Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Syrie : Alep ou l’indignation sélective. Les USA menacent ouvertement (...)

Syrie : Alep ou l’indignation sélective. Les USA menacent ouvertement la Russie !

 L’armée républicaine syrienne a lancé une offensive pour libérer la partie d’Alep occupée par des milices islamistes affiliée à Al Qaida. Deux millions de citoyens vivent encore à Alep, d’immense majorité – 1 725 000 – se trouvant dans les quartiers contrôlés par l’État et frappés par les attaques des terroristes soutenus par les USA ou la France et 275 000 à Alep est, contrôlée par le Front al-Nosra et ses alliés.

Cette offensive intervient après que le cessez le feu tenté par la Syrie le 9 septembre n’a pas tenu. En effet, les milices terroristes violaient de façon systématique le cessez le feu à Alep, empêchant la population civile d’Alep Est d’emprunter le corridors humanitaires, sans que leur soutien américain et européen ne fasse respecter l’accord de cessez le feu. Pire, démontrant son soutien à l’Etat Islamique, les Etats Unis en profitaient pour bombarder l’armée syrienne défendant Deir Ez Zor contre Daesh.

Alep ou l’indignation sélective

bombardement sur donetks obstrel-goroda

2015 : bombardement avec le soutien de l’OTAN sur la ville de Donetsk

Bien entendu, la reconquête d’Alep par l’Etat syrien est terrible pour les populations prises au piège de la prétendue « opposition modérée » armée par l’Occident. Comme fut terrible, sans jamais entraîner la moindre autocritique sur les moyens employés, les bombardements indiscriminés que les alliés anglo-saxons mirent en œuvre en 1944 contre la ville de Dresde – qui ne présentait aucun intérêt militaire – ou, pour rester en France, contre Caen, Nantes ou contre la ville des cheminots rouges qu’était alors Noisy-le Sec…

 

Pour en revenir à la Syrie, qui a saboté la dernière trêve, sinon la « gentille » US Air Force, qui a bombardé l’armée syrienne officielle en tuant des dizaines de soldats du « régime », nom habituellement réservé par nos médias à l’Etat syrien ? Et combien d’hôpitaux afghans et d’ONG humanitaire les Usa ont-ils bombardé dans la dernière période sous l’égide de leur président « Prix Nobel de la Paix » ?

Plus généralement, qui, depuis le début du conflit, s’est grossièrement ingéré dans les affaires intérieures de la Syrie ou dans celles de la Libye en attisant la guerre civile, en soutenant et en armant les féodaux intégristes du Qatar et de l’Arabie saoudite (dotée par Le Drian de Rafales qui servent à écraser le Yémen), en permettant à Daesch de s’implanter sur les territoires irakien et syrien, ou, directement à nos portes, en Libye ?

Qui n’a cessé ces dernières années d’isoler et d’encercler la Russie « postsoviétique », d’implanter l’OTAN dans les pays baltes et en Pologne, de fomenter le fascisme et la guerre civile en Ukraine, obligeant par contrecoup la Russie à resserrer ses liens de avec les Etats qui, comme elle, sont diabolisés par Washington et par ses vassaux européens ?

Les Etats Unis menacent la Russie de guerre

« Les groupes extrémistes continueront d’exploiter les vides en Syrie pour étendre leurs activités, ce qui pourrait inclure des attaques contre les intérêts russes, peut-être même les villes russes. La Russie continuera de renvoyer ses troupes au pays dans des sacs mortuaires et continuera de perdre des ressources, peut-être même des avions », a déclaré John Kirby, porte-parole du département d’Etat américain, lors d’une conférence de presse. « de plus en plus de vies russes seront perdues, de plus en plus d’avions russes seront abattus »

Ces menaces interviennent alors que la Russie apporte son aide à la Syrie contre l’Etat Islamique.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/syrie-alep-lindignation-selective-usa-menacent-ouvertement-russie/&nbsp ;


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

170 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan 3 octobre 08:44

    Et oui le capital libéral dans toute son horreur............. smiley


    • howahkan howahkan 3 octobre 08:48

      @howahkan

      et ils vont encore nous sortir que c’est pas de leur faute mais que c’est à cause de l’oiseau qui mange le vers de terre.....et qui alors s’ auto pardonne leurs crimes à la fois juges et parties ce qui donne en fait quel fut le rôle de ce faussaire de Darwin...procurer des excuses bidons à l’empire pour sa brutalité, ses cries etc...


    • roman_garev 3 octobre 10:59

      @clone sampiero

      Ne parlez jamais de jamais. Les bons vieux temps reviennent parfois.

      Cher colleur d’étiquettes, quel genre de capital voyez-vous, p. ex., en Chine ?

    • roman_garev 3 octobre 11:24

      @clone sampiero

      Capitalistes ou non, les Chinois ne sèment pas le chaos dans le monde.

      Moi je parlerais plutôt de l’impérialisme, car quoi d’agressif, par exemple, dans le capitalisme d’une Finlande ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 octobre 11:53

      @clone sampiero
      Les Chinois ont beau se dire communistes, et fabriquer plus de milliardaires que les USA, ils ne sont pas dans le même trip que les USA, comme vous essayez de le faire croire...
      La Chine va aider la Russie en Syrie, et pas les USA, c’est ballot !


    • roman_garev 3 octobre 11:58

      @Fifi Brind_acier

      Bonjour Fifi,
      Je ne crois pas qu’il nous soit utile de parler davantage à un idiot du village qui ne fait que se moquer de nos gueules...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 octobre 12:17

      @roman_garev
      Bonjour,
      « Les Kurdes se rallient à Moscou »
      Je n’écris pas des commentaires pour les blogueurs, mais pour les lecteurs.
      Bonne journée et continuez à intervenir, vos commentaires sont toujours intéressants, merci.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 octobre 12:28

      @clone sampiero
      Vous êtes le mari de Milla ?? Elle est malade ??


    • chantecler chantecler 3 octobre 13:33

      @clone sampiero
      Faut savoir !
      Tantôt la Russie est dans la lignée bolchevique avec ses infâmes « démocraties populaires » qui n’ont été mises en place que pour protéger ses frontières après la guerre 1941/1945 , tantôt la Fédération de Russie est à la pointe du libéralisme absolu avec ses mafias ....
      Merci de ne pas me répondre .


    • Demiramis 3 octobre 15:25

      @Fifi Brind_acier
      Je tiens à saluer ici ce commentaire qui n’a pas été rédigé et imprimé à l’avance....
      Alors ....
      C’est fini le numéro de duettistes


    • Hervé Hum Hervé Hum 4 octobre 00:33

      @roman_garev

      l’idiot du village, c’est bien vous !

      par exemple, qu’est ce qu’il y a d’agressif dans le capitalisme Finlandais ?

      Le capitalisme (entendre les capitalistes) !

       parce que celui ci fonctionne exclusivement sur le principe de l’exploitation d’autrui et de la concurrence entre les travailleurs. Autrement dit, il se nourrit de la guerre et de la violence entre les individus et les peuples, condition absolu pour les contrôler.

      Mais peut être bien qu’il est moins agressif en Finlande, ou ailleurs, en raison des dispositions sociales, donc, non capitaliste, qui leur sont imposés.

      Le principe de l’impérialisme ne change rien pour l’exploité, mais uniquement pour l’exploiteur du pays vassalisé. Par contre, il est vrai que l’exploité du pays impérialiste pourrait s’attendre à tirer un bénéfice de la position dominante de ses exploiteurs, mais aujourd’hui, ce n’est plus vrai. Et c’est là, une, sinon la raison essentielle de la montée des partis d’extrêmes droites et de ceux qu’on nomme les « identitaires ».

      Le hic, c’est qu’il n’y a aucun endroit ou se replier quand on vit par et grâce à une économie interconnecté, interdépendante, où les traité commerciaux internationaux, qu’ils soient de l’impérialisme occidentaux ou des BRICS, sont écrits et faits par et pour les capitalistes et non pour leur peuples.

      Les capitalistes se battent ou font semblant de se battre, uniquement pour savoir quelle est la meilleure façon d’exploiter les salariés, certainement pas de savoir comment les émanciper. C’est à dire, les faire adorer un état nation ou une marque d’entreprise ?

      Pour vous, c’est l’état nation ! Et si je vous dis de plutôt adorer la Terre, vous allez me répondre « identité ». Et alors je vous demande, qu’en est t-il de l’identité des peuples de Russie ?

      Si la Russie n’a pas supprimé l’identité des peuples de Russie mais au contraire les a préservées, pourquoi donc la Terre les supprimerait ?

      Le génocide d’un peuple ou/et de sa culture ne dépend pas de la structure ou superstructure qui l’englobe, mais uniquement de ceux qui en ont le contrôle. Autrement dit, ne pas confondre le sujet et l’objet, la main et le marteau, le doigt et la Lune !!!


    • Toz (---.---.143.32) 4 octobre 06:13

      @clone sampiero

      Glone sans pierre haut est un collègue de milla m.tellement evident.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 octobre 07:52

      @clone sampiero
      Bien sûr qu’il y a plusieurs variétés de capitalismes, en fonction des luttes sociales qui ont été menées ! La vie au Bangladesh ou en Éthiopie n’est pas la même qu’en France ou dans les pays du nord de l’ Europe qui redistribuent la moitié de la richesse produite !
      Mais ceci est menacé par la mondialisation des échanges imposée par Washington.


      Écoutez le discours de Poutine à Munich en 2007 sur la sécurité internationale, qui a fait faire des cacas nerveux à tout Washington, et vous comprendrez la différence avec les USA :

      « Le Nouvel Ordre Mondial conçu par Washington n’a pas d’avenir. Ce qui compte, c’est le principe consacré de la souveraineté des Etats, le non alignement (sur les USA), la non confrontation (militaire), la non ingérence dans les affaires des autres Nations. »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 octobre 08:04

      @Hervé Hum
      Des pays qui redistribuent 50% de la richesse produite, comme la France, cela n’existait pas au 19e siècle, du temps des penseurs marxistes.
      Faire du Zola et zapper sur les luttes sociales du 20e siècle, c’est juste du déni de réalité.
      Cf Les biens publics.


      Être de Gauche, c’est d’abord préserver les acquis des luttes sociales, et donc sortir de l’ UE qui n’a comme objectif, depuis le Traité de Rome, que de les faire disparaître. Déjà dans les années 50, la CGT avait parfaitement compris ce qu’était la construction européenne !
      Vos discours vaseux sur la Terre servent juste à noyer le poisson sur le FREXIT.

    • Hervé Hum Hervé Hum 4 octobre 08:49

      @Fifi Brind_acier

       aussi vaseux que soit mon discours sur la Terre, vous y habitez comme tout le monde. Et faire comme si cela n’était pas vrai c’est zapper sur la réalité première, on partage tous le même espace terrestre. C’est cela le déni de réalité et c’est cela, zapper sur les luttes sociales du début du 20ème siècle (celles auxquelles vous faites allusions).

      La mondialisation de l’économie est un fait depuis bien avant le 20ème siècle et la seule question qui est posé, c’est de savoir comment l’organiser et redistribuer les richesses produites.

      Le capitalisme dit que seuls les propriétaires économiques décident, les autres devant subir et obéir et ce, que ce soit en occident ou en Russie ou en Chine, c’est le principe qui commande.

      Les capitalistes ne peuvent pas penser autrement et les acquis sociaux n’étaient pour eux qu’une trêve, un cessez le feu imposé par les idéaux communistes et socialistes avec notamment l’URSS qui apparaissait comme le porte drapeau. Mais sitôt cette dernière effondré, ancré l’idée qu’il n’y a pas d’alternative au capitalisme, la mécanique à juste reprise sa marche normale.

      Bref, ce n’est pas la mondialisation qui est responsable, ni même l’UE, mais le principe actif du capitalisme, sans lequel il n’y a pas de capitalisme, soit, l’exploitation du temps de vie d’autrui à son profit exclusif.

      Mais comme tout bon idiot qui se respecte, vous persistez à ne voir que le marteau et non la main, à regarder le doigt plutôt que la Lune.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 octobre 22:08

      @Hervé Hum
      Il me semble quand même que l’ URSS n’avait pas un grand souci de l’écologie...
      Par exemple, les sous marins nucléaires immergés par l’ URSS, sans parler de la pollution de l’air en Chine communiste...


    • Hervé Hum Hervé Hum 5 octobre 08:35

      @Fifi Brind_acier

      Ni l’URSS ni la Chine n’ont été, de près ou de loin communiste. J’ai écris qu’ils apparaissaient comme tel et étaient vendu comme tel, non qu’ils étaient.

      Par contre, la mondialisation de l’économie a commencé avec la découverte de l’Amérique et était déjà acquise au XIXème siècle.

      Tant que vous ne comprendrez pas cette simple réalité que vous ne luttez pas contre la mondialisation, mais pour la défense du système capitaliste et les inégalités sur lesquelles il s’appuie pour permettre à une minorité de continuer à exploiter le temps de vie des autres, vous resterez toujours aussi manipulée et peu importe que votre Asselineau soit sincère ou non.

      Plus le manipulé est sincère, plus il est un bon soldat et prêt à se battre contre ses propres intérêts. Un complice ou une personne agissant seulement par intérêt n’ira pas se faire tuer pour défendre les intérêts des autres, mais un idéaliste si, quand il se fourvoie.

      LE CAPITALISME NE PEUT PAS SURVIVRE A LA MONDIALISATION POLITIQUE, pour cela, il devra soit éradiquer les masses prolétariennes au sens économique, soit maintenir un état d’urgence permanent et donc, une situation de guerre permanente.


    • izarn 5 octobre 11:26

      @Hervé Hum
      Ne pas confondre l’interconnection des savoirs, profitable à l’humanité toute entière (Le Net en est un bon exemple), et l’interconnection des capitaux, dont le résultat ne peut etre que catastrophique.
      Et on peut l’observer déjà....
      D’ou il faut :
      -Le controle de la circulation des capitaux, par pays souverains. UE delenda est :
      Ainsi, l’article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne stipule : « toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites »[14]smiley
      -L’interdiction de la spéculation monétaire. Spéculer sur les monnaies est une absurdité, une perversion du Système. Tel n’est pas le but de la monnaie, sa fonction dans les systèmes d’échange.

      Le but n’est pas de supprimer les échanges quand on est souverainiste !
      Cela n’a aucun sens, et n’est que de la propagande débile, vomie par les crétins du Système au pouvoir.
      Vous connaissez les noms.


    • izarn 5 octobre 11:37

      @izarn
      je sais qu’interdire la spéculation sur la monnaie est difficile.
      Une solution c’est que la valeur relative entre les monnaies soit politiquement décidée. Ceci dit, il faudrait introduire un mécanisme de réajustement basé sur l’économie réelle, qui n’existe pas dans l’euro par principe, monnaie unique, archaisme barbare d’un autre temps.
      Laisser faire les marchés, est à notre époque trés dangereux, dans notre incapacité totale à supprimer la spéculation...Sauf en cas de controle sur la circulation des capitaux. Donc sortir de l’UE, impérativement.
      L’euro n’est qu’une arme de destruction des civilisations européennes.


    • Hervé Hum Hervé Hum 5 octobre 15:06

      @izarn

      dans une économie mondialisée, la notion de souveraineté des pays n’a pas de sens. cela n’a de sens que pour maintenir le contrôle sur les masses populaire, basé sur les deux principes que sont « l’union fait la force » et « diviser pour mieux régner »

      Ainsi, la souveraineté nationale, permet de justifier la nécessité de chefs économiques et politiques d’un coté et d’envoyer les populations s’entretuer quand leur revendications menace les propriétaires économiques de l’autre. Donc, user de l’union nationale et de la division des nations. Pratique vieille comme Babylone.

      Bref, si vous êtes un simple salarié ou prolétaire économique, vous êtes toujours le dindon de la farce.

      Tant que vous ne comprendrez pas qu’il n’y a de souverain que le propriétaire économique (avant lui le noble, et avant le religieux, mais le but est le même, s’approprier la vie d’autrui) et donc que ce dernier est indifférent à la souveraineté nationale, sauf pour lui permettre de manipuler les prolétaires, vous continuerez à vous faire manipuler par le bout du nez.

      Si les « crétins » du système au pouvoir jouent aux pompiers pyromanes, c’est parce que le système capitaliste à un besoin absolu de l’état d’urgence permanent, qu’il soit actif ou passif, il doit toujours maintenir dans l’esprit des masses populaires une menace permanente pour se justifier auprès d’eux. Dès que la menace ou sentiment de menace s’étiole, sa position dominante est menacé, c’est systématique.

      Bref, le crétin, c’est vous et non eux, car à la différence de vous, eux, ils savent pourquoi ils agissent de la sorte, tandis que vous, non. Bien au contraire, en soutenant l’idée de souveraineté nationale, vous soutenez résolument ceux là même que vous prétendez combattre.

      Comprenez que dans une économie mondialisé chapeauté par une politique mondialisée, le système capitaliste et donc les capitalistes ne survivent pas, ils sont les premières victimes. Ceci, car la conscience qui en découle fait apparaître l’inutilité et la nuisance des capitalistes. Seul un monde en perpétuel conflit leur permet d’interdire cette conscience d’émerger, enfin, la retarder autant que possible.

      Par contre, et contrairement à l’idée répandue de manière perverse, c’est la mondialisation politique seule qui peut sauver la diversité culturelle des peuples. Sauf à revenir dans un monde d’avant la découverte de l’Amérique, soit, en passer par la destruction totale de l’économie mondiale actuelle.

      Mais il n’y a de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir....


    • Hervé Hum Hervé Hum 5 octobre 15:19

      @izarn

      La spéculation monétaire est dû au fait qu’elle est thésaurisable et uniquement cela. Là aussi, vous ne faites que répéter les contrevérités enseignés tant à l’école que dans les médias aux ordres des capitalistes.

      Autrement dit, si vous voulez interdire la spéculation monétaire, supprimez sa thésaurisation.

      Mais peut être avez vous vous même une épargne avec laquelle vous cherchez à obtenir les meilleurs intérêts possibles ? SI c’est le cas, commencez donc par vous interdire de spéculer, car toute épargne monétaire cherchant intérêt est une spéculation monétaire. Certaines sont certes plus nocives que d’autres, mais le principe est le même !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 octobre 20:21

      @Hervé Hum
      Sauf que les « masses prolétariennes » ne veulent plus du communisme, c’est ballot ! Demandez vous pourquoi, au lieu de me faire la leçon marxiste ? Avec 120 millions d’européens menacés de précarité, au moins 4 millions de sans abri et des millions de chômeurs, les Communistes devraient gagner toutes élections haut la main ! Ce n’est le cas nulle part en Europe, pourquoi ?
      Faut cesser de rêver au merle blanc.

      •  
      Il ne reste plus que le choix entre le capitalisme sauvage de la mondialisation et le capitalisme régulé, d’avant les Traités européens. Voilà où nous en sommes.
      Des pays comme l’Islande, la Suisse ou la Norvège qui ont à la fois un capitalisme régulé et un fort taux de redistribution, ont des économies qui pètent la santé, c’est tout ce que je vois, car il n’y a rien d’autre à l’horizon. Oui, je préfère les salaires suisses à 8000 euros, à la situation au Bangladesh ou en Grèce.

    • Hervé Hum Hervé Hum 5 octobre 23:38

      @Fifi Brind_acier

      Vous me faites toujours le sketch des croissants de Fernand Raynaud. Je vous écris depuis le début de nos échanges qu’il n’y a jamais eut dans l’histoire moderne de pays avec une économie véritablement communiste, mais vous ne cessez de me parler comme s’il y en avait eut des tas. Que ce que les gens ne veulent pas ou plus ce n’est donc pas le communisme, mais des dictatures dites capitalisme d’état, c’est à dire, où l’appareil productif est sous le contrôle exclusif d’une minorité décidant pour tous les autres. Exactement comme avec le capitalisme occidental

      Le principe communiste, c’est à dire, sans lequel on ne peut parler de communisme, c’est la primauté de l’intérêt commun ou général. Or, cet intérêt général impose son propre système politique et économique. Et on y trouve le principe démocratique avec sa première condition, la transparence dans l’acte de décision. Etc...

      Enfin, et c’est toujours le même sketch des croissants, mais cette fois avec le déni de réalité, c’est à dire, que le maintien d’une différence de traitement de salaire à même compétence et travail entre les pays occidentaux et les autres pays, ne peut persister que sous la seule condition de la domination militaire et donc, par la confrontation permanente. Car vous oubliez une chose, c’est que l’évolution des rapports économiques ne dépendent pas des traités européens, c’est absurde, mais du nivellement des savoirstechniques à travers le monde.

      Bref, ce que vous vous refusez à admettre, c’est que pour revenir à une situation comme celle que vous voulez, il ne suffit pas de supprimer l’UE actuelle, il faut aussi et surtout revenir à une situation d’avance tant technologique que militaire et politique. Autrement dit, il vous faut aussi la machine à remonter le temps et d’y rester figé !

      La mondialisation est ce qu’on en fait, mais il ne peut exister de capitalisme régulé autrement qu’en mettant au dessus le communisme

      et le communisme n’est pas le marsisme


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 octobre 07:25

      @Hervé Hum
      Vous pouvez donner toutes les définitions que vous voulez au communisme, les citoyens n’en veulent pas. Résultats en 2012 du NPA : 1,15% et Lutte ouvrière : 0,65%. Demandez-leur pourquoi ?

      Quant à la suprématie militaire, il faudrait vous réveiller, les USA sont dans les choux depuis 2013. Cf « Echec et Obamat en Syrie » .
      La Russie est en train de mettre en place ses S300 en Syrie :
      « Les Américains inquiets, la Russie déploie ses systèmes de défense anti aériennes S300.


      Nous assistons au passage d’un monde unipolaire à un monde multipolaire, où la Russie entend faire respecter la souveraineté des Nations et le respect du Droit International. La mondialisation US tous azimuts, c’est le début de la fin, et aussi de l’ UE, par la même occasion. Il va falloir clairement choisir son camp, camarade !

      Je crois que vous confondez la mondialisation capitaliste US avec l’Internationalisme.
      L’Internationalisme, ce sont des accords de coopération entre Etats souverains, par exemple le Vénézuela qui échange du pétrole contre des médecins cubains. Et pas la suppression des Nations, comme le veulent les USA. Le Venezuela n’a pas supprimé ses frontières, sa monnaie nationale, ni ses lois. Oui, il faut faire l’éloge des frontières et des accords de coopération, à la place des TAFTA, et autres TISA ...

      Les communistes ne devraient pas essayer de refaire l’histoire à leur convenance.
      En 1943, le PCF a participé fortement à la rédaction du programme du CNR, vous pouvez relire le programme, il n’est pas communiste, c’est un programme de consensus. La libération de la France passait en priorité, personne n’aurait osé prétendre que le capitalisme était le même, avec et sans l’occupation allemande. Ce que vous faites constamment en parlant »du capitalisme en général".

       

    • Hervé Hum Hervé Hum 6 octobre 09:31

      @Fifi Brind_acier

      Toujours à jouer le sketch des croissants !

      Le NPA ou autre PC ne sont pas communistes, mais anti apitaliste. Ce sont des partis réactionnaires et non pas communiste, ce dernier se fondant sur ses propres principes et non ceux du capitalisme.

      vous ne comprendrez donc jamais que la souveraineté dont vous parlez n’est pas la votre, mais toujours celle des mêmes propriétaires économiques.

      Que votre internationalisme et votre monde multipolaire est celui dans lequel nous vivons depuis le début de la colonisation de la Terre et est encore celui dans lequel nous vivons aujourd’hui.

      Par contre, l’unipolarité du système économique ne fait pas l’objet de la confrontation entre USA et Russie,sur ce point, ils sont tous d’accord, mais uniquement sur le meilleur moyen de conserver cette même unipolarité du système. Les capitalistes russes et chinois restent attachés à l’idée nationaliste, les occidentaux non, mais ils ne se battent pas au sujet du système capitaliste, ils sont tous d’accord, donc, ils sont tous unipolaire sur ce point central !!!

      Que cette lutte ne vous concerne pas, vous êtes le dindon de la farce, autrement dit, qu’elle que soit l’issue de cette pseudo confrontation vous serez victime, parce qu’elle ne concerne que les capitalistes entre eux. Essayez donc de me contredire !

      Enfin, le droit international n’existe pas, parce qu’il ne dispose pas du bâton pour s’imposer aux nations. On est toujours dans le droit du plus fort et la Russie de Poutine ne fait pas autre chose. L’histoire ne fait que montrer ce fait là, mais il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 11:01

      @Hervé Hum
      Ma foi, une myriade de Partis et de chapelles se dit communiste, chacun étant plus communiste que le voisin... « Je suis plus à Gauche que toi, na nanère... ! ». Même pas capables de se mettre d’accord au bout de 100 ans de palabres, la Gauche est adepte de la division amibienne... 


      Les citoyens n’ont aucun pouvoir de décision sur les Instances européennes.
      Au Conseil, la France c’est peanuts : 1 voix/ 27 ; la BCE est totalement indépendante de l’avis des citoyens ; la Commission européenne a l’initiative des lois et le Parlement donne un avis consultatif, et encore pas sur tout.

      Le seul moyen de faire pression sur les lois, c’est au niveau national. La preuve, c’est que tous les acquis sociaux ont été validés par des lois en France. Pourquoi la mondialisation veut détruire les Etat- Nations, à votre avis ? Parce que les Etats font des lois. Il leur arrive même de défendre l’intérêt général en faisant voter des lois sociales, comme en 1936, en 1968, une horreur, n’est-il pas ? A tel point que l’extrême-droite est appelée à la rescousse pour salir tout ce qui touche à la souveraineté, et protéger ainsi la mondialisation. 

      Voilà pourquoi il faut sortir de l’ UE, voter les lois en France et reconstruire des syndicats indépendants (de l’ UE et du patronat).  « Éloge des frontières »

      "Les mondialistes ont peur… et c’est en soi une excellente nouvelle. Ils ont peur. Enfin ! Je vais donc vous livrer quelques réflexions autour de l’idée de frontière qui est devenue, au fil du temps, un gros mot que l’on n’a pas le droit de prononcer sans être immédiatement taxé de facho-nazi-mangeur-d’enfants ou de rappeler tout aussi vite à la bien-pensance « lézeuresléplusombredenotrehistoire ».

      Le FMI sonne l’alarme contre la « menace » protectionniste

      Voilà ce que vient de déclarer presque en panique notre Christine nationale qui représente les intérêts des grandes multinationales et du totalitarisme marchand le plus abject :

      « De l’ascension de Donald Trump en passant par le Brexit, le protectionnisme a la cote sur le globe et donne des sueurs froides au FMI, qui y voit un péril majeur pour une économie planétaire en berne.

      « Les pressions croissantes vers des mesures de repli constituent une menace exceptionnelle pour la croissance mondiale », résume le Fonds monétaire international dans ses nouvelles projections économiques publiées mardi. »

      « Cette croissance morose, qui s’accompagne d’un chômage persistant, de salaires stagnants et d’inégalités croissantes, a désormais un coût, selon le FMI : elle nourrit un discours « accusant la mondialisation de tous les maux » et prônant le repli sur soi économique. »



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 11:18

      @Hervé Hum
      Si vous ne savez pas faire la différence entre un capitalisme régulé et le capitalisme sauvage de la mondialisation, ne vous faites pas de soucis, le patronat sait très bien faire la différence...
      Denis KESSLER, idéologue en chef du MEDEF au côté d’Ernest-Antoine Seillières de 1994 à 1998, apôtre du projet de « refondation sociale » signe un éditorial dans le journal « Challenge » du 4 octobre 2007.


      Denis Kessler : Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. (...)

      La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là . Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

      A l’époque se forge un pacte politique entre les gaullistes et les communistes. Ce programme est un compromis qui a permis aux premiers que la France ne devienne pas une démocratie populaire, et aux seconds d’obtenir des avancées - toujours qualifiées d’historiques - et de cristalliser dans des codes ou des statuts des positions politiques acquises.

      Ce compromis, forgé à une période très chaude et particulière de notre histoire contemporaine (où les chars russes étaient à deux étapes du Tour de France, comme aurait dit le Général), se traduit par la création des caisses de Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, l’importance du secteur public productif et la consécration des grandes entreprises françaises qui viennent d’être nationalisées, le conventionnement du marché du travail, la représentativité syndicale, les régimes complémentaires de retraite, etc. (..)

      C’est ce modèle social que l’ UE et le patronat veulent détruire, que l’ UPR veut protéger. Et vous, vous faites quoi ? Vous priez chaque matin pour que les Français en prennent plein la figure comme les Grecs ? Et qu’ils fassent enfin la révolution pour vous donner le pouvoir ? C’est un calcul machiavélique.


    • Hervé Hum Hervé Hum 9 octobre 12:51

      @Fifi Brind_acier

      Décidément, en dehors de me jouer le sketch des croissants, vous n’avez pas grand chose à dire. Alors je vais faire comme dans le sketch.

      La mondialisation est un fait acquis depuis le XIXème siècle, pas une théorie. Elle est ce qu’on en fait et cela dépend de qui est au commande. Pour le dire par un autre exemple que le marteau, c’est le conducteur d’une voiture qui est dangereux, pas la voiture en elle même, c’est absurde, mais à priori, vous aimez beaucoup les absurdités.

      Le capitalisme ne peut pas être régulé en lui même, sauf à l’interdire ou à le faire passer au second degré. Ceci, car sa fonction première et fondamentale, sans laquelle il perd sa raison d’être, est la capitalisation de l’espace commun pour se rendre maître du temps de vie particulier des êtres. Ce qu’on traduit par l’exploitation. En revenant aux protectionnisme, ce n’est pas les salariés que vous défendez, mais le capital et au contraire, vous mettez les salariés dans une situation encore plus précaire.

      Le capitalisme ne peut donner l’impression d’être régulé ou faire prospérer les prolétaires économiques qu’en phase d’expansion, comme celle de l’après guerre, mais en phase gestion, la régulation du capitalisme est impossible, ceci, en raison de la dynamique du capitalisme fondé sur l’accumulation. Autrement dit, pour réguler le capitalisme, il faut provoquer, de gré ou de force, des cracks monétaires régulièrement avec toutes les conséquences connues. La voilà votre régulation du capitalisme, le crack boursier ou reset de l’économie !

      La seule conséquence d’un retour au système d’avant guerre, c’est une économie d’avant guerre, donc, d’avant les accords du CNR. Vous oubliez toujours que dans un monde fait de nations concurrentes, le prolétaire est réduit à sa fonction la plus simple d’outil de base et de chair à canon. Bref, une fois passé par la case guerre, alors oui, vous aurez un capitalisme à priori régulé parce que devant reconstruire et que cela s’apparente à une expansion économique. Mais il vous faudra oublier les dommages collatéraux et espérer que vous et votre famille soyez épargné.

      Sur ce point, je ne ferais rien pour aller servir de chair à canon, contrairement à vous...

      La citation de Kessler, je la connais depuis longtemps, mais je ne base pas mon raisonnement par réaction à autrui, comme vous et votre Asselineau.

      Votre raisonnement met en application l’aphorisme de Bossuet « Dieu se rit de ceux qui vénèrent les causes dont ils déplorent les conséquences ». Avec les mentalités comme la votre, Dieu n’a pas finit de rire.


    • leypanou 3 octobre 08:56

      Cet article est un peu en retard dans la mesure où la réponse russe a été donnée dont le résumé est dans ces propos du porte-parole du ministère de la défense I Konachenkov :

      "La Russie sait parfaitement qui concrètement et exactement combien de spécialistes « non officiels » se trouvent en Syrie, et notamment dans la province d’Alep, qui s’occupent opérationnellement de l’organisation et de la direction des opérations des groupes combattants. Et dans le cas d’une tentative de réalisation des menaces contre la Russie et contre les militaires russes en Syrie, il se peut que les groupes combattants ne trouvent pas suffisamment de temps et de sacs pour enlever tous les morceaux " (cf ce lien).

      Et ce ne sont pas des paroles en l’air comme l’atteste ceci dont bien sûr les médias vassalisés se sont bien gardés de parler.


      • amiaplacidus amiaplacidus 3 octobre 11:35

        @leypanou

        Remarquez Leypanou, qu’il faut bien célébrer le premier anniversaire (3 octobre 2015) du bombardement par les USA de l’hôpital MSF de Kunduz en Afghanistan.
         
        Il est vrai que c’était une regrettable erreur, erreur qui a duré 45 minutes et plusieurs passages de bombardement. Et, malencontreusement, le 15 octobre 2015, un blindé US a fracassé l’entrée de l’hôpital et saccagé le reste des ruines empêchant toute enquête ultérieure. Le blindé a certainement fait une erreur.
        .
        Toujours une erreur les bombardements répétés sur l’hôpital de Bac Mai à Hanoï, hôpital pourtant clairement identifié par d’immenses croix-rouge peintes sur les toits.

        Au Vietnam encore, une erreur les bombardements systématiques des digues ? Bombardement visant à inonder les champs avant les récoltes et affamer la population.

        Au Vietnam de nouveau, l’emploi de bombe à fragmentation, au début remplie de fléchettes métalliques, ensuite de fléchettes en teflon pour ne pas permettre de les détecter par radiographie, rendant une opération d’extraction hasardeuse, et empêcher le blessé de guérir.

        Et les bombes à sous-munition utilisées au Vietnam, bombes dans lesquelles les sous-munitions sont sous forme de jouets d’enfants (poupées ou voitures) qui explosaient lorsqu’on les touche.

        Et ne parlons pas de la guerre chimique et de l’agent orange qui cause encore bien des malheurs plus de 41 ans après la fin de la guerre du Vietnam.

        Je parle du Vietnam, parce que c’est une situation que je connais bien directement sur le terrain.
        .
        Alors, lorsque l’on parle de crime de guerre, les USA devait SE TAIRE, fort, très très fort.


      • epicure 3 octobre 17:34

        @amiaplacidus

        oui mais tu comprends, c’est les états unis, le pays de la liberté, qui combat pour la démocratie, la liberté, les droits de l’homme, etc... [ rajouter tout ce qui pourrait apporter une caution morale] contre les forces du mal, les terroristes, etc....

        Dans leur grande et dure tâche, qui le hasard aidant rejoint les intérêts économiques de leurs grandes multinationales, ils peuvent tout ce permettre. Enfin ils se permettent tout, surtout ce qu’ils n’autorisent pas aux autres.

        En fait on reconnait bien des aspect de la philosophie particulariste des États-Unis : l’agressivité , le pouvoir, et une morale a géométrie variable.

        Alors que effectivement s’il y a un pays qui est mal placé pour critiquer les bombardements des autres c’est bien les États-Unis.


      • izarn 5 octobre 11:42

        @amiaplacidus
        Et Hollande aussi la fermer...Définitivement.


      • Et hop ! Et hop ! 9 octobre 21:43

        @amiaplacidus : L’armée yankee a toujours bombardé et massacré les populations civiles, c’était déjà vrai lors de la « guerre des frontières » au XVIIIe siècle, pendant la guerre de sécession, il suffit de regarder les bombardements de la France pendant la WW2, les centre villes de Saint-Lô, Évreux, Quimper, Nantes, Rouen,... la liste est longue des villes bombardées où il n’y avait aucun objectif militaire, pour ne pas parler des villes allemandes, et japonaises. 


        Aucune autre puissance n’a jamais programmé de larguer des bombes, des centaines de bombes, sur des centre-villes habités par des centaines de milliers de personnes endormies, sur des centaines de centre-villes. 

        L’armée américaine est la plus lâche et la plus vile de toute l’histoire de l’Humanité, son objectif est zéro morts chez les militaires, alors que l’objectif de toutes les autres armées est zéro morts chez les civils, et pour cela elles sacrifient leurs soldats. 

      • Ar zen Ar zen 9 octobre 22:26

        @Et hop !

        Quimper n’est pas dans la liste. Nous pouvons y ajouter Brest, Lorient, Saint Nazaire, Saint Malo, pour ce qui est de la seule Bretagne, mais pas Quimper. Zéro bombe sur Quimper.

        Pour le reste de votre commentaire, tout à fait d’accord. Des bombardements inutiles. Des morts, des blessés, des dégâts considérables. Une population apeurée, une population sidérée. Celles et ceux qui ont vécu ces bombardements en ont voulu aux US. Après l’immédiate après-guerre tous les Françaises et Français savaient que le guerre contre le nazisme avait été gagnée grâce à l’effort exceptionnel des Russes qui, malheureusement, ont perdus 10 millions d’individus dans cette guerre abominable. Aujourd’hui les USA sont constamment présentés dans les merdias comme la nation ayant permis la « victoire ». C’est une contre-vérité historique. Les USA sont intervenus en guerre alors que la puissance nazis commençait à reculer devant la force russe. Les USA n’avaient qu’une crainte : que les Russes communistes prennent le contrôle du vieux continent.

        Il a fallu par la suite reconstruire ces villes détruites. Coup de bol absolu : les US proposaient le plan Marschall afin d’aider les pays dévastés par les bombardements à se remettre sur pieds. Elle est pas belle la manoeuvre ?


      • Et hop ! Et hop ! 11 octobre 19:46

        @Ar zen : Tu as raison, c’est pas Quimper qui a été bombardé, c’est Morlaix en 1943, sous prétexte de détruire un viaduc.


        Comme si pour interrompre une ligne de chemin de fer, il ne suffisait pas de bombarder les ouvrages d’art en dehors de ville, donc sans risquer de tuer des civils.

        En voyant les marchés de reconstruction passés avec des entreprises américaines AVANT même le début de la guerre d’Irak, j’ai réalisé que tous ces bombardement en France avaient eu pour but d’imposer à la France le Plan Marchal pour la reconstruction.

        Le Plan Marchal n’était pas une subvention, mais un prêt obligatoire des banques américaines assorti d’intérêts et de la condition expresse de dépenser la totalité de l’argent dans des commandes et des fournitures américaines. Voir la page wikipedia.

        La « Reconstruction » n’était pas comme on le pense la reconstruction des dommages fait par l’armée allemande en 1939, mais ceux faits par l’US Army pendant toute la guerre. 

        L’US air Force conquiert des marchés de construction et d’équipement en détruisant des installation civiles.

        L’US Air Force a été très bien capable de ne pas bombarder en Allemagne les usines Ford et General Motors qui produisaient pour l’armée allemande ;

      • sarcastelle 3 octobre 09:24

        Je vois que le PRCF est devenu anticommuniste et chrétien, comme Poutine. 


        • roman_garev 3 octobre 10:54

          @sarcastelle

          Cécité sélective qui ne permet de voir que l’auteur d’un article, mais pas son thème.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 octobre 12:03

          @sarcastelle
          Entre autres méfaits, les USA ont construit l’Union européenne, au cas où cela vous aurait échappé...


          De plus, ils ont imposé l’OTAN aux pays européens, alors qu’après la fin de l’ URSS, l’ OTAN aurait dû être dissoute.
          Leur but est que le périmètre de l’ UE et de l’ OTAN coïncide.
          Ce qui explique l’entrée en masse des pays de l’ Est dans l’ UE, pour que l’ OTAN soit au plus près des frontières de la Russie.

        • sarcastelle 3 octobre 12:50

          @roman_garev

          .
          Cécité sélective qui ne permet de voir que l’auteur d’un article, mais pas son thème.
          .
          Je ne vous dis pas le contraire... mais reconnaissez que venant de « PRCF » c’est assez marrant, et je ne souligne pas autre chose. 
          .


        • sarcastelle 3 octobre 12:54

          @Fifi Brind_acier

          .
          Ils ont imposé l’OTAN aux pays européens alors qu’après la fin de l’URSS l’OTAN aurait dû être dissoute.
          .
          Ils n’ont rien eu à imposer ! Les anciennes démocraties populaires se sont empressées de venir avec plaisir se mettre au chaud dans l’OTAN (ou de penser le faire) tandis que l’adhésion au Pacte de Varsovie leur avait en effet été, celle-là, un petit peu imposée. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès