Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Grève des chômeurs

Grève des chômeurs


 Il y a une idée qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps : une grève des chômeurs.

Si tous ceux qui suivent des formations, des bilans de compétences, qui travaillent dans des CDD dont ils savent pertinemment qu’il n’y aura pas de CDI au bout et qu’après 2, 4, 6 mois, ils seront obligés de rechercher encore du travail, sans être sûr d’en trouver, cette fois.. Si tous ceux-là, donc, refusaient ne serait-ce qu’un mois de faire quoi que ce soit d’autre que de postuler uniquement pour des postes en CDI...Ces « chômeurs au chômage » auraient une force extraordinaire. Ils démontreraient par leur action que :

1- Premièrement, la plupart des chômeurs, des exclus des emplois protégés , ne sont pas des inutiles, mais bien au contraire font vivre des tas de gens : le business de l’exclusion est très porteur. Au moins, on ne risque pas de manquer de boulot dans le créneau ! Si les chômeurs ne jouent plus le jeu et ne recrutent pas les services de ses « professionnels de l’exclusion », ses derniers se retrouvent dans la merde.

2- Les recruteurs comptent tellement sur les CDD pour leurs missions, ces fameux CDD représentent une telle masse par rapport au marché du travail, que les conséquences économiques d’une cessation quasi complète de ce mode de recrutement aurait des conséquences économiques intéressantes.

3- Il y a un problème économique : les chômeurs sont « un public captif ». Ils sont souvent obligés de suivre les formations, d’aller aux rendez-vous, aux bilans de compétences, etc. qu’on leur propose, sinon, on leur supprime leurs allocations. Et sans allocations, le chômeur est mort. Je propose, dans ce cas, une « grève du zèle ». On suit la formation, le bilan, le « truc », mais on ne fout rien à l’intérieur. Il faut faire en sorte qu’on ne puisse rien reprocher légalement à un « chômeur chômeur ».

4- Il y a un problème logistique : une grève, il faut la rendre visible. Pour cela, il faut que des associations s’occupent de la communication et de l’organisation de manifestations. Ce n’est pas tout de foutre le bordel en faisant grève, si personne ne s’en aperçoit, et ne sait pas que les problèmes économiques qui surviennent sont dus à la grève des chômeurs, évidemment, ça ne sert à rien.

5- Il y a enfin le problème le plus important, quasi insurmontable : la volatilité et le manque de cohésion du groupe. Ce n’est pas un hasard si les recruteurs préfèrent embaucher en CDD. Les chômeurs ne protestent pas, ne s’organisent pas, ne se syndiquent pas. Il faudrait trouver un moyen de fédérer les chômeurs et c’est le plus difficile car, dans la galère du chômage, chacun roule pour soi. Mais si les chômeurs pouvaient s’organiser pour faire la grève, alors les conséquences économiques et sociales pourraient être spectaculaires…


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • patroc 4 mai 2009 14:12

     Vous inquiétez pas, quand le nombre des chômeurs longue durée atteindra un certain seuil, que la misère enflera, c’est pas la grève qu’ils vont faire !..


    • Frabri 4 mai 2009 15:45

      Aux CDD il faut ajouter les intérimaires, les saisonnier-re-s, les emplois aidés, les intermittent-te-es (travailleur-se-s ou chômeur-se-s), RMistes...etc

      Parmi eux il faudrait qu’il y ait suffisamment de « chômeurs décomplexés ». Si on fait des recherches sur internet sur cette catégorie de chômeur-se-s on trouve pas grand chose.

       Mais si on fait des recherches sur le « monde du chômage » sur internet, curieusement on trouve plus de « chômeurs heureux », que de « chômeurs moins heureux », ou de « chômeurs pas heureux », ou de« chômeurs malheureux ». On y comprend plus rien.

      Mobiliser tout ce monde ne va pas être facile.

      http://www.chomiste-land.com/


      • Kalki Kalki 4 mai 2009 16:02

        Ca ne serait pas une mauvaise chose c’est vrai, ils sont déja plus succeptible d’avoir la « force » de le faire concretement. (plus qu’un employé lambda dans son train train, et acceptant encore la réalité).

        J’ai bien peur que l’appel à un minimum vitale (quitte a avoir un boulot de merde et ainsi accepter le fonctionnement l’ordre, du system) en rebrousse et rappelle à l’ordre quelques ’un avec le temps..

        Mais il faut le faire.

        Osez.

        ( et profitez en pour vous organiser autrement ... pourquoi au lieu de quémander, ne pas essayer de creer un autre reseau économico travaille ressources, ca se fait avec du libre échange, mais bon c’est un peu trop idéaliste se passer de l’économie)

        1, 2 , 3 ,4, 5, 6 , 7 millions de personnes peuvent organiser leur vie AUTREMENT.

        IL FAUT L’AFFIRMER.


        • plancherDesVaches 4 mai 2009 16:45

          Aïe aïe aïe.. ; ’core un idéaliste.

          Les associations de chomeurs qui se créent sont hyper controlées car dangeureuses pour le pouvoir en place.
          Essayez, vous verrez.
          Et ceci n’a RIEN d’étonnant : avez-vous vu la masse (que l’on nous cache en truquant les chiffres...)
          La manoeuvre est bien connue car habituelle : dés qu’une asso commence à faire parler d’elle, le responsable va se faire « interwiever » par une personne qui voudra intégrer l’asso.
          Si le discours du responsable est assez franc, massif, et surtout, pas trop vindicatif, l’interwieveur n’ira pas plus loin.
          Dans le cas contraire, il ou elle s’incrira. Et sera présent avec une oreille qui trainera toujours. (mais ce ne sera QUE pour commérer ensuite..)
          L’asso se fait ensuite détruire par des menaces au(x) responsable(s), ou mieux : un bon chantage de derrière les fagots pour qu’il réduise la voilure, voire, dissolve l’asso.

          Bon aprés-midi.


          • JONAS JONAS 4 mai 2009 21:50

            @ Kalki  :

            Il m’est arrivé de bosser 16 sur des chantiers de feux de forêt, c’est ainsi qu’ont les appelés en jargon du métier.

            Nos ancêtres, ceux qui nous ont permis de vivre mieux qu’à leurs époques, ont fait de même, sans congés, sans jours fériés, sans Sécurité Sociale, sans assurances accidents du travail, sans retraites, sans allocations familiales, sans allocations chômages, etc.

            Les mineurs de fonds, encouraient plus de risques que nous et ils n’étaient pas les seuls.

            Cet héritage nous devons le préserver, car le partager avec le reste du monde, ne le sauvera pas, bien au contraire, nous n’aurons plus les moyens d’aider personne.

            C’est un peu comme un feu de forêt, si je disperse trop mes Moyens, ils se feront passer par le feu et j’aurais au minimum des blessés et peut-être des morts.

            Heureusement, durant mes années de services, je n’en ai eux aucun et c’est sûrement la seule chose dont je puisse me flatter, en tant que sous-officier sorti des rangs comme officier, et aujourd’hui, sorti de tous les rangs, à la retraite.

            Aujourd’hui, comme tous mes collègues à la retraite, notre philosophie commune aux regards de cette société, c’est  : «  Pompier, c’est casqué toute une vie, pour n’y voir que du feu  !  ».

            Nous avons peut-être été des grands naïfs  ? Les jeunes le sont déjà beaucoup moins que nous….Et lorsque nous les encourageons à poursuivre leurs vocations, car ce n’est pas un métier, mais, une vocation au regard des salaires, ils haussent les épaules et nous répliquent  : «  Pour le respect qu’on nous manifeste, il vaut mieux faire facteur…  ».

            Et c’est malheureusement vrai  ! Eux n’ont que quelques risques mineurs, se faire mordre par un chien, agressé rarement, un accident de la route parfois.

            Ils gardent les étrennes annuelles pour eux, nous, nous les versons aux caisses des veuves et des orphelins de notre métier, ce qui répond à notre état d’esprit de solidarité indéfectible.

            Bien à vous.


            • Kalki Kalki 4 mai 2009 23:50

              Vous ne comprenez pas , il y a des métiers pires que pompier 12 heures par jour !

              Il y a travailler et travailler.)(1)

              Les mineurs de fonds, et pourquoi pas d’autres esclave à la’ chaine’ ? Chaine industriel, ou chaine mentale.

              Aujourd’hui comparé au temps des mineurs ( qui avaient aussi des obligations de rendements) : on dit à tout le monde vous êtes responsables, vous êtes votre propre chef, quand ca va bien justement ’on’ (ils) l’oublie (souvent) , quand ca va mal on ne l’oublie pas. La pression, le stress encourut par les employés n’est pas un mal nouveau, mais c’est un des maux qui s’est généralisé avec l’avènement du capitalisme.

              Notre monde n’a plus rien a voir avec l’avant seconde guerre : la notion de « Travail » n’est pas la même, pas du tout ( et on peut aussi la critiquer), aujourd’hui la main d’oeuvre est malléable, jetable, mal payé (car ceci est généralisé), docile pour avoir son sussucre, si c’est ca travailler, se conduire comme un chien, et bien le chien devrait mordre !

              Car en plus de cela en face on à des gens avec le meme stress, c’est le stress généralisé !
              C’est l’état de guerre permanente dans nos vies ! Vous comprenez ?

              Normalement les animaux, les insectes ... ne fonctionnent pas à plein régimes (biologiquement socialement) mais nous les humains, avec notre « économie capitaliste », on nous pousse à 120 % de rendement machine ? La casse ? ce n’est pas grave on a des pieces humaine de rechange, 3 millions de personne qui attendent à la porte.

              C’est pareil pour l’etre humain, la nature humaine n’est pas ca !

              C’est à l’avantage des maitres de l’économie, de maintenir le flux tendu d’etre humain, sur un fil tendu au dessus du vide.

              (1)Ceci ce flux tendu optimisé ( pour des critères de rentabilités économiques dans des critères robotique) c’est ce qu’il faut dénoncer.

              L’etre humain n’est pas un robot, une machine, et Il ne doit pas se comporter comme un robot, et il ne pas essayer de rivaliser avec les machines.

              Ni physiquement, ni moralement, ni idéologiquement.

              --------------------------------------
              Vous êtes un peu pris dans l’idéologie du travail, vous avez du mal à ne rien faire ? Vous aurais du mal à prendre une retraite ?

              Selon le travail je peux comprendre.

              Si le travail consiste à faire du profit pour les autres, sans le retour mérité (c’est à dire un minime pourcentage) et à ne pas être son propre maître (complétement son imposition de stress) : alors je pense qu’on peut douter de la bonne utilité d’avoir à « subir » ce travail.

              Il y a des travails qu’on subit, d’autre non. Et cela peut gacher une vie ou non.
              Sur cela j’espere qu’on est d’accord.

              « Les hommes connaissent tous l’utilité d’être utile, mais aucun ne connaît l’utilité d’être inutile. »

              http://fr.wikisource.org/wiki/Zhuang_Zi

              La montagne, par ses forêts, attire elle-même les fripons qui l’en priveront ; le suif, parce qu’il peut s’enflammer, se détruit lui-même  ; c’est parce qu’il est comestible que le cassier est abattu ; c’est parce que son suc est utile que le laquier est incisé. Tous les hommes savent l’avantage d’être utile, ils ignorent l’avantage d’être inutile.

              Comme Tchouang tseu voyageait dans une montagne, il vit un grand arbre à la frondaison magnifique. Des bûcherons qui étaient là semblaient le dédaigner. Il leur en demanda la raison. – Il n’est bon à rien, fut la réponse. Tchouang tseu dit alors : Cet arbre, parce que son bois n’est bon à rien, mourra de sa belle mort. Lorsqu’il eut quitté la montagne, le maître s’arrêta chez un vieil ami. Celui-ci, heureux de le voir, ordonna à un valet de tuer une oie et de la faire cuire. Le serviteur demanda : Laquelle faut-il tuer : celle qui sait caqueter ou celle qui ne sait pas caqueter ? – Tue celle qui ne sait pas caqueter, dit l’hôte. Le lendemain, les disciples demandèrent à Tchouang tseu : Cet arbre que nous avons vu hier dans la montagne, c’est parce qu’il n’est d’aucun usage qu’il mourra de sa belle mort ; et aujourd’hui cette oie de notre hôte, c’est parce qu’elle n’était d’aucun usage qu’elle a perdu la vie. Quel parti choisiriez-vous ? Tchouang tseu répondit en riant : Si je choisissais une attitude intermédiaire entre être bon à quelque chose et n’être bon à rien, j’aurais l’air d’être dans le vrai, mais ce ne serait pas le cas et serais assurément voué à des embarras. Mais pour qui vagabonde emporté par le Tao et par le Tö, il en est autrement : il ne connaît ni les éloges ni les blâmes, tantôt dragon, tantôt serpent, il se métamorphose en parfait accord avec le temps et ne consent pas à se spécialiser ; tantôt il s’élève, tantôt il s’abaisse en s’adaptant au rythme naturel. Il s’ébat à l’origine des choses. Celles-ci sont pour lui des choses, il n’est pas une chose pour les choses, aussi comment pourrait-il connaître les embarras ? Tel était le principe de conduite de Houang-ti et de chen-nong. Mais il n’en est pas de même pour les passions propres aux dix mille êtres, pour la morale commune. Toute union est vouée à la séparation, toute œuvre à la destruction, toute angle à l’aplanissement, toute élévation au renversement, toute activité à l’échec. Le talent suscite la jalousie, le manque d’intelligence la tromperie. Aucune de ces situations n’est préférable à une autre


            • JONAS JONAS 5 mai 2009 10:58

              @ Kalki  :

              Je trouve votre commentaire excellent.

              Je suis contre toutes formes de robotisation de l’homme. Chez nous la question ne se pose pas, l’initiative est privilégiée, grâce à la formation et la confiance règne, la sécurité de chacun dépendant de l’application des autres dans leurs taches.

              Ce n’est que dans le cas où la vie des personnes est en danger, que nous dépassons les temps d’efficacités de nos hommes, car si un seul flanche, nous ne sommes plus crédibles pour secourir et tous nos hommes sont en danger.

              La surexploitation est un mauvais calcul, car elle affecte la sécurité et le rendement, à cause de l’épuisement.

              Vous stigmatisez le capitalisme, mais, si l’on relativise, on en revient au débat de l’exploitation de l’homme par l’homme, ou par un système, comme le socialisme ou le communisme «  La jungle ou la cage  !  ».

              Nous sommes tous des prédateurs plus ou moins gourmands, il est donc très difficile d’établir une égalité entre les hommes, lorsqu’il s’agit de faire exécuter un travail.
              Certains seront enthousiastes d’autres blasés et cela parfois en fonction des jours, de la fatigue et de l’humeur.

              Le travail devrait se faire avec amour, avec pour récompense la satisfaction dans le résultat de l’œuvre accomplie, mais, je reconnais volontiers, qu’empiler des caisses ou de charger un camion n’est pas passionnant et ce type de travail est beaucoup plus courant, que celui de bijoutier, ébéniste ou architecte.

              Nous sommes entrés dans un cycle infernal, à cause du nombre. L’exemple de l’agriculture est pratique, d’une agriculture harmonieuse, nous sommes passés à une agriculture industrielle  ! La production prime sur la qualité, les tomates sont devenues des balles de tennis, comme les œufs des balles de golf, à cause du transport, de la conservation, etc.

              J’ai des enfants et j’ai bien peur que notre aventure ne se termine mal à cause de la prédation et du nombre, la terre est comme un gâteau, au plus nous serons nombreux, au plus les parts seront minces, jusqu’au moment fatidique ou les parts ne seront plus à même de nourrir chacun d’entre nous.

              Je crois que nous avons de nombreux points communs et comme dit le Tao  :

              «  Il vaut mieux faire la cuisine avec une âme de Saint, que de faire le Saint avec une âme de cuisinier…  !  »

              En conclusion  : Confucius  : «  On ne peut pas toujours rester sur la pointe des pieds  ».

              Bonne journée et à +

               

               

               

               


            • patdu49 patdu49 6 mai 2009 18:01

              salut,
              en parlant de gateau justement ..

              voilà comment le gros gateau français est partagé
              -chiffres INSEE 2002 (ça c’est agravé depuis niveau inégalités)

              les 10% les + riches detiennent 46% des richesses totales du pays
              les 50% les + riches 93%
              les 50% les moins riches se partagent 7% des richesses
              les 30% les + pauvres se partagent 1%

              pour mieux visualiser un bon gueuleton, 10 kilos de bouffes sur la table par exemple, grosso modo, ça donnerait ça :

              1 mec bouffe quasi la moitié de la bouffe à lui tout seul 4,6 kilos (classes aisées)
              4 mecs se partagent 4,7 kilos et se bouffent chacun env 1,175 kilos (classes moyennes supérieurs)

              2 mecs se bouffent 300 grammes chacun (classes moyennes inférieures)
              3 mecs doivent se partager les restes soit 33,33 grammes chacun (classes populaires, et pauvres)


            • naej 5 mai 2009 09:29


               Dans notre société,il existe la tentation de penser que personne ne compte ,personne n’existe vraiment s’il n’est pas occupé.

               T.R.


              • Blé 5 mai 2009 21:57

                Il existe des associations de chômeurs mais très peu.

                 Actuellement, il y a un site très bien fait pour aider les chômeurs :
                http://www.actuchomage.org/index.php


                • Sophie456789 5 mai 2009 22:43

                  Faire la grève, RÉSISTER en tant que chômeuse, c’est ce que je fais depuis des années après avoir cherché du boulot comme une folle (1800 candidatures sur trois ans envoyés... pour rien, car je suis trop vieille, trop chère, et mon profil trop « atypique »).

                  Par chance, je suis passée à travers les mailles de l’inutile ANPE, ce qui m’a permis d’échapper au harcèlement et aux prestations bidons qui engraissent des opérateurs privés pour qui le chômage est une manne financière.

                  Je refuse les emplois au Smic (je gagnais 1700 € net quand j’ai perdu mon travail), les CDD, les contrats aidés. Moralité : comme il n’y a que ça sur le marché du travail, je reste au chômage et je pratique une « résistance passive » qui me vaut d’être aujourd’hui à l’ASS (équivalent du RMI, 450 € par mois). J’ai donc sombré dans la grande pauvreté. Mais c’est un choix.

                  Car je préfère être économiquement pauvre parce que je n’ai pas de travail plutôt qu’être pauvre... en travaillant : c’est une question de DIGNITÉ. Pour avoir été longtemps une travailleuse pauvre quand j’ai commencé ma vie professionnelle (mère célibataire, le loyer qui bouffait la moitié de ma paie), j’estime que j’ai déjà donné. Ça suffit. Car ma dignité ne réside pas dans la servitude volontaire et l’exploitation (j’ai 20 ans d’expérience que je refuse de brader), le fait d’avoir un emploi - Qu’est-ce que vous faites, dans la vie ? - pour être comme tout le monde. J’assume ma différence, ma marginalité.

                  Je suis économiquement pauvre, mais RICHE intellectuellement. Car le chômage m’a fait redécouvrir le temps pour soi, la lecture, l’écriture, la méditation, l’analyse. Je suis une pionnière de la décroissance et de l’anti-productivisme. Je me demande comment j’ai pu supporter tout ça (m’engouffrer dans des embouteillages pour aller au boulot, subir la connerie de mes petits chefs, en faire toujours plus, puis consommer bêtement pour me défouler de tout ça le week-end) aussi longtemps !

                  Je ne me lamente pas sur mon sort. Si ce n’est la peur de l’avenir qui me tenaille régulièrement (c’est ça, la précarité), je me sens plus LIBRE que je ne l’ai jamais été et je réalise que je vis les meilleures années de mon existence. Je reconnais que la « valeur travail », que mes parents m’ont inculquée et à laquelle j’ai longtemps cru, n’était qu’un leurre qui ne m’a apporté que de trop rares satisfactions.

                  Le site Actuchomage, c’est moi qui l’ai créé en 2004 avec un ami, lui aussi chômeur de longue durée : nous en sommes fiers, et nous sentons plus utiles à la société en animant cet outil d’information et de réflexion fait par des chômeurs pour les chômeurs qu’en allant bosser pour des clopinettes.

                  Merci pour cet article qui a l’avantage de poser de vrais questions.


                  • Le matou 23 mai 2009 21:33

                    Je comprends votre point de vue Sophie mais je trouve que vous vous contredisez un peu...
                    D’un côté vous expliquez que vous être très à 450 € par mois parce que ça vous permet de respecter vos convictions écologiques. Très bien.
                    De l’autre vous expliquez que vous refusez les emplois au SMIC (plus de 1200 € par mois), parce que avant vous aviez un emploi à 1700 € par mois.
                    Un peu contradictoire non ?


                  • Sophie456789 5 mai 2009 23:24

                    Une vraie question : pourquoi les chômeurs ne se mobilisent pas ? Pourquoi les associations rament ?

                    Parce que le chômage est vécu comme une HONTE. Il faut des années de pratique pour s’en débarrasser (je sais de quoi je parle) et oser enfin « s’afficher chômeur  ». Et les vrais responsables du chômage font tout pour que leurs victimes se sentent coupables : le discours dominant les accuse en permanence de tous les maux.

                    Ainsi, le chômage n’est pas détecté comme un outil économique à part entière qui permet au libéralisme de prospérer. Pour les capitalistes, le chômage n’est pas un problème mais une SOLUTION : il fait baisser le coût du travail, reculer les droits des salariés, sape la protection et la contestation sociales. Le chômage rapporte.

                    Ignorant ce fait, que font les gens ? On leur inculque la « valeur travail » à n’importe quel prix, un leurre idéologique qui les emprisonne, les exploite, et les frustre. Pour se défouler et apaiser momentanément leurs frustations, comme je l’ai fait moi-même, ils vont chercher un peu de compensation en participant à la grande messe consumériste qui, elle aussi, est un leurre qui ne comble rien. Ainsi, ils font tourner la machine : (sur)travailler, (sur)consommer, ce qui produit de la « croissance  », sacro-saint credo dominant qui mesure tout sauf… le bonheur. Mais de cette croissance ils voient bien peu la couleur.

                    Grâce à ce système infernal articulé sur la consommation, le productivisme et la croissance, tout le monde fonce, tête baissée, droit dans le mur alors que nous vivons dans un espace fini aux réserves naturelles limitées.

                    Les chômeurs ne s’imaginent pas à quoi ils échappent. Ils ne s’imaginent pas non plus la force qu’ils représentent. Et les associations n’y peuvent rien : elles n’ont aucun pouvoir (les syndicats les méprisent), font ce qu’elles peuvent, leur tâche est trop immense et le mensonge trop énorme.

                    La « chômeur pride », hélas, ce n’est pas pour demain !


                    • JONAS JONAS 5 mai 2009 23:58

                      @ Sophie  :

                      Je trouve vos commentaires intéressants  !

                      Toutefois, quelque chose me gène…C’est votre manque de participation et solidarité, vis-à-vis de vos semblables.

                      Vous sauvez la mise en parlant de consommation irraisonnée, des ressources planétaires non renouvelables, mais, pour écrire ce commentaire, vous avez consommé de l’électricité, vous disposez peut-être d’un ordinateur et vous percevez de modestes allocations, qui ajoutées à d’autres font des milliards d’euros.

                      Remarquez bien que d’autres qui n’ont jamais travaillé dans ce pays, arrivent grâce au regroupement familial et quelques enfants, à gagner 5 fois le montant de votre ASS.

                      Votre cas n’est pas isolé, mais, imaginez que les 15 millions de personnes qui travaillent, tiennent le même raisonnement que vous  ! Tout s’arrête.

                      Plus d’électricité, plus d’hôpitaux, plus d’écoles, plus de Pompiers, de Policiers, de paysans, etc.

                      On retourne aux grottes  !  ?


                    • Sophie456789 6 mai 2009 04:19

                      Parce que je suis pauvre, ma consommation d’électricité est, justement, des plus raisonnables. Je ne peux me permettre aucun gaspillage, ni en nourriture, ni en eau.
                      Si chacun faisait attention, ce serait un progrès.
                      Quant à retourner aux grottes, non : vous caricaturez, ce n’est pas ce que je prône.
                      Mais changer de mode de vie, oui. C’est incontournable et même urgent.

                      Et je ne fais pas preuve de « manque de participation et solidarité vis-à-vis de mes semblables » (les chômeurs) puisqu’au contraire j’agis bénévolement et quotidiennement sur un site internet que j’ai créé et qui les informe, les aide, vise à les déculpabiliser et à se battre. Notre site s’adresse aussi aux salariés qui constituent, contrairement aux apparences, la majorité de nos lecteurs. Ils comprennent que le chômage est un laboratoire social : les mesures qu’on expérimente sur les chômeurs et les précaires ont pour but d’être étendues au salariat tout entier.

                      Croyez-moi - et c’est la question posée par l’article que nous commentons -, si les 3,5 millions d’inscrits à Pôle Emploi pratiquaient une résistance passive, la machine serait vite grippée. C’est parce que les chômeurs ont peur et honte que ce système perdure. Même chose pour ceux qui travaillent : si les 18 millions salariés mettaient en application mon raisonnement en cessant de nourrir la machine, ceux qui les exploitent et profitent de la peur qu’ils sèment en eux seraient obligés de les traiter avec la considération qu’ils méritent. Le rapport de force s’inverserait enfin.


                      • patdu49 patdu49 6 mai 2009 18:31

                        Bien entendu Sophie, que t’es 1000 fois + utile aujourd’hui que tu l’etais « en bossant » (au sens néo-liberale du terme) ...

                        et tu peux même te venter, de m’avoir sans doute sauvé la vie .. hé ouep ...

                        car je n’oublierai jamais ton soutien moral, que tu m’as apporté, en publiant notamment mon récit, sur actuchomage.org, quand je m’etais fait radié abusivement avec effet rétroactif, au moment ou j’en avais le + besoin, car un véritable coup de massue quand on reçoit le recommandé glacial de l’anpe ... t’as été là, tu m’as lu, tu m’as publié, tu m’as compris, et ça avait été très important pour moi ..

                        sinon je suis toujours exactement dans le même état d’esprit que toi, coté « résistance passive » ..
                        et j’essaye de faire ce que je peux coté « résistance active » ... lol ...

                        sinon pour l’auteur du post LeHérisson, ne desespère pas, même si on est pas encore à ce que tout les chomeurs soient dans la rue etc, la resistance est bien là ... t’as des noyaux durs partout, des rebelles partout, des insoumis partout, même si pas facile de se regrouper, d’avoir des permanences et des locaux pour les associations de chomeurs etc etc ... t’as une force vive qui est bien vivante, tout le monde n’a pas baissé les bras et courbé l’échine ...

                        et là avec « la crise » de + en + de personnes, qui prennent consciences que ça ne peut plus durer ainsi ..
                        je me demande même si c’est pas les ex-neuneux qui ont pu croire au discours sarkozy, qui se sont sacrifiés au taf, pour se faire virer aujourd’hui, qui sont pas les + violents aujourd’hui, et prêts à dresser des baricades ..

                        en tout cas on a intérêt à se serrer les coudes, la lutte sera dure, face aux formatés comme des cartes de crédits ... courage ..

                        courage à tous

                        pat


                        • JONAS JONAS 7 mai 2009 00:44

                          Sophie, Patdu49  :

                          On ne tire pas sur les ambulances chez nous  !

                          Bravo, si vous réussissez à sauver des vies par des conseils judicieux.

                          SOS Amitié fait de même psychologiquement parlant et il est indiscutable qu’ils sauvent des vies, nous pouvons en témoigner.
                          Il existe aussi les Comités de Feux de Forêts, qui nous aident considérablement.
                          Il y a nos collègues Gendarmes et Policiers, qui sont parfois obligés de nous protéger pour que nous puissions faire notre travail sans êtres agressés.

                          En fait, nous ne risquons que nos vies pour assister et sauver des personnes sans aucunes discriminations.

                          J’ai mieux que les Droits de l’Homme  ! «  Ne faites pas aux autres, ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fasse  !  ».

                          Je trouve que beaucoup de monde confond «  Droits de l’Homme  » et Droits de l’Homme à vivre aux dépens des autres…  ! ".

                          Des humanistes qui sont prêts à accueillir toutes les misères du monde, mais qui n’ont pas encore compris qu’au bout de ce chemin, il n’y a que le partage de la pauvreté  !

                          Je sais  ! Il faut dépouiller les riches pour assister les pauvres  !

                          Il y a près de 2 milliards de pauvres qui n’ont pas 1 euro par jour pour vivre avec leurs familles.

                          Bon  ! Donnons leur 1 euro par jour en plus des centimes qu’ils ont, c’est peu, çà fait 2 milliards par jours. En 365 jours, ça fait 365 milliards x par 2 = 730 milliards d’euros sur un an  ! Une bagatelle, c’est plus que le plan de relance économique de toute l’Europe. Ils sont où les riches qui disposent de cette somme pour une seule année de survie sans la faim aux entrailles.

                          L’humanisme c’est beau, ça donne bonne conscience, avec des mots  ! Mais, lorsqu’il faut passer à la caisse, c’est les autres, les «  Riches  » qui doivent payer.

                          Payer de sa personne par des sacrifices financiers ‘est insupportable, que diriez-vous si vous mettiez vos vies dans la balance  !  ? Mais collègues et moi personne ne nous y oblige, surtout au regard des salaires…  !

                          Vos raisonnements, ressemblent étrangement, à celui de dindes qui voteraient pour la Noël  !

                          Je vous conseille vivement l’étude de la vie des Coucous, «  un oiseau comme les autres…  !  ».

                          Bonne nuit.

                           

                           


                        • patdu49 patdu49 7 mai 2009 16:46

                          bah si tu as mieux que les droits de l’homme JONAS « ’ne faites pas aux autres etc etc ... »

                          Adresses toi, aux inhumains et aux riches exploiteurs ..

                          pas aux + pauvres, et aux + altruistes

                          et pourquoi de suite tomber dans la paranoïa « depouiller les riches » ...
                          sais tu faire une difference entre « dépouiller » et « partager des richesses équitablement » ??
                          sais tu faire également une différence entre « équité » et « égalitarisme » ?

                          NON il n’y a pas que la pauvreté à partager, il y a des choix politiques à faire, et à defendre.

                          il y a a éxiger des minima sociaux corrects et des revenus minimums du travail correct également.
                          il y a à stoper l’indécence de certains, à freiner l’assoiffement de pognon et de pouvoir d’autres ... de personnes qui ont perdu tout sens des réalités, tous sens de la solidarité, tout sens de la justice.

                          sinon tes calculs, il faut les faire à l’echelle de la planète, et non pas seulement à l’echelle de l’europe ..
                          au niveau mondial, les inégalités sont encore pire qu’en france, et il y a largement de quoi là encore partager des richesses, t’as des individus qui sont + riches individuellement que des états entiers ...

                          sinon tu parles de 730 milliards, pour erradiquer la pauvreté dans le monde, pendant 1 an.
                          bah tu vois rien que sur les assurances vies sur ce seul compte épargne, uniquement en france, france qui représente 1% de la population mondiale, t’as 1000 milliards qui font des petits, que des gens ont placés ... ils en ont pas besoin, puisqu’ils le placent ...
                           
                          ... + de 2 millions d’euros sur le seul compte à sarkozy .. (166 ans de smic net) ... il en a pas besoin, lui, avec ses copains députés, hauts commissaires, sénateurs, hauts fonctionnaires, etc, ils palpent 1500€ net d’argent de poche par jour environs, logé, nourris, tout frais payés ...

                          et le plan de relance economique de l’europe, on en a rien à secouer, tant que l’economie ne sert pas au + grand nombre, il faut mettre l’économie au service des hommes, et non pas les hommes au service d’une économie qui engraissent une minorité de nantis.

                          sinon je suis OK l’humanisme ça donne une excellente conscience ... je confirme ...
                          et je ne confond pas humanisme là encore avec la « charité » ...

                          j’ai bossé avec des anciens pompiers de Paris, dailleurs ils ne se plaignaient pas trop de leur semi-retraite à 30 piges environs .. et de cumuler ensuite avec un job ...

                          on a été soutenu aussi sur Angers, mouvements de chomeurs, par les pompiers lors des manifs, etc heureusement qu’ils ne tennaient pas ton discours ... ils se sont même cottisés pour nous en nous soutenant.

                          bonne soirée


                          • patdu49 patdu49 7 mai 2009 17:03

                            et JONAS, concernant ta phrase :

                            « Remarquez bien que d’autres qui n’ont jamais travaillé dans ce pays, arrivent grâce au regroupement familial et quelques enfants, à gagner 5 fois le montant de votre ASS. »

                            plutot que de de chercher des boucs émissaires, en prennant l’exemple des familles nombreuses de 5 enfants ou +, et qui survivraient uniquement de minimas sociaux, foyers fiscaux qui representent seulement 0,03% des familles avec enfants ...

                            tu ferais mieux de reflechir aux gros escrocs qui détournent des millions d’euros en toute impunité ..
                            comme la caisse noire de l’UIMM branche du medef .. ou des valises de millions en liquide ont disparu ..
                            pas de condamnations, pas de remboursement, même pas de coupable dis donc ... même pas de mecs en garde à vue ...

                            ça c’est certains que + facile d’envoyer un car de flics habillés en robocop, et d’aller defoncer la porte d’un HLM au petit matin, en traumatisant, mère, enfants en bas age, pour arreter un mec de 17 piges, qui trafiquerait un peu de shit pour pouvoir avoir une console de jeu ou une paire de baskets à la mode ... car ces parents ont pas les moyens .. ou pour offrir un ecran plat à noel à parents ..

                            + facile de remplir les prisons, avec des pauvres, qu’avec les ordures qui s’engraissent sur le dos de la misère ..

                            ou si tu cherches ou va le pognon de la CAF, sache que 60% de ce pognon sert uniquement à l’aide au logement ..
                            aides au logement qui repartent en grosse partie, pour engraisser les riches multipropriétaires, qui s’engraissent leurs patrimoines et se font octroyer à vie, et de générations en générations, des rentes ... sur le dos des smicards, et de l’etat via les APL ...

                            ensuite concernant les allocations familiales, sache aussi qu’une femme seule avec un mome de 5 ans, qui est sous le seuil de pauvreté, n’a pas le droit aux allocs ..

                            par contre un foyer fiscal, de multimillionnaire, comme FILLON, quand ces 5 momes étaient au chateau, pouvait lui percevoir + de 7000€ par an, car encore une spécifité française, les allocations standars sont attribuées sous aucune condition de revenus.


                            • JONAS JONAS 8 mai 2009 01:33

                              @ Patdu49  :

                              Votre réquisitoire idéologique est vraiment médiocre  !

                              Même chômeurs, vous et vos amis êtes encore des princes qui s’ignorent  !

                              Vous êtes pour le partage, assumez  ! C’est le partage d’une pauvreté toujours plus grande que vous allez affronter, car le gâteau à partager par les hommes, c’est la terre et elle n’est pas extensible.

                              La démographie aidant, les parts vont être de plus en plus petites, vous pourrez passer votre tondeuse à gazon égalitaire, elle n’augmentera pas les réserves énergétiques fossiles, la surface des terres cultivables, les ressources minérales et celle d’eau potable, etc. Vous êtes trop intelligent pour ignorer cet état de fait.

                              Votre argumentation est éculée, c’est le «  Germinal  » du XXème siècle que vous nous rejouez périodiquement, depuis «  Mite-rangs  » et son Programme Commun.

                              Je ne peux pas prendre en considération vos gémissements, vous êtes des pompiers incendiaires, vous collez le feu à la maison avec votre humanisme béat, et après vous pleurnichez, car vous vous retrouvez à la rue  !

                              Votre programme que vous ne sauriez le dévoiler, augmenter les allocations de toutes natures, régulariser tous les étrangers qui sont sur notre territoire national, et après venir vous plaindre d’être au chômage sous prétexte qu’ils vous auront piqué votre boulot.

                              Vous auriez même l’audace de demander l’ajustement des allocations chômages au niveau du SMIG  ! Dans ces conditions, pourquoi travailler  !  ?

                              Regardez Mayotte, ils ont abandonné leur indépendance au regard des allocations  !

                              Nous pourrions facilement faire de la France un empire sans guerre avec cette méthode, même la plupart des provinces chinoises deviendraient Françaises.

                              La retraite à 30 ans n’existe pas chez nous, ceux qui résilient leurs engagements ont une retraite proportionnelle à leurs temps de service actif, et à moins d’être officier supérieurs, elles ne sont pas mirobolantes. On recrute chez nous pour risquer sa peau  ! «  Mais on a qu’une seule vie, il faut en profiter  !  » (Pas vrai  !). Alors on ne se bouscule plus aux portillons des casernes  !

                              Vous êtes un artiste Monsieur, en somme un intermittent du spectacle avec vos commentaires à la petite semaine  ! Des leçons d’humanismes en parole de votre part, je n’en ai aucunes à recevoir, je m’attache aux actes  !

                              «  Les commentaires sont libres, mais les faits sont sacrés  !  »

                              Salutations.

                               


                            • patdu49 patdu49 9 mai 2009 08:37


                              Hé ben dis donc ...
                              si tu trouves mon « réquisitoire » médiocre, perso je trouve le tiens vide et creux ..

                              si je suis à tes yeux un prince qui s’ignore, je ne m’étonne pu trop que certains pompiers se prennent des caillasses, car lire ça, ça me donne envie de t’en balancer ...

                              pour un pompier, t’as plutot le cerveau, pyromane je trouve ...
                              essaye de survivre ne serait ce qu’avec un smic, ou aux minimas sociaux, et ça m’etonnerai que t’emploies encore le terme « prince » pour parler des chomeurs ...

                              tu dois être un beau privilégier, qu’à pas du ramer ni trop bosser à l’usine dans sa vie ...
                              ça se ressent ...

                              oui je suis pour le partage, et oui j’assume ..
                              et NON, pas un partage de le pauvreté, mais OUI, bien un partage des richesses.
                              même si les ressources ne sont pas extensibles, il y a des richesses à partager, ainsi que du travail à partager ...

                              les parts seront effectivements un peu plus petites pour tout ceux qui aujourd’hui veulent péter + haut que leur cul et qui vivent dans la démesure .., car on ne peut pas continuer ainsi dans la surconso et le gaspillage, effectivement.

                              mais quand je parle d’erradiquer la précarité et la pauvreté, je ne parle pas de surconso pour les moins riches, mais seulement d’acceder aux besoins fondamentaux d’existance, déjà dans un premier temps, et aujourd’hui ça n’est pas le cas, ça n’est pas le cas en France dans un des pays les + riches du monde en tout cas...

                              mais ça tu dois avoir des oeillères apparemment vu tes propos et ton arrogance, ton mépris le + total, en parlant de « mes gémissements »

                              à moins que tu nous demontre comment tu vies en 2009 avec ZERO euro (par exemple un jeune de moins de 25 ans, à la rue, sans droit à rien)

                              à moins que tu nous démontres comment tu survies avec un RMI à 400€ en 2009 en restant dans la légalité.

                              à moins que tu nous démontres comment tu peux vivre et non pas survivre avec un smic à 1030€ en 2009

                              en etant seul, et autonome à 100% bien entendu ...
                              ni rentier, ni héritier, ni avec des aides familiales etc, qu’elles qu’elles soient.

                              concernant le régularisation, sais tu ce que signifie ce mot ?
                              c’est simplement donner des papiers, à une personne, pour qu’il ne soit pas administrativement et juridiquement, considéré humainement parlant, comme un vulgaire chien errant, sans identité, sans droit, sans respect de la dignité humaine.

                              et tu te dis pompier ?!! je me demande comment sont recrutés les pompiers, avec une intelligence sociale telle que la tienne, ça fait peur ... j’ai même beaucoup de mal à croire que tu aies pu être pompier, ça me parrait invraissemblable .. ?
                              ou alors pompier, dans un milieux fermé, style une base aérienne militaire, mais pas au contact de la population civile ... rassures moi ...

                              concernant ta crainte que des allocations qui permettent de survivre dans la légalité et la dignité, aillent à l’encontre du travail, elle est infondée.

                              c’est les pays nordiques ou les allocations sont les + élevées, ou la pauvreté est quasi nulle, qui ont les taux de chomage les moins élevés...

                              là oui, des droits, des devoirs, mais impossibilité de tomber dans la pauvreté.
                              et là encore ces minimas sociaux, comme à 1200€ net au Danemark, sont bien moins élevées que les allocations chomages qui elles sont de 90% du salaire antérieurs pendant 4 ans maxi (ils ont baissé la durée avant c’etait 8 ans) ... et les salaires evidemment sont bien + élevés également qu’en france.

                              très peu de personne a des salaires bas, 2% environs, alors qu’en france c’est 25% de la population.

                              sinon non, tu te trompes personne n’a jamais parlé de mettre les minimas sociaux au même niveau que le salaire minimum.
                              si le smic à 1500€ net comme on le reclame depuis des lustres, et les minimas sociaux à + 300€ dans un premier temps, voir même à + 600€, donc à 1000€ net ..
                              tu constateras, qu’il y a une nette difference, entre revenu d’autonomie, et revenu du travail .. qui serais de 500 à 800€ / mois.

                              et pour te rassurer, le tout, sans augmenter nécéssairement le cout de la vie.
                              car en prélevant les charges sociales et taxes pour la collectivité etc, non pas principalement sur les salaires, comme c’est le cas aujourd’hui, mais en les prelevant sur les profits, de façon équitable, de façon juste, de façon progressive.
                              afin de ne pas pénaliser les petites entreprises.

                              et ne joue pas sur les mots, je dis « semi-retraite » en parlant des pompiers qui quitte leur metier jeune, et tu me parles de retraite proportionnelle ... donc on parle bien de la même chose ..
                              et ne viens pas me dire, que ce n’est pas un certain avantage... aussi modeste soit il ..

                              sinon j’ai un peu de mal à croire que le metier de pompier soit un metier dit « en tension » comme tu as l’air de le pretendre, en disant que ça ne se bouscule pas au portillon ...
                              vu que c’est un des metiers les + aimés par la population ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès