Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Uber, Tesla et Rocket vont-ils faire faillite ?

Uber, Tesla et Rocket vont-ils faire faillite ?

Jusqu’à présent, tout va bien pour les stars de la nouvelle économie, qui lèvent des milliards sans problèmes et sans faire de profits. Leurs patrons sont des stars avec tous les excès que cela provoque. Mais quelques uns commencent à se demander si leurs modèles d’affaires extravagants ne vont pas les amener dans le mur, comme se demande le Monde pour Rocket ou Pierre André pour Uber.

 

Quand la bulle va-t-elle exploser ?
 
Il y a un mois, Pierre André, un entrepreneur de la nouvelle économie, publiait un papier qui devrait faire froid dans le dos de ceux qui ont donné des milliards à Uber. Il se demande si l’entreprise ne sera pas, tout simplement, « la prochaine faillite du siècle  ». Car si son modèle d’affaire peut avoir du sens, sans actifs et sans responsabilités vis-à-vis de ses chauffeurs (même si quelques menaces planent), pour qui prend un peu de recul, comme lui, on se demande si l’enthousiasme des investisseurs n’est pas surtout délirant. Il rappelle qu’Uber a encore perdu 1,2 milliards au premier semestre, pour un chiffre d’affaires de 2,1 milliards, sept ans après son lancement et note qu’Uber bat tous les records de pertes dans le secteur, y compris dans son pré carré étasunien malgré une position solide.
 
Il y voit un nouvel exemple d’exubérance irrationnelle des marchés, exposé à un atterrissage brutal du fait des difficultés légales, de la concurrence encore possible et d’un modèle aux dépenses extravagantes. Et Uber n’est pas seul. On pense également à Tesla, et ses pertes de 300 millions au second trimestre, malgré la hausse de son chiffre d’affaires, à 1,27 milliards, et qui vaudrait 30 milliards, malgré plusieurs incidents, comme pour l’autre projet de son patron, SpaceX, dont le dernier lanceur a explosé… Enfin, Rocket Internet, la fabrique à start up allemande, a annoncé des pertes de 617 millions, du fait de dépréciations, mais qui affiche encore des pertes opérationnelles. Mais les marchés ne s’arrêtent aux bêtes profits : la valorisation peut suivre les fonds levés, comme le montre The Economist.
 
 
Tout ceci a le goût des préludes des dernières crises boursières, que ce soit 2008 avec le secteur financier, ou 2001, avec la bulle des nouvelles technologies. On peut également y voir un parallèle avec les années qui ont précédé le grand krach de 1929, quand les investisseurs pariaient des sommes inconsidérées dans les secteurs en vogue de l’époque, comme la radio, et, comme toujours, les derniers joujous financiers. Le niveau totalement délirant de valorisation de ces entreprises, qui perdent des sommes extravagantes des années après leur lancement, même si on peut y voir une certaine logique, semble un signe d’exubérance caractérisé des marchés financiers. Et tout le monde sait comment se terminent en général ces coups de folie des marchés, à défaut de savoir quand cela pourrait avoir lieu.
 
 
Merci à ceux qui rappellent aux thuriféraires qui idolâtrent cette nouvelle économie sans prendre de recul par rapport à ses résultats économiques réels. Bien sûr, quelques uns ont su se créer des rentes colossales qui durent, et ils ne seront peut-être pas les derniers. Mais dans le cas de Uber et Tesla au moins, les excès de valorisation semblent plus qu’avérés. Plus dure sera la chute…
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan 5 octobre 2016 10:43

    Salut

    l’économie, mot qui ne dit rien pour moi, l’économie réelle est UNIQUEMENT celle de tous les travailleurs manuels qui produisent du concret pour la survie..tout le reste est juste l’organisation du vol de leur vrai travail....par la violence pure, la pyramide sociétale, la valeur argent donnée à tel ou tel travail par le voleur lui même qui lui se met bien sur en haut de la pyramide..qui est remplie uniquement de parasites intégraux..

    tout le reste est déclinaison de ce principe ..

    ceci est possible par le refus de la masse de coopérer et de partager....sauf exceptions...c’est sur ce point que tout va se jouer...

    Si nous savions à quel point un monde solidaire NATURELLEMENT est « bon ».............ouvert, inventif, généreux..etc nous n’hésitions pas une seconde...mais voila où donc est la porte entre notre refus et ce monde...

    En toi, en moi, en eux aussi ,en vous.....celle que nous n’ouvrons plus...

    dans un tel monde tout le monde a sa place selon la capacité que L’Origine nous a donné....car c’est dans la nature des chose de L’Origine...qui est Paix, Bonté, et et totalement au delà des mots..qui à ce niveau ne disent plus rien du tout, je ne sais pas si alors contentement absolu nous parle ???

    c’est par là que l’on va...


    • SamAgora95 SamAgora95 5 octobre 2016 16:14

      @howahkan

      Les travailleurs manuels seront tous remplacés par des machines, ce qui prouve de façon définitive et sans appel que votre raisonnement est erroné, le travailleur n’est qu’une ressource comme une autre.

      Bien au contraire, la seule et unique valeur ajoutée de l’être humain et son sens de l’organisation et de l’entreprise, sans ces caractéristiques il ne se passerait rien et nous serions resté dans les cavernes.


    • Ouallonsnous ? 5 octobre 2016 18:20

      A l’auteur ;

      Toutes ces prétendues nouvelles « économies » venant des USA ne sont importées chez nous que pour dynamiter nos sociétés et nos modéles économiques, ont peux y voir une nouvelle donne de la guerre que les yankees mènent contre le reste du monde !


    • Et hop ! Et hop ! 7 octobre 2016 12:23

      @SamAgora95 : Disons qu’il aurait dû parler des producteurs réels de biens et de services utiles, ceux qui produisent des richesses utiles : 

      - ceux qui construisent et réparent les bâtiments (couvreurs, menuisiers,..), des ponts, 
      - ceux qui fabriquent des jouets, des bicyclettes, des meubles, des chaussures, des outils, des vêtements, des machines à laver, des instruments de musique et qui en jouent, 
      - ceux qui produisent des légumes, des fruits, des céréales, qui élèvent du bétail, 
      - ceux qui font du fromage, qui cuisinent, qui composent et impriment des livres, 
      - les vraies professions de service, les coiffeurs, les cheminots, les architectes, les médecins, les instituteurs, les infirmières, les policiers, les notaires, les instituteurs, les infirmières, les éboueurs, les horlogers, les archivistes, les dentistes,..., 

      Par contre, il y a des secteurs parasites comme la banque, l’assurance, le commerce spéculatif, la publicité, une grande partie du fisc et des associations, dont la fonction n’est pas de produire des richesses supplémentaires mais de gagner de l’argent pour s’accaparer une partie des richesses.

      Pour quelle raison un employé de banque est-il mieux payé qu’un ouvrier du bâtiment ou qu’un marin pêcheur ?

    • titi 5 octobre 2016 10:44

      Les startups ne gagnent pas d’argent pour la plupart.

      Il n’empêche... elles font vivre des salariés, des sous traitants et animent l’économie... et la recherche.

      Les mecs qui investissent dedans, investissent dans plein de domaines, dans 10 15 20 startups... dans 10 15 20 bulles.
      Ils savent très bien qu’ils ne gagneront pas à tous les coups.

      C’est le vrai capital risque.

      Celui qui n’existe pas en France, et qui fait que rien n’est sorti de notre recherche publique ou privé depuis la carte à puce il y a 30 ans.


      • amiaplacidus amiaplacidus 5 octobre 2016 11:31

        @titi

        Construire un mur pour 10.000 €, le détruire 6 mois plus tard pour 5.000 €, dans le cadre imbécile de l’économie capitaliste, ce n’est pas une opération nulle qui coûte 15.000 €, c’est deux opérations de développement, qui augmentent le PIB de 15.000 € et occupent des salariés. Cela procure aussi des revenus à des gens qui ont investi dans le béton, le camionnage, etc.

        Un problème toutefois : la planète supportera-t-elle encore longtemps ce genre d’âneries ?
        .
        Revenons à un point particulier, Uber.
        Il s’agit d’une entreprise qui a réinventé le capitalisme sauvage du 19em siècle, en se payant totalement sur la plus-value dégagée par le travail des autres.

        Avec une innovation aggravante encore.
        Au 19eme siècle, c’est les capitalistes qui investissaient dans l’appareil de production.
        Dans le cas d’Uber, ce sont les prolétaires-chauffeurs qui financent leur outil de production, le véhicule. Uber ne fait qu’investir dans un logiciel (amorti en quelques mois), un ou plusieurs serveurs (en comptant 100.000 € par serveur, on a un outil magnifique) et quelque PC locaux connectés, desservi par des opérateurs payés au lance-pierre.
        Je n’arrive pas à comprendre comment Uber peut faire des pertes. Il y a certainement quelques-uns qui sont en train de se remplir les poches (et bien plus que les poches) au détriment, à la fois, des chauffeurs, des opérateurs et des petits investisseurs en bourse.

        De toute façon, le modèle économique d’Uber est condamné à relativement cours terme : dans une vingtaine d’années au plus, les « taxis » seront sans chauffeurs.
        Alors, le beau temps d’engranger des sous-sous sans investissement sera fini, il faudra investir dans l’outil de production, ce sera alors une tout autre chanson. Et lorsque qu’il faudra combler les trous pour « sauvegarder l’emploi », à qui fera-t-on appel ? À l’État évidemment.
        Mais il y aura longtemps que les petits malins qui s’enrichissent maintenant auront largués les amarres après exploité au maximum possible les prolétaires-chauffeurs et les opérateurs et avoir vidé les poches des petits investisseurs.


      • howahkan howahkan 5 octobre 2016 11:35

        @titi

        salut

        faut avoir un sacré problème mental grave pour prendre des pseudo risques là ou un collectif soudé,amical donc partageur ferait les choses sans risques , en paix, plus efficacement avec moins de travail pour chacun...donc plus de temps pour la vie personnelle etc sauf risques inhérent à la profondeur de la vie comme de mourir en avalant son sandwich à la fraise de travers

        c’est une sacré névrose qui doit en plus bien sur créer une souffrance terrible donc la haine de sa vie donc la haine des autres etc

        in nomine patris et flii et spiritus sancti ..amen smiley


      • amiaplacidus amiaplacidus 5 octobre 2016 11:37

        @amiaplacidus

        Lire : « ....à relativement court terme... » et non pas « ....à relativement cours terme... ».

        Quant donc pourra-t-on corriger les fautes d’orthographe ?


      • petit gibus 5 octobre 2016 13:14
        @howahkan

        Plus j’avance en âge, plus je désespère sur l’évolution du genre humain

        peut être me faudrait il arrêter de suivre toute actualité journalière
        pour retrouver la pèche de mes 18 ans ? !

      • howahkan howahkan 5 octobre 2016 14:38

        @petit gibus

        Oui bien sur...cela dit pour moi il n’y a pas d’évolution mentale car nous sommes un produit fini..physiquement au niveau du cerveau, je n’ai aucune preuve de cela et n’en aurait pas pour les autres..

        cette évolution qui au début voulait juste dire changement veut dire aujourd’hui avant c’étaient tous des cons abrutis, des pauvres ères etc mais nous nous sommes géniaux, et ça va être de mieux en mieux car vivre n’est pas le miracle pour nous du tout et l’humain a une tache a accomplir être le maître du monde... smiley .. vive la science qui sait tout sur tout...voila pourquoi on nous bassine aussi avec l’expansion etc pour nous donner l’illusion que demain ça va être génial et dans ce sens la science actuelle remplace la religion, demain ce sera super, demain le paradis..yeah baby yeah smiley

        mentalement pur moi c’est exactement le contraire qui s’est produit t c’est ce dont parle l’allégorie de Adam et de Eve , pour moi c’est plus que clair.. nous régressons mentalement, nous avons perdu des capacités mentales....d’ailleurs « on » le sent bien sans réussir nécessairement à mettre le doigt dessus..

        c’est désespérant oui..le maître devenu totalement dément à cause de sa douleur de vivre..et veut que ce soit comme cela car il ne sait plus rien faire d’autre, il est au bout de son suicide lent..

        pour faire très court : il nous faut apprendre par soi même, à rester avec la désespérance comme avec la souffrance sans rien en attendre...ce que la pensée ne peut faire sauf si, pour une fois, elle ne cherche pas a fuir cet état du cerveau.....c’est là dans un de ces moments que quelque chose d’impossible se passe et c’est bien évidement toujours le cas si je n’attends rien du tout...

        cette condition absolue de ne rien attendre ni consciemment ni inconsciemment est le problème majeur que nous avons, problème ignoré..

        la pensée n’a pas la capacité pour vivre..c’est trop pour elle ....et ce n’est pas son objet...la pensée est un outil..

        si je vais mal, si le monde va mal, cela veut dire mauvais chemin et qu’il est tant d’apprendre..L’Origine, L’univers est là pour nous dès que la pensée ne dirige plus le cerveau...

        cela semble impossible....et pourtant.. !!!! cela se produit...

        amicalement...bonne pêche...


      • Grisminet (---.---.21.45) 6 octobre 2016 13:21

        @amiaplacidus

        S’il n’y avait que cette faute...


      • titi 6 octobre 2016 23:52

        @amiaplacidus

        « Il s’agit d’une entreprise qui a réinventé le capitalisme sauvage du 19em siècle, en se payant totalement sur la plus-value dégagée par le travail des autres. »

        Euh... toute l’économie est basée sur la valeur ajoutée du travail des autres.
        C’est ce qui fait vivre tout le monde, y compris les retraités et les fonctionnaires.

        « De toute façon, le modèle économique d’Uber est condamné à relativement cours term »
        Tous les modèles économiques sont condamnés.
        Il n’y a qu’en France où on espère encore construire des locomotives dans un monde ou les trains sont vides.

        « Alors, le beau temps d’engranger des sous-sous sans investissement sera fini, il faudra investir dans l’outil de production, ce sera alors une tout autre chanson »
        Dire que l’Etat doit investir dans « un outil de production » c’est vouloir faire perdurer des pratiques déjà mortes, vouloir maintenir des activités qui n’existent plus.
        La valeur ajoutée ne se mesure plus au m3 de fonte coulée dans un haut fourneau.


      • titi 6 octobre 2016 23:56

        @howahkan

        Si un jour une personne n’avait pas pris le risque de se jeter à l’eau l’humanité ne saurait pas nager.

        C’est parce que des gens prennent des risques, tentent, innovent, inventent que l’humanité est sortie de ses grottes.

        Le collectif soudé, amical, partageur, c’est la clique des planplans qui veulent que rien ne change.


      • Leonard Leonard 5 octobre 2016 11:44

        Bonjour,


        Pour précision, le dernier lanceur Space X a explosé lors d’un essai... avec le satellite à mettre en orbite. Soit une perte d’environs 200M$ pour la satellite seulement...

        A ce train là, avec les pertes de Tesla... Elon Musk semble être une chimère...



        • sls0 sls0 5 octobre 2016 14:33

          Pour TESLA on oublie un peu que leurs batteries c’est pas trop le top en technologie lithium, que la production mondiale de lithium ne permet d’équiper que 11 millions de voiture.
          C’est pas idiot de regarder en combien de temps les dividendes rembourseront le prix de l’action.
          Ah les plus valus ! J’ai tâté un peu le trading, effectivement ça peut rapporter, 9 pigeons paient le bénéfices d’un gagnant, on gagne à condition d’être assez détaché, les réactions très humaines on les fout au placard.
          Les bulles sont dues à des réactions très humaines.
          Le trading est très intéressant par son coté psychologique.

          Dormez braves gens, il y a plein d’Arthur Raffalovictch qui veillent sur vous.


          • epicure 5 octobre 2016 15:55

            @sls0

            Oui en 2008 certains ont fait des bénéfices pendant que tout le monde paniquait.
            Il y a soros dans le tas, si je me rappelle bien.


          • titi 7 octobre 2016 00:05

            @sls0

            « Les bulles sont dues à des réactions très humaines.
            Le trading est très intéressant par son coté psychologique »

            très d’accord. Les investisseurs sont des moutons.
            Il est très facile de prévoir les réactions.

            J’attends avec impatience le 1er tour de la présidentielle va y avoir des coups à faire


          • Spartacus Spartacus 5 octobre 2016 16:13

            L’argent des autres...la phobie des gauchistes et souverainistes..


            Imaginez donc si vous n’avez rien investi dans ces société vous n’avez rien perdu.Quel drame ma bonne dame !

            Par contre on vous oblige sans le vouloir à investir dans Arena, EDF, Air France et vous allez continuer a payer leurs pertes financière par encore plus d’impôts direct et indirect...

            Ce matin avec votre argent l’état a investi 500 millions dans des locomotives qui ne servent à rien....Brûler le pognon de la société au barbecue. Kafkaïen et ubuesque.
            Pour sauver une usine ou 480 personnes allaient être mutés dans d’autres usines de leur groupe dont l’état est actionnaire...

            Au lieu de penser sur les misères du capital risque qui ne pénalise que ceux qui prennent des risques, laissons sous silence l’investissement en capital à but politique......

            Petiiiits, petiiiits, regardez le gennnntil gouvernement qui vous montre au présent qu’il est social pour gagner les prochaines élection.....Renvoyons a demain la facture.....

            Et les poules du poulailler vont encore voter pour des étatistes de gauche ou souverainistes.

            • Jean Pierre 5 octobre 2016 17:06

              @Spartacus
              Il est beaucoup trop simple de parler de « l’argent des autres » comme si les secteurs économiques étaient rigoureusement indépendant les uns des autres. 

              Que des acteurs privés investissent des sommes gigantesques dans des bulles spéculatives prêtes à exploser nous concerne tous pour plusieurs raisons.
              D’une part la capitalisation gigantesque qui se rue sur des coquilles vides n’est pas attribuée à des secteurs utiles (je parle de coquilles vides car n’importe quelle plate forme informatique de mise en relation chauffeur/client peut remplacer Uber à tout moment et dans de meilleures conditions aussi bien pour les chauffeurs que pour les clients). Les mêmes milliards seraient plus utiles ailleurs.
               D’autre part on peut se demander pourquoi et comment autant de milliards se retrouvent dans des poches privées puis dirigées vers des bulles absurdes (pour être potentiellement cramées dans un prochain crash) alors qu’une récession généralisée sert de prétexte à des mesures d’austérité anti-sociales et anti-salariés.
              Et enfin, les entreprises citées ont transféré de l’activité (dans l’hostellerie, le transport, etc) vers elles mêmes pour empocher le maximum. A l’explosion de ces bulles cette activité (et les emplois qui vont avec) va être détruite ce qui plongera des milliers de personnes dans de graves difficultés. Certes les activités repartiront (comme l’activité est repartie après la crise des années 30 par exemple). Mais le creux de la vague est d’une extrême brutalité sur le plan social, politique et tout simplement humain.
              Nous expliquez que « c’est de l’argent privé et que donc vous n’avez rien perdu » c’est un peu comme nous expliquer que la crise des années 30 et son cortège de malheur (misère, chômage, populisme, nazisme) aurait été sans conséquences autres que le crash boursier de 1929.

              Je préfère que l’Etat investisse 500 millions dans une entreprise qui traverse une période difficile que de voir cette entreprise disparaître. 
              500 millions c’est à peu près le cadeau versée frauduleusement au seul copain Tapie. Ou c’est le cadeau fiscal fait par Woerth au fraudeur Wildenstein parce que celui ci finançait l’UMP. 
              Finalement, 500 millions d’argent public pour garder des emplois, des compétences, des savoir-faire, de l’activité et pour moderniser le matériel ferroviaire, c’est un choix incontestablement meilleur que les turpitudes du gouvernement précèdent sur lequel, curieusement, vous ne dites rien.

            • Spartacus Spartacus 5 octobre 2016 17:37

              @Jean Pierre
              Nostradamus ?

              Au non de quoi pensez vous qu’elles feront faillite ? Vous avez des dons médiumniques ? 
              Au nom de quoi vous érigez vous en spécialiste boursier ? Vous êtes connu pour vos coups en bourse ?

              Au nom de quoi osez vous dire que cet argent sera plus utile ailleurs....Vous connaissez un autre secteur économique qui propose un job, transforme en bien habillé et aimable l’arabe de St Denis qui après 10 000 CV dans l’administration ne lui a proposé qu’un stage a creuser des trous le lundi et les reboucher le mardi...Allez y faites donc la démonstration, les recalés des banlieues attendent vos réponses....

              Vous croyez que ceux qui prennent UBER prenaient le taxi et que c’est un transfert ? On voit bien que vous n’avez jamais vécu un refus malpolis de taxi pour aller à Créteil en sortant de la gare de l’Est le soir à 22h ? 

              La crise des années 30 a été la conséquence de l’anticipation suite à l’annonce gouvernementale de la future mise en place de loi Smoot-Hawley.

              500 million est de l’électoralisme le plus dégelasse et le plus abjecte réalisé sur le compte des générations suivantes....Le gouvernement précédent avait demandé a des investisseurs privés de participer au capital de ce canard boiteux. C’est surement, mais vous avez raison au lieu de garder des actions, ils auraient mieux fait de les vendre et privatiser à 100%.....Et c’est en cela que je trouve le gouvernement précédent tout aussi nul.

            • Jean Pierre 5 octobre 2016 20:04

              @Spartacus
              Il y a quelques temps vous sortiez une vidéo montrant que l’effondrement des subprimes était prévu par un spécialiste des bulles financières. Aujourd’hui vous semblez penser que l’effondrement de ces nouvelles bulles financières que sont Tesla, Uber ou autres n’est pas lui aussi inévitable. Vous semblez manquer de mémoire et de suite dans les idées. Ces nouvelles bulles sont alimentées elles aussi par le crédit facile et l’émission monétaire débridée. Même cause, même effets.


              Concernant Uber, cette entreprise qui, selon vous, donne leur chance à des personnes éloignée de l’emploi, investit dans la voiture sans chauffeur. Perdez toute illusion sur la fonction sociale de ce genre d’entreprise.

              Faire 500 millions d’investissement en modernisation du matériel ferroviaire est un choix pouvant être contesté. L’Etat devrait assortir cette aide de l’éviction sans indemnité de quelques dirigeants qui n’ont pas su faire évoluer l’entreprise. Mais cette aide est infiniment préférable aux cadeaux faits aux copains Tapie et Wildenstein, cadeaux sur lesquels vous ne dites toujours rien. Ce milliard offert a ces deux canailles a préservé combien d’emplois et a fait fonctionné quelle entreprise ?

            • Spartacus Spartacus 5 octobre 2016 22:58

              @Jean Pierre

              Du moment que c’est pas notre argent, et qu’on ne me demande pas de les aider s’ils ont un défaut...Uber, rien a faire.

              Tesla par contre est un peu particulier comme Alstom. Un marché ou l’intervention de l’état se substitue au marché libre. Quand la voiture est financée plus par les aides aux véhicules électriques et créant une fausse demande. Logiquement ça devrait terminer en peau de boudin. Comme l’argent des MIA, ou Ségolène royal a dilapidé en pure perte les millions.

              Une entreprise est sociale, a partir du moment ou elle crée un emploi qui ne soit pas à charge de la collectivité.
              UBER crée une activité pour les démunis des banlieue, vous osez prétendre que c’est anti-social ? En plus c’est innovant pratique. Je l’utilise souvent à Roissy. Essayez l’application. C’est génial. 

              La voiture sans chauffeur ce sera certainement génial....La destruction créatrice changera le marché totalement. Ça crée déjà des emplois à de chercheurs, des concepteurs. Vous vous rendez compte ?
              Vous n’intégrez pas la destruction créatrice de Schumpeter...
              Vous y voyez la suppression des chauffeurs visible et immédiate, mais pas l’impact sur les créations indéfinies et bien plus porteuses sur le temps. .
              Vous ne voyez pas voyez pas les créations de nouveaux marchés imbriqués. Exemple, nouvelles demande qui permettra les déplacements des gens sans permis. Des usines de programmation, de satellites, et de loisir possible pour tous à l’intérieur de la voiture qui ne sont pas encore créés voire imaginés.

              Les 500 millions sont la honte absolue et la démonstration que nous somme devenu le dernier pays communiste du monde occidental. 57% du PIB c’est l’état. 15% de l’aide sociale mondiale, c’est la France. 40% des ULM d’Europe sont en France.....Je crois que ces dernière années ont montré que le socialisme est une hérésie.

              Cette aide est une dégueulasserie absolue sur l’utilisation a des fins électorales de l’argent de la société. L’état n’a pas a aider aucune entreprise capitalistique.....Tapie ou Alstom.

              Si l’entreprise a des perspectives de rentabilité, seul l’argent privé est capable de discerner l’entreprise d’avenir . 
              Je me suis même opposé à la création de la BPI qui n’est que le prolongement de l’utilisation des fins électorale par l’élite 

            • biquet biquet 6 octobre 2016 10:55

              Comment Uber peut perdre 1,2 milliard en 1 semestre ? C’est un mystère total. Pourtant les comptes de cette entreprise devraient être publics, au moins le bilan de l’année précédente. Vu que les investisseurs continuent d’affluer, Uber doit constamment augmenter son Capital, cette augmentation couvrant alors les pertes. Mais s’il y a perte, il y a encore une augmentation encore plus importantes des actifs, pourtant certainement pas au rang des immobilisations. Le mystère Uber reste donc entier, si un rédacteur d’agoravox arrive à se procurer les comptes d’Uber, il fera un tabac.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès