Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Du bon usage du chiffon rouge

Du bon usage du chiffon rouge

On vous l’a déjà dit je ne sais combien de fois ici-même : la guerre contre le terrorisme décrétée dans la foulée des attentats du 11-Septembre n’existe pas, dans le sens où ce ne sont pas les terroristes que l’on poursuit et que l’on vise, mais bel et bien au passage n’importe quel citoyen que l’on cherche à surveiller, en l’ayant suffisamment effrayé au préalable pour qu’il vote lui-même, via ses représentants, des lois restrictives à son égard. Un véritable tour de passe-passe, un piège à citoyen efficace : une nation devient ainsi purement masochiste, avec ce système non démuni de perversité. Ce qui est plutôt paradoxal, mais avec une bonne propagande et un chiffon rouge agité régulièrement appelé Ben Laden, on arrive à tout en très peu de temps. Trois exemples récents démontrent ce qui n’est plus une théorie, mais bien une réalité : l’un est américain, l’autre italien, le dernier est anglais, des pays à direction à poigne s’étant engouffrés dans ce modèle d’outre-Atlantique. On n’a pas pourtant nécessairement et obligatoirement besoin d’une "guerre au terrorisme", commencent à dire ouvertement des chroniqueurs intelligents, appuyés par le récent rapport de la Rand. Cela, on s’en doutait depuis toujours ici-même. Et pourtant... on continue à se servir de la notion comme d’un chiffon rouge que l’on agite devant des foules qui n’y voient goutte, car on leur a fait suffisamment peur pour qu’elles gobent n’importe quelle mesure restreignant leur liberté de parole, de pensée ou de circulation. Sans s’apercevoir s’être fait rouler dans la farine par leur propre gouvernement.

Aux Etats-Unis, c’est l’annonce surprise, hier par Robert Gates lui-même du démantèlement hier d’un service fort controversé depuis au moins trois ans (depuis qu’on s’est aperçu de son existence !), celui du système TALON (pour Threat and Local Observation Notice) inauguré par le Counterintelligence Field Activity (CIFA), un organisme créé de toutes pièces en septembre 2002 par Donald Rumsfeld dans la foulée de la grande peur générée dans le pays par les attentats du 11-Septembre. Un memo de 2003 signé Wolfowitz, l’homme qui inondait de cadeaux sa maîtresse, annonçait son activité réelle "raw information reported by concerned citizens and military members regarding suspicious incidents", à savoir la surveillance de n’importe quel citoyen pouvant avoir des activités telles que le... pacifisme, jugé par les faucons qui dirigent le pays comme étant un soutien indirect aux activités terroristes. Ne souriez pas, ici-même, chez Agoravox, des gens qui viennent régulièrement tenter de briser le fil des discussions pensent exactement la même chose. Pour eux, dénoncer l’emprise du gouvernement actuel sur le monde, c’est préparer le terrain aux attentats terroristes. Leur rhétorique est idiote, mais elle a cours, et il est difficile de l’éviter. La vieille notion du pacifisme obligatoirement bêlant traîne dans leurs posts : pour eux, ne pas vouloir de guerre, c’est être un mouton, rien d’autre.

Wolfowitz, à l’origine du projet avec Rumsfeld, avait tout prévu, en ratissant le plus large possible en acceptant de mettre sous écoute des personnes dont le savoir était ou non précis, ou bien les activités débutées ou pas : "may or may not be related to an actual threat, and its very nature may be fragmented and incomplete". Dans un tel flou artistique, on le comprend, n’importe qui pouvait du jour au lendemain être mis sous écoute ou jeté en prison pour atteinte à la sûreté de l’Etat. L’un des rares à s’en être offusqué en 2005 fut Nicolas Benveniste, membre de la commission sur le 11-Septembre, qui déclarait avoir de fortes suspicions sur le rôle exact du CIFA : "I am particularly apprehensive about the expansion of our military’s role in domestic intelligence gathering", et ce d’autant plus qu’à l’époque l’activité de surveillance des citoyens américains avait déjà démarré... à leur insu ou presque : "The Pentagon’s collection of data, he said, was a "cause for concern," partly because little is known about it publicly", précise Walter Pincus dans un article du Washington Post du 11 décembre 2005. Pour lui, comme pour Benveniste, le CIFA était une réminiscence directe d’un système mis en place sous Nixon pour surveiller les opposants à la guerre du Vietnam, pas moins : "The Pentagon’s emphasis on domestic intelligence has raised concerns among some civil liberties advocates and intelligence officials. For some of them, the Talon system carries echoes of the 1960s, when the Pentagon collected information about anti-Vietnam War groups and peace activists that led to congressional hearings in the 1970s and limits on the types of information the Defense Department could gather and retain about U.S. citizens." Dès 2002, grâce à Wolfowitz et ses amis, voilà les citoyens américains tous redevenus des Joan Baez ou des Jane Fonda potentielles. Selon la NBC, cité par Pincus le 15 décembre 2005, les 1 500 premières surveillances concernaient effectivement les tout premiers meetings ou rassemblement de protestation contre la guerre en Irak... En 1970, le Congrès américain avait sévèrement limité la collecte d’information de ce type, au nom de la liberté du citoyen : trente-cinq ans après, les faucons au pouvoir aux Etats-Unis revenaient sur leur Mai-68, comme en France certains sont revenus sur les acquis de cette période... étrange similitude d’approche. Les deux ont en tête la vieille notion d’ennemi intérieur, celle héritée de la fameuse hypothèse de la cinquième colonne, une appellation que n’hésitent pas à reprendre non plus ici-même nos plus extrêmistes lecteurs, signe que l’idée continue son chemin. Celle d’un complot des individus contre un Etat, qui, pour s’en prémunir, doit en jeter le maximum en prison. La notion est bien fascisante et paranoïaque. Sans le travail de NBC News et de William M. Arkin, du Washington Post, un ancien officier des services secrets américains et auteur d’un blog, Early Warnings, personne n’aurait eu vent des activités du CIFA. L’organisme était totalement inconnu des citoyens.

Le programme Talon n’était autre, en fait, qu’une émanation d’un autre programme appelé Eagle Eyes, programme anti-terroriste sorti des cerveaux embrumés de l’Air Force Office of Special Investigations (AFOSI) qui avait imaginé ainsi surveiller au départ les citoyens américains résidant à côté des bases militaires américaines (a neighbourhood watch). A partir donc d’un concept paranoïaque, le projet a grossi au point de vouloir mettre en fiches l’intégralité du pays sous prétexte de menaces potentielles. Un fichage qui ne s’arrêtait pas aux habituelles bretelles de raccordement téléphoniques, mais à une surveillance individuelle par prises de photos ou de collectes d’éléments privés : "Another trigger for reporting would be attempts by individuals to monitor U.S. facilities, including the taking of pictures, annotating maps or drawings of facilities, use of binoculars or other vision-enhancing devices" or attempts to obtain "security-related or military specific information." Dément, absolument dément. Prendre en photos, voler l’intimité des gens et établir des fiches descriptives. Quand on évoque ce genre de choses, on pense à la STASI. A part que là elle est américaine, et que personne n’était au courant de son existence.

Les Américains mettront trois années pour s’apercevoir de la mise en place du programme. Le premier à s’en émouvoir est le sénateur démocrate Ron Wyden, de l’Oregon, qui dénonce le fait que le programme est avant tout complètement secret et ordonne à des militaires de surveiller des civils : "we are deputizing the military to spy on law-abiding Americans in America. This is a huge leap without a congressional hearing". Ce à quoi CounterPunch, par la voix de Mike Whitney, répondait par un incendiaire "Is this the first time that the naïve Wyden realized that the war on terror is actually directed at the American people ?". Le journal relevait par la même occasion une rareté administrative nouvelle aux Etats-Unis, la création du National Security Service (sur le site allez voir la page "Kids Page", c’est ahurissant !), chargé de contrôler le FBI, un organisme dépendant directement de la seule volonté de W. Bush. Selon Counter Punch, "this is the first time we’ve had a "secret police" in our 200 year history. It will be run exclusively by the president and beyond the range of congressional oversight." On est bien dans les termes d’un pouvoir dictatorial qui agit en secret sans rendre de comptes à personne. Une activité renforcée par celle du National Clandestine Service, émanant de la CIA depuis sa création en 2005, pour un travail similaire à celui du CIFA : "expand reporting of information and intelligence value from state, local and tribal law enforcement entities and private sector stakeholders". A savoir l’autorisation d’exercer des coups tordus dans d’autres pays (la Colombie ?) sans avoir à en référer à qui que ce soit. Seymour Hersh avait levé une partie de cet iceberg récemment en Iran, où les troupes spéciales infiltrées préparent quelque chose à n’en point douter ("preparing the battlefield"). Tous ces points avaient été décrits en fait dans le détail par le fameux think thank "The Project for the New American Century (PNAC)", qui semble plus que jamais avoir guidé l’administration de W. Bush. En ce sens, il sera tout le temps resté fidèle à sa doctrine. Celle d’un neo-con. Dans toute sa splendeur

En Italie, patrie d’un Berlusconi-Tartuffe qui souhaite tout régenter comme tout malade du pouvoir personnel, l’annonce a elle aussi surpris. Mais pas dans le sens du mieux-aller démocratique souhaité par Robert Gates, qui s’éloigne progressivement à mille lieux de G. W. Bush, mais bien dans le sens d’une coercition supplémentaire. Celle d’obtenir par l’exemple de la rue un assentiment à une politique essentiellement répressive de la gestion des étrangers dans le pays. Depuis la semaine dernière, des militaires italiens sont dans la rue aux abords des centres d’accueil des étrangers, ainsi montrés du doigt comme étant potentiellement perturbateurs. Le procédé est infect et bien digne de celui qui doit sa place à sa frange électorale d’extrême droite. C’est de la pure démagogie, de la xénophobie d’Etat. C’est le principe de faire peur, d’agiter un chiffon rouge et de focaliser l’ensemble de la population sur une partie d’elle-même pour la dénoncer et la vilipender. En affirmant viser, je cite, "les voleurs, les violeurs, les criminels" et en déployant les soldats devant les centres d’accueil pour étrangers, on souhaite ouvertement établir une relation de cause à effet. Le procédé est odieux, mais Berlusconi est un habitué du genre. La théorie étrangers = criminels nous évoque sans l’ombre d’un doute les vieilles théories fascistes chères à Mussolini. "Moi et les autres", la vieille antienne de ceux qui ne savent pas s’occuper de leur propre population : un Brice Hortefeux n’en est pas loin, non plus, lui qui aujourd’hui accuse (avec dépôt de plainte !) les organisations d’aide aux expulsés d’inciter à mettre le feu aux centres de rétention. Tous des gauchistes, c’est bien connu.

Le troisième pays qui vient juste de faire déborder la surveillance anti-terroriste vers la surveillance de son pays tout court est sans surprise l’Angleterre, mais sous une forme assez surprenante. Un article très étonnant en effet du MailOnline nous le rappelle avec acuité : le gouvernement de Tony Blair, pardon du transparent Gordon Brown, travaille bien les pieds dans les traces de ses collègues américains. En faisant voler au-dessus des conurbations anglaises (Birmingham, Coventry, Leicester, West Yorkshire et Manchester) trois petits Islanders, de petits bimoteurs, fort discrets, installés sur la base de la RAF de Northolt. Equipés de capteurs de conversation téléphoniques comme ceux à bord de notre avion-espion colombien, volant entre 12 000 et 15 000 pieds, ils surveillent les échanges téléphoniques des "talibans revenus en Angleterre", le tout étant décrypté par le bureau d’espionnage du Mi5 installé à Cheltenham, au GHCQ Center spécialisé dans le renseignement tous azimuts. Bien entendu, les Anglais n’ont pas été mis au courant de cette activité. Et encore moins les députés, dont pas un n’a jusqu’ici posé la question à la Chambre des communes. Et ce depuis dix ans que le manège dure. La base de Northolt, située à côté d’Heathrow, n’a pas été choisie au hasard : c’est un des lieux de transferts des prisonniers de Guantanamo. Une activité reconnue par le gouvernement anglais lui-même en 2006. On y avait vu le bien connu Being 737 (N313) déjà décrit ici ou les Gulfstreams 79P (N8068V). Le premier en provenance de Tripoli ou Washington, le second d’Islamabad (!) d’Amman ou de Washington, ou de... Marrakech (la filière narcotique de la CIA ?). Un internaute plus doué que d’autres y a décerné des Gulfstreams et un Cessna Citation, et même une... ambulance, pour desservir un hangar, le hangar 311, utilisé par une société privée. L’ensemble est surveillé par une incroyable armada de caméras automatiques et de capteurs. L’histoire s’arrêterait là si le pilote d’un des fameux Islanders n’avait pas eu un destin tragique : Steven Lanham, 39 ans seulement, c’est son nom, a été renversé en 1999 à 6 h 45 du matin par une moto alors qu’il faisait du vélo, selon la presse. En réalité, il était sur une super moto Honda bourrée d’électronique, en train de filer un supposé terroriste, et a été renversée par une voiture conduite par un pilote "turc ou arabe" selon la police de Paddington Green qui a interrogé l’homme puis l’a relâché. Du pur James Bond, qui fait dire au journal qui relate l’histoire en février 2007 qu’il était "la première victime anglaise de la guerre au terrorisme", bouclant ainsi la boucle inaugurée par W. Bush aux Etats-Unis. Car la mort prématurée de Lanham, dont la famille confirme bien qu’il travaillait pour le MI5, nous démontre une tout autre chose que ce qui nous a été présenté : les vols ont commencé bien avant le 11-Septembre 2001, et cette fameuse "guerre au terrorisme" avait donc démarré avant l’attentat célèbre, censé avoir servi de point de départ à la notion. C’est une raison supplémentaire pour ne pas croire à son existence : cette fameuse guerre n’est qu’une étiquette sur un projet bien plus vaste consistant à surveiller ses propres citoyens avant même d’y dénicher quelque taliban. C’est donc bien Big Brother qui s’installe insidieusement et durablement, avec des moyens auxquels Georges Orwell n’aurait même pas songé de son vivant.


Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

250 réactions à cet article    


  • Cug Cug 7 août 2008 11:30

    Sacré Momo !


    • Yifu66 7 août 2008 16:04

      @Atavus
      Seriez-vous le dernier à lire quelques lignes des articles de Momo ?

      Déroulez-l’article à coup de molette de souris, regardez les mots bleus, cela suffit.
      Ex aujourd’hui : "incidents", "guerre en Irak", "anti-terroristes", "étrangers", "talibans", "Bush", "Etats Unis"...

      Komd’hab, quoi !


    • Atavus 7 août 2008 16:24

      Je n’ai lu que les première lignes en page d’accueil, et la révélation je me suis dit ca c’est momo qui a écrit ca.

      Ca n’a pas loupé.


    • morice morice 7 août 2008 11:34

       Moi c’est MORICE, Cug. Pas "momo".


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 août 2008 18:53

        @ l’auteur :  Excellent article.  Il reste que la complexité d’une société la rend vulnérable a des actions individuelles.    L’alternative à la surveillance par des militaires est  celle par tout  le monde,  mais veut-on une société de mouchardage ?  Il y a peut-être une solution acceptable

        J’ai aussi un petit cadeau pour les lecteurs AGV ; trois livres gratuits, dont un polar et une parodie...

        Pierre JC Allard


      • K K 7 août 2008 20:42

        merci m’sieur Allard, très amusant svos livres  !


      • Cug Cug 7 août 2008 11:45

        Méa Culpa Maurice smiley

        Un bon article sur le NWO, sans aucun doute.
        Mais une question n’est pas abordée.
        Pourquoi surveiller "sa" propre population ? Si bien entendu le soi-disant "guerre au terrorisme" n’est qu’une facade, bien pratique et si facile à justifier.



        • Cug Cug 7 août 2008 11:46

          Mince Morice je voulais écrire ... double méa culpa


        • rameur rameur 7 août 2008 11:50

          Bravo Morice.
          C’est encore plus effrayant que l’on ne l’imagine !


          • morice morice 7 août 2008 11:56

             Pourquoi ? Mais c’est simple : parce qu’on en a peur ! Er quand a t-on peur ? Quand on est pas sûr de soi !!! ce que sont tous les gouvernements à poigne, tous suspicieux et paranos... on peut voir le degré de fascisme d’un pays uniquement au souci qu’il peut avoir à ORGANISER la surveillance de ses concitoyens.. et dans ce sens, La France met ses pieds dans les traces du Homeland Security, comme dit il y a bien longtemps ici...


            • morice morice 7 août 2008 12:00

               Et Bush qui ce matin donne des leçons de civisme à la Chine !! on croît rêver !


            • maxim maxim 7 août 2008 14:04

              mais nom de Dieu Morice ...

              bien sûr qu’on est obligé de serrer la surveillance des populations ,vous vous rendez compte le flux de personnes physiques qui voyagent pour quelques raisons que ce soit ,avouables ou inavouables ,d’idées propagées par le net ,de montée des extrêmismes ,de moyens sophistiqués dont peuvent disposer ceux qui viennent dans l’intention de nuire ?

              de trafics en tout genre qui s’installent chez nous ,je parle des nations occidentales ,alors vous pensez bien que maintenant et c’est un voeux de beaucoup ,le tout sécuritaire s’installe ,c’est le prix à payer pour être relativement tranquille aucun système de surveillance aussi sophistiqué qu’il soit n’étant fiable à 100% ....

              d’ailleurs ,par nos impôts ,par la sécu,par tout ce qui est renseignement adminitratif,par les banques ,par la santé ,la scolarité ,tout ! nous met en fiche ,nous classe dans une catégorie de citoyen ,j’oublie les assurances ,les sociétés de crédit ,les épargnes ,les loisirs ,les contraventions , tout nous dévoile ,révèle ce que nous sommes ,qui nous sommes !
              il y belle lurette que nous sommes surveillés ,et maintenant encore plus !

              mais maintenant nous le savons !nous l’admettons ,le monde à changé ,la caméra s’installe partout ,des gens sont derrière les écrans ,tout est enregistré ,épluché ,c’est devenu tel quel parce que nous avons laissé faire pendant trop longtemps ,et maintenant ,nous payons notre propre imprévoyance !


            • Alpo47 Alpo47 7 août 2008 16:22

              Nouvel article superbement documenté. Vous y décortiquez fort bien à mon avis, le processus et la manipulation en cours.
              Arrivé à cette étape où nombre  d’entre nous ont assimilé, compris ce qui se passait, reste tout de même à répondre à LA question : Alors, on fait quoi ?

              LilianeBourdin, hier, disait : Communiquer, échanger, faire circuler les informations. Sans doute, oui. Est il encore temps ? Sachant que le  fichier Edwige attend les constestataires.

              Après l’époque des découvertes et dénonciations, je suggère de considérer maintenant l’époque des réponses à apporter.


            • rameur rameur 7 août 2008 12:05

               Grâce à une pétition en ligne lancée le 10 juillet, les associations opposées au nouveau fichier de renseignements marquent leur consternation. Elles demanden le retrait du fichage systématique

              <script language="JavaScript" type="text/javascript"><!--
              printAdvert("http://ad.fr.doubleclick.net/adj/tsol.silicon.fr/sil-cyber-influence;page=sil-cyber-influence;sec=actualite;tile=2;artid=2029508;sz=300x250");
              //--></script> <script language="JavaScript" src="http://ad.fr.doubleclick.net/adj/tsol.silicon.fr/sil-cyber-influence;page=sil-cyber-influence;sec=actualite;tile=2;artid=2029508;sz=300x250;ord=4133009725?" type="text/javascript"></script>

              EDVIGE, un doux nom pour une polémique. Le fichier d’Exploitation documentaire et de valorisation de l’information générale mis en place début juillet nourrit la polémique autour de la conservation et le recueil d’informations personnelles par les services de police.

              Le "casier" permet en effet de ficher toute personne ou société pouvant porter atteinte à l’ordre public. Rappel. Par ce fichier, les services de renseignement peuvent retrouver pêle-mêle des informations sur l’état civil, la profession, adresses, numéros de téléphone, immatriculation, informations fiscales…d’à peu près n’importe qui "suceptible" de porter atteinte à l’ordre public. Et ce fichage peut s’appliquer dès l’âge de 13 ans...

              Un champ trop large que critiquent les associations de défense des libertés. Elles dénoncent un "gouvernement (qui) a considérablement accru les capacités de fichage de nos concitoyens. Ce fichage sera assuré, à l’avenir, par la Direction centrale de la sécurité publique (fusion des Renseignements Généraux et de la DST)". Elles mettent en avant des "attaques contre les droits et les libertés publiques et individuelles, contre les droits des enfants (fichage des mineurs), contre le respect de la vie privée ".

              Une pétition a donc été lancée pour que le fichier soit abandonné. Programme soutenu entres autres par 268 organisations, partis et syndicats. Car si les personnes physiques sont la cible du fichier, les informations sont recueillies en fonction de l’activité sociale et professionnelle de la personne. Les membres des associations sont donc en première ligne.

              Un débat qui rappelle étrangement celui du logiciel policier ARDOISE lancé en avril dernier et qui avait lui aussi provoqué un véritable tollé. Face à la levée de bouclier suscitée par le système de renseignements, Michèle Alliot-Marie alors ministre de l’Intérieur avait décidé d’en suspendre momentanément la période d’expérimentation...

              Depuis cet épisode, la contestation reprend du service. Le collectif "Non à Edvige" a même annoncé vouloir programmer un recours contre le décret instaurant la décision de mettre en place le système. Des actions seront même programmées dès la rentrée.

              Autre point d’achoppement entre gouvernement et associations, la simple présomption de troubles nécessaire pour figurer dans le fichier. Chargé de centraliser des informations personnelles sur les personnes qui seraient "susceptibles" de troubler l’ordre public, EDVIGE s’annonce comme un outil géant de recueil de données, une possibilité de ficher n’importe qui, au prétexte qu’il "pourrait" commettre un délit.

              Le collectif "non à Edvige" fourbit donc ses armes avant une action de plus grande envergure. Ils comptent pour cela s’appuyer sur la CNIL qui avait donné un avis défavorable à la mesure, évoquant un "excès de fichage".

              http://www.silicon.fr/fr/news/2008/07/21/edvige__les_opposants_recueillent_ 35_000_signatures


              • Lino Pralino La Praline 7 août 2008 12:06
                 
                Deux nouveaux attentats ont visé Bangalore et Ahmedabad fin juillet. Les autorités indiennes doivent changer de stratégie face à la menace terroriste, estime The Hindu.
                 
                Deux séries d’explosions, à Bangalore le 25 juillet dernier et à Ahmedabad le ­lendemain, ont fait plus de 50 tués et plus de 170 blessés. Elles s’inscrivent dans une succession d’attaques qui ont prouvé à quel point la menace terroriste reste un danger dans les grandes villes de l’Inde. Même selon les sinistres critères auxquels il a bien fallu que nous nous habituions, ces violences sont d’un caractère abominable : après tout, il faut être animé d’une sauvagerie particulière pour poser une bombe dans un hôpital comme ce fut le cas à Ahmedabad. Shivraj Patil, le ministre de l’Intérieur du gouvernement fédéral, a promis un “plan exhaustif” afin de répondre au défi que posent les terroristes. Il n’a toutefois rien révélé d’une action éventuelle, ni dit pourquoi les officiels de New Delhi ont eu besoin de cinq ans pour se décider à se doter d’un tel plan. Malheureusement, ces dernières années, chaque attentat a été suivi de déclarations de ce genre, qui font partie des mesures rituelles destinées à rassurer les gens et les convaincre que les autorités travaillent à rendre leur existence plus sûre. On augmente la présence policière dans les lieux publics, on multiplie les contrôles volants du trafic ­routier, on installe des détecteurs de métaux dans les centres commerciaux. Mais la vérité, c’est que pas un seul ­terroriste n’a été arrêté lors de ces contrôles dans les rues, pas plus que les fouilles dans les centres commerciaux n’ont permis de repérer une seule bombe. De telles mesures ne peuvent répondre à la menace. Il est impossible de transformer des villes en forteresses, tous les professionnels de la sécurité le savent. La meilleure façon de lutter contre les intentions terroristes consiste à investir dans les capacités d’enquête et de collecte de renseignements des forces de l’ordre. 
                 
                Des forces de police et des renseignements dépassés 
                 
                Pas un seul Etat de l’Union indienne ne dispose de bases de données de renseignements ou de capacités médico-légales de niveau international. On nous promet depuis longtemps la mise en place d’un centre national géré par le Bureau du renseignement. Promesse qui n’a pas été tenue pour l’instant. La plupart des forces régionales de police sont toujours en sous-effectifs, mal entraînées, mal équipées. 
                En ce qui concerne la dimension logistique, il faudrait un appareil de réglementation efficace afin de superviser la vente et le stockage d’explosifs. Des explosifs au nitrate d’ammonium, concoctés par des mains habiles, peuvent s’avérer redoutables. Les terroristes viennent une nouvelle fois de le montrer à Ahmedabad et Bangalore, après Jaipur [frappé par des attentats le 13 mai dernier], Lucknow [le 23 novembre 2007], Hyderabad [le 18 mai et le 25 août 2007] et Bénarès [le 7 mars 2006]. A défaut d’une réglementation draconienne, ils continueront à pouvoir se procurer les explosifs dont ils ont besoin pour alimenter leur campagne de haine. De telles mesures peuvent-elles garantir un avenir sans terreur ? La réponse est non, puisqu’une grande partie de l’infrastructure terroriste est située hors des frontières de l’Inde [sous-entendu au Pakistan voisin]. Mais elles pourraient tout de même contribuer à rendre nos existences nettement plus sûres.
                 
                 
                The Hindu

                • maxim maxim 7 août 2008 12:47

                  La Praline ...

                  à titre indicatif ..

                  il ne faut jamais jouer au con avec Djanel ,on a perdu d’avance !......

                  c’est lui qui l’a écrit !


                • rameur rameur 7 août 2008 13:09

                  Ce bon vieil archiviste de Lino pralino, qui tente de nous dire que l’état policier c’est le pied.
                  Gardez donc vos salades au frigo, il fait chaud et ça sent le pourri !


                • Sigma Sigma 7 août 2008 12:22

                  en conclusion Morice ...

                  il n’ya aucun danger d’attentat,le terrorisme c’est un truc inventé par les gouvernements pour qu’il votent eux même des lois sécuritaires ,qu’il n’y a rien à craindre ,que les Islamiste radicaux ne sont que de braves réprésentants du folklore Oriental ,qu’il n’y a pas eu d’attentats ,ou alors que ceux ci étaient des coups montés pour créer une psychose ,qu’on voit des terroristes partout ,alors que ce ne sont que de braves gens ,un peu inadaptés et déroutés par nos modes de vie trop permissifs ,nos femmes trop dévêtues et exposées aux regards lubriques des autres hommes !

                  tout est beau sous nos cieux ,ne nous laissons pas endormir par nos gouvernements qui ne pensent qu’à nous surveiller ,sous prétexte de nous protèger !

                  c’est beau comme du Morice !


                  • morice morice 7 août 2008 12:29

                     Mr La Praline, votre post est un trollisme, dans le sens où il ne parle pas directement du sujet mais cherche encore une fois à déplacer le sujet. Je vous rappelle que le terrorisme indien est une autre notion, celle de l’influence Pakistanaise. Vous seriez honnête, ce que vous n’êtes pas, vous auriez rappelé les attentats visant l’ambassade indienne en Afhganistan, dont les Etats-unis eux-même affirment  que c’est l’œuvre de l’ISI.


                    • morice morice 7 août 2008 12:32

                       par Sigma (IP:xxx.x22.111.90) le 7 août 2008 à 12H22 

                       
                      en conclusion Morice ... 

                      il n’ya aucun danger d’attentat..

                      EST-CE QUE JE DIS ÇA ? NON !!!! c’est VOTRE CONCLUSION, et PAS la mienne !!! vous TENTEZ de modifier mes propos encore une fois !!! encore un procès d’INTENTION !  

                    • morice morice 7 août 2008 12:33

                       par CAMBRONNE (IP:xxx.x6.37.167) le 7 août 2008 à  12H31 

                       
                      MORICE 

                      Bravo ! Vous avez réinventé l’eau tiède !! 

                      Le truc que vous dénoncez est vieux comme le monde . 


                      génial, tout le monde laisse faire et vous ça ne vous ennuie pas ? moi, si.

                    • CAMBRONNE CAMBRONNE 7 août 2008 12:31

                      MORICE

                      Bravo ! Vous avez réinventé l’eau tiède !!

                      Le truc que vous dénoncez est vieux comme le monde .

                      La révolution française chère à votre coeur l’a utilisé largement : La menace extérieure représentée par les tyrans assoifés de sang était une bonne aubaine pour instaurer la terreur à caractère communiste des années 92 à 94 .

                      Le concept de l’ncerclement par les puissances capitalistes a permi aux soviétiques de maintenir leur dictature pendant 70 ans . Itou pour les chinois . Ne parlons pas de Cuba !!!!

                      Je m’arrète là car tout le monde aura compris qu’une fois de plus votre tropisme anti américain vous met ds oeillères .

                      Salut pôvre Morice


                      • LE CHAT LE CHAT 7 août 2008 12:41

                        tous les petits machiavels savent que la peur est l’un des ressorts qu’il faut savoir doser pour garder le pouvoir ! smiley


                        • tvargentine.com lerma 7 août 2008 12:43

                          C’est quand même etrange que vous écriviez de la même manière vos théories débiles comme Thierry Meyssan

                          Je suis persuadé que vous êtes Thierry Meyssan
                          mais suffisament lache pour ne pas le reconnaitre


                          • pyralene 7 août 2008 14:39

                            PLIONS CE CLOWN......................


                          • tvargentine.com lerma 7 août 2008 12:49

                            Et éviter de censurer les commentaires qui ne rentrent pas dans votre petit jeu de manipulateur

                             


                            • Columbo Columbo 7 août 2008 12:51

                              Malgré des défauts évidents, l’article contient des éléments intéressants sur la politique américaine et britannique. Il souffre tout de même de son manque total de nuance. Le rapprochement avec l’Italie me semble très tiré par les cheveux. De plus, pour me faire un instant l’avocat du diable, si l’on convient que la surveillance du territoire a commencé avant le 11 septembre 2001, eh bien… les attentats de ce jour-là illustrent plutôt que cette surveillance était une bonne idée, qu’il aurait même fallu pousser plus loin pour éviter le drame. Par ailleurs, le fait qu’il n’y ait plus d’attentat en Occident depuis quelques années malgré une situation internationale pour le moins tendue est peut-être à mettre au crédit de ces opérations de surveillance. Enfin, pour rassurer les moinsseurs professionnels qui sévissent parfois ici, je me hâte de préciser qu’un contrôle démocratique sur ce genre de surveillances est évidemment nécessaire, et que nous devons tous rester très attentifs sur la manière dont elles s’opèrent. Même si l’article est clairement subjectif, ce qu’il suggère de ce qui s’est passé aux États-Unis doit nous inviter à une certaine vigilance.


                              • Alpo47 Alpo47 7 août 2008 16:27

                                Les militaires dans les rues ne servent absolument à rien d’un point de vue sécurisation. Ils sont uniquement là pour nous habituer à les voir dans notre environnement.
                                La plupart des feuilletons policiers US récents, montrent ainsi, quelques images d’ un ou plusieurs soldats, bardés d’armes,  devant les édifices publics. Ils feront très bientôt partie du décor.


                              • Olga Olga 7 août 2008 13:02

                                Les dirigeants corrompus ont peur de leur peuple.
                                Et ils ont désormais toute la technologie nécessaire pour surveiller et contenir cette menace.

                                Outre la surveillance, il faut également maintenir ce peuple dans la crainte, en lui faisant comprendre que son gouvernement va le protéger (du terrorisme, des vilains étrangers sans-papiers, des agitateurs, de l’axe du mal, etc).

                                Pour maintenir cette crainte il faut bien sûr générer soi-même la violence. C’est plus efficace. D’où les attentats de Londres et du 11 Septembre (entre autres) . Ensuite on désigne des boucs-émissaires, on engage une guerre (au nom du peuple qui se fait doublement avoir, puisque c’est lui qu’on envoie se faire tuer en première ligne) contre des coupables tout désignés, on fait passer des lois liberticides, on organise le fichage et la surveillance et on contrôle les principaux médias pour s’assurer que les "bons messages" sont diffusés en boucle (et les messages dissidents soigneusement occultés bien entendu).

                                Il suffit ensuite que ces méthodes s’appliquent dans un maximum de pays et le rêve d’une tyrannie mondialisée devient réalité.


                                • Muadib 7 août 2008 13:58

                                  Je vous conseille de créer des sites adéquats pour propager la bonne parole :

                                  reopenLondres07/07.info
                                  reopenMadrid11/03.info

                                  Mais j’y pense, ils doivent surement déjà exister. Je vous fais confiance, le nouvel ordre mondial ne passera pas !


                                • pyralene 7 août 2008 13:58

                                  t’as oublié Madrid,Olga !.............résumons Ny ,Londres,Madrid.......toujours un 11 !! serait-ce la marque du false-flag ?.................


                                • jocelyne 7 août 2008 20:14

                                  @pyraléne et l’assasinat de Allende le 11 septembre 1973.... (lire Naomi Klein)


                                • Lisa SION 2 Lisa SION 7 août 2008 13:13

                                  "...Dément, absolument dément. Prendre en photos, voler l’intimité des gens et établir des fiches descriptives. Quand on évoque ce genre de choses, on pense à la STASI. A part que là elle est américaine, et que personne n’était au courant de son existence...." avez vous écrit, Morice,

                                  Je relatais de ces méthodes pratiquées chez nous dans le privé dans ce premier article qu’a bien voulu accepter AgoravoX : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=38148 . Mon sentiment est que James Bond a démocratisé les outils de surveillance des services secrets et qu’aujourd’hui tout le monde peut accéder à ces outils à la fois fantastiques, mais aussi redoutables.

                                  Rien que le téléphone portable donne à tous la possibilité d’espionner qui il veut, la télé utilise très souvent la caméra cachée dans une quantité de reportages et il devrait circuler une quantité de vidéos pirates issues d’étrangers au retour des jeux olympiques de Pékin. 

                                  Les Autorités vont bientôt avoir du mal à mentir vu le nombre de preuves flagrantes qui vont circuler sur le web... Bien à vous, Morice. L.S. 


                                  • furio furio 7 août 2008 13:21

                                    Je tombe avec gourmandise sur votre nouveau titre ! Je me le réserve pour ce soir ! mais le chiffon rouge j’en vois un ! Les farcs ! C’est pas le chiffon rouge que uribe et sa clique ont agité ces dernières années pour asseoir le régime totalitaire et vendre la came de ce pays : la colombie ? otez moi d’un doute !


                                    • COLRE COLRE 7 août 2008 18:05

                                      Dom, je tombe par hasard sur votre post : bravo, je suis de tout coeur avec vous. Moi, je balance entre repartir (ce que j’ai fait plusieurs mois) et injurier devant tant de connerie...


                                    • COLRE COLRE 7 août 2008 18:33

                                      Dom, désolée, j’avais lu en diagonale. A vrai dire, je suis de plus en plus attérée devant le niveau de réflexion des gens ici… est-ce un juste reflet, ou est-ce Avox qui provoque ça ?

                                      djanel, tu me zappes ok ? garde tes pleurs pour toi au lieu de les imaginer chez les autres. Hier, tu étais dans une telle panique que j’ai eu peur pour toi et ta petite santé mentale. Je suis brave, finalement, j’ai préféré ne pas te dire ce que je pense exactement de toi.
                                      Cool, mon gars, cool.


                                    • Djanel 7 août 2008 18:50

                                      Pas de chance papy, je n’avais pas encore fait le signalement.

                                      Sur Morice, je ne dirais rien et je trouve normal son comportement. Mettez vous à sa place. Allez, publiez un article sur lequel vous avez beaucoup travaillé pour rechercher des infos et de lire ensuite des critiques du genre, je n’ai pas lu votre torchon et je viens troller pour t’emmerder. S’il n’y en avait qu’un comme çà.... mais ce n’est pas le cas, il y en a des dizaines tous aussi tricheurs les uns que les autres.

                                      Bon ! Vous croyez m’avoir piégé. Oui !!

                                      Et je vous ferais remarquer que mes jugements sont justes puisque vous allez pouvoir vous en servir pour attaquer Morice. Mais cette maniére de procédé est malhonnête puisque dom 22 a menti en me faisant croire qu’il avait écrit ce texte. Cette maniére de procédé révèle que Dom 22 a des raisonnements de tordu et qu’il agit toujours dans l’intention de nuire.

                                      De toute maniére Papy, partout dans le monde occidentale la démocratie recule, ils parlent maintenant de supprimer le smig et qui avait été instauré par le gaulliste Pompidou pour garantir aux salariés un salaire minimum... j’ai une expérience parce qu’une entreprise m’avait embauché à la condition que je m’inscrive à la chambre des métiers et je devais me tenir à leur disposition continnuellement donc pas d’autres clients qu’eux... j’écris dans la fenêtre de l’éditeur ... peut-être, je vous raconterais plus tard comment j’ai été traité et la magouille qu’il y a derrière tout çà. Je peux vous dire que je gagnais pas grand chose à la fin du moi et je me suis retouvé au RMI complètement endetté.


                                    • COLRE COLRE 7 août 2008 19:00

                                      oui, j’y passe aussi, sur Rue89, mais je trouve que ça pète les plombs un peu partout.
                                      Je ne suis sans doute pas de votre bord politique (enfin, je n’en sais rien, à vrai dire), je ne suis pas de droite, mais je ne suis pas non plus de cette gauche momoesque qui fait un mal fou à la démocratie et à la paix sociale qui doit se nourrir d’alternance pour bien fonctionner. Ce mec est fou, et ses séïdes branquignols ne valent guère mieux. Il sécrète un manque total de respect pour l’autre qui est débéquetant !
                                      bon courage.


                                    • COLRE COLRE 7 août 2008 19:16

                                      Eh bien, ça fait plaisir ! moi je me fais moinsser par les cliqueurs forcenés de droite et de gauche, et je ne suis même pas du centre !!


                                    • Djanel 7 août 2008 19:19

                                      par COLRE

                                      Dom, désolée, j’avais lu en diagonale. A vrai dire, je suis de plus en plus attérée devant le niveau de réflexion des gens ici… est-ce un juste reflet, ou est-ce Avox qui provoque ça ?

                                      djanel, tu me zappes ok ? garde tes pleurs pour toi au lieu de les imaginer chez les autres. Hier, tu étais dans une telle panique que j’ai eu peur pour toi et ta petite santé mentale.

                                      Attend un peu que je passe à la phase bombardement à la manière des zozos. D’abord, hier je n’ai pas paniqué et quand vous dites « je suis de plus en plus attérée devant le niveau de réflexion des gens d’ici » vous vous grandissez seulement à vos yeux en rabaissant les autres car je n’ai pas trouvé que vous étiez un puit de lumière. Loin de là. Quand vous dites qu’hier, j’ai paniqué, je vais vous montrer ma panique en republiant un de mes commentaires. Vous allez pouvoir nous montrer votre niveau en critiquant ce texte.

                                      par Djanel le 5 août 2008 à 23H15

                                      Tu peux rigoler dom 22, ça ne me fait pas peur du tout. D’abord, j’aurais droit à l’aide judiciaire ce qui permettra à mes avocats de jouer les figurants au tribunal. Certes la LICRA aura un gros avantage sur moi car ils auront les moyens de se choisir les meilleurs du barreau Mais mon gars, j’irais au tribunal et tu as déjà perçu ma défense. J’expliquerais aux juges la figure de rhétorique employée et ce que je voulais signifier de bonne foi.

                                      Pour te montrer que tu ne fais pas peur, je vais te dire que tu n’es qu’un lâche qui se réjouit de voir que les autres entreprendront ce que tu es incapable de faire par faiblesse. Rigole autant que tu veux, une situation de danger réveillera mes instincts et me donnera de l’inspiration. Hé ! Oui ! Etant oisif la plupart du temps, ce procès me donnera l’occasion de défendre la liberté d’expression même pour les choses qui ne sont pas convenables à dire car la censure consiste seulement à produire de l’hypocrisie en nous obligeant à cacher nos convictions intimes. Un tel combat me redonnera une signification à ma vie qui en avait besoin. Je te remercie.

                                      Pour te montrer une fois de plus que tu ne fais pas peur, je vais te comparer à ces Français fascistes et lâches et qui furent la honte de la France et qui durant l’occupation allemande, ont dénoncé leurs compatriotes à la gestapo. Tu agis de même en me dénonçant à la LICRA. Et tu vois de fil en aiguille, jusqu’où je peux aller dans mes raisonnements.

                                      Ensuite je pourrais rendre publique le débat en publiant des articles sur le procès qu’on veut me faire.

                                      Et pour finir au tribunal, je ne demanderai qu’une seule chose à mon avocat. Devine laquelle ! Je te le dis pour te faire rigoler, je pourrais porter plusieurs plaintes contre toi pour dénonciations calomnieuses à une ligue pour quelle entame un procès contre moi tu l’as écrit plusieurs fois et ensuite pour avoir republié un commentaire supprimé afin de pouvoir m’accuser. Ainsi au tribunal je pourrais montrer ta duplicité. D’un coté tu condamnes mes écrits et tu les republie en leur faisant de la publicité. Et de là, je plaiderais que je suis victime d’une cabale parce que je réussirais à montrer que ton intention était de me nuire dés le départ. Tu vois Dom22, tu as été trop bavard.

                                      Pauvre nouille tu l’auras dans le cul. Essaie donc de contrer mon commentaire sous lequel tu as posté. Etale donc ta culture ! Si tu me crois sans ressources financières, tu as raison mais j’en ai une autre que tu ne possèdes pas et qui fera la différence. Je sais et comprends ce que je dis ce qui n’a pas l’air d’être ton cas, névrosé. Névrosé oui parce que tu agresses les gens sur un forum parce que si tu agissais dans la vie comme ça tu serais angoissé comme un paranoïaque devant la réaction des autres. Névrosé parce que tu as peur de t’affirmer tel que tu es… ignoble délateur.

                                      Je me marre d’avance parce que tu vas y laisser des plumes parce que dés que je recevrai l’assignation à comparaître, je porte plainte contre toi pour dénonciations calomnieuses.

                                      Et celui-ci

                                      par Djanel le 5 août 2008 à 19H52

                                      Quant à la plainte que tu veux porter contre moi.

                                      Si tu n’arrives pas à comprendre ce que je viens de dire, comment peux-tu espérer gagner un procès contre moi. Je te signale qu’en appliquant les principes du tennis, je peux renvoyer la balle dans ton camp sans que tu puisses la reprendre.

                                      Après que mon commentaire eut été supprimé, c’est toi qui l’as republié. Donc tu es fautif car en estimant ce commentaire comme étant illégal, tu le republies pour montrer aux autres qu’il y avait un délit. La modération s’est donc mise à l’abri des poursuites selon sa charte qui consiste à supprimer a posteriori les commentaires délictueux ou douteux. En agissant ainsi, elle supprime le délit puisque le commentaire n’existe plus en ligne donc il n’est plus publié. Or toi en le republiant, tu commets une faute et comme personne n’a signalé tes commentaires comme abusifs, ils sont toujours en ligne. C’est donc toi qui commets une faute pour pouvoir m’accuser par la suite. Ta plainte se retourne contre toi comme au tennis. Donc si je suis condamné, tu le seras en toute justice, aussi. Premier point de gager.

                                      Or pour prouver que ce commentaire est antisémite, tu ne le restitues pas sciemment dans son contexte en omettant de dire qu’il n’était qu’une réponse à une personne qui affirmait que tout aller de mieux en mieux en Irak. Ma réponse fut cinglante et ne pouvant pas y répliquer convenablement, tu as monté un procès en sorcellerie.

                                      Quant à cette plainte qui ne restera que virtuelle dans ta petite tête de caboche, je ne crois pas qu’elle soit recevable sans que tu ne traduises la modération en justice. Il faudra donc que tu portes plainte contre Agora vox pour m’atteindre ou dans un meilleur cas de figure que cette modération s’associe à ta plainte contre moi mais vue que tes accusations sont incohérentes, je ne crois pas qu’elle puisse le faire.

                                      Mon commentaire n’est pas antisémite, de toute manière j’ai publié après plusieurs commentaire pour expliquer que ce n’était qu’un oxymore. Si tu ne sais pas ce que signifie ce mot tu n’as qu’à cliquer sur le lien mais il te faudra une petite réflexion pour comprendre cette figure de rhétorique qui consiste à faire cohabiter de concept antagoniste pour provoquer un désarroi chez le lecteur en le mettant en face de ses contradictions. Bien sûr, c’est de la haute voltige.

                                      Mais remarque donc comment un oxymore est efficace. Quand Coluche dit : « Il y en a qui sont plus égaux que les autres » il vient d’employé cette figure de rhétorique d’une manière magistrale en faisant rigoler tout le monde malheureusement pour moi, je ne suis pas aussi doué que lui.

                                      Dom 22 retournes te coucher et reste donc ce footballeur qui a tout dans les cuisses et rien dans la tête….. Et…. Encore un oxymore.

                                      Expliquez moi ce qu’est un oxymore. Allez au boulot. Je paniquerais qu’elle dit et en plus elle s’inquiète pour ma santé mental. Mais ma chère ce que vous dites est sans fondement, ce ne sont que des insultes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès