• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Zone 51/CIA : l’invention du retraité israélien qui a changé (...)

Zone 51/CIA : l’invention du retraité israélien qui a changé l’art de la guerre

Autour de la zone 51, les anciens terrains d'aviation créés à la va-vite pendant la seconde guerre mondiale abondent. Souvent laissés à l'abandon, visibles et reconnaissables avec leurs trois pistes formant un triangle, ils ont reçu une nouvelle jeunesse en devenant des centres expérimentaux discrets des armes nouvelles que sont les drones. Ces derniers, au départ ne sont pas armés, même si la première version de ce qui allait devenir le Predator tant redouté offrait déjà la possiblité de se transformer en torpille volante. L'origine même de cet engin est à conter, tant elle montre les atermoiements d'un Pentagone bien trop axé sur une guerre virtuelle avec des engins valant des milliards et développés en plus grand secret sur la Base 51 et la confrontation avec un adversaire muni d'armes légères lancé dans une guerre de harcèlement qui va se révéler efficace. Les armées US apprenent lentement ce que signifie guerre asymétrie : jusqu'à ce qu'un sauveur.... d'origine israélienne vienne les aider, alors qu'il est déjà en retraite.

C'est le manque de pilotes israéliens expérimentés et d'avions de reconnaissance pendant la guerre du Kippour qui a provoqué les recherches sur les drones de surveillance en Israël. Les deux premiers engins du genre sont présentés au Salon du Bourget de 1979. Ce sont le Scout et le Tadiran Mastiff. Ils s'avèrérent fondamentaux dans la bataille la Beqaa de 1982 où ils rapportèrent de précieuses informations sur les installations syriennes qui menacent alors l'Etat hébreu. L'opération Mole Cricket 19 a été la preuve de leur efficacité. Le modèle suivant, le "Searcher", descendant direct du précédent, devenu très vite "Searcher MkII", entré en serice en 1992, emporte déjà un radar à ouverture synthétique et possède des capteurs opto-électriqueś situés dans une boule rotative sous l'appareil, en prime il décolle et se pose automatiquement : c'est déjà un drôle très évolué. Un autre modèle, le Pioneer, évolution du Mastiff, est acheté par les États-Unis qui sont alors très en retard dans le domaine (à part les descendants des drones Ryan datant de la guerre du Viet-Nam, voir un autre épisode de cettte saga), ils le rebaptisent RQ-2. Suivent le Héron (ci-dessous en photo dans sa première configuration) et le Hermes, le premier entrant dans la catégorie des drones géants ou MALE, capable de voler 50 heures d'affilée qui vole pour la première fois en 1994 (il y a donc près de 20 ans !) L'avance israélienne considérable dans le domaine conduit plusieurs pays à acheter ses drones plutôt que de chercher à en développer eux-mêmes, ce que fait aussi la France, qui achéte en 1995 des RQ5 Hunter .Plus tard la France s'équipera du modèle Héron, rebaptisé Harfang. Au Pentagone, on rêve éveillé de merveilles technologiques qui vont s'avérer être des gabergies, tels l'Osprey et le F-22, et on a délaissé Ryan, seule firme capable de faire des drones viables.

Aux États-Unis, la donne va s'inverser brusquement grâce à un transfuge israélien, Abraham E.Karem, qui est n'est autre à ce moment-là qu'un paisible retraité des ateliers de recherche d'Israel Aicraft Industries, sorti plus jeune de Technion, le Polytechnique israélien. L'homme a émigré aux USA en 1977, lassé par l'inertie de ses collégues ingénieurs, avec qui son franc parler est souvent mal passé, et il habite désormais Hacienda Heights, une banlieue en forme de cité dortoir embourgeoisée de Los Angeles, où il dispose d'une grande villa possèdant trois garages, et où il bricole régulièrement au grand dam de sa femme, tant il envahit toute la maisonnée de ses recherches. Il tente en fait de construire seul, ou presque... un drone, entre deux métaphores, ce qu'il affectionne le plus (il manie une collection incroyable de sentences et de proverbes qui le font remarquer dès qu'il se retrouve en représentation extérieure). Avant de partir d'israël, il avait proposé à IAI un projet semblable qui lui avait été refusé ! L'idée est de réaliser un drone à bas coût, facile à construire et robuste, chose qui ne nécessite pas 20 ans de recherche ou d'évolution comme cela a été le cas chez Ryan. En Israël on a pris l'habitude de consrtuire en quelques mois ce qui prend des décennies ailleurs. L'homme est donc rodé et a su s'entourer de collaborateurs, tous ici du milieu des maquettes volantes évoluées.
 
Il ne possède alors en effet que deux collaborateurs : Jack Hertenstein, un spécialiste des maquettes radio-commandées, rencontré chez Developmental Sciences où il avait aussi travaillé (société ayant fabriqué le Skyeye, autre drone intéressant, ici à gauche, devenu Sky Owl chez McDonnell Douglas), et Jim Machin un jeune étudiant rencontré à une convention de maquettes volantes. Son moteur est construit dans le garage de Hans Hermann, un pilote de Formule 1 des années 50 ( qui l'avait échappé belle en 1959 au Grand Prix d'Allemagne)."Son projet a finalement atterri dans la chambre de la maison, et quand Karem terminé plus d'un an plus tard, il amené dans son allée un engin étrange, en forme de cigare qui était destinée à changer la façon dont les Etats-unis allaient faire la guerre désormais" peut-on lire dans une de ses biographies. Si l'on regarde l'engin de près, il présente de grandes similitudes avec l'Hermes 450 de chez Elbit, auquel aurait pu accéder Karem lors de ses responsabilités antérieures (ou est-ce plutôt le Hermes qui a copié le sien ?). Les USA auraient ainsi pratiqué de l'espionnage inédit, en utilisant tout bonnement le savoir-faire d'un retraité plutôt adroit de ses mains ! Il construit donc seul, ou presque (jusque 1982 en tout cas) un engin sans pilote qu'il a rebaptisé "Albatross" et qui attire l'intérêt de la DARPA, alors en manque de projet de ce type. Pour en faire un projet industriel, il fonde une société, "Leading Systems Incorporated (ou LSI)". Commande lui est alors offciellement passée par l'armée 1984 d'un engin télécommandé de taille supérieure et à train rentrant baptisé "Amber" à moteur Rotax 582 (à deux cylindres donc) dont le premier vol a eu lieu en 1986, à peine deux ans après l'obtention du contrat. L'engin a les faveurs du Navy Secretary John Lehman, et de Bob Williams, responsable à la DARPA, ce qui lui fait une belle carte de visite d'introduction auprès des autorités. Un drone qui ressemble comme deux gouttes d'eau, déjà, à un Predator, à part son aile restée en configuration "parasol". Il a gardé sa queue en V inversé, destiné à protéger son hélice arrière lors des phases délicates de décollage et d'atterrissage. En démonstration devant les militaires, avec sa tenue en vol de plus de 38 heures d'affilée, son drone "low cost" bat tous ses concurrents et l'US Army en commande donc 30 exemplaires dans la foulée. L'Amber peut même servir de drone d'attaque ou de missile de croisière du pauvre : il contient une charge dans l'avant de son fuselage et possède la capacité de pouvoir larguer son aile pour mieux fondre sur son objectif ! Les essais du Amber ont eu lieu au dessus du El Mirage Dry Lake, où ont lieu des courses de vitesse automobiles. C'est là que General Atomics installera plus tard sa piste d'essais en vol, sur le triangle caractéristique d'une ancienne base aérienne (ci-dessous en 2003) :
 
 
Abraham ("Abe") E.Karem semble avoir gardé de son passé chez IAI le goût du secret : lorsqu'il fait tester son "Albatross", comme on l'appelait alors, ce dernier été transporté sur la petite piste unique de Dugway Proviing Ground en Utah, où elle il a aussitôt démontré à l'abri des regards la capacité de rester en l'air sans danger pendant 56 heures - une très longue durée qui enthousiasme ses acheteurs. L'endroit est situé à 140 km (87 miles) au sud-ouest de Salt Lake City. Nous ne sommes pas si loin que ça de Groom Lake et de la Zone 51. La piste, construite en 1951 et restée en fort mauvais état jusque 1985, c'est celle de la base Michael Army Field, au sud de la base de Hill AFB, qui s'occupera quelque temps des essais du X-38, le "canot de sauvetage" des cosmonautes US et aurait aussi aidé au développement du mystérieux X-37. Selon la presse, "c'est la faiblesse du trafic aérien à cet endroit qui en aurait fait une zone privilégiée pour essayer les drones secrets" : en réalité, c'était surtout pour ne pas interférer avec les essais d'appareils menés à quelques distance de là, et la mise en service du F-117 à Tonopah. Mais Dugway est aussi un endroit bien spécial, le centre de tests connu des produit chimiques et des armes biologiques, aussi bien que des bombes fumigènes de catégorie militaire durant toute la guerre froide. En 1947, déjà, on y avait testé des bacilles divers, pour une future guerre bactériologique. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l'installation avait joué un rôle essentiel dans le développement de bombes incendiaires au phosphore ; comme celles qui ont ravagé Tokyo. Pour tester ces armes incendiaires des militaires de Dugway avaient constuit des répliques complètes de villages allemands et japonais, allant même jusqu'à équiper les constructions de modèles des meubles qui seraient semblables à ceux trouvés dans le pays respectif. J'ai déjà évoqué ces constructions ici-même. Le choix de la piste de Dugway s'explique donc difficilement, avec sa piste en mauvais été : à moins de vouloir garder ces essais aussi secrets que ceux de Groom Lake, l'endroit peut être considéré comme plutôt mal choisi, à moins d'avoir un appareil qui décolle en quelques dizaines de mètres seuiement : ce que fera l'Albatross. Mais il semble surtout que c'est le secret qui a été recherché en premier, lors des essais surtout de phase d'attaque au sol avec largage de l'aile parasol.
 
Mais tout ne s'annonce pas facile, pour autant. Leading Systems Incorporated, la société créée par E.Karem, en difficultés financières (la DARPA l'a lâché, en ne renouvelant pas ses contrats avec lui, preuve que l'organisme n'a pas bien saisi le potentiel du futur Predator !), est vendue tout d'abord à Hughes Aircraft, qui se retrouve absorbée en 1989 par General Atomics, société rachetée à Chevron qui doit son nom au départ à ses activités... dans l'atome. Elle est dirigée par deux frères multimillionaires, Neal et Linden Blue, qui sont eux-mêmes des pilotes amateurs et des passionnés d'aviation. Dans les années 50 ils ont beaucoup volé sur des petits appareils, vers l'Amérique du Sud, notamment, et en 1961, lors d'un vol parti du Nicaragua, Linden Blue a été forcé d'atterrir à La Havane, ce qui n'avait pas manqué de poser de sérieux problèmes diplomatiques : emprisonné pendant 12 jours, il avait été libéré la veille de l'invasion de la Baie des Cochons ! Leur entreprise est située à San Diego, en Californie, et elle a été à l'origine des petits réacteurs TRIGA au zirconium destinés aux études sur l'atome ou aux pays désireux de débuter dans le monde du nucléaire dans le cadre du programme "Atom for Peace" lancé en 1953 par Eisenhower. Sa division aéronautique n'est créée qu'en 1993, justement avec la mise en fabrication de son premier drone, celui designé par E.Karem. C'est dire à quel point General Atomics croit en l'appareil de E.Karem. L'engin créé par General Atomics s'appelle le Gnat 750, et il est dans la droite ligne du précédent : c'est un "Amber" agrandi, de 5 mètres de long à train rétractable toujours dont l'aile de 10,75 m a été cette fois intégrée au fuselage, il est construit en composites de carbone-époxy et de Kevlar, matériaux désormais faciles à mettre en œuvre.  Si le Gnat sait émettre des données récupérées de ses caméras, il ne sait pas encore les envoyer très loin, aussi un autre appareil lui sert de relais : c'est un planeur motorisé Schweizer RG-8A (ou SA2-37B Condor) qui joue à ses heures perdues à l'avion espion lui aussi - grâce à son fonctionnement silencieux- (c'est un oiseau très rare : il n'en existe que 8 exemplaires au monde, dont 3 pour les garde-côtes pour surveiller le trafic de drogue au Mexique et 3 pour la CIA, les deux autres appartenant au Mexique et à la Colombie). Le Gnat 750 est équipé d'un système de navigation par GPS et d'une caméra FLIR stabilisée. Comme la CIA s'intéresse de près à son usage malgré la difficulté à cordonner le drone et son avion relais, un programme nouveau (et secret) lui est dédié qui s'appelle "Lofty View".  La CIA a (enfin) compris l'usage qu'elle pourrait faire des drones.
 
Une version agrandie du 750, le I-750 (ou "Improved Gnat"). apparaît en 1994, propulsé par un moteur Rotax 912 (Rotax, ou BRP-Powertrain GmbH & Co KG d'origine autrichienne), un quatre cylindres à plat, lointain héritier du moteur... Wolkswagen, développant 64 kW (85 hp), moteur que l'on retrouve aussi dans les... moto-neige (ou "skidoos"). Prisé par les avions "ultralight", il est assez bruyant, en réalité, et les efforts suivants de développement s'efforceront de faire baisser son insupportable bruit de tondeuse à gazon. Malgré ses difficultés, le Gnat fait son trou et lorsque en janvier 1994 le Pentagone réclame un "Advanced Concept Technology Demonstration" (ACTD) afin de mettre en chaniter un "Tier II Medium Altitude Endurance UAV" (ah, les sigles US !), c'est General Atomics, dirigé par un Frank Pace devenu l'ami de Karem, qui remporte le marché. Le nouveau "750" qui en sort quelques mois plus tard devient alors le Predator A. Le drone a été pensé comme facile à mettre en œuvre, il se range dans 6 boîtes appellées "cercueils" et sa station de télécommunicatins tient dans un container de 30x 8X 8 pieds. Fini le Schweizer suiveur, le drone communique désormais directement par satellite, grâce à sa volumineuse antenne de nez disposée sur le dessus, à l'avant, à la place de "goutte d'eau" des modèles précédents. « Quand j'ai commencé, les gens ont demandé pourquoi je faisais un drone avec quatre fois la puissance de calcul du F-16, le premier chasseur à réaction "fly-by-wire", dit M. Karem. La raison en est que, comme tout acheteur d'ordinateur le sait, une machine plus puissante prend plus de temps à devenir obsolète « Presque tous nos sous-systèmes de 1985-89 volent encore dans certains Predator aujourd'hui", a dit M. Karem, "y compris son ordinateur vieux de 27 ans, avec des modifications mineures, et sa station au sol." En prime, le Predator présente un avantage certain par rapport à la concurrence : il n'a pas englouti des milliards en développement et ses projets tiennent en l'air longtemps. Le petit MQM-105 Aquila a réussi à engloutir 1 milliard de dollars, et le Condor géant de Boeing a fini accroché au plafond d'un musée. L'Aquila nécessitait la présence de 30 personnes pour être mis en œuvre, ne volait que quelques minutes et avait la fâcheuse tendance de s'écraser toutes les 20 heures de vol...
 
La guerre en Bosnie va offrir un terrain d'essai inattendu au Predator. "Quelques années plus tard, quand l'administration Clinton cherchait désespérément un moyen de surveiller les conflits ethniques dans les Balkans, le directeur de la CIA James Woolsey s'est rappelé Karem, qu'il avait rencontré et était venu admirer quelques années plus tôt. "Abe est un génie de la technologie d'entreprise », dit aujourd'hui Woolsey. « Il vit pour créer." La CIA a acheté deux Gnat-750s avec des caméras vidéo et a commencé à survoler avec la Bosnie. Ils ont été lancés à partir de l'Albanie, où se trouvaient leurs stations de contrôle au sol et leurs opérateurs. Comme cela se passait, le ministère de la Défense a organisé un concours pour un modèle plus avancé UAV "d'endurance à moyenne altitude" . Une des exigences requise était que l'avion puisse être muni d'une antenne satellite pour qu'il puisse être piloté par des opérateurs qui étaient beaucoup plus loin que ceux pilotant le Gnat, car pour la Bosnie il fallait relayer ses signaux à travers l'Albanie, via un planeur motorisé piloté" écrit Air&Space." Quand Woosley était venu le voir pour fabriquer le premier Predator, ce dernier avait prédit qu'il faudrait 100 millions de dollars et que cela prendrait 5 ans à faire. Abe lui avait répondu que ça lui couterait 5 millions seulement et que ça ne prendrait que 3 mois ! Le contrat signé en 1994 des premiers Predator demandait la fourniture de 3 appareils et d'une seule station de contrôle distante pour 31,7 millions de dollars, livrables dans moins d'un an. Abe, insatiable inventeur a alors déjà quitté General Atomics pour allez cher Boeing mettre au point le premier drone hélicoptère (ou plutôt le second exactement) le Boeing A160 Hummingbird. Juste avant, il a revendu sa société du moment, Frontier Systems. Acessoirement, le Predator, toujours non armé, se rend célèbre en filmant en 2000 Ben Laden au milieu de sa base de la Ferme de Tarnak (on ne l'apprendra que 4 ans plus tard). En 1998, la ferme avait reçu une volée de Tomahawk, qui aurait pris à peine trois heures à être rééditée. Clinton avait alors empêché de supprimer Ben Laden.
 
C'est Bosnie que Michael E. Ryan, qui venait de remplacer Gen. Ronald R. Fogleman à la tête del' USAF Chief of Staff s'est aperç des capacités de détection du Predator et son absence cruelle de possiblités d'attaque. Des cibles détectées avaient été ratées, faute de temps pour lancer les Thunderbolts à leur assaut : la "kill chain" était trop longue. C'est lui qui avait dépêché un Predator pour retrouver les deux pilotes français éjectés au dessus de la Bosnie. C'est lui qui contactera William Grimes, le responsable du programme Big Safari, sur la base de Wright-Patterson AFB, en Ohio pour le convaincre d'armer les Predators au plus vite. En remplaçant la caméra d'acquisition par un désignateur laser, l'engin devenait un redoutable chasseur de cibles au sol. Le montage fut très rapide : en 18 heures, alors que le Predator n'était arrivé au Kosovo que 38 heures auparavant. La bureaucratie du Pentagone avait été promptement bousculée. La question du missile à emporter fut vite réglée : les ailes ne pouvant emporter plus de 200 livres (90 kilos) c'est le Hellfire de 175 (80 kilos) qui a été choisi par défaut, un sous chaque aile pour équilibrer l'appareil. "Le 16 février 2001, le Predator N° 3034 a pris l'air et a tiré avec succès un Hellfire en vol. Une série de tests a montré combien le Hellfire était efficace contre les chars. le général Clark conserve sur son bureau l'ogive récupérée de la première frappe de Hellfire Predator pour frapper un tank. Les tests ont continué tout au long du printemps et de l'été. Parcours de tir ont été faites à des altitudes variablet. Il n'y avait pas de problèmes jusqu'à ce que l'altitude de tirs d'essai a atteint 12.000 pieds, et donc une décision simple mais pragmatique a été faite : Ne tirez pas le Hellfire du Predator à des altitudes supérieures à 10.000 pieds !"  En fait sur 16 tirs de Hellfiresur de vieilles carcasses de char, 12 avaient fait mouche. Le N°3034 sera en fait un des trois seuls Predators déployés en 2001 à l'étranger. L'une des premières cibles testées dans le Nevada près de la base de Creech fut une réplique de la base de Tarnak de Ben Laden, construite en plein désert, le responsable de la CIA Cofer Black étant un chaud partisan de son élimination physique : de tueur de chars, le Predator deviendra vite l'arme d'assassinats ciblés de responsables d'Ai-Qaida. Pour ne pas impliquer l'armée ou l'Air Force, tout le process d'armement fut dévolu par la CIA aux mercenaires de Blackwater, qui deviendra Xe. C'est à Creech/Indian Springs que seront essayés les RQ-170 Sentinel. La base de Creech est dans une zone d'interdiction, elle aussi : c'est la Base 54 !!! Résultat : c'est obligatoirement devenu chez les soucoupistes forcenés le territoire d'une espèce "spéciale" d'Aliens : les "grands blancs".  Une spécialité de Charles Hall, ancien météorologue à la base de Nellis, et autre fêlé notoire : selon lui, "ils" sont parmi nous, et leurs yeux virent du bleu au rose avec l'âge.. Si un jour vous rencontrez des yeux roses sur un grand corps blanc, pensez à lui téléphoner... ça enrichira sa "galactic connexion". Selon lui ; "les Tall Whites vivent sous terre dans les montagnes de la zone 53. Les Zones 53 et 54 et dans l'ouest du Desert Southwest Game Range sont connus comme étant "Dreamland"... et bien entendu, ils travaillent aussi sur les bases militaires US... incognito. Il peuvent aussi selon lui "faire différentes choses à la fois" : on en conclura que notre homme n'est pas marié ; et n'a jamais quelqu'un venu de Venus montrer à celui venu de Mars comment on réalise cette prouesse chez les êtres humains.... féminins (ci-dessous la base de Creech débusquée par Cryptome : en rouge, les 2 drones Predator/Reaper visible et les multiples unités de télécommande sur la droite de la photo) :
 
 
L'autre source pour la provenance des drones est assez inattendue. Vous vous souvenez sans doute de Paul MacCready (décédé en 2007), sorte de fou volant de l'avion à pédales, un Géo Trouvetou qui avait fondé AeroVironment, une entreprise destinée à obtenir le prix Kremer, celui qui récompenserait un avion à propulsion humaine capable de voler en huit autour de deux poteaux éloignés d'un demi-mile l'un de de l'autre. Sous des aspects de docteur de retour vers le futur, MacCrady était en fait un ingénieur réputé, spécialiste du planeur d'altitude dès 1947 et compétiteur émérite (il a ainsi remporté le titre de champion international en France en 1956, il est en photo ici à droite). Il a également inventé un inventera un calculateur de vol connu comme étant le « MacCready Speed »). En 1977, son Gossamer Condor remporté le prix, avec à la clé une récompense de 100 000 dollars. MacCready se fera connaître universellement en 1979 en traversant la Manche. Son entreprise AeroVironment, spécialiste des appareils ultra-légers, sera logiquement contactée (fort discrètement bien sûr) par la DARPA pour fabriquer en 1987 le premier avion militaire sans pilote portable dans un sac à dos, un appareil pesant à peine neuf livres avec une caméra 35-mm dans le nez, enregistrant son trajet sur cassette Hi8 VCR (sans transmettre donc), un engin appelé Pointer. Le baptême du feu du Raven ce drone low-cost, aura lieu en octobre 2001 avec eux deux exemplaires de Raven amenés en Afghanistan pour la surveillance à basse altitude où il s'est révélé relativement efficace.
 
Les drones ont-ils pour autant réussi leur pari ? Au Pentagone, on voudrait bien le croire. Mais un terrible rapport après leur usage au Kosovo tempère fortement l'enthousiasme des militaires  : "ce rapport cinglant répertoriait de nombreux cas dans lesquels le Predator n'avait pas réussi à répondre aux normes de performance propres au Pentagone . Les problèmes incluaient " une mauvaise précision de localisation des cibles, des communications inefficaces, et les limites imposées par la météo, mais par temps peu difficile notamment lors de pluies. " Le système n'était pas fiable et n'a pas réussi à répondre aux exigences de maintenabilité. Il n'a pas pu passer assez de temps sur cible, lorsqu'il est déployé à partir d'une distance de 400 miles, la plage de fonctionnement pourtant requise. Ses images n'étaient pas assez précises à la distance oblique requise de 30 000 pieds, ce qui signifie qu'il aurait dû voler à une altitude plus faible, à des hauteurs plus vulnérables pour recueillir des données qui auraient été vraiment utiles". En outre, le rapport a mis en garde contre l'usage par intempéries du " Predator ", qui "ne peut pas être lancé dans des conditions météorologiques défavorables, comme notamment de l'humidité visible : la pluie , la neige , la glace, le givre ou le brouillard. " A trop avoir testé l'engin dans le désert seul, on semble avoir oublié son inadaptation aux contrées européennes ! Des insuffisances criantes, que confirmeront le nombre sidérant de crashs de Predator et Reaper, restés longtemps du domaine de l'information verrouillée par l'armée. L'engin de rêve n'est somme toute pas différent des grosses machines de guerre qu'il est censé remplacer ! Le drone low-cost a vécu : chaque exemplaire du Predator coûte 2,5 millions de dollars . Un système complet , qui comprend les stations de contrôle au sol et ses périphériques revient à 25 millions de dollars...
 
Les failles entourant la conception même du Predator sont pourtant criantes en effet, et c'est la découverte d'un virus informatique à bord de leurs stations de contrôle qui le montrera avec éclat (à gauche un RQ-7B Shadow vu à Bagdad).Le virus détecté, un "Keylogger" classique (il "note" les mots de passe que vous introduisez au clavier) révélera surtout que le système "vieux de 27 ans" décrit en 2012 par le créateur du drone n'était autre qu'un système Windows, de type 1.0, apparu en effet en 1985. Un système 16 bits (Unix est apparu 12 ans avant !). Autrement dit, une vraie passoire à virus, qui selon les militaires eux-mêmes aurait été transmis par clé USB (autrement dit sur un Windows au moins mis à jour en Windows 95 minimum et plutôt Windows 98). De découvrir que l'arme principale de l'armée US est gérée par un tel système hackable n'est plutôt pas très rassurant en effet. Pas davantage en apprenant en 2009 que certains talibans avaient réussi à capter les images d'un Predator valant 4,5 milions de dollars pièce avec un shareware en valant seulement... 26. Skygrabber, logiciel trouvable partout. On apprendra par la même que les images vidéos transmises par le drone n'était même pas cryptées  !!!
 
Résultat, les pertes de la "merveille" volante sont considérables, contrairement à ce qu'en disent les militaires qui les minimisent depuis le début. Une source (anglaise) chiffre les drones  retrouvés au sol depuis 2007 :  on y compte plus de 60 Predator/Reaper. Soit 150 millions de dollars de dégâts, la plupart sur accident et non pour avoir été abattus par une quelconque DCA. Son pire ennemi, à ce jour, c'est son moteur ou ses liaisons électroniques (voire le stress de ses pilotes, rendus suicidaires avec ce qu'ils voient avec leur caméra !).  Cela ne représente même pas un demi F-22, dont on comprend mieux pourquoi il n'a jamais été déployé au combat. Entretemps, la base de Dugway est devenue en 2009 celle du Rapid Integration and Acceptance Center, les pistes du Michael Army Airfield ont été refaites et agrandies. Le dernier Predator (non armé) a été livré en 2010, remplacée par le Reaper (armé) et la nouvelle génération (furtive) arrive déjà : doté d'un turboréacteur Pratt&Whitney, l'engin présenté comme "Predator C" s'appelle désormais l'Avenger a effectué son premier vol en avril 2009. Ce n'est plus un porteur de deux missiles légers : en soute, il transporte 1,3 tonnes de munitions (des missiles Hellfire, mais aussi des bombes GBU-24 Paveway III, GBU-31 et GBU-38 JDAM). Testé lui aussi à Creech... et par des êtres humains aux commandes de joystick, et non des "grands blancs" !!!
 
 
 
 
Un exellent document sur l'historique de l'ensemble des drones :

http://usacac.army.mil/cac2/cgsc/carl/download/csipubs/OP37.pdf

le site indispensable sur les drones

http://drones.pitchinteractive.com/

PDF - 104.5 ko
Predator

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • morice morice 5 octobre 2013 10:44

    ça tourne à la démonstration ici ...


    comme je l’ai déjà dit, tous mes articles sur la CIA paraissent car ceux-kà n’embarrassent en rien l’extrême droite à la Meyssan, bien au contraire... les soi-disants modérateurs, les sbires de l’équiope Dieudonné qui ont envahi le site les laissent paraître car ça aide leurs anti-américanisme forcené..

    en revanche, ma deuxième série alternée, « l’été de la désinformation » est bloquée au N°4, ce matin j’ai un numéro 8 qui se retrouve rejeté alors qu’il n’a rien de politique : il l’est car il est numéroté, et si Agoravox fait passer un épisode 8 alors qu’on était resté au N°4 jusqu’ici les lecteurs vont se demander quoi..

    en somme, on prive ses lecteurs d’un article qui n’a rien de politique en raison de 3 articles précédents de la série qui parle politique  : ma démonstration de CENSURE DE TYPE POLITIQUE est encore plus probante. Résultat, j’en rajoute aussitôt un 9eme, qui n’a rien de politique non plus, et remet aussiôt le 8 qui s’est fait éjecter, comme j’ai remis en modération le 5, le 6, et le 7..

    en voici les thèmes, donc :

    ‪-L’été de la désinformation (5) : le racisme, une valeur actuelle ?‬
    C’est un article sur les attaques de Christine Taubira, cet été, avec des hoax fabriqués par l’extême droite dont Riposte Laïque et auxquelles a aussi participé Valeurs Actuelles, via des articles et des couvertures dénoncées par tous ses confrères....

    -‪L’été de la désinformation (6) : quand la Playstation s’invite dans la guerre en Syrie‬
    C’est un article sur des objets militaires existants qui jouent un grand rôle actuellement dans les attaques de Predator, justement (voir article du jour) et dont une rumeur infondée à attribyé la présence en Syrie : j’y attaque Meyssan et sa désinformation manifeste.

    -‪L’été de la désinformation (7) : les armes « made in Assad » ne sont pas toujours celles qu’on croit‬
    C’est encore plus clair dans cet article, avec une PREUVE VIDEO absolument sidérante montrant les troupes d’Assad envoyant un missile chimique fort particulier, aux formes bien définies correspondant pile aux « queues » de missiles retrouvées par les inspecteurs de l’ONU. Cette vidéo CONDAMNE le régime syrien, et s’oppose en CLAIR aux médisances et mensonges de l’équipe de Meyssan, dont la bonne sœur bien connue. PRIVER LES LECTEURS d’AGORAVOX DE CE DOCUMENT INDUBITABLE FAIT DE LA REDACTION DU SITE DES COMPLICES EVIDENTS DES MENSONGES DE MEYSSAN.

    L’été de la désinformation (8) : la découverte de vie extraterrestre ? Du pipeau !
    un article sur la prétendue découverte de vie extraterrestre dans la haute atmosphère, un mensonge aussi gros que les racontars de Agnès de la Croix sur la Syrie.

    L’été de la désinformation (9) : élémentaire, mon cher... Walson
    L’histoire d’un hoax qui a duré des mois sur la prétendue présence de vaisseaux énormes en orbite au dessus de la Terre qu’un seul individu était capable de voir avec un équipement à lui... un hoax qui n’a rien de .... politique !!! Là, c’est aussi fort que les mensonges de Meyssan et son équipe...

    il va sans dire que je remetrai ici cette PLAINTE sur la CENSURE POLITIQUE d’EXTREME DROITE QUI s4EXERCE AU SEIN DE CE SITE, n’étant pas du tout décidé à ce qu’on prive les lecteurs, notamment des preuves de l’implicaition du régime syrien dans le lancement de roquettes chimiques. C’est inacceptable en démocratie et comme ce site a la prétention d’être soi-disant démocratique, j’ose croire et espérer que les lecteurs vont avoir gain de cause et non la poignée de fascisants qui bloque actuellement mes écrits avec la complicité de la direction du site.


    • Demian West 5 octobre 2013 10:52

      @ Morice,


      J’ai bien lu votre commentaire manifeste.

      Et vous vous présentez en opposant radical au site Agoravox, et vous dites expressément que vous y êtes censuré par des extrêmes de droite et plus encore, vous dites que les responsables du site sont complices.

      Pour ces raisons, je me demande vraiment pour laquelle raison, vous publiez encore des textes ici ? Car vous alimentez la machine qui vous oppresse, selon vos propres termes.

      C’est du masochisme. Surtout quand on a vu le dernier fil de commentaires sous votre précédent article, vraiment une déchéance inénarrable, qui ruine tous vos articles. Je suis désolé de vous le dire.

      Bonne journée

      Demian West

    • Demian West 5 octobre 2013 10:54

      Pour info, chaque fois que j’ai considéré être censuré, je suis parti des sites qui censuraient, selon mon avis. Et je n’ai eu qu’à m’en féliciter.




    • morice morice 5 octobre 2013 10:57

      Pour info, chaque fois que j’ai considéré être censuré, je suis parti des sites qui censuraient, selon mon avis. Et je n’ai eu qu’à m’en féliciter.



      VOUS AVEZ ETE VIRE, NUANCE...

    • Demian West 5 octobre 2013 11:19

      Que j’ai été viré (ce que je conteste) ou non, vraiment Morice, tout le monde s’en fiche. Et c’est tant mieux. Car s’il fallait déconsidérer tous les virés de partout dans le monde, on perdait son temps et sa dignité, vu tous ceux qui figuraient dans les plus éminentes élites après ces exclusions-mêmes. Voyez le monde du rock, de la culture et même de la science.


      Etre viré est un exploit inné. Le signe qu’on est différent et une chance pour l’Humanité entière.
      Virez-moi autant que vous voudrez, c’est vous qui resterez sur le carreau... C’est la loi des dandies, celle qui vous échappe définitivement.

      DW

    • rotule 5 octobre 2013 15:00

      « Quand tous les dégoutés seront partis,
      Il ne restera plus que les dégoûtants. »

      P. van den Boeynants
      Ministre belge


    • wesson wesson 6 octobre 2013 01:32

      « il va sans dire que je remetrai ici cette PLAINTE sur la CENSURE POLITIQUE d’EXTREME DROITE QUI s4EXERCE AU SEIN DE CE SITE, »


      pas mieux que Achéron.

      Et plutôt que de filer 50 Euros à Avox pour les soutenir, louez un serveur dédié chez OVH à 4€ / mois (dès qu’ils auront fini le sold-out), ou vous pourrez mettre en place un debian/mysql/nginx/php5/dotclear et publier toute votre série d’articles en toute liberté. Puisque vous vous présentez volontiers comme bon informaticien ayant déployé des serveurs, je ne peut imaginer que vous ne sachiez faire ça en moins de 24H...

      Je dirais même que vu la quantité d’articles que vous avez écrit, vous aurez immédiatement une consistance de site exceptionnelle, propre à drainer un traffic très interessant.



    • morice morice 5 octobre 2013 11:21

      texte supprimé :


      « Que j’ai été viré (ce que je conteste) ou non, vraiment Morice, tout le monde s’en fiche »

      il a bien reconnu l’avoir été....

      • Demian West 5 octobre 2013 11:27

        Morice,


        Comment se fait-il que dans une phrase où je dis explicitement que je conteste avoir été « viré », vous y lisiez que je reconnais avoir été « viré » ?

        Etes-vous conscient de l’image que vous donnez de l’auteur de vos articles ?

        Et quand aux haines dont vous parlez, je ne les connais pas, car je suis un adulte depuis quelques années déjà. 

        DW

      • Jacques_M 5 octobre 2013 11:31

        Bonjour morice,

        Vous parlez d’une vidéo concernant l’envoi d’un missile chimique, pourriez-vous nous donner le lien ?


        • morice morice 5 octobre 2013 11:36

          vous attendrez la parution ce l’article, puisqu’ici on le censure.


          ou allez le voir en modération, il y est toujours... vous êtes rédacteur il me semble...

          article N°7 «  les armes « made in Assad » ne sont pas toujours celles qu’on croit‬ »

          c’est INDUBITABLE. ET défendre la cause palestinienne, ce n’est PAS laisser faire ça.

          • wesson wesson 5 octobre 2013 23:46

            Bonsoir Morice,


            mais merde, votre article 7 je l’ai lu et désolé de vous le dire tel quel, mais il n’est pas convainquant. 

            Au delà même de ce document vidéo qui fait le tour du web et que je trouve pour le moins étonnant (la caméra est remarquablement bien placée), vous extrapolez sur plein de choses qui ne me semblent peu crédible. Ce que je voit dans ce document, c’est un tas de personnes - dont un bon nombre semblent en civil - s’affairent autour d’un missile qui finit pas être lancé. Vous en concluez sur le lieu d’où ces images sont prises, sur les protagonistes forcément du régime parce qu’ils portent un béret rouge, sur le modèle iranien du missile parce qu’il a une forme d’ailette de guidage caractéristique ... sans vraiment dire que au niveau de la longueur du missile, ça colle pas, et sur l’évidence de la charge chimique alors que personne ne semble porter le moindre masque autour du missile. Et en finale pour balayer cette objection on a droit à « ça ne devait pas être du sarin mais quelque chose de moins puissant... » ben voyons, Assad attaque avec des armes chimiques mais pas les plus mortelles, genre du pet d’hippopotame ? Non tout ceci n’est pas très sérieux, rien ne permet de conclure de manière formelle ce que vous en concluez, ou alors on aurait ces images en boucle sur les télés Israéliennes, ou Française. Car il ne vous aura pas échappé que nous avons joué les va-en-guerre sur ce coup là comme des brèles, ce qui d’ailleurs se traduit par « une cinglante débâcle de notre diplomatie, ou nous avons simultanément réussi le tour de force d’exaspérer Washington, de gêner Londres, de faire lever les yeux aux ciel à Berlin, de désespérer à Beyrouth, de déclencher un concert de soupirs à Bruxelles, et d’amuser les joueurs d’échecs à Moscou ». Aboierez-vous avec les nôtres ?

            Et quand bien même, en admettant que ce soit bien l’armée pro Assad qui soit à l’origine de l’attaque chimique - ce qui est une hypothèse possible, que ce soit avec ou sans la volonté d’Assad sur lequel d’ailleurs je ne nourris aucune illusion - que fait-on ? On fait une fois de plus confiance à l’intelligence des bombes de l’OTAN pour faire péter les méchants en préservant les gentils ? La stupidité de la chose apparaît immédiatement en le disant, appuyé par un historique bien fourni en guerres inutiles qui ont détruit des pays entiers. L’Irak est il mieux après Saddam Hussein ? Il n’as jamais été aussi proche de l’Iran que aujourd’hui. L’intervention occidentale n’as apporté à ce pays strictement rien de bon. 

            Moi ce que je voit de positif dans ce qu’il se passe là bas, c’est que le régime d’Assad a non seulement reconnu la possession d’un arsenal chimique, mais s’est aussi engagé à le détruire sous la supervision internationale. Je voit que l’Iran fait des avancées significatives pour sa question nucléaire, et que l’Arabie Saoudite semble disposé à une paix froide avec eux. Je voit que Israël n’as jamais été aussi isolé dans ses intentions belliqueuse. Si il lui prenait l’envie de frapper en Iran ou au Liban maintenant, même les USA n’arriveraient pas à les soutenir. Une intervention en Syrie en dehors du droit (donc d’un accord de l’ONU) ruinerait tous ces efforts qui peuvent amener sur un proche orient stable. Le conflit inévitablement déboucherai sur le Liban contre le Hezbollah, et ça les Iraniens ne sont pas du tout prêt à l’accepter. C’est pourquoi sans illusion sur Assad et son régime despotique violent, il ne faut malgré tout pas intervenir dans cette guerre civile qui serait terminée depuis longtemps si ce n’était l’aide en armes qu’a reçu la rébellion. Oui Assad finira par écraser cette révolte, mais plus on fournira d’armes aux milices anti-gouvernementales, plus ça fera de mort innocentes au total.

            J’ai l’impression que vous laissez votre colère se transformer en haine, qui peu a peu vous transforme en ceux que vous décriez le plus dans vos articles. C’est dommage.

          • morice morice 6 octobre 2013 10:20

            vous n’avez pas à divulguer un contenu non sorti...


            Il est évident que ce missile fort spécial est tiré par les troupes d’Assad, présentes au lancement et non par des rebelles.

            vous niez LES évidences, là.

            Je ne suis en rien en colère contre ce régime, je le trouve ABJECT ce qui est différent....

          • morice morice 6 octobre 2013 10:26

            Moi ce que je voit de positif dans ce qu’il se passe là bas, c’est que le régime d’Assad a non seulement reconnu la possession d’un arsenal chimique, mais s’est aussi engagé à le détruire sous la supervision internationale. J


            en laissant largement le temps de déménager l’essentiel ; faut être une quiche pour ne pas s’en être aperçu...

            il aurait été intéressant de compter les passages d’Il-76 pendant trois semaines.... à Damas.

          • wesson wesson 6 octobre 2013 11:56

            « vous n’avez pas à divulguer un contenu non sorti... »


            Ah non, morice, vous prenez tout le monde à parti nous invitant à lire votre article, souffrez que je le critique et notez que je reste suffisament vague pour que l’envie de le lire en reste intacte ! 


            « vous niez LES évidences, là. »

            Je ne nie rien du tout, je me borne à dire que je n’ai pas été convaincu par votre démonstration mais ne prétends pas du tout qu’elle soit fausse - ou vraie. Je dit qu’il n’y a rien à proprement parler de décisif dans votre document. Votre explication fait partie du plausible, mais n’est en rien une preuve ... Et lorsque la vidéo provient d’un compte youtube qui diffuse aussi des vidéos de « martyrs », je ne puis m’empêcher de considérer celle ci comme assez « connoté ».

            « Je ne suis en rien en colère contre ce régime, je le trouve ABJECT ce qui est différent.... »

            Je le trouve également abject, mais je n’ai pas l’indignation à géométrie variable - liste des affreux à bombarder sur demande, j’ai peur d’être un peu long en la postant directement. Et j’aimerai bien que l’on m’explique par la même occasion quelle « abjection » spécifique doit déclencher automatiquement l’envoi des bombes de l’OTAN au mépris de la loi internationale.

            La France avait pu maintenir sa différence et sa grandeur diplomatique en prônant le respect de la loi internationale et de l’institution de l’ONU, notamment lors du conflit Usa - Irak. Elle a tout simplement perdu tout son crédit - ainsi que celui de l’opération au Mali qui n’avait pas trop mal été gérée - sur ce coup là. Comme vous le dites si bien, « défendre la cause Palestinienne, ce n’est PAS laisser faire ça ».

          • morice morice 7 octobre 2013 12:45

            Je dit qu’il n’y a rien à proprement parler de décisif dans votre document :



            il n’y a pas un seul militaire de présent ?

            des rebelles pourraient à cet endroit faire 20 minutes de préparatifs avant un tir ?

            ni de responsables ?

            ni de matériel de l’armée ? Pas de Mercedes au contenu bâché amené par les soldats ?

            pas de milice pour surveiller la route adjacente ?

            et le missile ne ressemble pas à ceux tombés ?

            vous devriez changer de lunettes, Wesson. 

          • berry 5 octobre 2013 12:22

            Puisque vous faites de la publicité pour Thierry Meyssan, je conseillerais l’article suivant, paru le 11 septembre....2013 :

            « Comment les services occidentaux ont fabriqué l’attaque chimique de la Ghouta »
            http://www.voltairenet.org/article180196.html

             


            • Christian Labrune Christian Labrune 5 octobre 2013 13:28

              "il va sans dire que je remetrai ici cette PLAINTE sur la CENSURE POLITIQUE d’EXTREME DROITE QUI s4EXERCE AU SEIN DE CE SITE, n’étant pas du tout décidé à ce qu’on prive les lecteurs, notamment des preuves de l’implicaition du régime syrien dans le lancement de roquettes chimiques. C’est inacceptable en démocratie et comme ce site a la prétention d’être soi-disant démocratique, j’ose croire et espérer que les lecteurs vont avoir gain de cause"

              @Morice,
              Je ne suis pas toujours d’accord avec ce que vous écrivez, et comme vous avez un foutu caractère, vous avez bien souvent censuré des interventions où je ne mettais que de l’ironie - c’est une tendance à quoi il m’est toujours difficile de résister : nobody is perfect ! Cela dit, cet article que je viens de lire est des plus intéressants, et à moins d’être un grand spécialiste des drones, je vois mal qu’on puisse prétendre en esquisser une critique. L’approbation du lecteur ordinaire devrait être totale. Je viens de parcourir rapidement vos prochains articles et de les approuver.
               
              La fascisation des esprits sur AgoraVox est effectivement quelque chose de tout à fait préoccupant. Des gens qui ne savent pas écrire - et souvent pas même lire - ne sont là que pour parasiter les dialogues par l’envoi de quelques lignes de parataxe agrémentées de renvois à des articles de pure propagande. Ca donne la nausée il convient effectivement de faire quelque chose, et rapidement.


              • morice morice 5 octobre 2013 13:49

                La fascisation des esprits sur AgoraVox est effectivement quelque chose de tout à fait préoccupant.


                merci de le constater.

                • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 5 octobre 2013 17:10

                  Effectivement.
                  Quant à votre papier sur cet inventeur de drones, personnage intéressant, dommage qu’il fabrique des machines à tuer, je l’ai lu d’une traite, preuve que quelque chose se passe, et ce fut instructif.


                • morice morice 5 octobre 2013 18:00

                  merci, j’aimerai que vous lisiez de la même traite ceux sur la Syrie ou Taubira, bloqués ici par les amis de Meyssan.


                • morice morice 5 octobre 2013 13:49

                  Je ne suis pas toujours d’accord avec ce que vous écrivez, et comme vous avez un foutu caractère


                  je suis ravi du compliment. C’est de famille, je pense.

                  • Pyrathome Pyrathome 5 octobre 2013 14:16

                    Je viens de parcourir rapidement vos prochains articles et de les approuver.....
                    .
                    L’aficionado de la talonnette qui vient passer la brosse à reluire.....mais au second degré.....
                    Ah ah ah !!
                    .
                    La fascisation des esprits sur AgoraVox est effectivement quelque chose de tout à fait préoccupant.
                    .
                    Faut dire la « Buissonisation » des esprits....même le petit Manu tombe dans le panneau....
                    En période électorale, il est toujours bon d’avoir ses têtes de Rom sur lesquels taper à tour de bras....n’est-ce pas ?


                    • morice morice 5 octobre 2013 14:18

                      Faut dire la « Buissonisation » des esprits....


                      hélas. Il finira bien par la payer, cette dérive.

                      • Pyrathome Pyrathome 5 octobre 2013 14:40

                        Oui morice, mais je constate une seule chose dans ce tout ce fatras infâme, le seul qui ait vraiment un discours de gauche, c’est lui....
                        Pas étonnant que tout le monde lui tire dessus....ça doit être pour faire monter la semi-démente ??


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 octobre 2013 14:53

                        Melanchon ,ce raciste de gauche ...

                        Pommierisation des esprits ,rapport les blonds alcooliques normands gavés au calva ...


                      • Pyrathome Pyrathome 5 octobre 2013 15:22

                        Mélanchon, ce raciste de gauche.....
                        .
                        Raciste parce que il n’aime pas les fachos dans ton genre ??


                      • morice morice 5 octobre 2013 17:06

                        « le seul qui ait vraiment un discours de gauche »


                        vous confondez avec tirer la couverture à lui.... perosnnellement.

                        même le PC a compris qu’il ne faut pas s’amuser à scier la branche.

                        Mélenchon c’est après moi le déluge, il s’en FOUT de la gauche !

                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 octobre 2013 17:20

                        En accord avec vous Morice ...

                        Pyra , smiley

                        J’avoue ,j’aime pas les soucoupistes ... smiley


                      • Pyrathome Pyrathome 5 octobre 2013 18:03

                        Mélenchon c’est après moi le déluge, il s’en FOUT de la gauche !
                        .
                        Ah oui ?
                        Sauf que sans lui, vous seriez encore résistant sous Talonnetto premier.....
                        Quelle ingratitude.... !!!
                        Remarquez, pas grand chose a changé depuis son l’éviction du gnome malfaisant, c’est bien ce que je vous disais il y a deux ans, tout changer pour ne rien changer et encore, c’est pas maintenant....
                        À part vouloir aller guerroyer en Syrie pour punir les « méchants » et lécher les boules de Big Brother, on attend toujours qu’il mette son armure pour aller guerroyer à Wall street ......
                        Votre idole n’est pas à gauche, la preuve, même Bayrou a voté pour lui....ah ah ah ah !!!!


                      • Pyrathome Pyrathome 5 octobre 2013 18:13
                        même le PC a compris qu’il ne faut pas s’amuser à scier la branche.
                        .
                        Le PC se fait chier, il voudrait bien un os à ronger.......


                      • wesson wesson 5 octobre 2013 23:57

                        « même le PC a compris qu’il ne faut pas s’amuser à scier la branche. »


                        Le PC n’a rien à foutre avec les Solfériniens à voter avec eux les budgets d’austérité. 

                        C’est de la simple logique.

                        Et mes petites oreilles qui traînent me laissent à penser que la base l’as très bien compris, seuls les coucous qui tiennent à leur branches sont quelques barons locaux ou dirigeants PC.

                        Comme par exemple le 1er d’entre eux, à qui le PS garanti 12 conseillers municipaux à Paris. Pourquoi 12 ? parce que c’est le nombre qui permet d’obtenir une place de sénateur pour le prochain renouvellement qui aura lieu peu après les municipales. 

                        Ce sont des calculs à très courte vues, qui se paient très vite.

                        Quand à un homme politique qui tient aujourd’hui un vrai discours de Gauche, si vous en connaissez un en dehors de Mélenchon, merci de nous en faire profiter...

                      • Pyrathome Pyrathome 6 octobre 2013 00:41

                        Salut wesson, en tout cas et faute de vrai discours de gauche, ce sont les diatribes d’extrême droite qui décrochent le pompon.......Même le Figaropoubelle lui passe la brosse à reluire :
                         http://www.lefigaro.fr/politique/2013/10/04/01002-20131004ARTFIG00402-le-fn-est-il-toujours-un-parti-d-extreme-droite.php
                        Avec ce titre très évoquateur...
                        .

                        Le FN est-il toujours un parti d’extrême droite ?

                        .

                        VIDÉO - Marine Le Pen estime que son parti n’est en rien lié à l’extrême droite. Une « aberration » pour de nombreux responsables politiques.

                        .

                         smiley smiley smiley

                        .

                        Extrême droite en france ? a pu.....


                      • wesson wesson 6 octobre 2013 01:10

                        Salut Pyra,


                        « Le FN est-il toujours un parti d’extrême droite ? »

                        La conclusion, tu l’as dans l’article de Michel Koutouzis du jour. L’extrême droite sert de recours au pouvoir lorsque la béquille sociale-démocrate n’y suffit plus. ça fait un paquet de temps que le FN essaie de se décoller son sparadrap « extrême droite », et jusqu’à maintenant, il n’y était pas arrivé. Mais là effectivement, le changement s’effectue avec une presse ultra complaisante qui participe maintenant clairement au coup de gomme. On sent vraiment qu’ils ont envie de les faire participer au pouvoir maintenant. 

                        Pour Serge Dassault qui commence à lui avoir les choses qui lui collent au caleçon - avec ses petites emplettes électorales à Corbeil-Essonnes - la tentation doit être grande.

                      • bernard bernard 6 octobre 2013 08:06

                        Je l’ai toujours dit, 

                        Meluche n’est rien d’autre que la voiture balai du ps
                        ...et le restera !
                        C’est la seule chose qu’il sache faire.
                         smiley

                      • morice morice 6 octobre 2013 10:21

                        L’extrême droite sert de recours au pouvoir lorsque la béquille sociale-démocrate n’y suffit plus


                        non

                      • wesson wesson 6 octobre 2013 12:01

                        « non »


                        l’histoire n’est pas vraiment d’accord avec vous ...

                      • morice morice 6 octobre 2013 23:30

                        oh vous savez, déjà qu’il y a des gens qui ne voient même pas des bérets rouges autour d’un camion...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès