Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Faire sauter la Banque ?

Faire sauter la Banque ?

Cette expression utilisée dans les casinos, lorsqu’un joueur chanceux réussit à couler « la banque », prend aujourd’hui un toute autre sens.

On se souvient que celui qui allait devenir début mai 2012 le nouveau Président de la République, avait déclaré ne pas aimer les riches. lien

Mais que pense-t-il des banques ? Des patrons ?

A-t-il toujours l’intention de s’en prendre à ceux qui s’octroient des bonus mirifiques ?

En tout cas, sa décision d’imposer à 75% les plus fortunés du pays semble avoir aujourd’hui du plomb dans l’aile : elle serait difficile à mettre en place, et surtout, elle ne serait que provisoire.

Petit à petit, elle semble se vider de sa substance puisqu’elle ne concernerait plus qu’un millier de personnes : les sportifs et les artistes en seraient exclus, leurs revenus étant considérés comme aléatoires. lien

Et quid des expatriés fiscaux dont le précédent gouvernement avait la liste, grâce Hervé Falciani, un ex-employé de la banque HSBC qui avait extrait des ordinateurs de celle-ci les noms de 4000 français dont les avoirs à l’étranger se montent à  6 milliards d’euros au total. lien

Il avait auparavant essayé en vain d’alerter sa direction de ces disfonctionnements.

On sait le peu de cas qu’à fait Eric Woerth à l’époque de ces si juteuses informations.

Sur les 4000 cas, seulement 200 dossiers ont été examinés, et les 20 régularisations (500 000 euros récupérés) n’étaient qu’une goutte d’eau face au 50 milliards d’euros vraisemblablement encore planqués dans les paradis fiscaux. lien

Qu’en fera aujourd’hui le ministre du Budget ?

Mais revenons aux banques, puisqu’elles sont au cœur de nos préoccupations liées à la dette publique.

Comment expliquer que la BCE ait prêté 1000 milliards aux banques, mais qu’elle se refuse à prêter aux états, afin d’assurer leur survie ?

D’autant qu’aujourd’hui, on se demande où sont passé ces 1000 milliards d’euros ?

Ceux qui sont persuadés que cet argent a servi à relancer l’économie mondiale en seront pour leurs frais.

En effet, les pays emprunteurs se sont surtout empressés de rembourser leurs dettes auprès des banques créditrices, lesquelles ont redéposé ces sommes dans leur propre compte bancaire, celui de la BCE. lien

Lorsque l’on sait que les seuls intérêts de la dette publique française absorbent la totalité de l’impôt sur le revenu, on peut s’interroger sur la stratégie des banques et sur l’efficacité de la méthode.

Pour l’instant, c’est la Grèce qui est la plus durement touchée, (lien) mais la logique veut que d’autres pays déjà fragilisés le soient à leur tour, et la France est du nombre.

On a assisté déjà dans notre pays à la fermeture d’hôpitaux, de tribunaux, de maternités, de gares, de bureaux de postes, et en Grèce, des familles sont déjà si pauvres qu’elles en viennent à abandonner leurs enfants. lien

On sait depuis 2010, que, grâce au « Crédit Suisse », la célèbre banque helvétique, la France arrive à la 3ème place en nombre de millionnaires dans le monde : ils sont en effet plus de 2 millions en face des 8 millions de pauvres qui gagnent ici moins de 950 € par mois. lien

Alors sans attendre des lendemains qui chantent, des citoyens prônent d’autres solutions, tel Charles Eisenstein, qui dans le film « Sacred Economics », de Ian MacKenzie, montre comment s’est construit l’aliénation au capitalisme, et de quelle manière nous pourrions aller vers une transition citoyenne, écologique, dans le respect d’une économie durable. lien

Ce film est inspiré du livre d’Eisenstein et on peut découvrir la totalité de celui-ci sur ce lien.

L’exemple espagnol est caractéristique de ce qui pourrait se passer en France, sous peu :

En Espagne, alors qu’on a demandé aux citoyens d’économiser 102 milliards d’euros d’ici 2014, les banques espagnoles attendent un prêt de 100 milliards. Début juillet 2012, l’Europe a recapitalisé les banques espagnoles à hauteur de 30 milliards : il faut savoir qu’en octobre prochain, l’Espagne devra rembourser un prêt de 28 milliards, alors que le Trésor n’a que 30 milliards dans ses caisses.

Le plan de rigueur mis en place ne concerne que les citoyens lambda : hausse de la TVA, baisse des allocations chômage, des retraites et même si des économies seront opérées dans l’administration, les subventions faites aux syndicats, aux partis politiques vont être baissées de 20%. lien

La même méthode a été appliquée à la Grèce avec le résultat que l’on connait.

En France, aujourd’hui, chacun tire de son coté : le patronat pratique le chantage, faisant valoir que si l’on ne lui réduit pas le cout du travail, il sera tenté de délocaliser afin de profiter de la main d’œuvre moins chère, quitte à abandonner les ouvriers de son pays.

Mais les grands patrons ne remettent pas pour autant en question les bonus, les milliards engrangés et distribués aux actionnaires à l’instar de Carlos Ghosn, PDG de Renault qui a réclamé le 1er septembre 2012 sur l’antenne d’Europe 1, (c’est arrivé cette semaine- Arlette Chabot) une baisse du cout du travail. lien

C’est bien le même qui s’était félicité en juin 2012 d’être, au titre de PDG de Nissan, le patron le mieux payé au Japon avec près de 10 millions d’euros, sans compter ses stock-options, auxquels il faut ajouter son salaire de PDG de Renault soit 1,2 millions d’euros. lien

Pourtant, il semble que l’idée ne l’ait pas visité de baisser plutôt son salaire…

Mais revenons aux banques.

En attendant, l’Italie emprunte à  6%, (lien) l’Espagne est au-delà des 7%, ce qui la ferme aux marchés financiers, l’approchant d’une possible faillite, avec la sortie de l’euro en ligne de mire, (lien) et les banques font de juteux profits avec les milliards alloués par la BCE.

C’est l’occasion d’évoquer « le glass-steagall  » ce dispositif qui a permis entre autres à Roosevelt de prouver que les banques newyorkaises s’étaient infiltrées au plus haut niveau de l’état, s’impliquant financièrement avec des fascistes en Europe, responsables en grande partie du krach boursier de 1929, provoquant la crise que l’on sait, avec la misère et la faim qui ont suivi.

Mais la loi « glass-steagall » permettait aussi de séparer les banques de dépôt et de crédit, d’avec les banques d’affaires. lien

En missionnant une commission issue du Senat américain, les membres de celle-ci disposaient enfin de pouvoirs judiciaires permettant de mener des enquêtes au sein des banques.

Le 13 juillet 2011, Arnaud Montebourg, évoquant cette Glass Steagall, déclarait dans les colonnes de « l’Express  » vouloir « demander au parlement une loi d’urgence interdisant la spéculation financière, visant à la séparation des banques dans leurs activités et la dépollution des actifs bancaires  ».

Le candidat à la primaire socialiste qu’il était alors, allait plus loin, déclarant : « le pacte de désendettement que je propose passera donc d’abord par la lutte contre la fraude fiscale, le démantèlement du secret bancaire dans les paradis fiscaux et le relèvement de la surveillance sur les flux de capitaux, avant même que la nation ne commence à imaginer de remonter les impôts. Car il n’est pas question de faire payer la crise aux classes moyennes  ». lien

Qu’en pense le ministre du développement productif qu’il est devenu aujourd’hui ?

Des avril 2012, les banques avaient commencé leurs lobbyings auprès du futur gouvernement (lien) et récemment, Pierre Moscovici, ministre du budget, aurait consulté Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale et ex conseiller de Sarközi, pour réfléchir à la séparation des activités bancaires ; Or pour Oudea, toute séparation entre les banques de dépôt et de crédit d’avec les banques d’affaire « est une idiotie ».lien

Sur ce lien on peut signer « l’appel à un Glass-Steagall ».

Et si nous allions plus loin ?

Personne n’a oublié que l’AUE (Acte Unique Européen), (lien) concocté par Jacques Delors, prolongé en 1984 par sa loi de modernisation bancaire, suivi par la dérèglementation des activités européennes, mise en place par Laurent Fabius, le tout confirmé par le traité de Maastricht, suivi par le refus du peuple français lors du référendum du 29 mai 2005, pour lequel les français avaient dit non à 54,68 % au TCE, Traité Constitutionnel Européen, (lien) et finalement validé par le traité de Lisbonne, suivant l’adage « lorsqu’on sort par une porte, on revient par la fenêtre », lequel traité avait été ratifié grâce à l’abstention massive des députés PS, qualifiée par celui qui allait devenir le premier ministre « d’abstention agressive et dynamique  ».

Mais refuser n’est-il pas plus productif que de s’abstenir ?

Toujours est-il qu’aujourd’hui le TCE lève beaucoup d’interrogations.

Son contenu est quasi illisible, partisan, ne peut-être révisable, verrouillé par une exigence de double unanimité, et, comme l’écrit Etienne Chouard, n’organise pas un vrai contrôle des pouvoirs, ni une réelle séparation de ceux-ci. lien

Depuis la récente visite d’une partie du gouvernement lors de l’université d’été du MEDEF, on attend avec impatience les prochaines mesures du gouvernement : seront-elles en faveur des patrons, ou des ouvriers ?

Les français seront-ils encore une fois les dindons de la farce ? lien

Comme dit mon vieil ami africain : « il ne faut pas avoir peur des chevaux sous le capot, mais de l’âne derrière le volant ».

L’image illustrant l’article provient de « dondevamos.canalblog.dom »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Il fait trembler les paradis fiscaux


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • Soi même Soi même 3 septembre 2012 10:30

    Bonjour Olivier, les sujets ne manquent pas pour exprimé notre déception du monde politique !
    Peut être qui y a trop de naïveté à espérer que les promesses soit tenue, cela a au moins le mérité de nous dégrisés de l’omnipotence bonimenteur des hommes politiques qui ont tous la prétention eux seuls, ils ont le pouvoir de régler les problèmes qui ont allègrement générés par leurs démissions collectives.
    Le probléme que vous soulevez, va au delà d’une solution purement politique, c’est un problème sociétal qui ne touche pas seulement notre pays, mais bien le Monde en général !
    C’est un problème moral qui nous concerne tous, et tant que l’on j’imagine, que l’on peut tiré pour soit même les marrons du feux, c’est que l’on porte toujours crédit à des bonimenteurs donc on n’a pas encore compris leurs véritables rôles qui est surtout pas mettre en danger leurs privilèges illusoires de leurs statuts et de rien changer à ce qui est en cour.
    Cela me fait pensé à cette affaire scandaleuse d’abattage qui fait rage aux États Unis, il y a un parallèle de traitement avec cette incompétence chromique d’accordé à nos hommes politiques eux seules ont la compétence et le pouvoir de résoudre les problèmes qui ont générés.

    http://www.huffingtonpost.fr/2012/08/23/une-video-revele-les-mauvais-traitements-infliges-aux-vaches_n_1823995.html

     


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 12:50

      soi même

      oui, c’est assez vrai,
      mais qui pourrait nous empêcher d’avoir de l’optimisme ?
      ceci dit, il faut un commencement à tout.
      nous avons viré le petit empereur.
      voyons la suite.
       smiley

    • Marc JUTIER Marc JUTIER 3 septembre 2012 14:03

      Nous les 99 %, nous sommes victimes d’un système monétaire profondément inique et défectueux. Afin de dénoncer cette injustice et de proposer une solution de remplacement, des citoyens qui s’occupent de questions monétaires depuis de nombreuses années vous proposent de reprendre aux banques le pouvoir de créer la monnaie. D’où vient la dette et comment faire pour en sortir ? Dans le texte de l’appel-pétition que nous vous proposons de signer, nous répondons à ces 2 questions. Mais quoi qu’il en soi, l’austérité n’est pas une fatalité et la croissance n’est certainement pas la solution ! Les États européens se sont interdit à eux-même de se prêter de l’argent sans intérêt, ce sont donc les banques privée et uniquement elles qui font marcher la planche à billet ! De façon générale, notre système monétaire dit « à couverture fractionnaire ou à réserves fractionnaires » débouche sur un empilage de dettes sans fin qui nous emprisonne dans une croissance obligatoire afin de payer, jusqu’à la fin des temps, une rente à l’oligarchie financière de la planète ! Pourtant, grâce à nos moyens productions et à notre technologie, nous n’avons jamais été aussi riche ! mais voilà, nous sommes « bloqué » par un système monétaire absurde tenu par une infime minorité de psychopathe avide. Cette minorité, les politiques et les technocrates, les dirigeants des banques et des multinationales avec leurs serviteurs et complices des grands médias, nous abrutissent de discours et nous méprisent profondément. La monnaie n’est pour eux qu’un instrument de manipulation, il a pour fonction de nous maintenir dans le salariat et la dette qui sont les chaînes de l’esclavage contemporain. Le système monétaire actuel (banque « universelle » à couverture fractionnaire des dépôts) est à l’origine de crises à répétition, génératrices de drames humains à l’échelle planétaire. Pour en finir avec ce système basé sur une escroquerie historique légalisée (la création monétaire par les banques privées), il existe une solution, soutenue par d’éminents économistes dont Maurice Allais, prix Nobel d’économie. Cette solution, c’est que les État soit souverains en terme monétaire et contrôle la totalité de l’émission monétaire sur leur territoire. Cette réforme dite du « 100% money » ou système monétaire à réserves pleines à été proposé en 1935 par Irving Ficher, un économiste américain. Votre engagement, si vous le voulez bien, consiste à signer et à faire connaître : l’appel-pétition : Pour que l’argent serve au lieu d’asservir ! http://chn.ge/MMb6En . Vous trouverez dans ce texte l’explication d’une solution qui est évidente ; ainsi que des liens vers des pages d’info qui vous permettront d’y voir plus clair sur l’escroquerie fondamentale du système capitaliste.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 14:37

      merci marc

      je partage bien évidemment
       smiley

    • Marco07 3 septembre 2012 20:04

      j’en attendais pas moins de vous ! smiley


    • bigglop bigglop 4 septembre 2012 01:35

      Bonsoir à tous,

      A @Soimeme, les politiques ne sont pas « incompétents », mais des complices des acteurs financiers comme expliqué (pour la France) dans un commentaire .

      A @Olivier, l’article est intéressant par son caractère généraliste, mais à mon avis, vous avez abordé un trop grand nombre de thèmes dont chacun aurait mérité un article, car les médias généralistes en donnent des descriptions partielles, approximatives.
      Par exemple pour les LTRO (Long Term Refinancing Operation) de la BCE, il s’agit de « création de monnaie BCE » pour améliorer la liquidité du marché interbancaire. Sujet technique analysé par Olivier Berruyer Blog les-crises
      Pour les banques universelles et/ou d’affaires européennes, elles ne parviendront pas à respecter les critères de l’accord de Bâle III et sont donc, aujourd’hui, techniquement en état de faillite. Pourquoi donc Dame Merkel s’oppose, dans le cadre d’une Union Bancaire, au contrôle par la BCE, notamment de ses banques régionales, ses mutuelles, ses caisses d’épargne qui financent les PME et PMI ? Y aurait-il quelque chose de pourri dans le royaume, comme des produits dérivés de financement bien pourris ?

      Banque Publique d’Investissement :
      Suivant des informations vérifiées de Médiapart, l’affaire « Montebourg/Bque Lazard » ne serait que la partie émergée d’une autre « négociation » concernant la BPI que Hollande veut créer début 2013
      Bien entendu, le ministre du redressement improductif n’était pas au courant.
      Le 3 août, le n°2 de l’Agence des Participations de l’Etat demande à plusieurs banques de venir présenter leur vision du projet de création de la BPI le 7 août, un délai trop court pour présenter un projet écrit et sérieux. Finalement une « procédure d’urgence » ubuesque est mise en place, sans document, sans étude préalable pour un projet important, la création d’une banque publique.
      Donc quatre banques se présentent : Banque Rotschild, Banque Lazard, Crédit Suisse et une quatrième. Elles présentent chacune leur « vision », mais aussi leurs honoraires comme banques conseil pour suivre la création de la BPI, en une heure.
      Bravo pour la transparence et le respect de la règlementation des appels d’offres de l’état.


    • Leo Le Sage 4 septembre 2012 03:25

      @Par bigglop (xxx.xxx.xxx.240) 4 septembre 01:35
      Tiens vous ne nous parlez plus de Jorion ? smiley smiley smiley smiley
      Hier vous en êtiez pourtant si fier dites moi... smiley smiley
      Il n’est plus valable ? smiley

      Je vous recite : « il [P. Jorion] n’en est pas moins un observateur très critique »
      (Je vous ai répondu vous avez dû lire ma réponse n’est-ce pas ?)

      Vous dites : « Banque Publique d’Investissement : » [...]
      Source:lien ?

      Vous dites : "Pourquoi donc Dame Merkel s’oppose, dans le cadre d’une Union Bancaire, au contrôle par la BCE, notamment de ses banques régionales, ses mutuelles, ses caisses d’épargne qui financent les PME et PMI ? Y aurait-il quelque chose de pourri dans le royaume, comme des produits dérivés de financement bien pourris ?« [...]
      Dame Merkel a une politique claire : pas de dépendance envers la BCE.
      Vous savez ces allemands qui sont réfractaire à toute idée d’inflation...

      L’article de l’enfoiré est de meilleure facture par rapport à celui d’Olivier...

      @Par Soi même (xxx.xxx.xxx.146) 3 septembre 10:30
      Vous dites : »Cela me fait pensé à cette affaire scandaleuse d’abattage qui fait rage aux États Unis, il y a un parallèle de traitement avec cette incompétence chromique d’accordé à nos hommes politiques eux seules ont la compétence et le pouvoir de résoudre les problèmes qui ont générés« [...]
      1/ Olivier dira que votre français est apporximatif...
      En tout cas ce n’est pas du français. Passons.

      2/ Olivier dirait aussi que vous êtes hors sujet, ce qui est le cas...
      Ce n’est même pas du nucléaire...

      3/ Dites si vous êtes meilleurs qu’eux n’hésitez pas à prendre leur place. smiley
      C’est cela l’honnêteté intellectuelle...

      @Par Marc JUTIER (xxx.xxx.xxx.214) 3 septembre 14:03
      Vous dites : »il existe une solution, soutenue par d’éminents économistes dont Maurice Allais, prix Nobel d’économie. Cette solution, c’est que les État soit souverains en terme monétaire et contrôle la totalité de l’émission monétaire sur leur territoire" [...]
      Ce n’est pas la première solution qu’il a proposé...
      Un économiste est-il un scientifique ?

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 septembre 2012 06:45

      bigglop

      il est vrai que j’aurais pu me limiter à évoquer un seul problème, mais tout n’est-il pas lié ?
      les activités frauduleuses des banques, les actions de l’état, la position de celui ci vis a vis des grands patrons, de l’écart inacceptable entre gros et petits salaires.
      bien sur, j’aurais pu entrer encore plus dans les détails, mais en montrant les liens entre tous ces problèmes, j’espère avoir fait avancer la compréhension de tous.
      sinon, tu as du te marrer à lire les explications laborieuses de l’autre illuminé ?
      merci de ne pas lui avoir répondu, il finira bien par aller voir ailleurs si on y est.
       smiley

    • bigglop bigglop 4 septembre 2012 17:06

      Bonjour @Olivier,

      Dans mon commentaire, je voulais simplement dire qu’il aurait été préférable de faire une suite d’articles comme « fraude, évasion fiscale, paradis fiscaux », « finances internationales, européennes, FED, BoE, BCE, et banques privées (glass-steagall act, banque universelle, banques alternatives) »,
      « Construction Européenne : analyse des traités, leurs conséquences et directives, règlements européens, MES, TSCG, Six et Two Packs, PSC » en proposant des liens de renvoi entre articles.

      Je suis conscient de l’importance du travail de recherche, de collecte des données, d’analyse que cela nécessite et du temps à y consacrer, même si d’autres ont déjà proposé des contributions.

      Amicalement, qui trop embrasse, mal étreint.

      Concernant le « Bavard », il sera très certainement furieux d’apprendre que mon commentaire sur la BPI / Médiapart (du 3 août) est un résumé d’une intervention faite par un participant au blog de Paul Jorion.
      (je ne suis pas abonné à Médiapart)

      Bon courage Olivier


    • bigglop bigglop 4 septembre 2012 17:55

      En complément d’un nouveau Glass-Steagall, dont la l’efficacité, dans l’environnement financier actuel, serait limitée sans une nouvelle règlementation des activités financières et même un nouveau Bretton-Woods pour créer un Bancor.

      En réfléchissant sur les structures juridiques, je me suis surpris à penser, pour toutes les activités financières, à la forme juridique de la société en commandite par actions qui distingue deux catégories d’associés :
      - les associés commandités : commerçants, ils sont responsables solidairement et indéfiniment des dettes de la société sur leurs biens propres.
      - les associés commanditaires : apporteurs en capital, leur responsabilité est limitée à leur apport, sauf à apporter la preuve d’avoir été des dirigeants de fait, des commandités occultes ou avoir effectué des actes relevant des compétences d’un commandité, par exemple.

      Je ne pense pas qu’il y aurait beaucoup de volontaires

      Toutes les propositions, solutions qui nous sont soumises refusent de sortir du cadre, cad de l’idéologie libérale, néolibérale, or c’est ce cadre qui nous tue.

      Ainsi, je partage le message de Frédéric Lordon sur la « saisie » des banques après leur faillite et créer une Banque Publique Citoyenne pour une transition économique et écologique


    • Leo Le Sage 3 septembre 2012 11:00

      @AUTEUR/olivier cabanel
      Vous dites : « A-t-il toujours l’intention de s’en prendre à ceux qui s’octroient des bonus mirifiques ? » [...]
      Et vous qu’en pensez vous ? Doit-il s’en prendre à ceux qui ont un bonus mirifique ? Hmm ?

      Vous dites : « face au 50 milliards d’euros vraisemblablement encore planqués dans les paradis fiscaux » [...] smiley
      Encore entrain de tromper son monde hein Olivier !

      « Le chiffre de 50 milliards d’euros circule mais il comprend la fraude à la TVA et aux prélèvements sociaux » [...]
      (source d’Olivier : eric-woerth-paradis-fiscaux - leJDD.fr)

      Vous dites : "Alors sans attendre des lendemains qui chantent, des citoyens prônent d’autres solutions, tel Charles Eisenstein, qui dans le film « Sacred Economics », de Ian MacKenzie, montre comment s’est construit l’aliénation au capitalisme, et de quelle manière nous pourrions aller vers une transition citoyenne, écologique, dans le respect d’une économie durable« [...]
      Vous n’avez pas d’autres solutions ?
      Par ce que si vous n’en avez pas d’autres vous me donnez l’impression que vous êtes contre le capitalisme...
      Pour quelqu’un qui a voté socialiste je suis dubitatif...

      Vous dites : »L’exemple espagnol est caractéristique de ce qui pourrait se passer en France" [...]
      Pure spéculation...
      Nous ne savons rien !

      Vous dites : « l’Espagne devra rembourser un prêt de 28 milliards, alors que le Trésor n’a que 30 milliards dans ses caisses » [...]
      Et çà prétend connaître...
      Comme si les prêts ne sont pas négociables... comme si l’Etat ne pouvait pas faire d’autres emprunts pour rembourser, etc...
      On peut même avoir une trésorerie zéro et être capable de rembourser...

      Vous dites : "le patronat pratique le chantage, faisant valoir que si l’on ne lui réduit pas le cout du travail, il sera tenté de délocaliser afin de profiter de la main d’œuvre moins chère, quitte à abandonner les ouvriers de son pays« [...]
      N’importe quoi.
      La plupart ne s’en iront pas...

      Vous dites : »au titre de PDG de Nissan, le patron le mieux payé au Japon avec près de 10 millions d’euros« [...]
      En quoi je me sens concerné par son salaire au Japon ? Vous êtes jaloux ?
      Il est 14è alors qu’il travaille dans une grande entreprise...
       »Attribution de stock-options en 2011 : non" [...]
      (source : 14e, Carlos Ghosn, Renault : 2,9 millions € en 2011 - Salaires patrons - Journal du Net Economie)
      Il est de combien son stock option de 2012 ? smiley

      Vous dites : « Pourtant, il semble que l’idée ne l’ait pas visité de baisser plutôt son salaire… » [...]  smiley (? ??)
      Quel est le sens de cette phrase ?
      Pourquoi voulez vous qu’il baisse son salaire alors qu’aux USA ont paye un patron à son niveau dans les 10 millions ... ?

      Vous dites : « L’Espagne est au-delà des 7%, ce qui la ferme aux marchés financiers » [...]
      Encore des affabulations Olivier.
      L’Espagne n’est pas encore à 7% il est à 6,5%...
      « le taux à 10 ans espagnol » [...]« montait à 6,478% » [...]
      (source : AFP : Tension des taux d’emprunt espagnols et italiens sur le marché de la dette)

      Vous dites : « Mais refuser n’est-il pas plus productif que de s’abstenir ? » [...]
      Expliquez nous çà comment la France peut changer d’avis quand bon lui semble...
      Expliquez nous çà comment il peut honorer sa signature si on vous suivait dans votre délire...
      J’aimerais vous voir à la place de F. Hollande tiens... smiley

      Vous dites : « Son contenu [TCE] est quasi illisible » [...]

      Pour vous sûrement... smiley

      Vous dites : « Comme dit mon vieil ami africain : « il ne faut pas avoir peur des chevaux sous le capot, mais de l’âne derrière le volant » » [...]
      Vous êtes sûr que c’est un africain parce que l’autre fois c’était un dicton indien que vous avez cru venir d’un africain...
      Précisez de qui c’est...

      Mon avis
      Encore un de ces articles avec toujours le même problème : non fiabilité des sources !
      C’est curieux que sur le « glass-steagall » vous êtes incapable de trouver des liens autre que solidarité et progrès.
      Il y a toute une littérature sur le sujet... y compris sur agoravox ...
      Vous n’êtes plus trop socialiste ? Vous avez changé de camp...
      Hollande va se sentir très seul sans Olivier... l’expert ès anti-nucléaire...

      Quel est votre point de vue sur ce « glass-steagall » ?

      Votre article un peu décousu m’a laissé sur ma faim...
      J’avais espéré un miracle, mais rien n’y a fait.
      L’article de l’enfoiré sur les banques est nettement de meilleure facture...
      Je ne vous donne plus le lien vous savez où il crèche... smiley
      NB : J’ai remarqué que lorsque vous frappez un peu fort contre quelqu’un c’est qu’il a de la matière à proposer...
      dede, Marco, L’enfoiré, Leo Le Sage [oops c’est moi smiley], ...

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • Soi même Soi même 3 septembre 2012 11:08

        @ Leo Le Sage, toujours au raz des pâquerettes ! Oh moins on est avertie, c’est pas de toi que l’on peut attendre un trait humanisme !


      • Leo Le Sage 3 septembre 2012 11:13

        @Par Soi même (xxx.xxx.xxx.146) 3 septembre 11:08
        Vous dites : "Leo Le Sage, toujours au raz des pâquerettes ! Oh moins on est avertie, c’est pas de toi que l’on peut attendre un trait humanisme !" [...]
        Avant d’affirmer que quelqu’un est au raz des paquerette faut-il encore être capable de le lui prouver ?
        Ensuite, il faut aussi démontrer que ce que j’ai écrit est totalement faux car être au raz des paquerettes sous entend que tout est faux.
        Ce qui est impossible à démontrer dans mon intervention n’est-ce pas ?
        (Pas mal de choses sont exacts)

        Vous vous y connaissez un peu en système financier ?
        Les bonus ? Les emprunts ? Les dettes ?
        Suis curieux de voir çà... smiley

         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2012 13:05

        L’argent mon sujet favori. smiley

        On ne va tout de même pas faire chercher le pauv’Olivier.
        « Et il fait toujours tourner et courir le monde »
        Les banques leur dépositaires.
        Encore un article polémique.... smiley

      • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2012 13:08

        Mais comme Olivier, aime me lire je vais lui ajouter « Le monétarisme vaudou ». 

        Il aura en plus des photos pour ses bonnes oeuvres.

      • Leo Le Sage 3 septembre 2012 13:16

        @Par L’enfoiré (xxx.xxx.xxx.41) 3 septembre 13:05
        Vous dites : « L’argent mon sujet favori » [...]
        Aïe... smiley
        Ne pas me taper trop fort, pitié...

        Vous dites dans votre article : « Curieux, se dirait-on. L’anthropologie mènerait-elle à l’argent ? » [...]
         smiley smiley smiley smiley
        A qui le dites vous...
        J’aime votre intervention pertinente sur Paul Jorion.
        Tiens hier notre Olivier l’incapable se faisait une joie de prétendre que ma critique sur Jorion n’est pas valable.
        Le pauvre, s’il savait...
        Vous croyez qu’il a même un peu compris...

        Excellent votre article...
        Hélas je ne vous connais que depuis peu...
        Ce n’est pas juste smiley

        Olivier est un vrai sagouin, il m’a caché votre existence !
        Encore une autre forme de lâcheté ?
        En tout cas c’est une omission de la vérité, que dis-je une soustraction de témoin...

        Thanks, stay tuned bro...

        PS : vous pensez qu’il ne doit pas chercher votre article ?
        Il ne faut pas lui donner tout, on va finir par vous accuser de l’empoisonner...
        just sayin’
         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 13:25

        l’enfoiré

        tout ne serait-il que prétexte à envoyer le lecteur sur ton blog ?
        inquiétant.
         smiley

      • Ni naïf Ni Crédule dede 3 septembre 2012 14:22

        Comme Sortir du nucléaire qui renvois au votre, d’article :  http://observ.nucleaire.free.fr/rev-presse-2012-08-4.htm

         smiley 


      • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 14:33

        dede

        vous avez écrit quelque chose ?
         smiley

      • Ni naïf Ni Crédule dede 3 septembre 2012 14:36

        ahahah, la bonne blague....Faites ce que je dis, pas ce que je fais !


        Vous êtres un pitre, et les pitres ça me fais marrer. Continuez !!!
         smiley  smiley  smiley

      • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2012 14:46

        T’inquiète pas, je sais quand tu y viens. smiley

        Mais toi, tu n’y vois que du feu sur AV.

      • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 15:01

        dede

        meme sans votre nez rouge, vous faites fausse route, comme d’hab
         smiley

      • Ni naïf Ni Crédule dede 3 septembre 2012 15:29

        Vous auriez pu mettre le votre de nez rouge !


      • Leo Le Sage 4 septembre 2012 09:12

        @Par Soi même
        Qu’est ce que vous connaissez de l’humanisme par rapport à moi [c’est votre sous entendu] objectivement ?
        Pas grand chose je pense...

        Ce qui est passionnant chez Olivier c’est que ce sont les commentaires insipides comme les votres qui sont en haut de gondole... smiley

         

        Leo Le Sage


      • Romain Desbois 3 septembre 2012 11:07

        Salut Olivier

        Il y a et ce bien avant la crise, une coopérative financière qui a comme exigence de ne pas spéculer, de ne pas prêter aux marchands d’armes, aux mafias, etc... qui a vocation à ne prêter que pour des projets à vocation sociale ou écologique, c’est LA NEF

        Tant que nous soutiendrons ces banksters en ayant des comptes chez eux, on ne pourra espérer que ça change. Au moins un minimum serait de ne pas cautionner par notre complicité aussi passive qu’active.


        • Leo Le Sage 3 septembre 2012 11:16

          @Par Romain Desbois (xxx.xxx.xxx.43) 3 septembre 11:07
          Vous dites : "Tant que nous soutiendrons ces banksters en ayant des comptes chez eux, on ne pourra espérer que ça change. Au moins un minimum serait de ne pas cautionner par notre complicité aussi passive qu’active" [...] smiley
          Et comment concrètement on se passe des banques ?
          Parce que cela intéresse pas mal de monde je pense, moi compris...

          Vous êtes membre de cette NEF ?
          Pouvez vous nous en dire plus à titre personnel ?

           
          Cordialement

          Leo Le Sage
          (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 12:58

          Romain

          bien sur La Nef, et pas seulement.
          je pense que pour s’en sortir, il faudrait faire mieux.
          séparer les banques de credit et les banques spécultatives, 
          controler leur fonctionnement,
          c’est ce que permettrait la loi « steagall »
          il semble que ce ne soit plus à l’ordre du jour,
          il faudrait aussi s’attaquer aux évadés fiscaux,
          la aussi, il semble qu’il n’en soit plus vraiment question,
          s’attaquer aussi à l’échelle des salaires : hollande évoquait une échelle de 1 à 30...
          pas sur que ce soit aujourd’hui d’actualité.
          attendons la suite
           smiley

        • Romain Desbois 3 septembre 2012 13:17

          Bien sur Olivier que ce n’est pas la martingale mais si la nef avait les trois millions de clients (c’est l’ordre de grandeur) du Crédit Lyonnais, les choses changeraient d’office.
          Car une banque qui n’a plus de clients n’existe plus.
          L’encours (les comptes des particuliers) comptent énormément pour une banque, c’est entre autre ce qui lui permet d’emprunter à la BCE.

          Et puis si les gens ne veulent pas que sa banque mélange les dépôts et la spéculation, libres à eux d’en changer pour une qui ne fait que des dépôts.

          Il faut que les gens cessent d’attendre que les élus agissent mais qu’ils fassent leur part de colibri
          Ne serait-ce que pour être en cohérence avec leurs idées.

          C’est comme pour le renouvelable, ca ne changera pas tout disent certains, pas suffisants disent d’autres. Et du coup on ne fait rien.
          Faisons d’abord ce qui est possible de faire ! et je suis convaincu que ca permettra d’accéder à ce qui n’est encore perceptible.


        • fanc 3 septembre 2012 13:25

          J’ai cru comprendre que la NEF ne permettait que de faire des emprunts et des dépôts (rémunérés en fonction de la durée d’engagement), pas d’avoir son propre compte courant.
          C’est à dire pas de carte bleue.

          Je me trompe ?


        • Nums Nums 3 septembre 2012 14:35

          Bonjour fanc,


          Vous pouvez emprunter ET disposer d’un compte courant. Ce dernier étant géré par le crédit coopératif auquel est rattachée la NEF.

        • Romain Desbois 3 septembre 2012 14:54

          non non vous pouvez ouvrir un compte NEF (géré par le crédit coopératif pour l’instant)


        • fanc 3 septembre 2012 19:26

          Ca peut etre interessant.

          Et ce crédit coopératif pratique également la politique des agios à 20%, plus minimum forfaitaire à 8€ comme dans à peu près toutes les banques ?


        • lambda 3 septembre 2012 11:08

          Les états européens sont en bien mauvaise posture pour tenter de faire « sauter la Banque » à partir du moment où les Banques Centrales ont gagées leurs réserves d’or près du FMI pour garantir les prêts de la BCE aux banques

          Notre souveraineté nationale est en lambeaux et nous n’avons plus de souveraineté financière depuis la loi Pompidou Giscard de 1973

          Vous aurez remarqué que Rotshild s’occupe des PME en France (donc pas besoin de Glass steagall sans doute ! ! ) en mettant en place ce mois ci un fonds d’investissements d’aides aux entreprises qui vont tomber dans les bras de la Haute finance qui contrôle déjà tout

          http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/reuters-00460630-rothschild-va-lancer-un-fonds-pour-le-financement-des-pme-353829.php

           

           

           


          • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 13:08

            lambda

            Giscard, ce chantre du nucléaire, tueur d’éléphants, et séducteurs d’impératrices noires, (ce qui lui a coûté son élection) a fait beaucoup de mal au pays,
            il continue d’ailleurs son sale boulot, puisqu’il est à la tête du lobbying anti éolien.
            bon, il est probable que le temps qui passe résoudra en partie tout ça.
            mais d’autres prendront le relais.
            il faut tout de même garder l’espoir.
             smiley

          • Romain Desbois 3 septembre 2012 13:20

            on lui attribue l’invention de la TVA et la rédaction du TCE aussi.

            Le (seul ?) truc bien qu’il a fait c’est passer la majorité de 21 à 18 ans


          • mrdawson 3 septembre 2012 11:15

            « Les français seront-ils encore une fois les dindons de la farce ? »

            Les français resteront des dindons tant qu’ils continueront à se plaindre des « banksters » tout en disposant de comptes chèques/crédits à la société générale, bnp paribas, hsbc, crédit agricole etc. et toute cette liste de banques nauséeuses.


            • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2012 13:12

              mrdawson

              bien sur, mais garder l’argent qu’ils ont sous un matelas, ou dans une armoire, n’est pas une solution idéale.
               smiley
              une loi qui permettrait de faire le ménage dans les banques serait, à mon avis, plus performante.
              non ?

            • mrdawson 3 septembre 2012 13:17

              J’aurais plutot tendance à rejoindre Romain Desbois dans son propos : il existe aujourd’hui des banques (telles que la NEF ou le crédit coopératif) dont l’utilisation des fonds obéit à une charte assez claire et rendue publique.
              Toutes les banques ne se valent pas et il est important pour tout citoyen un minimum concerné par ce qu’il se passe actuellement dans le monde économique d’envisager de lacher ces voleurs.


            • Romain Desbois 3 septembre 2012 13:29

              Et j’ai constaté que beaucoup de gens sont convaincus de choses fausses (inculquées peut-être par les banksters eux mêmes).

              - Avoir un compte bancaire n’est pas obligatoire.
              - On peut changer de banque même quand on a un crédit en cours.

              une association contre les abus bancaires , l’AFUB fournit de précieuses informations.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès