• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sans le Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la (...)

Sans le Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la démocratie

JPEG

Soyons clair. Tout est dit dans le titre. Répétons-le en explicitant les acronymes : Sans la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN, ni le Référendum d’Initiative Citoyenne, ni l’Assemblée Constituante n’apporteront la démocratie. Alors tout ceux qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante cherchent à duper, à berner les militants s’ils ne proposent pas le Frexit. Car, c’est acquis, maintenant tout le monde est conscient que nous ne sommes pas dans un système démocratique et il est normal de chercher des remèdes. Il coule de source que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient alors évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion. Car, les gilets jaunes ayant des options très diverses, puisqu’ils veulent représenter tout le peuple, cherchent une proposition qui fasse l’unanimité. Mais, quand cette même proposition vient de la part des politiciens professionnels, il y a lieu de se méfier. Même Ségolène Royal dont on connait les discours habituels, notamment à propos de la répression contre les lycéens, s’est prononcée pour le RIC. C’est dire, qu’à l’évidence, il y a anguille sous roche. Rappelons qu’elle a dit ouvertement qu’il ne fallait surtout pas faire la même erreur que David Cameron en demandant aux français s’ils veulent ou non le Frexit. De son point de vue la seule question autorisée serait : de quelle autre Europe voulez-vous ?

Un RIC sans Frexit aurait un champ d’application extrêmement réduit. Il serait impossible de proposer un référendum qui aille à l’encontre des traités européens ni même de la politique définie à Bruxelles.

Et, qu’en est-il de ceux qui, comme Jean-Luc Mélenchon, proposent une Assemblée Constituante sans sortir de l’Union Européenne ? Il y a actuellement 28 états dans l’Union Européenne avec 28 constitutions différentes mais ils sont tous logés à la même enseigne. Toute leur politique est décidée à Bruxelles. C’est Viviane Reding, vice-présidente de la Commission Européenne qui l’a dit en ces termes : « il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes qui sont partagées dans une souveraineté commune. »

Dans ces conditions, tous les discours de Jean-Luc Mélenchon sur sa 6ème république qui sera super-démocratique avec de la proportionnelle et tout le tsointsoin ne sont que de l’enfumage pour occuper l’esprit des militants de la France Insoumise. Remarquons d’ailleurs, même si c’est d’une importance moindre, qu’il y a une certaine disconvenance à proposer une Assemblée Constituante tout en annonçant à l’avance ce qui devra en sortir. Nous ne savons d’ailleurs pas comment, par qui et dans quelles conditions cette Assemblée Constituante sera convoquée et nous nous demandons si tout cela est vraiment démocratique.

La priorité absolue doit être la lutte pour le Frexit.

Dans la situation révolutionnaire, sans précédent depuis 1968, que nous connaissons, le mouvement des gilets jaunes joue un rôle particulièrement important. Le mouvement ouvrier traditionnel avec ses organisations syndicales aussi. Nous savons qu’il est traversé par des contradictions entre l’orientation des directions collaboratrices et les aspirations des militants. Dans les circonstances présentes, l’aspiration des militants peut l’emporter. Nous voyons des gilets rouges et des gilets oranges se joindre aux gilets jaunes dans des manifestations. Ce fut le cas notamment à Cugnaux, près de Toulouse, le 17 janvier 2019, pour accueillir comme il convenait Macron qui était en visite. Nous voyons aussi les drapeaux rouges apparaître dans les manifestations des gilets jaunes. Tous les exploités aspirent à ce « tous ensemble ». L’occasion se présente le 5 février alors que des syndicats appellent à la grève pour que des actions communes soient lancées. La perspective d’une grève générale pour chasser Macron est à l’ordre du jour.

Nous voyons comment la réaction s’organise. A nouveau tous les médias aux mains des milliardaires qui avaient fait élire Macron sont mobilisés. Des heures et des heures d’antenne sont consacrées au grand blablabla de Macron ainsi d’ailleurs qu’à ce non-événement, en lui-même insignifiant, de la soi-disant « liste gilets jaunes pour les européennes ». Il aura suffi aux nantis de trouver une dizaine de noms pour lancer sur cette affaire un énorme déploiement médiatique dont tout le monde a compris la portée et l’objectif. L’autre volet de cette politique est encore et toujours la répression.

Il faudra d’ailleurs réfléchir à une réforme de tout le système médiatique pour interdire qu’il soit au service des grands capitalistes. C’est aussi une nécessité pour la conquête de la démocratie.

Dans le contexte actuel, le mouvement des gilets jaunes tend à élaborer une stratégie en tenant de multiples réunions à différents niveaux parfois en réponse aux incitations du blablabla à Macron. Pour notre part, nous proposons un boycott total de l’entreprise Macron mais nous encourageons les gilets jaunes à organiser la réflexion au sein de leur mouvement et, dans ce cadre, à se prononcer pour le Frexit.

 

JPEG

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • rogal 28 janvier 11:53

    Je crains que vous ne compliquiez inutilement ce qui est simple (et je me demande pourquoi) : une fois le RIC instauré, les partisans du Frexit n’auront qu’à demander un référendum sur la sortie de l’UE.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:20

      @rogal
      « une fois le RIC instauré, les partisans du Frexit n’auront qu’à demander un référendum sur la sortie de l’UE  »
      Ca c’est une bonne idée et dîtes vous bien que tout le monde y avait pensé. Il est évident que si on veut faire les choses dans cet ordre là cela sera refusé. Un tel référendum sera interdit, considéré comme hors du champ d’application du RIC. Pensez bien que ceux qui ne veulent pas commencer par le Frexit ne voudront jamais du Frexit et s’ils acceptent le RIC, ils le feront dans des conditions à la Ségolène Royal. Elle ajoute d’ailleurs que Macron lui même devrait l’accepter puisque, dit-elle, ça ne coûte rien ni financièrement ni politiquement.
      J’en viens à la conclusion. Ceux qui ne cherchent pas à duper, ceux qui veulent être clairs disent : d’abord le Frexit c’est la priorité absolue. Ensuite viendra le RIC.


    • Zolko Zolko 28 janvier 17:40

      @Jean Dugenêt : « d’abord le Frexit c’est la priorité absolue. Ensuite viendra le RIC »
       
      si il y avait un référendum sur le Frexit demain, il ne ferait pas la majorité. Même dans le RU très Eurosceptique, ça n’a fait que 52%. Et on voit ce que ça donne 2 ans après.
       
      Et même si ça marchait en France, on se retrouverait toujours avec les Macron et les Fillon, mais sans le R.I.C.
       
      Alors arrêtez de prendre les gens pour des benêts : votre plan est bidon.


    • Julot_Fr 28 janvier 20:30

      @Zaza
      Les Anglais savaient que l’adition a payer pour le Brexit serait salee. Ils ont quand choisi la souverainete. Biensur les cretins d’elites plein d’hubris n’ont rien vu venir <= trop confidant sur l’efficacite du « projet peur » mene par les media. Dans les memes lignes que ce que tu suggeres.


    • Sozenz 28 janvier 20:56

      @rogal
      alors je vais vous dire pourquoi il faut un frexit avant le ric .
      il y a ce qu on appelle un traité avec l UEqui rassemble plusieurs accords .
      si vous faites des referendums qui vont contre les traités , vous allez violez les traités avec l UE
       c est que que voulaient faire meluche et la marine ; ils savaient très bien que c est « impossible »
      donc si on veut que le peuple se prononce sur les sujets importants , il faut que leur pays soit souverain en tout ; ce qui n est pas le cas actuellement .
      la france peut etre avoir des amendes de la part de l UE si elle ne suit pas les préconisations de l UE .


    • rogal 29 janvier 06:01

      @Jean Dugenêt
      « (...) Il est évident que si on veut faire les choses dans cet ordre là cela sera refusé. Un tel référendum sera interdit, considéré comme hors du champ d’application du RIC. Pensez bien que ceux qui ne veulent pas commencer par le Frexit ne voudront jamais du Frexit et s’ils acceptent le RIC, ils le feront dans des conditions à la Ségolène Royal. »
      Vous préjugez de la façon dont ça se passerait.
      Pour l’immédiat ’adversaire n’est pas près de se laisser faire, je crois que nous en convenons. Mais ensuite, avec un autre pouvoir ?


    • Zolko Zolko 29 janvier 09:23

      @Sozenz : « si vous faites des referendums qui vont contre les traités , vous allez violez les traités avec l UE »
       
      et alors ? L’UE, combien de divisons ? Pour quoi a-t-on 200 Rafales et des bombes atomiques si c’est pour se laisser emmerder par quelques politicards ivrognes ? Il va faire quoi Juncker si la France dit « NON » ? Arrêtez de chier dans votre froc, la liberté se prend, elle ne se quémande pas.


    • Deepnofin Deepnofin 29 janvier 09:35

      @Jean Dugenêt J’suis à l’UPR, et pourtant je ne partage pas votre opinion.
      C’est, à mon sens, trop tard : le peuple Français ne pourra pas attendre les prochaines présidentielles pour éventuellement voter Asselineau ; et quand bien même on parvienne à attendre sagement, ou voir ces élections anticipées, il y a toutes les chances, encore une fois, à cause de la structure « démocratique » et de toute l’ingénierie sociale de division, que l’UPR soit >3ème, loin derrière la FI entre autres.

      Aussi, quelque chose que j’abhorre dans votre article, et qui se retrouve un peu partout chez les gens qui pensent « avoir tout compris », c’est ceci : "Alors tout ceux qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante cherchent à duper, à berner les militants s’ils ne proposent pas le Frexit« . C’est l’esprit George Bush : »soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous« .

      Comment voulez-vous que le peuple s’unisse, si on se parle comme ça, avec le plus grand des mépris »intellectuel«  ? Ça n’a aucun sens, et si vous êtes honnête et pourvu de sagesse, vous savez que malgré vos convictions, vous ne Savez pas. Vous n’êtes pas dans la tête des gens, vous n’êtes pas dans la tête de ceux qui sont au pouvoir, vous ne maitrisez pas les millions de variables inconnues qui font que... personne ne sait ce qu’on devrait faire, encore moins ce qui va se passer : on ne peut que donner nos opinions, et débattre, chercher à anticiper, dans le but d’agir, individuellement et collectivement. Et avec votre phrase, vous coupez court au débat et à l’union, d’une certaine façon, puisque vous braquez fortement les personnes qui ne pensent pas comme vous.

      Votre argument selon lequel il faudrait se méfier du RIC car il est soutenu par des politiciens n’a aucune pertinence, puisque dans ce cas là, il faudrait aussi se méfier du Frexit puisqu’il est prôné par un énarque. 2 poids 2 mesures...

      Aussi, là j’en sais rien car j’ai pas approfondi le sujet, mais le RIC soutenu par Ségo & Cie, n’est-ce pas une variante du »faux« RIC ? Celui qui existe déjà un peu à l’heure actuelle, qui est inapplicable, et qui ne sert qu’à donner aux gueux l’illusion de la Démocratie ?

      Les GJ ne veulent pas représenter le peuple, ils se revendiquent du peuple, et cherchent à convaincre les autres que c’est le combat de tous = ils ne veulent pas parler en leurs noms, mais souhaitent être rejoints par eux, afin que tous ensemble on écrive notre Démocratie, et qu’on n’a aucun pouvoir sans union (en tout cas, c’est ce que je crois comprendre, en tentant la synthèse). Comme le dit Chouard (j’ai perdu sa phrase, je retranscris pêle-mêle) : en Démocratie, le peuple n’a jamais tort, puisqu’il exprime sa volonté forcément légitime. La représentativité est morte, même un GJ fantastique comme François Boulo ne pourrait rien faire d’autre que d’être pourri s’il nous »représentait« .

      Du coup : pourquoi, une fois que le peuple Français commence enfin à s’unir et à faire émerger UNE revendication (je parle pas de »Macron Démission« , qui est + symbolique et exutoire qu’autre chose à mon avis), vous souhaitez qu’il fasse machine arrière, qu’il attende sagement les prochaines élections, pour appliquer l’article 50... ? Ne pensez vous pas que c’est contre-productif, et qu’on ne peut plus se permettre d’attendre ??? Ou alors vous voudriez qu’on lance la destitution de Macron pour placer un candidat qui malheureusement n’a fait qu’1% aux dernières ?
      D’ailleurs : on a eu le pacte de Marrakech et le traité d’Aix-la-Chapelle, qui sont arrivés comme ça, sans prévenir. Qui nous dit qu’il n’y aura pas d’autres cloisonnements dans le genre, d’ici là ? Susceptibles de rendre caduque la voie du Frexit, par exemple... ? On peut tout imaginer, certes, mais tout ce que je vois, c’est qu’à l’instant présent, on a déjà ce qu’il faut pour y arriver, alors pourquoi attendre...

      Après, pour JLM, bien sûr on se rejoint, et ça aurait été une belle preuve de réalisme de la part des Insoumis s’ils l’avaient viré pour y mettre Ruffin par exemple (à mon avis). Même s’il a un super talent oratoire, et que je salue parfois ses discours, bah c’est Méluche quoi, l’ancien monde, trop stigmatisant à cracher sur ceux qui pensent différemment, une girouette trop souvent dans la manoeuvre électorale, dans l’aveuglement du Système qu’il prétend connaître, si ce n’est de l’hypocrisie, de la duplicité.

      Quant à la réforme du système médiatique, c’est, je crois, une des premières préoccupations des GJ, qui ont tous compris ce problème il me semble. Même les non-GJ le comprennent, pour la plupart... Des »pilules rouges" sont distribuées quotidiennement, toujours + massivement à travers le monde occidental, et il m’est avis que ce phénomène restera en accélération constante jusqu’à ce que le peuple soit de nouveau uni en profondeur.

      A mon avis, un pas-encore-GJ croit encore qu’il vit dans une démocratie défaillante, alors qu’un GJ voit bien qu’il est dans une dictature déguisée. Bien sûr, ça n’engage que moi, et jpeux me tromper en généralisant de travers... Mais, encore une fois, un nombre sans cesse grandissant de GJ revendique le Frexit. Seulement, on trouve sûrement beaucoup plus cohérent de prôner le RIC en tout premier lieu, au vu de l’urgence de la situation et de l’inertie actuelle de cette revendication, qui a bien plus de poids que celle du Frexit.

      Juste pour finir, hors sujet mais bon : les GJ devraient à mon avis arrêter de manifester, car ça ne peut pas amener grand-chose d’autre que de la violence, qui se retourne tjr contre le peuple. A la limite, en faisant des sitting : si des CRS éborgnent des citoyens assis, ça pourrait réveiller beaucoup de gens (mega redpill), en France et ailleurs.
      En revanche, il est plus que temps de passer à la vitesse supérieure : grève, désobéissance civile, et boycott. Les GJ sont largement assez nombreux, depuis l’acte 2 ou 3, pour qu’une telle action fasse mouche rapidement. Sans bloquer les gens, juste en arrêtant de participer à ce Système, car finalement, c’est nous qui le faisons tourner, c’est donc nous qui pédalons comme des cons en fonçant droit dans le mur.

      (PS : tous ces propos n’engagent que moi, et dans le fond bien évidemment je vous rejoins, le RIC n’aura aucun impact si on reste dans l’UE : le Frexit devrait forcément être un des premiers votes du peuple... mais on ne peut pas attendre 3 ans... regardez comment le peuple a évolué ces 3 dernières années, alors là, avec l’émulation du mouvement d’éveil populaire, j’imagine même pas où on en sera l’an prochain).


    • lejules lejules 29 janvier 15:12

      @rogal
      les partisans du Frexit n’auront qu’à demander un référendum sur la sortie de l’UE.
      d’apres ce que je crois savoir l’appartenance de la France est inscrite dans la constitution ce qui fait qu’au niveau législatif il faut révoquer, les traités qui nous lient a l’Europe le frexit puis changer la constitution 


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 18:13

      @Zolko
      « si il y avait un référendum sur le Frexit demain, il ne ferait pas la majorité ».
      Ce n’est pas l’avis de Macron... et (une fois n’est pas coutume) sur ce point j’aurais tendance à être d’accord avec lui.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 18:58

      @Deepnofin

      1ère partie de ma réponse

      ====================

      Je suis en grande partie d’accord avec ce que vous dîtes mais votre commentaire est long et je ne vais peut-être pas répondre à tout. J’ai déjà dit dans la discussion que ma formulation était maladroite et je l’ai modifiée dans la version Facebook de l’article. Voici la nouvelle version :

      "Soyons clair. Tout est dit dans le titre. Répétons-le en explicitant les acronymes : Sans la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN, ni le Référendum d’Initiative Citoyenne, ni l’Assemblée Constituante n’apporteront la démocratie. Alors tous les politiciens qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante sans proposer le Frexit cherchent à duper, à berner les militants. Il est maintenant acquis pour tout le monde que nous ne sommes pas dans un système démocratique et il est normal en cherchant des remèdes que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion. Car, les gilets jaunes, ayant des opinions très diverses, cherchent des propositions qui fassent l’unanimité."

      J’ai voulu opposer :

      1. les politiciens qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante sans proposer le Frexit cherchent à duper ...
      2. il est normal en cherchant des remèdes que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion.

      Par contre, je ne vous suis pas quand vous écrivez :

      "Votre argument selon lequel il faudrait se méfier du RIC car il est soutenu par des politiciens n’a aucune pertinence, puisque dans ce cas-là, il faudrait aussi se méfier du Frexit puisqu’il est prôné par un énarque. 2 poids 2 mesures."

      Le Frexit est la bête noire des oligarques et donc de toute la presse aux ordres. Oui, il y a un énarque qui le défend et qui regrette d’être seul parmi eux alors qu’aucun ne s’est joint à lui parmi ses proches. Effectivement, je me dis qu’il faut s’interroger quand on voit qu’une proposition comme le RIC est reprise avec beaucoup de bienveillance par toute la presse. Bien que je ne l’ai pas souligné dans l’article c’est effectivement pour moi un signal d’alarme. Idem d’ailleurs quand toute cette presse accueille avec empressement la candidature d’une soi-disant « liste gilets jaunes » pour les européennes. Alors, moi qui suis un farouche partisan du RIC, je me demande pourquoi, contrairement au Frexit, cette proposition est si bien accueillie. C’est finalement Ségolène Royal qui me donne la réponse. C’est une adversaire du Frexit qui a expliqué qu’il ne fallait surtout pas demander l’avis des français sur cette question. Et elle ajoute même que, de son point de vue, Macron devrait aussi accepter le RIC puisque, dit-elle, ça ne coûte rien ni financièrement ni politiquement. Avec elle tout devient limpide. Acceptons le RIC sans le Frexit et alors, en respect de la constitution et donc des accords qui lie la France au reste du monde donc notamment en respect des accords avec l’UE, ce RIC ne permettra que des referendums compatibles avec notre appartenance à l’UE. Autrement dit quasiment rien. Même un référendum sur la directive des travailleurs détachés sera impossible, anticonstitutionnel. Effectivement ça ne coûte rien politiquement en plus de ne rien coûter financièrement.

      C’est ce qui me fait dire qu’un RIC sans Frexit n’apportera pas la démocratie.

      "Les GJ ne veulent pas représenter le peuple," Là je suis bien sûr d’accord avec vous. J’ai été aussi très maladroit à ce sujet dans ma formulation. Je voulais seulement dire qu’ils ont des opinions très diverses comme le peuple. Je suis donc d’accord avec tout ce paragraphe. Par contre, je ne vous suis plus au paragraphe suivant. Vous écrivez :

      "Du coup : pourquoi, une fois que le peuple Français commence enfin à s’unir et à faire émerger UNE revendication (je parle pas de »Macron Démission« , qui est + symbolique et exutoire qu’autre chose à mon avis), vous souhaitez qu’il fasse machine arrière, qu’il attende sagement les prochaines élections, pour appliquer l’article 50... ? "

      Vous laissez donc entendre qu’en disant qu’un RIC sans Frexit n’apportera pas la démocratie, je ne verrais comme seule solution qu’une élection qui permettrait de faire triompher l’option du Frexit soit un référendum sur le Frexit, soit l’élection de François Asselineau (à laquelle je ne crois pas).

      Remarquez bien qu’un référendum sur le Frexit a autant (et aussi peu) de chance de voir le jour qu’un référendum sur le RIC qui permettrait dans la foulée de faire un autre référendum sur le Frexit. Du côté de la réaction et des traitres (PS, PCF, FI). Personne n’en veut.

      Mais, au delà de cet aspect de la question, c’est le problème de l’ordre chronologique que vous posez. Or, dans l’article, ce n’est pas cette question que j’ai soulevée. Je maintiens tout ce qui est résumé dans le titre : Sans Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la démocratie.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 19:06

      @Deepnofin

       2ème partie de ma réponse

      =====================

      Sur la question de l’ordre chronologique, la seule chose que je puisse dire est que je ne suis pas devin. Il est inutile de se perdre en conjecture. Il est impossible de prévoir qu’elles seront les prochaines étapes du conflit alors que nous sommes dans une situation révolutionnaire. Il est possible que la jonction se fasse dès le 5 février entre les gilets jaunes et le mouvement ouvrier traditionnel avec ses syndicats et que nous nous orientions vers une grève générale. Il est possible qu’au vu des événements Macron démissionne. Il  est possible aussi que face à la poussée d’un mouvement révolutionnaire les parlementaires, préférant s’en tenir à une voie constitutionnelle, se décident à lancer la procédure de destitution. Il est possible que l’oligarchie des milliardaires face à cette poussée se sente menacée et demande à Macron de tenter une épreuve de force avec l’article 16 et l’intervention de l’armée... Et, bien d’autres combinaisons et éventualités qui m’échappent sont possibles.

      Les questions du RIC et du Frexit risque fort de se poser dans d’autres contextes que celui que nous connaissons. J’ai voulu avec cet article faire bien constater ce qui est dit dans le titre et rien d’autre.

      La question qui est la plus importante est celle que j’ai posée dans mon livre (De François Mitterrand à Jean-Luc Mélénchon) : il est urgent de regrouper une avant-garde du mouvement ouvrier au sein de l’UPR.

      Pour la fin de votre commentaire, nous sommes d’accord sur la nécessité d’une profonde réforme du système médiatique. Je ne saisis pas bien par contre cette assertion : "Seulement, on trouve sûrement beaucoup plus cohérent de prôner le RIC en tout premier lieu, au vu de l’urgence de la situation et de l’inertie actuelle de cette revendication, qui a bien plus de poids que celle du Frexit. "

      Je le répète. On peut prôner le RIC autant qu’on veut à condition de bien dire que sans le Frexit il n’amènera pas la démocratie.

      Vous faites ensuite des propositions sur ce qu’il convient de faire. Je vais donc faire, pêle-mêle les miennes.

      — Nous devons œuvrer pour la convergence des luttes vers la grève générale en particulier pour la journée du 5 février avec autant que possible des grèves reconductibles et organisation en commun (gilets jaunes et gilets rouges) des blocages.

      — Il faut donc maintenir la mobilisation des gilets jaunes en accentuant la liaison avec les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier tout en interdisant les tentatives de récupération.

      — Dans les manifestations des gilets jaunes, il faut faire prévaloir les traditions révolutionnaires du mouvement ouvrier (drapeaux rouges, chants révolutionnaires) tout en approuvant ceux qui manifestent leur attachement à la révolution de 1789-93 en arborant le drapeau tricolore ou le bonnet phrygien et en chantant la marseillaise.

      — Il faut encourager la tenue à tous les niveaux (local, départemental, national) d’assemblées citoyennes des gilets jaunes décidant des revendications et des suites du mouvement.

      — Dans ces assemblées citoyennes des gilets jaunes la question de l’organisation d’un service d’ordre dans les manifestations doit être posée afin d’assurer au mieux la sécurité des manifestants et d’éviter les débordements qui discréditent le mouvement. Il ne faut pas permettre à n’importe quel groupe de se présenter en cours de manifestation comme un service d’ordre.

      — Nous suggérons aux gilets jaunes d’inviter pour un temps limité dans leurs assemblée citoyennes des personnalités politiques ciblées à venir s’expliquer sur des questions précises. Ils pourraient ainsi demander aux députés des partis du PS, PCF, FI pourquoi ils ne veulent pas sortir de l’UE ou pourquoi ils ne veulent pas lancer la procédure de destitution de Macron. Ils pourraient aussi inviter, comme cela a déjà été fait, Etienne Chouard ou, comme cela n’a jamais été fait, François Asselineau.

      — Nous proposons le boycott du grand blablabla à Macron.

      — Nous dénonçons comme une forfaiture l’apparition d’une soi-disant "liste des gilets jaunes" pour les élections européennes.

       

      Je m’en tiendrai là. Il me reste à vous remercier pour votre intéressant commentaire et à m’excuser à nouveau pour les maladresses de certaines de mes formulations dans l’article.

       


    • Deepnofin Deepnofin 29 janvier 21:40

      Et bien ! Merci beaucoup à vous d’avoir pris le temps de lire mon long commentaire, et d’y répondre d’une manière aussi étoffée !
      Je comprends bien votre « mea culpa », l’époque est si brûlante qu’on a hâte de partager nos analyses, parfois au risque de se précipiter et d’être maladroit...

      Mon contre-argument du 2poids 2mesure, c’était car j’avais mal interprété votre argument sur Ségo, mais je crois mieux saisir, et effectivement, vous soulevez un lièvre quand vous dites : " une proposition comme le RIC est reprise avec beaucoup de bienveillance par toute la presse « . En partant de là, il me semble qu’on peut être d’accords : la presse (et Ségo etc) accueillent le RIC »foireux« (à mon avis), et non pas le RIC en toutes matières. Ce serait pour ça qu’ils s’y montrent favorables, et à l’inverse très objectant à l’Article 50, car avec ce dernier, y a pas de triche possible (enfin, on a bien vu avec FI et LR qu’ils se permettent quand même de tricher en laissant croire à une sortie de l’UE...). En fait, pour moi, niveau hommes politiques »réels« , il n’y a que François Asselineau qui soit pertinent. Tout le reste, poubelle, dans la mesure où même s’ils disent plein de choses censées, ils ne vont jamais au fond des choses, quand ils ne sont pas foncièrement dans la duplicité.

      Pour le reste, en fait, notre désaccord semble être beaucoup plus mince que je ne pensais, et lié à mon incompréhension de votre texte (ma faute !) : le RIC sans le Frexit n’aurait absolument aucun sens. Mais c’est bien dans la chronologie qu’on dérivait : pour vous, si je comprends bien, le Frexit est la première urgence, la première chose à appliquer, alors que pour moi, c’est le RIC, déjà car nous n’avons pas le temps d’attendre les prochaines présidentielles, et aussitôt qu’il sera obtenu, le RIC nous libèrera de l’UE puisque ce sera très certainement un des premiers référendums qui en résultera. À l’heure actuelle, j’estime à >50% le nombre de Français qui veulent catégoriquement sortir de l’UE (ce sera certainement >80% quand le RIC sera obtenu). [je parle comme si jconnaissais l’avenir, ou si j’étais dans la tête des gens, mais c’est pour éviter les formules de politesse, car bien sûr ce ne sont que des spéculations ou analyses dont je n’ai aucune certitude].

      Pas grand chose à rajouter, je trouve certaines de vos propositions pertinentes :

      j’ai appelé de mes voeux à la convergence des luttes depuis 2012, mais pour ça il était absolument indispensable qu’elle vienne du peuple, et non d’un mouvement (politique ou syndical), puisque ces derniers étant systématiquement faux / endoctrinés / infiltrés (notamment par la CIA), leur pseudo convergence des luttes a toujours été foutaise, dans le sens où tous ces gens méprisent le peuple et ont toujours provoqué la division de ce dernier ( »les facho« à chaque phrase de la part des mouvements de gauche, »bobo« ou »coco« pour ceux de droite, bref, les mots ne manquent pas, et c’est uniquement depuis novembre 2018 que le peuple français a enfin cessé de joueur leur satanée jeu).

      Et d’autres proposition, un peu moins : à quoi bon utiliser les symboles ou traditions révolutionnaires passées (marseillaise, bonnet phrygien, etc) alors que justement, tout ce passé n’est que manipulation ? Le peuple a toujours été sous le joug de la République, et le but actuel, c’est l’Émancipation de l’Humanité. Une réelle Démocratie est incompatible avec l’esprit de la République maçonnique (même si c’est le travail de ces derniers qui nous a amené là, mais je développe ça ici). Le peuple est en train de comprendre ceci massivement, alors je crois qu’il s’affranchira de ces symboles, et développera naturellement les siens : c’est à nous d’inventer notre nouvelle Mythologie..

      Mais surtout, il y a une chose essentielle que personne ne prend en compte (en tout cas j’ai rien vu de »sérieux« à ce niveau-là ) : l’évolution de nos mentalités sous l’impulsion du conspirationnisme.
      Car, si j’analyse correctement les choses, le mouvement des GJ a certes été provoqué par une énième taxe, mais c’est le conspirationnisme (qui est devenu global chez nous) et notre perte totale de foi en l’avenir, qui a fait sortir le peuple de ses gonds et l’a poussé à dépasser ses clivages idéologiques factices (car tout est provoqué et instrumentalisé, selon moi).

      Depuis notre entrée dans ce millénaire, on a eu l’avènement d’Internet, et le 11 Septembre : d’un côté, un énorme traumatisme collectif (accompagné de l’ère du Terrorisme Islamiste, c’est un impact psychologique comparable à une mini-guerre mondiale), et de l’autre, la plus grande révolution intellectuelle de l’Homme, son 6ème sens qui le connecte à lui-même et à la Nouvelle Bibliothèque d’Alexandrie.

      C’était le terreau idéal pour que l’Humanité (en tout cas les peuples occidentaux) évoluent à vitesse grand V, en cernant toujours plus la duplicité de nos élites, en comprenant le monde, les grandes manipulations, et ainsi, pour qu’on en vienne à se comprendre soi-même. Cette décennie 2010 a été d’une fulgurance folle au niveau de notre évolution individuelle et collective, et ces 3 dernières années, des centaines de millions de »pilules rouges« ont été distribuées par nos différents Pouvoirs, leur comportement, et les nombreux échanges d’internautes / influenceurs, bref, toute l’émulation liée à notre inter-connexion en temps réel. Et les pilules rouges vont toujours plus tomber, jusqu’à ce que notre cohésion soit telle que le simple »miroir social« fera effet de pilule rouge (comparable au 3ème stade de la vérité selon Schopenhauer).

      Une énorme ingénierie sociale anti-conspi est déployée en occident (ça a commencé avec le rapport Warren sur JFK, ça s’est fortement accéléré après 9/11, pour exploser lors de cette décennie), mais seulement, même les »zététiciens du net« semblent se faire avoir, car ils n’ont pas ouvert les yeux sur une chose : la réactance (et pourtant, ils connaissent tous ce phénomène...).

      Ainsi, toute cette saleté d’ingénierie sociale anti-conspi, dont le but primaire est d’empêcher les gens de réfléchir et d’explorer »en dehors des clous« , a joué le rôle inverse : puisque le peuple accuse toujours plus de défiance envers ses politiques et médias corrompus (qui se dévoilent quotidiennement), lorsque ceux ci disent »vous ne devez pas penser comme ça« , alors, forcément... le peuple en vient à sortir des sentiers battus, puisque personne ne peut tolérer ne rien comprendre à une situation catastrophique dans laquelle il est plongé, et que l’explication »officielle« (qui se contredit en permanence d’ailleurs, ce qui fait que mécaniquement, tout le monde est conspi...) ne permet pas le moindre début de compréhension du Système.

      Pour moi, cette réactance a été provoquée, c’est pourquoi je crois que le sommet de la Pyramide est fondamentalement bienveillant envers l’Humanité, et cherche simplement à la faire évoluer rapidement en lui montrant TOUT ce qu’il ne faut pas faire (le N.O.M. , »Ordo ab Chao« serait une oppression constante & contrôlée pour provoquer notre évolution), mais qu’importe, car même si ce n’était pas le cas, le résultat est le même : le peuple est devenu conspirationniste (chacun à son rythme, mais actuellement, je vois mal >10% de la population croire encore entièrement en son système, en pensant que rien d’important n’est caché et les »malades« sont bien moins nombreux qu’on le pense). On dit qu’Internet ne représente pas la réalité, mais je crois bien le contraire, car nous sommes mondialisés : en observant le ratio like/dislike des vidéos youtube (ou en observant les commentaires sous les articles des journaux mainstream, etc...), je m’aperçois depuis des années de cette tendance, de ce basculement idéologique, cette réactance au mondialisme, à l’idiocratie, au PC, etc. (reste le Scientisme, mais il devrait tomber lui aussi..)

      Et lorsque quelqu’un gobe une pilule rouge, c’est à vie, pas de retour possible. Selon moi, il s’agit du franchissement d’une étape de l’Être : en évoluant, en accumulant les connaissances, les théories, observations, expériences... nos cerveaux font de la dissonance cognitive. Lorsque cette dissonance arrive à »maturité« , il suffit d’un évènement pour provoquer une »fracture de l’égo« = toutes les »polarités" contenues dans cette dissonance fusionnent, et il en résulte un nouveau point de vue. En l’occurrence, le conspirationnisme, mais ça peut-être d’autres choses : la foi en l’Au-delà, la compréhension de la chute imminente, la relativisation du Bien et du Mal...

      Bref, tout ça pour dire que pour moi, la Démocratie Mondiale est inéluctable, tout comme l’Émancipation de l’Humanité, tout simplement car l’inertie de l’éveil du peuple est inarrêtable, et que si nos élites (du sommet de la Pyramide hein, celles qu’on voit à la tv semblent être des pantins corrompus moralement, en pleine dissonance cognitive eux aussi) étaient réellement malveillantes, l’Humanité aurait été asservie depuis des lustres. Et oui, ils disposent de technologies bien en avance sur nous, par exemple : ça ne fait que quelques années qu’on découvre Edward Bernays -grâce notamment à certains zététiciens-, alors que ses manipulations de masse ont eu lieu il y a presque un siècle...


    • Deepnofin Deepnofin 29 janvier 21:41

      @Deepnofin (fin du com) On peut légitimement penser qu’au niveau de toutes les sciences, et pas que sociales, le Pouvoir est très largement en avance & capable de tout. D’ailleurs, ne sont-ce pas les mêmes qui ont utilisé le peuple pour fomenter 1789, et qui sont derrière l’élection de Macron ? Le fait qu’ils ne nous aient pas déjà asservi totalement, sans même qu’on puisse s’en rendre compte, et qu’à l’inverse, ils nous laissent Internet, l’outil de notre Émancipation, en le censurant juste assez vite pour que ça nous effraie, mais suffisamment lentement pour qu’on continue d’ouvrir les yeux... ça appuie fortement ma théorie, vous trouvez pas ?

      Voilà pourquoi jme fais pas de bile ; j’ai foi en nous, le peuple saura s’adapter quoi qu’il arrive car nous devenons enfin adultes, que ma théorie soit bonne ou pas d’ailleurs. Et même si j’ignore ce qui va précisément se passer (et bien que tout ce que je sais, c’est que je ne Sais rien, et donc jgarde en tête que j’peux me tromper sur l’ensemble...), j’suis totalement convaincu qu’on se dirige vers l’Âge d’Or de l’Humanité.


    • HELIOS HELIOS 29 janvier 22:40

      @Zolko
      votre intervention de 09:23,plus haut :
      Merci de montrer qu’il existe encore de vrais français, pas des .ouilles molles qui devraient demander l’autorisation, a on ne sait qui, ailleurs pour mener la politique que l’on croit être bonne pour nous, chez nous !

      Si la France suite ou non a un référendum, décidait de sortir de l’UE (Frexit), je ne vois vraiment pas qui pourrait nous en empêcher, et en plus nous aurions l’appui de Londres, bien heureuses de trouver enfin un pays qui serait équitable (au passage il n’est pas normal de d’exiger du royaume uni des contraintes qu’on ne demande pas aux autres pays tiers) !

      Quel pays viendrait exiger des mesures que nous ne voudrions pas ? Madrid ? Rome ?... Amsterdam ? Varsovie ?... ah, mais vous me dites tout de suite Berlin, n’est-ce pas ? risible car demain nous allons construire pas une, ni deux, mais 3 centrales nucléaires refroidies par les eaux du Rhin... ils ne veulent pas les allemands, hi, hi, hi..... sont pas contents, peut etre, nous allons aussi retablir quelques silos a missiles nuk sur le plateau d’Albion, ou dans le massif central... ils ne veulent toujours pas, les boches... hi, hi, hi... on en a plein les poches de ces critères de souverainetés, dont une tres bonne taxe « a la Suisse » sur tout ce qui transite par nos autoroutes de et vers la méditerranée... entre autre, quand a leur fusil d’assaut, on sait faire les mêmes en mieux, on n’a pas besoin de leur acheter quoi que ce soit !!!

      Et c’est loin d’être tout, malgré l’ignoble traité d’Aix la chapelle, dont on peut se défaire dans la foulée... il faut toujours être deux pour signer un contrat ! pour l’instant nous ne faisons rien, on verra bien si demain on est toujours d’accord. Cela fait au moins 1000 ans qu’on est d’accord et on va continuer a l’être... les Allemands ne s’opposeront jamais a ce que la France quitte l’UE, ils constateront le desaccord et comme nous, bâtirons leur avenir sur les cendres de cette Europe dictatoriale, et peut être, en reconstruirons une autre bien plus humaine.... qui ne sera pas le IVeme Reich.


    • Durand Durand 28 janvier 12:25

      .

      Premier point :

      Avec le RIC en toutes matières, il n’y a plus besoin d’assemblée constituante... La constitution actuelle devient modifiable à l’infini.

      Deuxième point :

      Que les gilets jaunes se concentrent sur le Frexit ne changera rien car avec la classe politique actuelle, ils n’ont pas plus de chances d’obtenir un référendum sur le Frexit que d’obtenir le RIC en toutes matières.

      Voyez les dernières déclarations de Macron et de Philippe à propos du RIC : avec eux, on ne l’aura jamais, maintenant c’est clair !

      Le départ de Macron est donc l’unique voie de sortie de crise...

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/26/97001-20190126FILWWW00109-le-ric-ca-me-herisse-dit-edouard-philippe.php

      .


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:35

        D’accord avec le premier point mais je voulais aussi apporter une réponse à ceux qui nous sortent les discours à Jean Luc Mélenchon. Il faudrait aussi parler des lambertistes mais je le ferais peut-être plus tard... Eux aussi veulent une assemblée constituante pour « en finir avec la constitution réactionnaire de la 5ème république ». Comme si rien n’avait changé depuis De Gaulle. Mais passons...

        Pour le deuxième point, je n’ai pas dit dans quel ordre les choses vont se passer. j’ai d’ailleurs parlé dans l’article de la possibilité d’une grève générale pour chasser Macron. La seule chose que je dis c’est que le Frexit doit être prioritaire sur le RIC.
        J’évoque aussi la nécessité d’une réforme du système médiatique. C’est indispensable même pour faire un référendum. Si seuls les gros capitalistes ont la main mise sur les médias la tenue d’un référendum ne sera jamais entièrement démocratique.


      • Durand Durand 28 janvier 15:48

        @Jean Dugenêt

        .

        Dabord le Frexit ou dabord le RIC, est une mauvaise présentation des choses puisque nous n’obtiendrons ni l’un ni l’autre de la part du gouvernement actuel.

        Il faut dégager Macron et élire à sa place un candidat qui initie le Frexit et met en place le RIC en toutes matières.

        .


      • Panoramix Panoramix 29 janvier 10:41

        @Durand
        « Il faut dégager Macron et élire à sa place un candidat qui initie le Frexit et met en place le RIC en toutes matières. »

        -Pour qu’il parte, il faudrait une grave crise avec des millions de personnes dans la rue et une paralyse de l’économie, cela ne semble pas à portée (on verra la grève du 5 Février et ses suites, mais les gens ne veulent pas risquer de couler leur entreprise).
        -S’il partait, qui serait alors élu ? Après une crise, il y a souvent un réflexe de retour vers l’ordre, on voit déjà une certaine amorce de ce retour avec une légère remontée de Macron en janvier.

        Il faut remettre les pieds sur terre

        sondage IFOP de mi-janvier (sans tenir compte d’une liste GJ)

        Liste LREM / MoDEM • 23%

        Liste RN / Rassemblement National • 21%

        Liste LR / Les Républicains • 10%

        Liste FI / France Insoumise • 9,5%

        Liste DLF / Debout La France • 7,5%

        Liste EELV / Europe Ecologie Les Verts • 6,5%

        Liste PS / Parti Socialiste 4%

        Liste UDI • 3,5%

        Liste Résistons ! • 3%

        Liste Génération-S • 2,5%

        Liste PC / Parti Communiste • 2,5%

        Liste NPA • 1,5%

        Liste Patriotes • 1,5%

        Liste UPR • 0,5%

        Autres • 3,5%


      • kader kader 29 janvier 21:43

        @Panoramix
        ca marche les sondages mais ils ne sont pas fait pour refleter la réalité mais simplement pour nous influencer ou nous décourager. tu en es la preuve.

        juste deux choses
        qui a déja été sondé ou connait quelqu’un qui a deja été sondé depuis que les sondages existent ?

        on interroge 2000 personnes on fait le trie de ce qu’on veut faire dire
        et apres on dit qu’on a interrogé 1000 personnes


      • Xenozoid Xenozoid 29 janvier 21:46

        @kader

        et si on pose la meme question sur le vote, on crit au fou


      • gaijin gaijin 28 janvier 12:42

        « La priorité absolue doit être la lutte pour le Frexit. »

        bien sur mais sans le RIC comment arriver au frexit ...... ?

        a mon sens c’est le ric d’abord et ensuite rira bien qui rira le dernier ..........


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:37

          @gaiji
          Je viens d’expliquer cela dans une réponse à @rogal.


        • Attilax Attilax 28 janvier 16:48

          @gaijin

          Pour l’un comme pour l’autre, il faudrait déjà avoir le pouvoir...
          Qui le prendra ? Dans quelles conditions ? Avec quelle légitimité ?

          Plutôt qu’une 6e république, on devrait faire une 1ere démocratie. Directe. Ça réglerait ces questions...


        • Arthur S François Pignon 28 janvier 12:54

          Sans la renationalisation des privatisations et la distinction entre banques de dépôts et banques d’affaires, ni le Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la démocratie.

          Et puis, de quelle « démocratie » parle-t-on ?

          Si pour vous la « démocratie » est le syndrome bipolaire d’alternance entre ultra-conservateurs et conservateurs modérés, ce n’est pas vraiment un projet enthousiasmant.


          • concepto 28 janvier 19:44

            @François Pignon

            Les renationalisations sont impossible dans le cadre de l’UE. Il faut d’abord en passer par le Frexit pour les rendre possible.


          • CN46400 CN46400 28 janvier 12:56

            Votre raisonnement est biaisé. Pour être opérationnelle une directive de Bruxelles doit être approuvée par les 28 ministres du domaine concerné. Si ce ministre n’est pas désavoué, son état, avec ou sans RIC, ne peut qu’approuver, et appliquer, la directive.

             Les directives ne viennent pas de Bruxelles, elles viennent des gouvernement, et transitent, pour être mises en forme, par Bruxelles. Ce qui permet de dire : « on n’y peut rien, ça vient de Bruxelles »


            • michalac michalac 28 janvier 14:42

              @CN46400

              Tout juste.

              Vous faites le pari de mettre en évidence ici que ce sont les Etats parties qui font Bruxelles et non l’inverse.
              Il n’est pas d’autre volonté à Bruxelles que celles des nations européennes.
              Si les volontés nationales ne s’exprimaient pas et ne se confrontaient pas à Bruxelles, elles ne s’exprimeraient qu’au sein des parlements nationaux. Et pour quels meilleurs résultats ?


            • Zolko Zolko 28 janvier 17:44

              @CN46400 : « Les directives ne viennent pas de Bruxelles, elles viennent des gouvernement »
               
              c’est malheureusement faux : c’était comme-ça avant le TCE, donc le traité de Lisbonne, mais ce traité a muté les directives Européennes en lois Européennes. Désormais, il existe des lois Européennes qui ont force de loi dans chaque pays sans besoin d’être approuvé par les assemblées nationales.
               
              Mais là où vous avez raison c’est que cette forfaiture a été la volonté des gouvernements nationaux.


            • CN46400 CN46400 28 janvier 20:03

              @Zolko
              Le traité de Lisbonne n’a, que je sache, pas institué la majorité à la place de l’unanimité... Par exemple la directive concernant la privatisation des barrages a été réclamée, notamment, par le gouvernement français (Sarko ou Hollande), pour faire un cadeau de plus aux capitalistes français (Total en particulier, EDF n’est pas autorisé à postuler)....
               Pour infos, le 10 janvier dernier à 21h02 le réseau EDF a été sauvé par les barrages français (15 000MW)....


            • michalac michalac 28 janvier 21:20

              @Zolko

              Petite confusion.

              Les directives européennes n’ont pas été commuées en lois européennes. Seulement une Directive est contraignante et s’impose aux Etats partie. Là où un Rêglement européen, qui n’est en général qu’une directive en devenir, n’est pas contraignant.

              Au-delà de ça, ça ne change rien au fait que les directives sont initiées par les gouvernements nationaux.


            • Zolko Zolko 29 janvier 09:20

              @michalac : « Les directives européennes n’ont pas été commuées en lois européennes. »
               
              vous avez raison, c’était dans le TCE mais plus dans le traité de Lisbonne. Dans le TCE : La loi européenne est un acte législatif de portée générale. Elle est obligatoire dans tous ses éléments et directement applicable dans tout État membre.


            • Giordano Bruno 28 janvier 13:09

              Le RIC permettra d’obtenir le Frexit. La réciproque n’est pas vraie.

              Une fois le Frexit réalisé, les dirigeants pourront continuer d’agir comme avant, si cela leur chante.

              Une fois le RIC constitutionnalisé, les dirigeants ne pourront plus agir comme avant.

              Les dirigeants actuels n’accepteront ni l’un ni l’autre sans contraintes extrêmement fortes.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:41

                @Giordano Bruno
                Vous prenez le problème à l’envers.
                Je reprendrai ma réponse déjà faite quand vous m’aurez dit comment vous obtiendrez le RIC sans le Frexit.
                Pour ma part je peux vous dire qu’il a plusieurs façons d’obtenir le Frexit sans le RIC. Il y a au moins la méthode des anglais.


              • michalac michalac 28 janvier 14:53

                @Jean Dugenêt

                Dites-nous d’abord en quoi le Frexit est une condition sine qua none du RIC ?

                La Bloc de constitutionnalité français n’est en rien contraire aux traités européens. L’Union européenne ne s’opposerait donc pas à la tenue d’un RIC en France. Elle ne s’est d’ailleurs pas opposée à celle du référendum sur le Brexit...

                A moins que vous prévoyiez d’inclure au RIC des questions portant sur des choix contraires à la loi fondamentale européenne...


              • Aurélien C 28 janvier 15:15

                @Jean Dugenêt

                Bonjour Jean, 

                Admettons que je sois pour le Frexit.

                En gros il y a la méthode institutionnelle : élection de François Asselineau
                Je dirais qu’on a peu de chance d’y parvenir avant la fin de sa vie (je lui souhaite longue vie, c’est pas la question)

                La méthode anglaise ? cela voudrait dire que Mr Macron lancerait un référendum et devrait respecter son issue ? Je suis curieux de connaitre votre point de vue là dessus.

                Concernant le RIC, effectivement il ne peut pas aboutir au Frexit si celui ci n’est pas en toute matière comme demandé, s’il n’est pas constituant, s’il n’est pas possible de modifier la constitution : 
                le conseil constitutionnel a déjà expliqué qu’il ne pourrait pas juger du caractère anticonstitutionnel d’une décision prise par référendum.
                L’abrogation de l’article 88 de la constitution par exemple rendrait caduque l’adhésion au traité de Lisbonne et forcerait l’exécutif à activer l’article 50 des traités de l’UE.

                Les Anglais ayant toujours eu une sorte de défiance a se rattacher au continent, j’ai beaucoup de mal croire que les français fassent de même.

                Il y a beaucoup plus de probabilité que l’Italie, et peut être même l’Allemagne ne fasse exploser l’UE en sortant par survie monétaire (Si l’Allemagne a une économie adaptée à une monnaie surévaluée, l’Italie c’est tout le contraire)
                Ce qui en passant serait cataclysmique pour nous car on aurait même pas le temps de s’y préparer. 

                Je suis convaincu que les premiers sortis seront ceux qui s’en sortiront le mieux, on utilise le Brexit comme épouvantail mais en réalité, dans 5 ou 10 ans la grande Bretagne se portera probablement beaucoup mieux et je suis convaincu qu’aucun référendum ou politique ne remettra plus jamais en cause l’indépendance à l’UE.

                Quand tu rentres dans une secte (qui plus est infiltré dans ta propre famille,) si tu survis à la sortie de cette secte malgré le torpillage externe et interne des adeptes, je pense que tu es vacciné à vie pour y retourner ! 


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 17:02

                @michalac
                C’est bien parce que nous avons « des choix contraires à la loi fondamentale européenne...  » que nous proposons le Frexit et le RIC. Ce sont depuis longtemps deux propositions de l’UPR.
                Je pense que ceux qui proposent le RIC sans vouloir du Frexit (comme Ségolène Royal) veulent un RIC qui sera très limité à des questions secondaires.

                Après tout si quelqu’un y tient vraiment, mais je n’en vois pas l’intérêt, je veux bien adopter en premier un RIC qui donnerait la garantie qu’on pourra immédiatement après voter pour le Frexit.

                Remarquez que si, dans ces conditions, le RIC était accepté et le Frexit refusé on se retrouverait dans la situation voulue par Ségolène Royal avec un RIC qui ne pourra fonctionner que pour des questions sans grande importance puisqu’il faudrait continuer à respecter les traités et les directives européennes.


              • michalac michalac 28 janvier 18:55

                @Jean Dugenêt

                En clair, si vous subordonnez la tenue d’un RIC à un Frexit préalable, c’est parce que vous prévoyez que les résultats du RIC seront incompatibles avec la loi européennes. Et donc, que le maintien de la France au sein de l’Union sera une entrave à la mise en oeuvre des choix issus du RIC.

                Mais comment savez-vous ce que seront les résultats du RIC ?

                Et, surtout, quelles options particulières du RIC escomptez-vous être incompatibles avec la loi européenne ?

                « je veux bien adopter en premier un RIC qui donnerait la garantie qu’on pourra immédiatement après voter pour le Frexit. »

                Vous semblez trouver comme seul intérêt au RIC un Frexit consécutif. Pourquoi vouloir le Frexit avant le RIC ?

                En fait, le RIC ne vous intéresse que dans la mesure où il garantit la victoire de vos propres attentes...


              • michalac michalac 28 janvier 14:09

                Quelles vertus démocratiques a de plus une « assemblée constituante » que l’Assemblée législative telle que nous la connaissons aujourd’hui ?


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:43

                  @michalac
                  Je crois qu’il y a matière à vous répondre mais comme je ne considère pas cela comme une priorité je laisse la parole sur ce point à ceux qui font tant de bruit autour de cette proposition.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès