• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sans le Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la (...)

Sans le Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la démocratie

JPEG

Soyons clair. Tout est dit dans le titre. Répétons-le en explicitant les acronymes : Sans la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN, ni le Référendum d’Initiative Citoyenne, ni l’Assemblée Constituante n’apporteront la démocratie. Alors tout ceux qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante cherchent à duper, à berner les militants s’ils ne proposent pas le Frexit. Car, c’est acquis, maintenant tout le monde est conscient que nous ne sommes pas dans un système démocratique et il est normal de chercher des remèdes. Il coule de source que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient alors évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion. Car, les gilets jaunes ayant des options très diverses, puisqu’ils veulent représenter tout le peuple, cherchent une proposition qui fasse l’unanimité. Mais, quand cette même proposition vient de la part des politiciens professionnels, il y a lieu de se méfier. Même Ségolène Royal dont on connait les discours habituels, notamment à propos de la répression contre les lycéens, s’est prononcée pour le RIC. C’est dire, qu’à l’évidence, il y a anguille sous roche. Rappelons qu’elle a dit ouvertement qu’il ne fallait surtout pas faire la même erreur que David Cameron en demandant aux français s’ils veulent ou non le Frexit. De son point de vue la seule question autorisée serait : de quelle autre Europe voulez-vous ?

Un RIC sans Frexit aurait un champ d’application extrêmement réduit. Il serait impossible de proposer un référendum qui aille à l’encontre des traités européens ni même de la politique définie à Bruxelles.

Et, qu’en est-il de ceux qui, comme Jean-Luc Mélenchon, proposent une Assemblée Constituante sans sortir de l’Union Européenne ? Il y a actuellement 28 états dans l’Union Européenne avec 28 constitutions différentes mais ils sont tous logés à la même enseigne. Toute leur politique est décidée à Bruxelles. C’est Viviane Reding, vice-présidente de la Commission Européenne qui l’a dit en ces termes : « il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes qui sont partagées dans une souveraineté commune. »

Dans ces conditions, tous les discours de Jean-Luc Mélenchon sur sa 6ème république qui sera super-démocratique avec de la proportionnelle et tout le tsointsoin ne sont que de l’enfumage pour occuper l’esprit des militants de la France Insoumise. Remarquons d’ailleurs, même si c’est d’une importance moindre, qu’il y a une certaine disconvenance à proposer une Assemblée Constituante tout en annonçant à l’avance ce qui devra en sortir. Nous ne savons d’ailleurs pas comment, par qui et dans quelles conditions cette Assemblée Constituante sera convoquée et nous nous demandons si tout cela est vraiment démocratique.

La priorité absolue doit être la lutte pour le Frexit.

Dans la situation révolutionnaire, sans précédent depuis 1968, que nous connaissons, le mouvement des gilets jaunes joue un rôle particulièrement important. Le mouvement ouvrier traditionnel avec ses organisations syndicales aussi. Nous savons qu’il est traversé par des contradictions entre l’orientation des directions collaboratrices et les aspirations des militants. Dans les circonstances présentes, l’aspiration des militants peut l’emporter. Nous voyons des gilets rouges et des gilets oranges se joindre aux gilets jaunes dans des manifestations. Ce fut le cas notamment à Cugnaux, près de Toulouse, le 17 janvier 2019, pour accueillir comme il convenait Macron qui était en visite. Nous voyons aussi les drapeaux rouges apparaître dans les manifestations des gilets jaunes. Tous les exploités aspirent à ce « tous ensemble ». L’occasion se présente le 5 février alors que des syndicats appellent à la grève pour que des actions communes soient lancées. La perspective d’une grève générale pour chasser Macron est à l’ordre du jour.

Nous voyons comment la réaction s’organise. A nouveau tous les médias aux mains des milliardaires qui avaient fait élire Macron sont mobilisés. Des heures et des heures d’antenne sont consacrées au grand blablabla de Macron ainsi d’ailleurs qu’à ce non-événement, en lui-même insignifiant, de la soi-disant « liste gilets jaunes pour les européennes ». Il aura suffi aux nantis de trouver une dizaine de noms pour lancer sur cette affaire un énorme déploiement médiatique dont tout le monde a compris la portée et l’objectif. L’autre volet de cette politique est encore et toujours la répression.

Il faudra d’ailleurs réfléchir à une réforme de tout le système médiatique pour interdire qu’il soit au service des grands capitalistes. C’est aussi une nécessité pour la conquête de la démocratie.

Dans le contexte actuel, le mouvement des gilets jaunes tend à élaborer une stratégie en tenant de multiples réunions à différents niveaux parfois en réponse aux incitations du blablabla à Macron. Pour notre part, nous proposons un boycott total de l’entreprise Macron mais nous encourageons les gilets jaunes à organiser la réflexion au sein de leur mouvement et, dans ce cadre, à se prononcer pour le Frexit.

 

JPEG

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • rogal 28 janvier 11:53

    Je crains que vous ne compliquiez inutilement ce qui est simple (et je me demande pourquoi) : une fois le RIC instauré, les partisans du Frexit n’auront qu’à demander un référendum sur la sortie de l’UE.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:20

      @rogal
      « une fois le RIC instauré, les partisans du Frexit n’auront qu’à demander un référendum sur la sortie de l’UE  »
      Ca c’est une bonne idée et dîtes vous bien que tout le monde y avait pensé. Il est évident que si on veut faire les choses dans cet ordre là cela sera refusé. Un tel référendum sera interdit, considéré comme hors du champ d’application du RIC. Pensez bien que ceux qui ne veulent pas commencer par le Frexit ne voudront jamais du Frexit et s’ils acceptent le RIC, ils le feront dans des conditions à la Ségolène Royal. Elle ajoute d’ailleurs que Macron lui même devrait l’accepter puisque, dit-elle, ça ne coûte rien ni financièrement ni politiquement.
      J’en viens à la conclusion. Ceux qui ne cherchent pas à duper, ceux qui veulent être clairs disent : d’abord le Frexit c’est la priorité absolue. Ensuite viendra le RIC.


    • Zolko Zolko 28 janvier 17:40

      @Jean Dugenêt : « d’abord le Frexit c’est la priorité absolue. Ensuite viendra le RIC »
       
      si il y avait un référendum sur le Frexit demain, il ne ferait pas la majorité. Même dans le RU très Eurosceptique, ça n’a fait que 52%. Et on voit ce que ça donne 2 ans après.
       
      Et même si ça marchait en France, on se retrouverait toujours avec les Macron et les Fillon, mais sans le R.I.C.
       
      Alors arrêtez de prendre les gens pour des benêts : votre plan est bidon.


    • Julot_Fr 28 janvier 20:30

      @Zaza
      Les Anglais savaient que l’adition a payer pour le Brexit serait salee. Ils ont quand choisi la souverainete. Biensur les cretins d’elites plein d’hubris n’ont rien vu venir <= trop confidant sur l’efficacite du « projet peur » mene par les media. Dans les memes lignes que ce que tu suggeres.


    • Sozenz 28 janvier 20:56

      @rogal
      alors je vais vous dire pourquoi il faut un frexit avant le ric .
      il y a ce qu on appelle un traité avec l UEqui rassemble plusieurs accords .
      si vous faites des referendums qui vont contre les traités , vous allez violez les traités avec l UE
       c est que que voulaient faire meluche et la marine ; ils savaient très bien que c est « impossible »
      donc si on veut que le peuple se prononce sur les sujets importants , il faut que leur pays soit souverain en tout ; ce qui n est pas le cas actuellement .
      la france peut etre avoir des amendes de la part de l UE si elle ne suit pas les préconisations de l UE .


    • rogal 29 janvier 06:01

      @Jean Dugenêt
      « (...) Il est évident que si on veut faire les choses dans cet ordre là cela sera refusé. Un tel référendum sera interdit, considéré comme hors du champ d’application du RIC. Pensez bien que ceux qui ne veulent pas commencer par le Frexit ne voudront jamais du Frexit et s’ils acceptent le RIC, ils le feront dans des conditions à la Ségolène Royal. »
      Vous préjugez de la façon dont ça se passerait.
      Pour l’immédiat ’adversaire n’est pas près de se laisser faire, je crois que nous en convenons. Mais ensuite, avec un autre pouvoir ?


    • Zolko Zolko 29 janvier 09:23

      @Sozenz : « si vous faites des referendums qui vont contre les traités , vous allez violez les traités avec l UE »
       
      et alors ? L’UE, combien de divisons ? Pour quoi a-t-on 200 Rafales et des bombes atomiques si c’est pour se laisser emmerder par quelques politicards ivrognes ? Il va faire quoi Juncker si la France dit « NON » ? Arrêtez de chier dans votre froc, la liberté se prend, elle ne se quémande pas.


    • Deepnofin Deepnofin 29 janvier 09:35

      @Jean Dugenêt J’suis à l’UPR, et pourtant je ne partage pas votre opinion.
      C’est, à mon sens, trop tard : le peuple Français ne pourra pas attendre les prochaines présidentielles pour éventuellement voter Asselineau ; et quand bien même on parvienne à attendre sagement, ou voir ces élections anticipées, il y a toutes les chances, encore une fois, à cause de la structure « démocratique » et de toute l’ingénierie sociale de division, que l’UPR soit >3ème, loin derrière la FI entre autres.

      Aussi, quelque chose que j’abhorre dans votre article, et qui se retrouve un peu partout chez les gens qui pensent « avoir tout compris », c’est ceci : "Alors tout ceux qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante cherchent à duper, à berner les militants s’ils ne proposent pas le Frexit« . C’est l’esprit George Bush : »soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous« .

      Comment voulez-vous que le peuple s’unisse, si on se parle comme ça, avec le plus grand des mépris »intellectuel«  ? Ça n’a aucun sens, et si vous êtes honnête et pourvu de sagesse, vous savez que malgré vos convictions, vous ne Savez pas. Vous n’êtes pas dans la tête des gens, vous n’êtes pas dans la tête de ceux qui sont au pouvoir, vous ne maitrisez pas les millions de variables inconnues qui font que... personne ne sait ce qu’on devrait faire, encore moins ce qui va se passer : on ne peut que donner nos opinions, et débattre, chercher à anticiper, dans le but d’agir, individuellement et collectivement. Et avec votre phrase, vous coupez court au débat et à l’union, d’une certaine façon, puisque vous braquez fortement les personnes qui ne pensent pas comme vous.

      Votre argument selon lequel il faudrait se méfier du RIC car il est soutenu par des politiciens n’a aucune pertinence, puisque dans ce cas là, il faudrait aussi se méfier du Frexit puisqu’il est prôné par un énarque. 2 poids 2 mesures...

      Aussi, là j’en sais rien car j’ai pas approfondi le sujet, mais le RIC soutenu par Ségo & Cie, n’est-ce pas une variante du »faux« RIC ? Celui qui existe déjà un peu à l’heure actuelle, qui est inapplicable, et qui ne sert qu’à donner aux gueux l’illusion de la Démocratie ?

      Les GJ ne veulent pas représenter le peuple, ils se revendiquent du peuple, et cherchent à convaincre les autres que c’est le combat de tous = ils ne veulent pas parler en leurs noms, mais souhaitent être rejoints par eux, afin que tous ensemble on écrive notre Démocratie, et qu’on n’a aucun pouvoir sans union (en tout cas, c’est ce que je crois comprendre, en tentant la synthèse). Comme le dit Chouard (j’ai perdu sa phrase, je retranscris pêle-mêle) : en Démocratie, le peuple n’a jamais tort, puisqu’il exprime sa volonté forcément légitime. La représentativité est morte, même un GJ fantastique comme François Boulo ne pourrait rien faire d’autre que d’être pourri s’il nous »représentait« .

      Du coup : pourquoi, une fois que le peuple Français commence enfin à s’unir et à faire émerger UNE revendication (je parle pas de »Macron Démission« , qui est + symbolique et exutoire qu’autre chose à mon avis), vous souhaitez qu’il fasse machine arrière, qu’il attende sagement les prochaines élections, pour appliquer l’article 50... ? Ne pensez vous pas que c’est contre-productif, et qu’on ne peut plus se permettre d’attendre ??? Ou alors vous voudriez qu’on lance la destitution de Macron pour placer un candidat qui malheureusement n’a fait qu’1% aux dernières ?
      D’ailleurs : on a eu le pacte de Marrakech et le traité d’Aix-la-Chapelle, qui sont arrivés comme ça, sans prévenir. Qui nous dit qu’il n’y aura pas d’autres cloisonnements dans le genre, d’ici là ? Susceptibles de rendre caduque la voie du Frexit, par exemple... ? On peut tout imaginer, certes, mais tout ce que je vois, c’est qu’à l’instant présent, on a déjà ce qu’il faut pour y arriver, alors pourquoi attendre...

      Après, pour JLM, bien sûr on se rejoint, et ça aurait été une belle preuve de réalisme de la part des Insoumis s’ils l’avaient viré pour y mettre Ruffin par exemple (à mon avis). Même s’il a un super talent oratoire, et que je salue parfois ses discours, bah c’est Méluche quoi, l’ancien monde, trop stigmatisant à cracher sur ceux qui pensent différemment, une girouette trop souvent dans la manoeuvre électorale, dans l’aveuglement du Système qu’il prétend connaître, si ce n’est de l’hypocrisie, de la duplicité.

      Quant à la réforme du système médiatique, c’est, je crois, une des premières préoccupations des GJ, qui ont tous compris ce problème il me semble. Même les non-GJ le comprennent, pour la plupart... Des »pilules rouges" sont distribuées quotidiennement, toujours + massivement à travers le monde occidental, et il m’est avis que ce phénomène restera en accélération constante jusqu’à ce que le peuple soit de nouveau uni en profondeur.

      A mon avis, un pas-encore-GJ croit encore qu’il vit dans une démocratie défaillante, alors qu’un GJ voit bien qu’il est dans une dictature déguisée. Bien sûr, ça n’engage que moi, et jpeux me tromper en généralisant de travers... Mais, encore une fois, un nombre sans cesse grandissant de GJ revendique le Frexit. Seulement, on trouve sûrement beaucoup plus cohérent de prôner le RIC en tout premier lieu, au vu de l’urgence de la situation et de l’inertie actuelle de cette revendication, qui a bien plus de poids que celle du Frexit.

      Juste pour finir, hors sujet mais bon : les GJ devraient à mon avis arrêter de manifester, car ça ne peut pas amener grand-chose d’autre que de la violence, qui se retourne tjr contre le peuple. A la limite, en faisant des sitting : si des CRS éborgnent des citoyens assis, ça pourrait réveiller beaucoup de gens (mega redpill), en France et ailleurs.
      En revanche, il est plus que temps de passer à la vitesse supérieure : grève, désobéissance civile, et boycott. Les GJ sont largement assez nombreux, depuis l’acte 2 ou 3, pour qu’une telle action fasse mouche rapidement. Sans bloquer les gens, juste en arrêtant de participer à ce Système, car finalement, c’est nous qui le faisons tourner, c’est donc nous qui pédalons comme des cons en fonçant droit dans le mur.

      (PS : tous ces propos n’engagent que moi, et dans le fond bien évidemment je vous rejoins, le RIC n’aura aucun impact si on reste dans l’UE : le Frexit devrait forcément être un des premiers votes du peuple... mais on ne peut pas attendre 3 ans... regardez comment le peuple a évolué ces 3 dernières années, alors là, avec l’émulation du mouvement d’éveil populaire, j’imagine même pas où on en sera l’an prochain).


    • lejules lejules 29 janvier 15:12

      @rogal
      les partisans du Frexit n’auront qu’à demander un référendum sur la sortie de l’UE.
      d’apres ce que je crois savoir l’appartenance de la France est inscrite dans la constitution ce qui fait qu’au niveau législatif il faut révoquer, les traités qui nous lient a l’Europe le frexit puis changer la constitution 


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 18:13

      @Zolko
      « si il y avait un référendum sur le Frexit demain, il ne ferait pas la majorité ».
      Ce n’est pas l’avis de Macron... et (une fois n’est pas coutume) sur ce point j’aurais tendance à être d’accord avec lui.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 18:58

      @Deepnofin

      1ère partie de ma réponse

      ====================

      Je suis en grande partie d’accord avec ce que vous dîtes mais votre commentaire est long et je ne vais peut-être pas répondre à tout. J’ai déjà dit dans la discussion que ma formulation était maladroite et je l’ai modifiée dans la version Facebook de l’article. Voici la nouvelle version :

      "Soyons clair. Tout est dit dans le titre. Répétons-le en explicitant les acronymes : Sans la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN, ni le Référendum d’Initiative Citoyenne, ni l’Assemblée Constituante n’apporteront la démocratie. Alors tous les politiciens qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante sans proposer le Frexit cherchent à duper, à berner les militants. Il est maintenant acquis pour tout le monde que nous ne sommes pas dans un système démocratique et il est normal en cherchant des remèdes que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion. Car, les gilets jaunes, ayant des opinions très diverses, cherchent des propositions qui fassent l’unanimité."

      J’ai voulu opposer :

      1. les politiciens qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante sans proposer le Frexit cherchent à duper ...
      2. il est normal en cherchant des remèdes que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion.

      Par contre, je ne vous suis pas quand vous écrivez :

      "Votre argument selon lequel il faudrait se méfier du RIC car il est soutenu par des politiciens n’a aucune pertinence, puisque dans ce cas-là, il faudrait aussi se méfier du Frexit puisqu’il est prôné par un énarque. 2 poids 2 mesures."

      Le Frexit est la bête noire des oligarques et donc de toute la presse aux ordres. Oui, il y a un énarque qui le défend et qui regrette d’être seul parmi eux alors qu’aucun ne s’est joint à lui parmi ses proches. Effectivement, je me dis qu’il faut s’interroger quand on voit qu’une proposition comme le RIC est reprise avec beaucoup de bienveillance par toute la presse. Bien que je ne l’ai pas souligné dans l’article c’est effectivement pour moi un signal d’alarme. Idem d’ailleurs quand toute cette presse accueille avec empressement la candidature d’une soi-disant « liste gilets jaunes » pour les européennes. Alors, moi qui suis un farouche partisan du RIC, je me demande pourquoi, contrairement au Frexit, cette proposition est si bien accueillie. C’est finalement Ségolène Royal qui me donne la réponse. C’est une adversaire du Frexit qui a expliqué qu’il ne fallait surtout pas demander l’avis des français sur cette question. Et elle ajoute même que, de son point de vue, Macron devrait aussi accepter le RIC puisque, dit-elle, ça ne coûte rien ni financièrement ni politiquement. Avec elle tout devient limpide. Acceptons le RIC sans le Frexit et alors, en respect de la constitution et donc des accords qui lie la France au reste du monde donc notamment en respect des accords avec l’UE, ce RIC ne permettra que des referendums compatibles avec notre appartenance à l’UE. Autrement dit quasiment rien. Même un référendum sur la directive des travailleurs détachés sera impossible, anticonstitutionnel. Effectivement ça ne coûte rien politiquement en plus de ne rien coûter financièrement.

      C’est ce qui me fait dire qu’un RIC sans Frexit n’apportera pas la démocratie.

      "Les GJ ne veulent pas représenter le peuple," Là je suis bien sûr d’accord avec vous. J’ai été aussi très maladroit à ce sujet dans ma formulation. Je voulais seulement dire qu’ils ont des opinions très diverses comme le peuple. Je suis donc d’accord avec tout ce paragraphe. Par contre, je ne vous suis plus au paragraphe suivant. Vous écrivez :

      "Du coup : pourquoi, une fois que le peuple Français commence enfin à s’unir et à faire émerger UNE revendication (je parle pas de »Macron Démission« , qui est + symbolique et exutoire qu’autre chose à mon avis), vous souhaitez qu’il fasse machine arrière, qu’il attende sagement les prochaines élections, pour appliquer l’article 50... ? "

      Vous laissez donc entendre qu’en disant qu’un RIC sans Frexit n’apportera pas la démocratie, je ne verrais comme seule solution qu’une élection qui permettrait de faire triompher l’option du Frexit soit un référendum sur le Frexit, soit l’élection de François Asselineau (à laquelle je ne crois pas).

      Remarquez bien qu’un référendum sur le Frexit a autant (et aussi peu) de chance de voir le jour qu’un référendum sur le RIC qui permettrait dans la foulée de faire un autre référendum sur le Frexit. Du côté de la réaction et des traitres (PS, PCF, FI). Personne n’en veut.

      Mais, au delà de cet aspect de la question, c’est le problème de l’ordre chronologique que vous posez. Or, dans l’article, ce n’est pas cette question que j’ai soulevée. Je maintiens tout ce qui est résumé dans le titre : Sans Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la démocratie.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 19:06

      @Deepnofin

       2ème partie de ma réponse

      =====================

      Sur la question de l’ordre chronologique, la seule chose que je puisse dire est que je ne suis pas devin. Il est inutile de se perdre en conjecture. Il est impossible de prévoir qu’elles seront les prochaines étapes du conflit alors que nous sommes dans une situation révolutionnaire. Il est possible que la jonction se fasse dès le 5 février entre les gilets jaunes et le mouvement ouvrier traditionnel avec ses syndicats et que nous nous orientions vers une grève générale. Il est possible qu’au vu des événements Macron démissionne. Il  est possible aussi que face à la poussée d’un mouvement révolutionnaire les parlementaires, préférant s’en tenir à une voie constitutionnelle, se décident à lancer la procédure de destitution. Il est possible que l’oligarchie des milliardaires face à cette poussée se sente menacée et demande à Macron de tenter une épreuve de force avec l’article 16 et l’intervention de l’armée... Et, bien d’autres combinaisons et éventualités qui m’échappent sont possibles.

      Les questions du RIC et du Frexit risque fort de se poser dans d’autres contextes que celui que nous connaissons. J’ai voulu avec cet article faire bien constater ce qui est dit dans le titre et rien d’autre.

      La question qui est la plus importante est celle que j’ai posée dans mon livre (De François Mitterrand à Jean-Luc Mélénchon) : il est urgent de regrouper une avant-garde du mouvement ouvrier au sein de l’UPR.

      Pour la fin de votre commentaire, nous sommes d’accord sur la nécessité d’une profonde réforme du système médiatique. Je ne saisis pas bien par contre cette assertion : "Seulement, on trouve sûrement beaucoup plus cohérent de prôner le RIC en tout premier lieu, au vu de l’urgence de la situation et de l’inertie actuelle de cette revendication, qui a bien plus de poids que celle du Frexit. "

      Je le répète. On peut prôner le RIC autant qu’on veut à condition de bien dire que sans le Frexit il n’amènera pas la démocratie.

      Vous faites ensuite des propositions sur ce qu’il convient de faire. Je vais donc faire, pêle-mêle les miennes.

      — Nous devons œuvrer pour la convergence des luttes vers la grève générale en particulier pour la journée du 5 février avec autant que possible des grèves reconductibles et organisation en commun (gilets jaunes et gilets rouges) des blocages.

      — Il faut donc maintenir la mobilisation des gilets jaunes en accentuant la liaison avec les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier tout en interdisant les tentatives de récupération.

      — Dans les manifestations des gilets jaunes, il faut faire prévaloir les traditions révolutionnaires du mouvement ouvrier (drapeaux rouges, chants révolutionnaires) tout en approuvant ceux qui manifestent leur attachement à la révolution de 1789-93 en arborant le drapeau tricolore ou le bonnet phrygien et en chantant la marseillaise.

      — Il faut encourager la tenue à tous les niveaux (local, départemental, national) d’assemblées citoyennes des gilets jaunes décidant des revendications et des suites du mouvement.

      — Dans ces assemblées citoyennes des gilets jaunes la question de l’organisation d’un service d’ordre dans les manifestations doit être posée afin d’assurer au mieux la sécurité des manifestants et d’éviter les débordements qui discréditent le mouvement. Il ne faut pas permettre à n’importe quel groupe de se présenter en cours de manifestation comme un service d’ordre.

      — Nous suggérons aux gilets jaunes d’inviter pour un temps limité dans leurs assemblée citoyennes des personnalités politiques ciblées à venir s’expliquer sur des questions précises. Ils pourraient ainsi demander aux députés des partis du PS, PCF, FI pourquoi ils ne veulent pas sortir de l’UE ou pourquoi ils ne veulent pas lancer la procédure de destitution de Macron. Ils pourraient aussi inviter, comme cela a déjà été fait, Etienne Chouard ou, comme cela n’a jamais été fait, François Asselineau.

      — Nous proposons le boycott du grand blablabla à Macron.

      — Nous dénonçons comme une forfaiture l’apparition d’une soi-disant "liste des gilets jaunes" pour les élections européennes.

       

      Je m’en tiendrai là. Il me reste à vous remercier pour votre intéressant commentaire et à m’excuser à nouveau pour les maladresses de certaines de mes formulations dans l’article.

       


    • Deepnofin Deepnofin 29 janvier 21:40

      Et bien ! Merci beaucoup à vous d’avoir pris le temps de lire mon long commentaire, et d’y répondre d’une manière aussi étoffée !
      Je comprends bien votre « mea culpa », l’époque est si brûlante qu’on a hâte de partager nos analyses, parfois au risque de se précipiter et d’être maladroit...

      Mon contre-argument du 2poids 2mesure, c’était car j’avais mal interprété votre argument sur Ségo, mais je crois mieux saisir, et effectivement, vous soulevez un lièvre quand vous dites : " une proposition comme le RIC est reprise avec beaucoup de bienveillance par toute la presse « . En partant de là, il me semble qu’on peut être d’accords : la presse (et Ségo etc) accueillent le RIC »foireux« (à mon avis), et non pas le RIC en toutes matières. Ce serait pour ça qu’ils s’y montrent favorables, et à l’inverse très objectant à l’Article 50, car avec ce dernier, y a pas de triche possible (enfin, on a bien vu avec FI et LR qu’ils se permettent quand même de tricher en laissant croire à une sortie de l’UE...). En fait, pour moi, niveau hommes politiques »réels« , il n’y a que François Asselineau qui soit pertinent. Tout le reste, poubelle, dans la mesure où même s’ils disent plein de choses censées, ils ne vont jamais au fond des choses, quand ils ne sont pas foncièrement dans la duplicité.

      Pour le reste, en fait, notre désaccord semble être beaucoup plus mince que je ne pensais, et lié à mon incompréhension de votre texte (ma faute !) : le RIC sans le Frexit n’aurait absolument aucun sens. Mais c’est bien dans la chronologie qu’on dérivait : pour vous, si je comprends bien, le Frexit est la première urgence, la première chose à appliquer, alors que pour moi, c’est le RIC, déjà car nous n’avons pas le temps d’attendre les prochaines présidentielles, et aussitôt qu’il sera obtenu, le RIC nous libèrera de l’UE puisque ce sera très certainement un des premiers référendums qui en résultera. À l’heure actuelle, j’estime à >50% le nombre de Français qui veulent catégoriquement sortir de l’UE (ce sera certainement >80% quand le RIC sera obtenu). [je parle comme si jconnaissais l’avenir, ou si j’étais dans la tête des gens, mais c’est pour éviter les formules de politesse, car bien sûr ce ne sont que des spéculations ou analyses dont je n’ai aucune certitude].

      Pas grand chose à rajouter, je trouve certaines de vos propositions pertinentes :

      j’ai appelé de mes voeux à la convergence des luttes depuis 2012, mais pour ça il était absolument indispensable qu’elle vienne du peuple, et non d’un mouvement (politique ou syndical), puisque ces derniers étant systématiquement faux / endoctrinés / infiltrés (notamment par la CIA), leur pseudo convergence des luttes a toujours été foutaise, dans le sens où tous ces gens méprisent le peuple et ont toujours provoqué la division de ce dernier ( »les facho« à chaque phrase de la part des mouvements de gauche, »bobo« ou »coco« pour ceux de droite, bref, les mots ne manquent pas, et c’est uniquement depuis novembre 2018 que le peuple français a enfin cessé de joueur leur satanée jeu).

      Et d’autres proposition, un peu moins : à quoi bon utiliser les symboles ou traditions révolutionnaires passées (marseillaise, bonnet phrygien, etc) alors que justement, tout ce passé n’est que manipulation ? Le peuple a toujours été sous le joug de la République, et le but actuel, c’est l’Émancipation de l’Humanité. Une réelle Démocratie est incompatible avec l’esprit de la République maçonnique (même si c’est le travail de ces derniers qui nous a amené là, mais je développe ça ici). Le peuple est en train de comprendre ceci massivement, alors je crois qu’il s’affranchira de ces symboles, et développera naturellement les siens : c’est à nous d’inventer notre nouvelle Mythologie..

      Mais surtout, il y a une chose essentielle que personne ne prend en compte (en tout cas j’ai rien vu de »sérieux« à ce niveau-là ) : l’évolution de nos mentalités sous l’impulsion du conspirationnisme.
      Car, si j’analyse correctement les choses, le mouvement des GJ a certes été provoqué par une énième taxe, mais c’est le conspirationnisme (qui est devenu global chez nous) et notre perte totale de foi en l’avenir, qui a fait sortir le peuple de ses gonds et l’a poussé à dépasser ses clivages idéologiques factices (car tout est provoqué et instrumentalisé, selon moi).

      Depuis notre entrée dans ce millénaire, on a eu l’avènement d’Internet, et le 11 Septembre : d’un côté, un énorme traumatisme collectif (accompagné de l’ère du Terrorisme Islamiste, c’est un impact psychologique comparable à une mini-guerre mondiale), et de l’autre, la plus grande révolution intellectuelle de l’Homme, son 6ème sens qui le connecte à lui-même et à la Nouvelle Bibliothèque d’Alexandrie.

      C’était le terreau idéal pour que l’Humanité (en tout cas les peuples occidentaux) évoluent à vitesse grand V, en cernant toujours plus la duplicité de nos élites, en comprenant le monde, les grandes manipulations, et ainsi, pour qu’on en vienne à se comprendre soi-même. Cette décennie 2010 a été d’une fulgurance folle au niveau de notre évolution individuelle et collective, et ces 3 dernières années, des centaines de millions de »pilules rouges« ont été distribuées par nos différents Pouvoirs, leur comportement, et les nombreux échanges d’internautes / influenceurs, bref, toute l’émulation liée à notre inter-connexion en temps réel. Et les pilules rouges vont toujours plus tomber, jusqu’à ce que notre cohésion soit telle que le simple »miroir social« fera effet de pilule rouge (comparable au 3ème stade de la vérité selon Schopenhauer).

      Une énorme ingénierie sociale anti-conspi est déployée en occident (ça a commencé avec le rapport Warren sur JFK, ça s’est fortement accéléré après 9/11, pour exploser lors de cette décennie), mais seulement, même les »zététiciens du net« semblent se faire avoir, car ils n’ont pas ouvert les yeux sur une chose : la réactance (et pourtant, ils connaissent tous ce phénomène...).

      Ainsi, toute cette saleté d’ingénierie sociale anti-conspi, dont le but primaire est d’empêcher les gens de réfléchir et d’explorer »en dehors des clous« , a joué le rôle inverse : puisque le peuple accuse toujours plus de défiance envers ses politiques et médias corrompus (qui se dévoilent quotidiennement), lorsque ceux ci disent »vous ne devez pas penser comme ça« , alors, forcément... le peuple en vient à sortir des sentiers battus, puisque personne ne peut tolérer ne rien comprendre à une situation catastrophique dans laquelle il est plongé, et que l’explication »officielle« (qui se contredit en permanence d’ailleurs, ce qui fait que mécaniquement, tout le monde est conspi...) ne permet pas le moindre début de compréhension du Système.

      Pour moi, cette réactance a été provoquée, c’est pourquoi je crois que le sommet de la Pyramide est fondamentalement bienveillant envers l’Humanité, et cherche simplement à la faire évoluer rapidement en lui montrant TOUT ce qu’il ne faut pas faire (le N.O.M. , »Ordo ab Chao« serait une oppression constante & contrôlée pour provoquer notre évolution), mais qu’importe, car même si ce n’était pas le cas, le résultat est le même : le peuple est devenu conspirationniste (chacun à son rythme, mais actuellement, je vois mal >10% de la population croire encore entièrement en son système, en pensant que rien d’important n’est caché et les »malades« sont bien moins nombreux qu’on le pense). On dit qu’Internet ne représente pas la réalité, mais je crois bien le contraire, car nous sommes mondialisés : en observant le ratio like/dislike des vidéos youtube (ou en observant les commentaires sous les articles des journaux mainstream, etc...), je m’aperçois depuis des années de cette tendance, de ce basculement idéologique, cette réactance au mondialisme, à l’idiocratie, au PC, etc. (reste le Scientisme, mais il devrait tomber lui aussi..)

      Et lorsque quelqu’un gobe une pilule rouge, c’est à vie, pas de retour possible. Selon moi, il s’agit du franchissement d’une étape de l’Être : en évoluant, en accumulant les connaissances, les théories, observations, expériences... nos cerveaux font de la dissonance cognitive. Lorsque cette dissonance arrive à »maturité« , il suffit d’un évènement pour provoquer une »fracture de l’égo« = toutes les »polarités" contenues dans cette dissonance fusionnent, et il en résulte un nouveau point de vue. En l’occurrence, le conspirationnisme, mais ça peut-être d’autres choses : la foi en l’Au-delà, la compréhension de la chute imminente, la relativisation du Bien et du Mal...

      Bref, tout ça pour dire que pour moi, la Démocratie Mondiale est inéluctable, tout comme l’Émancipation de l’Humanité, tout simplement car l’inertie de l’éveil du peuple est inarrêtable, et que si nos élites (du sommet de la Pyramide hein, celles qu’on voit à la tv semblent être des pantins corrompus moralement, en pleine dissonance cognitive eux aussi) étaient réellement malveillantes, l’Humanité aurait été asservie depuis des lustres. Et oui, ils disposent de technologies bien en avance sur nous, par exemple : ça ne fait que quelques années qu’on découvre Edward Bernays -grâce notamment à certains zététiciens-, alors que ses manipulations de masse ont eu lieu il y a presque un siècle...


    • Deepnofin Deepnofin 29 janvier 21:41

      @Deepnofin (fin du com) On peut légitimement penser qu’au niveau de toutes les sciences, et pas que sociales, le Pouvoir est très largement en avance & capable de tout. D’ailleurs, ne sont-ce pas les mêmes qui ont utilisé le peuple pour fomenter 1789, et qui sont derrière l’élection de Macron ? Le fait qu’ils ne nous aient pas déjà asservi totalement, sans même qu’on puisse s’en rendre compte, et qu’à l’inverse, ils nous laissent Internet, l’outil de notre Émancipation, en le censurant juste assez vite pour que ça nous effraie, mais suffisamment lentement pour qu’on continue d’ouvrir les yeux... ça appuie fortement ma théorie, vous trouvez pas ?

      Voilà pourquoi jme fais pas de bile ; j’ai foi en nous, le peuple saura s’adapter quoi qu’il arrive car nous devenons enfin adultes, que ma théorie soit bonne ou pas d’ailleurs. Et même si j’ignore ce qui va précisément se passer (et bien que tout ce que je sais, c’est que je ne Sais rien, et donc jgarde en tête que j’peux me tromper sur l’ensemble...), j’suis totalement convaincu qu’on se dirige vers l’Âge d’Or de l’Humanité.


    • HELIOS HELIOS 29 janvier 22:40

      @Zolko
      votre intervention de 09:23,plus haut :
      Merci de montrer qu’il existe encore de vrais français, pas des .ouilles molles qui devraient demander l’autorisation, a on ne sait qui, ailleurs pour mener la politique que l’on croit être bonne pour nous, chez nous !

      Si la France suite ou non a un référendum, décidait de sortir de l’UE (Frexit), je ne vois vraiment pas qui pourrait nous en empêcher, et en plus nous aurions l’appui de Londres, bien heureuses de trouver enfin un pays qui serait équitable (au passage il n’est pas normal de d’exiger du royaume uni des contraintes qu’on ne demande pas aux autres pays tiers) !

      Quel pays viendrait exiger des mesures que nous ne voudrions pas ? Madrid ? Rome ?... Amsterdam ? Varsovie ?... ah, mais vous me dites tout de suite Berlin, n’est-ce pas ? risible car demain nous allons construire pas une, ni deux, mais 3 centrales nucléaires refroidies par les eaux du Rhin... ils ne veulent pas les allemands, hi, hi, hi..... sont pas contents, peut etre, nous allons aussi retablir quelques silos a missiles nuk sur le plateau d’Albion, ou dans le massif central... ils ne veulent toujours pas, les boches... hi, hi, hi... on en a plein les poches de ces critères de souverainetés, dont une tres bonne taxe « a la Suisse » sur tout ce qui transite par nos autoroutes de et vers la méditerranée... entre autre, quand a leur fusil d’assaut, on sait faire les mêmes en mieux, on n’a pas besoin de leur acheter quoi que ce soit !!!

      Et c’est loin d’être tout, malgré l’ignoble traité d’Aix la chapelle, dont on peut se défaire dans la foulée... il faut toujours être deux pour signer un contrat ! pour l’instant nous ne faisons rien, on verra bien si demain on est toujours d’accord. Cela fait au moins 1000 ans qu’on est d’accord et on va continuer a l’être... les Allemands ne s’opposeront jamais a ce que la France quitte l’UE, ils constateront le desaccord et comme nous, bâtirons leur avenir sur les cendres de cette Europe dictatoriale, et peut être, en reconstruirons une autre bien plus humaine.... qui ne sera pas le IVeme Reich.


    • Durand Durand 28 janvier 12:25

      .

      Premier point :

      Avec le RIC en toutes matières, il n’y a plus besoin d’assemblée constituante... La constitution actuelle devient modifiable à l’infini.

      Deuxième point :

      Que les gilets jaunes se concentrent sur le Frexit ne changera rien car avec la classe politique actuelle, ils n’ont pas plus de chances d’obtenir un référendum sur le Frexit que d’obtenir le RIC en toutes matières.

      Voyez les dernières déclarations de Macron et de Philippe à propos du RIC : avec eux, on ne l’aura jamais, maintenant c’est clair !

      Le départ de Macron est donc l’unique voie de sortie de crise...

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/26/97001-20190126FILWWW00109-le-ric-ca-me-herisse-dit-edouard-philippe.php

      .


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:35

        D’accord avec le premier point mais je voulais aussi apporter une réponse à ceux qui nous sortent les discours à Jean Luc Mélenchon. Il faudrait aussi parler des lambertistes mais je le ferais peut-être plus tard... Eux aussi veulent une assemblée constituante pour « en finir avec la constitution réactionnaire de la 5ème république ». Comme si rien n’avait changé depuis De Gaulle. Mais passons...

        Pour le deuxième point, je n’ai pas dit dans quel ordre les choses vont se passer. j’ai d’ailleurs parlé dans l’article de la possibilité d’une grève générale pour chasser Macron. La seule chose que je dis c’est que le Frexit doit être prioritaire sur le RIC.
        J’évoque aussi la nécessité d’une réforme du système médiatique. C’est indispensable même pour faire un référendum. Si seuls les gros capitalistes ont la main mise sur les médias la tenue d’un référendum ne sera jamais entièrement démocratique.


      • Durand Durand 28 janvier 15:48

        @Jean Dugenêt

        .

        Dabord le Frexit ou dabord le RIC, est une mauvaise présentation des choses puisque nous n’obtiendrons ni l’un ni l’autre de la part du gouvernement actuel.

        Il faut dégager Macron et élire à sa place un candidat qui initie le Frexit et met en place le RIC en toutes matières.

        .


      • Panoramix Panoramix 29 janvier 10:41

        @Durand
        « Il faut dégager Macron et élire à sa place un candidat qui initie le Frexit et met en place le RIC en toutes matières. »

        -Pour qu’il parte, il faudrait une grave crise avec des millions de personnes dans la rue et une paralyse de l’économie, cela ne semble pas à portée (on verra la grève du 5 Février et ses suites, mais les gens ne veulent pas risquer de couler leur entreprise).
        -S’il partait, qui serait alors élu ? Après une crise, il y a souvent un réflexe de retour vers l’ordre, on voit déjà une certaine amorce de ce retour avec une légère remontée de Macron en janvier.

        Il faut remettre les pieds sur terre

        sondage IFOP de mi-janvier (sans tenir compte d’une liste GJ)

        Liste LREM / MoDEM • 23%

        Liste RN / Rassemblement National • 21%

        Liste LR / Les Républicains • 10%

        Liste FI / France Insoumise • 9,5%

        Liste DLF / Debout La France • 7,5%

        Liste EELV / Europe Ecologie Les Verts • 6,5%

        Liste PS / Parti Socialiste 4%

        Liste UDI • 3,5%

        Liste Résistons ! • 3%

        Liste Génération-S • 2,5%

        Liste PC / Parti Communiste • 2,5%

        Liste NPA • 1,5%

        Liste Patriotes • 1,5%

        Liste UPR • 0,5%

        Autres • 3,5%


      • gaijin gaijin 28 janvier 12:42

        « La priorité absolue doit être la lutte pour le Frexit. »

        bien sur mais sans le RIC comment arriver au frexit ...... ?

        a mon sens c’est le ric d’abord et ensuite rira bien qui rira le dernier ..........


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:37

          @gaiji
          Je viens d’expliquer cela dans une réponse à @rogal.


        • Attilax Attilax 28 janvier 16:48

          @gaijin

          Pour l’un comme pour l’autre, il faudrait déjà avoir le pouvoir...
          Qui le prendra ? Dans quelles conditions ? Avec quelle légitimité ?

          Plutôt qu’une 6e république, on devrait faire une 1ere démocratie. Directe. Ça réglerait ces questions...


        • Arthur S François Pignon 28 janvier 12:54

          Sans la renationalisation des privatisations et la distinction entre banques de dépôts et banques d’affaires, ni le Frexit, ni le RIC ni l’AC n’apporteront la démocratie.

          Et puis, de quelle « démocratie » parle-t-on ?

          Si pour vous la « démocratie » est le syndrome bipolaire d’alternance entre ultra-conservateurs et conservateurs modérés, ce n’est pas vraiment un projet enthousiasmant.


          • concepto 28 janvier 19:44

            @François Pignon

            Les renationalisations sont impossible dans le cadre de l’UE. Il faut d’abord en passer par le Frexit pour les rendre possible.


          • CN46400 CN46400 28 janvier 12:56

            Votre raisonnement est biaisé. Pour être opérationnelle une directive de Bruxelles doit être approuvée par les 28 ministres du domaine concerné. Si ce ministre n’est pas désavoué, son état, avec ou sans RIC, ne peut qu’approuver, et appliquer, la directive.

             Les directives ne viennent pas de Bruxelles, elles viennent des gouvernement, et transitent, pour être mises en forme, par Bruxelles. Ce qui permet de dire : « on n’y peut rien, ça vient de Bruxelles »


            • michalac michalac 28 janvier 14:42

              @CN46400

              Tout juste.

              Vous faites le pari de mettre en évidence ici que ce sont les Etats parties qui font Bruxelles et non l’inverse.
              Il n’est pas d’autre volonté à Bruxelles que celles des nations européennes.
              Si les volontés nationales ne s’exprimaient pas et ne se confrontaient pas à Bruxelles, elles ne s’exprimeraient qu’au sein des parlements nationaux. Et pour quels meilleurs résultats ?


            • Zolko Zolko 28 janvier 17:44

              @CN46400 : « Les directives ne viennent pas de Bruxelles, elles viennent des gouvernement »
               
              c’est malheureusement faux : c’était comme-ça avant le TCE, donc le traité de Lisbonne, mais ce traité a muté les directives Européennes en lois Européennes. Désormais, il existe des lois Européennes qui ont force de loi dans chaque pays sans besoin d’être approuvé par les assemblées nationales.
               
              Mais là où vous avez raison c’est que cette forfaiture a été la volonté des gouvernements nationaux.


            • CN46400 CN46400 28 janvier 20:03

              @Zolko
              Le traité de Lisbonne n’a, que je sache, pas institué la majorité à la place de l’unanimité... Par exemple la directive concernant la privatisation des barrages a été réclamée, notamment, par le gouvernement français (Sarko ou Hollande), pour faire un cadeau de plus aux capitalistes français (Total en particulier, EDF n’est pas autorisé à postuler)....
               Pour infos, le 10 janvier dernier à 21h02 le réseau EDF a été sauvé par les barrages français (15 000MW)....


            • michalac michalac 28 janvier 21:20

              @Zolko

              Petite confusion.

              Les directives européennes n’ont pas été commuées en lois européennes. Seulement une Directive est contraignante et s’impose aux Etats partie. Là où un Rêglement européen, qui n’est en général qu’une directive en devenir, n’est pas contraignant.

              Au-delà de ça, ça ne change rien au fait que les directives sont initiées par les gouvernements nationaux.


            • Zolko Zolko 29 janvier 09:20

              @michalac : « Les directives européennes n’ont pas été commuées en lois européennes. »
               
              vous avez raison, c’était dans le TCE mais plus dans le traité de Lisbonne. Dans le TCE : La loi européenne est un acte législatif de portée générale. Elle est obligatoire dans tous ses éléments et directement applicable dans tout État membre.


            • Giordano Bruno 28 janvier 13:09

              Le RIC permettra d’obtenir le Frexit. La réciproque n’est pas vraie.

              Une fois le Frexit réalisé, les dirigeants pourront continuer d’agir comme avant, si cela leur chante.

              Une fois le RIC constitutionnalisé, les dirigeants ne pourront plus agir comme avant.

              Les dirigeants actuels n’accepteront ni l’un ni l’autre sans contraintes extrêmement fortes.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:41

                @Giordano Bruno
                Vous prenez le problème à l’envers.
                Je reprendrai ma réponse déjà faite quand vous m’aurez dit comment vous obtiendrez le RIC sans le Frexit.
                Pour ma part je peux vous dire qu’il a plusieurs façons d’obtenir le Frexit sans le RIC. Il y a au moins la méthode des anglais.


              • michalac michalac 28 janvier 14:53

                @Jean Dugenêt

                Dites-nous d’abord en quoi le Frexit est une condition sine qua none du RIC ?

                La Bloc de constitutionnalité français n’est en rien contraire aux traités européens. L’Union européenne ne s’opposerait donc pas à la tenue d’un RIC en France. Elle ne s’est d’ailleurs pas opposée à celle du référendum sur le Brexit...

                A moins que vous prévoyiez d’inclure au RIC des questions portant sur des choix contraires à la loi fondamentale européenne...


              • Aurélien C 28 janvier 15:15

                @Jean Dugenêt

                Bonjour Jean, 

                Admettons que je sois pour le Frexit.

                En gros il y a la méthode institutionnelle : élection de François Asselineau
                Je dirais qu’on a peu de chance d’y parvenir avant la fin de sa vie (je lui souhaite longue vie, c’est pas la question)

                La méthode anglaise ? cela voudrait dire que Mr Macron lancerait un référendum et devrait respecter son issue ? Je suis curieux de connaitre votre point de vue là dessus.

                Concernant le RIC, effectivement il ne peut pas aboutir au Frexit si celui ci n’est pas en toute matière comme demandé, s’il n’est pas constituant, s’il n’est pas possible de modifier la constitution : 
                le conseil constitutionnel a déjà expliqué qu’il ne pourrait pas juger du caractère anticonstitutionnel d’une décision prise par référendum.
                L’abrogation de l’article 88 de la constitution par exemple rendrait caduque l’adhésion au traité de Lisbonne et forcerait l’exécutif à activer l’article 50 des traités de l’UE.

                Les Anglais ayant toujours eu une sorte de défiance a se rattacher au continent, j’ai beaucoup de mal croire que les français fassent de même.

                Il y a beaucoup plus de probabilité que l’Italie, et peut être même l’Allemagne ne fasse exploser l’UE en sortant par survie monétaire (Si l’Allemagne a une économie adaptée à une monnaie surévaluée, l’Italie c’est tout le contraire)
                Ce qui en passant serait cataclysmique pour nous car on aurait même pas le temps de s’y préparer. 

                Je suis convaincu que les premiers sortis seront ceux qui s’en sortiront le mieux, on utilise le Brexit comme épouvantail mais en réalité, dans 5 ou 10 ans la grande Bretagne se portera probablement beaucoup mieux et je suis convaincu qu’aucun référendum ou politique ne remettra plus jamais en cause l’indépendance à l’UE.

                Quand tu rentres dans une secte (qui plus est infiltré dans ta propre famille,) si tu survis à la sortie de cette secte malgré le torpillage externe et interne des adeptes, je pense que tu es vacciné à vie pour y retourner ! 


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 17:02

                @michalac
                C’est bien parce que nous avons « des choix contraires à la loi fondamentale européenne...  » que nous proposons le Frexit et le RIC. Ce sont depuis longtemps deux propositions de l’UPR.
                Je pense que ceux qui proposent le RIC sans vouloir du Frexit (comme Ségolène Royal) veulent un RIC qui sera très limité à des questions secondaires.

                Après tout si quelqu’un y tient vraiment, mais je n’en vois pas l’intérêt, je veux bien adopter en premier un RIC qui donnerait la garantie qu’on pourra immédiatement après voter pour le Frexit.

                Remarquez que si, dans ces conditions, le RIC était accepté et le Frexit refusé on se retrouverait dans la situation voulue par Ségolène Royal avec un RIC qui ne pourra fonctionner que pour des questions sans grande importance puisqu’il faudrait continuer à respecter les traités et les directives européennes.


              • michalac michalac 28 janvier 18:55

                @Jean Dugenêt

                En clair, si vous subordonnez la tenue d’un RIC à un Frexit préalable, c’est parce que vous prévoyez que les résultats du RIC seront incompatibles avec la loi européennes. Et donc, que le maintien de la France au sein de l’Union sera une entrave à la mise en oeuvre des choix issus du RIC.

                Mais comment savez-vous ce que seront les résultats du RIC ?

                Et, surtout, quelles options particulières du RIC escomptez-vous être incompatibles avec la loi européenne ?

                « je veux bien adopter en premier un RIC qui donnerait la garantie qu’on pourra immédiatement après voter pour le Frexit. »

                Vous semblez trouver comme seul intérêt au RIC un Frexit consécutif. Pourquoi vouloir le Frexit avant le RIC ?

                En fait, le RIC ne vous intéresse que dans la mesure où il garantit la victoire de vos propres attentes...


              • michalac michalac 28 janvier 14:09

                Quelles vertus démocratiques a de plus une « assemblée constituante » que l’Assemblée législative telle que nous la connaissons aujourd’hui ?


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:43

                  @michalac
                  Je crois qu’il y a matière à vous répondre mais comme je ne considère pas cela comme une priorité je laisse la parole sur ce point à ceux qui font tant de bruit autour de cette proposition.


                • michalac michalac 28 janvier 15:00

                  @Jean Dugenêt

                  Priorité ou pas, le fait est que vous souscrivez à l’idée d’une Constituante comme garantie d’un mieux démocratique.
                  Vous êtes donc prié de vous expliquer sur la question.
                  Relayer les idées des autres ne vous dispense pas de les étayer.


                • michalac michalac 28 janvier 14:17

                  « puisqu’ils veulent représenter tout le peuple... »

                  Les Gilets-Jaunes peuvent-ils prétendre représenter à eux seuls tout le peuple ?

                  Ca ne paraît pas être là la marque d’une véritable démocratie mais plutôt celui d’une dictature des Gilets-Jaunes.

                  Ainsi, l’Assemblée constituante que vous appelez de vos voeux seraient exclusivement composée de Gilets Jaunes ? Qu’est-ce qui fait croire aux Gilets Jaunes qu’ils sont représentatifs de tous ?

                  Drôle de démocratie !


                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 16:45

                    @michalac
                    L’assemblée constituante n’est pas ma proposition. Le Frexit, le RIC et la réforme des médias sont à mon sens prioritaires sur l’assemblée constituante. Cependant, si une assemblée constituante devait se tenir elle devrait représenter tout le peuple et non pas les gilets jaunes.
                    Je suis par ailleurs partisan que les gilets jaunes poursuivent leur réflexion sur les revendications et la suite à donner à leur mouvement dans des assemblées de gilets jaunes à tous les niveaux et, pourquoi pas, avec une sorte de congrès national des gilets jaunes. Mais cela n’a rien à voir avec une assemblée constituante dont le meilleur exemple, de mon point de vue, fut celle de 1789.
                    Vous avez raison sur le fait que les gilets jaunes ne peuvent pas prétendre représenter tout le peuple mais je crois que personne n’a dit cela.
                    Ma formulation « ils veulent représenter tout le peuple » était peut être maladroite. J’ai voulu dire qu’il ont des opinions très variées, comme tous les citoyens, et qu’il leur est donc difficile d’établir un cahier de revendications sur lequel ils soient tous d’accord.


                  • michalac michalac 28 janvier 19:18

                    @Jean Dugenêt

                    « Le Frexit, le RIC et la réforme des médias sont à mon sens prioritaires »

                    Nous n’avons pas encore abordé la « réforme des médias ».
                    Je m’attends à ce que la réforme que vous défendez sera celle qui accordera la place qu’elle souhaite à l’UPR.
                    Je me trompe ?


                  • michalac michalac 28 janvier 14:32

                    Créer une Constituante...

                    Réaliser un RIC...

                    Sortir de l’OTAN...

                    Quitter l’Europe...

                    Abandonner l’Euro...

                    Virer Macron...

                    Et après ? Pour quoi faire tout ça ? Quoi que nous ne puissions déjà ?

                    Beaucoup de projets de destruction mais aucun visant à bâtir ensuite...

                    Et après ?

                    On fait quoi avec notre Constituante, notre RIC, sans l’OTAN, sans Europe, sans Euro et sans Macron ?

                    Qu’avez-vous prévu pour nous de meilleur ?


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 14:46

                      @michalac
                      On met en place un gouvernement des travailleurs dont la politique sera à l’opposé de l’actuel gouvernement des milliardaires.
                      Les 26 hyper-milliardaires les plus riches possèdent à eux seuls autant que la moitié la plus pauvre de la population.
                      J’ai une proposition à faire pour multiplier par deux le maigre patrimoine de la moitié de la population du monde.


                    • michalac michalac 28 janvier 15:02

                      @Jean Dugenêt

                      Nous écoutons votre proposition !


                    • michalac michalac 28 janvier 15:10

                      @Jean Dugenêt

                      Vous évoquez une politique qui serait à l’opposé de celle de l’actuel gouvernement. Que signifie dans ce cas « opposé ». On entend bien qu’il s’agit de mener une politique qui tranche, dans ses principes, avec celle actuelle. Mais, plus concrètement, au-delà de la seule appréciation idéologique, quels choix s’avèreraient opposés à ceux du gouvernement actuel ?
                      Faire le contraire n’est pas nécessairement faire le meilleur...


                    • Cadoudal Cadoudal 28 janvier 15:32

                      @michalac
                      c’est un peu compliqué...C’est la première fois depuis la création de l’Union européenne que nous n’avons pas réussi à combattre les origines d’une crise....car à présent une majorité de pays refusent la solution européenne... Les choses ne sont pas évidentes, c’est certain....Je défends en particulier la Commission...

                      Luxembourgeois, pété de fric, socialiste, c’est sur qu’il est pas aidé le pauvre...

                      http://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/leurope-nest-meme-plus-capable-de-sauver-quelques-dizaines-de-gens-sur-un-bateau/

                      Nous, heureusement, on à BHL et ses potes, mieux équipés intellectuellement pour saisir le fond du problème :

                      « déchets blancs » de la « France Moche »

                      https://laregledujeu.org/2018/12/04/34628/gilets-jaunes-bienvenue-dans-la-france-white-trash/


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 16:27

                      @michalac
                      Au niveau de la répartition des richesses, il faut donner plus aux pauvres et moins aux riches. C’est tout l’inverse des dernières réformes. Le moyen c’est une profonde réforme des impôts. Je peux être plus précis sur ce point mais c’est long à expliquer même en ne s’en tenant qu’aux grandes lignes. C’est par contre très réaliste. Il s’en suivrait un accroissement de la consommation donc une relance keynésienne de l’économie.

                      Je reprends à mon compte toutes les économies à faire qui sont proposées par François Asselineau et j’en ai d’autres à proposer (suppression des regroupements communaux de dernière génération par exemple). Prise en compte sur ces questions des conclusions des rapports de la cour des comptes. Ces économies seraient investies dans les services publics.

                      Plein de choses à revoir sur la démocratie (sujet de discussion de l’article). Cela n’est pas sans incidence sur l’économie. Le travail fournit dans un cadre démocratique est plus efficace qu’un travail fournit uniquement sous la contrainte de dirigeants qui sont, le plus souvent et à juste titre, profondément méprisés.

                      Plein de choses à revoir sur le recrutement et la promotion au mérite. Grandes implications là aussi sur l’économie. Les personnes les plus compétentes exercent les fonctions les plus délicates. Le piston, le recrutement canapé ou par réseau sont une source de gaspillage énorme. Quel travail fournissent les incompétents qui savent qu’ils ne doivent pas leur poste à leur efficacité alors que les plus méritants reste sur la touche ? Il faut revenir à des vrais concours et non des systèmes « dossier + entretien » qui permettent à des crapules de recruter les copains prévus à l’avance. Plus de « profils de poste bidons » qui ne sont que la description de celui (celle) qui est choisie à l’avance. Revoir le recrutement des chercheurs et enseignants-chercheur en prenant en compte les conclusions du rapport au Sénat (la situation actuelle dans les universités est scandaleuse)...

                      J’ai plein d’autres propositions de ce genre à faire...


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 16:31

                      @michalac
                      Prendre aux 26 plus riches tout ce qu’ils ont volé et le donner aux plus pauvres. Cela permet effectivement de doubler le patrimoine de la moitié de l’humanité.
                      Il faudrait que je regarde les noms des 26 personnes en question mais je crois qu’en leur prenant tout ce qu’ils ont je verserais sur leur sort autant de larmes qu’ils en versent actuellement sur les plus pauvres de l’humanité.


                    • michalac michalac 28 janvier 17:05

                      @Jean Dugenêt 

                      Vous proposez de donner moins aux riches et de donner plus aux pauvres par l’impôt. La france est déja le pays où le niveau de prélèvement obligatoire est le plus élevé au monde et ou les revenus de transferts, soit la redistribution, sont eux-aussi les plus élevés au monde.

                      Comment pouvez-vous espérer encore faire davantage ?


                    • michalac michalac 28 janvier 17:09

                      @Jean Dugenêt

                      « suppression des regroupements communaux de dernière génération »

                      Quelles économies attendez-vous d’une suppression des regroupements communaux ? C’est justement à des fins d’économies qu’ils ont été créés !


                    • michalac michalac 28 janvier 17:21

                      @Jean Dugenêt

                      « Plein de choses à revoir sur la démocratie »

                      Oui...mais lesquelles ?

                      « Le travail fournit dans un cadre démocratique est plus efficace »

                      Quel cadre démocratique ? Un cadre sans encadrement ? Un cadre dans lequel les travailleurs seraient les seuls décideurs de leur travail ? Une démocratie au travail pour s’exprimer sur quoi et décider de quoi ?
                      Les employés à la chaîne de chez Renault seraient-ils plus aptes à décider de la politique commerciale ou de la politique d’investissements du constructeur que ses cadres dirigeants ?


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 17:22

                      @michalac
                      Je ne propose pas de prendre davantage je propose de prendre avec une autre distribution. On prend plus aux plus riches et moins aux plus pauvres. Rapidement voici ma proposition. Il y a trois impôts (suppression de tous les autres comme la CSG)
                      plus on consomme plus on paye. C’est la TVA.
                      plus on gagne plus on paye. C’est l’impôt sur le revenu.
                      plus on est riche plus on paye. C’est l’impôt sur la richesse.

                      Pour ces trois impôts il y a des tranches de progressivité et non pas de simple proportionnalité.

                      Exemple pour la TVA sur les automobiles on aura des TVA à 5%, 20%, 40%, 60% et 80% pour les véhicules respectivement utilitaires, familiaux, tourisme, luxe et grand-luxe.
                      Celui qui voudra acheter une Ferrari ou une Lamborghini pour rouler à 80 km/h sur les départementales ou 130 km/h sur les autoroutes pourra payer 80% de TVA.

                      Il y aura ainsi des tranches pour les impôts sur le revenu et sur la richesse. Avec des 90% pour ceux qui ont les plus gros revenus et les plus grosses fortunes.

                      Le niveau de prélèvement global ne sera pas obligatoirement plus élevé et, s’il devait l’être, cela n’aurait rien de scandaleux car un tel système ferait payer ceux qui en ont les moyens.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 17:33

                      @michalac
                      Rapport de la cour des comptes
                      "L’essor de l’intercommunalité depuis 1999, qui a entraîné plusieurs recompositions locales, a laissé subsister un nombre important de structures syndicales intercommunales, SIVU notamment. La Cour estime qu’à la suite du vote de la loi NOTRe un nouvel effort de rationalisation permettrait de réduire substantiellement leur nombre sans remettre en cause la qualité des services de proximité rendus. Elle formule huit recommandations."

                      https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-carte-des-syndicats-intercommunaux-une-rationalisation-poursuivre

                      Les premiers regroupements communaux permettaient de faire des économies maintenant ils permettent souvent de faire du gaspillage en plaçant les copains des élus.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 17:46

                      @michalac
                      Sur la démocratie c’est le sujet de l’article avec le Frexit et le RIC notamment.
                      Oui le travail où les exécutants ont leur mot à dire est plus efficace que celui où ils ne doivent qu’exécuter. L’encadrement est assuré par des personnes dont la compétence est reconnue par les exécutants. Ils ont passé de vrais concours ou ils sont souvent issus du rang de ceux qu’ils administrent. L’administré sait qu’il est à sa place et ne pourrait pas prendre celle de celui qui l’administre. Ceux quçi assurent l’encadrement ne sont pas des garde-chiourmes. Bien sûr chacun n’intervient que dans son domaine de compétence et d’ailleurs cela remet souvent en question le choix des décideurs actuels. Les commerciaux ont leur mots à dire sur la politique commerciale...
                      Quant à la direction globale de l’entreprise elle pourrait être assurée par le conseil des ouvriers émanation et continuation du comité de grève qui ait intervenu dans la période des grands changements (par exemple). Je n’ai pas dit que de tels changements de grandes ampleurs se feront sans conflits.


                    • michalac michalac 28 janvier 18:00

                      @Jean Dugenêt

                      « Plein de choses à revoir sur le recrutement et la promotion au mérite. »

                      Oui...mais lequelles ?

                      «  Le piston, le recrutement canapé ou par réseau sont une source de gaspillage énorme. »

                      Vous êtes sérieux ? Vous avez un rapport de la cour des comptes ou une étude quantitative de l’INSEE pour étayer une telle assertion ?

                      Et comment vous y prendrez-vous pour distinguer « les méritants » des « non-méritants » que vous laisserez sur la touche ? Quelle société de la sélection nous promettez-vous ainsi agissant ?
                      Accepteriez-vous, vous même, d’être taxé de non-méritant à la moindre défaillance de votre part ? Et d’être remplacé par un plus méritant que vous ?
                      N’y a-t-il pas de droit au travail pour les non-méritants
                      Qui sommes-nous donc pour pouvoir juger des mérites des uns et des autres ?

                      La faiblesses de ses résultats est-il le gage de l’incompétence d’un travailleur ? Les lents sont-ils encore méritant ? Les maladroits sont-ils encore méritant ?
                      C’est là tout le discours d’un partisan de la société de la performance. Trait récurrent des régimes dirigistes et totalitaires où l’homme est réduit à sa valeur-utilité mesurée par son efficience au travail.

                      « Il faut revenir à des vrais concours et non des systèmes « dossier + entretien » »

                      Pourquoi opposer l’un à l’autre ?
                      Le concours est une épreuve qui a ses limites. Il n’est pas à lui seul révélateur de tout le potentiel d’un candidat. Le dossier atteste d’une expérience acquise, d’un niveau de formation continue bien mieux que ne le fait le concours. Et la chance du concourant qui trompe tout le monde, vous y avez pensé ?
                      L’entretien est, par ailleurs, le moyen de ne pas passer à coté des compétences d’un handicapé de l’expression écrite. Il est primordial dans les professions faisant appel aux compétences en communication. Je ne vous conseille pas de recruter un commercial sur la base d’un concours...

                      Notez que tous les emplois publics sont déjà soumis à concours.


                    • michalac michalac 28 janvier 18:18

                      @Jean Dugenêt

                      Vous proposez donc de prendre davantage aux plus riches et de prendre moins aux plus pauvres...

                      Seulement, les plus pauvres sont déjà non imposables...

                      L’etat ne leur prélève que la TVA. J’écris « que la TVA » en ayant conscience que c’est déjà beaucoup et en soulignant que tout français, quelle que soit sa fortune, même les plus démunis, paie au minimum 18.6 % d’impôt chaque année !

                      Prévoyez-vous un régime de TVA qui exonérerait effectivement les plus pauvres de l’impôt ?


                    • michalac michalac 28 janvier 18:37

                      @Jean Dugenêt

                      « le travail où les exécutants ont leur mot à dire est plus efficace »

                      Vous ne finissez pas vos phrases et entretenez la confusion.
                      Leur mot à dire sur quoi ?
                      Connaissez-vous des entreprises où l’on refuse encore aux employés de s’exprimer ? Seulement, il s’agirait de savoir sur quoi ?

                      Notez que je fais abstraction de ces entreprises à papa et de ces manageurs tyranniques qui n’admettent pas la moindre objection.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 19:32

                      @michalac
                      Je vous conseille ce petit ouvrage :
                       

                      https://books.google.fr/books/about/Petit_trait%C3%A9_de_hi%C3%A9rarchologie.html?id=_Pk68N8VKiYC&redir_esc=y


                      Pour le recrutement à l’université voici les références d’un rapport du sénat :

                      Sénat, rapport d’information n° 54, session 2001-2002, p. 76 et 77.

                      Voici le lien :

                      http://www.senat.fr/notice-rapport/2001/r01-054-notice.html

                      Et voici un extrait :

                      « Les pratiques des commissions de spécialistes apparaissent quelque peu opaques, voire franchement inéquitables. (…) A la première question [posée sur le forum], la réponse est claire : j’ai été recruté à l’issue d’un concours arrangé comme je crois tous ou quasiment tous les maîtres de conférences recrutés chaque année. Mes concurrents de l’époque savaient d’ailleurs fort bien qu’ils venaient auditionner pour donner l’illusion que le concours respectait les procédures de recrutement de la fonction publique. C’est d’ailleurs exactement la même chose au niveau des professeurs. Tout le monde connaît au moins un an à l’avance qui sera recruté comme maître de conférences et comme professeur à l’université. Il faut donc le redire : le recrutement universitaire est purement clientéliste, «  mafieux » et contre le principe même de la fonction publique. »

                      Sur la fonction publique je conseille le rapport de la cour des comptes suivant :

                      Rapport de la cour des comptes. Rapport public thématique. Les effectifs de l’Etat 1980-2008. Un état des lieux décembre 2009.

                      (Il y en a sûrement de plus récents mais c’est celui-là que j’ai lu)

                      Voici un lien (il y en a d’autres) :

                      https://www.ccomptes.fr/fr/publications/les-effectifs-de-letat-1980-2008

                      "Accepteriez-vous, vous même, d’être taxé de non-méritant à la moindre défaillance de votre part ? Et d’être remplacé par un plus méritant que vous ? « 

                      Oui je l’accepterai. Pour ma part j’ai vécu ce qui est inacceptable. J’ai dû laisser les postes que je méritais à des incompétents pistonnés. Jamais je n’ai été taxé d’incompétent. J’ai toujours été sur-compétent. Et je les ai entendu les arguments utilisés pour justifier de donner les bons postes aux petits-bourgeois pistonnés qui n’ont jamais eu à fournir le moindre effort puisqu’avec leur relations tout leur tombait tout cuit dans le bec.

                      Alors, quand vous me dîtes qu’il y a des concours, je vous en prie, arrêtez, vous n’êtes pas drôle.

                       »Il faut donc le redire : le recrutement universitaire est purement clientéliste, «  mafieux » et contre le principe même de la fonction publique. »

                      Et ce type de recrutement tant à se généraliser à toute la fonction publique le pire étant la fonction publique territoriale. Les soi-disants concours sont une vaste blague. Quand il y a un profil de poste il est soit bidon (le jury n’en tient pas compte) soit il correspond à la description du pistonné choisi par avance. Le concours est en fait : remise d’un dossier (c’est l’écrit) et entretien (c’est l’oral). Et vous me demandez pourquoi opposer l’un à l’autre. Mais parce que ce type de « concours » n’est en fait qu’une procédure bidon pour recruter la maîtresse, le fiston, le copain... Assez ! Vous le faites exprès ! Dans quel monde vivez vous ? Gardez vos discours qui justifient ces truandages. C’est cela qu’il faut interdire : Ces pratiques et les ignobles discours qui les justifient et que vous osez nous ressortir.

                      « L’entretien est, par ailleurs, le moyen de ne pas passer à coté des compétences... »
                      Un oral avec des questions obligatoires et un barème se conçoit mais pas cette procédure bidon. Par ailleurs un véritable jury devrait intervenir sur une région qui n’est pas la tienne et où il ne connaît pas les candidats. Vous savez très bien que c’est toujours l’inverse qui se pratique.

                      Et vous terminez avec un « Notez que tous les emplois publics sont déjà soumis à concours. ». C’est ce que je viens d’expliquer. J’ai montré comment cette obligation a été dévoyée avec ces concours bidons.

                      C’est formidable comment ceux qui défendent ces recrutements au piston lancent des hauts cris quand on leur parle de procédure équitables de recrutement. Alors ça devient élitiste. Ah ! c’est moche. C’est tellement mieux quand on peut mettre le copain, le fiston et la maîtresse sans avoir à se soucier de sa compétence.

                      Oui ! Un recrutement au mérite consiste à prendre les plus performants. Oui cela s’appelle de la sélection. Oui c’est productiviste et c’est donc mieux que le gaspillage.

                      Oui les moins méritants doivent être les moins récompensés. L’inverse est scandaleux.

                      Et, autre scandale dans les castes de nantis : « Qui sommes-nous donc pour pouvoir juger des mérites des uns et des autres ? ». Nous sommes des membres de jury intègres. Nous faisons notre travail. Nous ne nous laissons pas corrompre. Voilà ce que nous sommes quand nous avons la responsabilité de juger des mérites des uns et des autres. C’est cela que vous trouvez abominable.


                    • michalac michalac 28 janvier 19:44

                      @Jean Dugenêt

                      «  L’encadrement est assuré par des personnes dont la compétence est reconnue par les exécutants. »

                      N’êtes vous pas en train de vouloir faire tourner le monde à l’envers ? La proposition ci-dessus met les exécutants en capacité de juger de la compétence d’un dirigeant. Ce qui suppose, à priori, que les exécutants ont eux-mêmes les compétences des dirigeants.

                      S’agirait-il de considérer que les dirigeants sont par définition des usurpateurs, feignant avoir des compétences qu’en réalité ils n’ont pas ? Et que les exécutants, sans rien usurper, seraient en capacité d’estimer ?

                      il me paraît falloir admettre qu’un dirigeant prenne, en connaissance de cause, des options que soi-même, exécutant, on ne prendrait pas.

                      Je fais abstraction des dérives autoritaristes ou autres harcèlements moraux...

                      Les dirigeants, la direction... c’est capital. Ce sans quoi tout par à vau-l’eau pour arriver nulle part.

                      Le refus des dirigeants qui dirigent est une question très française.


                    • michalac michalac 28 janvier 20:05

                      @Jean Dugenêt

                      Vous n’évoquez que le recrutement universitaire. Il est bien d’autres concours par ailleurs.
                      Je peux vous trouver autant de témoignages allant dans le sens inverse de ceux que vous reproduisez. A commencer par le mien ! Ainsi que celui d’amis étudiants ou collègues postulants.

                      Aussi je ne peux m’empêcher d’entendre, dans les témoignages que vous proposez, ceux de recalés aigris, fantasmant sans véritables preuves sur l’abus de position de candidats « bourgeois ».


                    • michalac michalac 28 janvier 20:16

                      @Jean Dugenêt

                      Ce n’est donc pas le recrutement sur entretien, sur dossier ou sur concours qui est en cause ici. Mais l’intégrité de la décision de recruter au regard des résultats.
                      Une fois de plus, à chaque poste ses modalités de recrutement. Le concours ne révèle pas tout les éléments nécessaire à la sélection.
                      Et, selon les témoignages et rapports auxquels vous faites référence, il est aussi facile de passer outre la probité des résultats d’un concours que d’un dossier ou d’un entretien...

                      C’est donc la corruption des recruteurs qui est en cause. Pas les modalités d’instruction.


                    • michalac michalac 28 janvier 20:41

                      @Jean Dugenêt

                      « Assez ! Vous le faites exprès !  »

                      Oui monsieur ! je le fais exprès parce que je suis en position de le faire. Mes responsabilités au sein d’un GIE me valent d’avoir participer au recrutement d’agents pour le compte d’organismes publiques en qualité de consultant.

                      Et je n’ai que trop entendu l’argument de toute une vie tel que le vôtre selon lequel « l’ancien » sait mieux que le « petit nouveau » et qu’il est à ce titre plus méritant. Que l’expérience vaut toutes les compétences autrement acquises, surtout les plus nouvelles. Mais ça n’est pas le cas. L’expérience n’est que l’expérience. Et, comme le disait Lao Tseu, « elle est cette lampe accrochée au bout du bâton que tu porte sur ton épaule, elle n’éclaire que le chemin parcouru... »

                      On remplace de l’expérience par du neuf parce que l’expérimenté, en vieillissant, perd sa capacité à apprendre et à se renouveler. Or, tout change, tout évolue... sauf les expérimentés.

                      Je ne veux pas nier que ce à quoi je n’ai pas assisté n’existe pas. Ainsi doit-il y avoir une part de vrai dans les rapports sénatoriaux sur lesquels vous vous appuyez.
                      Mais je peux attester que les procédures de recrutement auxquelles j’ai pris part jusqu’à aujourd’hui ont été conduites avec la plus grande rigueur et la plus vertueuse intégrité. Sur concours conventionnel, sous forme d’épreuves écrites, orales et sur étude de dossier. Le tout mêlé.

                      La raison principale à tout ça est simple. Les recruteurs ne peuvent pas se permettre de confier un poste clé à un abruti « bourgeois ».


                    • michalac michalac 28 janvier 21:13

                      @Jean Dugenêt

                      " Quant à la direction globale de l’entreprise elle pourrait être assurée par le conseil des ouvriers émanation et continuation du comité de grève « 

                      Non. La direction de l’entreprise ne peut pas être assurée par le conseil des ouvriers.

                      D’une part parce que la compétence des ouvriers en matière de gestion comptable, financière, économique, leur connaissance des marchés, de l’environnement de l’entreprise et de ses partenaires est loin d’être assurée.

                      Ce n’est pas parce que vous êtes ouvrier qualifié à la fabrication de boulons que vous êtes compétent pour diriger l’usine de boulons.

                      D’autre part, parce la pluralité des directeurs fait celle des directions. Autrement dit, ça part dans tous les sens et ça finit nulle part.

                      Même les sociétés coopératives se dotent d’une direction uninominale.

                      Aussi, parce que les ouvriers n’ont pas la responsabilité juridique de l’entreprise. Ce qui les affranchit de devoir assumer ultérieurement les conséquences de leurs actes. Ce qui manque de les retenir de prendre n’importe quelle décision dommageable sur l’air de » on verra bien".

                      Enfin et surtout, parce que ce n’est pas leur capital et leur argent que risquent les ouvriers par leurs décisions directionnelles. Mais celui des investisseurs. D’où l’idée d’être détenteur du capital de l’entreprise pour pouvoir décider de sa destinée. On ne peut jouer qu’avec son argent.Ceci dit, il faut reconnaître aux ouvriers décideurs la prudente ambition de conserver leurs emplois et, à cette fin, d’assurer la pérennité de l’entreprise.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 22:01

                      @michalac
                      Vous ne comprenez pas ce que j’appelle un « conseil des ouvriers émanation et continuation d’un comité de grève ». Il s’agit de la structure dont se dotent les travailleurs au terme d’un conflit. Ils font alors tourner l’entreprise pour leur propre compte (en quelque sorte) car, si les actionnaires ont besoin des travailleurs par contre les travailleurs n’ont pas besoin des actionnaires. Alors votre assertion selon laquelle :

                      " ce n’est pas leur capital et leur argent que risquent les ouvriers par leurs décisions directionnelles. Mais celui des investisseurs. D’où l’idée d’être détenteur du capital de l’entreprise pour pouvoir décider de sa destinée. On ne peut jouer qu’avec son argent« doit être revue.

                      Il n’y a plus dans ce cas de capital, ou d’investisseur, puisque le principe même de la propriété des moyens de production se trouve aboli. La production est socialisée. Elle n’est plus fondée sur le capital. Ce que j’appelle alors un »conseil ouvrier" (mais peut-être que cela sera appelé autrement) contient tous ceux qui ont choisi le camp des travailleurs dans la situation conflictuelle. Il contient notamment tous les cadres ingénieurs et autres qui auront fait ce choix. Je n’invente rien en décrivant ce processus. C’est celui qui se met classiquement en place lors de toute révolution quand les capitalistes se font virer.

                      Je n’affirme pas d’ailleurs qu’on va passer par là mais, dans la situation révolutionnaire dans laquelle nous sommes, cette éventualité ne doit pas être écartée. Vous voyez alors que la question du Frexit et du RIC risque de se présenter sous un jour nouveau.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 22:16

                      @michalac
                      Je ne mets rien à l’envers. Quand un exécutant sait qu’il n’a pas le niveau pour être reçu au concours qu’a obtenu son chef, il en convient. Quand il a eu son chef à son niveau comme collègue avant de le voir promu et en sachant qu’il a fallu pour cela qu’il fasse des efforts et qu’il a donc mérité cette promotion alors que lui même n’est pas prêt à en faire autant alors : oui il accepte d’être dirigé par ce chef vertueux. Mais quand il ramasse comme chef le gendre du directeur machin ou le papa de la connasse qui se fait sauter par bidule, il a du mal à le respecter surtout quand il sait que ce chef serait incapable de faire ce que lui-même fait.

                      "S’agirait-il de considérer que les dirigeants sont par définition des usurpateurs, feignant avoir des compétences qu’en réalité ils n’ont pas ? Et que les exécutants, sans rien usurper, seraient en capacité d’estimer ?

                      "

                      Je ne fais pas de généralisations abusives comme vous le laissez entendre. J’ai évoqué cette question en parlant des questions de recrutement et comme une direction vers laquelle il y a beaucoup de choses à améliorer surtout dans la fonction publique puisque c’est là qu’en principe tous les recrutements devrait se faire par des vrais concours (et non par les concours bidons que nous connaissons) par application de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 22:30

                      @michalac
                      J’ai évoqué le recrutement universitaire puisqu’il y a à ce sujet un rapport du sénat. Il est scandaleux que nos administrations (cour des comptes, commissions du sénat) fassent d’excellent rapports qui ne connaissent aucune suite.
                      J’ai affirmé (sans preuve il est vrai) que ce type de recrutement tant à se généraliser dans la fonction publique. Je pourrais cependant vous amener une quantité d’éléments d’information dans ce sens comme les promotions hors barême sur des « poste à profil » de plus en plus nombreux alors qu’il n’en existait aucun il y a 60 ans.
                      Regardez ce qui se passe dans la fonction publique territoriale.
                      Et je vous ai conseillé un petit ouvrage fort bien documenté à ce sujet sans parler des livres à succès comme le fameux « complètement dé-bor-dée » qui décrit très bien comment celles qui n’ont rien à faire de toutes leur journée (recrutée comme on sait) passent leur temps à se plaindre d’être débordées.
                      Enfin vous savez tout de même bien que le petit bourgeois très peu qualifié mais dont le papa a beaucoup de relations a bien plus de chance de trouver un bon emploi que le fils d’ouvrier qui a obtenu des diplômes, dont la compétence est reconnue, mais qui n’a pas de relations.
                      Faites donc semblant de ne pas savoir ce qu’est l’injustice sociale autant que vous voulez, mais ne croyez pas nous tromper.


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 22:34

                      @michalac
                      Dans la recherche il y a une foison de postes de chercheurs qui sont donnés à des personnes parfaitement incompétentes.
                      Si vous continuez à me chatouiller je vais écrire des noms.


                    • Aurélien C 28 janvier 15:27

                      Jean,

                      « Alors tout ceux qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante cherchent à duper, à berner les militants s’ils ne proposent pas le Frexit.  »

                      Ayant moi même rédigé un long plaidoyer en faveur du RIC, je trouve cette affirmation assez offense. On est même dans le procès d’intention.

                      Ce n ’est probablement comme ça que vous parviendrez a creer une adhesion autour de votre thème.

                      Attention ne pensez pas que je remette en cause vos reflexion et votre cause, mais il me semble particulièrement maladroit, au moins dans la forme, d’affirmer cela alors qu’il aurait été plus judicieux de préciser que les défenseurs du RIC ou AC devraient, en complément militer pour le Frexit.

                      Maintenant sur le fond, une Assemblée constituante ou un RIC constituant et bien l’arme la plus puissante institutionnellement.


                      • samy Levrai samy Levrai 28 janvier 18:49

                        @Aurélien C
                        Le problème est la primauté du droit europeen sur le droit français, les traités étant superieurs en droit à la constitution. si une loi française se retrouve devant la cours europeenne ( ce qui arrive après les diverses cours françaises...), c’est le droit europeen qui prévaut donc ta loi française est retoquée ... La demande de RIC est une formidable épine dans le pied des europeistes, ils ne savent comment s’en sortir mais il ne pourront jamais le faire... moi, j’adore !!!, meme si je sais que sans sortir au préalable de l’UE de l’euro et de l’OTAN il ne peut y avoir de politique nationale propre.


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 15:48

                        Je vous accorde volontiers qu’il y avait une maladresse dans la rédaction du début de l’article. Dans la version Facebook de l’article, j’ai modifié. Voilà la version qui correspond mieux à ce que j’ai voulu dire :

                        "Soyons clair. Tout est dit dans le titre. Répétons-le en explicitant les acronymes : Sans la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN, ni le Référendum d’Initiative Citoyenne, ni l’Assemblée Constituante n’apporteront la démocratie. Alors tous les politiciens qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante sans proposer le Frexit cherchent à duper, à berner les militants. Il est maintenant acquis pour tout le monde que nous ne sommes pas dans un système démocratique et il est normal en cherchant des remèdes que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion. Car, les gilets jaunes ayant des options très diverses, puisqu’ils veulent représenter tout le peuple, cherchent une proposition qui fasse l’unanimité."

                        Remarquez donc que je fais une distinction entre :

                        1. tous les politiciens qui font des grands discours que ce soit sur le RIC ou sur l’Assemblée Constituante sans proposer le Frexit cherchent à duper...
                        2. il est normal en cherchant des remèdes que le RIC ou l’Assemblée Constituante soient évoqués comme de possibles solutions. Il faut considérer comme un premier aboutissement des discussions au sein des gilets jaunes que le RIC arrive comme une proposition même s’il est nécessaire, de notre point de vue, qu’ils aillent plus loin dans la réflexion...

                        Je donne ensuite deux exemples de politiciens prototypiques qui cherchent à duper :

                        1. Ségolène Royal pour le RIC.
                        2. Jean-Luc Mélenchon pour l’Assemblée Constituante

                        Je crois au vu de ce que vous dîtes à la fin de votre commentaire que nous sommes d’accord sur le fond.

                        Veuillez excuser mes maladresses.


                        • Aurélien C 28 janvier 18:16

                          @Jean Dugenêt
                          Franchement vous êtes largement excusé, j’avais en fait bien compris à qui vous vous adressiez dans votre propos, mais peut être pas tout le monde. Du coup ça laissait penser que vous jetiez le bébé avec l’eau du bain. Bref.

                          Par contre il est clair que la mascarade de ceux « qui veulent changer d’Europe » est réelle, soit par reconnaissance, soir par naïveté ou effectivement par manipulation...

                          Le principe d’unanimité pour changer une seule virgule du traité rend sa modification statistiquement impossible.


                        • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 16:48

                          Dans l’Macron c’est comme dans l’cochon tout est bon , il serait grand temps d’y gouter au Macron , il doit être a point , avec une bonne purée de flashball accompagné par de l’andouillette de tripes de Castaner ....


                          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 17:07

                            @zygzornifle
                            Merci pour cette recette.


                          • McGurk McGurk 28 janvier 17:12

                            @zygzornifle

                            La bonne vieille recette du bagne et du cassage de caillou pour le restant de leurs jours !


                          • McGurk McGurk 28 janvier 17:11

                            « Assemblée constituante » ? Quèsaco ?

                            Quant au « Frexit » au s’cours, y’a pas un autre mot moins moche ? , il serait bon avant de claquer la porte de proposer une solution en terme économique parce que refaire le coup de l’Angleterre en France ne fonctionnera pas vu que notre économie, vendue aux étrangers et d’une grande faiblesse, n’y survivra probablement pas.

                            Il y a déjà assez de chômeurs dans le pays (j’en sais quelque chose), alors construire un avenir de merde en faisant « quelque chose de légitime » (j’aime l’idée mais sans plus pas trop), c’est aussi faire de la merde.


                            • nocob 28 janvier 18:28

                              Allo ?

                              Mon cerveau malade a accouché d’une horrible conspiration-vison. Et si, et si, et si, ils comptais continuer a nous faire bouillir pendant des semaines ? Partout en Europe, voir un peu dans le Commonwealth....

                              Au niveau national, je veux dire... Et que d’un coup, le Reich nous dit « Peuples d’Europe enfin Fédérale, moi, votre Président Alcolique, je vous donne le RIC ! Avec 25% des citoyens européens, vous faites la loi, européenne ! »

                              Tout les camarades applaudissent des deux mains et partent préparer des pétitions. Tous les patriotes font exploser des trucs et assassinent des gents. Tout les abstentionniste qui on laissé moite moite EM-RN aller la haut hurlent de rire.

                              Contact perdu.


                              • Aurélien C 28 janvier 18:37

                                Je ne suis pas économiste, mais ils ont tous l’air d’être d’accord sur le fait que le principe d’ Alban Phillips

                                reste valide (même si pas toujours vérifié) : établissant que les courbes du chaumage et de l’inflation sont inverses.

                                Un frexit engendrerait automatiquement une dévaluation et une forte inflation, on peut espérer une forte diminution du chômage, par contre attention à toutes les épargnes fiduciaires (en monnaie) qui perdraient toute leur valeur. De même il y aurait un risque de flambée de l’immobilier.

                                Il faudrait bien préparer le peuple a ça avant que ne ça arrive : soit en investissant dans des valeurs refuge soit en investissant dans l’économie et l’actif (generant de l’emploi)

                                une vidéo très longue mais hyper instructive

                                https://www.youtube.com/watch?v=OoJ2fCJxAyw


                                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 19:45

                                  @Aurélien C
                                  L’exemple de l’Angleterre est à méditer. Cela fait bientôt deux ans que la décision de sortie est annoncée. Si cela devait amener une perte de valeur des épargnes fiduciaires ou une flambée de l’immobilier, ce serait déjà fait. En fait la transition entre la préparation de la sortie et la sortie proprement dite ne changera rien de ce point de vue. Il y a eu effectivement une dévaluation de la livre et cela leur a été bénéfique. Ils ont beaucoup moins de chômage que nous et ils ont eu une reprise de l’activité économique. Tous les indicateurs sont meilleurs pour eux que pour nous.


                                • McGurk McGurk 28 janvier 20:02

                                  @Jean Dugenêt

                                  Le « beaucoup moins de chômage que nous » leur coûte excessivement cher...


                                • maQiavel maQiavel 28 janvier 19:38

                                  La question a été posée à plusieurs reprises mais je ne vois pas de réponses claires de l’auteur. Donc je la repose : comment obtenir le Frexit sans RIC ?

                                  J’espère que la réponse ne sera pas quelque chose comme « il faut voter pour tel ou tel autre parti ou homme politique ».

                                  Car ceux qui réclament le RIC ont déjà compris que le système éléctoraliste actuel est une arnaque et qu’un Frexit est impossible à obtenir par l’élection, d’où la nécessité de changer les institutions.

                                  Donc : comment obtenir le Frexit sans RIC ?


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 19:52

                                    @maQiavel
                                    Il y a plusieurs solutions notamment celle des anglais.
                                    Mais, d’une manière très générale, le fait d’avancer des revendications de préfigure pas nécessairement qu’on sache comment on les obtiendra. Je reviendrai sur cette question. Mais, en deux mots : Nous pouvons faire toutes les analyses les plus fines possibles mais nous ne serons jamais devins. Je ne sais pas prédire l’avenir.


                                  • McGurk McGurk 28 janvier 20:05

                                    @maQiavel

                                    Entourer Matignon, l’AS et L’Elysée de groupes de dizaines de milliers de manifestants arnachés de masques à gaz, boucliers et provision pour demander la démission du gouvernement.

                                    Deux semaines et soit on a un bain de sang, soit la démission tout court. Et là, pas besoin d’ « autorisation » de manifester. Y aller franco.


                                  • Attila Attila 28 janvier 20:53

                                    @maQiavel
                                    "Car ceux qui réclament le RIC ont déjà compris que le système éléctoraliste actuel est une arnaque et qu’un Frexit est impossible à obtenir par l’élection "
                                    Avez-vous déjà mis les pieds dans un bureau de vote ? On prends des bulletins, une enveloppe, on va dans l’isoloir, on tire le rideau et on met le bulletin de son choix dans l’enveloppe. Ensuite, on passe devant le bureau et on met l’enveloppe dans l’urne.
                                    Dans l’isoloir le rideau tiré, personne ne nous empêche de mettre dans l’enveloppe le bulletin que nous voulons et personne ne nous oblige à mettre un bulletin que nous ne voulons pas.
                                    Nous mettons le bulletin que nous voulons, nous sommes donc entièrement responsables de notre vote.
                                    .
                                    Nous sommes une minorité a avoir voté en 2017 pour un candidat qui proposait le Référendum d’Initiative Populaire, le Référendum Révocatoire et la sortie de l’Union Européenne. Si une majorité d’électeurs avait fait comme nous, nous aurions déjà les Référendum d’Initiative Populaire et Révocatoire depuis un an et nous serions à quelques mois de la sortie de l’Union Européenne.
                                    C’est la majorité des électeurs qui est responsable de la situation actuelle !

                                    .


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 janvier 21:07

                                    @maQiavel
                                    Je peux d’ailleurs retourner la question : Comment obtenir le RIC sans le Frexit ? Je répète que je ne sais pas comment l’un et l’autre s’obtiendront. Le changement des institutions sera de mon point de vue plutôt une conséquence mais cela ne préfigure en rien de ce que sera l’ordre chronologique. Si « le système électoraliste actuel est une arnaque » il ne fonctionne ni mieux ni moins bien pour voter en faveur du RIC ou du Frexit. Assurément ceux qui réclament le Frexit ont bien compris que ce système est pourri. Je suis désolé de ne pas pouvoir faire d’autre réponse à la question « Comment obtenir le Frexit sans RIC ». Réponse : de la même façon qu’on obtiendrait le RIC sans Frexit.


                                  • maQiavel maQiavel 29 janvier 00:22

                                    @Jean Dugenêt
                                    Les anglais en sont sorti par référendum. 
                                    Jamais nos gouvernants n’organiseront un référendum pour la sortie de l’UE. La seule condition pour qu’un référendum sur la sortie de l’UE ait lieu , ce serait qu’il soit d’initiative populaire. 
                                    On en revient donc à cette logique : le RIC avant le Frexit  !


                                  • maQiavel maQiavel 29 janvier 00:35

                                    @Jean Dugenêt

                                    Le changement des institutions sera de mon point de vue plutôt une conséquence

                                    ------>C’est tout le problème et cela a une conséquence directe sur l’ordre chronologique de ce qui doit être obtenu en premier. Pour ceux qui réclament le RIC , dans notre cadre institutionnel actuel , le système électoraliste ne vaut rien. Donc aucun moyen d’obtenir le Frexit. Il faut donc d’abord modifier ce cadre institutionnel et le RIC est le meilleur des outils pour ce faire.

                                    Si « le système électoraliste actuel est une arnaque » il ne fonctionne ni mieux ni moins bien pour voter en faveur du RIC ou du Frexit.

                                    ------> C’est précisément là la différence entre les deux : le RIC est une modification institutionnelle. Avec le RIC, on élit pas , on vote directement pour des mesures dans des conditions médiatiques acceptables pour éclairer la population. Le RIC permet de contourner le système électoraliste.

                                     

                                    Je peux d’ailleurs retourner la question : Comment obtenir le RIC sans le Frexit ?

                                    ------> Par le rapport de force et l’insurrection populaire. Il n’y a pas d’autres options.

                                    Vous allez me répondre : « mais nous pourrions aussi obtenir le Frexit par cette façon ».

                                    Et je vous répondrai que le RIC est beaucoup plus fédérateur puisque 80 % de la population est en sa faveur, ce qui n’est pas le cas du Frexit qui fait peur et qui nécessite des débats organisés dans de bonnes conditions ( donc pas dans l’environnement médiatique actuel ).

                                    C’est juste une question de pragmatisme : le RIC est plus populaire que le Frexit , il est donc plus fédérateur pour une insurrection.


                                  • maQiavel maQiavel 29 janvier 00:38

                                    @McGurk
                                    Je suis bien d’accord sur le principe. 
                                    Mais pour fédérer autant de personnes , il faut une revendication fédératrice. Et le Frexit ne l’est pas , il est clivant , il fait peur à beaucoup de monde. Le RIC , 80 % de la population y est favorable. D’un point de vue tactique , pour s’insurger le RIC est bien plus efficace. 


                                  • maQiavel maQiavel 29 janvier 00:42

                                    @Attila
                                    Vous ne vous posez pas la question de pourquoi votre candidat a fait un score en dessous du 1 % ? 
                                    Dans mon entourage , on le confondait avec Cheminade. Mais personne ne confondait Macron avec Fillon. Comment expliquez vous cela ? 
                                    Tant que vous n’aurez pas les réponses adéquates à ces questions , vous ne comprendrez pas pourquoi , dans notre système électoraliste actuel , votre candidat n’a aucune chance de gagner quoi que ce soit. 


                                  • McGurk McGurk 29 janvier 02:31

                                    @maQiavel

                                    Justement, ces deux revendications ont une faiblesse de taille.

                                    1/ On a jamais pensé (je dirais plutôt « voulu penser ») à l’ « après », càd préparer toutes ces mesures pour que le jour J on ne se fasse pas piéger comme des cons et que les entreprises (pour le « Frexit »), voyant le vent tourner, plieront bagage (avec toutes les conséquences).

                                    On le veut « tout de suite » et pi c’est marre. C’est l’hypocrisie à la française, vouloir tout et puis le reste « on verra bien ».

                                    2/ Le RIC est sur le même principe. Troisième/quatrième voie ? Bah non, pourquoi penser lorsqu’on peut choisir soit l’extrême soit...l’extrême...

                                    On s’interdit même (surtout ici) de réfléchir aux très mauvaises conséquences de cette chose qu’on « veut ». Ce que nous souhaitons est à portée de mains, il est inutile d’introduire un truc aussi dangereux.

                                    3/ Certains disent « ouais mais si le gouvernement tombe...et après ? ».

                                    Dans de nombreux pays, on appelle ça un « gouvernement d’unité nationale ».

                                    En France, on pourrait rapprocher ça du Front populaire et des réformes qu’on essaye de détruire depuis des décennies.


                                  • Attila Attila 29 janvier 07:40

                                    @maQiavel

                                    Sur l’accès à l’information pour tous :
                                    Au siècle dernier, j’étais responsable associatif. A ce titre, j’ai dû rechercher des informations sur certains aspects du fonctionnement de l’État, de l’Administration, de la classe politique, des médias et sur l’émergence de nouveaux courants d’opinion dans la société.
                                    Il fallait guetter des articles de journaux et passer chaque semaine chez le marchand de journaux, chercher des revues spécialisées, trouver et acheter des livres. Les lire et noter des références d’autres livres pouvant m’éclairer sur le sujet.
                                    C’étaient des mois de recherche : la galère !
                                    .
                                    Aujourd’hui, il suffit de poser son cul devant l’ordinateur et, en à peine une heure de recherche, on a les grandes lignes de la réponse à sa question. La politique qu’allait mener Macron une fois élu a fait l’objet de nombreux articles largement diffusés.

                                    Nous sommes une minorité à nous informer. Pourtant, nous ne disposons pas de plus de temps libre que les autres, nous n’avons pas plus d’argent que les autres, nous n’avons pas plus de diplômes que les autres et nous ne sommes même pas plus intelligents que les autres.

                                    .

                                    Si les électeurs refusent de faire un travail minimum d’information, c’est leur responsabilité.

                                    .



                                  • maQiavel maQiavel 29 janvier 10:12

                                    @McGurk

                                    Pour ce qui est du RIC, le but d’une insurrection ne serait pas de prendre le pouvoir justement mais de contraindre la classe dirigeante en place à l’accepter. Donc la question du vide du pouvoir ou de l’après ne se pose pas , le résultat serait une réforme institutionnelle et non une révolution. 


                                  • maQiavel maQiavel 29 janvier 10:22

                                    @Attila

                                    Si les électeurs refusent de faire un travail minimum d’information, c’est leur responsabilité.

                                    Je suis d’accord avec vous. Mais s’arrêter là est insuffisant. Il existe aussi tout un contexte, celui du système électoraliste, qui ne pousse pas à faire un travail minimum d’information. Dans notre système institutionnel, on ne vote pas pour un programme mais pour un individu. D’ailleurs, les programmes sont anecdotiques, celui qui est élu n’a aucune obligation de respecter son programme. Donc à quoi bon passer des plombes là-dessus ?

                                    Dans notre système institutionnel, on vote pour un individu. On décide de faire confiance à quelqu’un qu’on ne connait pas personnellement, c’est donc un choix très intuitif qui est majoritairement influencé par le canal médiatique.


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 11:09

                                    @maQiavel
                                    Vous posez assurément les bonnes questions. Puisque j’ai parlé de priorité, vous en déduisez logiquement qu’il est question d’ordre chronologique. Or, ce n’était pas l’objet de mon propos. Je voulais seulement montrer qu’un RIC sans Frexit serait inopérant de même qu’une Assemblée Constituante.

                                    Vous ne semblez pas contester mes arguments. Vous cherchez seulement, à partir de là, à définir un ordre chronologique. Dans mes premières réponses, j’ai seulement voulu montrer que, sur le principe, il n’y a pas plus et pas moins de raison d’aller dans l’ordre Frexit => RIC que dans l’ordre RIC => Frexit. Vous en venez d’ailleurs à poser le problème du changement des institutions. Vous avez encore raison. C’est la question de la mise en place d’un gouvernement des travailleurs qui est posée. C’est aussi la question de la révolution.
                                    Cependant, sur cette question, il est inutile de se perdre en conjectures. Il est impossible de prévoir quelles seront les étapes concrètes de la mobilisation.
                                    Voici ce que j’ai répondu à ce sujet dans la discussion de mon article précédent :

                                    "Je ne sais pas dans quel ordre les choses se feront car tous les combats sont intimement liés. Une sortie de l’UE serait un pas de plus dans une situation déjà révolutionnaire et qui, du coup, viendrait secouer toute l’Europe mais il est aussi possible que la lutte actuelle avec les gilets jaunes et les grèves déjà annoncées au cours du mois débouche sur... (peut être) une grève générale. Il est possible aussi que Macron soit poussé dehors (démission ou procédure de destitution)... Il est possible encore que face à une montée violente de la lutte des classes Macron (poussé par l’oligarchie des milliardaires) tente un coup de force avec l’article 16 et l’intervention de l’armée... Bref, une révolution pourrait se mettre en branle avant une sortie de l’UE.

                                    Ce dont je suis certain, je me répète encore, c’est qu’il est urgent de regrouper une avant garde du mouvement ouvrier et cela ne peut pas se faire avec des tiède-mous sur la question de l’Europe. Il faut le Frexit."

                                    Je peux au besoin revenir sur ces questions en commençant par préciser ce que j’appelle une situation révolutionnaire.


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 12:12

                                    @Attila
                                    "Nous mettons le bulletin que nous voulons, nous sommes donc entièrement responsables de notre vote.
                                    (...)
                                    C’est la majorité des électeurs qui est responsable de la situation actuelle !

                                    « 

                                    Ce n’est pas si simple. Je vous renvoie à mon article : »Pourquoi ont-ils voté pour Macron"

                                    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pourquoi-ont-ils-vote-pour-macron-202784


                                  • Attila Attila 29 janvier 18:06

                                    @Jean Dugenêt, maQiavel,
                                    Vous connaissez la situation aussi bien que moi, sinon mieux :
                                    1 Les médias sous contrôle des puissance de l’argent :
                                     . . . font une propagande massive pour leur candidat,
                                     . . . cachent et dénigrent les opposants, surtout les petits candidats qui ne vont pas « à la soupe ».

                                    2 Les « petits candidats » n’ont pas de grands moyens pour se faire connaître
                                    .
                                    Si les électeurs ne prennent pas en majorité l’initiative de s’informer sur la réalité des grandes questions économiques, le fonctionnement des institutions, la propriété des médias et où trouver de l’information fiable, etc, je ne vois pas de solution actuellement : nous sommes condamnés à subir la destruction programmée de la France, de son économie, de son modèle social, de ses valeurs.
                                    .
                                    J’en suis arrivé à la conclusion que la bataille la plus importante maintenant est la bataille de l’information : quelle action forte pourrait-on entreprendre pour inciter les citoyens à s’informer ?

                                    .
                                     


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 19:14

                                    @Attila
                                    Bonjour,

                                    Je suis d’accord sur le fait que la revendication d’une réforme de l’ensemble su système médiatique est de première importance et qu’elle n’est peut être pas mise assez en avant y compris dans mon organisation qui est l’UPR.

                                    Par ordre d’importance, je la place en troisième immédiatement après le Frexit et le RIC.

                                    Je précise car j’en ai beaucoup discuter ici même avec d’autres intervenants qu’un ordre d’importance n’est pas nécessairement l’ordre chronologique dans lequel il faut arracher ces revendications.

                                    Il faudrait d’ailleurs élaborer les grandes lignes d’une telle réforme.

                                    Merci de votre participation.


                                  • Attila Attila 29 janvier 21:58

                                    @Jean Dugenêt
                                    Je comprend que l’UPR soit limitée dans les actions qu’elle voudrait entreprendre contre les méfaits des médias. L’UPR est un mouvement politique qui présente des candidats aux élections. Elle sollicite le passage dans les médias pour se faire connaître des électeurs, elle ne peut donc pas franchir certaines limites dans la critique.
                                    Je pense qu’il manque un mouvement civique agissant pour l’information des citoyens qui, ne présentant pas de candidats aux élection, serait libre de critiquer et d’agir plus fermement.

                                    .


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 30 janvier 15:46

                                    @Attila
                                    Je n’ai rien contre votre proposition bien que je voie pas comment la mettre en œuvre. Mais, à mon avis, la priorité n’est pas là. Nous sommes dans une situation révolutionnaire dont l’issue est incertaine. Je pense qu’il manque une avant garde au mouvement ouvrier pour faire face à toutes les situations qui peuvent se présenter. Une avant garde qui disent la vérité en toutes circonstances et soit en mesure d’indiquer la voie à suivre à l’ensemble des exploités en donnant les bons mots d’ordre transitoires. C’est cette tâche qui est, de mon point de vue prioritaire. Je vais donc essayer d’expliquer tout cela mais ça demande de la réflexion et je souhaite que nous nous mettions à plusieurs pour réfléchir et discuter de cette question. J’ai essayé ici de montrer que la perspective du Frexit est la première à mettre en avant. Une avant garde ne peut ressortir que de ceux qui en sont convaincus. C’est pourquoi je pense que cette avant garde doit se former au sein de l’UPR.


                                  • Lucarn 29 janvier 01:19

                                    théo

                                    Bonjour,

                                    Effectivement la logique du RIC serait que la France n’appartienne plus à aucune organisation internationale de manière à ce que le peuple refonde l’Etat à sa sauce par la démocratie directe.

                                    Mais cela ne se peut ni dans la théorie ni dans la pratique. Il n’y a que par le RIC ou un gouvernement démocratiquement élu pour se retirer de toutes les instances internationales. Encore faudrait-il pouvoir le faire sur une période relativement courte de manière à ce que le pays ne sombre pas dans la désorganisation complète.

                                    Comme je l’ai lu dans les autres commentaires, le plus simple (mais c’est pas gagné) est d’avoir le RIC intégral, puis de demander un référendum sur le maintien ou non dans l’UE. Puis, après, on passe tous les traités internationaux à la moulinette du référendum. Logique.

                                    N’en demeure pas moins qu’il y a une chose à laquelle il faudrait pouvoir se passer : l’Union européenne. Et une chose qu’il faudrait assumer totalement : l’anarchisme. 

                                    Je rappelle que l’Union européenne a été créée avec l’objectif d’en finir avec les guerres sur l’espace européen, notamment entre les français, les allemands et les anglais. Force est de constater que nous vivons la plus longue période de paix

                                    que nous n’ayons jamais connue entre ces trois pays. Du reste tous les pays membres n’ont pas eu à souffrir de guerre sur leur sol à partir du moment où ils ont fait partie de l’UE. Passer au frexit, c’est revenir à ces dangers. Du reste l’Europe des nationalistes nous fera revenir aux dernières périodes d’avant-guerre.

                                    En ce qui concerne l’anarchisme, « L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre. » en disait Élisée Reclus. Cela veut dire que le peuple est prêt, individu par individu, à participer à cette plus haute expression de l’ordre. Ce qui suppose une conscience très éclairée des réalités, contraintes et libertés qu’offre cette organisation dans laquelle chacun s’investit pleinement. Pour moi, nous en sommes très loin. Moi-même qui aspire à ne pas avoir de chef, ne peut prétendre être capable de vivre parfaitement cette haute expression de l’ordre.

                                    Ce qui veut dire que pour moi, l’UE n’est effectivement pas du tout satisfaisante et qu’il faut la réformer puisqu’elle est capable d’atteindre l’objectif premier, essentiel et inaccessible qu’est la paix. Il n’y a pas que les nationalistes qui peuvent changer l’UE. Ne leur laissons pas la casser et nous remettre sur les sentiers de la guerre.

                                    Cela veut dire aussi que je ne vois pas comment livrer un pays de 67 millions d’habitants à l’autogestion. Je ne crois pas capable une très grande majorité de gens vivre cette haute expression de l’ordre par eux-mêmes. Il nous faut donc un système de représentation qui se combine avec une démocratie participative. Et peut-être qu’un jour (fort lointain à mon avis) nous pourrons passer à une démocratie directe avec RIC intégral.


                                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 11:26

                                      @Lucarn
                                      Bonjour,
                                      Je me permets d’intervenir dans votre discussion car cela me fait toujours bondir quand j’entends dire que l’UE c’est la paix. Vous écrivez à ce sujet :

                                      "Je rappelle que l’Union européenne a été créée avec l’objectif d’en finir avec les guerres sur l’espace européen, notamment entre les français, les allemands et les anglais. Force est de constater que nous vivons la plus longue période de paix

                                      que nous n’ayons jamais connue entre ces trois pays. Du reste tous les pays membres n’ont pas eu à souffrir de guerre sur leur sol à partir du moment où ils ont fait partie de l’UE. Passer au frexit, c’est revenir à ces dangers. Du reste l’Europe des nationalistes nous fera revenir aux dernières périodes d’avant-guerre.« 

                                      Cette question revient épisodiquement. Je vais me contenter pour répondre de faire un copier-coller avec les arguments développés à l’occasion de mon article précédent par »cettegrenouilleci" et moi-même.

                                      =======================================================
                                      Astus 17 janvier 09:43. Réponse à l’article de Jean Dugenêt

                                      Vous écrivez :
                                      « le Frexit (sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN) est une condition indispensable pour que les revendications puissent aboutir »
                                      Or quand on voit comment toutes économies sont imbriquées les unes avec les autres et comment se passe le Brexit (!), on se dit que ceux qui défendent la séparation d’avec l’Europe, grâce à laquelle nous sommes en paix depuis plus de 70 ans, ce qui n’était jamais arrivé auparavant dans l’Histoire, on se dit que cette idéologie regroupe de dangereux irresponsables.
                                      En allant dans le sens de ce mythe il faudrait instituer alors l’indépendance totale de la Corse (avec l’île d’Aix), de la Bretagne, du pays Basque, de la Catalogne, et aussi de mon petit village natal afin de résoudre plus rapidement les problèmes des paradis fiscaux et de l’environnement...(rires)
                                      =====================================
                                      cettegrenouilleci 17 janvier 10:4. Réponse à Astus

                                      Bonjour Astus
                                      Il faut être amnésique, aveugle, irresponsable ou machiavélique pour prétendre que « nous sommes en paix depuis plus de soixante-dix ans grâce à l’Europe ».
                                      L’Union Européenne est un fauteur de guerre ; c’est un outil tourné contre les peuples, au service de l’oligarchie euro-atlantique et de sa politique guerrière qui alimente les profits juteux de ses affidés.
                                      L’UE, phagocytée par l’Otan, oblige les états qui s’y sont laissé enfermer à accroître considérablement leurs dépenses militaires pour préparer une nouvelle guerre contre la Russie.
                                      L’UE impose ses règles par la force aux peuples récalcitrants, se moquant de leur volonté exprimée par voix référendaire ou autre. Quand il est illusoire d’espérer obtenir un nouveau résultat conforme aux désidératas de l’oligarchie grâce à un enfumage médiatique adapté, en obligeant les peuples qui ont mal voté à se dédire et à se montrer plus «  raisonnables », elle achète les politiques comme elle l’a fait chez nous pour leur faire avaler le traité de Lisbonne qui torpille notre indépendance nationale et notre constitution (selon moi, un acte de haute trahison).
                                      Quand l’UE n’obtient pas ce qu’elle veut par l’enfumage des peuples, par la ruse et le mensonge, par la trahison organisée des élites dirigeantes, elle n’hésite pas à recourir à la force comme elle l’a fait avec ses alliés états-uniens contre la Yougoslavie, n’hésitant pas à bombarder et à détruire des cibles telles que les studios de la télévision serbe au matin du 23 avril 1999.
                                      C’est par la Force des armes que l’ex-Yougoslavie a été démembrée et le Kosovo détaché de la Serbie.
                                      L’UE a soutenu sans hésiter le coup d’état organisé par des forces nostalgiques de l’ordre nazi en Ukraine. Aujourd’hui, des millions d’euros, et plus, sont dépensés à l’insu de nos concitoyens, pour financer et organiser les actions guerrières et provocatrices du Régime de Porochenko en quête d’une guerre de reconquête du Donbass , de la république de Luhansk et même de la Russie.
                                      L’UE s’est appliquée à relayer toutes les opérations de propagande de l’impérialisme US pour vendre sa guerre de reconquête et de destruction du Proche Orient. Elle est directement impliquée dans les opérations militaires qui sont aujourd’hui encore organisées contre la Syrie , et ailleurs, avec la participation sur le terrain aux actions de guerre illégales d’unités militaires françaises et autres.
                                      Bref, l’Union Européenne, c’est la guerre contre les peuples, la destruction des nations, la récession économique, le démantèlement des outils industriels au nom de la concurrence libre et non faussée ; c’est aussi la misère des populations qui va avec, tout ça pour alimenter la course aux super-profits et augmenter le pactole insolent de l’Oligarchie qui pilote tout ce système en tirant les ficelles de l’UE, de la Commission Européenne.
                                      Si la France ne veut pas se laisser davantage entraîner dans le chaos économique et social et dans la guerre, elle doit de toute urgence sortir de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.
                                      Bonne journée à tous.
                                      =====================================
                                      Jean Dugenêt 17 janvier 11:32 . Réponse à Astus

                                      Même si vous le faites avec humour, quand vous parlez de faire des pays indépendants avec les régions, je crois que vous n’avez pas compris que cela est en fait complètement cohérent avec le projet européiste. Tout cela converge vers la destruction des nations.
                                      =====================================
                                      Jean Dugenêt 17 janvier 11:43. réponse à cettegrebnouilleci

                                      Bonjour,
                                      Merci pour cette utile mise au point. Le projet européiste nous emmène en effet vers des guerres. A ton énumération j’ajouterai le cas de la Grèce. Les européistes comme Tsipras (ami de JL Mélenchon) ont expliqué que c’étaient les allemands qui étaient responsables des malheurs des grecs. Cette politique pousse à la guerre même à l’intérieur de l’Europe. On trouve aussi de tels relents dans les discours de JL Mélenchon. Celui-ci explique que si l’UE va mal c’est à cause de Merkel et des allemands mais que si lui est élu à la tête de la France il y mettra bon ordre. Comment ? Il répond : « parce que la France est un grand pays ». Cela ne change rien au fait que les traités de l’UE ne peuvent pas être modifiés. Cependant cela pousse à la xénophobie entre allemands et français.
                                      ======================================


                                    • Panoramix Panoramix 29 janvier 10:49

                                      « je veux bien adopter en premier un RIC qui donnerait la garantie qu’on pourra immédiatement après voter pour le Frexit. »

                                      Sauf que majoritairement les Français sont favorable au principe du RIC, mais défavorables au Frexit. « Stratégiquement », il est donc pour votre courant politique plus constructif de « pousser » à la mise en place d’un RIC le plus large possible. Noter que dès lors que l’article 50 existe, il n’est pas inconstitutionnel qu’il y ait un referendum demandant son application.


                                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 11:39

                                        @Panoramix
                                        « Sauf que majoritairement les Français sont favorable au principe du RIC, mais défavorables au Frexit.  »

                                        D’où tenait vous l’affirmation que les français sont majoritairement défavorables au Frexit.

                                        Je rappelle qu’ils ont voté « non » majoritairement à l’Union Européenne en 2005.

                                        Je rappelle que Macron lui-même a dit que si on leur posait la question ils seraient contre l’UE.

                                        Je rappelle (je l’ai déjà écrit dans l’article) que Ségolène Royal qui dit qu’elle est favorable au RIC dit aussi qu’il ne faut surtout pas faire comme Cameron. Il ne faut surtout pas les faire voter pour le Frexit.

                                        Il faut surtout faire abstraction des organes d’intox comme la télé qui évidemment cherchent à faire croire le contraire et à diaboliser le Brexit, le Frexit...



                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 janvier 11:39

                                          Je ne discute pas à partir des citations de BHL. Il n’est rien et surtout pas philosophe. D’ailleurs il a été condamné pour « complicité de diffamation » ce qui est une sorte de diplôme d’anti-philosophie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès