Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sarközy, un gamin de 10 ans ?

Sarközy, un gamin de 10 ans ?

Le 21 décembre, la chaine franco-allemande ARTE va diffuser un documentaire passionnant : « Portrait d’un inconnu, Nicolas Sarközy » qui permet de constater de quelle façon, l’autocrate président est analysé par les journalistes politologues des plus grands journaux mondiaux.

Dans ce documentaire, la France de Sarko est passé à la moulinette, et, de l’Elysée qui fonctionne comme une cour royale, plus absolue comme république monarchique que l’Angleterre, à la nomination du « prince jean » tellement invraisemblable que la rédaction du Journal Chinois « Wen Hui Bao » a cru longtemps qu’il s’agissait d’un hoax, ou d’un coup tordu monté par l’opposition, ces journalistes du monde entier s’étonnent de cette cour Elyséenne où tout le monde dit « oui et amen  » même si elle sait que le pays fonce dans le mur.

Ils constatent que le Chef de l’Etat français est brouillon, agité, imperméable aux subtilités de la vie politique, plus doué en paroles qu’en actes, gérant la France au jour le jour, dont « les idées partent dans tous les sens et varient en fonction des évènements du jour  ».

Ce président est-il, comme le disait Poivre d’Arvor, comme un petit garçon dans la cour des grands ? Ce qui lui a valu, on s’en souvient, la perte de sa place au journal télévisé. lien

Entre John Lichfield, du journal britannique « The Indépendant » et Joëlle Meskens du journal Belge « le soir », en passant par Jean Philippe Schaller, de la télévision suisse romande, Octavi Marti, du journal espagnol « el Pais », Alberto Romagnoli de la RAI, Zheng Ruolin, du quotidien chinois « Wen Hui Bao », Charles Bremner, du « Times », Angela Charlton, de l’ATPN, ou Stephan Merseburger journaliste allemand, et d’autres, on ne peut que remarquer leur convergence d’analyse.

Accablante.

Ce qui surprend, c’est qu’on a l’impression qu’il fait le contraire de ce qu’il prétend : «  Je ne veux pas le pouvoir pour le pouvoir (…) Je vais donc réhabiliter le travail, l’autorité, la morale, le respect, le mérite (…) Je vais remettre à l’honneur la nation, l’identité nationale, et rendre aux français la fierté de la France (…) Je vous promets de dire la vérité, etc.  »

C’est John Lichfield qui ouvre le bal en déclarant : « lorsque j’ai pu le rencontrer afin de l’interviewer, j’ai eu l’impression de parler à un gamin de dix ans (…) J’ai commencé à avoir des doutes (…) Ses idées n’étaient pas très claires  ».

Lorsque, très tôt au début de son mandat, il s’est rendu en Afrique, il a réussi à se mettre à dos quasi tout le continent africain, ne réalisant que trop tard la gaffe commise en déclarant : « l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’histoire ».

 Comme le dit Marie-Roger Biloa, de l’Africa International, à partir de là il est apparu comme « un ennemi de l’Afrique, quelqu’un qui n’a que du mépris pour ce continent et qui considère l’Afrique comme une nuisance et non pas comme une opportunité ».

Rien de surprenant que le documentaire montre un manifestant africain brandissant une pancarte évoquant à coté du nom présidentiel le mot cher à Cambronne. (sur la vidéo à 10’19’’)

Stefan Simons, du « Spiegel » pense que « Sarközy réagit au jour le jour », mettant aux oubliettes le principe de « gouverner c’est prévoir (…) Il ne s’est rendu compte qu’après avoir prononcé cette phrase qu’il avait dit une connerie ».

Pour Charles Bremner du « Times » : «  Il ne s’ennuie pas de grands principes philosophiques, il dit les choses un peu comme des slogans et il n’a pas beaucoup réfléchi sur les conséquences de sa phrase ».

Quant à Angela Charlton, de l’ATPN, elle reconnait : « quand je lis mes articles de l’époque, j’ai un peu honte de voir ma naïveté ».

Lichfield déclare « une fois élu, Sarközy a donné l’impression qu’il prenait des initiatives, mais dans le désordre, sans aucune cohérence, je pense qu’il s’est égaré dès le début ».

« Il n’avait pas compris ce que c’est que d’être président, il a déçu les français dès son élection  » ajoute Jean Philippe Schaller de la Télévision Suisse Romande, continuant « le yacht de Bolloré, les lunettes, le bling bling, la Rolex, La fête au Fouquet’s, les français attendaient autre chose (…) c’était quand même le président du pouvoir d’achat, du travailler plus pour gagner plus, et les gens voyaient surtout les cadeaux faits aux riches, le bouclier fiscal… ».

Steven Erlanger, (New York Times) : «  les français n’aiment pas qu’on leur parle d’argent, ils n’aiment pas les gens riches, ni qu’ils étalent leur fortune (…) je pense que ça les dégoûte, ils n’aiment pas les yachts, ni voir leur président évoluer dans ce milieu  »,

Joëlle Neskens du quotidien belge « Le Soir », «  l’homme qu’on attendait s’est révélé très tôt ne pas être celui là (…)une tromperie amoureuse   ».

Et puis il y a eu le discours de Latran, avec sa célèbre phrase : « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur, le curé.. (…) les racines de la France sont essentiellement chrétiennes »

Pour Joav Toker, de la télévision israélienne « le discours qu’il avait prononcé frôlait des limites particulièrement porteuses de problématique dans l’histoire française dans le rapport état-religion  ».

Puis invité au Vatican, Sarközy se permit d’arriver en retard, « du jamais vu » d’après le journaliste italien Alberto Romagnoli, et John Lichfield de continuer « pendant le discours du pape, il envoyait des messages avec son portable, tout ça a fait du tort à Sarközy, il n’a jamais pris sa fonction au sérieux, il s’est cru plus important que sa fonction de Président ».

Charles Bremner approuve : « c’est un homme qui ne se maitrise pas, qui ne se comporte pas avec dignité », idem pour Jean Philippe Schaller qui déclare « de temps en temps il pète les plombs  », le « casse toi pauv’con » en est la parfaite illustration.

« C’était tellement dans le réflexe que oui, pour une fois, on voyait sa vrai personnalité » conclut Stéphane Merseburger.

« Les français ont vite compris que Sarközy n’était pas l’un des leurs, il voulait se présenter comme un homme du peuple, et il ne l’est pas, il n’est jamais sorti de Paris et de Neuilly » ajoute John Lichfield.

Jean-Philippe Schaller : « C’était soi disant un génie, un stratège, en fait il était toujours un pas en arrière, courant après cette France qui lui échappait  ».

John Lichfield  : « Le plus intéressant, c’est la brutalité de sa chute, sa cote de popularité, au début de l’été 2007 (…) était à un niveau record près de 70% et il a perdu 40% de sympathisants en moins d’un an, une chute incroyable, une baisse de popularité jamais vue dans toute l’histoire de France, et il n’est jamais remonté dans les sondages  ».

Et puis il y a l’étalage de sa vie privé, un véritable « Soap Opéra », Dallas, du spectacle, Shakespeare tous les soirs, « le bruit et la fureur  »… dixit Schaller.

« Carla et moi, c’est du sérieux, la phrase historique, quel moment » se souvient Alberto Romagnoli, continuant : « réunir 600 journalistes du monde entier, avec des caméras et tout ça pour leur dire : Carla et moi, c’est du sérieux ! »

Schaller de la TV suisse de conclure : « ça m’avait semblé hallucinant (…) en gros, on était les témoins de mariage du Président » ce qui pour Charles Bremner « était un peu enfantin, de se comporter comme ça, et à partir de ce moment là, on lui a donné moins de crédit ».

Les journalistes s’étonnent aussi du contrôle quasi complet que Sarközy exerce sur les médias français.

Comme le dit Lichfield « que Sarközy puisse utiliser ses liens avec ses amis riches pour influencer les médias qu’ils possèdent, c’est fou ! Ce serait impossible dans n’importe quel pays, mais en France, ça semble presque normal », « il se mêle des nominations dans les rédactions, il est dans la séduction permanente  » confirme Schaller, et Lichfield d’ajouter : « quand il est face à un journaliste de télévision, je suis gêné pour ce dernier qui a tant de déférence envers lui ».

Pour ces raisons, il craint la presse étrangère, et comme le dit Angela Charlton : « dès qu’on parle, on a un accent, dès qu’il comprend que c’est un étranger, ça se voit sur son visage, il se ferme » ce que confirme Steven Erlanger au sujet des journalistes étrangers : « il ne les aime pas, il les voit comme un danger pour lui (…) capable de quitter impoliment une interview quand une question le dérange  ».

D’après ce même Erlanger, il est jaloux d’Obama, élu juste après lui, puisqu’on a cessé de parler de lui pour s’intéresser au président Américain, d’autant que malgré les efforts désespérés que notre autocrate présidentiel fait pour s’attirer l’amitié d’Obama, celui-ci ne cesse de lui faire comprendre la distance qu’il y a entre eux, ce qui, d’après le journaliste, « le rend fou furieux. »

Tout est là : Sarközy voudrait qu’on l’aime, alors qu’Obama s’en moque.

Alors qu’Alberto Romagnoli assure que « les français y ont cru une fois, 2 fois sera plus difficile  » il laisse le mot de la fin à John Lichfield qui pense que : « Sarközy est capable de tout pour garder le pouvoir ».

Comme dit mon vieil ami africain : « il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l’obscurité ».

Le film complet est sur ce lien

l'image illustrant l'article provient de "kamizole.blog.lemonde.fr"

Merci à Corinne Py pour son aide efficace

Olivier Cabanel

Articles anciens

Sarközi, présidandidat

Quand Sarkomence

Les saigneurs de la République

Garçon ! L’addition !

Les folies de Mr Blabla

L’orchestre jouait une valse

Allo, j’écoute

Nous étions au bord du gouffre…

Main basse sur la République

Une Ripoublique irréprochable

La stratégie du toc

Les vessies pour des lanternes

Sarko, le pompier pyromane

Apprenez le « parler creux »

L’Attila de la République

Un bonimenteur

Sarko…verdose

Pourquoi Sarközi a perdu

La France et Sarközi divorcent


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (112 votes)




Réagissez à l'article

269 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 21 décembre 2011 09:42

    Propos très juste issu de la presse étrangère 

    A quand une prise de conscience dans les médias et la presse Française , peut-être quand la défaite en 2012 sera établi ...courage méritoire de nos médias ........

    Philippe

    • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 10:41

      devphil

      oui, c’est aussi le sentiment que j’ai eu,
      cette convergence de pensée émise par ces grands journalistes, aux 4 coins du monde est vraiment impressionnante,
      merci de ce commentaire


    • spartacus1 spartacus1 21 décembre 2011 12:00

      Les propos de la presse étrangère sont justes parce que cette presse est bien plus libre que la presse française.

      Selon RSF, la France a un piètre classement en ce qui concerne la liberté de la presse 44 / 178 (http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2010,1034.html), et, d’année en année, la liberté de la presse recule en France.
      Des pays comme la Papouasie, la Tanzanie, le Mali, le Surinam, ..., ont une presse plus libre que la presse française.

      Les pays scandinaves (sauf le Danemark), l’Islande, la Finlande, la Suisse sont des pays où la liberté de la presse est effective.
      Ces pays sont aussi ceux qui ont le moins de corruption (http://www.transparence-france.org/ewb_pages/div/Indice_de_Perception_de_la_Corruption_2010.ph p). De nouveau, le score de la France est pitoyable (25 / 178) et le niveau de corruption augmente d’année en année.Des pays comme le Qatar, le Chili, l’Uruguay, ... sont moins gangrené par la corruption que la France.

      Les pays avec une presse libre, peu de corruption sont également ceux qui ont un développement harmonieux.

      C’est évident : liberté de la presse et corruption ne font pas bon ménage et la corruption n’apporte pas vraiment les conditions d’un développement optimal.

      La France est vraiment mal barrée, la situation empire de plus en plus, on dit merci qui ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 13:24

      spartacus

      je partage la globalité de ce commentaire,
      avec mes remerciements.
       smiley

    • MILAREPA 21 décembre 2011 14:45

      Article intéressant monsieur Cabanel.
      Puisse t’il partir loin de france l’année prochaine(je mets une minuscule à france car depuis 2007 nous sommes un tout petit pays).


    • olivier cabanel olivier cabanel 23 décembre 2011 09:02

      Milarepa

      c’est vrai que nous sommes en train de devenir quasi un « pays du tiers monde »
      merci de votre commentaire

    • JL JL1 21 décembre 2011 09:44

      Bonjour Olivier Cabanel,

      j’ai beaucoup aimé lire tout ça qui confirme tout haut ce que je pensais tout bas, depuis déjà bien plus de 5 ans.

      Je crois que Les guignols de l’info nous ont amusé, lors de la guerre d’Irak, souvenez vous, avec ce pantin qu’ils avaient choisi pour présider le pays. Je ne peux m’empêcher de penser qu’ils ont de la même façon, fait élire ’Sarkozy l’américain’.

      Trop de voix aujourd’hui en France se font entendre qui rendent sinon improbable, du moins perdante d’avance, une nouvelle candidature du bonhomme pour un deuxième mandat.

      Alors, de deux choses l’une : ou bien il se présente quand même ; et il sera battu.

      Ou bien il ne se présente pas ; et ce sera encore plus gros que la chute de DSK, puisque ce ce sera l’éclatement de l’UMP.


      • mrdawson 21 décembre 2011 10:01

        Je ne sais pas, il est tout de même assez haut dans les sondages. Beaucoup trop haut d’ailleurs par rapport à tout ce qu’il nous a fait ces 5 dernières années.
        Il y a un rapport étrange entre l’opinion publique française et Sarkozy, il est encore pris au sérieux par tout une part de la population malgré un mandat cumulant le ridicule, l’iniquité, l’injustice, l’incompétence et très probablement l’illégalité.
        Je n’ai pas de doute qu’à moins de se retrouver à un duel Sarkozy vs. extrême droite ou gauche au deuxième tour il se fasse jeter. Mais rien que le fait qu’il puisse accéder au deuxième tour parait hallucinant...
        Merci à l’auteur pour l’info sur le film, très intéressant. Si seulement il pouvait être largement diffusé...


      • JC (Exether) 21 décembre 2011 10:12

        Je trouve aussi que les guignols fabriquent leur personnages plutôt qu’ils n’en font la caricature, et cela influence probablement le choix des Français. C’est notamment pour cela qu’ils ont arrêté de me faire rire. Ils participent à la mise en coupe réglée des médias Français.

        Il ne faut pas s’étonner que nombreux soient ceux qui comptent encore voter Sarkozy, faites donc un exercice : lecture obligatoire et exclusive du Figaro pendant une semaine, vous comprendrez mieux leur vision (certes biaisée) des choses.


      • JL JL1 21 décembre 2011 10:30

        Je ne crois pas que ce sont les électeurs de Sarkozy qui le laisseront tomber : je crois plutôt que ce sont ses ’amis’. Au Figaro, ils sont capables de changer de monture quand ils veulent.

        nb. Je n’ai pas besoin de lire ou écouter les grands médias : j’ai des amis qui ne s’informent que là, et j’ai renoncé à leur faire changer d’avis depuis belle lurette.

        Pour eux, s’ils me lisent :

         smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 10:43

        JL

        le problèmes, c’est que si Hollande continue d’accumuler les dérapages, il nous fait courir le risque d’un nouveau « 2002 »
        et entre sarkozy et lepen, je crains que les français citoyens prèfèrent aller à la peche, ou votent blanc, avec les conséquences que l’on imagine.
        merci de votre commentaire.

      • JL JL1 21 décembre 2011 10:50

        OC,

        je me demande comment vous pouvez craindre un deuxième tour NS vs MLP et dans le même temps écrire ce que vous écrivez concernant Sarkozy.


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 13:21

        JL

        on n’est jamais à l’abri d’une surprise, comme disait ma vieille grand mère,
        et puis, si Hollande continue d’accumuler les bourdes en dénonçant des accords que son parti a pourtant signé, 
        si Bayrou continue sa progression
        si MLP arrive a faire croire aux français que son parti n’est pas un parti raciste, voire plus,
        aucun scénario n’est à écarter.
        NON ?

      • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 13:23

        mrdawson

        merci de ce commentaire que j’apprécie et partage
        au sujet du film, il ne tient qu’à nous, internautes citoyens, de le diffuser à un plus grand nombre, d’autant que j’ai donné le lien pour le film intégral dans mon article.

      • appoline appoline 21 décembre 2011 19:34

        Quel triste sire notre nain de jardin. Je vais regarder cette émission et j’espère que la presse française va se faire recadrer sévèrement ; mais vous savez aussi bien que moi que si ce voyou peut déboulonner un PPDA, ses collègues ne doivent pas en mener large.


        Quant au vote de 2012 ; le problème est qu’il n’y a personne en face à gauche, rien et là, cela devient problèmatique, sans contre pouvoir nous sommes très mal partis

      • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 20:13

        appoline

        personne en face ?
        Joly, Melanchon, c’est quand meme pas mal...non ?
        allez, on y croit.
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 23 décembre 2011 09:09

        mrdawson

        c’est vrai qu’il est à 25%, ce qui me parait énorme.
        alors que Hollande est à 29,
        mais dans un autre sondage (opinion way) il n’y a que 3 petits points qui les séparent
        sarko à 24% et Hollande 27%
        par contre Bayrou est montéà 14%
        et si mélanchon n’est qu’à 7,5%, eva Joly à 4%, beaucoup de choses peuvent changer d’ici avril.
        merci de votre commentaire. 

      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 décembre 2011 09:57

        Salut Olivier.

        Le documentaire semble passionnant. Par contre je me disais que dix ans, pour Sarko, ça faisait beaucoup. Ben oui, normalement à cet âge-là les enfants sont propres.

         smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 10:44

          bonjour Peachy

          très drôle,
          je partage.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 10:47

          Muriel

          je crois que les libyens ont largement été dupes,
          d’ailleurs dans le film d’arte (je n’ai pas pu évoquer tout le film) les journalistes expliquent les raisons logiques de l’intervention de sarkozi en libye.
          il s’est tellement planté sur le printemps arabe, qu’il fallait qu’il réagisse, et il a pris tout le monde de vitesse, se débarrassant du coup d’un « ami encombrant » puisque Kadhafi prétendait avoir financé la campagne de sarko...
          est-ce que l’on saura un jour la vérité ?
          merci de votre commentaire

        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 décembre 2011 22:25

          Je viens de voir le documentaire sur Arte, c’est exactement ce que j’attendais depuis cinq ans. Enfin un véritable travail journalistique. Nos larbins nationaux devraient en prendre de la graine.

          Olivier, merci encore pour cette alerte. J’invite d’ailleurs tout le monde à acheter ou à télécharger le doc pour le diffuser.

          Gravez-le et offrez-le à Noël autour de vous.


        • Pie 3,14 21 décembre 2011 22:35

          Tout à fait d’accord avec vous, très bon documentaire, un regard cruel qui confirme ce que je pense depuis 5 ans, à savoir que ce type n’aurait jamais dû avoir le job.


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 22 décembre 2011 00:43

          Salut Orion.

          Tu as raison, il ne vaut mieux pas montrer cette chose aux enfants. Ils vont avoir des cauchemars.

          Voici le lien pour le revoir en intégralité sur le site d’Arte : http://videos.arte.tv/fr/videos/looking_for_nicolas_sarkozy-6273024.html


        • Defrance Defrance 22 décembre 2011 09:35

           Bonjour Peachy, 

               Je penche plutôt pour des dégâts dus a l’abus d’alcool dans sa jeunesse dont il a cardé des séquelles incurables ? ( il ne boit plus que de l’eau ferrugineuse ! ) 


        • olivier cabanel olivier cabanel 23 décembre 2011 09:13

          Pie

          le problème, c’est que maintenant qu’il a gouté au pouvoir, il a envie de le garder.
          comme disait l’un des journalistes dans le reportage :
          « pour sarkozy, perdre les élections serait extrèmement traumatisant sur le plan personnel, plus que politique, ce serait une humiliation personnelle »


        • Gabriel Gabriel 21 décembre 2011 10:11

          Bonjour Olivier,

          La versatilité d’une majorité d’électeurs est fonction des émissions télé. Quand on sait que notre cher leader à noyauté 90% des média, de la justice et de la police, qu’il se sert de sa fonction présidentielle pour faire ses meeting de campagne, qu’il dépense des fortunes pour façonner les sondages, attention à ce que l’on en reprenne pas pour 5 ans ! Autrement je suis d’accord avec Peachy, à 10 ans un enfant est propre … 


          • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 10:48

            Gabriel

            je partage totalement tes craintes,
            enfin, nous verrons bien si les français seront dupes deux fois ?
             smiley

          • colza 21 décembre 2011 17:57

            Bonjour,

            Je ne vais bien sûr pas manquer ce reportage sur Arte.
            Je voudrais signaler un article de 20mn dont j’extrais ceci :
            « L’entrée en vigueur de la prohibition du port du voile intégral, l’interdiction des prières dans la rue et celle du Bisphénol sont trois des mesures prises en 2011 les plus applaudies par les Français, »
            Qui me semble terriblement inquiétant tant ce qu’il révèle de l’état d’esprit de beaucoup de français est favorable au FN et aux plus extrêmistes des UMP.
            Hollande aurait tort de vendre la peau de l’ours avant qu’il ne soit à terre.

          • olivier cabanel olivier cabanel 23 décembre 2011 09:16

            colza

            merci pour toutes ces infos, et pour votre commentaire.
            comme vous le dites, Hollande ne devrait pas vendre la peau de l’ours trop tôt.
            marine le pen est donné à 20% !!!
             smiley

          • Scual 21 décembre 2011 10:12

            Le plus important la chose la plus pertinente et qu’il ne faut surtout pas oublier c’est la dernière citation :

            « Sarközy est capable de tout pour garder le pouvoir ».

            Méfions nous. Il est tellement capable de tout, que j’ai peur... non pas qu’il soit réélu, j’ai peur des actes qu’il pourrait commettre pour « orienter » l’histoire à son profit.


            • olivier cabanel olivier cabanel 21 décembre 2011 10:49

              Scual

              je partage totalement
              je pense la même chose depuis longtemps
              j’en ai d’ailleurs fait un article...
              merci du commentaire.
               smiley

            • yannos99 21 décembre 2011 17:21


              Effectivement, il ma fait également peur dans la série « Martin Sheen / The Dead Zone et le fou de Président qui appuiera sur le bouton façon Docteur Folamour... »


            • Defrance Defrance 22 décembre 2011 10:08

               C’est vrai, il peut être tenté par un remake « a l’voirienne » mais là il risque le TPI ? 


            • Scual 22 décembre 2011 12:01

              Ben quand on voit que dans un pays où la presse est moins maitrisée qu’en France, un certain GWB se promène en toute liberté et profite de ses milliards sans le moindre soucis, on se dit que Sarkozy peut quasiment faire ce qu’il veut.

              Moi je sais pas pourquoi mais je trouve que ça sent l’attentat terroriste...


            • L'enfoiré L’enfoiré 21 décembre 2011 10:13

              Salut Olivier,
               L’émission a été diffusée chez nous depuis plus d’une semaine.
               Je ne peux que la conseiller. Je l’ai enregistrée.
               Elle montre vraiment comment on analyse la situation à l’extérieur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès