Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pétition contre Allègre et Courtillot : des climatologues français perdent (...)

Pétition contre Allègre et Courtillot : des climatologues français perdent tout sens de la mesure

Une pétition lancée dans par 13 personnalités de la climatologie, parmi lesquels on note les noms de Jean Jouzel (GIEC-IPSL), Hervé le Treut (GIEC-IPSL), Edouard Bard (Collège de France), Valérie Masson-Delmotte (LSCE), vient d’être adressée à la Ministre de l’Enseignement et de la Recherche, afin qu’elle dénonce publiquement les récents ouvrages de Claude Allègre et de Vincent Courtillot sur le changement climatique. La pétition a recueilli 410 signatures sur le millier de personnes consultées au sein de diverses institutions scientifiques.

Ils interpellent ainsi la Ministre : « Nous pensons que ces accusations demandent une réaction de votre part, et l’expression publique de votre confiance vis-à-vis de notre intégrité et du sérieux de nos travaux ».

Ils affirment que « Ces ouvrages n’auraient pu être publiés si on leur avait simplement demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel », alors qu’il ne s’agit pas de textes à visée scientifique, mais de livres de vulgarisation, avec, pour celui d’Allègre, des critiques portant sur les politiques et sur l’affairisme engendrés par la question du changement climatique. De plus, Vincent Courtillot a par ailleurs publié, dans des revues scientifiques,  des articles révisés par des pairs sur des travaux réalisés à l’Institut de Physique du Globe et servant de base à l’argumentation de son livre.

Libération a publié un article reproduisant la pétition. Parmi les commentaires qui suivent, j’ai particulièrement remarqué celui d’un lecteur qui signe « Philippe » et qui a refusé de la signer :

« Il y a un moment que j’observe ce phénomène de dérive sectaire et, en tant que scientifique (le méchant CEA !) je ne suis pas signataire de la pétition et je vous avoue avoir du trouver une vile excuse pour ne pas recevoir un blâme et être marqué du fer rouge par l’hystérique en chef. Nous sommes dans l’ère de la religion, le "si vous ne signez pas, nous perdrons nos budgets", "nous ne pouvons maintenant reculer sinon c’est tout le système qui partira en couilles" (ce matin..). Il n’y a pas plus de légitimité en une Masson-Delmotte qu’en un Courtillot (au contraire ! elle veut faire sa carrière alors que le deuxième n’a plus rien à prouver). Il n’y a non plus, pas plus de légitimité en nos travaux qu’en d’autres non plus... En science, c’est la découverte de demain qui fera la controverse d’après-demain ».

Ainsi, on risquerait un blâme à refuser de signer une diatribe imposée par des chefs ? Ces gens là ne voient que les crédits de recherche dont ils vivent depuis vingt ans, au point de perdre tout sens de la mesure. Qu’ils publient des critiques sur les écrits de Claude Allègre et de Vincent Courtillot, c’est leur droit, et ils ne s’en privent d’ailleurs pas. Qu’ils en appellent à la Ministre de tutelle de l’Institut de Physique du Globe dans lequel travaillent ces deux hommes de science est méprisable. De quel droit la Ministre d’un pays démocratique prendrait-elle position contre des livres qui ont l’heur de déplaire à ces pétitionnaires ?

Au reste, cette pétition ne fait que viser deux hommes parmi d’autres écrivains qui tiennent des propos similaires aux leurs : pour les ouvrages en langue française, citons Gérondeau, Rittaud, Galam, Rittaud, Legendre, Cabrol, sans oublier mon livre «  la Servitude Climatique » qui expose sans complaisance et avec des arguments solidement étayées toutes les insuffisances du GIEC et les dérives du business et des politiques liées au climat. Quand aux ouvrages en langue anglaise, ils sont trop nombreux pour que je les cite.

Et puisqu’on parle de pétition, rappelons l’Appel d’Hedeilberg signé par 4000 grands scientifiques, dont de nombreux prix Nobel, pour stigmatiser l’irruption de l’idéologie dans la science,  et la pétition de l’Orégon, paraphée par 31000 signataires diplômés es science pour dénoncer le Protocole de Kyoto et contester les thèses officielles de changement climatique. Allègre et Courtillot ne sont décidément pas seuls !


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 2 avril 2010 10:36

    Effectivement, ces attaques contre Allègre ressemblent de plus en plus à une grave dérive sectaire, pour faire taire toute critique contre la « vérité scientifique ».
    Sans entrer dans le débat de fond, où personne ne comprend plus rien, on peut tout de même être conscients que d’importants intérêts commerciaux sont en jeu.
    Hier, j’entendais sur le « petit écran » que le magazine Global listait tout un argumentaire pour répondre au « climato-sceptiques ». C’est donc tout une stratégie qui se met en place pour contrer toute discussion ou remise en cause. Les « khmers verts » sont en place.

    Émanant de groupes dit « écologiques », on peut espérer que les prochains buchers seront uniquement fait de bois de récupération.


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 2 avril 2010 23:33

      Comme nous venons de le signaler dans un autre commentaire :

      http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/petition-contre-allegre-et-72725#forum2504426

      mieux vaut éviter les outrances et attendre un peu. Car il y a eu des choses pas claires chez les uns, comme chez les autres.

      Mais en ce qui concerne la phrase :

      « Ces ouvrages n’auraient pu être publiés si on leur avait simplement demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel »

      c’est une très mauvaise référence. Car elle revient à oublier la crise que traversent les revues dites « avec comité de lecture », où des résultats falsifiés ou déformés passent beaucoup trop facilement la barrière des referees. Voir, par exemple, nos articles :

      Hwang Woo-Suk, le lobbying et la fraude scientifique (I)
      Universités françaises et OPA patronale (V)
      AERES, ANR et revues avec « comité de lecture » (II)

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • geo63 3 avril 2010 09:47

      Salut ,
      J’ai bien sûr plussé cette intervention. Sans tomber dans la caricature outrancière et ne reflétant pas la réalité, on peut dire que les comités de lecture (absolument indispensables) ne sont pas nécessairement des arbitres impartiaux. J’insiste cependant sur le sérieux, en général, des revues scientifiques qui sont en compétition entre-elles, ne l’oublions pas !


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 3 avril 2010 11:46

      A geo63,

      Bien évidemment, il ne s’agit pas de mettre en cause la bonne foi subjective de la grande majorité des collègues qui sont sollicités en tant que referees par les revues. Mais le système en tant que tel est beaucoup moins « de bonne foi », et serait à revoir.

      Les résultats falsifiés ou altérés ont été publiés dans les revues les plus cotées : Science, Nature, The Lancet, Acta Crystallographica... En général, il s’agissait d’auteurs « très bien vus » et souvent influents.

      Il y a aussi les résultats, bien plus nombreux et en général expérimentaux, qui sont infirmés quelques années plus tard par des expériences concurrentes. En attendant, les auteurs auront diffusé et défendu leur article, le temps de se faire une grosse pub et d’obtenir les places et promotions attendues, Ensuite, on découvre une erreur technique et on « corrige » le premier résultat, mais cela ne change rien aux bénéfices déjà récoltés par l’annonce infondée de telle ou telle découverte.

      De leur côté, les institutions ont trop souvent cette curieuse mentalité : « il faut soutenir quelqu’un qui en veut, même s’il se plante ». En clair, plus on est arriviste, et plus on est forcément un bon scientifique. Ou encore : « l’important n’est pas d’être un bon scientifique, mais un bon meneur d’hommes », ou « le relationnel compte beaucoup », etc... Pour ne pas parler de l’influence directe ou indirecte du monde politique. Au niveau des revues, toute cette idéologie produit forcément des effets.

      Les politiques détiennent le pouvoir de nomination au sommet des institutions scientifiques. De leur côté, les revues sont privées et désignent qui elles veulent comme éditeurs. Quant à la concurrence, elle est sans doute limitée par les abonnements institutionnels à des groupes de revues, mais aussi par le fait que le nombre d’auteurs par article tend à augmenter à cause de la pression institutionnelle à la « fédération ». On pousse à la « fédération » afin de diminuer le coût des programmes de recherche au détriment, précisément, des vérifications concurrentes des résultats et des débats de jadis. Mais les débats actuels sont, tout compte fait, bien pires.

      A noter également, par exemple, que la revue britannique Nature appartient au Verlagsgruppe Georg von Holtzbrinck, sur lequel Wikipédia écrit :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Georg_von_Holtzbrinck_Publishing_Group

      Verlagsgruppe Georg von Holtzbrinck is a Stuttgart-based publishing holding company which owns publishing companies worldwide. (...)

      Newspapers owned by this group include : Die Zeit (Germany’s largest weekly newspaper), the economic daily Handelsblatt and Berlin’s Der Tagesspiegel.

      (...)

      Established by Georg von Holtzbrinck in 1948, the group first began as a German book club. In the 1960s, it purchased Droemer, Kindler, Rowohlt and S. Fischer Verlag, two German publishing companies. In 1985, it acquired the retail book division of Holt, Rinehart and Winston, naming it the Henry Holt Book Company. One year later, the company acquired Scientific American magazine for $52.6 million. In 1994, it purchased a majority interest in Farrar, Straus & Giroux from retiring Roger W. Straus, Jr.. A year later, it purchased a 70% majority interest in The Macmillan Group, and then the remaining shares in 1999.

      In March 2006, Holtzbrinck forced Tor Books, which is owned by Holtzbrinck, to stop making its books available as eBooks via Webscriptions because of concerns regarding the lack of digital rights management (DRM). These concerns abated in 2007 and selected Tor titles will soon be available as e-books via Baen and a variety of other online retailers. The company also received a good deal of attention when it bought the leading German social networking platform StudiVZ in January 2007.

      Holtzbrinck has total annual sales of 2.1 billion euros (as of 2005) ; 49% of sales are in Germany and 23% in North America. It had 2005 earnings before taxes of 142 million euros, and a total of 14,000 employees.

      Chairman of the group is Stefan von Holtzbrinck. John Sargent is CEO of Macmillan, the company that unites the US-based businesses of the group.

      (...)

      (fin de citation)

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • sisyphe sisyphe 2 avril 2010 11:52

      Oui ; 500 VRAIS scientifiques remettent enfin les bouffons à leur place !

      Il était plus que temps de démasquer ces imposteurs, et rabattre un peu le caquet de tous les négationnistes ; incompétents ou corrompus.

      Le clown et faussaire* Allègre va moins la ramener ; ce sera autant de gagné pour un débat sérieux.

      "Ces ouvrages n’auraient pu être publiés si on leur avait simplement demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel. De nombreuses erreurs de forme, de citations, de données, de graphiques ont été identifiées. Plus grave, à ces erreurs de forme s’ajoutent des erreurs de fond majeures sur la description du fonctionnement du système climatique" dénoncent les scientifiques.

      Les « trucages » des courbes, les erreurs de calculs et les « mensonges » présents dans le livre de Claude Allègre ont été démontrés un par un. Il ne reste au final qu’une coquille vide.
       


      • curieux curieux 2 avril 2010 13:32

        Et si on enlève le Q de coquille, il ne leur reste qu’une couille vide.


      • rastapopulo rastapopulo 2 avril 2010 18:54

        une crosse de hockey pour les USA c’est sérieux sans doute !


      • Fabienm 2 avril 2010 11:57

        L’auteur n’a visiblement pas lu (ou pas compris ?) la pétition.
        Il s’étonne que cette pétition ne parle que de 2 noms, en occultant les travaux d’autres chercheurs.
        Or, le problème ne vient pas de ces autres chercheurs qui travaillent dans le respect de l’outil scientifique (en passant par des publications scientifiques à comité de lecture), et qui n’insultent pas les climatologues, mais bien dans la méthode utilisée par allègre et courtillot, en court-circuitant les comité de lecture et en interpellant le public (qui n’a pas forcément les clés pour comprendre tout cela, d’où l’intérêt du mécanisme des publications scientifiques), le tout sous couvert de vérité (quelle belle arnaque).
        Le problème n’est donc pas le débat de fond que l’on refuserait (dès qu’Allègre accepte de débattre, il se fait massacrer ... vu qu’il n’y connait rien sur le sujet !!), mais bien la méthode utilisée (apostropher le public au lieu de travailler sur des bases objectives et scientifiques).
        Le plus bon dans l’article est d’écrire que les essais de Allègre ne sont pas des publications, mais des oeuvres de vulgarisation ! C’est la meilleure, pour vulgariser, on triche. Je la note, elle est excellente ! mdr
        Non seulement, les livres ne sont pas de la vulgarisation scientifique (pour cela il faudrait qu’à la base, il y ait un échantillon de science à vulgariser), mais en plus c’est refuser de voir que ce sont avant des oeuvres politiques (ce que l’assuré Allègre reconnaît lui-même !!!!).
        Bravo donc pour la malhonnêteté intecllectuelle de l’auteur, j’ai rarement vu une telle mauvaise foi  smiley


        • geo63 2 avril 2010 12:18

          Les comités de lecture sont composés d’hommes et de femmes choisis par l’editorial board de la revue, et alors ? Est-ce l’affirmation définitive de la vérité scientifique, en particulier dans les domaines scientifiques impliqués.

          Allègre ou Courtillot, perso je m’en fous, mais est-il possible de discuter un peu sereinement sans se faire écharper ?

          De mon temps les pétitions (nombreuses) adressées au pouvoir réclamaient plus de moyens pour tous les secteurs de la recherche, ce sont là des propos de vieux c.., je sais.
          Qu’un groupe de chercheurs puisse s’adresser au pouvoir pour des affrontements scientifiques me paraît proprement hallucinant ? Un certaine forme d’impuissance pour endiguer la vague montante qui réclame un débat approfondi et c’est tout, enfin c’est mon cas.


        • sisyphe sisyphe 2 avril 2010 12:33

          Qu’un groupe de chercheurs puisse s’adresser au pouvoir pour des affrontements scientifiques me paraît proprement hallucinant

          Le débat va être organisé par l’Académie des Sciences.

          Je trouve donc, au contraire, que c’est une excellente chose pour un débat sérieux ; débarrassé de toutes les allégations, mensonges, contre-vérités et désinformations.

          Que les scientifiques apportent les résultats de leurs travaux, et qu’on puisse en juger, indépendamment des pressions des lobbies de toutes sortes ; c’est la seule solution pour y voir un peu plus clair, et pourvoir en tirer des conclusions sérieuses.

          p.s. : je signale que la réaction de Monsieur Allègre, à cette pétition, et à l’annonce d’un débat à l’Académie des Sciences a été : « Mon éditeur est content » ! Ça donne une idée très précise des intérêts de Monsieur Allègre dans cette affaire...


        • geo63 2 avril 2010 13:33

          Va pour l’Académie des sciences, why not ? C’est bien.
          Mais il faudra exclure des débats Allègre et Courtillot qui siègent dans cette illustre assemblée. Cela devient comique. Les histoires de ce type ne sont pas nouvelles, finalement c’est la vie.

          Au fait, comment les deux scientifiques cités précédemment ont-ils pu accéder à des fonctions réclamant des dossiers scientifiques lourds. Sans doute en publiant dans des revues difficiles et très sélectives, dans leur domaine. On va me dire que ce ne sont pas des climatologues d’accord, mais certains de ceux qui « pèsent » dans le GIEC sont-ils des climatologues purs et durs ? même la science est envahie par le merdier médiatique ambiant et c’est parti...J’ai bien peur que le « nébuleux » ne l’emporte... c’est le cas de le dire.


        • curieux curieux 2 avril 2010 13:35

          Léon devrait nous parler également des experts très compétents en épidémiologie (de la grippe par exemple)


        • Maldoror Maldoror 2 avril 2010 12:19

          De quoi ont-ils si peur ?


          • candide candide 5 avril 2010 10:30

            De ne pas pouvoir nous taxer si facilement et avec notre bénédiction, peut-être ?
             


          • JL JL 2 avril 2010 12:33

            Les libéraux qui polluent dangereusement et avec des poisons autrement plus dangereux que le CO2 qui n’est pas rappelons le un gaz toxique, sont évidemment et pour des raisons obscènes opposés aux thèses réchauffistes !

            Mais pourquoi devrions-nous soutenir les réchauffistes lesquels, sous couvert de lutter contre un hypothétique réchauffement, imposent de nouvelles taxes aux contribuables, freinent la croissance des pays pauvres sans ralentir celle des riches, et s’en mettent plein les poches grâce à leurs quotas acquis, une rente sur le marché du carbone qu’ils veulent instuituer ?!!

            Je rappelle que la thèse des réchauffistes est une tautologie et tient en ceci :

            « Les glaciers et la banquise fondent dramatiquement, c’est la preuve que la terre se réchauffe. La terre se réchauffe, la preuve en est que les glaciers et la banquise fondent dramatiquement ».

            Et de ce fait, les réchauffistes sont condamnés à ne pas pouvoir admettre que la conséquence des GES soit autre chose qu’un réchauffement à savoir un bouleversement qui se traduirait par un réchauffement des seuls pôles et un refroidissement des régions tempérées, puisque leur théorie de l’effet de serre n’est qu’une spéculation intellectuelle a priori sans aucune preuve scientifique.

            Qui peut croire qu’une hypothétique élévation si minime que celle qu’ils avancent ferait fondre les glaces aussi spectaculairement ? La cause probable de la fonte des glace, ce n’est pas le carbone mais les suies noires, et peut-être autre chose ...


            • JL JL 2 avril 2010 12:40

              Je rappelle à toutes fins utiles mon article : « C’est quoi un réchauffiste », mais j’aurais pu écrire, c’est quoi un anti-réchauffiste.

              Preuve que cet article est dérangeant pour les deux bords intégristes, j’y ai reçu une volée de bois vert, ou plutôt deux, mais je maintiens ce que j’y ais dit


            • JL JL 2 avril 2010 20:40

              Cassino, vous ne comprenez rien à rien : la phrase que vous copiez-collez depuis mon post c’est mon résumé de la thèse réchauffiste. Prouvez-moi que vous comprenez quelque chose : démontrez moi que ce résumé est erroné ! Sinon c’est vous le disque rayé !

              Des tautologies j’en ai d’autres : par exemple la courbe de Lafer qui se déduit de la théorie, et la théorie qui se déduit de la courbe. 


            • JL JL 2 avril 2010 22:37

              @ Cassino, vous confondez les genres ! la fois à laquelle vous faites allusion et où vous m’aviez répondu c’est quand j’avais formulé MA conviction, à savoir : « Ce n’est pas le dérèglement climatique qui fait fondre la banquise, c’est la fonte de la banquise qui dérègle le climat ! Et la pollution qui fait fondre les glaciers. »

              Après quoi vous aviez évoqué des pets ! Et c’est alors que je vous avais demandé si vous aviez bu. Tout le monde peut vérifier avec le lien !

              Ci-dessus j’ai résumé le mantra des réchauffistes par un résumé de mon cru : «  »Les glaciers et la banquise fondent dramatiquement, c’est la preuve que la terre se réchauffe. La terre se réchauffe, la preuve en est que les glaciers et la banquise fondent dramatiquement". C’est ce que j’appelle la tautologie des réchauffistes.

              Deux phrases qui n’ont rien à voir pour qui sait lire. Mais Cassino, comme beaucoup ici qui prennent des vessies pour des lanternes ne comprend que ce qu’il veut comprendre. Sait-il lire ?

              Cassino, j’ai assez perdu de temps avec vous, je vois que vous n’avez pas les capacités intellectuelles pour discuter correctement sur des sujets difficiles : visiblement vous ne comprenez pas le français.



            • JL JL 2 avril 2010 23:25

              cassino, oui, la pollution, et peut-être autre chose : demandez à ceux qui ont marché et roulé sur la lune il y a quarante ans, ce qu’ils ont fait depuis avec leurs gros moyens ? Haarp, ça vous dit quelque chose ? Par ailleurs, les super tankers et les porte conteneurs géants utilisent un fuel extrèmement polluant, cela explique les suies noires.

              Oui la banquise fond, et curieusement, les latitudes tempérées se refroidissent ! La bêtise des réchauffistes c’est qu’ils sont incapable de prouver le réchauffement, que ce soit par spéculation intellectuelle ou par des mesures convaincantes.

              Ceci dit, vous m’avez fait perdre mon temps à rechercher des preuves de votre confusion, à savoir l’amalgame de deux phrases qui n’ont pas du tout le même sens ! Parce que moi, quand on m’a dit quelque chose de sensé, je me le tiens pour dit : votre post insinuait le contraire, et je n’aime pas ça du tout, du tout ! 


            • non666 non666 2 avril 2010 12:52

              Il y a TELLEMENT d’intérêts en jeu derrière cette histoire qu’il faudrait au contraire écouter tout le monde.



              Voyons ça :

              1) L’interet de la Terre ?
              Elle survivra, elle.

              2) L’intérêt des espèces vivantes a sa surface ?
              Les Gazs a effet de serre seraient dus a nos activités et il faudrait en changer ?
              Mais le role des pets (pas seulement de vache, d’ailleurs, de TOUTE la biosphere) n’est il pas fondamental dans ses fameux gazs , avec les vapeurs d’eau, justement ?
              Quelle est la part exacte des activités humaines dans ce « rechauffement » ?

              3) L’intérêt des lobbies energétiques ?
              Curieusement quand la croisade en irak s’annonce prometteuse, le réchauffement est nié, on ne signe pas Kyoto...
              Quand cela se passe mal en Irak, quand une fuite comme celle des anglais a Dunkerque ou des américains a Saigon s’annonce , le réchauffement redevient d’actualité.
              Avec le réchauffement les énergies « alternatives » , le nucléaires (Dont Sarkozy vends les centrales d’EDF a des intérêts privés, justement....) lance de nouveaux « marchés »

              4) L’intérêt de la science et celui du public ?
              Qui s’en occupe ?
              On s’en sert, c’est évident pour nous pousser tantôt dans une direction, tantôt dans une autre.
              Ou est le suivi sur CE dossier de la presse, des autorités scientifiques ?
              Dans la même armoire que les investigations sur les attaques a l’anthrax, les informations sur le 11 ou le 21 septembre ?


              Pour ma part je n’ai qu’une seule attitude dans cette histoire : j’ecoute les avis argumentés des uns et des autres.
              Et TOUTE tentative pour essayer de supprimer ne serait ce qu’Un seul avis dans l’histoire m’est suspect.

              Ne serais ce que l’avis d’un dégraisseur de mammouth...




              • Marc Viot Marc Viot 2 avril 2010 16:17

                Pourquoi étrange ? Très humain au contraire.

                Les thèses écologistes ont longtemps été assimilées à des éléments peu dangereux par les « puissants » détenteurs du pouvoir médiatique.

                Dans un premier temps, la possibilité d’entrevoir à travers l’écologie l’apparition de nouveaux marchés qui accroitraient sans transformer fondamentalement les anciens a même été accueillie favorablement.

                Mais que se passe-t-il aujourd’hui ?

                Le passage d’un processus de production linéaire - (j’extrais/ je jette, sans me soucier de ce que j’appauvris et pollue) - À un processus de production cyclique
                (je m’intègre dans des processus existants)

                semble remettre en question de manière fondamentale la logique inhérente à notre mode de fonctionnement basé sur la protection du possédant
                 : intégration et protection de ses possession ne font pas très bon ménage ...

                Et donc ces « puissants » se réveillent progressivement et tentent de faire machine arrière ...


              • Marc Viot Marc Viot 2 avril 2010 16:24

                ... (suite)

                La plupart des scientifiques ne s’occupent pas de l’aspect communication grand publique.

                Le débat scientifique a ses règles, son éthique et surtout, il a le temps ...

                Or que constate-t-on ; Le débat engendré par le climategate échappe aux règles d’un vrai débat scientifique de fond et vu la perception que certains scientifiques ont eu de cette dérive, ils ont humainement pris peur.

                Aussi, je ne vois rien que de très humain, mais plutôt de maladroit, dans cet appel à une autorité médiatrice.


              • pissefroid pissefroid 2 avril 2010 13:20

                Que des scientifiques demandent à leur ministre de prendre position dans une querelle de scientifiques me laisse sans voix.
                Je ne dirai donc pas que ces scientifiques déshonorent la science.


                • non666 non666 2 avril 2010 13:40

                  Oui , c’est tres étrange.


                  Des auteurs anciens, (d’extrême droite surement ! ) ont prétendu que 2 + 2 = 4 .
                  Nous, scientifiques reconnus pour notre conformisme aux idées actuelles, nous exigeons que les manuels qui prétendent encore cela soient brulés , interdits de lecture et que leurs auteurs soient dégradés, humiliés, AbuhGrahibisés (c’est a dire sodomisés !)
                  Nous exigeons (pour les scientifiques de gauche qu’au nom de l’Egalité 2 + 2 = 2 !
                  Nous autres, scientifiques de l’UMP , partipants au diner annuel du CRI...... que désormais 2 +2 =5 !



                  4 ? 
                  non jamais c’est négationniste, antisémite, anti-américaniste , anti-rechauffiste , anti-social !


                • JL JL 2 avril 2010 13:54

                  @Pissefroid, vous dites : Que des scientifiques , ... me laisse snas voix« .

                  C’est que vous confondez experts et scientifiques. Il est vrai que depuis les partenariats publics privés, la nuance est en train de s’amenuiser !

                  Savez-vous la différence qu’il y a entre un expert et un idiot utile ? Les deux défendent une cause qui n’est pas la leur, mais les experts sont payés, eux !

                  En cette époque de pragmatisme généralisé, la vérité n’existe plus : il ne reste que ce qui marche et ce qui ne marche pas. Et c’est pourquoi, les uns et les autres peuvent dire n’importe quoi, »parole d’expert« - comme on dit »parole d’ivrogne" !


                • JL JL 2 avril 2010 13:56

                  Est-il utile de préciser qu’entre les réchauiffistes et les anti-réchauffistes, ce qui marche pour les uns ne marche pas pour les autres, et réciproquement


                • non666 non666 2 avril 2010 20:24

                  JL, je pense que vous etes aussi de ceux qui preferent justement voir des arguments s’exprimer, des chiffres s’echanger plutot que de voir des debats sur les justifications de l’interiction de l’Autre.
                  De toute façon, ils vont bienetre obliger de publier les cartes satelite annuelle(de l’etat de la banquuise) , a un moment ou l’autre , non ?
                  Nous verrons bien ce qui marche et ce qui ne marche pas.


                • JL JL 2 avril 2010 20:33

                  @ non666, quand j’évoque ce qui marche, je fais référence à ce qui marche en matière de profits : les profits des uns sont les pertes des autres et réciproquement. Si bien que tout ça c’est une bataille commerciale entre deux catégories de lobbies : il se trouve que l’un des lobbies a plus de liens incestueux avec les pouvoirs publics que l’autre.


                • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 2 avril 2010 23:20

                  N’exagérons rien. Les institutions scientifiques sont ce que la société en fait. Depuis deux ou trois décennies, on pousse les scientifiques à devenir de moins en moins indépendants. A présent, on veut même démanteler le CNRS.

                  Sur le fond, par rapport à la question du rechauffement climatique, on a vu des choses pas claires d’un côté comme de l’autre. Alors, attendons un peu.

                  Plus globalement et pas seulement dans telle ou telle discipline, on se trouve confrontés à une crise institutionnelle certaine. Jusqu’à la prolifération, au cours des années récentes, de résultats falsifiés publiés dans les revues « avec comité de lecture » les plus « prestigieuses ».

                  Quelques articles de notre blog :

                  Nanotechnologies, recherche, éthique et contrôle citoyen
                  Crise de l’évaluation, CNRS et « réforme de la recherche »
                  Hwang Woo-Suk, le lobbying et la fraude scientifique (I)
                  AERES, ANR et revues avec « comité de lecture » (I)
                  Universités françaises et OPA patronale (I)
                  Universités françaises et OPA patronale (II)
                  Universités françaises et OPA patronale (III)
                  Universités françaises et OPA patronale (IV)
                  Universités françaises et OPA patronale (V)
                  ONU, GIEC, grippe A et crise du « jugement par les pairs »
                  CNRS, « managérisation » de la recherche et sous-traitance de l’évaluation scientifique
                  AERES, ANR et revues avec « comité de lecture » (II)
                  Lee Smolin, CNRS, crise et critique des institutions (I)

                  Cordialement

                  Le Collectif Indépendance des Chercheurs
                  http://science21.blogs.courrierinternational.com/


                • Pierrot Pierrot 9 avril 2010 10:38

                  Allègre a le droit naturel de dire et d’écrire tout ce qu’il veut.
                  Cependant ses écrits, comme ceux des autres, sont aussi soumis à la critique scientifique.
                  Son récent livre est une mine d’erreurs, de mensonges et il fait preuve d’un grand talent de faussaire en déformant des courbes de la température moyenne terrestre.

                  Il est aussi acceptable de se poser des questions sur les soutiens des propagandes sur le « climat gate ».
                  Là on trouve les producteurs de pétrole, les néoconservateurs US et des sectes obscurantistes religieuses.

                  Cela fait aussi partie de la libre critique citoyenne.


                • paul 2 avril 2010 13:34

                  Deux sujets distincts dans la controverse climatique :

                  - les conclusions du GIEC : elles ne permettent pas de se faire un avis définitif sur la question.
                  Cependant , même incomplètes , elles remettent justement en question un modèle économique basé sur les énergies fossiles qui arrivent bientôt à leur épuisement . La conséquence de ce modèle actuel est le gaspillage et la pollution grandissante des milieux naturels .

                  - le cas Allègre : avant ce dernier bouquin où des erreurs ,approximations et manipulations de stats ont été relevées , il s’est signalé auparavant par d’autres bourdes : les OGM c’est pas dangereux (ceux qui disent le contraire font de l’anti-américanisme ) , l’amiante non plus .
                  Pachyderme par son comportement (voire le dégraissage du mammouth) , on se souvient de
                  l’affaire du volcan de la Souffrière en 1976 où, contre l’avis de Tazzieff (le vrai spécialiste,lui)
                  il avait fait évacuer 70.000personnes pendant 3 mois : pour rien .


                  • faxtronic faxtronic 2 avril 2010 13:43

                    « les énergies fossiles qui arrivent bientôt à leur épuisement »

                    Clairement, il faut que les citoyens se remettent en cause, car il va fallors qu ils vivent sans petrole. Et donc avec une energie plus chere, doncdes problemes de transports.


                  • sisyphe sisyphe 2 avril 2010 14:18
                    • @ Paul
                    Oui ; Allegre s’est discrédité dans TOUS les domaines scientifiques où il a pris position.

                    Ce mec est un vrai bouffon


                  • faxtronic faxtronic 2 avril 2010 13:38

                    D accodr avec pissefroid.

                    Le sujet est d une grande complexite scientifique :

                    - Tres grand nombre de parametres
                    - Modele de la Terre et de la climatologie pas au point et variant
                    - Impossible de faire des experiences, pour confirmer ou infirmer telle ou telle theorie

                    Il est possible d extraire des informations scientifiques ( c est a dire prouve, etaye, teste, croise et que l on puisse conteste ( une theorie doit etre contestable pour etre scientifique, sinon c est une croyance)) de tous ce magma, mais il ne faut SURTOUT pas que les non scientifiques viennent y fourrer leurs nez. Sinon on va tomber sur des debats theologiques abscont, style Darwin.

                    Au niveau politique, comme les temperatures moyennes ont tendances a augmentees ( c est un fait, mais le debat reste ouvert sur la proportion entre les differentes causes), il faut que les nations s adaptent au rechauffement climatique, et prenne les bonnes decisions pour integrer ce parametres dans la gestion de leurs pays.


                    • curieux curieux 2 avril 2010 13:43

                      On vit une époque formidable. Les experts auto-proclamés sont partout. Depuis 2000, on a vu à l’oeuvre les experts de l’anti-terrorisme avec le résultat du 11/9. Mais là, y’avait une petite manipulation. On a vu les experts de la grippe aviaire. On a vu les experts économistes. On a vu les experts de la grippe A et les millions de morts qu’elle devaient occasionner. Maintenant, les experts du GIEC.
                      Je me répète mais cherchez donc si toutes ces catastrophes proclamées peuvent rapporter gros à certaines industries. Vous aurez tout de suite la réponse. Une catastrophe qui ne rapporterait rien, eh bien, il n’y aurait pas d’experts pour en parler.


                      • JL JL 2 avril 2010 14:02

                        @ Curieux : Savez-vous la différence qu’il y a entre un expert et un idiot utile ? Les deux défendent une cause qui n’est pas la leur, mais les experts sont payés, eux !


                      • friedrich 2 avril 2010 14:03

                        Que ces minables retournent dans leurs labos et fassent leur métier au lieu de se ridiculiser de la sorte, qu’ ils y retournent avec un bonnet d’ âne et ce rappel inscrit en rouge sur leur blouse blanche : la Science n’ a jamais gagné par décret !


                        • fred 2 avril 2010 14:07

                          First they ignore you

                          Then they laught at you
                          Then they fight
                          Then you win.

                          Mr Cortillot, je vous soutiens jusqu’à la mort.

                          • cmoy patou 2 avril 2010 14:36

                            L’escrocologie aurait-elle peur d’être mise a nue qu’elle en appelle a ses patrons car n’oublions pas que c’est l’Etat et rien que de savoir cela me semble suspect.

                            Nous avons tellement vu ces derniers temps nombre d’experts en grippe A se tromper que nous sommes egalement en droit de nous poser des questions.

                            A l’epoque de Darwin les creationnistes se comportaient de la meme maniere.


                            • Fabienm 2 avril 2010 14:50

                              J’adore les commentaires où se mélangent la grippe A (qui est l’expert en l’occurence Roselyne Bachelot ??), le 11/9, le changement climatique...
                              et après, on dit que les climatologues ne sont pas sérieux mdr

                              La vérité est AILLEURS , les extra terrestres sont parmi noooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuus

                              certains lecteurs devraient se faire enfermés je pense smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès