Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Ukraine vue de l’intérieur

L’Ukraine vue de l’intérieur

Il y encore 3 mois, personne ne connaissait l’Ukraine et personne ne s’intéressait à ce pays. Aujourd’hui le mot-clé Bandera fait fureur dans les recherches Google.

Il y a 3 mois, les français associaient l’Ukraine avec le score 3-0, les plus calés en géo arrivaient à placer Tchernobyl en Ukraine, quelques-uns se rappelaient vaguement de la révolution orange. Mais son histoire, sa culture, sa mentalité – tout le monde s’en fichait.

Et tout d’un coup, une révolte, une manif de naïfs qui veulent se rapprocher de l’UE pour espérer un meilleur avenir. Pfff, ridicule vous dites-vous. Peut-être.

Et puis ces manifestations débordent. Ça part en vrille. Il y a des morts, ça brule, ça pète. Il y a des snipers, il y a des cagoules, et puis ce nom, Bandera, qui revient tout le temps, on parle de démocratie et de fascisme….

Bref, 3 mois après, personne ne connait mieux l’Ukraine, mais tout le monde a un avis dessus. Et le plus souvent faux.

Avant tout je veux alerter l’ensemble d’internautes séduits par cette idée simpliste : l’OTAN a soudoyé des néo nazi du coin pour renverser le gouvernement élu démocratiquement afin de déstabiliser la Russie - dans la vraie vie, les choses sont plus complexes, la ligne délimitrice entre « gentils » et « méchants » n’est pas juste l’inverse de ce que les médias officiels proposent. Si les occidentaux ont joué un rôle dans ces évènements, ils ne sont pas les seuls. Les Russes ont des enjeux stratégiques géopolitiques eux aussi.

 

Revenons donc aux événements :

Par qui la révolution a été faite et pourquoi ?

Les sondages nationaux tout au long des événements

Comment la révolution a été soutenue : en gros 50/50 - http://www.newsru.ua/ukraine/07feb2014/poddernepodder.html et 64% « pour » à Kiev http://tyzhden.ua/News/97129 (les moins de 55 ans soutiennent beaucoup plus que les plus de 55 ans)

Globalement, 53% de personne n’ont pas participé et ne participeront pas à la révolte, 13% ont participé, 29% n’ont pas participé mais soutiennent. 13%, c’est beaucoup malgré les apparences. La révolution française s’est faite avec bien moins de 13% de la population.

74% ont condamné l’utilisation de la force par les Berkout (la police spéciale) (alors que 88% des russes sondés en Russie l’ont soutenue !!!) 

Le visage des manifestants au début et à la fin

http://tyzhden.ua/News/101543 et http://www.dif.org.ua/ua/events/gvkrlgkaeths.htm

- en gros, le visage en 3 mois a changé mais pas les exigences.

Au début (novembre/décembre), c’était plutôt des jeunes étudiants ou fraichement diplômés, 50/50 hommes/femmes. En février c’était à 88% des hommes, les bac+5 ont augmenté (27%vs22% au début), la part des entrepreneurs a augmenté (17% vs 12%), les cadres représentent 40%.

En décembre, il y avait surtout des habitants des grandes villes. En février, plutôt des moyennes et petites villes.

Pendant tout le long de ce qui est devenu une insurrection, 92% n’appartiennent à aucun parti, aucune association, aucun mouvement et donc sont arrivés à Kiev/ou venus à Maïdan seuls et à leur propre initiative. 54% sont ukrainophones, les autres russophones ou bilingues.

Pourquoi sont ils là ?

http://tyzhden.ua/News/101276

Au début, en opposition à l’abandon des accords avec l’UE (avant le 01.12). Après le 01.12, pour exprimer le mécontentement face à l’utilisation de la force par la police lors des événements du 01.12. (70% ont cité ceci comme 1ère raison), pour changer la situation en Ukraine (50%). Viennent à égalité en 3ème et 4ème raisons avec 45% : renégocier les accords européens, enfin, changer le pouvoir.

Le fait que le tout a commencé par une provocation est pratiquement certain. Les premiers affrontements, le 01.12, la prise d’assaut de l’administration du président a été lancé par des provocateurs : plusieurs témoignages parlent de groupes de personnes commençant à lancer des pavés sur la police et s’enfuir quand la police a répondu http://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%9F%D0%BE%D0%B4%D1%96%D1%97_%D0%B1%D1%96%D0%BB%D1%8F_%D0%90%D0%B4%D0%BC%D1%96%D0%BD%D1%96%D1%81%D1%82%D1%80%D0%B0%D1%86%D1%96%D1%97_%D0%9F%D1%80%D0%B5%D0%B7%D0%B8%D0%B4%D0%B5%D0%BD%D1%82%D0%B0_%D0%A3%D0%BA%D1%80%D0%B0%D1%97%D0%BD%D0%B8_1_%D0%B3%D1%80%D1%83%D0%B4%D0%BD%D1%8F_2013_%D1%80%D0%BE%D0%BA%D1%83

Ou

http://gazeta.dt.ua/internal/bankova-1-grudnya-hronika-provokaciyi-_.html.

 Un nom à retenir et à suivre - Корчинський – Korchynsky – au parcours très chaotique - d’abord ultranationaliste, ensuite pro Kutchma (ancien président très corrompu), anti-révolution orange et très pro Yanoukovitch et subitement pro Maidan en 2014. A été vu le 01.12 lors de l’assaut de l’administration, a nié, a été soupçonné d’avoir organisé les provocations ce jours là par les autorités, a été recherché à l’international (Interpol) (http://www.bbc.co.uk/ukrainian/news/2013/12/131215_korchynsky_interpol_ek.shtml), aurait été arrêté 05.02 en Israël, l’affaire le concernant aurait été envoyé en Israël et classée en Ukraine (http://www.unian.ua/politics/881761-lidera-bratstva-dmitra-korchinskogo-zatrimali-v-izrajili.html

 Et http://vgolos.com.ua/news/provokatora_z_bankovoi_korchynskogo_zatrymaly_v_izraili_133744.html).

 

Pourquoi on parle de néonazisme ?

La mise en avant des éléments fascistes dans ces évènements vient du Kremlin et des relais pro russes. Ceci a été leur axe de communication dès le début et tout au long des évènements. Parcourrez les médias russes et vous ne verrez que ça – « fascistes et extrémistes », « extrémistes et fascistes », financés par l’ennemi numéro un – les Etats unis - ont organisé un putsch et ont pris en otage la population entière. Manipulation et propagande faisant face à celle des médias occidentaux et des politiques ici qui ne vaut pas mieux. C’est la bonne vieille tactique qui a toujours fait ses preuves : une majorité de russes sont persuadés qu’il s’agit d’un putsch qui ne représente personne et n’est soutenu par personne.

Mais cette idée a séduit les « alternativistes » en France et je peux le comprendre car de nombreux « signes » et « preuves » vus de l’extérieur ont semblé persuasifs. Enfin, à travers le prisme de l’histoire propre à la France d’autres étiquettes sont venus se greffer sur les « révolutionnaires » qui ont fini par être décrit « néonazi-antisémites ». Ça se comprend. Mais c’est faux.

Premièrement, les ultra-radicaux (c’est vrai et logique que ce soit les plus radicaux qui soient les plus actifs et donc entrainent le mouvement, c’est partout pareil) qui ont participé le plus activement au renversement du président Yanoukovitch : Pravyj Sektor, ou Right Secteur, sont un rassemblement hétéroclite de différents mouvements qui s’identifient à différents mouvements des résistants ukrainiens du 20ème siècle. Ces mouvements existaient indépendamment depuis plusieurs années et ne collaboraient pas ensembles. Ils se sont regroupés après les premiers affrontements entre la police et les manifestants, la nuit du 30.11 au 01.12 où la police a éjecté tous les manifestants de Maïdan. Si leurs idéologies (ultranationalistes) sont critiquables sur le plan éthique, ce nationalisme se limite dans la grande majorité à du patriotisme (il y a des tordus comme partout qui vont plus loin mais ne sont pas représentatifs). Ils sont hostiles à toute influence étrangère, quelle qu’elle soit. Se faire financer ou même dialoguer avec une force tierce n’est pas compatible avec leurs convictions. L’exemple de l’interview d’un des membres http://medialeaks.ru/features/pravyj-sektor-majdana/

Deuxièmement, leur radicalisme s’exprime surtout comme anti russe. Anti russe, comme vous (agoravoxiens) qui êtes pour la plupart anti-américain. Ils s’opposent, de façon radicale, à toute mainmise de la Russie sur l’Ukraine.

Enfin, le néonazisme tel que vous, les occidentaux, l’entendez - apologie du 3ème Reich et à son führer - n’existe quasiment pas en Ukraine. Les nostalgiques des divisions SS type Galicie sont aussi nombreux que ceux qui sont nostalgiques de la division SS Charlemagne en France. Je vous conseille à ce sujet la lecture de cet article du 3 octobre 2008 concernant cette période tragique (http://www.perspectives-ukrainiennes.org/article-23388617.html).

 En tous cas le néonazisme n’est pas l’idéologie des parties ultranationalistes dont on parle, même des radicaux.

La thèse de néonazisme concernant les parties ultranationalistes vient du soutien et de l’admiration qu’ont ces derniers pour les résistants « controversés » ukrainiens pendant la 2ème guerre mondiale, le plus connu étant Bandera. D’un point de vu français il est impossible de dissocier la 2ème guerre de la Shoah, le collaborationnisme de la lâcheté. « Collaborer » en France, c’est au mieux avoir fermé les yeux pour protéger son petit confort par faiblesse ou par peur. Se rendre compte quelques années après qu’à cause de cette faiblesse des millions des juifs ont péri - est un grand traumatisme dont les générations suivantes auront du mal à s’en remettre des années après. Bien sur.

Mais c’est votre histoire.

La guerre au total a fait 46 millions de mort civils, 15 millions de civils des ex-pays soviétiques, 5 millions de civils ukrainiens, du point de vue des pays ex- soviétiques, le génocide des juifs est une brique et non l’événement central. Chacun raconte son histoire en fonction de son vécu. En Ukraine nous, on a aussi nos victimes, notre tragédie. Pendant la guerre mais aussi avant. La terreur semée par Staline, la déportation, les goulags, la famine organisée (Holodomor) et nos 6 millions de mort en 32-33 sont aussi un traumatisme pour les ukrainiens. Si l’Est de l’Ukraine est très russophone actuellement, c’est parce que (entre autre) les russes sont venus repeupler les régions les plus touchées par la famine.

Pour ces raisons, pour cette histoire qui nous est propre, le fait que Bandera a collaboré au début de la guerre avec les allemands (il a accueilli les allemands à bras ouvert quand le génocide des juifs n’existaient pas encore, alors que la famine organisée par Staline datait de 9 années seulement auparavant), en croyant voir en eux les libérateurs de l’Ukraine, ne fait pas mourir de honte les ukrainiens, ne donne pas envie de s’écraser sous terre, parce qu’elle ne fait pas de lui un petit lâche ou opportuniste qui pourchassait les juifs pour les envoyer à Auschwitz. C’était un moyen comme un autre de rendre l’Ukraine indépendante. Et justement, en voyant que l’indépendance de l’Ukraine ça ne faisait pas partie des projets des allemands, il s’est aussi opposé à eux. Toutefois les russes n’ont jamais digéré que des ukrainiens puissent voir en l’ennemi le libérateur. Bandera est devenu traitre pour l’éternité. Et dans l’URSS, Traitre égal fasciste, fasciste égale traitre. 

Bref, quand on étudie bien l’histoire des années 20-30 en Ukraine, on comprend que l’apologie de l’idéologie aryenne du Nazisme est un non-sens.

Quant à la symbolique utilisée par tous ces mouvements ultranationalistes, là encore il faut sortir de son prisme et ses associations françaises. L’argument choc pour accuser « Svoboda » de néonazisme est son emblème dans les années 90, le Wolfsangel. Si, pour un français, il est indissociable du régime allemand dans son ensemble, ce symbole a été utilisé par quelques divisions SS, d’autres divisions avaient d’autres emblèmes et surtout ce symbole vient à la base des révoltes paysannes et signifie capture de ses ennemis tels des loups (le symbole a une forme de piège à loup). En Allemagne, ce symbole est encore présent dans la ville de Wolfsangel. Autant on peut discuter le caractère provocateur de ce symbole dans le parti Svoboda, autant le lier incontestablement à l’apologie du régime hitlérien – n’a pas de sens historique ou idéologique. Le mot führer veut toujours dire guide en allemand, Hitler n’est plus leur guide depuis longtemps.

Re-bref.

Il y a un gouffre entre la perception de ces mouvements en Ukraine et ici. Autant pour la compréhension du fond, que pour la compréhension de l’importance de ces partis/mouvements. 

Si aujourd’hui les ukrainiens sont reconnaissants à Svoboda, ou Parvyj Sektor, c’est parce qu’ils ont participé le plus activement à la révolte. Ces organisations et partis sont ceux qui ont perdu le plus d’hommes dans les affrontements, ils ont donné du courage à l’ensemble du peuple d’affronter la police armée. Le soutien ne tient pas compte de leurs opinions. C’est par rapport à leur comportement, pas par rapport à leurs idées.

La méfiance des internautes « alternativistes » se comprend. La façon unilatérale des médias français de raconter l’histoire avec une ligne très bien délimitée entre les gentils et les méchants – est insupportable, l’intervention de BLH à Maïdan est lamentable et complètement à côté de la plaque. Les intérêts de l’Otan à mettre le chaos en Ukraine sont innombrables. 

Mais selon ex conseiller de Poutine la Russie aussi a un fort intérêt que ça pète là bas.

http://news.siteua.org/%D0%A3%D0%BA%D1%80%D0%B0%D0%B8%D0%BD%D0%B0/532046/%D0%98%D0%BB%D0%BB%D0%B0%D1%80%D0%B8%D0%BE%D0%BD%D0%BE%D0%B2__%D0%97%D0%B0%D0%B4%D0%B0%D1%87%D0%B0_%D0%9F%D1%83%D1%82%D0%B8%D0%BD%D0%B0___%D0%B3%D1%80%D0%B0%D0%B6%D0%B4%D0%B0%D0%BD%D1%81%D0%BA%D0%B0%D1%8F_%D0%B2%D0%BE%D0%B9%D0%BD%D0%B0_%D0%BD%D0%B0_%D0%A3%D0%BA%D1%80%D0%B0%D0%B8%D0%BD%D0%B5

Les USA reprochent à la Russie de faire de la propagande et déformer les faits, la Russie riposte – Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre.

Ma conclusion serait celle-ci : ils sont tous pareil. Les ukrainiens ne sont que des pions des uns et des autres.

Si les partis « radicaux » ont un succès aujourd’hui, c’est avant tout parce que les risques de se vendre aux uns ou aux autres sont les moindres qu’avec les partis « modérés ». En tous les cas, ils ne sont pas plus grands.

On ne connait pas la suite, la plus probable est bien sûr que cette révolution se fasse récupérer par le plus malin, comme dans chaque révolution ou presque, mais sait-on jamais, peut-être ont ils fait un tout petit pas vers du mieux ?

J’ai du mal à comprendre, que tous ces internautes passent leurs journées à se lamenter de la manipulation, mouttonisation, du pillage des richesses mondiales par 1% des gens, mais quand un peuple se révolte parce qu’il en a ras le bol qu’on le vole, ces mêmes internautes crient à l’inadmissibilité de ce procédé et ne comprennent pas pourquoi les ukrainiens n’ont pas attendu patiemment encore deux ans pour élire démocratiquement un autre voleur…

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.42/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 8 mars 2014 09:45

    Quand un humain « normal » s’occupe des autres,c’est en fait toujours pour son seul profit , que ce soit psychologique ou matériel...

    un humain « non normal » s’occupe de son être mental psychologique, vit en paix avec lui même dont avec l’univers donc avec la nature et avec tout ce qui est et alors il sait «  »relationner«  » avec les autres de la même manière que lui est avec lui même, en paix..........

    c’est le seul chemin, vous pouvez chercher il n’y en a pas d’autres..bonne chance quand même, car il va en falloir..voila 10 000 ans que chaque génération pense connaitre le grand soir mais ça n’arrive jamais....aux suivants...............


    • howahkan howahkan Hotah 8 mars 2014 09:50

      Le chemin est bien sur la connaissance profonde , non analytique , non par la pensée ,de soi même, non pas de qui nous sommes mais de ce QUE nous sommes............mais nous sommes occupés avec tout , sauf avec ça, alors je pense qu’il faut arrêter de se plaindre , de gémir tout le temps , ce bordel est notre création collective...et de commencer ce long chemin qui aurait du etre celui de chaque vie....je sais ca ne parle pas...qui puis je ?

      vivre était le miracle,vous pensez que une Énergie Étrange qui n’a pas de début ni de fin, a besoin de nous pour quoique que ce soit ??

      vivre est le miracle....et nous humains n’allons pas évoluer psychologiquement car des le début nous sommes un produit fini.....par contre pour régresser ça ,ca roule tout seul....mais on a des bonnes voitures .....


    • Serge LAURENT Serge LAURENT 8 mars 2014 10:23

      C’est un point de vue intéressant car tout ce qui est dit est hautement vraisemblable. Ça sonne juste. Dans un pays pauvre, gangréné par la corruption et en butte aux ingérences de pays puissants, notamment d’un gros voisin, il n’est pas étonnant que le peuple se révolte. Il n’est pas surprenant que les jeunes soient les plus révoltés, ni que les nationalistes soient nombreux, ni que les pays puissants en fassent leur terrain de jeu.Mais, le renversement révolutionnaire d’un gouvernement élu crée un précédent extrêmement dangereux, d’autant plus que les partis opposés à euromaidan ont été interdits, ce qui empêche tout retour à la normalité démocratique.

      Il semble que les nationalistes soient décidés à ukrainiser l’Ukraine par la force, au dépends d’un tiers de la population principalement russophone. C’est moche mais ça n’en fait pas des nazis. C’est un peu comme les catalans/castillans et les flamands/francophones. Mais évidemment, cela justifierait la sécession des régions où l’ukrainien est très minoritaire ainsi que des sanctions économiques de la Russie. C’est pourquoi, souffler sur les braises comme l’ont fait les dirigeants occidentaux est totalement irresponsable. Ils devraient au minimum exiger le respect des russophones, des élections réellement libres et une enquête neutre sur les snipers d’euromaidan (eurosnipers ?).


      • aks aks 8 mars 2014 11:57

        Je sais pas d’où vous tenez cette information, que les nationalistes veulent ukrainiser de force. Ce n’est pas dans le programme dans Svoboda. 45% des personnes à Maidan étaient russophones.

        bien que ’interdiction de parti communiste figure dans le programme d Svoboda, ils ne sont pas encore au pouvoir, rien n’est encore interdit par personne. et ils ne le seront pas.


      • nouche 8 mars 2014 18:22

        Un exemple parmi tant d’autres, de l’appel a l’utilisation de la force :

        interview de Dmyto Yarosh, leader de Secteur Droit, au Time, ou il dit clairement avoir un arsenal d’armes a sa disposition et qu’il est la pour faire tomber le gouvernement. Par occupant interne, il parle bien sur des russophones.

        http://world.time.com/2014/02/04/ukraine-dmitri-yarosh-kiev/

        Yarosh, dont la marque militant nationaliste rejette toute influence étrangère sur les affaires ukrainiens, a révélé pour la première fois que Pravy Sektor a amassé un arsenal d’armes mortelles. Il a refusé de dire exactement combien d’armes dont ils disposent. « C’est assez », dit-il, « pour défendre toute l’Ukraine des occupants internes » - par quoi il entend le gouvernement au pouvoir - et de poursuivre la révolution si les négociations avec ce gouvernement se décomposent.

        Enfin vous dites que Svoboda n’est pas encore au pouvoir, c’est un mensonge.

        Svoboda a ces personnes au pouvoir :

        Vice Premier Ministre   : Oleksandr Sych

        Ministre de la Défense : Ihor Tenyukh

        Responsable du Conseil de Securité et Défense Nationale : Andriy Parubiy (police intérieure, Parubiy est l’un des fondateurs de Svoboda, qui s’appelait alors le parti Social Nationaliste)

        Ministre de l’Ecologie : Andriy Mokhnyk

        Ministre de l’Agriculture : Ihor Shvaika

        Procureur General : Oleg Mokhnytsky (bras exécutif de la justice)

        Si vous voulez, je peux aussi vous parler de Iryna Farion, membre de Svoboda, philologue a Lviv, qui a depose un projet de loi pour interdire l’utilisation de lettres russes. Elle etait pressentie pour etre ministre de l’Education.

        http://en.wikipedia.org/wiki/Iryna_Farion

        vous pouvez la voir ici en train de presenter un livre neo nazi, ecrit par un autre membre de Svoboda, et principal conseiller de leur leader, Yuriy Mykhalchyshyn

        http://galinfo.com.ua/news/134726.html


      • Simple citoyenne Simple citoyenne 8 mars 2014 11:02

         Bonjour à vous auteur ! Je vous cite : « Il y encore 3 mois, personne ne connaissait l’Ukraine » Ah bon ! Il ne faut prendre les lecteurs pour les billes quand même ! Ou encore : "Il y a 3 mois, les français associaient l’Ukraine avec le score 3-0, les plus calés en géo arrivaient à placer Tchernobyl en Ukraine, quelques-uns se rappelaient vaguement de la révolution orange. Mais son histoire, sa culture, sa mentalité" Pour qui vous vous prenez ?


        • howahkan howahkan Hotah 8 mars 2014 11:06

          salut , d’accord avec ce propos.. smiley


        • aks aks 8 mars 2014 11:58

          pour une ukrainienne qui vit en France depuis 15 ans et qui côtoie à peu près tous les milieux sociaux. 


        • Simple citoyenne Simple citoyenne 8 mars 2014 17:46

          @ Aks Je vous cite "pour une ukrainienne qui vit en France depuis 15 ans et qui côtoie à peu près tous les milieux sociaux. "  En plus d’être prétentieuse, et de soi-disant vivre chez nous depuis 15 ans, et de « côtoyer » tous les milieux sociaux, mais visiblement pas nous, ben voyons, sauf vous apparemment, vous vous permettez dans votre article de juger les Français, sur ce qu’ils seraient censé connaître ?  Mais je vous repose la question ? Mais pour qui vous prenez-vous ? Pour savoir à notre place !


        • aks aks 8 mars 2014 18:21

          Bon, ben je vais réviser mon opinion, je ne côtoie pas tous les milieux, et les français sont calés en question ukrainienne. c’est mieux ?


        • bourne 8 mars 2014 11:08

          Oui et si l’Ukraine passait à l’Ouest, la Russie se retrouverait ave l’OTAN à sa frontière... Et, les USA n’y avaient aucun intérêt.

          Mais peut-être saurons-nous qui étaient les hommes de main qui ont tiré à la fois sur les flics et les civils, faisant 80 morts .

          Pour la Crimée c’est cramé, et gageons que le kremlin ne laissera pas s’installer des missiles anti-missiles à l’Est de ce pays.

          Après le bonheur des peuples ..commençons par faire le notre et nous n’en prenons plus le chemin depuis longtemps. 

          On ajoutera que sur le plan européen, une puissante Russie interdirait à nos oligarques de faire ce qu’ils veulent, comme au temps de l’URSS, on faisait plus de social pour éviter une explosion du communisme chez nous.


          • njama njama 8 mars 2014 11:32

            Ukraine : Natalia Vitrenko, présidente du Parti socialiste progressiste d’Ukraine, opposante à Ianoukovitch dénonce un putsch néonazi poussé par l’OTAN

            "Je suis économiste, docteur en sciences économiques, professeur et académicienne. Valeri Sergachov, mon collègue (dans le sens où il est également dirigeant d’un parti), est un colonel à la retraite [et un vétéran de la guerre d’Afghanistan, ndt]. Le vice-président de mon parti, Volodymyr Marchenko, qui est responsable de l’élaboration de la doctrine du parti, est un ingénieur du bâtiment. Nous sommes pleinement conscients du véritable potentiel de l’Ukraine et de ce que seraient les perspectives pour notre pays dans l’éventualité d’une intégration soit avec l’UE, soit avec l’Union eurasiatique.

            Premièrement, l’Ukraine ne s’est jamais vu offrir d’adhérer à l’UE, on n’est pas en train de lui offrir et jamais on ne le fera, car l’UE se désintégrerait plutôt que d’admettre l’Ukraine en tant que membre. Les membres de l’Union douanière, de l’autre côté, c’est-à-dire la Biélorussie, le Kazakhstan et la Russie, sont nos partenaires à long-terme, sur lesquels nous pouvons compter. A notre avis, seule l’intégration de l’Ukraine dans l’Union douanière, et nulle autre, peut donner l’impulsion d’une relance économique ukrainienne.

            Or, les oligarques ukrainiens, et ce sont eux qui déterminent la politique de notre pays, se sont intégrés depuis fort longtemps dans l’UE… Un exemple en est l’homme le plus riche d’Ukraine, le milliardaire Rinat Akhmetov. Il s’est acheté une villa luxueuse à Londres pour 40 millions de livres sterling et possède une myriade de sociétés, tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Les enfants des oligarques ukrainiens étudient dans les pays européens, ils s’y rendent pour se faire soigner et y passent leurs vacances. Et surtout, ils ont placé leur fortune dans les banques de la City de Londres et autres zones offshore. Ainsi, ils sont orientés vers l’Europe et l’Occident. C’est pour défendre leurs intérêts qu’ils voulaient signer l’AA.

            L’Accord d’association et de libre-échange avec l’UE aurait ruiné l’Ukraine

            Cet Accord aurait complètement ruiné le secteur de la machine-outil en Ukraine et porté un coup fatal à toute la production industrielle et à l’agriculture. L’AA exigeait que l’Ukraine ouvre immédiatement ses marchés domestiques, éliminant immédiatement tous droits de douane sur les importations pour 72 % des produits. La production des sociétés industrielles ukrainiennes n’est pas compétitive par rapport à l’actuel marché européen. L’Académie des sciences de notre pays a calculé qu’il lui en coûterait 160 milliards d’euros pour se mettre aux normes de l’UE. Ceci équivaut à quatre fois le budget annuel du pays. Nous ne disposons pas de telles sommes. En d’autres termes, l’Ukraine aurait vu ses entreprises industrielles condamnées à la faillite, son économie en proie à un effondrement total et au chômage de masse.

            De plus, l’AA ordonne que tout ce processus soit présidé par des organisations supranationales ...


            • njama njama 8 mars 2014 11:42

              ce qui s’est passé en Ukraine, ça s’appelle un putsch !

              autre extrait de l’intervention de Natalia Vitrenko :

              Un accord monstrueux

              Le 21 février, un accord a été signé entre Ianoukovitch et les trois dirigeants de l’opposition, Klitschko, Iatseniouk et Tyahnybok. Il a été validé par les représentants de trois ministères des Affaires étrangères de pays membres de l’UE – le ministre des Affaires étrangères allemand, Franz Walter Steinmeier, le ministre des Affaires étrangères polonais Radoslaw Sikorski, et le directeur du département chargé de l’Europe continentale du ministère des Affaires étrangères français, Eric Fournier. [Laurent Fabius ayant dû quitter Kiev pour se rendre en Chine, nde]

              Changer de Constitution en 48 heures…

              C’était un accord monstrueux. Je n’avais jamais imaginé que l’UE pourrait bafouer à ce point les règles du droit. L’Ukraine a une Constitution. L’Article 13 définit la procédure à suivre pour un changement de Constitution. Et pourtant, le premier point de cet accord du 21 février exige que les amendements à la Constitution soient adoptés et rendus publics en 48 heures, incluant un changement dans notre système étatique. La Constitution requiert un vote à une « majorité constitutionnelle » [aux deux-tiers], au cours de deux sessions parlementaires, suivi d’un examen et d’une validation par la Cour constitutionnelle.

              Pas un mot dans l’accord à propos de la dispersion du Maidan et du désarmement des émeutiers, afin que le Parlement puisse voter en toute sérénité. Ainsi, c’est avec un pistolet sur la tempe, sous les coups et l’intimidation, assortis de menaces à l’encontre des membres de leur famille, que les parlementaires ont dû se réunir à partir du 20 février et commencer à voter. Ils ont voté en faveur d’un changement de la Constitution.

              La procédure de destitution est, elle aussi, précisée dans la Constitution. Mais le Parlement a craché dessus, a simplement voté, déclaré que Ianoukovitch avait démissionné et arrêté une date pour les élections : le 25 mai 2014.


            • aks aks 8 mars 2014 12:09

              Renseignez vous qui est Vitrenko, qui elle représente (aujourd’hui personne) qui sont ses électeurs (des russes d’Ukraine de plus de 75 ans), quelle cote elle a (n’a pas passé la barre de 1.97% aux dernières élections où elle a pu se présenter - 2004). Et surtout par qui son parti était financé (Maxime Kurochkin, un mafieux et criminel russe) et avec qui elle a fait des coalitions - Korchynsky (cité dans mon article, soupçonné d’être à l’origine des provocations le 1.12) .

              ça vous donne un petit aperçu de ce valent ses déclarations


            • njama njama 8 mars 2014 13:23

              @ ask

               c’est interessant de revoir cet article « prémonitoire » du 14 juin 2006

              Le leader du Parti socialiste d’Ukraine s’inquiète du risque de dislocation du pays

              L’Ukraine risque d’éclater en plusieurs Etats, a estimé la leader du Parti socialiste progressiste d’Ukraine, Natalia Vitrenko, lors d’une conférence en ligne mercredi à RIA Novosti.

              Si Iouchtchenko et les autres forces orange en Ukraine la contraignent à adhérer à l’OTAN, ceci pourra provoquer une guerre civile et le démembrement du pays, a-t-elle prévenu.

              L’Ukraine pourrait être divisée selon le scénario yougoslave, indique Mme Vitrenko.

              « Je considère ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine comme une occupation de notre pays par les troupes des Etats-Unis et de l’OTAN. Malheureusement, les autorités ukrainiennes contribuent à la mise en oeuvre des plans des Etats-Unis visant à disloquer l’Ukraine selon le scénario yougoslave et à transformer l’Ukraine en ennemi de la Russie, au lieu de protéger les intérêts nationaux et la souveraineté de notre pays », a-t-elle déclaré.

              La condition essentielle du maintien de l’intégrité territoriale de l’Ukraine est le respect de la volonté du peuple exprimée dans la Déclaration sur la souveraineté nationale de l’Ukraine et confirmée par le référendum national du 1er décembre 1991 sur le statut hors-blocs du pays et son adhésion à l’union avec la Russie et la Biélorussie, a souligné la femme politique.

              Le passage au système fédératif permettrait de sauvegarder l’intégrité territoriale dans le contexte de la diversité entre les parties constitutives du pays, estime-t-elle.

              Source
              RIA Novosti (Fédération de Russie)
              http://www.voltairenet.org/article140603.html


            • njama njama 8 mars 2014 13:39

              elle a (n’a pas passé la barre de 1.97% aux dernières élections où elle a pu se présenter - 2004).

              elle arrive en quatrième position aux présidentielles de 1999 en obtenant 10,97 % des voix

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_socialiste_progressiste_d%27Ukraine


            • aks aks 8 mars 2014 18:26

              passer de 10% à 1% en 5 ans ça veut dire quelques choses non ?


            • eric 9 mars 2014 09:32

              On peut ajouter que cette dame dirige un des deux partis édifié sur les ruines du PCUS, qui a tente de se refaire un virginité en se rapprochant de l’Internationale Socialiste. c’est a dire qu’il y a 2 ans, elle fréquentait Hollande, Segolene, Ben Ali, Moubarak et Bagbo..


            • Jelena XCII 8 mars 2014 12:12

              Pour répondre au dernier paragraphe, vous vous êtes fait *baiser* par le résultat de la révolution orange (et pas qu’un peu) et malgré tout, vous recommencez pour remettre grosso-modo les mêmes au pouvoir.

              Quand c’est un gouvernement tendance pro-usa au pouvoir, vous ne bougez pas un doigt, quand c’est un gouvernement tendance pro-russe, vous sortez les pavés et les banderoles.

              Dire qu’il y a 30% de russophones en Ukraine, c’est une chose, dire qu’il y a 60% d’orthodoxes ça en est une autre. Ianoukovytch fut élu démocratiquement, mais vous ne l’avez pas supporté.

              Vous n’avez pas toujours pas compris qu’en cas d’indépendance, vous serez les gros perdants de l’histoire ? Soit... Continuez à faire la fête, mais gare à la gueule de bois.


              • aks aks 8 mars 2014 18:29

                on est plus gagnant à être dépendant qu’indépendant ? - qu’est ce que vous voulez que je vous réponde à ça ?


              • njama njama 8 mars 2014 13:35

                pour rester dans le fil du sujet « L’Ukraine vue de l’intérieur », sans se cantonner aux derniers événements politiques

                autre analyse de Natalia Vitrenko en 2005
                 

                International
                Le leader du Parti progressiste ukrainien qualifie d’ « aventure » les projets de Kiev d’adhérer à l’OTAN
                16:35 02/12/2005

                MOSCOU, 2 décembre - RIA Novosti. Mme Natalia Vitrenko, leader du Parti socialiste progressiste d’Ukraine, qualifie d’« aventure du pouvoir » les projets de Kiev d’adhérer à l’OTAN.

                « L’aventure qui consiste à entraîner l’Ukraine dans l’OTAN est le problème le plus aigu du pays », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse vendredi à RIA Novosti.

                En vertu de sa Constitution l’Ukraine est un pays hors blocs, a-t-elle rappelé. Pourtant le président en place, Viktor Youchtchenko, applique la politique du rapprochement de l’Ukraine avec l’Union européenne et l’OTAN.

                « Contrairement à la volonté du peuple - qui prône un rapprochement vers la Russie et la Biélorussie - le pouvoir fait tout pour arracher l’Ukraine à la Russie et en faire un membre de la communauté européenne. L’appartenance de l’Ukraine à l’OTAN signifie que l’Ukraine se transformera en un adversaire de la Russie », a souligné le leader du Parti socialiste progressiste.

                Mme Vitrenko a estimé que l« ’entraînement de l’Ukraine dans l’OTAN sera un bouleversement politique, économique et militaire ».

                Le Parti socialiste progressiste projette d’ouvrir à Moscou une représentation qui aurait pour mission de se pencher sur l’élaboration d’une stratégie de développement conjoint pour l’Ukraine et la Russie, a encore annoncé le leader du parti socialiste progressiste d’Ukraine.

                La représentation projette de se pencher sur la coopération des deux pays dans le Cadre de l’Espace économique unique et l’élaboration des projets tendant à augmenter l’afflux des investissements russes en Ukraine et ukrainiens en Russie, selon elle.
                http://fr.ria.ru/world/20051202/42294445.html

                Viktor Youchtchenko était semble-t-il plus docile à l’UE que Ianoukovitch ... qu’il fallait virer ?


                • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 8 mars 2014 13:39

                  Passons sur l’intro de l’article qui est très méprisante « Il y a 3 mois, les français associaient l’Ukraine avec le score 3-0 ». 66 millions d’abrutis, ça fait beaucoup...

                  et dites-nous par exemple ce que vous pensez de ça, parce que votre article sert essentiellement à dédouaner Svoboda et Secteur droit de certains propos et attitudes.

                  Sur la question du nationalisme ukrainien et de la langue, si vous souhaitez/voulez bien donner votre avis éclairé, en sortant un peu de l’actualité (et du « nazis-pas nazis »), et justifiez historiquement ce mouvement d’émancipation nationale en tant qu’Ukrainienne au regard de ces éléments par exemple.
                  http://edl.revues.org/315
                  Il s’agit vraiment d’une guerre des noms. Les Russes identifient les noms Rus’ et Russie, insistent sur le fait qu’à l’époque de la Rus’ kiévienne (IXe-XIIIe siècle) il n’existait que le peuple russe – russkij narod (avec deux lettres s), que dans les anciennes chroniques, les auteurs parlaient de la Russie et du peuple russe, que le Royaume Polono-Lituanien (XIVe-XVIIe siècle) fut peuplé par les Russes et enfin, que l’appartenance ethnique de la population de la Rus’ orientale (lors de la domination de l’Autriche-Hongrie au cours du XIXe siècle) ne fait aucun doute :

                  • 16 S. Rodin, Ximera, p. 393.

                  […] ils sont Russes, […] et c’est l’évidence même que ce peuple a toujours parlé russe jusqu’au moment où les « séparatistes ukrainiens » inventèrent une langue artficielle ukrainienne16.

                  • 17 Le mot « Ukraine » est relié étymologiquement à « kraj » ‘ extrémité ’, ‘ bord ’. (...)

                  22Les Ukrainiens persévèrent, de leur côté, à démontrer que le nom Rus’ et celui de l’Ukraine signifient tous les deux la terre ukrainienne. L’ethnonyme « Ukraine  », mentionné pour la première fois dans les Annales de Kiev du XIIe siècle, fut utilisé au début pour désigner le territoire frontalier de l’Ukraine17. Mais la guerre libératrice de B. Xmelnyckyj provoqua un changement de sens du nom « Ukraine » : 

                  • 18 D. Nalyvajko, Očyma Zahodu, p. 33.

                  […] extérieurement semblables, les termes Russie-Rus’, russe-russien mettaient en danger l’indépendance nationale de la population de l’ex-Het’mančyna (les terres des cosaques). Pour la partie du peuple ukrainien qui se trouvait sous le joug de Moscou, le changement de l’ethnonyme devint une nécessité historique primordiale. C’est en Ukraine orientale que le nouveau terme « Ukraine » commença à se répandre18.


                  • aks aks 8 mars 2014 18:46

                    « Personne ne connait rien de l’Ukraine », je ne trouve pas ça méprisant. c’est un constat. Je ne connais rien, p.e. de Belgique et de leur problématique wallon/flamand, je ne me sens pas plus abrutie pour ça. Mais quaund je dis que tout le monde a un avis - là je tacle un peu plus. Mais ne soyez pas trop susceptible, à force d’entendre tout et n’importe quoi un peu partout je deviens un peu nerveuse^^

                     le mot « dédouaner » n’est pas tout à fait juste, plutôt « démystifier ». Sinon tout à fait, l’article avait pour but de démystifier l’image des révolutionnaires et répondre d’un seul message à plusieurs articles d’agoravox et recadrer un peu les débats.

                    l’autre question n’est plus dans le sujet, il me faudra un peu de temps pour construire ma réponse.


                  • aks aks 13 mars 2014 09:20

                    J’ai pas eu le temps de « construire » ma réponse, mais je vais vous donner mon avis (en faisant abstraction du l’ironie de votre « éclairé »).

                    De point de vu des ukrainiens, le nom actuel de la Russie vient du nom « Rouss’ » qui désignait l’époque des Rouss’ de Kiev, rouss’ et ukrainien c’est la même chose - peuple venant des peuplades Poliany qui habitaient Kiev actuel.

                    Ukraine - ne veut pas du tout dire « bord » (comme prétendent certains historiens russes) mais vient du mot kraï (en ukrainien et russe Ukraine se dit Oukraïna) et kraï veut dire pays/terre/partie Les deux noms Oukraïna et Rouss’ s’utilisaient parallèlement depuis toujours.

                    la Russie actuelle s’appelle Russie par usurpation du nom tout simplement.

                    Déjà la création du « royaume de Moscou » commence par pillage de Kiev et de ses richesses, par André Bogolioubski. Bogolioubski qui est considéré comme un monstre en Ukraine, il était à l’origine d’affaiblissement et disparition ultérieur de l’état de Rouss’, il est nommé « saint » en Russie.

                    Ensuite le nom Russie a été donné officiellement à l’empire moscovite élargie par Pierre le 1er. Idée était de donner un nom connu par les occidentaux à son « royaume » pour améliorer son image. Il a choisi Russia, nom assez éloigné de Rouss’ (pour qu’on lui reproche pas l’usurpation) mais suffisamment proche pour l’oreille occidentale pour l’associer à une puissance économique (qu’était donc par le passé la Rouss’ de Kiev).

                    Ce ne sont donc pas les ukrainiens qui justifient leur émancipation, ce sont des russes qui doivent justifier le pillage et l’usurpation. Et ils le font en inventant plein de mythes et de fables.

                     


                  • njama njama 8 mars 2014 14:22

                    The snipers’ Maïdangate, saura-t-on bientôt la vérité ...

                    La Russie demande une enquête sur l’affaire des snipers à Kiev

                    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a demandé une enquête de l’OSCE sur les responsables de la mort, le mois dernier, de dizaines de personnes à Kiev, tuées dans des attaques de snipers, arguant qu’on ne pouvait continuer à « dissimuler » la vérité.

                    M.  Lavrov a tenu ces propos après la divulgation, cette semaine, d’une conversation téléphonique entre la représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et le chef de la diplomatie estonienne, au cours de laquelle celui-ci confie que l’opposition ukrainienne au président Viktor Ianoukovitch avait pu être impliquée dans ces attaques.

                    "Les dernières informations sur cette affaire de prétendus snipers ne peuvent plus être dissimulées", a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence de presse avec son homologue tadjik.

                    "Nous avons proposé que l’OSCE (l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) fasse une enquête objective sur cette affaire, et nous ferons en sorte que justice soit faite« a-t-il précisé.

                     »Il y a eu trop de mensonges, et qui ont été utilisés trop longtemps afin de diriger l’opinion publique européenne dans la mauvaise direction, allant à l’encontre des faits objectifs", a encore ajouté M. Lavrov.

                    Les pays occidentaux ont imputé à la police anti-émeute de Viktor Ianoukovitch, aujourd’hui destitué, la majorité des violences qui se sont soldées par des dizaines de morts en février à Kiev.

                    Néanmoins, la Russie a utilisé cette conversation téléphonique piratée, entre le chef de la diplomatie estonienne Urmas Paet et Catherine Ashton, pour étayer son argumentation voulant que le nouveau gouvernement ukrainien soit composé d’extrémistes dangereux.

                    La demande d’enquête de M. Lavrov indique que la Russie ne laissera pas tomber cette affaire.

                    http://www.lepoint.fr/monde/la-russie-demande-une-enquete-sur-l-affaire-des-snipers-a-kiev-08-03-2014-1798826_24.php

                    ça tombe bien puisque Ashton souhaitait aussi une enquête ainsi qu’elle le disait à Paet le MAF dans cette conversation : « I think we do want to investigate. I didn’t pick that up, that’s interesting. Gosh, »

                    et Paet disait ( à 8’25 dans l’enregistrement)que la nouvelle coalition ne veut pas enquêter : « and it is disturbing that the new coalition now don’t want to investigate  »

                    il est sûr que cette conversation Ashton / Paet met en cause toute la narrative sur les événements menant à la chute de Ianoukovitch, à Kiev, le 21 février.

                    Si Ianoukovitch avait ordonné cela, pourquoi les tueurs ont-ils visés et abattus des forces de police ? c’est absurde de penser qu’il l’aurait ordonné, car en le faisant c’était plus que de se tirer une balle dans le pied, c’était sa mort politique ou alors il est fou !



                    • epicure 9 mars 2014 03:06

                      Surtout que les principales vidéos de massacre par sniper sont centrées sur le même lieu, en bordure de boulevard en dessous d’un hôtel occupé par les euromaidans, et la vidéo prise côté hôtel montre bien que les tirs venaient de l’arrière , de l’hotel et non du côté de la police. Des gars accroupis derrière d’autres collègues par rapport à la police mais découverts par rapport à l’hotel se sont fait abattre comme des lapins.

                      Alors qu’à moins de 100 mètres du lieu du massacre un groupe s’est avancé jusqu’à une barricade tenue par la police, ça a pétaradé mais tous les manifestants sont revenus sur leurs deux jambes.

                      De plus il suffit de voir un reportage de la BBC (taper BBC sniper Ukraine dans votre navigateur préféré ), pour voir que le journaliste a repéré un sniper dans l’hôtel qui sert de quartier général aux insurgés, même qu’il se met à l’abri avec d’autres.

                      C’est sûr que l’honnêteté politique demande qu’il y ait une enquête sur les événements qui ont eu lieu en rapport avec les snipers.


                    • njama njama 9 mars 2014 10:27

                      le journaliste a repéré un sniper dans l’hôtel qui sert de quartier général aux insurgés,

                      exact, c’est ce qu’il dit vers 2’40

                      cette vidéo de la BBC a été mise en ligne le 21 février 2014

                      Ukraine Protests : ’Sniper’ fires from Ukraine media hotel - BBC News

                      Snipers were reported to have fired on protesters, and some armed demonstrators were also reported to be firing towards security forces. Reporting for Newsnight, Gabriel Gatehouse said he saw what looked like a protester shooting out of a window at the BBC’s Kiev base, the Ukraine Hotel.

                      http://www.youtube.com/watch?v=zQhuD4F1yJ0


                    • Robert GIL ROBERT GIL 8 mars 2014 15:53

                      c’est marrant, mais nos journalistes et nos politiques ne traitent pas de la meme façon les reac suivant qu’ils soient en france ou en ukraine...

                      voir INDIGNATION VARIABLE


                      • bluebeer bluebeer 8 mars 2014 16:52

                        Bonjour,

                        J’ai bien aimé votre article que j’ai trouvé sincère et éclairant sur la situation.

                        Sur d’autre forums j’ai soutenu ardemment le point de vue russe, car la manipulation occidentale de l’insurrection, avec son déferlement d’officiels et de représentants US et UE à Maidan, ainsi que le grotesque parti pris de nos médias occidentaux, sont tout simplement insupportables.

                        Votre article a le mérite de recentrer le débat sur les espoirs des Ukrainiens, soumis depuis très longtemps maintenant aux abus de pouvoir et aux pillages d’une nomenklatura politique et économique cynique et avide. Hélas, vous êtes un peu comme les Polonais d’avant-guerre, assez mal entourés.

                        A voir la composition du gouvernement de transition, j’ai bien peur que le processus de récupération ne soit déjà bien avancé. A terme, un scénario à la grecque est dans votre avenir européen me parait très plausible. Pour l’heure, tout le monde reste très gentil car il ne faudrait pas effaroucher le bon peuple ukrainien avant que la porte de la trappe ne soit solidement refermée.

                        Si vous arrivez à déjouer ces pièges et à tirer le meilleur parti de la rivalité de vos soupirants, alors peut-être pourrez-vous tirer correctement votre épingle du jeu. Mais pour ça, je pense bien qu’il va falloir également être capables de vous débarrasser de votre gouvernement provisoire.

                        N.B. Si je soutiens habituellement les positions russes, ce n’est pas parce que j’ai inversé la géolocalisation habituelle du vice et de la vertu. Simplement, pour l’heure, les Russes plaident pour l’existence d’entités nationales souveraines (c’est ironique au vu des circonstances, je sais) alors que les occidentaux militent pour une globalisation et l’effacement des nations (avec le projet pour leur oligarchie et pour leurs élites de conserver le contrôle et la suprématie sur cette planète globalisée).


                        • aks aks 9 mars 2014 17:38

                          Faut être honnête, les chances de déjouer les pièges sont minces. Mais je préfère être optimiste (et me tromper que d’être pessimiste et avoir raison).

                          Je vois très bien, que c’est principalement la présentation occidentale grotesque de l’insurrection provoque l’hostilité envers les ukrainiens et leur révoltes. Le but de l’article était, en effet, de recadrer un peu.


                        • nouche 8 mars 2014 16:54

                          sauf erreur de ma part, a Paris nous n’avons pas renommer la rue de la paix, en rue des guerriers de la Nachtigall, nom d’un bataillon SS
                          sauf erreur de ma part, en France nous ne faisons pas de defiles, soutenus par les autorites en place, au flambeau, pour celebrer la memoire d’anciens nazis
                          sauf erreur de ma part, en France, nous ne defilons pas en nombre pour celebrer la creation d’une division SS qui a ete connue pour ses crimes de guerre
                          sauf erreur de ma part, le FN n’a pas les postes de ministre de la defense, ecologie, agriculture, procureur general, securite interieure

                          allez donc lire le billet que j’ai ecris, qui montre les faits :
                          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nouveau-gouvernement-de-kiev-qui-148868


                          • aks aks 8 mars 2014 19:05

                            J’avais lu votre article et le mien était en partie la réponse au votre et à aux questions que vous me posez ici. Toute la partie où j’explique la différence de l’ Histoire d’Ukraine et de France, la compréhension de 2ème guerre mondiale, des raisons de collaborationnisme, le non-sens de néonazisme en ukraine répond à vos questions. Précision SS Galice ne fait objet d’aucune accusation des crimes de guerres à aujourd’hui.

                            sinon dans votre article il y a plein d’erreurs, notamment sur Pravy Sektor. Notamement celle ci « Je combattrai les communistes, les Juifs et les Russes jusqu’à la mort ! »

                            j’ai regardé la vidéo plusieurs fois j’ai pas entendu où il le dit. Dites moi où c’est exactement.

                            Et sur le drapeau rouge et noir - il vient pas de pravy sector, mais de Bandera.

                             


                          • nouche 8 mars 2014 19:39

                            A propos de la Division SS Galicie, c’est faux, elle fait l’objet de nombreuses accusations et temoignages. Les anglais ont protege les SS de cette division a la sortie de la guerre, et les ont accueuilli, 7100 SS.
                            Je vous conseille de regarder ce documentaire sur le sujet, avec des temoins directs :
                            http://www.youtube.com/watch?v=guziIIutKEE

                            Pravy Sektor, Aleksandr Muzychko
                            http://www.youtube.com/watch?v=d2QU0iaqkCU

                            j’ai un service a vous demander  : pouvez vous m aider a traduire ce que dit ce pretre, qui parle devant de jeunes ukrainiens :
                            http://www.youtube.com/watch?v=OXUXDcLamrM


                          • nouche 8 mars 2014 19:50

                            quand aux drapeaux, Pravy Sektor a repris celui de l’UPA et y a ajoute son blason.
                            Les deux sont donc similaires, et joyeusement melanges dans les esprits et manifestations. Le rouge et le noir est leur code. Meme leur leader revendique l’heritage de l’UPA
                            http://www.naharnet.com/stories/en/121669-ukraine-far-right-group-unveils-presidential-bid
                            http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7onBw-s3xoM

                            dans cette video, on voit bien le logo du parti social nationaliste, qui s’appelle Svoboda maintenant, comme quoi le jour ils utilisent un logo, la nuit un autre
                            http://www.youtube.com/watch?v=3yyEwRujBrM


                          • njama njama 8 mars 2014 23:16

                            @ nouche

                            cette vidéo qui date de 2010 a été signalée dans un article du Réseau Voltaire (« Des organisations nazies font irruption sur la scène européenne »)

                            extrait de l’article du RV :
                            Depuis 1990, les Uniates ont bénéficié du soutien discret des nouvelles autorités de Kiev, redevenues indépendantes depuis peu. Pour affaiblir l’influence de la Russie, la tactique suivie a été l’occupation brutale des églises orthodoxes rattachées officiellement au Patriarcat de Moscou. L’appel à la pénitence et à la paix est bien la dernière chose qui ait été prêchée dans les églises investies et contrôlées par les Uniates durant toutes ces années. Bien au contraire, ce sont des appels à la croisade contre les orthodoxes qui ont été lancés, encourageant et justifiant les agressions racistes, et même les assassinats. Y a-t-il, là, la moindre différence avec les harangues des prêcheurs djihadistes radicaux qui se réclament sans vergogne de l’islam ? Pour le savoir, il suffit d’assister à l’un des sermons de Mikhaïlo Arsenych, le curé d’une église uniate de la région d’Ivano-Frankovsk, et de l’écouter prêcher : « À présent, nous sommes prêts pour la révolution. Les seules méthodes de combat efficaces sont l’assassinat et la terreur ! ... Nous voulons être sûrs que pas un Chinois, pas un Nègre, pas un Juif, ni un Moscovite ne viendra demain confisquer notre terre ».

                            en note > [1] L’Église Uniate est une église grecque-catholique de rite oriental, rattachée à Rome en 1596. Elle a été accusée de collaboration avec les forces du IIIe Reich pendant la Seconde Guerre mondiale, et ses évêques ont été incarcérés et condamnés aux travaux forcés en 1945 par les autorités soviétiques. En 1946, le clergé uniate a été intégré de force dans l’Église orthodoxe. Les liens avec Rome ont été rétablis en 1989, pendant le pontificat de Jean Paul II.

                            la vidéo sous-titrée en anglais
                            Greek Catholic (Uniate) Clergyman in Ukraine calls to kick out Blacks, Jews and Russians
                            http://www.youtube.com/watch?v=C5EXdbzIDEk

                            à 0’38 il dit « the right way to communicate with the ennemies is to fire at them »
                            et après il appelle à pendre haut court tous les communistes
                            « We’ll send all communists to the gallows-tree in our forest ! »

                            bref ce genre de curé ne vaut pas mieux que les fous qui appellent au djihad.


                          • njama njama 8 mars 2014 23:21

                            Les résultats de pareil endoctrinement ne se sont pas fait attendre longtemps. Plusieurs centres d’entraînement de l’Otan ont été ouverts en 2004, dans les territoires des États Baltes, pour la formation des militants nationalistes extrémistes ukrainiens. On peut consulter ici :
                            http://varjag-2007.livejournal.com/5599918.html
                             - (textes originaux en russe) le reportage photographique, effectué en 2006, sur un cours de formation aux techniques de l’action subversive, suivi par un groupe ukrainien, dans un centre d’entraînement de l’Otan, en Estonie.

                            dans ces photos prises sous la direction d’instructeurs militaires de l’OTAN sur le territoire de l’Estonie à l’été 2006, outre les drapeaux GB et US, on peut apercevoir ceux de l’Estonie, de la Finlande, de la Lituanie (jaune-vert-rouge)

                            à quelles fins ces « jeunes » étaient-ils formés en 2006 ?

                            faut-il s’étonner après de délires du genre de ceux de Breivik ...


                          • aks aks 9 mars 2014 17:29

                            SS Galicie a été accusée des crimes de guerres, et après l’enquête aucune charge n’a été retenu. Que certains sont persuadés de leur implications des massacres des polonais ou juifs - je comprends, je ne nie pas, ils ont leurs raisons, mais en tous cas il y a aucune accusation « officielle » et les vétérans de cette division ont toujours niés une implications quelconque. Tout le monde a nié, vous allez me dire. Peut être, mais en tous cas quand certains mouvements célèbrent la mémoire des vétérans de cette division, ce n’est pas pour la collaboration nazi, mais pour la résistance contre l’occupant de l’Ukraine- l’armée rouge, en tant que vétérans de la guerre. D’ailleurs, les vétérans de cette division ont obtenu une retraite spéciale en 2013, quand Yanoukovitch était au pouvoir. Vous vouez, les choses ne sont pas si simples. 

                            J’aurai pas du citer SS Galicie de cette façon dans l’article, ça porte confusion.

                            Sur votre lien sur Secteur Droit http://www.youtube.com/watch?v=d2QU... Avant tout, que les choses soient claires, je ne cautionne aucune violence ni verbale ni physique. Comme leur nom indique, ils sont nationalistes radicaux et sont largement critiquables sur le plan étique. Quand en début de l’interview il dit qu’il est descendant des résistants tous tués par exécution par les russes en Sibérie, et que tant qu’il est vivant il luttera contre les communistes, juifs et russes les termes n’ont pas de sens ethniques ou idéologique , ça reste toutefois très condamnable. Ensuite, lors de sa longue intervention où il montre les armes, il s’agit d’une réunion après le renversement du gouvernement, la réunion avec des nouveaux au pouvoir et ex-opposant. Son discours est dirigé surtout contre ces ex-opposant. En gros il fait savoir que ce n’est pas parce que l’ancien président est renversé que les nouveaux vont faire ce qu’ils veulent, partager les chaises ministérielles libres et faire leurs lois. Il leur rappelle que les leaders d’opposition n’étaient pas au combat, qu’ils venaient dire 2-3 phrases encourageantes sur la scène et se barraient dans leur Mercedes dans leurs villas chaudes, et que ce sont « ses » garçons qui sont morts au combat, donc c’est pas à eux de décider maintenant, que tant que l’ordre ne règne pas dans le pays - la police et les tribunaux libres et non corrompus - personne ne l’obligera rendre les armes. Les deux scènes où il distribue des baffes, le contexte n’est pas explicite, mais il reproche au « jeune » de couvrir le procureur et l’avoir laissé filer.

                            la vidéo que vous citez http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7onBw-s3xoM résume très bien selon moi leurs convictions.

                            La vidéo du prêtre date il semblerait de 2010 (selon les commentaires), mais je ne sais pas où ni dans quel contexte. Il s’agit d’un prêtre possédé qui appelle à la violence. Selon lui, on ne peut pas construire un état sein dans un environnement mal sein, la solution serait de tout raser, de massacrer tout le monde pour reconstruire un pays neuf et qu’il faut que chacun participe, laisse de côté sa peur et y aille. c’est ça son message ne gros, + 2-3 déclarations xénophobes. Vous vouliez connaitre le sens global ou mot à mot de toute la déclaration ?

                            Drapeau rouge/noir est un bien un drapeau officiel du parti de Bandera. http://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%A4%D0%B0%D0%B9%D0%BB:OUN-r_Flag_1941.svg 

                            Parti Svoboda, ils sont au pouvoir « provisoire » jusqu’à 25 mai. Ils y sont pour les mêmes raisons que Secteur Droit - ce sont leurs hommes qui ont le plus souffert/morts lors des affrontements. Et non pour leurs idées. Ils ne vont pas mettre en place les points du programme de leur parti puisqu’ils ne sont pas au pouvoir pour ça.


                          • tatiana russe 8 mars 2014 17:34

                            A plusieurs reprises le pro-russe Pavel Gubaryov a organisé l’assaut de la mairie de Donetsk, le fief de Yanukovitch : une ville qui est sensée d’être acquise à Poutine car les habitants sont majoritairement russes...

                            Qui est cet homme qui essaye de transformer Donetsk en deuxième Crimée ?

                            • filo... 8 mars 2014 19:20

                              @auteur
                              Par qui la révolution a été faite et pourquoi ?

                              Dans ce chapitre les statistique sont fournit par BHL, n’est pas ?

                              Bravo !


                              • tf1Groupie 8 mars 2014 22:02

                                On n’est pas sur Agoravox pour dire la vérité, ça ce saurait ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

aks

aks
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès