Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Venezuela : Nicolás Maduro envoie l’armée pour faire baisser les (...)

Venezuela : Nicolás Maduro envoie l’armée pour faire baisser les prix

Le gouvernement de Nicolás Mauro a pris samedi dernier une décision retentissante pour freiner l’augmentation incontrôlée des prix ; il a ordonné à l’armée d’occuper les centres commerciaux Daka, une chaîne d’appareils électroniques bien connue au Venezuela. La raison de cette occupation est très simple : Daka a été accusée à plusieurs reprises de vendre ses produits à des prix exorbitants et non justifiés.

Nicolás Maduro a choisi de faire connaître sa décision lors d’un discours à la télévision, tout en exhortant Daka à pratiquer des tarifs équitables. « Nous avons constaté que les prix sont plus élevés par rapport à d’autres produits similaires. Certains produits sont parfois jusqu’à 1.000 % plus chers  », a accusé le président vénézuélien. Certains dirigeants de Daka ont été arrêtés par la police pour être interrogés. C’est la réponse décisive qu’a mise en place le gouvernement pour mettre un frein à l’inflation qui est en train de prendre des proportions inquiétantes.

Daka appartient à une famille arabe proche du gouvernement. L’opposition n’a pas manqué d’accuser Maduro d’avoir fait ses choux gras de cette affaire. Pourtant, la plupart des Vénézuéliens reconnaissent que les négociants font monter les enchères en vue des prochaines élections municipales du 8 décembre en augmentant artificiellement le prix des produits de base.

Maduro et le parti socialiste unifié du Venezuela ont en quelque sorte décidé d’anticiper Noël et le paiement du treizième mois pour lutter contre la hausse des prix afin de rendre plus vivable le quotidien des parties les plus pauvres de la population.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-venezuela-nicolas-maduro-envoie-l-armee-pour-faire-baisser-les-prix-121067665.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • asterix asterix 12 novembre 2013 11:33

    Il commence à me plaire moi, ce Maduro !
    Bien plus que son prédécesseur mégalomane.


    • philippe913 12 novembre 2013 14:36

      c’est qui ce monsieur « ultralibéralisme » qui est fâché contre ce paradis socialiste ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 12 novembre 2013 14:44

      Salut Démo,


       « si tu as la moindre connaissance des mécanismes sociaux, tu auras l’occasion de comprendre en quoi ton commentaire est stupide... »

       Pas sûr que le tien tienne la route de l’analyse très longtemps non plus.
       Mais cela n’est pas grave, tout cela fait partie de l’histoire aujourd’hui.
       Chaque chose en son temps.
       

    • Louis St O 12 novembre 2013 15:34

      Il suffit de se documenter un tout petit peu avant de dire des âneries


    • Louis St O 12 novembre 2013 15:39

      Il suffit de se documenter un tout petit peu avant de dire des âneries (pour ceux qui ne sont pas abonné à MDP)


    • asterix asterix 12 novembre 2013 19:52

      Ce qu’il y a d’incroyable avec une certaine extrême-gauche, c’est que dès qu’on a un avis ne fut-ce qu’à 5% différent du leur, elle vous répond par des injures. Maduro est un civil, Chavez était un militaire. Maduro était délégué syndical et n’a jamais, à mon information, prôné la violence. Maduro ne passe pas son temps à occuper tout l’espace médiatique avec ses causeries au coin du feu.
      Maduro va dans le sens d’un Vénézuela réconcilié avec lui-même, Chavez l’a coupé en deux.
      On continue ?


    • tf1Goupie 12 novembre 2013 23:08

      " digressions bien merdique, mon pote... bouffon :
      Oui bouffon, gros bouffon...
       
      Oui gros gros bouffon, ... ça fait bien chier les enfoirés dans ton genre...
       leur mettre bien profond, ..
       Et ne vient pas nous causer des conneries et inepties rabâchées par quelques nez-de-boeufs ...
       saloperies d’incidacteurs ’ financiers ’ des enculeur
       
      Je crois qu’il n’y a rien de plus pathétique que de voir un con
      Bouffon."

      Vraiment la classe Démosthène (je n’ai gardé que le meilleur)
       


    • asterix asterix 13 novembre 2013 06:08

      Beh oui ! Il n’y a même pas besoin d’argumenter contre ce zouave qui parle avec des grenades dans la bouche ( le nouveau Démosthène ) Avec ce genre d’individus, il n’y a jamais aucun débat possible. Ou vous vous inclinez devant lui et vous êtes un bon, ou vous ne le faites pas et vous êtes un ... et un... et un... et un...
      Sans compter les fautes d’orthographe.
      Staline recrute !


    • millesime 12 novembre 2013 11:36

      pour ceux qui s’intéressent à ce pays, cela vaut la peine d’aller sur le site de la « Banque mondiale » de manière à apprécier l’évolution du pays et couper le sifflet de tous ces libéraux qui aimeraient bien en prendre le contrôle.. !
      http://millesime.over-blog.com


      • millesime 12 novembre 2013 11:40

        pour ceux qui s’intéressent à ce pays, cela vaut la peine d’aller sur le site de la « Banque mondiale » de manière à apprécier l’évolution du pays et couper le sifflet de tous ces libéraux qui aimeraient bien en prendre le contrôle.. ! (www.banquemondiale.org)
        http://millesime.over-blog.com


        • spartacus spartacus 12 novembre 2013 12:55

          Comme tout était prévisible. 

          Le communisme termine toujours comme cela, le terrorisme d’état. L’armée dans les magasins !

          Ca y est les gens comprennent le socialisme !
          C’est vrai qu’avec 258% d’inflation la socialisation des prix est ubuesque.

          Les débiles communistes croyaient que le contrôle des prix était la panacée, ils découvrent que le contrôle des prix donne l’inflation et la pénurie. 
          C’est écrit dans n’importe quel livre d’économie de base.

          Mais comment se fait il qu’avec une distribution « nationalisée » et « étatiste », cette distribution ne peut rivaliser avec cette chaîne de magasin ? 

          L’auteur ne nous parle pas des ubuesques avions Vénézuéliens qui volent 100% à vide ???? 
          Nouvelle conséquence du débilisme communisme Vénézuélien ?

          La Vénézuéliens ne disposent pas de la liberté individuelle de détenir des devises étrangère indispensables pour ne pas subir l’inflation, ubuesque du pays.
          Il existe une exception, on peut demander des devises si on prouve que l’on voyage à l’étranger.
          Alors les avions Vénézuéliens sont les seuls au monde a voyager avec des places payées mais sans personne dans l’avion.
          Les citoyens désespérés de la privation de liberté achètent des billets pour simplement échanger ses bolivars monnaie de singe communiste contre des devises.

          Alors bientot l’armée pour aller chercher les voyageurs qui ne prennent pas l’avion ???


          • Javascript Javascript 12 novembre 2013 18:12
            L’auteur ne nous parle pas des ubuesques avions Vénézuéliens qui volent 100% à vide ???? 
            Nouvelle conséquence du débilisme communisme Vénézuélien ?

            ---------------------------------------------------------

            Une fois de plus votre propagande/mauvaise foi se trouve démasqué. Une rapide recherche sur Internet permet de trouver la citation de Humberto Figuera (président de l’Association des lignes aériennes du Venezuela (ALAV)) :

            Je cite : « nous arrivons à avoir jusqu’à 30% de passagers +no show+ (absents) »

            Le problème existe donc bel et bien car des petits malins jouent à acheter des billets d’avions pour obtenir des devises étrangères qu’ils revendent sept fois plus cher au marché noir local mais ce n’est certainement pas un phénomène massif qui laisse les avions 100% vide comme essaye de nous le faire croire Sparta-trou-de-balle.

            Et je prouve ce que j’avance en sourçant mes accusations (ce que ne fait jamais Sparta-faux-cul) :

            http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/venezuela-la-hausse-du-dollar-dope-les-passagers-fantomes_1283460.html

            http://www.20minutes.fr/monde/venezuela/1225377-20130919-venezuela-hausse-dollar-dope-passagers-fantomes

            http://fr.euronews.com/depeches/2125630-venezuela-la-hausse-du-dollar-dope-les-passagers-fantomes/

            Votre malhonnêteté est sans limite Spartacus, vous êtes inique !


          • spartacus spartacus 13 novembre 2013 09:54

            Mince les voyageurs des avions Vénézuéliens qui doivent attendre 1 ou 2 jours à Carascas pour qu’un avion parte un peu plus plein que l’on voit à Roissy mentiraient ? 

            Va donc au terminal de Roissy et pose donc la question combien ils étaient dans l’avion et si c’était leur avion d’origine qu’ils ont pris.......

            30% info d’une autorité Vénézuélienne. Effectivement c’est une source fiable. En plus ça démontre vraiment le contraire du fond. 

          • Javascript Javascript 13 novembre 2013 10:54

            Facile de critiquer ma source mais où est la tienne ? Curieux mais je ne vois aucun lien dans ton babillage enfantin.
            Tu te bases sur quoi alors ?

            Le doigt mouillé ?
            Le pifomètre ?
            Le verre de gibolin ?
            La baguette de sourcier ?

            Excuses mais après que tu ais déformé un 30% en 100% histoire d’arranger ta petite idéologie je vais avoir du mal à te croire sur parole. (surtout si tu ressorts encore des chiffres venu de l’espace).


          • spartacus spartacus 12 novembre 2013 13:00

            Une petite info oubliée par l’auteur ;

            Nous savons tous que Cuba est le seul pay au monde ou 20% de la population vit en exil, le Vénézuéla en prend aussi le chemin.
            1 million de personnes ont fuient le pays du bonheur communiste depuis 2010. 
            Encore de dangereux « capitalisme » qui n’ont pas compris le bien fondé des nouvelles règles étatistes de privation des libertés ? 
            Quels ingratitude ! Ne pas reconnaître le bonheur communiste ! 

            • Javascript Javascript 12 novembre 2013 23:21

              C’est sûr qu’ils sont mieux dans notre joli paradis capitaliste, leur bonheur s’affiche même dans les pages de Courrier international et El Mundo

              http://www.courrierinternational.com/breve/2012/04/11/les-exiles-cubains-alertent-sur-leur-situation-en-espagne

              http://www.elmundo.es/elmundo/2012/04/10/espana/1334065145.html

              Ah zut ! D’après ces articles on dirait que l’Eldorado europeen ne leur a pas vraiment réussit.

              On pourrait pousser le vice plus loin avec cet article du Grand Soir dans lequel un « exilé » explique vouloir retourner à Cuba :

              http://www.legrandsoir.info/je-veux-rentrer-chez-moi-a-cuba.html

              Mais on va dire que le Grand Soir n’est pas une source fiable j’imagine. Qu’importe, j’ai été voir par moi-même comment ça se passait à Cuba l’année dernière et j’ai pu constaté que la propagande façon Spartacus n’est que mensonges et billevesées.

              Et comme j’ai pas envie de passer pour un menteur voici une tite photo de vacances :

              http://img197.imageshack.us/img197/7628/u7h.JPG

              De gauche à droite : Yodie, professeur anglais-espagnol, amie de la famille, José, propriétaire de la casa particular ou nous étions (Vinales) et franc-maçon (ils y en a beaucoup à Cuba), Soizic, ma tendre-moitié, Jean-michel, touriste venant de Toulouse, rencontré en chemin.

              J’peux vous dire qu’à la fin d’une soirée avec José, son rhum et ses « cigares paysans » vous comprenez ce que c’est que la douceur de vivre à la cubaine. (Un cigare paysan est un cigare roulé avec la même méthode que les Cohiba ou Romeo y Julieta mais sans bague).


            • spartacus spartacus 13 novembre 2013 09:47

              La petite page des blogs des dissidents qui racontent la vie à Cuba.

              http://www.desdecuba.com/ 

              des sources...un peu plus fiables....que celle d’un partisan communiste qui expliquait il y a 40 ans que les goulags étaient des camps de vacances.

              T’es passé a coté des files d’attentes des magasins d’état ? Elles n’existaint pas  ?

              T’as vu la servitude et la mise en dépendance à l’état et les tickets de nourriture ?

              T’a pu écouter la radio ? Tu sais les sifflement ce ne sont pas des interférences, ce sont les radios continentales « brouillées ».

              T’as discuté avec un gardien de la révolution ? Il t’a expliqué comment il faisait peur à ceux qui n’étaient pas Castristes ?

              Les pages de Amnesty international sur les persécutions de l’opposition et les détenus d’opinons n’existeraient pas ?

              T’as pas remarqué que c’est l’un des rares pays au monde ou les parents ont peurs de leurs enfants ? S’il disent quelque chose devant ils ont peur d’aller,

              On imagine que dans tes relations tu n’as jamais vu un exilé Cubain et eu droit au récit de l’exécution des ses parents.

              Si tu as encore des relations avec ton correspondant peux tu lui poser certaines questions ?

              A la prison 5,5 situé à ce kilomètre précis de l’autoroute Pinar Del Rio ?

              Quel type de torture y fait on encore ?

              A la prison GII de Santiago de Cuba, de Kilo 7 à Camarguey, ou Boniato ou celle de Guanegey ?
              Combien de prisonniers politiques ?

              Des camps de travail Arco Iris de Santiago de Las Végas de Cuba, ou Nueva vida au sud est de l’ile ????Combien de prisonniers politiques ?

            • Javascript Javascript 13 novembre 2013 10:44

              Encore raté Spartaminus !

              Ta « source fiable » tombe à l’eau ! Le blog de Yoani Sanchez est certainement la pire source que l’on puisse prendre pour parler de Cuba. Cette brave demoiselle est en effet un agent anti-castriste servant les intérêts US, elle a été démasquée par Wikileak il y a déjà un bon moment.

              ET une fois de plus, je le prouve par des sources :

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Yoani_S%C3%A1nchez

              Et que nous dit la fiche Wikipédia ? Hop, un extrait :

              Wikileaks révèle qu’elle et son mari, Reynaldo Escobar, furent invités dans la résidence de Michael Parmly, alors chef de la Section des Intérêts des États-Unis à La Havane.

              Ses détracteurs en dehors de l’île se demandent entre autres qui finance les traductions en près de 18 langues de son site alors que ni les Nations-Unies ni même la CIA ne disposent d’une telle variété. Ils se demandent aussi comment son blog peut utiliser Paypal (même si le symbole de PayPal n’apparaît nulle part sur son blog) ou qui se cache derrière son site desdecuba.net dont le serveur, enregistré au nom de Josef Biechele, est hébergé en Allemagne par l’entreprise Cronos AG Regensburg, qui héberge également des sites d’extrême-droite

              NB : des articles en ont également parlé sur Agoravox :

              http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/qui-se-cache-derriere-la-bloggeuse-117085

              http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cuba-50-verites-que-taira-yoani-132515

              http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/conversations-avec-la-bloggeuse-73491

              Est-ce que tu sens comme une sorte de douleur dans le fondement de ton pantalon ? Tkt pas, ça fait toujours ça quand on se vient de se prendre une quenelle !!
              Et hésites pas à en redemander, j’ai de la quenelle de 100, de la quenelle de 150 et si t’es gourmand j’ai aussi de la quenelle épaulée !


            • spartacus spartacus 13 novembre 2013 12:06
               ???? Ridicule, Desde Cuba n’est pas le blog d’une personne, mais simplement un portail de blogs diversifiés. 

            • spartacus spartacus 12 novembre 2013 13:12

              C’est digue javais écrit ceci en juin 2013...

              Aurais je des dons médiumniques ? Ou alors un minimum de connaissance de l’économie ? 

              Petit cours d’économie de base aux cocos limités à l’instruction économique de la cocosphère !.

              1-Distribution

              La distribution au Venezuela a été nationalisé. Le gouvernement a exproprié des compagnies de distribution ostracisées et les a taxées de spéculatrices, comme les hypermarchés Exito, filiale du français Casino, ou le groupe alimentaire Monaca.

              Ces groupes spoliés sont partis avec leur savoir faire, leurs carnets de fournisseurs, leur centrale d’achat internationale, leurs référencements et leurs méthode de gestion au cordeau.

              La concurrence agissait comme un frein contre l’inflation, mais nationalisé les prix montent en flèche. Certain prix sont « contrôlés » par l’état, mais l’état ne peut contrôler les largeurs de gamme. Les postes dans les magasins devenus étatiques ont été donnés aux « amis de la révolution » en priorité. Mais un « ami de la révolution » fonctionnarisé ne fait pas un commerçant avisé ou un gestionnaire de stock prévoyant.

              2-Contrôle des changes.

              Chavez a renforcé la mainmise d’état sur l’allocation de dollars US. En Amérique latine, l’utilisation de dollars permet de se procurer des importations. Il en a interdit la procession. Les PME ne peuvent accéder aux importations, les magasins éprouvent des difficultés pour se fournir en devises et donc de marchandise à l’importation. Comme le gouvernement Vénézuélien est incontrôlable, et peu décréter une nationalisation sur un coup de tête d’un dirigeant, la solvabilité des entreprises du Venezuela est faible, et les fournisseurs étranger exigent un paiement d’avance.

              3-Inflation

              Le Bolivar ne vaut rien. Les étatistes au pouvoir n’ont pas compris que créer de la monnaie pour payer les factures créait de l’inflation. L’inflation c’est la baisse de la valeur de la monnaie au fur et a mesure qu’il y a production de billets. Le Vénézuela produit tellement de Bolivar qu’il est le premier pays inflationniste du monde. Le prix du baril de lessive du lundi, vaut 10% de plus en fin de semaine et c’est comme cela toutes les semaines. Celui qui a les moyens achète des stocks et alimente un marché noir florissant en écoulant ses stock plus tard. Par contre les unités de production ne produisent plus rien. La matière première avec de telles variation de cours n’a plus de valeur réelle, les prix de vente ne peuvent se gérer correctement. Les usines ferment les unes derrière les autres.

              4-Produits agricoles

              La nationalisation des terres a engendré un désastre sans précédent dans la production. Il ne suffit pas de prendre la place et le tracteur du paysan pour faire du fonctionnaire qui le remplace un agriculteur avisé. Le Venezuela c’est une grande partie contiguë à la foret Amazonienne. Un sol très fertile, un climat tropical avec des températures chaudes, une hydrométrie importante accentué par des précipitations violentes.

              L’agriculture produit beaucoup, mais nécessite du travail important par des défrichages réguliers. La nationalisation a engendré un abandon de l’entretien des sols que réalisait auparavant les propriétaires agricoles privés, et en peu de temps, les champs sont redevenus des jungles tropicales. Le Venezuela ancien pays producteur aujourd’hui importe son café. Les légumes et fruits ont disparus des supermarchés et s’achètent qu’au noir sur les marchés privés.

              5-Le contrôle des prix

              La mainmise de l’état sur toute l’économie a rendu la population dépendante, bien que de l’autre émergence de profiteurs d’un marché noir que cette politique a engendré, ou de serviteurs zélés qui elle seule a le droit d’ouvrir des comptes à l’étranger en dollars.

              C’est toujours ce qui est arrivé et arrive toujours avec ces politiques étatistes, le contrôle des prix, génère des « faux prix » qui n’ont pas de corrélation avec l’économie réelle.

              Quand les prix qui sont fixés en dessous ou au dessus du prix d’équilibre du marché. C’est une loi économique de base, cela donne toujours lieu à des pénuries.

              Le problème de la pénurie au Venezuela ne fera que s’aggraver, comme il l’a fait au fil des ans dans l’Union soviétique », et dans tous les pays à économie administrée.


              • CN46400 CN46400 12 novembre 2013 14:48
                Gare à la porcelaine, Spartacus, et son argumentaire éclairé à la bougie, débarque.

                Si on peut comprendre, ponctuellement, le recours massif aux importation, il reste que l’économie du Vénézuela peine à s’extraire du « syndrome hollandais » ; phénomène qui tend, lourdement, à transformer les pays exportateurs de matières premières en contrées plus consommatrices de produits importés que productrices de produits manufacturés, y compris de base. D’autant que le protectionnisme qui pourrait favoriser l’autonomisation dans bien des domaines est délicat à manier. Comment taxer les produits des importés des principaux clients pétroliers ?

                 Le Vénézuela, qui disposait avant la guerre de 39-45 d’une des meilleures industries et agriculture de l’AmSud, paye là une politique vieille de plus d’un demi siècle qui a vu la bourgeoisie locale se précipiter vers le pétrole lorsque celui-ci est devenu plus rentable (Les puits US s’épuisaient) en doublant les bénéfices par le commerce d’importation qui va avec. La production vénézuelienne qui, maintenant, gênait les importations, a été purement et simplement abandonnée par les investisseurs capitalistes locaux devenus, 50 années après, la bourgeoisie « compradore » que nous connaissons, qui a perdu 50% de ses sources de revenu quand Chavez a nationalisé les hydrocarbures. Et qui vont perdre les 50% restant s’ils ne se résolvent pas à oublier le pétrole, qui ne leur appartient plus, et à réinvestir dans l’industrie et l’agriculture en se contentant de profits moins juteux.

                Le temps des revenu faciles est fini. Certains l’ont déjà compris (on reparle sur les marché internationaux du cacao et du café vénézueliens). Avec le temps, et les pressions du gouvernement, d’autres vont suivre, et ceux qui refuseront seront ruinés et postuleront à un emploi chez PDVSA !

              • spartacus spartacus 12 novembre 2013 16:00

                @CN46400

                Quel charabia qui mélange le faux avec le vrai.

                Comment taxer....C’est bien collectiviste cette phrase....
                Beaucoup de révisionnisme des réalités, c’est bien « coco-culturel ».....Déjà en 1950 les cocos faisaient croire que les goulag étaient des camps de vacances aux Français !

                Allez sympathiquement je vais te donner l’autre réalité.

                 Dans les années 80-90 que le Vénézuéla était le pays le plus développé d’Amérique du Sud. C’est e président démocrate Perez qui a nationalisé le pétrole, et pas Chavez comme les cocos le font généralement croire. Le pays investi dans sa compagnie qui tire la croissance.
                En 1991 la 1ere guerre du golfe la baisse des prix du pétrole entraîne la pays dans la récession et la corruption.
                Un débile communiste « Chavez » tente 2 coup d’état et tue 360 personnes. Il est porté au pouvoir en 2002 et bénéficie d’un effet d’aubaine, la remontée des cours du pétrole de la 2eme guerre du golfe. En déversant l’argent de l’effet d’aubaine, il obtient une notoriété de complaisance. De l’autre il instaure la bureaucratie type post soviétique, la persécution des médias et des lois interventionnistes et liberticides. 
                Toutes les productions du pays s’écrouleront. L’inflation sera au paroxysme. La dette du pays est gargantuesque. 

                La société d’état pétrolière fait grève, Chavez licencie 10 000 personnes. En licenciant les talents il licencie aussi le savoir faire. Il s’ensuivra une baisse irrémédiable et continue de de la production. Le vénézuéla 2eme réserve mondiale produit moins qu’en 2002 et la production chute toujours.
                La purge des bénéfices par l’état handicape cette entreprise qui ne peut investir. Elle ne se relèvera jamais. La compagnie est devenue la plus dangereuse du monde avec des explosions et des morts chaque mois. Logiquement elle devrait soit faire faillite soit être revendue a une entreprise étrangère dans le futur qui aura les moyens d’investir.

                Le Venezuela est devenu une catastrophe économique et sociale, comme c’est le cas systématiquement dans toutes les économies collectivistes

              • CN46400 CN46400 12 novembre 2013 16:54

                Mon cher Spartacus, la culture des chiffre ronds provoque parfois des exagérations amusantes. Si Chavez avait licencié 10000 cadres de la société nationales PDVSA, cela aurait aussi voulu dire que cette entreprise était surencadrée, ce qui aurait étonnant de la part de la bourgeoisie vénézuelienne qui, d’après vous, est une des plus compétente de l’AmSud, qui la gouvernait alors


                Voilà pourquoi, pour ma part, je m’en tiens à 3000 licenciements de cadres grévistes, pris en flagrand délit de sabotage de la production et de matériel de production, ce qui est déjà beaucoup. Je doute que leur collègues de Total, par exemple, survivraient longtemps dans la société française devant de tels faits !

                 PDVSA, avait été nationalisée par la bourgeoisie, non pour servir le peuple, mais pour la servir elle, et elle seule. C’est pour cela que l’arrivée de Chavez au pouvoir s’est soldée immédiatement par un doublement des tarifs d’accés au brut vénézuelien, payés par les compagnies étrangères (à part Exxon ) ce qui a financé la politique sociale de Chavez. PDVSA travaille maintenant pour le peuple, et lui seul, et d’après tous les indicateurs, les N°2 ou 3 qui ont remplacé les ex N°1 sont tout à fait efficaces. 



              • spartacus spartacus 12 novembre 2013 17:41

                Une entreprise « Nationalisée pour la bourgeoisie » sic...La « bourgeoisie » fervente des nationalisation (sic...).On aime le nihilisme cocorigolo.

                « 3000 personnes prises en flagrant délit ».....Incroyable 3000 personnes auraient en même temps cassé leur outil de travail qui les nourrit ? ......Encore cocorigolo.

                T’a raison en terme d’efficacité l’état communiste est le roi. 
                Dalleurs l’armée et la Kalachnikov pour changer les prix des piles alcalines LR06 dans les magasins est une méthode que vous seul pouvez admirer les cocos. 

              • CN46400 CN46400 12 novembre 2013 19:06

                Et oui Spartacus, la bourgeoisie aussi nationalise quand çà l’arrange, et pas besoin d’aller chez Bismark. Qui a demandé, et obtenu, la nationalisation des compagnies privées de chemin de fer en France ? Les compagnies elles-même qui ont effacé ainsi les pertes qu’elles avaient accumulées, la SNCF est issue de cette manip, et çà date de 1937..... 


              • spartacus spartacus 13 novembre 2013 09:58

                Allez un scoop.......

                Avec de telles politiques économiques, normalement les choses devraient aller de pénuries en pénuries. On en reparlera au prochain article...
                C’est écrit dans tous les livres d’économie et c’est toujours passé comme cela dans les pays communistes....Et en plus c’est un pays producteur de pétrole c’est dire !

              • Citoyen85 12 novembre 2013 13:39

                Des communistes qui approuvent l’intervention de l’armée contre... des magasins ! C’est assez hilarant !
                Comme le dit fort bien spartacus, les prix augmentent à cause du gouvernement ! Dans ce genre de pays à monnaie de singe, il faut dépenser son argent immédiatement si on ne veut pas tout perdre à cause de l’inflation.
                http://www.electrophil.fr/billets/bolivar.php


                • millesime 12 novembre 2013 14:24

                  peut-être est-ce parce que certains veulent semer le chaos dans ce pays... !

                  http://millesime.over-blog.com


                • Jonas 12 novembre 2013 16:53

                  Voilà un article que fera plaisir à l’agrégée en lettre ARIANE WALTER.

                  Cette charmante personne suggérée dans une réponse « Suivons l’exemple de la Bolivie qui ferme les mac Do » ( 10 novembre 2013,14:03)

                  Pourquoi ne pas suivre : Le Venezuela de Nicòlas Maduro en envoyant l’armée pour faire baisser les prix ?.

                  Dans ma réponse , j’avais signalé la déclaration courageuse de Nelson Marentes ministre des finances du Venezuela, qui relève l’échec économique de son pays.

                  Où sont les partisans du Venezuela ? Avec les coupures d’électricité, pénurie des denrées, l’inflation de 45% et toujours l’insécurité.

                  C’est de la faute des Etats-Unis. 

                  • millesime 12 novembre 2013 17:53

                    vous préférez de beaucoup bien sûr les mensonges des « politiques » devant l’ONU,
                    - les manipulations et mensonges des financiers et leurs subprimes qui sèment le chaos dans le monde occidental surtout,
                    - l’utilisation des armes chimiques (dans de nombreux pays) etc.. ;etc...
                    certains aidés par les US tentent de semer le chaos dans ce pays.... ; he oui !


                  • Citoyen85 13 novembre 2013 16:29

                    C’est une légende. La Bolivie n’a jamais fermé les McDo ! McDo a fermé toutes ses gargottes en Bolivie il y a bien longtemps (bien avant l’arrivée de la gauche au pouvoir) faute de rentabilité tout simplement !


                    • millesime 12 novembre 2013 17:56

                      site à lire
                      www.banquemondiale.org
                      elle ne peut être taxée de favoriser ce pays me semble-t-il


                    • Docteur No Docteur No 12 novembre 2013 17:43

                      Sacré Maduro, il est bien le digne successeur de l’ignoble Chavez, sa politique se résume à des faux fuyants et des dénonciations de complots imaginaires plus farfelus les uns que les autres. Mais bon c’est l’arme de ceux qui ne savent pas mener de politique cohérente : pour tenter de conserver un équilibre précaire, il faut avoir un ennemi commun à toute la nation, il est tout trouvé, les Etats Unis, toujours, les Etats Unis, rien qu’eux, entre l’accusation grotesque qui défit le bon sens celle d’un cancer inoculé à Chavez par les services secrets américains, le complot de tweeter sur les comptes de 6.000 vénézuéliens. mais bon, il ne parvient pas à dissimuler la vraie nature de son régime : liberticide (répression des opposants politiques qui s’exilent aux Etats Unis, envoi de l’armée à touts bouts de champs), corrompu ( népotisme, un taux de criminalité le plus haut de toute l’Amérique Latine, même Medeline dans ses pires heures tremblerait), un régime hypocrite et contradictoire ( entre socialisme et religiosité, et la condamnation des Etats Unis, et de leurs soit disant politique intrusive alors qu’ils achètent légalement beaucoup d’hydrocarbures, ils sont à vrai dire leurs plus gros clients, et le Venezuela en retour est le plus gros client des produits manufacturés états-uniens en Amérique Latine).

                      Bref un régime pathétique, bancale qui doit avoir recours pour survivre à des stratagèmes douteux, honte au gouvernement bolivaro-socialo-pan latiniste du Venezuela.

                      • bubu123 12 novembre 2013 21:16

                        oh oui ignoble Chavez, il en a fait du mal ...


                        il à permis à ceux qui vivait dans le caniveau, d’avoir accès au soins, à l’éducation, la pauvreté à baissé, l’analphabétisme à presque disparu et surtout le comble du comble, il a fait écrire la constitution par le peuple ! et le pire de tout c’est qu’en tout bon dictateur qu’il etait il a mis en place en 2004 le référendum révocatoire, qui à été utilisé contre lui ! (chose qui bien sur n’existe pas dans notre parfaite democratie)
                        ce qui vous dérange en fait, vous tous les néo liberale, c’est que Chavez était adulé par le peuple, car LUI a fait quelque chose pour les pauvres, sans doute se souvenait-il d’ou il venait, certains devraient aussi s’en souvenir ...

                      • Werner Laferier Werner Laferier 13 novembre 2013 19:32

                        Taisez vous bon sang, on entend que vous ici, vous êtes un propagandiste chaviste ? Aucun esprit critique, la voie de son maitre ?

                        Le régime autoritaire chaviste s’effondredra, quand on interdit des chaines d’oppositions, quand on change la constitution pour se maintenir au pouvoir, quand on terrorise le peuple avec l’armée et la délinquance, on s’écroule.


                      • bubu123 13 novembre 2013 20:59

                        cher monsieur je ne tiens pas de blog anti chavez moi, alors question propagande je vous renvoi le compliment, je ne fait que commenter un article sur un media libre


                      • Werner Laferier Werner Laferier 12 novembre 2013 22:15

                        Le despote Maduro dans la dynastie chaviste envoie l’armée, de mieux en mieux voila le paradis que promet le tyran venezuelien à son peuple, ce systéme autoritaire traque les opposants démocratique et fait régner la terreur, la délinquance sert le système venezuelien, en effet, plus il y’a de délinquances, plus le tyran pourra déployer l’armée ou les milices pour intimider le peuple, voila pourquoi le tyran recherche pas à réduire la délinquance.

                        Afin de vous aider à bien comprendre la trame, je vous présente deux articles sélectionné avec attention et qui nous fait découvrir le Venezuela chaviste :

                        http://werner-laferier.eklablog.com/dictature-chaviste-au-venezuela-a84074360

                        http://werner-laferier.eklablog.com/denonciation-de-la-dictature-chaviste-confession-d-un-general-emprison-a84394640

                        Il est évident que nos instances internationale doivent se pencher sur ce problème, voila un régime dictatoriale que nous pourrions liquider comme celui du Panama par une intervention militaire limité, si le tyran refuse de lâcher prise. Je m’inquiéte beaucoup pour la population, c’est la premiére chose qui capte mon attention et je sais que le Venezuela ne mérite pas de vivre sous l’emprise d’une dictature, il y’a tant de dictatures dans notre monde (Russie, Syrie, Cuba, Bielorussie, Zimbabwé, Corée du Nord, Iran ect...), si nous commencions par nous débarrasser de La Havane (Cuba) et de Caracas (Venezuela) qui sont en Amérique latine, tout en arrêtant les massacres en Syrie, nous ouvririons une grande ére de liberté.


                        • bubu123 12 novembre 2013 22:27

                          un dictateur qui a mis en place le référendum révocatoire 


                          Votre propagande est tellement grossiere que sa en est presque rigolo

                        • Werner Laferier Werner Laferier 12 novembre 2013 23:05

                          Un dictateur qui a surtout modifier la constitution pour s’accrocher au pouvoir, c’est la mesure phare des chavistes, je vous l’accorde, retournez lire un livre au lieu d’aduler Chavez, ça en devient répugnant cette amour pour les dictateurs (portraits de Chavez, Bachar, Kadhafi ect....)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès