• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > « Homoparentalité : et si on pensait aux enfants ? »

« Homoparentalité : et si on pensait aux enfants ? »

Cette tribune est le témoignage d'un élu qui est confronté chaque jour, dans l'exercice de ses responsabilités, à l'injustice et à l'insécurité vécue par les enfants des 300.000 familles homoparentales.

Tribune de Philippe Grosvalet, Président du Conseil général de Loire-Atlantique, rédigée en mars 2012 dans le cadre de la campagne présidentielle mais qui prend encore une fois tout son sens dans le débat actuel.

"Toutes les discriminations, qu’elles soient raciales, religieuses, culturelles, liées au genre, à la sexualité, à une situation de handicap, sont des attaques contre notre République. C’est l’égalité des droits, qui a fondé notre République ; sans cette égalité, la citoyenneté n’a ni sens, ni avenir.

Parmi ces discriminations, il en est une qui interroge particulièrement notre société en ce qu’elle renvoie, au delà de la notion d’égalité, à des valeurs morales et à l’un des fondement du vivre ensemble : la famille. Or le modèle dit traditionnel de la famille biologique connaît de profonds bouleversements et est sujet à une mutation lente mais ancienne et permanente.

Au moment où s’invite dans la campagne présidentielle le débat sur l’ouverture du mariage pour les couples homosexuels et le droit pour tous d’adopter un enfant, je crois utile d’aborder le sujet très controversé de l’homoparentalité en mettant l’accent sur l’intérêt de l’enfant.

Président de Conseil général, j’ai la responsabilité de délivrer les agréments aux personnes qui souhaitent adopter, qui est une des compétences exercée par les Départements au titre de la protection de l’enfance. C’est au regard de cette responsabilité que je veux apporter à ce débat un éclairage concret sur l’actuelle impasse dans laquelle sont placés les couples homosexuels désireux d’adopter un enfant.

S’il est possible en théorie (et en pratique en Loire-Atlantique) pour un couple homosexuel d’obtenir l’agrément d’adoption, le plus souvent cette démarche éprouvante en situation ordinaire se transforme en véritable calvaire. En effet, pour ne pas compromettre leurs chances d’obtenir un enfant au moment de l’adoption, en France comme à l’étranger, ces couples sont contraints, lors de l’enquête sociale, au mensonge et à la mystification en se faisant passer comme “personne seule”.

Cette hypocrisie collective, qui voit des personnes être obligées d’avancer masquées et forcées à jouer un mauvais vaudeville, met en danger leur équilibre psychologique, et bien sûr celui de l’enfant à adopter.

Tout comme une famille se prépare neuf mois pour accueillir un enfant, les adoptants doivent suivre une préparation psychologique assurée par les services départementaux. Les personnes homosexuelles sont ainsi obligées de faire cette démarche seules, sans le futur co-parent, qui est de fait exclu de toute cette préparation pourtant indispensable.

Encore plus grave, l’enfant, qui est lui aussi accompagné psychologiquement par les services sociaux, n’est pas préparé à rejoindre un couple de parents mais bien une famille monoparentale. C’est en arrivant dans son nouveau foyer qu’il découvre son deuxième parent.

Vient alors la question de l’autorité parentale. Aujourd’hui refusée au parent dit « social », sauf circonstances exceptionnelles, elle pose un grave problème pour la sécurité de l’enfant, son équilibre et la stabilité de son foyer.

Qu’advient-il de ces enfants si par malheur le parent légal vient à disparaître ? Ils deviennent des orphelins des temps modernes, confiés à l’aide sociale à l’enfance, tout en ayant un père ou une mère survivant.

En cas de séparation du couple, l’enfant découvre qu’il n’a en réalité qu’un seul parent, et peut ainsi être condamné tout à fait légalement à ne plus jamais revoir son père ou sa mère.

Comment l’enfant adopté peut-il se construire en tant que citoyen à part entière, en tant qu’adulte autonome, si notre République délégitime l’existence même de sa famille et nie l’amour que se portent ses propres parents ? Ce sont les discriminations qui font du mal à ces enfants, et non le fait d’être élevés par des personnes de même sexe !

Tahar Ben Jelloun disait très justement que « la nature crée des différences et (que) la société en fait des inégalités ». J’ajouterais que l’ignorance et la bêtise en font des discriminations.

Parce qu’en dépit de ma fonction, mes marges de manœuvre et d’action restent limitées pour en finir avec cette discrimination, je demande qu’au nom des enfants, dans leur strict intérêt, nous fassions évoluer cette situation.

Nous devons la reconnaissance et la sécurité à ces enfants, et pour cela il faut que nos lois changent. Nous devons enfin reconnaître qu’un enfant, naturel ou adopté, peut être parfaitement élevé par des parents de même sexe, pourvu qu’ils soient aimants, attentifs à ses besoins et respectueux de la construction de sa personnalité.

Élus du 21ème siècle, nous devons être en phase avec les changements, les progrès de notre société, et donc avec les attentes de nos concitoyens. Nous ne parlons pas ici d’un effet de mode, mais bien d’une réalité française qui voit près de 100 000 enfants vivre dans une famille homoparentale !

Ces enfants doivent pouvoir grandir dans la sécurité et l’affection nécessaires à leur épanouissement que procure la famille, quelle qu’en soit la forme.

Il ne faut pas d’une nouvelle union civile, il ne faut pas inventer de nouvelles procédures administratives spécifiques, non, il faut ouvrir le droit au mariage, rien que le mariage, mais tout le mariage, y compris le droit à l’adoption !"

 

 Philippe Grosvalet

Président du Conseil Général de Loire-Atlantique


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • nico31 19 septembre 2012 18:34

    « Président de Conseil général, j’ai la responsabilité de délivrer les agréments aux personnes qui souhaitent adopter »
    « cette démarche [obtenir l’agrément d’adoption] éprouvante en situation ordinaire »

    Quel tartuffe !
    Si obtenir l’agrément est éprouvant c’est parce que les couples qui le demande (à lui président du conseil) font l’objet d’une enquête sociale approfondie de la part de ses services. Donc si l’enquête est éprouvant c’est par ce que le président du conseil estime (selon moi à juste titre) qu’il ne doit pas délivrer cet agrément à la légère.

    Pourquoi ne délivre-t-il pas cet agrément sans enquête approfondie ? Parce qu’il veut les meilleurs adoptants possibles pour les enfants car l’adoption consiste fondamentalement à donner des parents à des enfants qui en sont dépourvus et non l’inverse et que ce qui est premier dans ce processus n’est donc pas le désir des parents mais le besoin des enfants. 

    S’il était honnête il devrait donc pousser la logique jusqu’au bout et faire en sorte que les parents adoptifs remplacent AU PLUS PRES les parents biologiques. Et les parents biologiques d’un enfant sont naturellement un homme et une femme !


    • emi.b 19 septembre 2012 19:08

      Les parents des enfants donnés à l’adoption sont soit démissionnaires, soit trop pauvres, soit célibataires, soit morts. Aussi, si les parents adoptants sont ’au plus près’ du modèle que certains enfants orphelins n’ont jamais connu, ça devient angoissant.
      La nature n’est pas la société. Avec votre vision, l’acte d’adopter en lui même n’est PAS naturel. Mais humain.


    • Romain Desbois 19 septembre 2012 19:19

      Oui et on pourrait faire comme l’avaient fait les USA tolérer l’adoption par des homos les enfants que les bons parents humanistes hétéros ne veulent pas, comme les enfants sidéens par exemple.


    • nico31 20 septembre 2012 18:34

      @ Philippe GROSVALET

      Le service qui délivre en votre nom les agréments en vue de l’adoption mentionne-il dans le rapport destiné aux OAA, aux administrations étrangères et au conseil de famille des pupilles de l’état l’orientation sexuelle des demandeurs « célibataires » ainsi que le sexe de leur éventuel conjoint quand ces informations sont connues ?

      Question subsidiaire : Pourquoi votre billet « Homoparentalité : et si on pensait aux enfants ? » qui figurait également sur votre site a-t-il disparu après que j’y ai posé la question ci-dessus en commentaire ?


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 20 septembre 2012 21:49

      « Si obtenir l’agrément est éprouvant c’est parce que les couples qui le demande (à lui président du conseil) font l’objet d’une enquête sociale approfondie de la part de ses services. Donc si l’enquête est éprouvant c’est par ce que le président du conseil estime (selon moi à juste titre) qu’il ne doit pas délivrer cet agrément à la légère. »


      Faux. La difficulté vient de l’arbitraire à laquelle le requérant est soumis. L’enquête est menée par une assistante sociale qui rédige un rapport.

      Or, ce texte dépend entièrement du bon vouloir de la personne qui le rédige. Si celui-ci est un(e) vieux(vieille) con catho, vous pouvez être certain qu’il ne dira pas du bien du requérant. Celui-ci peut contester le rapport final (une copie lui est remise) et demander une autre expertise mais cela retarde d’au moins un an la procédure, faute de personnel suffisant.

    • nico31 20 septembre 2012 23:27

      @Mmarvinbear

      Je ne suis pas d’accord avec vous.
      J’ai subi cette procédure d’agrément.
      J’ai trouvé des interlocutrices motivées et sincères qui ont jamais cherché à nous piéger. Qui ont toujours joué franc-jeu. Nous nous sommes toujours senti en confiance et écouté. Personne non plus n’a essayé de nous masquer les difficultés de la démarche et le rapport final a été très sincère. Une fois l’agrément obtenu la chef de service nous a conseillé l’OAA la mieux adaptée à notre profile et grâce a son excellent conseil nous avons eu la joie d’accueillir notre enfant très rapidement.

      La procédure d’agrément n’a pas été une épreuve ni pour moi, ni pour ma femme. Mais peut être était ce par ce que nous avons cherché aussi à être toujours sincères et vrais !

      Je ne comprend même pas que certains puissent vouloir masquer certains aspects de leur vie. Si je l’avais fait j’aurais eu l’impression de voler mon agrément et de voler mon fils adoptif !


    • nico31 20 septembre 2012 23:32

      « Si celui-ci est un(e) vieux(vieille) con catho » !

      C’est un principe de base ; les catholiques sont tous des vieux cons qui n’existent que pour faire chier le monde.

      Vous vous rendez compte un peu de ce que vous écrivez et de l’intolérance qui s’en dégage ?


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 septembre 2012 11:11

      « J’ai trouvé des interlocutrices motivées et sincères qui ont jamais cherché à nous piéger. »


      C’est facile de montrer un visage avenant quand on est un couple hétérosexuel. Je parle des couples homosexuels qui sont eux soumis à l’arbitraire du hasard qui les mettra soit en présence d’une personne normale, qui jugera leur vie et leurs personne de façon neutre et une autre qui se réfugiera derrière sa Croix pour soutenir ses convictions rétrogrades.

      Vous viendrez m’en reparler quand vous aurez vécu avec un homme.

    • nico31 21 septembre 2012 22:59

      @Mmarvinbear

      Oui, vous avez raison, le problème ce n’est pas vous, ce sont les autres !

      C’est ce que vous allez dire à votre enfant ? « Non mon chéri, ce n’est pas parce que tu as mal travaillé que tu as de mauvais résultats, c’est parce que le prof t’en veux d’être un fils d’homosexuel. Ce doit être sans doute un vieux con catho ! »

      Quel manque de maturité !


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 20 septembre 2012 21:52

      Tu sais que tu commences à nous casser les lucioles avec ton idéologie marxisante de khmer rouge pas assumé ?


      Alors tu es gentil, mais sois tu intervient sur ce fil avec des commentaires qui sont en rapport avec le thème demandé, sois je...

      Ah bah non, je peux rien faire en fait, je suis pas modo ici...

      Merde...

      Bon en tout cas, cela ne change rien. Tu nous fais iéch avec tes problèmes familiaux. C’est tes oignons, pas les nôtres.

    • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 19 septembre 2012 19:07

      Monsieur le Président,

      Je tiens à vous adresser mes remerciements pour cette tribune. J’ose espérer que tous vos collègues auront le même courage que le vôtre !

      Aborder le sujet du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe est toujours périlleux, hélas. L’homophobie est trop présente dans notre société et les mentalités doivent évoluer.

      Respectueusement,

       

      Giuseppe Di Bella

       


      • COVADONGA722 COVADONGA722 19 septembre 2012 19:25

        vous remarquerez que s’opposer ou discuter les desiderata du lobby gay c’est avoir droit ipso facto au pocés en homophobie ; hé hé le resultat sera que certes ces lobyistes imposeront leur desiderata et recevront la facture à la premiere flambée identitaire ou sociale ;


        Asinus ; ne varietur


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 20 septembre 2012 21:54

        C’est un peu normal vu qu’en grattant le vernis de civilisation, les opposants ne trouvent rien d’autre que des conneries du genre zoophilie et pédophilie présumée pour refuser le droit au mariage pour tous.


        C’est pas pour dire, mais je trouve suspect moi, qu’ils ne pensent qu’ à ça.

        J’aimerais pas être un chien chez eux...

      • Romain Desbois 19 septembre 2012 19:10

        Monsieur l’élu

        Pouvez vous nous dire quel article du code civil interdit à deux personnes de même sexe de se marier en France ?

        Le code liste tous les cas prohibés et aucun ne concerne ce cas.


        • louphi 20 septembre 2012 00:52

          Romain des Bois

           

          « Monsieur l’élu

          Pouvez vous nous dire quel article du code civil interdit à deux personnes de même sexe de se marier en France ?

          Le code liste tous les cas prohibés et aucun ne concerne ce cas. »

           

          Romain des Bois, le militantisme homosexuel est toujours de mauvaise foi. Il est une maladie mentale particulièrement coriace. Il faut cesser de discuter pour discuter. Voici la loi. Article 75 du Code Civil.

           

          « «  Le jour désigné par les parties, après le délai de publication, l’officier de l’état civil, à la mairie, en présence d’au moins deux témoins, ou de quatre au plus, parents ou non des parties, fera lecture aux futurs époux des articles 212, 213 (alinéas 1er et 2), 214 (alinéa 1er), 215 (alinéa 1er) et 220 du présent code. Il sera également fait lecture de l’article 371-1.

          Toutefois, en cas d’empêchement grave, le procureur de la République du lieu du mariage pourra requérir l’officier de l’état civil de se transporter au domicile ou à la résidence de l’une des parties pour célébrer le mariage. En cas de péril imminent de mort de l’un des futurs époux, l’officier de l’état civil pourra s’y transporter avant toute réquisition ou autorisation du procureur de la République, auquel il devra ensuite, dans le plus bref délai, faire part de la nécessité de cette célébration hors de la maison commune.

          Mention en sera faite dans l’acte de mariage.

          L’officier de l’état civil interpellera les futurs époux, et, s’ils sont mineurs, leurs ascendants présents à la célébration et autorisant le mariage, d’avoir à déclarer s’il a été fait un contrat de mariage et, dans le cas de l’affirmative, la date de ce contrat, ainsi que les nom et lieu de résidence du notaire qui l’aura reçu.

          Si les pièces produites par l’un des futurs époux ne concordent point entre elles quant aux prénoms ou quant à l’orthographe des noms, il interpellera celui qu’elles concernent, et s’il est mineur, ses plus proches ascendants présents à la célébration, d’avoir à déclarer que le défaut de concordance résulte d’une omission ou d’une erreur.

          Il recevra de chaque partie, l’une après l’autre, la déclaration qu’elles veulent se prendre pour mari et femme : il prononcera, au nom de la loi, qu’elles sont unies par le mariage, et il en dressera acte sur-le-champ. » »


        • Romain Desbois 20 septembre 2012 08:09

          louphi

          Oui cet article dit ce que doit prononcer l’élu mais encore une fois dans une loi qui liste les cas prohibés ne mentionne nulle part le cas de deux personnes du même sexe.

          Pourquoi ? Cette liste est réputée exhaustive et je rappelle que tout ce la loi n’interdit pas , la loi l’autorise. C’est un principe fondamental du droit (lié aux droits de l’homme).


        • Rounga Roungalashinga 20 septembre 2012 10:41

          Pouvez vous nous dire quel article du code civil interdit à deux personnes de même sexe de se marier en France ?

          Le code liste tous les cas prohibés et aucun ne concerne ce cas

          Le code civil énonce dès le début de l’article 144 :
          « L’homme et la femme ne peuvent contracter mariage avant dix-huit ans révolus. »

          Les articles suivants n’ont pas de sujet défini, ou alors le sujet est l’un des deux. Par conséquent, le sujet reste toujours l’homme et la femme ou l’un des deux entre l’homme et la femme.


        • Romain Desbois 20 septembre 2012 12:52

          rounga

          Non monsieur cet article parle de l’âge nubile de l’homme et de la femme. c’est si vrai qu’avant le changement c’était :
          L’homme ne peut se marier avant 18 ans révolus, la femme ne peut se marier avant 16 ans révolus.

          Ce « et » signifie donc « comme » et non « ensemble ».


        • Hervé Hum Hervé Hum 20 septembre 2012 13:39

          Romain Desbois, la mauvaise foi est de votre coté, en effet, la fin de l’article en stipulant ce que le maire doit prononcer, soit « mari et femme » rappelle que l’esprit du droit et ce dans la constitution même, parles mariage exclusivement pour l’union d’un homme et d’une femme.

          En effet aux époques où furent rédigés la constitution et le code civil, l’évidence selon laquelle le mariage ne peut concerner qu’un homme et une femme était si absolu que le stipuler était plus qu’inutile... Absurde !

          Ainsi, malgré le fait que vous ayez raison en disant que tout ce qui n’est pas interdit est autorisé, la philosophie du droit indique que pour les cas non prévu par le droit, la jurisprudence doit se fonder sur l’esprit du droit. Le conseil constitutionnel à rendu son verdict sur ce principe là.

          Maintenant, et suivant ce principe là, si la philosophie change, l esprit change et le droit doit suivre !

          Mais pour l’heure, il n’ya aucune ambiguité sur le fait que le mariage est uniquement pour l’union d’un homme et d’une femme.


        • Romain Desbois 20 septembre 2012 17:35

          Vous avez raison, on se base sur l’esprit de la loi pour une loi qui expose les cas prohibés donc réputés exhaustifs.

          L’esprit de la loi rappelée par le conseil constitutionnel, le même qui a menti sur les comptes de campagnes de Chirac et de Balladur. Il n’est plus légitime de fait par leur forfaiture.

          Donc puisqu’il ne s’agit plus de la loi mais de son interprétation, alors chacun peut l’interpréter comme il l’a perçoit.

          dire que c’est dans la loi est donc faux !

          Mais je suis d’accord que c’est désormais futile puisque les choses seront précisées.

          Cependant j’aime que l’on n’affirme pas des choses fausses et manipulatrices.


        • JL JL 19 septembre 2012 19:26

          Cet article est un modèle en matière de mélange des genres.

          Le mariage gay est une chose ; l’adoption une autre.

          L’auteur écrit : "En cas de séparation du couple, l’enfant découvre qu’il n’a en réalité qu’un seul parent, et peut ainsi être condamné tout à fait légalement à ne plus jamais revoir son père ou sa mère.« 

          Dans de trop nombreux divorces, l’enfant est condamné par le parent qui a obtenu le »droit de garde« , à ne plus jamais revoir l’autre parent, aussi longtemps que ce »droit« s’exercera.

          A ce sujet, je vous invite à lire mon article sur le sujet :

          Divorce : pourquoi la garde alternée n’est pas une solution

          J’explique que le »droit de garde« est une imposture sémantique, et que l’on devrait parler de »devoir de garde".


          • Romain Desbois 19 septembre 2012 20:08

            c’est aussi le cas des familles recomposées ou le beau-père et la belle-mère n’a aucun statut.
            Même si les enfants ont été élevés par ceux ci , ils peuvent en être séparés à vie sans aucun droit (comme la famille des beaux parents et des autres enfants « d’autres lits ».

            Le statut de beau-parent évoqué par Mme Morano était une bonne solution, y compris pour les couples homos.


          • COVADONGA722 COVADONGA722 19 septembre 2012 20:40

            « obtenir » c’est un lapsus il voulait dire s’offrir « acheter » un enfant"


            Asinus


          • Romain Desbois 19 septembre 2012 23:42

            au vu de vos réactions sur le problème des enfants de familles recomposées, il est clair que ceux quine se soucient pas des enfants ne sont ceux que vous accusez.


          • louphi 19 septembre 2012 19:50

            Philippe GROSVALET

             

            « 100 000 enfants vivent dans une famille homoparentale ! »

            Ces fausses statistiques sont de l’intox  !

            « Nous devons la reconnaissance et la sécurité à ces enfants... ».

            La reconnaissance et la sécurité de ces enfants, c’est un père et une mère. En cas d’adoption, respecter ce droit fondamental de tout enfant tout simplement. Et il n’existe aucun être humain sans père ou sans mère, même si cet être humain est sorti IN VITRO ou d’un porteur quelconque.

            « ...je crois utile d’aborder le sujet très controversé de l’homoparentalité en mettant l’accent sur l’intérêt de l’enfant. »

            L’intérêt de l’enfant et non pas les calculs des adultes.

            « ...il faut ouvrir le droit au mariage, rien que le mariage, mais tout le mariage, y compris le droit à l’adoption ! »

            L’adoption n’a rien à voir avec le mariage.

            Le mariage est l’enveloppe institutionnelle protectrice du couple homme-femme, valeur sans laquelle la société humaine n’existe pas. Le mariage est la marque de reconnaissance que la société témoigne à son essence fondamentale, l’hétérosexualité. L’homosexualité n’a rien à y voir par nature. A moins d’accepter le parasitage, la prédation.

            Pour compléter, lire : « Les « 10 bonnes raisons » contre le mariage et l’adoption pour les couples homos du Cardinal André Vingt-Trois », article sur Agoravox publié hier, 19 septembre 2012, par Giuseppe Di Bella.

            La contribution de l’épiscopat est très appréciable, voire décisive, dans cette lutte pour préserver la famille Père-Mère-Enfant des appétits insatiables de ce monstre prédateur qui est le militantisme homosexuel. Cela ne signifie en rien l’adhésion au monothéisme féodal-impérialiste abrahamique qui est un déni de la vraie spiritualité humaine.

            La lutte, c’est maintenant !


            • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 19 septembre 2012 20:03

              Le changement, c’est maintenant !

              Et je pense qu’avec cette tribune libre, la détermination des élus de la majorité pour ouvrir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe n’est plus à mettre en doute.

               

               


            • COVADONGA722 COVADONGA722 19 septembre 2012 20:10

              la détermination des élus de la majorité

              yep n’absolument , nous sommes meme quelques un determinés a faire savoir aux electeurs de ces élus le type de lois qu’ils votent ;combien pariez vous que nombre de ces élus s’en mordrons les doigts  !hé hé
              Asinus


              • foufouille foufouille 19 septembre 2012 20:42

                « ...il faut ouvrir le droit au mariage, rien que le mariage, mais tout le mariage, y compris le droit à l’adoption ! »

                on supprime le mariage et on fait un pacs etendu
                comme ca, tu peut desheriter tes momes


                • crazycaze 19 septembre 2012 21:44

                  Merci pour cette contribution. Votre témoignage souligne parfaitement les points essentiels à considérer.


                  • tf1Goupie 19 septembre 2012 22:05

                    @L’auteur,

                    Donnez-nous maintenant les bons conseils pour qu’un enfant de parents homosexuels ne soit pas du tout affecté par ce statut social si particulier.

                    Faire des lois c’est super, mais j’attends une Loi contre la tristesse des enfants.

                    S’éclater à rédiger des lois généreuses et pleines de bonnes intentions c’est peut-être tout simplement faire « comme si le problème était réglé ».
                    Nos braves députés diront alors « on a fait notre boulot, question suivante ... ».
                    ça aussi c’est une hypocrisie collective.

                    Et pendant que l’hémicycle sera en liesse, ce sera alors à la société civile de gérer


                    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 20 septembre 2012 09:40

                      « j’attends une Loi contre la tristesse des enfants »

                      Celle-là je n’y avais pas pensé : vous êtes une Lumière, Groupie.


                    • Romain Desbois 20 septembre 2012 17:27

                      oui vous attendez cette loi que depuis qu’il s’agit d’homos. Mais que les enfants soient tristes du fait de leurs parents hétéros, cela ne requiert aucune loi pour vous !

                      Vous croyez que l’on ne voit pas l’hypocrisie ?


                    • oncle archibald 20 septembre 2012 18:20

                      Lorsque des enfants sont tristes, ils ne le sont pas « du fait de leurs parents hétéros », ils le sont parce que leurs parents s’engueulent, picolent, se tabassent, ou plus prosaïquement parce que leurs parents ne leur achètent pas les fringues que portent tous leurs copains.

                      En revanche dans un couple homosexuel, outre toutes les raisons précitées qu’il n’y a aucune raison d’éliminer, les enfants pourront être tristes du simple fait de la composition de leur famille. Juste parce que leurs copains ont un papa et une maman et eux deux papas ou deux mamans et qu’ils ne comprennent pas pourquoi ils ne sont pas « comme les autres » ...

                      Elle est où l’hypocrisie ? N’est-elle pas du coté de ceux qui feignent de croire et veulent faire avaler aux autres qu’une famille homosexuelle est identique à une famille hétérosexuelle ...


                    • Romain Desbois 21 septembre 2012 07:58

                      cher Oncle

                      Oui oui on a compris le truc. Attendons que l’homophobie disparaisse et après on pourra vous autoriser à adopter !
                      Et puis au passage ne nous soucions pas des enfants homos qui eux , on s’en fout bien qu’ils soient tristes que les autres n’acceptent pas qu’il soit pas comme tout le monde.

                      Oui oui , on voit bien que le souci pour les enfants est bien orienté.


                    • jjwaDal jjwaDal 19 septembre 2012 22:31

                      Bien sûr et comme pour l’adhésion à l’OMC, le traité de lisbonne, l’interdiction aux Etats de battre monnaie, l’acceptation à notre place d’un flux migratoire depuis 30 ans de chômage massif, oubliez surtout de demander au peuple français ce qu’il en pense.
                        Je suis navré mais il n’est pas étonnant que dans votre courte liste de discriminations portant atteintes à la république la discrimination financière n’en fasse pas partis. Ne parlons pas non plus de discrimination nationale puisque manifestement toute l’afrique peut venir chez nous avec des droits identiques à ceux acquis par ceux déjà chez nous (sinon c’est de la discrimination...).
                        Je doute fort qu’on puisse demander à un enfant en bas âge s’il préfère deux papas deux mamans un seul des deux ou un de chaque. Malheureusement nos projections passent par là sur l’idée du meilleur cadre pour assurer le développement harmonieux d’un enfant et croyez le ou pas la nature dit un papa et une maman depuis belle lurette.
                        Je doute fort qu’il y ait un tel nombre d’orphelins en france qu’il manque des couples « normaux » (dirais-je) pour les adopter et donc il s’agirait de priver des couples hétéro demandeurs au bénéfice du « droit à l’enfant » de couples homos, un peu dans le schéma de la non discrimination dans le droit (virtuel) au logement ou au travail.
                        Si l’homosexualité (comme je le pense, voir « Stolen future » par ex) est une maladie, il faut torturer la réalité pour comparer un couple homo à un couple stérile mais bon admettons l’adoption si l’enfant n’en souffre pas ce qui reste à prouver). Mais si c’est un choix personnel, la société n’a pas à gommer les inconvénients de choix de vie privés.
                        Pourtant ce que vous souhaitez me semble-t’il.


                      • Magnon 19 septembre 2012 23:55

                        @Président

                        Le droit de l’adoption est construit en France sur l’obligation de la société de donner à l’orphelin un père et une mère de remplacement !
                        A défaut un père ou une mère !
                        Ce droit de l’orphelin est tellement inscrit dans les esprits qu’adopter une enfant est une opération longue ou le couple doit prouver à la société qu’il est apte au mieux pour le plus grand intérêt de l’enfant !
                        Le couple adoptant, n’a droit à rien, c’est l’intérêt de l’enfant qui prime !

                        Or avec le mariage homosexuels, l’adoption devient un droit, on a droit à l’orphelin !

                        Drôle de retournement juridique, l’orphelin, sujet de droit devient objet d’affection, auquel on a droit !

                        PS En tant que responsable des services sociaux de votre département, comment aller vous gérer la crise d’adolescence de l’orphelin !


                        • Patricia 20 septembre 2012 02:35

                          @ Philippe GROSVALET


                          Franchement quelle NAIVETE !!!!! 

                          Demandez à la France de penser aux enfants ??????? 

                          Un pays qui détestent ses enfants mais qui sait très bien se servir des enfants !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                          • exocet exocet 20 septembre 2012 02:41

                            Au final, après avoir lu toute cette prose pro et anti-mariage, depuis le début de l’offensive homo sur Agoravox (offensive déclenchée depuis plusieurs mois sur d’autres sites, des blogs par exemple...), j’en reste un peu dubitatif, et les choses m’apparaissent moins tranchées que lors de mes premières interventions.

                            -J’avais, à ce moment-là décelé pas mal d’hypocrisie chez les homosexuels, qui réclamaient le mariage, en fait pour pouvoir par la suite réclamer l’adoption d’enfants.

                            -En face, en ordre dispersé :
                            - des catholiques (mariés) qui sentiraient salie l’institution du mariage si les gays se mariaient aussi
                            - des athées (mariés)
                            - des parents d’enfants très jeunes, peut-être, qui eux redouteraient que leurs enfants puissent être « offerts » à des homosexuels s’il leur arrivait malheur
                            - des couples qui n’admettent peut-être pas que les gays aussi puissent avoir leurs 3 ou 4 parts d’impôts sur le revenu ?...
                            -et en fait aussi des gens (comme moi) qui s’insurgeaient à la seule idée qu’un très jeune enfant n’ayant pas son mot à dire puisse être adopté définitivement par une famille...
                            ...dont on n’est pas sûr, qu’elle offre toutes les chances à un garçon1) d’avoir une enfance heureuse 2) de devenir plus tard un homme « normal » et équilibré....
                            et pour une petite fille le 2) est de devenir plus tard une femme « normale » et équilibrée....

                            Pour un enfant adopté, venant d’un couple hétérosexuel, il est normal que les hétérosexuels que nous sommes ne soyons pas d’accord, car nous voudrions qu’il soit comme nous : avec un Père et une Mère, et nous autres hétérosexuels avons là notre mot à dire, puisque s’il nous arrivait malheur par exemple, le devenir de nos enfants nous concerne.

                            -Jusqu’à présent, les gays et lesbiennes qui veulent avoir un enfant, soit adoptent en se disant célibataire, soit s’arrangent (ce qui naïvement me semble la meilleure solution) pour faire un ou deux enfants inter-couple...
                            Ce qui me semble la meilleure solution car chaque enfant, bien qu’élevé dans un couple de même sexe, aura un Père et une Mère, qui s’ils ne sont pas trop lourds le verront au moins de temps en temps.
                            A noter qu’actuellement, même les gays et lesbiennes, ont chacun eu un Père et une Mère.
                            Au nom de quoi, de quelle haine des hommes, pourraient ils refuser ce droit à un enfant à venir ?

                            ...


                            • Romain Desbois 20 septembre 2012 08:11

                              D’abord l’offensive homo est en réaction des propos virulents voire insultants à leur encontre.
                              Ensuite ce droit pour un enfant à venir d’avoir un père et une mère n’est pas appliqué pour les hétéros, comment se fait-il que cela ne choque que lorsqu’il s’agit des homos et qu’il n’y a qu’aux homos que l’on veuille l’interdire ?


                            • Scual 20 septembre 2012 08:34

                              Je rêve mais que c’est-il passé aujourd’hui ?

                              Cet article est un bon article ?

                              Enfin il n’est pas égoïste, obscurantiste, manipulateur et homophobe ?

                              Il dit enfin la réalité plutôt que des fantasmes homophobes dit ouvertement ou sous-entendus ? Et bien merci Philippe Grosvalet !

                              Quel dommage que cet article soit noyé sous une avalanche d’articles sur le même sujets complètement orientés depuis des semaines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires