• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Surdouée et Asperger : bénédiction ou double peine ? Le mode d’emploi (...)
#10 des Tendances

Surdouée et Asperger : bénédiction ou double peine ? Le mode d’emploi d’Emilie

J’ai plusieurs fois entendu qu’il n’existait pas de mode d’emploi pour me comprendre pourtant je me trouve paradoxalement plutôt simple dans mon fonctionnement. Pour aider ceux et celles qui auraient un quelconque intérêt pour ma petite personne, et que je remercie d’ailleurs, j’ai décidé d’écrire ce « mode d’emploi ». Puisse-t-il nous aider à mieux communiquer et à entretenir des relations plus harmonieuses.

Moi c'est Emilie, j'ai 34 ans, et à première vue je mène une vie normale...A première vue j'ai bien dit...

La première chose à savoir sur moi est que mon cerveau fonctionne différemment de celui de la majorité des personnes. J’ai longtemps cherché la cause de mes particularités, et j’ai déjà trouvé un début d’explication grâce au diagnostic de Haut Potentiel Intellectuel reçu à mes 25 ans. Je n’aime pas trop cette appellation car elle sous-entend que j’ai quelque chose de plus que les autres, alors qu’au contraire moi je le vis comme un handicap.

Concrètement comment cela se traduit-il ?

Disons que j’ai plus de connexions neuronales que la plupart et surtout que les informations circulent plus vite dans mon cerveau que dans un cerveau dit neuro typique. Autrement dit, non seulement je capte plus d’informations, mais je les traite aussi plus vite.

Les conséquences sont multiples : j’ai une vue d’ensemble des situations, je fais des liens entre divers éléments là où en général personne n’aura pensé à en faire, ce qui me permet souvent de trouver des solutions originales aux problèmes, on appelle cela la pensée arborescente, contrairement aux neuro typiques qui ont une pensée linaire, c’est-à-dire qu’ils ne traitent qu’une donnée à la fois.

Comme je traite les informations plus rapidement, je comprends donc plus rapidement et je m’ennuie plus rapidement. C’était très problématique à l’école où il fallait attendre que tous les autres aient terminé pour passer à la leçon suivante. Au travail j’ai appris à délayer mon travail dans le temps pour ne pas me retrouver comme au début de ma vie professionnelle à faire le travail de 3 employés pour le même salaire, sous prétexte que j’étais « tellement efficace ». Donc clairement je passe des journée entières à glander devant mon ordinateur en attendant que la semaine passe et je concentre tout mon travail en une journée ou deux.

Une autre conséquence c’est la curiosité, ou plutôt le papillonnage intellectuel, j’adore apprendre, d’ailleurs petite je pleurais les jours où il n’y avait pas école. J’ai de nombreux diplômes dans des domaines divers et variés, mais pour lesquels je considère que je n’ai aucun mérite puisque c’était facile pour moi. Tout m’intéresse et je passe rapidement d’un sujet à un autre, je n’aime pas aller en profondeur car je m’ennuie vite mais j’ai des connaissances de surface dans beaucoup de domaines. Cela a rendu mes relations sociales compliquées dans la mesure où je ne m’intéressais jamais aux sujets qui passionnaient les personnes de mon âge. D’ailleurs cet ennui constant fait que je déménage aussi très souvent. 

Du fait de mes particularités neuronales je souffre de ce qu’on appelle le déficit d’inhibition latente : mon cerveau a du mal à faire le tri entre tous les stimulus qu’il perçoit et à mettre au second plan ceux qui ne seraient pas importants. L’exemple typique est la conversation dans un milieu bruyant, j’aurai énormément de mal à me concentrer sur ce que vous me dites si qqn d’autre parle à côté, car j’entendrai tous les bruits avec le même volume sonore.

Même si le HPI permet d’expliquer certaines de mes particularités, cela n’explique pas tout et il se trouve que le diagnostic est incomplet, j’ai également le syndrome d’Asperger. C’est une forme d’autisme léger d’origine génétique qui expliquerait mes difficultés principalement dans les intéractions sociales.

On me dit souvent égoïste dans la mesure où je ne m’intéresse pas à l’actualité, ni aux problèmes d’autrui de façon générale. Disons que j’ai une vision rationnelle et intellectuelle des situations et non émotionnelle. Typiquement le jour où j’ai appris les attentats de Charlie Hebdo, soit 2 jours après tout le monde puisque je ne regarde pas la télé, ni ne lis la presse, ma réaction a été de me dire que c’était dommage que Coulibaby soit mort car il était mignon. Vous trouvez cela certainement horrible, moi ça me laisse assez indifférente. 

Comme je ne vis pas les émotions de la même manière, il faut me dire explicitement ce qu’on attend de moi pour que je puisse agir de manière appropriée, car je considère que ce n’est pas de ma responsabilité de deviner les états d’âme d’autrui. On croit souvent qu’il s’agit d’un manque d’empathie, que je ne ressens pas d’émotions, mais cela est faux, je pleure devant les dessins animés, je ne regarde aucun film interdit aux moins de 12 ans, je pleure aux enterrements d’inconnus en voyant les familles tristes…C’est au contraire une hypersensibilité qui m’a poussée à cadenasser mes émotions, jusqu’à les anesthésier complètement. 

Je ne possède pas toujours les codes sociaux appropriés, ce qui en milieu professionnel peut vite devenir très compliqué, je me suis faite virer ainsi car je ne voyais pas la nécessité d’informer mon N+1 que je souhaitais m’entretenir avec mon N+2, je n’ai pas compris que la N+1 s’en offusque et j’ai fait un scandale en disant que c’est elle qui manquait de confiance en elle et se sentait menacée et que ce n’était pas mon problème. 

Comme émotionnellement tout me fatigue très vite j’ai un énorme besoin de solitude et de calme, j’ai abandonné un chat dans un parc sans état d’âme car je ne souhaitais plus avoir de contrainte, j’ai laissé plusieurs fois ma fille seule dans l’appartement alors qu’elle n’avait que 6 ou 7 ans pour aller me réfugier à la bibliothèque de ma commune et ne plus être sollicitée. 

Je souffre également d’une anxiété sociale. Toute activité de groupe m’est impossible, les soirées, fêtes, les activités de cohésion d’équipe sont des choses insupportables et je me réfugie dans les toilettes les plus proches quand je suis obligée d’y assister. Quand je dois me rendre dans un lieu que je ne connais pas, je m’arrange pour y aller quelques jours avant le jour J histoire de reconnaître l’environnement, le temps de trajet et d’éviter le maximum d’aléas. Tous mes déplacements sont réglés comme du papier à musique et je suis d’une ponctualité maladive. Je suis très rigide concernant mes valeurs et je suis capable de quitter un emploi du jour au lendemain si jamais je constate que je ne suis plus en accord avec mes valeurs. 

Les gens sont pour moi une contrainte plus qu’un bénéfice. Je déteste avoir à leur téléphoner, et je préfère restreindre mes communications à l’écrit. Je me sens envahie dès qu’on me sollicite et agressée lorsqu’on me téléphone. De ce fait je n’ai aucun ami et j’en souffre souvent. J’ai essayé de m’investir dans plusieurs relations amicales mais ils ont tous fini par partir sans explication.

D’ailleurs je peux vite devenir obsessionnelle quand je ne comprends pas une situation, quitte à harceler la personne pendant des semaines ou des mois pour obtenir une explication et pouvoir ainsi passer à autre chose. 

Je filtre les appels la plupart du temps pour ne pas être prise au dépourvu et pouvoir préparer ma réponse avant de rappeler, d’ailleurs en général je ne rappelle pas, dans le meilleur des cas j’envoie un SMS ou un email s’il s’agit d’un contact professionnel. Petite j’imaginais des heures et des heures de conversation dans ma tête, en français et en anglais au cas où un jour on me poserait une question et que je devrais répondre.

Je ne comprends pas qu’on ne puisse pas se tenir à ce qu’on dit, et j’ai tendance à prendre les choses au pied de la lettre. Cela fait de moi une maman très fiable, si je dis à ma fille qu’elle aura un téléphone à telle date, alors elle l’aura, si je promets je tiens toujours parole et je ne comprends pas que d’autres ne le fassent pas, cela me plonge dans une grande tristesse quand on me trahit ainsi.

Quand je suis angoissée ou que je m’ennuie je suce mon pouce, et quand je suis très enthousiaste je tape des mains et je saute sur place comme une enfant, c’est ce qu’on appelle des stéréotypies.

J’ai un intérêt restreint qui est la lecture, autrement dit je peux passer mes journées à lire, ou à acheter des livres, ou à ranger mes livres. Je passe à la librairie environ 3 fois par semaine et plus en cas de déprime.

Je fais des épisodes d’effondrement émotionnel quand j’ai atteint mon trop-plein, je peux alors tout envoyer valser dans ma vie du jour au lendemain, et avoir des pensée suicidaires.

Je suis très sensible au manque de sommeil, et au bout de 2 - 3 jours maximum de dette de sommeil je ne peux plus du tout fonctionner, et je me mets à déprimer.

Quand je suis en phase d’écriture je peux écrire un essai en 2 mois, quelque que soit le sujet. Je ne fais alors que ça, oubliant de manger et ne parlant à personne jusqu’à ce qu’il soit terminé.Une fois fini, j’en oublie complètement le contenu.

A cause d’une dispraxie, je me cogne souvent dans les meubles, les montants de porte et les murs car j’ai du mal à intégrer les dimensions de mon corps, c’est particulièrement le cas lorsque je retourne au bureau après les vacances ou que je suis dans un lieu que je ne connais pas. 

Je ne sais pas mettre de relief dans ma communication orale, autrement dit je parle d’une voix monocorde et sans intensité émotionnelle peu importe les circonstances, ce qui fait que même quand je dis que je suis en colère, comme mes mots ne sont pas accompagnés de la gestuelle et de l’intonation appropriée, on ne me prend pas au sérieux.

Je n’ai pas conscience des situations dangereuses car j’imagine que les autres réagiront comme moi, et j’ai tendance à ne pas comprendre tous les implicites. Par exemple, quand un homme propose d’aller boire un café, pour moi il s’agit juste de boire un café et non d’une tentative de séduction. J’ai d’ailleurs été plusieurs fois victime d’attouchements sexuels ou de harcèlement moral. Chaque situation doit donc être apprise et stockée au fur et à mesure dans mon cerveau pour que je sache comment y réagir à l’avenir ce qui fait que je manque de mémoire pour d’autres événements. 

Ayant une gestion émotionnelle particulière, les émotions déplaisantes sont traitées très rapidement et je fais souvent de « l’amnésie émotionnelle », je sais que je dois en vouloir à telle personne, mais je ne me rappelle plus pourquoi. Cela me pousse donc à « pardonner » trop facilement et à répéter les mêmes erreurs encore et encore, ce qui m’expose à des personnes qui pourraient profiter de moi.

J’ai des difficultés à gérer le quotidien, tel que faire à manger tous les jours, ou le ménage et je peux me nourrir que de riz au lait ou de chocolat pendant plusieurs jours, surtout si je suis en phase d’intérêt restreint.

Je débranche fréquemment mon cerveau quand on me parle car je trouve que les gens sont trop lents dans leurs explications, ou bien qu'ils ont une vue des choses trop parcellaires, comme je sais que je ne peux pas leur faire la remarque, je me débranche en attendant qu’ils aient fini.

Je rêve d’être comprise et de pouvoir fonctionner naturellement, sans avoir à porter de masque. J’aimerais que les gens comprennent que tout ce qui vous paraît naturel, à moi me demande un effort, que je me fais violence chaque jour, pour aller faire des courses dans un centre commercial que je ne connais pas, pour aller récupérer une lampe achetée sur le BonCoin auprès d’une inconnue, pour appeler un service administratif…et que cela me demande tellement d’énergie de tout anticiper dans ma tête que je dois me reposer toute une soirée pour compenser ensuite. J’aimerais qu’on puisse comprendre que même s’ils sont invisibles, ce sont de véritables handicaps, que je souffre au quotidien de ne pas avoir d’amis, de ne pas pouvoir déléguer, de ne pas pouvoir partager et de ne pas me sentir aimée telle que je suis vraiment.

Si vos victoires à vous sont d’obtenir votre diplôme, de courir votre marathon, d’acheter votre maison, de vous marier, de survivre à votre divorce…Les miennes sont d’oser faire ce cours d’essai à la salle de sport, d’avoir cuisiné de vrais plats dans la semaine, d’avoir osé demander un renseignement, de ne pas m’être fait virer au bout d’une semaine, et d’être allée faire mes courses au supermarché, sans voiture puisque je n'ai pas le permis. Pourtant, j'ai 34 ans, une foultitude de diplômes, un travail et une fille de 10 ans, qui n'a pas l'air trop abîmée de m'avoir pour mère. 

Pour répondre à la question posée en titre de cet article, je me dis que quitte à être Asperger, je suis heureuse d’être aussi HPI. Grâce à cela je peux faire le caméléon et me fondre à peu près dans la masse, avoir une vie à peu près normale, car tout ce que je ne vis pas émotionnellement je peux l’intellectualiser. 

Mais, je suis juste fatiguée de cette vie d’à peu près : d’être à peu près comme tout le monde, d’être à peu près heureuse, d’être à peu près entourée, d’être à peu près aimée, alors si jamais vous voulez m’aider, ou aider votre proche dans la même situation, prenez le temps de chercher à comprendre ce que sont le Haut Potentiel Intellectuel et le Syndrome d’Asperger. Merci infiniment. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • popov 12 septembre 12:00

    @Satine

    Bonjour

    Coïncidence, Bernard Dugué vient d’écrire un article sur le même sujet.


    • pemile pemile 12 septembre 12:29

      @popov « Coïncidence, Bernard Dugué vient d’écrire un article sur le même sujet. »

      L’auteur @Satine nous offfe un témoignage « illustré » qui permet à tous de mieux comprendre son mode de fonctionnement, Dugué, comme à son habitude, nous sert une soupe verbeuse, sans aucun sens, ni goût smiley


    • Massaliote 12 septembre 12:02

      « j’ai abandonné un chat dans un parc... » C’est certain que l’empathie, le sens des responsabilités et tout simplement le cœur vous font défaut. Je vous plains.


      • pemile pemile 12 septembre 12:23

        @Massaliote « C’est certain que l’empathie, le sens des responsabilités et tout simplement le cœur vous font défaut. Je vous plains. »

        Sur ce point, c’est pas l’auteur qu’il faut plaindre, c’est le chat smiley


      • Gollum Gollum 12 septembre 13:47

        Pourtant un chat ce n’est pas contraignant (du moins si espace adéquat). Le mien je lui donne à bouffer et boire et le reste du temps il me fout royalement la paix.

        Ce n’est pas pour autant qu’on n’est pas copain. Comme je fonctionne comme lui  j’affectionne les contacts réduits au minimum  on s’entend très bien. 


      • machin 16 septembre 06:21

        .
        ..

        @Massaliote

        « C’est certain que l’empathie, le sens des responsabilités et tout simplement le cœur vous font défaut. »


        Mais pas vous ?????

        .
        .


      • CLOJAC CLOJAC 12 septembre 12:29

        Satine, j’ai voté pour que votre article passe, en disant que cet auto diagnostic (pardon si vous ne le concevez pas ainsi) était un témoignage poignant, décrit de l’intérieur avec des mots justes, quand toute la littérature psy traite les asperger comme des sujets d’observation, difficile de faire autrement même avec toute la bienveillance possible.

        Dans l’approche de l’humain, la neutralité de l’observateur qui est à la base de la rigueur scientifique devient un handicap, même si depuis Malinowski l’anthropologie s’est convertie à l’observation participative... Pour moi la visite dans le monde d’un asperger commence par lui laisser la parole pour qu’il s’exprime librement (je sais, c’est difficile...) car la magie des mots et le liant de l’écoute peuvent jeter des ponts sur des abîmes. Je dirais que vous avez fait le bon choix en décidant d’écrire et de décrire les grandes lignes de votre vie.


        • Satine 12 septembre 14:19

          @CLOJAC
          Merci de votre commentaire, cela a été une décision un peu difficile à prendre de livrer un tel témoignage, la crainte étant de passer pour quelqu’un d’inhumain et d’impudique. 


        • doctorix doctorix 15 septembre 12:16

          @Satine
          Parmi vos handicaps, on décèle des qualités qu’on aimerait trouver chez les sujets dits « normaux ».
          En particulier, je crois que les gens qui vous ressemblent sont incapables de méchanceté.
          Sinon, vous avez bien raison de poser vos idées sur la table : ça vous fait du bien et ça nous instruit.
          Et puis la modestie (qui ne vous encombre pas), il faut la laisser aux médiocres.


        • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 15 septembre 16:09

          @doctorix

          Toute suite , on nous parle de « handicaps » et de « normalité » .
          Il serait bien plus approprié de nous parler de specificité et de plasticité neuronale.

          Le DSM IV , n’ integre forcement que les specificité lié a un trouble du spectre autistique , TSA qui sert de foure tout et melange alegrement tout ce qu’ il peut depister .

          Il me semble plus juste de parler de neurotypique , et de glio-atipique.
          Entre les deux , il y a des gens que les psy ne verront jamais car il s’ integre plus facilement que des neurotypique ayant des probleme de developpement .

          Incapable de méchanceté n’ est pas le mots juste , c’ est plus une vision logique des emotion , qui montre que la primo-recation de violence est inutile , disproportioné , improductive et fait degenere la situation ...

          Mais si au contraire , la logique d’ une violence est incontournable pour en eviter une bien plus grande , celle ci devient tout a fait possible .

          Ce qui change , c’ est la frontiere de declenchement , pas la nature « humaine »
          ce n’ est pas non plus de la lacheté , ou du peace en love , c’ est plus de la logique facon monsieur spock .


        • machin 16 septembre 06:24

          @doctorix

          la modestie ?
          C’est souvent de la paresse.


        • Yanleroc Yanleroc 12 septembre 13:00

          Ouais, bon, vous décrivez un peu le quotidien de beaucoup de gens ici !

          Paraît qu’ Avox est une pépinière d’ HP, à des degrés divers ! Ce qui ne garantit pas pourtant, que vous vous y sentiez à l’ aise !

          Pas de quoi fouetter un chat, l’ abandonner ne pose pas de problèmes s’ il est mignon car il sera très vite récupéré !

          Pourtant les chats étant terriblement égoïstes, il y aurait eu moyen de cohabiter, mais non, le mien me gonfle aussi surtout qd je me suis mis de l’ huile sur le visage et qu’ il vient y coller ses longs poils, sal..p..ie, pff, pfff !

          Votre histoire me rappelle celle de Julie, 30 ans surdouée au RSA !


          • Massaliote 12 septembre 15:58

            @Yanleroc
            Si le chat n’est pas mignon, qu’il crève ?

            I y a d’autres solutions et pour commencer ne pas en prendre quand on assume pas.


          • Yanleroc Yanleroc 12 septembre 16:20

            @Massaliote, bof, le chat de Schrödinger est bien à la fois vivant et mort, de plus il a 7 vies smiley mais t’ inquiète, je continue de la nourrir et elle est en parfaite santé, autonome, svelte, tatouée et de moins en moins chiante car de +en+ sauvage, ça m’ arrange et je préfère ça aux greffiers obèses et dégénérés ! Finalement on se ressemble mais chacun son territoire, non mais ! J’ ai toujours eu un chat !
            Quant aux vieux matous pelés, ils se débrouillent très bien aussi pour peu qu’ on ne cherche pas à les empoisonner et qu’ ils puissent garder leur part de territoire qu’ ils respectent les uns les autres.


          • Yanleroc Yanleroc 13 septembre 08:30

            Je précise que j’ ai gardé 18 ou 19 ans le chat que je « possédais » avant, un record !


          • Fergus Fergus 12 septembre 13:01

            Bonjour, Satine

            J’ai beaucoup apprécié la lecture de cet article en modération et je suis donc très satisfait que ce témoignage soit publié sur le site. On n’est en effet pas là sur un texte commis par un expert extérieur aux syndrome en question, mais sur un ressenti personnel basé sur du vécu. En l’occurence un témoignage exprimé sans fard, à tel point qu’il peut paraître ici et là quelque peu immodeste dans sa narration. Mais on est là précisément sur l’une des difficultés de la relation aux autres des HPI, et tout particulièrement des « aspies ».

            Merci à vous de nous avoir livré cet article passionnant de bout en bout !


            • Fergus Fergus 12 septembre 13:05

              A toutes fins utiles, je vous mets en lien un article que j’ai rédigé en 2010 à l’occasion de la distribution d’un superbe film d’animation réalisé par un Australien, Adam Eliott, lui même « aspie » : Mary-Max et le syndrome d’Asperger


            • Yanleroc Yanleroc 12 septembre 13:21

              @Fergus, ...ah ben oui..il fallait en être.. !


            • Satine 12 septembre 14:20

              @Fergus merci pour votre commentaire encourageant ainsi que le lien. Très bonne journée


            • njama njama 12 septembre 13:38

              @Satine

              et si vous rencontrez un(e) autre HPI / asperger comment ça se passe ? le courant passe mieux ?


              • Radix Radix 12 septembre 16:47

                Bonjour

                Difficile de répondre à cet appel à l’aide sans posséder les même facultés, toute solution proposée vous semblera futile ou déjà utilisée.

                Certain trait que vous évoquez me ressemble mais à un degré nettement moindre comme le fait de se blinder émotionnellement pour résister à la vie en société ou les raccourcis déductifs qui vous font paraître prétentieux ou stupide suivant l’interlocuteur.

                Il semblerait que votre fille est peut-être la réponse à vos interrogations, elle vous aime et à vivre à votre contact elle vous comprend mieux que nous pourrions le faire et avec l’âge elle vous apportera peut-être

                une réponse.

                Radix


                • Gasty Gasty 12 septembre 18:04

                  @ l’auteur

                  « prenez le temps de chercher à comprendre ce que sont le Haut Potentiel Intellectuel et le Syndrome d’Asperger. »

                  Vous faites une relation avec le Haut Potentiel Intellectuel et le Syndrome d’Asperger ? Si une personne atteinte du syndrome d’asperger a des capacités particulières, il s’avère en l’occurrence que c’est au détriment d’autres capacités, notamment d’adaptation à son environnement. Ce haut potentiel est par conséquent fortement dégradé. Si la cause de ce haut potentiel est le syndrome d’Asperger , ce syndrome semble annihilé ce haut potentiel intellectuel.

                  Faut-il vraiment parler de haut potentiel ?


                  • foufouille foufouille 12 septembre 18:34

                    @Gasty

                    c’est plus compliqué car le HPI compense un peu l’asperger.


                  • Gasty Gasty 12 septembre 19:13

                    @foufouille
                    Veux-tu dire que l’Asperger est c.. mais grâce à son haut potentiel ça compense ?


                  • CLOJAC CLOJAC 12 septembre 20:36

                    @Gasty
                    On ne peut parler de HPI dégradé sauf à comparer l’asperger aux « gens normaux » pour qui l’intelligence a besoin d’affects interactifs pour se développer.
                    Si l’asperger comme beaucoup de surdoués souffre d’un quotient émotionnel faible, d’une intelligence sociale limitée et parfois d’une intelligence spatiale déficiente, ce qui perturbe sa relation au monde extérieur, cela n’affecte en rien son aptitude au raisonnement analytique et logique et à la maîtrise de processus intellectuels complexes.


                  • Satine 12 septembre 21:04

                    @Gasty le haut potentiel se détermine (jusqu’à présent en France) par les test de quotient intellectuel, comme le WAIS IV pour les adultes. Les questions posées portent quasi exclusivement sur les aptitudes logico-mathématiques et verbales, autrement dit rien sur les compétences sociales. Donc l’Asperger ne « dégrade » pas le HPI puisque ils portent sur des dimensions différentes de l’individu. 


                  • pipiou2 13 septembre 00:22

                    @Gasty
                    HPI est au sens « capacité de raisonnement » ; donc cela ne concerne qu’une catégorie d’aptitudes. L’homme c’est beaucoup plus que cela : il a aussi les aptitudes artistiques , relationnelles, ou physiques.
                    Donc ce haut potentiel n’est pas « dégradé », simplement il n’est pas haut dans tous les domaines.

                    Il y a une corrélation assez élevée entre Asperger et QI élevé, mais on ne sait pas si l’un entraine l’autre il me semble.
                    D’ailleurs Asperger n’est qu’un syndrome, c’est-à-dire une manifestation externe, qui peut éventuellement avoir plusieurs origines.


                  • foufouille foufouille 13 septembre 09:38

                    @Gasty

                    sans HPI, c’est plus chiant d’après ce que j’ai lu. il est plus facile d’apprendre à faire semblant par exemple dans les relations sociales.

                    apprendre des expressions au second degré.


                  • Rendezvous 17 septembre 16:23

                    @Gasty
                    en fait, il existe une 3e catégorie à côté des HP et des Aspies, ce sont les A-HP qui combinent certaines ressemblances des deux premières catégories. Ce n’est pas donc pas au détriment de l’une ou l’autre, mais plutôt qu’on retrouve certaines caractéristiques des HP et des Aspies chez les A-HP. Et comme toujours, ceci n’est que la génétique, l’environnement et l’éducation jouant également un rôle dans le développement de notre propre potentiel. 


                  • Jean Guillot Jean Guillot 12 septembre 21:51

                    @Satine , j’ai beaucoup de points communs avec vous et en plus j’ai des TOC smiley


                    • Albert123 12 septembre 22:00

                      Plusieurs conseils qui ne font pas appel à vos émotions mais à la logique :

                      - ne demandez pas aux autres pour vous même ce que vous ne leur offrez pas de votre coté, pourquoi fourniraient le moindre effort de comprehension à votre égard si de votre coté vous n’en fournissez pas non plus ? Les relations humaines c’est avant tout du donnant donnant et il est difficile de se faire des amis en déménageant sans cesse, si vous souhaitez réellement des relations humaines apprenez à mettre de l’eau dans votre vin, les « normaux « n’ont pas d’efforts à fournir car ils sont justement dans la norme, c’est vous qui êtes à la marge et qui devez montrer l’interet que cela a (ce que votre condition de femme ne vous aide pas à comprendre)

                      - anticipez les conséquences de vos actes et si possible comme vous prétendez avoir de hautes capacités intellectuelles anticipez également les conséquences induites par les conséquences de vos actes (c’est toujours cela de gagner pour les chats)

                      - assumez le fait d’être vous même sans espérer un jour devenir « normale », vous ne l’êtes pas et ne le serez jamais, prenez le comme tel et plutot que de courir après un destin qui ne sera jamais le votre, laissez le destin vous courrir après. Si cela peut vous aider dites vous qu’il est peut être plus enviable de nos jours d’être un « monstre » qui marche droit dans ses bottes qu’un de ces nombreux neurotypiques dégénérés que notre société barbare engendre en masse.

                      - Vous enfermer dans un listing de constats cliniques et de symptomes ne vous mènera à rien, l’auto diagnostic reste une pratique dangereuse et consulter un psy même si il n’y a rien a guérir, vous permettra également d’exprimez ce que vous avez sur le « coeur » auprès d’une personne que vous paierez pour cela (et donc vis a vis de laquelle vous n’aurez aucun scrupule à le faire, les gens du quotidien ont également leur propres soucis souvenez vous en)

                      - jouissez également de votre maternité (et si possible ne vous enfuyez pas de votre domicile en abandonnant votre fille à la maison, les « bonnes » mères ne le font pas). Prenez aussi en compte que nombreux aspergers de haut niveau ou non et certains thqi de sexe masculin n’auront eux pas la chance d’expérimenter une relation de couple (voir même de simples relations sexuelles non tarifées) et encore moins la paternité qui peut s’en suivre,

                      - n’attendez pas passivement que le monde vous inflige des violences, faites vous violence et sortez de votre zone de confort, c’est ainsi que l’on apprend, que l’on se perfectionne et que l’on se dépasse. Ne réclamez rien des autres, prenez et assumez la suite et les conséquences de vos choix. L’avantage d’être hors normes c’est qu’un champ infini de possibles s’offre à vous, des possibles qu’une vaste majorité n’est pas en capacité de simplement percevoir.

                      - la lecture, l’école et la théorie c’est très bien, mais la vie c’est la pratique, celle qui amène des joies, de la tristesse et qui fait au final réellement appel à l’intelligence

                      - ayez le bon gout (avec vos capacités intellectuelles) de ne pas pleurnicher sur votre sort comme le fait de manière quasi systématique la génération chochotte qui s’est enfermée toute seule dans une logique de pulsion morbide qui ne mène à rien, si l’avenir du monde parait si morose c’est uniquement car la majorité des acteurs se complaisent dans cette morosité.


                      • Yanleroc Yanleroc 12 septembre 23:34

                        @Albert123,

                        pour adopter le comportement que vous préconisez, il faut de la reconnaissance..ou du pouvoir, l’ amour des ou d’ un(e) autre(s) ne suffit pas car il faudrait d’ abord avoir l’ amour de soi !

                        Et puis comment se mettre au niveau quand on sait que .. 15 volts, expérience de soumission (excellentes compiles sur l’ expérience de Milgram )


                      • Albert123 13 septembre 08:43

                        @Yanleroc

                        L’amour de soi vient aprés et nul reconaissance ou pouvoir n’est necessaire pour s’appliquer à soi même des règles de vie,

                        Mais bon il est vrai que la génération chochotte ne veut pas se prendre en main et accuse sans cesse le reste du monde de tous ses petits malheurs


                      • Yanleroc Yanleroc 13 septembre 08:56

                        @Albert123
                        Je crois que vos préconisations fort sages par ailleurs, n’ ont pourtant de réalité que pour les gens dits « normaux », vous occultez précisément le fait que rien ne se passe « normalement » pour ces gens là !
                        A problème d’exception, solutions d’ exception !


                      • Ruut Ruut 13 septembre 09:47

                        @Yanleroc
                        Rien ne lui interdit d’essayer.
                        Les conseils d’Albert123 sont simples à mettre en œuvre et efficaces.


                      • Albert123 13 septembre 10:55

                        @Yanleroc

                        « Je crois que vos préconisations fort sages par ailleurs, n’ ont pourtant de réalité que pour les gens dits « normaux »  »

                        la réalité des gens « normaux » c’est bien la réalité à laquelle l’auteur souhaite participer, non ?

                        ce ne sont pas les 99 % qui doivent s’adapter au 1 % mais le contraire si tant est que ce 1 % souhaite s’intégrer

                        on a par ailleurs tout à fait le droit de vivre seul et en ermite si l’on ne souhaite pas faire le moindre effort


                      • Albert123 13 septembre 11:23

                        @Ruut

                        « Les conseils sont simples à mettre en œuvre et efficaces. »

                        ce n’est de tout évidence pas l’avis des « moinsseurs » qui préfèrent reprocher aux autres les conséquences de l’absence d’efforts qu’ils ne fournissent pas eux même.



                      • foufouille foufouille 13 septembre 11:50

                        @Albert123

                        le monde n’est pas magique et merveilleux. c’est pas psychologique mais physique ses problèmes donc elle ne va pas trop pouvoir appliquer tes « conseils ».

                        les moins ou plus ne signifient rien.


                      • Albert123 13 septembre 12:10

                        @foufouille

                        « le monde n’est pas magique et merveilleux. »

                        pas d’inversion svp, je ne suis pas celui qui demande aux autres de faire un effort pour obtenir d’eux ce qui m’apporte à moi seul un bénéfice.

                        « elle ne va pas trop pouvoir appliquer tes « conseils ».  »

                        la bonne blague ... , la pudeur m’empêche de vous dire pourquoi.

                        « les moins ou plus ne signifient rien.  »

                        ils signifient bien plus que vous ne semblez l’imaginer


                      • Yanleroc Yanleroc 13 septembre 14:09

                        @Albert123, vous semblez ne pas vouloir comprendre.

                        ce ne sont pas les 99 % qui doivent s’adapter au 1 % mais le contraire si tant est que ce 1 % souhaite s’intégrer

                        Ça se discute !
                         Ainsi la femelle alpha devraient se renier ?..

                        Vous connaissez : « Ce n’ est pas un signe de bonne santé mentale que de se sentir parfaitement à l’ aise dans un monde complètement malade ! »


                      • Fantômas Fantômas 13 septembre 14:50

                        @Albert123 Non ce n’est pas une question de volonté.
                        C’est comme si vous demandiez à un tétraplégique de monter six étages à pied. Toute la volonté et tous les efforts du monde n’y changeront rien.
                        Un asperger pourra peut-être monter un ou deux étages au prix d’un bel effort, mais pas les six.


                      • Jean Keim Jean Keim 12 septembre 22:03

                        Finalement vous acceptez-vous comme vous êtes ?


                        • Ruut Ruut 13 septembre 06:49

                          Pour résumer tu as le profile typique d’un informaticien.


                          • Balkanicus 13 septembre 08:18

                            Bonjour satine Merci de votre article que j ai trouver plaisant L episode du chat m a bien fait rire Vous etes comme vous etes, et lire votre facon de penser, agir, est interessant ... Au plaisir de discuter et de vous lire


                            • Djam Djam 13 septembre 10:54

                              @ Satine

                              Vous n’êtes pas plus affectée de syndrome « Asperger » que d’autisme. Ces termes, habilement inventés par le monde médical qui adore classer les humains n’ont aucune valeur. Ils servent précisément à vous cataloguer et vous finissez par vous identifier au descriptif de ces non dysfonctionnement.

                              Je fonctionne à 90 % comme ce que vous expliquez dans votre article et pourtant, je n’ai jamais été prise en main pour me faire « diagnostiquer » quoi que ce soit. Le piège médical est efficace dans la mesure où il sert souvent à hiérarchiser les individus... c’est en effet plus facile à gérer, voire pour certains, à leur infliger des « traitements » pour qu’ils s’adaptent aux... normes.

                              Votre cerveau est surtout affecté par un niveau de conscience aigu qui, effectivement, exige que vous gardiez distance et apparente « indifférence » pour vivre à peu près normalement. L’hyper sensibilité est assez répandue figurez-vous. Vous n’êtes pas un cas particulier, nous sommes de plus en plus nombreux à fonctionner comme ce que vous décrivez.

                              Les vrais perturbés sont ceux qui sont en effet normés. Ils sont la majorité... pour le moment. Les normes comportementales servent à évaluer et à contrôler les masses. On catalogue donc comme « atypiques » voire « autiste » (c’est très tendance) toute personne qui n’entre pas dans les normes d’une société qui, elle, est bien malade.

                              Cessez de vous fixer sur vous-même et servez-vous de votre capacité de distanciation pour agir au mieux. Intéressez-vous aux autres avec bienveillance et oubliez-vous, vous verrez ça permet de vivre pas mal du tout.


                              • Valimouz Valimouz 13 septembre 10:58

                                On sait maintenant que l’Asperger

                                .

                                Si l’asperger comme beaucoup de surdoués souffre d’un quotient émotionnel faible, d’une intelligence sociale limitée et parfois d’une intelligence spatiale déficiente, ce qui perturbe sa relation au monde extérieur, cela n’affecte en rien son aptitude au raisonnement analytique et logique et à la maîtrise de processus intellectuels complexes.

                                Merci CLOJAC

                                On sait que pour vous , en fait , tout se résume à une question de pouvoir....Une sorte de tyrannie domestique à votre échelle .

                                Le plus ahurissant c’est que vous vous savez source de conflits sans fin...Mais vous vivez cela très bien tant que l’autre se soumet au moindre de vos désirs même le plus hurluberlu . dans une indifférence absolue de l’autre.

                                Votre article ne serait-il pas une marche à suivre pour imposer à l’autre la soumission de la plus douce manière ?

                                Douce pour vous


                                • Livide666 Livide666 13 septembre 13:22

                                  Une explication de fond

                                  précise et détaillée

                                  .

                                  https://unodieuxconnard.com/2014/06/12/choisis-ton-mot-dexcuse/

                                  .

                                  "............Passé 16 ans, c’est fou ce que le nombre d’hyperactifs diminue. Un miracle, probablement, qui n’a rien à voir avec une soudaine envie de ne rien branler (ou l’inverse, ce n’est pas bien clair). Aussi, après avoir cordialement fait chier la moitié de l’humanité durant les premières années de votre vie, comment expliquer que vous n’ayez pas beaucoup d’amis ? Vous passez pourtant vos journées à échanger avec beaucoup de gens sur Twitter et Facebook, mais curieusement, vous avez l’impression que rester chez vous vous isole (c’est fou). Comment arriver à trouver un coupable à tout cela, et ainsi pouvoir avoir encore plus de prétextes à pleurnicheries en ligne (85% de l’activité des réseaux sociaux, rappelons-le) pour faire le kakou ?

                                  Le syndrome d’Asperger© est là pour vous.

                                  Syndrome qui a mystérieusement proliféré dans la population ces dernières années, coïncidant exactement avec pléthore de nouvelles séries télévisées où le personnage principal est un génie incompris du reste du monde......."

                                  Lire la suite


                                  • colibri 13 septembre 14:48

                                    L’autisme , Asperger ou pas , est quand même une psychose :altération du sens de la réalité , 

                                    les fréquenter ne me dérange pas (et j’en ai beaucoup autour de moi et ma famille ) du moment que je comprend comme ils fonctionnent , qui ils sont , du coup je ne m’offusque pas de leurs bourdes et les prend comme ils sont .

                                    On ne peut pas demander aux gens ce qu’ils ne sont pas capable de donner , D’ou l’importance à mon sens pour une personne autiste de tenir les autres au courant de façon ce qu’ils soient excusés d’avance : cette collègue on a l’impression qu’elle n’a pas de coeur , oui mais elle est asperger alors elle ne sait pas faire autrement on ne peut pas lui en vouloir , , ca évite les malentendus et facilite les relations humaines .

                                    A mon avis ce n’est pas un avantage , c’est une faiblesse , un potentiel que la personne a en moins , la personne autiste n’a pas l’intuition d’une situation , sa compréhension passe par l’analyse et l’intellect au lieu de la compréhension immédiate , non verbale ni explicative .

                                    Les gens normaux peuvent comprendre une situation sans mot ,ou juste par les intonations d’une voix quand par exemple les mots ne sont pas en accord avec les gestes ou les modulations de la voix : les personnes autistes ne captent pas ces subtilités et ont donc une vision erronée du réel .

                                    Un mère comprend les mimiques de son enfant, ses besoins, intuitivement , elle saura ainsi y répondre de façon appropriée , alors qu’une mère autiste va analyser les cris , les mots , sa connaissance de son enfant passe par le filtre de l’intellect .Ainsi si l’ enfant qu’i dit qu’il a mal au ventre et ne veut pas aller à l’école , la mère autiste va l’emmener chez le médecin , alors que la mère normale va capter que l’enfant a besoin d’un câlin , d’un réconfort , que sa plainte est une anxiété psycho-somatique .La mère autiste va avoir du mal à répondre aux besoins émotionnels de son enfants , besoin de câlin , de réconfort ,qui ne passe pas par les mots .Son enfant sera ainsi privé de ces échanges là .

                                    De ce j’ai pu voir des autistes que j’ai fréquenté :ils sont enfermés dans une bulle étanche qui les protège de l’émotionnel .Ils compensent avec l’intellect et se croient donc avoir un super pouvoir et parfois supérieur parce qu’ils ne sont pas touchés par ce qui atteint les gens normaux , ils sont donc capables de plus de tâches au niveau professionnel étant donné qu’ils n’ont pas d’états d’âmes , ils peuvent être chargés de licenciement ou autres tâches ou il n’y a pas besoin d’empathie et ou seul le résultat compte .


                                    • Sparker Sparker 13 septembre 22:12

                                      Merci pour ce témoignage que je comprend de l’intérieur...


                                      • Satine 18 septembre 15:24

                                        @Sparker
                                        merci à vous également :)


                                      • JPCiron JPCiron 15 septembre 21:14

                                        A chacun ses « victoires » !

                                        .

                                        La différence entre vos victoires et les leurs réside peut-être simplement dans la taille et le nombre des « béquilles » qui permettent à chacun de traverser la vie.


                                        .


                                        • personne 17 septembre 13:17

                                          bonjour Emilie,

                                          je tombe par hasard sur cet article qui m’a beaucoup touché car il me ramène à de

                                          nombreuses situations que j’ai vecues et surtout ressenties meme s’il manque des éléments très importants comme l’enfance et surtout l’adolescence(c’est plutot « sportif » à cette période).Mais avec ce que vous dites,je comprends ce que signifie le fait de vous exposer ainsi.

                                          Je ne vais pas vous donner de conseils mais je pourrais vous apporter de nombreux éléments de reflexion sur les situations que vous décrivez.Comme je ne suis pas certain que cela puisse vous aider,je vais me contenter de vous poser une question que j’ai eu la chance de prononcer plusieurs fois:que signifient pour vous concurrence,compétition,jalousie ? Si votre réponse est celle que je suppose,vous comprendrez que ce n’est pas là que vous trouverez des explications.

                                          De la meme façon que les neurotypiques ou normopensants vous sont incompréhensibles ;vous l’etes aussi pour eux sauf à vous déguiser en sorcière ou porter une araignée géante sur le revers,auquel cas vous devenez originale ou excentrique donc étiquetée donc accessible.L« autre solution,qui n’en est pas une non plus,est l’agressivité.

                                          Cela me rappelle les bandes dessinées des Xmen que je lisais ado(il y a longtemps)

                                          et quand je regarde aujourd’hui les films avec des classes 3,4 et 5.

                                          Mais je suis d’accord avec albert123 (qui connait bien ce sujet,il me semble),nous devons nous adapter non parce que nous sommes minoritaires mais parce que c’est notre essence meme si cela peut paraitre insurmontable.

                                          Je vais un peu vous rassurer:après avoir »dégusté« tout ça pendant presque 60 ans

                                          et bien sur la tentation permanente à l’isolement,je pense aujourd’hui que c’est possible avec certains »aménagements« et la conscience de ce que l’on est.

                                          Si je peux donner un conseil,arretez les diagnostics.Vous n’etes pas malade ;vous etes juste différente sans notion d’infériorité ou de supériorité mais je comprends malgré tout que vous le fassiez pour vous rassurer.Par moments,vous devez penser etre folle.

                                          J’ai beaucoup à dire mais devant la petite incertitude sur votre personnalité,je vais m »arreter là.Je pense néanmoins que vous comprendrez mon langage lègèrement

                                          « crypté ».Dans tous les cas,meme si je me trompe,je vous souhaite courage et bonne chance


                                          • Satine 18 septembre 15:23

                                            @personne
                                            Merci beaucoup pour votre message plein d’optimisme !


                                          • Rendezvous 17 septembre 16:18

                                            Bonjour Emilie, 

                                            on peut en parler avec plaisir, certains mots semblent être tout droit sortis de ma tête. Je suis HP et je pense Asperger (pour ce dernier, non établi psychologiquement)

                                            Sans obligation bien sûr.

                                            Deborah


                                            • Satine 18 septembre 15:22

                                              @Rendezvous
                                              Avec plaisir Déborah :)


                                            • Doff 18 septembre 11:19

                                              Bonjour Satine, belle et émouvante description. Toutes les analyses que tu en fais me parlent vraiment, surement parce que j’en partage une grande partie.

                                              Pour apporter de l’eau à ton moulin, rayon « découvertes intéressantes », le CERMEP de lyon (centre d’imagerie médicale) a mis au grand jour, en 2018, une particularité physique caractéristique (que tu cites en introduction, mais là, c’est en image ;)
                                              L’article titre Enfant précoce : une étude démontre enfin leur spécificité cérébrale (Lyon) sur le site de rhone-alpes santé.

                                              Pour la lecture, c’est ici : https://www.ra-sante.com/enfant-precoce-etude-cerveau-lyon-121798.html
                                              Bonne journée à toi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Satine


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès