• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vote utile : une perversion du système français

Vote utile : une perversion du système français

Dans un article de décembre 2015 intitulé 8 propositions pour moderniser la vie politique, je mettais clairement en cause le régime présidentiel hybride à la française que je qualifiais de « baroque ». Un régime devenu totalement inadapté au fil du temps et qu’il conviendrait de réformer sur de nombreux points dans le cadre d’une nouvelle Constitution. Parmi les nombreux défauts induits par le système politique français : le « vote utile »... 

JPEG - 231 ko
Le Pen, Fillon, Macron (photo Ipsos))

Dans les démocraties parlementaires, il n’existe pas d’élection présidentielle, excepté dans les pays républicains où un chef de l’État élu tient le rôle de garant de la Constitution comme le font les monarques dans d’autres nations. Et cela sans autre pouvoir que la validation du Premier ministre désigné par le résultat des élections générales, l’équivalent de notre scrutin législatif. Dans ces pays-là, c’est le Premier ministre qui est le chef de l’exécutif. Lui qui, de jure comme de facto, « détermine et conduit la politique de la nation », pour reprendre une formule volontairement empruntée à notre propre Constitution.

Une Constitution en l’occurrence systématiquement bafouée en France par la coexistence d’un exécutif à deux têtes dans lequel, en violation des textes régissant notre République, le locataire de Matignon n’est – hors période de cohabitation – qu’un supplétif du Président, un exécuteur de sa volonté habillé d’un costume d’intendant qui n’a même pas la prérogative d’animer le Conseil des ministres. Une situation que je qualifiais de « baroque » en 2015, eu égard à l’incongruité politique qu’engendre ce binôme déséquilibré qui n’a d’équivalent nulle part ailleurs dans les grandes démocraties.

Mais là n’est pas le principal défaut de notre système, même si cet exécutif à deux têtes engendre des sourires ironiques hors de nos frontières, notamment lorsqu’une cohabitation relègue le Président dans un rôle de potiche, exception faite des questions militaires et diplomatiques qui relèvent de la coresponsabilité. En fait, mon propos n’est pas de lister ici tous les griefs que l’on peut émettre à l’encontre du régime politique en vigueur en France, mais de pointer l’un d’entre eux, directement induit par le système en place : le « vote utile », cette plaie qui bafoue l’esprit de la démocratie en pervertissant le vote des citoyens.

Une partie de billard à plusieurs bandes

Dans un régime parlementaire basé sur un scrutin législatif à un tour, chaque électeur vote pour le candidat ou la liste qui porte le mieux les idées auxquelles il est attaché. Il résulte de ce système une assemblée qui reflète fidèlement la diversité de l’électorat et d’où émerge le Premier ministre issu du parti majoritaire ou de la coalition devenue majoritaire après qu’une alliance de gouvernement se soit nouée. Dans un tel système, le vote utile n’a pas de raison d’être car à aucun moment il n’est nécessaire de se projeter sur un 2e tour qui n’existe pas, excepté lorsqu’est attribuée une prime en sièges au parti arrivé en tête, mais cela reste très marginal.

Rien de tel en France où ce n’est pas le scrutin législatif qui est censé déterminer la couleur politique du gouvernement, mais l’élection présidentielle. Et cela sous la forme d’un scrutin à deux tours qui, tous les cinq ans, prend trop souvent l’allure d’une partie de billard à plusieurs bandes pour une part non négligeable de l’électorat.

C’est particulièrement vrai depuis la présidentielle de 2002 qui a vu Lionel Jospin éliminé de peu (0,70 % des suffrages exprimés) par Jean-Marie Le Pen alors qu’il eût été qualifié sans problème si l’un des autres candidats de la gauche non radicale avait été absent du scrutin, que ce soit Jean-Pierre Chevènement (5,33 %), Noël Mamère (5,25 %) ou Christine Taubira (2,32 %). Vécu comme un traumatisme par de nombreux électeurs de gauche, ce résultat a inscrit durablement le recours au vote utile dans le comportement des électeurs.

C’est ainsi que lors de la présidentielle de 2007, les votes Marie-Georges Buffet (1,93 %), Dominique Voynet (1,57 %) et à un degré moindre José Bové (1,32 %) ont été asséchés au profit de la candidate du PS, Ségolène Royal.

Rien de tel toutefois lors de la présidentielle de 2012 : 10 ans s’étaient écoulés depuis 2002, et avec 10 points d’avance sur la candidate du Front National, François Hollande et Nicolas Sarkozy n’avaient pas de concurrent(e) crédible pour leur disputer la qualification au 2e tour. Le vote utile – consistant à donner au socialiste le meilleur socle possible pour battre le sortant – n’en a pas moins joué en défaveur de Jean-Luc Mélenchon : avec 11,02 % des suffrages exprimés, le candidat du Front de Gauche, dans l’incapacité de mordre sur l’électorat socialiste, a clairement obtenu un résultat en retrait des espérances de la gauche de progrès malgré des projections à 14 ou 15 % moins d’un mois avant le scrutin.

Macron soutenu par... d’anciens communistes !

Que va-t-il se passer lors de la présidentielle de 2017 ? Nul ne le sait à 6 semaines du 1er tour. Mais il est évident que le vote utile sera de retour dans les urnes le 23 avril. En l’absence de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon appelés à se neutraliser mutuellement faute d’alliance sur un socle commun de progrès, 3 candidats sont en mesure de se qualifier pour le 2e tour : Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron, autrement dit une candidate populiste venue de l’extrême-droite, un candidat de la droite dure antisociale, et un candidat autoproclamé « ni de droite ni de gauche » mais dont le programme, clairement libéral, est dans la continuité des deux derniers mandats.

Une offre politique qui laisse les électeurs traditionnels du PS, et notamment les social-libéraux hollando-vallsistes orphelins d’un candidat en mesure de se qualifier. Dans de telles conditions, la tentation du vote utile devrait jouer dans leurs rangs un rôle accru d’ici au 23 avril en faveur d’Emmanuel Macron. Non par adhésion à la personne de l’ex-ministre des Finances ou aux éléments programmatiques qu’il a dévoilés, mais très largement par défaut face au danger que représenterait à leurs yeux un 2e tour opposant Marine Le Pen à François Fillon.

C’est d’ailleurs très clairement le sens des soutiens que vient de recevoir le candidat d’En Marche ! de la part de personnalités comme Daniel Cohn-Bendit et Bertrand Delanoë qui, tous les deux, soulignent en substance qu’« Emmanuel Macron est le meilleur rempart contre la présidente du FN et le danger que ferait courir au pays une victoire de Marine Le Pen. » D’autres ralliements de personnalités de gauche et de centre-droit interviendront, pour les mêmes motifs, dans les prochaines semaines, c’est une évidence. Emmanuel Macron a même reçu, et ce n'est pas le moins étonnant, le soutien d’anciens communistes comme Patrick Braouzec et Robert Hue !

Mais le phénomène ne se limite pas au microcosme politique, il est également observable, chez nos concitoyens, dans les conversations, sur les réseaux sociaux et sur les blogs du net. Même sur AgoraVox, des intervenants font désormais état d’un vote utile, à l’image de ce commentaire lu très récemment : « La candidature Hamon ayant définitivement ruiné toutes les chances de la gauche, j’irai, le nez pincé, voter aux deux tours pour Macron. » Même chose sur le site CentPapiers : « Si ça continue comme ça, je pense que je finirai par voter à contrecœur Macron au 1er tour, par pure stratégie, la stratégie du moins pire, afin d’éviter Fillon et/ou Le Pen. »

Tout cela démontre que le vote utile jouera lors de la présidentielle de 2017 un rôle probablement déterminant qui détournera de facto le résultat du 1er tour, au détriment de l’esprit des institutions républicaines. Comment ne pas en être troublé, voire choqué ? Et pourtant, ce ne sont pas les électeurs qui en sont responsables, mais tous ceux qui, dans les partis dominants, font tout pour maintenir en place un système électoral obsolète qui sert si bien leurs intérêts et ceux de l’oligarchie au détriment des partis innovants et résolus à mettre le peuple de France au cœur de la gouvernance.


Moyenne des avis sur cet article :  2.61/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

206 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 9 mars 17:45

    Cet article de Pierrick Tillet indique que beaucoup d’électeurs son fatigués par le piège éculé du « vote utile ».

    Je n’ai rien à y ajouter et cite sa conclusion :

    « Je ne vois aucune raison valable de choisir entre deux maux, les uns prétendument pour un “monde d’autrefois” entièrement fantasmé, les autres qui tentent de perpétuer un système mafieux, quitte même à s’associer avec les premiers pour y parvenir. Si une majorité d’électeurs s’obstinent à vouloir aller ainsi à l’abattoir, eh bien c’est son problème. Mais très peu pour moi. On ne choisit pas entre deux chaos. »


    • Fergus Fergus 9 mars 18:35

      Bonsoir, Jeussey de Sourcesûre

      Merci pour cette citation.

      « On ne choisit pas entre deux chaos. »

      C’est aussi mon avis. Et c’est pourquoi je voterai Mélenchon le 23 avril et blanc le 7 mai. 


    • HELIOS HELIOS 9 mars 23:33

      @Jeussey de Sourcesûre

      On ne choisit pas entre deux chaos..... 100% d’accord.

      Moi, cela fait longtemps que j’ai construit mon choix a partir de plusieurs critères.... et hier sur RTL je me suis levé tôt pour écouter son petit déjeuner des présidentielles, je ne suis pas béat, je ne suis pas déçu, je suis simplement réaliste.

      Je voterai a cette élection présidentielle pour Marine Le Pen.

    • Old Dan Old Dan 10 mars 00:47

      @Jeussey de Sourcesûre

      Bien vu !
      Ecoeuré, je voterai Méluche au 1er tour...
      .
       [... et p’têt MLP au 2eme pour fout’ la merde pendant 5 ans et faire réfléchir... ]


    • Paul Leleu 10 mars 08:24

      @Jeussey de Sourcesûre

      malheureusement notre constitution est issue du putsch du Général De Gaulle... celui-ci s’est appuyé sur l’agitation en Algérie en 58 pour se faire introniser... avant de liquider ses anciens complices et de trahir en 61-62 l’armée, les harkis et les Pieds-Noirs... et tout ça n’a nullement empêché, bien au contraire, l’adhésion soumise de la France au ’’monde libre’’ dans lequel nous vivons au jours hui.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 09:08

      @Fergus
      Vous êtes sûr que le PCF va apporter à Mélenchon les parrainages qui lui manquent ?


    • Fergus Fergus 10 mars 13:09

      @ Fifi Brind_acier

      Non, je ne suis sûr de rien tant les dirigeants du PC sont restés ambigus sur leur soutien à Mélenchon. N’oublions pas que Laurent et ses amis étaient contre le soutien à JLM et que ce sont les militants qui ont voté en faveur de ce soutien, mais de manière étriquée à 54 %. Et pour en avoir discuté avec des communistes, je sais qu’une partie d’entre eux étaient favorable à une alliance avec Hamon sur une plateforme de progrès commune. Bref, ce n’est pas le beau fixe au sein de la France Insoumise du fait de l’incertitude qui plane sur l’attitude des communistes.


    • alberto alberto 10 mars 13:24

      @Fergus : « AMBIGUS », car emmerdés qu’ils sont de savoir s’ils (les dirigeants cocos) retrouveront leurs sièges dans une telle configuration...


    • Fergus Fergus 10 mars 16:06

      Bonjour, alberto

      Oui, c’est bien ce qui sous-tend cette ambiguïté : un instinct de survie qui prend le pas sur les considérations idéologiques.


    • Roubachoff 10 mars 17:58
      Bonjour Fergus,
      Puisque vous me citez (sans me nommer) et en omettant de préciser que le commentaire en question vous était adressé (sans réponse de votre part, la dernière fois que je suis allé voir) permettez-moi d’expliciter ma position.

      A) Dans le cas qui nous occupe, il ne s’agit pas de « vote utile » mais de légitime défense. Si on vous attaquait dans la rue, laisseriez-vous votre épouse se débrouiller sous prétexte que vous êtes non-violent ? Citez-moi donc un point, dans le programme de Macron (qui ne m’inspire aucune sympathie) qui soit pire que ce qu’on trouve dans les « propositions » de Mme Le Pen ou de M. Fillon. Si je ne me trompe, vous êtes retraité, donc à l’abri de toutes les dérives du genre « 39 heures payés 37 », j’en passe et des meilleures. Ce n’est pas le cas de tout le monde, et on peut aussi penser aux autres.

      B) Face à une absence de choix que je déplore autant que vous (Hamon ruine bel et bien toute alternative de gauche) vous préférez taper du pied. « Mélenchon au premier tour, gnan, et blanc au second, gnan, gnan ! » Libre à vous, mais je ne vois pas en quoi ça vous autorise à donner des leçons de morale aux autres. Voter Mélenchon au premier tour, vous le savez très bien, c’est voter Fillon. Quant à voter blanc au second, je vous laisse deviner... Où est passé le Fergus qui participait à la primaire de la droite pour faire barrage à Sarkozy ? (J’étais sur la même position.) Aujourd’hui, vous laisseriez gagner un pire voyou avide de vengeance, avec en prime le retour du précédent, et pourquoi pas au poste de Premier ministre ? Entre mis en examen, ils s’entendraient bien, et en cas de malheur, pourraient continuer à gouverner depuis la Santé ou Fleury-Mérogis...

      C) L’ennui de votre raisonnement, c’est que le contraire du « vote utile » est tout bêtement... le « vote inutile ». Qu’il faille changer de système, tout le monde (ou presque) est d’accord, mais pour ce coup-ci, c’est raté. L’enjeu de cette élection, ce sont les cinq ans à venir. L’hypothèse Le Pen étant fort improbable, je n’ai aucune envie de les passer sous le règne de l’escroc de la Sarthe soutenu par la Manif pour Tous et désormais piégé par les sbires de Sarkozy.

      D) Donc, je persiste et signe : Macron aux deux tours (pour éviter une catastrophe au premier) avec la rage au cœur, peut-être, mais en songeant qu’on peut « s’allier avec le diable pour gagner », certes, mais aussi pour ne pas perdre.

      E) Un dernier point : inutile d’en faire trop sur le caractère « français » du vote dit « utile ». Le même problème se pose dans à peu près tous les pays occidentaux. Blocage entre Die Linke et le SPD en Allemagne, même problème entre Podemos et les Socialistes en Espagne, écartèlement des Travaillistes en Angleterre, non report des voix de Sanders sur Clinton aux USA. Quoi qu’on pense de ces situations, elles traduisent un conflit entre une « gauche » socio-libérale de plus en plus à droite et une gauche dite « radicale » encore timorée et immature, comme le montre le désastre Syriza en Grèce. Mais ça, c’est un autre débat...

    • Fergus Fergus 10 mars 19:18

      Bonsoir, Roubachoff

      Je ne pouvais pas citer votre pseudo sans votre accord.

      Vous me parlez de « légitime défense ». Mais c’est justement l’argument avancé par la plupart des tenants du vote utile Macron. Et en l’occurrence, il n’y a rien là de honteux, et je comprends parfaitement cette attitude qui est d’ailleurs partagée par des personnes pour lesquelles j’ai le plus grand respect.

      « je ne vois pas en quoi ça vous autorise à donner des leçons de morale aux autres. »

      Je ne donne de leçons de morale à personne : vous agissez d’une manière et moi d’une autre. Encore une fois je comprends parfaitement vos motivations face à un choix entre Macron et Fillon ou entre Macron et Le Pen.

      A l’étranger les problèmes que vous citez ne relèvent pas du vote utile, mais de la difficulté à former des alliances.


    • Alainet Alainet 10 mars 22:30

      @Fergus J’ai 1 scoop assez saugrenu ; j"en suis tombé par terre : Robert Hue soutient Macron !
      http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/34390-presidentielle-macron-robert-soutient-emmanuel-macron.html


    • Fergus Fergus 10 mars 22:46

      Bonsoir, Alainet

      En effet ! je l’ai d’ailleurs mentionné dans l’article. Idem pour Patrick Braouzec !


    • Roubachoff 10 mars 23:48
      Bonsoir Fergus,
      S’il vous reprend l’envie de me citer, ce qui est plutôt flatteur, sachez que vous avez l’autorisation permanente de mentionner mon pseudo.
      Oui, « légitime défense », parce que les quinquennats Fillon ou Le Pen seraient désastreux pour ce pays. Celui de Macron sera ridicule, comme le fut Hollande, et destructeur, mais en mode mineur. Il ne s’agit donc pas de « choisir entre deux chaos » mais entre deux cyclones et un petit orage. Quant à « voter utile c’est voter pour que rien ne change » doit-on comprendre que voter « inutile » c’est voter pour avoir Fillon ou encore pire ?
      Si vous comprenez mes motivations, j’avoue avoir du mal à comprendre les vôtres. Car enfin, Fillon aujourd’hui, c’est le Cheval de Troie de Sarkozy, que vous avez toujours combattu brillamment et sans concession. S’il y avait le moindre espoir d’une autre équation que Macron ou Fillon, pensez-vous que je prendrais position pour un ectoplasme autant taillé pour la présidence que moi pour piloter un avion de ligne ?
      Cela dit, je respecte votre position, même si elle me laisse perplexe.
      Quant à « l’étranger », puis-je amicalement vous demander de ne pas me prendre pour un jambon (clin d’œil) ? Le « vote utile » ou ce que vous appelez « difficulté à former des alliances » sont deux symptômes du même mal, que je décris dans mon post précédent. En France, aujourd’hui, un système parlementaire serait tout aussi bloqué et bloquant. Avec des gouvernements renversés tous les six mois, tout simplement. La plaie spécifiquement française, c’est ce FN à 25% qui pourrit tout. Merci Mitterrand et sa triangulation, Sarkozy et ses roulements de mécaniques et Hollande et sa nullité !
      Cordialement


    • Fergus Fergus 11 mars 09:31

      Bonjour, Roubachoff

      « les quinquennats Fillon ou Le Pen seraient désastreux pour ce pays. Celui de Macron sera ridicule, comme le fut Hollande, et destructeur, mais en mode mineur. »

      Je suis d’accord avec cette analyse.

      « Si vous comprenez mes motivations, j’avoue avoir du mal à comprendre les vôtres. »

      Comme je l’ai toujours fait, je vote tout simplement pour le candidat le plus proche de mes idées au 1er tour, et c’est Mélenchon. Et cela malgré la gêne que j’éprouve à savoir que ce vote aura peut-être son utilité dans l’avenir, mais sera perdu en 2017 dans l’optique d’un 2e tour qui se jouera entre le centre-droit, la droite dure et la droite populiste et xénophobe.

      Pas de vote utile pour moi au 1er tour, mais encore une fois je ne condamne pas ce choix. C’est d’ailleurs celui de plusieurs personnes de mon entourage qui, par dessus tout, ne veulent ni de Fillon ni de Le Pen.

      « En France, aujourd’hui, un système parlementaire serait tout aussi bloqué et bloquant. Avec des gouvernements renversés tous les six mois, tout simplement. »

      Je ne le crois pas car des enjeux majeurs et transcendant les partis - notamment la montée des nationalismes et les défis environnementaux - seraient à mes yeux des accélérateurs de maturité. Et l’exemple des pays du nord montre que les peuples adultes sont parfaitement capables de vivre dans la durée d’un mandat sur la base d’un compromis de gouvernement. Même en Allemagne, si le SPD n’a pas pu s’allier à Die Linke, il a pu unir ses forces à celles de la CDU pour gouverner. Pourquoi ce qui est possible ailleurs ne pourrait pas l’être chez nous ?


    • Alren Alren 11 mars 17:02

      @Fifi Brind_acier
      Vous êtes sûr que le PCF va apporter à Mélenchon les parrainages qui lui manquent ?

      Quand Asselineau risquait de ne pas avoir assez de parrainages, c’était un scandale, une atteinte inadmissible à la démocratie.

      Si Mélenchon n’a pas ces parrainages, c’est la démocratie qui s’exprime ?


    • Alren Alren 11 mars 17:05

      @Jeussey de Sourcesûre

      « On ne choisit pas entre deux chaos. »

      Mais on subira celui qu’ont choisi les autres et qui seront rarement des amis politiques !


    • Alren Alren 11 mars 17:14

      @alberto

       « AMBIGUS », car emmerdés qu’ils sont de savoir s’ils (les dirigeants cocos) retrouveront leurs sièges dans une telle configuration..
      .

      Comme les candidats PS recevront une déculottée aux législatives, ils ne feront pas les grands seigneurs avec les pauvres PC : ils se présenteront dans les circonscriptions où le sortant est PC, comme ils l’ont déjà fait en 2012. Et bien sûr, ils perdront tous les deux, le candidat PS et le PC.

      Si le PC ne fait pas clairement sa mue avec une rupture nette et définitive avec le parti de Hollande, il aura bientôt le score de LO. En attendant, je ne voterai plus pour un de ses candidats et je ne suis pas le seul dans mon entourage large à avoir pris cette décision conditionnelle.


    • Roubachoff 12 mars 02:38

      Bonsoir Fergus, Si cette élection n’était pas faussée par la présence de Marine le Pen au second tour, je partagerai votre position. Mais nous disposons d’un pauvre petit fusil à un coup. Et si on se dit « bon, de toute façon Fillon est battu », le réveil risque d’être amer si les sondages, comme c’est de plus en plus fréquent, se sont plantés. Souvenez-vous, quinze jours avant l’élection, Trump était donné comme le pire candidat perdant de l’histoire des USA. Du coup, beaucoup de partisans de Sanders, rassurés, se sont abstenus, et qu’ont-ils eu au bout du compte ?

      L’ignoble Donald, oui...

      Un quinquennat Le Pen ou Fillon, c’est le pillage garanti de la France par la racaille et la finance. C’est la Sécu dévastée - ce trésor national dont nous devrions être fiers -, ce sont les retraites massacrées (avec Macron, elles seront menacées, mais il restera moyen de les défendre) et c’est la destruction systématique de ce qui reste du Code du travail (Macron le bricoleur fera du mal, mais beaucoup moins). J’imagine que vos enfants sont grands et plus ou moins tirés d’affaire, mais si vous avez des petits-enfants, pensez à eux et au pays que vous voulez leur laisser. Désolé de donner dans le pathos, mais l’enjeu est là.

      Pour continuer notre série « à l’étranger », vous êtes sûr de bien connaître la situation allemande ? L’Alliance CDU/SPD, c’est en gros un axe Fillon/Valls. En pire... Depuis Schroeder, les Allemands se laissent tondre la laine sur le dos, et je suis stupéfié par la chute de leur niveau de vie et le sort terrible que connaissent les jeunes générations. Franchement, ce genre de « maturité » ne me fait pas envie. Qu’on le veuille ou non, le problème est ailleurs que dans les institutions et le système électoral. C’est une question de fond, la même dans tous les pays avancés : comment dépasser le capitalisme sans provoquer une catastrophe. Les choses étant ce qu’elles sont, j’ai bien peur qu’il faudra attendre une catastrophe pour envisager enfin de dépasser le capitalisme.

      PS : Saluez vos amis de ma part et assurez-les qu’ils ne sont pas les seuls à ne pas vouloir de Le Pen ou Fillon.


    • Fergus Fergus 12 mars 08:35

      Bonjour, Roubachoff

      Excellent plaidoyer. Je crois qu’un grand nombre de nos concitoyens feront le même raisonnement argumenté et voteront utile le 23 avril. A titre personnel, je ne les en blâmerai pas !


    • colere48 colere48 12 mars 12:08

      @Fergus

      Bonjour Fergus,

      Une vraie escroquerie domine cette « élection » et pipe les dés ! 
      L’homme nouveau, le Macron, sorte de piquette croupie que l’on veut nous vendre comme un grand cru novateur !

      « en marche... » ?? oui en déambulateur !!

      En fait la plus « ripou » des maisons de retraite !!!

      Collomb… Delanoë… Caresche… Patriat… Masseret… Ferrand… Kouchner (et son sac de riz)… Huchon (et ses condamnations)… Et demain, Le Drian, Bartolone, Le Guen… et toute la palanquée de « l’aile droite du PS » (1)… en attendant Baylet, le « radical de gauche », propriétaire du groupe de presse « La Dépêche- Midi Libre » et accessoirement ministre… Une tripotée hétéroclite d’apparatchiks de tous bords et de politiciens, vieux chevaux de retour de toutes écuries, parasites et véreux, du type Dutreil, Minc , Braouezec, Madelin, Cohn-Bendit, Corinne Lepage, Bayrou (dont les attachés parlementaires -bidons européens ne donnent lieu à aucune enquête ni aucune remarque médiatique !)…

      Il s’agit pour cette caste « dominante » d’empêcher la libre expression du peuple français, de l’enfumer, de le circonvenir et de se maintenir au pouvoir pour continuer sa sale besogne .

      Macron, c’est un autre « Hollande » affilié au parti de « l’extrême banque  » !


    • Fergus Fergus 12 mars 22:11

      Bonsoir, colere48

      Vous avez raison. Mais ce que voient les Français face au candidat d’En Marche !, c’est un escroc tenant d’une ligne encore plus dure que Macron et une candidate pas totalement dégagée de la droite extrême xénophobe.

      Dans de telles conditions - et faute d’une offre à gauche en situation de se mêler à la lutte pour la qualification, il est inévitable que le vote utile soit très largement pratiqué le 23 avril.


    • colere48 colere48 13 mars 16:23

      @Fergus

      peut-être ... nous verrons , mais c’est un jeu extrêmement dangereux

      En ce qui me concerne, mes aïeux n’étant pas des criminels, je ne voterai en aucune circonstance pour cet hologramme ! 


    • Fergus Fergus 13 mars 16:35

      Bonjour, colere48

      Moi non plus, mais ceux qui semblent déterminés à franchir le pas sont de plus en plus nombreux dans ma ville.


    • bluerage 9 mars 17:47

      Le vote utile c’est faire en sorte que tout change pour que rien ne change, voter Macron c’est voter Hollande, (après tout il n’a démissionné du gouvernement que pour préparer son élection, pas par désaccord) pour le changement on repassera encore, tout ce ramdam de la campagne présidentielle pour ça...encore 5 ans de perdus qui se profilent...



      • Fergus Fergus 9 mars 18:37

        @ bluerage

        « Le vote utile c’est faire en sorte que tout change pour que rien ne change »

        Excellent résumé !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 10:10

        @Fergus
        Vous devriez lire cet article sur les Traités européens, où tout est déjà écrit d’avance, sur l’économie, la santé, la fin des services publics, les délocalisations, la Défense etc


        Vous perdez votre temps en croyant que changer quelque chose en France, va changer les politiques qui seront appliquées !
        Tous les programmes sont déjà écrits dans le marbre des Traités.

      • Fergus Fergus 10 mars 13:15

        @ Fifi Brind_acier

        Un traité est fait pour être amendé, voire remplacé par un autre lorsqu’il devient caduc ou inapplicable. Or, c’est très exactement ce qui passe dans l’UE. Un phénomène de surcroît aggravé par la montée des populismes qui met en péril la pérennité même de l’Union.

        Dans de telles conditions, soit l’Union se réforme - quitte à aller vers la solution d’une Europe à deux vitesses -, soit elle disparait, c’est aussi simple que cela. C’est pourquoi l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne en viendront très rapidement à mettre enfin sur le chantier la réforme qui s’impose.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 20:09

        @Fergus
        Un traité est fait pour être amendé, voire remplacé par un autre lorsqu’il devient caduc ou inapplicable.

        Vous vous situez dans « un cadre mental démocratique », alors que l’ UE est une dictature ! Justement non, il est quasiment impossible de changer les Traités, tout a été fait pour verrouiller le système !
        Le Traité de Maastricht a été rédigé par l’équipe d’ Attali, le même qui a formé Macron ! Ils ont verrouillé le système par l’article 48 qui impose l’unanimité pour changer une virgule.


      • lautrecote 9 mars 17:51

        « Et pourtant, ce ne sont pas les électeurs qui en sont responsables »

        Et pourtant, c’est bien eux qui votent, non ? Pourquoi leur enlever cette responsabilité ?


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 9 mars 17:55

          @lautrecote

          ben oui, hein, ce sont bien les langoustes qui entrent dans les nasses
          c’est elles qui sont responsables qu’on les pêche pour les manger
          elles sont cons les langoustes !

        • Fergus Fergus 9 mars 18:40

          Bonsoir, lautrecote

          Je ne leur enlève pas leur responsabilité, je souligne qu’elle est au moins partagée car si nous étions dans un régime parlementaire comme tous nos voisins, le vote utile n’existerait pas, ou alors de manière marginale.


        • Alainet Alainet 9 mars 21:08

          @Fergus

          - Tout a fait exact ! Moi aussi je suis pour la proportionnelle intégrale comme çà existait sous la 3e & 4e République. La France est le seul pays au monde connu, pour avoir 1 système à 2 tours depuis 1958 : une détournement démocratique pour biaiser contre le régime des partis.. mais qui empêche la progression de nouveaux petits partis.. condamnés à vivre en général à la remorque des 2 grands partis que vous connaissez ( qui les font « chanter » pour leurs programmes dans des négociations en aparté, en général en marchandant leurs reports de vote à ces nouveaux venus ) !


        • Alainet Alainet 9 mars 21:11

          @lautrecote Les gens votent pour le candidat de leur coeur au 1er Tour et éliminent le pire au second ! Ca ressemble à 1 hold-up démocratique dans lequel ; vous vous retrouvé cocufié et blousé...


        • Fergus Fergus 9 mars 22:54

          Bonsoir, Alainet

          Ce serait en tous les cas beaucoup plus sain que notre système actuel.


        • alt57 alt57 10 mars 05:48

          @lautrecote
          parce qu’on ne donne pas le choix et 

          il n’y a pas de bulletin « blanc » vote « exprimé ».
          le « blanc » veut dire : « on ne veux pas de ces candidats que vous nous proposez là »

        • Ruut Ruut 10 mars 06:12

          @lautrecote
          Car leur vision est tronqué par les médiats qui ne font pas correctement leur travail.
          Tous les candidats devraient avoir le même traitement et ce n’est pas le cas.
          Même avec 500 parrainages certains candidats sont absents de nos médiats et les débats de projets sont inexistants sur nos médiats principaux.

          Comment voter pour un candidat dont partage les idées mais pas le nom ni le programme.
          C’est un holdup de notre Démocratie que font actuellement nos médiats.

          Quand aux affaires de dernières minutes c’est du domaine mafieux. (mais ou était la justice avant les élections ?)


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 mars 09:13

          @Fergus
          Génial le système parlementaires... en Espagne ! Le boxon permanent, plusieurs élections pour savoir qui va diriger, c’est très bien ! Mais à quoi ça sert, alors que les décisions sont prises en dehors de la France, par des non élus, à la BCE, au FMI, à la Commission européenne et à l’ OTAN ?


          Vous savez à quoi servent nos députés et nos sénateurs ?
          A transcrire en droit français, mot à mot , les lois européennes !
          Il ne peut pas y avoir de démocratie en Europe, car il n’existe pas de peule européen.

        • Fergus Fergus 10 mars 13:21

          @ Fifi Brind_acier

          « A transcrire en droit français, mot à mot , les lois européennes ! » 

          Des lois voulues par nos chefs d’état et de gouvernement !!!

          Des lois effectivement élaborées dans le cadre des orientations du Conseil européen, autrement dit par ces chefs d’état ou de gouvernement, dont Hollande pour la France.

          Changeons de gouvernants et nous changerons de politique européenne. Certes, pas seuls, mais il suffirait que la France et l’Italie soient sur la même ligne pour que la face de la politique européenne en soit modifiée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès