliser. .
        En tout cas je lance le débat et j’apporte le vin cinq étoiles, en bon enfant du peuple bac moins trois...Les rythmes scolaires seront traités après, ainsi que le sort du smarphone- je -suis -plus- malin -que -mon- prof -avec- ce godemiché en main. 
        Au dernières nouvelles, le malaise vient des mathématiques, et il n’est pas sûr que les bac plus cinq n’aient pas d’ennuis avec la connaissance implicite de ce nombre, dans la représentation Heideggerienne du terme. 
        Et c’est ainsi qu’Allah est grand, comme disait « Vialatte ; »

      • izarn izarn 13 février 01:55

        @Giordano Bruno
        ...Non pour ne pas perdre leurs avantages....
        C’est comme le con qui dit « Nous avons gagné la lutte des classes »
        Ben voyons, et t’as pas vu le pétard enfoncé dans ton cul qui va exploser ?
        Ca ose tout, c’est meme à ça qu’on les reconnait !
        Heureusement que le Mario à la BCE essaie de l’éteindre avec sa planche à laver, pardon billet !
        C’est un bon pompier, un ex de la Goldman Sachs ! Top Niveau !
         smiley
        Vous voulez rester dans l’euro ?
        Allez tous vous faire enculer !


      • bob14 bob14 12 février 10:08

        Le changement (en France) pourrait apporter du mieux, mais en règle générale il apporte que du moins bien... !


        • bob14 bob14 12 février 10:38

          @bob14.....Casse du social..augmentation du chômage et de la pauvreté.. !


        • HELIOS HELIOS 12 février 14:19

          @bob14


          mais si, mais si... le management par le stress vous connaissez ? 

          Celui qui a fait tant de suicide chez Orange - là, c’est au niveau d’une entreprise- mais cela existe aussi au niveau d’une profession et même de tout les salariés quels que soient le secteur d’activité !

          Le changement de règles fait partie des éléments de ce type de management

          lisez-la, par exemple, Google est votre ami

          Par ailleurs, si vous réfléchissez bien quelques instants vous constaterez que ce type de management dont dérive l’administrabilité (néologisme) et le controle des citoyens se fait aussi selon cette technique :

          A quoi croyez vous que servent la répression cachée derrière la « sécurité routiere » ???
          A quoi croyez vous que sert l’immigration massive de populations difficilement integrables ???

        • rosemar rosemar 12 février 17:27

          @HELIOS

          Eh oui, il n’est pas toujours facile de s’adapter...

        • velosolex velosolex 13 février 00:12

          @bob14
          Le mieux est l’ennemi du bien, mais le bien n’est pas facile à trouver, comme une aiguille dans une botte de foin, sauf avec sa petite amie. 

          .Le moins bien, voir le moins tout court est tentant. Il permet de faire machine arrière et de prendre ainsi son élan pour monter la côte. 
          Arrivé au milieu, planté dans un sur place équivoque vous vient souvent comme un doute !
           N’est il pas plus facile de tourner son vélo pour redescendre ?
          C’est ainsi que faute d’apprendra la géographie du pays on fait des progrès en physique et en dynamique des fluides. 
          S’effondrer dans l’herbe fraîche sur le bord de la route offre bien des avantages, pour celui qui sait voir le monde des minuscules.
           Observer les fourmis et les abeilles vous étourdit la tête, quand elles sucent le pollen, et il est bon parfois d’être là encore avec sa copine pour continuer d’autres expérimentations. 
          C’est pour cela que je ferais l’apologie du tandem, une machine à combattre le vent. 
          Pour ceux qui doutent de leur capacité, trop découragés par des années d’études intempestives qui n’ont rien donné, je n’ai qu’un conseil, une phrase à leur donner : « Vieux motard que jamais !... »

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 février 10:31

          Sélection naturelle. Seuls ceux qui ont une horloge interne survivront au désastre annoncé,....et subtilement organisé. Lire : La patience du diable de Maxim Chattam. Auteur moyen, mais clairvoyant,...


          • Gasty Gasty 12 février 10:51

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Présentement je n’ai pas le livre. Et je ne vais pas l’acheter avec si peu d’information, surtout sur de obscures allégations d’horloges internes .


          • Gasty Gasty 12 février 10:53

            ....et subtilement organisé.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 février 10:56

            @Gasty


            Remplacez horloge interne par lucidité,...

          • Gasty Gasty 12 février 11:23

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Tout s’éclaire ! A l’avenir j’essaierais de faire des compositions de mots.


          • Jarnicoton 12 février 10:32
            @Rosemar
            .
            les privilèges des députés restent inchangés 
            .
            Tiens, ma gnagnan :
            .

            • rosemar rosemar 12 février 13:44

              @Jarnicoton

              On attend l’application de ces mesures....

              Et ce n’est pas rétroactif....

            • kelenborn kelenborn 12 février 11:13

               Bon, au départ, j’ai pensé , eu égard au titre, que l’auteur, tels ces incontournables médecins journalleux allait nous proposer un changement de la périodicité de ce qui affecte régulièrement les femmes jeunes pour avancer ou reculer l’âge de la ménopause !!! Ouf

              Ben oui on change les règles et ça change les choses pour les enseignants : j’ai été prof un peu plus de 10 ans et en ai gardé le meilleur souvenir. Ce que j’ai fait après m’a profondément déplu au point de me faire plus anarchiste encore que je ne l’étais. C’est que, un enseignant, c’est quelqu’un qui n’a jamais voulu quitter les bancs de l’école et qui donc continue à vivre dans le monde de l’enfance et protégé des réalités de la vie. C’est la raison pour laquelle l’enseignement accueille un maximum de semi frapadingues genre écolos apprenant aux enfants que l’Amazone est le poumon vert de la planete...
              Mais voila , le monde change : en 1960, un prof de lycée était roi : il pouvait être con comme un balai, il n’y avait que 15% d’une génération qui obtenait le bac. Il était donc le sésame qui ouvrait l’accès à l’élite. 50 ans plus tard, il produit un truc dont on peut dire que ne pas l’avoir est une honte. Vous honorez la bonne fée qui apporte des bonbons, si c’est devenu un distributeur automatique, vous lui tapez dessus s’il ne veut pas vous rendre vos pièces
              Et oui chère Rosemar, la vie est tout sauf rose , et l’enseignement n’est plus un long fleuve tranquille !

              • Armelle Armelle 12 février 11:49

                "On peut également constater qu’il n’est pas facile de changer d’activité quand on est entré dans la carrière d’enseignant, notamment dans les disciplines littéraires« 

                Rosemar s’étonne encore de découvrir le monde tel qu’il est. Tel qu’il est par bon sens !!! Déjà ce n’est pas propre à l’enseignement, c’est le même problème en France pour toutes les filières. Les passerelles n’existent pas ou bien sont peu efficaces, les V.A.E par exemple, sont une véritable bouffonade

                Mais sinon, que voudriez-vous faire avec si peu d’expérience sinon celle de ressasser aux uns ce que vous avez appris des autres et coller des punitions ?
                L’enseignement devrait se concevoir après 10 ou 20 ans de »travail« dans la vraie vie !!! que voudriez-vous apprendre de concret quant à celle-ci sans jamais avoir quitté les bancs de l’école ?
                Einstein a dit ;
                 »La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information« 

                L’objectif de l’enseignement devrait se limiter exclusivement à la culture générale pour ne maîtriser que le Français, la géographie, l’histoire et les maths, le reste n’est évidemment plus de son ressort, par manque de compétences bien sûr, et le constat est cuisant.
                Les seules filières encore viables aujourd’hui sont les formations par alternance, et pour cause ; le concret est complémentaire à la théorie, les autres, style »facultés« ne sont que des usines de production de chômeurs, qui coûtent une fortune à la collectivité, puisque l’année ne coûte que 300 euros aux étudiants qui (pour la plupart) n’en rament pas une de l’année et finissent chez Paul.
                90 Milliards d’Euros chaque année au total, pour quel résultat ?!?!???
                Les entreprises n’embauchent pas des sujets qui sortent de faculté (à part l’administration bien sûr), ces gens savent (en théorie) mais ne savent rien faire, alors quand on sait qu’il faut minimum un an avant qu’ils soient »opérationnels« , et que les charges doublent le coût, inutile alors de réfléchir bien longtemps...
                L’enseignement en France est un échec monumental, et c’est toute la filière qui supporte cet échec y compris vous qui n’y êtes pour pas grand chose dans la discipline que vous enseigner et les cycles qui vous sont attribués.
                Pour info, dans nos réunions interprofessionnelles, la questions des candidatures est récurrentes, à l’hunanimité, les rares candidatures d’enseignants ne sont pas lues et vont systématiquement en »classement circulaire« , posez-vous la question du »pourquoi" ?

                 


                • Gasty Gasty 12 février 13:05

                  @Armelle
                  « mais ne savent rien faire, alors quand on sait qu’il faut minimum un an avant qu’ils soient »opérationnels« , et que les charges doublent le coût, inutile alors de réfléchir bien longtemps... »

                  En quelque sorte vous êtes en train de justifiez l’absence d’embauche et la réduction de personnels dans les entreprises avec cette pirouette...Vous faites peut être bien parti de cet échec monumental de la société.


                • sleeping-zombie 12 février 13:17

                  @Armelle
                  alors quand on sait qu’il faut minimum un an avant qu’ils soient »opérationnels« , et que les charges doublent le coût
                  C’est certes contraignant, mais il ne faut pas exagérer non plus, il y a encore des entreprises qui visent sur le long terme.

                  L’objectif de l’enseignement devrait se limiter exclusivement à la culture générale pour ne maîtriser que le Français, la géographie, l’histoire et les maths
                  C’est précisément l’objectif d’un lycée général. Sauf que sa liste est un petit peu plus longue. D’ailleurs, pourquoi as-tu mis la géo, l’histoire et les maths dans ta liste ?

                  les autres, style »facultés« ne sont que des usines de production de chômeurs, qui coûtent une fortune à la collectivité, puisque l’année ne coûte que 300 euros aux étudiants qui (pour la plupart) n’en rament pas une de l’année et finissent chez Paul.
                  1. c’est exactement mon parcours, sauf qu’après un an chez Paul, j’ai été embauché, et ça fait 15 ans maintenant que je suis dans la même boutique.
                  2. le « 300€ » doit être revu à la hausse
                  3. quand bien même tu aurais raison, quitte à vivre dans une société à 20% de chômage, je préfère que les chômeur aient fait des études sup plutôt que l’école de la rue et ses cours de « cracher par terre ». mais là, on touche aussi au problème des classes sociales, tout le monde ne veut pas voir disparaitre les frontières..

                  Pour info, dans nos réunions interprofessionnelles, la questions des candidatures est récurrentes, à l’hunanimité, les rares candidatures d’enseignants ne sont pas lues et vont...
                  Je précise ou complète : les candidatures spontanées ne sont pas lues. Tout court. d’enseignant ou pas.

                  Cordialement,


                • Armelle Armelle 12 février 14:25

                  @Gasty
                  Ai-je écrit cela ? Faut cesser l’alcool mon gros !!! ou alors il faut apprendre à lire, vos déductions n’engagent que vous !!!
                  Je ne justifie rien ni ne fais de pirouette, c’est juste un CONSTAT, que je ne suis pas la seule à faire, la panne d’embauche n’a rien à voir avec cela, c’est uniquement et exclusivement le manque d’activité banane !!!
                  Il y a de façon récurrente en France et depuis qqes années l’équivalent de 800.000 emplois vacants « glissants », et les chômeurs sont env. 6 millions !!! Par conséquent quand un chef d’entreprise embauche, il ira chercher dans la « masse formée » et non dans la « masse à former »
                  DE QUOI VOUS NOUS PARLEZ LA ???
                  Pour avoir un verbiage comme le vôtre vous ne devez pas avoir embauché grand monde...
                  Pfffffff Quelle misère...


                • V_Parlier V_Parlier 12 février 14:33

                  @Armelle
                  "ces gens savent (en théorie) mais ne savent rien faire, alors quand on sait qu’il faut minimum un an avant qu’ils soient »opérationnels« « 
                  -> Dans les années 80 les entreprises ont poussé elles-mêmes cette tendance en jouant la »surdiplômisation« des postes. Là où je travaillais, par exemple, ça présentait tout à coup mieux d’avoir un ingénieur à un poste où un technicien avait toujours convenu (j’ai eu la chance d’avoir un diplôme »entre-deux« qui m’a valu une équivalence). Plusieurs de mes collègues compétents et expérimentés sont alors restés sur le carreau à faire des tâches de manoeuvres (donc à remplacer d’autres gens moins diplômés donc en étant surdiplômés, transitivité jusqu’en bas...) alors que de parfaits ignares prétentieux, venant autant d’écoles privées que de la fac, sont arrivés pour les remplacer. Au bout de quelques années ils se sont rendu compte que ça ne marchait pas bien, mais comme les »visionnaires« autoproclamés ne se remettent jamais en question ils ont demandé aux écoles et facs »d’adapter« la formation. Or, comme les écoles n’apprennent pas à être opérationnels (c’est un fait, elles ne peuvent pas, aussi regrettable que ce soit), tout ce qu’elles ont compris est : Abaisser le niveau.

                  Conclusion : On est de plus en plus nul et c’était une bonne préparation à la délocalisation massive alors déjà planifiée. Aujourd’hui on est en plein dedans. Et si les grosses boîtes se plaignent de ne trouver que des »non opérationnels" c’est bien fait pour elles. Qu’elles crèvent en se faisant bouffer par leurs sous-traitants chinois !


                • foufouille foufouille 12 février 14:42

                  @V_Parlier
                  à une époque le BAC n’était pas obligatoire mais le niveau est tellement bas qu’il a le même niveau d’un BEP de 90 en étant gentil.
                  pour femme de ménage = technicien de surface, il faut un BAC +2


                • Armelle Armelle 12 février 14:48

                  @sleeping-zombie
                  « il y a encore des entreprises qui visent sur le long terme »
                  Pour les entreprises non soumises ou peu à la loi du marché, oui...

                  "c’est exactement mon parcours, sauf qu’après un an chez Paul, j’ai été embauché, et ça fait 15 ans maintenant que je suis dans la même boutique« 
                  Votre parcours ne reflète en rien le paysage !!! Et ce n’est pas parce que c’est le vôtre que vous devez penser loin de la réalité

                   »pourquoi as-tu mis la géo, l’histoire et les maths dans ta liste« 
                  Parce que c’est utile, l’histoire aide à la compréhension du monde contemporain et la géo bah ma foi, rien que le fait que vous me posiez la question m’inquiète !

                   »je préfère que les chômeur aient fait des études sup plutôt que l’école de la rue et ses cours de « cracher par terre »« 
                  Mais !!!?!??? Ai-je écrit le contraire ? Si oui, Où ?

                   »Je précise ou complète : les candidatures spontanées ne sont pas lues. Tout court. d’enseignant ou pas« 
                  Désolée, vous n’êtes pas dans le vrai, pour la bonne raison que les candidatures spontanées peuvent signifier une véritable  »envie" , rien que par la démarche, par conséquent et cela se vérifie, celles-ci sont lues, en revanche celles de profs (rarissimes), c’est jamais !!!


                • Armelle Armelle 12 février 15:46

                  @V_Parlier
                  « Or, comme les écoles n’apprennent pas à être opérationnels (c’est un fait, elles ne peuvent pas, aussi regrettable que ce soit) »

                  Mais c’est faux !!!! Que faites-vous des écoles qui proposent les cursus en alternance ? Certes, elles délèguent aux entreprises ce qu’elles ne savent pas faire mais au moins elles intègrent le phénomène, trouvent et proposent les solutions !!!

                  Et pour le tertiaires, les I.A.E dont les cours et TD sont dispensés par des professionnels. DES PROFESSIONNELS !!! ...Des gens qui savent !!! et non par des profs qui jamais n’ont mis un pied dans une entreprise !!! Quelle farce cette histoire !


                • V_Parlier V_Parlier 12 février 16:18

                  @Armelle
                  « Que faites-vous des écoles qui proposent les cursus en alternance ? »
                  Vous apportez vous même la réponse : « elles délèguent aux entreprises ce qu’elles ne savent pas faire ».
                  Donc ce que j’écris n’est pas faux.
                  Et si vous saviez ce que je pense du tertiaire présenté comme remplaçant de l’emploi perdu... enfin passons... vendre, acheter, servir, administrer, d’accord, mais ensuite ? Le reste, ce qui s’apprend par plus que quelques conférences en classe, ça se fait bien en dehors de l’école, même si c’est « en alternance ». Ce n’est même pas une critique de l’école de ma part, c’est une évidence. Ce que je reproche en revanche aux profs c’est de s’imaginer qu’ils forment des élèves capables de travailler immédiatement et qu’ils ont une bien trop haute opinion de leurs propres connaissances. (J’ai connu un ou deux profs qui travaillaient à côté dans la « start-up » d’un pote, et bien ils étaient franchement mauvais dans cette activité. Peut-être qu’ils étaient par ailleurs de bons profs...).


                • V_Parlier V_Parlier 12 février 16:20

                  @foufouille
                  "à une époque le BAC n’était pas obligatoire mais le niveau est tellement bas qu’il a le même niveau d’un BEP de 90 en étant gentil".
                  -> Oui, c’est un cercle vicieux qui s’emballe à chaque fois qu’on réajuste d’un côté puis de l’autre. C’est en effet une calamité mais ça doit bien profiter aux gouvernements qui gardent ainsi les enfants à charge de leurs parents le plus longtemps possible pour masquer le chômage des jeunes.


                • V_Parlier V_Parlier 12 février 16:26

                  @Armelle
                  « les candidatures spontanées peuvent signifier une véritable »envie » , rien que par la démarche, par conséquent et cela se vérifie"
                  -> vous ne travailleriez pas dans les RH pour proclamer des boniments pareils ?


                • foufouille foufouille 12 février 16:35

                  @V_Parlier
                  des études inutiles et longues sont aussi utile pour repousser l’âge de la retraite qui sera soit moins élevé soit moins longue.


                • Gasty Gasty 12 février 17:16

                  @Armelle
                  Les délocalisations sont en grande partie responsable du manque d’activité au niveau production national, parce qu’il est plus facile de délocaliser une production,c’est un fait qui génère du chômage.
                  Mais tous les métiers ne sont pas productif et il faudrait que vous m’expliquiez la raison pour laquelle le personnel de certaines entreprises sont complètement débordés au point d’en arriver à des arrêts maladies, des dépressions simplement pour s’être investis dans leur boulot et parce qu’ils ne pouvaient plus faute d’absence au niveau des embauches effectuer convenablement leurs métiers.L’informatique n’explique pas tout.
                  Votre verbiage à vous n’est pas de ceux qui prennent en considération les conditions de travail dans les entreprises mais bien de ceux qui pensent à leurs gueules en cherchant tous les prétextes pour justifier leurs actes.
                  Je ne suis pas gros ni alcoolique, sans vouloir vous effrayer voyez plutôt un côté syndicaliste. Les problèmes abordés en DP et CHSCT , vous devriez en prendre connaissance. Quelque soit l’entreprise on retrouve pratiquement à l’identique les mêmes problèmes.


                • rosemar rosemar 12 février 17:31

                  @Armelle

                  Je le dis dans l’article : « En fait, toutes ces évolutions concernent de nombreux métiers et, dès lors, les choix à faire, pour les jeunes, se révèlent difficiles et complexes. »


                  Prière de lire l’ensemble de l’article !!


                • Armelle Armelle 12 février 18:08

                  @V_Parlier
                  Je fais mieux, je vais jusqu’au bout du processus, ; j’embauche (quand j’ai besoin bien sûr :: :)
                  Et comme bcp de chf d’entreprise, je suis attentive aux candidatures spontanées


                • foufouille foufouille 12 février 18:10

                  @Armelle
                  tu les embauches au Belize ?


                • Alren Alren 12 février 18:38

                  @Armelle

                  Pour info, dans nos réunions interprofessionnelles, la questions des candidatures est récurrentes, à l’unanimité, les rares candidatures d’enseignants ne sont pas lues et vont systématiquement en »classement circulaire« , posez-vous la question du »pourquoi" ?

                  C’est en effet une bonne question que cette hostilité a priori des patrons privés pour des personnes dont la mission essentielle est certes l’éveil de la conscience des enseignés, leur apprentissage de l’autonomie et le refus d’une société pyramidale capitaliste dont les élus sont des héritiers de la fortune de papa. Toutes choses que lesdits héritiers n’aiment pas

                  Cette expérience fait que les enseignants qui deviennent DRH par exemple après une expérience d’enseignant sont meilleurs que ceux qui sortent d’une école de commerce. Ils apaisent bien mieux les conflits en neconsidérant pas les représentants syndicaux comme des ennemis à humilier.

                  Les boites qui mettent à la poubelle sans les lire les candidatures d’enseignants sachant qu’ils devront vivre avec les règles du privé et l’acceptent à l’avance sont dirigées par des imbéciles qui se privent par préjugé de personnalités riches.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès