• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Stasi, Savak, PJ.... ?

Stasi, Savak, PJ.... ?

Fier était l’occident conquérant lorsque disparaissaient les derniers signes du pouvoir totalitaire de RDA ; au détour d’une fin de siècle essoufflée, les grands pouvoirs tyranniques s’éteignaient peu à peu, entraînant dans leur destin les fort symboliques polices politiques, Stasi, Savak, Securitate etc.

Pourtant de ci de là, quelques résurgences rappellent à nos bons souvenirs les méthodes tant décriées alors par nos Enarques ataviques. Nous n’irons pas jusqu’à soutenir que la police Française ait une quelconque ressemblance avec ces organes politiques d’un autre âge, mais certains évènements récents tendraient à nous y conduire sérieusement.

Le trait d’humour d’un prof de philo, un panonceau lors d’une manifestation, une bousculade sur un quai de gare, une militante en garde à vue pour ses idées, un épicier incarcéré sans preuve, deux bambins accusés et embarqués, sont des incidents qui ne peuvent que nous interpeller sur l’état de notre démocratie, et comme support cette police qui agit dans l’urgence inique. A l’outrage présumé, le pouvoir répond par l’outrance, la police devient le garant non plus de la sécurité des citoyens mais du temple exécutif, la recherche de la vérité se transforme peu à peu en présomption de culpabilité et l’objectivité, âme d’une police citoyenne, fait place à l’objectif sécuritaire et pécuniaire.

Nous sommes passés en quelques mois d’un état de sécurité publique au paradigme populiste de sûreté nationale. Terrorisme fantasmé mutant, au fil des contingences, en terrorisme d’état, nos hommes en bleus, hier, arbitres d’une justice républicaine, glissent inexorablement vers l’arbitraire du chiffre et de l’action d’éclat immédiate.

Mais au delà de ce phénomène dramatique pour nos libertés fondamentales, l’absence coupable de réaction de l’ensemble des intervenants sociaux, humanitaires syndicaux ou politiques interroge sur la situation de notre pays face au contrat social républicain. Nous pouvons nous demander si une société dont les vertèbres sont le droit et la justice peut encore exister quand ses piliers sont inéluctablement malmenés, quand ceux là même qui se doivent de nous protéger entretiennent abusivement le cercle vicieux provocation-répression en toute impunité.

Y a-t-il une seule justification qui agréerait à l’interpellation sans motif, pis, la suspicion doit elle engendrer systématiquement l’interpellation transformant la présomption d’innocence en culpabilité probante. Les lois récentes niant les principes démocratiques semblent aller dans le sens du renversement de la charge de la preuve et vers la policiarisation systémique. Ici entrent en ligne de compte la faiblesse des contre pouvoirs, l’aliénation des médias et la mansuétude des partis d’opposition, le gouffre qui s’ouvre est sans fond qui tolèrent, acceptent puis entérinent chaque errement nous menant insidieusement vers un despotisme inexorable.

Si un sursaut démocratique doit apparaître, aujourd’hui, il ne peut venir que d’un rejet profond de cette méthodologie qu’une police intègre ne peut supporter, des partis d’opposition résolus à épurer la compromission, d’une presse volontariste capable de réintégrer une éthique indispensable. C’est de l’apathie générale que le pouvoir immodéré se nourrit, investissant tous les rouages sociétaux à ses fins ambitieuses, la concupiscence de celui-ci ne se repaît que dans la confusion entre gouvernement et état, entre services publics et intérêts privés.

JPEG - 40.3 ko

La limite du supportable n’est-elle pas atteinte lorsqu’un fonctionnaire de police justifie l’arrestation d’un enfant de six ans, lorsque certains quidams encouragent ce comportement ? Devons-nous, au mépris de l’essence de notre nation, entériner la perversion d’un système déviant ? Avons-nous le droit de brader notre liberté, l’avenir de nos enfants sur l’autel de la sécurité illusoire ?

Les enjeux démocratiques sont patents et cruciaux au fur et à mesure que se dissolvent la déontologie et la philosophie des principes républicains, rappelons-nous encore qu’il est un devoir constitutionnel que de se révolter contre un pouvoir inique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 26 mai 2009 10:57

    La liste des « dérapages » policiers de ces derniers mois s’allonge, mais l’erreur serait de penser que ceux ci sont accidentels et sans lien entre eux. Ils font partie d’une politique délibérée.

    Au travers, notamment du maintien en détention de J.Coupat, de la mise en cause judiciaire d’actions syndicales, d’autres actions policières ou judiciaires, le pouvoir est en train de criminaliser tout acte de contestation ou d’opposition.

    Ainsi on devrait considérer, aujourd’hui, le PDG qui licencie 500 personnes, juste pour améliorer ses profits et faire monter ses cours en bourse, comme un « gestionnaire avisé », alors que les salariés qui protestent contre leur licenciement et leur entrée dans la précarité sont criminalisés,sinon catalogués « terroristes » à la moindre action contre leur ex-employeur.

    Qui peut encore prétendre que notre système judiciaire est juste ? C’est à dire qu’il considère équitablement les actes, quel que soit la place dans la société de la personne mise en cause ? Non, tous les moyens policiers et judiciaires actuels visent à MAINTENIR « L’ORDRE ETABLI », ou comme disait Monsieur de Lafontaine,« Selon que tu seras puissant ou misérable... ».

    Nos « élites » n’ont plus pour but actuellement que de conserver leur privilèges et leur position. Pour cela, ils doivent « maintenir le couvercle sur la marmitte » .

    Excellente analyse de F.Leclerc  ici


    • abdelkader17 26 mai 2009 12:51

      @hubert
      tu oublies l’entité sioniste dans ton descriptif.


    • abdelkader17 26 mai 2009 16:04

      israel=sionisme=idéologie coloniale et raciste=extrémisme=violence et dépossession.


    • Emile Red Emile Red 26 mai 2009 17:52

      Jacob, tu veux nous faire croire que le pouvoir Israëlien est moins violent que ses voisins ?

      Que l’armée et la police de Tel Aviv agissent avec sérénité et mesure ?

      Enfin voyons, un peu de retenue et puis ce n’est pas le sujet ici...


    • Emile Red Emile Red 26 mai 2009 18:03

      Tu as des joues Jacob, qui a encore mis sur la table l’Islam et tutti sinon toi comme d’hab, je te l’ai déjà dit, à ce point d’obsession c’est pathologique.


    • LE CHAT LE CHAT 26 mai 2009 12:57



      mais en fait


      • brieli67 26 mai 2009 13:52

        En 2008,
        577 816 personnes, résidantes en France et âgées de plus de 13 ans, ont ainsi entendu un officier de police judiciaire leur notifier leurs droits :

         
        « Vous êtes en garde à vue. Vous pouvez appeler un membre de votre famille et demander à voir un avocat. »
         Le nombre des gardés à vue ne cesse de croître. Il a enregistré une hausse de près de 55 % en huit ans.
        Au cours des douze derniers mois, c’est 1 % de la population qui a été placée sous ce régime de contrainte, pour lequel les policiers répondent d’objectifs de performance chiffrés.

        Qu’on se le dise !

        Au sommet de l’Otan à Strasbourg, j’ai eu 27 controles d’idendité, 10 PV de stationnements, 3 « fous-rières, une frontière complètement bloquée pendant 3 semaines en désaccord de Schengen, mes paquets- »Poste« éventrés , des rondes de véhicules banalisés ou non tous les quart d’heure pendant les six jours, 3 terrains en bordure de la Nationale et 4 des départementales alors qu’ils étaient préparés pour être emblavés en maïs matraqués sans demande d’autorisation par véhicules officiels ou non petits et grands, sur la colline un lopin AOC qui devait ce week-end être planté de jeunes vignes se dressait quatre batteries ultra sophistiquée, tiré au sort sur la liste de l’Ordre ès qualité de médecin d’urgence par la Préfecture consigné d’astreinte résidence at home pendant 13 jours
        le vacarme nuit et jour des pales d’hélico-stationnaire 9 jours à 2oo m du domicile,
        pendant deux mois de nouveau le village était sur le cône de l’Aéroport International de Strasbourg-Entzheim au traffic marchand et lourd décuplé.

        atmo atmosphères
        http://www.youtube.com/watch?v=yDYC0UMQaRo

        Un reportage
        http://www.discordance.fr/Sommet-de-l-OTAN-Entre-parade-et,1078.html

        des Vidéos

        pour se mettre dans le bain »média« 
        station à essence et »bureau des Douanes" des bâtiments-verrues désaffectées depuis des années
        l’Ilot Pharmacie dans la Nationale contrat de bail non renouvelé, l’apothicaire a rangé/dégagé le max de son bouiboui les heures avant la cavalcade ....
        Gros projets immobiliers prévus et confirmés après-coups dans le secteur portuaire de Strasbourg
        http://www.youtube.com/watch?v=AFRrt_DvH70

        le caillassage mode crs
        http://www.youtube.com/watch?v=1UIEYkTWf80
        http://www.youtube.com/watch?v=pOkF9yvXcrg
        la sale petite rapporteuse Madame l’Adjointe de Strasbourg en bizz-bizz avec le sous-préfet énarque de la place
        - il va s’en dire aucun dépôt de plaintes de la Dame Verte !!

        Version Courre
        Départ et les derniers 2o m de retour à son hotel Sofitel
        http://www.dailymotion.com/relevance/search/jogging/video/x7btyy_jogging_sp ort

        euh... PARDON..
        http://www.dailymotion.com/video/x8v6ft_sarkozy-fait-son-jogging-a-strasbou_news
        Dans une ville déserte en état de siège, appréciez la dé/marche/course gracile et légère du Premier Con-sul d’entre nous

        TOUTES ET TOUS AUX URNES LE 7 JUIN !

        Merci


        • viking 26 mai 2009 19:26

          Une vraie gazelle ce Sarkozy. Heureusement qu’il n’y avait pas un lion à courir après lui dans un moment pareil car ayant vu son essoufflement, j’aurais craint qu’il eût été mort asphyxié avant la fin du sommet de l’autant en emporte le ventripotent. 

          Fermez le pet …. Euh non le ban.



        • Emile Red Emile Red 26 mai 2009 17:48

          Encore ce matin, dans le canard local :

          Un policier convaincu de coups et blessures lors d’un contrôle, une collègue témoigne de l’acte de violence, résultat 2 mois avec surcis pour le flic indigne.

          Quelques pages plus loin, sortie d’une boîte, gros contingent casqué, excitations et provocations des nuiteux, l’un d’eux balance une canette, résultat 3 mois fermes.

          On appelle ça de la justice.

          Que la police soit protégée semble normal, mais quand celle ci dérape elle doit être punie d’autant plus, son uniforme et son assermentation doivent restés immaculés si elle veut obtenir le respect de la population.
          La plupart des problèmes liés aux interventions policières vient de la disproportion appliquée : 6 flics pour deux mômes de 6 et 10 ans, ce n’est ni plus ni moins que de la folie pure.


          • Emile Red Emile Red 26 mai 2009 18:17

            Ne faut-il pas se poser la question pourquoi les conditions se délitent ?
            La police n’a-t-elle aucune responsabilité dans tout celà ?
            Alors pourquoi a-t-elle accepté de concourir à la destruction de la police de proximité ou des ilôtiers ?

            Elle serait donc muette ?

            Et pour ta gouverne, tous les citoyens sont égaux devant la loi et ont donc le droit de porter plainte pour acte incivil ou violence commis par quiconque, police ou civil.

            C’est étrange comme tu parles des racailles voyous mais pas des politiciens ou des chefs d’entreprises bien plus dangereux pour l’équilibre social et sécure.
            Un patron peut couler une boîte, foutre 1000 personnes sur la paille, on lui fournit en prime les forces de l’ordre pour l’aider au nettoyage.
            Un politicard peut trafiquer les comptes, trafiquer les votes, se servir dans la caisse, mais quand il va se balader avec bobonne il a droit à protection en force et quand il passe au tribunal a droit à tous les égards et n’est pour la plupart du temps même pas déchu de ses droits civiques et peut briguer in peto un nouveau mandat qui lui sierait.
            Et quand ils sont punis tous ces marlous du porte-feuille, ils ont droit aux cellules VIP avec les avantages y aferrant, pas les prisons du commun à 4 par cellules dans 6 m2.

            Et bien sûr c’est cela que tu défends Jacob les privilèges qu’on a pourtant guillotinés il y a deux siècles...


          • abdelkader17 26 mai 2009 18:39

            @Hubert
            les racailles en ont marre de l’arbitraire et des contrôles répétés, la police n’est pas une institution au dessus des lois, la violence dont cette corporation use et abuse finit fatalement par se retourner contre ceux qui l’utilisent.


          • abdelkader17 26 mai 2009 18:31

            @Hubert
            déchéance de la nationalité Française pour les bi nationaux qui intègre une armée d’occupation d’une nation étrangère comme Shalit, klarsferld et toute la clique.
            La police républicaine, n’a de républicaine que le nom, agent chiens de garde du capitalisme,
            ces individus n’ont d’autre fonction que la sauvegarde de l’ordre des dominants


          • abdelkader17 26 mai 2009 18:41

            @Hubert
            soi en accord avec toi même, égalité et principes républicains pour tous, mêmes droits et mêmes devoirs.


          • delamothe delamothe 26 mai 2009 18:28

            La racaille , moi je la vois surtout au pouvoir. Les jeunes de cités imitent malheureusement les élites mais c’est ce qu’on demande aux gens normalement...


            • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 26 mai 2009 19:24

              Bon article mais je m’attendais à quelque chose de plus engagé venant de vous, j’ai l’habitude de lire vos interventions et j’apprécie vos points de vue sans détour.
              Un point n’est jamais soulevé concernant ce sujet : la qualification des hommes. A quoi servent les lois et règles si nous n’avons pas les bons « outils » pour les faire appliquer.
              Un policier est un homme comme les autres, confiez lui une parcelle de pouvoir et il en abusera. C’est une dérive constatée à l’échelle humaine, le moindre péquin recevant temporairement une minuscule parcelle de pouvoir ne pourra s’empêcher de l’exercer sans modération. C’est pourquoi les policiers devraient être choisis et formés mieux que quiconque. 
              Permettez-moi une précision avant de continuer : je connais très bien ce sujet pour des raisons personnelles et je me crois autorisé à exprimer une opinion. Et, suprême immodestie de ma part, j’ai réussi là où les policiers ont échoués.
              Pour les nostalgiques (ou vieux schnocks comme moi) souvenez-vous de ce que représentait la police il y a plus de cinquante ans. Les motards étaient appelés Anges de la route (aujourd’hui ce sont des collecteurs d’impôts), les agents de police étaient serviables (aujourd’hui ils sont soupçonneux et mal gracieux), les inspecteurs de police faisaient preuve d’humanité sans rien perdre de leur autorité... etc... En tout cas ils étaient respectés parce que respectables. Une formule circulait encore il y a une vingtaine d’années : fermeté mais courtoisie. 
              On croit rêver non !? Combien de policiers sont capables d’appliquer cette formule ?
              Tout n’est pas de leur faute, loin s’en faut, ils sont mal préparés tout simplement (d’où la dénomination « mauvais outils »). 
              Trois catégories se distinguent dans leurs rangs : ceux qui sont « jugulaire jugulaire » et ne se posent aucune question métaphysique - ceux qui se sentent mal à l’aise dans leur job, sont déprimés (voire pire parfois), mais sont contraints d’en faire le minimum car ils n’ont pas d’autre choix - et ceux qui, écoeurés, finissent par quitter la profession parce que ce n’est plus ce qu’ils pensaient du service public au service des autres.
              Oui votre titre, Emile, n’est pas excessif, la dérive était annoncée depuis vingt ans. Souvenez-vous de la période Charles PASQUA qui a vu les pouvoirs des flics élargis. Déjà nous constations des déviances, les policiers se sentaient compris et protégés par leur hiérarchie et par l’Etat. Les abus commençaient. Cela devient pire aujourd’hui, et je ne fais pas de catastrophisme, j’ai été le témoin de l’intérieur. 
              Je pourrais aller plus dans le détail mais ce n’est qu’un commentaire, pas un article, alors je m’arrête là. J’espère que vous n’aurez pas trop de ces interventions mal venues fréquentes sur ce support, le sujet est réellement sérieux et j’aimerais que mes contemporains y réfléchissent plutôt que crier « mort aux vaches » à tout propos. 


              • Emile Red Emile Red 27 mai 2009 09:29

                Je vous remercie de votre intervention.

                Au sujet de mon engagement ici, je voulais non pas créer une polémique sur les policiers en personne mais sur ce que devient la police pat yiédeur citoyenne.

                En fait, je considère que plus le citoyen abandonne son rôle de gardien de la république, plus il délègue ce rôle à des intervenants déjà fortement détenteurs de pouvoir alors plus ces nouveaux aparatchiks verseront dans l’autoritarisme, d’autant plus qu’ils seront confortés par un système idéologique prédateur comme l’est le néo libéralisme.

                Ne sont pas étrangers à cette évolution la montée en puissance des polices municipales, les propositions de création de milices (privées ou publiques), les nouvelles armes supposées non létales, les nouvelles prérogatives de contrôle où la normalisation des peurs et la banalisation du terrorisme deviennent la pierre angulaire répressive.

                L’homme policier n’est dans toute cette politique qu"un pion maléable et corvéable dont la responsabilité directe n’est pas certaine, hormis lorsqu’elle est criminelle, statut comparable au salarié dans le microcosme de l’entreprise.
                La déshumanisation touche tous les milieux professionnels, la police est un miroir, et ce n’est plus une anecdote que de voir le suicide devenir la liberté ultime quand les chaînes sociales viennent à se resserrer dramatiquement. 


              • viking 26 mai 2009 19:48

                .
                Par HUBERT BONISSEUR DE LA BATH (xxx.xxx.xxx.10) 26 mai 17:57 

                « la police fait son job dans des conditions de plus en pljus délicate...la multiplication des bléssés dans leur rang est significative...ainsi que le passage devant la hiérarchie ou la justice...parce que, comble de tout, les racailles portent plaintes ! »

                <<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>

                Thierry Jacob a la mémoire courte ou ne comprend rien à l’histoire. 

                Il ne sait pas qu’il n’est qu’un citoyen parmi d’autres et que tout ce que l’un peut subir, il finira un jour par le subir lui-même. 

                Il en fut ainsi lors des rafles durant la dernière guerre mondiale. Au début les gens voyaient la police arrêter un voisin et non pas soi. Ils applaudissaient des deux mains parce qu’ils se sentaient épargnés en pensant que l’autre l’avait bien mérité jusqu’au jour où la police défonça leur porte parce qu’ils avaient été dénoncés par un anonyme et dont les accusations servaient de preuves pour les condamner d’être ce qu’il ne fallait pas être.

                «  Je suis innocent !!!! » 


                «  Prend donc cette baffe pour avoir menti » 

                Pauvre Thierry Jacob, c’est ainsi que tu finiras.




                • Emile Red Emile Red 27 mai 2009 09:39

                  A Gary le modérateur s’il me lit :

                  Hier soir il y avait 14 interventions, ce matin il y en avait 20 de plus dans ma boîte mail, à cet instant il n’en reste plus que 26 d’affichées sur Avox.

                  Où sont passés les messages disparus ? 




                  • brieli67 27 mai 2009 10:53

                    un COMPLEMENT TRES IMPORTANT ami Red
                    Il se peut bien que tu n’ais pas d’expériences dans la démocratie locale : maire, conseil municipal, « associations intercommunales »- ces vraies usines de gaz -

                    Il y a démission complète de ces petits hoberaux - piétaille de nos élus nationaux. Pas simple de passer d’une gestion d’entreprises à la gestion des deniers publics tout en restant garant de l’Etat et garant de tous les concitoyens.

                    Va voir les rôles et compétences du MAIRE
                    résultat d’un google spontané
                    http://www.gralon.net/articles/economie-et-finance/politique/article-le-maire---son-role-et-ses-fonctions-1189.htm
                    http://carrefourlocal.senat.fr/vie_locale/ministres/delegations_de_fonction s_du_m/index.html

                    Les maires sont officiers de police
                    citons :
                    Il remplit aussi des fonctions dans le domaine judiciaire sous l’autorité du procureur de la République : il est officier d’état civil (pouvant célébrer les mariages civils) et officier de police judiciaire.
                    Il dispose d’une fonction judiciaire civile, qui lui donne le droit de recevoir des actes authentiques au nom de la République française.
                    Le Maire est informé - à titre personnel et « secret » tous les dix jours de ce qui se trame dans sa commune : enquetes, procès en cours, dans tous les domaines tant privé que public.
                    Si besoin est il peut demander des renseignements supplémentaires. D’ailleurs très souvent son avis est demandé.

                    Il faut savoir qu’en cas de changement de couleur politique ou de clan dans une de nos 36ooo communes, les comptes et budgets sont saucissonnés et bouclés pour 4 ans.

                    Concitoyennes et concitoyens, en cas de litige avec l’Administration et « autres services publics », même la police
                    contactez les services du Médiateur de la République en passant par la permanence d’un de vos députés ou sénateurs du Département, nul besoin de celui de votre arrondissement
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9diateur_de_la_R%C3%A9publique_%28France%29


                    • raj95 10 juillet 2014 22:51

                      pauvre connard, viens pas me parler de bavures policières quand t’accepte sans broncher les violences policières commises contre la droite et les militants FN lors des manifs anti-gays

                      antiflic, anti-bavure, sauf quand t’arrange

                      la liste est longue

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires