Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Grève et délocalisation… en Chine

Grève et délocalisation… en Chine

Que la Chine délocalise ne constitue pas un scoop. Par contre, avez-vous déjà lu ou entendu qu’une entreprise implantée en Chine délocalise sous la pression de ses clients occidentaux, ces derniers étant mécontents du blocage de la production occasionné par une grève ? Cette information peut être mise en parallèle avec d’autres actualités qui questionnent sur l’économie et l’autorité chinoises.

Les fabricants de chaussure à nouveau à l’affiche

Débutée mi-avril dans le sud de la Chine, une grève a mobilisé près de 50 000 ouvriers travaillant pour des fabricants de chaussures. Les manifestants réclamaient des aides au logement et des contributions pour la sécurité sociale. Les contestations ont duré deux semaines avant que le gouvernement n’intervienne. Minimisée par les médias, cette grève fut cependant la plus importante de ces dernières années.

L’entreprise Yue Yen, le plus grand fabricant au monde de chaussures selon son site internet, est une compagnie taïwanaise basée à Hong-Kong. Elle fournit de grandes marques comme Adidas, Nike ou Timberland. Ce mouvement social lui coûtera 60 millions de dollars en 2014, cette somme incluant l’augmentation de salaire des ouvriers.

Au plus fort des revendications, Adidas a annoncé qu’il renoncerait à de futures commandes afin d’éviter tout impact sur son exploitation. Le PDG de Nike s’en est tenu à un discours plus policé : « nous voulons nous investir avec des partenaires qui font de bonnes choses avec leur force de travail ». En réponse à ces menaces, l’Union Syndicale Internationale a organisé des manifestations devant des magasins Nike et Adidas à Taipei, Hong Kong, Istanbul, Los Angeles, New York et Melbourne. Cependant, Yue Yen a effectivement délocalisé des lignes de production dans le sud de l’Asie en réponse à ces augmentations de coût de main d’œuvre.

Evolution des mœurs ?

L’agence de presse nationale chinoise, Xinhua, a admis que les gouvernements locaux avaient pu jouer un rôle dans le mécontentement des employés. Afin d’attirer les investissements étrangers, les pouvoirs locaux autorisent les entreprises à échapper à certaines taxations.

Des observateurs ont noté que ces grèves ont une portée plus grande que celle d’un simple conflit social. William Hurst, auteur de Les travailleurs chinois après le socialisme, a écrit dans un éditorial pour Al-Jazeera  : « sur le long-terme, la grève pourrait se révéler un tournant décisif dans l’évolution des réformes chinoises… le signe annonciateur d’une transition significative de la Chine vers un nouveau modèle économique ».

Ces manifestations ont également illustré les connaissances techniques des grévistes qui ont utilisé les réseaux sociaux et la messagerie instantanée WeChat de leurs smartphones. Ceci a rendu plus difficile le travail des autorités chinoises pour les bloquer. Ces dernières ne sont tout de même pas restées les bras croisés. Elles sont intervenues pour briser la grève, ont procédé à l’arrestation des principaux activistes, mais ont aussi emprisonné Zhang Zhiru et Lin Dong, des dirigeants d’ONG qui avaient informé les employés de leurs droits de négocier avec leur direction.

Un géant qui a besoin de plus de temps

Les délocalisations non désirées par le gouvernement commencent à frapper la Chine. Un auteur chinois, Shengbing Zhang, souligne que « dans un contexte globalisé, le capital a plus d’options tandis que les travailleurs en ont très peu ». Ces évènements interviennent en des temps de tensions économiques accrues où la Chine se fait tancer par les Etats-Unis à cause d’une monnaie qui est repartie à la baisse :

Cours du Yuan de 2011 à 2014 par rapport au dollar (une remontée de la courbe signifie une baisse de la monnaie)

Cours du Yuan de 2011 à 2014 par rapport au dollar (une remontée de la courbe signifie une baisse de la monnaie)

A cela s’ajoute la chute de 80% des transactions immobilières qui pourrait bien signifier l’éclatement de la fameuse bulle immobilière pouvant mettre à mal la finance de l’ombre. Notons également que la Chine ne souhaite pas monter trop rapidement sur la première marche du podium économique mondial. Elle a volontairement souhaité minimiser les prédictions de la Banque Mondiale la voyant première en termes de PIB d’ici fin 2014.

La Chine préfère mettre en avant le PIB par habitant, indicateur qui la place en 99ème position mondiale. Etre n°1 implique des responsabilités dont la Chine ne veut pas pour le moment. Peut-être parce qu’elle n’est pas suffisamment sûre d’avoir acquis un ascendant économique durable. Elle semble avoir besoin de plus de temps avant de pouvoir jouer pleinement un rôle de leader mondial. Un temps mis à profit pour assainir ses problèmes internes.

Joaquim Defghi

Blog : actudupouvoir.fr

Twitter : @JDefghi

 

Sources complémentaires des liens de l’article :

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 15 mai 2014 12:20

    Délocalisation pour un gain supérieur dans un nouveau pays...ça se pratique depuis des années en Chine.. !


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 16 mai 2014 02:29

      La course, par les capitalistes, aux plus bas salaires et standards sociaux est un phénomène à l’échelle planétaire. En France, nous en faisons depuis longtemps les frais. Et à présent on veut censurer l’internet pour mieux nous faire taire.

      Notre article du 1er Mai :
       
       
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2014/05/01/un-triste-1er-mai-pour-les-secteurs-populaires-49873.html


      Un triste 1er Mai pour les secteurs populaires


      Ce 1er Mai 2014 sera, pour l’ensemble des milieux populaires français, le pire de toute l’après-guerre. Qui, par exemple, protégera vraiment les patients contre les risques d’infections ou d’accidents survenus à leur domicile dans le cadre de la chirurgie ambulatoire prévue dans le programme de François Hollande et Manuel Valls ? Et dans de nombreux cas, qui pourra apporter aux patients opérés l’aide nécessaire pendant toute la journée, y compris dans le domaine de la prévention des risques ? Ou se bornera-t-on à rejeter sur le malade la responsabilité des problèmes apparus ? Et à combien monteront dans la pratique les frais complémentaires à charge du patient ? L’hôpital et la clinique deviendront-ils à terme un luxe réservé aux riches ? Ce n’est qu’une illustration ponctuelle de ce que représentent vraiment les « cinquante milliards d’économies », même dans des domaines où un prétendu progrès technique est évoqué pour justifier les mesures annoncées. Et après ces cinquante milliards « d’économies », combien d’autres cinquantaines, centaines... de « milliards d’économies » seront exigées des Français ? La réalité est que dans le contexte du « marché européen de la main d’oeuvre » imposé par l’Union Européenne, et de son équivalent planétaire véhiculé par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), il n’y a pas de limite à la dégringolade. Pendant que la pression sociale et budgétaire s’abat sur la population, les capitaux continuent à émigrer à la recherche des plus bas salaires et standards sociaux. Nos articles « OMC : le vingtième anniversaire (I) » et « Non à un SMIC européen ! » ont encore rappelé cette situation de plus en plus grave et menaçante, alors que la mise en place d’un SMIC au niveau de l’Union Européenne figure ouvertement dans le programme PS-PRG (« socialistes » et «  radicaux de gauche ») pour les élections de ce mois de mai au Parlement Européen. Chômeurs, retraités, salariés, « petits » fonctionnaires, petits épargnants, petits propriétaires... tous les secteurs populaires se retrouvent dans le collimateur de la politique à laquelle l’Assemblée Nationale a accordé son soutien le 29 avril. Le Monde écrit « Pacte de stabilité : Hollande désavoué, Valls entravé », alors que Le Parisien souligne « Rachat d’Alstom : le gouvernement tente de sauver la face, l’opposition très critique ». Mais qui, concrètement, est prêt à faire le nécessaire pour mettre fin à ce cycle infernal, qu’il s’agisse du rôle de l’Union Européenne ou de celui de l’OMC ? La situation actuelle n’est que le résultat prévisible de trois décennies d’une politique consensuelle (privatisations, délocalisations...) appliquée par tous les gouvernements français, de « droite » comme de « gauche ». Un bien triste 1er Mai, avec ce constat qui s’impose et la menace du nivellement par le bas que comporterait inévitablement un SMIC européen.


      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2014/05/01/un-triste-1er-mai-pour-les-secteurs-populaires-49873.html ]

       

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/

      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • mmbbb 18 mai 2014 20:11

      Par Indépendance des Chercheurs Je veux etre provocateur Que ces proletaires aillent en Roumanie deviennet ROMS et ils auront la CMU J’ai une collegue dont le mari est pharmacien il delivre des medicament gratuitement puisqu’il y a une prise en charge directe Nous sommes un des rares pays au monde a etre aussi genereux sous la benediction de la gauche et des syndicats Le capitalisme certes on peut le critiquer mais montez une PME PMI en France Vous verrez que c’est tres facil plaisant d’etre en relation avec cette administration J’avais deja fais une ramarque entre le degre de pauvrete en france et de pouvoir creer de l’emploi Je me suis fais jeter J’assume mais dans ce media il y a un atavisme anticapitalisme primaire Quant a Alstom cette entreprise contrairement a Siemens n’a pas su grandir Pourquoi ? Je vous ferai remarquer que Safran s’est allie a G E est produit des reacteurs d’avions afin de diverseifier son activite Dans le cas contraire il serait exactemebt dans la meme situation Donc continuons ainsi 


    • julius 1ER 15 mai 2014 13:23

      La Chine préfère mettre en avant le PIB par habitant, indicateur qui la place en 99ème position mondiale. Etre n°1 implique des responsabilités dont la Chine ne veut pas pour le moment. Peut-être parce qu’elle n’est pas suffisamment sûre d’avoir acquis un ascendant économique durable. Elle semble avoir besoin de plus de temps avant de pouvoir jouer pleinement un rôle de leader mondial. Un temps mis à profit pour assainir ses problèmes internes.

      @l’auteur,
      et là Y a et Y aura du boulot, ......

      • Alain Astouric Alain Astouric 15 mai 2014 15:24

        Tiens, tiens ... il semblerait qu’en Chine comme ailleurs le temps finit par se rebiffer lorsqu’on ne le respecte pas. Intéressant, non ? Cf. Le management durable


        • Joaquim Defghi 15 mai 2014 17:28
          pour info, voici un communiqué de presse Timberland qui vient de m’être adressé : 
          « En ce qui concerne la grève qui s’est déroulée dans les usines de Yue Yuen Industrial Holdings à Dongguan en Chine ; nous vous prions de bien vouloir tenir compte qu’aucun produit Timberland n’est fabriqué dans les usines Yue Yuen de Dongguan et Jiangxi faisant actuellement l’objet d’un conflit social. Timberland travaille avec Yue Yuen, mais uniquement dans d’autres endroits qui ne sont pas affectés par les conflits actuels. »

          • Bergegoviers Bergegoviers 16 mai 2014 05:34

            Merci pour cette information capitale, Joaquim.


          • Rincevent Rincevent 15 mai 2014 20:26

            La loi fondamentale du capitalisme actuel c’est aller toujours et encore plus au moins-disant. La Chine se développant, avec l’émergence d’une classe moyenne inexistante auparavant, elle commence à devenir « trop chère » dans certains secteurs, grèves ou pas. Comme il y a toujours plus pauvre, nos futures pompes viendront du Bangladesh, probablement…


            • kalon 15 mai 2014 22:08

              J’en retiens que le pouvoir chinois n’a pas trop d’intérêt à rester dans le système capitaliste ! smiley

              développer son marché intérieur est, politiquement, plus logique et plus prudent !

              L’occident transforme sa classe ouvrière en esclavagisme dans le même temps ou la Chine, la Russie et ....les autres sortent leur pays de l’esclavagisme pour les amener à un société de consommation !


              • Rincevent Rincevent 15 mai 2014 22:32

                Hé non kalon, le pouvoir chinois a justement choisi la voie du capitalisme (fortement mâtiné de dirigisme) pour développer son marché intérieur ! Deng Xiao Ping « Qu’importe que le chat soit noir ou blanc du moment qu’il attrape la souris… ». Et que croyez-vous qu’il arrivera quand les Chinois seront parvenus à notre niveau ? Ils subiront les mêmes choses que nous, logiquement.


                • kalon 16 mai 2014 03:36

                  Chaque avis a sa raison d’être, outre que si l’homme propose, « Dieu » dispose et les interactions entre les différents pouvoirs décisionnels sont telle que « Dieu » est de plus en plus présent dans la résultante de ces interactions.

                  Regardez ce qu’il se passe aux états unis ou la multiplication des centres décisionnels fait que ce pays est devenu ingouvernable.

                  Pentagone, maison blanche et C.I.A. n’ont absolument plus les mêmes intérêts à défendre !

                  Il faut également tenir compte du fait que notre niveau de consommation a atteint son « pik’oil » et va s’effondrer dans les années à venir, notamment du fait de la diminution des revenus liés au travail.

                  En repartant de zéro avec leur nouveau système financier, les BRICS pourraient planifier une consommation mesurée plutôt qu’effrénée et, de ce fait, ne pas suivre la voie occidentale mais en créer une autre.

                  posséder sa maison est chose souhaitable, en posséder 10 n’a aucune utilité autre qu’un enrichissement excessif fait au détriment de la société vue dans son ensemble.

                  Ainsi, au delà d’un certain seuil, l’enrichissement personnel est nuisible à la société et doit être « encadré »

                  Que fait un homme disposant de milliards, sinon jouer avec ses milliards et déstabiliser l’économie réelle pour son unique plaisir de voir ses milliards se multiplier ? 


                • Hervé Hum Hervé Hum 16 mai 2014 12:01

                  PaExact Kalon, la cupidité est une drogue incurable, et si elle à su faire chuter la monarchie, elle sera bien faire chuter la ploutocratie.


                • Gandalf Claude Simon 18 mai 2014 12:12

                  @Hum :

                  Tu as tout compris.

                • kalon 16 mai 2014 03:53

                  Que se passe t’il au jeu du « Monopoly » lorsqu’un des joueurs dispose de 80 % de l’argent circulant dans le jeu ?

                  Il impose ses prix aux autres joueurs qui ne deviennent plus que des figurants dont la seule utilité est de faire prolonger la partie.

                  Mais, dés lors que le joueur « riche » possède 99 % de l’argent circulant, que se passe t’il ?

                  Les autres joueurs se désintéressent de la partie et proposent d’en faire une nouvelle ! smiley


                  • stetienne stetienne 16 mai 2014 12:39

                    les délocalisations c est pas nouveaux
                    au 19eme siecle le patronat délocalisait dans les campagnes françaises ou la main d’oeuvre etaient moins syndiqué acceptaient salaire tres bas.

                    pour la chine faut pas oublier que la chine actuelle c est reagan qui la faite pour casser le japon qui prenait trop d’importance aux yeux des américains dans cette partie du globe


                    • Werner Laferier Werner Laferier 16 mai 2014 15:40

                      Le Vietnam aurait du faire comme ses voisins asiatiques. Laissé des bases américaines s’implanter sur son territoire.

                      1)Non seulement il auraient eu une manne financière tout comme leur voisin sud coréens, japonnais et philippins qui font de beaux profits grâce aux bases américaines et sans compter le transfert quasi gratuit de technologie (la plus pointu au monde)

                      2)Si elle avait sa elle serait en paix, la Corée du nord n’ose meme pas s’aventurer en corée du sud et la Chine ne fait que vociferer aupres des japonnais suivi d’action inutiles.

                      2) Les actions que la Chine a commis ses 2 dernières semaines au Vietnam, jamais elle n’aurait osé le faire sur ses pays voisins qui ont une base américaine. Uniquement de vague paroles de menaces c’est tout. Tous comme la Russie ne ferait rien contre l’OTAN.

                      Le Vietnam doit changer sa politique si elle veut être en paix et prospérer Elle doit sauter dans le parapluie américain en guise de défense. La Malaisie l’a bien compris cette année.

                      Être une proie isolé n’est jamais un bonne chose, les vietnamiens doivent comprendre que les US ne sont pas leur ennemi, l’ennemi est la Chine, les vietnamiens n’aurait jamais du accepter que les chinois fassent le bordel au Vietnam en armant les vietcong, ils auraient du soutenir l’intervention militaire des USA au Vietnam qui a été bénéfique contre le communisme.

                      Le Vietnam doit changer d’idéologie, abolir le communisme et acceptez des bases US.


                      • soi même 16 mai 2014 20:57

                        La Chine vit son XIX siècles social !


                        • lsga lsga 17 mai 2014 19:36

                          Le niveau de vie en Chine est aujourd’hui plus élevé qu’en Europe. Les niveaux de salaires sont comparables à ceux de l’Espagne, de l’Italie, de l’Allemagne et de l’Europe de l’Est, pour un coût de la vie bien inférieur (comptez 200€ pour un canapé ou une télé vendus 1000€ en France)

                           
                          La vrai raison des délocalisations de l’industrie française, c’est qu’il s’agit en réalité de RE-localisation de l’industrie néo-coloniale vers les pays producteurs de matière première. 


                          • smilodon smilodon 17 mai 2014 22:59

                            Un jour,y’aura la révolution en chine !.. Et quand la « chine se révolutionnera » ce sera bien pire encore que quand « la chine s’éveillera » !... Tant pis pour "alain P !!.. Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès