• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une commémoration aberrante

Une commémoration aberrante

Un détournement de l'Histoire à des fins (ou des défunts) de la propagande patriotique et de l'apologie guerrière

Ce matin, j'ai eu un choc en écoutant les commémorations des médias français fêtant tout à la fois le 14 juillet et le centenaire de la guerre 14-18.

En ce jour doublement funeste dans l'histoire des français, les journalistes célèbrent la Patrie : Vive la France, vive le patriotisme des poilus français, partient la fleur au fusil défendre leur pays !

Quelle infamie de profiter de cette double commémoration pour exhorter le sentiment patriotique nationaliste et faire l'éloge de la guerre et de ses atrocités !

Tous ces corps mutilés, ces gueules cassées, ces rêves et ces espoirs sacrifiés et ces âmes torturées pour cette soit-disant Patrie sanguinaire n'auront donc servis à rien !

Le 14 juillet n'est pas une fête patriotique. C'est le jour de la prise de la Bastille par les révolutionnaires français, le jour de la victoire du progrès social, le jour de la victoire de la lutte des paysans opprimés sur les propriétaires terriens, ces derniers défendant leurs petits intérêts de castes privilégiées et leurs dominations sur le reste de la population française qu'ils soumettent à une existence de misère et de travail aliénant jusqu'à la mort. Le jour où pour reprendre les paroles de La Marseillaise, le sang impur des propriétaires terriens et des aristocrates de père en fils abreuvent les sillons des révolutionnaires, des paysans va-nu-pieds. Le jour de gloire est arrivé pour la lutte des classes marquant un tournant décisif dans l'histoire du progrès social humain.

Et la Première Guerre Mondiale, quel progrès social porte-t-elle dans ses entrailles ? Quelle victoire sociale ces soldats ont-ils gagné en abreuvant de leur sang ces maudites tranchées ?

Dans les faits historiques, matérialistes et objectifs, la Première Guerre Mondiale n'est pas une guerre pour le progrès social. Non. Bien au contraire, c'est une guerre pour étouffer le progrès social. En effet, suite aux révolutions industrielles, aux évolutions technologiques, le travail et sa force s'animent de nouvelles revendications. Le communisme se répend dans les consciences de la classe ouvrière et porte celles-ci vers de nouveaux horizons économiques et sociales. Mais les empereurs et les propriétaires des industries ont peur et tremblent, une fois de plus, de perdre la face, face à la montée de ces nouveaux rêves d'égalité. Alors ils vont monter de toutes pièces cette guerre de tranchées pour étouffer la nouvelle clameur révolutionnaire qui s'élèvent dans les chaumières des ouvriers, les envoyant ainsi au sacrifice pour préserver les intérêts d'une poignée de privillégiés dissimulés derrière la défense de la Patrie.

Cette double commémoration ne devrait donc pas être une éloge de la Patrie et de la guerre mais bien plutôt l'éloge de la Révolution, de la lutte des classes et du progrès social. Les Historiens et les journalistes seraient-ils donc touchés d'une amnésie ? Refouleraient-ils les faits historisques, matérialistes et objectifs pour les intérêts de leurs propres castes privilégiées et dominantes au détriment des générations naissantes et de la formation de leur conscience politique et historique ?

En 2014, 100 ans après cette guerre d'abomination, les poilus ont tous disparus. Ils ont emporté dans leurs tombes les atrocités qu'ils ont vécues dans les tranchées. Leurs dernières preuves historiques comme leurs lettres du front ont toutes été remaniées par la censure de l'époque et actuellement les médias, les castes intellectuelles détournent l'imnomable sacrifice humain de cette guerre pour transmettre un message qui exhorte à la guerre et à l'intolérance entre les Patries.

Ne jouons pas leur jeu, ne devenons pas la chair de leurs canons, rappelons-nous de la clameur des révolutionnaires de 1789 (« A ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates, on les pendra ! ») et rappelons- nous le sacrifice forcé de tous ces poilus qui ont souffert dans leur âme et dans leur chair et jusqu'au péril de leur vie, pour sauver les intérêts de ces quelques castes privillégiées (Monarches, Empereurs, Industriels). Que leur renoncement à la liberté et à la vie ne serve pas de prétexte à une nouvelle guerre pour les élites mais serve à dénoncer la bétise humaine de ces dernières et pour qu'enfin sur leurs tombes puissent fleurir la victoire du progrès social au lieu des ronces de l'atrocité de la guerre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.87/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • Rounga Rounga 15 juillet 2014 08:47

    Le 14 juillet n’est pas une fête patriotique. C’est le jour de la prise de la Bastille par les révolutionnaires français, le jour de la victoire du progrès social, le jour de la victoire de la lutte des paysans opprimés sur les propriétaires terriens, ces derniers défendant leurs petits intérêts de castes privilégiées et leurs dominations sur le reste de la population française qu’ils soumettent à une existence de misère et de travail aliénant jusqu’à la mort. Le jour où pour reprendre les paroles de La Marseillaise, le sang impur des propriétaires terriens et des aristocrates de père en fils abreuvent les sillons des révolutionnaires, des paysans va-nu-pieds. Le jour de gloire est arrivé pour la lutte des classes marquant un tournant décisif dans l’histoire du progrès social humain.

    On se demande si on doit rire en lisant ce paragraphe. La Révolution française a permis à la bourgeoisie de prendre le pouvoir, ce qui a empiré la condition des classes laborieuses qui auparavant avaient les moyens politiques de défendre leurs intérêts. Cet épisode ne peut en aucune manière être érigé en symbole de la lutte pour le progrès social, bien au contraire.


    • chapoutier 15 juillet 2014 08:56

      ne vous inquiétez pas Rouga, aujourd’hui il n’y plus de différence entre l’aristocratie bourgeoise , financière, et celle de l’ancien temps. ils se sont tous mariés entre-eux avec la bénédiction de l’église qui plus est !!!


    • Hervé Hum Hervé Hum 15 juillet 2014 10:13

      C’est vrai rounga, la paysannerie a été manipulé et continu de l’être.

      c’est d’ailleurs très significatif de voir l’auteur s’insurger contre la fausse propagande et en même temps la subir lui même de par l’enseignement reçu à l’école.

      Mais lui au moins cherche à s’émanciper de la propagande officielle, dont acte !


    • Rounga Rounga 15 juillet 2014 10:42

      Les paysans, et aussi les ouvriers. Avec la Révolution ils ont tout perdu.


    • Bergegoviers Bergegoviers 15 juillet 2014 10:53

      J’ai pensé à du second degré en lisant ce paragraphe copié-collé du programme de manipulation mentale du Parti, de plus cela cadrait bien avec le pseudonyme signant ce texte.


      La suite de l’article m’a fait vite déchanter et il me parait, à ma plus grande tristesse, que nous avons affaire à un... ou une... ou les deux (je ne veux pas passer pour un transgendrophobe nauséabond) ... révolutionnaire communiste de plus.

    • passtavie passtavie 15 juillet 2014 12:34

      Ah le mot communiste... C’est devenu un fourre tout pour discréditer toute critique.
      Soit vous êtes un fâcheux facho, soit un affreux coco. Quand on ne mixe pas rouge-brun.


    • Hervé Hum Hervé Hum 15 juillet 2014 12:55

      @ Bergegoviers,

      et dire que c’est vous qui m’avez appris l’aphorisme « la providence se rit de ceux qui vénèrent les causes dont ils déplorent les conséquences ».

      Je serais tenté de penser que vous l’avez vous repris sans en comprendre le sens...


    • lsga lsga 15 juillet 2014 14:37

      Pour rappel, la bourgeoisie, c’était la classe laborieuse de l’époque. 


      1. La bourgeoisie à l’époque, c’est avant tout des commerçants, artisans, ou propriétaires de petites manufactures

      2. Les paysans rêvent de devenir des bourgeois, c’est à dire d’être propriétaires de leur terres pour pouvoir faire commerce de leur production.

      C’est au 19ème siècle que la haute bourgeoisie va émerger, en même temps que la manufacture devient industrie. 

    • mmbbb 15 juillet 2014 14:50

      la revolution n’a pas aboli la propriete privee le fermage s’est perpetue Le ventre capitaliste ( article paru dans le monde littereraire sur la fecondite feminine encourgee par les institutions et reprouvee par l’orde social ) sur la demographie croissante a donner des corps corvéables a la revolution industrielle J’ai passe mon enfance a la campagne dans les familles anciennes la procreation ( 11 enfants parfois ) etait la pour fournir des bras Comme l’ouvrier dont le fils allait a la mine Leur condition humaine etait hereditaire C’est ce qui se passe desormais dans les pays du sud ou la surpolation offre un reservoir de main d’oeuvre inepuisable 1000 morts au Bangladesh une statistique vite oubliee


    • Rounga Rounga 15 juillet 2014 14:53

      Pour rappel, la bourgeoisie, c’était la classe laborieuse de l’époque. 

      Aujourd’hui aussi, la bourgeoisie, du moins la petite, est une classe laborieuse. Patron de PME, primeurs, taxis, médecins, pharmaciens, etc., ce sont des gens qui se lèvent tôt et travaillent beaucoup.


    • julius 1ER 15 juillet 2014 15:29

      @Isga,


      pour une fois ton analyse historique coîncide avec la mienne......

    • hunter hunter 15 juillet 2014 19:17

      je ne comprends pas que Rounga soit moinssé, alors que ce qu’il évoque est parfaitement exact, et que quand c’est confirmé par un autre intervenant, lui est plussé !

      C’est du moinssage « au faciès » (enfin plutôt au pseudo), ou bien ce site est-il devenu un repère de « mal-comprenants » ?

      Adishatz

      H/


    • Hervé Hum Hervé Hum 15 juillet 2014 22:06

      @ hunter,

      Le commentaire de Rounga est en deux affirmations .

      Le 1er écrit « La Révolution française a permis à la bourgeoisie de prendre le pouvoir » ce auquel nous sommes tous d’accord ;

      La 2ème est "ce qui a empiré la condition des classes laborieuses qui auparavant avaient les moyens politiques de défendre leurs intérêts. "

      Ceci peut être discuté, disons plutôt que la condition des classes laborieuses est resté la même au regard du pouvoir politique et économique. Celui ci a été repris par la haute bourgeoisie, celle contrôlant l’appareil financier et commercial de l’époque. La force de l’outil industriel est déjà présente, cependant pas encore reconnu comme tel, car il n’est pas concentré mais toujours divisé, de faible dimension et cloisonné en secteurs d’activités. Donc, Isga a à moitié tort, il y avait déjà une haute bourgeoisie, représenté par le secteur bancaire et du négoce ou commerce international.

      Bon, je ne sais pas si c’est la raison, mais en tout les cas c’est le bémol que j’apporte au commentaire de Rounga.


    • chapoutier 15 juillet 2014 08:52

      vous vous trompez sur le sens des paroles de la Marseillaise

      ’’. Le jour où pour reprendre les paroles de La Marseillaise, le sang impur des propriétaires terriens et des aristocrates de père en fils abreuvent les sillons des révolutionnaires, des paysans va-nu-pieds.’’

      le sang impur est le sang du peuple considéré impur par la noblesse et pas du tout ce que vous écrivez !!!

      et ce n’est pas un appel au meurtre mais au contraire l’appel à la résistance, le sang qui abreuve les sillons est celui du peuple qui résiste, qui se défend.

      pour le reste on est bien d’accord
       


      • julius 1ER 15 juillet 2014 15:33

        je vais faire hurler mais la Marseillaise ne correspond plus à rien de crédible, je dirais que c’est devenu « bateau » c’est presque le minimum auquel on pourrait adhérer, pour être en phase avec ce siècle, il serait beaucoup plus juste de chanter le « chant des partisans » et en faire l’hymne national.


      • libre&consciente libre&consciente 15 juillet 2014 19:32

        @ M. Chapoutier

        Après son interrogatoire à la Prison du Temple, le 11 décembre 1792, lorsqu’il descendit dans la cour des Feuillants, Louis XVI : "fut acceuilli d’un cœur formidable de forts de la halle et de charbonniers qui chantaient à pleine poitrine le refrain de la marseillaise :

        Qu’un sang impur abreuve nos sillons"

        Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, 1868 Selon, cet historien, témoin des évènements, il ne s’agissait pas du sang des révolutionnaires mais bien du sang bleu de l’aristocratie. Vérifiez l’exactitude de vos références M. Chapoutier.


      • libre&consciente libre&consciente 15 juillet 2014 20:08

        Les discours et les déclarations des révolutionnaires de l’époque attribuent le « sang impur » aux contre-révolutionnaires.

        « C’est au Dieu des armées que nous adressons nos vœux : notre désir est d’abreuver nos frontières du sang impur de l’hydre aristocrate qui les infecte : la terreur est chez eux et la mort part de nos mains. Citoyens ! nous serons vainqueurs. » Lettre écrite par 45 volontaires du 3e bataillon de la Meurthe à la municipalité de Lunéville, le 10 août 1792. Henri Beaumont, Histoire de Lunéville, éditions E. Bastien, 1900, p.319.

        Henry Jean Poulet, Les volontaires de la Meurthe aux armées de la Révolution, 1910, éditions Berger-Levrault et cie, p.251. « Quel espoir peut rester à l’empereur et au roi d’Espagne depuis que la justice nationale a scellé la liberté française par le sang impur de ses tyrans ? » Discours de Jacques Nicolas Billaud-Varenne devant la Convention nationale, le 20 avril 1794. Réimpression de l’Ancien Moniteur : Convention Nationale , tome XX, 1861, p.266 « Nous sommes ici à exterminer le restant des chouans, enfouis dans des bois ; le sang impur des prêtres et des aristocrates abreuvent donc nos sillons dans les campagnes et ruisselle à grands flots sur les échafauds dans nos cités. Jugez quel spectacle est-ce pour un républicain animé, comme je le suis, du plus pur amour du feu le plus sacré de là liberté et de la patrie qui brûle dans mes veines. » Lettre de Cousin à Robespierre, à Cossé le 27 nivôse an II (16 janvier 1794). P.J.B Buchez et P.C. Roux, Histoire Parlementaire de la Révolution française, ou Journal des Assemblées nationales depuis 1789 à 1815, tome 35, 1837, p.400. « Eh bien, foutre, il n’en coûtera pas plus pour anéantir les traîtres qui conspirent contre la République. La dernière heure de leur mort va sonner ; quand leur sang impur sera versé, les aboyeurs de l’aristocratie rentreront dans leurs caves comme au 10 août. » Jean-René Herbert, Le Père Duchesne P.J.B Buchez et P.C. Roux, Histoire Parlementaire de la Révolution française, ou Journal des Assemblées nationales depuis 1789 à 1815, tome 35, 1837, p.400. « Par toute la France le sang a coulé mais presque partout cela a été le sang impur des ennemis de la Liberté, de la Nation et qui depuis longtemps, s’engraissent à leurs dépens. » Napoléon Bonaparte, lettre écrite à son frère Joseph, le 9 août 1789. J. Tulard, Napoléon : ou le mythe du sauveur, Fayard, 1989.

        La version de l’Histoire que vous proposez est récente. Elle date des années 2000 :

        Dimitri Casali, L’histoire de France interdite, 2012, : « La phrase « qu’un sang impur abreuve nos sillons » est tout particulièrement déformée et vidée de son contexte. Elle signifie, en vérité, que les soldats de 1792 étaient fiers de verser leur propre sang pour leur patrie - « leur sans impur », par opposition au sang bleu des aristocrates, eux qui n’étaient pas nobles ».
        Frédéric Dufourg, La Marseillaise, Paris, Le Félin, 2008, 48.


      • chapoutier 16 juillet 2014 08:50

        libre&consciente

        j’ai vérifié et ’’’ oups ’’’ vous avez raison  smiley


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juillet 2014 12:45

        A l’epoque, sang = race et race = patrie, identité. Le sang « impur »est toujours celui des autres. De l’etranger puis, par extension, de ennemi. On a voulu inventé cette loufoquerie que le patriote aurait désigné sont propre sang comme impur, parce que, vu la nouvelle notion « correcte » de l« dentité nationale que contrariait un investissemnet émotif, il semblait plus simple de changer le sens des mots de la Marseillaises que les mots eux-memes. Une correction »à la 1984« avant l’heure. Une preuve entre mille qu ceux qui nous font notre »pensée correcte" la faconnent au goûr du jour et nous prennent tous pour des cons... une hypothese sur laquelle je retiens mon jugement, 


        Vous pouvez trouver une multitude d’exemples de ces substitutions de sens a la seule relecture itérative des medias, de mois en mois. ...

         PIerre JC Allard

      • Piloun 22 juillet 2014 14:39

        Alors premièrement Michelet n’est pas témoin de ces évènements ensuite si vous vous référez à ce fieffé menteur, falsificateur, idéologue républicain, c’est que vous manquez foncièrement de discernement. 

        Bonjour


      • Piloun 22 juillet 2014 14:43

        Alors premièrement Michelet n’est pas témoin de ces évènements ensuite si vous vous référez à ce fieffé menteur, falsificateur, idéologue, c’est que vous manquez foncièrement de discernement. 

        Bonjour

        Ps Jules Michelet ce pseudo historien, qui était certes un merveilleux écrivain(il faut dire qu’il était agrégé de lettre et non d’histoire^^), est né en 1798.


      • libre&consciente libre&consciente 22 juillet 2014 15:22

        Et que dire de Piloun ce sombre inconnu dont il ne restera rien et dont le nom sombrera dans l’oubli le plus total après sa disparition et surtout sa vision erronnée et révisionniste de l’histoire qui sera pris pour une belle imposture...


      • claude-michel claude-michel 15 juillet 2014 09:43

        +++ Vous avez raison...il y a longtemps que cette fête est détournée par la mafia-politique a leurs profits...avec hélas la participation des médias..Affligeante époque.. !


        • bourrico6 15 juillet 2014 10:13

          Ca m’étonnes pas, dès qu’il y a une connerie d’écrite, faut que tu sois d’accord avec.


        • claude-michel claude-michel 15 juillet 2014 10:54

          Cher ami bourrico6...

          La névrose hystérique...Les névroses sont des maladies psychiatriques..Elles entraînent une gêne sociale notable chez ceux qui en souffrent, et les limite beaucoup dans leur vie individuelle.... Elle est la conséquence de la fixation symbolique de l’angoisse sur des symptômes physiques ou psychiques. L’angoisse n’est pas vécue comme telle : elle est convertie de façon inconsciente en pseudo-symptômes physiques...Cette névrose se développe sur des personnalités de type hystérique, qui présentent en général les caractères suivants : Un égocentrisme important ;
          • Un besoin d’être apprécié de l’entourage qui les conduit à adapter leurs idées et leurs opinions à leur audience afin de mieux les séduire, voire à raconter des histoires (mythomanie) ;

          • Une exubérance et une grande démonstrativité ;

          • Une théâtralisation avec dramatisation de toutes les situations : ce sont des personnes qui se « mettent en scène »,

          • Un besoin avide d’affection et de séduction qui conduit à érotiser les rapports sociaux tout en se retirant des que la situation devient plus impliquante ;

          • Une tendance à nouer des liens assez factices. …...Le principal traitement est basé sur la prise d’anxiolytiques. Ils réduisent l’anxiété ou l’angoisse. Ils n’agissent donc pas sur le symptôme névrotique mais sur l’angoisse associée. Ils sont utiles en cas de manifestation aiguë (crise de nerf, spasmophilie…), mais ne sont pas sans inconvénient : certains entraînent des troubles de mémoire, voire des accès confus. Ils peuvent même déclencher des troubles du comportement. ...Bon traitement en vous souhaitant un prompt rétablissement..



        • eric 15 juillet 2014 10:11

          Et encore un point PISA !

          On le voit bien, ce n’est pas seulement le calcul et l’écriture qui nous situent aux derniers rangs internationaux, même en histoire, discipline pourtant chère au cœur des français, la nullité se répand. Je ne reprendrai pas toutes les lacunes ici présente, mais cela part fort dès le début http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2012/03/11/qu-un-sang-impur-abreuve-nos-sillons_1656090_3232.html

          Dans une démocratie, tous le monde doit avoir le droit de vote, mais on se prend parfois à se dire que le niveau certif. pourrait quand même etre considéré comme un minimum....


          • Bergegoviers Bergegoviers 15 juillet 2014 10:57

            Eric, la démocratie est un système politique dans lequel les dirigeants sont désignés par tirage au sort.

            L’aristocratie, par contre, est un système politique dans lequel le peuple choisit, souvent par élection, les meilleurs pour le diriger (« aristos »="le meilleur", en grec).

            Mais en l’affirmant c’est moi qui fait baisser la note PISA, car je me refuse à répéter fidèlement le programme d’endoctrinement mental qui me permettrait d’y bien figurer.

          • eric 15 juillet 2014 11:22

            Faux ! Ce dont vous parlez, c’est une « tiragausortaucratie ».

            Remplacer l’humain avec ses imperfections, par des principes abstraits et potentiellement contradictoires, pour trancher dans des conflits humain, c’est la garantie de l’inhumain.
            C’est du reste pour cela que dans les vraies démocraties, les droits de l’opposition sont larges et garantis. 50,01%, ne donne pas le droit de faire n’importe quoi.
            Sarkozy l’avait bien compris, qui, le premier, a renforcé comme jamais les droits de l’opposition et les possibilités d’expression directe du peuple dans notre république. Voir le détail dans le livre d’Alain Duhamel.

            Aujourd’hui, nous sommes en pleine régression démocratique, mais le pli est prit. La prochaine alternance renforcera encore le rôle de l’opposition, ou de ce qu’il en restera, et des citoyens et c’est une bonne chose


          • Hervé Hum Hervé Hum 15 juillet 2014 13:07

            Sarkozy l’avait bien compris, qui, le premier, a renforcé comme jamais les droits de l’opposition et les possibilités d’expression directe du peuple dans notre république. Voir le détail dans le livre d’Alain Duhamel

            Prendre Duhamel comme référence, c’est sûr on y croit.

            Sinon, c’est pour cela que Sarlozy, fraichement élu à fait voter le traité de Lisbonne, préalablement rejeté par « l’expression directe du peuple ».

            Quant au renforcement des droits de l’opposition, encore faudrait il qu’il y en ait une... ! Un opposition de personnalité, c’est sûr, il y en a, il n’y a que ça d’ailleurs, mais une opposition d’idées... Le droit a été effectivement renforcé pour les faire taire, c’est à dire, leur interdire les grands médias et donc l’accès à l’opinion publique.


          • julius 1ER 15 juillet 2014 15:40

            Eric aussi a fait l’école du rire, il fait parti des 33% de nostalgiques de Sarkosy, ce sont les derniers sondages, nostalgie quand tu nous tiens !!!!!!!!!


          • eric 15 juillet 2014 16:19

            Julius premier, 33% pour un premier tour, cela tient du plébiscite...Il n’y a personne d’autre a ce niveau en France aujourd’hui. Mais cela m’importe peu. L’essentiel est une victoire de la droite assez large pour mettre en route la vraie réforme de l’Etat. Après qui que ce soit, cela me va. Juste,je pense que Sarko est assez méchant, autoritaire, ruse, malin, pour y aller et y bine aller, parce que cela ne sera pas « gentil ». Les conservatismes en face ne se laisseront pas faire. Mais si un autre leader de droite parvient a rassembler assez d’énergie, cela me va aussi bien sur...


          • Hervé Hum Hervé Hum 15 juillet 2014 16:37

            Mille excuse Eric, je n’avais pas remarqué que vous étiez un béniouioui.

            Vous en avez de la chance !


          • eric 16 juillet 2014 09:15

            Que non ! Je dis « non » en bloc et en détail au racket social auquel se livrent les classes sociales de gauche sur notre pays et en particulier au dépends des plus défavorisés. N’importe quelle solution qui nous permettra d’en sortir pour plus de justice me convient. Et dites, dans le genre béni oui-oui, vous avez voté pour qui aux dernières présidentielles ? Pour l’homme des exonération d’impots pour les riches électeur socialistes (seuls les 53% les plus riches payent lIR en France) pendant qu’on bloque les petites retraites et qu’on taxe les heures sup des travailleurs modestes, ou vous vous êtes juste abstenu pour le laisser passer ?


          • jef88 jef88 15 juillet 2014 11:03

            ce qui est célébré c’est la fête de la fédération : le 14 juillet 1790
            quand aux commentaires sur les paroles de la marseillaise, il faudrait se reporter au mode de pensée et au vocabulaire de l’époque ......
            mais certains ne peuvent pas sortir du politiquement correct actuel


            • lsga lsga 15 juillet 2014 16:25

              ah... le négationnisme a de beau jour devant lui en France. 

               
              « En regardant de plus près la « Loi du 6 juillet 1880 qui établit un jour de fête nationale annuelle », le doute s’installe. Sont définis le jour, le mois, mais pas l’année à laquelle elle se réfère. Pourtant, il n’y a pas de quoi s’étonner : le texte a été voulu ainsi, ambigu et conciliant. »

              Le 14 juillet fête la prise de la bastille. Mais pour faire plaisir aux néofachistes et aux raclures royalistes, à l’époque, ils ont laissé planer le doute.

              « En 1880, certains élus trouvent ça encore moins drôle que Chateaubriand. Pour eux, cette page d’histoire reste entachée de sang. Ils jugent l’événement trop violent et demandent que l’on retienne plutôt la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790. La date est plus consensuelle : ce jour-là, Louis XVI réunissait la garde nationale au Champ-de-Mars pour prêter serment à la Nation et à la loi. Tout le monde était uni. Ironiquement, ce 14 juillet-là avait été choisi pour fêter... le premier anniversaire de la Prise de la Bastille.  »

              Mais l’idée de départ, c’était bien de fêter l’abolition de la monarchie. 

            • eric 16 juillet 2014 09:19

              Ce n’est vraiment plus possible ! Et encore un point PISA ! Des « néo-fascistes » en 1790 !
              Il devient vraiment indispensable de refaire de l’histoire sérieusement dès le primaire ! Vous me direz, ce n’est pas très grave ; Voir ! Avec cette incapacité à distinguer un vrai fasciste quand ils en voyaient un, toutes les gauches a part les trotskistes, mais existent ils ?) ont peuple la collaboration vichyste. Même les communistes ont mis du temps à comprendre. L’ignorance peut tuer !


            • titi 20 juillet 2014 20:33

              « Mais l’idée de départ, c’était bien de fêter l’abolition de la monarchie.  »

              Bah non... la fête de la « fédération », c’est la fédération de toutes les composantes politiques de la France : tiers état, aristocratie, clergé autours de la Loi.

              Ce qui en clair veut dire : transformation de la monarchie absolue, en une monarchie parlementaire.

              Donc on parle encore de monarchie ...


            • 1871-paris 1871-paris 15 juillet 2014 11:06

              Le 14 juillet est soit disant la date de l’unification et du rassemblement dès la république, créant son drapeau Tricolore, bleu pour la bourgeoisie (on notera en premier), blanc pour la monarchie, rouge pour le peuple travailleur (en dernier !).
              Tout un symbole, que du symbole !
              Le vrai période de la révolution populaire fut durant l’année 1792 et surtout le 10 Aout, puis le paroxysme atteint le 21 janvier 1793...

              Si le peuple eu été réellement libéré des possédants et autres intrigants, ce serai le 10 Aout jour de fête nationale !


              • scalino scalino 15 juillet 2014 15:17

                Le drapeau français c est le blanc de la monarchie entouré par les couleurs de paris (symboliquement le peuple de paris vous pouvez verifier ) le rouge pour les travailleurs ça existait pas (vu que le proletariat c est après) inventé par des interpretations qui vous arrangent s’il vous plait smiley


              • eric 16 juillet 2014 09:22

                Tout a fait et même remarque que ci-dessus. On commence par dire n’importe quoi sur les drapeaux et on finit par éditer des Faurissons, comme « la vielle taupe », éditeur d’extrême gauche ou on trouvait notamment le frère de Cohn Bendit.
                Le révisionnisme négationniste n’a pas de frontières... !


              • juluch juluch 15 juillet 2014 12:20

                Le 14 juillet pas une fête patriotique ??


                Ca alors !!!! 
                 smiley

                Cette date commémore deux événements : Prise de la Bastille en 1789 et la fête de la fédération en 1790.

                14/18 fut une guerre meurtrière, comme tous les conflits.

                Il ne faut pas soutenir la guerre mais ceux qui l’a font.

                Alors oui, le 14 juillet est une fête patriotique et Nationale.


                Honneurs aux Anciens !

                • julius 1ER 15 juillet 2014 15:26
                  14/18 fut une guerre meurtrière, comme tous les conflits.
                  Il ne faut pas soutenir la guerre mais ceux qui l’a font.
                  Alors oui, le 14 juillet est une fête patriotique et Nationale.
                  Honneurs aux anciens
                  @ juluch

                  pinces-moi ou je rêve !!!!!!!!!!!!! alors ce sont des gens comme toi qui vont repartir au front lors de la prochaine avec des pensées aussi sclérosés, eh bien nos dirigeants peuvent se frotter les mains la chair à canon est déjà dans les starting-blocks ............. ;

                • juluch juluch 15 juillet 2014 15:46

                  Non tu ne rêves pas.


                  Je porte aussi l’uniforme Julius.

                  Et je penses que tu n’as pas compris le sens de mes phrases.

                • lsga lsga 15 juillet 2014 16:33

                  ah... le négationnisme a de beau jour devant lui en France. 

                   
                  « En regardant de plus près la « Loi du 6 juillet 1880 qui établit un jour de fête nationale annuelle », le doute s’installe. Sont définis le jour, le mois, mais pas l’année à laquelle elle se réfère. Pourtant, il n’y a pas de quoi s’étonner : le texte a été voulu ainsi, ambigu et conciliant. »

                  Le 14 juillet fête la prise de la bastille. Mais pour faire plaisir aux néofachistes et aux raclures royalistes, à l’époque, ils ont laissé planer le doute.

                  « En 1880, certains élus trouvent ça encore moins drôle que Chateaubriand. Pour eux, cette page d’histoire reste entachée de sang. Ils jugent l’événement trop violent et demandent que l’on retienne plutôt la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790. La date est plus consensuelle : ce jour-là, Louis XVI réunissait la garde nationale au Champ-de-Mars pour prêter serment à la Nation et à la loi. Tout le monde était uni. Ironiquement, ce 14 juillet-là avait été choisi pour fêter... le premier anniversaire de la Prise de la Bastille.  »

                  Mais l’idée de départ, c’était bien de fêter l’abolition de la monarchie. 

                • eric 16 juillet 2014 09:28

                  A julius premier, pire qu’un aveux, si les Nazis reviennent, ou « pire », dans votre jargon, si l’impérialisme anglosioniste du NOM totalitaire qui que, de l’élite ultralibérale mondialisée, etc... veut nous imposer quoi que ce soit par la force, il sait déjà qu’il trouvera de sympathiques pacifistes pour se soumettre et collaborer.
                  Pas question de se battre. Je pense que cela allait sans dire, mais que vous leur rendez quand même service en les prévenant...Allez y les gars !
                  Remarquez, c’est respectable. Ce furent par exemple les motivations du père de Jospin...Pacifisme d’abord. Est ce compatible avec d’autres discours plus « engagés ». Je ne le crois pas...


                • TSS 17 juillet 2014 00:27

                  il sait déjà qu’il trouvera de sympathiques pacifistes pour se soumettre et collaborer.
                  Pas question de se battre. Je pense que cela allait sans dire, mais que vous leur rendez quand même service en les prévenant...Allez y les gars !

                   --------------------------------
                   Pour parler de la guerre il faut l’avoir faite !

                   Moi qui suis allé en Algérie j’ai conseillé à mes enfants d’attendre que les salopards qui decident des guerres et qui nous gouvernent soient en 1ère ligne avant de leur emboiter le pas...et encore... !!


                • CASS. CASS. 15 juillet 2014 13:32

                  14/18 fut une guerre meurtrière au nom de grands industriels, voir qui s’en sont mis plein les poches avec les guerres 14- 18 et 39-40 toujours les mêmes.et ça continue


                  • CASS. CASS. 15 juillet 2014 13:39

                    un les familles rothschilds and co.


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 juillet 2014 14:25

                      Remarque : A ce jour il n y a pas eu une « Guerre mondiale », peut-être est-elle à venir pour bientôt... 14-18 et 39-45 sont les produits de la métamorphose guerrière occidentale, si d’autres continents ont été enrôlés et payé un prix fort malgré eux c’est parce qu’ils étaient déjà depuis longtemps occupés par les nations européennes qui voulaient et luttaient pour l’hégémonie mondiale ! Il faut donc parler de guerres occidentales.

                      Pour le reste de ... L’aberration, voir mes précédents commentaires à l’article : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/demilitariser-la-fete-nationale-154346?debut_forums=100#forum4073892

                      «  »" « »je pense que la date du 26 Août 1789 est celle qui devrait être retenue comme fête Nationale (festive et chômée).« »

                      Je pense qu’il y a mieux ! La date du 13 mai qu’on pourrait baptiser « Résurrection » ferait bien « une journée de fête nationale française » : On pourrait même parler de « printemps hexagonal », qu’en pensent les nuls et les blindés ? On est sûr alors que cette « fête » intéressera la France hexagonale, la France d’outre-mer, la France d’outre-merde, la France d’en haut de la Rive Nord, la France d’en Bas de la Rive Sud, ainsi que tous les anciens départements faussement indépendants et qui ne veulent surtout pas l’être !!!

                      A mon commandement : Démilitarisez-vous !

                      Rappel : VOUS NE POUVEZ ÉCHAPPER A VOTRE HISTOIRE !

                      La contre-révolution française du XVIII siècle a enfanté la TERREUR et le TERRORISME : Personne ne peut le nier ! Presque dans chaque village et dans chaque ville de France il y avait la Machine de Guillotin fièrement dressée pour couper des têtes qu’il ne fallait pas couper !

                      Si le débordement de la France sur les autres continents n’avait pas eu lieu, les Français fortement terrorisés par ceux qui ne voulaient pas lâcher leurs privilèges, se seraient exterminés. C’est ainsi que la France TERRORISÉE puis devenue TERRORISTE avait exporté la TERREUR et le TERRORISME sur d’autres continents, notamment en Afrique du Nord où les généraux français se sont donnés aux enfumades et à l’extermination des « indigènes » ! Le silence des faux responsables africains d’aujourd’hui est aussi coupable que la volonté des Français à vouloir occulter l’histoire !

                      La Révolution des « droits humains » qui devait avoir lieu en Occident avait pris racine en Angleterre et en Amérique ; la France en « récupérant » cette revendication humaine en avait déformé et les moyens et la fin, les résistances de la « noblesses » et des « affairistes » avaient alors produit le TERRORISME qui maintenait et même produisait plus de privilèges pour les « uns » et donc plus de détresse pour le peuple français !

                      La France qui avait connu l’échec en Amérique (contrairement à l’Angleterre) a plus tard sombré en Afrique du Nord ; après une « colonisation » avortée elle avait élaboré sa NOUVELLE IDÉOLOGIE de la THÉORIE ET PRATIQUE DU TERRORISME pensée par les scientifiques (toutes catégories confondues), eux-mêmes secondés par les « Amis de la cause du machin du truc de ceux qui se disaient hypocritement anti-impérialistes » mais servaient les « intérêts de la France »... puis appliquée sur le terrain par une armée mortellement déçue et à la recherche de la gloire ! La « décolonisation inévitable... La France voulait »sauver sa face« en organisant des génocides : AU DIABLE LA FAUSSE HISTOIRE DES ARCHIVES MOISIES écrite par la France et pour la France, bizarrement ingurgitée par les indigènes ignorants et la reproduisent inconsciemment !
                       
                      Il n y a rien en dehors de la » SYNTHÈSE DES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES «  de 2003, qui corrige la perfidie de l’histoire et honore la Mémoire des Morts !

                      Les »armées indigènes« qui acceptent aujourd’hui l’invitation de l’Élysée criminelle et veulent ramper à plat ventre sur le pavé des Champs-Élysées pour honorer et servir l’idéologie Mariannesque, n’ont ni honneur, ni dignité, ni patriotisme : Ils sont maudits par l’esprit du Soldat inconnu « Mort » non pas « pour la France », mais à cause de la France ! Cette différence a elle seule explique plus que ne le fait la totalité de la paperasse faussement historique produite depuis des siècles...«  »"



                      • scalino scalino 15 juillet 2014 15:12

                        Pathétique votre haine de la france smiley

                        Je me fatiguerais pas a demonté votre analyse vous le meriter pas 


                      • julius 1ER 15 juillet 2014 15:54

                        @ M Majdour

                         c’est du lourd et c’est une vision fantasmée de l’histoire même les chiffres ne correspondent à rien, des guillotines il n’y en pas eu plus que quelques unités en service au plus fort de la Révolution car il fallait d’abord passer par la case prison avant d’être guillotiné....et dans les campagnes c’était plus long qu’à Paris............pour le reste de ton intervention, cela respire la haine et je ne vois rien de positif ni même un soupçon d’humanisme dans tes propos...... si tu es le résultat du colonialisme alors oui il faut qu’on se repente de suite car vraiment le colonialisme a fait du dégât !!!!!!!!

                      • Castel Castel 15 juillet 2014 14:30

                        Je suis surpris par le nombre de votes positifs. Je trouve l’analyse extrêmement manichéen (et donc superficiel). Comme si l’éventuel éloge de la patrie ne masquait pas un romantisme hypocrite sur un domaine qui n’existe plus véritablement (l’existence des nations en Europe), comme si la révolution de 1789 n’avait pas eu besoin d’une nation éclairée et existante pour diffuser des idées, comme si la bourgeoisie n’avait pas eu besoin de la révolution française pour faire passer des lois anti-humaniste (la loi le Chapelier principalement). Bref... un article faible ou un article testeur.


                        • tf1Groupie 15 juillet 2014 14:48

                          On est toujours dans la detestation de son pays.

                          Quand on célébre une fête nationale on se rassemble derrière son drapeau sans pinailler sur tel ou telle détail qu’on n’aurait pas aimé.

                          C’est très français de toujours trouver quelque chose qui justifie que l’on s’auto-dénigre.

                          Au final la fraternité elle n’existe pas en France, c’est pitoyable !


                          • julius 1ER 15 juillet 2014 15:19

                            Au final la fraternité elle n’existe pas en France, c’est pitoyable !

                            @ TF1,
                             tu es con où tu le fais exprès, quelle fraternité dont tu parles ??????? celles des riches qui ne veulent plus payer d’impôts ici , des ouvriers qui votent FN alors que leur voisin d’atelier est arabe ou presque.......... ???????????????,

                          • alinea alinea 15 juillet 2014 15:59

                            On est frère contre un pouvoir, tf1 !! on n’est pas frère avec lui !
                            On est frère avec les révolutionnaires, avec les poilus, pas avec les cons qui fêtent cela aujourd’hui !!


                          • julius 1ER 15 juillet 2014 15:13

                            bon article qui soutient la thèse que je partage par ailleurs qu’aucun enseignement n’a été tiré de ce conflit meurtrier ni de l’autre qui a suivi aussi ........... c’est consternant et révélateur de la volonté d’amnésie des peuples bien relayée et aidé par les médias et la propagande officielle, si 20 à 25% de nos concitoyens relaient les thèses du FN cela en est bien la preuve.........

                            Quelle infamie de profiter de cette double commémoration pour exhorter le sentiment patriotique nationaliste et faire l’éloge de la guerre et de ses atrocités !Tous ces corps mutilés, ces gueules cassées, ces rêves et ces espoirs sacrifiés et ces âmes torturées pour cette soit-disant Patrie sanguinaire n’auront donc servis à rien !

                            lorsque vous exprimez cela je peux dire qu’on est au moins deux à le ressentir .......



                            • scalino scalino 15 juillet 2014 15:44

                              Etre patriotes et nationalistes = faire l éloge de la guerre 


                              Mais bien sur j’ai jamais vu si simpliste 
                              Essayer d’etre fier d’etre français au moins juste pour ce jour et vous recueillir mais non vous preferer crachez sur les morts et leurs dire qu’ils sont des idiots smiley



                              • julius 1ER 15 juillet 2014 16:09

                                Etre patriotes et nationalistes = faire l éloge de la guerre 

                                Mais bien sur j’ai jamais vu si simpliste 

                                Essayer d’etre fier d’etre français au moins juste pour ce jour et vous recueillir mais non vous preferer crachez sur les morts et leurs dire qu’ils sont des idiots
                                @scallino
                                on ne crache pas sur les morts ni on ne les traites d’idiots, çà c’est votre vision édulcorée de la chose. 
                                pour ma part après avoir fait des recherches dans les archives des armées ouvertes en 2001 et accessibles à tous, j’ai pu constater que plus de 200 soldats portant mon patronyme sont disparus sur les différents champs de bataille, alors que je n’ai pas vu autant de Rotschild ou De Wendel et consorts disparus sur les champs de bataille.(et pourtant ce sont de grandes familles !!!

                                alors Scallino votre patriotisme et nationalisme d’opérette vous pouvez vous le carrer où je pense.


                              • scalino scalino 15 juillet 2014 16:18

                                Mais arretez d’analyser un conflit juste sous une seul grille d analyse 

                                les industriels militaire se sont fait des profits et c est scandaleux je suis tout a fait d’accord mais jusqu’a preuve du contraire on honore les combattants ce jour là pas les rotschilds and co eet comme je dis plus loin c’etait quoi la solution se laisser gentiment battre par les allemands 
                                 Et oui je suis patriote et nationalistes mais je suis beaucoup plus ouvert que vous et comprends que les choses sont toujours plus complexes que ce que vous presentez 

                              • alinea alinea 15 juillet 2014 15:57

                                Non seulement cette guerre n’était pas une guerre pour des progrès sociaux, mais par l’humiliation faite aux vaincus, elle a été l’initiatrice de toutes les horreurs qui ont suivi, de la deuxième guerre mondiale à la guerre en Yougoslavie ! Pas de quoi faire la fête, non !


                                • scalino scalino 15 juillet 2014 16:11

                                  C’est sur fallait laisser les gentils allemands nous envahirent bien gentiment 


                                  Je veux bien que on critique la paix qui a été faite a la fin mais faut pas etre absurde :la guerre en yougoslavie la faute de la paix de 18 mort de rire c’est sur les laisser dans l’empire autrichien c’etait la solution suis je bete smiley


                                • alinea alinea 15 juillet 2014 18:48

                                  Une fois la guerre gagnée ( c’est de bonne guerre de vouloir -ou devoir ?- la gagner !) ; après la victoire, pourquoi l’humiliation du traité de Versailles ?
                                  Le vengeance est un plat qui se mange froid, et sachez bien que je n’invente pas ces conséquences !! D’autres plus sérieux que moi l’ont analysé !!


                                • Diogène diogène 15 juillet 2014 18:41

                                  Qu’est-ce que ça peut bien faire, l’origine historique de la fête du 14 Juillet ?

                                  Tout le monde ne sait pas que le premier avril était le jour de l’an avant le calendrier grégorien et ça n’empêche pas de faire les cons ce jour-là ?
                                  Et pour Noël, y en a encore qui s’engueulent sur le jour, l’année, et même l’existence du mec à qui on souffle les bougies ?
                                  Ça n’empêche pas de se taper la cloche !
                                  Le 14 Juillet, c’est le salon du Bourget pour les armées de terre, gratuit pour tout le monde, même ceux qui paient : les contribuables.

                                  • libre&consciente libre&consciente 15 juillet 2014 18:58

                                    @ M. Chapoutier

                                    Après son interrogatoire à la Prison du Temple, le 11 décembre 1792, lorsqu’il descendit dans la cour des Feuillants, Louis XVI : "fut acceuilli d’un cœur formidable de forts de la halle et de charbonniers qui chantaient à pleine poitrine le refrain de la marseillaise :

                                    Qu’un sang impur abreuve nos sillons"

                                    Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, 1868

                                    Selon, cet historien, témoin des évènements, il ne s’agissait pas du sang des révolutionnaires mais bien du sang bleu de l’aristocratie. Vérifiez l’exactitude de vos références M. Chapoutier.



                                    • Rounga Rounga 15 juillet 2014 19:14

                                      Jules Michelet, même s’il semble avoir été témoin d’évènements précédant de 6 ans sa naissance, est l’une des sources les moins fiables que l’on puisse citer.


                                    • libre&consciente libre&consciente 15 juillet 2014 19:23

                                      Mais bien sûr M. Rounga, vous êtes Une Référence dans la matière, un grand historien français étudié dans les universités qui proposent un cours sur la Révolution Française. 

                                      Un peu de respect je vous prie pour l’Histoire. Vous prenez vos rêves et vos valeurs pour la réalité, n’essayez pas de détourner le cours de l’Histoire pour promouvoir votre vision personnelle des faits. L’Histoire de la France ne vous appartient pas.


                                    • Rounga Rounga 15 juillet 2014 22:11

                                      Tous les historiens qui ont travaillé à partir de documents et de sources sérieuses se sont aperçus que Michelet n’avait pas fait la même démarche. C’était plus un écrivain du roman national qu’un historien rigoureux, et aucun historien contemporain n’oserait citer Michelet pour étayer une thèse.


                                    • libre&consciente libre&consciente 15 juillet 2014 22:18

                                      Mauvaise foi


                                    • Rounga Rounga 15 juillet 2014 22:48

                                      Il me semble avoir touché une de vos idoles. Ce n’était pas mon intention de vous froisser, mais si vous en avez l’occasion, demandez à un historien professionnel si Michelet est fiable.


                                    • Hervé Hum Hervé Hum 15 juillet 2014 22:48

                                      @ l’auteure,

                                      A priori, ni vous ni Chapoutier avez raison.

                                      "La création de l’hymneLa Marseillaise a été écrite par Rouget de Lisle à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792, à la suite de la déclaration de guerre du roi à l’empereur d’Autriche.
                                      Elle était à l’origine baptisée « Chant de guerre pour l’armée du Rhin »

                                      Bref, le sang impur n’est pas celui du noble ou du révolutionnaire, mais de l’autrichien et in extenso, de tous ceux qui voudraient briser la révolution française.

                                      Et de fait, le premier couplet commence bien par nommer l’ennemi, « ces féroces soldats ».

                                      Après, on peut toujours aller chercher midi à quatorze heure, mais j’en vois pas l’intérêt !!!


                                    • Auxi 15 juillet 2014 19:30

                                      Il faut saluer le travail de Jacques Tardi sur la guerre de 14-18. Particulièrement bien documentées, ses BD (C’était la guerre des tranchées, Adieu Brindavoine…) montrent l’hallucinante sauvagerie de la guerre et démontent, chiffres et citations à l’appui, le mensonge patriotique des nations belligérantes, détaille les profits faramineux des maîtres de forges, entre autres, et l’éternelle, l’abyssale connerie militaire. Saviez-vous que, si nos soldats portaient des pantalons rouges, ce qui évidemment faisait le régal des tireurs d’élite allemands, surtout sur fond de neige, c’était pour écouler, à grands frais, les stocks excédentaires des fabricants du colorant rouge « garance » utilisé à cet effet ? Cette simple anecdote dit tout sur la guerre, ce « massacre entre gens qui ne se connaissent pas au profit exclusif de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas ».


                                      • libre&consciente libre&consciente 15 juillet 2014 20:06

                                        Vous trouverez ma citation à la page 146 du livre de Michelet
                                        Les discours et les déclarations des révolutionnaires de l’époque attribuent le « sang impur » aux contre-révolutionnaires.

                                        « C’est au Dieu des armées que nous adressons nos vœux : notre désir est d’abreuver nos frontières du sang impur de l’hydre aristocrate qui les infecte : la terreur est chez eux et la mort part de nos mains. Citoyens ! nous serons vainqueurs. » Lettre écrite par 45 volontaires du 3e bataillon de la Meurthe à la municipalité de Lunéville, le 10 août 1792.
                                        Henri Beaumont, Histoire de Lunéville, éditions E. Bastien, 1900, p.319.
                                        Henry Jean Poulet, Les volontaires de la Meurthe aux armées de la Révolution, 1910, éditions Berger-Levrault et cie, p.251.
                                        « Quel espoir peut rester à l’empereur et au roi d’Espagne depuis que la justice nationale a scellé la liberté française par le sang impur de ses tyrans ? » Discours de Jacques Nicolas Billaud-Varenne devant la Convention nationale, le 20 avril 1794.
                                        Réimpression de l’Ancien Moniteur : Convention Nationale , tome XX, 1861, p.266
                                        « Nous sommes ici à exterminer le restant des chouans, enfouis dans des bois ; le sang impur des prêtres et des aristocrates abreuvent donc nos sillons dans les campagnes et ruisselle à grands flots sur les échafauds dans nos cités. Jugez quel spectacle est-ce pour un républicain animé, comme je le suis, du plus pur amour du feu le plus sacré de là liberté et de la patrie qui brûle dans mes veines. » Lettre de Cousin à Robespierre, à Cossé le 27 nivôse an II (16 janvier 1794).
                                        P.J.B Buchez et P.C. Roux, Histoire Parlementaire de la Révolution française, ou Journal des Assemblées nationales depuis 1789 à 1815, tome 35, 1837, p.400.
                                        « Eh bien, foutre, il n’en coûtera pas plus pour anéantir les traîtres qui conspirent contre la République. La dernière heure de leur mort va sonner ; quand leur sang impur sera versé, les aboyeurs de l’aristocratie rentreront dans leurs caves comme au 10 août. » Jean-René Herbert, Le Père Duchesne
                                        P.J.B Buchez et P.C. Roux, Histoire Parlementaire de la Révolution française, ou Journal des Assemblées nationales depuis 1789 à 1815, tome 35, 1837, p.400.
                                        « Par toute la France le sang a coulé mais presque partout cela a été le sang impur des ennemis de la Liberté, de la Nation et qui depuis longtemps, s’engraissent à leurs dépens. » Napoléon Bonaparte, lettre écrite à son frère Joseph, le 9 août 1789.
                                        J. Tulard, Napoléon : ou le mythe du sauveur, Fayard, 1989.

                                        La version de l’Histoire que vous proposez est récente. Elle date des années 2000 :

                                        Dimitri Casali, L’histoire de France interdite, 2012, : « La phrase « qu’un sang impur abreuve nos sillons » est tout particulièrement déformée et vidée de son contexte. Elle signifie, en vérité, que les soldats de 1792 étaient fiers de verser leur propre sang pour leur patrie - « leur sans impur », par opposition au sang bleu des aristocrates, eux qui n’étaient pas nobles ».
                                        Frédéric Dufourg, La Marseillaise, Paris, Le Félin, 2008, 48.


                                        • krako 15 juillet 2014 21:20

                                          LÉNINE : 1915 : Les socialistes ont toujours condamné les guerres entre peuples comme une entreprise barbare et bestiale. Mais notre attitude à l’égard de la guerre est foncièrement différente de celle des pacifistes (partisans et propagandistes de la paix) bourgeois et des anarchistes. Nous nous distinguons des premiers en ce sens que nous comprenons le lien inévitable qui rattache les guerres à la lutte des classes à l’intérieur du pays, que nous comprenons qu’il est impossible de supprimer les guerres sans supprimer les classes et sans instaurer le socialisme ; et aussi en ce sens que nous reconnaissons parfaitement la légitimité, le caractère progressiste et la nécessité des guerres civiles, c’est à dire des guerres de la classe opprimée contre celle qui l’opprime, des esclaves contre les propriétaires d’esclaves, des paysans serfs contre les seigneurs terriens, des ouvriers salariés contre la bourgeoisie. Nous autres, marxistes, différons des pacifistes aussi bien que des anarchistes en ce sens que nous reconnaissons la nécessité d’analyser historiquement (du point de vue du matérialisme dialectique de Marx) chaque guerre prise à part. L’histoire a connu maintes guerres qui, malgré les horreurs, les atrocités, les calamités et les souffrances qu’elles comportent inévitablement, furent progressives, c’est à dire utiles au développement de l’humanité en aidant à détruire des institutions particulièrement nuisibles et réactionnaires (par exemple, l’autocratie ou le servage) et les despotismes les plus barbares d’Europe (turc et russe). Aussi importe t il d’examiner les particularités historiques de la guerre actuelle.

                                          La grande révolution française a inauguré une nouvelle époque dans l’histoire de l’humanité. Depuis lors et jusqu’à la Commune de Paris, de 1789 à 1871, les guerres de libération nationale, à caractère progressif bourgeois, constituèrent l’un des types de guerres. Autrement dit, le contenu principal et la portée historique de ces guerres étaient le renversement de l’absolutisme et du système féodal, leur ébranlement, l’abolition du joug étranger. C’étaient là, par conséquent, des guerres progressives ; aussi tous les démocrates honnêtes, révolutionnaires, de même que tous les socialistes, ont toujours souhaité, dans les guerres de ce genre, le succès du pays (c’est-à dire de la bourgeoisie) qui contribuait à renverser ou à saper les bastions les plus dangereux du régime féodal, de l’absolutisme et de l’oppression exercée sur les peuples étrangers. Ainsi, dans les guerres révolutionnaires de la France, il y avait un élément de pillage et de conquête des terres d’autrui par les Français ; mais cela ne change rien à la portée historique essentielle de ces guerres qui démolissaient et ébranlaient le régime féodal et l’absolutisme de toute la vieille Europe, de l’Europe du servage. Dans la guerre franco allemande, l’Allemagne a dépouillé la France, mais cela ne change rien à la signification historique fondamentale de cette guerre, qui a affranchi des dizaines de millions d’Allemands du morcellement féodal et de l’oppression exercée sur eux par deux despotes, le tsar russe et Napoléon Ill.


                                          • libre&consciente libre&consciente 16 juillet 2014 11:30

                                            @Hervé Hum
                                            Monsieur,
                                            Je ne rémets pas en cause le contexte de création de la Marseillaise effectivement créé par M. Claude Joseph Rouget de Lisle à la suite de la déclaration de Guerre à l’Autriche et initialement appelé Chant de guerre pour l’armée du Rhin ou Chant de marche des volontaires de l’armée du Rhin.
                                            Je voulais juste rappeler que ce chant fut ensuite adopté comme chant de marche, par les troupes marseillaises de la Garde Nationale ayant pris part à la Révolution et qui l’entonnent lors de leur entrée triomphale, aux Tuileries, à Paris, le 30 juillet 1792. Immédiatement, la foule parisienne, sans se préoccuper de ses différents noms, baptise ce chant : La Marseillaise. comme le confirment les écrits de Jean Michelet, la correspondance de Napoléon Bonaparte à son frère, Jean René Herbert, et la lettre des 45 volontaires du 3e bataillon de la Meurthe, ainsi que Jacques Nicolas Billaud-Varenne et Robespierre, le sang qui abreuve les sillons n’est donc pas comme le prétendait M. Rounga, celui des révolutionnaires mais bien celui des tyrans aristocrates, les insurgés royalistes, les énnemies de la Révolution comme vous les appelez.


                                            • julius 1ER 21 juillet 2014 09:33

                                              pour tous les tenants de la Marseillaise comme chant patriotique, je suis à peu près certain que les Versaillais entonnaient ce chant en allant joyeusement massacrer les communards en 1871 où que les miliciens de Pétain le chantaient aussi, tellement leur prétention d’être patriote pour deux les obnubilaient ..................


                                            • soi même 16 juillet 2014 13:44

                                              @  libre&consciente  que vous soyez choquer peut se concevoir, surtout que l’on s’approprie volonté un fait d’arme de la prise de la Bastille comme l’acte fondateur de notre République à lors que les historien sérieux savent très bien que c’est un acte mineur de la Révolution.

                                              Quel est en réalité que l’on peut faire entre ses deux événements la Révolution Française et la guerre de 14-18 ?
                                              On peut associer ces deux événements sur le drame humain qu’à été ses deux éventements.
                                              Dites moi, honnêtement la Révolusion Français a t’elle véritablement réussie, n’est t il pas une Révolution qui a échouer, si ce met que sur nos frontons de nos Mairie nous gardons l’idée incomprise de sa devise ?
                                              Que peut on pensé de cette guerre de 14-18, si ce n’est ce grand génocide qui à décimer l’Europe ?
                                              vous ne voyer pas le liens, si cette révolution Française avait véritablement porté ses fruits, on pourrait être sûr qu’il y aurait jamais eux de guerre de 14-18.

                                              Combien de personne ici on lue le traité de Schiller ?

                                              Les Lettres Esthétique de l’Homme .

                                              http://classiques.uqac.ca/classiques/schiller_friedrich_von/lettres_sur_edu cation/schiller_lettres_sur_education.pdf

                                              Celui a le mieux comprit l’impulsion profonde de la Révolution initiale de la Révolution Française pour L’Europe ?

                                              Une commémoration à toujours plusieurs aspects, il est à la fois le reflet des contradiction des hommes que dirige notre époque,et aussi le reflet ce que porte inconsciemment les hommes qui voient que derrière ses tragédies humaines aspirent à une société plus humaine !

                                              C’est cela aussi cette double commémoration, ce n’est pas simplement l’expression de notre vanité Républicaine, c’est aussi que ces tragédies enseignent les hommes à vivre autrement !

                                                

                                               


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juillet 2014 19:34

                                                Allons, avec toutes ces commémorations, Hollande a gagné 2 points dans les sondages, vous voyez bien que c’est vachement utile ... !!


                                                L’histoire du 14 juillet comme fête nationale remonte à la proclamation de la République après l’effondrement du second Empire et la défaite de Sedan le 4 Septembre 1870.

                                                La Majorité des Français reste attachée à la Monarchie..., la République est donc fragile, il s’agit de sceller l’unité autour de la République.

                                                Plusieurs dates de la Révolution auraient pu servir, on a choisi « le 14 juillet » sans préciser la date, chacun choisit ainsi celle qui lui convient....
                                                •  
                                                « Le 14 Juillet, une idée de gauche, pour un rassemblement républicain au delà des clivages droite gauche. » par Asselineau.

                                                • Hervé Hum Hervé Hum 17 juillet 2014 00:17

                                                  @ Libre&consciente

                                                  Le fait est que dans la marseillaise, sang impur ne peut être réduit au seul sang noble, il concerne tout ennemi de la révolution, que ce soit un empereur, un noble ou un roturier.

                                                  Donc, vous avez partiellement raison et Rounga entièrement tort !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès