• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Service public, traitement de l’information politique : Le pire (...)

Service public, traitement de l’information politique : Le pire n’a pas encore eu lieu ?

 

France TV, "Vous avez la parole du 24 /09/20" avec le premier ministre Jean Castex.

Un titre d’émission qui en vaut un autre même si au bout du compte on se demande qui a eu la parole, pour dire quoi, à qui, selon les questions que se posent les communicants et les publicitaires qui usent aussi quelquefois d'un langage d’archer en parlant de cibles. Vous savez, ces enfants spirituels (très) à peine relookés de la bonne vieille propagande.Je ne vous apprends rien à propos des cibles, il s’agit de nous le plus souvent. Même si c’est surtout notre amour-propre qui se sent blessé à cette évocation nous avons le dos qui se raidit quand on y pense par un réflexe difficilement contrôlable. N’en déplaise aux transhumanistes, nous n’échappons pas à notre condition humaine de primate évolué prêt à anticiper le danger ce qui nous a d’ailleurs plutôt réussi. Dommage que nous ne soyons pas munis des mêmes réflexes quand il s’agit de se préserver des émotions que l’on nous impose au vu des pièges si fréquents qui nous sont tendus. Que l’on ne s’y trompe pas, les deux officiants et maîtres de cérémonie de la soirée portaient bien le titre fort honorable de journaliste parce c’est à ce titre qu’ils sont payés tout simplement.

A écouter le billet politique de France Culture ce matin, il paraît qu’il y avait une intention de faire parler les français (lesquels ?), le terrain, les élus locaux et qu’il y a eu un peu de confusion et de règlement de compte. Il y a aurait eu des tirs croisés pas vraiment prévus ni contrôlés par les arbitres de la partie. Je ne sais pas pourquoi cette évocation me fait irrésistiblement penser à Saint-Sébastien. Un fond d’inquiétude et de méfiance entretenu dans les médias peut-être ? Le ministre de la justice a rappelé à un maire LR en veine de déclarations solennelles et prometteuses concernant la sécurité qu’il appartenait à une famille qui avait approuvé la suppression de 12000 postes dans les forces de sécurité à quelques temps des émeutes de 2005. Cette dernière précision faite en toute innocence est de moi, soyons honnête. Si le maire en question avait été un pigeon, on aurait vu des plumes voler. Le billettiste a oublié cependant de signaler l’exploit de la soirée pourtant pointé par le même ministre qui n’ayant pas ôté son masque pour ne rien dire a interpellé la journaliste concernée sur le procédé utilisé.

La thématique de la justice et de la sécurité était opportunément à l’honneur si j’ose dire. Le premier ministre a annoncé une progression de 8% de ce budget en rappelant notre retard phénoménal en comparaison de pays homologues et en signalant sans malice je pense que pendant 35 ans la résolution de ce retard avait été différée en rendant un hommage critique et involontaire aux politiques publiques qu'ils auraient fallu mener et non menées jusqu’ici auxquelles il avait participé (sécrétaire-adjoint de l’Elysée sous la présidence Sarkozy entre autres) comme son ministre Gérard Darmanin (RPR, UMP, député LR en 2012.)

Le témoignage d’une mère dont le fils (magnifique photo présentée) avait été poignardé en plein cœur, soyons précis tout comme les metteurs en scène de la séquence, à la sortie d’une boîte de nuit à Grenoble en 2018 dont l’affaire est encore en cours nous a-t-on précisé avait été mobilisé, en fait instrumentalisé pour servir d’introduction à la thématique. Cette dame a témoigné dignement et éperdument de sa douleur encore à vif, de sa colère impuissante comme nous le sommes tous dans ce type de circonstance, de son désarroi et son impatience devant le rythme de la justice, son incompréhension devant de tels événements en interpellant les pouvoirs publics et les dirigeants. Comment ne pas ressentir soi-même ces émotions et cette colère si âprement et sincèrement exprimées. L’impuissance de la compassion aussi devant ce qui est inacceptable et devant ce qui arrive pourtant qui ne deviendra moins douloureux que par le travail du temps, la justice rendue et les responsabilités établies. Le ministre de la justice a précisé que introduite comme cela toute réflexion de fond était différée et rendue impossible de par le procédé même. Personnellement, j’étais partagé entre la honte pour le service public de mon pays et la colère. J’avoue que écœuré, je ne suis pas allé jusqu’au bout de l’émission. Une question à nos titulaires de carte de presse, est-ce que vous auriez instrumentalisé de la même façon un membre de votre famille ou un proche plongé dans cette même situation ? Un sentiment de dépossession de mon pays et de sa santé morale m’a traversé.

Je suis sûr bien entendu que le consentement écrit a été recueilli et qu’un accompagnement psychologique a été proposé ce qui protège surtout les journalistes et l’institution. Reste le problème moral et la déontologie. Qu’est-ce qui se passe dans les médias pour qu’au cœur du service public nous en soyons rendus là ?

A quoi sommes-nous confrontés ? Un problème d’audience et de concurrence avec les moins disants et les plus spectaculaires ? Un problème de fascination par les méthodes observées Outre-Atlantique. Un problème d’ambitions personnelles et de recherche éperdue de notoriété ou d’influence ? Un problème de compétences ? Un problème de pilotage de l’information et ses modalités au niveau de la direction ? Va-t-on assister à une nouvelle escalade et contagion dans le genre ? Est-ce une transgression voulue des repères déontologiques ? Est-ce une prestation-témoin dans le cadre de la vaste mobilisation qui s’annonce à propos de la campagne présidentielle ? Une stratégie assumée du service public ? Est-ce que les personnels du service public et les citoyens de ce pays sont condamnés à subir ces personnes et ces méthodes ?

Notre pays n’a-t-il pas besoin de pacification, de clarté, de débats engagés mais loyaux et constructifs ou est-il déjà prévu de nous emmener dans les émotions de nouvelles montagnes russes qui éloigneront une fois de plus la majorité de nos concitoyens des urnes afin de résoudre plus facilement l’équation de la légalisation de l’élection d’une nouvelle minorité ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Étirév 26 septembre 10:04

    « La France a enregistré 16 096 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures. » dixit la Pravda, nom générique de tous les médias (même les pseudo subversifs comme le « Canard » ou « Médiapart » qui n’ont jamais rien fait évoluer hormis la colère des gens.
    Il est à parier que les cas de covid disparaitront comme par enchantement lorsque les meneurs occultes du jeu auront donner leur « feu-vert » à leurs larbins gouvernementaux que la situation est mure pour l’application du programme d’uniformisation totale et forcée de l’humanité ; un programme préparé de longue date par tous les médias (radio, tv, cinéma, etc.) a qui les masses ont confié l’intégralité de leur « temps de cerveau humain (mais plus pour très longtemps) disponible » et le font encore présentement, en toute inconscience.
    Le programme des réjouissances à venir si la Société se « Giletsjaune » rapidement :
    - Des moutons en uniformes- rayés - mais soulagés de ne plus porter de masque ;
    - Une école unique pour continuer d’apprendre obligatoirement l’histoire mensongère depuis le XXème siècle ; toute antériorité aura été détruite dans un immense autodafé ou supprimée numériquement le même jour et désigné comme l’unique jour férié annuel : il y aura donc un peu de « souplesse » dans ce nouveau monde ;
    - Une entreprise pour tous, une sorte d’immense « Amazon » qui s’appellera désormais « Dyonisos » pour célébrer ce nouveau règne de l’homme, mais pervers, en plus, celui-là ;
    - Une banque unique pour simplifier à la « world company » le traitement du revenu universel, c’est-à-dire le minimum vital ;
    - Un revenu universel, donc, qui plaira surement beaucoup à la multitude de feignasses heureuse de cette nouvelle dépendance ;
    - Une monnaie unique et virtuelle pour contrôler vos moindres dépenses ;
    - Une (mal)bouffe internationale uniformisée, déjà fort répandue, et appréciée par beaucoup comme les (mal)fringues d’ailleurs ;
    - Un clapier « standart » en guise de « couche » pour ne pas mourir de fatigue avant de retourner bosser, mais « chaleureusement » équipé avec le strict nécessaire, dont une TV pour continuer à vous abrutir et vous regarder quand vous dormez (un peu comme aujourd’hui quoi) ;
    - L’amour profane sera le seul rapport intime autorisé et quantifié entre les sexes, et dont l’unique but sera la reproduction et le controle du « mouton de panurge » en fonction des besoins. Néanmoins, le nervis de service, c’est-à-dire le dégénéré, qui aura bien fait son sale boulot, tel que celui qu’on voit déjà aujourd’hui faire des descentes « sanitaires » dans les bus par exemple, pour contrôler que chacun ait bien son « étoile jaune » sur la tronche, le « capo » disais-je pourra en fonction de ces « glorieux » flagrants délits obtenir les faveurs illimitées de « mis(e) à dispo » (volontaires ou pas ).
    - Enfin, l’anonymat humain sera intégral et planétaire. Il s’agit de cet anonymat qui existe déjà et qui s’appelle les « masses », tel un « blob » informe qui a tendance à se répandre à grande vitesse telle celle de cette fin de cycle. Sauf qu’aujourd’hui, le nivellement n’a pas encore atteint son maximum et laisse encore dépasser, au grand dam de nos maîtres et de leur agents, quelques types supèrieurs au-dessus de la médiocrité générale.
    Comme aurait dit Morpheus, voilà pour la pilule bleue.
    Par contre, avec la rouge, la « Pourpre », c’est direction le terrier avec le lapin, Alice et toutes les joies et les jolies couleurs qui vont avec.


    • Ausir 26 septembre 10:21

      L’intox ce n’est pas nouveau ,

      elle existe depuis des décennies , mais là elle c’est encore plus visible qu’ils essayent de faire prende des vessies pour des lanternes .

      et celà a plus de mal à passer pour beaucoup plus de gens qu’il y a 20 ou 30 ans .Peut-être même la majorité qui se réveille , et se voit de plus en plus en dictature sous couvert de république et des droits de l’homme .


      • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 11:05

        On constate malgré tout ce que Macron a dit pour se faire élire que ce gouvernement n’a pas encore trouvé la lampe d’Aladin .....


        • Bendidon Bendidon 26 septembre 11:19

          Bon mon com a été retiré ?

          Comme sur le service publique tout ce qui n’est pas pensée unique est censuré !

          Alors disons que l’image du personnage falot ne me plait pas (ressemble à hollandouile)

          SALUT smiley


          • fcpgismo fcpgismo 26 septembre 13:57

            Le service public c’est : Un cadavre à la renverse.


            • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 16:09

              il paraît qu’il y avait une intention de faire parler les français

              Interrogatoire musclé , il a ressorti gégène ....


              • I.A. 26 septembre 16:11

                Très à propos, cet article.

                Oui, les journalistes sont devenus de vulgaires vendeurs d’informations et de faits divers. Des marchands de poissons, en quelque sorte.

                Ils font de la surenchère médiatique, les émotions fortes sont donc à l’honneur : PEUR, LARMES (de compassion, tristesse ou joie), MORT. Manichéisme majoré par des plans habiles et une musique de circonstance, qui réduit l’être humain au plus simple, ce qui est aussi le plus facile à faire. Les journalistes ne font plus que de la caricature... C’est fini, le travail de fond !

                Cette grippe Covid qui n’en finit plus est de leur fait. Il n’y a pas plus de morts qu’avant. Il y a addition de tous les décès par pneumopathies d’origines variées, parce que la plupart des gens ont « joué le jeu », les guérisseurs les premiers, pour être enfin reconnus.

                Du pathos de mauvais goût.


                • JPCiron JPCiron 26 septembre 17:03

                  @I.A.

                  En effet, il y a beaucoup d’infos qui touchent l’émotionnel et le court terme.

                  Très peu sur les enjeux de long terme (et c’est toujours biaisé).

                  En tout cas, toujours alignés sur les Maîtres... même si on aboie un peu pour se donner une image d’indépendance... mais sans jamais mordre.
                  .


                • bebert bebert 26 septembre 17:45

                  Notre pays se rapproche de plus en plus de la dictature la liberté d’expression n’existe plus l’immonde veille à coups de subventions voir ce humble lien :

                  http://avancerquandmeme.centerblog.net/


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 septembre 19:04

                    Les journalistes et l’ensemble des médias sont LE VÉRITABLE FLÉAU DE L’HUMANITÉ D’AUJOURD’HUI !

                     « Ici » ou « ailleurs » ou nulle part ailleurs... Un journaliste reste un journaliste :

                    Les peuples doivent se secouer afin de sortir de leur condition de somnambules !

                    https://web.facebook.com/notes/mohammed-madjour/les-journaux-ninforment-pas-/5172225236136181/


                    • kirios 27 septembre 08:52

                      Octave Lebel : si ce n’est pour écrire cet article -que j’apprécie-, pourquoi écouter des malhonnêtes , des menteurs professionnels  ?

                      ne serait il pas préférable de boycotter les informations et les émissions politiques ?

                      je le fais depuis quelques temps, l’information me parvient quand même ... et j’ai moins de crampes à l’estomac

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité