• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Précarité énergétique

Précarité énergétique

Après la découverte, en 2015, de défauts sur la cuve de l'EPR de Flamanville, fabriquée dans l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire), l'ASN a déclenché une campagne de contrôle sur les réacteurs en général et sur Areva le Creusot en particulier. Les premières conclusions ne sont pas rassurantes. Depuis 1960, Areva le Creusot a volontairement caché à ses clients, dont EDF, 400 dossiers portant sur des anomalies de fabrications, et a falsifié une quantité plus importante de documents. Cette découverte a conduit à la fermeture de 12 réacteurs qui pourraient, "dans le meilleur des cas", être de nouveau opérationnels en décembre et atteindre leur pleine puissance en janvier 2017. EDF croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de vague de froid en décembre et ainsi éviter un blackout. Il ne faut pas être alarmiste et la probabilité pour que ce scénario catastrophe voit le jour est très minime

Mais pourquoi la fermeture de 12 réacteurs nous mettrait en grande difficulté énergétique les mois d’hiver ? C’est vrai que si ces 12 réacteurs avaient été arrêtés en plein mois de mai, personne ne se serait inquiété, alors qu’au mois de novembre c’est la panique.

La réponse est qu’en France nous nous chauffons à l’électrique et cette particularité très française, bien qu’elle soit étrange, n’est sujet à aucun questionnement de nos politiques et même des français en général. Mais pourquoi sommes-nous arrivés à cette situation extrêmement problématique ? Pour cela il faut retourner en 1973 et le premier choc pétrolier.

En 1973, les États-Unis, premier producteur de l'époque, s’aperçoivent qu’ils consomment plus qu’ils ne produisent et pour éviter la pénurie, stoppent brutalement leurs exportations de pétrole. Pendant la guerre du Kippour, l'Arabie saoudite qui réalise alors 21 % des exportations mondiales de brut, décide d’unir les pays du golfe, ainsi que certains pays d’Afrique et d’Amérique latine, pour former un Cartel (OPEP) et augmente de 70% le prix du baril. C’est le premier choc pétrolier et tous les pays du monde sont conscients qu’il ne faudra plus compter sur cette matière première pour se développer et qu’il va falloir être énergétiquement indépendant pour s’en sortir.

La France décide d’accentuer son indépendance énergétique par l’électricité, en augmentant considérablement les nombres de ses réacteurs nucléaires. Alors qu’il était déjà programmé 6 réacteurs (les 2 de Fessenheim et les 4 de Bugey), le gouvernement de l’époque poussé par l’industrie du nucléaire, décide de lui en ajouter 18 de plus (4 à Blayais 4 à Dampierre, 6 à Gravelines et 4 à Tricastin). Il décide aussi la construction d’une usine de retraitement des déchets à La Hague. Si chez EDF c’est l’euphorie, au ministère de l’industrie, l’inquiétude se fait sentir. En 1973 la part d’électricité ne représente que 4.5% de la consommation des énergies, très loin derrière le pétrole (68%) et même les énergies renouvelables comme le bois et la biomasse (5.5%). Les fonctionnaire du ministère se posent cette question simple : « Pourquoi produire de l’électricité qu’on ne peut stocker, alors que nous possédons très peu d’appareil électrique pour consommer ce que nous produirons ? ».

EDF aidé du gouvernement va lancer un vaste programme pour contraindre les français à consommer de l’électricité. Dans un premier temps, les industriels par des mesures incitatives vont remplacer tout ce qui consomme du charbon et du pétrole, par des appareils consommant de l’électricité. Dans un second temps l’état ne subventionne plus, puis gèle carrément les grands projets de chauffage urbain. Cela ne suffit pas. EDF pense exporter de l’électricité, mais le marché, à l’époque est très marginal. Aussi, c’est EDF, en accord avec l’état qui décide de promouvoir le « chauffage électrique ». Dorénavant le français se chauffera à l’électricité.

 

Un réacteur nucléaire est une énorme bouilloire qui fabrique de la chaleur. 65% de cette chaleur est inutilisé et rejeté dans l’air et les 45% restant sert à faire tourner des turbines pour fabriquer de l’électricité. On va donc envoyer cette électricité dans les foyers pour « refabriquer » de la chaleur. A cette époque il n’y a pas 36 moyens pour produire du chauffage avec de l’électricité. Il y en a en fait 2. :

1 l’accumulateur qui est une grosse armoire métallique où une résistance électrique chauffe des briques réfractaires et stocke cette chaleur pour y être restitué en fonction des besoins. Cette accumulateur fonctionne pendant les heures creuses où le courant n’est pas cher et chauffe quand on en a besoin. Ce sont des appareils d’une puissance de 10Kw minimum, qui consomment des quantités astronomiques de courant pour un résultat plus qu’aléatoire les jours de grand froid.

2 le convecteur qui n’est rien d’autre qu’une résistance électrique qui chauffe l’air environnant à la manière d’un grille-pain grillant les tartines. C’est d’ailleurs le nom que lui donne les professionnels du bâtiment « radiateur grille-pain ». Cet appareil d’une puissance comprise entre 500 et 2000W consomme énormément d’électricité et chauffe très mal. En effet, la chaleur diffusée détruit les peintures murales et provoque occasionnellement des incendies dans son environnement immédiat et n’arrive pas à chauffer au-delà de 4m.

C’est donc avec ces deux moyens très archaïques que les français vont se chauffer. Lorsque l’on fait un comparatif sur le cout d’installation d’un système de chauffage électrique (des convecteurs et une horloge de programmation), par rapport à un système classique (une chaudière fuel ou gaz et des radiateurs), le cout est 10 fois moins cher pour le chauffage électrique. Et lorsque ce cout est en parti subventionné par EDF, les bailleurs sociaux et les promoteurs s’engouffrent dans la brèche et le chauffage électrique devient la norme. Actuellement 70% des logements sont chauffés avec ce système.

EDF a gagné son pari. En 1980 la part d’électricité dans la consommation d’énergie passe à 12% pour arriver à 39% en 1990.

 

Une centrale nucléaire fonctionne 24H/24 pour produire de la chaleur et fabriquer du courant. Et, à cause du chauffage électrique, la consommation de courant en France est très variable en fonction des saisons et surtout à certains moments de la journée, notamment entre 7H et 9 H et 17H et 20H, au moment où les gens sont chez eux et chauffent leur logement. C’est le fameux phénomène de pointe qu’un réacteur nucléaire ne sait pas gérer. Le 19 décembre 1978 il fait particulièrement froid et gris sur toute la France. A 8 h 26, alors que s’ouvrent les commerces, les usines et les bureaux, la France tombe dans le noir. Métros, trains, ascenseurs, tout s’arrête sans prévenir. Ce temps froid et couvert a provoqué un appel de puissance et a conduit à une surcharge sur le réseau, qui flanche puis s’écroule comme un château de cartes. Il faudra attendre la mi-journée pour que le courant soit rétabli partout. C’est le premier black-out que connaît la France et le chauffage électrique est alors pointé du doigt. Alors qu’un nouveau programme de construction de 10 réacteurs vient d’être lancé, il est hors de question de faire machine arrière. Aussi EDF lance discrètement, un programme ambitieux et aussi très couteux de rénovation et construction de nouvelles centrales thermiques et notamment les centrales « coup de poing ». Une chaudière coup de poing est capable de passer d’une puissance de 0 à 600MW en quelques heures. C’est l’outil idéal pour pallier au phénomène de pointe. EDF en construira plus de 10 en moins de 5 ans. Pendant ce temps on continue de construire des logements chauffés avec des convecteurs électriques

 

Mais combien consomme un système de chauffage par convecteur ? A cette question personne ne peut donner la réponse car on ne connaît exactement la consommation d’un convecteur électrique.

L’Union européenne a mis en place une classe énergétique indiquant la consommation de tout matériel consommant de l’énergie. Chaque appareil a son « étiquette énergie » qui évalue les caractéristiques d'un produit ou d'un bien sur ses performances énergétiques. Cette étiquette comportant une note de A à G et une couleur (A correspond à la couleur verte et est donc le plus économe, G correspond à la couleur rouge et concerne des produits plus énergivores). Cette étiquette se trouve sur tous les appareils électroniques et électroménagers, mais aussi les véhicules, les maisons et une partie des appareils de chauffage. Le convecteur électrique en est dispensé, car si on connaît sa puissance (entre 500 et 2000 W), sa consommation (entre 10 et 20KWh) est un secret bien gardé. Et pour cause, un seul de ces appareils d’une puissance de 500W consomme autant que la totalité des autres appareils de la maison, éclairage compris. EDF et les fabricants de convecteurs (Atlantic) ont fait le forcing auprès de l’UE pour ne pas inscrire ces appareils dans la liste des produits à étiqueter. De toute façon l’UE s’en fiche, car ce produit est franco-français. En effet le convecteur électrique est interdit à la vente au Danemark, au Pays bas et en Suisse et sa diffusion est fortement réglementée en Allemagne et dans les pays scandinaves.

Comme je le disais plus haut, 70% des logements sont équipés de ces convecteurs dont on ne connaît pas la consommation, et la plus grande partie de ces logements sont des logements à bas loyers (HLM, logements en ville etc.). On se retrouve en France avec des familles payant 500 euro de loyer et devant payer 600 et 700 euro d’électricité chaque mois d’hiver pour se chauffer décemment. N’y arrivant pas elles ne chauffent localement que les pièces principales et abandonnent les autres en attendant les beaux jours. Certaines utilisent des chauffages d’appoint fonctionnant au pétrole exposant leurs utilisateurs à des risques sérieux pour leur santé (monoxyde de carbone, incendie). C’est sans doute cela la rançon du progrès nucléaire et le courant pas cher qu’on nous avait tant promis.

Au début des années 2000 a été mise en place une réglementation thermique draconienne pour rendre les logements moins énergivores. Au grand dam d’EDF, le chauffage électrique par convecteur est proscrit. Mais lorsqu’on entend les fabricants de convecteurs et EDF s’offusquer qu’on interdise un moyen de chauffage qui utilise de l’énergie nucléaire qui ne produit pas de CO2, alors qu’on autorise des chaudières à gaz ou à bois produisant du CO2, et lorsque l’on sait que ces dernières consomment dix fois moins d’énergie, on croit rêver. Grace à cette réglementation thermique de moins en moins de logements sont équipés de convecteurs électriques et la consommation d’électricité va aller en diminuant. EDF va devoir gérer de front la reconversion de ses vieilles centrales nucléaires et son cout financier en même temps que la diminution de la consommation d’électricité et ses pertes financières. Parce qu’elle a sombré dans un délire technologique et a toujours été en surcapacité de production, EDF se retrouve dans la difficulté de rembourser cash les erreurs technologiques qu’elle a faite dans les années 80.


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 28 novembre 2016 10:00

    De la bouillie pour les chats, mais attention hein ! De la bouillie militante, qui a la haine !


    • VICTOR Ayoli VICTOR 28 novembre 2016 10:32

      Excellent article. Dommage qu’il décourage les lecteurs car trop long.


      • aimable 28 novembre 2016 10:44

        j’ai abandonné le chauffage électrique pour le chauffage bois, cala m’a fait diviser par deux ma facture électricité, achat du bois compris ( 12 radiateurs )
        d’ailleurs c’est reconnu que chauffage électrique a un rendement très mauvais et comme l’électricité augmente , un exemple : l’année dernière j’ai diminué ma consommation de 1500kw et ma facture était identique a l’année d’avant


        • aimable 28 novembre 2016 10:47

          @aimable
          ( 12 convecteurs et non radiateur ) chassez le naturel il revient au galop !


        • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 11:14

          @aimable

          .
          c’est reconnu que le chauffage électrique a un rendement très mauvais
          .
          C’est reconnu que vous êtes excellent en physique. 

        • aimable 28 novembre 2016 11:22

          @aimable
          vous savez avec l’âge le physique laisse a désirer , vous en savez quelque chose n’est -ce pas  smiley


        • zelectron zelectron 28 novembre 2016 18:00

          65% de cette chaleur est inutilisé et rejeté dans l’air et les 45% restant sert à faire tourner des turbines ? ? ?


        • baldis30 28 novembre 2016 11:01

          La meilleure solution eut été d’installer directement des réacteurs nucléaires dans les villes pour réaliser le chauffage urbain ... ainsi par exemple à Lyon un réacteur à la place de la centrale au gaz de la Part-Dieu ne produirait plus de CO2 en ville ....


          • Croa Croa 29 novembre 2016 09:03

            À baldis30,
            Pas con : Les centrales nucléaires devraient être en ville !
            On chauffe la ville au lieu de gaspiller la chaleur résiduelles dans d’énormes tours aéroréfrigérantes smiley
            *
            Faudra oser tout de même.... Moi je m’en fout je ne suis pas de Lyon !


          • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 11:12
            Depuis que monsieur Trelawney a écrit que les centrales françaises n’ont pas d’enceinte de confinement ; depuis qu’il a écrit que le réacteur au thorium est peut-être bon pour l’Inde qui a de gros gisement de ce métal mais pas pour la France qui devrait l’importer (comme si le prix du kg de thorium n’était pas complètement dérisoire devant son énergie contenue)..... Depuis, je sais monsieur Trelawney parfaitement capable de dire les choses les plus stupéfiantes d’un ton paisible qui a le grand avantage de ne pas mettre le lecteur sur ses gardes comme l’y met par exemple le ton de grande gueule d’un Victor. 
            .
            Les convecteurs, hou, hou ! ne portent pas les lettres A,B,C... définissant leur consommation, pour la raison évidente que si l’on peut par exemple faire un frigo qui consomme moins en l’isolant mieux, en revanche le facteur de conversion de l’énergie électrique en énergie calorifique est immuable. Ainsi tous les convecteurs pourraient-ils être classés A ou tous F, arbitrairement selon l’opinion qu’aurait le classificateur de la bonne ou mauvaise conversion qu’a voulue le Ciel entre courant et chaleur : par nature, le convecteur ne relève pas de la classification. La réflexion de l’auteur sur le « secret » qui dissimule la consommation quotidienne d’un convecteur relève de la niaiserie. Un convecteur d’un kW consomme 20 kWh s’il reste branché 20 heures. Merci Sarcastelle pour cette révélation. 
            .
            Pour mon compte je me chauffe avec un convecteur, procédé très bien adapté à mes besoins. Je suis seule dans une maison dont je ne chauffe qu’une grande pièce de trente mètres carrés qui m’équivaut à un studio. J’y ai ma kitchenette dont la consommation concourt au chauffage. Cette pièce est bien isolée, le reste de la maison ne l’étant pas. Dans ces conditions il n’est pas étonnant que la combinaison : [prix de l’isolation/prix du convecteur/ prix du courant] donne un résultat très favorable. 
            .
            Si des millions de ménages se sont ruinés des décennies durant en chauffage électrique dans des HLM non isolées, remercions-en-les. En effet aucune centrale nucléaire française n’a éclaté pendant ce temps, en sorte que sans préjudice écologique ces ménages ont efficacement concouru au combat contre les émissions de CO² même si demain on sort du nucléaire ! smiley

            • pemile pemile 28 novembre 2016 11:41

              @sarcastelle « Un convecteur d’un kW consomme 20 kWh s’il reste branché 20 heures »

              Sauf, s’il est équipé d’un thermostat, il peut être branché 20 heures et ne fonctionner que 10 heures smiley

              « @Trelawney : ces convecteurs dont on ne connaît pas la consommation »

              Dans le cas où l’on pirate une ligne et où on ne recoit pas la facture ?


            • Trelawney Trelawney 28 novembre 2016 12:15

              @sarcastelle
              La réflexion de l’auteur sur le « secret » qui dissimule la consommation quotidienne d’un convecteur relève de la niaiserie. Un convecteur d’un kW consomme 20 kWh s’il reste branché 20 heures. Merci Sarcastelle pour cette révélation. 


              Prétention prétention !


              Lorsque l’on achète un four électrique (qui fonctionne avec une résistance électrique, comme un convecteur), on se fiche de savoir que s’il à une puissance de 1Kw et qu’il fonctionne pendant une 1 heure il consommera 1000 x 1 soit 1KWh (on n’est pas débile). On s’intéresse de savoir combien on va consommer pour que notre tarte aux pommes soit cuite. Cette information on l’obtient sur l’étiquette de consommation et l’on choisira un four où l’étiquette indique A ou A+.
              Lorsque l’on utilise un chauffage par convecteur, on s’intéresse de connaitre l’énergie que l’on consommera pour que la pièce soit à 19° pendant une durée donnée, alors que dehors il fait 0°. C’est cette information, que jamais vous n’obtiendrez avec un système de chauffage par convecteur. parce que la performance de ce convecteur est inconnu.
              Lorsque vous faite faire un diagnostique DPE pour une maison. Si le système de chauffage est par convecteur, vous serez automatiquement et sans calcul classifié en F ou en G (les plus énergivores) La différence entre F ou G se faisant sur le volume de la maison. 

              Si vous avez envie de calculer : Dans une pièce de 3m x 3 soit 22.5 m3 en volume et isolée normalement selon la RT 2010 (6.5m2 de facade isolée et 1 m2 de facade vitrée). Combien faut-il de convecteur de 2000W (nouveau ou ancien modèle on s’en fiche) pour chauffer cette pièce à 19° partout (je précise partout dans la pièce) alors qu’il fait 0° dehors ? La réponse est 2 placés en diagonal car avec 1 seul radiateur, on n’atteint pas 19° partout. Cela veut donc dire que si on est 1 heure dans la pièce on aura 2*2*1=4KWh/22.5m3 soit 177Wh par m3.
              Faites le calcul avec une pompe à chaleur et un système de chauffage par le sol.
              Faites aussi le calcul avec une chaudière à pellé et un système de chauffage par le sol. Et vous vous apercevrez très vite que le rapport passe de 10 à 1



            • JL JL 28 novembre 2016 12:20

              @Trelawney
               

               à mon avis Sacarstelle a parfaitement raison quand il écrit : ’’Les convecteurs, hou, hou ! ne portent pas les lettres A,B,C... définissant leur consommation, pour la raison évidente que si l’on peut par exemple faire un frigo qui consomme moins en l’isolant mieux, en revanche le facteur de conversion de l’énergie électrique en énergie calorifique est immuable.’’

            • Trelawney Trelawney 28 novembre 2016 12:27

              @JL
              Voir ce que je viens de lui répondre.

              Les lettres ABC indique la consommation pour un résultat. Autrement dit pour une lessive de 3Kg à 60° est-ce que ce lave linge est plus économique que l’autre ? 

            • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 12:55

              @Trelawney

              .
              Il vous a été dit que la classification ABC, par nature ne s’applique pas au radiateur électrique, convertisseur d’électricité en chaleur avec un rendement de 1 immuable à travers les siècles. Merci également de ne pas transposer astucieusement la classification de l’instrument à celle du logement. 

            • pemile pemile 28 novembre 2016 12:57

              @Trelawney

              Vous confondez la consommation énergétique d’un logement donné et le cout suivant l’énergie utilisez (électrique, fioul, gaz, fioul, bois), non ?

              Et pour l’énergie électrique, la technologie utilisée, résistance ou pompe à chaleur.


            • JL JL 28 novembre 2016 13:01

              @Trelawney
               

               Vous avez tort quand vous écrivez : ’’Mais combien consomme un système de chauffage par convecteur ? A cette question personne ne peut donner la réponse car on ne connaît exactement la consommation d’un convecteur électrique.’’

            • pemile pemile 28 novembre 2016 13:29

              @JL « car on ne connaît exactement la consommation d’un convecteur électrique »

              Oui, c’est la consommation du logement qui n’est pas facilement calculable, le DPE n’étant lui même qu’une « évaluation » pas très précise.


            • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 13:56

              @Trelawney

              .
              Vous êtes un petit finaud spécialiste du noyage de poisson, mais Sarcastella Agoravoxis est quelquefois malaisée à sortir de l’eau.
              Pour commencer vous mettez dans le même sac la classification ABC... des appareils et celle du logement. Or il n’y a qu’un rapport... de lettres. La classification des appareils (ceux pour lesquels elle a un sens...) dit combien ils consomment pour un service rendu : la classification des logements dit combien il leur faut d’énergie pour un chauffage défini. Il semble qu’il y ait similitude, mais il semble seulement. On peut en effet chauffer un logement bien isolé avec le plus mauvais procédé (une cheminée) ou un logement sans isolation avec le meilleur procédé, une pompe à chaleur. Merci de distinguer les questions et non de les amalgamer.
              .
              Si l’administration met forfaitairement un logement à convecteurs en F ou G quelle que soit la qualité de son isolation, c’est là une classification politique, pas technique. Merci de vous en aviser.
              .
              Si vous avez envie de calculer.....
              .
              J’en ai tout le temps envie. Pour commencer, notez que 65% et 45% ne font pas 100%. smiley
              .
              Je vois que pour tenir une température normale par 0°C dehors, vous consommez 4 kW en continu dans une pièce de 9 m² et de hauteur usuelle. Dites-moi : est-ce une chambre ou un sauna ?
              .
              Vous ajoutez qu’un chauffage par le sol consommera dix fois moins (400 W). Je vous crois volontiers : mon convecteur de 1000 W à condition de ne pas l’arrêter maintient par zéro extérieur 16 à 17°C dans ma pièce isolée trois fois plus étendue que votre exemple. C’est normal : on croirait à vous lire que la chaleur d’un procédé qui vous agrée chauffe correctement tandis que celle du convecteur s’évapore par magie. Evitez les exemples numériques irréalistes qui risquent de passer pour de la manipulation. 
              .
              L’homogénéisation de la température dans la pièce est une question secondaire hors bilan thermique. Ne mettez pas un second radiateur dans une pièce aussi petite ; mettez quelque part un ventilateur de dix watts pour homogénéiser. 
               

            • Trelawney Trelawney 28 novembre 2016 14:53

              @sarcastelle
              La classification des appareils (ceux pour lesquels elle a un sens...) dit combien ils consomment pour un service rendu : la classification des logements dit combien il leur faut d’énergie pour un chauffage défini.
              La classification par lettres d’un appareil consommant de l’énergie pour fonctionner se base uniquement sur le rapport entre le service rendu et l’énergie dépensée pour le rendre. Cela est valable pour un logement, une voiture, un grille pain (où l’on calcul combien il faut de Wh pour que le pain soit toasté) etc.Prenez le cas d’une pompe à chaleur, et vous aurez des performances de A++ pour le chauffage à A pour l’eau chaude et pour des puissances allant de 3.9 à 14.7KwEn quoi la classification de performance par lettre sur un convecteur électrique est impossible ?


              on croirait à vous lire que la chaleur d’un procédé qui vous agrée chauffe correctement tandis que celle du convecteur s’évapore par magie. Oui car le convecteur n’a aucune inertie

            • JL JL 28 novembre 2016 15:01

              @Trelawney
               

               si dans les autres domaines de la pensée vous vous persistez autant dans l’erreur ... m’étonne pas que vous ayez autant d e contradicteurs ! 
               
               smiley

            • pemile pemile 28 novembre 2016 15:34

              @Trelawney "La classification par lettres d’un appareil consommant de l’énergie pour fonctionner se base uniquement sur le rapport entre le service rendu et l’énergie dépensée pour le rendre« 

              Oui, et sarcastelle vous a déjà expliqué que le rendement de tous les chauffages électrique est de quasiment 100% !

               »Oui car le convecteur n’a aucune inertie"

              Pour un radiateur, ce n’est qu’un décalage dans le temps de la restitution de chaleur, un convecteur chauffe donc ... immédiatement !

              L’inertie, cela fonctionne sur le principe d’accumulation, cela n’a de sens que si l’on stocke des calories lorsque le tarifs de l’électricité est moins cher (comme les chauffe-eau en heure creuse)


            • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 15:46

              @Trelawney

              .
              Décidément !
              .
              En quoi la classification de performance par lettre sur un convecteur électrique et impossible ? 
              .
              Parce que ce n’est pas une pompe à chaleur et parce que 1 kWh = 860 kcal, immuablement, quels que soient les temps et les lieux. 
              .
              Oui, car le convecteur n’a aucune inertie.
              .
              Mais la chaleur que continue par inertie à diffuser le plancher chaud n’a pas été créée sans énergie, et ensuite quand le plancher se sera refroidi il faudra pour le re-chauffer un surcroît d’énergie. L’inertie thermique ne crée pas d’énergie, et il n’est pas question d’argumenter ainsi pour dire que 400 W par le sol valent 4 kW de convecteurs dans votre chambre-sauna. 

            • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 15:47

              @sarcastelle

              .
              Je n’avais pas vu la réponse de Pemile. 

            • Trelawney Trelawney 28 novembre 2016 15:58

              @pemile
              La question est : combien faut-il d’énergie à un convecteur pour que la pièce soit à 19° ? Tous les appareil de chauffage ont au minimum un rendement à 100%. C’est comme si que vous me disiez tous les vélos avance lorsqu’on pédale. Certaine chaudière à condensation ont un rendement au delà de 110%.

              Un chauffage qui n’a pas d’inertie chauffe uniquement lorsqu’il fonctionne, tandis qu’un chauffage à inertie continue de restituer la chaleur emmagasinée pour la restituer même lorsqu’il ne marche pas.
              Donc un appareil de chauffage sans inertie fonctionnera en continue et consommera en continu et sera plus énergivore qu’un appareil à inertie qui continuera à chauffer malgré qu’il soit à l’arrêt. C’est le cas pour des appareil de chauffage fonctionnant avec une circulation d’eau.
              Prenez l’exemple d’un poêle à bois qui conserve sa chaleur et la restitue à l’aide de son caisson en acier. Si vous placez ce poêle de l’autre coté de la pièce avec un conduit de cheminée de 4 mètres plus long vous observerez qu’il chauffe mieux avec moins de bois. Il passe donc de la catégorie B à la catégorie A.

              Actuellement le chauffage électrique par convecteur est le plus mauvais des systèmes de chauffage au point qu’il est maintenant interdit dans les constructions neuves et dans toutes les régions de France. c’est un système tellement archaïque que beaucoup de foyer les utilisant n’ont plus les moyens de le faire fonctionner et cela malgrè un coût de l’électricité peu honnéreux. Pourquoi, en France et uniquement en France, ce système a été installé dans plus de 70% des logements

            • pemile pemile 28 novembre 2016 17:51

              @Trelawney « La question est : combien faut-il d’énergie à un convecteur pour que la pièce soit à 19° ? »

              Les fenêtres ouvertes ?

              Je craque car j’ai l’impression que vous êtes sourd ou de mauvaise foi ?

              « Actuellement le chauffage électrique par convecteur est le plus mauvais des systèmes de chauffage »

              Le problème des convecteurs est du à ce qu’il chauffe l’air qui le traverse et que cet air chaud (sans ventilation) s’accumule surtout au plafond (et profite plus au voisin du dessous ou se barre par le toit). Cette différence de température plafond/plancher ne facilité pas non plus l’usage de thermostat. La même résistance électrique utilisée dans un appareil à accumulation va diffuser la chaleur par rayonnement, ce qui revient à chauffer directement les parois, les objets et les personnes présents plutôt que l’air de la pièce.


            • vesjem vesjem 28 novembre 2016 18:59

              @pemile
              3 modes de diffusion des calories :
              — convection (par mouvement forcé de l’air, par exemple)
              — radiation (peindre en noir mat une source, ou réfléchir une source améliore la diffusion)
              — conduction (aptitude intrinsèque d’un corps à laisser passer les calories)
              Un radiateur électrique a un rendement de 100%
              Ce qui détermine son efficacité (vitesse de mise en température globale d’une enceinte), c’est le(s) mode(s) de diffusion de ses calories , de leur emplacement et bien entendu et surtout de l’isolation de l’enceinte ;
              A l’origine, le logements chauffés électriquement devait avoir un niveau d’isolation bien supérieur aux autres modes de chauffage ;
              Les 60% et 40% de pertes d’énergie et de rendement (approx) concernent les centrales nucléaires et non le radiateur en bout de réseau


            • pemile pemile 28 novembre 2016 19:49

              @vesjem « Un radiateur électrique a un rendement de 100% »

              Oui, cela a été répété plusieurs fois à Trelawney smiley


            • JL JL 29 novembre 2016 09:08


               

               Afin de tordre le cou aux arguments de vente bidon qui entretiennent l’ignorance des consommateurs, il convient d’ajouter au commentaire ci-dessus de vesjem, que si un radiateur électrique présente une inertie thermique, cela se fait au détriment de la diffusion, et réciproquement. 

               Dans certains cas, on préférera le rayonnement ; dans d’autres cas on choisira l’inertie. Mais la quantité de chaleur produite par unité de consommation électrique sera toujours la même.
               
               Ps. Tout le monde devrait savoir ces choses élémentaires que presque tout le monde connait.
               
               RePs : Il est regrettable qu’AV ne permettent pas d’éliminer systématiquement les articles écrits par des personnes qui n’y connaissent rien à rien rien sur le sujet dont ils prétendent discuter. Surtout quand ce sont des auteurs qui persistent bec et ongle dans leurs idées fausses. C’est du gâchis, il y a tant de choses à lire et à dire.

            • Croa Croa 29 novembre 2016 09:22

              À pemile et Vesjem,
              Oui, VOUS AVEZ RAISON : Un radiateur électrique a un rendement de 100%.
              *
              C’est vrai pour les radiateurs électriques instantanés comme pour les radiateurs à accumulation. La différence c’est la manière dont est diffusée la chaleur autour de l’appareil et dans le temps et c’est ça qui fait qu’on peut consommer plus et qu’en plus ça manque de confort. (Le manque de confort fait qu’on pousse plus les radiateurs ordinaires.)


            • Trelawney Trelawney 28 novembre 2016 12:25

              Pour mon compte je me chauffe avec un convecteur, procédé très bien adapté à mes besoins. Je suis seule dans une maison dont je ne chauffe qu’une grande pièce de trente mètres carrés qui m’équivaut à un studio. J’y ai ma kitchenette dont la consommation concourt au chauffage

              Système couramment utilisé dans les mobil-home et ici mis en place dans un logement. Où comment EDF installe les gens dans la précarité.

              Si des millions de ménages se sont ruinés des décennies durant en chauffage électrique dans des HLM non isolées, remercions-en-les. 
              En avez-t-il le choix ? Vous reconnaissez donc qu’EDF a arnaqué ces gens pendant des décennies. Eet pourquoi maintenant, les bailleurs sociaux investissent des millions d’euro pour remplacer ces convecteurs par une chaudière centrale à pelé et des radiateurs ?

              • sarcastelle sarcastelle 28 novembre 2016 12:50

                @Trelawney

                .
                Ou comment EDF installe les gens dans la précarité
                .
                Je pense que je suis responsable de l’achat de ma maison, de l’état de son isolation et du moyen de chauffage quasi-gratuit, sans entretien et sans stockage que j’y ai choisi non sans logique ; et que EDF n’a strictement rien à voir là-dedans. 
                .
                Pour les locataires qui n’ont pu s’acheter leur logement, dire que EDF les a installés dans la précarité revient à dire qu’avec leurs convecteurs à deux sous et leurs murs pas chers sans isolation, ils ont sans doute autant de loyer que si on leur avait bâti un immeuble parfaitement isolé avec pompe à chaleur ? Voilà une accusation qui devrait être plus nuancée. 
                .
                Vous reconnaissez donc....
                .
                Evitez ce procédé, en particulier à propos d’une boutade. 




              • pemile pemile 28 novembre 2016 13:01

                @sarcastelle « qu’avec leurs convecteurs à deux sous et leurs murs pas chers sans isolation, ils ont sans doute autant de loyer que »

                D’ou l’importance de la communication et de l’obligation du DPE poir faire prendre conscience aux locataires du coût total annuel.

                http://diagnosticdpe.com/consommation-energetique-selon-le-DPE.php


              • pemile pemile 28 novembre 2016 13:03

                @Trelawney « Où comment EDF installe les gens dans la précarité. »

                Non, comment les propriétaires installent les gens dans la précarité.


              • Croa Croa 29 novembre 2016 09:36

                À pemile
                Au delà des propriétaires c’est souvent de la responsabilité des promoteurs et autres marchands de biens : Pendant une bonne trentaine d’années pour tout ce qui était construit pour être revendu (cher) en copropriétés la solution chauffage électrique était quasiment imposée !
                *
                Trop facile d’accuser les bailleurs ! Par ailleurs les occupants-propriétaires subissent aussi le chauffage électriques obligatoire comme le subissent ceux qui sont locataires : La preuve que les principaux responsables ce sont bien les constructeurs !
                *
                S
                eul ceux qui se logent en petite maison ont le choix du chauffage en fait.


              • oncle archibald 28 novembre 2016 14:23

                Dans les années 70/80 EDF qui était en surproduction à fait une campagne inouïe pour inciter tous les professionnels du bâtiment à prescrire des logements « tout électrique » et pour que les cons-sommateurs ne tombent pas raides morts devant leur facture elle a initié une campagne d’isolation des logements et a consenti des tarifs favorables lorsque le logement était « tout électrique ». 


                Elle nous a invités tous à visiter des installations expérimentales et à dépensé un argent fou pour soutenir son projet. À cette époque le fuel domestique était particulièrement bon marché et il ne fallait surtout pas poser la question qui fâche : pourquoi ne pas isoler suivant les normes du « tout électrique » et chauffer au fuel ? 

                Pourtant aujourd’hui encore un logement isolé suivant les normes 2016 et chauffé avec une chaudière à condensation alimentée au fioul au prix 2016 reste une solution parmi les moins coûteuses à l’usage. Si en outre vous avez un plancher chauffant ou des radiateurs en fonte d’acier pour émetteurs le confort est vraiment maximum ..... mais c’est défendu de le dire car le fuel c’est très mal vu par les temps qui courent.

                • sweach 28 novembre 2016 14:52

                  @oncle archibald
                  Le problème avec le Fuel et le Gaz c’est que nous importons ces deux produits, donc la géopolitique et les quantités que nous consommons influence directement le prix de ces deux matières première. Certe c’est efficace et les prix du marché reste correct, mais le jour où tu souhaite faire ton installation, il est assez difficile de prédire comment va évoluer le prix sur plusieurs décennie.


                  Si on regarde les courbes d’évolution des prix du gaz, du fioul et de l’électricité, celle qui fluctue le moins est l’électricité.

                  Il est donc logique que la plupart des gens restent prudent envers le gaz ou le fioul et lui préfère l’électricité qui à l’achat est le moins chère.

                • oncle archibald 28 novembre 2016 15:09

                  @sweach : oui mais personne ne le dit clairement et en outre si la consommation de gazole routier diminué fortement il risque d’y avoir une incitation à utiliser le fuel domestique puisque de toute façon les raffineries en produisent.


                • pemile pemile 28 novembre 2016 15:27

                  @sweach « l’électricité qui à l’achat est le moins chère. »

                  Pas pour la convertir en chauffage !

                  Ou en investissant dans une pompe à chaleur ?


                • sweach 28 novembre 2016 16:27

                  @pemile
                  Prix d’un radiateur environ 100€

                  Prix d’une clim environ 1000€
                  Prix d’une cheminé environ 2000€
                  Prix d’une chaudière avec les radiateurs environ 10000€

                  Le system de chauffage a l’achat le moins chère est et restera l’électrique, je ne parle pas à l’usage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès