Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Les limites de l’illusion démocratique

Les limites de l’illusion démocratique

Est-ce une bonne manière de former des citoyens ?

Vidéo à contre-pied : 

Nous recevons, comme chaque année à pareille époque, une note officielle pour organiser dans nos classes l'élection de l'élève qui sera le délégué de ses camarades. L'idée n'est pas nouvelle, l'intention de permettre de découvrir les conditions du vote et les critères de choix serait louable si bien souvent la chose ne virait pas à la farce dans nos classes spécialisées comme dans bien d'autres .

D'abord nos effectifs sont peau de chagrin. Les deux classes de troisième affichent 9 élèves chacune. Nos vieux routiers ont compris que le poste suppose beaucoup de contrainte et aucun agrément notable. La satisfaction de représenter les camarades n'a que peu d'attrait surtout quand bien souvent il n'y a aucun candidat pour briguer le poste. Ce fut le cas cette année encore et les deux élèves désignés par un vote sans campagne électorale refusèrent leur élection …

D'autre part, il règne parfois un climat si détestable entre les élèves que se jouent des tractations souterraines qui ne sont pas de nature à former le futur citoyen (il se peut que cela encourage les vocations de futurs politiciens de nos deux grands partis). En quatrième, dans une classe, erreur funeste de 12 élèves ( 8 garçons et 4 filles …) j'ai pu mesurer les dégâts du contexte national actuel et d'une dégradation des valeurs dans notre nation.

Cette fois, il y avait pléthore de candidats. Les uns pour remplir une fois encore une mission qu'ils avaient honorée de fort belle manière lors de l'année écoulée, les autres pour semer le trouble ; leur sport préféré. Le professeur dans ce cas là évoque les critères de choix, la nécessaire disponibilité du délégué, son sérieux et son exemplarité. De belles paroles sans effet pour la troupe qui a décidé de fausser le débat.

Un engagement est demandé à chaque candidat. Il s'exprime devant le groupe, s'engage à venir à toutes les réunions, à œuvrer pour bien représenter ses pairs si le scrutin le ou la désigne. Que de belles intentions ! Que de louables promesses ! Déjà dans la classe se murmurent de sournoises pressions. Comme pour les plus grands, la loi du plus fort n'est pas la loi du plus sérieux. Les acoquinements dans nos classes n'ayant rien à envier à ce qui se trame pour nos picadors du bulletin de vote.

Nous essayons malgré tout de rétablir la discipline républicaine, de faire semblant de croire que la sagesse l'emportera sur les œillades vindicatives de nos gros bras internes. C'est peine perdue, le vote donne une parfaite illustration des rapports de force entre les élèves soucieux de bien faire et ceux qui viennent en classe contraints et forcés.

Le premier tour dilue les suffrages, le second va devoir trancher. Il ne reste que deux candidats, un garçon fort en capacité de nuisance et une jeune fille sérieuse et appliquée. Ils sont en bien des points, les deux faces distinctes de nos élèves, un parfaite expression du Ying et du Yang. Je devine la partie perdue, le caïd aura toutes les voix masculines, sa campagne est en la matière fort éloquente.

Le dépouillement provoque une surprise de taille, dans le secret du vote, deux garçons avisés se sont portés vers le choix de la raison contre celui de la pression. C'est le scandale, la recherche des traîtres est ouverte. « Qui a osé voter pour une meuf ? » s'indigne le porte flingue du futur politicien véreux.

C'est la crise constitutionnelle, le drame et la guerre des sexes. J'essaie bien naïvement de proposer un arrangement puisqu'il faut un suppléant, autant qu'ils s'arrangent tous les deux et qu'ils alternent la fonction lors des différentes réunions. Que n'avais-je pas avancé ? Le trublion de s'indigner, de prétendre que je ne veux pas de lui à cause de sa couleur de peau ! L'argument est si commode …

Je lui fais remarquer que j'essaie de trouver un accord à l'amiable. Je m'indigne même, en haussant le ton qu'il puisse remettre en cause mon éthique personnelle. L'autre de se fâcher plus fort encore. On ne partage rien avec une fille, surtout quand celle-ci est si différente de lui, qu'il ne doit jamais lui adresser la parole … Son sbire préféré, son âme damnée profite du débat actuel pour faire la chasse aux deux salopards qui ont voté pour des filles. En cas de troisième tour, ça peut servir quelques menaces bien senties…

Ce qui devait être une leçon pratique de démocratie vivante est la parfaite illustration des dérives qui pointent leur vilain nez ici ou là. J'ai demandé vainement l'annulation du vote. Il ne s'est pas déroulé dans un climat apaisé. Le sexisme qui règne dans cette classe est le fruit pourri de l'influence néfaste d'un seul qui a su par sa force de persuasion, imposer sa vision du monde à ses coreligionnaires. Je le sais sous influence, il est de ces adolescents qu'on embrigade derrière une bannière porteuse de haine. Il est encore jeune mais déjà pointe en lui les promesses incertaines, de lourdes inquiétudes, d'étranges menaces. J'aimerais tant me tromper et pire que tout, c'est lui qui sera désormais leur délégué !

Scrutateurement vôtre. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 9 octobre 2012 10:05

    J’aime bien vos articles. Voilà, c’est tout. smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 10:57

       Le péripate


      Merci

      Évitons les remarques acerbes, ce ne sont pas des articles mais des billets sans autre prétention que de témoigner.

    • Le péripate Le péripate 9 octobre 2012 11:46

      Vous vous méprenez.


    • Le péripate Le péripate 9 octobre 2012 11:50

      J’apprécie vraiment vos articles, je ne vois pas le problème. Vous avez peur de passer pour un ultra-libéral peut-être ? smiley

      Je trouve, entre autre, que vous témoignez avec sincérité de ce que vous vivez, chose très très rare chez les enseignants pourtant très nombreux ici.

      Alors je le dis.


    • Le péripate Le péripate 9 octobre 2012 14:05

      Mais peut-être votre maman vous a interdit de parler avec les inconnus, surtout s’ils sont libéraux.

      Et j’imagine en effet les réflexions des collègues en salle des profs, entre une lecture d’Alternatives Economiques et un café.... bla-bla, nabum ultra-libéral... bla-bla

       smiley


    • citoyenrené citoyenrené 9 octobre 2012 10:06

      @ l’auteur,

      n’ayant aucune compétence dans le système éducatif, juste pour faire une remarque générale, vous auriez pu donner comme titre :

      « les limites de l’illusion sémantique »

      l’élection est aristocratique, non démocratique ! aristocratique par essence, désigner « le meilleur », l’aristos

      Jean Jacques Rousseau ne s’y trompe pas dans le « contrat social » :

      « la souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée »

      « quoi qu’il en soit, à l’instant où un peuple se donne des représentants, il n’est plus libre, il n’est plus »

      vous ne pouvez pas modifier les règles de l’éducation nationale, mais des référendums seraient plus « démocratiques »

      si le rôle du représentant est de siéger au conseil de discipline, à l’autre conseil où sont remplis les bulletins, la problématique est différente

      ici, la rotation des charges couplée au mandat court et non renouvelable (cœur de la démocratie) pourrait être la solution

      plus que l’éducation nationale, je commentais votre erreur sémantique dans le titre

      à la rigueur,

      « les limites de l’illusion aristocratique »


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 11:00

        citoyenrené


        Voilà qui a le mérite d’être écrit.

        Avez-vous pris la peine de regarder la vidéo ? Vous verriez que nous ne sommes pas si éloignés que celà. Le titre n’est que renvoi à la commande institutionnelle qui pense que ces élections sont une initiation à la démocratie.

        merci à vous

      • citoyenrené citoyenrené 9 octobre 2012 11:25

        @ C’est Nabum,

        ouh non je n’ai pas pris la peine, ni le temps de regarder cette vidéo, démocratie & « cause des causes » par Etienne Chouard

        j’suis confus et me confonds en excuses


      • citoyenrené citoyenrené 9 octobre 2012 12:18

        et puis, j’ai mal compris le titre

        « les limites de l’illusion démocratique » aurait pu être « les limites de l’élection aristocratique »

        de toute façon, votre propos était dans le cadre du système éducatif, qui est différent de l’échelon civique national

        mais si le but de l’école est de former des citoyens, en plus d’acquérir un savoir, assimiler ce système électif avec la démocratie est une première falsification, c’était contenu dans l’article me direz-vous peut être


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 12:54

        Citoyenrené


        Vous êtes pardonné

        La toile est souvent un espace où l’on ne prend pas le temps, c’est dommage.
        La dispersion nuit à la compréhension.

        Quant à mes titres, ils sont surtout un outil personnel pour déclencher l’écriture.

      • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 9 octobre 2012 22:50

        En effet, lorsque l’élection consiste à choisir qui nous écrasera plus efficacement, ou moins douloureusement, on peut dire qu’il n’y a pas démocratie.

        A partir du moment où l’élection n’est plus liée à un vrai choix de société, mais consiste à choisir qui fera la politique qui lui sera dictée par les grands financiers et les « turbocapitalistes », c’est terminé.

        Dans le cas de l’école, il n’y a pas non plus de choix, les règles étant fixées. Il ne reste alors que la capacité de manipulation comme seul critère, c’est-à-dire comme dans la politique, où la meilleure « com » sera plébiscitée.

        Pour le citoyen réduit à son bulletin, on n’a plus que le choix du moins pire. Sachant que ce sera de toute façon pire que ce que l’on pensait.

        Pour le cas précis, il s’agit de sentiment de cohésion, faire équipe, ce qui devient la foule, mêlée de la crainte de n’en être pas, premier pas vers le totalitarisme.

        Un film a assez bien décrit ce phénomène : La Vague, film allemand


      • samuel 9 octobre 2012 12:27

        Dans une classe de 12, vous feriez mieux d’effectuer une délégation tournante.

        Que ce soit dans une classe de 4ème ou à l’échelle nationale, le vote est loin d’être la solution démocratique par excellence. Autant apprendre autre chose à nos têtes blondes.


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 12:56

          samuel


          Malheureusement les injonctions officielles favorisent déja ce qui plus tard constituera le piège à adulte. L’élection ne fait qu’entériner les rapports de force, le tirage au sort est démocratique et subversif, c’est un danger pournos élus.

        • Romain Desbois 9 octobre 2012 12:58

          je trouve qu’à l’école on apprend tout et n’importe quoi mais surtout pas la démocratie.

          C’est le lieu où l’enfant a le moins de droit.

          D’ailleurs, tout repose sur le fait qu’on leur dit que l’école est obligatoire, alors que c’est faux.

          C’est l’instruction qui est obligatoire, depuis Jules Ferry.


          • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 13:01

            Romain


            Je suis entièrement d’accord et dans ce contexte, cette parodie de démocratie est parfaitement contre-productive.

            Donnons vraiment des droits et des pouvoirs aux élèves tout en exigeant réellement des devoirs de leur part. Actuellement les élèves n’ont aucun droit et ne se donnent aucun devoir vis à vis de leur métier d’élève. Plus ça va, plus ça se dégrade.

            Au lieu de changer la surface des choses, les socialistes devraient refonder l’école. Mais ils sont trop lâches, ils ne veulent pas fâcher leurs si chers professeurs !

          • tf1Goupie 9 octobre 2012 18:26

            Nabum,

            Vous dites que « les élèves non aucun droit » ; pourriez-vous expliciter cette « sentence » ?
            Etant enseignant moi-même je la trouve très choquante !

            Apprendre à lire et à écrire, par exemple n’est-ce pas un droit ??
            Etre traité humainement et manger correctement, ces droits que certains enfants n’ont pas chez eux, ne sont-ils pas des droits ?


          • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 18:35

            tf1Goupie


            Je pense sincèrement que la parole de l’élève n’est pas fort rarement entendue. Face à la punition ou la sanction, nous entrons dans un espace de non droit, les procédures sont floues, l’adulte impose souvent une position non négociable.

            On peut avoir des élèves exclus au collège alors qu’une plainte a été déposée. Il y a quelque chose qui relève de la double peine. Un éloignenment pourrait se faire sans la sentance souvent douloureuse, mais là, c’st impossible.

            Je ne vais pas développer mais quand on a vécu des classes à pédagogie institutionnelle, nous savons qu’ailleurs c’est la loi de l’arbitraire qui domine.

          • tf1Goupie 9 octobre 2012 18:54

            Dans toute société il y a de l’arbitraire.

            Mais à l’école il y a quand même beaucoup de procédures et commissions diverses qui protègent l’enfant. Il y a en tout cas moins d’arbitraire qu’il y a quelques décennies.

            Après il est possible que cela varie suivant les établissements.
            Dans mon établissement les élèves se « battent » pour être délégués ; il y a même eu un incident cette année car des élèves ont essayé d’acheter les votes.
            Bref, je serai beaucoup moins catégorique que vous ; d’autant plus que l’arbitraire est beaucoup plus prégnant entre élèves eux-mêmes qu’entre élèves et adultes.
            Et même l’arbitraire est certainement plus fort à la maison qu’à l’école ; en tout cas je connais des enfants pour lesquels il n’y a pas photo.


          • Romain Desbois 9 octobre 2012 23:58

            TF1groupie.

            C’est étonnant votre argumentation !

            C’est justement parcequ’il faut leur enseigner la justice qu’il faut donner l’exemple et pas justifier du fait qu’entres eux ils sont pires !!!!!

            Ce que je pense l’on dénonce dans le défaut de droits des enfants, c’est que ces ont toujours les adultes qui pensent pour eux.

            Et après on va leur donner des cours de morale républicaine ?!?


          • jean-marc R jean-marc R 9 octobre 2012 14:25

            J’ai trouvé votre témoignage si pertinent, et écris avec un une belle clarté ! Merci.

            Je m’intéresse de près aux questions démocratiques, et j’ai sauvegardé votre texte.
            Je le trouve très utile.

            Et en plus, il vient d’un « modeste » citoyen, ce qui fait sens à mes yeux !

            Démocratiquement.


            • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 15:07

              jean-marc R


              Merci

              Il n’y a aucun citoyen modeste, on EST citoyen ou on ne l’est pas et à ce titre on devrait être en mesure d’exercer sur un temps très court une responsabilité, qu’importe notre niveau de culture, d’éducation, notre âge, nos idées et nos revenus.
              Tout le contraire de cette nation bipolaire !

            • L'enfoiré L’enfoiré 9 octobre 2012 16:56

              Salut Nabum,
               Avant il y avait beaucoup de candidats et peu d’élus.
               Aujourd’hui, il n’y a plus de candidats et encore moins de candidats à l’élection.
               Est-ce du casse-pipe ?
               Je ne connais pas la fréquentation des études diplomatiques.
               Celles-ci mènent vers des carrières de diplomates et donc quelques fois, une obligation de s’expatrier. 
               Mais il en existe encore, au moins quelques-uns.

               Comment choisit-on les jurés dans un tribunal d’assises ?
               Par le hasard. On cherche les candidats potentiels et puis on élimine ce qui ne conviendrait pas.
               Peut-être un jour faudra-t-il jouer de même en politique.
               


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 17:26

                L’enfoiré


                Je suis convaincu que le tirage au sort est la seule réponse viiable pour notre démocratie

                Nous ferons des économies gigantesques en cessant de payer des parties politiques qui ne sont que des pompes à fric.

                Le peuple n’a pas sa place actuellement au parlement. Redonnons-nous lui !

              • L'enfoiré L’enfoiré 9 octobre 2012 18:08

                C’est exactement la réponse que j’attendais. Merci de confirmer.

                 smiley

              • L'enfoiré L’enfoiré 9 octobre 2012 18:11

                Cela me rappelle un très vieil article : « Au diable les partis »


              • jean-marc R jean-marc R 9 octobre 2012 18:12

                C’est compliqué la démocratie... Cette histoire de tirage au sort aussi.

                Mais une chose est certaine pour moi : le système démocratique actuel est à bout de souffle, corrompu à la moelle dans la quasi totalité de ses organes et circuits, philosophiquement archaïque, et irréformable. 

                La démocratie doit être réinventée.

                C’est mon dernier mot.

                Cour Constitutionnelle de « professionnels » « indépendants », pseudo modèle Suisse, et autre billevesées.
                Pffff, soyons sérieux un peu Monsieur  ;)


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 18:20

                L’enfoiré


                Seul l’évêque confirme !

                Je vous rassure ! 

              • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 18:22

                Jean Marc


                La seule chose à maintenir de manière stricte

                La politique ne doit pas être un métier, c’est un passage unique et provisoire au service du collectif.

              • jean-marc R jean-marc R 9 octobre 2012 18:29

                Oui.
                Mais ça ne suffit pas à régler le problème les grands principes, il faut énormément travailler sur le Comment et ses très très nombreux aspects pour repérer les petits et les gros pièges.

                Sinon, c’est jouer à l’apprenti sorcier.


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 18:37

                Jean-Marc


                Le modeste citoyen ne peut que poser un principe
                Je ne suis pas en mesure d’édicter des règles et encore moins une constitution mais je peux y participer ...

              • jean-marc R jean-marc R 9 octobre 2012 18:57

                Et bien citoyen, tu me déçois,
                car tu te couches ainsi devant les « experts »,
                alors que c’est à eux de s’agenouiller devant toi !

                C’est philosophiquement et politiquement essentiel à mes yeux.

                (poil au heu, on est sur avox, faut pas déconner non plus en se la jouant trop sérieux)
                 smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 19:18

                Jean-Marc


                Je ne me couche pas , je prétends devoir m’nformer pour ensuite être en mesure de décider si on me demande de le faire

                L’opinion n’est pas l’impression, elle doit se construire lentement

              • jean-marc R jean-marc R 9 octobre 2012 19:24

                Formulé comme cela, ça me plait plus déjà, citoyen.


              • C'est Nabum C’est Nabum 9 octobre 2012 19:26

                Jean-Marc


                j’en suis content

              • Romain Desbois 10 octobre 2012 00:05

                je suis contre le tirage au sort. j’ai l’impression que c’est comme si on disait :
                le peuple vote mal , supprimons le peuple !

                Et l’exemple des jurés d’assises est probant. Intéressez vous de près à la dérive de ce système. Les personnes du sérail vous avoueront qu’en fait ils sont manipulées de A à Z par le juge, l’avocat général etc....

                Un juge à Nice s’était vanté dans les allées du Palais de faire ce qu’il voulait des jurés, de les mener par le bout du nez.


              • jean-marc R jean-marc R 9 octobre 2012 19:30

                Eh bien moi aussi à vrai dire  smiley 

                Allez, à plus, qui sait.


                • spartacus spartacus 9 octobre 2012 19:53

                  Votre article a peut être moins de fréquentation, mais il invite a découvrir votre classe, vos élèves, votre univers.

                  C’est plus intéressant que vos articles qui relèvent d’idéologie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires