• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > #PasDeVague : ou la fin de l’enfant Roi ?

#PasDeVague : ou la fin de l’enfant Roi ?

#PasDeVague : Le hashtag des enseignants continue d'enflammer Internet. Ils brisent enfin le silence et dénoncent les violences qu’ils subissent quotidiennement de la part de leurs élèves et des parents d'élèves. Une autre violence est celle de leur hiérarchie, leur demandant quasi-systématiquement de ne pas faire de vagues et de renoncer à leurs principes. La question à poser est de savoir si notre société est prête à ce qu’il y ait un avant et un après hashtag PasDeVague

LezAPe - Articles psychologiques sur les comportements de l'enfant
Ras-le-bol et révolution !

Et nouvelle mutation aujourd'hui, le petit croisillon semble maintenant devenir le symbole du ras-le-bol et de la révolution. A lui tout seul, il fait désormais sauter le verrou de l'omerta sur tout le globe, avec l'extraordinaire force de pouvoir circuler à une vitesse faramineuse par flux de bits. Ainsi, un "coup de gueule" peut devenir mondial en quelques heures. On observe que pour ce faire, il faut un fait marquant, très grave cette fois-ci, qui se produit sans doute parce qu'on a trop laissé faire, sans contrôle ni contestations, dans l'impunité la plus totale, dans la plus grande injustice. Des victimes résignées, réduites au silence depuis tant d'années, qui alors soudainement réveillées par cet événement violent, se remémorent toutes les fois où elles ont subi cela. Par identification, elles seront solidaires, puis un hashtag sera balancé, sonnant le début de la révolte. Le buzz se propagera instantanément, encourageant toutes les langues à se délier et à rejoindre l'onde de choc pour plusieurs mois ou années. Oui, enfin, de nombreux porcs seront balancés durant la décennie à venir, même au-délà. Et aujourd'hui, le hashtage PasDeVague, qui n'a comme ça l'air de rien, pourrait bien à son tour être le début d'une révolution dont personne n'a encore idée en matière d'éducation. Un hashtag dont on dira qu'il y a eu un avant et un après.

Tex
Une jeunesse piégée ?

Il se pourrait en effet que la "jeunesse désinvolte" se soit prise à son propre piège en filmant ce jeune en train de braquer son professeur devant une classe hilare, et en postant "fièrement" sur les réseaux sociaux cette vidéo-trophée nous disant :

 

« Par la terreur, nous imposons nos lois, et nous nous en gargarisons. »

DES FAITS : une banale réalité…

- Un lycéen âgé de 16 ans avait braqué, avec une arme dont on a appris après coup qu’elle était factice, sa professeure qui exerçait au sein du lycée Edouard-Branly de Créteil. Ce dernier avait été mis en examen (le 21 octobre 2018) pour « violences ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de moins de huit jours ». Fait aggravant, la vidéo de ses exploits avait été relayée sur les réseaux sociaux par un de ses camarades. On le voyait debout dans la salle de classe en train de menacer sa professeure avec un pistolet en lui demandant de l’inscrire « présent » et non « absent ».

Un mois plus tard (20/11/18), dans le même lycée, un autre élève avait été placé en garde à vue pour « des faits de violence et outrage sur personne chargée d’une mission de service public  », à la suite du dépôt de plainte d’un enseignant. Cet enseignant avait eu le malheur de demander à l’élève qui perturbait la classe de sortir quelques minutes. Ce dernier l’avait violemment poussé à deux reprises avant de quitter la salle et de proférer des injures dans les couloirs.

- Dans le Val-d’Oise, les enseignants du lycée Louis-Jouvet s’étaient mobilisés courant octobre 2018 en n’assurant pas les cours, pour protester contre une agression par un de leurs élèves qui avait giflé deux enseignantes à la suite d’une altercation dans les couloirs.

- À Osny durant la même période et dans le Val-d’Oise toujours, un lycéen qui avait agressé un enseignant voulant lui confisquer son portable avait été mis en examen pour « violence aggravée  ». Cet élève âgé de 17 ans avait fait un croche-pied à son professeur d'histoire-géographie qui avait été hospitalisé.

À Sarcelles encore (Val-d’Oise), un autre lycéen de 19 ans avait violemment frappé son professeur d'EPS, entraînant une condamnation en comparution immédiate (durant ce même mois d’octobre) et un emprisonnement de 8 mois (dont quatre avec sursis et mise à l'épreuve).

o On continue ? Un livre entier n’y suffirait pas.

L’ampleur de la polémique concernant cette agression filmée au lycée Edouard-Branly avait poussé les ministres de l’éducation nationale, de l’intérieur et de la justice, à annoncer qu’ils travaillaient activement à un renforcement de la sécurité aux abords des établissements, et à une amélioration de la prise en charge des élèves exclus à plusieurs reprises. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Ces agressions et mises en examen à la pelle dans la foulée du hashtag PasDeVague, témoignent incontestablement d’un embrasement mais aussi d’une libération de la parole de la part d’enseignants, qui depuis des années, souffrent en silence de ce dérèglement sociétal qui fait que leur autorité et leur légitimité sont constamment remises en question.

 

Certains diront qu'il faut une certaine inconscience pour être les auteurs de tels actes, et qu'il y a une probabilité assez grande pour que cette inconscience soit le fruit d'une succession de petits actes répréhensibles passés sous silence par une administration frileuse, société du lobby oblige (associations de parents, médias...). Nul n’ignore en effet que la hiérarchie avait plutôt tendance jusqu’à présent à demander aux enseignants de prendre sur eux, voire à les remettre en question. Le « pas de vagues » primait.

D'autres penseront qu'il s'agit de quelques faits divers qui demain seront oubliés. Il faudra alors leur rappeler qu’il ne s’agit pas de faits isolés mais de faits quotidiens se produisant dans de nombreux établissements français. Au cours de l’année scolaire 2018-2019, les chefs d’établissement du second degré public et privé sous contrat ont déclaré en moyenne 12,2 incidents graves pour 1 000 élèves (source education.gouv.fr : tableau ci-contre).

 

Alors ? Peut-on espérer que le #PasDeVague fera des vagues suffisamment grosses pour sonner le glas de l'enfant Roi voire du jeune délinquant dans notre société ?

Pouvons-nous faire le pari qu'à partir de cet hashtag, tout acte de délinquance exercé à l'encontre de nos institutions (enseignants et assimilés, employés de la sécurité civile...) ou même d'un citoyen, sera désormais passé au crible par l'exécutif, le vent de l'indignation ayant soufflé trop fort cette fois-ci pour n'être qu'éphémère ? Pas sûr hélas ! On a largement constaté en 2020 que la défiance de la jeunesse à l’égard des forces de l’ordre et même de tout ce qui porte un uniforme représentant l’autorité, n’a jamais été aussi grande. Et l’on pourrait aujourd’hui reprendre cet #PasDeVague initié par les enseignants pour le compte des policiers et de leurs supérieurs, qui ont clairement démontré par leur paralysie face à la violence juvénile et autres rave-parties en temps de pandémie, qu’il fallait à tout prix éviter les vagues de la critique (31/12/20 : rave sauvage ayant rassemblé plus de 2500 teufeurs en Bretagne au nez et à la barbe de qui vous savez).

Quoi qu’elle fasse désormais, la jeunesse dès lors qu’elle est en nombre, se sait intouchable.

Mots-clés : #hashtag, #PasDeVague, #agression, #violence, #professeur, #enseignant, #rétablissement_de_l’ordre, #enfant_Roi, #écoles, #élève, #lycée, #collège, #jeunesse, #ras-le-bol, #mise_en_examen, #policiers, #gouvernement, #rave-party

https://www.jeanlucrobert.fr

Auteur de : 

Ma vérité sur l'autisme

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

L'ENFANT : L'instrument du Conflit Parental

P.-S.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 2021 14:52

    OUI, et de ce côté, le Covid a des bons côtés..... Une maturation obligée.... Ah, mais je croyais que c’était Noël tous les jours. NON. Le simple rappel du REEL. 


    • Séraphin Lampion Schrek 3 décembre 2021 15:01

      « Quoi qu’elle fasse désormais, la jeunesse dès lors qu’elle est en nombre, se sait intouchable. »


      Si seulement c’était pareil pour le reste de la population...


      • sylvain sylvain 3 décembre 2021 17:27

        @Schrek
        c’est surtout une bonne grosse généralité . On va pourrir le quotidien de millions de gamins pour quelques connards que leurs parents n’éduquent pas.


      • titi titi 3 décembre 2021 18:38

        @sylvain

        C’est là ou vous vous trompez : c’est en laissant faire les quelques connards qu’on pourrit le quotidien et l’avenir de millions de gamins.


      • sylvain sylvain 4 décembre 2021 13:56

        @titi
        j’ai pas dis qu’il fallait les laisser faire. Je dis que les profs ne sont pas forcément des personnes équilibrés. Personnellement, je pense que quasi un tiers de ceux que j’ai eu avaient de graves problèmes mentaux, et que leur permettre d’exercer les pleins poivoirs sur des élèves, comme c’était le cas il y a 50 ans, ne créera pas forcément moins d’injustice que dans le cadre actuel


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 2021 15:03

        Le seul espoir est que Ciotti soit élu... Avec lui, pas de faux lendemains qui chantent, retour à l’autorité et le hiérarchie des valeurs.... Enfin bref, comme avant le GENERAL DE GAULLE... dernier rempart contre la fusion psychotique. Il va falloir reconstruire une digue (ZUYDERZEE DE FREUD). Mon explication de la PAND2MIE est très simple. La fusion, c’est la psychose. Avec l’absence de repère par la différence sexuelle, l’homme est dans l’incestuel et la psychose. Pourquoi la différence sexuelle constitue une digue. Parce qu’elle empêche la fusion entre l’homme et le femme. Impossible dans un couple homosexuel fusionnel. C’est par cette différence entre le père et le mère que l’enfant peut éviter de régresser dans la psychose. Papa a une grosse voix et il dit souvent non. Maman, c’est comme la chanson (la maman des poissons , elle est bien gentille. Bobby Lapointe), mais ce n’est pas avec elle que je ferai ma vie....


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 2021 15:05

          Bon, dejà que la gauche a décollé de « maman bobo ».... Espérons que la raison prendra le dessus.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 2021 15:07

            Quarante années de BIG MOTHER, biberonnés à internet... le grand tournant s’annonce...


            • Sergio Sergio 3 décembre 2021 16:20

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Là on se retrouve non plus dans la psychanalyse individuelle, mais dans la psychanalyse universelle ou paradoxalement unique, Freud est à réinventer : impossible



            • Sergio Sergio 3 décembre 2021 16:42

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Avant de vous lire j’étais entrain de penser aux nombreuses synchronicités qui me sont imposées, livres et films, musique que je joue et entends


            • Sergio Sergio 3 décembre 2021 17:05

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              Penseriez-vous que l’engouement de l’usage des réseaux avec son corollaire de vécu artificiel et d’isolement, la concentration humaine dans les grandes mégapoles, la violence des jeunes et des autres, les confinements sanitaires, une probable dictature écologique … seraient les synchronicités collectives de l’humanité, existe-il une synchronicité collective ?


            • Sergio Sergio 3 décembre 2021 15:58

              Bonjour Jean Luc Robert

              « Le pas de vague », on l’a souvent vécu dans nos institutions et tutelles, il fallait absolument protéger notre savoir faire et notre attractivité vis à vis des financeurs et du public, là je parle du milieu associatif et du travail social.

              En milieu scolaire c’est à peu près la même chose, à une certaine époque, il n’était pas question de parler de violence, de prendre en compte le ’harcèlement scolaire’, on fermait les yeux car on parlait d’école de la vie, là où les inégalités de toutes sortes sont légions. Un exemple, pour un problème mineur de présence d’une substance illicite dans un établissement scolaire, on nous appelait pour ’faire les pompiers’ à toute une classe dont la majeure partie n’était pas concernée. Nous avons mis en place à l’époque une cellule d’écoute, non pas des usagers mais des enseignants avec leur direction, le but était de les aider à prendre avec justesse des mesures adaptées afin de prendre en compte ce qu’il se passait.

              D’autres établissements nous sollicitaient afin de faire de la prévention d’usage à l’ensemble des élèves, ce qui aboutissait à expliquer aux jeunes ce qu’il savaient déjà bien mieux que les enseignants en matière de prévention, cela se terminait à chaque fois par l’arrivée d’un pigiste local pour un article vendant ’l’image propre’ de l’établissement.

              ’Le pas de vague’ on le retrouve même dans l’émission TPMP et en particulier sur la gifle donnée à Mr Macron par Damien Tael. Tous se sont insurgés contre cette personne sur uniquement le symbole de la gifle à un Président, et là fleurissaient des allégories et des figures de style et des « j’ai mal à ma France ». Lui impassible, à un moment évoquait que ce n’était qu’une gifle et tout le monde de rétorquer inconsciemment : oui mais à qui ? Le pas de vague résidait dans l’occultation du geste, cela n’a été repris durant cette émission, au final ce pas de danse conféra comme d’habitude à la banalisation de la violence. 

              Pour terminer mon propos, que ce soit dans la littérature, le cinéma, la peinture, rien n’est inventé, (ou le rien n’est pas encore découvert), de même pour le « hashtage PasDeVague » que nous nous imposons en permanence par nos ’non-dits’ nos ’actes manqués’, cette jeunesse en nombre sera : nous demain.


              • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 5 décembre 2021 09:16

                @Sergio
                Merci pour votre contribution au débat.


              • Inquiet 3 décembre 2021 15:59

                Pour aider les enseignants à « s’en sortir » il faut d’abord aider les parents qui sont les premiers otages de la « bien-pensance de l’enfant roi ».

                J’ai des dizaines d’histoires sur des parents qui ont subis de l’intimidation à l’incarcération, en passant par le placement de leurs enfants, alors que les faits qui leurs étaient reprochés étaient fallacieux ou exagérés.

                Une simple colère appuyée suffit à mettre les parents en difficultés avec la loi.

                Pour une gifle réflexe après une insulte qui vise leur propre grand-mère (fils de pute), ces rejetons n’hésitent plus à porter plainte contre leur parents et gagnent (et perdent en même temps puisqu’ils sont séparés de leurs parents).

                Alors, enseignants, je vous comprends et je vous soutiens, alors aidons-nous et ne nous battons plus svp


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 décembre 2021 16:33

                  @Inquiet aidez les parents à être adulte. Bon courage... Les enfants rois font des enfants rois... Pas vraiment de recette miracle... Et alors, c’est le politique ou une pandémie qui joue le rôle de l’autorité... 


                • Sergio Sergio 3 décembre 2021 16:38

                  @Inquiet

                  « Alors, enseignants, je vous comprends et je vous soutiens, alors aidons-nous et ne nous battons plus svp »

                  C’est inquiétant ce que vous dîtes mais tellement juste, alors on parlera de la paix des braves.
                  J’ai écouté sur la radio le malaise des professeurs, ils expliquaient le jeu des affectations des nouveaux professionnels se retrouvant en première ligne, sans expérience, là où certains beaucoup plus expérimentés auraient pu les accompagner. Nombreux sont ceux qui remettent en question leurs motivations et leurs rêves, ils sont démissionnaires presqu’avant d’avoir commencé, reste ceux qui restent.
                  On pourrait vulgariser : d’un côté la violence que l’on peut expliquer, et de l’autre une forme de démission résiliente probablement salutaire. Je me dis que la nature des choses trouvera à un moment ou à un autre son équilibre, les tyrans d’aujourd’hui seront assurément les victimes de demain, mais à quel prix.


                • titi titi 3 décembre 2021 19:33

                  @Sergio

                  Il faut avoir fait un conseil de classe pour voir comment ça se passe.

                  Il y a toute une portion de profs qui se sentent plus le rôle d’assistante sociale que de prof.

                  Un gamin a des résultats catastrophiques ? Ah mais il a des problèmes à la maison on ne peut pas lui tenir rigueur.
                  Un gamin a de bons résultats ? Ah mais il a des facilités, ça ne compte pas.

                  A aucun moment le fait que certains travaillent et d’autres pas n’est envisagé comme élément différentiant.
                  Il n’y a aucun intérêt à faire des efforts : les élèves le comprennent très vite.


                • troletbuse troletbuse 3 décembre 2021 19:51

                  @titi
                  Il n’y a aucun intérêt à faire des efforts :

                  les élèves le comprennent très vite.

                  Toi aussi, t’as vite compris.  smiley


                • titi titi 3 décembre 2021 20:35

                  @troletbuse

                  Ca fait un certain nombre d’années que je ne suis plus élève.

                  Vue le niveau de maturité de tes réponses, et le tutoiement facile, je suppose que tu l’es encore.


                • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 5 décembre 2021 09:20

                  @Sergio
                  Alors est-il possible que quelqu’un réponde à cette question : Le retour de l’autorité est-il possible ? J’aimerais bien avoir vos avis.


                • Sergio Sergio 6 décembre 2021 18:48

                  @Jean-Luc ROBERT

                  Bonsoir, mon avis est probablement très simpliste et développer cette question demande vraiment beaucoup d’énergie tant le sujet est vaste.

                  Je me lance et prends l’exemple du service militaire. A cette époque vous le savez beaucoup mieux que moi, cet espace servait de ’passage à l’âge adulte’, même les plus réfractaires en parlent encore maintenant avec une certaine mélancolie, du vague à l’âme … Beaucoup parlaient de brimades et de violences (claques, coups de pieds …), de pressions et de souffrances. La maltraitance s’il y avait, pouvait être sous traitée à de jeunes appelés dits officiers de réserve et qui représentaient l’autorité ou du moins la représentation qu’ils en avaient, avec la frustration, le pouvoir et le savoir être qui allaient avec. Bien souvent le sergent ou le capitaine venaient avec un certain ravissement réajuster le chacun à sa place avec la réelle autorité, celle qui est naturelle et on dira en bon père de famille : oui l’armée pour certains c’était papa/maman.
                  Je discutais récemment avec un militaire de carrière qui commentait l’idée de refaire ce fameux service militaire, il m’expliqua que déjà fin 2003, l’année du dernier contingent d’appelés, il était particulièrement difficile d’appliquer l’autorité et beaucoup de ses collègues démissionnaient à l’idée de la faire respecter. Il en va de même pour les nouveaux engagés qui refusent à tord ou à raison d’effectuer certaines taches et là on parle d’une armée de professionnels.
                  Pour lui, l’autorité à la Légion Etrangère resterait encore respectée, acceptée et vénérée, faut-il croire qu’au regard du passé de nombreux légionnaires, la Légion pose le cadre qu’il n’ont jamais eu et dont ils avaient besoin, c’est une autorité qui est recherchée, approuvée et donc naturelle.

                  Si on reste dans le cadre de l’armée, en 2005, un dispositif a été crée qui s’appelle l’EPIDE (Établissement public d’insertion de la Défense), il offre aux volontaires, âgés de 18 à 25 ans, l’occasion de pallier les lacunes de leur savoir, d’acquérir un savoir-être et des savoir-faire … dans le texte. Je me souviens d’y avoir orienté un suivi, un jeune adolescent en rupture de repère familial, il me raconta le lever tôt le matin, le salut aux couleurs et on y revient … et là il parlait d’autorité naturelle celle qui s’impose parce qu’on le veut bien !

                  Par cet exemple je parle d’autorité naturelle par ce qu’elle est exemplaire, égalitaire et juste et contextuelle.

                  Je travaillais dans un CSAPA, vous savez bien sur ce que c’est, on voyait des personnes dépendantes aux substances, des personnes relevant de ce qu’on appelle une Obligation de Soins, avec lesquelles on essayait de trouver ensemble un consensus de ce pourquoi l’autorité (justice, JAP …) les avait orienté vers nous. En 17 années de carrière, je n’ai pratiquement eu aucun problème de violence car l’accueil que nous leur accordions validait naturellement notre autorité implicite.

                  Je crois qu’elle est possible quand elle est naturelle, expliquée, recherchée, honnête comme doivent être ceux qui la revendiquent et qui l’appliquent, contractualisée (contrat de travail) et c’est paradoxal car je crois qu’il faut un consensus pour l’accepter.

                  Faut-il réinventer l’autorité scolaire, la négocier avec les élèves, pourquoi pas !

                  Au final il faut lui redonner du sens.


                  Votre question est un exercice de style et je me permettrais de vous dire que si vous êtes d’origine antillaise lisez ceci :

                  Mwen swé con an bouwo ki allé a confess, sinon oubliez.


                  Sergio




                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2021 19:10

                  @Sergio
                  Salut . Ah le service militaire ... Moi qui voulait aller dans la marine me suis retrouvé en Allemagne. Total j’a tout fait pour rien glander , faire le mur , fumer des bières et boire des pétards...


                • Sergio Sergio 6 décembre 2021 20:24

                  @Aita Pea Pea

                  Mon frère à la fin du service a voulu faire le malin en faisant lui même sa quille au tour à bois, un coup de bédane de trop et l’gros l’a prise à travers la gueule !
                  Il a essayé de faire l’mur aussi, il a fumé des troupes, m’a ramené ses rations de singe, il a volé (on est des voleurs chez nous) des rangers et une ceinture, et UNE GRENAAADE A PLATRE qu’a pas explosé. Il arrêtait pas de dire ’terminée ééé’. Alors ok pour l’autorité, mais alors il a disjoncté son fusible à neurones, y avait pas bcp d’ampères faut dire. Ca et la cocarde du certificat d’études inférieures, ça vous fait un n’hooomme !!!

                  T’a vus sur le dernier post à Zemmmour j’ai dit que t’étais Frodon, tu m’en veux pas ?

                  https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/zemmour-enfin-candidat-se-declare-237545?debut_forums=700#forum6207540


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2021 20:35

                  @Sergio
                  Pas moyen de remonter le fil sur mon téléphone...pourquoi Frodon et c’est qui ? (suis inculte...sniff )


                • Sergio Sergio 6 décembre 2021 20:42

                  @Aita Pea Pea

                  5 décembre 21:48

                  Allez on élit Zemmour et alors remontent des caves sombres ceux qui osent la bêtise décomplexée.

                  En partant de cette image on imagine bien Zemmour en gobelin putride et Smarty le géant vert hystérique en troll asexué. 

                  La peur n’est pas dans le camp des anti-Zemmour s’il était élu mais dans le camp des frustrés s’il ne l’était pas, mais j’imagine qu’ils trouveront un autre combat. Continuez à comparer le ’poudré’ et ’Eric le zombi gai(y)’ et consort c’est à dire le reste, de vouloir ’reconquérir’ la nation avec vos trompettes : VOUS ETES DES INOFENSSIFS DANGEREUX, faut le faire comme oxymore.

                  Pour revenir dans le genre Seigneur des Chèvres qui bêlent plus fort que le loup hurle je citerai : White Rabbit fils de Blanche Neige en noble Gandalf

                  et Aita Péa : en Monsieur Frodon grand protecteur de l’Anneau (je sais, t’as rien demandé)


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2021 21:11

                  @Sergio
                  Toute manière en ce moment , musicalement , j’ai découvert grâce a Macron au Panthéon de Joséphine , Pascal Dusapin et ses requiems . Moi qui suis pas contemporain en musique j’ai pris une claque ...Côté obscur , mais je dois me planter filmographie...


                • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 9 décembre 2021 12:13

                  @Sergio
                  Vous avez l’air passionné par ce sujet et avoir une bonne expérience. Merci pour votre contribution au débat.


                • Lynwec 3 décembre 2021 16:34

                  Le problème de l’autorité et du respect tient essentiellement à la vertu de l’exemple. Or, pour ce qui est de l’exemplarité, on dira pour ne blesser personne qu’on est très loin du compte .

                  Et là, collectivement,tous responsables. Aussi bien les parents qui laissent la télé devenue une machine à abrutir, assumer la présence réelle qu’ils devraient fournir à leurs enfants que les enseignants qui ont toléré les premières salves sans réagir vigoureusement quand on leur disait « Pas de vagues » .

                  Evidemment, brillamment défendus par des syndicalistes surtout préoccupés de leurs petits avantages, ils étaient un peu coincés face à une hiérarchie dont les consignes sont davantage dictées par des gouvernants soucieux de maintenir un niveau convenable d’insécurité en prévision de la prochaine campagne électorale que par la recherche d’une école publique de qualité. Après tous, les gueux n’en ont aucun besoin, sinon ils « nous » égaleraient....

                  D’un autre côté, l’apparition de ce genre de discours à l’égard des enfants ne peut avoir aucun rapport avec la volonté visible de nos bourreaux de les piquer. Toujours rendre la future victime impopulaire, c’est la règle de base ...Et un petit coup d’échecs pour dresser les uns contre les autres, pour ces pourfendeurs de « haine », c’est bien normal...


                  • Séraphin Lampion Schrek 3 décembre 2021 17:22

                    On ne comprend la double manipulation des parents par l’intermédiaire des enfants que si l’on sait ce qu’est un «  influenceur », le cheval de Troie des GAFAMs.


                    • pallas 3 décembre 2021 19:51
                      Jean-Luc ROBERT ,

                      .

                      Bonsoir,

                      Je remarque une nouvelle tendance chez le français de type caucasien dit de souche.

                      Un homme agé travaillant avec une jeune fille, c’est souvent dans les metiers de service ou commercial.

                      Un rapport de type homme/pere et femme/fille

                      Salut


                      • titi titi 3 décembre 2021 20:31

                        @pallas

                        Nouvelle tendance ? Bah sortez pas beaucoup.
                        Type caucasien ? Bah vous voyagez pas beaucoup.


                      • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 8 décembre 2021 22:50

                        @pallas
                        Je ne sais pas. Je n’ai pas remarqué cela en particulier.


                      •  C BARRATIER C BARRATIER 3 décembre 2021 22:12

                        Dans le second degré, les enseignants qui le peuvent ont commencé à quitter le navire qui sombre, et les concours de recrutement cherchent vainement davantage de candidats.


                        • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 5 décembre 2021 09:22

                          @C BARRATIER
                          Oui, ils quittent le navire. La faute à qui selon vous ?


                        • charlyposte charlyposte 4 décembre 2021 09:36

                          Un enfant roi, c’est bon pour la consommation smiley les parents doivent obéir et sortir l’artillerie, c’est à dire la carte bleue rouge d’usure et sûrement vert de rage dans un avenir proche smiley


                          • ddacoudre ddacoudre 4 décembre 2021 10:06

                            Bonjour

                            Pourquoi voudrions nous que le comportement sociétal des adultes ne soit pas suivi d’un mimétisme chez les enfants. C’est le propre des enfants d’immiter les adultes. Cela fait des années bsue les adultes dénigrent, le pouvoir les hommes politiques les élites les syndicats bref ce qui représente l’autorité civile, ils ne vivent pas en dehors du monde.c cordialement ddacoudre overblog


                            • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 8 décembre 2021 22:49

                              @ddacoudre
                              Je suis bien d’accord avec vous. Nous devons avoir conscience que nous leur servons de modèle.


                            • Mellipheme Mellipheme 6 décembre 2021 12:18

                              Je suggère de lire ou relire :

                              Jean-Paul Brighelli , La fabrique du crétin Ou la mort programmée de l’école, Paru en août 2005

                              Dix sept ans de perdus... Sarko, Hollande, Macron, dignes continuateurs d’une mort de l’école entreprise dès les années 60 (1968 si vous voulez une date symbolique). Haby ou Chevénement, droite et gauche confondues, n’ont fait que flatter la paresse d’une génération repue (Trente glorieuses) bercée par une idéologie du renoncement à liberté et à l’effort dont Bourdieu est le héro.

                              Ils n’avaient pas prévu que pendant ces décennies, la Chine s’éveillerait et que la Russie se reconstruirait sur les ruines de l’URSS défunte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité