• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Loi « Pompidou-Rothschild » : polémique entre Le Monde et Etienne (...)

Loi « Pompidou-Rothschild » : polémique entre Le Monde et Etienne Chouard

La loi dite Pompidou-Rothschild de 1973 a privatisé la création monétaire, privant l'Etat de son pouvoir de battre monnaie et l'obligeant à emprunter sur les marchés monétaires en payant des intérêts.

Or, d'après un article du Monde signé Alain Beitone, cette loi n'existe pas ; il y a simplement une rumeur d'extrème-droite qui court de blog en blog pour attribuer la responsabilité de la crise aux banquiers et, plus sournoisement, aux juifs (à cause de la présence du nom de Rothschild).

Etienne Chouard s'est fâché, et il a répondu point par point sur son blog, par un tableau en deux colonnes présentant d'un côté les allégations d'Alain Beltone et de l'autre sa réponse.

La thèse d'Alain Beltone est la suivante :

  • Il y a une "rumeur qui enfle" sur internet en particulier et qui attribue "tous nos maux économiques" à la "loi de 1973. 
  • "C'est l'extrème-droite qui est à l'origine du mouvement" (Alain Soral, Marine Le Pen en particulier)
  • " la lourde insistance sur les fonctions jadis exercées par G. Pompidou au sein de la banque Rothschild est loin d'être innocente" ; nous sommes devant une thèse "complotiste" et antisémite
  • ce discours a son correspondant aux États-Unis avec la campagne autour du livre de Eustace Mullins sur les secrets de la Réserve Fédérale, dont la création est attribuée à un complot de banquiers impulsé par…James de Rothschild. Mullins (décédé en 2010) était une figure marquante de l’extrême droite antisémite américaine
  • curieusement, la rumeur a gagné aussi l'extrème-gauche, mais sans ses sous-entendus antisémites
  • " Le fait que la loi de 1973 ait été abrogée en 1994 ne conduit apparemment pas ces innombrables blogueurs et autres auteurs de tracts à se poser la moindre question." 

D'une façon générale, le ton de l'article est très déplaisant, alliant des accusations d'antisémitisme gratuites à un mépris complet pour les tenants de la thèse adverse, présentés comme assez idiots pour ne pas se rendre compte qu'il n'y a plus de loi de 1973 depuis longtemps.

La réponse d'Etienne Chouard :

En préalable, on note les vives protestations d'Etienne Chouard, qui n'apprécie pas de voir ses thèses "naturalisées d'extrème droite" et qui s'indigne en ces termes de ces "objections calomnieuses"  :

"Remarque importante : chacun peut constater que l'assimilation systématique de toutes les dénonciations des divers complots bancaires à une idéologie d'extrême droite a comme EFFET indiscutable D'INTERDIRE TOUTE DÉNONCIATION d'un quelconque complot bancaire, FONDÉE OU PAS. Certains esprits libres trouvent la manœuvre un peu facile : la saloperie qu'est l'antisémitisme sert ainsi de bouclier formidable contre toutes les dénonciations, MÊMES FONDÉES. L'accusation systématique d'antisémitisme protège ainsi les banques les plus malhonnêtes. Ceci est UN FAIT. "

Etienne Chouard répond point par point aux objections du Monde :

  • la critique de la privatisation du pouvoir de création monétaire existait bien avant les récentes discussions sur les blogs ; Etienne Chouard y travaille depuis 2006 ; avant lui, de très grands économistes ont traité le sujet (André-Jacques Holbecq, Philippe Derudder, Maurice Allais) ; les premiers écrits de Maurice Allais contre le pouvoir de création monétaire des banques privées datent de…1946, dans Économie et Intérêt (p 273 et s. par ex.).
  •  la loi de 1973 ne fait que parachever une longue évolution, en accordant enfin le monopole de la création monétaire aux banques privées (par la confiscation totale à l'État de ce droit pour son propre usage). 
  • "Un livre écrit par un auteur devenu antisémite n'est pas automatiquement antisémite. En l'occurrence, le livre de Mullins n'est pas antisémite, pas du tout : c'est le travail d'une vie de recherche, autour d'un enjeu sociétal crucial, avec des preuves innombrables des faits allégués…"
  •  "L'affirmation que le Président de la République Pompidou a été préalablement le Directeur de la banque Rothschild correspond à UN FAIT, parfaitement incontestable."
  •  "L'affirmation que cette mesure est contraire à l'intérêt général (puisque tous les emprunts d'État sont devenus mécaniquement coûteux) et favorable à l'intérêt des banques privées (qui perçoivent précisément ces intérêts, et dont fait partie, à plus d'un titre, la banque Rothschild ellemême) est encore UN FAIT, parfaitement incontestable."
  •  "La constatation que la dette publique française s'est progressivement envolée depuis cette année 1973, et que la charge de cette dette s'est envolée dans le même mouvement, cette constatation est encore UN FAIT, parfaitement incontestable. " 
  • L'article 25 de la loi de 1973, bien que formellement abrogé, a été repris presque mot à mot à l'article 104 du traité de Maastricht ; ce remplacement a aggravé la situation en gravant le texte scélérat dans le marbre des traités et en empêchant le peuple français de l'abroger aisément, comme on peut abroger toute loi.

Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (110 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    



    • Kuota Kuota 31 décembre 2011 12:14

      Voici mon soutiens à Etienne Chouard

      Sans hésiter je soutiens la réflexion et l’argumentation contre la calomnie du journal le Monde


    • DSKprésident 2 janvier 2012 21:19

      L’ImMonde appartient aux banquiers, comme Rothschild etc... qui prélèvent chaque année 50 milliards sur la richesse créée par la France : merci Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarko...

      Beitone tapine pour le système et les banquiers...

      Estampiller d’extrême droite, de faciste, etc... tout ce qui dérange le système est une pratique courante du système dominateur sioniste.
       
      Etienne Chouard vent honnêtement de nous en faire la démonstration.


      Rappelons juste que ce système sionaziste contrôle les médias français et la politique française (sauf peut être le FN...).

      Ce système de propagande dictatoriale sioniste a mis la France sous sa dictature, sous la dictature des marchés financiers qu’ils dirigent, et sous la dictature de l’UE.

      Eteignez votre télé vous sauverez votre cerveau de la propagande sionaziste...
      Car avec le sionisme, en route vers le NOM et la 3eme guerre mondiale...


    • radio pou 31 décembre 2011 03:17

      Etudier l’économie lorsque l’on habite Marseille ! Il faut choisir entre

      • M.Chouard du Lycée Pagnol pour qui l’article 123 du traité de Lisbonne n’a plus de secret
      • et M. Beitone  du Lycée Thiers visiblement plus attaché à calomnier son œuvre.  
      Un « Monde » sépare ces deux hommes !


      • blh 31 décembre 2011 04:11

        L’antisémitisme est le bréviaire de nos élites bien pensantes dont les nombreux affidés n’ont de cesse de se réclamer. Une question simple par exemple sur l’immigration vous catapulte derechef chez les disciples de Adolf, alors qu’Israél hurle au crime pour les mêmes raisons chez lui.
        Si de telles lois n’existent pas, il est cependant facile de voir leurs effets au fil des années.
        On a aussi les mêmes réactions aux USA avec Lincoln et Johnson.


        • franck2012* 31 décembre 2011 12:41

          Bonne année quand même connasse !


        • papi 31 décembre 2011 15:49

          kerjean

           Je désapprouve personnellement toute forme d’insultes, mais dans ce cas vous avez des circonstances atténuantes, vu que le commentaire destiné à fusiller s’est retourné contre le peloton !! dont vous faites parti kerjean !! laissez moi quand même sourire !!


        • blh 1er janvier 2012 01:17

          Par contre, le fait qu’ en réformant les statuts de la Banque de France, l’État ne puisse plus “battre monnaie” pour se financer, ce qui permet aux banques privées de s’engraisser en encaissant les intérêts de la dette, ne vous gène pas beaucoup.
          Je vous souhaite l’année que vous méritez, Madame la moralisatrice de bistrot.( Et encore, on y entend souvent d’excellentes remarques).


        • DSKprésident 2 janvier 2012 20:28

          Bleuton Laurie a tout du discours sioniste, ces néo-facistes qui veulent casser les nationalismes pour imposer le Nouvel Ordre Mondial, par la force...

          Ou alors son cerveau est lavé par la propagande sioniste de la télé sioniste qu’elle regarde tous les jours.

          Attention : la télévision sioniste vous décervelle et vous empêche de voir ou se trouvent les nouveaux facistes...


        • papi 31 décembre 2011 09:44

          @ l auteur

          Sans rentrer dans des discussions partisanes, il faut simplement constater que le cadeau fait aux banques, représente à ce jour le montant de la dette de la France, alors assez de mots contournés et un peu de vision saine de la réalité..Vu comme cela on pourrait presque qualifier la dette Française «  » d’odieuse ..«  » et envoyer paitre les suceurs de sang..


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 31 décembre 2011 10:35

            Papi, je dois à la vérité de dire que Marine n’a pas jusqu’ici proposé de renier la dette comme « odieuse ».


            En tant que présidentiable sérieuse, elle a l’obligation d’être responsable. Le reniement de la dette provoquerait des remous à l’international (certains gros créanciers sont étrangers) ainsi que dans le système bancaire, dont l’économie réelle a besoin quoi qu’on dise.

            Jusqu’ici, Marine propose « seulement » de recouvrer notre souveraineté monétaire pour l’avenir, ce qui est déjà bien.

            Une bonne dévaluation du futur franc, et la probable disparition de l’euro si un grand pays comme la France en sort, devraient d’ailleurs suffire à alléger la dette en termes réels.

            Marine proposera un plan d’apurement de la dette vers la mi-janvier. J’ai oublié la date exacte.


          • papi 31 décembre 2011 11:31

            @ Chère Catherinne

            Ma dernière phrase n’était qu’une image , bien sûr, !! mais je ne renonce pas à qualifier les
            voyous coupables de suceurs de sang du peuple..


          • Croa Croa 31 décembre 2011 12:30

            Merci Catherine mais nous nous doutions déjà que Marine n’est pas une révolutionnaire smiley


          • sisyphe sisyphe 31 décembre 2011 13:53
            Par Catherine Segurane (xxx.xxx.xxx.243) 31 décembre 10:35

            Papi, je dois à la vérité de dire que Marine n’a pas jusqu’ici proposé de renier la dette comme « odieuse ».


            En tant que présidentiable sérieuse, elle a l’obligation d’être responsable. Le reniement de la dette provoquerait des remous à l’international

             smiley 

            Voila qui a le mérite d’être clair, et de montrer que, pour gagner une image de « sériosité », MLe Pen s’aligne sur tous les candidats potentiels à cette élection, en acceptant la dette comme légitime, donc en faisant le jeu des banksters , spéculateurs, et mafias financières ; surtout pas de remous.... smiley 
            MLe Pen = UMPS (comme elle dit) 

            Sinon, l’épouvantail antisémite aura décidément servi à justifier toutes les lois scélérates, la privatisation du monde, son asservissement aux « marchés » financiers, et la désinformation généralisée...

            Soutien, évidemment, total à Etienne Chouard 



          • cathy30 cathy30 31 décembre 2011 09:59

            Catherine
            Je ne savais absolument pas que la loi avait été reprise dans le traité de maastricht. C’est une bonne et mauvaise nouvelle.
            Je ne savais pas non plus que nous étions la plupart des français, antisémites !
            Quant à ce monsieur betoine, il boit trop d’eau fluorée, allez cours Forrest, cours.

            http://echelledejacob.blogspot.com/2011/12/fluor-tu-dors.html#more


            • Catherine Segurane Catherine Segurane 31 décembre 2011 10:29
              Cathy
              Cette loi a été abrogée en 1994 pour pouvoir être redéfinie dans le cadre du traité de Maastricht (article 104), et maintenant article 123 du TFUE (Traité modifié après l’adoption du traité de Lisbonne).
              De tels déplacements sont chose banale en droit.
              Le plus grave est qu’au passage la disposition issue de la loi de 1973 a grimpé dans la hiérarchie des normes juridiques. Gravée dans le marbre des traités, elle ne pourra être éliminées sans discussions musclées avec nos partenaires (musclées mais pas forcément impossibles ; parmi nos partenaires, il n’en manque pas qui voudraient eux aussi se débarrasser de ce hold-up légalisé).

            • franck2012* 31 décembre 2011 12:45

              Je suis désolé mais le marbre des traités c’est du pipeau .... comme le disait un commissaire européen :

              « le droit c’est comme la peau des couilles ça peut s’étirer dans tous les sens »

              Faites excuses !


            • Catherine Segurane Catherine Segurane 31 décembre 2011 12:58

              C’est clair que nos oligarques triturent les traités comme ils veulent, mais ils ne veulent jamais les triturer dans le sens qui rendrait du pouvoir d’achat aux salariés et assimilés.


            • franck2012* 31 décembre 2011 14:03

              Donc reprenons notre souveraineté monétaire et bancaire en votant des lois en ce sens, sans nous préoccuper de ce que pense Bruxelles . J’ai pas entendu dire que le personnel politique européen s’intéressait à ce que pensait les peuples européens.

              S’il faut en passer par un putsch juridique , nous en passerons par là. Les déclarations d’Attali qui avouent avoir rendu la ’ sortie ’ de l’Europe très pénible juridiquement nous informe dans une ultime provocation du déni démocratique opéré.

              Nous allons sortir cette année de l’Euro et revenir au Franc sitôt que le système français basé sur la consommation aura implosé avec la chute de la consommation de 15 % et l’explosion de la dette qui s’en suivra.

              Vous verrez qu’ils trouveront tous les accommodements juridiques à la France, pour ne pas apparaître tellement démuni.

              << Quand ils ne pourront plus cacher leur impuissance à avoir barre sur les événements, ils feindront d’en être les auteurs. >>


            • Scorsonère noire géante de Russie 31 décembre 2011 10:02

              (...)À se demander s’il n’y a pas un code secret entre les complices du racket, un code dans lequel « extrême droite » signifierait en réalité "ayant compris et dénonçant l’escroquerie(...) Dans le mille Etienne ! J’encourage chacun et chacune à consulter la réponse d’anthologie du professeur Chouard à cette obscure tentative de désinformation. 


              • mahatma mahatma 31 décembre 2011 11:18

                En tous cas chapeau pour la bassese de cette idée de diaboliser et « négationner » ainsi de cette facon cette loi qui a entrainée, ce que j’aime appeler la « dette Rotschild / Pompidou ».
                La dénonciation de cette loi existe depuis des années, bien avant que Marine ne l’aborde, Personne n’avait avancé cet argument que c’est une rumeur venant de l’extrême droite etc ...
                Pendant toutes ces années, je n’ai vu aucun homme politique de gauche ou de droite venir contredire ou même aborder ce sujet dans les médias, il a suffit que Soral puis Marine l’aborde pour qu’on l’étiquette ainsi ...
                Une preuve que cela dérange, il faut qu’au milieu d’un hold up monétaire et économique, c’est une idée qui fait désordre. Un jurnaliste aura t-il le courage de présenter ce fait et questionner le chef de l’état, « sauveur » en chef de l’économie mondiale, à ce sujet ? smiley

                il y a matière à lancer une big polémique à ce sujet juste avant les élections ....
                SI l’économie ne s’est pas écroulé d’ici là ...


                • Croa Croa 31 décembre 2011 12:39

                  Nous serions même en droit de penser si la reprise du constat sur la loi de 73 par le FN n’est pas stratégique, en quelque sorte comme un contre-feu !

                  D’ailleurs Catherine l’avoue presque : si Marine est élue, elle va tergiverser !


                • Catherine Segurane Catherine Segurane 31 décembre 2011 12:55

                  Non, elle ne va pas tergiverser.


                  Elle va négocier une sortie ordonnée de l’euro, rendre à la Banque de France son pouvoir d’émettre de la monnaie pour le pays, et rechercher une dévaluation sous une forme ou sous une autre (tout en indexant salaires et retraites ; le but n’est pas de spolier salariés et épargnants).

                  Mais, à priori, sans récuser la dette ancienne d’un trait de plume.

                  Faut lire ce qu’elle écrit avant de lui faire dire n’importe quoi.


                • papi 31 décembre 2011 14:58

                   et peut être abroger la loi 84-46 qui elle même avait abrogé la loi 45.15 du décembre 45 En bref revenir sur la décision de monsieur Delors qui avait donné le feu vert aux banques pour utiliser l’argent des épargnants pour spéculer encore plus ..


                • logan 31 décembre 2011 20:32

                  Le FN compte faire payer la dette illégitime aux citoyens. Ne vous laissez pas avoir par le discours du FN ils ne sont en rien en accord avec toutes les autres personnes qui dénoncent cette loi.


                • caramico 31 décembre 2011 11:52

                  On s’en fout qu’un journaleux pose cette question à Sarko, de toutes façons, il répondra à côté de la plaque.
                  La vérité ne dépends pas du bon vouloir de ces merdias, elle existe entre nous et prend de l’ampleur, nous connaissons nos adversaires alors qu’eux ne nous connaissent pas, c’est notre force, nous savons qui sont les menteurs et les traîtres.


                  • joelim joelim 31 décembre 2011 12:47

                    Preuve est donnée que le Monde est un journal collaborationniste.

                    Oui, au sens le plus abject du mot. 

                    Pas avec les nazis certes, mais avec ceux qui en cette triste époque leur ressemblent le plus. 

                    Du moins si on considère les actions réelles de ces maîtres financiers planétaires (ou oligarques), et pas seulement les intentions affichées de leurs sbires qui publient partout y compris dans ce torchon pro-1% qu’est le Monde.

                    Les intentions affichées (des sarkotypes qui promettent tout) ne font que fausser le problème, mais sont très utiles pour permettre une falsification de s’imposer. Seuls les faits sont solides. Leur deuxième outil est l’intention supposée et diabolisante. Le procès d’intention antisémite est le plus efficace. 

                    Si votre interlocuteur privilégie les intentions affichées et les procès intentions vous savez qu’il nage, en général pas innocemment (ou alors c’est un vrai con), dans la falsification éhontée.

                    • kot begemot kot begemot 2 janvier 2012 13:29

                      Le « Mond » appartien à Rothschild


                    • franck2012* 31 décembre 2011 12:58

                      On peut dire que Chouard dans sa réponse ( que je viens de lire ) a littéralement explosé Beitone .

                      _Ou Beitone ne connaissait pas le sujet et il est incompétent

                      _Ou plus grave il savait et désinformait ses lecteurs

                      Je pense que son accusation calomnieuse contre Chouard permet de choisir entre ces deux propositions.


                      • Croa Croa 31 décembre 2011 18:00

                        Oui mais l’audience du Monde est sans communes mesures avec celle de Chouard qui ne dispose que de l’internet via un petit réseau de convaincus smiley

                        La propagande officielle a encore de beaux jours devant elle.


                      • joelim joelim 31 décembre 2011 12:59

                        Or, d’après un article du Monde signé Alain Beitone, cette loi n’existe pas ; il y a simplement une rumeur d’extrème-droite qui court de blog en blog pour attribuer la responsabilité de la crise aux banquiers et, plus sournoisement, aux juifs (à cause de la présence du nom de Rothschild).

                        Le Monde devrait aller plus loin que la « dénonciation de cette abjection antisémite », en proposant par exemple un investissement national dans la production de fil de fer barbelé, afin que les non-adorateurs du Veau d’or qu’est la Dette et son Service, soient placés dans des lieux (réquisitionnés) à partir desquels ils ne pourront plus infecter de leurs idées simplistes (car trop factuelles smiley ) leurs compatriotes. Ça serait dans la continuité de leur logique, comme chez « conspis hors de nos villes » à qui j’ai conseillé la même chose ici.

                        • Giordano Bruno 31 décembre 2011 13:21

                          Une preuve de plus que ’Le Monde’ est un journal collabo.


                          • franck2012* 31 décembre 2011 14:06

                            A noter que les intervenants du forum de l’article de Beitone sur le site du Monde, l’étrillent !


                          • Scorsonère noire géante de Russie 31 décembre 2011 14:31

                            Forum qui plus est d’accès restreint aux abonnés du monde.fr, candidats volontaires à un lavage de cerveau à plus haute température pour 15e/mois. Ambiance...


                          • papi 31 décembre 2011 15:04

                            @ à bruno

                            Non je pense pas que le terme collabo soit le plus choisi , je pense simplement que l’ensemble de la presse obéi à une pensée unique que les propriétaires de ces mêmes journaux imposent à leur employés les journalistes , qui sont comme tous le monde à vivre de leurs salaires suspendus à la conformité de leurs articles, alors ils te répondront ces braves gens , plus tard, : « il fallait bien bouffer »


                          • Croa Croa 31 décembre 2011 18:08

                            à Papi,

                            C’est pareil !  Après la dernière guerre les journaux collabos (tous) ont eu des ennuis mais pas les ouvriers imprimeurs et en ce qui concerne les journalistes une différence avait été faite entre ceux qui faisaient du zèle et les autres...

                            En ce qui concerne notre époque oui, Monsieur Beitone est bien un collabo zélé qui veut faire carrière ! 


                          • Giordano Bruno 31 décembre 2011 20:34

                            Papi, on ne peut pas moralement accepter n’importe quel boulot pour bouffer. Je pense que si cette personne ne travaillait pas pour ce journal elle trouverait du travail ailleurs et ne serait pas SDF. Personnellement, je n’accepterais pas ce genre de travail, même très bien payé et j’imagine que nous sommes nombreux dans ce cas.


                          • blh 1er janvier 2012 01:27

                            Une recherche sur les proprio des principaux médias, papier ou télé-radio, permet de comprendre beaucoup de choses.



                            • Mor Aucon Mor Aucon 31 décembre 2011 18:07

                              Je partage votre point de vue sur les discours de Chouard. Je pense qu’il ne se rend pas compte de la stupidité de sa théorie et de sa récupération par les extrêmes fanatisées et racistes , tellement il est fasciné par la médiatisation dont il fait l’objet.


                            • blh 1er janvier 2012 01:35

                              Dette qui n’est QUE privée, pas comme chez nous. Le Japon, comme la Chine participent à soutenir l" Euro en achetant de nos dettes. Mais à terme, Chine-Japon et autres pays de ces régions vont très probablement s’organiser autour d’une monnaie commune basée sur le Yuan et le Yen.

                              Quant à l’Allemagne, elle se refuse à mettre en route la planche à billet, en connaissant tous les risques ( Weimar)


                            • kot begemot kot begemot 2 janvier 2012 13:46

                              « Chine-Japon et autres pays de ces régions vont très probablement s’organiser autour d’une monnaie commune basée sur le Yuan et le Yen », oui, c’est vraie qu’ ils n’utilisent plus ni dollar ni l’euro dans leur échanges avec la Russie


                            • intactsaphir 10 janvier 2012 07:46

                               c’ est de la théorie du complot niveau 0 en économie, digne de Chouard ..


                              Il faut juger par les faits réels. 

                              Cet article 25 anodin (4 lignes sur une des 2 colonnes de la page) de la loi de janvier 73 repris par Maastricht (104) et Lisbonne (123) est une bombe à retardement qui nous conduit à une dette en perpétuelle folie. Avec des remboursements d’intérêts qui dépassent l’entendement. C’est une copie de ce qui se pratique aux USA depuis que la FED n’est pas une banque publique mais privée..

                              C’est donc un complot. Et pour les 2 principaux acteurs-comploteurs 20 sur 20 puisqu’ils ont réussi à mettre dans leurs poches aussi bien des politiciens de droite comme de gauche !

                              MLP reprend à son compte ce fait non soufflé par son père (alors en politique bien avant 73 et susceptible de comprendre un article de loi ou alors incompétent ou ne souhaitant pas en parler) mais par le buzz grandissant sur la toile grâce à moults sites alertant les lecteurs de ce fait ou des personnes comme monsieur Hollebecq lequel en fait la démonstration économique dans un de ses livres pédagogiques ou bien harangant Giscard sur un de ses blogs.





                            • papi 31 décembre 2011 16:12

                              @ yeti 
                              tout ça pour dire quoi ?????????????????


                              • papi 31 décembre 2011 16:15

                                @ yeti

                                votre conclusion svp ..


                                • mac 31 décembre 2011 16:23

                                  @yéti
                                  Rose ou bleu, la plupart d’entre nous n’en n’ont plus rien à faire car beaucoup commencent à se rendre compte que la majorité de acteurs politiques depuis le départ du général de Gaulle se sont foutu de leur gueule et ont essentiellement oeuvré pour eux-mêmes ou pour leurs maîtres à savoir les multinationales et la haute finance.
                                  Donc pas la peine de restreinte tout ceci à un misérable débat gauche-droite (avec un ton qui vous décrédibilise plus qu’autre chose). Tout ceci est dépassé, il n’y a qu’à voir qui se pointe aux réunions du Bilderberg, trilatérale et autre siècle pour s’en rendre compte.
                                  Finalement l’idiot utile c’est peut-être vous en laissant se perpétuer ce vieux débat gauche-droite qui justement a trop longtemps occupé les discussion de café du commerce.


                                  • Sat is Fay 2 janvier 2012 19:19

                                    Bien dit ! encore un qui essaye de noyer le poisson avec son éternel clivage.
                                    Quant aux larbins journalistiques ça devient une habitude de tout saupoudrer avec la salière de l’antisémitisme et la poivrière de l’extrême droite pour décrédibiliser une vérité gênante.


                                  • DSKprésident 2 janvier 2012 21:34

                                    Mac a raison : le pseudo-clivage droite / gauche est bidon, car imposé par les maîtres banquiers du monde ou l’oligarchie financière qui oppresse tous les peuples d’occident.

                                    Quelle différence entre DSK, Sarko et Hollande : ultra-libéraux, mondialistes, ils bosseront pour leurs patrons : les banquiers qui les dirigent et les font élire via leur propagande médiatique (car ils tiennent les médias...).

                                    Le vrai clivage est : Mondialistes / Nationalistes.

                                    Le peuple comprend que le mondialisme envoie depuis 40 ans son boulot dans les pays à bas cout de production. Le mondialisme est l’affaire des financiers, de Goldman Sachs qui n’en a rien à foutre du peuple.

                                    Seul le Nationalisme peut défendre le peuple, comme le faisait de Gaulle, et comme le fond les non-alignés : Chavez, Hamadinedjad, POutine, El Assad, Khadafi...

                                    C’est d’ailleurs pour cette raison que le système de propagande mensongère de la télé sioniste les dénigrent systématiquement...

                                    « La violence est à la tyrannie ce que la propagande est à la démocratie ». WC


                                  • intactsaphir 10 janvier 2012 07:53

                                    Il me semble que d’autres clivages existent comme sionistes / antisionistes..


                                  • papi 31 décembre 2011 16:26

                                    @ yeti

                                    Puisque vous tardez à donner la votre , je me contenterai de la mienne et celle de plus de 20% ( voir beaucoup plus ) des Français..

                                    Vite Marine..


                                    • papi 31 décembre 2011 16:44

                                      @ Catherine

                                      UN peu en avance , permettez -moi ma chère Catherine de vous souhaiter un bon réveillon, en ayant une pensée commune pour tous nos compatriotes abandonnés par les politiques , et qui certainement n’auront qu’un triste soir de plus .. Fasse que la nouvelle année avec l’élection de Marine , redonne le sourire aux oubliés de la République..


                                      • Catherine Segurane Catherine Segurane 31 décembre 2011 16:47

                                        Merci Papi.


                                        Bon réveillon à vous et à votre famille.

                                        Et que 2012 soit l’année du renouvellement pour notre cher vieux pays, qui en a vu d’autre et qui n’est pas si facile à enterrer que certains le voudraient.


                                      • non667 31 décembre 2011 17:11

                                        beitone pour la loi de 1973 comme bush pour les armes de destruction massive MENTENT EFFRONTÉMENT .

                                        mais pour 2012 ? la loi de 73 ?

                                        sur le coup : le P.S . T’EST OU ? aux abonné absents !

                                        à hollande : je viens d’entendre tes vœux ! pas possible de faire plus vide ! smiley smiley

                                         


                                        • ddacoudre ddacoudre 31 décembre 2011 17:32

                                          bonjour catherine

                                          la loi de 73 met fin a là thésaurisation par les dépôts obligatoires dans une banque des rémunérations.une bonne initiative qui avec le temps se retourne contre nous, du fait de la modification de la loi qui fut abrogé et remplacé par celle  du 4 août 1993 no 93-980 modifiant le statut de la banque de France, et renvoyant de ce fait le pouvoir de création monétaire aux banques de deuxième rang qui ont été consolidés par nos dépôts.
                                          l’intégration de ce non sens monétariste dans les traités de l’union ont conduit aux difficultés des états qui doivent par la dette suppléer aux faiblesses et dogmes du marché et aux développements spéculatif..
                                          ddacoudre.over-blog.com .
                                          cordialement et bonne année.


                                          • Catherine Segurane Catherine Segurane 31 décembre 2011 17:38

                                            Bonne année, Ddàcoudre.


                                            Bonne année à tous.

                                          • blh 2 janvier 2012 02:35

                                            Bonne année et bonne santé, Catherine, à vous lire.
                                            Bonne année à tous bien sur.


                                          • kssard kssard 31 décembre 2011 17:41

                                            Non seulement, cette loi et cet article de loi existe bien, mais en plus cette loi a permis,a même année, en 1973 à Valéry Giscard d’Estaing d’émettre un grand Emprunt, dit « Emprunt Giscard »emprunt national à un taux d’intérêt de 7% qui sera particulièrement ruineux pour la France puisque pour 7,5 milliards de francs emprunté pour 15 ans, l’état dut rembourser (en intérêts et capital) plus de 90 milliards de francs".


                                            1973, marque bien l’emprunte des faillitaires de droite qui depuis ont toujours continué à servir les banques dont ils sont actionnaires et à ruiner l’Etat qu’ils abhorrent. 

                                            • Croa Croa 31 décembre 2011 18:25

                                              Oui, joli cadeau complémentaire !

                                              Histoire d’en rajouter et vu que nous ne sommes probablement pas encore assez dans la merde notre Sarkoléon d’aujourd’hui a voulu aussi offrir son grand emprunt  !

                                              Il n’en verra pas les conséquences mais aura fait plaisir à ses amis !

                                               smiley TOUS DES TRAITRES ! smiley


                                            • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 31 décembre 2011 18:17

                                              Bonsoir,

                                              Ce que nous pouvons dire en tant que collectif citoyen s’attachant à l’information et à la liberté en matière de vaccination, c’est que chaque fois que des questions pertinentes sont posées en la matière, on tente de les étouffer avec des accusations affligeantes de « conspirationnisme » ou autre. La panique des gens qui se sentent « dévoilés » dans leur malhonnêteté ne peut que les conduire à des tentatives malheureuses de déviation du débat en attaques personnelles. C’est ainsi que le Journal belge du Médecin avait injustement attaqué une des co-fondatrices d’Initiative Citoyenne en la traitant gratuitement de « pro-nazie » ou en encore en qualifiant un de nos avocats de « défenseur de la secte des anti-vaccins ». Ce genre d’attaques est en réalité très révélateur du degré de pertinence du débat ainsi posé, elles sont en fait proportionnelles au fondement et à la solidité des arguments contestés.

                                              Quant à la fiabilité des informations diffusées dans de grands médias, les exemples se multiplient pour démontrer qu’il ne faut pas se faire beaucoup d’illusions. Nous venons ainsi, pour notre part, de déposer plainte auprès du Conseil de Déontologie Journalistique (instance belge créée en 2009) suite à un article de l’hebdomadaire belge Le Vif L’Express intitulé très modestement « Tout sur les Vaccins », précisément parce que cet article est partial au point d’en être trompeur ce qui est donc, anti-déontologique par définition...

                                              Et ici encore, il s’agissait d’un déni d’une situation existante dérangeante, celles d’effets secondaires graves qui constituent également un FAIT avéré (au sens de ceux exposés par E. Chouard) mais qui sont pourtant assimilés nous citons à « une légende » dans un tel article d’une revue se prétendant pourtant « professionnelle ».


                                              • logan 31 décembre 2011 18:29

                                                L’extrême droite a bien tenté de récupérer cette histoire, et l’appellation de loi « pompidou-Rotchild » a bien pour paternité l’extrême droite. Il ne sert à rien de nier que du côté du FN et de Soral les gens partagent l’idée d’un complot sioniste et que mettre en avant le nom de Rotchild va dans leur sens. Il serait donc je pense naif de croire que ce choix de mettre en avant le nom de Rotchild est purement innocent.

                                                En réalité cette loi est une réforme de la banque de France et ne s’appelle pas « loi pompidou-rotchild » et objectivement il n’y a aucune preuve que Pompidou agissait pour le compte de Rotchild il est même bien plus probable qu’il agissait pour le compte d’une oligarchie et non d’un seul homme vu qu’il était président de la république, et donc non pas pour Rotchild en particulier. Pour ces raisons il n’y a aucune raison objective de donner à cette loi le faux nom de « Pompidou-Rotchild », d’autant plus que cela masque le fait que le ministre des finances à l’origine de cette loi était Valéry Giscard d’Estaing et que la mise en place de cette interdiction au niveau européen dans le traité de Maastricht est de la responsabilité d’encore plus de monde.

                                                Cela renforce donc les soupçons que donner ce nom à cette loi relève de la propagande d’extrême droite. Cela n’empêche absolument pas de dénoncer cette loi et tout ce qui en découle vu que c’est ce que fait la gauche justement ( qui n’a rien d’extrême ).

                                                A l’évidence Beitone se sert de tout cela pour essayer de discréditer tous ceux qui dénoncent cette loi. Hors un simple rappel chronologique démontre qu’il y a bien eu récupération par l’extrême droite courant 2009-2010 tandis que les premières dénonciations de cette loi ont eu lieu à partir de 2005 quand Etienne chouard et des internautes comme André Jacques Holbecq ont étudié le TCE en détail.
                                                Mais en même temps, tous ceux qui reprennent le nom de « loi Pompidou-Rotchild » sont aussi responsables de faire la propagande de l’extrême droite, peut-être sans le savoir.
                                                Donc cessons de reprendre les propos de Soral et de Marine Lepen et de faire le jeu de l’extrême droite, et aucun Beitone ne pourra essayer de nous discréditer, c’est simple.

                                                Parler de la réforme de la banque de France en 1973 est suffisant, et juste.


                                                • J. Halpern 31 décembre 2011 19:26

                                                  La question de la Loi de 1973 est subsidiaire ; c’est délibérément qu’A. Beitone oriente le débat sur ce détail. La question de fond qu’il essaie d’éviter est que la monnaie et le budget doivent être de la responsabilité de l’Etat,, seule instance démocratique habilitée à gérer et garantir les biens collectifs. La politique européenne est conçue pour désarmer les États - et c’est cela que Beitone ne veut pas voire.
                                                  Reprendre notre souveraineté monétaire n’est pas d’« extrême-droite » mais une revendication démocratique élémentaire. L’assimiler au FN est hélas le meilleur service qu’on pourrait rendre à M. Le Pen.

                                                  cf. ma propre réponse à Beitone : http://bloc-notesdejoelhalpern.hautetfort.com/archive/2011/12/30/alain-beitone-et-la-souverainete-monetaire.html


                                                • logan 31 décembre 2011 20:28

                                                  Je suis bien d’accord. Mais j’ai moi même alerté Etienne sur son blog et d’autres personnes sur Agoravox sur le fait qu’il ne fallait pas réemployer les mots du FN en parlant de loi Rotchild ou loi Pompidou-Rotchild, car c’était faire leur propagande et les aider dans leur entreprise de récupération ( ils prétendent eux même qu’ils sont les premiers à en avoir parlé, voir même les seuls et évidemment des gens sont assez gogos pour les croire ).

                                                  Et bien la preuve est fait, réemployer cette apellation c’est tendre le baton pour se faire battre, c’est aider nos ennemis dans leur entreprise de désinformation et de dénigrement, c’est une aubaine pour eux que le FN tente de récupérer ces questions car faire croire que ce sont des idées d’extrême droite est la meilleure façon pour eux de les diaboliser. On y est justement.

                                                  Donc je dis ça à l’auteur de l’article et aussi à Etienne Chouard, arrêtez de réutiliser les mots du FN et ce genre d’articles ne sera plus possible ... C’est simple.

                                                  Effectivement tu as raison, le fait que Pompidou ait été employé à la banque Rotchild n’est qu’un détail, cette question soulève des questions bien plus importantes que cette histoire de conflit d’intérêt.


                                                • blh 1er janvier 2012 01:56

                                                  Et dans cette oligarchie, il n’y a aucun membre de cette belle famille, ni affidés ? 

                                                  D’autre part, parler de Marine est devenu un péché, un crime même ? Vous avez une singulière vision de la démocratie.


                                                • Catherine Segurane Catherine Segurane 1er janvier 2012 10:15

                                                  Si on veut démêler l’écheveau de la poignée de banquiers qui sont à la manoeuvre, il faut bien donner des noms.



                                                • logan 1er janvier 2012 17:19

                                                  Rien ne t’empêche de donner des noms, mais appeler cette réforme de la banque de france loi pompidou-rotchild, c’est plus que donner des noms, non seulement c’est mensonger, parce que cette loi ne porte pas ce nom, mais c’est clairement vraiment mettre en avant pompidou et rotchild, et on sait tous que c’est un coup de Soral / FN cette appellation, et personne n’est dupe, on sait très bien qu’ils défendent la thèse d’un complot sioniste, et que mettre Rotchild en avant va dans le sens de cette thèse.
                                                  Il y a donc bien une entreprise de récupération de la part de l’extrême droite pour détourner le sens de la dénonciation de cette loi au départ. Etienne Chouard Allais ou André Jacques Holbecq n’ont jamais eu l’intention d’alimenter la thèse d’un complot sioniste. L’essentiel de leur critique est ailleurs, l’hyppothétique conflit d’intérêt entre Pompidou et son ancien employeur n’est qu’un détail.


                                                • intactsaphir 10 janvier 2012 08:00

                                                  Notez qu’un des neveux de Giscard, alors premier ministre de Pompidou, est directeur de la banque Rothschild...


                                                • logan 31 décembre 2011 18:35

                                                  Pour la petite histoire, afin de vérifier qu’il y avait bien eu une interdiction d’emprunter à la banque de france en 1973, nous avions vérifié en 2005 sur le site de la banque de France, qui permettait de consulter des séries de données historiques, qu’effectivement toutes les fameuses « avances au trésor » de la banque de France ont cessé à cette date ( fin 1973 / début 1974 ).

                                                  André Jacques Holbeq avait même retrouvé l’article de loi lui-même en cherchant sur légifrance.

                                                  J’avais personnellement gardé un lien favori dans mon navigateur internet vers ces séries de données historiques sur le site de la banque de France, mais bizarrement les pages ont disparues une première fois. J’ai finis par les retrouver, je me suis dit que les webmasters de la Banque de France avaient juste réorganisé le site. Donc j’avais mis le nouveau lien en Favori. Mais là encore une fois mon lien ne fonctionne plus et je ne les retrouve plus ...

                                                  Auraient-elles été délibérément supprimées ?


                                                  • COVADONGA722 COVADONGA722 1er janvier 2012 19:01

                                                    hé hé l ’histore devenant accéssible et les archives s’ouvrant on découvrent les liquidateur de l’état français ils envoient des plumes stipendiées les defendrent dans la presse
                                                    dont par ailleurs ils sont les proprietaires mais mince !! le roi est nu le peuple les voient
                                                    désormais pour ce qu’ils sont des traitres des prévaricateurs et comme ayant une autre
                                                    allégeance qu’a la nation française , finallement si au lieu de la fin du monde les peuples d’europes dans une immense jacquerie organisaient la fin du monde de cette oligarchie insidieuse multinationale plus exactement sans autre nation que celle révérant le veau d’or.Pouvez pariez que tous ce qui compte de libéraux vont accourir défendre ce qui nous a
                                                    mis nu défendre cette lente déconstruction qui permet à leur « fameuse main invisible du marché » de nous faire les poches !.Perso j’attaque la nouvelle année plus que persuadé que plus que de les laisser nous parler de l’or c’est avec du plomb qu’il faudra tot ou tard leur répondre !
                                                    Asinus : ne varietur


                                                  • bouteyalo 31 décembre 2011 18:59

                                                    A propos des noms, voici les noms de quelques propriétaires de banques :

                                                    Huit famille de ’banquiers’ contrôlent de très près les 147 TNC (on ne dit plus multinationales mais Trans National Corp (TNC) qui à elles mêmes cumulent 80 % du pouvoir dans toutes les TNC (on compte737 détenteurs prépondérants et environ 43 000 TNC sur un total de 30 millions d’acteurs économiques mondiaux).

                                                    Ce sont les familles Goldman Sachs* Rockefellers, Lehmans et Kuh Loebs de New York, les Rothschild de Paris et de Londres, les Warburg de Hambourg les Lazards de Paris et les Israël Moses Seifs de Rome. 

                                                    Ces banques contrôlent mainteant directement la majorité des dettes souveraines.

                                                    http://www.democratie-royale.org/article-le-cartel-de-la-reserve-federale-les-hu
                                                    it-familles-76267833.htmlci  !

                                                    et un petit rappel :

                                                    article 104 du traité de Maastricht
                                                    “Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées “banques centrales nationales”, d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. “


                                                    Bonne fin d’année à tous.


                                                    • blh 1er janvier 2012 01:58

                                                      Vous êtes plus rapide que moi :)


                                                    • colza 31 décembre 2011 19:44

                                                      J’ai lu, à sa sortie, l’article de Beitone qui est de la désinformation la plus vile.

                                                      La majorité des commentaires montrent que les lecteurs n’ont pas été dupes de la malhonnêteté de l’article.


                                                      • sdzdz 31 décembre 2011 21:32

                                                        C’est grâce à un des livres de  Philippe Derudder que j’ai traité cette question des intérêts de la dette publique, avec en prime son abord des monnaies franches (et monnaies fondantes). 


                                                        Le principe de fonctionnement des monnaies franches a été d’ailleurs été décliné pour notre système dual : le Franc or (Etat central) au côté du Franc courant (usage classique). Plutôt audacieux quand on connait l’histoire monétaire...

                                                        Le champ de vision sur les intérêts cumulés a en revanche été élargie à toute la francophonie puisque le sort qui nous a été réservé par nos élites est le même que celui réservé aux pays en voie de développement : clairement dès qu’on aborde ce dossier de fond, concernant nos « élites », on peut parler de haute-trahison ! Comme solution pour la résorption de notre dette publique, notre système de monétisation de notre dette publique sur projets francophones devrait finir par peser dans cette campagne électorale. De plus, de manière cohérente, l’IRC prône la sortie de l’UE et de l’euro.


                                                        • Nina888 31 décembre 2011 22:21

                                                          Et la haute trahisons est justement le crime qui permet de faire emprisonner un président en fonction ...


                                                        • aliante 31 décembre 2011 22:22

                                                          qui a dit :<< Donnez moi le contrôle de la monnaie et peu importe qui est au pouvoir ,(Rotschild),>>
                                                          Pompidou bossait chez Rotschild ,la dette française a été fabriquée de toute pièce
                                                          si cette interdiction n’existait pas depuis 1973 le déficit de la France serait de 9% aujourd’hui
                                                          il y a des solutions qui ne sont même pas enseignés dans les écoles d’économies
                                                          demandez vous pourquoi
                                                          le Fn n’envisage ni de sortir de l’euro et ni de Shengen,il sont d’accord avec le racket du peuple français par les Patrons du Monde (aristocratie) sans frontières
                                                          pour le Monde comment on Appelle le racket délibéré des peuples, Anti quoi ?
                                                          la polémique ne jouera pas en faveur du Monde ,bien au contraire elle va informer les gens qu’ils sont victimes du complot de la dette éternelle comme le fait le fmi avec les pays pauvres
                                                          pour les asservir,leur faire vendre leurs bijoux de famille,privatiser,spéculer sur leur nourritures,détruire leurs droits sociaux ,leurs retraites
                                                          cette loi est faites pour que les banquiers installent le fascisme et prennent le pouvoir politique
                                                           ,d’ailleurs elle a été étendu à toute l’europe ,on comprend mieux c’est Giscard qui a entre autre rédigé le traité


                                                          • gorkyii 1er janvier 2012 10:09

                                                            Bonjour,

                                                            Je ne comprends pas les gens qui pensent que supprimer la loi Pompidou-Rothschild va solutionner tous les problèmes. Les Etats-Unis et le Royaume Unis battent  leurs monnaies et pourtant leur situation est bien plus calamiteuse que la nôtre (même si les médias n’en parlent pas). Pourquoi serait-ce la solution ?

                                                            De plus, lorsqu’on dit que les états vont sur les marchés pour se financer, il faut comprendre par ‘marché’, les épargnants qui ont des comptes épargnes, assurances vies,… et pas des riches sanguinaires qui prennent des intérêts sur l’état. En effet, la plupart des assurances vies qui est l’investissement préféré des Français sont investit en bons d’états.

                                                            Les riches investissent  dans des offshores qui ne sont pas accessibles pour la plupart des gens. De plus, il ne se contenterait pas des quelques % de rendement des bons d’états. La définition d’un riche est une personne qui peut vivre avec les intérêts des intérêts de son capital.

                                                            Gorkyii


                                                            • J. Halpern 1er janvier 2012 13:01

                                                              Tout faux !
                                                              "Les Etats-Unis et le Royaume Unis battent  leurs monnaies et pourtant leur situation est bien plus calamiteuse que la nôtre« 
                                                               : »bien plus« ou »un peu moins« n’est pas la question. La Banque Centrale Américaine refinance l’État américain, ce qui évite aux États-Unis une »crise de la dette publique« . Mais ils étaient au cœur de la spéculation financière qui a déclenché la crise.
                                                               » il faut comprendre par ‘marché’, les épargnants qui ont des comptes épargnes, assurances vies« Non : ce n’est pas l’épargne par elle même qui fait la finance de marché, c’est une certaine organisation qui confie cette épargne à des fonds qui la »jouent« sur des variation de la valeur des titres. Les petits épargnants ne sont pas plus directement responsables de la spéculation que les soldats de la guerre. Et comme les soldats justement, ils en sont parmi les premières victimes.
                                                               »Les riches investissent  dans des offshores qui ne sont pas accessibles pour la plupart des gens« Les places »off shore« contournent le peu de régulations nationales qui subsistent, mais ils ne »jouent" pas avec des titres off shore mais bien avec l’économie des pays riches : c’est là que sont les moutons à tondre.


                                                            • logan 1er janvier 2012 17:27

                                                              Les états-unis sont dans une situation différente. C’est carrément leur banque centrale qui est un organisme privé. Et malgré le fait qu’ils aient le droit d’emprunter à leur banque centrale, ils s’interdisent quand même de le faire, tout comme nous, ils ne l’utilisent qu’en derniers recours. Ils donnent à leur banque centrale le rôle de prêteur en dernier ressort.

                                                              Cela n’a évidemment rien avoir avec nos revendications. On ne demande pas à ce que la BCE devienne prêteuse en dernier ressort. On demande à ce que la BCE finance directement les états à taux zero et que ce type de financement soit celui qui soit priviligié, et non pas à utiliser en dernier recours. Tu comprends la différence ?



                                                              • gorkyii 1er janvier 2012 13:37

                                                                Ce n’ai pas vrai, les américains ont également une énorme crise de la dette publique mais les médias n’en parlent pas beaucoup. Dans beaucoup d’états américains, les routes ne sont plus entretenues, les fonctionnaires licenciés,… la planche à billet n’est pas la solution et comme le dit Olivier Delamarche, si vous transférez 50€ de votre poche gauche vers la poche droite, seriez-vous plus riche ?

                                                                De plus, si vous avez lu le livre de Mullins sur la FED, vous avez compris que les banques créent de la monnaie selon leur bon vouloir et que l’état American n’a pas de contrôle.

                                                                De savoir qui fait quoi et qui donnent les ordres ne change rien au fait que le marché est principalement constitué des épargnes des petits porteurs (le nombre fait que les montants sont énormes) et une bonne partie de ces sommes servent indirectement aux financement des états. 


                                                                • gorkyii 1er janvier 2012 17:55

                                                                  Je comprends la différence mais je ne vois pas en quoi cela va améliorer la situation. Aujourd’hui (depuis 30 mois) la FED est le premier prêteur des USA car plus personnes n’achètent les bonds du trésor. D’ailleurs c’est ce que fait le BCE ne manière ‘non officielle’. Cela n’a pas amélioré la situation des pays et les déficits continuent à exploser et ce n’est pas à cause des intérêts.

                                                                  Contrairement aux trente glorieuses et avant la loi de 1973 pour la France, pratiquement tous les états ont des budgets en déficits et même si nous supprimions la charge de la dette (intérêt) et remettions les compteurs à zéro comme le propose certaines personnes, comment faisons-nous pour financer les déficits ? Dans 15 ans plus tard, on serait dans la même situation. I

                                                                  Mon analyse est que l’occident a vécu au dessus de ses moyens depuis plusieurs décennies et malheureusement, je crains que des ajustements sévères soient à prévoir afin de maintenir une qualité de vie minimale pour un maximum de personne. (Réduction de 20 à 30% des retraites, augmentation des frais médicaux, privatisation de l’enseignement, des forces de l’ordre,...)


                                                                  • Croa Croa 2 janvier 2012 10:51

                                                                    Avant 1973 le budjet n’était pas forcément équilibré ! Mais comme la Banque de France pouvait concéder des escomptes gratuits le déficit était payé en temps réel par un peu d’inflation.

                                                                    L’occident vit au dessus de ses moyens depuis des siècles (on ne saurait parler seulement de décennies). En ce qui concerne la France c’est très vieux et déjà la révolution de 1848 était due à un problème similaire. La révolution d’indépendance américaine est aussi due à une volonté d’émancipation des banques anglaises (mais ils se sont fait avoir à nouveau plus tard.) En France de bonnes dispositions avaient été prises à la libération... Elles ont donc tenu jusqu’en 1973. Mais il faut savoir que cette chance n’existait pas partout en Europe !


                                                                  • logan 1er janvier 2012 19:13

                                                                    Bah c’est simple, disons que l’état emprunte directement à la BCE à 1%. Ca lui évite d’emprunter sur les marchés financiers à 3 ou 4% voir pire dans d’autres pays comme l’Italie ( 6% ) ou le portugal ( 10% ) ...
                                                                    Donc dans le budget de l’état cela ne lui coûte que les intérêts vu que c’est un emprunt.
                                                                    1% au lieu de 3 %, pour une dette de 1650 milliards d’euros, ça représente une économie potentielle de 1650 * 3% - 1650 * 1% = 49,5 - 16,5 soit 33 milliards d’euros.
                                                                    33 milliards d’euros en moins dans les déficits ce n’est pas rien ...

                                                                    Ce que fait la BCE actuellement, c’est racheter les bons du trésor sur les marchés secondaires, donc racheter les bons aux banques, donc des bons que l’état a déjà payé à des taux de 3% voir plus ... En effet, cela ne résoud rien au niveau des déficits de l’état.

                                                                    Vous comprennez l’importance de cette différence ?
                                                                    Emprunter directement = ne pas payer d’intérêts aux banques = moins de service de la dette = moins de déficits.

                                                                    De plus la BCE étant un organisme public, il y a une sacré différence entre verser des intérêts à la BCE et verser des intérêts à des banques privées.
                                                                    On peut imaginer que l’argent versé à la BCE serve à alimenter le budget européen, c’est donc là encore autant d’argent en moins à verser au budget européen pour l’état.
                                                                    Tandis que si on verse des intérêts aux banques privées, bah cet argent partira dans les bonus des traders et dans les comptes des actionnaires de ces banques, donc en plus de coûter plus cher à l’état, cela n’a aucun intérêt pour la collectivité.

                                                                    Votre analyse est fausse. Vivre au dessus de ses moyens ça ne veut strictement rien dire pour un état qui peut fixer lui même ses moyens. Si les gouvernements successifs ont préféré emprunter plutôt que faire payer des impôts, et en plus de cela s’obliger à emprunter sur les marchés financiers alors qu’ils pouvaient emprunter directement à leur banque centrale, cela n’a rien avoir avec vivre au dessus de ses moyens.

                                                                    Pendant les 30 glorieuses comme vous dites, il n’y avait pas de déficits justement parce que l’état, en cas de déficit, pouvait demander ce qu’on appelle des « avances au trésor » à la banque de France, qui venaient ainsi rétablir l’équilibre budgétaire de l’état. C’est donc justement parce qu’il empruntait directement à sa banque centrale qu’il n’avait jamais aucun déficit.


                                                                    • gorkyii 1er janvier 2012 21:01

                                                                      Je pense que le calcul est un peu rapide. 1650M€ est le total de la dette française et non pas les besoins de financements annuels. Supposons que demain, on efface la dette de la France et qu’elle maintient (en étant optimiste) un déficit de 3% (la fameuse règle d’or), elle aura besoin de financer 1650M€ x 3%= 49,5M€ ( PIB de 1650M€)

                                                                      Marché à 4% : 49,5M€ x 4%= 1,98M€

                                                                      BCE à 1%= 49,5M€ x 1% : 0,495M€

                                                                      Economie : 1,98M€ - 0,495M€= 1,485M€ par ans

                                                                      En effet, ça fait une économie mais ce n’est pas suffisant pour financer les déficits structurels.

                                                                      Un état ne peut pas fixer ses moyens sinon ca serait trop facile. D’ailleurs, il y a toujours des pays dans le monde qui utilisent ce système et ca ne marche pas mieux pour eux. 

                                                                      Il est vrai que contrairement aux idées perçues, la France d’aujourd’hui est un des pays au monde où l’on paye le moins d’impôt sur le revenu et je pense qu’il est nécessaire de l’augmenter. Il faut surtout arrêter toutes les niches fiscales qui permettent à la classe moyenne haute de se créer un patrimoine au lieu de payer des impôts. En revanche, les pays du nord de l’Europe ont des taux d’impôts qui vont jusqu’à 70%, payent des taux sur la dette très bas (2% sur les dettes arrivant à terme aujourd’hui) et pourtant ca ne fonctionne pas beaucoup mieux qu’en France.

                                                                       

                                                                      Sans parler de Weimar, l’Argentine et le Zimbabwe ont vu leurs monnaies dévaluer à cause de la planche à billet. On ne peut pas augmenter indéfiniment la masse monétaire et surtout l’argent en circulation sans une inflation ou dévaluation.

                                                                      D’ailleurs, l’inflation nous pend aux nez et pour l’instant, elle a uniquement été contenue (Quoique les chiffres officielles...) parce que les billets de Monopoly créés par les banques centrales sont parqués dans les bilans et non injecter dans l’économie réelle mais la situation de pourra pas perdurer.


                                                                    • logan 1er janvier 2012 23:10

                                                                      Je pense que vous confondez pas mal de choses ...

                                                                      D’abord le PIB de la France c’est 2000 milliards d’euros ( les richesses produites chaque année ).
                                                                      Parmi ces 2000 milliards l’état et les collectivités, grâce aux prélèvements obligatoires, prennent environ la moitié, autour de 52% je crois, arrondissons à 1000 milliards d’euros.
                                                                      Et l’état lui-même prend 250 milliards d’euros sur ces 1000 milliards.

                                                                      Le problème c’est qu’il dépense 380 milliards d’euros.

                                                                      Dire que l’état vit au dessus de ses moyens cela reviendrait à dire qu’il est au maximum de ses moyens, sauf qu’à l’évidence c’est faux. Ses moyens au maximum c’est 2000 milliard, bien évidemment il serait absurde que l’état s’accapare la totalité des revenus du pays. Mais sachant que parmi ces 2000 milliards il reste 1000 milliards au secteur privé, je ne vois pas sur quelles bases on pourrait décréter qu’il ne peut pas en prendre plus.
                                                                      Il y a évidemment les inégalités grandissantes de revenus qui prouvent déjà le contraire. Mais il y a plein d’autres endroits où l’état pourrait prendre de l’argent.
                                                                      Ex : quand l’état emprunte de l’argent sur les marchés financiers pour financer ses déficits, il l’emprunte à 70% à des étrangers, mais il en emprunte quand même 30% à des français. Au lieu de leur emprunter cet argent, qu’ils ont visiblement en trop vu qu’ils le prêtent à l’état, de l’argent qui ne sert donc pas à financer la production, donc de l’argent qui ne manquera pas, l’état pourrait le leur imposer. Avec un déficit de 130 milliards, 30% de 130 milliards soit 39 milliards ça fait déjà une somme coquette à récupérer.
                                                                      On peut citer des niches fiscales, comme la célèbre niche Copé, qui permet aux entreprises qui font des fusions / acquisitions d’être exonérées totalement d’impôt sur leurs plus-values. Ca représente juste la bagatelle de 16 milliards d’euros de manque à gagner pour l’état ...

                                                                      Et puis je suis désolé mais je pense que vous confondez pour cette histoire de taux d’intérêts.
                                                                      Chaque année on paye bien 3% d’intérêt sur la totalité de la dette, et non pas seulement sur les nouveaux déficits de la nouvelle année ... Résultat quand on a une dette de 1650 milliards on paye bien 49,5 milliards d’intérêts par an si le taux d’intérêt moyen est de 3% ! C’est ce qu’on appelle le service de la dette.
                                                                      Et dans les dépenses de l’état ( de 380 milliards je vous le rappelle ), 49,5 milliards ça fait beaucoup, le paiement des intérêts de la dette c’est même le 2ème poste de dépense dans le budget de l’état juste derrière l’éducation ...

                                                                      D’où l’intérêt d’emprunter directement à la banque centrale à un taux bien plus faible ( voir même sans payer d’intérêts ), parce que cela peut nous faire économiser à terme potentiellement jusqu’à 50 milliards d’euros dans les dépenses de l’état. Je précise bien « à terme » et « potentiellement », car évidemment, la dette on ne la rembourse pas en totalité chaque année, on la rembourse dans sa totalité sur un durée d’environ 7 ans. Et évidemment comme on n’a pas de quoi la rembourser, vous savez bien que l’on réemprunte ( on réémet des titres ) pour rembourser les précédents emprunts qui arrivent à terme, ce qui fait qu’en réalité on entretien la dette à l’infinie et on ne fait que payer des intérêts.
                                                                      Donc au bout de 7 ans, si on emprunte à la banque centrale au lieu d’emprunter sur les marchés financiers ( et donc principalement aux banques privées ) on pourrait diminuer les dépenses de l’état de 50 milliards d’euros.

                                                                      Additionnez tous ces chiffres, vous voyez bien qu’on arrive très vite à rééquilibrer le budget pour peu qu’on en ait la volonté.

                                                                      L’état ne vit donc pas au dessus de ses moyens, ce sont juste les gouvernements successifs qui font exprès de priver l’état de moyens, alors qu’ils ont le devoir normalement de lever les impôts nécessaires pour couvrir les dépenses publiques, ils préfèrent l’emprunter ( c’est plus facil on ne se met personne à dos ) que d’avoir le courage de l’imposer.
                                                                      Et comme en plus ils ont décidé depuis 1973 que désormais on devait emprunter sur les marchés financiers et donc payer des intérêts pour financer les déficits de l’état plutôt que d’emprunter gratuitement à la banque centrale comme l’état le faisait ( avec les avances au trésor de la banque de france ) de 1945 à 1973, cette gabegie coûte extrêmement cher à la collectivité, vu que depuis 1973, l’état a payé en tout 1500 milliards rien qu’en intérêts ...
                                                                      Vous voyez, il n’y aurait quasiment aucune dette si ils n’avaient pas mis en place cette interdiction en 1973.

                                                                      Voilà l’enjeu !

                                                                      Et ce n’est pas le seul, il y a aussi une instrumentalisation politique qui est faite de la dette. Mais bon mon message est déjà trop long.


                                                                    • logan 1er janvier 2012 23:30

                                                                      Pour l’inflation il n’y a aucun risque, on ne ferait que remplacer progressivement une dette ( qui exige en moyenne 3% d’intérêts par an ) par une autre ( qui exigerait 1% d’intérêt )
                                                                      En terme de quantité de monnaie en circulation, cela ne changerait rien. Quand on rembourse la 1ère dette, la monnaie correspondante est détruite, donc pas de risque d’inflation à cause de la monnaie.


                                                                    • gorkyii 2 janvier 2012 00:11

                                                                      Vous avez raison, Le PIB de la France est bien de 2000 milliards d’euros et non de 1650 milliards.

                                                                      En revanche, je ne partage pas votre analyse sur le fait que l’état puisse s’accaparer les 2000 milliards d’euros. En effet, le PIB est la richesse produite mais en aucun l’argent disponible. Une société qui a un chiffre d’affaire de 50 millions d’euros n’a pas 50 millions à disposition pour investir. Evidement, l’état à un moyen pour renflouer ses caisses qui est l’impôt mais, comme cité plus haut, certains pays pratique déjà un impôt de 70% et n’ont pas une situation meilleure que la France. De plus, vu la situation en France (idem en Europe) : croissance molle, population vieillissante, payement des avantages sociaux, financement des pensions et chômage de masse, les déficits structurels de l’état vont se creuser de plus en plus. Et malgré tous les impôts directs et indirects, Il arrivera un moment où le citron sera pressé et il n’y aura plus rien à sortir.

                                                                      Concernant mon calcul sur les taux d’intérêts, je suis parti d’une base zéro : on annule la dette de la France et on recommence à 0.Il est évident que pouvoir emprunter à 0% sera toujours meilleur qu’emprunter à 3% ou 4% mais si en parallèle, il n’y a pas un contrôle des dépenses, le résultat sera le même. 

                                                                      A la différence des trente glorieuses, nous avons beaucoup de problèmes :

                                                                      Mondialisation : pays émergent capable de produire la même chose que nous mais 5 à 10 x moins cher

                                                                      Chômage de masse : A cause de cette mondialisation, le pays se désindustrialise en détruisant des millions d’emplois. Il y a aussi le capitalisme sauvage qui veut toujours gagner plus et massacre les travailleurs pour y arriver en comprimant les couts et/ou augmentant sans cesse la productivité.

                                                                      Vieillissement de la population, explosion des couts de soins, cout du filet de sécurité, …

                                                                      Et j’en passe…

                                                                       

                                                                      Si nous mettions les compteurs à ZERO (La France à une dette de 0€ en 2012) mais que nous continuons à présenter des budgets en déficits, la situation serait la même dans 30 ans même si nous empruntions à 0%. Pour simplifier le calcul, en prenant une croissance nulle pendant 30 ans et un déficit de 3% par ans, on se retrouverait de nouveau à 90% d’endettement du PIB.

                                                                       

                                                                      Finalement, je ne pense pas que la Banque de France puisse éponger indéfiniment (dans le cas où l’on annule la loi de 1973) les déficits de l’état sans contre partie. (Inflation et/ou dévaluation)

                                                                       

                                                                      Je pense que l’équation est très complexe et vu le monde dans lequel nous vivons, j’ai le sentiment que les décisions pour solutionner nos problèmes ne peuvent être prises de manière isolée par un pays mais doivent être concertés. (Type G20)


                                                                    • gorkyii 2 janvier 2012 00:21

                                                                      Et non justement, car dans le cas ou l’on crée de la monnaie pour financer un déficit, l’argent circule dans l’économie réel et augmente de facto la masse monétaire à un instant T. Même si l’argent est détruit lorsque l’on rembourse l’ancienne dette, il est immédiatement recréer pour financer les nouveaux déficits avec l’effet boule de neige car la dette n’est pas remboursé l’année suivante mais sur plusieurs années.


                                                                    • logan 2 janvier 2012 03:39

                                                                      La part des prélèvements obligatoire dans le PIB ne veut absolument rien dire en elle-même. Je sais que des charlatans à la télévision aiment bien faire ce genre de comparaison pour justifier tout et n’importe quoi, mais l’important c’est ce qu’on fait avec l’argent.
                                                                      Si l’argent va dans le privé, que celui-ci sert à financer des investissements privés qui permettent de produire ce dont les gens ont besoin pour mieux vivre, qu’il sert à financer des bons salaires pour tout le monde, alors l’argent est bien employé. Le privé n’est pas en soit mauvais.
                                                                      De même si l’argent va dans le public, que celui-ci sert à financer un état qui protège bien les droits des citoyens, qui offre des services de qualité correspondant à leurs besoins individuels et collectifs, qu’il sert à financer des projets publics qui assureront la prospérité et l’avenir etc ... Alors l’argent est bien employé ... Vous comprennez ? Le public n’est pas en soit mauvais non plus.
                                                                      Seulement dans la réalité nous voyons bien que ni du côté du public, ni du côté du privé, l’argent n’est pas employé d’une manière aussi sage et intelligente.

                                                                      Donc quand je vous explique qu’il y a de l’argent à prendre, je peux reformuler, cela signifie qu’il y a de l’argent qui pourrait être mieux employé.
                                                                      Ex : Prendre par l’impôt que pour l’instant on empruntait n’est pas une fin en soit. Il faut aussi ensuite que cet argent soit bien utilisé, à des choses utiles et productives.

                                                                      De même la création monétaire n’est pas une fin en soit, elle doit servir à financer sans coût supplémentaire des investissements publics qui assureront le développement et l’avenir de notre société, notre bien être etc ...


                                                                    • logan 2 janvier 2012 04:02

                                                                      Concernant la création monétaire, vous m’avez mal compris.
                                                                      Il faut différencier la dette et les déficits.
                                                                      Quand je vous disais que l’on remplaçait une dette par une autre je parlais évidemment de la dette et non pas des déficits.
                                                                      Il faut que vous comprenniez qu’une partie de la dette doit régulièrement être remboursée. Et que comme nous n’avons pas l’argent pour le rembourser, nous sommes obligés de réemprunter.
                                                                      Cette dette est principalement composée de titres type bon du trésor. Ces titres fonctionnent généralement de la manière suivante :
                                                                      - Ils ont une certaine durée de vie : ex 2 ans ou 10 ans
                                                                      - Chaque année l’état doit payer des intérêts par rapport au capital emprunté. Ex 3%.
                                                                      - Et à l’échéance du titre, l’état doit rembourser le capital ...
                                                                      Et donc à ce moment là il doit réemprunter. Plutôt que de réemprunter à 3% voir plus, nous avons tout intérêt à réemprunter à un taux plus faible.
                                                                      Donc comme je le disais il n’y a pas plus d’argent en circulation, on ne fait que remplacer une dette par une autre, largement moins couteuse, ce qui nous fait économiser des milliards dans les dépenses du budget de l’état.

                                                                      Concernant le déficit, en effet utiliser la création monétaire pour le financer revient à faire circuler plus de monnaie. Mais actuellement, emprunter sur les marchés financiers ( et donc principalement aux banques privées ) revient aussi à créer de la monnaie vu que l’argent avec lequel elles achètent les titres des états elles l’empruntent à la banque centrale à un taux de 1%.

                                                                      Il faut savoir que les banques privées créent en réalité bien plus de monnaie que ce que ne pourrait créer l’état. En 2007 juste avant la crise, la création de monnaie par les banques privées battait tous les records. La masse monétaire dans la zone euro augmentait de 12% par an. En France par exemple, la masse monétaire a augmenté de 250 milliards d’euros. L’état n’a évidemment pas besoin de créer autant de monnaie pour financer ses déficits, tu comprends ?

                                                                      Donc de ce côté là non plus tu n’as pas à craindre d’inflation. L’état ne peut pas faire pire que les banques privées.
                                                                      De toute façon toute économie en croissance a besoin de plus de monnaie. Et tu dois savoir que créer de la monnaie tout en l’investissant comme il faut permet de faire d’une pierre deux coups, de provoquer la croissance et de mettre en circulation la monnaie qu’il aurait fallu de toute façon mettre en circulation en raison de la croissance.


                                                                    • Croa Croa 2 janvier 2012 11:11

                                                                      «  tu n’as pas à craindre d’inflation. »
                                                                      Si mais en quoi est-ce grave ?

                                                                      Effectivement avant 73, tous ces cons levaient les bras au ciel et n’avaient que ça à la bouche « inflation », inflation" mais tout ça sans jamais démontrer en quoi c’était une catastrophe !

                                                                      Il y en avait c’est vrai mais en dehors de quelques inconvénients bénins (valse des étiquettes) les problèmes d’aujourd’hui sont bien plus graves ! (Chômage, appauvrissement du trésor public.)


                                                                    • jean 1er janvier 2012 19:31

                                                                      Lire une « Féministe, laïque, patriote, païenne et bouddhiste. » c’est vraiment super pour un peu elle soutiendrait une milliardaire député europenne...


                                                                      • aliante 1er janvier 2012 20:33

                                                                        l’état doit reprendre ce pouvoir de création de monnaie pour l’intérêt général
                                                                        le déficit s’est creusé depuis l’instauration de la loi scélérate Pompidou Rothschild en 1973
                                                                        si ça dérange le monde tant pis mais Rothschild ce n’est pas l’abbé Pierre


                                                                        • blh 2 janvier 2012 03:04

                                                                          Vous parlez de dette à 0%, à 3% à 5.... Mais avez-vous pensez au capital à rembourser ?
                                                                          D’autre part, d’où vient l’argent de la BCE et autres machins mondiaux ? Ce n’est juste que de la monnaie qui n’existe pas, une des raisons des clashs de ces derniers mois.
                                                                          Enfin, une seule chose, hors monnaie, pourrait aider la France - et les autres nations à se sortir de ces pétrins, c’est la croissance. Mais comme une dette dépassant 85/90% du PIB entraîne une réduction de 1% du taux de croissance, y a pas photo. Chez nous, ce n’est pas l’inflation qui nous guète, mais une déflation.Et pas de demande, pas d’offre, prélude à la récession complète.
                                                                          Et quant on entend les discours de la gauche à la droite, on se pose des questions vraiment existentielles.( Jamais propos de voeux pour une nouvelle année ne fut aussi creux, aussi vide que celui de M. Hollande) ; Et Marine le Pen , malgré quelques très bonnes idées, n’est pas à l’abri de certaines erreurs.


                                                                          • Croa Croa 2 janvier 2012 11:21

                                                                            Il n’y a pas de « capital à rembourser », c’est un leurre !  Ce que veulent les banques c’est leur intérêt. D’ailleurs tant que les états arrivent à « rembourser » (terme abusif puisqu’il s’agit de racker) ces seuls intérêts tout va bien. Preuve s’il en est que :

                                                                            - La dette est éternelle, ce qui est prévu dès le départ !

                                                                            - Il s’agit d’une arnaque à 100%.


                                                                          • cathy30 cathy30 2 janvier 2012 05:30

                                                                            Etienne Chouard explique tout cela en 10 mn, avec bien sûr la complicité des hommes politiques en maintenant un déséquilibre budgétaire.
                                                                            http://echelledejacob.blogspot.com/2012/01/esclavage-moderne.html


                                                                            • Danselo danselo 2 janvier 2012 14:23

                                                                              Pompidou-Rothschild ou France-Rothschild et certainement « Territoire réservé »-Rothschild...

                                                                              Tout comme USA-Rockefeller... etc.

                                                                              Il semble que la formule est reproduite à travers le globe : en cherchant un peu plus, nous pourrions identifier les véritables dirigeants du monde, tracer leur histoire, identifier leurs tentacules et leurs responsabilités dans les mouvements de notre monde économique, politique, social, environnemental, et certainement encore plus profondément... 


                                                                              • Lorelei Lorelei 2 janvier 2012 17:36

                                                                                le monde tombe dans la force obscure, mais ce n’est pas le seul merdias, leurs buts toujours été d’être les portes voix et voies du 1 pour cent, vous connaissez un seul merdias libre, dont les journalistes sont capables de faire de l’investigation ??,


                                                                                • val049374 val049374 2 janvier 2012 17:59

                                                                                  « Jusqu’ici, Marine propose »seulement« de recouvrer notre souveraineté monétaire pour l’avenir, ce qui est déjà bien »
                                                                                  Pas de souveraineté monétaire possible sans sortir de l’UE.


                                                                                  • blh 2 janvier 2012 18:10

                                                                                    Une vision particulière sur le hold up des états par la finance. On peut évidemment ne pas être d’accord sur tout, et même quelques réflexions sont assez faciles et incongrues dans la bouche de ces messieurs-dames au niveau pour le moins relevé
                                                                                    C’est ici.

                                                                                    De toutes façons, mis à part quelques rares sites-blogs, personne ne mettra en avant le rôle primordial des familles Rothschild and C°, car ipso facto irrémédiablement catalogué dans les HLPSDNH.


                                                                                    • sur terre et ailleurs pruvost 2 janvier 2012 18:24

                                                                                      Force obscure, on y croit ou pas. Il semblerait qu’on soit gouverné par des gens névrosés au
                                                                                      cerveau archaïque, des personnes pas du tout équilibrées mais malheureusement pour
                                                                                      la planète sacrément rusées. Et ça dure depuis très longtemps : depuis que l’homme a cessé
                                                                                      d’être nomade !!!
                                                                                      Quand l’homme s’est sédentarisé et a pris possession de terres, les rivalités ont commencé
                                                                                      et les esprits dominateurs ont pris le contrôle. Dans toute société c’est toujours le même refrain,
                                                                                      3 espèces : les dominants, les dominés et ceux qui ne se laissent pas faire (comme les rats).
                                                                                      Au fil du temps, forcément ça devient compliqué mais il semblerai que le cerveau de ces gens
                                                                                      là n’évolue pas dans tous les sens, aveuglés par leur puissance et la lourdeur de leurs névroses, ils semblent déconnectés ; le monde bouge, pas eux.
                                                                                      Petit à petit, de plus en plus de gens se « réveillent » et prennent conscience qu’ils ont toujours
                                                                                      les même réflexes où qu’il aillent sur la planète : imposer-profiter-s’enrichir.
                                                                                      Qu’est ce que c’est bas et pitoyable pour des cerveaux modèle 2012 !
                                                                                      Bon, moi non plus je ne vais pas faire un roman et surtout pas refaire le monde.
                                                                                      Il me semble juste que lorsqu’on gagne de l’argent par le fruit de son travail, c’est tout
                                                                                      simplement gratifiant et équilibrant, c’est un bon début contre les névroses, non ?

                                                                                       


                                                                                      • sur terre et ailleurs pruvost 2 janvier 2012 19:02

                                                                                        Les dirigeants de cette planète nous manipulent et surtout nous fragilisent depuis tout temps.
                                                                                        Le but évidemment est de nous faire peur et ON A PEUR !!!
                                                                                        Bon, on a compris depuis longtemps, ils ne pensent qu’à l’argent : pour dominer et ne pas TRAVAILLER. Mais est-ce que le travail est déshonorant ? N’importe quoi, mais on fait avaler ça à nos enfants. Le tour de force est de prouver à notre descendance que travailler est équilibrant
                                                                                        mais arrêtons d’abaisser la valeur du travail.
                                                                                        Un espoir est que les masses se réveillent, mais en douceur, on sait que lorsque les gens n’ont
                                                                                        plus rien à perdre, ça part dans tous les sens et pas dans le bon. Surtout qu’ à chaque grande manifestation,
                                                                                        le gouvernement envoie des provocateurs via la police ou autres pour faire croire que les manifestants sont du côté méchant, mais ça aussi on commence à comprendre comment ça marche...
                                                                                        Meilleurs voeux à tous et courage pour 2012.


                                                                                        • blh 2 janvier 2012 19:59

                                                                                          Exemples frappant en Libye et maintenant en Syrie.


                                                                                        • Danselo danselo 2 janvier 2012 23:05

                                                                                          Une question intéressante à nous poser est de savoir ce que nous pouvons faire pour changer la situation ? Que puis-je faire à mon propre niveau ?

                                                                                          Pour ma part, c’est 

                                                                                          1 : prendre conscience de ce qui se passe ;

                                                                                          2 : changer mes priorités de consommateur et de citoyen du monde ;

                                                                                          3 : partager ce que je pense avoir compris.


                                                                                          • JL JL1 10 janvier 2012 09:27

                                                                                            Bonjour Catgerine Ségurane

                                                                                            vous dites entre autres, que Alain Beitone a écrit dans Le Monde : " Le fait que la loi de 1973 ait été abrogée en 1994 ne conduit apparemment pas ces innombrables blogueurs et autres auteurs de tracts à se poser la moindre question.«  (*)

                                                                                            Et plus loin vous citez les réponses d’Etienne Chouard, et notamment ceci : »L’article 25 de la loi de 1973, bien que formellement abrogé, a été repris presque mot à mot à l’article 104 du traité de Maastricht ; ce remplacement a aggravé la situation en gravant le texte scélérat dans le marbre des traités et en empêchant le peuple français de l’abroger aisément, comme on peut abroger toute loi."

                                                                                            Cette passe d’arme que nous approuvons tous en faveur d’E. Chouard, prouve la malhonnêteté ou la bêtise écœurante de ce monsieur Beitone, et aussi, de la rédaction du Monde, et au-delà, de tous ces éditocrates qui jettent l’opprobre sur les citoyens qui dénoncent la loi Pompidou de 1973, et implicitement ou directement, ceux qui dénoncent l’article 104 du Traité de Maastricht.


                                                                                            • lolet lolet 10 janvier 2012 13:42

                                                                                              Bon article, mais j’aurais bien aimé un petit encart sur le financement de la presse...

                                                                                              Le nain paie d’un côté [pour soutenir un secteur en difficulté, bien sûr !], pique les disques durs et ordi de l’autre pour des articles qui ne plaisent pas à sa Majesté ... et quand on pense aux + de 300 descentes d’huissiers chez Denis Robert, ...

                                                                                              Il reste qu’un journaliste digne de ce nom est vraiment rare en France !

                                                                                              Du coup, l’article de ce torchon qu’est « le Monde », n’est intéressant que parce que cela a fait sortir chouard de ses gonds !!!! smiley


                                                                                              • Peretz1 Peretz1 14 novembre 2012 19:00

                                                                                                @ Mor aucon parfaitement bien vu que Etienne Chouard se faisait l’apôtre de l’antisémitisme déguisé sous le nom de antisionisme par la plupart des commentateurs. Le Lobby des banquiers n’a pas que Rotchild parmi ses membres. Le fait de mettre en avant ce nom bien connu des frustrés et autres minables ressemble étrangement à l’Hitlérisme qui a fondé le nazisme sur le juif comme responsable du malheur allemand. . Etienne en bon naïf veut aussi se forger une réputation sur un soi-disant complot sioniste. « Le ventre est encore fécond d’où est sorti la bête immonde ». Attention Etienne à la ligne jaune. Sur le fond, Je suis d’accord que la perte du droit régalien de frapper sa propre monnaie est une perte de souveraineté qui dans ce cas, hélas, attire le nationnalisme de droite comme une mouche sur le miel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès