Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Il n’existe pas de démocratie en France

Il n’existe pas de démocratie en France

Je vais analyser un peu ici les différents faits qui démontrent qu'il n'existe pas de démocratie en France (ni ailleurs), ce qui titillera les personnes qui seraient encore aveuglées par les discours politico-médiatiques habituels.

En préalable, prenons comme base une définition courante de la démocratie : gouvernement du peuple par le peuple. Voir définitions et variantes : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie, ou http://www.toupie.org/Dictionnaire/Democratie.htm.

Tout d'abord un petit rappel avec l'exemple bien connu du NON au référendum sur le traité européen en 2005 : où les politiques passent outre l'avis des votants pour faire passer le truc autrement. Pour une fois qu'il y avait un référendum, il a été bafoué dans les grandes largeurs !

Voici les éléments principaux :

 - En France et ailleurs, les peuples ne décident pas directement, ils votent pour des représentants. Lesquels représentants ne sont plus contrôlés directement par le peuple après l'élection. Déjà, c'est un gros problème qui signe un gros déficit de démocratie, il faudrait plus de transparence, de la démocratie directe, des processus de révocation, etc.

 - Ces élus sont loin d'avoir tous les pouvoirs, ce ne sont pas eux qui décident des choses importantes, mais plutôt les grandes entreprises, les marchés et la finance. Ce qui a été mis en lumière crûment ces dernières années, où les politiques sont contraints (qu'ils soient pour ou contre) d'obéir aux lois des marchés et grandes entreprises pour espérer obtenir un peu de croissance, moins de chômage et des investissements.

En effet, l'argent et l'économie sont devenus les maîtres du monde, les idoles à quoi tout est ordonné et sacrifié, alors qu'il devrait être question en priorité de la satisfaction de tous les besoins (pas seulement matériels) des peuples.

- Ensuite, il existe d'autres pouvoirs très forts, non élus eux-aussi, à savoir : les pouvoirs médiatiques, administratifs et judiciaires.

 Les grands médias (publiques et privés) peuvent faire et défaire des carrières, insister sur telle info ou en occulter d'autres. Ils imposent un style suivant leurs exigences d'audimat. Ils ont le pouvoir d'orienter, par divers procédés, les préoccupations et pensées des gens. Ils écartent des créneaux les plus en vue (et même de toute présence) toutes idées trop critiques ou trop contestataire.

 Les administrations et le monde judicaire ont de grandes marges de manoeuvres pour interpréter les lois, elles peuvent intervenir de multiples manière sur la vie des gens, et les recours en cas de problème sont souvent très longs, compliqués et arbitraires dans leurs résultats. Ces deux pouvoirs, quels que soient les mérites de certains fonctionnaires soucieux de justice et de mesure, fonctionnent globalement comme des systèmes autonomes, froids, fermées, secrets, ce sont des corporations qui se serrent les coudes avant de vraiment vouloir le bien commun.

 Ces 5 pouvoirs principaux (capitalistes, politiques, médiatiques, administratifs, judiciaires) sont bien sûr en concurrence, se font la guerre, peuvent être alliés, complices, tout dépend des circonstances et des pays. Généralement, ce sont les politiques élus qui ont le moins de pouvoirs par rapport aux pouvoirs non élus.

Mais jamais la population n'est impliquée, sauf par la bande. Le peuple peut obtenir à l'arraché quelques réformes s'il manifeste ou fait la grève suffisamment longtemps et en nombre. Mais on ne peut pas se permettre d'être tout le temps en grève, et puis ces réformes peuvent être rognées ou supprimées par la suite, quand les conditions changent. En plus, ce ne sont que des réformes, ces pouvoirs n'acceptent pas que s'instaurent des systèmes de démocratie plus directe, ou simplement participative.

On peut aussi voter de temps en temps, mais comme l'éventail de choix est réduit, et que les élus, même s'ils voudraient bien faire, sont sous la coupe des capitalistes et doivent composer avec les autres pouvoirs (qui eux ne sont pas élus), rien ne peut changer sur le fond.

Au final ces 5 oligarchies, ainsi que des multitudes d'autres lobbies et groupes de pression (Eglises, armées, chasseurs, syndicats réformistes...), occultes ou publics, font leur tambouille entre eux, sans processus démocratique, et c'est toujours la population tout particulièrement les plus pauvres, qui paye les additions des différentes "crises", guerres, licenciements, délocalisations, pollutions, etc, et ce sont toujours les riches qui s'enrichissent par l'exploitation des pauvres.

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

 Mais ce n'est pas fini, d'autres éléments démontrent qu'il n'existe pas de démocratie, et qu'elle ne pourra pas exister dans le système actuel :

- Les candidats aux élections sont très loin d'êtres égaux dans leur moyens, il n'ont pas forcément beaucoup d'argent et des relations bien placées dans les médias pour se faire connaître, ce qui biaise déjà les "débats" et handicape les plus pauvres et ceux qui n'ont pas les bons réseaux dans leurs poches.

 - Le système (école, médias, partis) n'apprend pas à penser par nous-même, à être libre et autonome. Au contraire, les pubs, la télé, les grands médias distillent continuellement leur intox, leurs infos, leur vision du monde, leurs mensonges et leurs directives, ils accaparent les cerveaux rendus disponibles par la pub, la fatigue du travail et les émissions infantilisantes. Dans ces conditions, comment les gens pourraient-ils exercer réellement un libre arbitre et rôle politique ?, participer en connaissance de cause à la gestion démocratique ?

 Quand l'école ne permet pas aux jeunes d'être en contact avec tous les courants de pensée qui animent le monde, il n'y a pas de démocratie possible. L'éducation scolaire a pour but de formater les jeunes par rapport au système existant et de fournir une main d'oeuvre docile adaptées aux besoins des entreprises capitalistes, il ne s'agit pas d'aider à la formation d'une personne autonome, libre et épanouie.

On apprend aux jeunes à ingurgiter des savoirs et à obéir, pas à vraiment réfléchir et à pratiquer la démocratie directe horizontale.

 - La liberté d'expression réelle (non réservée aux opinions conformes au système, aux oligarchies, puissants, riches, journalistes, célébrités et autres sportifs) n'existe pas, ce n'est qu'un droit purement théorique. En effet, les collectivités publiques (les Etats) ne gèrent pas de médias réellement ouvert à n'importe quel personne ou groupe, pour leur permettre d'exprimer leurs opinions au plus grand nombre. Il n'existe pas à la TV ni ailleurs des émissions dédiées à la liberté d'expression réelle aux heures de grande écoute.

Or, sans liberté d'expression réelle, il ne peut pas y avoir de démocratie réelle.

Si seuls ceux qui ont le pouvoir ou émettent des opinions conventionnelles peuvent s'exprimer largement, les gens de la base et tous les courants de pensée minoritaires sont écartés, et le peuple ne peut pas s'exprimer vraiment ni avoir accès à un vaste éventail d'opinions pour forger sa propre pensée.

De nos jours, il y a internet et sa liberté, mais ça reste limité, et noyé dans le commerce, d'autant que tout le monde n'a pas accès à internet ni n'a la capacité de créer un site web ou un article visible par le plus grand nombre, c'est le moins qu'on puisse dire.

 - Quand dans un pays il existe des millions de personnes démunies, précaires, dans le besoin, à la rue, mal logées, manquant de nourriture en qualité et en quantité, il n'y a pas de démocraties. Car ces personnes sont dans l'urgence permanente de la survie quotidienne, et ont de grosses difficultés à accéder aux informations pertinentes, à passer du temps à lire, à débattre, à réfléchir aux questions politiques, etc., et à agir en conséquence.

 - Quand la concurrence, la lutte pour trouver et garder un emploi, la compétition scolaire et professionnel incitent en permanence les gens à l'individualisme, au chacun pour soi, à la méfiance, à la fabrication de boucs émissaires, il ne peut pas exister une démocratie sereine, où chacun participerait à la vie démocratique dans l'intérêt collectif.

 - Quand l'Etat et ses administrations cultivent le secret, la complexité, des lois incompréhensibles pour la population et que seuls des juristes spécialisés peuvent décrypter, il n'y a pas de démocratie.

 - Voici un autre argument, peut-être bancal celui-ci ? Une démocratie réelle supposerait une sorte de projet commun, d'entente collective. Or, ce n'est pas le cas, le peuple part dans tous les sens, suit des leaders ou ne sait pas vraiment ce qu'il veut (le système actuel fait tout pour ça bien sûr, ça l'arrange). Les riches et les puissants eux, ont plus ou moins un projet (la capitalisme, le maintien de leurs privilèges), ils sont solidaires malgré leurs disputes, mais ce n'est pas un projet vraiment collectif ! C'est celui des 1% !! Donc, il n'y a pas de démocratie.

 - Pour exercer une véritable démocratie, il faudrait une organisation fédérative partant de petits territoires, où le peuple peut délibérer en assemblées (au moins pour les grandes occasions) et faire remonter ses décisions. Le territoire français centralisé est trop vaste pour ce faire, donc il n'y a pas de démocratie ici.

Il y a sans doute d'autres arguments, mais on se rend compte assez vite que le peuple ne gouverne pas et joue un rôle très mineur dans les décisions qui le concernent

 La démocratie réelle n'existe donc pas, à nous d'apprendre à la pratiquer, à la construire, à s'entraider pour la pratiquer ensemble et horizontalement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • JL JL1 22 novembre 2011 09:33

    Bonjour Camille-indignée,

    ce n’est pas faux, et votre analyse enfonce quelques portes ouverte.

    Ma première remarque concerne les pouvoirs ; de quels pouvoirs parlez-vous ?

    Selon Henri Atlan : « Il y a trois pouvoirs de prise de parole : politique, scientifique (experts), médiatique »

    Selon Michel Rocard : « Il y a six pouvoirs qui commandent le monde : les exécutifs, les législatifs, les judiciaires, le technologique ou scientifique, le financier et le médiatique. Les cinq premiers sont encadrés par des lois et des contre pouvoirs. Le système médiatique n’a pas de contre pouvoirs et ses débordements sont sans limites »


    Ceci nous amène au fond : en effet, il m’a fallu attendre la fin de votre texte pour voir où vous vouliez en venir, je cite : "Pour exercer une véritable démocratie, il faudrait une organisation fédérative partant de petits territoires, où le peuple peut délibérer en assemblées (au moins pour les grandes occasions) et faire remonter ses décisions. Le territoire français centralisé est trop vaste pour ce faire, donc il n’y a pas de démocratie ici."

    Michel Rocard disait, lors d’une conférence devant le medef : "Les souverainetés nationales ont dépassé le stade de l’efficacité, elles entrent dans la période de la nuisance !" 


    Ma question est la suivante : faites vous partie de ceux qui veulent la mort des États nations ?

    Méfiez vous, indignés : le pouvoir en place fait feu de tout bois, et surtout des brindilles allumées par les jeunes écervelés qui jouent avec le feu.


    • OK LA DEMOCRATIE N’ EXISTE PLUS DEPUIS QUE POMPIDOU A LAISSE LA FINANCE

      INTERNATIONALE METTRE LA MAIN SUR LES PATRIMOINES

      FRANCAIS...CULTURELS...AGRICOLE (vignes ) MARITIMES (chinois....) TRAVAIL...SAVOIR

      FAIRE...ET SURTOUT BANCOASSURANCE....

      PASAL LAMY DU PS ET DE L OMC A AIDE AVEC L AGCS DE L OMC

      ET SARKO BRADE...SOLDE....TOUT

      1 PENSEE POUR DANIELLE MITTERAND... UNE DAME QUI ELLE AVAIT... DE LA CLASSE
      87 ANS )


    • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 22 novembre 2011 13:54

      « Méfiez vous, indignés : le pouvoir en place fait feu de tout bois, et surtout des brindilles allumées par les jeunes écervelés qui jouent avec le feu. »


      Whaouu ! Ca va pas de nous faire peur comme ça, vous ! 

      Retournez vite dans le rang des enfants obéissants, « jeunes écervelés qui jouent avec le feu ». 

    • JL JL1 22 novembre 2011 14:11

      Gaspard,

      vous n’avez semble-t-il pas compris : si même les opposants aux institutions de l’UE réclament moins d’Etat, c’est un boulevard qu’ils offrent aux ennemis de la république !

       smiley


    • Camille-indignée Camille-indignee 22 novembre 2011 15:03

      Je ne suis pas spécialiste des analyses politiques, on peut bien sûr décrire différemment les divers pouvoirs à l’oeuvre. J’exprime juste des idées accessibles à toute personne lucide un peu informée.
      J’ajouterai juste que les lois et contre-pouvoirs censés encadrer les 5 dont parle M Rocard sont largement contournés, inefficients, ou inaccessibles au commun de la population. Ces contre pouvoirs font eux aussi partie des « oligarchies », donc on tourne en rond.

      Oui je suis pour la disparition à terme des Etats nations, mais on n’en est pas du tout là. Ce n’est ni possible ni souhaitable pour l’instant.


    • glattering 22 novembre 2011 17:31

      Au sujet de la democratie, j’ai trouve ce lien vers une conference recemment, que j’a trouvee eclairante !! A voir !

      Ca parle de l’illusion de democratie dans nos societes actuelles, et de la recherche de contre pouvoir adaptes, en prenant l’exemple de la grece antique. Fascinant !

      http://www.dailymotion.com/video/xiyzhh_etienne-chouard-conference-le-tirage-au-sort-comme-bombe-politiquement-durable-contre-l-oligarchie_news#from=embediframe

      Indignement votre,
      /glattering


    • bigglop bigglop 22 novembre 2011 19:32

      Bonsoir à tous,
      Merci à @l’indignée pour ce constat sur la « démocratie » européenne et française.
      Des « experts » économistes, financiers, sont placés dans les instances décisionnaires européennes Draghi / BCE, Trichet Pdt du Groupe des Trente (think tank influent Europe), à la tête des gouvernements Papademos en Grèce, Mario Monti en Italie, Rajoy en Espagne aux ordres des Bilderberg, Trilatérale, CFR, Goldman-Sachs, etc...
      Les autres en sont aussi les marionnettes, grassement payées.
      Je vous mets un lien d’un de mes précédents commentaire :
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/il-nous-faut-desobeir-c-est-urgent-104638#forum3129854
      Aujourd’hui, la Thénardier Merkel refuse que la BCE devienne émettrice de monnaie (Eurobonds), tandis qu’elle achète à tour de bras des obligations souveraines pourries devenant ainsi une Bad Bank en contradiction avec tous les traités européens.
      Mais elle veut faire modifier le traité de fonctionnement de l’union européenne pour intégrer des sanctions automatiques et un dispositif permanent de gestion des crises financières.
      Pour y parvenir, sans consultation référendaire des citoyens européens, elle utilisera la procédure de révision simplifiée (art 48 TFUE) que pour la transformation du FESF, MES en organisations à durée illimitée.
      Quelques propositions :
      Une nouvelle constitution privilégiant le référendum pour les grandes décisions, l’Assemblée nationale n’ayant qu’un rôle technique de conseil, de mise oeuvre des décisions votées
      Election mandats nationaux, régionaux, locaux :
      casier judiciaire vierge
      publication des revenus élargie, du patrimoine dont les détentions de capital dans des sociétés
      liste des comptes bancaires France et étranger
      déclaration des conflits d’intérêts
      Justice
      indépendance des procureurs nommés par le Conseil de la magistrature et référendums régionaux.
      modification de la procédure du secret défense actuel par création d’une commission paritaire députés/collège citoyen décisionnaire.
      suppression de la Cour de justice de la république, requalification des infractions polittico-financières en crimes relevant de la Cour d’Assises
      responsabilité pénale du Président de la République, Ministres sur leurs actes pendant leur mandat
      Education
      former des citoyens responsables et non des citoyens consommateurs
      enseigner la philosophie, la littérature pour former un esprit critique et laïc
      Connaissez-vous le camp de Sissones où Sarko entraine ses milices armées pour la répression des manifestations citoyennes (ou des cités) ? Je vous ai trouvé une vidéo de démonstration : http://www.youtube.com/watch?v=iufZZTgjbLc

      J’en aurai encore beaucoup à dire


    • Freegerman 22 novembre 2011 23:42

      Excusez moi mais pourquoi avez vous choisis ce logo ? est vous extrémiste ?
      A noter aprés avoir lu un autre article que mes militants indignés défendent des causes bizarres et notamment sont pro européen ..mais l’Europe ne ma jamais rien apporté sauf la décadence de mon pouvoir d’achat avec l’Euro.

      Attention en Suisse , voir le classement de RSF concernant la Suisse , la liberté de s’informer y est présente,elle est très bien classer alors attention à l’intox..personnellement je n’y ai jamais vécu mais ça à l’air tranquille.


    • bigglop bigglop 23 novembre 2011 02:01

      Bonsoir @Freegerman,
      Si c’est à moi que vous vous adressez, je suis un petit pinguino très en colère et qui défendra sa peau envers et contre tous, plutôt plus à gauche que le PS


    • nonobstant2000 23 novembre 2011 20:24

      Au contraire, Très Cher Révolté Gaspard,


      je ne conteste pas l’importance du mouvement des Indignés, mais regardez plutôt :
      les manifestations en France sont qd-même relativement moindres au regard du reste du Monde et voyez déjà comment elles sont réprimées.

      Mon humble opinion, c’est qu’ils veulent du sang voyez-vous. « Ils » ce sont nos dirigeants, qui multiplient les affronts et les provocations, parce qu’ils veulent qu’on leur rentre dedans, parce qu’ils y sont préparés depuis longtemps, et que ça les arrange.

      La crise est déjà une semi-fiction en elle-même (tant que personne n’abordera frontalement le problème de la loi Rotschild et des articles 104 et 123 du Traité de Maastricht) qui permet par le biais des mesures d’austérité de mettre tout le monde en rang, ils n’attendent que les bains de sang, ça permettra de faire à la fois le tri et des exemples.

      L’enjeu de cette crise n’est pas seulement financier, il est politique, comme le démontre bien l’article. C’est la démocratie elle-même qui est en jeu. Nos dirigeants ne sont plus dans le dialogue depuis longtemps (et ils l’ont encore prouvé avec brio en refusant de toucher à leurs propres salaires) ils cultivent déjà la division sociale..Un bain de sang ferait leur jeu.

      Il y a l’indignation, mais il y a aussi la désobéissance. Mettre en place des collectivités solidaires dès les premiers signes de pénurie et prouver que l’on peut se passer d’eux, que s’ils ne sont pas capable de démocratie, le Peuple si. Mais ne surtout pas tomber dans les affrontements frontaux, nous avons tout à y perdre. 

      A tout prendre mieux vaudrait passer à la Guérilla directement.

    • Jean-paul 22 novembre 2011 10:18

      Pourquoi le mouvement des indignes ne prend pas en France ?


      • Aleg 22 novembre 2011 11:21

        Soit parce qu’ils se font gazer lorsqu’ils essaient de manifester (je dis bien essaient car ca ne leur est pas permis)
        Soit les Français sont un peu mou du genou (juste un peu)
        Soit les Français arrivent à un niveau désespérant d’individualisme

        Soit un peu des trois...


      • Jeff Parrot Jeff Parrot 22 novembre 2011 16:01

        Car la bulle immobilière a pas encore pété en France contrairement à l’Espagne et aux US et donc qu’une part importante de la population se croit encore assise sur un tas d’or.


      • molotov molotov 23 novembre 2011 03:02

        les trois, je confirme !


      • Patrick Samba Patrick Samba 23 novembre 2011 12:11

        à Aleg :

        bon, c’est pas parce que le gouvernement actuel a une expertise et une maitrise incontestable de la manipulation, et qu’il ne facilite pas la tache des Indignés, qu’il faut en rajouter dans la noirceur d’un tableau qui est déjà suffisamment noir. C’est totalement contre-productif.

        Si les manifestations spontanées sur la rue sont interdites (et même certaines marches groupées sur le trottoir : cf 19 et 21 septembre. Et ça c’est un comble que, oui, vous pourriez utilement dénoncer), en revanche les demandes officielles de manifester ont jusqu’à présent été acceptées. 


      • Aleg 23 novembre 2011 16:18

        @ Patrick Samba :

        je vous répondrai par la même vidéo que vous proposez vous-même dans votre article du 22/11 :

        votre vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=SHpXXRWecek&feature=player_embedded

        nous n’avons manifestement pas la même définition du droit de manifestation ?


      • Rollandus 24 novembre 2011 15:48

        Peut être aussi parce qu’il y a des élections dans 6 mois et un plan de rigueur ultra light par rapport aux autres. Peut être parce que justement les français sont la seule nation capables de rassembler 3 millions de personnes dans les rues. Et peut que vu tous ça, nos dirigeants ont décidés de nous faire cuire à petit feu, petit plan par petit plan d’austérité, l’histoire de ne pas réveiller le français.


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 novembre 2011 10:58


        « Il n’existe pas de démocratie en France »J’ai déjà redéfini ce qu’est la démocratie et expliqué des milliers de fois qu’elle n’existe nulle part sur cette planète ! C’est une organisation sociale et politique qu’aucune nation ne peut se permettre faute d’un niveau d’intelligence collective supérieur !

        Voir mes article et mes commentaires ici :

        http://www.agoravox.fr/auteur/mohammed

        et aussi dans les archives de www.elwatan.com

        et encore en cherchant dans google : Mohammed MADJOUR.

        J’ai expliqué dans mon article proposé« le 5 novembre dans la rubrique »international« pourquoi  »L’OCCIDENT EN FAILLITE"...

        Mohammed MADJOUR.


        • Croa Croa 22 novembre 2011 18:27

          « qu’elle n’existe nulle part sur cette planète ! » Tout à fait !

          Ceci dit, l’intelligence non plus n’existe pas ! smiley

          Quitte à être lourd, j’ajouterai qu’elle est encore moins dans les têtes des oligarques que dans celles du peuple ! (Ces gens ont juste eu de la chance de naître du bon coté du bâton.) 


        • glattering 24 novembre 2011 22:54

          J’ai envie de dire : et alors ? C’est pas parce que l’idéal démocratique n’est pas atteignable qu’il faut prendre le chemin opposé !

          On ne pourra jamais comprendre l’origine de l’univers, et pourtant les scientifiques cherchent quand meme a élaborer un systeme de pensée qui s’en rapproche le plus possible.


        • Camille-indignée Camille-indignee 22 novembre 2011 15:21

          Plutôt que d’évoquer les problèmes qui se poseraient pour justifier de ne rien changer, mieux vaudraient chercher des idées.
          Au départ, il y aura peut-être un engorgement du fait de la nouveauté, mais alors on pourrait multiplier les temps d’antenne et les médias mobilisés (bien sûr, il faudrait que la plupart des gens soient d’accord pour ça). Ce serait toujours plus intéressant que les compte rendus sportifs interminables, les jeux d’argent et les faits divers démultipliés à l’infini.
          D’autre part, tout le mode n’aura pas forcément envie de s’exprimer à la tv, il y a les autres médias. Sur internent, il n’y a pas de limite « physique » par exemple.

          Et puis, pour aider, rien n’interdit à ceux qui auraient des idées similaires de se regrouper au lieu de ne parler qu’à titre individuel.

          Pour finir, cette idée serait mise en place dans le cadre et à la suite de changements globaux dans d’autres domaines, où les gens auraient eu le temps de s’exprimer dans des assemblées et autres, et seraient moins frustrés, et donc se précipiteraient moins tous en même temps.
          Du fait de l’habitude de la parole et de sa prise en compte effective par la démocratie directe, on peut espérer aussi que les personnes auraient moins envie de dire dans des médias leurs opinions. Une sorte de responsabilité, d’auto-discipline.

          Bref, c’est difficile à imaginer dans le contexte actuel.


        • Croa Croa 22 novembre 2011 18:37

          C’est pour ça que la télé n’est pas un outil démocratique. Il faudrait l’éteindre !!!

          Par contre Internet peut permettre des échanges fructueux, ici par exemple. Plus de démocratie est possible avec des échanges horizontaux, multiples et parralèles. La « com », qui porte bien mal son nom, partant du sommet vers la base est, au contraire, anti-démocratique. Plus d’échanges et moins de com, voilà la solution ! smiley


        • Camille-indignée Camille-indignee 23 novembre 2011 12:01

          Bien sûr il y a du vrai dans ce que vous dites.
          Là on parlait de l’expression. Pour l’engagement, la création de communautés et de démocratie, le web ne peut effectivement pas du tout suffire, ce n’est qu’un outil.


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 novembre 2011 12:31

          Encore une qui dit qu’il n’y a pas de démocratie parce que ses(?) idées(?) ne sont pas majoritaires !

          La démocratie commence au niveau communal avant de passer à l’échelon national : combien de communes ont une majorité élue qui représente votre tendance politique ?

          La réponse frise le zéro absolu , ce qui DEMONTRE que vos idées sont minoritaires même là où la propagande des grans médias est absente.


          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 22 novembre 2011 12:56

            Au niveau communal tout le monde peut interpeller le maire au conseil communal ou dans la rue.

            Or, le mouvement des indignés ne dispose pas de majorité dans la MOINDRE commune, ce qui est SIGNIFICATIF de la marginalité certes tapageuse de ce mouvement sans avenir.

            La politique commence au niveau communal, elle y est d’ailleurs très concrète bien loin des discours fumeux sur le système économique que les indignés aiment tant.

            Si vous voulez faire de la politique commencez à l’échelon communal où vous vous frotterez aux demandes quotidiennes de la population.


          • Camille-indignée Camille-indignee 22 novembre 2011 15:58

            La démocratie commence quand des personnes se réunissent pour parler librement et horizontalement, et par l’émergence d’idées communes, par l’action militante et autres pratiques communes, à exister en tant que Peuple.
            C’est sûr qu’actuellement les Indignés sont plus que minoritaires, on est rien. Mais on pense, on espère que ça changera.
            C’est sûr qu’actuellement les aspirations et désirs des populations sont contradictoires, confus, parfois néfastes, voire inexistants. Mais on espère là aussi que ça changera, et on essaiera d’y contribuer.
            Aux populations de se prendre en main, de se réveiller, de s’exprimer, de s’informer, de débattre, de réfléchir, d’agir, et alors peut-être émergera un Peuple capable de mener sereinement une démocratie à son service.
            Inutile d’attendre que la situation empire encore, autant profiter des marges de manoeuvre qui nous restent.
            Inutile d’attendre les catastrophes climatiques, ou un éventuel retour d’une forme de fascisme ou de dictature.


          • Jason Jason 22 novembre 2011 18:16

            Alois, vous dites : "Encore une qui dit qu’il n’y a pas de démocratie parce que ses(?) idées(?) ne sont pas majoritaires !.....La démocratie commence au niveau communal avant de passer à l’échelon national : combien de communes ont une majorité élue qui représente votre tendance politique ?"

            J’ai interpellé le maire du village sur plusieurs questions et projets très importants pour la commune. Elle m’a tournéle dos, plus tard m’a donné des rendez-vous auxquels elle n’est jamais venue. Elle verrouille complètement la communication et pratique des relations priviligiées avec ses copains.

            Mais, elle parle de démocratie à tout le monde, et passe son temps à faire voir sa face hilarde dans la presse à toutes occasions.

            Vive la démocratie communale.

            Monsieur, vous êtes un rêveur !


          • fabdolette fabdolette 22 novembre 2011 18:17

            Au niveau communal comme aux autres niveaux, le scrutin majoritaire prime et empêche toute autre tendance d’être réellement représentée. La démocratie n’y existe pas. On peut rétorquer qu’ainsi des gens du fn (ne mérite pas les majuscules) ne sont pas élus, mais de même, les Humanistes (ceux qui placent l’être avant l’avoir) ne le sont pas non plus.
            Donc votre argument est spécieux et ne sert que votre discours.


          • Patrick Samba Patrick Samba 22 novembre 2011 12:45

            Bonjour Camille-indignee,

            ah ben ça fait plaisir de constater qu’Agora Vox est en train de devenir une agora des Indigné(e)s !
            On va peut-être pouvoir bientôt y tenir des Assemblées populaires !

            En fait c’est déjà le cas grâce à la possibilité de faire autant de commentaires que l’on veut (bien que curieusement il y ait des articles où les commentaires passent plus facilement que sur d’autres, sur lesquels il faut un peu plus insister... Ca dépend des modérateurs ?). Et ici pareillement aux Assemblées populaires, pas de bruit quand on applaudit, pas de cri quand on est pas d’accord. Mais en plus ici, gros avantage, on n’a pas besoin d’attendre son tour pour s’exprimer ! On le fait quand on veut. Oh bien sûr il y a aussi un inconvénient : le temps d’écrire son commentaire et on constate après coup qu’on a été doublé et que notre commentaire fait doublon, ou qu’il s’éloigne du commentaire que l’on souhaitait commenter. Mais c’est un inconvénient mineur par rapport à celui de s’exprimer quand on le veut.
            Et en plus pas de secrétariat pour les compte-rendus : on se charge nous-même de la rédaction !

            Bon maintenant revenons sur le fond. Excellent débroussaillage de la question soulevée !

            Et je vais revenir sur un point : je ne partage pas du tout votre avis surll’absence de pouvoir de décision des élus « sur les choses importantes ». Certes « ils sont loin d’avoir tous les pouvoirs », et heureusement, mais je ne vois pas comment les pouvoirs financiers et industriels les « contraignent ». 
            Si certains de ces pouvoirs ont déjà des milices ou apparentées (Monsanto par exemple), je ne sache pas qu’ils aient menacés physiquement des élus. S’ils ont les moyens de menacer certains élus de dévoiler à leur sujet des informations délicates, c’est qu’ils se sont accrochés des casseroles. Tout seul en général. Certes il y a les fausses rumeurs, mais celles-là on ne peut jamais les prévoir...

            Non, c’est beaucoup plus simples que ça. En général ces pouvoirs ne contraignent pas les élus, ils les séduisent.... Avec argent , et plus du tout désormais sonnant et trébuchant, promesse de soutien financier pour leur campagne électorale, invitations ici ou là, cadeaux de diverses natures... Et les élus succombent ou non à ces séductions.

            Ils se laissent corrompre ou non !

            La réelle contrainte est le plus souvent celle plus ou moins solide de leur éthique....



            (et sans vouloir vous froisser, juste pour vous taquiner : vous êtes « indignee », c-a-d indigne deux fois ? c-a-d, une fois, belge, et une fois autre chose ? ou encore tout autre chose ? ou en réalité indignée ?)  smiley


            • Camille-indignée Camille-indignee 22 novembre 2011 16:10

              Il n’y a pas que la corruption. Etats et entreprises ont des intérêts imbriqués. De plus, ce sont les entreprises qui ont la main sur le Graal du taux d’emplois.
              Avec les dettes, les politiques sont les obligés des marchés et spéculateurs.
              Avec le besoin constant d’investisseurs pour relancer la fameuse Croissance, les politiques sont les obligés des marchés et des grands groupes.
              Avec le besoin de médiatisation, de leurs idées et de leurs actions, les politiques sont les obligés des groupes de médias privés.
              etc.
              Comment voulez-vous alors qu’ils aient un pouvoir de décision réel sur les choses importantes ?! Ils décident à l’intérieur du cadre « autorisé », nul besoin de menaces de mort. La menace de leur exclusion du cercle, et du blocage de leurs éventuelles réformes qui iraient à contre courant des oligarchies capitalistes suffit largement.
              De plus, nombre de politiques n’ont pas à se forcer, vu que soit ils sont opportunistes, soit ils adhèrent aux désirs des oligarchies non-élues.


            • Jason Jason 22 novembre 2011 18:24

              @ Patrick Samba

              "mais je ne vois pas comment les pouvoirs financiers et industriels les « contraignent ».

              Vous oubliez les financements occultes des partis, source des scandales passés. Et aussi les industriels qui font chanter les élus au chômage dans leur circonscription. Ou encore les articles perfides ou tendancieux sur tel élu, articles commandités en sous-main par...


            • Patrick Samba Patrick Samba 22 novembre 2011 18:31

              « Etats et entreprises ont des intérêts imbriqués  »
              oui, et c’est bien un des problèmes majeurs, au point que parfois on ne parvienne même plus à distinguer les intérêts des uns des intérêts des autres. Mais il ne me semble pas que ce soit une fatalité.

              « Avec les dettes, les politiques sont les obligés des marchés et spéculateurs. »
              Mais qui a contracté ces dettes ? Qui a décidé que l’État devait emprunter au privé, et générer ainsi une dette désormais abyssale, et un processus exponentiel incontrôlable. Les mêmes qui décidèrent de se lancer dans une industrie mortelle incontrôlable : l’industrie nucléaire.

              Vous ne devriez pas déresponsabiliser à ce point les politiques, en affirmant ainsi qu’ils sont les « obligés » de tous les pouvoirs autre qu’électifs. Ils ont aussi leur libre-arbitre, leur conscience, leur éthique pour ou non servir les intérêts du Collectif. Mais il est vrai que le baromètre actuel n’indique pas vraiment ce genre de climat.

              Et c’est pourquoi les Indigné(e)s s’indignent. 



              (euh.... vous ne répondez jamais aux saluts ? Ou du moins au premier qui vous est adressé ? Parce que JL1 vous avait salué...) 


            • Patrick Samba Patrick Samba 22 novembre 2011 18:42

              bien sûr mon précédent commentaire était destiné à Camille-indignée ;

              à Jason :
              Le chantage à l’emploi ? Mais c’est justement du chantage !!! Et comment vaut-il mieux en général répondre au chantage ?...


            • Camille-indignée Camille-indignee 22 novembre 2011 21:41

              Je crois bien avoir dit quelque par que les politiques étaient souvent sur la même ligne que les capitalistes, donc souvent responsables.

              Oui Patrick Samba, désolée, je me suis lancée à fond dans les réponses, je ne pensais pas en récolter autant ; en oubliant un peu la politesse !
              Donc, merci à tous pour vos commentaires, ça fait plaisir de voir que ces questions passionnent encore des gens. Et bien le bonsoir à tous les démocrates !


            • Patrick Samba Patrick Samba 23 novembre 2011 09:29

              Danièle Mitterrand est morte hier.

              Pour bien cerner, pour tenter de cerner la question parfois très complexe de la responsabilité des politiques, il faut s’intéresser précisément à la trajectoire et à la pensée de l’homme qui fut le mari de cette très grande dame.
              Je voulais lui rendre un hommage.


            • Jean-paul 22 novembre 2011 12:53

              @Patrick Samba
              Vous etiez combien d’indignes a la Defense samdi 19 novembre ?


              • Patrick Samba Patrick Samba 22 novembre 2011 13:14

                Hola ! Jean-Paul,
                rassurez-vous, j’ai bien vu que depuis trois jours vous avez posé 4 fois la question : "Pourquoi le Mouvement des Indignés ne prend-il pas en France" !

                Ce que vous pouvez être impatient !

                Allez je vous donne la primeur : j’ai répondu précisément à cette question dans un article que j’ai soumis à la modération dimanche. Et certes il n’est pas encore publié, mais ça ne devrait peut-être pas tarder.
                Et j’y réponds même à cette toute dernière question de votre part....

                Alors maintenant si votre impatience devient à ce point insoutenable, je ne peux que vous suggérer... de solliciter la Rédaction d’AV...


              • Jean-paul 22 novembre 2011 15:01

                @ parick Samba

                En effet je pense que c’est la question la plus importante ,a laquelle peu de personnes y repondent .Parce que apres parler d’un mouvement sachant qu’il ne prend pas ,pour moi c’est du bluff.


              • Patrick Samba Patrick Samba 22 novembre 2011 16:14

                Vous étiez pressé et impatient, Jean-paul ? Vous voilà exaucé : mon article vient d’être publié. Voyez comme je pense à vous ! 


              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 22 novembre 2011 13:59

                Le terme « d’indignés » ne convient vraiment pas. L’indignation, c’est bon pour Madame la Duchesse qui a ses vapeurs parce qu’elle a vu les couilles d’un singe au zoo.


                Il faut un mouvement de Révoltés

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès