Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Au printemps l’échouage des petites « méduses bleues » (...)

Au printemps l’échouage des petites « méduses bleues » !

Chaque même saison dans le Sud c’est l’époque où les « petites méduses bleues » viennent s’échouer sur les plages méditerranéennes, ces dernières ont pour nom latin Velella velella, mais plus communément on les nomme aussi « Vélelles » ou « Barquettes de la Saint-Jean ». Si elles s’échouent en nombre sur le littoral méditerranéen, elles peuvent également s’échouer sur les plages du Finistére : ., et elles peuvent même « remonter » jusqu’aux îles Féroé. : .

Le 05 mai il y a eu une forte tempête sur la côte d’Azur  : là, la mer déchaînée a fait échouer des milliers de velelles sur les côtes, comme sur la plage de la Gaillarde aux Issambres ( Var ), ou à l’entrée Est de Sainte Maxime ( Var ) où des velelles : , ont été rejetées sur la plage entremêlées dans les inflorescences des posidonies qui ont été arrachées par la force des vagues.( cette tempête a également drossée deux voiliers sur les rochers) ,et ici.

Ce jour de grosse tempête sur la plage de la Gaillarde, ( je demeure à 4 km ) la mer démontée a propulsé les vagues qui sont venues s’échouer sur le sable à une quarantaine de mètres du rivage. Ces vagues ont projetée des velelles contre le muret du fond de plage : , pour vous monter la force de ces vagues, j’ai fait une photo panoramique et comme vous pouvez le constater le rivage de la plage se trouve à environ 40 m : .

D’autres photos de velelles échouées prises le 10/05 par mes soins : sur une petite crique attenante à gauche de la plage de la Gaillarde, photos :1234 .

Les velelles transparentes sont je pense des velelles mortes en pleine mer, elles ont été rejetées avec les velelles bleues qui elles étaient vivantes à leur échouage. Ce sont ces dernières qui en se décomposant dégageront une odeur de putréfaction nauséabonde, Sur cette photo à gauche des velelles mortes en mer flottent encore à la surface :. Dans cette petite crique, sur les galet l’état de décomposition des velelles au 14 mai, 9 jours après leur échouage, elles dégagent toujours une odeur de poisson en putréfaction : .

Les Velellas velellas ou velelles !

Les barquettes de la Saint Jean ou Velelles dont le nom latin est Velella velella, ont l’aspect d’un petit bateau de 5 à 7 cm de longueur de couleur bleue et munie d’un voile triangulaire.Cet organisme est un coelentéré (embranchement des coraux et des méduses) et plus précisément un sitonophore proche des hydraires. C’est un hydraire complètement adapté à la vie pélagique à un point tel que sa respiration est devenue aérienne par suite de l’émersion normale du flotteur (constitué par la barquette).

La couleur bleue est donnée par des zooxanthelles, cellules végétales vivant en symbiose avec ces velelles.Sous ce flotteur est fixée toute une colonie de polypes disposées en ellipses : là . De ces polypes se détachent de petites méduses ayant la forme d’une mitre qui tombent généralement au fond de la mer où elles se reproduisent. Les processus de fécondation et le début du développement des velelles sont encore mal connus. Ces barquettes vivent normalement en haute mer où elles peuvent constituer des bancs immenses (des dizaines de km2). Elles sont poussées par les vents du Sud vers les côtes métropolitaines en mai et juin dans les eaux monégasques et environnantes. source. ( les liens sont de P@py )

Du fait de leur morphologie ( disque flottant cartilagineux surmonté d’une petite voile également cartilagineuse : 12 - 3 ( photos prises par mes soins plage de « la Gaillarde » aux Issambres Var ), les velelles qui sont des animaux de pleine mer se déplacent au gré des vents, ainsi au printemps les vents soufflant du large les poussent sur les côtes où elles s’échouent par milliers.

J’ai remarqué que les voiles des velelles étaient légèrement de formes elliptiques, et un peu déportées par rapport à l’axe médian de la barquette :1 - 2 ,je pense que cette forme spéciale leur permet d’être toujours « au vent » pour se déplacer :1 2 .

La prolifération des « méduses » !

Je demeure sur la zone côtière du Var depuis 1982, et j’ai constaté la montée en puissance ( selon moi surtout ces 10 dernières années.) de la prolifération des méduses, que ces dernières soient urticantes ( celles qui posent problème surtout aux baigneurs en été ) tout comme nos petites « méduses bleues » qui font l’objet de cet article. ( Pour plus d’infos sur les méduses « piquantes » voir en bas de page dans liens en annexes mes deux articles sur les méduses )

Les « méduses » sont trop nourries !

Les Velelles appartiennent aux groupes des cnidaires, et ces Velelles , ( ici la définition de Wikipédia ), se nourrissent de plancton et principalement de zooplancton.

Le déséquilibre de la chaîne alimentaire !

Le rejet par les fleuves d’eau douce chargées en matières organiques ( lisiers et égouts des villes) et en matière azotées ( résidus des épandages d’engrais ) 12 - font que ces rejets sont un « fertilisant » pour le plancton, .. et ce surplus de plancton est de ce fait un supplément de nourriture donc une aubaine pour les micro-organismes marins qui s’en nourrissent c’est-à-dire le zooplancton vu plus haut... qui eux-mêmes deviendront une nourriture abondante pour les méduses et autres velelles.

L’absence de prédateurs naturels !

Les tortues marines ( principalement la tortue luth ( chaîne alimentaire de la tortue luth : ) et la tortue imbriquée,) qui disparaissent à cause des rejets en mer des sacs plastiques qu’elles avalent comme étant des méduses : 1 ,et le thon rouge :12 , qui disparaît lui aussi à cause de la surpêche sont les prédateurs naturels des « méduses » ceci expliquant cela, de ce fait, les méduses et autres velelles prolifèrent !

ll arrive qu’un un banc de velelles soit pris pour une tache de pollution !

Les bancs de velelles sont parfois immenses et compacts ( plusieurs km2 ) qu’ils soient pris pour une pollution marine d’hydrocarbure occasionnée par le délestage sauvage d’un bateau, l’article : photo d’un banc : .

Par tempête, la mer dépose hélas aussi d’autres rejets !

Je me balade souvent en bordure de la mer, hélas je constate que la grande bleue est vraiment une grande poubelle, et à chaque coup de tabac, ( peu importe la saison ), la mer dépose moult autres rejets ... qui eux hélas ne sont pas issus du milieu marin, la plupart de ces déchets sont en plastiques donc .. ne coulent pas, et ils sont transportés par le courant ligure, quelques photos de cette pollution par les plastiques : 1 2 34 5 6 - 7, - 8, la plupart d’entre eux viennent d’Italie, la preuve : 9 - 10111213 -.

 

Liens en annexe :

Mes précédents articles sur les méduses :12

Un article de la spécialiste Jacqueline Goy : là

Deux autres sites sur les Velelles : ici et :

Un site sur les posidonies :

Un très bon site sur la diversité de l’écosystème planctonique :

Zooplancton méditerranéen : changement d’espèces :

Un site qui évoque : Température et salinité de l’eau de mer, les courants marins, les vagues, niveau de la mer etc : .
 

Gilbert Spagnolo dit P@py


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • slipenfer 17 mai 2010 11:12

    Vé ! si ces putains de couillons de touristes se piquent les roubignolles on va bien rigolé con !
    Pauvre bêtes peuchère elles sont plus jolie dans l’eau.
    Sinon vous avez des nouvelles de taxifolia caulerpa ?
    Bonne baignade à tous : ouill ouill ouill !!!!!!


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 mai 2010 08:57

      Salut slipenfer,


      Même si je suis souvent à l’eau ( l’été ) je ne suis qu’un petit baigneur,.. qui suit la ligne des bouées à 100ms,...et de ce fait et je connais pas du tout la Caulerpa taxifolia.


      Mais comme toutes les espèces invasives, je pense que la Caulerpa toxifolia va étendre son té, donc de’ coloniser d’autres espaces, néanmoins je pense aussi que l’on a perdu beaucoup de temps en parlotes !


      A consulter ( ma connection 3G + rame sec !!!)


      http://www.unice.fr/LEML/PagesStatiques/CaulStart.htm


      http://www.meretlittoral.com/mer-littoral/lutte-pollution/biologiques/caulerpes.html



      http://www.google.com/search?hl=fr&ei=dHjxS4mCGaWImwPyw7n0Cw&sa=X&oi=spell&resnum=0&ct=result&cd=1&ved=0CBMQBSgA&q=caulerpa+professeur+meinesz&spell=1


      http://www.google.com/search?hl=fr&ei=8n3xS6f3BKiGmwO6mKT0Cw&sa=X&oi=spell&resnum=0&ct=result&cd=1&ved=0CBMQBSgA&q=expansion+de+la+caulerpa+taxifolia&spell=1



      @+ P@py


    • brieli67 17 mai 2010 13:44

      Cependant cette hypothèse n’a jamais été prouvée !!

      n’avez vraiment pas d’autre source ??

      C’est l’herbe de Cousteau ce sacré scientifique, voleurs des fonds marins...

      Les procès sont en cours et

      c’est terminé avec la Principauté de Monaco :
      incapable de réduire et de dédommager les dommages, stopper l’évolution

      Question bête : y a t’il des méduses qu’on mange ?
      Une source de protéines pour faire du steack et du jambon ?


      • slipenfer 17 mai 2010 14:49

        J ’ai trouvé d’ autre source mais un témoignage sur place est plus efficace.
        un masque un tuba, on voit bien les dégâts.Je demandais au passage.
        les donnée ifremer date de 2003.
        La mer baltique aussi c’ est pas mal

        Les méduses, ça se mange !
         Oui, oui, ne faites pas la fine bouche ni les gourmets effarouchés.
         et j’ai tenté l’expérience. Que n’y ai-je pas pensé plus tôt !
        sinon pour les steack il y as déja ça
        nourritures synthétiques à base d’hydrocarbures
        Les acides aminés, bases fondamentales des protéines, sont des hydrocarbures.
        et voila notre steak de méduse.
        pour le jambon je cherche des cornichons. smiley
        a+ merci pour la réponse


        • brieli67 17 mai 2010 16:51

          donc bien une herbe de labo acclimatée en Europe et relarguée par l’Amiral Cousteau !


          Les méduses sèchées je connaissais... 

          Donc après la TOMATE , la pêche à pied va changer de mains.


          Dure, dure, la chair de la pieuvre
          Les techniques pour attendrir la pieuvre sont aussi nombreuses qu’excentriques : la battre contre une roche ou avec un maillet, la tremper alternativement trois fois dans l’eau bouillante et trois fois dans l’eau froide durant 30 secondes chaque fois, la traiter à la papaïne ou à la broméline, la cuire avec un bouchon de liège. Une des méthodes les plus originales consiste à la passer entre les rouleaux d’une ancienne machine à laver... ( ou stonewashed comme les jeans)
          Toutefois, aujourd’hui, la plupart des cuisiniers s’entendent pour dire que la congélation est le meilleur moyen de l’attendrir. On recommande de mettre la pieuvre fraîche de six à huit jours au congélateur avant de l’apprêter, ou de l’acheter surgelé.


          Qu’attendons nous de croquer de La méduse : une fontaine de Jouvence ?

          Le ralentissement du vieillissement est aussi l’une des grandes préoccupations des fabricants de produits naturels. Un supplément fabriqué à partir de protéines de méduses, Prevagen Professional,aurait des vertus antiâge. Selon le fabricant, la méduse de type Aequorea Victoria, qu’on retrouve dans l’océan Pacifique, est riche en protéines de calcium. Celles-ci protégeraient les cellules contre le vieillissement.

          Le monde des concombres _cornichons

          fainéant pour la ramasse on peut très bien prendre de l’arménien, du Très long de Chine jeune, long,.. et le passer à la saumure épicée. 

          cornichon ? pardon... 


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 mai 2010 23:48

          Bravo P@py,

          j’ignorais que l’on pouvait faire un article aussi riche et complet, d’abord sur un sujet pourtant d’actualité, et de surcroit, en plein festival de Cannes...Chapeau ! Allez, dites nous la vérité, vous avez tout recopié sur : http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/hersant-vend-le-siege-du-journal-74269 Nice matin, ou alors, vous cherchez à vous faire remarquer pour être embauché sur Nice-matin.fr...En tout cas, vous seriez la fierté de cette presse exsangue, et de ce site ici présent.

          A propos de la décomposition et de la putréfaction des méduses, il y a un vieux proverbe corse qui dit : Tempête en mai, t’en chie en juin...

          A propos de prédateur de cette espèce, je crois qu’il y en a un : le rat d’eau...

          Cordialement. L.S.


          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 mai 2010 09:04

            Salut Lisa Sion 2,


            Y a que des bons sur Agoravox, remarque une petit jobà Nice Matin me plairait bien. !!


            Pour le festival, ...le velelles sont arrivées 15 jours trop tôt !!


            @+ P@py





            P.S.


            « A propos de prédateur de cette espèce, je crois qu’il y en a un : le rat d’eau. »



            ...J’ai mis 10 mn avant de percuter !!!!



            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 mai 2012 21:42

              voir cette contribution à l’article sur Hyère que je place plus bas :

              14/05/2010 à 14h32

               

              Elles auraient dû venir s’échouer sur les plages de Cannes, histoire de mettre un peu plus de stress aux organisateurs, un peu d’animation pour les festivaliers et en plus, il y a des pelles mécaniques et des camions qui sont disponibles 24h/24h00 pour réparer assister les plagistes après chaque vague de plus de 1m de haut !.

              @+ P@py


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 mai 2012 21:18

              Comme les autres années à la même époque , les velelles sont de retour.
              Bien que depuis novembre 2011 je suis domicilié dans les Alpes de Haute Provence (04), je descends néanmoins de temps en temps sur la cote Varoise.
              Ainsi dans la semaine du 07 au 13 mai j’étais dans le secteur de Saint-Aygulf.
              Le premier jour ou j’ai circulé en voiture sur la route du bord de mer ( la RN98 )entre Frèjus et Sainte Maxime, et comme je circulais vitres ouvertes, ,… j’ai bien senti l’odeur caractéristique ( poisson en décomposition ) que ces petites « méduses bleues » dégagent lorsqu’elles sont échouées !
              Je me suis arrêté sur la plage de la Gaillarde, et en bordure de plage j’ai effectivement constaté leur échouage, au cours de ma bref observation, ( je suis resté bien moins longtemps du temps ou je résidais sur place ) il me semble qu’elles étaient moins nombreuses, mais ce n’est que le constat d’un jour à un moment donné !

              @+ P@py


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 mai 2012 21:46

                .... Comme les autres années,.......elles sont toujours là !


                ice Matin 14/05/2012

                Des centaines de milliers de méduses s’échouent sur une plage d’Hyères



                http://www.nicematin.com/article/faits-divers/des-centaines-de-milliers-de-meduses-sechouent-sur-une-plage-dhyeres.163147.html


                voir cette contribution à l’article sur Hyère que je place plus bas :

                14/05/2010 à 14h32

                 

                Elles auraient dû venir s’échouer sur les plages de Cannes, histoire de mettre un peu plus de stress aux organisateurs, un peu d’animation pour les festivaliers et en plus, il y a des pelles mécaniques et des camions qui sont disponibles 24h/24h00 pour réparer assister les plagistes après chaque vague de plus de 1m de haut !.

                @+ P@py



                Nice Matin 04/05/2012

                Pour des plages vraiment propres, il faudra attendre juin…


                http://www.nicematin.com/antibes/pour-des-plages-vraiment-propres-il-faudra-attendre-juin%E2%80%A6.861482.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès