Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fukushima : corruption locale, danger mondial

Fukushima : corruption locale, danger mondial

Fukushima n’est pas un problème japonais. Ou pas seulement.

Certes, les japonais sont les premiers exposés et le moment approche où l’on verra Tokyo se vider de ses habitants encore valides, pendant que les autres en submergent les hôpitaux. Le lac Kasumigaura, le deuxième plus grand lac du Japon avec une surface de 220 km2, est situé à 60 km au Nord-Est de Tokyo. Il absorbe depuis 2 ans des matières radioactives, notamment du césium. Il approvisionne 960 000 personnes en eau “potable”.

Partout où l’on mesure à Tokyo, on trouve de la radioactivité : voir par exemple cet articlesur des mesures réalisées dans un appartement au centre de la ville. Les taux communiqués par les agences officielles sont truqués car les dosimètres sont isolés par des blindages en plomb. Pareil pour les travailleurs sur le site contaminé, obligé de porter des coques en plomb autour de leurs dosimètres personnels… Rien d’étonnant à cela depuis que l’on sait, suite à l’enquête parlementaire japonaise, que la catastrophe nucléaire est avant tout le résultat de négligences facilitées par la collusion entre le gouvernement japonais, l’agence de régulation et l’opérateur Tepco. Il n’y aucune raison de croire que cette situation est unique au Japon, elle existe très probablement partout où il existe un “pouvoir nucléaire” important, à commencer par la France.

La situation à Fukushima n’est pas sous contrôle, même si personne n’en parle dans les médias officiels. Toutes les enveloppes des réacteurs 1, 2 et 3 sont percées et le corium (un magma de combustible et des éléments fondus du coeur du réacteur) se balade un peu partout dans les canalisations, les failles souterraines… L’injection d’eau de refroidissement ne sert plus à grand chose vu que le corium n’est plus dans les réacteurs, l’eau ne faisant finalement que faciliter la dispersion des radionucléides. Idem pour les piscines 3 et 4, qui représentent le principale danger en termes de contamination mondiale : il y a d’une part un très grand risque que, volontairement ou non, cette eau mortelle se retrouve dans le Pacifique suite à l’effondrement des piscines (par manque d’entretien ou lors d’un prochain tremblement de terre) et d’autre part, une fois l’eau partie, les 220 tonnes de carburant fissile (dont 88 tonnes de MOX) partiront en une colonne de fumée très hautement radioactive qui se déposera partout où la poussera le vent.

C’est à ce moment-là que le spectre de Fukushima apparaîtra au monde entier dans toute son horreur et que, peut être, les lobbies du nucléaire se feront hara-kiri dans un prout final et définitif (maigre compensation, certes) ; mais entre-temps, déjà, ce qui s’échappe de Fukushima arrive sur les côtes chinoises et américaines par les airs et par la mer. Des plumes radioactives traversent actuellement le Pacifique en direction des côtes Ouest de l’Amérique, qui fût contaminée par le césium 137 dès le mois de mars 2011.

Avec une demi-vie de 30 ans, le césium 137 est un élément hautement toxique avec une palette d’effets conséquents sur nos organismes. Il n’y a guère de raisons de penser que les côtes européennes ne seront pas touchées.


Moyenne des avis sur cet article :  4.51/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • joletaxi 15 mars 2013 14:38

    Mr Verschoore

    l’abus de certaines herbes n’est pas sans conséquences,il est encore temps d’arrêter.


    • anomail 15 mars 2013 15:18

      Le troll en manque d’arguments passe directement aux attaques personnelles.

      PS : Joli, vous avez encore dégainé le premier. Quel hasard étonnant.


    • joelim joelim 15 mars 2013 17:48

      Plus fort qu’Hare Krishna : Hare Vha, l’Autorité Suprême...


    • joletaxi 15 mars 2013 17:52

      que voulez-vous dire sur un tel monument de manipulation, de mensonges, ?

      mais si c’est que vous voulez entendre, et visiblement c’est le cas,vous goberez cette daube avec délices


    • amipb amipb 15 mars 2013 19:01

      Où sont vos arguments, joeletaxi ? Connaissez-vous l’implication des yakuza dans quasiment tous les contrats juteux au Japon ? Dans les ONG qui portent secours aux plus démunis pour mieux enrôler ensuite ? Des gouvernements de droite ou de droite (oui, c’est très original) ?


      Vous parlez sans savoir, aveuglé par une idéologie scientiste, opposée à toute réelle démarche scientifique.

      Une évolution, une avancée technologique n’est pas toujours un progrès, ni pour l’environnement, ni pour l’espèce humaine.

    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 15 mars 2013 19:07

      Pour trolletaxi :









      Temps de préparation : 15 minutes
      Temps de cuisson : 60 minutes

      Ingrédients ( pour 8 jours ) : - 2 kg de boeuf à daube maigre type paleron, galinette coupée en gros morceaux
      - 1 oignon
      - 1 carotte
      - 2 feuilles de laurier
      - 2 gousses d’ail
      - 1 bouquet de thym
      - poivre et sel
      - une fine épluchure d’une grosse orange prélevée au moins 8 jours avant et bien sèche
      - 300 g d’olives noires dénoyautées
      - 2 cuillerées à soupe de coulis ou de sauce tomate épaisse
      - 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive (dans l’idéal, des Baux, évidemment)
      - 1 bouteille de vin rouge Côtes du Rhône (rouge de préférence Gigondas ou Vacqueyras, c’est IMPÉRATIF pour que la daube soit provençale !)

      Bonne semaine !


    • joelim joelim 16 mars 2013 14:15

      que voulez-vous dire sur un tel monument de manipulation, de mensonges, ?


      Vous n’avez jamais apporté la moindre esquisse d’argument, donc j’espère seulement que vous ne bossez pas dans le domaine, sinon c’est terrifiant. Des apprentis sorciers qui se cachent la réalité comme des autruches, c’est plus grave encore que de cacher la réalité seulement aux autres. Etes-vous encore capable de gérer rationnellement l’industrie nucléaire ? La réponse est de plus en plus négative.

    • pierrot pierrot 15 mars 2013 15:37

      Je préfère lire les divers communiqués précis de l’IRSN que cet article ignorant concernant l’état des installations de Fukushima Daiichi.


      • anomail 15 mars 2013 17:12

        ’En lien avec l’ASN, et notamment sur la base de documents produits par EDF ou diverses autorités de sûreté, l’IRSN assume notamment un rôle d’expertise et d’interface entre les autorités, le public et l’industrie nucléaire civile’

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_de_radioprotection_et_de_s%C3%BBret%C3%A9_nucl%C3%A9aire

        Bref, l’IRSN relaie la propagande d’EDF. Dormez tranquille.


      • pissefroid pissefroid 15 mars 2013 17:40

        voir aussi le site de l’asn :

        http://japon.asn.fr/


      • gaijin gaijin 15 mars 2013 17:51

        autre info « rigolote »
        dans la nouvelle agence indépendante d’évaluation de la sureté du nucléaire 4 experts sur 6 ont des liens avec la même industrie

        comme on dit en france : « on n’est jamais si bien servier que par soi même »


          • amipb amipb 15 mars 2013 19:03

            Les pro-nucléaire ne sont JAMAIS ceux ayant vécu au cœur d’un accident nucléaire...


          • Wizard 15 mars 2013 19:42

            L’énergie nucléaire est dangereuse. En cas d’accident c’est toujours silence radio ou désinformation.

            A Fukushima, Tokyo aurait été sévèrement touchée si les vents n’avaient pas été orientés vers la mer. Imaginons une catastrophe pareille chez nous ; la pagaille totale que cela occasionnerait.

             


            • Nangala 15 mars 2013 21:07

              Intéressante, l’histoire des dosimètres blindés au plomb.


              Sur les archives de Tchernobyl, on voit les nettoyeurs accoutrés de plaques et de tabliers de plomb pour les protéger contre les radiations. Au Japon, on protège le dosimètre mais pas les hommes... Dire qu’on nous a rabaché la tête pendant des décennies pour nous inciter à croire que les soviets étaient des salopards, des brigands, des méchants qui méprisaient leur peuple...

              Pour info : pendant des années a prévalu l’idée en géopolitique que l’effondrement de l’Union Soviétique était le résultat des dix années de guerre contre Afghanistan, mais quand on a posé la question à Gorbatchev - un des plus grands chefs d’état du XXème siècle, sa réponse a été claire, nette et précise : la chute de l’Union Soviétique a pour origine l’accident de Tchernobyl. 



              • julius 1ER 16 mars 2013 10:45

                C’est bien de revisiter l’histoire car elle n’est jamais écrite définitivement, une fois qu’on a réussi a lui enlever toutes ses scories, propagande, désinformation, parti- pris etc ....

                on peut commencer à avancer, pour ma part je pense que Tchernobyl a été un accélérateur de la désintégration de l’URSS, mais pas la cause profonde, qui elle est surtout cette militarisation à outrance de l’URSS d’abord lors de sa création pour combattre la guerre civile puis la seconde guerre mondiale qui a accéleré ce processus la moitié du PIB pour ne pas dire plus tellement les chiffres sont peu fiables , passaient dans l’armement hors l’armement ne produit pas de croissance hormis pour les entreprises qui sont concernées, mais çà ne joue en rien sur les infrastructures donc le pays s’est enlisé dans des dépenses mortifères pour son peuple, le coup de grâce a été donné par Reagan avec sa course aux étoiles, la guerre d’Afghanistan pour sa part ayant continué à engluer les soviétiques dans cette folie des dépenses militaires.
                Il est clair qu’aucun pays ne peut prospérer en asseyant son développement sur une croissance des dépenses militaires, çà au moins c’est une certitude...........

              • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 15 mars 2013 21:33

                Merci encore pur vos commentaires sur un article qui, une fois n’est pas coutume, se veut un peu alarmiste. Le nucléaire c’est comme jouer à la roulette russe : tant que tout va bien, tout va bien et on peut pérorer sur les avantages du processus. Mais quand tout va mal, ca va très mal. Les Russes, justement, en savent quelque chose. Cela relève finalement d’un choix de société, sauf que les potentiels effets désastreux du choix dépassent largement les frontières de ceux qui font le choix du nucléaire. Rien que cet argument-là devrait suffire à bannir le nucléaire mais bon, on peut rêver et les partisans de Joeletaxi ont encore de beaux jours devant eux. 

                Pour ce qui est des rapports officiels, bonne chance à ceux qui ont encore la moindre foi dans dans ce que peuvent raconter des agences de facto subordonnées à l’industrie nucléaire. Personne, au Japon, ne croit un mot de ce que dit Tepco, qui est aujourd’hui assimilé à l’Etat vu les milliards d’aides qu’elle reçoit de ce dernier. Le mensonge et la dissimulation sont les mamelles de l’industrie nucléaire.

                • rhea 1481971 16 mars 2013 06:16

                  Les cancérologues ont besoin de malades pour avoir du boulot


                  • pens4sy pensesy 16 mars 2013 07:44

                    L’absence de toute information sur la catastrophe en cours a Fukushima dans les médias maintream est révélatrice des imbrications et de la puissance des lobbys nucléaires avec les politiques et les financiers.
                    Ces gens la s’entendent pour diffuser les mensonges et taire le pire.
                    Jusqu’à quand ?
                    Il faudra bien faire face aux problèmes écologiques que l’industrie et les lobbys n’ont jamais anticipés, trop occupés a se gaver de fric et de pseudo puissance.
                    Le nucléaire ne connait pas de frontières, et Fukushima n’a pas dit son dernier mot.
                     


                    • JMBerniolles 16 mars 2013 10:06

                      Il est difficile de faire un commentaire sur un article qui ignore tout des données de base, par exemple la radioactivité est présente partout y compris dans le corps humain, donc, étant donné la précision des moyens de mesures, on la trouve partout, les rayons cosmiques nous irradient régulièrement.., aussi bien que du sujet lui-même.


                      Justement au niveau des mesures de radioactivité, une des choses que les japonais ont mis en place rapidement est le contrôle de la contamination de l’eau, du lait et des aliments.

                      S’il y a eu quelques ratés dans l’évacuation des populations et dans les mesures de radioactivité dans l’environnement pendant et un peu après les accidents nucléaires, qui ont conduit à une mauvaise connaissance de la contamination en Iode 131, plus ou moins reconstituée par des calculs aujourd’hui, l’irradiation externe et interne des populations touchées ont été faibles.
                      Exactement, très nettement dans le domaine des faibles doses.

                      Il en résulte justement que deux ans après les accidents nucléaires les conséquences sanitaires ne se sont pas encore manifestées et elles resteront très limitées [ceci est une conclusion générale venant de multiples horizons scientifiques]

                      Sans rien comprendre non plus, la fable, destinée à semer la terreur, concernant la piscine de stockage des éléments combustibles de l’unité 4 est reprise.

                      Sur le sujet il y a le florilège Cabanel :

                      * le bâtiment s’enfonce
                      * la piscine va tomber
                      * la piscine fuit
                      * l’explosion nucléaire serait alors pire que ce qui s’est déjà produit..

                      En fait la piscine dont la structure a été renforcée a déjà résisté à de nouveaux séismes d’un bon niveau, les combustibles sont refroidis correctement avec un débit d’eau très faible, l’accès au dessus de la piscine est plus facile qu’ailleurs parce que l’ambiance radioactive y est moins élevée et les préparatifs pour l’extraction des éléments combustibles, prévue à la fin de l’année, se déroulent normalement.

                      Evidemment, l’objectif du monstre Fukushima, en France, est d’entrenir la peur du nucléaire civil afin d’aboutir à l’arrêt de nos réacteurs nucléaires électrogènes.

                      Cela marche très moyennement. Dans un pays qui est en train de sombrer, les français comprennent bien que si l’on détruit un domaine où nous sommes compétitifs, la chute sera définitive.






                      • joletaxi 16 mars 2013 11:39

                        Mr. Berniolles

                        j’admire votre calme et votre pondération face à ce continuel battage et propagande mensongère de la mouvance qui aura, si l’on ne réagit pas rapidement réussi à nous précipiter dans la décroissance joyeuse et festive,avec son cortège de pauvreté de et malheurs pour les plus démunis.

                        cet article égrène les mensonges ,les contre vérités, les amalgames, les mensonges,exemple :

                        la catastrophe nucléaire est avant tout le résultat de négligences facilitées par la collusion entre le gouvernement japonais, l’agence de régulation et l’opérateur Tepco.

                        pour l’auteur, les 20.000 morts du tsunami sont un non événement.Le fait que toutes les autres centrales ont bien résisté au séisme, et pourraient d’ailleurs redémarrer sans problèmes si la mouvance n’avait pas instillé un climat de peur dans les populations,montre que c’est bien un tsnumai exceptionnel qui est à la base de la catastrophe,mais pour l’auteur, il s’agissait sans doute d’une vaguellette.

                        Toutes les enveloppes des réacteurs 1, 2 et 3 sont percées et le corium (un magma de combustible et des éléments fondus du coeur du réacteur) se balade un peu partout dans les canalisations, les failles souterraines… L’injection d’eau de refroidissement ne sert plus à grand chose vu que le corium n’est plus dans les réacteurs, l’eau ne faisant finalement que faciliter la dispersion des radionucléides

                        on aimerait avoir une source fiable de cette info, car on ne peut pas d’un côté dire que les autorités mentent sur tout, et prendre argument d’infos données par ces autorités.
                        L’eau qui sert au refroidissement est récupérée en permanence et filtrée et réutilisée pour le refroidissement.Le problème qui a été résolu par la construction d’un mur barrage, c’est que l’eau de la nappe autour de la centrale s’infiltrait dans les bases des réacteurs, ce qui augmentait les besoins en stockage.Il ne saurait donc y avoir dispersion vers l’extérieur, mais l’inverse.Tout faux et mensonger.

                        le problème des piscines, qui agite la mouvance n’existe que dans leurs rêves enfumés et c’est vraiment pénible de voir que cela continue malgré tous les démentis.

                        Concernant les problèmes liés à la surveillance du personnel, je ne vois pas en quoi le nucléaire serait une industrie plus propice qu’une autre à l’émergence de maffias ?
                        Et qu’il y aie eu des ratés, dans des circonstances aussi dantesques ne constitue pas un scandale particulier.

                        Et malgré toutes les difficultés, y compris celles liées au coût devenu difficile à supporter pour leur industrie de l’effacement général du nucléaire,les japonais réussiront à surmonter cette montagne de souffrances, comme ils l’ont fait en 45.

                        Je vous invite à lire ce petit article

                        http://wattsupwiththat.com/2013/03/15/james-hansens-policies-are-shafting-the-poor/

                        la réalité est là, notre bien être dépend de notre faculté d’avoir accès à l’énergie, tout le reste c’est de la propagande malthusanienne, qui a montré à quel point elle était néfaste et fausse


                        • JMBerniolles 16 mars 2013 12:35

                          Et moi j’admire votre extraordinaire résilience aux injures dont vous faites l’objet.


                          A propos des coriums ce que l’on peut connaitre aujourd’hui est qu’ils sont pour la plus grande part sur le fond de la cuve primaire.
                          Une partie est passée par melttrough à travers ce fond de cuve par les traversées de barres de contrôle et d’instrumentation, et se retrouve sur le fond de l’enceinte au niveau du piédestal qui soutient la cuve primaire.

                          Les techniciens japonais prévoient d’aller explorer bientôt à l’intérieur de ce piédestal.
                          Le niveau de radioactivité rend difficiles les interventions en bas de cuves.

                          Il n’y a pas eu de grosse interaction corium/béton. Donc la part de corium qui se trouve sur le fond de l’enceinte dans le piédestal sans doute, n’a pas gravement entamé l’enceinte.

                          D’ailleurs l’eau de refoidissement qui est injectée dans la cuve primaire par la ligne incendie et l’alimentaion normale suffit à refroidir les coriums.







                        • soi même 16 mars 2013 15:27

                          Et moi j’admire votre crétinisme machiavélique !


                        • JMBerniolles 17 mars 2013 01:27

                          Il est évident qu’il faut au moins trois cerveaux pour sortir un commentaire pareil !



                        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 16 mars 2013 13:01

                          @MM Berniolles et Joeletaxi


                          Toutes les mesures indépendantes que j’ai pu trouver pour le grand Toky montrent des valeurs au moins 2 fois supérieurs (et souvent plus) à la radioactivité naturelle, associés à des traces d’uranium - signature de Fukushima. Par exemple http://enenews.com/gundersen-uranium-detected-in-sample-from-tokyo-that-needs-more-study-video

                          La cuve du réacteur 4 à été consolidée pour résister à un tremblement de terre de magnitude 6. Au-delà on ne sait pas, et le principal problème est que le sol sous la piscine s’enfonce. http://enenews.com/former-prime-ministers-secretary-ground-fukushima-unit-4-sinking-30-inches-areas-danger-collapse-video

                          Tepco a prévenu que l’eau utilisée pour refroidir les réacteur allait finir dans le Pacifique s’ils ne trouvent pas une solution de stockage. Qu’ils n’ont pas actuellement. http://enenews.com/ap-as-a-last-ditch-measure-water-from-fukushima-reactors-to-be-released-into-ocean-after-being-purified ou encore http://www.japantimes.co.jp/news/2013/03/09/national/water-is-both-the-savior-and-the-bane-at-fukushima-no-1/#.UURdQhdvPcx

                          L’argument qui consiste à justifier le nucléaire sur des bases d’emploi français ou sur la corrélation entre niveau de vie et parc nucléaire est un argument de marchands d’armes : cela ne change rien au fait qu’un seul accident a des conséquences terribles, mais peu importe les 160 000 personnes déplacées à vie à Fukushima : business is business. Je ne doute pas que vous puissiez nous montrer une corrélation entre la sophistication miliaire et le niveau de vie, ou entre le nombre de Big Macs consommés et le niveau de vie, ou n’importe quoi d’autre. 
                          Personne - en tout cas pas moi - ne prétend qu’il faut empêcher tel ou tel pays de générer l’énergie dont il a besoin. la question est : quelle sources utiliser. Il existe des solutions, telles les réacteurs au Thorium ou la géothermie profonde, encore fort peu développées du fait que le nucléaire concentre la majorité des efforts de R&D.. Et si vous étiez honnête dans votre soucis de voir les pays en voie de développement accéder à une énergie suffisante, vous n’essayeriez pas de continuer à leur vendre une technologie française ou américaine, mais plutôt de les inciter à développer leurs propres méthodes. Mais cela n’arrangerait pas les affaires de Areva ou Westinghouse, évidemment. 




                          • JMBerniolles 16 mars 2013 14:49

                            Vraiment désolé mais vous n’êtes pas sérieux.


                            Pour les informations il faut aller à la source. Et non pas faire référence à des interprétations.

                            Qui a mesuré la radioactivité dans l’environnement après les accidents nucléaires ?

                            * principalement l’US-DOE, l’organisme fédéral américain qui régule le nucléaire notamment.
                            * l’AIEA pour des mesures plus restreintes et plus loin du site
                            * Le ministère japonais de l’environnement, du commerce, de la jeunesse, le MEXT .. qui a d’ailleurs installé des balises permanentes, dont les mesures en continu sont publiques.

                            D’une manière notable, il n’a été mésuré dans l’environnement que de l’Iode 131 (mal), des Césium 134 et 137 et puis, on peut dire à l’état de trace, des Strontium 89 et 90.

                            Il n’y a pas eu d’Uranium rejeté, mais quelques traces de Plutonium, uniquement sur le site même, que l’on a eu du mal à différencier du Pu militaire des retombées d’essais atomiques.

                            Si vous aviez plus de connaissances en la matière, vous comprendriez qu’il ne peut s’agir de coques de plomb. Auquel cas le dosimètre ne verrait plus rien et la manoeuvre serait vite repérée. En fait des travailleurs en sous traitance portaient des films de plomb sur leur dosimètre qui diminuait la dose d’irradiation enregistrée de 10 à 20% par rapport à la dose réelle. C’est la Tepco qui a démasqué ce subterfuge grâce à de bonnes estimations des doses de rayonnements que ces travailleurs devaient subir lors de leurs travaux.

                            Vous n’êtes pas fort en séisme non plus. Le 11 mars 2011 la magnitude du grand séisme au large à 180 kms de Fukushima Daiichi, a été de 9. Mais compte tenu de l’atténuation, notamment géométrique, et du fait qu’une partie de l’énergie du séisme est passée dans les vagues du tsunami [au droit du séisme les japonais ont calculé que la vague source a culminé à 60 mètres de haut] la force du séisme sur le site de Fukushima Daiichi a été de l’ordre de celle du séisme de sécurité, Ss, ayant servi aux calculs de résistances au séisme des réacteurs, soit un peu plus de 6.
                            C’est pour cette raison que les réacteurs et leurs équipements ont globalement bien résisté au séisme lui-même.

                            La géothermie est difficile à exploiter. Les méthodes pour l’installation s’apparentent à celles mises en oeuvre pour les gaz de schistes. Le flux de chaleur moyen est faible, quelques watts par m2. Le plus raisonnable actuellement est la pompe à chaleur dans le sol.

                            les réacteurs nucléaires à Thorium, neutrons thermiques, présentent potentiellement des avantages de sûreté et pour le retraitement. Ils sont étudié dans le cadre de la IVème génération de réacteurs nucléaires au même titre que les réacteurs rapides à sodium, puis à gaz pour un horizon plus lointain.

                            Le nucléaire ne présente pas que des avantages, comme beaucoup de procédés, mais il est aujourd’hui incontournable.

                            Les allemands qui ont l’objectif d’en sortir depuis 2000, gouvernement Shroeder, ont fait passé l’objectif de sortie de 2022 à 2035... et personne de sérieux n’y croit.






                          • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 16 mars 2013 16:00

                            @ M Berniolles,



                            Les chiffres officiels sont truqués : 



                            Alors vous me direz : ai-je été faire ces relevés moi-même ? Non, j’admets, et ne peut donc garantir leur exactitude. Mais si vous voulez y aller, vu que ce n’est pas dangereux, je promets de republier vos résultats, quels qu’ils soient. 

                          • joletaxi 16 mars 2013 13:49

                            La cuve du réacteur 4 à été consolidée pour résister à un tremblement de terre de magnitude 6.

                            curieusement vous passez sur le fait que ce batiment, et les autres d’ailleurs ont résisté à un séisme de magnitude 9 !
                            Toutes les investigations montrent que la structure n’a pas été affectée par l’explosion et que ce sont les murs extérieurs qui ont souffert et ont depuis été renforcés.
                            Et arrêtez de raconter toujours les mêmes idioties sur le batiment qui s’enfonce(Cabanel prétendait que à force d’arroser , cela devait arriver, à ce niveau d’imbécilité, faut arrêter hein)

                            Tepco a prévenu que l’eau utilisée pour refroidir les réacteur allait finir dans le Pacifique s’ils ne trouvent pas une solution de stockage
                            encore une fois, vous racontez n’importe quoi, l’eau injectée est récupérée au fond du batiment, traitées, décontaminées et réinjectée.Il n’y a donc pas de problème de stockage.

                            Quant aux normes de dose, il est probable que dans de nombreuses maisons en Bretagne le dosimètre doit exploser

                            Concernant l’accès à l’énergie, n’accusez pas le nucléaire.
                            la mouvance exerce toute son influence néfaste pour empêcher que des centrales flamme soient construites, en Inde et en Afrique du Sud par la biais de prêts de la banque mondiale.
                            Et tout cela pourquoi ?

                            http://www.contrepoints.org/2013/03/16/118431-rechauffement-climatique-un-climat-deletere

                            A votre avis, qui est le plus dangereux lobby qui menace notre bien être ?


                            • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 16 mars 2013 14:36

                              Erreur de ma part, ce n’est pas la cuve du réacteur 4 mais la piscine qui a été consolidée - jsuqu’à M6. la cuve 4 est la seule qui ne soit pas sérieusement endomagée. La cuve 2 est percée selon cette source : http://enenews.com/gundersen-containment-vessel-exploded-reactor-2-definitely-large-crack-audio


                              Selon cette vidéo de NHK 100% officielle comme vus les aimez http://www3.nhk.or.jp/nhkworld/english/movie/feature201302281222.html, l’ingénieur en charge du decommissioning des réacteurs parle des difficultés à comprendre ce qui se passe dans les cuves, et parle de relâcher l’eau radioactive - suite à un traitement, mais lequel ? Il dit également qu’il faudra attendre 30 ans - la demi-vie du césium 137 - pour pouvoir réellement attaquer le réacteur dans des conditions réalistes. 

                              Je doute que de nombreuses maisons bretonnes soient polluée au césium et à l’uranium... vous pensez sans doute au radon ? Contrairement aux premiers qui tombent sur les sols, le radon s’évapore à l’air libre. Et surtout on ne peut pas y faire grand chose. 

                              Pour ce qui est de votre article de contrepoints sur le réchauffement climatique, en parcourant mon blog http://www.rhubarbe.net vous vous apercevrez que j’ai, moi aussi, une position assez sceptique sur la réalité des prédiction du GIEC. Comme quoi on peut être anti-nucléaire par crainte de nouvelles catastrophes d’un côté, mais pas du tout politico-écologiquement correct de l’autre. 

                              Le lobby le plus dangereux est celui des perroquets qui ne font que répéter les « vérités officielles » et ne remettent rien en cause qui puisse déranger leur petit confort matériel et intellectuel. 

                            • joletaxi 16 mars 2013 14:56

                              Le lobby le plus dangereux est celui des perroquets qui ne font que répéter les « vérités officielles » et ne remettent rien en cause qui puisse déranger leur petit confort matériel et intellectuel.

                              si je ne puis qu’être d’accord avec la première partie de la phrase,et le réchauffement climatique en est l’illustration, par contre ,la seconde partie est en pleine contradiction :

                              remettent rien en cause qui puisse déranger leur petit confort matériel et intellectuel.
                              c’est justement parce que des perroquets répètent inlassablement des prévisions catastrophiques,basées sur des mantras quasi religieux,que la mouvance exige que l’on dérange notre petit confort matériel.
                              Or il n’y a aucune raison sinon des croyances ubuesques,d’une secte dangereuse, de limiter notre accès à l’énergie, et pas spécialement le nucléaire.

                              L’Europe se propose de diminuer autoritairement la production d’électricité de 1.5 % par an, et cela spécifiquement pour satisfaire des gens comme vous, qui avez eu une illumination(c’est de circonstance) qu’il fallait « déranger » notre petit confort.
                              On l’échappe belle, ils auraient pu tout aussi bien nous imposer des flagellations.


                              • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 16 mars 2013 15:36

                                A nouveau vous visez à côté de la cible. On peut facilement diminuer notre consommation d’énergie de 1,5% (et sans doute de beaucoup plus) sans rien changer à notre confort, juste en la gaspillant moins. Vous faîtes un procès d’intention que rien ne soutient.

                                 
                                Parler bien fort d’écologisme n’équivaut pas à lutter effectivement (je dis bien : effectivement) contre un supposé réchauffement ni surtout contre les très réelles formes de pollution en tous genres. Je suis contre le nucléaire car je ne désire par que la terre se transforme en un enfer où seuls surviraient les scorpions. Je ne dis pas que je désire revenir à l’age des cavernes.

                                 Mais, volontairement ou non, vous mélanger « accès énergétique suffisant » et « nucléaire ». Or il existe de nombreuses autres façons de générer l’énergie nécessaire à notre mode de vie actuel, moins suicidaires que le nucléaire et moins polluants que le charbon ou le fuel, mais qui demandent des investissements sérieux pour arriver à une échelle industrielle. 

                              • joletaxi 16 mars 2013 16:33

                                On peut facilement diminuer notre consommation d’énergie de 1,5% (et sans doute de beaucoup plus) sans rien changer à notre confort, juste en la gaspillant moins. Vous faîtes un procès d’intention que rien ne soutient.

                                Pourquoi diable est-il nécessaire d’imposer des restrictions énergétiques, par la biais de taxes et de règlements,qui conduisent d’ailleurs à la désertification économique, alors qu’il n’y a pas de problème d’approvisionnement ni de CO2 , sinon la volonté d’imposer un modèle sociétal qui vous convient ?
                                On a pas attendu les verts pour sans cesse améliorer notre performance énergétique, et depuis 20 ans, les sociétés avancées techniquement consomment moins par unité de production.
                                On voit bien que vous ne pouvez vous résoudre à accepter la société telle qu’elle est, avec tous es défauts, mais que votre but est avant tout politiuque, tout le reste c’est du saupoudrage.


                                • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 16 mars 2013 17:18

                                  « Pourquoi diable est-il nécessaire d’imposer des restrictions énergétiques, par la biais de taxes et de règlements,qui conduisent d’ailleurs à la désertification économique, alors qu’il n’y a pas de problème d’approvisionnement ni de CO2 »


                                  Parce qu’il n’y a pas QUE le CO2 qui pose problème, et en fait le principal problème de l’énergie fossile est la pollution - dont le C02 n’est qu’une petite partie. Habitez quelques temps sous le vent d’une centrale au charbon ou fuel et vous comprendrez. Je ne parle évidemment pas des guerres liées au pétrole, et bientôt à l’uranium, ni des détestables situations de rente que génère le simple fait d’avoir le cul assis sur des ressources naturelles. 

                                  Je vous vois venir : donc le nucléaire c’est bien vu que ca ne pollue pas ! Sauf que ca crée des Tchernobyls et autres Fukushimas, que ca génère des déchets dont une partie est très hautement radioactive avec des demi-vies très longues qu’il faudra stocker de manière sécure pendant des milliers d’années, et nous n’avons aucun droit de polluer ainsi les générations futures - quand bien même nous y parviendrions techniquement, ce qui est loin d’être démontré. Sans parler de la génération de plutonium, dont quelques grammes dispersés à l’aide d’explosifs conventionnels suffiraient à décimer toute une ville. Mais ca, c’est du saupoudrage, je suppose.

                                • joletaxi 16 mars 2013 18:56

                                  t en fait le principal problème de l’énergie fossile est la pollution - dont le C02 n’est qu’une petite partie.

                                  je note au passage que vous devez bien admettre que toutes les énergies ont leurs inconvénients,et si je regarde les statistiques, l’énergie nucléaire aurait plutôt un score favorable malgré tcherno,car que je sache, il n’y a pas un mort irradié à Fuku.

                                  Il ne vous reste plus qu’à nous servir le verset renouvelable de la bible verte.Sauf que dans les faits , cela ne fonctionne pas, et même en Allemagne, pays motivé, techniquement an avance, riche, ils se sont remis au charbon et au gaz.

                                  Donc on en revient toujours à la même rengaine:vous ne voulez pas d’énergie, car aucune ne répond à vos critères, regardez ce qui se passe avec les gaz et pétroles non conventionnels.
                                  Vous voulez une société de misère, et d’ailleurs, à voir l’effondrement de nos économies, vous êtes en train de rféussir au delà de vos espérances ;

                                  Concernant la pollution nucléaire, expliquez-moi comment, après avoir balancé dans la haute atmosphère des dizaines, voire des centaines de tcherno et Fuku, (et tout le reste d’ailleurs, car une centrale ,en opération rejette des nucléides), au point qu’il en retombe toujours,l’espérance de vie en bonne santé n’a jamais atteint de tels sommets, inimaginables il : y a encore 50 ans,sans compter tous les autres grands complots capitalistes,OGM, ondes maléfiques etc dont la mouvance nous harasse en permanence. ?

                                  L’énergie de demain, ce ne sont ni vos zozoliennes qui déciment en toute tranquillité les oiseaux et autres chauvesouris,ni les panneaux bandits qui vident nos poches au grand bénéfice d’une nouvelle oligarchie verte, mais le charbon et le gaz.
                                  tout le reste , c’est du saupoudrage... de la poudre verte.


                                  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 17 mars 2013 21:47

                                    « il n’y a pas un mort irradié à Fuku »


                                    Et bien ca tombe bien, Tepco recrute pour ses équipes de déblayage et de décontamination du bazar. Il paraît qu’ils ont du mal à trouver, pourtant c’est très bien payé. Et avantage non négligeable, ils vous garantissent la radiation à vie de pôle emploi !

                                  • Zangao Zangao 16 mars 2013 20:39

                                    Vous n’en avez pas assez de donner du grain a moudre a la rape Joeletaxi ?

                                    Fukushima, on ne sait rien sinon que leur jouet leur a pété entre les doigts (faut dire que lorsque qu’on les a ds le cul...)

                                    Maintenant il n’y a rien a faire, et qui vivra verra. une chose est certaine c’est qu’il va y en avoir des choses a voir !

                                    Et de grace laisser l’autre et ses chiots a la niche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès