Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les banquiers escrocs vont rendre des comptes en Islande

Les banquiers escrocs vont rendre des comptes en Islande

A l'époque de l'euphorie financière, l’Islande était un eldorado du néolibéralisme, le paradis des banquiers. Après la crise systémique les islandais ont eu le déclic. Comme l’a souligné le prix Nobel d’économie Paul Krugman, au lieu de faire payer la crise à la population, l’oligarchie vertueuse du peuple constitué a « laissé les banques faire faillite » et, au lieu d’apaiser les marchés financiers, a « imposé des contrôles temporaires sur les mouvements de capitaux pour se donner une marge de manœuvre » (1).

En France, rien de sérieux n’a été entrepris depuis lors. L’ AMF, notre gendarme de la bourse a pieds et mains liés. (2) Les prérogatives des contrôleurs et des enquêteurs sont très limitées et les pouvoirs de repression de la brigade financière se sont essoufflés au fur et à mesure qu’une législation dépénalisante à la faveur de financiers peu scrupuleux a été mise en place. A l’automne 2008, peu avant la crise, il était toujours question de renforcer les lois vers une dépénalisation en matière économique et financière. (3) Cherchez le hic....

Au même moment les autorités islandaises annoncent cette semaine lancer le grand nettoyage . Ce n’est pas moins de 15 banquiers de la haute finance, des ploutocrates en quelque sorte, qui vont se retrouver poursuivis pour des délits d’initié, des manipulations boursières illicites. (4) Il appararait qu'au pays des geysers on ne désigne pas un bouc émissaire à la Jérôme Kerviel bien commode en cas de "dysfonctionnement".

Dans un réquisitoire à charge, le procureur Olafur Hauksson, représentant spécial du ministère public, a fait savoir ce mardi 26 avril aux agences de presses mettre en accusation deux anciens directeurs généraux de la Landsbanki ainsi que quatre anciens employés de cet établissement. (5) Rappelez-vous, Reykjavik avait choisi de nationaliser et de démanteler les banques en faillite plutôt que de tenter un long et coûteux sauvetage au seul bénéfice des parasites de la finance. A quand, dans les actes, la même justice sociale pour la France ?

 

(1) http://www.terraeco.net/Vous-en-avez-assez-de-la-crise,48600.html

(2) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202541127085-les-pouvoirs-du-gendarme-de-la-bourse-vont-etre-renforces-534703.php

 (3) http://www.droits-justice-et-securites.fr/2009/10/la-depenalisation-des-sanctions-penales-en-matiere-economique-et-financiere/

 (4) http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Islande-Quinze-ex-banquiers-inculpes-de-manipulation-boursiere—16568103/

 (5) http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j1BiyzAKxi9mQtNS9iSZ-wUNJP8A?docId=CNG.a4f918170fa7b372b01a63df2cf799c5.4a1


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Pyrathome Pyrathome 29 mars 2013 14:37

    Une faute dans le titre, ça m’écorche les oreilles et ça l’a fout mal.......escroc avec un c, comme corrompu, crapule, criminel...
    Article néanmoins pertinent, merci...
    N’y aurait-il qu’en Islande où ces ordures seraient inquiétés ??
    Hollande devrait en prendre de la graine...........


    • bigglop bigglop 29 mars 2013 18:56

      Hollande a reçu le président islandais, Olafur Ragnar Grimsson, 35 minutes à l’Elysée.
      Comme les trois singes, il est resté sourd, aveugle, muet au message de Grimsson
      Idem au forum de Davos de 2013.

      Enfin le Moi Président, s’est contracté en ’’moi’’, ’’je’’, tout en créant une ’’théorie des chocs’’, avec sa petite boîte à outils, qui va lui revenir en pleine poire, fin 2013, si ce n’est avant.

      Il confirme sa ’’politique’’ reposant sur deux paris stupides :
      Le premier porte justement sur le TSCG. Ce dernier est censé signifier un engagement de « sérieux » des pays signataires, en échange de quoi l’Allemagne pourrait assouplir son attitude sur la BCE et accepter de financer des pays comme la Grèce et le Portugal qui auront besoin d’une aide supplémentaire. François Hollande fait le pari que ce qui importe est le vote et non l’application du traité.
      Le second pari porte sur le chômage. François Hollande semble se résoudre à une forte montée de ce dernier en France.....Le pari réside ici dans l’espoir que la conjoncture internationale s’éclaircira dès l’été 2013, et que la croissance hors de la Zone Euro tirera cette dernière de la trappe de récession dans laquelle elle s’est enfermée.

      Compte tenu de l’adoption récente du règlement européen Two Packs et de l’aggravation de notre déficit et de notre dette, nous allons subir des contrôles renforcés de la Troïka, une ’’mise sous surveillance renforcée pour déficit excessif’’

      Qui ose parler de souveraineté nationale ?


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 mars 2013 22:29

        Bonjour bigglop,

        C’est bien résumé ...

        Le problème c’est à force de parier, tout en attendant le changement extérieur le président joué gros et risque donc gros.

        Le problème c’est que ce président joué avec nos vies, nos emplois voire avec l’avenir des futurs générations.

        Au lieu de jouer à la roulette de la TROÏKA il devrait agir pour reprendre les contrôle sur la navire France qui est dans le mains des lobbyistes des Bruxelles.

        TROP de pouvoirs ont été transmises à Bruxelles ... le cap que Bruxelles à pris n’est pas le bon ...

        Enfin le navire France est dans les mains des PIRATES (lobbyistes à Bruxelles) Pirates qu’ils faut chasser.

        Il faut :

        1. Sortir de l’Europe tout en maintenant une echange équilibre avec les autres pays.
        2. Sortir de Euro
        3. Sortir de OTAN
        4. restaurer les services publics
        5. Restaurer le statut de la banque de France (sur le modele avant le 3 janvier 1973)
        La banque de France pourra ainsi de nouveau financer des projets publics en prêtent de l’argent à taux 0% .... ou des taux vraiment modestes en comparaison aux banques privées.
        6. Revenir au Francs avec une devaluation d’environ 20% ... ceci permettrait d’adapter le taux de la monnaie (Francs) à la réalité économique ... ceci permettra aussi de relancer les exportations (meilleure compétivité).
        7. Lancer un vaste chantier de transistion énergétique ... un projet qui est fortement créatrice d’emplois
        8. Reprendre le contrôle sur nos frontiers ... (pour limiter entre autres le trafic d’armes, ...)
        9. reduire le taux d’imposition des PME’s et augmenter celui des multinationales.
        10. Combatre la fraude fiscale des multinationales (l’estimation de la fraude s’élève à 50 milliards d’Euro / ans)
        11. reformer en profondeur l’administration française ... exemple faciliter la création d’entreprises ... reduire les délais d’enregistrements etc. .... Adapter les charges URSSAF à la réalité ... Une entreprise ne devra pas payer de charges à l’URSAF avant d’avoir été crée ... avant de trouver l’argent dans la caisse !!!!
        12. Trop de normes paralisent les entrepreneurs ... il faudrait donc aussi s’attaquer à ce frein ....
        13. revaloriser la recherche ... pour reverser la situation ... au lieu de fuire la France .... les chercheurs devront trouver un intérêt de rester en France ... ceci passe par une révalorisation des salaires.... Le montant de la recherche devrait passer d’un taux de 2.12% du PIB à 4% du PIB.

        Vous allez me demander comment financer tout ça ?

        Je repond par une autre question :
        Mais comment ont ils fait pour sauver les banques avec des coup de milliers de milliards d’Euro ?

        Puis en suppriment les intérêts des prêts par la banque des France on supprimera un autre frein (voire parasiatage) de l’économie. L’intéret public doit primer sur enrichissement personnel !

        Nous avons besoin d’un président qui à le courage de se retrousser les manches et qui ne fait pas seulement de la figuration.


      • HELIOS HELIOS 30 mars 2013 03:59

        Point v6 ci-dessus...
        Comment faudra-t-il expliquer a ceux qui croient dur comme fer que la devaluation va nous enrichir ?

        Ce n’est pa devaluer de 20% qu’il faut, mais reevaluer de 20%
        CE dont la France a besoin, c’est de retablir sa balance exterieure, soit en vendant plus soit en payant moins... soit un peu les 2 evidement.

        Mais au fait, a qui vend-on ? et a qui achetons nous ???
        On vends cher, a des riches, un savoir faire unique, essentiellement basés sur des services immateriels. rien ne nous oblige a garder leur prix elevés, On peu ajuster ce prix la aux clients. La valeur du franc n’a aucune influence.

        On achete a des pays plutôt pauvres soit des matieres premieres, soit des produits a faible valeur ajoutée. Un franc fort nous permet de baisser le cout de nos importations ET de reconstituer une industrie car l’energie et les matieres premieres a faible cout favorisent notre economie interieure et notre competitivité exterieure.

        Devaluer revient a se tirer une balle dans le pied.. completement idiot !


      • rotule 30 mars 2013 12:10

        @Par eau-du-robinet (---.---.---.98) 29 mars 22:29

        sortir de l’OTAN, oui, tout de suite, c’est urgent. Ensuite, pour les autres propositions, je vous ai moinssé ...

        Une autre idée de l’Europe des peuples est possible ...


      • HELIOS HELIOS 31 mars 2013 15:49

        ... vous pouvez toujours lire ceci, c’est interressant (sur la consequence d’une devaluation) !

        ici


      • kéké02360 29 mars 2013 21:47

        plus de temps à perdre !!!!!

        1 Commencer à retirer le peu d’argent que vous avez en banque serait la sagesse !

        2 Faire une bonne lessive en nous mettant d’accord pour nous mettre tous dans la même banque de dépôts et faire crever les autres.

        3 Cesser d’emprunter et de vivre à crédit

        4 Commencer la décroissance en réduisant notre consommation de façon drastique ( histoire d’apprendre à vivre avec peu, c’est ce qui nous attend demain !!! )

        5

        6

        7 ...............................................................

        Par ces actions nous avons une petite chance de sortir << à temps >> de l’europe


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 mars 2013 22:57

          La France doit renogocier les conditions du remboursement de la dette publique et du montant à rembourser !

          L’Islande à choisit la méthode radical (suite à un référendum il à été décide à ne pas rembourser la dette publique)... la France poura faire parreil ... et utiliser ce levier comme moyen de pression pour engager une rénegociation.

          La dette publique s’élevait fin Decembre 2012 à 1834 milliards d’Euro.
          La France à déjà remboursé 1400 milliards sous forme d’intérêts. Nous devrons donc exiger de réduire cette dette qui est d’ailleurs base sur une escroquerie, l’abandon de l’Etat Français d’emprunter de l’argent à sa Banque de France à un taux de 0% .... Quel cadeau faites aux banques privées !!!

          Le montant remboursable de la dette publique française doit être divisé par 4 ( enfin cela reste à négocier ) ... C’est pas possible dites vous ? Si il existe des nombreuses exemples ou on à fait cadeaux du remboursement de la dette.... et bon il y a l’exemple Islandais (radical mais très éfficace) !

          ===============================================================

          La loi du 3 janvier 1973 sur la Banque de France est une loi française, qui a régi de 1973 à 1993 l’organisation de la Banque de France. Cette loi est parfois surnommée loi Pompidou-Giscard ou loi Rothschild.

          Selon les critiques de cette pratique, la classe politique s’est soumise aux marchés financiers qui sont les créanciers de l’État. Ces créanciers lui dictent ainsi une politique économique avec les agences de notation dont les notes influent sur les taux d’intérêts. Et ce, alors même que l’État et la Banque centrale européenne prêtent aux banques privées (dans le cadre des plans de renflouement) à des taux moins élevés que ces mêmes banques privées lorsqu’elles prêtent aux États. source

          « Depuis 1973, la France a renoncé au pouvoir de financer à 0% par la Banque de France les grands investissements d’avenir de l’État » et s’auto-oblige à emprunter l’argent chez des banques privées à des taux élevées ... taux qui nous ont conduit à la dette publique d’aujourd’hui ... C’est une pure folie et un cadeau énorme faites aux banques privées ... C’est un cadeau qui couté d’ailleurs très cher aux contribuables français, car les intérêts de la dette publique avalent chaque année l’intégralité des impôts sur le revenues qui était 45 milliards d’Euro en 2009.

          L’état français à trahi en 1973 l’intérêt général des français !

          L’origine de la dette française est ancrée dans la loi 73-7 , article 25 du 3 Janvier 1973, retranscrit bien plus tard dans le droit européen article 104 traité de Maastricht et article 123 traite de Lisbonne.

          En 2013, la dette publique française va atteindre les 100% du PIB
          Un simple chiffre est parfois plus parlant qu’un long discours : pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la dette publique de la France sera égale à sa richesse, autrement dit à 100% de son produit intérieur brut (PIB), d’ici la fin 2013 !
          source

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

J-J-R


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès