• dimanche 20 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Economie > Crise systémique : USA, game over
14%
D'accord avec l'article ?
 
86%
(52 votes) Votez cet article

Crise systémique : USA, game over

Dans mon dernier article Crise systémique : le trou noir j’avais expliqué que les produits dérivés (des métastases selon Paul Jorion) par effet domino, détruiraient l’économie mondiale. Je vais ici m’attarder sur un malade en phase terminale, les USA.

En effet, le 30 juin 2008 , l’OCC (Comptroller of the Currency, l’autorité de tutelle des banques) déclarait le 30 juin 2008 que les USA possédaient 182 100 milliards de dollars de produits dérivés (Barack Obama, dernier président des USA) soit un tiers de ces « armes de destruction financière massive » comme dirait Warren Buffet.

Ces produits financiers, tel le chat de Schrödinger, sont à la fois vivants et morts, c’est à dire qu’ils ont une valeur lorsque tout va bien, valeur réduite à zéro lors d’une crise majeure comme aujourd’hui. La nation américaine ne s’en relèvera pas. D’ailleurs, le LEAP/E2020 évalue à 10 000 milliards de dollars les « actifs fantômes » des banques que le gouvernement US devra « éponger ».

Nous en sommes donc à la 77 ème faillite bancaire depuis le début de l’année et donc, la FDIC (Le Federal Deposit Insurance Corporation) une agence indépendante du gouvernement fédéral américain qui assure les dépôts des particuliers dans les banques est ruinée.

Frédéric Lordon, économiste et directeur de recherche au CNRS ose dire : « on va voir débouler, sous peu, toute une série de « paquets » de dettes avariées, dont les défauts n’ont pas encore explosé, mais c’est pour bientôt ».

Simone Wapler Rédactrice en chef, MoneyWeek, déclarait le 13 août 2009, « La crise financière, loin d’être résorbée, va s’aggraver » (Trois arguments pour une hausse de l’or).

Ce « cancer » financier est ainsi en train de détruire l’économie US.

Au mois d’octobre 2008, Abderrahmane Mebtoul, un des plus grands économiste algérien me demandait de lui faire une analyse précise concernant les bons du trésor US car, visionnaire, il s’interrogeait alors sur le devenir des USA et donc des placements de l’Algérie. Nous étions arrivés à l’époque à la conclusion que l’Amérique était en train de sombrer. Il avait d’ailleurs écrit plus tard « La fin de la primauté du dollar » (EDITORIAL EDITORIAL EDITORIAL).

Ainsi, la Fed ayant déjà racheté 1700 milliards de bons du trésor (elle monétise sa dette, ubuesque !) sera obligée de recommencer cette opération avant la fin de l’année. Krugman chiffrait les besoins des USA à 2100 milliards de dollars pour 2009 dans le New York Times du 9 janvier 2009. Il était donc loin de la réalité et j’avais encore une fois de plus raison car j’avais annoncé le chiffre de 3500 milliards à l’époque : Destruction du dollarExplications.

2010 sera pire. La fin du dollar est proche, très proche.

Selon le cabinet spécialisé Realty Trac, nous avons eu aux USA un nouveau record des saisies immobilières en juillet et nous sommes passés, là-bas, de 11 000 saisies par jour à 11 600. USA : nouveau record (+7,0%) des saisies immobilières en juillet ...

C’est vrai, la crise est terminée.

Plus inquiétant encore, personne ne se pose la question de ce que deviennent la plupart de ces maisons qui ne se retrouvent pas sur le marché de peur qu’il s’effondre. Seul le quotidien San Francisco Gate a osé donner un chiffre qu’il évaluait à 600 000 au mois d’avril. Banks aren’t reselling many foreclosed homes.

Or, les saisies immobilières battent tous les records depuis, avec une moyenne de 300 000 par mois. Nous avons donc largement dépassé le million de maisons qui ne sont pas mises en vente. Acculés à la faillite, les organismes financiers américains devront se débarrasser de ces biens encombrants, et, à ce moment là, nous assisterons à l’effondrement du marché immobilier US, un cataclysme économique gigantesque !

De plus, 16.000 entreprises ont déposé leur bilan d’avril à juin aux USA : Hausse spectaculaire du nombre de faillites aux Etats-Unis.

Sur le front de l’emploi donc, contrairement à ce que l’on vous dit, les choses ne vont pas mieux. Selon l’AFP, le nombre de nouveaux chômeurs inscrits aux Etats-Unis a progressé lors de la semaine achevée le 8 août » : USA - Hausse des inscriptions au chômage à 558.000.

En août il est prévu 600 000 chômeurs arrivant en fin de droits aux USA (26 semaines). Et cela sera valable tous les mois.

Ainsi, le chômage semblera se stabiliser car ils disparaîtront des statistiques.

Seize états (bientôt le double) , ruinés, payent maintenant les allocations avec de l’argent emprunté.

"Le système d’assurance chômage avant la récession était aussi vulnérable que la Nouvelle Orléans était avant Katrina," a dit le Représentant Jim McDermott, le Démocrate de Washington. Source : The New York Times : http://www.nytimes.com/2009/07/24/us/24unemploy.html?_r=1&hp

Il faut tout de même le rappeler, 1,5 millions d’enfants étaient SDF aux USA au mois de mars. Source : http://mwcnews.net/content/view/29970. J’ai d’ailleurs réalisé une étude à ce sujet que vous pouvez lire sur mon blog (Crise systémique : le chaos).

Que vont devenir tous ces être humains ? La rue sera sûrement le chemin tout tracé. Les USA vont donc devenir le pays le plus instable du monde avec une situation sociale totalement explosive.

Depuis 2007, le maire de New York a trouvé une solution « miraculeuse » : il paie aux sans-abri des billets d’avion, sans retour, vers la destination de leur choix. « Le maire de New York exporte la pauvreté ». Un nouveau concept est né, la délocalisation des pauvres.

Dans les rues on rejoue « Orange Mécanique » et, tous les quinze jours, un SDF décède, agressé par certains pour lutter contre « l’ennui », par « amusement », voire pour « le frisson » : USA/rapport : violence vis-à-vis des SDF : Collectif SDF Alsace. Tel est le bilan publié lundi 10 août par la National Coalition for the Homeless (NCH).

Quant au système de retraite, il va totalement s’effondrer car c’est un système basé sur la capitalisation et l’on devra travailler jusqu’à sa mort pour se nourrir (si l’on trouve du travail !) : rapport GAO du 17 janvier 2008

Igor Panarin, ancien analyste du KGB, spécialiste des USA qui enseigne aux futurs diplomates de la Russie a déclaré en décembre 2008 qu’il y aurait une guerre civile aux USA. Le LEAP / E2020 a d’ailleurs repris la même analyse. Pour Panarin, la guerre civile démarrerait à l’automne 2009, et en juin 2010, le pays serait divisé en 6 blocs. Sergueï Rogov directeur de l’Institut des études américaines et canadiennes pense que ce scénario est probable. Crise systémique – Les solutions (n°4 : régions et monnaies ...

Le chaos social s’installe donc car, ne l’oublions pas, une crise majeure suit irrémédiablement la même chronologie : Etape 1 : crise financière, Etape 2 : l’économie réelle est sinistrée, Etape 3 : crise sociale. L’exemple le plus connu étant celui de l’Allemagne et de la république de Weimar, nous savons comment cela s’est terminé.

Pour l’étape 4, je vous laisse le choix, mais plusieurs options semblent se dégager : une guerre civile avec la mise en place d’une dictature, voire un troisième conflit mondial, au pire les deux (c’est mon avis). Barack Obama sera donc le dernier président des USA tels que nous les avons connus.

Ne l’oublions pas cependant, face à la destruction de la nation américaine, il existe une solution politique et monétaire de rechange : la North American Union (lire : Crise systémique : les solutions (n°3 : un nouveau dollar ...) et surtout la création du grand marché transatlantique (Crise systémique : le chaos), qui ne résoudra pas le problème économique et social.

Pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi tous nos billets en euros possèdent un pont traversant l’Atlantique, vous avez maintenant la réponse.

En conclusion, « très peu d’hommes savent se forger une opinion par eux-mêmes. Aussi répètent-ils ce que leur ont dit leurs parents, puis leurs professeurs et enfin ce qu’ils ont entendu aux informations du soir, et ils finissent par se convaincre qu’il s’agit là de leur opinion personnelle, au point de la défendre ardemment face à d’éventuels contradicteurs. Il suffirait pourtant qu’ils tentent d’observer par eux-mêmes, de penser par eux-mêmes et ils découvriraient le monde tel qu’il est et non pas comme on les conditionne à le voir. »

Nous, les dieux, Bernard Werber, éd. Le Livre de Poche, 2006, chap. 103, p. 429.

  

 

 Gilles Bonafi




par Gilles Bonafi (son site) mercredi 19 août 2009 - 100 réactions
14%
D'accord avec l'article ?
 
86%
(52 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Alpo47 (---.---.67.51) 19 août 2009 11:49
    Alpo47

    « Qui sème le vent, récolte la tempête ».

    Depuis la deuxième guerre mondiale, les USA ont mené une politique impériale sur le reste du monde. Qui sait que ceux ci ont environ 1000 bases militaires en dehors de leur territoire ?
    Révolutions coordonnées par la CIA, assassinats d’opposants, pillages des richesses, soutien aux pires dictatures, influence délétère, partout ...
    J’ai la faiblesse de croire qu’il y a une forme de « justice » qui gouverne ce monde. Le « karma » des orientaux , et c’est bien ainsi.

    Pour ce qui est de la situation actuelle, je pense également qu’elle est à haut risques. L’économie US ne tient que par quelques fils, de plus en plus ténus. L’empire est à bout de souffle.
    Il est cependant doté d’une grande faculté de résistance. La plus facile est de « changer les règles » . Ils l’ont déjà fait, actuellement en modifiant les règles comptables des banques, ils pourraient bien recommencer, par exemple, en « annulant » tous les produits toxiques, ou en laissant venir une hyper-inflation qui annulerait rapidement leur endettement.
    Ce ne sont que deux exemples.

    Donc, oui, les USA sont au bord du gouffre, mais ils ne sont pas encore tombés dedans.

    Souci, leur chute nous entrainerait avec eux.

  • Par abelard (---.---.65.171) 19 août 2009 12:05

    En gros, mon gentil de Llabrés ce que tu ne comprends pas c’est pourquoi Paul Jorion n’a pas profité de ses postes pour taper dans la caisse et se constituer un beau matelas de dollars ?

    Tu appelles ça de « l’imprévoyance monétaire » moi je trouve qu’il s’agit d’honnêteté...

    Tu appelles mendicité le fait de demander à ses lecteurs de payer un peu pour un travail d’analyse lucide ? Moi j’appelle ça gage d’indépendance.

    Dans un monde de rats qui élève le cynisme et la rapacité au rang des beaux-arts, on a les valeurs que l’on peut, n’est ce pas ? Et tu as tout à fait le droit d’estimer que le seul but d’un intellectuel reconnu est de se remplir les fouilles au plus vite. Mais tu me laisseras celui de penser que la dignité ne se monnaye pas.

    Paul Jorion est donc un homme honnête, lucide et digne.

    Autant de mots incompréhensibles pour toi...

  • Par Alpo47 (---.---.182.217) 19 août 2009 12:41
    Alpo47

    La première défection est venue des crédits immobiliers « à risque » qui ont fait défaut aux USA.
    Le gouvernement US a alors choisi UNE des options qui s’offraient à lui, c’est à dire soutenir les banques. Je trouve étonnant (je ne suis pas du tout économiste) que personne n’ait proposé une autre option, pour moi évidente : Soutenir les emprunteurs.
    Prime à l’achat, garanties, maintien de taux bas ... les possibilités étaient nombreuses et ... PERSONNE NE L’EVOQUE. Etonnant, non ?
    La crise serait bien moindre, l’endettement US sans commune mesure avec l’actuel, les effets systémiques réduits.

    Pourquoi ne l’a t-on pas fait ?
    Je pense qu’il faut donner raison à Naomi Klein, cette crise est voulue, créée, afin d’imposer un système encore plus PREDATEUR et OPPRESSEUR ;

    Pour nous, seul importe maintenant, de réfléchir et trouver les moyens se « passer au travers » et défendre notre liberté, tant individuelle que collective.

  • Par John Lloyds (---.---.55.191) 19 août 2009 13:26
    John Lloyds

    Arfff Llabres, toujours dans les choux à chercher des poux dans la tête aux derniers bastions de l’indépendance médiatique qui nous permettent encore de comprendre les arts de l’escroquerie impérialiste et qui ne bouffent pas encore dans le ratelier des lécheurs de bottes. Jorion est un modèle de Don Quichotte contemporain, et son petit modèle de dernier village village gaulois devrait jeter la honte sur les lobbies des petits écrans et autres canards tous droits sortis des officines de propagande occidentale.

    Excellent article, l’auteur, et même s’il est toujours difficile de s’engager en terme de date dans l’effondrement prochain, c’est toujours un exercice de haut niveau de s’engager dans de la spéculation à moyen et court terme ; il est en effet presque impossible de rentrer dans la caboche satanique de nos élites, et d’imaginer les folies dont il sont capables pour maintenir quelques mois de plus un système déjà condamné. Faire des tours de Pise sur des tours de Pise, c’est leur seule capacité.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération