Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’éducation, le paramètre ignoré du Sommet de Copenhague

L’éducation, le paramètre ignoré du Sommet de Copenhague

Le Sommet de Copenhague est partout dans les médias… 192 chefs d’état et de Gouvernement se rencontrent dans la capitale du Danemark pour tenter de trouver un accord sur le climat succédant au Protocole de Kyoto (1997). L’objectif est de limiter la hausse des températures et éventuellement d’aider les pays vulnérables à s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique. Pour y parvenir, cela fait des mois que les délégations officielles se rencontrent, que des experts en tous genres débattent et que les ONG et les multiples lobbies se manifestent pour pousser ou freiner.  Mais à ce stade, il manque une pièce essentielle du puzzle : la dimension « éducation » brille par son absence !..

 Il est pourtant communément admis que le problème du changement climatique comme toutes les questions d’environnement passe par une évolution des comportements individuels, que ce soit ceux des décideurs ou celui de chaque simple citoyen. Or l’éducation n’est jamais envisagée comme moteur de ce changement. Le Sommet prétend régler ces questions climatiques uniquement… par le haut, à coup de conventions entre Etats. Rien n’est prévu à la base, en matière d’éducation, même pas la moindre recommandation...

La plupart des ONG qui supportent cette conférence négligent également cet aspect. Elles pensent provoquer les changements de comportement nécessaires par des « coups » médiatiques, par des annonces catastrophiques. Pourtant plusieurs recherches ont montré que le sensationnalisme ou l’événementiel habituel des médias s’il peut sensibiliser ne provoque en aucune manière un changement profond de comportement. Il y a un gouffre entre le savoir et le faire. Certes, des gestes -les éco-gestes- en faveur de l’environnement sont promus ; ils sont bien trop dérisoires pour sauver la planète[1]. Pire, ils contribuent à créer un fort sentiment de bonne conscience chargée d’impuissance (« ça me dépasse », « c’est trop complexe »). Au quotidien, ils déresponsabilisent (j’y peux rien à mon niveau »,« c’est une affaire de gros sous »,..).

Vous avez dit éducation au développement durable !..

Pourtant l’histoire de l’Education à l’environnement, puis celle du développement durable est révélatrice. J’ai eu la chance en 1975 de représenter la France -personne ne s’y intéressait à l’époque !- comme jeune chercheur à la première conférence de Belgrade sur l’éducation à l’environnement, puis à la conférence intergouvernementale de Tbilissi organisée par l’UNESCO… 35 ans plus tard, l’environnement continue de se dégrader.

En faisant du lobbying avec quelques collègues, en écrivant des livres à l’intention des enseignants[2], on a pu constaté des entreprises remarquables dans un grand nombre d’établissements scolaires. Depuis, de multiples associations (Ecole et nature, les Petits débrouillards, Planète sciences, Méditerranée 2000,..) ont pris le relais. Toutefois les enquêtes montrent que l’implantation de l’Education relative à l’Environnement (EE) et de l’Education au Développement Durable (EDDD) dans le système éducatif s’avère encore très faible. L’idée a été introduite dans les programmes, mais sans formation adéquate des enseignants, de 5% à 10 % (au mieux) des élèves ont reçu cette “sensibilisation”. On y aborde le tri des déchets, quelques pollutions sur l’eau ou l’air, mais rarement les gaspillages énergétiques, la surconsommation effrénée,..,.

On envisage rarement les effets de la mondialisation, les ressorts de l’économie qui conduisent à dégrader la planète ou à faire disparaître la biodiversité. L’acquisition de méthodes et de concepts reste très limitée. Des approches spécifiques, comme la démarche systémique, la pragmatique ou la modélisation ne sont toujours pas au programme. Par frilosité, le passage à l’action qui peut induire un début de changement de comportement est rarement envisagé.

Sans réelle volonté politique nationale ou internationale pour promouvoir cette éducation, rien n’avance. La conférence de Rio (1972) en est restée à de simples généralités. Le Grenelle de l’Environnement (2008) a pratiquement occulté le domaine éducatif. Le Sommet de Copenhague ne l’aborde même pas ! Sans doute est-ce normal ? Nos élites politiques et administratives, sélectionnées sur des critères archéo-mathématiques et formées à l’économie classique où l’environnement n’a aucune place n’ont pas ni les repères, ni les paradigmes pour décoder ces phénomènes.

(Re)lancer l’EDD…

Les conclusions du 3ème world environmental education congress de Turin (WEEC 3 2005[3]) ont peu été entendues. Elles appelaient à :

1. un approfondissement des caractéristiques respectives d’une EDD sur le plan des stratégies éducatives et médiatiques,

2. la prise en compte des nouvelles idées sur l’apprendre, en liaison avec la nécessaire transformation des comportements.

3. la clarification des paradigmes ambiants.

L’éducation au développement durable telle qu’elle est le plus souvent pratiquée, trop abstraite et trop parcellisée, n’engage pas à affronter la complexité du développement durable. Elle ne crée pas le goût ou l’imagination pour la recherche d’alternatives de gestion ou d’aménagement, elle n’incite pas à la création d’attitudes favorables. Une EDD pertinente ne devrait donc plus se borner à diffuser des connaissances ou se cantonner à n’être qu’une approche sensorielle. Elle devrait tirer partie des réussites et des échecs des innovations de ces trente dernière années, sous peine de réinventer « l’eau tiède » en permanence. Elle devrait s’engager vers une approche de type « clarification de situations-problèmes » conduisant directement vers l’action et la volonté de changement.

L’approche du développement durable implique de repenser l’apprendre pour introduire des processus de type systémique, voire allostérique. Les recherches en psychologie au Royaume Uni, celles de didactique en Suisse ont montré que les scénarios catastrophes, la rhétorique apocalyptique n’ont quelques chances de succès que si les individus se sentent impliqués directement. Or la plupart des humains ne se sentent pas suffisamment concernés par le changement climatique. Ce concept leur paraît trop flou, plutôt abstrait et difficile à appréhender dans leur quotidien. Il s’agit de le rendre perceptible et surtout accessible au travers de questions qui les touchent directement. De plus, pour modifier un comportement individuel, encore faut-il que la personne y ait prise ; ce que ne n’induisent pas les discussions ésotériques entre experts ou les Conférences internationales qui démobilisent puisqu’elles n’engagent pas illico chaque individu.

A cela, s’ajoute qu’il faut pouvoir agir à son niveau sur son milieu et repérer les conséquences de son action personnelle, y compris dans la stratégie mondiale. En parallèle, il faudrait pouvoir prendre du recul sur ses valeurs et les conséquences de ses choix. Qui a conscience que boire un jus d’orange[4] ou offrir certain cadeau à Noël, et pour commencer certains vélos[5], ont des conséquences pas négligeables sur le réchauffement de la planète !

Si on ne part pas de ce qui motive le comportement environnemental de la personne, si on ne travaille pas dès l’école et sur la durée les modes de vie de chacun, tels que la société les suscite subrepticement[6], le rêve d’une société durable sera toujours hors de portée.

 


[1] Certains « beaux gestes » environnementaux comme le recyclage de l’aluminium n’ont-ils pas entraîné plus de pollutions, parce que seule fut pensée la récupération et pas les processus de production et de recyclage dans son ensemble ? L’accent mis sur le tri des ordures n’est-il pas un alibi au gaspillage de biens et de ressources due à une consommation indispensable à une économie de croissance ?

[2] Giordan, A., Souchon, C., Une Education à l’environnement, vers un développement durable, Delagrave, 2009.

[3] WEEC 3 proceedings. Extraits en français : http://www.ldes.unige.ch/rech/DD/weecEDD.pdf

[4] Pour chaque litre de jus d’orange consommé, 22 litres d’eau sont pollués, 4 kg de matière sont utilisés et un mètre carré d’espace stérilisés (Giordan, A., Ecobilans, LDES, 2002).

[5] Un simple vélo peut contenir des pièces provenant de 30 pays différents (Giordan, A., Ecobilans, LDES, 2005).

[6] Le fort accent mis sur le seul gaz carbonique n’est-il pas un alibi ? N’évite-t-il pas de poser des questions beaucoup plus fondamentales, notamment sur nos modes de production et de consommation ? Et le développement durable ne risque-t-il de masquer une réflexion sur ce que devrait être la nouvelle économie ou la démocratie de demain ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 7 décembre 2009 11:14

    Parce que vous croyez que j’ai le choix lorsque j’achète en supermarché.. ???

    Il va falloir que vous ouvriez 5 minutes les yeux pour vous rendre compte que nous sommes dans une société de CONsommation.
    Et que cela arrange bien les « meilleurs » capitalistes : tant que nous sommes heureux d’avoir un écran télé plus grand que celui du voisin, on ne pense pas à autre chose.


    • plancherDesVaches 7 décembre 2009 11:20

      Petit détail aussi : vous faites bien de parler des recherches psychologiques du royaume-uni.
      Savez-vous que c’est le pays qui a balancé à la mer le plus GROS TONNAGE de DECHETS NUCLEAIRES.. ?

      Une référence ce pays, vraiment. Une référence.....


      • hans lefebvre hans lefebvre 7 décembre 2009 11:34

        Merci plancher des vaches, je comptais aussi souligner l’absence cruciale de la question du nucléaire au sommet du nord ! Pour autant, le sujet de l’auteur mérite toute notre attention, même si, avant toute éducation au développement durable, il faut imposer le partage des richesses de ce monde (dont le savoir) !!! L’URGENCE CE SONT CEUX QUI CRÊVENT DE FAIM ! Pour le reste, une simple dose de bon sens et de conscience permet de se mouvoir dans la bonne direction, si toutefois on met de côté ses égoïsmes....
        « Pendant que les flicologues discourent sur la conscience professionnelle, assis à la table du patron, l’argent, même volé, va toujours dans la poche de ceux qui en ont déjà. La culture c’est pareil ! » et on peut rajouter l’éducation à cette citation de Pierre Claver Akendengué.
        Bien à vous


        • ZEN ZEN 7 décembre 2009 12:02

          L’auteur a raison : la connaissance plutôt que la peur
          La connaissance pour vaincre la peur, qui paralyse ou finit par s’émousser
          Une culture systémique s’impose, oui
          Edgar Morin a montré le chemin...


          • plancherDesVaches 7 décembre 2009 16:36

            La vraie connaissance est payante, Zen. Les riches doivent rester au pouvoir.

            La propagande, elle, est gratuite.


          • Tristan Valmour 7 décembre 2009 13:00

            Bonjour André. Je suis vraiment ravi que tu écrives sur Agoravox – fais le plus souvent-, et je salue au passage les pédagogues de ton labo. Ils font un travail magnifique. Les neurosciences cognitives avalisent ton modèle allostérique. Voici quelques références :

             

            Redish, E. F. (2004). A theoretical framework for physics education research : Modeling student thinking. In proceedings of the Varenna summer school, “Enrico Fermi” course CLVI, Italian Physical Society.

             

            Reif, F. (1987). Interpretation of scientific or mathematical concepts : Cognitive issues and instructional implications. Cognitive Science, 11(4), 395–416.

             

            Pine, K., & Messer, D. (1998). Group collaboration effects and the explicitness of children’s knowledge. Cognitive Development, 13(1), 109–126.

             

            McLachlan, J. C. (2003). Using models to enhance the intellectual content of learning in developmental biology. International Journal of Developmental Biology, 47(2–3), 225–229.

             

            Coley, J. D., Hayes, B., Lawson, C., & Moloney, M. (2004, January). Knowledge, expectations, and inductive reasoning within conceptual hierarchies. Cognition, 90(3), 217–253.

             

            Hayes, B. K., Foster, K., & Gadd, N. (2003, June). Prior knowledge and subtyping effects in children’s category learning. Cognition, 88(2), 171–199.

             

            Hayes, B. K., Goodhew, A., Heit, E., & Gillan, J. (2003, December). The role of diverse instruction in conceptual change. Journal of Experimental Child Psychology, 86(4), 253–276.

             

            Pour les agoranautes qui s’interrogent sur le modèle allostérique de Giordan, voici un court résumé de ce qu’en dit l’auteur :

             

            « Une planche à voile vogue au milieu des flots vers une bouée, sur une mer agitée. Le plus souvent, l’apprenant doit élaborer un savoir à l’encontre de ce qu’il pense, c’est à dire aller contre le vent. Il ne peut donc jamais élaborer ce savoir directement. Il prendra appui sur quelque chose de fragile et de très instable : ses conceptions. Ensuite cette élaboration se poursuit en interaction entre le savoir et les conceptions de l’apprenant tout comme la planche avance en interaction entre le vent, sa voile et sa dérive. »

             

            Formule des composants d’une conception

             

            Conception = f (PCORS)

             

            P (Problème) est l’ensemble des questions plus ou moins explicites qui induisent ou provoquent la mise en œuvre de la conception. Il constitue le moteur de l’activité intellectuelle.

             

            C (Cadre de référence) est l’ensemble des connaissances périphériques activées par le sujet pour formuler sa conception. Ce sont les autres conceptions déjà maîtrisées sur lesquelles s’appuie l’apprenant pour produire sa nouvelle conception.

             

            O (opérations mentales) est l’ensemble des opérations intellectuelles ou transformations que l’apprenant maîtrise. Elles lui permettent de mettre en relation les éléments du cadre de référence, de faire des inférences et ainsi de produire et d’utiliser la conception. On appelle cela des invariants opératoires.

             

            R (Réseau sémantique) est l’organisation interactive mise en place à partir du cadre de référence et des opérations mentales. Elle permet de donner une cohérence sémantique à l’ensemble. C’est l’émergence issue du jeu de relations établi entre tous les éléments principaux ou périphériques qui composent la conception. Ce processus produit un réseau de significations et donne un sens bien spécifique à la conception.

             

            S (signifiants) est l’ensemble des signes, traces et symboles nécessaires à la production et à l’explication de la conception.

             


            • Pnyx - Daniel 7 décembre 2009 14:25


              Bins des mails hackés du CRU, légèreté des méthodes du GIEC : un coup de froid sur Copenhague ?

              C’est la question posée sur le portail suisse Pnyx.com

              Après des années de montée en puissance des alertes aux accents apocalyptiques du GIEC quant au réchauffement climatique et à l’heure où s’ouvre un sommet exceptionnel, tant par sa taille (192 pays) -, que par ses enjeux (rien de moins que le modèle de gestion des activités humaines pour la survie de la planète) un grain de sable va t’il gripper cet immense évènement ?

              Il y a deux semaines, des hackers ont publié des milliers de courriels et documents échangés entre des climatologues du Climat Research Unit (CRU) et leurs homologues du monde entier, dans le cadre de leurs travaux pour le GIEC. Ces données révèlent que ces climatologues estiment que leurs propres travaux ne sont pas concluants, ils discutent de la manière de dissimuler des désaccords entre eux afin de présenter une position « unifiée » du changement climatique , etc. Leur authenticité a été confirmée et Phil Jones, le directeur du CRU, a démissionné. Le Met Office (principal organisme de la science du changement climatique sur laquelle l’ONU repose son appréciation sur le réchauffement) a admis que la confiance du public, sur la réalité scientifique des causes anthropiques du réchauffement global, a été bouleversée par cette publication et prévoit de réexaminer les 160 ans de données sur la température. La nouvelle analyse des données prendra trois ans.

              La question posée sur Pnyx : http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/449 porte sur l’éventuelle influence que vont avoir ces révélations sur les débats de Copenhague et, en relançant le débat, permet d’observer dans le détail les méthodologies employées par les scientifiques du CRU, en donnant accès à l’ensemble des documents à l’origine de ce qu’il faut désormais appeler un « Climategate ».

              Votre opinion ?


              • Nycolas 7 décembre 2009 14:42

                La logique de fond de l’article est bonne : la conscientisation et l’éducation doivent être au centre de la question environnementale, sans quoi l’on arrivera à rien, dans ce domaine.

                Néanmoins, la plupart des axiomes pour défendre cette idée me semblent faux.

                Quoiqu’on en dise, bien sûr que l’influence d’un individu isolé ne peut être que tout à fait négligeable, à l’échelle de la planète. Il est donc normal qu’un sentiment d’ « aquoibonisme » se développe chez les peuples, d’autant que tout est fait pour que la politique globale leur échappe : annulation des votes jusqu’à ce qu’ils aillent dans le sens voulu, déni de la parole citoyenne sur internet, qui est diabolisé, etc.

                Les grandes pollutions étant industrielles, même si la pollution de masse provient aussi des populations (qui n’ont pas tellement le choix... que leur propose -t-on ??), il me semble que les réformes comportementales doivent d’abord se passer à ce niveau, pour pouvoir être transférées au niveau des peuples. Ce n’est que lorsque l’on aura modifié par exemple la grande distribution que les populations pourront se procurer leurs biens et leurs nourritures d’une manière plus harmonieuse avec la planète, au lieu de « consommer ». Le seul pouvoir qu’a actuellement le peuple à l’égard des méthodes actuelles de l’industrie et de la consommation de masse, c’est de protester et de faire pression... rien de plus. Et il est déjà largement assez conscientisé pour le faire, et le fait... Peut-être pas assez, mais c’est une autre question.

                Vouloir donc reporter le poids des méthodes industrielles et commerciales sur le peuple, et en même temps transférer la culpabilité qui va avec, est inutile et même contre-productif. Cela induit un rejet de ce qu’on appelle à juste titre « l’écologisme ».

                Par ailleurs, vous utilisez le réchauffement climatique comme l’un des arguments principaux, prétendument nécessaire d’après vous, à la conscientisation des masses par rapport à leur influence sur le climat. Etant donnée l’incertitude, voire la suspicion, qui pèse actuellement sur le domaine du réchauffement climatique anthropique, cela me semble particulièrement malvenu, et maladroit. Il n’y a rien de pire que d’assommer les gens avec la responsabilité qu’ils auraient - peut-être - sur un réchauffement dont l’origine anthropique n’est qu’hypothétique, que cela plaise ou non. Cela équivaut à crier au loup pour rien, s’il s’avère que la propagande sur le réchauffement s’est avérée fausse, voire mensongère. Rien de plus contreproductif, donc...

                Je terminerai sur le développement durable, l’une des pires erreurs à faire en matière d’écologie. Le développement durable consiste à croire qu’on peut continuer à exploiter les ressources et le système planétaire mais... d’une manière durable. Ce qui impliquerait de renoncer aux idées aberrantes de croissance économique, ce que ne propose pas la théorie du développement durable qui, en résumé, se propose de continuer pareil, sur la même pente, mais avec des roues en caoutchouc « bio ». Nous verrons bien si cela permet à l’écosystème mondial de se régénérer, si les énergies dites renouvelables seront vraiment exploitables à très grande échelle... Personnellement, j’en doute fortement, car ces croyances sont celles d’une époque qui refuse de renoncer à toute idée dite de « progrès », quand le progrès n’est que considération de la nature en tant que généreuse fournisseusse de ressources ad libitum, permettant à l’homme une croissance permanente, sans souci de la finalité réelle de cette « croissance »...

                Pour avoir travaillé, moi aussi, dans l’éducation à l’environnement, à une époque où, en formation, on nous assommait avec ces notions de développement durable, mais où le réchauffement climatique n’était pas encore la petite obsession à la mode, croyez-moi, j’en suis revenu. Et je pense désormais qu’on nous enfume totalement avec cette idéologie du progrès sans fin, et que la manie du réchauffement d’origine anthropique ne fait que le terreau d’intérêts économiques qui cherchent à se recycler dans un contexte d’épuisement des ressources.

                En conclusion, il est bien compréhensible qu’on ne se soucie pas d’éduquer les gens. Si on les laissait s’instruire des véritables problèmes écologiques, de leur profondeur et de leur complexité, ils finiraient par découvrir ce qui est inévitable : l’idéologie du progrès doit être abolie pour laisser place à des manières de vivre réellement « durables » c’est à dire dont la finalité n’est plus dans le développement, dans le progrès, mais dont les valeurs seront autres. Je dirais donc que lorsque vous fustigez un manque d’imagination dans les institutions, et ce à juste titre, vous en manquez également lorsque vous pronez le développement durable, deux termes antinomiques, qui à mon sens, dans leur idéologie, leur logique, ont déjà prouvé leur aberration dans le système présent. Il faut oser aller plus loin, avoir des idées de changement plus radicales et audacieuses. Et qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit. En aucun cas je ne prone un écologisme totalitaire tel qu’on essaye de nous le fourguer ces temps-ci (justement comme vous le faites remarquer en soulignant le manque d’éducation qui va avec, puisqu’il s’agit d’imposer, non d’instruire et de proposer), qui n’est qu’une régression, une fuite vers un refuge autoritaire, signe d’une époque dont l’idéologie dominante montre ses limites, et essaye de se replier sur quelque chose qui a marché autrefois, comme si un retour en arrière pouvait être une solution, lorsque l’imagination est requise pour dépasser les problèmes que nous avons créés... et qui ne se bornent pas, loin s’en faut, au problème du réchauffement, qui n’est qu’anecdotique parmi toutes les pollutions d’origine humaine, dont la plupart sont en revanche irréfutables (pollution de l’eau, de l’air, par particules, dioxines, empoisonnement des « chaines » alimentaires, etc.).


                • Daniel Roux Daniel Roux 7 décembre 2009 15:27

                  « Il y a un gouffre entre le savoir et le faire »

                  L’éducation est effectivement la source de l’évolution des comportements sur plusieurs générations. Ajoutons y la pratique de la vie en collectivité et l’exemple donné par les personnes détenant l’autorité, et vous constaterez de réels progrès.

                  Hélas, tout ce perd. Plus de collectivité dans des activités de groupes mais de l’individualisme et des jeux vidéos hyper violents, plus d’exemplarité venant d’en haut, mais des visions d’écuries d’Augias et de bling bling, tout cela n’encourage pas l’engagement personnel dans les mouvements réellement humanistes.

                  Il y a également un gouffre entre le savoir réel et l’enfumage du public.

                  Les liens entre Al Gore et les banques organisatrices de bulles financières ont été mis à jour. La bourse de Chicago organise la bourse du Carbone. Al gore à de gros intérêts dans ce domaine et le doute est légitime sur les motivations de celui qui a sonné le tocsin avec son fameux film. Il est devenu prix nobel de la Paix en prime. Il est vrai que ce genre de distinction ne veut plus rien dire.

                  Je crains l’enfumage général et la répétition du « joueur de flute » à l’échelle planétaire.

                  Les médias ne regardent que le bout du doigt qui leur montre la lune. Exit les risques potentiellement catastrophique du nucléaire. Exit les produits chimiques et les millions de morts qu’ils causent. Exit les OGM qui accompagnent les herbicides et fongicides. Exit le brevetage du vivant et l’accaparement des agricultures traditionnelles et des semences par quelques grandes firmes.

                  J’ai franchement l’impression que le devenir de la Terre et de ses habitants n’intéressent pas vraiment les grands de ce monde. C’est comme s’ils vivaient sur une autre planète avec leurs enfants et petits enfants, ce qui n’est pas le cas. La triste réalité est que leur cupidité n’a pas de borne, ni de freins.


                  • perlseb 7 décembre 2009 16:50

                    Tout à fait Daniel. A mon avis l’éducation n’est rien sans la responsabilité. Et les décideurs font preuve d’une grande irresponsabilité, seul l’argent compte.

                    J’essaie de faire mon possible de mon côté (moins de travail, moins de consommation), mais je sais que, pendant ce temps, des milliardaires considèrent qu’ils ont le droit de polluer comme des villes entières et que la plupart des gens n’aspirent qu’à être milliardaires à leur tour.

                    Pour l’environnement, il faut des gens responsables, conscients donc tout le contraire de ce que la société de consommation forme. Il n’y a pas d’autre choix que d’attendre la fin de la société de consommation avec l’épuisement des ressources, le changement de mentalité global (pour les inconscients, bien plus nombreux) n’arrivera qu’à ce moment.


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed 7 décembre 2009 17:17

                    "Mais à ce stade, il manque une pièce essentielle du puzzle : la dimension « éducation » brille par son absence !..« 

                    Voilà enfin le problème fondamental qu’il faut aborder !

                    Savez-vous que lorsque les peuples ne sont pas éduqués et pire encore s’ils sont mal informés ou plus grave s’ils sont corrompus par l’action politique, ils sont incapables d’honorer  »la démocratie«  ?

                    J’ai lancé l’idée d’une Révolution mondiale pour attaquer de front cet obstacle majeur à une meilleure évolution !

                    Les Etats de tous les pays doivent entamer leur réforme pour mettre en pratique une législation de la fonction politique et tenir compte enfin de l’intérêt collectif ! Le »pouvoir politique« doit muter et devenir seulement une gestion saine des affaires publiques !

                    Au lieu de se réunir périodiquement et dans la plus part des cas inutilement autour des problèmes politiques secondaires, les gouvernements doivent se concerter et promulguer une »DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS DE L’HOMME" !

                    L’éducation humaine en gagnera beaucoup, certainement !

                    Mohammed.
                     


                    • plancherDesVaches 7 décembre 2009 17:36

                      Hé bien, Monsieur Mohammed, cela va se faire. Mais pas forcément de façon décidée par les pseudo-gouvernants qui ne servent que les élites, ni de façon calme et progressive.

                      En effet, vous savez que couve actuellement une crise financière qui entrainera soit :
                      - une divergence économique grave entre deux pays du G20 entrainant un conflit mondial.
                      - des émeutes de la faim locales, puis nationales, puis coalisées. (émeutes qui pourraient aussi mettre au pouvoir de joyeux dictateurs)

                      Alors, maintenant, lorsque vous parlez de révolution et de devoirs, je dois reconnaître votre justesse de vue.
                      Mais lorsque nous constatons que le paysan d’Amazonie qui commence à gagner un peu sa vie se paye un écran plat LCD... Tant mieux pour lui, notes, moi, je n’en ai pas besoin.

                      En gros, toutes les valeurs ayant été complètement transformées depuis une trentaine d’années, nous sommes assis sur une poudrière en étant en train de craquer des alumettes.

                      Mais « on » nous a dit à la télé que superman allait venir nous sauver en cas de pépin...


                    • anny paule 7 décembre 2009 18:50

                      Sommet de Copenhague ou pas, il est certain que la structure même de notre éducation invite peu à réfléchir sur les questions environnementales !
                      Il n’est pas nécessaire d’aborder le concept fumeux de « développement durable » (puisqu’il contient et englobe le « développement » et cherche à satisfaire les intérêts des lobbies qui font la pluie et le beau temps)... concept inventé pour continuer à vendre la même camelote, habillée différemment, c’est tout ! (J’avais eu quelques différends, à ce propos, avec Simon Charbonneau, lorsque j’avais corrigé, avant impression, le manuscrit de son ouvrage sur le « Droit communautaire de l’environnement » (L’Harmattan, Logiques juridiques, juillet 2002).
                      Par contre, apprendre à observer, à voir les choses qui nous entourent à des jeunes, si c’est fait de façon simple et si ce n’est pas fait de manière dogmatique peut conduire à une réelle réflexion et porter ses fruits.
                      Je me permets un ou deux exemples simples :
                      « Lecture de paysage », invitant à découvrir ce qui relève de l’ordre de la nature et de l’ordre de l’exploitation humaine... même en monde rural, en pleine campagne... donne des résultats fabuleux. Les enfants ou adolescents découvrent d’eux-mêmes ce qu’il en est ! A savoir, que la Nature en tant que telle a pratiquement disparu de nos paysages dits « naturels ».
                      Visite d’exploitations agricoles, par exemple élevage de moutons hors sol, et élevage en liberté...
                      L’horreur provoquée par la vision d’agneaux ou de moutons « nus » et enfermés, la comparaison possible avec les moutons sains qui broutent dans les prés se suffit à elle-même...
                      Ceci pour ne donner que deux exemples au hasard...
                      Si l’on conduisait à observer, à faire voir le monde sans apporter notre propre jugement, sans prétendre détenir le savoir, nos jeunes seraient éduqués de manière quasi « socratique » et auraient envie de chercher des solutions !
                      Si nombre d’adultes se comportaient ainsi, il n’y aurait aucun besoin d’un Sommet inutile de plus pour enfumer les populations et leur donner l’illusion qu’on va faire quelque chose contre toutes les dérives climatiques et environnementales...
                      La questin reste toujours la même : à qui rapporte le monde dans lequel nous vivons ? Ceux-là sont-ils prêts à réfléchir sur l’intérêt général de notre planète et des espèces qui l’habitent ? L’espèce humaine n’en étant qu’une parmi les autres !
                      Tant que ceux qui participent à ces Sommets seront ceux qui disposent de tous les leviers, il n’y a rien à en attendre. 
                      Par contre, si l’on a ouvert les yeux de jeunes de plus en plus nombreux, à la manière des sciences expérimentales, peut-être jugeront-ils essentiel de s’opposer à ce monde-ci !


                      • curieux curieux 7 décembre 2009 19:35

                        Copenhage n’est qu’une réunion de prestidigitateurs, d’escrocs, de salopards


                        • Croa Croa 7 décembre 2009 20:16

                          Considération tout à fait valable en ce qui concerne ceux qui passeront à la TV et aussi à ceux qui décideront hélas !

                          Il y aura aussi des gens responsables et sérieux à Copenhague. Ils ont bien du courage pour accepter de nager dans ce cirque !


                        • Croa Croa 7 décembre 2009 20:24

                          André a un peu raison sur le fond, mais en pratique il est trop tard  !

                          Pendant ce temps la TV continue d’éduquer les gosses bien plus efficacement que nous, les parents !

                          Le sommet ne peux plus que présenter les urgences et s’il était sérieux, les régler !


                          • joletaxi 7 décembre 2009 20:36

                            Vrai que ça peut être efficace.

                            Je n’ai fait que d’en entendre parler,mais dans les années trente, nos voisins avaient pas mal réussi.
                            Par contre apprendre à réfléchir,ça c’est beaucoup plus dangereux

                            • Roland Gérard Roland Gérard 8 décembre 2009 15:32

                              Bonjour,

                              Éducateur nature environnement de terrain depuis 30 ans et toujours en veille sur le sujet, je ne peux (je suis tenté de dire hélas) que souscrire aux propos d’André Giordan que je salue au passage. L’éducation à l’environnement n’a pas la place qui lui revient dans notre pays, nous sommes à la moitié de la décennie des Nation Unies pour l’éducation en vue du développement durable... Qui est au courant qu’elle existe cette décennie ? Les classes de découverte que j’encadrais il y a 30 ans duraient 3 semaines, elles ont du mal à faire 5 jours aujourd’hui. Des enfants des quartiers nord de Marseille qui à 10 ans n’ont toujours pas vu la mer, de moins en moins tous les ans qui connaissent le plaisir de courir dans une prairie, de moins en moins qui ont passé une nuit à la belle étoile, monté dans un arbre... Je suis tenté de parler d’occultation criminelle de la réalité. Oui on tue le plaisir d’être vivant dans un monde vivant.
                              Le 29 octobre nous avons mis un terme au processus des deuxièmes assises nationales de l’EEDD. 6000 personnes mobilisées lors de 65 assises territoriales et à Caen Basse-Normandie http://assises-eedd-2009.fr/. Nous avons dégagé des dizaines de recommandations, créé un espace national de concertation... Le peuple se mobilise, il est urgent que les moyens arrivent pour développer l’éducation à l’environnement et au développement durable, nous avons un urgent besoin d’une volonté politique.
                              Je confirme que le Réseau Ecole et Nature http://reseauecoleetnature.org/ et les GRAINE et tous les réseaux territoriaux sont engagés pour le développement de l’EEDD et qu’ils peuvent être contactés. RG


                              • André Giordan André Giordan 8 décembre 2009 16:26

                                Bonjour Marc.

                                merci de prendre le relai avec le poids de votre association Ecole et nature et le faire suivre aux Ministères, à la délégation française conduite par Brice Lalonde et à Bruxelles.
                                Si vous avez des correspondants dans d’autres pays... tant qu’on ne sera pas organisé en lobbies pour lutter contre les autres lobbies.Le GIEC n’a-t-il pas fonctionné ainsi !..


                              • marina gruslin 9 décembre 2009 00:45

                                salut Roland,
                                bousculons donc ces décideurs pour qu’ils agissent, un peu de créativité ! ( voir mon mot créativité en éducation dans la rubrique société)
                                bise, marina


                              • Anne Marleix Anne Marleix 11 décembre 2009 22:20

                                Bonjour à tous,
                                L’éducation est en effet la grande absente des prises de paroles sur le développement durable. Les institutions ne bougent pas, voire freinent les initiatives. La Decennie pilotée par l’UNESCO est un semi-échec (elle est à mi-parcours, voyons l’autre moitié...), au niveau éducatif français c’est le quasi désert ! Beaucoup de freins et de querelles aussi. Et malgrès ces carences des institutions beaucoup de projets se développent, montés et animés par des élèves et des profs de plus en plus motivés, des associations, les acteurs de la premières heure. L’éducation est LA PRIORITE  ; la connaissance est la porte du respect, donc la clé pour aller vers plus de paix, de respect des hommes entre eux et de respect de la nature. La curiosité des enfants et des adolescents vers cette ouverture et cette connaissance est très enthousiasmante, nous sommes nombreux à le constater au quotidien et c’est ce qui nous apporte la dynamique indispensable pour un chemin peu facilité par les institutions. Favoriser la compréhension des processus, des enjeux, pour agir de manière éclairée et responsable c’est le sens de nos actions au sein de Terra Project et c’est l’objectif pédagogique de notre portail éducatif www.education-developpement-durable.fr qui donne aux enseignants et aux élèves, dans la classe et pour chaque cursus des outils de compréhension et d’analyse. AM


                                • Raymond SAMUEL paconform 13 décembre 2009 15:18

                                  Bonjour,
                                  L’éducation bien sûr !
                                  Mais quelle éducation ? Pour le moment ça nous ramène à Esope. Parce que si les adultes ont tant de difficulté pour agir, toutes personnes confondues, c’est en grande partie imputable à l’éducation. L’éducation tue la créativité et empêche d’acquérir l’autonomie.
                                   Il faut mettre l’éducation dans la vraie vie.
                                  Mais qui est prêt à sortir les enfants des écoles où ils sont enfermés depuis leur naissance jusqu’à la fin de leurs études ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès