Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Convaincus que les dangers de l’activité nucléaire ne concernent pas que l’Ukraine et son Tchernobyl, ou le Japon et son Fukushima, il est temps de découvrir qu’ils nous concernent particulièrement en France, vu la densité de réacteurs nucléaires présents sur notre sol.

JPEG - 305 ko
Carte du risque nucléaire en france
http://www.agoravox.fr/IMG/jpg/carte_risque_nucleaire.jpg

En effet, sans pour autant tomber dans la paranoïa, considérant qu’en France, vu les 58 réacteurs nucléaires, la multiplication des « incidents », et les zones qui seraient perdues pour longtemps en se limitant à 50 km autour d’un site nucléaire, nous sommes très nombreux à être menacés en cas d’un accident majeur qui se produirait dans notre pays.

Contrairement à une idée reçue, la France n’échappe pas à la règle, et les accidents, la plupart du temps qualifiés d’incidents, se multiplient.

Octobre 1969 et mars 1980, deux dates pour lesquelles nous avons, dans notre pays, échappé au pire, puisqu’à St Laurent des Eaux, dans les 2 cas, les combustibles ont fusionné dans un des réacteurs de la centrale nucléaire. lien

En 1998, un des réacteurs de la centrale nucléaire de Civaux n’a plus été refroidi, et en décembre 1999, le réacteur de la centrale du Blayais a du être arrêté d’urgence, tous les systèmes de sécurité ayant été inondés, menaçant toute la région au point qu’à l’époque, Alain Jupé avait envisagé l’évacuation de Bordeaux. lien

Puis en 2003, c’est celle de Golfech qui a du être arrêté : à chaque fois, nous sommes passés à 2 doigts de la catastrophe, tous ces évènements ayant été classé de niveau 4. lien

Sur ce lien, on ne peut que constater l’accumulation des « incidents », formule consacrée pour éviter de traumatiser les populations.

Afin de permettre de constater la proximité des uns et des autres des différents sites nucléaires, un site propose une carte, pour laquelle il suffit de cliquer sur la centrale nucléaire la plus proche pour découvrir si vous êtes, ou non, dans la zone d’exclusion. lien

Ajoutons que la pollution nucléaire ne se déplace pas d’une façon régulière, et peut épargner les zones relativement proches d’une centrale accidentée, et suivant le déplacement des vents, de la pluie, aller bien au-delà des 50 km, comme on peut le constater sur cette carte de l’Ukraine.

Dans le cas de Fukushima, on voit très bien que les vents sont allés au-delà de Litate, très éloigné pourtant de la centrale, alors que la ville de Naraha, à moins de 20 km de la centrale dévastée a été relativement épargnée. lien

Un autre point est inquiétant car aujourd’hui encore, les plans d’urgence mis en place ne concernent en France que les personnes habitant dans un rayon de 10 km autour des centrales, et l’évacuation éventuelle de grandes villes comme Lyon ou Bordeaux n’est pas prévue alors que ces villes sont aux premières loges en cas d’accident majeur. lien

On pourrait aussi s’interroger sur l’absence de plan de distribution de pastilles d’iodes, lesquelles permettraient pourtant de sauver de nombreuses vies en empêchant la pollution radioactive de se fixer sur la tyroïde.

En juin 2013, la ville de Brest s’est décidée à distribuer des milliers de pilules d’iode aux Brestois qui vivent dans le périmètre de 500 mètres autour de la base de sous-marins nucléaires, (lien) d’autant que de nombreuses failles de sécurité ont été signalées. lien

Ajoutons que l’ASN (autorité de sûreté nucléaire) et les pouvoirs publics organisent de temps à autre des campagnes de distribution de comprimés d’iode, mais en limitant la zone à moins de 10 km autour des sites, et sous la forme de bons distribués en mairie, écoles, hôtels, et entreprises, lesquels doivent approvisionner les personnes menacées.

Si l’intention est louable, le résultat l’est moins, car, lors de la dernière campagne de distribution, en 2009, seuls 22,5% des intéressés se sont déplacés dans les pharmacies pour recevoir leurs pilules, chiffre montant à 51,9% pour les particuliers. lien

On pourrait s’interroger sur la contradiction de limiter à moins de 10 km l’approvisionnement en pilules d’iode, alors que le plan national en cas d’accident nucléaire majeur prévoit d’évacuer les populations dans un rayon de 20 km autour du site accidenté (lien) d’autant que dans le « plan national accident nucléaire et radiologique majeur », c’est le chiffre de 10 km qui est avancé… on essaye de comprendre. lien

Nos voisins Helvètes, plus prudents, ont élargi récemment la zone à risque à 50 km autour des sites nucléaires, et au lieu d’attendre que les intéressés viennent, comme en France, chercher leurs pastilles, les autorités suisses les envoient directement aux domiciles des habitants. lien

Ajoutons que ces pilules ont une période de validation limitée (entre 5 et 7 ans), qu’elles ne sont pas en vente libre, et qu’il faudrait être prévenu le plus vite possible après l’accident, faute de quoi, leur efficacité serait nulle.

Certaines recommandations pourraient faire sourire, telles celles du site « doctissimo » qui conseille, en cas d’accident nucléaire, « de s’abriter dans un local clos, de ne pas rester dans son véhicule, de se confiner en fermant portes et fenêtres, de boucher toute ouverture d’aération, et de ne pas téléphoner  ». lien

On peut légitimement s’interroger sur cette dernière recommandation…

Mais revenons au « plan national accident nucléaire et radiologique majeur », et plongeons nous dans sa lecture, afin de découvrir le large flou artistique qui l’enveloppe.

On peut y lire que « le plan n’est pas un cadre rigide  »… « Qu’il comporte des questions que le décideur devra se poser pour bien appréhender l’évènement »…mais rassurons nous, il est prévu qu’à « la mi-2014, il sera décliné au niveau des zones de défense et de sécurité, et que fin 2014, au niveau des départements afin de garantir une réponse plus réactive en différents points du territoire… ». lien

Nous voilà rassurés, espérant que rien de grave ne se produira d’ici là.

Il est donc conseillé de toucher du bois, de croiser les doigts, ou, comme le proposent les militants du réseau « sortir du nucléaire », d’alerter les populations sur les risques encourus réellement.

En effet, pendant 50 jours, pour commémorer à la fois les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, plusieurs actions sont envisagées aux 4 coins du pays.

Ça commence le 8 mars prochain, puisque, en Rhône-Alpes, des citoyens responsables vont occuper des ronds points, avec banderoles et affiches, avec sur chaque ronds points le même message, et quelques centaines de mètres avant le rond point le message : « Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ? ». lien

Le détail des 50 jours d’actions du 8 mars au 26 avril dans toute la France est sur ce lien.

On découvre beaucoup d’actions d’occupation de ronds-points, mais aussi des marches, des rassemblements, manifestations, projection de films, débats, expositions, conférences, déambulations, pique-niques et autres festivals. lien

Et puis les nouvelles ne sont pas bonnes pour Areva, qui est en train d’abandonner le chantier EPR d’Olkiluoto.

Ce chantier commencé en 2005 devait être bouclé en 2010…aujourd’hui, il est question d’envisager qu’il soit terminé en 2018, voire en 2020, et ce renoncement de l’entreprise nucléaire consacre en quelque sorte le désastre de l’industrie nucléaire française. lien

Sur la question du prix, c’est la bérézina aussi, puisqu’à l’image de l’autre EPR, celui de Flamanville, les prévisions de départ ont explosé, passant de 3,3 milliards initialement prévus, à 10 milliards aujourd’hui. lien

Quant à la « rénovation » des vieux réacteurs nucléaires français, on est passé des 55 milliards envisagés à 300 milliards, d’après un document interne d’EDF. lien

Sachant qu’aujourd’hui, seulement 18 millions de ménages payent l’impôt sur le revenu, (lien) en partageant ces 300 milliards avec tous les contribuables, cela signifie que chaque foyer fiscal français payera pour le rafistolage des vieux réacteurs la modique somme de 16 600 euros, ce qui par ces temps de crise n’est pas une très bonne nouvelle.

D’autant plus dommage que ces 300 milliards seraient bien plus efficace à lancer enfin le chantier de la rénovation de l’isolation thermique des habitations française, et serait créateur de centaines de milliers d’emplois. lien

La fameuse « transition énergétique » promise par celui qui n’était alors que candidat n’est toujours pas en route, au point que des groupes de citoyens ont pris le taureau par les cornes, en le mettant à l’ordre du jour, sans attendre des lendemains qui chantent. lien

En attendant, pour le solaire et l’éolien, la transition énergétique, « c’est pas maintenant » : alors qu’en 2013, le photovoltaïque à chuté de 45% par rapport à 2012, l’éolien n’est pas mieux loti, avec seulement 535 MW installés, contre 815 en 2012. lien

Au Japon, Fukushima continue depuis 3 ans à cracher sa radioactivité, et le gouvernement vient d’inviter les villageois à retourner dans leurs maisons, alors que la radioactivité de 20 mSv/an y est 4 fois supérieure à celle autorisée pour les travailleurs du nucléaire. lien

Comment qualifier cette décision ?

Comme dit mon vieil ami africain : « le fou est l’échelle du sage  ».

L’image illustrant l’article vient de « cartesfrance.fr »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Energie, la facture sera salée

Tchernobyl sur seine

Une pétition à signer concernant le fort de Vaujours

Sites à visiter

L’observatoire du nucléaire

Greenpeace

Site d’ACRO (infos au jour le jour)

Fukushima-blog

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

239 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 7 mars 2014 08:37

    Salut Olivier, bon raisonnons genre vive la supériorité occidentale, on est les champions Tchernobyl , OK bon c’étaient les russes ,donc normal, mais Fukushima c’est une construction japon-us , donc ça ne pouvait pas arriver,d’ailleurs au point ou on en est on peut dire ça n’est pas arrivé du tout, il s’agit en fait d’une expérience de nouvelles centrales à ciel ouvert pour nettoyer la pollution au CO2 qui amène le réchauffement climatique...
    D’ailleurs et ça n’est pas une blague, le pentagone prévoit plus de terrorisme du à cette même activité.......on a dépassé l’entendement depuis un moment, on se dit vont ils faire pire..et bien oui.....

    bon c’est pas drôle , ni fait pour çà, merci du travail..

    salutations..


    • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 08:49

      howahkan

      oui, j’aime bien cette comparaison entre Tchernobyl, et Fukushima.
      je me souviens en effet qu’à l’époque, les pronucléaires considéraient que la catastrophe de Tchernobyl était du à une technologie insuffisante...
      mais pour Fukushima, dans l’un des pays les plus avancés en matière nucléaire, l’argument tombe à plat...
      merci pour ton commentaire.

    • Aldous Aldous 7 mars 2014 10:48

      La supériorité scientifique occidentale en action :


      A Southampton, les gens n’arrivent pas à dormir à cause d’un bruit sourd, une vibration. Heureusement la science occidentale a trouvé l’origine du tapage nocturne : Un poisson mâle en rut ! smiley C’est si-en-ti-fi-que ! 


    • amiaplacidus amiaplacidus 7 mars 2014 15:30

      Une précision, Hotah, mais importante : Tchernobyl n’est pas en Russie, mais en Ukraine !

      Alors, maintenant, compte tenu des soubresauts agitant ce pays, quid du suivi de la catastrophe ?

      Les pro-nuke peuvent-ils nous garantir une stabilité socio-politique, en France ou ailleurs, durant les 100.000* prochaines années ?

      Il est vrai que l’homo sapiens (sapiens si peu d’ailleurs) aura vraisemblablement disparu, par sa faute, d’ici là.

      Bon, il semble que les scorpions résistent assez bien à la radioactivité. Une future civilisation de scorpions ?

      Les dinosaures, qui ont dominés la terre durant plus de 60 millions d’année, étaient bien mieux adapté que l’homo sapiens qui n’aura fait qu’un petit tour de 300.000 à 400.000 ans !

      * Par exemple, la période (durée durant laquelle la radioactivité diminue de moitié,) du plutonium est de 24.000 ans. En 100.000 ans, il en reste suffisamment pour largement tuer.


    • howahkan howahkan Hotah 7 mars 2014 17:22

      Salut amia..oui tout à fait, au moment de l’explosion de la centrale en 86, l’Ukraine etait encore partie de L’URSS....qui s’est dissoute en 1989..donc est aujourd’hui Tchernobyl est bien en Ukraine....

      salutations..


    • HELIOS HELIOS 11 mars 2014 04:08

      ... petite nuance, mais je croais que ceux qui me lisent n’entendent pas bien la nuance, tant elle est brouilléee par le dogme et la mauvaise foi :

      --- en Ukraine, Tchernobyl fut un accident lié a une manoeuvre mal maitrisée par les techniciens russes et par la faiblesse de la securité active de la centrale (circuits d’alertes, de securité, automatismes etc)... On peut donc dire que l’etat « basique » de la centrale a été la cause de la catastrophe, a l’origne intiée par une manoeuvre humaine.

      --- a Fukushima, le tremblement de terre d’un niveau inhabituel et au dela de ce qui etait prevu a causé l’arret de la centrale. On peut dire que cette centrale etait parfaitement sure, elle s’est arretée SANS DEGATS apres le terrible tremblement....
      La suite des evenements est le cas typique de « la faute à pas de chance »... le tsunami qui suivi a egalement dépassé l’ampleur calculée, mais pourtant le systeme de refroidissement qui fonctionnait parfaitement a continué à fonctionner jusqu’a ce que de nombreux debris finissent pas diminuer et boucher les prises d’eau et abimer les systemes de pompes. Le resultat fut que les reacteurs ne furent pas suffisament refroidis entrainant ensuite les catastrophes de niveau nucleaire (et non plus simplement mecaniques) que nous connaissons actuellement.

      On peut donc dire que Fukushima n’est pas un accident nucleaire en lui même mais un enchainement de circonstances dont les consequences nucleaires sont malgres tout limitées au regard des circonstances... et il faut faire la part des choses entre l’environnement industriel, pour cette industrie particuliere et le nucleaire lui-même.

      Alors, attribuer a Fuikushima la qualité d’accident nucleaire releve de la mauvaise foi la plus vicieuse, car, comme cela est déja arrivé lors d’autres tremblement de terre, le systeme de centrale japonais est bien dimensionné et parfaitement sûr, et l’accident de Fukushima n’est qu’un probleme de Shadock, les mêmes qui pompaient, pompaient, pompaient... niveau de Shadock dont font preuve ceux qui parlent sans savoir et qui amalgament des choses qui n’ont rien a voir les unes avec les autres.

      Chez nous, l’autorité de sureté nucleaire en France a demandé et obtenu la revision d’un certain nombre de normes, augmentant de fait la marge de securité de nos centrales... justement pour que certains faits « naturels » ne viennent pas compromettre la securité des installations, et celle de nos concitoyens bien evidement ! Le cas des pilules de sel d’iode etant fortement marginal.

      La securité est une course permanente et on trouvera toujours le moyen de mieux faire, mais cela restera pour les opposants au nucleaire, toujours insuffisant même si statistiquement nous pouvons etre assuré de la qualité de nos centrales, car leur objectif (de ces opposants) n’est pas la securité, leur objectif est associé a l’incomprehension des mecanismes, la peur de l’inconnu, la manipulation vile avec arrieres pensées et en fait dans le cas le plus mineur, dans le choix dogmatique d’une eventuelle suffisance d’energie dans un contexte français où personne n’en manque.

      Désolé, Olivier, j’ai globalement bien aimé un article qui a travers sa carte parait interressant, helas, comme cela se passe souvent, le texte est hautement manipulateur car empreint de ce dogme qui devient de plus en plus insupportable, comme celui de la pensée unique... il ne laisse pas la place a l’ouverture, aux convictions des uns et des autres, aux faits, dans une analyse non orientée etc...


    • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2014 09:01

      Bravo pour votre article, qu’est un énième avertissement aux dirigeants et à la population ,qui ont soit des actions dans leur portefeuille, ou des lunettes de soudeur sur le nez, à moins qu’ils ne paient pas d’impôts locaux, grâce à l’implantation d’une centrale sur leur commune. 


      Pas étonnant que la greffe atomique est spécialement prise en France : Dogmatisme des élites, schéma centralisateur, aveuglement pseudo scientifique en lançant le pays dans un de ces nouveaux « machin », comme le pays en a produit si souvent : Canal de Panama, conquêtes coloniales, lignes Maginot...

      Pas toujours négatif d’ailleurs, l’unité du pays à travers l’esprit laïque concomitant au développement du réseau des routes, et celui de la SNCF, furent bien les meilleurs leviers de son développement, tout autant que celui du développement de la scolarité gratuite et égalitaire ( des conquêtes qui disparaissent comme le réseau secondaire des trains...)

      Ah, mon dieu, si nos bonnets rouges protestaient contre les centrales avec la même vigueurs qu’ils mettent contre les portiques ! 

      Ces centrales sont pourtant bien elles aussi des portiques, mais de la mort. 

      Encore un peu de patience et ça va nous tomber dessus à force de remettre à plus tard et à demain la cure de désintoxication. 
      La centrale et son cheminement symbolise une forme de pensée prédatrice, déconnectée des enjeux et de l’avenir, arc boutée sur un optimisme obligatoire, au garde à vous.

      De fait après la cuite, vient la gueule de bois. 

      Certains vous diront au petit matin, que la meilleure chose à faire, alors, est de remettre ça !
      Je crois qu’on en est un peu là, tant on se refuse à voir les conséquences de l’affaire : Comment réussir la transition, et déjà, comment faire disparaître tous ces cadavres de bouteilles de picrate qui jonchent la pièce ?

      Ce serait bien et facile de les emmener au container de bouteilles vides. 
      Seulement c’est des centrales, pas de la petite bière !

      Voilà que le diable,si l’on ne fait rien, pourtant, risque de nous présenter sa facture !

      Le plus alarmant , c’est ce silence. 
      On se contente de reconduire, de continuer à exploiter le filon.
      Gare au coup de grisou ! 

      • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 09:37

        bakerstreet

        je partage et remercie sincèrement.

      • Zip_N Zip_N 7 mars 2014 09:04

        Rassurez vous, sur les milions de cancers et maladies actuelles et autres constituant polluants, les centrales à énergie nucléaire sont encore loin derrière. C’est pas encore cela qui va vous faire perdre une année de vie, ni même un seul mois.


        • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2014 09:20

          Zip


          C’est vrai qu’on peut difficilement mourir deux fois, La Palisse n’aurait pas dit mieux !

          Une leucémie, un cancer de la thyroïde, 
          en provenance de nos centrales d’appellation, 
          ou une maladie de Parkinson, en direct de nos productions agricoles ?

          « Que désirez vous monsieur je suis à votre service »
          Disait la serveuse en remontant ses jupons sur ses fémurs !

          Quand celle ci se met à danser le french cancan
          N’y pas beaucoup d’hommes pour la pincer
          Pour lui faire la cour !

        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 09:47

          zip

          avant d’écrire des énormités, vous pourriez au moins vous renseigner.
          bien sur que le nucléaire est un des principaux facteurs de cancers.
          dixit l’inserm
          Les informations géo-référencées permettent d’évaluer l’exposition des personnes à des facteurs spécifiques en fonction des lieux d’habitation. Le programme Geocap dirigé par une équipe de l’Inserm permet notamment d’établir un lien systématique entre les lieux de vie d’enfants atteints d’un cancer et les diverses sources d’expositions présentes, notamment le radon, le trafic routier, la pollution atmosphérique, les lignes à haute tension et les centrales nucléaires. Depuis 2002, cette étude inclut tous les cas de cancers infantiles (1 700 cas par an) ainsi qu’un groupe témoin (5 000 enfants par an) représentatif de l’ensemble de la population.
          l’article complet sur ce lien
          ajoutons que les personnes qui vivent à coté de centrales nucléaires sont particulièrement touchées par le cancer... dixit l’aiea
          bonne lecture.... et cessez votre propagande scandaleuse

        • Zip_N Zip_N 7 mars 2014 09:51

          Backstreet (cabanel aussi). C’est ça, exact. Attention aux coups de soleil ! un coup de chaud ? buvez de l’eau, prenez une douche, attention à pas vous noyer non plus des fois que la mer ou la rivière se vide dans votre cuisine. Je vous vois bien avec le thermostat 2, c’est plus doux. Vous avez combien de combinaison de protection ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 09:58

          zip

          ça voulait être de l’humour ?
          mettez un nez rouge, peut être ça amenera un sourire, mais c’est pas certain
          smiley

        • Zip_N Zip_N 7 mars 2014 10:04

          Dans votre genre vous êtes doué, c’est pas La Palisse qui va dire le contraire. N’est ce pas bakerstreet ? bravo champion.


        • Zip_N Zip_N 7 mars 2014 10:08

          cabanel quand est ce que vous enlevez votre nez de clown que l’on puisse redevenir sérieux ?


        • Hermes Hermes 7 mars 2014 13:52

          Zip_N, encore un candidat pour aller travailler sur le site de Fukushima. Je transmet le CV à tepco. Non, non ne me remerciez pas.....   smiley


        • Destouches 7 mars 2014 18:02

          Bonjour Agoravox,

          Je voulais juste rajouter quelques éléments pro-nucléaire de la part de quelqu’un du métier.

          Tout d’abord OUI, le nucléaire est très dangereux et il FAUT le craindre, vous avez entièrement raison. Mais il ne faut pas oublier ce que GREENPEACE (il ne sont plus à présenter) ne dira jamais :

          - la technologie REP française, à la différence des REB anglo-saxons et japonais dispose de 4 générateurs de vapeurs (contre 0 pour eux), qui d’une augmente leurs coûts, de deux, rajoute une troisième barrière de confinement (avec les gaines combustible et le circuit primaire), de trois, permet de fonctionner SANS POMPES (courant HS) avec et un seul GV fonctionnel (en clair, destruction de 75% de la tuyauterie par rupture guillotine, le cauchemar) par thermosyphon.

          - les recombineurs catalytiques pour éviter les explosions d’hydrogène ont été estimé trop chers par nos amis asiatiques, ce qui a fait sauter la cocotte

          - l’énergie verte est un joueur de flûte qui mène le bon peuple à accepter la libéralisation à marche forcée du domaine de l’énergie : le taux de disponibilité insuffisant du soleil et du vent rend le charbon vital. Sans parler de la hausse colossale du coût de l’énergie et l’absence de réinvestissements dans la sûreté des équipements nucléaires.

          Nos pires accidents portent surtout sur une mauvaise gestion combustible, avec un remplissage foiré du coeur, proche de la criticité (Dampierre).

          Cependant, si la libéralisation à tout crins continue, le pire reste à venir.


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 18:23

          destouches

          les détails techniques que vous donnez sont intéressants, bien sur, mais le tableau quelque peu idyllique concernant la technologie nucléaire que vous décrivez me semble quelque peu optimiste, et je suis étonné que vous ne fassiez pas mention des micro fissures découvertes sur les cuves d’une dizaine de réacteurs français ? 
          pensez vous que le remplacement de ces cuves dangereuses soit prévu ?
          il semble que non : 
          M. De Roovere, qui juge la date du 30 septembre peu réaliste et se dit « sceptique » quant à l’avenir de ce réacteur de 1 000 mégawatts. Il a aussi écarté l’hypothèse d’une réparation ou d’un changement de cuve.
          se trouvant sur les réacteurs de Fessenheim 1 et 2, Chinon B-3, Gravelines 6, Blayais 2, Dampierre 3, Saint-Laurent B-1 et B-2. article complet sur ce lien
          de plus, l’epr de flamanville, que l’on nous vante souffre semble-t-il de défauts de fabrication... lien
          de plus, les exercice de sécurité dont le temps d’intervention devrait etre le plus court possible n’ont pas donné à ce jour de très bons résultats... même lorsque les techniciens étaient prévenus à l’avance...
          quelques détails sur ce lien...
          c’est aussi ça la triste réalité française.



        • Destouches 7 mars 2014 18:53

          C’est vrai, la prolongation de la vie des cuves présente un gros risque. La meilleure étude du comportement de l’acier sous fluence (flux neutronique) se fait à la dure, pas par la simulation et il s’avère qu’il soit plus résistant que prévu, d’où le report des changements.

          Personnellement, je trouve que cette décision équivaut à se torcher avec le principe de précaution (qui est à géométrie variable, nous le savons tous). Mais je ne suis pas en position d’y changer quoi que ce soit, malheureusement.

          Tant que notre circuit du trésor sera lié aux investisseurs étrangers, il n’y aura plus de grand chantiers en France, comme dans le temps.

          En passant, j’aimerais bien que les aciéries françaises me remettent à neuf mon cher accélérateur de particule Van de graff, mais bon, ça reste un doux fantasme.

          Amicalement


        • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 8 mars 2014 00:39

          j’avais écouté, il y a un certain temps déjà, sur France Culture (un samedi matin) une émission consacrée nucléaire. Le spécialiste qui était invité nous disait qu’en cas de problème avec Fessenheim ce n’est pas la pollution atmosphérique qui est à craindre mais un problème beaucoup plus inquiétant. En effet celle-ci est tout simplement construite sur la plus grande nappe phréatique d’Europe et que la dalle de béton de la centrale ne correspond plus aux normes de sécurité. Alors en cas de fusion du cœur.....


        • Zip_N Zip_N 8 mars 2014 00:42

          Je peux pas cabanel l’a très bien expliqué, je suis conducteur je prend deja des risques volontaire au volant ! par contre vous si vous êtes volontaire et vous conduisez pas non plus, comme cabanon, et ne prenez pas le risque sur les routes ça pourrait être une solution. smiley ça évitera la double peine inutile.


        • Zip_N Zip_N 8 mars 2014 00:45

          Hermes je dis ça pour votre idée de travail sur fukushima.


        • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 2014 08:56

          ânel’artiste

          oui, vous avez raison, la pollution suivant les vents dominants est une chose, mais effectivement celle de la nappe phréatique l’est aussi, comme on le voit au Japon...
          en cas de fusion de coeur, et que le corium atteigne celle-ci, ce serait évidemment lourd de conséquences.

        • Bluezy Bluezy 8 mars 2014 10:38

          Pauvre ZIP-N Pour « troller » efficacement, encore faut-il le faire intelligemment ... là tu es pathétique et tu devrais avoir honte d’exposer à toutes et tous ta faiblesse intellectuelle : tu sers à rien, tu ne fais pas avancer le débat, tu n’as aucuns arguments et tu fais ton intéressant en croyant perturber nos discussions. On dirait un sale gosse mal élevé.


        • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 8 mars 2014 13:46

          Je n’ai pas retrouvé le lien de l’émission qui traitait du problème de Fessenheim. Mais pour ceux qui ne sont pas convaincus de l’article d’Olivier en voici d’autres :
          La raffinerie d’uranium Comurhex de Malvési
          http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4774512
          Retour sur Fukushima
          http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4741220
          La France nucléaire
          http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4704076
          ou encore celui-ci
          Déchets nucléaires : autour du projet Cigéo
          http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4694488
           


        • Algo Algo 4 juin 2014 13:42

          Autant citer correctement les études en lien :
          - le lien vers le document « aiea » se conclut par « nous pouvons conclure que,si ces installations nucléaires comportent un risque pour les populations avoisinantes, celui-ci est trop faible pour être détecté par une enquête comme celle que nous avons faite... »
          - le lien vers l’INSERM, lui, lorsqu’il évoque les rayonnements ionisants, note : "Plusieurs études ont montré ou suggéré une augmentation du risque de plusieurs types de cancer (cancer du poumon, de la thyroïde, du sein, leucémie, tumeurs cérébrales) avec l’exposition aux rayons X et gamma. Les examens radiologiques répétés, dans l’enfance ou à l’âge adulte, augmentent notamment le risque de cancer du sein, et peut-être celui d’autres cancers. ".


        • bibou1324 bibou1324 7 mars 2014 09:55

          Les estimations les plus pessimistes pour Tchernobyl, c’est environ 125 000 morts et 200 000 invalides, ces 28 dernières années, sur l’ensemble de l’Europe.


          Sur cette même période, on estime à environ 1 176 000 le nombre de morts causés par la pollution, en France uniquement. Plus 1 898 000 morts causés par le tabac, par exemple, toujours en France seulement.

          Alors même si 20 centrales devaient exploser en France, les dommages seraient bien minimes (quelques millions de morts tout au plus, c’est à dire rien par rapport à ce que l’on tolère tous les jours et qui pourrait être évité).

          Autant dire que qualifier le nucléaire de dangereux, c’est bien évidemment vrai, mais si on compare aux autres dangers mortels auxquels on est soumis, finalement c’est pas si alarmant.

          • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 10:06

            bibou

            on sent que vous tentez de vous rassurer.
            la réalité est plus grave que ce que vous écrivez
            l’Académie des sciences de l’Etat de New-York a publié, fin 2009, des études de chercheurs russes, biélorusses et ukrainiens. Selon ces recherches, qui n’avaient jamais été traduites en anglais, le nombre de décès causés par les retombées de l’accident de Tchernobyl se situerait entre 600 000 et 900 000. lien
            quand a Fukushima, le décombre macabre ne pourra être fait que dans vingt ans...
            mais on en connait déjà le prix. lien...5800 milliards d’après l’irsn lien
            sans parler des milliers d’hectares perdus

          • bibou1324 bibou1324 7 mars 2014 10:16

            Triste pour les hectares perdus. Mais même 900 000 morts, ça reste un détail de l’histoire, comparés aux chiffres que j’ai avancé dans mon post. Et je ne pense pas avoir besoin de me rassurer, merci, il faut bien mourir de quelque chose.


            Si 100 000 000 de personnes ont sacrifiés leur vie pour quelques taf de clope ces 20 dernières années, ça ne me choque pas d’en sacrifier 1 petit million pour de l’électricité (sois disant, il est vrai) à faible coût (pour le moment, c’est sûr les démantèlements coûtent une blinde, mais l’humain ne voit pas plus loin que le bout de son nez).

          • anomail 7 mars 2014 12:26

            bibou1234

            Votre argumentation est hors-sujet, pour les raisons suivantes :

            - Contrairement aux gens qui sont mort du tabac, ceux qui sont morts des conséquences du nucléaire ne l’ont pas choisi.

            - Et même si comme vous le prétendez ce n’est qu’un détail, pourquoi n’en ferions pas l’économie ?


          • Vipère Vipère 7 mars 2014 09:59

            Bonjour à tous

            Où sont vos sources Bibous ? des liens ?


            • bibou1324 bibou1324 7 mars 2014 10:06

              Les chiffres officiel pour Tchernobyl c’est 25000 morts, voir ICI. Un exemple de site qui en fait des caisses (attention les yeux)


              Les morts pour la pollution, c’est 42000 par an en France, je vois laisse faire la multiplication, une des sources est ici, mais les chiffres sont les mêmes ailleurs.

              Quand à la cigarette, on estime 73000 morts par an en France. La source est ici.

              Juste la cigarette, a fait ces 20 dernières années, 100 000 000 de morts. Autant dire que les 2 guerres mondiales, sont des détails de l’histoire à côté.


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 10:09

              bibou

              j’ai donné les preuves que d’après l’académie des sciences de new york la mortalité après tchernobyl atteindrait quasi le million de personne...
              et les conséquences financières de fukushima seraient de l’ordre de 5800 milliards d’après l’irsn (regardez les liens donnés plus haut)
              et revenez sur terre.
               smiley

            • bibou1324 bibou1324 7 mars 2014 10:13

              Alors :


              1/ Le prix que ça a coûté, je m’en bat les steaks. Plus ça coûte cher, plus des emplois sont créés, plus ça fait tourner l’économie. Comme la guerre d’ailleurs. La mort des gens, c’est pas si mal, financièrement parlant.

              2/ Vous dites 1 million de morts, moi j’en avance 100 millions depuis Tchernobyl, avec la cigarette. Vos (maximum) 1 million de morts, ce n’est rien du tout, à l’échelle de l’humanité. C’est un détail, certes sordide et tant mieux si on peut l’éviter, mais ça ne reste qu’un détail.

            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 11:03

              bibou

              outre le fait que vous insultez des morts, qui eux n’ont pas choisi de mourir (a défaut de ceux qui fument la cigarette) votre affirmation que le nucléaire crée des emplois est un peu légère... quand 3000 ouvriers s’occupent de l’epr à flamanville (avec le résultat que l’on sait smiley ...) il faut savoir que plus de la moitié viennent de pays à bas salaire...donc ça ne change pas grand chose au niveau de la réduction du chomage... et à quel prix ? 300 milliards pour rénover les vieilles centrales : près de 20 000 euros par foyer qui paye l’impot...16 666 pour etre exact.
              alors que nos voisins outre rhin en tournant la page nucléaire ont créé des milliers d’emplois et qu’en france le chiffre pourrait etre de 800 000 emplois. lien
              y a pas photo, non ?
               smiley

            • gaijin gaijin 7 mars 2014 11:11

              avec bibou on atteint des sommets
              un retour a des dizaines de millions de morts qui sont des détails de l’histoire .....
              ( déjà entendu ça quelque part non ? ) 

              bibou je vous propose un deal vous me filez votre adresse et en cas de pb je vais m’assurer que le premier mort ça sera vous

              on verra si c’est un détail .....

              ( de toute façon ça ne sera pas comptabilisé dans les pertes humaines )


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 13:11

              gaijin

              je suis en train de me demander si le bibou ne serait pas chauffeur de taxi, adepte du marteau et de l’enclume, qui nous amuse de temps en temps sur ce genre d’article ?
               smiley

            • Zip_N Zip_N 7 mars 2014 13:12

              Oui, c’est un milion de morts sur 25 ans, l’automobile à elle seule, c’est 30 milions de morts en 25 ans. C’est quoi le plus dangereux à votre avis ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 mars 2014 13:17

              mon pauvre zip

              vous ne comprenez décidément rien
              l’automobile, quand vous vous en servez, c’est un choix que vous faites.
              pour le nucléaire, on ne vous a jamais demandé votre avis.
              faites marcher de temps en temps le neurone qu’il vous reste.
              mais le mieux, à mon humble avis, est de retourner à votre bac à sable.
              et tentez de ne pas vous faire mal.
               smiley

            • gaijin gaijin 7 mars 2014 13:18

              olivier
              oui ente lui et zip on peut se demander de qui ils sont les « réincarnations »

              zip
              tout le monde meurt .....
              a se demander pourquoi le meurtre est interdit ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès