Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les milliardaires philantropes et l’impôt

Les milliardaires philantropes et l’impôt

Quarante milliardaires américains ont annoncé, à l’initiative de Warren Buffet et de Bill Gates, leur intention de donner plus de la moitié de leur fortune à des œuvres caritatives et/ou philanthropiques. L’initiative s’appelle « The Giving Pledge » (http://givingpledge.org/), littéralement l’engagement à donner et s’inscrit dans la grande tradition philanthropique américaine.

 C’est une bonne nouvelle bien qu’elle ne soit sans doute pas exempte d’arrière-pensées pour un certains nombre de signataires (à ce stade il ne s’agit pas d’un engagement légal mais « moral », cela fait de la « bonne » publicité, les avantages fiscaux pour ce type d’opérations aux USA sont très importants).

Au-delà de l’aspect factuel que représentent des dizaines de milliards de dollars de dons pour de bonnes causes cette annonce pose un certain nombre de questions intéressantes dans le contexte de crise économique que nous connaissons depuis 2008 et plus précisément, par un détour inattendu, sur le rôle de l’Etat et de l’impôt.

Du profit au don

Lorsque l’on regarde la liste des donateurs potentiels ce sont essentiellement des « self made men » ; peu d’héritiers dans la liste mais une grande majorité de gens qui ont bâti d’immenses fortunes en une génération en créant leur entreprise, ou en jonglant avec des produits financiers.

A ce titre la figure de Bill Gates est emblématique ; il crée Microsoft en 1975 et devient en une vingtaine d’années l’un des hommes les plus riches du monde. Cette richesse est bâtie sur la valorisation des parts de Microsoft que détient Bill Gates. Cette valorisation est elle même assise sur les profits très confortables générés par Microsoft, profits rendus possibles par la situation de quasi-monopole de Microsoft et des pratiques commerciales souvent très discutables. Pour simplifier Bill Gates devient très riche car Microsoft est capable de capter une part très importante de la valeur ajoutée, et ce au détriment des autres acteurs de la chaîne de valeur et notamment des clients finaux qui payent pour les produits Microsoft un prix sans lien avec les coûts de l’entreprise. La fortune de Bill Gates ce sont les quelques dollars que des centaines de millions d’individus ont accepté de payer au-delà d’un profit classique. Si Bill Gates a gagné beaucoup d’argent c’est que nous avons été prêts à le lui donner… en effet c’est la rapidité de sa constitution et le montant de la fortune de Bill Gates qui constituent une anomalie même dans un contexte d’économie capitaliste. Aussi d’une certaine façon en distribuant une grande partie de sa fortune Bill Gates ne fait donc que restituer ce qu’il a pris (et c’est tout à son honneur car nombreuses sont les personnes riches qui ne le font pas).

Dans le cas de Warren Buffet on peut même considérer que la fortune accumulée n’est pas le fruit d’une vraie création de richesse ; Warren Buffet est un investisseur très doué qui gère le fonds d’investissement Berkshire Hathaway. Il place – intelligemment – son argent et en retire les fruits. Là encore une forme de restitution à la société dans son ensemble paraît assez logique.

On peut enfin penser qu’un certain nombre des donateurs sont devenus très riches sans vraiment faire attention aux pratiques sociales de leurs entreprises ou à la « casse » créée par leur stratégie d’investissement. C’est l’aspect « pompier pyromane » de l’affaire. Au quotidien j’applique les règles d’un capitalisme brutal sans état d’âme, qui se traduit par des licenciements, de la souffrance au travail, voire parfois l’exploitation de certains, et après–coup j’œuvre pour le bien de la société. Dans ces cas on pourrait même voir un certain cynisme en action, dont George Soros – qui n’est pas sur la liste - est un parfait exemple.

Charité et solidarité

Les donateurs, quels qu’ils soient, sont évidemment libres de décider les causes qu’ils souhaitent servir ; elles relèvent de leurs choix, leurs idées, et parfois de leurs intérêts.

Mais rien ne garantit la pertinence de ces choix : il peut y avoir des effets de mode, des causes plus visibles que d’autres, des sensibilités personnelles… C’est normal mais sans doute pas optimal. Cela procède en effet d’une vision où la charité – initiative personnelle et discrétionnaire – remplace la solidarité – initiative collective et « contrainte » ou automatique. Or la solidarité a ceci d’intéressant qu’elle est censée se mettre au service des intérêts du plus grand nombre. Les arbitrages doivent se faire au nom de tous et sous le contrôle démocratique des citoyens qui élisent leurs représentants.

Prenons un exemple : imaginons qu’un des milliardaires de la liste décide de verser des centaines de millions de dollars pour soutenir des groupes anti-IVG. Ces groupes sont puissants aux USA et tout à fait légitimes. Qu’en dirait-on de ce côté de l’Atlantique ? Trouverait-on cette généreuse donation toujours aussi charmante ?

Les choix particuliers ont ceci de dangereux et de normal qu’ils sont particuliers, ils peuvent être pertinents, ou pas, mais en tout cas ils ne sont pas légitimes ; s’en remettre à eux au lieu de faire confiance aux choix collectifs – pas toujours pertinents non plus mais légitimes - est un grand risque. En outre en mettant un coup de projecteur sur certaines causes et en leur allouant des sommes considérables les grands donateurs peuvent créer une distorsion au détriment d’autres causes qui l’instant t peuvent être plus urgentes et concerner plus de monde.

En fait la philanthropie à grande échelle n’est que le pendant du lent démantèlement des politiques de solidarité publiques.. comme dans un grand effet de vases communicants. Elle participe de la grande privatisation du monde qui consiste à transférer la gestion des systèmes collectifs aux intérêts et aux profits privés. Car a contrario on pourrait penser que dans un monde utopique et idéal la philanthropie ne devrait pas exister car elle ne serait pas nécessaire.

Une solution simple : l’impôt

Depuis le début des années 80 un travail de sape a été entrepris par les tenants d’un capitalisme dérégulé pour délégitimer l’impôt. Une des raisons essentielles de ce travail est de favoriser les classes les plus aisées, et notamment les propriétaires du capital (argument qui ne sera évidemment jamais mis en avant par les partisans du système). En général pour justifier ce rejet de l’impôt « honni » deux types d’arguments sont utilisés :

- Les sophismes idéologiques : « il n’est pas normal que quelqu’un paye plus de x% d’impôt » (justification type du bouclier fiscal). On énonce une fausse vérité qui a pour elle la simplicité de l’évidence. Trop d’impôt c’est mal. Mais pourquoi ? Sur quels critères se base-t-on ? L’économie tourne-t-elle moins bien ? Pourquoi les taux d’imposition étaient plus élevés auparavant sans freiner l’activité ? Pourquoi mettre un plafond à 50% et pas 40 ou 60% (explication : 50% c’est la moitié, ça frappe les esprits) ?

Evidemment en passant ou oublie de préciser que l’impôt sert à payer des services collectifs dont nous bénéficions tous (l’école, la justice, la police…) et que l’argent collecté ne part pas dans un grand trou - ce qui ne dispense pas bien entendu de s’interroger sur l’utilisation de cet argent- disparaissant pour toujours dans les limbes du gaspillage…sans parler de l’effet redistributif de l’impôt qui a priori concerne les citoyens les plus défavorisés,

- L’absence de service rendu : un autre angle d’attaque est celui qui met en avant l’inefficacité des services publics et donc l’inutilité de nos impôts. Cet argument est plus gênant car très habile ; en effet en réduisant les impôts on diminue la capacité de l’Etat à financer des services de qualité...et donc on accroit la propension du citoyen à se demander à quoi servent ses impôts puisque visiblement ils ne sont pas bien utilisés.. on alimente ici un superbe cercle vicieux et à terme plus personne ne comprend l’utilité de s’acquitter de ses impôts d‘où l’imparable logique qui consiste à le supprimer…

Mais de façon paradoxale ce que nous dit l’initiative américaine c’est qu’au lieu de s’en remettre à la philanthropie de généreux milliardaires il suffirait de rétablir le rôle de l’impôt pour arriver au même effet et en mieux : d’abord en ayant de vrais impôts progressifs sur les revenus et surtout en ayant des impôts très élevés sur les successions importantes. En outre cela dynamiserait nos sociétés car rien de pire que des sociétés de rentiers où les positions sociales sont figées à la naissance. Ceci est incidemment à l’opposé des choix fiscaux effectués en France depuis quelques années.

Par exemple que se passerait-il pour Bill Gates et Warren Buffet si on taxait automatiquement à 90% leur patrimoine au-delà d’un milliard de dollars ; il ne se passerait rien…leurs enfants, les enfants de leurs enfants, les enfants des enfants de leurs enfants… ne connaitraient jamais aucun souci financier et en même temps la collectivité pourrait décider du meilleur usage de cet argent de façon plus transparente et s’assurerait automatiquement – car la philanthropie comme l’homme est aléatoire - des ressources très importantes.

Ici il ne s’agit en aucun cas de considérer que l’innovation, la création de richesses, ou le profit c’est mal, mais qu’au-delà de certains montants (un milliard de dollars ça laisse une marge) l’impôt devrait être une évidence.

Ainsi par un curieux détour les milliardaires américains nous disent que la meilleurs philanthropie c’est l’impôt.


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

165 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 2010 12:37

    1)
    Pertinence de l’usage des dons ?

    Il est réconfortant que des milliardaires fassent don de tout ou partie de leur fortune en faveur d’actions humanitaires.
    La question est : Quel type d’actions humanitaires ?
    La fondation de Bill Gates, indépendamment de certaines controverses, (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondat...)
    a pour "but d’apporter à la population mondiale des innovations en matière de santé et d’acquisition de connaissances" (Wikipedia).
    C’est bien.
    Mais, ne serait-il pas mieux si l’argent donné par Gates, et d’autres milliardaires, aidait la population mondiale à investir pour améliorer sa productivité, donc son niveau de vie et son pouvoir d’achat ce qui lui permettrait d’acheter les « innovations en matière de santé » ?
    Faute de procéder ainsi, les plus pauvres de la population mondiale ne pourront augmenter leur niveau de vie et demeureront contraints de « mendier » une assistance en matière de santé, entre autres...
    En résumé, ne vaut-il pas bien mieux lutter pour éradiquer les causes de la pauvreté plutôt que de se limiter à en atténuer les effets ?

    2)
    Pertinence de l’usage de l’impôt ?

    Cela fait près de 50 ans que les organisations nationales et internationales ont, dans leur grande sagesse et leur omniscience, investi (gaspillé ?) des centaines de milliards de Dollars ou d’Euros d’impôts pour lutter contre la pauvreté, la manultrition et la famine et pour lutter en faveur du développement (économique ?) des populations les plus défavorisées.
    Avec le résultat que chacun peut observer aujourd’hui, à loisir...


    • foufouille foufouille 12 août 2010 12:44

      ce sont les memes

      ils sont comme les psy qui gavent le patient de cachets sans resoudre le probleme

      si un village a pas d’eau, ca sert a presque de leur donner des bidons de flotte
      il vaut mieux, soit les deplaces soit amener l’eau


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 août 2010 14:00

      JPL,

      " En résumé, ne vaut-il pas bien mieux lutter pour éradiquer les causes de la pauvreté plutôt que de se limiter à en atténuer les effets ? " Et si la cause c’était eux ? En effet, ils ont réussi à échapper à l’impôt par des holdings et autres pirouettes acrobatiques et c’est le manque à gagner pour les Etats qui en résulte. Un exemple, le manque à gagner du à l’auréole est égal à 1000 milliards en vingt ans et la délocalisation concerne sept millions d’emplois.

      D’ailleurs, j’ai lu que quarante milliards suffisaient pour multiplier par deux les revenus d’un milliard d’humains les plus pauvres. Autre chose, la fondation BG a entrainé une vaccination de 55 millions d’enfants africains, c’est à dire, encore tout bénef pour le big pharma, celui qui, quand il fait peur, à la première fausse alerte, entraine immédiatement les politiques à cracher les milliards...


    • Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 12 août 2010 14:24

      La façon dont l’aide internationale est utilisée est effectivement une vraie question. Mais elle ne dispense pas de préférer des choix collectifs certains (impôts) à des choix individuels incertains (dons) pour collecter des fonds.
      Cordialement,

      CA


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 2010 20:15

      Par Lisa SION 2 (xxx.xxx.xxx.38) 12 août 14:00
      "En résumé, ne vaut-il pas bien mieux lutter pour éradiquer les causes de la pauvreté plutôt que de se limiter à en atténuer les effets ? "
      Et si la cause c’était eux ?
      En effet, ils ont réussi à échapper à l’impôt par des holdings...
      J-P LL :
      Les causes de la pauvreté d’un grand nombre d’habitants de la planète sont indépendantes des réductions d’impôts obtenues par les milliardaires. Dommage, d’ailleurs. En effet, il suffirait de ponctionner plus d’impôt sur les milliardaires et, par le jeu des vases communicants, les pauvres ne le seraient plus. Ce serait tellement plus facile et simple !

      D’ailleurs, j’ai lu que quarante milliards suffisaient pour multiplier par deux les revenus d’un milliard d’humains les plus pauvres.
      J-P LL :
      Je ne vois pas comment il serait possible de doubler le revenu annuel de ce milliard d’humains (qui serait de 40 annuel per capita) avec un « supplément » (don ?) de 40 (Euros, Dollars) annuels per capita (40 Dollars-Euros / 365 jours = 0,11Dollar-Euro par jour).

      Autre chose, la fondation BG a entrainé une vaccination de 55 millions d’enfants africains, c’est à dire, encore tout bénef pour le big pharma, celui qui, quand il fait peur, à la première fausse alerte, entraine immédiatement les politiques à cracher les milliards...
      J-P LL :
      Pourquoi considérez-vous que tout profit est illégitime ? En l’occurrence, la marge nette de l’industrie pharmaceutique a été payée par la fondation Gates et les enfants ont été vaccinés gratuitement. Gardez-vous de vouloir une économie à « marge nette nulle »...


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 2010 20:24

      Par Chem ASSAYAG (xxx.xxx.xxx.132) 12 août 14:24
      "La façon dont l’aide internationale est utilisée est effectivement une vraie question. Mais elle ne dispense pas de préférer des choix collectifs certains (impôts) à des choix individuels incertains (dons) pour collecter des fonds".
      Apparemment, pour vous, il est plus urgent d’accroître par l’impôt les fonds destinés à l’aide publique au développement, quand bien même ces fonds seront évaporés dans d’ineptes projets de développement, plutôt que d’élaborer une efficace stratégie d’aide au développement.
      Curieuse logique.


    • fonzibrain fonzibrain 12 août 2010 12:38

      si ces milliardaires donnent leur pognon


      c’est que quelque chose de super grave se prépare

      l’argent ne vaudrait il plus rien ?

      donner gratuitement quelquechose n’est pas naturel chez ces gens ;

      • robin 12 août 2010 13:27

        Plus prosaiquement il s’agit plus simplement d’une arnaque aux impôts de succession, on s’en apercevra quand on verra que les assoc qui bénéficieront des fonds appartiennent à des fils, filles, cousins , neuveux de.......lol !


      • anty 12 août 2010 13:48

        Pas des milliardaires sont des arabes du Moyen Orient grâce à la rente pétrolière

        donc pas self made man ...


      • anty 12 août 2010 15:05

        Pas mal......


      • Fourmi Agile Evrard 12 août 2010 18:32

        Non Fonzibrain, c’est pas que l’argent ne vaut plus rien. mais qu’à partir d’une certaine quantité d’argent, on en a trop et on ne sait plus quoi en faire.
        Que ferais tu avec 10 milliards de dollars ?
        * 5 milliards placés à 4% qui rapportent 200 millions par an.
        * 1 milliard pour acheter quelques superbes villas.
        * 1 milliard pour acheter un jet privé, un hélico privé.

        Et après ? Je fais quoi avec ce qui reste ?


      • kisssky kisssky 12 août 2010 19:27

        complètement d’accord , on donne pour les bonnes œuvres des sommes certes importantes dans certains cas, mais pas des dizaines de milliards comme ca sans que derrière se cache un sujet bien masqué qui soit annonce la fin évidente du dollars au profit d’une nouvelle monnaie mondial que seul le fmi à le savoir faire... avec leurs tirages spéciaux (surtout dans l’appauvrissement de masse en ce moment) ; et/ou dans la subvention de recherche géopolitique et geo-ingénierie dans le but de mettre en place d’autres projets beaucoup moins avouables comme la régulation de la population et son épuration qui leur amènerait sans nul doute un sentiment de « self bienfaisance » pour l’humanité et pour eux même donc (dsl mais j’y pense sérieusement et de plus en plus , suffit de lire ce qu’il faut....)
        Quelques centaines de millions seront sans doute donné pour de véritables causes , ca sera déjà de prit.
        De plus pourrait on savoir à qui appartiennent ces œuvres qui vont recevoir ses sommes montrueuses à gérer ?


      • Traroth Traroth 12 août 2010 13:34

        La charité est loin d’être une idée nouvelle. On est en pleine régression médiévale. Peut-être que Bill Gates va bientôt clamer qu’il guérit les écrouelles par imposition des mains ?

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Thaumaturgie#Rois_thaumaturges

        La solidarité est un progrès par rapport à la charité, en libérant les pauvres de l’arbitraire des puissants. On est en train de nous remettre sous leur joug, et personne ne se révolte !


        • _Ulysse_ _Ulysse_ 12 août 2010 13:59

          Il y a des chances effectivement que ces gens fassent d’une pierre deux-coups.

          1°) On redore son image et on aide un peu
          2°) On diminue ses impôts sur la succession pour donner plus à ses héritiers.

          Entièrement d’accord avec l’Auteur, si on remplace l’impôt par la charité, il n’y aura que quelques miettes.

          Ce qui signifie à terme plus d’état, plus de sécu, plus d’école public, ni d’université public etc .
          Plus d’infrastructure. Plus d’armée ? Plus de police, plus de justice ? Sauf que ça c’est le retour au moyen-âge.

          J’ai lu ce matin que la chine est proche de dépasser le japon en PIB.
          Va falloir se réveiller. Car si depuis l’affaiblissement de l’URSS depuis les années 70 nos hommes de pouvoir ne font plus de cadeaux à leurs administrés, la chine, l’inde et le brésil vont s’affirmer comme de nouvelles puissances et nous écraser et nos chers rentiers avec !

          La chine est une puissance impériale comme les états-unis. Remplacer l’un par l’autre nous apportera quoi ? Je rappelle quand même que les chinois pratiquent lépuration ethnique depuis toujours pour étendre leur empire. Ce ne sont pas des « gentils » comme on voudrais nous le faire croire !.


          • Rudolph 12 août 2010 14:51

            Je comprends que l’on ait peur de la Chine. Et si ils allaient être aussi pourris que l’ont été les occidentaux, en leur livrant une guerre de l’opium par exemple (qui se poursuit avec production massive en Afghanistan, un anglais a d’ailleurs été exécuté il y a peu sur leur sol avec plein de drogue sur lui) ?

            Si nous ne sommes pas capables d’éradiquer le cancer qui est chez nous (à savoir la city tout près, pour commencer), autant que l’avenir appartienne à l’Orient. Enfin, je serais vraiment surpris qu’ils nous égalent en matère de fourberie et manipulation. Les Chinois ne seront pas nécessairement à notre image quand ils domineront.
            Enfin, nous avons dévié du sujet de l’article.

            Ces enflures de milliardaires, s’ils voulaient vraiment faire un don, ils devraient le faire à leur Etat ! Si les élus de leur Etat sont des mauvais, donc que le peuple n’est plus représenté et qu’il ne soit même plus possible de faire un don à la société en passant par l’Etat, c’est encore un autre problème de fond.
            Mais on le sent bien que tout est lié, avec cette connivence de grosses fortunes de cartels industriels et pouvoir politique. C’est tjs les mêmes manigances que l’on finit par connaître par coeur ... On le sait qu’ils nous enflent. Ils vont avoir des super restos du coeur aux US c’est trop bien ! Vive le caritatif.


          • _Ulysse_ _Ulysse_ 12 août 2010 15:37

            Vous semblez maintenir l’espoir que les chinois seraient plus « doux », je crois vraiment que vous vous trompez !

            Ils sont très brutaux. Peut-être moins fourbes mais leur logique est toujours d’étendre le territoire chinois et de « remplaçer » les populations par des Han ethnie qui constitue 92% de la population actuelle en chine. Ils sont dans une logique raciale et contre toute forme d’assimilation.
            Cette logique de remplacement des populations se poursuit dans les provinces extérieures.
            En particulier le Xinjiang et aussi le tibet. Au Xinjiang, les chinois ont investit les villes avec l’armée et éjecté les populations à l’extérieur, ils amènent ensuite des femmes à leurs militaires sur place pour s’installer. Les « locaux » sont dans des camps et meurent à petit feux.
            Et, lorsqu’il y a une révolte, l’armée chinoise applique la règle du 50%, je te laisse trouver tout seul à quoi ca correspond.


          • sonearlia sonearlia 12 août 2010 14:12

            Ce sont juste que des promesses de dons soit de leur vivant, soit après leur décès, et les promesses n’engagent que ceux qui y croient.


            • liberta 12 août 2010 14:28

               Pour moi c’est clair : il y a deux buts :

              à terme , l’écroulement du système financier est imminent et de ce fait transférer la moitié de sa fortune en système caritatif est NE PAS PERDRE LA MAIN SUR LES POPULATIONS puisque l’échelle monétaire aura changée

              C’est remarquablement bien joué - les 40 demeureront les piliers du Nouvel Ordre Mondial
              ,,


              • foufouille foufouille 12 août 2010 15:15

                et la vente forcee de windaube ?
                vendu avec l’ordi durant longtemps


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 août 2010 16:33

                La vente forcée fonctionne uniquement dans les cas d’ un achat volontaire .
                On est libre d’ acheter .


              • foufouille foufouille 12 août 2010 18:24

                « La vente forcée fonctionne uniquement dans les cas d’ un achat volontaire .
                On est libre d’ acheter . »
                ben non le boulanger
                dis rocla, tu veut monter ton ordi toi meme ?
                tu as interet a t’y connaitre


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 août 2010 19:05

                Si d’ acheter un ordi me prenait la tête je m’ en passerais .
                Si le Gates a été malin de se faire de la thune , et si tu veux comme lui en faire , essaie d’ être malin .
                Je sais pas trop ce que la plupart ici ont inventé pour faire avancer le monde , moi je ne l’ ai pas fait avancer d’ un poil , mais je suis content de mon sort . Rien que par ce que je suis en bonne santé et que ma femme et mes enfants se portent bien .

                Reluquer dans l’ assiette du voisin c ’est pas mon truc .

                Des milliardaires il y en avait avant que je naisse et après ma mort il y en aura encore .

                Des mecs qui sont doués pour ceci ou pour celà ma foi pourquoi vouloir partager leur pognon alors qu’ il suffirait de partager leurs capacités .

                C ’ est d’ un nul de croire qu’ un type qui a réussi là où d’ autres échouent qu’ il faudrait lui piquer son oseille .

                Ou alors faut créer une dictature dans laquelle comme chez Hitler tout le monde marche au son de la zigmu militaire .

                Un monde de merde .


              • foufouille foufouille 12 août 2010 20:37

                pas malin rocla mais tordu
                il a ete jusqu’a parler de « djihad »


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 août 2010 20:41

                Ah voilà Foufouille qui se met à l’ argument  argumenté .... smiley


              • boris boris 14 août 2010 22:17

                Et le Rocla à l’argument aviné à deux balles, voila t ’il pas qu’il justifie les milliards de quelques zozos en avançant leurs capacités sois disantes supérieures.

                Tu devrais pas lacher la chopine, Pére la Boulange, ça t’éviterait de dires des énormités.


              • Eusèbe 15 août 2010 20:25

                >Reluquer dans l’ assiette du voisin c ’est pas mon truc .

                Cela n’a strictement rien à voir. Relisez l’article, il y est plutôt question de choix de société et donc de choix politiques à l’échelle d’un pays, pas des « petites jalousies dans le voisinage ».
                Favoriser une classe de rentiers ou le monde financier, cela se fait par des choix politiques : l’auteur explique que la « ploutophilantropie » résulte en fait de ces choix. 


              • ZEN ZEN 12 août 2010 14:48

                Le charity business a un bel avenir !
                On progresse... smiley


                • herbe herbe 12 août 2010 14:51

                  J’aurais aussi la même inclinaison que l’auteur à préférer l’impôt.

                  Mais au fond quel que soit le système qui est à l’origine de la collecte de fonds (qui sont souvent énormes) c’est encore plus la justesse et l’équité de leur utilisation qui compte plus que jamais.

                  Nous avons déjà vu hélas comme des associations et organisations peuvent détourner les collectes de dons (sans compter que certaines peuvent même avoir aussi un financement mixte)...

                   et nous avons vu aussi, toujours hélas, comment des pays peuvent mal utiliser les impôts (cela alimentant le cercle vicieux des riches comme des pauvres réticents alors à acquitter l’impôt, avec la perversité suprême que dans ce cas souvent seuls les riches ont les moyens d’y échapper ...)


                  • herbe herbe 12 août 2010 14:58

                    Et j’ajouterai malicieusement :

                    Eh agoravox ! c’est le moment pour faire passez le message aux généreux donateurs.
                    Soutenez la fondation agoravox !

                    Merci d’avance !


                  • JL JL 12 août 2010 14:59

                    « Mais au fond quel que soit le système qui est à l’origine de la collecte de fonds (qui sont souvent énormes) c’est encore plus la justesse et l’équité de leur utilisation qui compte plus que jamais » (Blé)

                    Il est certain que si ce sont les milliardaires qui vont décider de l’utilisation des fonds de charité, il ne faudra pas compter sur une utilisation équitable !

                    En somme, ça me rappelle cette blague :

                    « Un rabbin, un prêtre et un imam discutent. L’imam dit : »moi, les fonds que je collecte, je les donne aux pauvres« . Le curé dit : »moi je donne la moitié à dieu et le reste sert à restaurer l’église« . Le rabin dit  : »moi je jette tout en l’air, dieu se sert, et le reste c’est pour ma synagogue".

                    Les milliardaires se situent quelque part entre le curé et le rabin !


                  • herbe herbe 12 août 2010 16:24

                    JL,
                    merci pour l’illustration !

                    Mais vous l’avez remarqué aussi que si on passe à l’impôt (ce qui me plairait assez) certains (dont pas plus loin qu’ici) vont aussi se plaindre de l’usage de leur impôt.

                    on peut alors tenter d’utiliser le vote comme justement répondu, mais c’est un cercle vicieux puisqu’on sait aussi comment la démocratie se corrompt de nos jours (voir ploutocratie).

                    Connaissant la nature humaine (c’est donc la nôtre) il faudra donc concevoir des systèmes pour garantir l’équilibre, ça existe déjà pour équilibrer les conflits d’intérêts et éviter les filouteries type curé ou rabin. Tiens l’imam semble avoir le beau rôle dans l’histoire, il y aurait -il une subtilité ? (moi je me méfie : derrière des pauvres il y a souvent des riches qui ramassent ...) smiley en gros l’imam le dit mais va t-il le faire et sans entourloupe ?

                    C’est aussi la question qu’à juste titre les sceptiques posent aux philantropes.


                  • JL JL 12 août 2010 14:52

                    La mode est au « care » ! A quand le remplacement du mot « fraternité » par celui de « charité » dans notre devise nationale ? Sous Sarkozy on ne devrait pas dire « devise » mais « divise » !

                     smiley


                    • Michel DROUET Michel DROUET 12 août 2010 14:53

                      En France aussi, le système existe : des riches donnent des enveloppes à l’U.M.P...


                      • slipenfer 12 août 2010 14:54

                        On essai aussi de redorer son blason.et on prend une assurance télévisuel.
                        afin d’éviter qu ’un désespéré s’ en prenne physiquement a vous .
                        un exemple :LienLien2 ou un lynchage en règle par le peuple.
                        récemment un milliardaire c ’est fait copieusement insulté et pas avec le dos de cuillère.
                        dans un banal restaurent

                        et la question : donner a qui et pourquoi celui-ci ? (et pas moi) smiley


                        • herbe herbe 12 août 2010 15:03

                          c’est la question en effet !?

                          l’usage et la destination.

                          C’était déjà le problème pour le budget et la bonne utilisation des impôts aussi.

                          A ce petit jeux là d’ailleurs devinez qui reçoit les gros chèques du trésor, comme bénéficiares ???


                        • ZenZoe ZenZoe 12 août 2010 15:01

                          Beaucoup d’articles sur ce sujet en ce moment !
                          Avec la même inquiétude : que ces « donateurs » finissent par se substituer aux élus, que l’état disparaisse et soit remplacé par des sociétés privées. C’est une menace extrêmement importante pour la démocratie.

                          Pour moi, il s’agit avant tout pour ces donateurs d’étendre un pouvoir déjà bien grand. Ils manipulent déjà aisément le monde industriel et financier, leurs clients, leurs fournisseurs, leurs concurrents, leurs salariés, les consommateurs...
                          Il ne leur reste plus que le monde caritatif à dominer, soit les pauvres et les exclus du système financier, bref, tous ceux qui échappaient à leur contrôle jusqu’à présent.

                          On a beau dire que les USA ont une tradition philantropique, je reste sceptique.
                          Je dis oui au mécénat, la création d’un musée, une bourse pour de jeunes artistes, je dis oui à la construction d’une bibliothèque ou d’un hôpital dans la ville natale du donateur, aux investissements pour des créations d’entreprise. Tous ces projets sont louables.

                          Je suis extrêmement méfiante par contre pour des dons de très grande ampleur. Tout ce qui est démesuré doit être accueilli avec la plus grande circonspection d’ailleurs. Demesure => monopole => dictature.
                          Enfin, c’est comme ça que je vois les choses.


                          • liberta 12 août 2010 15:26

                            @ zenzoé
                            C’est exactement ce que je pense de cette info internationale visant à redorer l’image des élites qui

                             choisissent de se grouper avant la débâcle financière pour recentrer leur pouvoir sur les
                             
                            populations à travers le caritatif qui sera la nouvelle puissance de demain contrant la Solidarité

                            et la Démocratie

                            Tout cela fait partie d’un Programme où le Pouvoir doit rester dans les mêmes mains et ce choix

                             « charitable » laisse augurer un futur teinté d’esclavage



                             




                          • Tiberius Tiberius 12 août 2010 15:27

                            Ce que vous dites est stupidité révoltante  :

                            Vous écrivez : « imaginons qu’un des milliardaires de la liste décide de verser des centaines de millions de dollars pour soutenir des groupes anti-IVG. Qu’en dirait-on de ce côté de l’Atlantique ? »

                            Vous trouvez peut-être plus normal que ce soit l’état qui finance en France la construction de mosquée avec l’argent de NOS IMPÔTS, ceci sous prétexte que la communauté musulmane manque de lieux de prière ?! 

                            Eh bien désolé, mais moi j’aurais préféré que ce soit les donateurs musulmans qui financent les musulmans et les anti-IVG qui financent les anti-IVG, plutôt que ce soit mon pognon qui serve à financer CONTRE MA VOLONTÉ des religieux que j’ai en horreur.


                            • Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 12 août 2010 15:40


                              En démocratie vous pouvez considérer que l’usage de vos impôts n’est pas le bon...et vous avez un instrument pour changer ça : ça s’appelle le vote.


                            • samir 12 août 2010 15:42

                              Faux
                              Aucune mosquée n’est construite en France avec l’argent de l’etat

                              par contre les eglises sont entretenues avec l’argent public tu t’insurgerais contre cela ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès